Bright lights, big city ~ Vic & Ty //HOT\\ - Page 2
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome. Quelques bugs/décalages à attendre sous Firefox.
Le 10 novembre 2016, le forum a fêté ses quatre ans !! A cette occasion, sa saison 5 a été mise en place. bril Et le 12/06/2017, sa version vingt-trois réalisée par Morphine est installée. Toutes les nouveautés sont à découvrir ici. coeurrose
Oh la la qu'est-ce que vouuuuus aiiiiiime !! coeurrose lele Et si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ?

Partagez| .

Bright lights, big city ~ Vic & Ty //HOT\\

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Bright lights, big city ~ Vic & Ty //HOT\\ Mer 17 Juil - 22:49



    Tybalt & Victoria

    Bright lights, big city.



    Besoin de sa proximité, besoin de sa chaleur, indescriptible désir d’être avec lui, là pour lui, contre lui. Je souris à son grognement d’aise, ses mimiques sont tellement craquantes. Mes mains glissent sur sa peau mouillée, je colle ma poitrine à son dos et mon souffle effleure sa nuque pour remonter vers son oreille. Ses doigts se posent sur mes avant bras, et un frisson glisse suavement le long de ma colonne vertébrale. Un instant câlin d’une intense douceur, oui j’ai envie de lui terriblement même, mais cet instant de pure tendresse me fait un bien fou aussi. C’est physique entre nous oui, magnétique presque, irrationnel, tempétueux et tellement savoureux. Je n’ai pas le temps de poser ma joue contre son épaule, qu’il se retourne vers moi. Ma nudité ne me gène aucunement sous son regard, bien au contraire. J’aime qu’il me voie, j’aime son regard sur mon visage et sur la moindre courbe de mon corps. Putain, je suis amoureuse, gravement. Je ne dis rien, il enroule ses bras autour de moi, et je garde mes mains contre ses hanches, son front se collant au mien, j’aime cette position, comme si nous cherchions à lire dans les pensées de l’autre, à nous lier spirituellement. Si tu m’entends, je crois que je t’aime Tybalt, et pas parce que tu es riche et célèbre, mais parce que tu es cet homme incroyable que je découvre d’heures en heures. Que l’idée de te quitter dans à peine deux jours, me brise le cœur. Il évoque son sentiment, sa joie que je sois là, je souris en coin ça veut tout et rien dire, mais je comprends. « Je ne souhaite pas être ailleurs que là. » Soufflais-je doucement, dans l’intimité délicieuse de cette douche. Sa main s’enroula autour de ma nuque, et il m’attira inexorablement vers lui, vers sa bouche si parfaite, vers un nouvel échange, un baiser qui me mit en orbite loin de tout, loin de moi. Répondant avec douceur encore, à ses lèvres joueuses, les caressant du bout de ma langue, aspirant à ne plus jamais les quitter. Bien sur que ce baiser fort, dérapa, mon corps l’appelant et le sien répondant. Nous étanchions passionnément une envie dévorante, celle là même qui m’avait tiraillé l’estomac durant ces 7 semaines de séparation forcée. J’enroulais mes jambes autour de ses hanches une nouvelle fois, passant mes bras autour de son cou, caressant ses cheveux, buvant la tasse mais ce n’était pas grave. Nous unissant, unissant nos deux corps dans un remous de vibrations, de gémissements, et de sensualité. Chaque halètement trouvait un écho en lui, posant ma tête contre le mur, laissant l’eau couler entre nos deux corps, m’abandonnant encore et toujours à sa parfaite maitrise des éléments. Laissant échapper avec folie, mais retenue, un cri de jouissance fabuleux à la fin de notre ébat, mon corps se resserrant autour de lui, comme pour le retenir encore, délivrance dont je ne me lasserais pas. Il est le seul à me toucher comme ça, à me faire perdre le nord d’un coup, à me faire désirer encore plus, il est le seul qui a une place aussi importante dans ma tête, dans mon cœur et dans toute mon âme. Je reprends contact avec le sol, et l’embrasse, silencieuse dans un premier temps, mais je sais que je ne vais pas le garder longtemps cet aveu en moi. Est-ce que j’ai peur ? Terriblement. « Je… » Un sourire et un pincement de lèvres, je me souviens que les hommes n’aiment pas parler après l’amour, du coup je secoue la tête. « J’ai laissé mes vêtements de l’autre côté, si je sors, ça ne risque rien.. ? » demandais-je simplement. Je me suis dégonflée j’avoue.



Dernière édition par Victoria S. Anderson le Ven 19 Juil - 10:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


× A propos du vaccin : :
.

× Âge du perso : :
.

× Localisation (+ avec qui) :
.

× Avant, j'étais : :
.

× Messages : :
7096

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
Minako

× Avatar : :
Jared Leto

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Morphine

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Bright lights, big city ~ Vic & Ty //HOT\\ Jeu 18 Juil - 22:24



    Victoria & Tybalt

    Bright lights, big city.


    Le lien qui m'unissait à Victoria, était intense et fort. Et il continuait de se consolider, à mesure que nous nous rapprochions tous les deux et que j'en découvrais un peu plus à son sujet. Elle semblait vraiment faite pour moi. Et cette idée me donnait un intense sentiment de satisfaction et de joie pure. Quand bien même j'aurais sans doute du être un tant soit peu effrayé par la rapidité avec laquelle tous ces sentiments arrivaient; Mais, non. C'était tout bonnement impossible. Je préférais, et de loin, me laisser aller et les accepter. Et c'était d'ailleurs bien pour ça qu'après avoir assisté en direct à mon concert, elle se trouvait dans ma loge, dans ma douche, contre moi. Tout d'abord pour un baiser sensuel et profond, avant que ça ne parte en vrille. Ca semblait être la suite logique des choses entre nous, comme à chaque fois. Parce que nous étions incapables de faire taire la passion et le désir qui avaient juste ... Besoin de s'exprimer. Et puis elle ne restait pas assez longtemps dans les parages pour que nous n'en profitions pas un maximum. Je préférais d'ailleurs ne pas penser au fait qu'elle retournerait très prochainement aux Etats-Unis, alors que j'en avais encore pour quelques semaines en Europe pour ma part. Mais soit, ce n'était pas le moment d'y penser. Et je n'avais absolument pas besoin de me forcer pour penser à autre chose. Comme à ce que nous étions en train de partager dans cette cabine de douche par exemple. Cette passion commune dans laquelle nous nous retrouvions et unissions avec sans cesse le même plaisir insensé. Des soupirs qui se croisaient sans cesse alors que la tension montait, que notre étreinte se faisait plus ardente encore. Des gémissements échappés. Les gouttes d'eau qui glissaient le long de nos corps étroitement liés, créant des claquements de plus en plus sonores au fil des minutes qui s'écoulaient. De trop longues minutes pour que cette douche puisse passer pour une simple et innocente petite douche d'après-concert.

    Quand il fut temps de retrouver son souffle, la retombée sur terre s'avéra tout aussi difficile que d'ordinaire. Le coeur battant la chamade et la respiration saccadée, je ne pouvais m'empêcher de sourire légèrement, ce sentiment de bonheur et d'euphorie toujours bien ancré en moi. Quand, un bon moment plus tard, elle prit la parole, je me tendis de façon presque imperceptible. Elle quoi ? Elle quoi !? J'eus le temps de me faire tous les faux espoirs du monde, tendu et regard rivé sur elle, avant qu'elle ne reprenne la parole. Et pourtant, le silence ne dura guère longtemps. J'avais juste une imagination fort débordante comme je pu le constater quand elle mentionna ... Ses fringues. Je lâchai un vague rire. Amusé qu'elle me parle de ça après un tel moment et de tels échanges, mais également frustré parce que j'avais eus tout le temps de m'attendre à autre chose. Mais c'était idiot de ma part. J'étais le seul imbécile à être tombé amoureux en aussi peu de temps. « Tes vêtements ... » Répétai-je plus pour moi même qu'autre chose, avant de me reculer légèrement. Sans pour autant ôter mes mains logées sur ses hanches. « Je pourrais te prêter ma serviette le temps que tu ailles les récupérer et les enfiler ... Mais j'ai envie de te voir faire, sans ...» Ajoutai-je. J'haussai les épaules comme c'était tout à fait banal comme situation. Avant de récupérer ma serviette que j'enroulai autour de mes hanches. Je croisai ensuite les bras pour me tourner vers elle en souriant en coin de façon amusée. Fallait-il que je lui précise que personne n'entrait dans la pièce après le concert, sans une autorisation ? Non, je n'allais pas le lui dire. Vengeance de mon faux espoirs ? Pas du tout voyons ... Bon, peut-être un peu.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Bright lights, big city ~ Vic & Ty //HOT\\ Ven 19 Juil - 10:41



    Tybalt & Victoria

    Bright lights, big city.




    Bon c’était nul, je suis nullissime. Bifurquer d’une envie de lui dire ce que je ressentais, à terminer par j’ai oublié mes fringues à côté, c’est d’une nullité crasse. Et pourtant, j’ai eu l’impression lorsque j’ai prononcé le ‘je’ qu’il attendait quelque chose, qu’il attendait peut être que je me lance, ou alors je me fais des films… Il répète pour lui-même, il a l’air blasé. Putain que je suis con, putain… Je m’en veux terriblement, et du coup je me mords l’intérieur des joues. Non mais je suis vraiment con, il vient de me dire à quel point il était heureux que je sois là, je lui ai avoué n’avoir aucune envie d’être ailleurs, on a partagé encore un orgasme à deux, et je romps le silence avec ça ?! Disons que ce n’est pas simple, je suis tombée si vite pour lui, que je me dis qu’il va peut-être fuir si… Non t’es trop con Vic, je vois que ça, tu tentes de te trouver des excuses, mais rien n’est plausible au final, tu es juste d’une lâcheté peu commune. Il enfile sa serviette autour de ses hanches, et moi je suis trempée, nue, et hyper mal à l’aise. Je grimace lorsqu’il m’avoue préférer que je me débrouille toute seule. « Charmant. » Dis-je en esquissant un sourire peu joyeux. « Soit donc. Je ne serais pas responsable si un homme rentre, me voit nue et tout ce qui s’en suivra… » Dis-je alors, avant de me glisser vers la porte. Heureusement il fait chaud et j’ai remarqué un ventilateur d’air chaud de l’autre côté, ça me sèchera un peu… Pouasse… Que j’attribue principalement à ma connerie la plus pure. J’ouvre la porte, me glisse dans la loge, et déjà j’attrape ma culotte pour l’enfiler et cacher un peu de nudité. Je regarde la porte d’entrée et enfile ensuite mon soutien-gorge, voilà mon honneur est presque sauf. Hors de question cela dit d’enfiler mes bas et ma robe, trempée comme je suis. « Me trompais-je en affirmant qu’il s’agit là d’une quelconque vengeance Mr Morrisson ? » Lui dis-je en me postant devant le ventilateur d’air chaud pour sécher le maximum d’eau sur ma peau. « Ou peut être appréciez-vous l’idée que quelqu’un rentre et me mate sans scrupule… » Je tournais la tête vers lui, souriante, mais mitigée dans mon expression faciale, je me mis dos au ventilateur pour sécher le reste, et mes cheveux passèrent à l’avant de mon buste, poussés par l’air. Une fois presque sèche, je m’assis sur le petit canapé contre le mur, et enfilais très lentement un premier bas, l’auto fixant sur ma cuisse, puis attrapais le second et le mis. Je repris la parole en me levant, enfilant dans cette tenue très affriolante, mes escarpins, me penchant en avant pour attraper ma robe. « Je n’aime pas tellement cette ambiance, j’ai l’impression qu’il y a un malaise. » Dis-je finalement. « Donc… » Je tirais sur le bas de ma robe pour la mettre correctement, et une fois vêtue le regardais avec une peur immense accrochée au ventre. « Donc, je vais dissiper le doute, je n’avais pas l’intention de parler de mes fringues plus avant, mais de parler d’autre chose, de bien plus… flippant. » Je passais une main dans mes cheveux, avançant vers lui. « Flippant parce que… » Je fronçais le nez et grimaçais de la bouche. « Tu vas fuir en sens inverse si je te dis ça. » Je posais une main à plat sur son torse. « Tybalt, il semblerait que contre toutes attentes, et avec une vélocité peu commune, je sois... » Je passais la langue sur mes lèvres, me donnant quelques minutes de répit. « en train de tomber amoureuse de toi. » Je plantais mon regard dans le sien, terrorisée par cet aveu, et ce silence qui suivit n’annonçait rien de bon, ou peut être eussé-je l’impression que le temps dura longtemps, alors que pas du tout. Bref, je t’en supplie ne me fuis pas.



Dernière édition par Victoria S. Anderson le Lun 22 Juil - 18:21, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


× A propos du vaccin : :
.

× Âge du perso : :
.

× Localisation (+ avec qui) :
.

× Avant, j'étais : :
.

× Messages : :
7096

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
Minako

× Avatar : :
Jared Leto

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Morphine

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Bright lights, big city ~ Vic & Ty //HOT\\ Ven 19 Juil - 15:57



    Victoria & Tybalt

    Bright lights, big city.


    J'étais conscient d'agir comme un enfoiré. Ou en tout cas, pas en gentleman. Mais c'était plus fort que moi. La frustration parlait pour moi. Et le coup à la fierté que je venais de me prendre. Parce que oui, ça avait touché à ma fierté. J'avais eus tout le temps de me persuader qu'elle allait m'annoncer que, quand bien même on se connaissait depuis peu de temps, elle était amoureuse de moi. Avant de finalement réaliser qu'elle ne parlait que ... De ses fringues. Franchement, qu'en a-t-on à foutre de ses vêtements ? Ca n'avait rien d'un sujet intéressant après ce que nous venions de partager tous les deux. Quelle douloureuse chute. Alors oui, je jouais au con en la laissant se balader nue dans ma loge. Mais c'était plus fort que moi. Et si je faillis me rétracter devant sa réaction et tant j'avais juste envie de m'excuser et la prendre dans mes bras, je ne le fis pas; Parce qu'elle reprit la parole avant que je n'ais eus le temps de faire ou dire quoi que ce soit. Et, oui, elle s'était rendue compte du fait que je ne faisais que me venger. Je devais avoir l'air sacrément con. Je détournai le regard, presque gêné par mon propre comportement. Avant de trouver le courage nécessaire pour la regarder à nouveau. « Je ne t'aurais pas laissé te balader nue dans ma loge, si je n'avais pas été certain que personne n'entrerait et te surprendrait de la sorte. » Remarquai-je calmement. Parce que même si je n'étais pas certain d'être du genre grand jaloux possessif, je savais qu'il y avait quand même des limites. De ce genre ci par exemple. Son corps, et le reste de sa petite personne, m'appartenait désormais. Enfin, pour l'instant. Il était quand même trop tôt pour se jurer amour et fidélité jusqu'à ce que la mort nous sépare. Et puis pour ça, il faudrait déjà que je sois certain de ses sentiments pour moi.

    J'eus un mal fou à déglutir alors qu'elle enfilait sa paire de talons hauts, vêtue en tout et pour tout de ses sous vêtements et de ses bas. Affreusement sexy. Et pourtant, ce n'était pas le moment de penser à toutes les envies que ça me donnait. Elle, simplement vêtue de ... Ca ... Oh mon Dieu. Oui mais stop. Il semblait que l'heure était grave, puisqu'elle reprit la parole en mentionnant le malaise qui venait de s'installer entre nous. Me parler d'un truc flippant ? Fuir en sens inverse ? Elle allait m'annoncer qu'elle était née homme et avait changé de sexe en cours de route ? Non, j'en doutais fortement. Pas que je sois un expert. Mais rien n'avait l'air faux sur son corps. Enfin, soit, il fallait que je cesse d'avoir des pensées aussi ... Bizarres, alors qu'elle semblait sur le point de me ... Oh mon Dieu -oui, laissons le où il est celui là-. Venait-elle vraiment de dire ce que je pensais qu'elle avait dit ? Euh. Oui, de toute évidence. Et sous sa main posée sur mon torse, mon coeur s'emballa. Genre, vraiment. Durant une seconde ou deux, j'eus même l'impression de voir tourner la pièce tout autour de nous. Oh mon Dieu. Moi aussi je t'aime. Non, attend. "en train de !" Moi aussi je suis en train de tomber amoureux de toi. Oh bordel. Oh bon sang. « T'as raison. J'ai envie de fuir. » Parvins-je tout juste à marmonner, regard rivé sur elle. Avant de réaliser mes paroles. Si moi aussi je m'y mettais à raconter des conneries ... « Mais avec toi ! Avec ... Toi ... » Ajoutai-je bien vite, d'abord sur un ton un peu trop vif, avant de soupirer le dernier mot. Avec elle. Forcément. « Parce que je suis ... Irrévocablement fou de toi. J'ai d'abord voulu me raisonner parce que tout semble aller beaucoup trop vite. Mais j'ai abandonné. Tant pis si ça va trop vite. C'est peut-être juste comme ça que ça marche entre nous. » Ajoutai-je sur un ton plus calme, avant de poser mes mains sur ses joues. « J'avais peur de te le dire ... Peur que tu prennes la fuite, moi aussi ... » Avouai-je doucement, en affichant un léger sourire. « Mais c'est comme ça. Plus les minutes -non pas les jours, mais les minutes- passent, et plus je tombe amoureux de toi. Pas seulement pour ton physique. Pas seulement pour cette folle osmose qui nous unit. Mais également pour ta façon d'être, d'agir, de te comporter, ta capacité à me comprendre et à entrer dans le jeu. Mais j'avoue que ton corps joue carrément en ta faveur. » Conclus-je sur un ton plus léger et moqueur. Non, son corps n'arrivait qu'après. Ce qui me rendait dingue chez elle, c'était ce qu'elle était.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Bright lights, big city ~ Vic & Ty //HOT\\ Lun 22 Juil - 18:40



    Tybalt & Victoria

    Bright lights, big city.



    Okay. Avant j’étais dans l’attente, mais ça c’était avant. Je reste scotchée à ses paroles pour le moins brutales. J’ouvre de grands yeux, fronce les sourcils, me mords la lèvre et engage un mouvement de recul. « D’accord. » Dis-je parce que c’est le seul putain de mot qui arrive à sortir de ma bouche en cet instant. J’hoche la tête, je suis au comble de la gêne. Ben voilà Vic, tu t’es lancé et tu t’es prit un arbre, oui parce que je voyais un saut en liane d’une falaise à pic… Je me racle la gorge et il prononce des mots tellement rapidement que j’en reste un peu mi figue, mi raisin. Il blague ? Il est sérieux ? Je sais plus trop quoi penser. Il vient de me mettre le plus gros vent de l’histoire du vent, et se rattrape, du coup je sais plus quoi penser. Avec moi quoi ? Fuir avec moi… Ah. La bouche entrouverte, je le regarde, tentant de comprendre tout bien cette fois-ci. En bon mécanisme de défense, j’ai croisé les bras sur ma poitrine. Mais j’écoute, il se rapproche mais reste à distance pour autant. Il s’exprime avec forte éloquence et me confie être fou de moi, ma grimace tombe, et je tombe dénues, mon regard se fait vide un instant, avant d’afficher la plus pure émotion de joie, yeux brillants, limite je pourrais en pleurer. C’est les montagnes russes en peu de temps en somme, et mon émotivité est forte. Je souris lorsqu’il évoque le fait que notre fonctionnement est peut être rapide mais qu’importe. Mon menton frise, tremblotant sous le coup de tout ça. Il pose ses mains sur mes joues et j’ai les larmes à la limite des yeux. La déclaration est absolument parfaite et je ne retiens pas un hoquet et deux trois larmes qui s’échouent sur mes joues. « Pardon, c’est idiot, mais tu… m’as fait peur… Emotion parallèle… pfiou… » Dis-je au comble du bonheur. « Je n’aurais pas pu te  fuir très longtemps, c’est… pas possible… je ne vois que la personne passionnante que tu es, pas le faste, le clinquant et le célèbre, je m’en fou de tout ça, je m’en fou de savoir ce que les journaux et médias diront, je ne vois que ta magnifique âme, logée dans ce regard si bleu… » Je pose une main sur son visage, caressant son visage. « C’est un coup de foudre, un coup de cœur, mais certainement pas un  coup d’un soir… certainement pas ça. » Lui dis-je en souriant. « Si tu savais comme tu viens de me péter le cœur en une phrase… tu comprendrais que ce n’est pas du chiqué et que je ne peux pas faire autrement que m’épancher sur le sujet… Je suis intensément heureuse que ce soit réciproque, j’étais mortifiée à l’idée que ce soit à sens unique. » Je l’embrassais tendrement avant de me blottir dans ses bras le temps d’un câlin tendre. « Tu m’as manqué et tu me manquera encore après ça… » Lui soufflais-je à l’oreille. « C’est là toute la complexité de notre relation. » Ajoutais-je en embrassant son cou. « Maintenant si tu veux bien, pour mon petit cœur si sensible, évite de me demander en mariage trop rapidement, là ça friserait la folie pure… » Dis-je en riant. Je pris sa main dans la mienne en le regardant avec intensité. Laissant flotter un instant de silence entre nous, avant de l’inviter à prendre la route, pour qu’il me montre Paris. Nous quittâmes la salle de concert, main dans la main, saluèrent les quelques fans éparses sur le passage, saluant aussi Ninon. Et nous entrèrent dans la voiture. Je ne savais pas trop, où nous allions mais l’important était juste que nous soyons ensemble.



Dernière édition par Victoria S. Anderson le Jeu 25 Juil - 22:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


× A propos du vaccin : :
.

× Âge du perso : :
.

× Localisation (+ avec qui) :
.

× Avant, j'étais : :
.

× Messages : :
7096

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
Minako

× Avatar : :
Jared Leto

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Morphine

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Bright lights, big city ~ Vic & Ty //HOT\\ Mar 23 Juil - 0:02



    Victoria & Tybalt

    Bright lights, big city.


    Merde ... J'avais parlé beaucoup trop vite. Et ça me faisait le même effet que d'avaler de travers. Sauf qu'à la place d'être prit par une violente et douloureuse quinte de toux, j'étouffais. Genre, j'en oubliai de respirer et tentai de retrouver le fil de mes propres mots pour lui dire ce que je voulais ... Eh bien, dire. Et je vis bien qu'elle même était totalement paumée. Elle me disait être en train de tomber amoureuse de moi et je confirmais mon envie de fuir. Euh ... Merde ? Oui, merde. Et re-merde quand les larmes commencèrent à parler à ses yeux. Certes, il s'agissait très clairement de larmes de joie, de bonheur à l'état pur ... Mais quand même ... Je n'étais pas certain de beaucoup aimer voir ses yeux s'embuer de la sorte. Et quand les larmes coulèrent finalement sur ses joues, je ne me fis pas prier pour les effacer de mes pouces, avec douceur. Oh bon sang, je n'étais pas certain de pouvoir retenir une certaine envie de pleurer également, si elle continuait à me dire ce genre de mots ...Elle voyait qui j'étais. Elle avait su déceler l'homme au delà de la célébrité dont on parlait dans les magazines. Elle était juste ... Incroyable. Et je ne pu retenir un léger frisson à la caresse légère de sa main sur ma joue. Réaction typique de mon corps quand elle était trop prête et trop tactile. Enfin, ce n'était jamais trop. « Ce soir, tu as achevé de me convaincre que tu étais une femme formidable. Tout ce que tu as pu faire sans y prêter attention, a beaucoup compté pour moi. Que tu ne fasses pas de différence entre un type en fauteuil et un type parfaitement ancré sur ses deux jambes, c'est peut être con mais ça compte. Presque autant que le fait que tu comprennes ma passion et sois capable d'entrer et jouer le jeu à deux cent pour cent. C'était pas une soirée test ou une connerie de ce genre. Mais ça a été une soirée confirmation. Tu m'as confirmé que tu étais tout simplement incroyable. »

    Je répondis ensuite à son étreinte sans me faire prier, profitant simplement de ce câlin sans double sens aucun. Juste pour le plaisir de la serrer contre moi, d'avoir son corps contre le mien, son parfum entêtant, sa voix douce ... Voix qui débita une plaisanterie qui eut le don de me faire rire. Non, il n'était pas encore question de mariage. Ce serait brûler beaucoup trop d'étapes d'un seul coup, c'était le moins que l'on puisse en dire. Aller vite, oui. Aller trop vite, non. Aussi étrange que ça puisse sembler, ce n'était que la seconde fois que nous nous voyions après tout ... Et ce, quand bien même j'avais l'impression de la connaître depuis des mois, des années. « D'accord ... Oui ... Je vais ... Attendre la fin de ma tournée et le retour aux Etats-Unis. » Lui répondis-je, faussement sérieux. Avant d'afficher un sourire amusé pour montrer que c'était simplement une plaisanterie. « Mais quand je te présenterai à ma mère ... Ne t'étonne pas si elle te parle déjà organisation de mariage et layette ! Elle me connait trop pour que je puisse lui cacher que tu m'as fais trop forte impression pour n'être que de passage dans ma vie. » Et là, je ne plaisantais pas. Ma mère était intenable. A croire que j'avais quarante ans et que j'étais toujours puceau. Enfin soit. Ce n'était pas le moment de parler engagements et tout le tralala. Je voulais seulement profiter du peu de temps que nous avions pour l'instant. Et pour ça, nous filâmes dans la voiture -avec chauffeur à qui je fis part de mes intentions-. Sans encore indiquer à Victoria où nous allions, je pris place à ses côtés sur la banquette arrière. Plus tout contre elle qu'à ses côtés. Et quand la voiture s'arrêta, je l'entraînai au dehors. Malgré les innombrables lumières, il faisait trop sombre pour que l'on me prête attention et me remarque plus qu'une autre personne. « La tour Eiffel de nuit ... Il me semble t'avoir dit que je t'y emmènerais après le concert. » Soufflai-je d'une voix douce en récupérant sa main.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Bright lights, big city ~ Vic & Ty //HOT\\ Jeu 25 Juil - 22:19



    Tybalt & Victoria

    Bright lights, big city.



    Heureuse ? Vous avez dit heureuse ? Et encore plus que ça ! J’étais dans la relation la plus dingue qu’il m’ait été donné d’avoir ! Chaque toucher, chaque parole, chaque action, est juste le plus beau cadeau que la vie aurait pu me faire. Je pouvais presque visualiser la fin du monde et me dire : et alors ? S’il reste avec moi, je peux tout affronter. Bon, soyons honnête je SUIS et non en train, amoureuse de lui. Blottie contre lui, à l’arrière de la voiture, je regarde un peu au dehors, mais je regarde surtout la sublime perfection de son visage, et tous les traits, les courbes qui le composent. Il est beau, putain qu’il est beau, et il l’est encore plus, maintenant que je sais que je peux me laisser aller côté sentiment, que je peux n’avoir peur de rien. Un instant, je pose ma tête sur son épaule, et me laisse emporter, partout où il veut, tant que sa main reste dans la mienne et réciproquement. Au bout de quelques instants, la berline s’arrête et nous descendons, il reprend ma main, et je vois un vaste esplanade, et woh…. J’ouvre la bouche, lève la tête et parcours l’édifice des yeux, c’est impressionnant, je fais un tour presque complet, sur moi-même, toujours en tenant sa main, et le tire ensuite vers le centre de tout ça. Petite foulée graciles, vers le cœur, nous nous trouvons juste en dessous de la tour Eiffel. Un truc de dingue… Je souris largement, sans cesser de regarder vers le haut. « C’est incroyable putain… » Lançais-je spontanément. « Ce monument est hallucinant ! » Je baissais le regard vers Tybalt, excitée comme une puce. « C’est vraiment magique, et moi qui pensais que tu sortais avec une horde de gardes du corps armés jusqu’aux dents… On peut marcher un peu ? » Lui demandais-je avant de prendre l’élan pour quelques pas, vers ce que les français appellent le champ de mars. Grande étendue de pelouse verdoyante, et de fontaines l’été, je me souviens d’avoir vu les photos de ma colocataire lorsqu’elle y était allée. Le vent est froid, glacial même, du coup je me colle à son bras et pose ma tête sur son épaule. C’est une promenade en amoureux, qui a le don de me faire perdre le fil de la réalité. « Au fait, je ne sais même pas si tu as eu mon dernier mail… On a été sélectionné pour les championnats du monde, qui auront lieu en Juin prochain au Brésil. Une étape nouvelle, avant les Jeux Olympiques dans 4 ans. J’aimerais bien, si tu es libre, que tu viennes avec moi… Les tenues sont très légères, et un garde du corps personnel ne serait pas de refus. » Je m’arrêtais, me tournant vers lui, glissant nos mains scellées dans la poche de mon manteau. « On n’a jamais parlé de ça, je ne sais même pas quel genre de sport tu aimes regarder à la télé, ou même aller voir en vrai ? Je me doute que le Base Ball doit en faire partie, tu es américain après tout… » Je lui souris, posant une main tendre sur sa joue, plongeant mon regard dans le sien, avec l’envie irrépressible de l’embrasser, je m’approchais pour lui voler un baiser avant de le laisser répondre. Au bout d’un instant, je vis une forte lumière clignotante faire son apparition sur nous, et levais le nez, la tour Eiffel se mit à clignoter furieusement, et je n’avais jamais vu ça. Ouvrant de grands yeux, je profitais du spectacle. « Dieu, que la France est belle. » Dis-je avec un très fort accent anglais. 




Dernière édition par Victoria S. Anderson le Mar 30 Juil - 23:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


× A propos du vaccin : :
.

× Âge du perso : :
.

× Localisation (+ avec qui) :
.

× Avant, j'étais : :
.

× Messages : :
7096

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
Minako

× Avatar : :
Jared Leto

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Morphine

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Bright lights, big city ~ Vic & Ty //HOT\\ Dim 28 Juil - 12:41



    Victoria & Tybalt

    Bright lights, big city.


    Sa réaction était à la hauteur, voir nettement supérieure, de ce à quoi je m'étais attendu. Je voulais lui faire découvrir une chose que je trouvais moi même vraiment incroyable. C'était un peu ce qui faisait le charme de Paris, il fallait bien le dire. Et voir que, tout comme moi, elle était emballée par cette vision de rêve, me fit sourire. Apparemment, j'avais donc visé fort juste ! Et je regardais les réactions qu'elle avait. Le regard brillant, l'excitation visible ... Comme un crétin amoureux, je constatais une fois de plus combien elle était belle. Pire que ça même. Est-ce que c'était vraiment logique et normal de fondre comme un crétin devant elle, juste en la regardant ? Je n'étais pas vraiment sûr de ça; Mais honnêtement, je le vivais bien. Je n'avais jamais ressentis une chose pareille pour qui que ce soit, jusqu'à ma rencontre avec Vic elle même. C'était sans doute parce que ça devait se passer ainsi et pas autrement. C'était elle, point barre. Oui, elle me rendait incroyablement mielleux et dégoulinant d'amour et de romantisme. Le simple fait que je décide de l'emmener ici même ce soir là, en était la preuve flagrante. Mais il me suffisait d'un seul regard dans sa direction, pour songer que oui, je l'assumais pleinement. « Je me déplace rarement avec des gardes du corps. Il n'y a rien de mieux pour se faire remarquer ... » Remarquai-je avec un sérieux teinté d'amusement. C'était quand même con quand on y pensait ... Vouloir être en sécurité mais se faire encore plus remarquer à cause d'un garde du corps. Mais c'était un peu comme de se promener avec une pancarte "hey, je suis une personnalité connue, regardez moi". Et ça, pourtant, personne n'aurait dans l'idée de le faire. Si ce n'est une personne totalement maso, soit.

    Je continuais de la suivre tranquillement et de l'écouter quand elle mentionna son dernier mail. Je plissai le nez à sa remarque sur les tenues légères et lui lançai un regard en coin. J'ignorais encore si j'étais du genre à être jaloux ou non. Parce que jusqu'à maintenant, je n'avais jamais été tout à fait amoureux d'une femme. Et ce n'était que devant la force de mes sentiments pour elle, que je réalisais cet imparable constat. Non, je n'avais jamais été amoureux d'une femme. « Je l'ai lu quand tu étais dans l'avion. » Lui indiquai-je avant de me rapprocher inconsciemment d'elle quand elle se plaça devant moi. Je glissai ma main libre dans son cou, pour caresser sa peau du bout des doigts. « Fut un temps où je m'intéressais au base ball ouais. Mais je n'ai plus vraiment le temps de suivre quoi que ce soit alors je dois reconnaître que je ne suis plus au courant de grand chose concernant les sports en tout genre. » Avouai-je en hochant la tête. « Mais ça va de soit que je serai là. Tiens moi au courant à l'avance et je réserverai autant de semaines qu'il faudra, pour toi. » Etait-il utile de lui préciser qu'elle était bien la seule et unique raison pour laquelle je pourrais mettre de côté ma carrière même juste quelques semaines ? Non, elle allait prendre la grosse tête -non ?-. « Attend ... Des tenues très légères tu m'as dis ? Vous êtes beaucoup ... ? » Demandai-je le plus innocent du monde. Pure taquinerie, évidemment. Avant de sourire en coin et me pencher pour lui voler un bref baiser. Je la fis ensuite pivoter pour la placer dos à moi et enrouler mes bras autour d'elle en collant mon corps au sien, face à la tour Eiffel. « Tu veux faire quelque chose avant de rentrer ? »

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Bright lights, big city ~ Vic & Ty //HOT\\ Mar 30 Juil - 23:38



    Tybalt & Victoria

    Bright lights, big city.



    C’est vrai que le côté sécurité rapprochée ça fait plus effet de foule qu’autre chose, alors que là, les gens qui nous croisent ne nous captent pas vraiment. Oui, ils regardent, mais ne se pose pas plus de questions que ça. C’est une nuit fantastique, la tour Eiffel nous lance des œillades complices, et tout est tellement parfait, très calme, très intimiste, j’adore ça. Je souris allègrement, et je ne doute pas avoir des étoiles plein les yeux, je pourrais rester ici jusqu’à la fin des temps, mains dans la main, malgré ce froid polaire et ce vent glacial. En un sens, ça me donne l’impression d’être un peu chez moi, c’est génial, ne manque plus que… Je lève le nez, et un flocon de neige tombe les cheveux de Tybalt, je ris doucement, voilà c’est tout ce qu’il manquait. En amoureux, à Paris, en Décembre, sous la tour Eiffel, avec la neige, sublime ! Je gambade, le trainant à mon côté, je pourrais presque sautiller sur place, mais avec les escarpins ce n’est pas l’action la plus facile ! Mon dieu, c’est sublime, je respire librement, et l’air ambiant me plait, cette odeur si particulière mélangeant son parfum à celui de la neige. Je lui fais part de mes exploits, et je trouve ça adorable qu’il me dise avoir vu ça pendant que j’étais en vol. J’attrape le col de son manteau et l’attire à moi, posant mon front contre le sien, étroitement liée, rapprochement divin qui pourrait rapidement me faire perdre la tête. « Je te tiendrais informée, c’est un peu mon monde. Quoique le base ball ne soit pas la discipline que suive le plus. » Lui répondis-je, profitant de la caresse tendre de sa main sur mon cou. Je souris de plus belle à ses paroles. « Tu es adorable. » Je déposais un baiser sur ses lèvres. Il reprit avec une taquinerie typiquement masculine, je lui tapotais gentiment le bras, en grimaçant faussement. « On est 6 joueuses, des brunes, des rousses, des blondes… Toutes athlétiques et follement dangereuses et compétitives… Je te montrerais le calendrier de notre équipe, mieux que les anges de Victoria Secret, la lingerie en moins bien sur ! » Je répondis à son baiser, le feu aux joues. Contraste notable entre la température extérieure et la mienne… la mienne lorsque je suis contre lui. Je parus déçue un instant. « Comment ça rentrer ? Non… Non tu ne peux pas me demander de rentrer dans la chambre d’hôtel, à moins… » Je m’arrêtais, me mordillant la lèvre. « A moins que vous ayez de coquins dessins Monsieur Morrisson… » Je tournais autour de lui, aguicheuse, joueuse. « Quoique non, Paris nous tend les bras, c’est le moment d’aller gouter la saveur exquise de cette ville ! » lançais-je enthousiaste, les bras en l’air, avant de revenir vers lui, passant une main autour de sa nuque. « Et puis j’ai très faim… Il va falloir me nourrir sinon je risque de ne pas être à la hauteur Mr Morrisson… Donc allons-y ! » Je marchais rapidement vers la berline, me retournant à mi chemin pour l’attendre. « Il ne faudrait pas que notre chanteur tant apprécié, attrape froid… » Je tendis la main vers lui, et nous filâmes ensuite vers la voiture, j’entrais en premier, quel galant homme. Il est merveilleux. Je me penchais vers la vitre entre le chauffeur et nous, après qu’il ait échangé avec Tybalt, lui demandant si l’on pouvait fermer un instant. Il acquiesça et nous nous retrouvâmes seuls, dans une voiture en partance vers je ne sais ou… Mais avec la ferme intention de profiter de lui. Un sourire malicieux s’afficha, et je passais un doigt sur la vitre close. « Enfin seuls. »




Dernière édition par Victoria S. Anderson le Ven 16 Aoû - 15:23, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


× A propos du vaccin : :
.

× Âge du perso : :
.

× Localisation (+ avec qui) :
.

× Avant, j'étais : :
.

× Messages : :
7096

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
Minako

× Avatar : :
Jared Leto

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Morphine

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Bright lights, big city ~ Vic & Ty //HOT\\ Dim 4 Aoû - 2:01



    Victoria & Tybalt

    Bright lights, big city.


    Au delà de la vision de rêve que nous offrait tranquillement Paris de nuit, c'était la vision de Victoria elle même, qui me ravissait au plus haut point. C'était juste véritablement incroyable de la regarder dans un tel moment, alors que ses yeux semblait briller d'émerveillement et qu'elle ne cherchait pas non plus à cacher tout ça. Avec elle, pas de petite comédie inutile, pas de jeu. Juste de l'honnêteté et du vrai. Nous étions en train de parler de son équipe et du fait qu'elle souhaitait prochainement ma présence; Je me voyais difficilement refuser. Et ce, pour tout un tas de raisons. A commencer par le fait que j'étais fou de cette fille. Je souris quand elle referma ses mains délicates sur le col de ma veste, pour attirer mon front contre le sien. Et je fermai un instant les yeux en laissant échapper un soupir d'aise. Je souris à ses quelques mots, avant de plaisanter de façon pourtant sérieuse, au sujet des filles de son équipe. Sans doute qu'à une autre époque, j'aurais été absolument sérieux. Mais pour le coup, je n'étais vraiment pas intéressé par ces femmes aussi jolies et intéressantes puissent-elles être. « La lingerie en moins ? Ca signifie absolument sans rien ? » Demandai-je en me tapotant le menton de l'indexe avec un air de réflexion accroché au visage. Avant de sourire en coin et lui adresser un regard taquin. « Hm ... Dans le lot, seule la brune au caractère bien trempé m'intéresse ... » Conclus-je en hochant simplement la tête. Et la question ne se posait même pas ! Après quelques secondes de silence à peine, je lui proposai de regagner l'hôtel. Non pas parce que j'avais hâte de mettre fin à cette soirée. Mais pour tout un tas d'autres raisons.

    Durant la minute suivante, je passai par plusieurs émotions. Un premier frisson d'excitation quand elle même émit l'idée de "dessins coquins". Suivit d'une très légère déception quand elle ajouta que la ville méritait d'être visitée. « "Très faim", rien que ça ? Moi qui espérais que tu aurais principalement faim de moi au cours de ton séjour ici. » M'exclamai-je, faussement boudeur, avant de la suivre sans me faire prier jusqu'à la voiture qui nous attendait toujours bien sagement, au même endroit. Je la laissai monter à bord avant de faire de même et donner l'adresse d'une petite auberge où nous pourrions nous attarder pour manger. Ce n'était pas que Victoria ne méritait pas de grands restaurants étoilés. Mais j'avais des goûts simples. Et j'osais penser qu'il en allait de même pour elle. Et pour une sortie improvisée, à une heure aussi tardive, pourquoi se prendre la tête à trouver un truc qui coûterait super cher, pour trois grammes de bouffe dans une assiette ? Tandis que je me laissai aller à me replacer dans le fond de mon siège, je regardai Victoria s'adresser au chauffeur, en arquant un sourcil. Avant de rire doucement, la regard avec grand intérêt et finalement me redresser pour l'attraper par la taille et l'attirer sur moi, remontant sa robe sur ses cuisses pour qu'elle puisse s'installer à califourchon sur mes cuisses. « Si j'avais su, je lui aurais demandé de faire trois fois le tour de Paris, avant de nous poser à l'adresse que je lui ai donné. » Remarquai-je, l'air de rien, tout en parsemant son visage de délicats baisers. J'évitais consciencieusement ses lèvres et allai même jusqu'à finalement glisser dans son cou pour mordiller tendrement sa peau avant de la caresser de la pointe de ma langue. « Faim comment, déjà ? »



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Bright lights, big city ~ Vic & Ty //HOT\\ Ven 16 Aoû - 15:41



    Tybalt & Victoria

    Bright lights, big city.




    Lorsque j’étais en fac, je voyais toutes mes amies tomber amoureuses, se ramasser pendant les ruptures, pleurer, jurer, haïr, et certaines des plus chanceuses leur disaient que le jour où elles le croiseront, non pas n’importe quelle personne, mais le bon, elles le sauront. Je me suis toujours dit que c’était tissu de foutaises, comme le fait que les nanas entre elles, se gorgent sans cesse de paroles visant à réconforter, alors qu’elles ne font que conforter des idéalismes illusoires. Non, un homme qui te traite comme une moins que rien, n’est pas secrètement amoureux de toi… J’en aurais pleins des choses comme ça, à débattre, mais blottie là dans les bras de THE homme de ma vie, je peux assurer que je n’ai pas le cœur à polémiquer, j’ai le cœur emballé sous les rythmes frénétiques d’un tambour de guerre, pas prête à me séparer de son étreinte, de ses caresses et de ses baisers. On aurait pu aller très très loin, mais effectivement le petit restaurant devant laquelle s’arrêta la berline, ne nous permit pas maintes et maintes fantaisies de nos corps exaltés. Réchauffée cela, dit, je sortis élégamment de la voiture, prenant la main de Tybalt, et nous entrâmes dans le restaurant chaleureux lui aussi. Un repas délicieux, avec une personne comme moi, mieux vaut tabler sur du consistant que du gastronomique, je suis un ventre sur escarpins pour ainsi dire. Nous échangeâmes sourires, rires et discussions agréables, tout y passa, amis, famille, études premières, but, envies, volontés. Pour finir par payer l’addition et se balader un peu à pied, malheureusement obligés de rebrousser chemin lorsque nous aperçûmes quelques paparazzis dans un recoin, prenant clichés après clichés. La berline nous déposa finalement assez tard dans la nuit, ou tôt dans la matinée à l’hôtel, et nous grimpâmes main dans la main dans l’ascenseur pour rejoindre la suite. C’était juste un rêve éveillée, pas une de ses paroles ne me fit tiquer de manière négative, au contraire, il avait un cœur énorme et un esprit très cultivé, si bien que de temps en temps je me sentis juste un peu inférieure, sans pour autant cultiver un complexe. Il est plus âgé, à vu tellement plus de choses que je n’en verrais jamais en une seule vie. Je me dévêtis dans la salle de bain pour le rejoindre en peignoir sur la terrasse donnant sur la tour Eiffel scintillante, l’encerclant de mes bras, posant ma tête sur son épaule. « Ce fut une soirée merveilleuse, et j’avais mal jugé l’œuvre musicale, ce que je pris aux primes abords pour du pas mal, est en fait du très appréciable en live et je ne dis pas ça seulement parce que j’ai vu le grand talent de l’artiste. » Dis-je taquine en glissant une main coquine vers son sud. Me détachant de lui, je l’invitais en lui tenant la main à venir se coucher, afin de profiter de notre dernière journée demain et de notre avant dernière nuit à deux. Me glissant sous la couette, entièrement nue, je vins me coller contre lui, posant ma tête contre son torse, une main sur son ventre, me laissant submerger par le plaisir d’être là et nulle part ailleurs. « Bonne nuit » Lui soufflais-je tout en me laissant porter par Morphée hors de la réalité, mais comblée de celle-ci.




Dernière édition par Victoria S. Anderson le Dim 18 Aoû - 17:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


× A propos du vaccin : :
.

× Âge du perso : :
.

× Localisation (+ avec qui) :
.

× Avant, j'étais : :
.

× Messages : :
7096

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
Minako

× Avatar : :
Jared Leto

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Morphine

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Bright lights, big city ~ Vic & Ty //HOT\\ Dim 18 Aoû - 11:46



    Victoria & Tybalt

    Bright lights, big city.


    Tout semblait se faire de façon si naturelle entre Victoria et moi, que c'en était presque déconcertant. Rien n'était forcé ou calculé. On se laissait simplement porter par nos envies diverses et variées. On trouvait toujours un sujet de conversation assez intéressant pour nous botter tout autant l'un que l'autre. Et c'était bien la première fois de ma vie que cela m'arrivait. C'était donc d'autant plus merveilleux. J'en oubliais totalement mes aventures passées. Toutes ces bimbos trop jolies pour être vraies ou être dotées d'un cerveau ou même encore, d'une personnalité propre. Victoria était un peu tout à la fois. Une jeune femme au physique attrayant, à la personnalité détonante, à l'humour affûté et à l'intelligence réelle. Son défaut étant sa qualité première : son fort caractère. Au moins, il semblait impossible de s'ennuyer avec elle. Et ce n'était que plus plaisant encore. Cette soirée s'acheva trop vite à mon goût et je pris plaisir à l'avoir tout contre moi pour la nuit qui suivit. Un simple contact physique suffisait à me transporter vers un ailleurs juste incroyable. Je regrettais vraiment l'idée que tout ça prendrait bientôt fin. Certes, on allait se revoir. Il ne pouvait en aller autrement désormais ! Mais il nous faudrait patienter quelques interminables semaines. Raison pour laquelle j'étais bien décidé à profiter du peu de temps que nous avions. Ces deux jours passés avec elle, représentaient une pause dans nos vies. Un moment à partager à deux, dans notre bulle loin de tout et tout le monde.

    Le lendemain fut partagé entre doux instants à deux et visite de la ville, à l'écart tant bien que mal, des paparazzis et des fans. Bien sûr, quelques clichés furent prit à notre insu. Mais c'était le risque. Et il était juste impossible de faire autrement. Je ne doutais pas que les premiers articles fuseraient le jour même, mentionnant cette pétillante brunette qui avait déjà été vu à mes côtés quelques temps plus tôt et que l'on retrouvait à Paris avec moi. Les plus malins comprendraient qu'elle était ma petite amie officielle. Les plus idiots mentionneraient un éventuel rectangle amoureux en raison du fait qu'Anastassia se trouvait également sur Paris depuis quelques jours. Mais qu'importait tant que les principaux concernés étaient au courant de ce dont il s'agissait véritablement. Moi je le savais. Et Victoria également. Contre toute attente, l'heure de son départ fini par sonner. Et si je fis mine de sourire, rire et discuter tout naturellement et même gaiement avec elle, durant le trajet qui nous fit nous rendre à l'aéroport, j'avais surtout l'envie de la retenir. C'était juste incroyable de ressentir ce pincement au coeur alors qu'on se reverrait bientôt. Mais c'était comme ça. Son court séjour ici m'avait confirmé que c'était elle et pas une autre. Aussi niais que ça puisse sembler ! « Tu vas me manquer. » Lui soufflai-je doucement alors que je la serrais contre moi. Avant d'approcher mes lèvres de son oreille. « Et tu sais quoi ? Je t'aime. » Non, je n'étais pas "en train" de tomber amoureux d'elle. J'étais maintenant plus sûr de mes sentiments pour elle. Je l'aimais. Et j'acceptais juste cet état de fait. C'était comme ça. A quoi bon tenter de trouver une explication ? Je l'aimais, oui. Et après un dernier baiser, je la laissai s'éloigner de moi pour regagner les Etats-Unis, avec la promesse de se retrouver le plus vite possible.



RP TERMINE
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Bright lights, big city ~ Vic & Ty //HOT\\

Revenir en haut Aller en bas

Bright lights, big city ~ Vic & Ty //HOT\\

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS-