Dis? Tu me passes la bouteille ? - Aileen - - Page 2
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
Le 10/11/2017 : le forum a CINQ ans & sa saison 6 est mise en place. Nouveautés à découvrir ici (le tout accompagné d'un recensement au passage obligatoire).
ON VOUS AIME TEEEELLEMENT !! coeurrose lele Si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ? (Ouais on vous achète et alors ? /PAAN/)

Partagez| .

Dis? Tu me passes la bouteille ? - Aileen -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

ADMINISTRATOR
avatar


look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Certainement pas !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
22590

× Points de vie : :
172

× Copyright : :
© lux aeterna (avatar), © schizo' (code signa), © skairipa (gif profil).

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Dis? Tu me passes la bouteille ? - Aileen - Mar 15 Oct - 23:48



Dis ? Tu me passes la bouteille ?
(john keats) ▽ A thing of beauty is a joy for ever: its loveliness increases; it will never pass into nothingness; but still will keep a bower quiet for us, and a sleep full of sweet dreams, and health, and quiet breathing.
Mon avis sur la mort ne changerait pas de si tôt. Le fait était que j'étais extrêmement pessimiste et même si je ne l'avais pas toujours été, je ne pouvais pas changer ce fait. C'était ainsi, et Ezeckiel le savait parfaitement. Il était pourtant tout l'inverse de moi. Il préférait plutôt éviter de penser à tout cela, de penser au fait que nous risquions notre vie à chaque seconde qui passait, et je pouvais le comprendre. Ou, en tout cas, une partie de moi pouvait le comprendre, celle-là même qu'il me restait de mon ancienne vie. Elle persistait et était toujours là, mais je n'en restais pas moins une pessimiste à deux cent pour cent, et je ne pouvais pas imaginer que nous puissions retourner vivre tels des nomades. A mes yeux, il n'y avait rien de pire que cela. Et à choisir entre mourir ici ou mourir sur les routes, je choisissais la première option sans aucun doute, ni même aucun temps de réflexion. Même si nous n'étions pas spécialement en sécurité ici, nous avions tout de même tout ce qu'il nous fallait : nourriture, boissons, etc ...

J'évitai donc de répondre de nouveau à Ezeckiel, peu désireuse de gâcher nos quelques instants de répit. Si tout allait bien, et si nous avions un minimum de chance, nous ne devrions plus croiser de rôdeurs dans le coin alors ... Autant en profiter au maximum et éviter de s'étaler sur des choses désagréables et surtout, sur lesquelles nous n'étions pas d'accord. Bien sûr que je voulais continuer à me battre coûte que coûte pour survivre mais j'avais peu d'espoir que cela soit pleinement utile sur une trop longue durée. Plus le temps passait, et plus j'étais épuisée par tout cela, même si j'avais légèrement tendance à le cacher et à garder tout cela pour moi. Mais pour l'heure, la seule chose qui comptait était le fait que nous étions dans une situation, pour une fois, plutôt agréable. Choisir parmi les très nombreuses boîtes de conserve qui s'offraient à nous n'étaient, en effet, pas une tâche des plus compliquées.

J'observai Ezeckiel, lorsqu'il jeta un coup d'oeil à tout ce qui s'étalait devant nous. En effet, il semblerait que nous allions avoir de quoi faire pour un sacré bout de temps ... Et puis, nous ne dormions pas très loin de ce magasin, nous pourrions donc revenir aussi souvent que nous en avions envie. Raison de plus pour rester ici, dans ce centre commercial ... Dehors, nous n'avions pas spécialement accès à tout cela. Enfin bref, nous aurions largement le temps de discuter de tout cela plus tard. « Je crois qu'on est tous dans ce cas. », fis-je remarquer en rigolant légèrement. Aucun doute là-dessus, si j'avais le choix, je serais prête à faire la cuisine, alors que je n'aimais pas spécialement cela à l'époque, plutôt que de manger des conserves. Mais nous n'avions guère d'autre possibilité. En fait, le simple fait de regarder tout ce que nous avions à notre disposition me donnait faim. « On va chercher du saucisson avant qu'il ne fasse totalement nuit ? », demandai-je en souriant. Autant se faire un peu plaisir ... non ?
(c) AMIANTE



_________________
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Dis? Tu me passes la bouteille ? - Aileen - Jeu 17 Oct - 18:31



Dis? Tu me passes la bouteille?




J'aurais tout donner pour pouvoir me payer un bon restaurant gastro, quoique même un macdo aurait fait l'affaire. Désormais je ne pouvais plus que rêver d'un bon hamburger... Adieu le menu maxi et la tonne de frites et bonjour aux raviolis en conserve. Chouette... on va s'éclater ce soir. Manque plus que des marshmallows pour se faire un petit feu de camps. Quoiqu'en milieu fermé c'est peut être pas la meilleure des idées. « Ma mère détestait ce genre de truc, elle était plus du genre bio » J'aimais parlé de ma vie passée, je l'évoquais par moment, par bribes, je refusais de l'oublier, après tout c'était ma vie. Il y avait un avant et après l'invasion mais cela ne voulait pas dire qu'on devait obligatoirement oublié ce qui avait fait nos vies. Ma mère avait été un point important dans la mienne. Sur sa survie je ne me faisais hélas peu d'illusions... Difficile de faire partir ce sentiment de culpabilité. Si j'avais été là, elles seraient encore toute les deux avec moi, j'en étais sur.

« Bonne idée »  La voix d'Aileen me sortit de mes pensées, ce qui n'était d'ailleurs pas plus mal. Voila qui compléterait nos trouvailles. Un bon saucisson. Rien que d'y penser, j'en avais l'eau à la bouche. « C'est parti »
Je repris la tête de l'expédition, chargé comme une mule. La prochaine fois, j'en tirerais deux autres avec nous, histoire qu'ils portent aussi des boites de conserves. C'est franchement lourds...
On arriva quelques minutes plus tard devant le fameux rayon des saucissons ou s'étalait plusieurs variété. « Yééé , tu as une préférence, nature, au noisette , bio XD » Pour une fois qu'on avait le choix, autant en profiter. Pour ma part, j'aurais sûrement mangé n'importe lequel. « ça te dit qu'on se fasse une pause, on tente de trouver du pain de mie, puis on se vautre par terre en mode dégustation. On peut toujours ramener des saucissons au groupe après » Bha c'était sûrement égoïste, mais in venait de se taper une journée assez chargée et riche en émotion. Pourquoi ne pas en profiter pendant 10 minutes... sans la présence de nos chers amis déprimés..


made by pandora.

Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Certainement pas !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
22590

× Points de vie : :
172

× Copyright : :
© lux aeterna (avatar), © schizo' (code signa), © skairipa (gif profil).

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Dis? Tu me passes la bouteille ? - Aileen - Dim 20 Oct - 23:49



Dis ? Tu me passes la bouteille ?
(john keats) ▽ A thing of beauty is a joy for ever: its loveliness increases; it will never pass into nothingness; but still will keep a bower quiet for us, and a sleep full of sweet dreams, and health, and quiet breathing.
Prendre un peu de temps pour nous. Voilà une notion qui m'apparaissait de plus en plus lointaine. Avions-nous seulement le droit de nous permettre de nous poser, ne serait-ce que pour quelques minutes ? Plus je regardais en arrière, et plus j'avais l'impression que nous n'avions plus le choix. Tout ce à quoi notre "vie" se résumait, c'était de courir, et surtout de garder les yeux ouverts pour ne pas être surpris par des rôdeurs. J'avais déjà eu l'occasion, à plusieurs reprises, d'assister à des transformations, et même à des attaques violentes de zombies et il m'était désormais inconcevable de laisser telle chose se reproduire. Pire encore, j'étais plus qu'épuisée de devoir sans arrêt changer d'emplacement. Au final, les rôdeurs nous avaient seulement pris nos proches, mais ils nous empêchaient maintenant de vivre. Plus le temps passait, et plus je me demandais comment nous étions faire pour tenir ainsi des années encore. Parce que je n'avais aucun doute là-dessus : les rôdeurs n'étaient pas prêts de nous laisser tranquille. C'est pourquoi, ce centre commercial me paraissait être une véritable aubaine. En effet, au départ je n'étais pas vraiment partante mais maintenant que nous étions là, je désirais ardemment croire en la sécurité possible de cet endroit. Et si c'était ici que nous devions rester pour obtenir un minimum de répit ?

Ezeckiel n'était pas du même avis et ce n'était vraiment pas le bon moment pour discuter de tout cela. Il nous fallait d'abord trouver de quoi nous nourrir, de quoi changer de vêtements et aussi de quoi boire. Mais aussi, il fallait que nous continuions à rester sur nos gardes. Parce que le coin n'était pas encore assez sécurisé pour que l'on soit confiant, et il ne le serait sans doute jamais. Partir à la recherche de saucisson ... C'était quelque chose que je n'aurais pas même pu envisager il y a encore quelques mois, voir semaines, quand nous étions encore sur les routes, à bords de nos voitures. A ce moment-là, il ne nous fallait rien d'autre que l'essentiel ... Mais c'était comme si ce centre commercial m'offrait de nouvelles possibilités, comme si je me sentais capable, ici, de mettre de côté mes vieux démons. Mais pour l'heure, la seule chose qui m'importait était de trouver le rayon où était caché le saucisson. Ce ne fut pas franchement difficile, surtout qu'Ezeckiel passa devant et me montra le chemin. Je mourais d'envie de le retenir, et de passer devant, puisqu'il était chargé comme une mule et donc, pas franchement apte à se défendre en cas d'attaque, mais je n'en fis rien. Parce que je le connaissais suffisamment pour savoir que cela ne lui aurait pas franchement fait plaisir.

Je souris quand, enfin, il s'arrêta face au rayon que nous avions cherché. Du saucisson. J'en avais l'eau à la bouche, tiens. Je tournai la tête vers Gaylwen et hochai la tête. « Pose donc tous tes sacs, je vais chercher le pain de mie. », dis-je avant de tourner les talons sans qu'il n'ait pu m'en empêcher. Je le connaissais aussi suffisamment pour savoir qu'il n'aimait pas vraiment que je m'aventure seule dans des coins risqués. Mais celui-là ne l'était pas tant que cela, non ? Et pour preuve, j'en revins saine et sauve ... Les mains vides. Je m'arrêtai devant lui. « Il va falloir que l'on se débrouille sans pain de mie ... Tout est moisi. », lançai-je, dépitée, avant de m'installer à même le sol, mon couteau disposé à côté de ma main. Sait-on jamais ... « On commence par le saucisson bio ? En souvenir de ta mère. Il va falloir que tu me parles plus d'elle. », ajoutai-je rapidement, en souriant. Nous avions du temps à tuer, après tout ...
(c) AMIANTE



_________________
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Dis? Tu me passes la bouteille ? - Aileen - Mer 23 Oct - 22:47



Dis? Tu me passes la bouteille?




« Ok... » Je la regardais partir avant de me laisser tomber par terre. Qu'est que ça faisait du bien de poser ce foutu Sac. Autant le dire, je détestais l'idée de la savoir toute seule dans un rayon sombre et si j'avais accepté qu'elle y aille toute seule c'est parce qu'aucune autre trace de rôdeur ne pouvait nous indiquer qu'il y en avait d'autre. On en avait massacré quelques uns, elle était donc en sécurité et puis c'était pas si loin que ça ….
Cependant, les secondes qui s'écoulèrent me parurent incroyablement longues. Je tenais à elle et la savoir loin de moi me mettait sur les nerfs. D'ailleurs si elle n'était pas apparue dans la seconde je n'aurais sûrement pas hésité plus longtemps pour partir à sa recherche ce qui aurait sûrement provoqué une fois de plus une petite querelle... En fait je me foutais totalement du pain de mie, la seule chose qui m'intéressait c'était de la voir de nouveau dans mon champs de vision. « On s'en passera, c'est pas grave » Attrapant le saucisson bio je me faisais un plaisir de le déballer avant de le couper en deux , bha de toute façon ça servait à rien d'en faire des mini bouts. Quoiqu'elle pouvait toujours en faire si ça pouvait lui faire plaisir. Parler de ma mère, je pouvais le faire et même avec plaisir. « Elle a toujours été assez nature, pas le genre de femmes à courir les effets de mode. Elle adorait les animaux, la nature et tout ce qui va avec, elle a même eu une époque végétarienne mais avec nous, elle a rapidement laissé tombé. Si elle avait eu de l'argent, elle aurait sûrement tout plaqué pour aller élever des vaches en plein Wyoming et j'aurais fini Cow boy » A choisir je préférais le métier de pilote, c'était tout de même plus classe. Je ne me gênais pas pour mordre dans le saucisson. A qu'est qu'il était bon et pas si gras que ça. « Et toi ? » Après tout c'était donnant donnant et puis c'était plus intéressant de cette manière. « Comment elle était ta mère ? Elle aimait le saucisson au moins ? Sinon je crois qu'on ne se serait jamais entendu tout les deux.. » concluais je d'un ton amusé tout en prenant une autre bouchée de ce délicieux petit cochon.

made by pandora.

[/quote]
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Certainement pas !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
22590

× Points de vie : :
172

× Copyright : :
© lux aeterna (avatar), © schizo' (code signa), © skairipa (gif profil).

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Dis? Tu me passes la bouteille ? - Aileen - Sam 26 Oct - 18:54



Dis ? Tu me passes la bouteille ?
(john keats) ▽ A thing of beauty is a joy for ever: its loveliness increases; it will never pass into nothingness; but still will keep a bower quiet for us, and a sleep full of sweet dreams, and health, and quiet breathing.
Je n'étais, initialement, pas du genre à être dépendante de qui que ce soit. J'aimais mon indépendance, le fait de pouvoir faire ce que je voulais, quand je le voulais. C'était le cas avant l'invasion déjà, et l'arrivée de celle-ci, et tous les problèmes qui nous étaient tombés dessus en même temps, avaient aggravé la chose. A force d'avoir réfléchi à tout cela encore et encore, je m'étais rendue compte que ce dont j'avais le plus peur, c'était de voir Ezeckiel mourir. Après tout, c'était déjà une des fatalités de la vie mais à présent que les morts revenaient à la vie ... Les risques étaient plus grands encore. Et je ne voulais pas le perdre. J'avais beau tenter avec toutes mes tripes et toute ma volonté de ne pas m'attacher à lui, c'était trop tard. J'étais déjà accrochée à lui, incapable de m'imaginer continuer ma route sans lui. Tout mon semblant de vie actuel tournait autour d'Ezeckiel. C'était Ezeckiel, et lui seul. Je pouvais me voiler la face autant que je le voulais, jouer les durs au quotidien, le fait était que je ferais tout pour lui. J'étais prête à mourir pour qu'il ait la vie sauve et si, dans la seconde, il me disait qu'il partait, je le suivrais. N'importe où, et quoi qu'il arrive.

Et je ne pouvais pas indéfiniment être distante avec lui. Ce n'était pas possible. Plus maintenant. Je n'hésitai donc pas à lui demander de me parler de sa mère. C'était quelque chose auquel je tenais. Je n'étais peut-être pas très loquace et je n'aimais pas spécialement parler de tout un tas de choses, mais je ne voulais pas oublier notre monde tel qu'il était avant. C'était tout ce qui pouvait nous tenir en vie, désormais. Je remerciai Ezeckiel quand il me donna la moitié du saucisson, et ne pus pas m'empêcher de rire en l'imaginant cow-boy. Pourquoi pas, cela aurait pu bien lui aller. Il n'empêchait que c'était très drôle. « Cow-boy ? ça aurait été pas mal, tiens ! », m'exclamai-je en souriant, toujours aussi amusée. « Je pense que je me serais bien entendue avec elle. Cela ne m'aurait pas dérangé de tout plaquer. », confessai-je avant de mordre dans le saucisson. Bon sang, que c'était bon.

Comme j'aurais sans doute dû m'y attendre, Ezeckiel ne tarda pas à me retourner ma question. Heureusement, il ne s'agissait de rien de bien grave. Parler de ma mère n'était pas un problème en soit, bien au contraire même. Il n'y avait que quelques rares sujets que je voulais à tout prix éviter, mais je me doutais qu'il en allait de même pour Ez'. Il ne parlerait donc certainement pas de tout cela. « Oh oui, elle aimait le saucisson ! », m'exclamai-je en souriant. C'était plus mon père, en fait, qui était du genre à ne pas vouloir manger "trop gras, trop sucré, trop salé", heureusement, il n'était pas non plus dans les extrêmes. « Elle ne vivait que pour et par mon père. Nous n'étions pas vraiment très proches, elle m'exaspérait la plupart du temps. », avouai-je en souriant. Si je le regrettai, aujourd'hui ? Bien sûr. Mais c'était toujours ainsi. Je l'aimais, évidemment, mais elle n'avait jamais vraiment son rôle de mère. Et aujourd'hui ... elle n'était plus, comme à peu près tout le monde.
(c) AMIANTE



_________________
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Dis? Tu me passes la bouteille ? - Aileen - Ven 1 Nov - 21:27



Dis? Tu me passes la bouteille?



Beaucoup de choses me manquaient, mais je m'étais habitué à ce manque et j'avais appris à vivre avec. La survie nous demandait beaucoup et j'étais près à faire de nombreux sacrifices pour continuer à vivre. Il y avait juste certaines choses que je ne cautionnerais sûrement jamais. Je n'étais pas un tueur et je me voyais mal le devenir un jour. Pour le moment, j'avais eu la chance d'éviter de me retrouver en face à face avec un être humain. Beaucoup de survivants avaient du se battre contre d'autres pour survivre et cela les avait marqué. Pour ma part, j'étais toujours passé à travers mais nul doute qu'un jour cela arriverait et que cela laisserait des marques. Savoir si je serais capable d'agir me hanter mais une petite voix au fond de moi se voulait rassurante et terrifiante à la fois. Quand on veut vivre, on semble capable de bien des choses... Enfin je n'y étais pas, j'avais donc le temps de laisser venir et à la fin qu'importe ce qui allait arriver je trouverais sûrement le moyen de rebondir. Et puis j'avais franchement pas envie de me prendre la tête dans un moment comme ça. Pour une fois qu'on prenait du bon temps, je n'allais pas le ruiner avec mes idées noires. On en avait tous, moi comme les autres et j'avais tendance à tout garder. Parler, me plaindre, pleurer sur mon sort, cela ne me ressemblait pas... même avec elle je refusais de laisser apparaître une quelconque souffrance, pensant qu'elle en avait sûrement déjà assez alors autant éviter de lui en rajouter. En fait j'avais perdu pas mal d'humanité jusqu'à ce que ma route croise celle d'Aileen. Peut être parce que j'avais tout perdu et qu'elle a été une sorte de renouveau. Une sorte de petit signe du destin pour me signifier que tout n'était pas fini. Que la vie est un livre qu'on écrit et un livre comporte de nouveaux chapitres...

Un sourire se dessina sur mon visage, j'avais toujours bien aimé les western et la vie de l'ouest américain mais de là à vivre en tant que cow boy fallait peut être pas trop pousser... C'est plus un truc qu'on rêve quand on est goss mais pour ma mère ça a toujours été un rêve. De nous, c'est celle qui détestait le plus la ville et ses inconvénients. Elle n'a jamais rien eu d'une citadine. Je poussais un soupir avant de hausser un sourcil. « Et ma vie aurait été en enfer, toi, ma sœur et ma mère... » Je roulais des yeux avant de prendre une autre bouchée de ce saucisson tout en me battant avec un autre pour le virer de son emballage. «Mon seul soutien ça aurait été Tim notre chien » Oué parce que ma mère c'était aussi une fan des bêtes à poils. Bref la connaissant elle aurait accepté Aileen, encore plus en comprenant les sentiments que je pouvais avoir pour elle mais ça je pouvais mal lui dire j'avais trop peur de la voir disparaître alors en grand courageux je préférais me taire.

C'était la première fois qu'elle me parlait ainsi de sa vie, de sa mère. D'une certaine façon elle me permettait d'en apprendre plus sur elle, sur une Aileen que je ne connaîtrais sûrement jamais. Car oui, ce monde nous avait changé, on ne serait plus jamais les même. « J'ai jamais connu mon père, ce con est mort durant la grossesse de ma mère... » Pas vraiment joyeux, j'avais toujours pensé à construire une famille mais je crois que l'idée m'a finalement toujours fait peur et aujourd'hui la question ne se pose plus. Le saucisson descendait vite et je commençais à m’énerver avec ce foutu papier. « Ouverture facile tu parles ! »

made by pandora.

Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Certainement pas !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
22590

× Points de vie : :
172

× Copyright : :
© lux aeterna (avatar), © schizo' (code signa), © skairipa (gif profil).

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Dis? Tu me passes la bouteille ? - Aileen - Dim 3 Nov - 23:16



Dis ? Tu me passes la bouteille ?
(john keats) ▽ A thing of beauty is a joy for ever: its loveliness increases; it will never pass into nothingness; but still will keep a bower quiet for us, and a sleep full of sweet dreams, and health, and quiet breathing.
Il n'y avait rien de plus plaisant que des moments de tranquillité comme celui-là. Avec la folie de notre monde actuel, nous ne pensions presque plus à faire ce genre de truc. Être juste avec Ezeckiel, tous deux calés dans un coin plus ou moins sécurisé, à ne rien faire d'autre que parler et, accessoirement, manger du bon, du fabuleux saucisson. En fait, si je pouvais choisir, c'est sans doute comme cela que je souhaiterais mourir : avec Ezeckiel, en paix. Malheureusement, il n'était plus possible de faire un tel choix et je savais que si jamais la mort venait à me faucher, ce ne serait sans doute pas de manière paisible et calme. Elle nous surprenait toujours de la pire des façons, et c'était bien trop souvent à mon goût, douloureux. Or, je ne voulais pas souffrir. J'étais terrifiée à cette simple idée. Je chassai ces pensées désagréables de ma tête et préférai, plutôt, me contenter de rêver à ce qu'aurait pu être notre vie, dans une autre réalité, à un autre moment, si tout n'avait pas déraillé du jour au lendemain. Aujourd'hui, je pouvais dire sans mal qu'à une autre époque, cela ne m'aurait pas dérangé de tout plaquer pour aller vivre en mode western avec Ezeckiel et sa famille. Avec ma soeur, tant qu'à faire.

Bien sûr, cela n'était pas possible et si tout cela n'était pas arrivé, je n'aurais, sans aucun doute possible, jamais rencontré Ezeckiel. Alors ... Cela ne faisait pas de mal de rêver un peu à ce qu'aurait pu être notre vie. Et je ne pouvais pas m'empêcher d'apprécier d'entendre parler de la mère d'Ez', et de sa soeur jumelle, aussi. Oh oui, j'aurais aimé les rencontrer. Mais ce n'était pas, ou plus, possible. Tout ce à quoi j'avais désormais droit, c'était ce que me confessait Ezeckiel. C'était mieux que rien, me direz-vous ... « Tim ? Quel joli prénom ! », m'exclamai-je en souriant. Je croquai dans mon saucisson avant de tourner la tête en direction d'Ezeckiel, une fois mon morceau avalé. « Ta vie aurait été un vrais paradis, oui ! », fis-je mine de m'offenser, avant d'être trahie par mon soeur. Oh oui, j'étais persuadée qu'il aurait été aux anges, entouré de sa famille et ... De moi, bien sûr. Je posai ma tête sur le meuble derrière moi et fermai les yeux un bref instant, à moitié rêveuse, et à moitié endormie aussi. Qu'es-ce que je ne donnerai pas pour avoir droit à une longue nuit reposante. Malheureusement, même mon corps en décidait autrement, et cela faisait un sacré bout de temps que je n'avais pas eu le droit à un vrai repos.

Me confier à Ezeckiel n'était, finalement, pas aussi difficile que je ne l'avais pourtant imaginé. Oh, bien sûr, il y avait encore quelque sujets que je n'étais pas prête à aborder avec lui, comme tout ce qu'il s'était passé depuis le début de l'invasion, mais je savais que je finirais par pouvoir le faire. Un jour ... Mais pas maintenant. Surtout pas, alors que nous étions plus détendus que jamais. Je voulais baisser ma garde, au moins pour le temps qu'il nous restait à passer ici. Loin des autres, loin de leur déprime et de leur mauvaise influence sur notre moral. Juste nous deux. Je n'aurais pas pu demander mieux. « Ah merde. Tu as déjà vu des photos de lui au moins ? », demandai-je, sincèrement curieuse. « Je n'étais pas très proche de lui non plus. Je n'en ai toujours eu que pour ma soeur. », avouai-je finalement. En fait, cela faisait même du bien de pouvoir se livrer et se confier de la sorte. Il faudrait peut-être que je songe à le faire un peu plus souvent. Cela me permettrait peut-être aussi de ne rien oublier de ma vie d'avant. Je souris en voyant Ez' en pleine galère avec un deuxième saucisson. Je posai ma main sur le plastique qu'il tenait, et de l'autre, sortit un couteau de ma ceinture. Je coupai un morceau de l'emballage, avant de retirer mes mains. « Et voilà ! », m'exclamai-je, avant de retourner à mon propre saucisson. Dommage que nous n'ayons pas de pain, quand même ... « On doit vraiment retourner avec eux ? ... », demandai-je à voix basse, presque désespérée. Il faut dire que ce n'était pas tous les jours faciles d'être avec eux. J'aurais tellement préféré qu'être à deux soit suffisant pour la survie. Malheureusement, ce n'était pas le cas, et je l'avais finalement compris ...
(c) AMIANTE



_________________
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Dis? Tu me passes la bouteille ? - Aileen - Lun 4 Nov - 22:01



Dis? Tu me passes la bouteille?



« ça lui allait bien » Ce chien avait toujours eu un côté assez humain. J'avais d'ailleurs passé pas mal de temps en sa compagnie et je dois avouer que sa présence me manque comme celle de beaucoup d'autres personnes. Tim c'était un compagnon de vie toujours dévoué et prêt à se lancer dans des aventures sans queue ni tête, j'avais fait pas mal de connerie avec ce chien et il ne m'en avait jamais vraiment tenu rigueur. Quand on prenait le temps de réfléchir à notre ancienne vie, le constat était assez alarmant. J'avais passé plus de la moitié de ma vie à vivre sans vraiment comprendre ce que cela signifiait. Les zombies avaient eu l'avantage de nous montrer l'importance de la vie et des rapports humains, on vivait moins dans un truc idéaliste et on avait rapidement compris que la survie fonctionnait uniquement si on acceptait de revoir ses principes. Vivre en groupe amenait une certaine sécurité et représentait bien entendu un danger. Mais pour avoir vécu les deux situations, je préférais le groupe. Ça évitait de devenir fou et puis surtout ça nous permettait d'être assez nombreux pour affronter les zombies. Je ne faisais pas partie de ceux obliger de pleurer leurs proches mais je me doutais que pour eux la présence du groupe était salutaire. Seul se laisser crever me paraissait finalement plus plausible. Avec le groupe, si on voulait suivre les autres, on était bien obligé de se bouger et de laisser nos larmes derrière nous. Enfin j'étais pas vraiment décidé à vivre ce genre de mésaventures raison pour laquelle je me battais chaque jour pour garder ce que je possédais déjà. En fait il n'y avait pas grande chose, j'étais prêt à me séparer de tout à part d'elle. Et je vivais avec l'idée qu'un jour ou l'autre elle prendrait d'elle même la décision de partir. Je l'avais trouvé complètement perdu, depuis elle avait changé, mais je craignais tout de même qu'elle décide un jour de reprendre la vie qui avait été la sienne avant notre rencontre. Je détestais cette idée et je savais très bien que si elle faisait ce choix , je choisirais à mon tour de me lancer à sa recherche, car il était hors de questions qu'elle s'en aille sans moi.

J'aimais la savoir avec moi, j'aimais la voir vivre, sourire même si c'était rare, j'aimais quand on s'engueulait et j'aimais encore plus quand on arrivait à créer ce genre de moment.. En fait je l'aimais tout simplement, c'était plus court mais je n'avais jamais trouvé le courage de lui expliquer mes sentiments. Vu le monde dans lequel on était je préférais franchement les garder pour moi, puis dans le fond elle devait sans douter non ? Les choses sont différentes quand vous avez peur de perdre la personne... et c'était bien mon cas. Puis l'amour ça avait toujours été quelque chose que j'avais laissé de côté, ça m'avait jamais vraiment intéresser en fait. J'étais légèrement perdu et je détestais ça. Et puis il fallait aussi avouer qu'elle ne m'aidait pas vraiment. Le plus aurait sûrement été de lâcher le morceau après ma perte de contrôle quand je lui ai légèrement sauté dessus en l'embrassant... Sûrement le meilleur moment de ma survie... bref j'avais choisi le silence et ça avait pas mal fonctionner. Sauf que maintenant je me voyais mal ré-aborder le sujet.  Autant se concentrer sur le saucisson, c'était plus facile et bien moins risqué.

« Ma mère les a brûlé, on a toujours été très direct dans la famille » En fait je crois que sa mort a été pour elle comme une véritable libération... Elle n'a jamais vraiment abordé le sujet sur mon père et j'ai toujours su que ce n'était pas par tristesse. Un sourire réconfortant se dessina sur mon visage, je comprenais parfaitement ce qu'elle ressentait. Ma sœur me manquait, c'était un manque quotidien qui ne disparaîtrait jamais. « Merci » Comme quoi elle avait un avantage sur moi, elle savait mieux ouvrir les sachets que moi point positif. « Oué.. » Aucune envie de repartir mais on avait vraiment pas le choix, fallait bien rentrer. Si on continuait à rester là, ils risquaient de s’inquiéter et c'était mieux pour tout le monde d'éviter une situation stressante. Je me levais avec une certaine nonchalance. « La prochaine fois c'est toi qui invite » Un sourire amusé se dessina mon visage avant que je me détourne d'elle pour prendre le chemin du retour.

made by pandora.

[/quote]
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Dis? Tu me passes la bouteille ? - Aileen -

Revenir en haut Aller en bas

Dis? Tu me passes la bouteille ? - Aileen -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS-