Aileen - Viens a mes côtés , on se tiendra chaud (hot)
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome. Quelques bugs/décalages à attendre sous Firefox.
Le 10 novembre 2016, le forum a fêté ses quatre ans !! A cette occasion, sa saison 5 a été mise en place. bril Et le 12/06/2017, sa version vingt-trois réalisée par Morphine est installée. Toutes les nouveautés sont à découvrir ici. coeurrose
Oh la la qu'est-ce que vouuuuus aiiiiiime !! coeurrose lele Et si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ?

Partagez| .

Aileen - Viens a mes côtés , on se tiendra chaud (hot)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Aileen - Viens a mes côtés , on se tiendra chaud (hot) Dim 10 Nov - 23:04



Viens à mes côtés on se tiendra chaud


L'annonce était passée à la radio pendant qu'on était tout les deux en voiture pour prendre l'air et pour essayer de trouver des médicaments et donc une pharmacie. Depuis le temps qu'on ne captait plus rien. Les grésillements de la radio m'avaient immédiatement fait stopper le véhicule et monter le son. Avec Aileen on s'était regardé comme deux parfaits incrédules. Mélange de joie, de surprise mais aussi et surtout de doute. Tout cela paraissait tellement improbable. On avait attendu une telle occasion depuis des semaines, des mois, on ne pouvait pas passer à côté et même si l'annonce n'était qu'une mauvaise blague ou une sorte de pièges on ne pouvait pas passer à côté. Ce jour là, on mis fin à notre recherche de médicaments pour repartir au centre commercial. L'annonce avait surprise l'intégralité de notre groupe et tous avait bondi sur leurs pieds pour saisir leurs affaires. On avait franchement pas trop eu le temps de réfléchir, on avait agi à l'instinct. Le Nevada... La route a été longue, très longue et bien sur semée d’embûches. On était en Floride, le Nevada c'est juste à l'opposé. J'ai laissé tombé le nombre de jours qu'on a passé sur les routes, le nombre de fois ou on a failli laisser tomber mais j'ai toujours trouvé la force de ne pas abandonner. On ne pouvait pas ne pas y arriver c'était impossible. Ce long chemin jusqu'à la zone 51 avait laissé pas mal de traces. On avait perdu quelques membres du groupe. Bien évidemment, les rôdeurs n'allaient pas nous rendre les choses faciles, on avait du se battre, courir, s'enfuir jusqu'à enfin déboucher dans cette arche de Noé.
La zone 51 était un endroit préservée, protégée par des hommes qui me rappelaient légèrement l'armée. Hélas pas de petit avion pour faire des acrobaties aériennes comme quoi y avait quand même pas mal de lacunes dans cette zone. En fait c'était le seul truc que je pouvais vraiment critiquer. Mon côté militaire n'était pas passé inaperçu si bien qu'à peine arriver on m'avait déjà assigné à la surface du camp. Autant me donner un raptor, j'ai toujours été plus doué avec ce genre de joujous qu'avec une arme. Mais bon je me débrouille pas mal non plus avec ce genre de trucs, faut juste viser... En fait, il faut avouer que pour le moment je n'ai pas tué énormément de zombies, c'est même ennuyeux...
Me plaindre n'est sûrement pas la meilleure des choses à faire. On nous offre tant, bien plus qu'on ne pourrait rêver mais je ne peux m'empêcher de rester méfiant. Et il y a une chose à laquelle je n'avais pas pensé. Pour moi la zone 51 était une sorte d'endroit introuvable et j'avais été surpris par le nombre de personnes qui avaient réussi à la trouver. Hors la surpopulation entraînait pas mal de problèmes, surtout pour Aileen. On évitait donc le plus possible de rester enfermer dans la zone et on parfait à l'extérieur pour tenter de trouver des trucs utiles à la communauté. En fait ça c'était ce qu'on disait pour pouvoir sortir à l'extérieur et se retrouver seul sans se prendre la tête avec les autres... Et pour Aileen se retrouver en petit comité c'était une sorte de cadeau de Noël. Et puis je  devais aussi avouer que je préférais largement me retrouver avec elle qu'au milieu d'un groupe bruyant et donneur de leçons. J'avais même eu droit à des jolies demoiselles en mode chiennes en chaleur... et oui, comme quoi on voit de tout.

Assis sur mon lit ou plutôt sur ma couchette, j'étais en train de bouquiner un livre en jetant un coup d’œil à Aileen qui faisait de même. Déposant mon livre sur la couette, je me redressais pour passer la tête par dessus son épaule. « Tu lis quoi ? »  Pour le moment notre dortoir était assez calme. Avec Aileen on avait légèrement collé nos lits, on était séparé de même pas 10cm. Parce qu'en fait on avait beau être en groupe, on restait finalement un véritable duo. La nuit était en train de tombée, ma journée était terminée, il m'arrivait de faire des nuits de garde mais pas aujourd'hui. Amusé, j'attrapais son bouquin. Hélas je n'eus pas vraiment le temps de plonger le regard dans celui qu'un homme débarqua. « Faite de la place... » Je redressais la tête avant de soupirer. Un nouveau groupe d'arrivants venait de faire son apparition et une dizaine de nouvelles têtes se trouvaient devant nous. Je laissais échapper un soupire avant de déposer le bouquin pour faire des maths. Avec 5 lits encore utilisables, faire dormir 10 personnes ça risquaient d'être compliqué, on allait devoir se serrer. « Si ça continue comme ça, ils vont finir par nous empiler comme des boites de conserves» murmurais-je à l'oreille de la jolie blonde tout en me laissant retomber contre elle. Pendant ce temps, le petit groupe s'était élancé dans le dortoir à la recherche de lit. « On a qu'a partager le mien » Laissais je échapper un sourire amusé. « De toute façon tu dors avec moi quasiment toute les nuits » Oui parce que chaque matin son lit était étrangement plus proche du mien. Quoique c'était peut être moi qui le rapprochait durant la nuit en mode incognito.
made by pandora.
[/size]
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Plutôt crever que de faire ce foutu vaccin !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21395

× Points de vie : :
388

× Copyright : :
© lux aeterna (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Aileen - Viens a mes côtés , on se tiendra chaud (hot) Lun 11 Nov - 1:51



viens à mes côtés, on se tiendra chaud.
(muse) ▽ I know you've suffered but I don't want you to hide. It's cold and loveless, I won't let you be denied. Soothing, I'll make you feel pure : trust me, you can be sure. I want to reconcile the violence in your heart. I want to recognise your beauty's not just a mask. I want to exorcise the demons from your past. I want to satisfy the undisclosed desires in your heart.
Un endroit sécurisé et bondé de gens. Comment aurions-nous seulement pu envisager de passer à côté d'une telle occasion ? En un an, il s'en était passé des choses. Souvent horribles, parfois inattendues. Et au final, tout se terminait plus ou moins bien. Nous avions réussi, après des jours et des jours de trajet chaotiques, à arriver jusqu'au Nevada, puis dans la zone 51. L'entende du message radio avait été une bouffée d'espoir -oui, même pour moi-, mais l'arrivée ici n'avait pas produit les mêmes choses chez tout le monde. Bien sûr, j'avais été soulagée de voir que nous n'avions pas fait tout ce trajet pour rien, que nous n'avions pas perdu plusieurs d'entre nous pour ne rien retrouver, mais cela ne m'avait pas empêché de frôler la crise cardiaque en découvrant le nombre de personnes présentes ici. C'était ... Impressionnant, indescriptible, en fait. Trop de gens d'un coup. Beaucoup trop. Je n'aurais pas pu supporter de rester là tous les jours, et à toute heure. Heureusement pour moi, Ezeckiel l'avait bien compris et il semblait, lui aussi, préférer quand nous n'étions que tous les deux. Du coup, depuis notre arrivée ici, nous avions déjà plusieurs fois pris toute occasion pour sortir et partir à la recherche de nouvelles réserves pour la zone. De cette façon, non seulement nous étions utiles mais cela me permettait aussi de ne pas faire de crise de nerfs. Parce que si Ezeckiel n'était pas là, il était évident que je n'aurais jamais fait l'effort de venir jusqu'ici. Déjà que, plusieurs fois, nous avions failli renoncer sur le trajet ... Mais, d'une certaine façon, j'avais réussi à évoluer, grâce à lui. J'étais toujours plus que terrifiée à l'idée de devoir être trop entourée, mais tant qu'il était avec moi, je réussissais à m'apaiser, et à ne pas purement et simplement péter un câble.

C'était d'ailleurs grâce à -et pour, d'une certaine façon- lui que je dormais dans les dortoirs avec les autres, et pas à l'extérieur ou dans un endroit reculé. Dans le fond, je savais que tant que j'étais avec lui, j'étais en sécurité, et que ni rien ni personne ne pouvait m'atteindre, mais c'était plus fort que moi : mes vieux démons finissaient toujours par refaire surface. L'avantage, dans tout cela, était que le fait d'être aussi proche d'Ezeckiel apaisait mon sommeil. Ainsi, je ne faisais plus de cauchemars, ou en tout cas ils étaient beaucoup moins présents, depuis notre arrivée ici. Un gros avantage, en effet, surtout que j'avais eu peur, à la base de réveiller tout le monde en plein milieu de la nuit parce qu'un cauchemar m'avait fait sursauter et hurler. Bref, au fil des jours, nous avions beaucoup rapproché nos couchettes. En fait, c'était plutôt moi qui l'avait fait parce que ... et bien parce que je ne pouvais tout simplement pas supporter d'être trop près des autres et pas assez de lui. Je ne pouvais pas donner de meilleure explication que celle-là. Assise sur ma couchette, le dos contre le mur, Ezeckiel pas bien loin, je profitai de la tranquillité de la pièce, et de la lumière qui filtrait encore pour lire. Cela faisait une éternité que je n'avais pas eu la possibilité de plonger mon nez dans un bouquin, alors c'était l'une des premières choses que j'avais voulu faire. Nous avions beaucoup de livre à notre disposition et j'avais pioché le premier sur lequel j'étais tombée. Un thriller palpitant dont je connaissais malheureusement déjà la fin, beaucoup trop prévisible.

Je n'eus pas le temps de répondre à Ezeckiel, puisqu'il attrapa mon livre. Souriante, j'allais tenter de le récupérer quand un homme débarqua dans la pièce, suivi par une bonne dizaine de personnes. Et merde. Je ne pus pas m'empêcher de rire quand Ez' nous compara à des boîtes de conserve. C'était tout à fait cela, en fait. Je n'osais pas compter le nombre de personnes que nous étions rien que dans cette pièce, mais une chose était certaine : nous étions beaucoup plus que le nombre de couchettes mises à notre disposition. Plutôt que de répondre au jeune homme, je tournai la tête dans la direction opposée, pour observer les nouveaux arrivants. En fait, il me suffisait de voir qu'il y avait pas mal d'hommes pour être d'ores et déjà terrifiée. Extraordinaire. J'avais vraiment de la chance qu'Ezeckiel soit juste à côté de moi ... Instinctivement, je plantai de nouveau mon regard dans le sien quand il prit de nouveau la parole. Et, forcément, je rougis et ricanai, plus que gênée, quand il dit que je dormais avec lui toutes les nuits, de toute façon. Evidemment, je savais à quoi il faisait allusion : il s'était rendu compte de mon manège. Je n'hésitai pas bien longtemps, cependant, et un nouveau coup d'oeil en direction des inconnus acheva de me convaincre. Je me décalai sur le côté et soulevai la couverture d'Ezeckiel. « Fais-moi de la place ... », murmurai-je alors que je me glissai aux côtés d'Ez, sous la couette. Par réflexe, je pris la peine de repousser la couchette que j'avais occupée ces derniers temps, histoire de ne pas être proche plus que nécessaire de son prochain occupant. Je me serrai contre Ezeckiel, pour ne pas toucher le sol bien sûr, et enfouis ma tête dans son cou. « C'est mieux comme ça. », soufflai-je, tout en calant mes mains sur son torse. Oh oui, nettement mieux. Rassurant, sécurisant, bref tout ce dont j'avais besoin.
(c) AMIANTE



_________________
en présence très réduite jusqu'au 9 août
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Aileen - Viens a mes côtés , on se tiendra chaud (hot) Lun 11 Nov - 22:14



Viens à mes côtés on se tiendra chaud


On avait eu pas mal de chance en trouvant la zone 51. Nous n'avions pas été les seuls à tenter l'aventure et aucun groupe n'avait été épargné lors de son voyage jusqu'à cette promise. Peu après notre arrivé, notre groupe de survivants s'était dessoudé, on avait tous pris un autre chemin. D'une certaine manière avec Aileen on ne s'était jamais vraiment totalement acclimaté. Ou peut être qu'on était trop proche pour vraiment faire partie d'un groupe. On se contentait de rendre service, mais pour ce qui est des rapports humain, on était toujours resté assez distant. Désormais on vivait en communauté et même s'il m'arrivait de parler quelques fois à nos voisins et voisines de couchettes, je restais tout de même assez distant. De toute façon, on se voyait quotidiennement, on apprendrait à se connaître si on en avait vraiment envie. J'aimais la vie en communauté, mais là c'était un peu trop pour moi. On se marchait les uns sur les autres... C'était assez difficile à supporter et niveau intimité c'était assez mort mais je m'adaptais. Pour Aileen, les choses étaient différentes, elle n'avait jamais vraiment mentionné ce qui lui étai arrivé, mais avec le temps j'avais terminé par ne plus rechercher à savoir ce qui c'était passé. Si un jour, elle trouvait le besoin d'en parler elle savait parfaitement qu'elle pouvait me le dire. A la fin que je le sache ou non, cela ne changerait pas notre relation. On était bien comme ça et même si j'avais envie de plus je me contentais de ce qu'elle voulait ou pouvait me donner. Et finalement ça m'allait assez bien. On s'était encore plus rapproché au cours de ses derniers mois et on aurait sûrement pas pu être plus proche. Notre confiance était mutuelle et elle importait vraiment. Je n'avais aucun doute sur le fait que notre survie dépendant de l'un ou de l'autre, l'autre était devenu essentiel et d'un certain côté ça faisait du bien.

Les dortoirs étaient peu spacieux, l'espace avait été pensé pour laisser le plus de place possible et pour permettre aux personnes d'évoluer sans trop de difficultés. Mais au fur et à mesure des arrivées, tout devenait plus compliqué. Il m'arrivait parfois de ressentir le besoin de partir d'ici avec ma jolie blonde. On savait survivre mais c'était tellement plus facile de vivre ici... On avait tellement moins de soucis, on mangeait, on se lavait, on riait et tout ça sans le bruit bien connu des rôdeurs. Bien sur je me serai bien passé de partir vadrouiller pour nettoyer les alentours du camp mais finalement ça me permettait de m'aérer l'esprit et j'aimais toujours tué les rôdeurs. Je craignais cependant que la concentration de personnes ne fassent arriver plus de rôdeurs. Mes craintes semblaient se vérifier, ils en venaient de plus en plus mais pour le moment notre dessus était considérable. Alors autant prendre des forces vu qu'on le pouvait, je ne pouvais m'empêcher de penser que cela prendrait fin et on devait être préparer à fuir. Heureusement pour nous en cette fin de soirée, pas de fuite à l'horizon mais bien une invasion de survivants tout aussi paumé les uns que les autres. Une famille se tenait collée serrée. C'était la première fois que j'en voyais une entière. Enfin elle ne l'était peut être pas complètement, mais les parents avaient encore la chance d'avoir deux enfants à leur côté et avec un peu de chance ils n'en avaient eu que deux. D'autres survivants possédaient ce regard éteint de ce qui en ont vu trop...

« C'est demander si gentiment » dis je avec un sourire jusqu'aux oreilles. Depuis le temps que je rêvais de partager mon lit avec elle, amicalement parlant bien sur. Quoique... Je la regardais pousser sa couchette d'un air amusé. « Promet moi de pas me jeter comme ça quand tu en auras fini de moi » plaisantais je avant de la regarder se glisser sous ma couette. Je n'avais cependant pas pensé à cette nouvelle proximité qui hérissa le poil. Nom de dieu ça allait être dur. C'est bon j'adorais ça, en fait j'aimais vraiment trop ça... Je la laissais se positionner avant de faire de même, je ne mis pas bien longtemps à l'entourer avec mes bras, juste pour être sur qu'elle ne tombe pas bien sur. C'est qu'on ne pouvait pas vraiment bouger sur cette petite couchette. « Mouais c'est pas mal » Ma tête descendit doucement vers la sienne pour se poser sur celle ci. « Bon vu que tu es dans mon lit sache qui y a des règles. Règle n°1 aimant profondément et incroyablement son propriétaire et la dernière règle ne pas prendre toute la couette » Plaisantais je avant de fermer les yeux . J'avais plus du tout envie de lire, j'avais juste envie de profiter d'elle et de sa chaleur..
made by pandora.
[/size]
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Plutôt crever que de faire ce foutu vaccin !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21395

× Points de vie : :
388

× Copyright : :
© lux aeterna (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Aileen - Viens a mes côtés , on se tiendra chaud (hot) Mar 12 Nov - 1:29



viens à mes côtés, on se tiendra chaud.
(muse) ▽ I know you've suffered but I don't want you to hide. It's cold and loveless, I won't let you be denied. Soothing, I'll make you feel pure : trust me, you can be sure. I want to reconcile the violence in your heart. I want to recognise your beauty's not just a mask. I want to exorcise the demons from your past. I want to satisfy the undisclosed desires in your heart.
Plus le temps passait, et plus je me rendais compte des choses. En fait, cela faisait longtemps maintenant que j'avais compris que j'aimais inconditionnellement Ezeckiel. Il avait débarqué dans ma vie au moment où je m'y attendais le moins et avait réussi, à force de tentatives et de persuasion, à se faire sa place dans ma tête, et mon coeur. Cela n'aurait pas dû se passer comme cela, et j'étais terrifiée, en fait, à chaque fois que je me rendais compte que je laissais les choses traîner, s'agrandir, s'élargir, et se transformer en quelque chose de beaucoup plus grand. Mais il était trop tard pour faire demi-tour, trop tard pour m'éloigner de lui, trop tard pour tout à la fois. Il s'était peut-être imposé au départ mais maintenant qu'il était là, il faisait partie intégrante de moi, et il était hors de question que je le laisse filer. J'avais encore mes moments de doutes, mais beaucoup moins ces derniers mois. Enfin, avec lui, en tout cas. Parce que je lui faisais totalement confiance et quoi que je fasse ou dise, je savais que cela ne changerait pas. Il était trop tard pour revenir en arrière et dans le fond, cela m'arrangeait bien ainsi ... Je ne m'éloignerai de lui pour rien au monde, et je ne changerait pas mes sentiments pour rien au monde non plus. Sur tous les points de vue, je lui faisais une confiance aveugle, il devait bien s'en douter.

Même avec toute la bonne volonté du monde, jamais je n'aurais pu résister à sa proposition. Elle était trop alléchante, trop tentante pour que je ne fasse ne serait-ce que songer à la rejeter. Je n'aurais pas pu espérer mieux que dormir avec lui. Il suffisait déjà qu'il soit avec moi pour que je me sente en sécurité, alors partager sa couchette était le meilleur des choix à faire. Je commençai lentement mais sûrement à me faire ma place à ses côtés, un sourire large sur le visage, avant de repousser ce qui avait été ma couchette ces derniers jours. Je la voulais loin de moi, aussi loin que possible. Ezeckiel était peut-être là pour me protéger, mais mes vieux démons étaient persistants, et ne me laissaient pas le moindre répit. « Promis. », dis-je sur un ton déterminé, en souriant toujours. Evidemment, que j'étais incapable de le jeter. J'avais déjà du mal à m'éloigner de lui plus d'une heure ... Il suffit que je m'allonge à ses côtés pour que mes doutes s'envolent, contrairement à ce que j'avais d'abord pensé. Il avait tant de pouvoir sur moi et ce, sans s'en rendre compte, c'était ... Incroyable. J'enfouis ma tête dans son cou, histoire de cacher mon trouble. Nous n'avions jamais été aussi proches ... Sauf peut-être la fois où il m'avait embrassée ... Euuuuuh ... Non, ce n'était définitivement pas le moment de penser à cela, surtout pas alors que ses lèvres étaient si proches des miennes, comme le reste de son corps, en fait. « Pas mal ? Tu rigoles ? C'est parfait. », répliquai-je, faussement outrée. Utiliser la plaisanterie pour cacher à quel point tout ne tournait pas rond dans ma tête, c'était tout ce que je faisais avec Ezeckiel, depuis le début.

Evidemment, qui disait partager une couchette, disait aussi une proximité phénoménale. J'y avais déjà songé avant, bien sûr, et cela ne me gênait pas. Il y a quelques mois encore, j'aurais été incapable de rester aussi proches de lui sans frôler la crise cardiaque, assaillie par des images terrifiantes qui ne voulaient pas s'effacer de ma mémoire, malgré le temps qui s'écoulait. Sauf que ... Il s'agissait d'Ezeckiel, et que, tout simplement, je lui faisais confiance à dix mille pour cent. En fait, loin d'être terrifiée, ses bras enroulés autour de moi et sa tête calée contre la mienne ... Me troublaient. Si bien que quand il plaisanta, loin de me détendre, je rigolai nerveusement. Je n'avais qu'à espérer qu'Ezeckiel ne se rende pas compte de ma gêne ... « Je ne peux rien te promettre pour la dernière règle ... », lui répondis-je aussitôt, légèrement sadique sur les bords. C'était aussi une manière pour moi d'essayer d'oublier mon trouble, qui grandissait pourtant de minute en minute. « Il n'y a que deux règles ? Je m'attendais à pire, venant de toi ... », plaisantai-je tout en le taquinant. En fait, j'étais prête à dire tout et n'importe quoi pour ne pas laisser le silence s'installer sur une trop longue durée. Parce que, quand le silence s'imposait, je ressentais d'autant plus sa peau sur la mienne, ou le poids de sa tête contre la mienne, ou encore le rythme calme et le bruit profond de sa respiration. Et c'était ... Troublant. Beaucoup trop, même. Il allait juste falloir que je trouve des sujets pour alimenter la conversation, jusqu'à ce que je m'endorme. Enfin, si je réussissais à me tenir à distance - si distance il pouvait encore y avoir dans le cas présent - de lui. Mais j'avais la drôle d'impression que tout était perdu d'avance.
(c) AMIANTE


[/quote]

_________________
en présence très réduite jusqu'au 9 août
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Aileen - Viens a mes côtés , on se tiendra chaud (hot) Mar 12 Nov - 21:41



Viens à mes côtés on se tiendra chaud


Au tout début de notre rencontre, Aileen savait parfaitement garder une certaine distance. Elle était réticente à une certaine proximité. Son comportement était une indication de ce qu'elle avait du vivre et surtout enduré. A l'époque, je craignais de la voir s'enfuir par peur que je ne lui fasse du mal. Elle avait tenu bon et j'avais tout fait pour lui signifier que je la toucherai jamais. Du moins pas tant qu'elle ne l'aurait pas décidé. C'était assez difficile pour quelqu'un de naturellement tactile. Je faisais partie de ce lot de personnes énervantes qui ont tendance à toucher tout ce qui leur passe sous la main et les personnes font bien évidemment partie du lot. Avec Aileen, j'avais du apprendre à laisser de l'espace et à la laisser avec une certaine enveloppe de sécurité que je ne franchissais qu'à quelques rares occasions. Au départ, je m'étais dit que cela ne changerait jamais et je m'y étais fait, mais avec le temps elle avait fait un paquet de progrès pour mon plus grand plaisir et j'avais fini par devenir celui qui possédait la chance d'être à ses côtés sans se faire repousser. Je savais parfaitement que cette place était une preuve de ce qu'elle pouvait ressentir pour moi et même si je n'avais pas vraiment réussi à déterminer si il s'agissait de tendresse ou d'amour ça m'allait finalement très bien. Jamais, je ne l'aurai pousser dans ses retranchements, c'était hors de questions, elle avait fait bien trop de progrès pour que je brise tout ce qu'on avait réussi à mettre en place. La dernière fois qu'on avait autant réduit la distance c'était bien une année auparavant, quand je l'avais embrassé par pulsion avant de faire comme si de rien était pour éviter de foutre notre relation en l'air. On avait continué comme ça, comme si de rien était jusqu'à aujourd'hui. Notre route jusqu'à la zone 51 avait permis de faire tomber encore quelques barrières, mais je savais pertinemment qu'Aileen souffrait de notre nouveau mode de vie. J'aurai aimé lui en offrir un autre, mais j'en étais incapable et aucun de nous n'avions envie de vraiment partir... On trouvait juste des moyens pour passer du temps loin de tout ce monde. D'ailleurs demain on risquait fort de partir chercher un endroit ou se poser sans qu'on vienne nous faire chier. On préférait finalement se mettre en danger et trouver un peu de paix que rester ici à regarder les autres.

D'ailleurs pour le moment en parlant des autres, ils étaient tous en train de prendre place et ça faisait un joli boucan. Les lumières n'allaient sûrement pas tarder à s'étendre, les économies faisaient aussi partie de notre nouveau mode de vie. Du coup, les lumières s'éteignaient assez vite. Alors soit on sortait pour aller dehors et s'éclater avec nos bougies, soit on se couchait pour dormir et prendre des forces pour la journée à venir. Quoi qu’aujourd’hui, j'allais sûrement mettre pas mal de temps avant de réussir à m'endormir. La situation était particulièrement intéressante et je n'avais pas du tout envie de passer à côté en tombant de sommeil. Le truc c'est que j'étais tellement bien avec elle dans mes bras que ça risquait fortement d'arriver...Enfin quand elle se serait endormie parce que pour le moment j'étais un peu trop intéressé par notre petit moment d'intimité. Je me voyais mal lui dire à quel point j'appréciais, ça risquait de la faire sortir du lit dans un bond magistral. Alors autant se taire et soupirer de plaisir.

Prenant un air vexé je tirai légèrement la couette vers moi. « Si tu tombes du lit soit pas surprise » laissais je échappé d'un ton amusé. Tout en sachant pertinemment que si elle s’apprêtait à tomber je serai le premier à tenter de le rattraper même si cela m’entraînait dans une jolie chute. « Me cherche pas.. » laissais je échappé, c'était déjà bien deux règles. Fermant les yeux pour essayer de prendre un quelconque contrôle sur ce que j'étais en train de ressentir. Un léger bruit bien connu me fit comprendre que la lumière venait de s'étendre rendant la situation encore plus... Non je ne devais pas y penser, fallait que je me concentre sur autre chose. Je cherchais désespérément un truc à dire, mais rien ne venait, j'étais trop bien pour dire une connerie et j'avais pas envie de briser le moment en lui avouant mes sentiments alors autant se taire et profiter du son des battements réguliers de son cœur.
.
made by pandora.
[/size]
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Plutôt crever que de faire ce foutu vaccin !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21395

× Points de vie : :
388

× Copyright : :
© lux aeterna (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Aileen - Viens a mes côtés , on se tiendra chaud (hot) Mer 13 Nov - 1:36



viens à mes côtés, on se tiendra chaud.
(muse) ▽ I know you've suffered but I don't want you to hide. It's cold and loveless, I won't let you be denied. Soothing, I'll make you feel pure : trust me, you can be sure. I want to reconcile the violence in your heart. I want to recognise your beauty's not just a mask. I want to exorcise the demons from your past. I want to satisfy the undisclosed desires in your heart.
Il y a encore quelques mois, je n'aurais même pas pu imaginer passer une nuit complète dans le même lit qu'Ezeckiel. Je lui faisais pourtant une confiance aveugle depuis le tout début, ou presque, mais... C'était toujours difficile pour moi, et il arrivait encore parfois qu'il me surprenne, ou qu'il me fasse peur, bien involontairement bien sûr. J'avais juste toujours du mal à me faire à l'idée que nous étions un seul et même groupe à nous deux. Un groupe soudé, qui ne se quittait que très rarement, pour ne pas dire jamais. Je ne voulais pas de tout cela au début, mais j'avais bien vite compris que je ne pouvais pas survivre seule, et que j'avais besoin d'un peu de compagnie. Ezeckiel était la meilleure personne sur laquelle j'aurais pu espérer tomber. A mes yeux, il était parfait en tout point de vue, à ne pas me poser trop de questions indiscrètes, alors que je savais parfaitement que si j'en ressentais le besoin, il serait une oreille plus qu'attentive. Il me comprenait mieux que personne, alors que j'agissais très souvent de manière bizarre, voir même abrupte avec lui. Car, en effet, il m'arrivait aujourd'hui encore d'avoir des sursauts de lucidité - ou de non-ludicidité, selon les points de vue - durant lesquels je me rendais compte à quel point j'avais laissé les choses évoluer entre nous. Dans le fond, cela me faisait toujours peur. La peur de le perdre, la peur d'ouvrir les yeux et de voir le visage de l'un de mes violeurs. Bref, tant de choses qui me foutaient la frousse.

Mais m'éloigner de lui, c'était juste ... Impensable, impossible à imaginer. Je ne le pouvais tout simplement pas. Il était devenu mon point de repère dans ce monde de barge et je n'étais même pas certaine qu'il soit totalement conscient de l'impact qu'il avait sur chacune de mes actions et chacune de mes paroles. Toujours est-il que je ne pouvais pas me passer de ma présence et que j'étais désormais clairement capable de passer une nuit entière à ses côtés. Je ne me fis même pas prier pour me glisser à ses côtés sous la couette. Tout cela parce que j'étais non seulement terrifiée à l'idée de passer une nouvelle nuit seule, seulement accompagnée par mes cauchemars, mais aussi parce que j'acceptai volontiers cette nouvelle proximité. C'était même plus que cela, en fait, j'étais certaine que je ne pourrais plus m'en passer à partir de ce soir. Je fis une moue boudeuse quand il fit semblant de se vexer. Comme si j'allais lui prendre toute sa couette, enfin ! « Mais non, me laisse pas tomber. », dis-je d'une voix presque enfantine, et en m'accrochant à ses épaules. Il n'oserait quand même pas me faire cela, n'est-ce pas ? J'avais de sérieux doutes à ce propos, moi. Bon, ok, deux règles, c'était clairement suffisant. Et j'avais plutôt intérêt à ne pas trop en rajouter à ce sujet si je ne voulais pas avoir à en subir de nouvelles. Quoi que, c'était très tentant ...

Et puis, je mourais aussi d'envie d'alimenter la conversation. Le silence me faisait peur. Non pas parce que cela signifiait absence de tout bruit, mais juste parce que cela me donnait l'impression d'avoir tous les sens décuplés et de sentir d'autant plus chacun de ses mouvements. Or, c'était tout ce que je voulais éviter. Déjà que je sentais son coeur battre sous mes doigts, et sa respiration venir s'écraser dans mes cheveux ... C'était très difficile de résister à la tentation, alors que j'avais l'incroyable impression que ses lèvres étaient plus proches que jamais des miennes. « On en reste à deux règles, alors ... », chuchotai-je avant de laisser de nouveau le silence s'installer. Sa respiration, les battements de son coeur, ses bras enroulés autour de moi. Tout semblait avoir le pouvoir de me rendre folle en une seconde à peine. Et pourtant, je ne voulais pas trop me laisser bercer par tout cela. Je ne voulais pas m'endormir, mais en même temps, je sentais toutes mes résistances faiblir, et c'était encore pire depuis que la lumière s'était éteinte. Nous n'étions que tous les deux, dans notre bulle, et c'était comme si le monde s'était arrêté de tourner, comme si ces derniers mois n'avaient été que des cauchemars en répétition. « Ezeckiel ? », demandai-je dans un souffle, peu désireuse que qui que ce soit entendre notre conversation à venir. Quoi qu'en même temps, ils ne prêtaient guère attention à nous : certains écoutaient de la musique avec des écouteurs, d'autres papotaient entre eux. Bref, nous avions le champ libre pour discuter. Et bizarrement, l'obscurité semblait me donner un courage fou. Sauf que, bien sûr, les battements désormais affolés de mon coeur devaient prouver à Ezeckiel mon anxiété. « Tu te ... Doutes de ce qui m'est arrivée, avant de te rencontrer, non ? », lui demandai-je dans un murmure. Oh oui, heureusement qu'il faisait noir, au moins il ne voyait pas tous les efforts que ces quelques mots me demandaient. Mais c'était ... Indescriptible. C'était bel et bien la première fois que je ressentais l'envie, voir même le besoin de me confier à lui, sur le sujet. C'était le moment ou jamais, de toute façon ...
(c) AMIANTE



_________________
en présence très réduite jusqu'au 9 août
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Aileen - Viens a mes côtés , on se tiendra chaud (hot) Mer 13 Nov - 21:21



Viens à mes côtés on se tiendra chaud


S'endormir n'allait pas être facile, j'y parviendrai sûrement quand elle allait réussir à partir dans les bras de morphée. Pour ma part, j'étais bien trop en recherche de contact pour m'endormir et perdre les précieuses secondes qu'elle était en train de m'offrir. Car oui, je savais parfaitement que venant d'elle c'était un cadeau non négligeable. Jamais je n'aurai espéré que cela arrive un jour, même s'il m'était arrivé d'en rêvé. J'avais toujours gardé en moi les barrières qu'elle construisait d'elle même. Je me contentais de vivre à ses côtés sans chercher à avoir plus que ceux qu'elle ne pouvait me donner et ça avait bien fonctionner jusqu'à maintenant. Plus qu'à espérer que je sois assez fort pour résister à la chaleur de son corps et à l'appel de ses lèvres dont je pouvais ressentir la présence à quelques centimètres des miennes. On avait passé trop d'épreuves pour que je gache tout et je pouvais réussir à me contenter de ce contact. En fait aucun dessus, j'y arriverai parce que j'aimais ça. Alors non elle ne risquait pas de tomber, encore moins de se faire déranger par les autres, je ne laisserai personne la toucher. D'ailleurs j'avais toujours eu tendance à la garder à distance des autres... Jusqu'à me mettre entre elle et un mec louche. En fait je me mettais toujours entre elle et le reste de la population humaine... C'était devenu une habitude et maintenant je prenais tout simplement les devants. J'avais beau réfléchir aux options qui nous étaient offerte, rester ici demeurait la meilleure idée même si cela demandait pas mal de courage à la jolie blonde.

Vautrer dans mon lit, je n'étais pourtant pas de ceux qui appréciaient se coucher tôt. Le plus souvent je préférais m’éclipser en compagnie de la belle pour profiter de la soirée. Après tout on était en été, autant préférer de la chaleur ambiante avant d'affronter l'hiver. La zone 51 avait pas mal de zone qui permettaient aux gens de décompresser, mais je préférai toujours me balader ou me vautrer sur un banc pour discuter de tout et de rien. Ce soir, je n'avais aucune envie de quitter mon lit. J'étais vraiment trop bien en sa compagnie. Mon lit venait de gagner des points. Tout un coup, il était devenu bien confortable qu'il ne l'avait jamais été et ça c'était bien sur grâce à Aileen.

Fermant les yeux, j'appréciais chaque seconde qui s'écoulait et détestait le bruit qui nous entourait. J'aurai aimé être entouré de silence. Alors je me focalisais sur sa respiration pour réussir à oublier ceux qui nous entouraient. Le tour fut rapidement joué. Désormais, il n'y avait plus qu'elle, plus que nous. Je n'avais pas envie de briser le silence, pas envie de sortir une de mes blagues stupides. Je refusais de briser ce moment en m'aventurant sur un terrain glissant comme j'avais l'habitude de faire. De toute façon, pour le moment, j'étais en train de me laisser bercer par le son de sa respiration... La jolie brune en avait décidé autrement, Aileen brisa le silence et je ne m'étais surement pas attendu à ça. Je craignais qu'elle me parle du baiser échangé quelques années plutôt, celui que j'avais feint d'oublier. Si elle avait posé cette question je me serais retrouvé dans une situation délicate. J'avais le choix entre lui dire la vérité et donc parler de mes sentiments ou trouver une excuse bidon qui sonnerait faux. J'avais cherché pas mal de fois cette fameuse excuse mais je n'avais jamais réussi à en trouver une vraiment valable, alors j'avais préféré éviter tout simplement le juger. Ce soir, elle en avait choisi un autre, un qu'on avait jamais abordé et pour lequel je n'avais jamais posé de questions. Un de ceux que l'on cache parce qu'ils sont trop dur à raconter. Oh oui, comment ne pas se douter de ce qui avait pu lui arriver. Sa crainte des hommes, ses réactions de défenses quand je m'approchais trop vite d'elle. Elle craignait le moindre contact, il m'avait fallu plusieurs années pour en arriver à ceux que nous étions en train de réaliser ce soir. Alors oui, je pouvais imaginer ce qu'on lui avait fait et je ne pouvais m'empêcher de ressentir de la colère contre ceux qui avaient osé la toucher. Mais cela ne servait a rien d'être en colère, ce n'était pas de cela qu'elle avait besoin. Je finis par lui répondre... « Oui... » murmurais-je. Après tout on était entouré d'un paquet de personnes et notre conversation devait restée privée. J'avais toujours attendu qu'elle m'en parle, pas par curiosité, mais parce que je savais que d'une certaine manière ça allait lui faire du bien. Pour me poser cette question, elle avait du puiser au fond d'elle même une sacrée dose de courage. Mon emprise sur elle se resserra délicatement comme si je tentais de rassurer un enfant. « Je ne laisserai plus personne te toucher... » C'était un fait, si quelqu'un se montrait agressif ou dangereux avec elle et c'était déjà arrivé je réagissais au quart de tour. Non.. plus personne ne la toucherait, jamais, j'en faisais une affaire purement personnelle.
.
made by pandora.
[/size]
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Plutôt crever que de faire ce foutu vaccin !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21395

× Points de vie : :
388

× Copyright : :
© lux aeterna (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Aileen - Viens a mes côtés , on se tiendra chaud (hot) Mer 13 Nov - 22:23



viens à mes côtés, on se tiendra chaud.
(muse) ▽ I know you've suffered but I don't want you to hide. It's cold and loveless, I won't let you be denied. Soothing, I'll make you feel pure : trust me, you can be sure. I want to reconcile the violence in your heart. I want to recognise your beauty's not just a mask. I want to exorcise the demons from your past. I want to satisfy the undisclosed desires in your heart.
Cette nouvelle proximité, bien loin de m'effrayer, me plaisait énormément. Ces derniers mois avaient été loin d'être facile pour moi. En effet, sans compter les rôdeurs qui menaçaient notre vie à chaque seconde la journée, il y avait aussi eu ces foutus dealers, incapables de se contrôler. Au contraire même, ils avaient profité de l'extinction progressive de l'espèce humaine pour faire tout ce dont ils avaient envie. Et puis ... Il y avait eu Ezeckiel. Je me rendais carrément compte de la chance que j'avais de l'avoir. Il était là pour moi depuis notre toute première rencontre, et n'avait jamais flanché, malgré toutes mes tentatives pour l'éloigner de moi. Aujourd'hui, je me rendais bel et bien compte que je n'aurais pas survécu bien longtemps sans sa présence constante, et sans les différents groupes que nous avions intégré. Peu importait ce que je disais à ce sujet : il était là pour moi, et en fait ... Il représentait tout pour moi. Il était la seule personne qu'il me restait, et la seule sur laquelle je pouvais réellement et sincèrement compter. Pire que cela même, à force de passer du temps avec lui, j'avais développé d'énormes sentiments pour lui et peu importait à quel point je les avais mis dans un coin de ma tête, ils étaient toujours là, plus forts encore. Je ne pouvais tout simplement pas m'éloigner de lui et ces quelques jours passés avec lui dans la zone avaient été parfaits en tout point de vue. Il était mon tout, et je ne me voyais pas me laisser approcher par qui que ce soit d'autre que lui. La preuve, aujourd'hui, je lui faisais une confiance aveugle. Je n'aurais jamais pu imaginer permettre une telle proximité entre nous et pourtant, les faits étaient là. Je ne pouvais même plus m'éloigner de lui.

Le fait qu'il me prenne dans ses bras était me procurait bien plus de sensations que je n'aurais pu le penser. En fait, je ne voulais plus qu'il me lâche un seul instant, et le connaissant, il n'était pas prêt de le faire. Il avait toujours été beaucoup plus tactile que moi, tout en s'imposant toujours des limites. C'était comme s'il savait tout ce qui m'était arrivé et dans le fond, ce devait être cela ... Il devait avoir tout compris depuis bien longtemps, peut-être même avait-il conscience des sentiments que j'avais à son égard. Je n'en avais pas la moindre idée mais cela ne me dérangeait pas le moins du monde. Il avait été si patient avec moi que j'en étais épatée. Ainsi collée à lui, je me rendais compte de tout un tas de choses, et notamment du fait que je ne m'étais pas sentie aussi en sécurité depuis ... Et bien depuis bien trop longtemps. Je savais que tant que j'étais avec lui, je ne craignais rien. Il n'avait pas besoin de me le dire : je savais qu'il était là pour me protéger, et me tenir à l'écart de tout ceux qui pouvaient se révéler dangereux. Néanmoins, le fait de savoir tout cela n'empêcha pas mon coeur de battre plus vite, ma respiration de s'accélérer. Il était là pour moi. Malgré la distance que j'avais imposée entre nous depuis le début. Et il savait. Cela prouvait qu'il tenait à moi. Je fermai les yeux, me blottis encore un peu plus contre lui, si seulement cela était possible. Tant qu'il ne s'éloignait pas de moi, je savais que j'étais prête à tout affronter, et à affronter tout le monde aussi.

Je remontai l'une de mes mains pour prendre en coupe sa joue, mon nez toujours enfoui dans son coup. « Merci d'être là ... », soufflai-je. En fait, je ne ressentais même pas le besoin d'en dire plus à ce sujet. Il avait compris tout ce qui m'était arrivée, et je savais qu'il ne laisserait plus ce genre de choses se produire de nouveau. Je n'avais pas besoin d'en savoir plus, et il n'était pas nécessaire que j'ajoute quelque chose : il était là, de toute façon. Et puis, le moment n'était pas vraiment bien choisi pour lui dire tout ce que j'avais sur le coeur. Je ne pouvais pas lui avouer maintenant que j'avais tué ces hommes un par un ... Nous étions entourés de monde et peu importait le bruit qu'ils faisaient, ils pouvaient très bien entendre et c'était tout ce que je voulais éviter. Je laissai le silence s'installer entre nous. Il n'avait rien de gênant ou de pesant, il était juste ... Parfait. Tout avait été dit, ou presque, et je ne voulais pas tout gâcher en ajoutant quoi que ce soit. Néanmoins, je finis par reculer légèrement la tête, jusqu'à sentir son souffle venir s'écraser sur mes lèvres. Je n'avais pas été aussi proche de lui depuis ... depuis notre tout premier baiser, qui remontait à quelques mois en arrière déjà, et à propos duquel nous n'avions plus jamais parlé. Pour autant, je ne l'avais pas oublié le moins du monde, et j'osai espérer que lui non plus ... Ma main glissa jusque dans sa nuque, et je franchis les derniers millimètres qui nous séparaient encore, déposant délicatement mes lèvres sur les siennes. Ce baiser n'était en rien semblable à celui que nous avions déjà échangés. Il était doux, tendre, et j'espérais, avec celui-ci, lui montrer l'ampleur de mes sentiments pour lui. Je n'avais plus qu'à espérer qu'il ne me repousse pas ...
(c) AMIANTE



_________________
en présence très réduite jusqu'au 9 août
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Aileen - Viens a mes côtés , on se tiendra chaud (hot) Jeu 14 Nov - 22:04



Viens à mes côtés on se tiendra chaud


La situation me paraissait assez irréelle. Je savais qu'elle me faisait confiance, je n'ignorais juste que c'était à ce point là. Elle se laissait aller dans mes bras et pour quelqu'un avec un tel traumatisme ça demandait sûrement quelque chose que je ne pouvais pas comprendre. Contrairement à elle, je n'avais vécu aucune expérience vraiment négative avec la population humaine, si ce n'est les quelques interactions qu'on avait pu avoir avec d'autres groupes, mais ça n'avait jamais été allé trop loin. Aileen avait toujours tout gardé pour elle et même aujourd'hui elle préférait garder le silence. Ce n'était peut être pas si mal, l'ambiance était parfaite, la vérité aurait sûrement mis fin à cette osmose. On était bien, alors autant profiter de ce moment, après tout elle avait tout le temps pour m'en parler demain. Pour le moment, nous étions en train de vivre un moment inoubliable même si celui ci pouvait paraître simple. Pour elle et pour moi, ça signifiait beaucoup. Cette nuit allait sûrement être une des meilleures de ma vie. Ce petit moment que nous partagions me semblait hors du temps. Peut être même étais je en train de rêver, mais non tout ça semblait bien réel je n'avais plus qu'à en profiter. Je me souvenais parfaitement du jour de notre rencontre même si à l'époque je n'avais pas été en mesure d'imaginer à quel point elle compterait pour moi. Je l'avais compris avec le temps, au fur et à mesure que nous avancions j'avais tout doucement commencé à comprendre que mes sentiments allaient au delà de l'amitié. Je n'avais jamais été quelqu'un de patient, ça n'avait jamais fait partie de ma personnalité. Mais avec elle je possédais toute la patience du monde. Comme quoi quand on tient à quelqu'un on peut faire bien des choses. Je n'avais pas eu besoin de beaucoup de temps pour comprendre qu'elle avait été violé. Tout son comportement m'avait permis de le comprendre. Au départ je m'étais même demandé comment je pouvais agir avec elle, avec le temps c'était devenu naturel. J'avais fini par arrêter de me poser les questions. Au fond de moi, je ressentais cependant une colère sourde contre son violeur. S'il s'était trouvé en face de moi, je crois que je n'aurai pas hésité une seconde à lui exploser sa tronche jusqu'à ce qu'il en crève pour qu'il souffre autant qu'il avait pu la faire souffrir. Mais c'était peut être mieux pour elle qu'elle ne revoit pas sa tête. J'avais croisé pas mal de personnes depuis l'invasion, l'idée de leur faire du mal ne m'était jamais venu à l'esprit. J'avais bien eu envie de leur voler leur vivre, mais j'avais toujours essayé de trouver une autre option. Comment pouvait on arriver à ce genre d'acte ? J'étais incapable de comprendre l'humanité, la seule que je comprenais désormais c'était le besoin de survivre, le besoin de survivre avec elle, le reste n'avait finalement aucune importance.

Alors oui elle était en sécurité. La simple idée qu'on puisse la heurté me donnait envie de lutter pour elle. Quoique sur ce coup là, j'étais un peu en train de me trahir. Peut être aurais je du préciser que j'étais le seul à pouvoir profiter de son contact, mais finalement vu comme elle était lovée dans mes bras je n'avais franchement pas besoin de préciser. « Je pourrais te dire pareil » Laisse je échapper dans un murmure. D'une certaine façon, j'avais peur de briser le moment, il était si parfait que je n'avais qu'une envie plonger dedans et surtout ne jamais remonter à la surface. Cette proximité était particulièrement agréable et malgré mes bonnes intentions, il m'était bien difficile de ne ressentir aucun désir. En fait non j'en étais totalement incapable. C'était encore plus difficile quand elle tenait ses lèvres si près des miennes. Bordel, fallait vraiment que je pense à autre chose que j'évite de me penser à cette proximité parce que là ça devenait juste intenable. J'allais devenir dingue à tenter de ne l'embrasser. Je commençais à me lancer dans une magnifique réflexion naturelle sur les espèces d'arbres qu'on avait pu croisé lors de notre dernière sortie quand elle combla d'elle même les millimètres qui nous séparait. Je n'étais pas croyant, mais là je ne pouvais que remercier dieu pour avoir mis fin à mon doux calvaire. Malgré toute ma bonne volonté pour ne pas lui montrer à quel point elle m'était irrésistible, je ne pus cependant pas résister à l'appel de ses lèvres, ça m'était totalement impossible et puis si elle avait fait le premier pas c'était sûrement pas pour rien. En fait, cette nuit était devenue la meilleure de ma vie. Ses lèvres venaient de me prendre sous leur joug et j'étais bien incapable de résister. Mes bras se croisèrent dans son dos l'amenant un peu plus contre moi, on ne pouvait finalement pas être plus collés que ça. Je finis tout de même par décoller mes lèvres des siennes pour remontrer les miennes près de son oreille suivant délicatement les courbes délicates de son cou. « T'aurais pas dû, tu vas plus pouvoir te débarrasser de moi » Déjà qu'elle ne le pouvait pas. « Je suis totalement fou de toi Aileen » vu que c'était le moment des confessions autant se lancer.
made by pandora.
[/size]
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Plutôt crever que de faire ce foutu vaccin !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21395

× Points de vie : :
388

× Copyright : :
© lux aeterna (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Aileen - Viens a mes côtés , on se tiendra chaud (hot) Ven 15 Nov - 22:23



viens à mes côtés, on se tiendra chaud.
(muse) ▽ I know you've suffered but I don't want you to hide. It's cold and loveless, I won't let you be denied. Soothing, I'll make you feel pure : trust me, you can be sure. I want to reconcile the violence in your heart. I want to recognise your beauty's not just a mask. I want to exorcise the demons from your past. I want to satisfy the undisclosed desires in your heart.
Ezeckiel avait su, peut-être même sans en avoir réellement conscience, apaiser mes craintes et me prouver que je pouvais avoir une confiance aveugle en lui. Aujourd'hui, c'était totalement le cas : j'étais prête ma vie en danger, du moment que c'était lui en avait la charge. En fait, plus le temps passait, et plus je me sentais à l'aise en sa présence. Ce n'était pas même descriptible, mais je me savais désormais capable de le serrer dans mes bras sans avoir peur de frôler la crise cardiaque. Au contraire, même, j'appréciais atrocement son contact. La preuve en était, j'étais celle qui avait initié cette étreinte. J'allais dormir avec lui, et c'était bel et bien la première fois. Enfin, c'était, en tout cas, la première fois que nous partagions le même lit. C'était un miracle en soit. Mais, en réalité, c'était devenu tout naturel. J'avais conscience de ne pas avoir été toujours la plus agréable avec lui, et c'était le moment ou jamais de rattraper mes erreurs. Enfin ... C'était facile de chercher des excuses. Tout ce que je voulais, dans le fond, c'était un contact avec lui, une proximité plus grande encore que tout ce que nous avions pu partager jusque-là. Ce n'était pas bien difficile, étant donné que la plupart du temps, je refusai tout net de le laisser trop m'approcher, ou être trop tactile. Mais là ... Je ne pouvais juste pas penser à tout cela. Ezeckiel était contre moi, et cela ne me dérangeait pas le moins du monde. Bien au contraire, même ...

Je n'étais pas vraiment capable de dire ce qui m'avait poussée à avoir brutalement autant de courage. Mais le fait était là, je ne voulais pas rester loin de lui une seconde de plus, et me sentais merveilleusement bien sans ses bras. A dire vrai, je ne m'étais pas sentie aussi bien depuis extrêmement longtemps. Si bien, en fait, que je ressentis le besoin de me dévoiler. Ou en tout cas, de m'assurer qu'il avait en effet compris ce qui m'était arrivée avant de le rencontrer. Car même si je ne le laissais pas spécialement paraître, il était très important pour moi d'en avoir le coeur net. Je ne voulais pas qu'il s'imagine tout un tas de scénarios improbables. Ce n'était pas parce que je ne voulais pas de lui que j'agissais de la sorte en sa présence, oh non, loin de là même. J'agissais ainsi avec à peu près tout le monde, et tout particulièrement avec les hommes qui m'approchaient d'un peu trop près. Néanmoins, je me savais en confiance avec Ezeckiel. Il avait tout deviné, et je savais qu'il ne laisserait rien de la sorte se reproduire. Ma confiance pour lui était sans limite. Il ne m'en fallu pas plus pour me laisser aller, et pour, enfin, poser mes lèvres sur les siennes.

Cela me procura aussitôt une sensation de bien-être, même si j'étais tout de même encore quelque peu effrayée. Mais ce n'était plus tant ce qui pouvait se produire qui me faisait peur, c'était la réaction d'Ezeckiel. Il pouvait très bien, après tout, me repousser. Et s'il me disait que j'étais une bonne amie pour lui ? Ou ce genre de trucs bien atroces ? Mon manque de confiance en moi refaisait surface puissance mille, mais je fus bientôt rassurée. En effet, Ez' fut très réactif à mon baiser, et ne se fit pas prier pour y répondre. Le moins que l'on puisse dire, c'est que cela nous amena dans notre bulle rien qu'à nous. En fait, cette bulle existait déjà depuis bien longtemps, mais elle n'en sortait que plus forte. J'avais osé franchir le pas, et je savais que je ne le regretterai pas. Peut-être que, finalement, mes sentiments étaient réciproques ... En tout cas, il ne semblait pas rebuter par ma semi-confession. Je décidai de ne plus me poser une seule question et juste ... de me laisser complètement aller dans cette étreinte. Peu m'importait les gens autour, la destruction programmée du monde, les rôdeurs avides de chair fraîche sans doute partout autour de nous, les maladies, les manques de vivre ... Tout ce qui comptait, c'était les lèvres d'Ezeckiel contre les miennes, et ma main placée dans sa nuque qui le maintenait contre moi.

Il était loin d'être brusque, oh non, il était même ... Attentionné. Il savait ce par quoi j'étais passée et cela ne m'étonnait absolument pas de le découvrir aussi doux. Pourtant, il ne tarda pas à briser notre baiser, pour venir souffler quelques mots à mon oreille. Si, au départ, la sensation incroyable de ses lèvres contre le siennes me manquait déjà, je me fis bien vite une raison. En fait, la confession d'Ez' suffisait amplement à me ramener les pieds sur terre ou ... à les éloigner un peu plus encore. Mon coeur battait déjà à cent à l'heure, il ne me demanda pas mon avis pour accélérer sa course folle face aux mots d'Ezeckiel. Fou de moi, hein ? A tous les coups, il devait entendre - ou sentir, au choix - les battements de mon coeur. Nous étions, après tout, plus proches que jamais ... Je souris, me penchai légèrement en avant pour enfouir ma tête dans son cou, et ne cessai de m'agripper à sa nuque. « Tant pis, je ferais avec : je te supporterai ... », dis-je, amusée. Oh non, il n'y avait pas moyen que je fasse demi-tour, surtout pas après tout cela ... « Et moi donc ... », fus tout ce que je répondis. Evidemment, j'en avais bien plus à dire mais je n'étais pas certaine d'être totalement prête à étaler mes sentiments. C'était peut-être encore un peu trop tôt pour moi. En revanche, cela ne devait pas m'empêcher de profiter de cette nouvelle proximité. Bien au contraire, même. Je reculai de nouveau le visage pour le rapprocher du sien encore une fois. « Si je comprends bien, plus je t'embrasse et moins tu risques de fuir ? », lui demandai-je sur un ton amusé, mes lèvres à quelques centimètres des siennes.
(c) AMIANTE



_________________
en présence très réduite jusqu'au 9 août
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Aileen - Viens a mes côtés , on se tiendra chaud (hot) Dim 17 Nov - 11:48



Viens à mes côtés on se tiendra chaud


Je m'étais retrouvé plongé dans un monde sans la moindre lumière jusqu'à ce que je la rencontre. Avant Aileen, la survie était devenue mon but ultime tout en ne sachant pas vraiment pourquoi je me battais. Le plus important c'était de voir le jour suivant, encore et encore. J'avais fait partie de l'armée, je connais ais les temps de crises, j'avais volé plusieurs fois dans des conditions difficiles, j'avais failli me prendre des missiles, et j'avais toujours continué, je m'étais toujours attaché à la vie. Dans notre monde actuel, c'est ce qui maintient en vie, sans cet instinct de survie la mort vous prend ça prendre le temps d'écouter vos complaintes. Je m'étais rapidement intégré dans un groupe tout en restant finalement assez distant. Chercher de la nourriture, défendre les autres ça me convenait très bien, discuter aussi, mais quelque chose en moi avait finir par se détruire au fur et à mesure des jours. C'était sûrement cette partie qui ne m'avait jamais vraiment quitté, celle du grand gamin... D'ailleurs je croyais l'avoir vraiment perdue jusqu'à ce qu'elle apparaisse dans ma vie. Pourtant au départ, elle n'a pas été très encline à discuter, mais j'ai rapidement apprécié sa personnalité et la façon qu'elle avait de me traiter et de me ramener sur terre. C'est en apprenant à se connaître, en laissant le temps faire les choses que j'ai finalement réussi à l'apprivoiser me réconciliant ainsi avec une partie de moi que j'avais cru oublié, la partie tendre, celle qui fait de vous un homme, un être humain. J'avais vécu avec elle bien plus d'expériences que je n'en avais vécu avec d'autres femmes. Même si nous n'étions pas un couple à proprement parler, notre vie était rythmé par nous deux, les autres passaient après d'une certaine façon. On ne se quittait jamais, si ce n'est pour de rares occasion, on était devenu une sorte de tout. A une époque j'avais pourtant cru cela impossible et désormais je ne pouvais pas m'en passer. Je refusais de la quitter comme je refusais qu'on ne l'éloigne de moi. Notre arrivée à la zone m'avait donné quelques sueurs froides quand on avait été séparé pendant quelques minutes afin de prendre nos identités et de regarder si on avait pas de traces de morsures... Je crois que je n'ai jamais été aussi impatient de ma vie de retrouver quelqu'un... Alors penser à ce qui lui était arrivé ça me rendait complètement fou de rage. Je ne pouvais pas concevoir ce genre d'acte encore moins quand il touchait la personne que j'aimais. Avec ce qu'elle avait vécu, la protéger faisait partie de mes missions quotidienne. J'en étais peut être même lourd mais je refusais qu'on ne l'approche de trop près, je m'étais transformer en véritable chien de garde, mais un chien de garde particulièrement beau et attachant.

En me levant ce matin, je n'avais bien sur pas imaginer une telle fin de soirée. L'idée de partager le même lit m'était venu assez rapidement, je n'y avais pas vraiment réfléchi et sa réponse m'avait plus surprise qu'autre chose. Maintenant que nous étions lové l'un contre l'autre, j'étais déçu de ne pas y avoir penser avant. On était en train de faire une bonne action en permettant aux autres d'avoir une couchette et ça nous permettait aussi de nous rapprocher, de réussir enfin à parler du sujet qu'on avait tant de fois éviter. Je n'avais eu aucune raison d'hésiter à son baiser. Depuis le temps que j'attendais un événement de la sorte, je ne pouvais que m'en rougir même si je devais avouer avoir un petit moment de surprise. Heureusement pour elle, j'adorais les surprises et cette petite soirée ressemblait étrangement à Noël. Je n'avais aucune difficulté à faire dans la tendresse, c'était au contraire ce dont on avait besoin tout les deux, le reste viendrait plus tard, mais en cette fin de soirée ça m'allait très bien. Un rire amusé sortit de ma bouche tandis que je prenais plaisir à ressentir son souffle sur mon visage. « De toute façon, tu ne peux plus reculer désormais » Mouhaha elle venait de franchir la ligne et je ne risquais pas de la laisser s'envoler. Pas comme j'avais fait quelques temps plutôt. Non … C'était pas la bonne technique, voilà sûrement pourquoi j'avais tenté de briser le silence, pour ne pas que ça fasse comme la dernière fois et qu'on retombe dans le silence sans rien s'avouer. « ça sonne comme une déclaration.. ; » En fait ça en était une, une très belle même. Pour elle en tout c'était un grand pas en événement. Quand à moi et bien ce n'était pas mal du tout, j'avais assez de mal à confier mes sentiments, ça viendrait avec le temps, mais je ne faisais pas partie de ceux qui peuvent dire je t'aime toutes les 5minutes à 50 personnes à la fois. J'ai un fond timide, un petit fond. M'embrasser pour que je reste, j'adorais l'idée, elle était vraiment aguichante. Je claquais la langue contre mon palais faisant mine de réfléchir. « Hmm je crois que tu n'as pas besoin de ça pour que je reste mais c'est une très bonne idée aussi » Et cette fois ci, ce ne fut pas elle , mais moi qui partit à la recherche de ses lèvres, elles étaient si douces, si délicate , que j'étais désormais sure et certain de ne plus pouvoir les quitter...
made by pandora.
[/size]
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Plutôt crever que de faire ce foutu vaccin !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21395

× Points de vie : :
388

× Copyright : :
© lux aeterna (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Aileen - Viens a mes côtés , on se tiendra chaud (hot) Dim 17 Nov - 20:15



viens à mes côtés, on se tiendra chaud.
(muse) ▽ I know you've suffered but I don't want you to hide. It's cold and loveless, I won't let you be denied. Soothing, I'll make you feel pure : trust me, you can be sure. I want to reconcile the violence in your heart. I want to recognise your beauty's not just a mask. I want to exorcise the demons from your past. I want to satisfy the undisclosed desires in your heart.
Pour moi, il était clair depuis bien longtemps que je ne pouvais plus me passer d'Ezeckiel. Il avait réussi à se faire une place à mes côtés, et il était désormais hors de question pour moi de le laisser partir. Dans le fond, cela m'effrayait toujours un peu, et je savais que cette petite lueur de peur ne s'effacerait jamais totalement. Elle était là, bien ancrée et je n'aurais pas pu imaginer un seul instant que nous en arriverions là. Mes sentiments avaient toujours, en quelque sorte, été là, mais c'était maintenant seulement qu'ils ressortaient, puissance mille. Le fait de pouvoir me blottir contre lui, sans avoir envie de prendre la fuite aussitôt, me soulageait énormément, et me procurait un immense sentiment de sécurité. Tant que j'étais avec lui, je savais que tout allait bien aller. Il avait réussi à faire tomber mes barrières une par une, et voilà où nous en étions, plus d'un an après le début de toute cette merde. J'avais fini par baisser ma garde et pour rien au monde je ne la remettrai en place pour nous éloigner l'un de l'autre. J'étais bien avec lui et tant que rien de tout cela ne me portait préjudice, je ne voulais pas que cela change. En fait, je n'estimai même plus pouvoir songer à le laisser tomber. Quand je regardai où nous étions, quand j'osai adresse la parole à quelqu'un qui ne soit pas lui, je réalisai à quel point j'avais besoin de lui. Sans sa présence à mes côtés, jamais je ne serais venue jusqu'à cette zone, jamais je n'aurais accepté d'y rester. Parce qu'il était celui qui me faisait m'y sentir bien, celui avec qui je pouvais rester des heures et des heures sans frôler la crise cardiaque ou avoir peur du moindre de ses gestes.

En plus de cela, j'étais celle qui avait initié cette étreinte, qui m'était glissée sous la couette du jeune homme pour le rejoindre. Je n'avais donc pas de quoi paniquer, bien au contraire, même. J'aurais presque pu sortir de là pour me mettre à sauter de joie dans toute la pièce quand il répondit à mon baiser. Tous mes doutes s'étaient d'ores et déjà envolés, ne laissant en moi que l'envie de ne plus me décoller de ses lèvres. Il le fallait bien pourtant, nous avions besoin de souffle. « Je ne veux pas reculer, de toute façon. », murmurais-je à mon tour, plus heureuse que jamais. Je ne m'étais jamais sentie aussi bien avec un homme, même en ce qui concernait "l'avant épidémie". Je devrais sans doute en être effrayée, et je l'étais peut-être un peu mais c'était très clairement au second voir troisième plan. La suite de ses paroles accéléra un peu plus encore le battement de mon coeur. Je n'étais pas certaine de pouvoir me passer de ces déclarations, bien que soufflées à demi mot. Je comprenais qu'il ne veuille pas dire les choses plus clairement, il en allait de même de mon côté. Et puis, nous avions tout le temps pour cela. De manière parfaitement stupide, ridicule et j'en passe, je ne pus m'empêcher de rougir quand il compara mes quelques mots à une déclaration. En effet, c'en était une et il l'avait très bien compris. J'avais l'impression de faire un incroyable bond en arrière, quand, avant que tout cela n'arrive, j'étais encore légèrement timide face aux hommes. Elle était pourtant bien loin cette époque, mais Ezeckiel avait l'incroyable don pour faire ressortir en moi tout ce que j'avais un jour été.

Qu'il ne me quitte plus ... Cette simple phrase suffisait à me rendre heureuse, à me faire oublier toute l'horreur de notre monde actuel, et toutes les épreuves que nous avions tous dû traverser en si peu de temps. « On ne sait jamais ... », dis-je sur un ton amusé, juste avant que ses lèvres ne se posent de nouveau sur les miennes. J'étais d'ores et déjà accro et je ne voulais pas penser au fait que c'était dangereux d'être accro à quelqu'un. Mais en même temps, il fallait aussi se dire que la vie était trop éphémère, trop fragile pour se limiter et perdre trop de temps. J'avais déjà perdu des mois et des mois, il était donc grand temps de rattraper tout le temps laissé à l'abandon. Je ne me fis pas prier pour répondre passionnément à son baiser, et décalai ma main pour encadrer sa mâchoire, et empêcher son visage de s'éloigner du mien. Pour être accro, je l'étais sacrément. J'en oubliais le reste du monde, et les autres personnes qui étaient toujours autour de nous. Nous étions seuls dans notre bulle, et je n'étais pas prête de vouloir en sortir. Malheureusement, notre besoin vital de respirer finit par nous séparer, et je reculai légèrement la tête, pas bien loin en tout cas. « Il va falloir que tu me supportes encore plus qu'avant. », soufflai-je avant d'aller enfouir ma tête dans son cou, pour le serrer contre moi. Cette soirée n'aurait certainement pas pu mieux finir. Je me sentais ... Soulagée d'avoir enfin pu lui faire comprendre à quel point il comptait pour moi. Et tout cela n'était que le début, j'en étais certaine.
(c) AMIANTE



_________________
en présence très réduite jusqu'au 9 août
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Aileen - Viens a mes côtés , on se tiendra chaud (hot) Mar 19 Nov - 22:52



Viens à mes côtés on se tiendra chaud


Hmmm je risquais d'apprécier de plus en plus le moment de la journée ou j'allais me coucher. Parce que naturellement le plus souvent me coucher n'amenait rien de vraiment passionnant si ce n'est s'endormir. Sauf que maintenant mon lit venait de prendre un intérêt bien plus grand que celui du simple sommeil. On passait souvent notre soirée ensemble, en fait on passait toujours nos soirées ensemble à parler de tout et de rien, à lire un bouquin ou à flâner par ci et là pour se détendre. En fait on ne se séparait jamais vraiment très longtemps et je ne me voyais plus passer mes nuits sans elle. C'est qu'on était très bien comme ça. Enfouissant ma tête dans sa chevelure blonde, je risquais de ne pas mettre beaucoup de temps à m'endormir vu à quel point je me sentais bien. C'était même presque irréel de vivre de tels moments de bien être dans une situation telle que celle qu'on vivait. Désormais je me foutais bien des rôdeurs, de toute façon en était en sécurité, et je me moquais aussi des personnes qui nous entouraient. De toute façon on était dans le coin et on était pas bruyant que ça. Il m'était arrivé plusieurs fois de la regarder dormir me demandant ce à quoi elle pouvait rêver. Et combien de fois avais je détester la voir se réveiller en sursaut à cause de ses cauchemars. A cette époque je n'avais jamais pu me rapprocher d'elle pour la réconforter, il y avait toujours eu ces problème de contact. A l'époque elle n'aurait jamais accepté que je la touche et tenter de la toucher aurait sûrement créer pas mal de problèmes. Je m'étais donc toujours tenu à l’écart tout en détestant cette distance que j'étais obligé d'installer pour qu'elle se sente à l'aise. Savoir que ces barrières venaient de tomber était donc pour moi un véritable soulagement. On allait pouvoir avancer et non plus passer notre journée à se bouffer des yeux car oui fallait bien l'avouer on avait eu tendance à passer notre temps à ça tout en continuant à faire comme si de rien était. M'en vouloir pour ne pas lui avoir dit ce que je ressentais lors de notre premier baiser n'était finalement pas si grave que ça. A l'époque, elle n'était sûrement pas prête pour vivre une véritable histoire et je l'avais bien ressenti...
Dans le fond je n'avais pas cessé de l'attendre en espérant qu'elle finisse un jour par briser elle même la distance qu'elle avait construite avec pas mal de difficulté.

A choisir, j'aurai préféré que tout cela se passe hors de la zone pour qu'on puisse avoir une certaine intimité, mais finalement quand elle était dans mes bras c'était le genre de truc que j'avais tendance à oublier. Rha dire que demain matin je faisais partie du groupe de reconnaissance. On se levait à l'aube et ça voulait dire quitter Aileen bien trop tôt car au vue de la situation, j'étais plus tenté par l'option grasse matinée. Mais je n'avais pas le choix, c'était comme ça, j'avais ma fonction et je ne pouvais pas y déroger. On aurait l'après midi pour nous et on prendrait sûrement ce temps pour sortir de la zone.

« De toute façon je ne te laisserai pas t'enfuir facilement, je te collerai au basque comme un chewing gum colle aux chaussures » Mouais c'était une image comme une autre, mais autant dire que je risquais d'être collant, très collant même. Hors de question de la laisser partir, j'avais toujours tout fait pour que ça ne soit pas le cas, ça n'allait pas changer... Les femmes j'en avais connu un paquet, mais je n'avais voulu construire ma vie avec aucune. Avec Aileen, ça avait toujours été différent, je ne l'avais jamais vu comme toute les autres et même si je ne me voyais pas construire de vie – car c'était tout bonnement impossible dans ce monde- je me voyais vivre avec elle , je voulais être avec elle plus que tout autre chose au monde.

Un rire amusé sortit de ma gorge, j'appréciais vraiment cette soirée. « C'est vrai, on ne sait jamais » dis je d'une vois amusée. Lovés l'un contre l'autre sous la couette, je n'avais pas vraiment envie de mettre fin à notre baiser quelque peu langoureux, mais hélas je devais respirer comme n'importe quel être humain. « Je vais devoir me faire une raison alors... » laisse je échapper d'un ton rêveur avant de déposer mes lèvres sur son front.
Je ne mis pas bien longtemps à m'endormir et il n'y avait aucun doute si je mettais si rapidement endormi c'était uniquement grâce à elle.

Réveillé par les premières lueurs de l'aube et aussi, mais surtout par l'annonce qui fut faite dans la pièce, car oui on nous annonçait les heures à partir du moment ou certains d'entre nous devions nous lever. Je laissais échapper un soupire légèrement désabusé. Je n'avais aucune envie de quitter la jolie blonde qui dormait à poings fermés. J'avais encore moins envie de la réveiller sachant pertinemment à quel point elle avait du mal à dormir sans faire de cauchemars. Or durant cette nuit rien n'était venu troubler son sommeil ou peut être étais je trop endormi pour vraiment l'avoir remarqué. Je pris quelques secondes pour l'observer dormir avant de poser mes lèvres dans son cou incapable de la quitter sans lui dire au revoir. « Je reviens tout à l'heure » dis je sans vraiment savoir si elle m'entendait. D'un côté c'était peut être mieux, dans le cas contraire, je n'aurai sûrement jamais trouvé le courage de la quitter.
made by pandora.
[/size]
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Plutôt crever que de faire ce foutu vaccin !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21395

× Points de vie : :
388

× Copyright : :
© lux aeterna (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Aileen - Viens a mes côtés , on se tiendra chaud (hot) Mer 20 Nov - 21:33



viens à mes côtés, on se tiendra chaud.
(muse) ▽ I know you've suffered but I don't want you to hide. It's cold and loveless, I won't let you be denied. Soothing, I'll make you feel pure : trust me, you can be sure. I want to reconcile the violence in your heart. I want to recognise your beauty's not just a mask. I want to exorcise the demons from your past. I want to satisfy the undisclosed desires in your heart.
Le déroulement de la fin de cette soirée était pour le moins ... Inattendu, mais pas le moins du monde déplaisant. Bien au contraire, même. Cela faisait des jours que mes barrières s'étaient finalement affaissées, ne laissant plus qu'une Aileen incapable de résister à l'attraction qui avait toujours exister entre nous, mais ce n'était que ce soir que je me déclarai réellement et de manière claire. Dans le fond, je savais que cela faisait un sacré bout de temps déjà que j'aurais pu le faire. Depuis le départ, ou presque, j'avais une confiance aveugle en Ezeckiel, au point de laisser parfois ma vie entre ses mains. Les contacts entre nous ne me dérangeaient plus depuis un bout de temps, c'était peut-être la peur de me faire rejeter qui m'avait fait attendre un peu plus longtemps encore, ou encore des résidus de celle qui avait dirigé mon corps ces derniers mois. J'étais terrifiée à l'idée de le perdre, terrifiée à l'idée de tout ce qui pouvait nous arriver. Mais en même temps, je devais bien admettre que nous étions bien plus en sécurité ici que dans les nombreuses maisons que nous avions investies au cours de l'année qui s'était écoulée. Je ne pouvais pas le perdre, certes, mais cela ne voulait pas pour autant dire que je pouvais m'éloigner de lui, et continuer à résister à mes sentiments. Ils étaient là, et c'était définitivement trop tard pour retourner en arrière, ou les faire disparaître.

Du coup, je préférais me dire que maintenant que les choses étaient plus ou moins claires entre nous, j'allais pouvoir profiter au maximum de sa présence, et de notre relation naissante. Au final, je savais que je n'avais pas grand chose à craindre. Nous étions en vie, ensemble et c'était tout ce qui comptait réellement. Et je me surprenais maintenant à être heureuse de l'entendre me dire que non seulement il ne comptait plus me lâcher ou s'éloigner de moi, mais aussi qu'il ne me laisserait pas faire un seul pas en arrière. Maintenant que je m'étais déclarée, je ne voulais plus passer une seule seconde loin de lui ... Tout en sachant parfaitement que je n'avais pas toujours le choix. Comme le lendemain matin, par exemple, puisqu'il participait à une excursion à laquelle je n'étais pas inscrite. Ce n'était pas tant ma volonté, mais il fallait aussi que j'aide dans la zone, et puis ils étaient suffisamment à aller à celle-ci, rajouter une personne n'aurait pas été nécessaire. Peut-être n'était-ce pas plus mal, dans le fond, de s'éloigner le temps de quelques heures, même si je savais que cela allait être dur. Mais il ne fallait pas que je laisse tout cela prendre le pas sur tout le reste. J'avais réussi à rester plus ou moins loin de lui pendant des mois, il ne fallait pas que notre nouvelle relation change quoi que ce soit à tout cela.

Parce qu'avoir laissé parler mes sentiments ne signifiait pas se ramollir et laisser tomber la chasse aux rôdeurs. Prendre des risques faisait désormais partie de notre quotidien, et je n'étais pas prête de l'oublier. J'eus tout juste le temps de l'entendre dire qu'il allait se faire une raison, avant de sombrer dans un sommeil sans rêves, et bien plus tranquille que tous ceux auxquels j'avais eu droit ces derniers temps. Je ne fus pas réveillée par le moindre cauchemar, et je savais parfaitement que je le devais à la présence d'Ezeckiel à mes côtés. Lovée contre lui, entourée par ses bras protecteurs, je ne craignais plus rien, ni personne. Je n'entendis que vaguement les aux revoirs d'Ez, mais ne mis pas plus d'une dizaine de minutes avant d'ouvrir les yeux, après son départ. Comme quoi, il était vraiment le seul à pouvoir m'apaiser : il suffisait qu'il quitte le lit pour que mon sommeil ne s'éloigne, et me laisse seule et désemparée sous la couverture. Je frottai mes yeux, et n'attendis pas plus longtemps avant de m'extirper hors de la couchette. Il était hors de question que je reste là plus longtemps, maintenant qu'Ezeckiel était parti. Rapidement, et pendant que la plupart des gens dormaient encore, je pris une douche, avant d'enfiler jean et tee-shirt.

Quand je m'aventurai dans les cuisines pour voir ce que je pouvais faire, je saluai quelques personnes que je croisai, de bien meilleure humeur qu'habituellement. Ce devait être l'effet Ezeckiel ! Cela ne m'empêchait pas de ne pas vouloir trop me mêler aux autres, tant et si bien que je ne tardai pas à m'éloigner de tous, embarquant avec moi quelques restes de la veille, qu'il fallait ramener dans le baraquement des stocks. Je passai le plus clair de ma matinée à faire cela, à stocker les ravitaillements ramenés la veille, à tout lister, et à ranger de sorte à ce que l'accès y soit plus facile. Et, évidemment, quand j'entendis une voiture se garer à l'arrière du baraquement. Ce devait être Ezeckiel et les autres personnes qui étaient allés avec lui. Honte à moi, je ne connaissais même pas leurs prénoms ! Il faut dire qu'il n'y en avait que pour Ezeckiel ... Je leur laissai tout juste le temps de sortir de la voiture, de claquer les portières, avant de poser feuille, stylo et carton que j'avais en mains pour les rejoindre. Je m'avançai lentement jusqu'à Ez', un sourire aux lèvres, m'assurant qu'il n'avait rien, que tout allait bien pour lui, avant de le prendre dans mes bras. « Tu es là ... », soufflai-je en enroulant mes bras autour de sa taille pour le serrer contre moi. Je laissai ma tête reposer contre son torse, en souriant toujours. C'est fou comme tout cela, tous ces gestes, pouvaient devenir naturels en un rien de temps. Il allait devoir s'habituer à cela, parce que je ne comptais pas le lâcher de si tôt !
(c) AMIANTE



_________________
en présence très réduite jusqu'au 9 août
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Aileen - Viens a mes côtés , on se tiendra chaud (hot) Mer 20 Nov - 23:36



Viens à mes côtés on se tiendra chaud


Je m'extirpais des draps avec difficulté, je détestais la laisser toute seule encore plus quand je savais que je devais m'éloigner du camps. Si ça n'avait été que moi, je serai resté plus longtemps pour profiter de notre première nuit ensemble, mais la vie dans la zone nous demandait pas mal de compromis. On était nourris et logés, on se devait de rendre service et de se bouger les fesses. J'avais été choisi pour la défense du camps et tout ce qui s'y rapprochait. Finalement ce n'était pas très différent de mon ancienne vie. Sauf qu'avant j'étais dans un avion... Dans le fond ça revenait au même, je protégeais les citoyens de la zone. Je défendais surtout Aileen en fait. Parce que la seule chose qui m'intéressait c'était de la garder elle en sécurité et ma sœur aussi bien sur. La laisser était toujours difficile, mais aujourd'hui ça l'était encore plus. Sûrement parce qu'elle était tellement apaisée que je n'avais pas envie de la tirer de son sommeil. Je tentais donc de me lever en faisant le moins de bruits possible. Hmm fallait l'avouer j'étais pas très doué pour la discrétion, mais je finis tout de même par m'extirper du lit. Toujours un peu endormi, je partais prendre une douche avant d'enfiler un jean et une chemise. Le petite groupe n'était pas encore au complet quand je fis mon apparition. Je saluais le groupe par quelques tapes amicales par ci et pas là. Après tout j'étais du genre assez sociable et ça n'avait pas changé. La plupart des mecs avec qui je prenais mes tours de gardes étaient des bons gars, du moins c'était l'image qu'ils donnaient. Après tout, on est jamais sur de rien. Vers 9 heures, on s'élança dans la zone. Mission du jour passait les clôtures au peigne fin pour voir les endroits qui nécessitaient des opérations et tuer les rodeurs qui se trouvaient trop près des grilles. Rien de vraiment passionnant. C'était un boulot qui devait être fait. La zone s'étendait assez loin ce qui permettait au camps de posséder une certaine autosuffisance, mais ça demandait aussi une certaine vigilance . Et j'étais chargé de cette vigilance. La matinée se passa assez bien. Si ce n'est que les rôdeurs étaient excessivement nombreux. Ils devaient être attirés par notre nombre. Je détestais ça, le jour ou ça allait péter, on allait devoir être prêt à nous enfuir. J'avais du mal avec l'idée de faire confiance à cette zone. Je craignais pas mal de débordement et bien sûr une attaque...

En tout cas autant l'avouer je n'étais pas dès plus concentrer en cette matinée. La seule chose que j'avais envie de faire, c'était partir retrouver Aileen. Autant je trouvais un certain plaisir à sortir hors de la zone pour partir à la recherche de nourriture ou de médicaments, autant chercher les clôtures qui nécessitaient des réparations m'ennuyait ferme. Alors oui, c'était important mais franchement déprimant surtout avec les rôdeurs qui grognaient de l'autre côté de la clôture en essayant de nous chopper. Qu'est que ça pouvait être con ce truc... Dire que notre vie était détruire à cause d'eux, il y avait de quoi être en colère... En tout cas, malgré tout ça, elle ne quitta pas une seconde mes pensées, bien au contraire... Alors quand le chef de mission décida enfin de nous ramener à la maison je ne me fis pas prier. C'était une bonne idée , la meilleure de cette matinée.
Assis dans l'arrière du pick up, je prenais plaisir à sentir le vent fouettait mon visage, ça me rappelait de bons moments. Une fois le véhicule garé, je ne mis pas longtemps avant d'en descendre pour sauter sur la route. Première chose à faire partir à sa recherche. Car oui, j'étais inquiet, j'allais l' être jusqu'à ce que je la trouve et qu'elle m'est assurée que toute sa matinée c'était bien déroulée.

J'étais bien décidé à arpenter la zone jusqu'à notre dortoir pour me lover de nouveau dans ses bras, mais elle ne m'en donna pas l’occasion. La jolie blonde apparut bien rapidement dans mon champ de vision. De quoi me rassurer... Qu'est qu'elle avait pu manqué... Comme toujours d'ailleurs, sauf que d'habitude je me contentais de lui sourire. Là c'était différent.. Mes bras se retrouvèrent bien rapidement autour de sa taille. Si j'étais un chat je le serais sûrement en train de ronronner. « Toi aussi tu m'as manqué » Laissais je échapper. Hmm , j'adorais ça, vraiment elle pouvait sûrement pas me faire plus plaisir qu'en se laissant totalement aller dans mes bras. Je ne mis pas longtemps avant de partir à la recherche de ses lèvres. Juste pour être sur de ne pas avoir rêver hier soir. Hmm non j'avais pas du tout rêver et c'était du genre aussi agréable que la nuit dernière. Plus qu'à espérer qu'elle ne se fatigue pas avec mon côté légèrement collant, mais je l'avais prévenu. Je finis par me détacher mes lèvres d'elle, mais mes bras étaient toujours fermement attachés autour de sa taille. « On devrait peut être aller manger... J'ai faim.. » dis je tout en me mordant les lèvres. J'aurai très bien pu la dévorer , mais je pouvais remettre ça à plus tard. « Je t'ai pas réveillé au moins? t'avais l'air de si bien dormir... C'est bien la première fois de ma vie que je me transforme en somnifère » Laissais je échapper d'un ton amusé. Je voulais bien être son somnifère personnel, aucun soucis.
made by pandora.
[/size]
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Plutôt crever que de faire ce foutu vaccin !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21395

× Points de vie : :
388

× Copyright : :
© lux aeterna (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Aileen - Viens a mes côtés , on se tiendra chaud (hot) Jeu 21 Nov - 20:50



viens à mes côtés, on se tiendra chaud.
(muse) ▽ I know you've suffered but I don't want you to hide. It's cold and loveless, I won't let you be denied. Soothing, I'll make you feel pure : trust me, you can be sure. I want to reconcile the violence in your heart. I want to recognise your beauty's not just a mask. I want to exorcise the demons from your past. I want to satisfy the undisclosed desires in your heart.
Du temps. Nous en avions atrocement besoin dans ce monde, que ce soit pour fuir ou pour apprécier chaque seconde qui nous maintenait en vie et en sécurité. Malheureusement, c'était aussi l'une des choses qui nous manquait le plus cruellement. Face à toute l'atroce de notre monde actuel, face à toutes les horreurs qui se produisaient à chaque instant, qu'on le veuille ou non, le temps filait, nous échappait, ne laissant derrière lui que quelques rares moments de bonheur, fugaces, éphémères. Nous ne pouvions rien faire contre cela, si ce n'est, peut-être, profiter à fond de ces rares instants de répit que l'on voulait bien nous accorder. Je ne m'étais rendue compte de tout cela que très récemment, au cours de l'une de mes nombreuses divagations, depuis mon arrivée dans la zone. C'était maintenant plus que jamais que je me rendais compte à quel point je ne pouvais pas me permettre de gâcher tout ce temps que l'on m'offrait, durant lequel j'étais bel et bien vivante, en parfaite santé, et prête à tout pour continuer à l'être. Continuer à rester aussi éloignée que possible d'Ezeckiel n'avait aucun sens. Plus maintenant, en tout cas. Je ne pouvais pas juste fermer les yeux, et faire comme si de rien était. Fermer les yeux et prétendre que mes sentiments s'étaient envolés, aussi vite que le temps, m'était désormais impossible. Je ne pouvais, et ne voulais, plus faire semblant. Ce n'était tout simplement plus envisageable, et j'étais plus que ravie d'avoir enfin osé faire le premier pas en direction du jeune homme, la veille. J'avais fait cela en parfaite connaissance de cause, en sachant que je ne pouvais plus retourner en arrière, une fois que c'était fait. Je ne le voulais pas, de toute façon. Il était là pour moi depuis le début de toute cette merde, et peu importe à quel point je voulais me préserver, j'étais dingue de lui.

Ce n'était pas quelque chose qui allait changer, de toute façon. Alors à quoi bon continuer à se voiler la face ? Il était grand temps pour nous de nous laisser aller à ces sentiments qui nous agitaient. Et à moi, en particulier. Parce qu'après tout, j'étais tout de même celle qui faisait en sorte depuis le début, de maintenir une certaine distance entre nous. Mais je lui faisais aveuglement confiance, raison de plus, donc, pour arrêter tout ce manège. Bien décidée à ne pas faire un seul pas en arrière, je m'empressai de le rejoindre en entendant la voiture se garer, à quelques mètres de là. Je ne me fis pas prier non plus pour le serrer dans mes bras. Je tournai légèrement la tête, et répondis avec un plaisir non dissimulé à son baiser. Je n'avais donc pas rêvé le moins du monde tout ce qu'il s'était passé la veille. Si j'avais, d'abord, eu peur qu'il ne soit trop "collant", comme il me l'avait si bien fait remarquer hier, je me rendais maintenant compte que ce n'était pas quelque chose qui allait me gêner. Bien au contraire, même, j'avais hâte de lui montrer à quel point je pouvais l'être, moi aussi. Quand cela le concernait, lui, bien sûr, parce que je n'étais pas prête à l'être avec qui que ce soit d'autre. Hors de question que je me laisse approcher par qui que ce soit qui ne soit pas Ez. « Très bonne idée, allons manger. », dis-je en lui souriant. Je me rendais désormais compte à quel point cela avait été stupide de me tenir ainsi éloignée de lui. La preuve en était, je ne m'étais jamais sentie aussi bien qu'en cet instant. La présence d'Ezeckiel, et ses bras enroulés autour de ma taille changeait absolument tout pour moi.

Pour avoir été un somnifère, il l'avait été. Cela faisait sacrément longtemps, depuis le début de tout ça ou presque au moins, que j'avais pu passer une nuit réellement reposante, et durant laquelle aucun cauchemar ne venait me troubler. « Tu ne m'as pas réveillée, c'est le fait que tu ne sois pas là qui m'a tirée de mon sommeil. », avouai-je dans un murmure, légèrement gênée. Parce que c'était la vérité, et qu'il y avait de quoi se mordre les doigts. J'étais dépendante de lui, que voulez-vous ? « T'es un somnifère sacrément efficace, en tout cas. », le complimentai-je en lui jetant rapide coup d'oeil, souriante. « On va au self ? », lui demandai-je ensuite, curieuse de savoir où il voulait manger. Le mieux était définitivement le self, puisque cet endroit avait le mérite de nous permettre de manger chaud. Ce qui n'était vraiment pas négligeable, au vu de tous les trucs absolument immondes que nous avions mangé depuis le début. Le choix n'était pas toujours là, pour notre plus grand désarroi. Sans vraiment attendre de réponse de sa part, puisque je savais qu'il préférait généralement aller là-bas, j'attrapai sa main et l'entraînai avec moi en direction du self. Il fallait bien que l'on aille quelque part, de toute façon ... « On va dehors cet après-midi ? », le questionnai-je, en connaissant d'ores et déjà sa réponse. Mais bon ... En même temps, il pouvait très bien avoir prévu autre chose, non ? Il ne voulait peut-être pas faire tout ce que nous faisions habituellement.
(c) AMIANTE



_________________
en présence très réduite jusqu'au 9 août
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Aileen - Viens a mes côtés , on se tiendra chaud (hot) Ven 22 Nov - 20:22



Viens à mes côtés on se tiendra chaud


Je me sentais comme un vrai gamin en proie à son premier amour. En fait c'était clairement le cas. Parce que niveau histoire d'amour, je ne mettais jamais laissé aller. Peut être à cause de mon père, ou à cause de ma mère qui n'avait jamais été très à l'aise avec les histoires d'amour. Disons qu'elle m'avait montré toutes les raisons pour éviter ce genre de truc. Enfin dans le fond, si j'avais rencontré Aileen avant je n'y aurais sûrement jamais pensé. Si je me sentais aussi bien avec elle, c'était pour une raison et j'avais compris celle ci quelques mois plutôt déjà. Si elle n'avait pas fait le premier pas, j'aurai sûrement fini par le faire, parce que cette situation était en train de devenir de plus en plus difficile à gérer. Plus on se rapprochait et plus ça me demandait un certain self control. Savoir qu'elle ressentait la même chose que moi me permettait de souffler et m'exprimer sans craindre une réaction négative de sa part. Je savais parfaitement que notre histoire allait prendre du temps, comme n'importe quelle histoire d'ailleurs, mais avec Aileen c'était un peu différent, cependant cela ne m'effrayait pas. Tout le temps qu'on avait passé ensemble parler pour nous, on avait appris à vivre ensemble sans vraiment le remarquer.

Mon côté absent ne passa pas inaperçu aux yeux des autres membres du groupe. Avec le temps, on avait appris à se connaître et bien sur on discutait. Je gardais cependant un paquet de choses pour moi et ma relation avec Aileen en faisait partie. Je n'allais pas m'étaler dessus, et bien que certains avaient tenté de me tirer les vers du nez, j'avais été assez doué pour trouver une certaine parade. Je n'aimais tout simplement pas qu'elle soit mêlée à nos conversations et ça ils l'avaient rapidement compris. Sa petite apparition risquait donc de les faire jaser, mais finalement je m'en moquais totalement, le plus important pour moi c'était de la retrouver, le reste n'avait que peu d'importance. En tout cas, elle était resplendissante, signe qu'elle avait du passer une bonne matinée. De toute façon, elle avait pas mal de choses à faire elle aussi.

J'avais franchement aucune envie de me détacher d'elle et laisser passer les sifflements et autres remarques de mes collègues qui bien entendus étaient restés pour assister à la scène. Mais au moins maintenant c'était clair, ça allait m'éviter de m'énerver pour rien. Oui parce que la dernière fois qu'un d'eux m'avait demandé si je m'éclatais avec elle ça avait failli finir en guerre fratricide. Je prenais sûrement les choses trop à cœur, mais l'idée que quelqu'un d'autre que moi la touche me rendait totalement fou... « A demain » Concluais-je dans le but de les faire déguerpir, ils allaient pas nous emmerder, qu'ils retournent à leurs occupations. Oh bien sur, aucun d'eux n'avait de mauvaises pensées, c'était plus des histoires de mec, mais ça m'énervait...

Un sourire amusé se dessina sur mon visage, alors comme ça elle s'était réveillé parce que je lui manquais. Enfin, c'était pas vraiment ce qu'elle venait de dire, mais autant se lancer des fleurs. Prenant un air sérieux, qui chez moi voulait bien entendu dire le contraire je continuais sur notre lancée. « Hmmm, demain j'ai pas besoin de me lever, tu vas pouvoir faire la grasse matinée » Oui parce que j'allais en faire une, ça faisait toujours du bien de se réveiller après les autres... enfin on pouvait toujours essayer. « Ouep » Le self, c'était parfait, en espérant qu'ils nous servent pas un truc trop dégueulasse. Serrant sa main dans la sienne, je lui emboîtais le pas. « Tu sais que j'adore quand tu te montres directive » Plaisantais-je. Hmm elle pouvait me tirer n'importe ou je la suivrais. « Avec plaisir » Oh que oui, je n'attendais que ça, sortir de la zone pour enfin être tranquille. On avait tout les deux besoins de retrouver notre liberté.

Arrivé au self je ne pu m'empêcher de grimacer quand on me tendit une assiette de cassoulet. « Encore ? » La vieille me lança un regard noir auquel je répondis par une sourire quelque peu narcissique « Merci » Boudeur je me laissais tomber sur la première chaise qui se trouvait à ma portée. « J'en ai marre de manger du cassoulet... à croire qu'on trouve que ça. Pour notre premier dîner à tête, le saucisson s'était mieux  »
made by pandora.
[/size]
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Plutôt crever que de faire ce foutu vaccin !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21395

× Points de vie : :
388

× Copyright : :
© lux aeterna (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Aileen - Viens a mes côtés , on se tiendra chaud (hot) Sam 23 Nov - 15:20



viens à mes côtés, on se tiendra chaud.
(muse) ▽ I know you've suffered but I don't want you to hide. It's cold and loveless, I won't let you be denied. Soothing, I'll make you feel pure : trust me, you can be sure. I want to reconcile the violence in your heart. I want to recognise your beauty's not just a mask. I want to exorcise the demons from your past. I want to satisfy the undisclosed desires in your heart.
C'était incroyable comme le simple fait d'être avec Ezeckiel suffisait à me faire oublier tout le reste. Je me fichais pas mal de ce qui se passait autour de nous quand nous étions dans notre bulle, comme maintenant. Sans vraiment réfléchir, j'avais répondu à son baiser, trop heureuse de pouvoir enfin montrer mes sentiments librement. Mais, bien sûr, ses "potes", avec qui il partageait pas mal de temps au vu des différentes missions qui leur étaient assignées, étaient toujours dans le coin. Étonnement, cela ne me gênait pas le moins du monde. Quelques jours plus tôt, si telle chose était arrivée, j'aurais sans doute fait une crise de panique, avant de tous les incendier les uns après les autres. Là, au contraire, je me sentais juste ... Bien. Bien sûr, il y avait toujours la petite note d'appréhension indispensable devant le fait qu'un certain nombre d'hommes m'entouraient, mais la présence d'Ez' me permettait de ne pas y penser trop longuement, de ne pas m'attarder sur un tel détail. En fait, tout ce que je voulais, c'était pouvoir le serrer contre moi ... Alors, tout ce que les autres autour pouvaient dire ne m'intéressait pas. Je souris quand Ez' les pria, indirectement, de déguerpir, et me collai encore un peu plus contre lui, si seulement c'était possible. « En effet, je sens que je vais très bien. », avouai-je, avant d'attraper sa main pour l'embarquer avec moi jusqu'au self. Nous avions vraiment besoin de manger, d'autant plus si nous prévoyions une sortie cette après-midi.

Parce que cela avait beau rester nos moments privilégiés, à tous les deux, cela pouvait s'avérer dangereux. Prendre des forces était donc nécessaire ... Voir obligatoire. Je ne relevai pas sa petite plaisanterie sur le fait que j'étais directive, mais souris malgré tout. S'il n'y avait que cela pour lui faire plaisir, hein ... Je me retins difficilement d'éclater de rire en voyant la tête d'Ezeckiel, mieux encore, en voyant celle de la dame qu'il venait très clairement d'insulter. Et oui ... Encore du cassoulet. Je souris à la vieille dame, attrapai l'assiette qu'elle me tendait, et allai m'installer sur la chaise voisine à celle d'Ez. Je souris en voyant son air boudeur, et me tournai dans sa direction. « C'est vrai que le saucisson, c'est la grande classe. », le taquinai-je en me retenant, une fois de plus d'exploser de rire. A croire que cela devenait une habitude, ce qui n'était pas pour me déplaire. Comme quoi, Ezeckiel avait vraiment le don de me mettre de bonne humeur et même ... de me rendre heureuse, même si je n'étais pas encore totalement certaine de vouloir lui dire. Sans doute par peur que ce que nous commencions tout juste à construire ne s'envole aussitôt que c'était dit à l'oral. Mieux valait garder certains détails pour moi, du coup ... Pour l'instant, en tout cas. De toute façon, nous avions le temps d'apprendre à vivre ensemble, même si le temps était une notion très fragile à l'heure actuelle.

N'ayant, pour l'heure, plus vraiment envie de trop réfléchir, j'attrapai sa main et lui souris. « On aura qu'à ... Aller chercher du saucisson cette après-midi ! ça nous occupera. », le taquinai-je. Je voulais lui faire oublier au plus vite l'idée qu'il était en train de manger du cassoulet. Sacrilège ! Sans lâcher sa main par peur qu'il ne s'enfuie, j'utilisai l'autre pour prendre un peu de cassoulet et le porter jusqu'à ma bouche. Beurk. C'était ... Immonde. Sans doute était-ce là une des rares boîtes moisies encore présentes sur terre. Ou je ne savais pas trop pourquoi cela avait un sale arrière goût ... soit j'en avais réellement marre de manger du cassoulet, soit ils avaient essayé de cuir tout cela dans une casserole sale. En tout cas, c'était ... loin d'être bon. Mais mangeable malgré tout. « Hmmm, c'est ... délicieux... », me forçai-je à dire à Ez', en tournant la tête dans sa direction. Bien sûr, je ne pus pas retenir plus longtemps une grimace, puis un rire. Non, je n'avais jamais été faite pour être une comédienne. C'était peut-être pour cela que j'avais finit serveuse ... Ou pas, d'ailleurs. « Allez, plus vite on mange, et plus vite on pourra partir d'ici. », lâchai-je avec une petite moue pour le faire craquer. Il fallait qu'il se dépêche de manger, point !
(c) AMIANTE



_________________
en présence très réduite jusqu'au 9 août
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Aileen - Viens a mes côtés , on se tiendra chaud (hot) Sam 23 Nov - 22:13



Viens à mes côtés on se tiendra chaud


Je crois que d'une certaine manière ma façon d'agir indiquait clairement aux autres mecs que la place était prise et qu'ils étaient mieux pour garantir leur sécurité de se tenir loin de la jolie blonde. Elle en avait assez vécu, pas besoin en plus de se taper les cons de bases qui n'avaient rien d'autre à foutre que d'emmerder le monde. Je n'étais peut être pas très romantique, non ce n'était pas mon genre, par contre j'étais du genre protecteur, très protecteur. Le romantisme viendrait peut être après, mais pour le moment on était plus en train d'apprendre à se connaître d'une façon différente. On était jamais passé de l'autre côté du miroir, mais finalement c'était en train de se faire tour naturellement. Désormais je risquais de trouver un paquet d'excuses pour ne pas partir pendant des heures. Quoique je risquais de ne pas vraiment avoir le choix. Je détestais être dépendant, mais être dépendant d'elle c'était complètement différent vu qu'elle faisait partie intégrante de ma vie depuis notre première rencontre.

La journée avait plutôt bien commencé jusqu'au moment de la pause midi. Rha encore du cassoulet, c'était quand même pas possible de toujours nous servir ce genre de truc. Plongeant ma fourchette dans cette espèce de purée immonde, je ne pouvais pas m'empêcher de grimacer. Aileen semblait trouver ça particulièrement amusant. C'est vrai que depuis le début de mon aventure, je m'étais toujours montré réticent à manger tout et n'importe quoi. Comme beaucoup j'avais fini par me forcer. Mais fallait bien avouer que si je pouvais éviter de manger ce genre de truc je ne me gênais pas. Sauf qu'aujourd'hui le choix était limité, c'était ça ou ça. Alors si je voulais manger et bien je n'avais pas le choix. « La prochaine fois que je trouve une boite de ravioli, je nous la garde » murmurais je tout en prenant ma première bouchée de cassoulet qui fut suivit par une moue dégoutté. « Tu rigoles, c'est immonde » Déjà que le cassoulet c'était pas mon truc alors quand celui ci était encore plus dégueulasse que d'habitude, c'était encore pire. « C'est dans ces moments là que le centre commercial me manque » Oui parce que malgré le fait que j'ai toujours détesté cet endroit, il fallait avouer qu'on avait quand même eu pas mal de choix. Bref, on c'était fait plaisir. Désormais on revenait doucement à la réalité. «  J'ai toujours rêve de partir à la cueillette de saucissons » laissais je échappé avant de jouer avec mes haricots. Bon j'allais y arriver à avaler tout ça... On pouvait pas se permettre de gaspiller, c'était plus possible, on manquait trop pour en laisser de côté. Surtout que la portion n'était pas non plus énorme. Amusé, mon regard se posa sur Aileen et puis sur no mains entrelacées. Elle a vraiment changé, comme quoi un simple événement venait de déclencher une jolie réaction en chaîne. Avec un air amusé, je saisissais mon verre d'eau avant de boire quelques gorgées pour faire passer le goût désagréable du cassoulet. Ah c'était pas facile, j'avais l'impression d'avoir régressé en enfance et de me retrouver face à une assiette végétarienne qu'adorait me préparer ma mère, sauf que c'était toujours infecte. « Enfin finis » dis je avant de poser ma fourchette. Plus qu'à ne pas vomir cette horreur... « Allez c'est parti » Je ne mis pas longtemps avant de me lever pour la tirer derrière moi. C'était partie pour notre sortie, et on en avait bien besoin. Surtout qu'aujourd'hui, il faisait particulièrement bon. On ne mit pas longtemps à sortir de la zone. « Bon tu veux aller ou, tu voulais tellement sortir » Un sourire se dessina sur mon visage, après tout elle m'avait légèrement forcé. Quoiqu'elle n'avait pas vraiment eu besoin de beaucoup me supplier. « Tu veux vraiment partir à la recherche de saucissons ? »
made by pandora.
[/size]
[/quote][/quote]
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Plutôt crever que de faire ce foutu vaccin !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21395

× Points de vie : :
388

× Copyright : :
© lux aeterna (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Aileen - Viens a mes côtés , on se tiendra chaud (hot) Lun 25 Nov - 21:26



viens à mes côtés, on se tiendra chaud.
(muse) ▽ I know you've suffered but I don't want you to hide. It's cold and loveless, I won't let you be denied. Soothing, I'll make you feel pure : trust me, you can be sure. I want to reconcile the violence in your heart. I want to recognise your beauty's not just a mask. I want to exorcise the demons from your past. I want to satisfy the undisclosed desires in your heart.
Je n'aurais jamais pu penser que mon ancien moi puisse revenir aussi facilement. J'étais toujours brisée, et je savais que mes cauchemars ne m'avaient pas définitivement foutue la paix, mais je me sentais bien. Et avoir des contacts avec lui ne me gênait pas. Un exploit, donc. Il m'avait fallu énormément de temps - cela faisait quand même plus d'un an ... - mais le résultat en valait le coup, du moins je l'espérais. J'étais prête à faire tous les efforts possibles pour que cela marche entre nous et cela me semblait plutôt bien parti. Il faut dire que ces derniers mois, nous les avions passés à deux, sans nous prendre la tête, et sans chercher à aller plus loin ... excepté pour notre tout premier baiser. Il faudrait sans doute que je lui en parle un jour ou l'autre, d'ailleurs ... L'essentiel était que nous nous connaissions déjà énormément, Ez' avait même deviné ce que je cachais. Il n'y avait plus vraiment de secrets entre nous, ce qui me permettait de me sentir très à l'aise avec lui. Et puis, s'il m'avait voulue du mal, il avait maintes et maintes occasions de le faire ... Je lui faisais une confiance aveugle depuis très longtemps, et ce n'était pas prêt de changer. Je devais même avouer qu'il était le seul avec qui j'initiais les contacts.

« Des raviolis ? Bah, on peut mieux faire quand même. », le taquinai-je, amusée face à sa réaction. En effet, manger du cassoulet n'était pas le top du tout et je n'allais certainement pas aller contre son opinion mais je m'y faisais plus facilement que lui. Et puis, bon sang, sa réaction était quand même à mourir de rire. Je rigolais en le voyant manger sa première bouchée, et continuai à en prendre de mon côté, plus pour en finir au plus vite que par envie, d'ailleurs. « C'est immonde ... Mais mangeable, c'est déjà pas mal. », dis-je en haussant les épaules. Cela ne l'était qu'à moitié, en réalité, mais mieux valait ne pas en rajouter ou Ez' allait faire un scandale au beau milieu du self. Ah le centre commercial ... En effet, il me manquait à moi aussi. Parce qu'il y avait moins de monde là-bas mais aussi, bien sûr, parce que nous avions un accès plus rapide à tout un tas de bouffe carrément exquise. Alors que là ... et bien, on ne nous laissait plus vraiment le choix. Histoire de faire passer cette épreuve plus rapidement, je n'ajoutai plus rien, et m'empressai d'avaler les quelques bouchées qu'il me restait encore, sans pour autant lâcher la main d'Ezeckiel.

J'en étais bien incapable, maintenant. Je terminai mon assiette quelques secondes avant Ez', qui semblait plus que pressé de s'éloigner de là. Oh, comme je pouvais le comprendre. Je ne fis pas prier pour le suivre et ce, jusqu'à l'extérieur de la zone. « On peut retourner à l'intérieur si tu veux. », le taquinai-je en le regardant. Evidemment, il était juste hors de question que l'on fasse demi-tour. Nous étions dehors, et bien nous allions le rester. « Et pour tout te dire, je ne sais pas du tout où on peut aller ... », répondis-je sur un ton beaucoup plus sérieux cette fois-ci. Je jetai un coup d'oeil autour de nous, et mon regard se posa sur le "garage" de la zone. « Et si on prenait une voiture, pour commencer ? », proposai-je en esquissant un léger sourire. Je levai la tête pour pouvoir le regard et, sans lâcher sa main, pris la direction de l'une des voitures. Un 4x4 en assez bon état. Il allait juste falloir que l'on demande les clés à quelques mètres de là. « Plutôt que d'aller chercher du saucisson et si on allait dans une ville voisine ? Juste pour ... Regarder, visiter en quelque sorte. » Maintenant que tout était différent entre nous, j'avais juste envie de passer du temps avec lui, et lui seul, alors faire des courses ... Je n'en avais pas spécialement envie pour l'heure.
(c) AMIANTE



_________________
en présence très réduite jusqu'au 9 août
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Aileen - Viens a mes côtés , on se tiendra chaud (hot) Ven 29 Nov - 20:48



Viens à mes côtés on se tiendra chaud


J« Retourner à l'intérieur, vas y toute seule » dis je avec un large sourire posé sur le visage, on venait d’échapper au cassoulet, du moins on avait réussi à ne pas le gaspiller, c'était donc le bon moment pour nous enfuir. Si certains nous voyaient nous promener tranquillement dans le cas, ils étaient bien capable de nous demander de leur venir en aide et c'était bien la dernière chose que j'avais envie pour passer cette après midi. En fait, j'avais juste envie d'être tout seul avec elle dans un endroit calme sans qu'on puisse venir nous chercher. Plus qu'à trouver l'endroit, mais ça risquait de ne pas être gagner... La tranquillité ne courait plus les rues de nos jours. Quitter la zone avait ces avantages et ces inconvénients. En particulier la présence régulière de rôdeurs, enfin avec un peu de chance, on trouverait un endroit ou se poser sans devoir passer notre temps à sauver nos fesses. Rencontrer et fuir les rôdeurs, c'était devenu une habitude, on faisait ça depuis tellement de temps que ça en devenait normal. Désormais, c'était ça notre vie... Aussi pitoyable que ça pouvait paraître, c'était la seule chose à laquelle on pouvait se raccrocher et notre histoire bien sûr. Parce que finalement ce qui nous poussait à avancer, c'était ce besoin d'être ensemble, qu'on soit en couple ou pas ça nous avait aidé à avancer pendant des mois.

Je suivais son regard, une voiture c'était sûrement plus pratique au vue de ce qui nous attendait. En tout cas si on voulait partir sans savoir ou aller, la voiture était la meilleure solution. Tout simplement parce que c'était le meilleur moyen de fuir la présence de rôdeurs et surtout elle nous permettrait de faire pas mal de chemins. « C'est parti alors » Je jetais un regard rapide à la voiture choisie, pas mal, elle avait du goût, en tout cas ça me plaisait. Quoiqu'elle aurait pu sûrement choisir n'importe quoi avec elle dedans ça aurait fini de me convaincre. Un sourire amusé se dessina sur mon visage tandis que je me pinçais les lèvres avant de hausser les sourcils. « Hmmmm tu veux qu'on aille visiter ? » Laissais je échapper dans un rire amusé avant de conclure par un « okeyy» tout aussi amusé. Il ne me fallu pas longtemps avant de revenir avec les clés. « Je conduis » Ah qu'est que j'aimais me mettre aux commandes, sûrement à cause de mes années de pilotages. Bon je n'allais pas me lancer dans une course poursuite pour tenter de rivaliser avec les rôdeurs, ça ne servait à rien, mais c'était toujours un truc en plus de savoir qu'on avait des chevaux sous le capot . « Monte dans le carrosse » Laissais-je échappé avant de monter à ma place et allumer le contact. « Ah j'aime ce son » Oui j'avais toujours aimé ça, bon ça valait pas le son d'un petit raptor , mais fallait pas trop en demander. Les portes de la zone ne mirent pas longtemps à s'ouvrir pour nous laisser passer.

Les premières minutes de routes furent les plus désagréables... tout simplement à cause de la présence de rôdeurs qui rendait l'avancée de rôdeurs moins agréable. « Depuis le temps que je rêvais qu'on parte en vacances » Car oui, ça sonnait un peu comme des vacances. En tout cas la zone était implantée dans un coin assez nature... pas de grandes villes à l'horizon, mais un paquet de petit village. Notre route nous amena à l'un d'entre eux jusqu'à ce qui devait être in vieux ranch. « Bha on l'a trouvé » dis je tout en arrêtant la voiture. « Notre ranch » Oué c'était bien le genre de truc que ma mère aurait adoré et surement le genre d'endroit que j'aurais apprécié aussi. La maison se dressait parmi les champs et les paddocks des chevaux laissés à l'abandon. C'était vide de vie comme tout ce que l'on croisait désormais. « On va visiter ? »
made by pandora.
[/size]
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Plutôt crever que de faire ce foutu vaccin !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21395

× Points de vie : :
388

× Copyright : :
© lux aeterna (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Aileen - Viens a mes côtés , on se tiendra chaud (hot) Sam 30 Nov - 13:49



viens à mes côtés, on se tiendra chaud.
(muse) ▽ I know you've suffered but I don't want you to hide. It's cold and loveless, I won't let you be denied. Soothing, I'll make you feel pure : trust me, you can be sure. I want to reconcile the violence in your heart. I want to recognise your beauty's not just a mask. I want to exorcise the demons from your past. I want to satisfy the undisclosed desires in your heart.
Tout avait changé si rapidement. En une soirée, voir même en une minute. Et pourtant, je me sentais d'ores et déjà à l'aise, comme si tout cela était ainsi depuis beaucoup plus longtemps. Cela venait peut-être du fait qu'il s'agissait d'Ezeckiel, avec qui j'étais depuis plus d'un an. Nous avions été un duo pendant tout ce temps, envers et contre tous, et incapables de nous éloigner l'un de l'autre pendant bien longtemps. J'avais beau avoir fait en sorte de ne pas le montrer pendant des mois et des mois, depuis notre arrivée à la zone, c'était devenu impossible à masquer. Je ne pouvais tout simplement plus accepter d'être loin de lui, et cela avait été très difficile pour moi au début de parfois devoir m'y résigner. Il y avait trop de monde ici, et il allait sans doute me falloir du temps avant de m'y faire pleinement. Il avait compris ... Du coup, j'avais un peu l'impression que mon ancien moi - beaucoup plus tactile et câline - était revenue d'un seul coup ... En pire. J'en étais presque devenue collante, et j'en avais totalement conscience. Heureusement pour moi, cela ne semblait pas le gêner outre mesure. Et puis, tout allait pour le mieux entre nous, voir même en s'améliorant un peu plus encore. Passer du temps avec lui à l'extérieur était tout ce que je demandais, pour sa présence bien sûr, mais aussi pour m'éloigner de tout ce beau monde.

Prendre une voiture me paraissait, en effet, être la meilleure solution. Cela faisait quand même un bout de temps que l'on était dans la zone et, sans être pour autant rouillés dans la lutte contre les rôdeurs, nous ne pouvions pas prendre le risque de nous laisser surprendre par une horde de rôdeurs. Tout pouvait arriver à l'extérieur, et nous y avions passé suffisamment de temps pour le savoir. Prendre du temps pour nous ne signifiait pas non plus prendre des risques inutiles. Je ne pus pas m'empêcher de rire face à l'excitation d'Ezeckiel, qui semblait comme un enfant en entendant le moteur démarrer. Je pouvais comprendre son ressenti, c'était carrément plaisant d'entendre cela, et de se sentir en sécurité de la sorte. Il roula pendant de longues minutes, alors que je regardais par la fenêtre, le paysage défilant sous mes yeux. « Des vacances tant attendues. », plaisantai-je à mon tour, en tentant, tant bien que mal, de faire abstraction des quelques rôdeurs qui traînaient ça et là. Ce n'était pas quelque chose que l'on pouvait totalement oublier, malheureusement. Quoi que l'on fasse, et quoi que l'on dise, ils étaient toujours là, pour nous gâcher la vie et nous rappeler tout ce que nous avions perdu au cours de l'année écoulée.

Pourtant, rien ne pouvait gâcher ma bonne humeur. J'étais avec Ezeckiel, alors c'était absolument tout ce qui comptait. Il n'y avait plus de non-dits entre nous, donc tout allait pour le mieux et rien ne pouvait aller contre cela. J'observai silencieusement le ranch devant lequel il venait de s'arrêter. Pas de rôdeur dans le coin, pour l'instant en tout cas. « Ta mère aurait adoré cet endroit ! », fis-je remarquer en souriant. Et oui, je me rappelais parfaitement de tout ce qu'il m'avait appris sur sa famille, et cela en faisait partie. Les goûts de sa mère allaient en parfait accord avec ce ranch, de toute évidence. « Allons-y ! », lançai-je avant de sortir de la voiture, un couteau en main. Parce que c'était quelque chose duquel nous ne pouvions pas nous passer, malgré notre sortie censée être parfaite en tout point de vue. C'était devenu une habitude, à présent, quelque chose duquel nous ne pouvions pas nous défaire. Je refermai la portière de la voiture derrière moi, avant de me tourner en direction d'Ez qui devait en avoir fait de même. « Avec un peu de chance, il y aura pas de rôdeurs dedans. », dis-je, franchement peu convaincue. Il n'y avait plus vraiment d'endroits où l'on pouvait avoir toute la sérénité que l'on désirait, m'enfin ... Je laissai Ezeckiel passer devant, puisque je le connaissais suffisamment pour savoir qu'il n'aurait jamais accepté l'inverse, mais le suivis de près, bien décidée à ne pas le laisser s'aventurer dans l'inconnu seul.
(c) AMIANTE



_________________
en présence très réduite jusqu'au 9 août
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Aileen - Viens a mes côtés , on se tiendra chaud (hot) Jeu 5 Déc - 23:24



Viens à mes côtés on se tiendra chaud


« On l'a bien mérité » Depuis qu'on était sur les routes , on avait bien besoin de se retrouver tout les deux sans pour autant passer notre journée à venir en aide à la communauté. Depuis qu'on avait rejoint la zone, on avait passé plus de temps à travailler pour les autres, qu'à vraiment prendre du temps pour nous. Oui, on était dans un monde qui n'avait plus rien de normal et cela signifiait aussi que certaines choses n'existaient plus, comme les vacances. Mais voilà, on avait quand même le droit de se prendre du temps pour nous, un temps qu'on utiliserait pour faire ce qu'on avait envie de faire et non pas pour faire ce qu'on devait faire. Ce petit voyage improvisé allait donc nous faire du bien. En tout cas, pour ma part j'en avais besoin, la zone commençait à être assez étouffante. Prendre l'air sans chercher à ramener des trucs allait me faire du bien. Bon dommage pour nous, pas de plages de sable blanc, pas de cocotiers et encore moins de cocktail, mais bon c'était déjà ça... on avait une voiture, des armes, et le désir de partir à la découverte des coins qui se trouvaient autour de la zone. En fait c'était un peu une histoire de hasard, je ne connaissais rien à cet Etat. Le nevada représentait pour moi un endroit totalement inconnu. Je n'en connaissais que les grandes lignes, rien plus, rien de moins. C'était un peu désertique, un peu mort quoi, rien d'étonnant à ce que la zone soit ici. J'avais pris plusieurs routes, opté pour différentes options, sans une grande logique et j'avais fini par prendre ce petit chemin jusqu'à atteindre ce ranch qui était protéger par quelques barrières. D'extérieure tout semblait calme, mais on savait pertinemment que désormais on ne devait plus se fier aux apparences.

« Totalement.. » Aileen avait raison, ma mère aurait complètement adoré cet endroit, si elle avait eu la chance de pouvoir être avec nous. J'aurai aimé pouvoir croire à sa survie, mais je savais qu'il avait vraiment peu de chances pour qu'elle ait pu s'en sortir... C'était triste à dire encore plus triste de me l'avouer, mais c'était sûrement la vérité. J'avais espéré la trouver dans la zone, mais rien... pas l'ombre d'une personne l'ayant au moins connu. « On a plus qu'à aller poser nos affaires dans notre chambre » Lançais je d'un ton amusé pour éviter de penser à ce qui allait nous attendre à l'intérieure. On allait peut être avoir de la chance...

L'endroit était assez sympa, il pouvait nous permettre de nous poser quelques temps, ou plutôt quelques heures, jusqu'à ce que l'on décide de repartir s'enfermer dans la zone. Mais pour le moment, on devait passer par la casse nettoyage et ça risquait de nous prendre pas mal de temps. Un bruit attira mon attention. Je me tournais rapidement vers la droite pour chercher d’où venait le son... Par chance ce n'était pas un rôdeur, mais une sorte de grosse poule.  « Rhhha » La bestiole nous observa avant de continuer sa route comme si de rien était. Elle avait de la chance que je ne sois pas affamée. Elle m'avait foutu une belle trouille. « Bon... si y a que des poules ça devrait aller » Lançais je sur le ton de la plaisanterie pour tenter de cacher mon inquiétude. Je fus le premier à passer la porte d'entrée, parce qu'il n'y avait pas d'autre choix possible. Il était tout simplement hors de questions qu'elle passe devant moi.

La porte grinça sur ses gonds avant de nous laisser la possibilité d'entrée. Je fus assez surpris, je m'imaginais un truc assez vétuste, mais hormis la poussière qui avait recouvert les meubles et le mobiliers, l'endroit était assez cossu. Enfin ça l'était pour un ranch perdu en plein milieu du désert. Le rez de chaussée de la maison nous réserva quelques surprises : deux rodeurs … des gamins... une véritable horreur que je m'empressais de tuer. A l'étage, les parents étaient présents, enfin présents... ils étaient morts mais vivants... Ils avaient du passer pas mal de temps dans la maison, peut être n'avaient ils pas réussi à sortir. En tout cas, ils étaient assez faiblards comme zombie, assez facile à tuer. « Je crois qu'on est bon » dis je avant de baisser légèrement ma garde. « Ils ont du se fermer  en espérant survivre... C'était pas le bon plan » Ils avaient du tous se contaminer... Une famille entière , c'était tragique. « Je dégage les corps et on en fait notre maison de vacance ? » ça nous faisait un pied à terre pour les moments ou on avait envie de se barrer de la zone. Les extérieures semblaient assez saines et l'intérieur était désormais sans danger. Alors autant en profiter !

made by pandora.
[/size]
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Plutôt crever que de faire ce foutu vaccin !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21395

× Points de vie : :
388

× Copyright : :
© lux aeterna (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Aileen - Viens a mes côtés , on se tiendra chaud (hot) Dim 8 Déc - 12:04



viens à mes côtés, on se tiendra chaud.
(muse) ▽ I know you've suffered but I don't want you to hide. It's cold and loveless, I won't let you be denied. Soothing, I'll make you feel pure : trust me, you can be sure. I want to reconcile the violence in your heart. I want to recognise your beauty's not just a mask. I want to exorcise the demons from your past. I want to satisfy the undisclosed desires in your heart.
Prendre un peu de temps pour nous ne pouvait pas nous faire de mal, bien au contraire même. Nous avions besoin de cela. Maintenant, plus que jamais. J'avais enfin osé, trouvé le courage de me déclarer, et de mettre de côté mes pires peurs qui me hantaient toujours. Je ne pouvais pas le regretter maintenant. En fait, j'étais certaine de ne pas le regretter à présent que c'était fait. Au contraire même, j'étais on ne peut plus heureuse, même si j'en restais quelque peu effrayée. Mais je n'étais pas totalement certaine que ce soit le bon moment pour penser à tout cela. Nous avions trouvé une maison plutôt potable, et nous avions tout un tas de choses à faire à l'intérieur. Comme, déjà, nous inquiéter de savoir si elle était vide ... Ou non. Parce que c'était, sans aucun doute, ce que l'on pouvait le plus appréhender. Tuer des rôdeurs était devenu machinal, mais cela restait quelque chose de très dangereux, à faire en prenant mille et une précautions. Je laissai donc passer Ezeckiel. Je le connaissais déjà suffisamment pour savoir qu'il n'aimait pas du tout, mais alors pas du tout, me laisser me mettre en danger. Il préférait tout faire lui-même et, dans le fond, je pouvais le comprendre. Je n'étais jamais trop loin, au cas où quelque chose tournait mal, de tout façon. Avant que l'on ait pu véritablement entrer dans la maison, un bruit sur la droite attira notre attention. Une poule. Une poule venait de nous foutre la trouille de notre vie, à peu de choses près.

Je me tournai vers Ezeckiel, lui sourit, avant de prendre une profonde inspiration pour me donner du courage. Le pire restait encore à venir, à n'en pas douter. Je ne dis rien par peur, sans doute, de rendre les choses plus terrifiantes encore. Oh, et puis, de toute façon, nous aurions tout le temps de parler encore et encore d'ici quelques minutes. Il fallait juste faire un peu de ménage avant cela. En apercevant les deux enfants, désormais de simples rôdeurs, je me figeai sur place et, égoïstement, laissai Ez' s'en charger. Ce n'était pas la première fois que j'en voyais, mais c'était surtout la première fois que j'en voyais aussi faibles. Ils devaient être là depuis un sacré bout de temps. Cela voulait-il dire que personne n'avait prit la peine d'entrer dans ce ranch ? Ce devait être une véritable mine d'or, du coup. Je détournai le regard des deux petits corps, et m'empressai de suivre Ezeckiel quand il monta à l'étage. Nous ne devions surtout pas nous séparer maintenant. Qui savait ce qu'il pouvait arriver, hein ? Une fois en haut, ce fut, une fois de plus, Ezeckiel qui tua les deux rôdeurs qui s'y trouvaient. Les parents, les enfants, une vraie petite famille qui semblait avoir tout tenté pour survivre. Mais s'enfermer éternellement dans une maison n'était pas vraiment la meilleure solution qui soit. Je m'efforçai de ne plus penser à eux. C'était le pire à faire, dans ce genre de situation, alors qu'Ez' venait de les tuer pour m'empêcher de le faire, et que nous allions investir leur maison.

Du coup, je préférais penser à ce qu'il venait de me dire. Notre maison de vacances ... Quelle merveilleuse idée. « Très bonne idée. On peut être sûrs d'être tranquille ici. », répondis-je en lui souriant. Je jetai un rapide coup d'oeil autour de moi, notant sans mal que les nombreux placards devaient être remplis de nombreuses surprises, diverses et variées. « Vas-y, pendant ce temps, je vais ... Fouiller un peu. », lançai-je avant de me diriger vers l'un des fameux placards que je ne me gênai pas pour ouvrir en grand. Il ne fallait plus se gêner de rien, de nos jours. Le placard était rempli de vêtements divers et variés, mais aussi - et surtout - de poussière. Je n'étais pas totalement certaine de vouloir récupérer quoi que ce soit là-dedans. Je le refermai donc et lançai un regard autour de moi. Il n'y avait peut-être rien d'intéressant dans cette pièce. J'abandonnai finalement mes recherches et allai chercher Ez', qui était au rez-de-chaussée. Il venait justement de finir de déplacer les corps. « Je ne suis pas certaine qu'il leur restait grand chose. C'est peut-être même pour ça qu'ils sont morts. », dis-je sur un ton aussi détaché que possible. Parce que je ne pouvais pas m'empêcher d'imaginer la scène. Et si l'un d'entre eux était tout simplement mort de faim ? Avant de se relever en rôdeur, pour bouffer le reste de sa famille, qui s'était transformé à son tour. « Sinon ... Ce sera une maison de vacances parfaite. », ajoutai-je, histoire de détendre un peu l'atmosphère. Il s'était débarrassé des corps, alors mieux valait sans doute ne plus y penser.
(c) AMIANTE



_________________
en présence très réduite jusqu'au 9 août
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Aileen - Viens a mes côtés , on se tiendra chaud (hot) Lun 9 Déc - 23:03



Viens à mes côtés on se tiendra chaud


Aménagé ce coin serait sûrement pas mal. Pour le moment, on allait devoir passer par l'étape désagréable du nettoyage. A choisir, je préférais passer nos après midi à faire du jardinage dans notre « maison » que me taper des journées à chercher des vivres, on passait déjà bien assez de temps à faire ce genre de trucs pour continuer pendant notre temps libre. Plus qu'à espérer que les rôdeurs nous laisse tranquille. Mais en rafistolant les clôtures régulièrement ça allait sûrement le faire, surtout que la plupart des rôdeurs étaient attirés par la zone. Bref, ce petit coin me plaisait et je n'étais pas le seul à le penser. Je me serai cependant passé de notre découverte assez macabre. Les rôdeurs ont y été habitué et même si ceux ci les rencontrer était désormais devenu une habitude, c'était la première fois que je me trouvais en face d'une « famille ». Jusqu'alors les rôdeurs n'avaient jamais eu de noms, ni d'histoires. C'était juste des zombies qu'on croisait au fur et à mesure de notre route. On ne les connaissait pas !!! mais pour eux c'était un peu différent. On pouvait inventer leur vie et sûrement qu'on allait croiser quelques traces de leurs existence au quatre coin de cette maison. Leur éloignement avait sûrement réussi à les aider à survivre, mais celui ci avait du causer leur perte. La raison, personne ne la serait jamais, mais elle avait fini par tous les détruire. Je préférais ne pas imaginer ce qu'ils avaient du ressentir en se voyant tous se transformer les uns les autres. Dans un sens j'avais eu de la chance, je n'avais pas vu ma famille se transformer. C'était le genre de truc à laquelle je préférais ne pas penser. Mon regard se tourna vers la jolie blonde en train d'observer les lieux. Si je la perdais elle... non je préférais ne pas y penser...

« J'essaie de faire vite » Il n'y avait rien de plus désagréable que de tirer des corps pour les faire brûler. Surtout qu'ils étaient assez lourds ! Le plus dur c'était sûrement de tirer les deux corps des gamins. Si jeune et pourtant ça n'avait rien changé. On était tous apte à se faire bouffer par les rôdeurs et autant ne pas l'oublier. Une fois les corps charger à l'arrière de notre pick-up. Je les balançais quelques kilomètres plus loin avant de les arroser d'essence pour terminer par les enflammer. C'était un moyen comme un autre de prévenir les mauvaises odeurs et puis c'était aussi pour éviter d'attirer les rôdeurs. Dire que je venais juste de brûler une famille … Comment s'imaginer en arriver là quand on avait vécu dans un monde si différent. J'avais passé des années à protéger la population, enfin d'une certaine façon et maintenant je brûlais des corps pour assurer ma propre survie, sans oublier tout ceux que j'avais tué y compris les humains mordus encore conscient juste pour assurer ma sécurité et celle d'Aileen. Je regrettais pas mal de choses de ma vie d'avant, mais ça aurait pu être pire. Un dernier regard aux corps et je finis par faire route arrière pour retrouver Aileen.

La belle était en train de roder dans la cuisine telle une âme en peine. « Me revoilà, j'ai pas vu de rôdeurs, ils se tiennent loin, ils sont sûrement attiré par la zone et les clôtures ont l'air d'être en bon état » dis je avant de sortir les mains de mon jean avant de jeter un coup d'oeil autour de nous. C'était quand même bien mieux sans les rôdeurs. « On pourra peut être ramener des trucs … » Enfin si on trouvait des trucs hors zones, je me voyais mal piller la zone pour remplir les placards du ranch. « Ouep , ça va être pas mal, une fois qu'on aura fait un ménage de printemps, et y a pas mal de place, on pourrait même tenter de planter quelques trucs, j'ai vu qu'y avait un puits » Le ranch était assez grand, bien trop grand pour deux personnes, c'était assez familial. Mon regard se posa sur une photo de famille. « Tu es allé voir à l'étage ? Dit moi que y a un grand lit » Nan parce que les petits lits pourris de la zone, je n'en pouvais tout simplement plus. En cherchant les rodeurs, j'avais omis de vraiment regarder l'aménagement de la maison, mais une famille de 4 personnes, ils devaient quand mêmey avoir des lits potables.

made by pandora.
[/size]
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Aileen - Viens a mes côtés , on se tiendra chaud (hot)

Revenir en haut Aller en bas

Aileen - Viens a mes côtés , on se tiendra chaud (hot)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS-