gaylwen ∆ every teardrop is a waterfall. (hot)
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome. Quelques bugs/décalages à attendre sous Firefox.
Le 10 novembre 2016, le forum a fêté ses quatre ans !! A cette occasion, sa saison 5 a été mise en place. bril Et le 12/06/2017, sa version vingt-trois réalisée par Morphine est installée. Toutes les nouveautés sont à découvrir ici. coeurrose
Oh la la qu'est-ce que vouuuuus aiiiiiime !! coeurrose lele Et si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ?

Partagez| .

gaylwen ∆ every teardrop is a waterfall. (hot)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: gaylwen ∆ every teardrop is a waterfall. (hot) Lun 11 Nov - 0:11



every teardrop is a waterfall.
(les frères scott) ▽ Ne pleurez pas votre passé car il s’est enfui à jamais. Ne craignez pas votre avenir car il n’existe pas encore. Vivez votre présent et rendez le magnifique pour vous en souvenir à jamais.
Vivre avec Oncle Bob n'était, au final, pas si terrible que cela. Oh, bien sûr, il restait lui-même en toutes circonstances et chacune de ses paroles devait être prise au second, voir au troisième, degré. Il ne se prenait pas la tête et ne cherchait généralement pas à faire dans la douceur. Si bien que, dès mon premier jour ici, il avait trouvé le moyen de me comparer à une asperge brûlée par le soleil. Hmpf. Toujours est-il que je passais le plus clair de mon temps dans la maison, à nettoyer, ranger et trier tout ce qui avait grandement besoin de l'être. Au départ, je n'avais pété vraiment d'accord dans le fait de les laisser partir tous les deux chercher je ne sais quoi, je ne sais pas trop où. Mais je m'y étais fait : nous n'avions pas d'autre choix, et j'étais beaucoup plus utile dans la maison, surtout quand je leur préparais à manger. Surtout que je m'étais considérablement amélioré niveau cuisine ! Mais bref, c'était, bien sûr, toujours très stressant pour moi de laisser Gaylwen s'éloigner et prendre des risques de la sorte, mais je n'avais clairement pas le choix, et je savais que c'était pour la bonne cause. Du coup, je faisais toujours en sorte de m'occuper l'esprit quand il partait pour une courte excursion, histoire de ne pas avoir à penser à son absence bien trop pesante.

Et ce matin, comme bien souvent, quand je me levai, Gaylwen n'était déjà plus à mes côtés. Je préférai cela plutôt que de le voir rentrer trop tard, de toute façon. Je passai une main rapide dans mes cheveux, et m'extirpai de sous la couette. Seulement, à peine avais-je posé le pied par terre, je courus en direction des toilettes, pour rendre tout mon repas de la veille. Merde ! C'était quoi le problème, cette fois ? Tout en me rinçant la bouche, je réfléchis longuement à tout ce que j'avais utilisé pour le repas d'hier. Mais il était tout simplement impossible que j'ai utilisé quoi que ce soit de périmé ... N'est-ce pas ? Je finis par descendre au rez-de-chaussée, carrément barbouillée et à moitié dépressive. Je décidai de ne plus penser à cela, certaine que cela ne pouvait pas être si horrible que cela. Des nausées matinales pouvaient arriver à tout le monde, non ? Ce n'était pas non plus monstrueux, ou quoi que ce soit dans le genre. Malheureusement, l'incident ne s'en arrêta pas là. Je me préparai rapidement un café et, une fois chaud, l'odeur me parvint jusqu'aux narines. Mon estomac fit un nouveau soubresaut et je courus comme une déjantée jusqu'aux toilettes les plus proches. Là, il y avait vraiment quelque chose qui clochait. Je restai de longues minutes parfaitement immobile, dans le brouillard, et pas franchement lucide. Qu'est-ce qu'il était en train de se passer, au juste ?

Je me laissai carrément tomber contre le mur quand une révélation subite s'imposa à mort. Oh. Merde. Je retournai m'enfuir dans ma chambre, et me calai dans un coin, contre le mur. Je repliai mes genoux contre moi, et y posai mon front. Les minutes qui s'écoulèrent ensuite se transformèrent rapidement en heures. Dans quelle merde m'étais-je encore foutue ? J'étais toujours aussi prostrée, déboussolée, pour ne pas dire complètement à la ramasse, quand j'entendis la porte d'entrée. Ils arrivaient plus tôt que prévu. Qu'allais-je dire à Gaylwen ? En fait, la question était plutôt : comment étais-je censée lui dire ? Comment allions-nous faire ? Tant de questions encore laissées sans réponse. Et merde, hein ! Gaylwen ne tarda pas à s'inquiéter de mon absence, et m'appela, ce qui me fit réagir. Je ne devais surtout pas le laisser s'inquiéter. Je me levai rapidement, mais il était dans la chambre avant que je n'ai pu la quitter. Je lui souris faiblement, essuyai bien vite les quelques larmes qui s'étaient échappées de mes yeux, et me rapprochai de lui. « Hey. Tout va bien ? », lui demandai-je d'un ton légèrement inquiet, et en le détaillant de la tête au pied. Tout semblait aller très bien pour lui. « Ecoute, je ... Faut que j'te parle, c'est ... », commençai-je avant d'attraper son bras pour le faire s'asseoir sur le lit. Je m'installai juste à côté de lui, et détournai le regard. Et merde, hein. « Je crois que ... En fait, non ... J'suis sûre que ... Je suis enceinte. », lâchai-je brusquement, le regard perdu je-ne-sais-trop-où dans la pièce. Impossible pour moi de le regarder après la bombe que je venais de lâcher.  Cela allait tout changer pour nous, et je m'en voulais par avance.
(c) AMIANTE




Dernière édition par Sam G. Whiteley le Mar 3 Déc - 21:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: gaylwen ∆ every teardrop is a waterfall. (hot) Lun 11 Nov - 19:19



every teardrop is a waterfall.
(les frères scott) ▽ Ne pleurez pas votre passé car il s’est enfui à jamais. Ne craignez pas votre avenir car il n’existe pas encore. Vivez votre présent et rendez le magnifique pour vous en souvenir à jamais.
La vie avec Oncle Bob se passait assez bien. En fait on avait jamais été aussi en sécurité depuis toujours. Et ça c'était grâce à mon oncle et au génie qu'il avait pu avoir avant l'apocalypse. Gayl avait même réapprit à dormir sur ses deux oreilles. Aucun rôdeur n'avait réussi à passer à travers les énormes grillages et clôtures électriques installés par son oncle. Leur mini fermette leur permettait de se nourrir sans oublier les deux chevaux qu'ils avaient trouvé. Les animaux leur permettaient d'avancer plus rapidement et d'étendre leur territoire de chasse. Aujourd'hui, c'était un de ces jours ou ils partaient voir les pièges qu'ils avait posé et d'ailleurs c'était pas mal, la plupart avait capturé des proies. Oncle Bob était du genre à ne rien laisser passer et autant dire qu'il l'avait mis au plis plus d'une fois. Maintenant il s'était habitué et agissait avant qu'il ne fasse une de ses réflexions désobligeantes. Les rôdeurs n'étaient pas trop nombreux, Gayl n' en croisait toujours quelques uns mais ça restait vivable. Oncle Bob appréciait particulièrement son adresse au tir à l'arc et prenait un malin plaisir à le laisser tuer les rôdeurs alors que lui jouait au spectateur. Pour le beau brun, bien qu'appréciant ces sorties, Il restait tout de même pressé de rentrer. Depuis ce fameux cauchemar, Il détestait laisser Sam toute seule.Il tentait donc d'obliger Oncle Bob à se bouger un peu les fesses mais il avait tendance à prendre son temps. On était dans un monde envahi de zombies et monsieur prenait le temps de donner des cours de botaniques. D'un côté c'était intéressant désormais il connaissait une multitude de plantes capables de soigner ou de tuer... C'était au choix. Le côté pratique de la chose était bien monté dans l'esprit de Gayl mais il s'intéressait bien plus à Sam. Il était incapable de ne pas s’inquiéter et Oncle Bob ne mit pas longtemps à le remarquer. « Mon ptit va falloir que tu apprennes à déconnecter, elle va très bien l'asperge » Il haussa les épaules avant de rouler les yeux. « arrête de l’appeler comme ça » L'homme s'approcha de lui avant de plonger son regard dans le sien, c'était parti pour un moment de psychanalyse. « Un jour tu comprendras que la femme et le pire mal de l'homme » Gné ??? C'était sûrement pour ça qu'il était toujours resté celibataire. « Merci oncle Bob je m'en souviendrais » Laissa t'il échappé d'une voix légèrement amusé avant d’emboîter le pas à son oncle. « Vous allez pas pouvoir rester ici tu le sais gamin » Gayl fut assez surpris, ce n'était pas le genre d'oncle bob de parler de truc sérieux, mais Gayl avait toujours su que leur lieu de vie était provisoire. C'était pas comme ça qu'il risquait de voir l'avenir... Un jour ou l'autre il allait bien devoir quitter la maison, mais pour le moment il n'y avait franchement pas pensé. C'est vrai qu'on était franchement bien chez oncle bob

Après avoir déposé son cheval dans ce qui leur servait d'écurie. Gayl ne mit pas bien longtemps avant de rentrer dans la maison. Il réfléchirait à la demande d'oncle Bob pour le moment il avait tout simplement envie de trouver le jolie brune. Il entendit son oncle râler ce qui eut pour effet de le faire sourire. Sacré Oncle Bob... « Sam ?! » Pas de réponses, du moins rien qu'il ne puisse entendre. Il ne lui en fallait pas plus pour commencer à s’inquiéter. Si bien qui monte 4 à 4 les escaliers qui menaient à leur chambre. Elle s'était peut être endormie ? Cela ne lui ressemblait pas, elle l'attendait à chaque fois. Il ne mit donc pas longtemps à rentrer dans la pièce pour se retrouver quasiment nez à nez en face de la jolie brune. « ça va... » s'inquiéta t'il à la seconde même ou il croisa son regard. Elle semblait totalement perdue. De quoi l'inquiéter en à peine un quart de secondes. Il détestait la voir comme ça et pas besoin qu'elle tente de trouver une parade... Y avait un truc qui clochait. D'ailleurs elle ne mit pas longtemps à briser la glace. Le son de sa voix était terrifiant, si bien qu'il n'en fallu pas beaucoup à Gayl pour déposer ses affaires et la suivre sur le lit en espérant que ce qu'elle allait lui dire ne soit pas si mauvais que ça. En fait il était en train d'imaginer pleins de trucs. Elle voulait partir loin d'ici ? Loin de lui ? Oncle Bob lui tapait sur le système ? Il la regardait avec intensité attendant qu'elle crache ce qu'elle avait sur le cœur. Il resta sans voix à l'annonce de la jolie brune. Il vira de couleur, il était désormais aussi pâle qu'un rôdeur. Enceinte ? Elle était enceinte, s'ils n'étaient pas entourés de rôdeurs, cette nouvelle l'aurait fait sauté au plafond et il se serait déjà lancer dans la décoration de la future chambre. Sauf que là, il avait du mal à imaginer un avenir avec un enfant. Et finalement ce n'était pas ce qui l'inquiétait le plus. Ce qui l'inquiétait c'était le moment de l'accouchement. J'avais tout simplement peur de la perdre. Sam semblait tout aussi terrifié que moi et c'était sûrement une réaction normale. Je l'essayais échapper un soupire avant d'attraper sa main. « Ok... » murmurais je toujours encore sous le choc de l'annonce. « ça va aller Sam, on va y arriver » Il se voulait rassurant, sauf qu'il n'était pas si sur de lui de réussir à trouver une solution pour que leur futur soit garantit. En tout cas, il allait se battre pour eux...
(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: gaylwen ∆ every teardrop is a waterfall. (hot) Mar 12 Nov - 1:00



every teardrop is a waterfall.
(les frères scott) ▽ Ne pleurez pas votre passé car il s’est enfui à jamais. Ne craignez pas votre avenir car il n’existe pas encore. Vivez votre présent et rendez le magnifique pour vous en souvenir à jamais.
L'absence de Bob et Gaylwen me sembla plus courte que les autres fois. Peut-être était-ce parce que, cette fois-ci, j'avais un truc énorme à avouer à Gaylwen, et que je ne savais pas moi-même comment réagir face à cette nouvelle. En d'autres circonstances, à une autre époque, sans toutes les emmerdes qui nous étaient tombées dessus depuis décembre 2012, j'aurais été heureuse. Même à 22 ans, voir 21 ans. Peu importait. J'étais enceinte de Gaylwen, et c'était tout ce qui comptait. Seulement ... Le monde actuel ne prêtait pas à tout cela. Je ne pouvais pas m'imaginer donner la vie alors que les rôdeurs pouvaient nous tomber dessus à tout moment. Et si je le voyais se faire dévorer sans pouvoir le protéger ? Et si, avant cela, il me tuait au cours de l'accouchement et que je revenais à la "vie" pour en faire mon repas ? Il y avait tant de choses qui pouvaient se passer, tant d'éléments qui pouvaient aller contre notre avenir. Je n'étais peut-être pas capable de savoir ce que je voulais et ce qui allait se produire, mais j'avais suffisamment fait l'expérience du monde chaotique dans lequel nous vivions pour savoir que le danger était à chaque coin de rues ... et de murs. Mon esprit était totalement embrouillé, mes pensées confuses et mes capacités de réflexion réduites à néant. Perdue. C'était sans doute le meilleur mot pour décrire mon état actuel.

Et, dans le fond, je ne savais pas ce que je voulais le plus. Est-ce que je voulais que Gaylwen soit là pour m'aider à faire du tri dans le bordel qu'était ma tête ? Ou bien est-ce que j'avais trop peur de sa réaction pour espérer le voir arriver ? Apparemment, le destin avait choisi à ma place : Gaylwen était là, face à moi, un air plus qu'inquiet sur le visage quand il posa son regard sur le mien. Je devais avoir l'air pathétique, puisque je reflétais forcément le merdier dans lequel j'étais actuellement. Finalement, après m'être assuré que tout allait bien pour lui, je le fis s'asseoir sur le lit, et le rejoignis presque aussitôt. Il fallait qu'il soit assis pour ne pas mourir d'un arrêt cardiaque face à ce que j'allais lui annoncer sur le champ. Difficilement, je crachai le morceau. Ce fut comme une libération mais en même temps, cela ramena de nouvelles larmes jusque dans mes yeux. Je ne pouvais pas ne pas songer à tous les risques que j'encourrai, ou plutôt devrais-je dire que nous encourrions. Et le dire à voix haute rendait la chose beaucoup plus ... Réelle et même vivace. Quand je me décidai à tourner la tête dans sa direction, sa réaction ne me surprit pas. Il avait carrément changé de couleur et je voyais bien qu'il était au moins aussi perturbé que moi. Il ne pouvait pas en être autrement, la situation était plus que compliquée à gérer, et cela n'allait pas s'arranger en un instant.

Je serrai sa main dans la mienne, avant de poser mon autre coude sur ma cuisse, et ma tête dans ma seconde main. Je fermai les yeux, tentai de chasser les larmes, le désespoir, le doute, et tout ce qui allait de travers dans mon esprit actuellement. « Comment veux-tu que ça aille bien ... Je ne peux pas ... Je ne peux pas m'imaginer élever un enfant dans ces conditions. Tout peut dégénérer en une minute. Il suffit même parfois d'une seconde pour que tout dérape et échappe à notre contrôle. », m'emportai-je, à bout de nerfs. Presque aussitôt, je me redressai, et retirai ma main de la sienne pour enrouler mes bras autour de sa nuque et le serrer contre moi. « Désolée ... Je suis terrifiée là, j'sais pas quoi faire. », dis-je sur un ton toujours aussi perdu. Ah parce que le moins qu'on puisse dire, c'est que j'étais perdue ... D'un côté, je ne pouvais pas m'empêcher de me demander pourquoi nous n'avions pas pensé à nous protéger, et de l'autre, je sentais qu'une infime partie de ma conscience était heureuse de cette nouvelle. Attendre un enfant de Gaylwen était l'une des plus choses qui pouvait m'arriver, juste ... Pas comme ça. Nous étions bien chez Bob, oui, mais aucun de nous n'avait de connaissance dans le domaine de la pédiatrie. J'allais avoir besoin de médecin, d'équipements, ...

Je finis par me reculer, mais attrapai sa main. Je ne voulais pas perdre le contact avec lui, c'était tout ce qui pouvait m'empêcher de faire une crise de nerfs, là. « Je sais, ça va te paraître complètement fou, mais ... On devrait peut-être reconsidérer l'appel émis à la radio ? », proposai-je dans un souffle, peu assurée. Gayl' avait été clair dès le départ, et dès que nous avions entendu le fameux message radio, nous nous étions mis d'accord sur le fait que nous étions en sécurité ici et qu'aller au Nevada, aussi loin, était dangereux. C'était même pire que cela, en fait. Dangereux et peut-être inutile, alors ... Pourquoi prendre de tels risques ? Cela faisait quelques jours, maintenant, que la radio avait cessé de grésiller, mais j'avais comme l'impression que nous n'avions plus un tas de possibilités devant nous. « Tu sais que je préférerais rester ici, et je sais à quel point les groupes te font peur mais ... C'est notre seule chance. Je ne m'en sortirais jamais si on reste là, et le bébé non plus. », conclus-je avant de soupirer. Il savait tout cela, bien sûr, mais il fallait que je le dise, il fallait que nous fassions quelque chose, au plus vite. J'avais beau ne pas être prête à avoir un enfant, j'avais beau être terrifiée à l'idée de donner la vie à un être pur dans un monde aussi pourri, je ne voulais pas le perdre. Nous pouvions le faire, il fallait juste ... Que nous nous bougions au plus vite.
(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: gaylwen ∆ every teardrop is a waterfall. (hot) Mar 12 Nov - 19:31



every teardrop is a waterfall.
(les frères scott) ▽ Ne pleurez pas votre passé car il s’est enfui à jamais. Ne craignez pas votre avenir car il n’existe pas encore. Vivez votre présent et rendez le magnifique pour vous en souvenir à jamais.
Il n'avait jamais vraiment penser aux conséquences de leurs nombreuses relations. Disons tout simplement qu'il s'était voilé la face. Difficile pour eux d'utiliser des moyens de contraceptions, le risque faisait donc parti intégrante de leur relation de couple. C'était juste étrange de se dire que tout ça était arrivé si vite. Quoique pas vraiment si on y réfléchissait bien, ça faisait quand même pas mal de temps qu'ils squattaient la maison d'oncle Bob. Gayl se sentait totalement perdu et le bonheur qu'il aurait du ressentir était recouvert par des émotions négatives. Premièrement il y avait la peur de perdre Sam et le bébé. Pour avoir été en fac de médecine et fait un stage en obstétrique, il savait pertinemment qu'un accouchement n'était pas sans risque surtout dans ce genre de situation ou la fatigue et le manque de soin engendrés pas mal de complications. S'ils passaient cet événement sans encombre, c'était loin d'être gagné. C'était déjà assez difficile de vivre tout les deux alors qu'ils étaient tout les deux en mesure de se défendre. Mais quand on rajoutait à ça un bébé... La situation devenait bien plus compliqué.  Surtout que bien plus qu'un enfant ça serait le leur et l'idée de le perdre sonnait déjà comme terrifiante alors qu'il n'avait pas encore pointer le bout de son nez. La situation était donc compliquée et finalement bien peu apte à apprécier la nouvelle. Cependant Gayl ne s'avouait pas vaincu cela ne lui ressemblait pas. Il ne savait pas comment ils allaient faire pour s'en sortir mais ils trouveraient une solution. Quand au bébé et bien il était trop tard pour essayer de changer les choses ou pour s'en vouloir. De toute façon maintenant qu'il était là, ils allaient bien devoir assumer leur futur rôle. Il passa sa main dans sa tignasse avant de jeter un coup d’œil à sa main. Elle était totalement perdue et il la comprenait... Il était aussi perdu qu'elle et il se trouvait totalement incapable de trouver quelque chose à dire pour lui remonter le morale. Il comprenait chacune de ses paroles mais il n'était pas aussi tragique qu'elle. Il referma doucement la pression sur sa main avant de la laisser prendre place contre lui. Je ne mis pas longtemps à lui rendre son étreinte. « On n'est sûrement pas les premiers ni les derniers à qui ça arrive et je suis sur qu'on peut réussir à élever un enfant même si ça s'annonce difficile. Et le concernant, il ne connaitra jamais notre monde. Il apprendra à vivre dans celui ci » Gayl se voulait rassurant, il savait très bien qu'ils allaient tout deux enfin tout les trois en avant de nombreuses difficultés, mais ils allaient devoir le faire. Son regard se plongea dans celui de la belle brune. Il devait trouver une solution et il savait parfaitement que celle ci ne se trouvait pas ici. Ils allaient devoir partir et Gayl savait parfaitement où même s'il détestait totalement l'idée. Il n'avait aucune envie de partir à la zone 51. Il savait pertinemment que ce genre d'endroit finirait par leur amener un paquet de problèmes et il détestait toujours autant de vivre en groupe. Le truc c'est qu'entre vivre en groupe et la vie de Sam et de leur enfant. Le choix était vite fait, c'était Sam en premier pour le reste il allait tout simplement devoir s'y faire et il arriverait. C'était bien pire que d'affronter ce qui lui restait à vivre sans elle et cet enfant qui amenait avec lui une petite lueur d'espoir. Ils n'étaient pas morts, la vie était toujours là, elle continuait...

Un sourire amusé se dessina sur son visage, ils venaient d'avoir une sorte d'échange de penser. « J'étais en train d'y penser... » Il aurait préféré ne plus jamais remettre la zone 51 sur la table et l'oublier . Mais vu la nouvelle qu'elle venait de lui annoncer, celle ci était désormais leur meilleure option. Elle était le seule endroit qui leur permettrait de voir un certain avenir avec cet enfant et quand celui ci serait plus grand rien ne les empêchait de reprendre la route si la vie en communauté était si compliquée que ça, mais pour le moment il devait déjà trouvé l'endroit. « Sam... » Sa voix était rassurante, elle était dans un état pas possible et c'était peut être pas la meilleure des choses qui pouvaient lui arriver au vue de son état. « On a pas d'autre choix, on va aller à la zone 51 et on va se préparer à accueillir mini nous. » Il posa son front contre celui de la jolie brune avant de soupirer à son tour. « Tu as d'autres nouvelles à m'annoncer de ce genre ? » Laissa t'il échapper en tentant de détendre l'atmosphère avant de reprendre son sérieux. « Je vais aller voir mon oncle pour lui en parler, il aura sûrement des tas d'infos qu'il a gardé pour lui.. »
(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: gaylwen ∆ every teardrop is a waterfall. (hot) Mar 12 Nov - 21:29



every teardrop is a waterfall.
(les frères scott) ▽ Ne pleurez pas votre passé car il s’est enfui à jamais. Ne craignez pas votre avenir car il n’existe pas encore. Vivez votre présent et rendez le magnifique pour vous en souvenir à jamais.
Pourquoi n'avions-nous pas pris la peine, au juste, de prendre nos précautions ? En fait, plus j'y pensais maintenant, et plus je trouvais cette situation presque ... Absurde. Nous risquions notre vie à chaque seconde qui s'écoulait, des rôdeurs bouffeurs de chair fraîche nous menaçaient en permanence et ... Nous n'avions pas pensé à quelque chose d'aussi futile ? Ce n'était pas quelque chose que nous aurions dû oublier et pourtant ... Maintenant que c'était fait, je ne parvenais pas à totalement regretter. Bien sûr, j'étais anxieuse parce que tout cela signifiait aussi beaucoup de problèmes, mais une infime partie de mon esprit était quand même heureuse. Elle était vraiment minime, en revanche, et était encore bien loin de surpasser tous les doutes qui m'assaillaient. Je m'inquiétais pour tout ce qui nous attendais, mais aussi par rapport à la réaction de Gaylwen qui, finalement, me soulagea. Tout en étant aussi perdu que moi face à cette nouvelle inattendue, il réussissait à me rassurer, et à me rendre un peu plus calme. Ce n'était pas encore suffisant pour que je sois totalement calme mais c'était déjà un bon début, voir même un grand pas en avant. En fait, dans le fond, j'avais peut-être eu peur que Gayl' refuse catégoriquement que l'on prenne un quelconque risque pour cet enfant à venir, alors que je savais parfaitement qu'il m'aimait et qu'il ne me, ou ne nous, laisserait pas tomber juste comme ça. Ces doutes étaient complètement stupides et infondés, j'en avais parfaitement conscience. Ce devaient être les hormones qui m'influençaient ... Déjà. Toujours est-il que, sans m'être calmée de manière complète, j'étais plus qu'apaisée par la présence et la réaction de Gaylwen. L'essentiel était qu'il ne m'abandonne pas.

Finalement, je lui parlai de la zone 51, et de ce message radio troublant que nous avions entendu quelques jours plus tôt. Au départ, il nous avait tout simplement impossible d'envisager d'y aller, et surtout Gaylwen mais au vu de l'évolution des choses ... Nous n'allions peut-être plus avoir d'autre choix. Il fallait juste que j'en discute avec Gayl', et que je m'assure qu'il pouvait, lui aussi, changer d'avis sur ce point-là. Mais cela voulait aussi dire retourner sur les routes, retrouver tout le danger que cela signifiait, et ne plus avoir la sécurité de cette maison. Et puis ... Gaylwen était-il réellement prêt à laisser Bob ici ? C'était son oncle, sa seule famille - si l'on ne me comptait pas, bien sûr -, pouvait-il réellement l'abandonner ici ? C'était ce qui me terrifiait le plus, dans le fond : faire souffrir le jeune homme. Pourtant, tout ce que je lisais dans son regard actuellement, outre le fait qu'il était légèrement perdu lui aussi, c'était qu'il était heureux. Ou en tout cas qu'il était capable de prendre tout cela comme une bonne nouvelle. Car c'en était une. J'avais de la chance que Gaylwen sache se contrôler de la sorte. Il venait de réussir à me calmer en un temps record. Je lui souris faiblement. « Mini nous, j'aime déjà ce surnom. », soufflai-je, réellement conquise. « Tu es sûr de vouloir aller là-bas ? Quitter cet endroit ? Bob ? », demandai-je après quelques instants de silence. Je ne voulais pas perturber notre début de détendre, mais il fallait vraiment que je m'assure de tout cela.

J'étais encore terrifiée, dans le fond, mais il fallait juste que je cesse de penser aux choses négatives uniquement. Bien sûr, c'était dangereux, mais il fallait que je me contente de mettre dans un coin de ma tête tout ce que cela me rappelait à propos de mon cauchemar. Non, ce n'était pas parce que j'étais enceinte que j'allais perdre Gayl'. Il était toujours là, et ne semblait pas prêt à partir. Je laissai mon front se coller au sien et rigolai légèrement en entendant sa tentative de blague. C'était le pro pour détendre l'atmosphère. « Non c'est bon, je crois que je vais m'arrêter là pour aujourd'hui. », plaisantai-je à mon tour, souriante. Evidemment, comme la situation ne prêtait pas juste à la déconnade, Gaylwen reprit rapidement son sérieux, pour aborder des sujets beaucoup moins enthousiasmants. Prévenir Bob ... Voilà qui n'allait pas être chose aisée, il n'avait peut-être pas envie que son neveu ne parte, non ? « Tu me laisses venir avec toi ? », lui demandai-je sur un ton semi-inquiet, pas encore bien certaine de pouvoir cerner la réaction à venir d'oncle Bob. Cet homme était au moins aussi imprévisible que Gaylwen ... Je savais maintenant de qui tenait le jeune homme. « En fait, non, je ne te laisse pas le choix : je viens avec toi. », repris-je presque qu'aussitôt, avant d'esquisser l'ébauche d'un sourire. « Je veux que tu me serres dans tes bras, avant. », dis-je ensuite avec une petite moue troop mignonne. Evidemment, je n'attendis pas de réponse, et enroulai presque aussitôt mes bras autour de sa nuque, avant d'enfouir ma tête dans son cou. Au moins, après cela, j'étais certaine d'être de bonne humeur, et prête à affronter Bob et ses remarques pas toujours contrôlées - pour ne pas dire jamais.
(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: gaylwen ∆ every teardrop is a waterfall. (hot) Mer 13 Nov - 19:10



every teardrop is a waterfall.
(les frères scott) ▽ Ne pleurez pas votre passé car il s’est enfui à jamais. Ne craignez pas votre avenir car il n’existe pas encore. Vivez votre présent et rendez le magnifique pour vous en souvenir à jamais.
Ensemble ils avaient traversé pas mal d'épreuves et au départ aucun d'eux ne s'étaient imaginé vivre si longtemps. D'une certaine façon, il s'était adapté à ce nouveau monde et avait accepté les nouvelles règles. Pour Gayl la vie ne s'arrêtait pas à ça. Ils avaient la chance d'être en vie et d'avoir maintenant pas mal d'expérience pour garantir une certaine sécurité. Avoir un enfant ne faisait pas parti de leur plan, ça c'était clair, mais comme à chaque fois, ils allaient devoir trouver une solution et faire avec. Certes, il n'était plus l'heure de rêver à la petite maison de banlieue entourée de son petit jardin et des gentils voisins... C'était plus sombre que ça, plus terrifiant et pourtant ça devenait presque normal. Croiser des rôdeurs étaient devenu une habitude. Gayl et Sam avaient appris à tenter de les éviter en se faisant discret, ils avaient aussi compris que leur nombre jouait en leur faveur. Bref, ils commençait à avoir des clés pour survivre dans cet univers impitoyable et à chaque fois qu'il tuait un rôdeur ça en faisait toujours un de moins. Bien sur, le beau brun n'était pas assez stupide pour croire que tout allait s'arranger et qu'ils allaient pouvoir profiter pleinement de cette grossesse, mais il aimait se dire que finalement c'était une bonne chose. Que pouvait il reprocher à la vie ? Rien et même s'il n'allait pas sauter au plafond de bonheur, il n'avait pas non plus envie de sa gâcher la nouvelle. Certes ça allait être compliqué, difficile, ils allaient passés des nuits blanches à s’inquiéter et risquait plus de mourir d'inquiétude qu'à cause d'un rôdeur, mais à la fin ils seraient ensemble, comme toujours, c'était ce qu'ils les avaient toujours maintenu en vie. Gaylwen n'avait jamais vraiment envisagé de devenir père, pas comme ça en tout cas. Dans d'autres circonstances, il aurait sûrement été le premier à mettre le sujet bébé sur le tapis, mais là c'était plus compliqué..
En tout cas, c'était assez étrange pour lui de se dire que leur enfant était en train de grandir tranquillement dans le ventre de sa mère sans s'occuper de l'inquiétude de ses parents. Pour le moment c'était finalement lui le plus chanceux, il se la coulait douce toute la journée et avait déjà commencé vu la pâleur de la jolie brune à lui jouer quelques tours. Quoique sa pâleur devait aussi être du à l'annonce qu'elle venait de faire et à tout se qui allait en découler. Impossible pour eux de savoir si leur enfant serait une fille ou un garçon, mini nous était donc un surnom qui allait dans les deux cas... Il posa ses lèvres dans son cou avec tendresse. Il détestait la voir dans cet état et s'inquiéter ne servait à rien. Ils devaient trouvé une solution, c'était le plus important à faire pour le moment.

« J'ai toujours su qu'on partirait un jour, on pouvait pas rester ici tout notre vie ou oncle Bob nous aurait foutu dehors, tu sais bien qu'on use ses ressources »
prononça t'il d'un ton amusé. Mais Oncle Bob avait une idée assez particulière de la survie et s'il y avait bien quelqu'un pour qui il ne se faisait pas d'inquiétude c'était son oncle. « Notre avenir n'a jamais été là » finit il par dire avant de jeter un coup d’œil au ventre de sam qui pour le moment cachait parfaitement bien le petit être qui était entrain d'y faire sa place. « Mini nous viens juste de me le rappeler » conclu t'il avant de se décoller doucement d'elle dans l'idée de partir retrouver son oncle pour lui expliquer la situation en espérant qu'il puisse lui donner quelques indications ou quelques trucs avant de partir. « Ok , mais attend toi à toute réaction de sa part, je te protégerai » ajouta t'il d'un ton amusé car avec son oncle on pouvait finalement s'attendre à tout. Pas besoin de lui demander une seconde fois, à peine avait t'elle prononcé ces mots qu'il venait de l'enlacer avec tendresse. De toute façon il était bien incapable de lui résister plus de quelques secondes... Encore moins quand elle lui demandait. D'ailleurs, il en mit pas longtemps à trouver ses lèvres qui lui avaient incroyablement manqué depuis ce matin. Le beau brun termina par mettre fin à leur étreinte, il savait que désormais chaque minute compter. Si elle avait ressenti les effets de la grossesse, elle devait être déjà a plus d'un mois, voir deux ce qui ne leur laissait pas vraiment de temps pour voir venir... Ils devaient se rendre dans un état opposé. Hors de question de traîner... « Allez allons affronter Dark Vador »

Il la tira vers lui et ne lâcha pas sa main. Oncle Bob était dans la cuisine et s'occupait de vider un lapin. Gayl fut assez direct, il n'avait pas vraiment envie de tourner autour du pot. Ça ne servait plus à rien de toute façon. Son oncle les observa quelques secondes avant de couper la tête du lapin d'un geste habile, mais légèrement flippant. « Hmmmm, vous auriez vu pour retenir » lâcha t'il avant de laisser tomber son lapin pour se concentrer sur le jeune couple qui se trouvait devant lui. « La zone 51 ? c'est une bonne idée en effet » Comme Gayl il savait pertinemment que l'avenir des jeunes gens se trouvaient hors de sa vieille maison et il préférait éviter de devoir supporter les cris d'un nourrisson. «Je reviens» Il laissa son lapin pissait le sang sur la table avant de partir. Gayl haussa les sourcils avant de tourner la tête d'un air dépité. «ça aurait pu être pire... »
(c) AMIANTE


[/quote]
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: gaylwen ∆ every teardrop is a waterfall. (hot) Mer 13 Nov - 21:44



every teardrop is a waterfall.
(les frères scott) ▽ Ne pleurez pas votre passé car il s’est enfui à jamais. Ne craignez pas votre avenir car il n’existe pas encore. Vivez votre présent et rendez le magnifique pour vous en souvenir à jamais.
Comment les choses avaient-elles pu changer autant en aussi peu de temps ? La veille encore, notre destin me paraissait contrôlable, à portée, et plutôt bon et maintenant ... Maintenant, tout était différent. A l'opposé même de tout ce que j'avais pu imaginer. Comment faire pour nous en sortir si j'attendais un enfant ? Enfin, ce n'était même pas "si", en fait ... Puisque j'étais complètement certaine d'être enceinte, ce n'était pas le genre de chose sur lequel une femme pouvait se tromper. Je le sentais, tout simplement. Et si être mère avait toujours fait partie d'un de mes objectif principal dans la vie, ce n'était pas pour autant que je me voyais élever un enfant dans de telles conditions de vie. Ou plutôt, de survie. Parce que nous avions déjà perdu mon frère dans cette lutte contre les morts-vivants, et que nous avions beaucoup de mal, avant d'arriver chez oncle bob, à nous en tirer totalement bien. Comment allions-nous faire avec un bébé en plus sur les bras ? Comment allais-je supporter les neufs (ou huit, du coup) mois de grossesse ? Et l'accouchement. Tout cela me rendait heureuse et me terrifiait à la fois, le second sentiment l'emportant très largement sur le reste. Tout était si compliqué, si difficile à gérer, et je ne savais pas comment réagir autrement. Mais j'aurais dû me douter que la réaction de Gaylwen me soulagerait, et m'apaiserait quelque peu. Je n'en oubliais, bien sûr, pas les mauvais côtés, mais c'était passé au second plan. Seule comptait la manière de réagir du jeune homme, et celle-ci m'avait carrément détendue. Il ne le prenait pas mal, ne me disait pas de chercher une solution pour ne plus avoir à porter son enfant. Au contraire même, il me rassurait. Je me sentais maintenant quelque peu débile d'avoir osé douter de lui ... Ce devaient être les hormones, à tous les coups.

Toujours est-il que ce qui m'inquiétait le plus, actuellement, était le fait que nous allions devoir repartir sur les routes. Il nous fallait à tout prix prendre la direction de la zone 51, c'était ma seule chance. Après tout, il me fallait des médecins, des équipements, des personnes sur qui compter tout au long de ma grossesse. Bob & Gaylwen ne feraient pas l'affaire, peu importe à quel point j'en mourrais d'envie. Seulement, cela signifiait aussi quitter cette maison, et l'oncle de Gaylwen. Autant dire que j'avais quelque peu peur de sa réaction à ce sujet ... Il n'allait sans doute pas apprécier, c'était son oncle. Pourtant, il réagit bien mieux que je ne l'avais imaginé. Il ne semblait pas vraiment triste, au contraire, me dit même qu'il se doutait depuis le départ que notre vie ici n'aurait pas pu durer éternellement. « ça me soulage, j'avais peur que ... Tu ne veuilles pas partir d'ici. Enfin, te connaissant, tu l'aurais fait, sans me dire que c'était dur pour toi d'abandonner Bob, tu vois ? », dis-je sur un ton légèrement amusé. Car oui, c'était carrément le genre de réaction que pouvait avoir Gayl', et nous étions tous les deux très bien placés pour le savoir. « Venant de lui, je m'attends vraiment à tout. Je suis prête à l'affronter. » Mais pas avant d'avoir pu serrer Gaylwen dans mes bras, bien sûr ... Et il ne se fit pas prier pour m'enlacer dès que je lui eus demandé. Je répondis à son baiser avec tendresse, avant qu'il ne se décolle de moi. Je lui souris, et soupirai. Nous n'avions plus qu'à affronter Bob, qui était, sans aucun doute, la pire épreuve à passer. Parce que, en effet, j'étais sûre et certaine qu'il allait nous faire quelques remarques à ce propos. Il ne pouvait pas en être autrement.

J'aurais voulu garder Gaylwen contre moi tout le reste de la journée, et continuer à l'embrasser mais, bien sûr, ce n'était pas possible. Nous avions de la route à faire et nous allions forcément devoir prendre un peu de repos avant cela. Notre chemin allait être semé d'embûches ... Pas un seul instant, Gaylwen ne lâcha ma main, ce qui me soulagea, et me donna suffisamment de courage pour faire face à Bob, quand son neveu lui fit part de la nouvelle. De manière pas franchement étonnante, son oncle se tourna vers nous, sourcils froncés, et ne se priva pas pour nous faire partager sa pensée. Ok ... Je ne bronchai pas, pas vraiment impressionnée. Je venais d'apprendre que j'attendais un enfant, dans un monde qui était loin de prêter à de telles annonces, et j'avais réussi à me déplacer jusqu'ici ... Alors, sincèrement, je pouvais tout affronter ... Et même Oncle Bob, aussi terrifiant soit-il, ne pouvait changer cela. Néanmoins, je fus assez effrayée de le voir quitter la pièce. Qu'allait-il faire de si important, au juste ? Il était vraiment flippant, cet Oncle Bob ... Je grimaçai légèrement, et me tournai en direction de Gaylwen. Il connaissait mieux son oncle que moi, après tout, et allait peut-être pouvoir m'éclairer. « Qu'est-ce qu'il est allé faire à ton avis ? Chercher un fusil à pompe pour nous empêcher de partir ? », tentai-je de plaisanter, tout en riant ... Jaune. Oui, parce qu'oncle Bob était flippant. Bon, jamais il ne nous ferait de mal, évidemment, mais cela ne m'empêchait pas de me questionner encore et encore sur ce qu'il était parti faire. De ce que j'avais pu observer, ce n'était pas trop son genre de laisser la nourriture comme cela, sans surveillance, et de tout arrêter pour partir on-ne-sait-trop-où. « Et pendant que j'y suis, tu penses qu'on partira quand ? », lui demandai-je ensuite, sur un ton beaucoup plus sérieux. Parce qu'il allait falloir que l'on se prépare avant cela ...
(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: gaylwen ∆ every teardrop is a waterfall. (hot) Ven 15 Nov - 20:43



every teardrop is a waterfall.
(les frères scott) ▽ Ne pleurez pas votre passé car il s’est enfui à jamais. Ne craignez pas votre avenir car il n’existe pas encore. Vivez votre présent et rendez le magnifique pour vous en souvenir à jamais.


Il laissa échapper un léger soupire avant de coller ses lèvres contre le front de la belle. « Crois pas que tu peux te débarrasser aussi vite de moi, entre toi et oncle Bob, je n'hésite pas une seconde » Et pas besoin qu'elle soit enceinte pour qu'elle fasse ce choix. Si pour une raison ou une autre, son oncle avait voulu foutre Sam à la porte, il n 'aurait pas réfléchi, il aurait franchi la porte avec elle. « S'il a bien une personne pour qui je ne m'inquiète pas, c'est pour oncle Bob» Aucun doute la dessus, Bob était surement une des personnes les plus heureuses en voyant arrivé des zombies. Il semblait être une sorte de héros tragique et il adorait son rôle...

Gaylwen aurait préféré ne pas avoir faire face à une telle situation. Au fond de lui, il aimait l'idée de devenir père, de construire une famille avec la femme qu'il aimait. Mais comment pouvait il apprécier tout en sachant parfaitement qu'au vue de la situation actuelle l'arrivée d'un enfant risqué de tout compliqué. Les complications, ils auraient s'en doute pu les surmonter, mais ce qui inquiétait c'était la vie qu'il allait offrir à cet enfant. Serait il en mesure de le protéger ? Voila la question qui n'allait pas le lâcher, il risquait d'y penser jusqu'à la fin de jour. Mais dans le fond, c'est un sentiment que ressent chaque parent ? Enfin pas les siens, oncle bob c'était limite toujours plus inquiéter pour lui. Mais dans le fond, les parents s'inquiétaient pour leur enfant, ça faisait partie du lot quand on prenait cette place. Alors oui, c'était normal même si les dangers n'étaient plus les mêmes. Ils allaient devoir s'accrocher et surtout ne pas baisser notre garde. Ils avaient encore du mal à se faire à l'idée, sûrement parce que pour le moment rien de visuel ne lui indiquait. C'était sûrement l'étape la plus importante de leur vie et ça arrivait vite. Heureusement pour le beau brun, il n'avait pas de doute concernant ses sentiments pour la jolie brune. S'il y avait quelqu'un avec qui il voulait vivre sa vie c'était bien elle. Leur enfant allait encore plus consolidé leur relation. Ils n'allaient pas avoir beaucoup de temps pour eux en tout cas, mais ce n'était pas vraiment l'heure de mettre la charrue avant les bœufs. Le plus important pour le moment, c'était de trouver une solution et discuter avec oncle Bob. Gayl connaissait très bien son oncle et savait parfaitement qu'il n'avait pas vraiment apprécié la nouvelle. Bob avait toujours été assez solitaire, une femme , un enfant c'était pas pour lui et pourtant il s'était toujours montré très proche de Gaylwen. Il n'avait donc aucune raison de craindre sa réaction. Il observa faire semi amusé. Il craignait plus la réaction de Sam. Après tout si elle avait eu des nausées voir un lapin se vider de son sang n'était peut être pas la meilleure idée pour qu'elle garde tout ce qu'elle avait mangé.

Debout dans la cuisine, il jeta un coup d'oeil à sa main qui semblait légèrement inquiète de voir oncle bob disparaître sans leur laisser un quelconque indice sur ce qu'il avait en tête. Il laissa échapper un rire amusé « ils préféraient quelque chose de plus épique... » Oui , oncle bob aimait les belles images, le fusil à pompe ça lui ressemblait pas vraiment. « Demain matin serait le plus adapté ». Ils ne pouvaient pas rester plus longtemps, ce n'était pas possible. Oncle Bob refit son apparition, il indiqua d'un mouvement de tête de lui emboiter le pas pour prendre la direction du salon. Arrivé devant la table il étala une carte. « Bon, j'ai planché sur un itinéraire » Gayl le regarda d'un air surpris avant de s'approche excessivement curieux de ce que son oncle avait pu découvrir. Devant lui se dressait une carte des Etats Unis et son oncle avait tracé méticuleusement différents trajets pour arrivé au nevada et à la fameuse zone 51... du moins pas trop loin d'elle. « Je croyais que tu n'aimais pas les camps de ce genre » L'oncle posa un regard inquiet sur son neveu. « Comment fait tu pour survivre en étant aussi idiot, c'est pour toi et l'asperge et pour moi si un jour je suis obligé de quitter le vaisseau mère » Un léger rire émana de la gorge de Gayl tandis qu'il se penchait sur la carte. « J'ai tracé plusieurs itinéraires, les petites routes me semblent plus indiquer , elles éviterons que vous soyez obliger d'avancer entre une armée de véhicules. C'est le trajet le plus rapide... logiquement, si ça se passe bien vous arriverez dans le nevada rapidement, le plus dur sera de trouver la zone... » Gayl était pensif mais son oncle venait de leur mâcher le travail « Ok » Oncle Bob semblait assez fier de sa carte. « Vous devriez prendre le camping car.. » Le camping car d'oncle bob était un truc immense et assez encombrant, une véritable maison sur roues qu'il avait tuné pour qu'il soit quasiment autogeré...Gayl jeta un regard à la jolie brune après tout, il n'était pas le seul à décider.
(c) AMIANTE


[/quote]
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: gaylwen ∆ every teardrop is a waterfall. (hot) Sam 16 Nov - 22:49



every teardrop is a waterfall.
(les frères scott) ▽ Ne pleurez pas votre passé car il s’est enfui à jamais. Ne craignez pas votre avenir car il n’existe pas encore. Vivez votre présent et rendez le magnifique pour vous en souvenir à jamais.
Cette nouvelle aurait sans doute dû m'emplir de joie, me donner des ailes, et me pousser à grimper des montagnes mais ... Non ... Ce n'était définitivement pas le cas. Bien sûr, je ne prenais pas la chose totalement mal : c'était l'enfant de Gaylwen et moi, et j'avais toujours rêvé de devenir mère, mais actuellement, les aspects négatifs l'emportaient très largement sur tout le reste. Oh non, je ne pouvais pas imaginer comment élever un enfant dans une telle situation. Et puis ... bordel, je n'avais que vingt-deux ans. Je n'étais pas certaine de savoir comment m'y prendre, d'être capable d'élever correctement cet enfant, je ne savais même pas comment faire pour éviter d'agir comme l'avaient fait mes parents, où comme ceux de Gaylwen. J'étais novice en la matière ... Dans le fond, ce n'était pas ce qui me faisait le plus peur. Ce à propos duquel j'étais effrayée, c'était Gaylwen. J'avais peur qu'il ne prenne très mal cette annonce, qu'il décide de partir avant qu'il ne soit trop tard, ou même qu'il veuille rester là à tout prix. Mais, évidemment, il ne mit pas longtemps avant de me rassurer. Comment avais-je pu douter de lui sur tout cela ? « On va y arriver. », soufflai-je en collant mon front au sien, juste avant de le serrer dans mes bras comme si ma vie en dépendait. Je devais me reprendre, et ne pas me laisser trop embarquer par tout cela. Gaylwen aussi devait avoir besoin d'être rassurée, il ne s'agissait pas que de moi. Il était tout aussi concerné que moi, et même si je regrettai d'avoir à laisser Bob ici, j'étais heureuse qu'il soit d'accord avec moi : nous allions devoir partir d'ici au plus vite.

Prévenir Bob était une des étapes nécessaires à notre future escapade. Nous ne pouvions pas juste lui dire au revoir et le quitter comme cela, sans un mot de plus. Il avait le droit de savoir, il nous avait, après tout, hébergé ces dernières semaines. C'était néanmoins l'un des moments que j'appréhendais le plus. Comment allait-il réagir ? Il n'était pas du genre à mâcher ses mots, et à ne pas hésiter à dire ce qu'il pensait quand il le pensait, et c'était ce qui m'inquiétait le plus. Le fait de le voir quitter la pièce ainsi, sans aucune indication sur ce qu'il pensait de tout cela, me paniqua un peu plus encore. Heureusement, Gaylwen était là pour me rassurer ... Comme toujours. Histoire de me changer les idées, je lui demandai quand il pensait partir. Après tout, nous avions beaucoup de route et, au final, pas tant de temps que cela devant nous ... Et puis, notre chemin allait forcément être semé d'embûches, ce qui me terrifiait par avance. Je n'avais pas encore eu droit aux nausées, mais cela ne saurait sans doute pas tarder. Je me contentai de hocher la tête face à sa réponse, un peu trop nerveuse quant à l'absence de Bob pour chercher autre chose à dire. Je n'avais plus qu'à attendre patiemment qu'il se décide à revenir, tout en serrant la main de Gayl', histoire de ne pas faire de crise de nerfs dans l'immédiat. Pour mon plus grand soulagement, Bob ne fut pas trop long. Il revint dans la cuisine, avant de nous entraîner jusque dans le salon. Je pris une profonde inspiration, pour me donner du courage et suivis Gaylwen. Au moins, il n'était pas revenu avec un fusil à pompe ou un truc du genre ...

Au final, je fus clairement soulagée - et un peu surprise aussi - de nous parler d'un éventuel itinéraire. Je n'avais, apparemment, pas assez confiance en lui, et pourtant ... Je fis une légère grimace en l'entendant m'appeler l'asperge, mais ne dis rien. Il était aimable, à part cela. Le simple fait de l'entendre parler du camping car me soulagea, et me fit oublier à quel point il pouvait manquer de tact. Le camping car. Quelle fabuleuse, merveilleuse et excellente idée. « Le camping car serait ... Parfait. », dis-je sur un ton légèrement hésitant, encore quelque peu mal à l'aise. En fait, je l'étais depuis le départ : gênée. Bob avait l'incroyable faculté de me mettre mal à l'aise. J'aurais pu m'habituer à son manque de tact mais en fait ... et bien non. « Merci beaucoup, je pense qu'on devrait s'en tirer avec tout cela. » Je tournai brièvement la tête en direction de Gayl', et lui souris. Finalement, tout n'était pas totalement noir. Il était encore possible de trouver des points positifs à tout cela. « Vous êtes sûrs de ne pas vouloir venir avec nous ? », proposai-je, sur un ton légèrement inquiet. Je ne voulais pas en rajouter, ou aggraver la situation. Mais en même temps, je ne voulais pas le laisser seul dans cette maison. Oh oui, il savait se défendre, c'était sûr et certain, mais il n'y avait pas d'arme contre la solitude, et aucun moyen d'en sortir. « Et si on partait plutôt demain en fin de journée ? », demandai à Gaylwen, en le regardant. Le temps qu'il se repose, que je donne un coup de main à Bob dans la maison. Je ne voulais pas partir sans rien faire, et surtout pas si Gayl' n'avait pas pris un peu de temps pour lui.
(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: gaylwen ∆ every teardrop is a waterfall. (hot) Lun 18 Nov - 22:22



every teardrop is a waterfall.
(les frères scott) ▽ Ne pleurez pas votre passé car il s’est enfui à jamais. Ne craignez pas votre avenir car il n’existe pas encore. Vivez votre présent et rendez le magnifique pour vous en souvenir à jamais.
Vivre chez Oncle Bob leur avait permis de reprendre des forces. Il suffisait de les regarder pour le voir. Tout deux avaient repris du poids et des couleurs. La chance leur avait sourit et gayl avait du mal avec l'idée de quitter toute ça même s'il savait parfaitement que ce jour arriverait. Le truc c'est qu'il avait espéré trouver une autre solution. Sam commençait à pas mal s'épanouir dans la maison d'Oncle Bob. Tout le monde avait sa place, son rôle et leur colocation se passait finalement très bien, bien mieux que Gayl ne l'avait imaginé. Partir c'était recommencer à fuir et à s’inquiéter pour l'autre sans arrêt. Le beau brun n'avait tout simplement pas envie de revoir Sam revivre ce qu'ils avaient vécu pendant des années, encore moins en étant enceinte. Sauf qu'il savait aussi que pour sa sécurité, ils allaient devoir passé par là. La seule chose qu'il espérait, c'était de trouver rapidement la zone 51 pour pouvoir se poser. Sauf que rien ne pouvait leur assurer que ça serait le cas. Gayl prévoyait donc de partir pour un temps donné, quelques mois et s'ils ne trouvaient rien, ils feraient demi tour pour retrouver Oncle Bob et la sécurité de sa maison.  Pour le reste et bien ils allaient devoir s'en sortir et assurer. Mais pour le moment leur but était de se rendre dans cette fameuse zone. Oncle Bob avait pris les devants et semblait assez fier de lui. Ça le représentait assez bien. « Si on ne trouve pas, on pourra toujours revenir » Laissais je échappé à l'attention d'oncle Bob qui attrapa la carte avant de m'en foutre un coup sur l'épaule. « Si tu ne trouves pas avec ça, tu ne trouveras jamais rien » Il se gratta le gorge avant de fourrer la carte dans les mains de Sam « Tiens, tu sais peut être mieux lire une carte que mon neveu » Ah qu''est qu'il était sympathique, toujours aussi charmant ce bon vieux oncle Bob. Il jeta un coup d’œil amusé à Sam connaissant sa capacité à lire une carte, ils risquaient de finir en Islande.

L'idée du camping car n'était pas si mauvaise et même si Gayl n'avait pas envie de prendre la voiture de on oncle, il devait aussi avouer que c'était sûrement une option dont il ne pouvait pas se passer. Parce que la camping d'arc d'oncle bob c'était quelques chose, il y avait même mis quelques pics sur le côté pour le protéger des rôdeurs. C'était limite une arme anti rôdeur, le truc le plus gênant c'était sûrement la taille de la bête, mais Oncle bob semblait avoir réfléchi à ce détail en choisissant les routes. Autre point positif, le camping car possédait une douche, un lit et même une mini cuisine. Car oui on parlait bien des camping car à l'américaine qui font rêver les petits européens. Le genre de trucs dans lequel ils allaient pouvoir mettre pas mal de vivres ce qui leur permettrait par la suite de s'arrêter trop souvent et donc de devoir se mettre en danger. Et pour Sam c'était une vraie aubaine, ça lui permettrait de se reposer bien plus souvent que s'ils avaient été obligé de chercher un endroit ou dormir. « Ok, on prend le camping car » Oui ils ne pouvaient franchement pas passer à côté de cette occasion.

« C'est gentil à toi de penser à moi, mais hors de questions de quitter le vaisseau mère » dit il avec sérieux et un brin de fierté « Mais si un jour ça tourne mal je chercherai la zone 51 » Il s'approcha de son neveu « Prenez ceux que vous voulez, j'ai assez de vivre pour tenir pendant des années» Sans Oncle Bob, ils se seraient retrouvés dans une position délicate, mais celle ci était bien moins compliqué avec leur ange gardien des étoiles. «Merci oncle Bob » Il détourna les talons sûrement pour retourner à son lapin. Tandis que le beau brun profita de leur moment de solitude pour passer ses bras autour de la taille de guêpe de la jolie brune. « On va voir le camping car pour commencer à s'installer » Après tout ils avaient le temps de le mettre à leur image et ils avaient bien devoir le remplir de vivres et autres trucs qui leur serait indispensable pour la suite de l'aventure. « ça fait longtemps que tu as commencé à ressentir les effets de la grossesse ? » Il n'avait rien remarqué jusqu'à aujourd'hui. Il était donc curieux de savoir depuis quand elle se posait la question. « Je t'ai jamais dit que quand j'étais en médecine j'ai fait des stages en obstétrique ? »
(c) AMIANTE


[/quote][/quote]
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: gaylwen ∆ every teardrop is a waterfall. (hot) Mer 20 Nov - 20:22



every teardrop is a waterfall.
(les frères scott) ▽ Ne pleurez pas votre passé car il s’est enfui à jamais. Ne craignez pas votre avenir car il n’existe pas encore. Vivez votre présent et rendez le magnifique pour vous en souvenir à jamais.
Ce n'était que maintenant, que notre départ était programmé, que je comprenais clairement que notre place n'était pas ici. Bien sûr, nous étions merveilleusement bien : logés, nourris, en échange de quelques services tout naturels. Et puis, même si Gaylwen ne me le disait pas clairement, je trouvais logique qu'il soit heureux de le retrouver. C'était, après tout, son oncle, et même si tout cela devait lui rappeler quelques souvenirs plus que douloureux, je savais que cette situation lui allait parfaitement bien. Il ne me le dirait peut-être jamais, parce que se confier et parler de ses sentiments n'étaient pas trop dans ses habitudes, même si tout cela s'était considérablement amélioré depuis que nous nous étions avoués nos sentiments. Malgré tout, nous n'étions pas faits pour vivre tous les trois ensemble. Bob devait, d'une certaine façon, aimer sa solitude, et nous étions un peu des étrangers dans cet univers, dans cette maison qu'il avait restaurée lui-même pour en faire un endroit sûr, et loin des rôdeurs. Il était grand temps pour nous de partir, de nous trouver un endroit qui, en plus d'être plus sécurisé encore qu'ici, me permettrait d'être suivie par des médecins. Nous n'avions pas un large choix de possibilités, et la zone 51 était venue dans ma tête tout naturellement. Nous avions entendu le message radio, et c'était le moment ou jamais, le seul endroit qui pouvait encore me faire espérer de vivre une grossesse plus ou moins normale ... Cela ne m'empêchait pas de l'appréhender énormément, bien au contraire, mais c'était tout de même plutôt rassurant.

Ne restait plus qu'à trouver tout cela, et la carte de Bob me semblait suffisamment clair pour cela. Nous allions trouvé, j'en étais sûre et certaine, mais la question était plutôt de savoir ce que nous allions trouver. Des survivants ? Ou bien d'anciens survivants ? L'endroit était-il aussi sécurisé que je l'imaginais ? Je chassai ces pensées de ma tête, m'estimant suffisamment stressée pour ne pas en rajouter de moi-même, et me concentrai sur la carte que venait de me donner Bob. Je n'étais pas certaine d'avoir un meilleur sens de l'orientation que Gayl', mais à deux, nous allions trouver : j'en avais l'intime conviction. « Cela ne me semble pas trop difficile de surpasser se talents dans ce domaine-là. », me moquai-je avant de jeter un regard amusé à Gaylwen. Il aimait bien me taquiner, et c'était réciproque. De toute façon, tant qu'on avait le camping car, et que j'étais avec Gaylwen, j'étais prête à le suivre n'importe où, l'essentiel étant qe nous arrivions à bon port en parfaite santé. Evidemment, nos conditions de vie allaient descendre en chute libre par rapport à ce que nous avions ici mais ce serait forcément mieux qu'avant. Surtout avec le camping car. Plus sérieux que jamais, Bob nous prévint qu'il nous rejoindrait si quelque chose tournait mal ici. Bizarremment, je ressentais un petit pincement au coeur, à l'idée de partir loin de lui. J'avais eu le temps de m'attacher à lui en si peu de temps, alors je n'osais pas imaginer ce que c'était pour Gayl' de devoir le laisser là. Enfin, il avait l'air suffisamment robuste pour s'en tirer seul, et il l'avait fait bien avant nous, cela continuerait forcément.

Bob s'éloigna, et je me tournai aussitôt vers Gaylwen, bien plus détendue que quelques heures auparavant. Nous avions toutes nos chances de réussir, il ne fallait pas que je me morfonde, ou que je songe un peu trop longtemps au cauchemar qui nous avait amené là, des semaines plus tôt. J'enroulai mes bras autour de sa nuque, et levai légèrement la tête pour pouvoir le regarder. Tout était réglé avec Oncle Bob mais, en effet, il nous restait pas mal de choses à faire avant de pouvoir décoller d'ici. Je hochai la tête quand il parla du camping car que nous allions devoir remplir et investir au plus vite, avant qu'il n'enchaîne sur un tout autre sujet. « Je me posais la question depuis quelques jours mais ... Je l'ai vraiment compris aujourd'hui seulement. », répondis-je, en lui souriant faiblement. J'hésitai encore entre pleurer toutes les larmes de mon corps et sauter de joie, quoi que la première option me paraissait encore plus d'actualité que la seconde. « Et ça va être de pire en pire, il va falloir que tu me supportes. », ajoutai-je presque aussitôt, à moitié amusée, et à moitié terrifiée à l'idée de tout ce qui nous attendait encore. « C'est vrai ? Non, je ne savais pas. Tu vas pouvoir m'aider pendant le voyage alors. » Une fois cela dit, j'attrapai sa main, laissai mon autre bras tomber le long de mon corps, et l'embarquai avec moi jusqu'à l'étage. « Il va falloir tout remballer ... », marmonnai-je en ouvrant le placard qui abritait tous nos vêtements. Dire que nous avions pris la peine de nous installer correctement, de nous étaler dans la maison ... Il était temps de tout ranger dans des sacs ... Une nouvelle fois.
(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: gaylwen ∆ every teardrop is a waterfall. (hot) Mer 20 Nov - 22:05



every teardrop is a waterfall.
(les frères scott) ▽ Ne pleurez pas votre passé car il s’est enfui à jamais. Ne craignez pas votre avenir car il n’existe pas encore. Vivez votre présent et rendez le magnifique pour vous en souvenir à jamais.
Cette maison allait lui manqué, comme chacun des endroits sécuritaires qu'ils avaient trouvé et quitter. Le plus difficile ce n'était finalement pas de partir, ils l'avaient tellement fait que ça faisait désormais partie de leur mode de vie. Le plus dur, c'était de se dire qu'une fois de plus, ils allaient laisser derrière un bout de leur histoire, un endroit dans lequel ils avaient pu se poser et espérer que cela cesse. Mais une fois de plus la réalité venait de les rappeler à l'ordre, s'ils voulaient survivre, ils devaient bouger et la zone 51 leur tendait les bras. Ils étaient bien partis, avec la carte de son oncle et le camping car, ils partaient avec une très bonne base. Il adorait son oncle, mais il avait toujours su qu'ils devraient partir et l'idée de faire un petit road trip en compagnie de Sam ne le genait pas vraiment. En particulier parce que le camping car allait leur offrir pas mal de sécurité, même s'ils allaient devoir faire attention à ne pas se le faire chopper. Chez son oncle, il n'avait jamais pu se sentir vraiment chez lui. En fait ça lui manquait, il avait envie de se sentir à la maison... mais c'était impossible. Ce camping car leur offrirait une maison pour quelques temps, jusqu'à ce qu'ils trouvent cette zone. Bien sur, elle n'avait rien d'une maison, c'était une zone, le nom indiquait son étendue et sûrement le nombre de survivants. Considérant tout cela, ils allaient se retrouver dans une espèce de camp militaire sans grande possibilité de solitude... L'idée ne lui plaisait pas, mais alors pas du tout. Mais elle était vite oubliée par l'envie de Gayl de faire face à sa nouvelle paternité. Pour Sam, il avait toujours été prêt a tout. Hors de la laisser sans soin, hors de questions de se promener sur les routes avec un bébé nouveau né et ça c'était dans le meilleur des cas. Pour le moment, la zone 51 restait leur meilleure solution, il allait devoir mettre de l'eau dans son vin et d'ailleurs il était en train de commencer à le faire.

Enroulant les bras autour de la taille de la jolie brune, il plongea sa tête dans sa chevelure avant de se poser un regard tendre sur celle qui deviendrait bientôt la mère de son enfant. Gayl savait qu'un accouchement comportait bien plus de risques que ceux qui se pratiquaient dans une salle avec des sages femmes... Bref, hors de questions pour lui de penser à vivre sans Sam, alors autant tout faire pour que tout se passe bien. « ça doit pas faire trop longtemps alors... » Ce qui allait leur donner un peu plus de temps. C'était déjà mieux que de le découvrir quelques semaines plus tard, ça leur laissait plus de temps pour se préparer. Sam aurait très bien pu continuer à garder secret cette nouvelle pendant quelques jours, lui avouer n'avait pas du être facile. Il reposa calmement sa tête contre celle de Sam profitant de ce moment de paix, ça lui faisait du bien et ils n'allaient plus vraiment avoir le temps de profiter de cette manière. Il laissa échapper un rire amusé avant d’encadrer son visage de ses mains pour déposer ses lèvres contre celle de la belle. « Déjà que tu es insupportable alors avec les hormones je préfère ne pas y penser »Il ne s'était jamais vraiment attardé sur son ancienne vie, il lui avait raconté l'essentiel. Lui parler de ses années d'études n'avaient jamais parti de ce qu'il aimait raconté. Après tout, il n'avait jamais été diplômé. « Et oui, mais j'ai préféré finir aux urgences » Le choix n'avait pas vraiment eu d'importance vu que quelques mois plus tard tout avait pris fin.

Il lui emboita le pas et ferma la porte derrière eux.  Il jeta un coup d'oeil à sa chambre qui avec le temps était devenue leur chambre. Celle ci avait changé depuis l'arrivée de Sam. Sa chambre ressemblait un peu plus à la jeune femme. Elle leur ressemblait à tout les deux. Ils avaient passé de très bons moments ici... et d'ailleurs vu l'état de Sam il n'y avait aucun doute sur les bons moments qu'ils y avaient passés. Le beau brun esquissa un sourire avant de s'approcher de Sam. Il enroula ses bras autour de sa taille puis posa délicatement son torse contre le dos de la jolie brune qui semblait se passionner pour leur futur déménagement. Gaylwen contempla l'armoire avant de jeter un coup d'oeil à Sam. « C'est pas comme si on avait énormément de choses... et puis avec le camping car, c'est un peu comme un déménagement » C'était une façon de voir les choses, la plus agréable. « Cette chambre va me manquer » dit il d'un ton rêveur, en fait ce qui allait lui manquer c'était sûrement tout le bon temps qu'il avait eu la possibilité de prendre.. «  Va falloir qu'on aille faire des courses, ça m'étonnerait qu'une de mes chemises lui aille » Laissa t'il échapper d'un ton amusé. Bhé oui, ils allaient bien devoir l'accueillir cet enfant et pour ça ils allaient devoir préparer quelques trucs...
(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: gaylwen ∆ every teardrop is a waterfall. (hot) Jeu 21 Nov - 18:47



every teardrop is a waterfall.
(les frères scott) ▽ Ne pleurez pas votre passé car il s’est enfui à jamais. Ne craignez pas votre avenir car il n’existe pas encore. Vivez votre présent et rendez le magnifique pour vous en souvenir à jamais.
Quitter cet endroit n'allais pas être chose aisée pour moi, encore moins l'accepter. J'étais bien ici, j'avais pris mes repères au fil des semaines, et je m'étais aussi attachée à la personnalité atypique de Bob. Mais nous n'avions clairement pas le choix et ne serait-ce que pour cet enfant qui grandissait peu à peu dans mon ventre, j'étais prête à tous les sacrifices, et à remuer ciel et terre pour trouver cette maudite zone. De toute façon, tant que j'étais avec Gaylwen, tout ne pouvait que bien se passer, j'en avais la certitude. Nous avions réussi à nous en sortir au cours de l'année qui s'était écoulée, alors je ne voyais absolument pas pourquoi cela devait changer maintenant. Nous allions nous en tirer avec nos moyens, et le camping car en supplément. Un supplément qui n'était pas négligeable. Tout le monde ne pouvait pas se vanter d'en posséder un, surtout quand on voyait à quel point Bob l'avait renforcé. Avec tout cela, en plus de la carte et notre motivation première, nous ne pouvions que nous en tirer, il ne pouvait tout simplement pas en être autrement. Et juste pour ne pas me pourrir le moral, il fallait que je cesse de penser trop longuement à mon cauchemar et à tout ce qui se tramait à l'extérieur, qui menaçait sans arrêt notre sécurité. Le plus gros problème qui se posait encore à nous était, sans aucun doute, la grossesse à venir. Car, en effet, je n'en étais peut-être qu'au début mais le pire restait à venir, je le savais parfaitement. Et, étant donné que Gayl' avait fait des stages dans le domaine, il devait forcément le savoir... cela n'allait pas être de tout repos, autant pour lui que pour moi.

Mais pour l'heure, il valait mieux que l'on évite autant que possible de nous préoccuper de tout cela. Nous aurions largement le temps de le faire sur le trajet jusqu'à la zone, et j'étais certaine que nous aurions aussi tout notre temps pour nous prendre la tête pour un oui ou pour un non. Comme il le disait si bien, il fallait que j'en profite pendant que mes hormones ne faisaient pas encore des siennes. Ils me laissaient un peu de répit, ce qui était un miracle en soit. Je me plantai finalement devant l'armoire, qui abritait encore toutes nos affaires, légèrement démoralisée à l'idée de devoir plier bagage ... De nouveau. A croire que nous n'allions pouvoir pouvoir nous poser sur une longue durée où que ce soit. Il y avait toujours quelque chose qui venait briser tous nos rêves, et tous nos bons moments. Quoi que cette situation était quand même particulier, nous quittions peut-être cet endroit fabuleux, mais pour accueillir une bien meilleure nouvelle encore ... Alors, je ne pouvais pas être totalement contre tout cela, loin de là même. Je glissai mes mains sur les siennes, enroulées autour de moi, et calai ma tête contre son torse derrière moi. « Un déménagement de plus ... Ou un voyage en amoureux, on peut voir ça comme ça, aussi. », dis-je en souriant, à moitié exaspérée, mais en même temps amusée. Mieux valait cesser de prendre tout cela comme une mauvaise nouvelle dès maintenant, avant que cela me bouffe de l'intérieur ... Sans mauvais jeu de mots bien sûr. « Elle va me manquer aussi. », soupirai-je, en tournant la tête sur le côté pour pouvoir apercevoir quelques morceaux de ce qu'avait été notre vie ici. Nous allions devoir laisser tout cela derrière nous ... Mais les souvenirs étaient toujours là, c'était l'essentiel.

Faire des courses ... ce n'était pas une mauvaise du tout. Non seulement parce que nous allions avoir besoin d'un certain nombre de choses pour le voyage, mais aussi parce qu'en effet, nous allions devoir accueillir un nouvel être avec nous. Mais en même temps ... Tout cela rendait les choses trop réelles, trop concrètes et ... Bordel, c'était terrifiant. Sans défaire son étreinte, je me tournai pour lui faire face, et lui souris, la tête légèrement relevée pour pouvoir le regarder. « Si ça te dérange pas, je préférais qu'on attende pour ça ... Tu sais, qu'on soit sûr que tout se passe bien, enfin ... Tu vois ... », tentai-je de me faire comprendre. La pire chose qui puisse arriver c'était que nous prévoyions tout et que tout ne se passe pas comme prévu. Dans de telles circonstances de vie, je n'étais pas certaine que tout puisse bien se passer alors ... Autant éviter autant que possible les dommages collatéraux. Nous avions déjà suffisamment donné avec la mort de Tyler. « Tu crois qu'on pourra lui donner Tyler comme deuxième prénom ? Si c'est un p'tit mec, bien sûr ... », dis-je ensuite, pour détendre l'atmosphère, et ne pas m'attarder plus longtemps sur toutes les pensées néfastes et négatives qui m'encombraient le cerveau. Il n'était pas nécessaire que je lui plombe le moral à lui aussi. Souriant, et ne tenant plus face à tant de proximité, je finis par me mettre sur la pointe des pieds pour poser mes lèvres sur les siennes. Cela me semblait faire une éternité que je n'avais pu l'embrasser alors que ... Pas du tout, en réalité.
(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: gaylwen ∆ every teardrop is a waterfall. (hot) Jeu 21 Nov - 23:55



every teardrop is a waterfall.
(les frères scott) ▽ Ne pleurez pas votre passé car il s’est enfui à jamais. Ne craignez pas votre avenir car il n’existe pas encore. Vivez votre présent et rendez le magnifique pour vous en souvenir à jamais.
«  Si ça avait été le cas, j'aurais préféré qu'on aille sur une île déserte » lui répondit il sur le ton de la plaisanterie. Des vacances, il en rêvait, mais ça n'existait plus désormais. Une plage de sable blanc, Sam en bikini, une planche de surf et leur enfant qui s'amusait à faire des pâtés, une belle image de la vie qu'il ne verrait jamais, mais ça faisait du bien d'y croire par moment. Gayl n'avait pas besoin de beaucoup pour se sentir bien. Finalement, qu'importe qu'il soit dans cette chambre ou dans une autre, le seul endroit ou il se sentait bien, c'était celui ou elle se trouvait, tout les deux ensemble. Alors ça pouvait être ici, dans le camping car ou bien dans la zone 51, il trouverait sa place, tout simplement parce qu'elle était sa famille, son unique famille... Oncle bob en faisait partie, mais c'était différent parce que désormais il était entrain de créer la sienne, en fait ils étaient entrain de créer la leur. Malgré le fait qu'il soit dans un monde ou la vie ne tenait qu'à un fil, le beau brun ne voulait pas passait à côté de ça, alors autant prendre rapidement les devants pour que tout se passe au mieux. « Faut pas qu'on oublie ne prendre les coussins » Car oui, ils étaient juste divins, autant prendre un peu de confort que la maison leur avait offert. Plongeant son regard dans celui de sa belle, il n'était pas du tout décidé à la laisser s'enfuir et encore moins à la laisser seule. Ils allaient affronter ça ensemble et ils en sortiraient plus fort. Les femmes donnaient naissances à des enfants depuis des millénaires et pour la plupart ça marchait assez bien. Alors autant de pas vivre ronger par l'inquiétude, de toute façon, ils n'y étaient pas encore. Pour le moment, le fameux ou la fameuse mininous était en train de dormir tranquillement dans le ventre de sa mère sans se prendre la tête avec ce qui pouvait se passer dehors, autant ne pas le stresser pour rien.

Il la comprenait très bien, mais il savait aussi qu'ils n'avaient pas vraiment la possibilité de tout repousser. Même si l'idée était assez difficile à avaler, ils allaient devoir prévoir. Attrapant les mains de la jolie brune dans la sienne. Il esquissa un sourire réconfortant. « ça va bien se passer Sam... On va devoir être plus prudent et si t'écoute ceux que je te dis , ça se passera bien » J'étais bien entendu conscient du danger , enfin des dangers d'une grossesse, mais je savais aussi que de nombreuses grossesses se passaient sans heurts. « En vivant avec oncle Bob, ça nous a permis de nous refaire une santé et pour le bébé c'est déjà très bien » Tout ça pour dire que c'était bien mieux qu'elle tombe enceinte maintenant que quand ils courraient à gauche et à droite en recherche de nourriture et qu'ils devaient manger ce qu'ils trouvaient... « Tu aurais sûrement pas pu tomber enceinte à un meilleur moment... enfin si y avait un meilleur moment » Y avait sûrement pas de meilleur moment pour ça. Qui n'a pas de doute quand il apprend qu'il va être apprend.

Un sourire amusé se dessina sur mon visage, je la reconnaissais bien. Elle en voulait pas qu'on aille faire les boutiques, mais elle était déjà en train de chercher un prénom. Et quel prénom... en fait j'y avais aussi pensé. Tyler était toujours en quelque part dans mon esprit... il n'en était jamais vraiment partie, et même si on abordait rarement le sujet, il était clair qu'on ne pourrait jamais l'oublier. « Même en premier si tu veux... » En premier ça risquait peut être de faire étrange... quoique... on avait le temps pour y réfléchir. « Tu ne veux pas qu'on aille faire les courses, mais tu cherches déjà un prénom... tu trouves pas que ça cloche en quelque part » Laissa t'il échapper d'un ton amusé avant de répondre à ses lèvres. Comment voulait elle qu'il réussisse à l'aider à ranger si elle lui sautait dessus. Enfin peut être qu'elle ne lui avait pas sauter dessus, mais bon c'était tout comme. Il ne mit pas longtemps à passer autour d'elle pour rendre leur baiser bien plus passionné qu'il ne l'avait été au départ. Il finit tout de même par se détacher d'elle avant de se mettre à râler, ou plutôt en faisant semblant de râler. « Rha... Si tu continues comme ça je vais jamais pouvoir me concentrer sur autre chose que sur toi.. »
(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: gaylwen ∆ every teardrop is a waterfall. (hot) Ven 22 Nov - 18:44



every teardrop is a waterfall.
(les frères scott) ▽ Ne pleurez pas votre passé car il s’est enfui à jamais. Ne craignez pas votre avenir car il n’existe pas encore. Vivez votre présent et rendez le magnifique pour vous en souvenir à jamais.
Je n'étais pas encore totalement certaine de savoir si je regrettais tout cela. Avoir un enfant ne me paraissait pas la meilleure des idées dans un monde tel que celui-ci, mais en même temps ... Je ne pouvais pas m'empêcher d'être contente, à l'idée de mettre au monde un mini nous, comme l'appelait déjà Gayl'. Après tout, je le savais depuis des années déjà, Gaylwen était, en quelque sorte, l'amour de ma vie. Il était hors de question pour moi d'imaginer ma vie sans lui. Rien n'avait de sens quand il n'était pas les parages, et je savais parfaitement, aussi, que je n'aurais jamais pu supporter l'idée de le perdre, lui aussi. Cela avait déjà été tellement dur de perdre Tyler ... Cette joie, que je sentais grandir dans mon corps mais que je tentais de repousser rageusement, pas peur de tous les regrets que cela pourrait éventuellement apporter, n'empêchait pas la peur de se faire sa place également. J'avais peur de quitter cette maison pour retourner sur les routes, peur de tout ce que cela signifiait, mais aussi peur de toutes les conséquences de cette grossesse. Parce qu'elle n'était pas sans risques, et nous en avions tous les deux parfaitement conscience. Cela n'allait pas être de tout repos, pour moi, autant que pour Gaylwen, qui allait devoir supporter mes futures sautes d'humeur. Nul doute qu'il y parviendrait sans trop de mal. Il était déjà capable d'apaiser la moindre de mes craintes, alors je ne me faisais pas trop de soucis à ce propos ... « Je sais que tu feras tout pour que ça se passe bien mais ... Je ne peux pas m'empêcher d'avoir peur. On sait tous les deux à quel point c'est risqué. On a jamais eu à faire face à ... ça, on ne sait pas comment ça va se passer. », avouai-je dans un souffle.

J'étais soulagée de pouvoir me confier de la sorte, et c'était toujours ainsi avec Gaylwen. Au début de notre relation, j'avais pu me rendre compte d'à quel point il était difficile pour lui de parler de lui et de tout ce qu'il pouvait penser, mais cela s'était amélioré avec le temps. Aujourd'hui, tout allait merveilleusement bien, et j'étais fière de pouvoir dire qu'il était très présent pour moi. En fait, dès que j'avais besoin de lui, il accourait, sans trop se penser de questions. « Tout va bien se passer. », conclus-je peu de temps après, avant qu'il n'ait eu le temps d'ajouter quoi que ce soit. Je ne voulais pas plomber son moral, encore moins le faire imaginer le pire mais en même temps, il fallait que l'on soit prêt à cela, et tout particulièrement lui. Je décidai de changer dessus, estimant que ce n'était ni lieu, ni le moment propice pour une conversation aussi déprimante que celle-là. Nous aurions très largement le temps de nous défouler, et de nous inquiéter quand nous allions être sur les routes ... Irrémédiablement, mes pensées me portèrent jusqu'à Tyler. Je pensais toujours aussi souvent à lui, ce qui était normal en soit, et même si mon chagrin s'était quelque peu apaisé grâce à Gayl', il me manquait toujours atrocement. Donner son prénom à mon enfant me paraissait tout naturellement, quoi qu'un peu étrange, peut-être. « En premier, ce serait génial. », acquiesçai-je, sans vraiment réfléchir. Dans le fond, je me fichais pas mal que cela fasse bizarre ou non, c'était, une sorte ... D'hommage, rien de plus.

« Récupérer des petits vêtements, des chaussures et choisir un prénom, ça n'a rien à voir ! ça rendrait les choses trop ... Concrètes, alors qu'un prénom, ça reste un prénom. Rien de plus. », le taquinai-je à mon tour en souriant, bien consciente que ce que je disais n'avait pas vraiment de sens. Dans le fond, je savais parfaitement que je me voilais la face sur ce sujet aussi. Donner un prénom, faire des courses pour le futur bébé, il n'y avait pas une différence considérable. De manière tout aussi irréfléchie, je scellai mes lèvres à celles de Gayl', consciente que nous devions nous mettre au rangement au plus vite et en même temps, peu désireuse de m'éloigner de lui, ne serait-ce que de quelques centimètres. Je souris contre ses lèvres en le sentant à moitié perdre les pédales, ses bras déjà enroulés autour de moi, sa bouche beaucoup plus pressante contre la mienne, ce qui ne m'empêcha pas de répondre avec autant d'avidité que lui, si ce n'est plus. Je fis une petite moue boudeuse quand il s'écarta de moi, avant d'éclater de rire. Moi, le déconcentrer ? Pas mon genre ! « C'était peut-être le but ... », me moquai-je gentiment avant de m'extirper de son étreinte, pour m'éloigner de quelques pas dans la pièce. Ok, je le cherchais clairement, mais c'était aussi une bonne manière pour détendre l'atmosphère, et nous détendre tous les deux. Je ne voulais pas plus songer à tout ce qui nous attendait ... Quoi de mieux que d'embêter Gayl' pour oublier ? Sans plus prêter attention au jeune homme, je me retournai pour faire face à l'armoire et attrapai une pile de vêtements, que j'allai déposer sur le lit. Il fallait trier, avant de tout fourrer dans les sacs. Retour aux "bonnes vieilles habitudes".
(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: gaylwen ∆ every teardrop is a waterfall. (hot) Ven 22 Nov - 23:00



every teardrop is a waterfall.
(les frères scott) ▽ Ne pleurez pas votre passé car il s’est enfui à jamais. Ne craignez pas votre avenir car il n’existe pas encore. Vivez votre présent et rendez le magnifique pour vous en souvenir à jamais.
Elle avait raison, ses inquiétudes étaient logiques, Gayl comprenait parfaitement ce qu'elle pouvait ressentir, il était en train de vivre quelque chose de similaire, mais il ne pouvait pas non plus se mettre à la place d'une femme enceinte.Le fait d'avoir étudier ce sujet lui avait permis d'apprendre certains trucs en particulier ce lien qui lie mère et enfant. L'inquiétude de Sam était compréhensible, sans s'en rendre compte, elle était déjà en train de se comporter comme une mère poule, ça allait donner... « C'est normal d'avoir peur Sam... Ce genre d'événement dans une vie ça fait peur, rôdeur ou pas rôdeur » Alors quand on ajoutait les rôdeurs, c'est sur que la peur était différente comme l'était leur vie. « Je sais pas ou l'on va, mais on y va à deux et on affrontera ça ensemble. Tu peux le faire Sam, on peut le faire » Ok il était sûrement un peu trop optimiste, mais il avait vécu assez longtemps dans le pessimiste. Sam avait toujours été son petit rayon de soleil et cela n'allait pas changé. Des couples avec des bébés , ils en avaient croisé quelques-uns, ils avaient aussi vu des enfants zombies, une véritable horreur. Voila pourquoi ils devaient trouver cette foutue zone, parce que pendant le temps ou ils y resteraient Sam et leur enfant y seraient en sécurité. Il voulait y croire, il n'avait que ça pour ne pas se faire bouffer par ses doutes. Car oui, il en avait un paquet, mais cela ne servait à rien de les étaler. « Oui » Finit il par dire pour conclure cette partie, ça allait bien se passer parce que c'était la seule chose qui devait arriver. Ils ne pouvaient pas penser à l'autre possibilité, pas tout de suite en tout cas. S'ils commençaient à se prendre la tête, alors que pour le moment tout se déroulait bien, ils n'étaient pas sortie de l'auberge. « On devrait essayer de profiter » Car oui, malgré tout ça, le côté assez optimiste de Gayl et surtout son désir d'accueillir cet enfant reprenait doucement le dessus. Il voulait profiter de cette grossesse même si ça pouvait paraître totalement stupide au vue de leur mode de vie.

Un fils ? Tyler ? Ça lui faisait tellement bizarre, il avait du mal à se dire que cela allait vraiment leur arriver. Quand au nom de leur fils et bien Tyler lui allait parfaitement. C'était surement le plus bel hommage qu'il pouvait faire au frère de Sam et à son meilleur ami. Bon si c'était une fille ça risquait de poser problème, mais il avait le temps de réfléchir au prénom. Si c'était un garçon celui de Tyler s'imposait tout simplement.« Si tu le dis  laissa t'il échapper amusé. Ah les femmes et leurs idées. Hmm il ne voyait pas vraiment la différence. A la fin, ils allaient s'y attacher à cet enfant, c'était déjà en train de commencer... Alors oui, il y avait un risque cela se passe mal... Il pouvait la perdre lui et leur enfant, et l'idée le rendait fou, voilà pourquoi il n'avait pas envie d'y passer, parce qu'il tenait trop au deux.

Lovée dans ses bras la jolie brune semblait parfaitement à l'aise et semblait aussi parfaitement consciente de l'effet qu'elle pouvait lui faire. Elle avait toujours eu du pouvoir sur lui, un pouvoir qui n'avait jamais dérangé Gaylwen, bien au contraire d'ailleurs. Il avait réussi à sortir de ses bras une fois, il ne pourrait réaliser cet exploit une deuxième fois. Il la regarda s'éloigner d'un air quelque peu dubitatif. Elle pensait vraiment qu'il allait la laisser s'enfuir comme ça. En fait non, elle avait très bien compris, c'était elle qui menait désormais le jeu. Son regard suivit son petit manège. Maintenant elle allait se lancer dans le tri des vêtements. N'importe quoi, hors de questions qu'elle s'en sorte comme ça. Il combla rapidement les quelques mètres qui le séparait de la jolie brune avant de la saisir. « Tu crois pas que tu vas t'en sortir comme ça » murmura t'il dans le creux de son oreille avant de poser ses lèvres dans son cou. Ses mains passèrent délicatement sous son haut afin de saisir le haut de ses hanches tandis que ses lèvres partaient à la recherche de ses lèvres. « Tu sais que t'es en train de me rendre totalement fou » murmura t'il à quelques millimètres d'elle avant de saisir ses lèvres passionnément. Il venait de la capturer et désormais elle ne risquait plus de lui échapper. Oui, ils avaient d'autre chose à faire, mais bon, ils pouvaient aussi se prendre du bon temps...
(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: gaylwen ∆ every teardrop is a waterfall. (hot) Sam 23 Nov - 15:48



every teardrop is a waterfall.
(les frères scott) ▽ Ne pleurez pas votre passé car il s’est enfui à jamais. Ne craignez pas votre avenir car il n’existe pas encore. Vivez votre présent et rendez le magnifique pour vous en souvenir à jamais.
J'avais beau essayer de les repousser avec vigueur, de ne pas penser à toutes les inquiétudes qui me rongeaient d'ores et déjà, elles étaient toujours là, tapies dans l'ombre, attendant le bon moment pour refaire surface, et me forcer à me plier face à la douleur. Elles étaient là, quoi que je dise, et quoi que je fasse. Et je savais que tout cela ne me ficherait pas la paix de si tôt, voir même pas du tout. Le mieux à faire, et je le savais parfaitement, était donc de me confier à Gaylwen, de lui dire tout ce que j'avais sur le coeur. Parce que je savais que, de toute façon, j'avais droit à tout son soutien, et à toute sa compassion. Surtout qu'il était pas mal calé sur le sujet ... « Je te fais confiance. », murmurai-je finalement, en relâchant ma respiration, que je retenais depuis de longues minutes. Je croyais totalement ces mots. Je lui faisais une confiance aveugle et ce, depuis toujours. Et même si j'étais toujours aussi terrifiée, je savais que Gaylwen serait à mes côtés, coûte que coûte. Alors ... Je n'avais pas vraiment de raison de m'en faire plus que cela. Pour l'instant, en tout cas. Notre voyage n'avait pas encore commencé, et je lui faisais déjà la misère. Je le plaignais sincèrement, car le pire restait encore à venir, comme il le savait forcément. « Je te promets que je profiterai de chaque instant de cette grossesse à sa juste valeur ... Tout particulièrement quand je te ferais la misère. », le taquinai-je, désireuse de détendre l'atmosphère une bonne fois pour toutes.

Ce n'était pas le moment pour plomber l'ambiance, ou pour me lamenter sur ce qui nous attendait. Je ne le dirais sans doute jamais assez, mais nous avions tout le temps pour cela sur le trajet qui nous amènerait jusqu'à la zone. Parler du futur prénom me paraissait déjà être un sujet moins délicat. C'était maintenant surtout que je me rendais compte à quel point mes réflexions étaient stupides. Je cherchai déjà un prénom pour notre enfant, mais je n'acceptai pas de faire des courses pour lui ? C'était plutôt ... Paradoxale, et contradictoire comme réflexion, m'enfin. Ce devait être le début de ma grossesse, ou les contrecoups de la nouvelle. Je n'étais même pas certaine de vouloir le savoir, en fait. Tout ce que je savais, c'est que j'aimais un peu trop taquiner Gaylwen, et que je ne me privai pas pour le faire ... Une fois de plus. Très clairement, je le cherchai, et l'instant d'après, je m'enfuyais telle une voleuse, mimant la préparation de nos affaires. Bien sûr, nous avions toute la soirée pour faire cela, mais nous avions tout de même un temps relativement limité, ce qui ne m'empêchait pas d'avoir envie de Gaylwen ce qui, en soit, était habituel. A croire que je ne pouvais pas me contenter de ce que nous avions pu partager ici ces derniers temps. Enfin, il me semblait bien que c'était également le cas de Gaylwen. Cela me fut d'ailleurs prouvé sur le champ, puisqu'il n'attendit pas longtemps avant de se rapprocher de nouveau de moi.

Nous avions toujours été tels deux aimants et c'était pire encore depuis que nous nous étions avoués nos sentiments. Je me tournai vers lui, et lui souris. Des frissons parcoururent toute mon échine quand il posa ses lèvres dans mon cou, et un peu plus encore quand il glissa ses mains sur mes hanches. De manière parfaitement incontrôlée, mes doigts se posèrent sur son torse. Mon sourire s'évanouit à l'instant même où ses lèvres frôlèrent les miennes, tandis que je perdais d'ores et déjà le contrôle sur ma respiration, désormais saccadée. Je ne me fis pas prier pour répondre à son baiser, avec fougue et une avidité loin d'être dissimulée. Je rêvais de ce baiser depuis trop longtemps - au moins plusieurs heures - alors il était hors de question que je le laisse fuir maintenant, quoi qu'il en pense. Je finis par reculer légèrement mon visage, sans pour autant aller trop loin bien sûr, pour lui jeter un sourire éblouissant. « C'est qui, qui déconcentre qui, maintenant ? », soufflai-je avant d'attraper de nouveau ses lèvres, presque immédiatement. J'étais définitivement accro à son contact. Si bien qu'à mesure que j'approfondissais le baiser, mes mains se décalaient -d'elles-mêmes, bien sûr- pour passer dans sa nuque, avant de redescendre pour s'aventurer sur son torse, sous son tee-shirt. Sans doute était-il trop tard pour reprendre le contrôle de la situation, aussi minime soit-il.
(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: gaylwen ∆ every teardrop is a waterfall. (hot) Lun 25 Nov - 20:55



every teardrop is a waterfall.
(les frères scott) ▽ Ne pleurez pas votre passé car il s’est enfui à jamais. Ne craignez pas votre avenir car il n’existe pas encore. Vivez votre présent et rendez le magnifique pour vous en souvenir à jamais.
Papa, il allait être papa, il avait encore un peu de mal avec l'idée. En fait il espérait réussir la ou son propre père avait échoué. Il allait avoir quelques mois pour se préparer et pour devenir un père digne. Protecteur de nature, l'annonce de la grossesse de Sam provoqua en lui un surplus de protection. C'était sûrement dû à une espèce d'instinct paternel qui venait d’apparaître alors que son enfant n'était pas encore apparu et qu'ils allaient devoir faire face à de nombreuses difficultés avant que cela n'arrive. Il n'était pas encore en mesure de savoir l'impact que cette naissance allait avoir dans sa vie. Il savait que ça allait tout changer, que tout allait être différent. Mais comment vraiment savoir ce qui les attendaient ? Ils n'en savaient rien, ni l'un ni l'autre n'étaient en mesure de dire la manière dont ils allaient faire face à tout ça. Mais ils allaient le faire parce qu'ils étaient ensemble et parce que cet enfant ils l'aimaient déjà énormément. Lui trouver un nom, c'était déjà un grand pas, surtout pour Sam. Gayl préférait se le garder pour lui, elle était assez chamboulée, il n'avait pas envie d'en rajouter et puis dans son état. Sam n'était pas la plus grande survivante du siècle, mais elle avait énormément appris. Désormais elle savait parfaitement faire face aux rodeurs. Elle et Gayl avaient passé pas mal de temps à s’entraîner pour réussir à obtenir un certain niveau de défense. Que se soit l'un ou l'autre, ils devaient être en mesure de se défendre, mais aussi de défendre l'autre. C'était leur moyen de survie et pour le moment ça fonctionnait très bien. Avec le bébé, ils allaient devoir agir de façon différente mais ça n'allait sûrement pas changé à l'opposé. « Je crois que je réussirai à te supporter » laissa t'il échapper, en fait il en était sûr et certain, il adorait ces petits moments, et puis qu'est qu'elle attirait quand elle mettait en colère, c'était juste hilarant, à chaque fois il n'en manquait pas une miette. «Tu es bien la seule femme avec qui j'aurai aimé avoir un enfant, donc tu risques aussi de devoir me supporter » ajouta t'il avant de s'intéresser un peu plus à ses lèvres.


D'ailleurs, ils auraient mieux fait de ranger et de partir voir le camping car pour commencer à l'aménager. La survie demandait de se tenir à certaine règle et se sauter dessus dans une telle situation n'était sûrement pas la meilleure chose à faire. Sauf que ni l'un ni l'autre ne semblait prêter attention à ce qui était le plus important pour le moment et puis si on y réfléchissait vraiment une fois dans le camping car ils n'auraient plus autant de possibilités pour s'adonner à ce genre de plaisir. Ici, ils n'avaient pas besoin de regarder derrière eux ou de craindre une intrusion de rôdeurs, ils étaient en sécurité. La seule personne qui risquait d'arriver c'était Oncle Bob mais depuis leur installation il ne montait jamais en haut.. Sûrement pour leur laisser de l’intimité ou un truc comme ça,mais avec Oncle Bob on ne sait jamais vraiment ce qu'il se passe dans sa tête.

Collés , Serrés, le beau brun ne risquait pas de se décoller. Il releva un sourcil avant de plonger son regard dans celui de la belle... « Il se pourrait que j'aime ça » laissa t'il échappé entre ses lèvres avant de les unir une fois de plus avec celles de la belle. Une fois de plus, il vibrait totalement sous ses caresses. Il ne mit pas bien longtemps à passer ses mains sous sa hanche pour la soulever avant de la balancer sur le lit pour lui arracher son tee shirt. Ça servait à rien de toute façon, elle pouvait se promener nue dans la chambre, pourquoi s'embêtait-elle à porter des habits. Ses lèvres lui dévorèrent le coup avant de s'attaquer à son oreille pour descendre plus bas vers sa poitrine qui le laissait rêveur. Oui, oui il était censé montré le chemin et être la voix de la raison, sauf que quand elle était dans la pièce et qu'elle était comme ça, il n'y avait plus aucune raison...
(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: gaylwen ∆ every teardrop is a waterfall. (hot) Mer 27 Nov - 15:24



every teardrop is a waterfall.
(les frères scott) ▽ Ne pleurez pas votre passé car il s’est enfui à jamais. Ne craignez pas votre avenir car il n’existe pas encore. Vivez votre présent et rendez le magnifique pour vous en souvenir à jamais.
Gaylwen avait toujours été le seul à pouvoir me calmer en quelques simples mots, et à pouvoir apaiser chacune de mes craintes de cette façon. Mais il était aussi le seul à pouvoir me faire perdre les pédales en quelques secondes seulement, ne serait-ce que de par sa présence. J'étais tout simplement incapable de lui résister et ce, sur tous les plans. Il devait bien le savoir, maintenant ... Il avait aussi été capable, pendant des années et des années, de cacher au mieux ses sentiments pour moi et maintenant ... Il pouvait me sortir les phrases les plus mignonnes qui soient. C'était obligé qu'après de telles paroles, je perde totalement pied ... Non ? Je pouvais aussi essayer de prendre le prétexte de ma grossesse, mais c'était encore trop tôt pour cela. D'ici quelques semaines, peut-être, cela changerait ... Et j'allais faire la misère à Gayl', foi de Sam ! J'aimais peut-être un peu trop l'idée de pouvoir le manipuler - dans le bon sens du terme, bien sûr - à ma guise, mais c'était comme ça. Je savais pertinnement que je n'allais pas pouvoir m'en passer, et que j'allais en profiter autant que possible, sans dépasser les limites toutefois. Il n'était pas nécessaire que je lui fasse avoir une crise cardiaque à force de trop en faire et puis, il ne méritait pas cela, même si c'était loin, très loin, d'être déplaisant. Mais pour l'heure, tout ce qui comptait réellement, c'était que nous étions en sécurité, et que nous aurions sans doute dû nous atteler à la préparation de notre future "maison".

Seulement, nous en avions tous les deux décidés autrement. C'était peut-être à cause de la grande nouvelle que nous avions tous les deux après, l'excitation du voyage à venir, la peur de tout ce qui nous attendait encore, ou que sais-je encore ... Toujours est-il que j'avais d'ores et déjà perdu tout contrôle sur mon corps ou mes pensées. C'était l'effet Gaylwen, sans doute. Il était bien la seule personne à toujours avoir eu le pouvoir de me faire succomber en quelques mots, gestes, ou même avec quelques baisers. De toute façon, je n'avais plus envie de penser à tout cela, à tous les problèmes qui se mettaient une fois de plus en travers de notre chemin. Je voulais juste oublier ... Quoi de mieux que ma dose de Gaylwen, pour ça ? Rien, et je le savais parfaitement. Il était tout ce que j'avais, mais aussi tout ce dont j'avais besoin pour l'instant. « Il se pourrait que j'aime ça », lâcha-t-il. Mon rire mourut dans ma gorge à l'instant même où il se précipita de nouveau sur moi pour s'emparer de mes lèvres. Je répondis, comme toujours, avec passion à son baiser, sans me priver de caresser son torse, qui n'avait pas le moins du monde changé, pour mon plus grand plaisir.

Je lui souris quand il s'éloigna temporairement de moi, mais l'accueillis avec grand plaisir quand il me rejoignit sur le lit. Comme si nous pouvions restés éloignés l'un de l'autre bien longtemps. Maintenant, je n'avais plus la moindre envie de rire, je voulais juste qu'il reste contre moi, et qu'il n'en bouge plus. Mes pensées voulaient naviguer à tout prix en direction de ce qui nous attendait mais je faisais en sorte que cela n'arrive pas. Farouchement, je résistais, et ne voulais qu'une chose, me fondre en Gaylwen, le garder aussi proche que possible de moi. C'était viscéral, et j'en ressentais le besoin incessant. C'était plus fort que jamais, plus puissant que cela ne le serait sans doute jamais. Ses caresses, et ses baisers me rassuraient mieux que quoi que ce soit d'autre. Il était là, à mes côtés, et il le resterait, coûte que coûte. Et plus que tout, j'adorais le voir perdre le contrôle lui aussi. Incapable de résister plus longtemps, je posai mes mains sur ses joues et le forçai à remonter son visage à ma hauteur pour pouvoir l'embrasser passionnément ... de nouveau. Je ne pouvais définitivement plus me passer de son corps et pire encore, de ses lèvres, c'était devenu pire qu'une drogue. D'un coup de hanche, j'inversai les rôles, et me retrouvai au-dessus de lui, un sourire planté sur les lèvres. « Il se pourrait que j'aime ça aussi. », répondis-je à sa précédente phrase, encore toute récente à mes oreilles. Je me penchai pour m'emparer de nouveau de ses lèvres, avant de me redresser suffisamment pour lui retirer son tee-shirt à son tour. Il était hors de question que l'on reste inégaux plus longtemps.
(c) AMIANTE


[/quote]
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: gaylwen ∆ every teardrop is a waterfall. (hot) Lun 2 Déc - 20:56



every teardrop is a waterfall.
(les frères scott) ▽ Ne pleurez pas votre passé car il s’est enfui à jamais. Ne craignez pas votre avenir car il n’existe pas encore. Vivez votre présent et rendez le magnifique pour vous en souvenir à jamais.
Difficile, impossible de lui résister, c'était déjà compliqué avant alors maintenant qu'ils étaient officiellement ensemble, c'était encore plus difficile. Depuis qu'il l'avait vu dans son studio, il avait ressenti ce sentiment puissant mêlé bien entendu de désir et celui ci n'avait jamais pris la poudre d’escampette. Il avait toujours été présent, mais bien évidemment freiné par leur relation qui à l'époque empêchait tout contact qui allait au delà de la simple amitié. Pour Gayl cette époque avait été assez compliqué à gérer vu qu'il avait du jouer avec ses sentiments et surtout cacher une bonne partie d'eux. Finalement avec ce qu'il avait vécu plutôt, ce n'était pas ce qui avait été lé plus difficile. Le plus dur et ça n'avait toujours pas changer, c'était cette peur panique de la perdre ! Maintenant qu'il savait qu'elle était enceinte, il savait qu'il ne cesserait pas de s'inquiéter pendant les 9 mois de la grossesse et que cette inquiétude risquait de se multiplier lors de l'arrivé de cet enfant. Car à partir de ce moment là, il ne s'inquiéterait plus uniquement d'elle. Gayl se connaissait très bien, et il connaissait aussi très bien Sam. Cet enfant allait totalement changé leur vie et leur mode de vie, eux qui étaient si fusionnels risquaient de se voir s'éloigner à cause d'une petite tête blonde qui allait prendre toute leur attention, mais ils n'avaient rien à craindre, leur histoire était trop forte pour prendre fin à cause des soucis qu'amènent la naissance d'un enfant. Au contraire, çà risquait peut être plus de décupler leur relation et autant dire que si c'était le cas ça allait être fort. En tout cas une chose est sûre, une fois dans le camping car, ils allaient avoir bien moins de temps pour eux, et une fois que leur mininous allait faire son apparition, ça allait être pire. Car oui pour Gayl, il ne pouvait pas y avoir d'autres options. Il n'était pas du genre optimiste, mais s'il y avait une chose pour laquelle il voulait l'être c'était bien pour ça. Ils avaient encore du temps pour penser à leur avenir avec cet enfant, quelques mois... et ça allait passer vite, mais en cette début d'après midi aucun des deux ne semblaient vraiment décidé à y songer de nouveau.

Oh il aurait bien aimé lui résister juste pour pouvoir la titiller comme il prenait tant de plaisir à le faire, mais la belle brune savait parfaitement comment arriver à ses fins et face à elle Gayl se trouvait rapidement désarmés. Encore plus quand elle partait sur l'idée de le faire poireauter. Rha, c'était pas juste d'avoir un tel pouvoir sur quelqu'un, quoiqu'il appréciait littéralement ce petit genre de moment et qu'il ne risquait pas de laisser tomber d'affaire. Il était toute à elle, elle pouvait faire ce qu'elle voulait de lui qu'il ne trouverait rien à redire. Ses lèvres, la pression de son corps contre le sien, ça le rendait totalement fou, c'était si bon, si jouissif qu'il était totalement incapable de penser à autre chose qu'à elle dans ces moments là.

Il tressaillait sous chacun de ses baisers, chacune de ses caresses et à chaque fois ça le rendait encore plus frémissant. Il la laissa prendre les devants profitant avec un certain plaisir du spectacle qu'elle était en train de lui offrir. Il étouffa un rire avant de saisir ses lèvres avec une passion non feinte. Ses mains bien ancrés dans le creux de ses hanches parcoururent l'échine de son dos épousant à la perfection les courbes de son corps si délicat. Amusé il termina par la bascula dans l'autre sens avant de fondre sur son jean se retenant de lui dire qu'elle aurait au moins pu faire un effort et lui mettre une jupe. Malgré le temps qui s'était écoulé, le corps de Sam avait été façonné par la danse et ça n'avait pas disparu. Il ne l'avait jamais vraiment vu danser, pas pour lui en tout cas, il allait falloir qui pense à lui demander avant qu'elle est tout oublié XD. Mais pour le moment il avait une autre chose en tête. Ses mains plongèrent sous son pantalon avant de l'aider à le faire tomber. D'ailleurs il enleva assez rapidement le sien, parce qu'il commençait à suffoquer et c'était pas peu dire xD. Il l'attrapa fermement par les hanches avant de dévorer son corps de baiser pour faire monter le désir, mais aucun d'eux n'en manquait, bien au contraire. Corps à corps, il ne mit pas tellement longtemps à vraiment les unir trop poussé par le désir de faire une nouvelle fois corps avec elle. Il émit un gémissement de plaisir avant de se lancer dans une danse sensuelle. Depuis le départ leurs deux corps semblaient fais pour s'entendre et dans ces moments là leur symbiose était juste parfaite.
(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: gaylwen ∆ every teardrop is a waterfall. (hot) Mar 3 Déc - 21:42



every teardrop is a waterfall.
(les frères scott) ▽ Ne pleurez pas votre passé car il s’est enfui à jamais. Ne craignez pas votre avenir car il n’existe pas encore. Vivez votre présent et rendez le magnifique pour vous en souvenir à jamais.
Sans doute aurions-nous dû nous concentrer sur tout ce que nous devions faire avant notre départ imminent, et uniquement sur cela. Mais ce n'était pas du tout le cas. J'étais tout simplement incapable de me souvenir que nous devions encore vider les placards, remplir nos sacs, et tout mettre dans le camping car que nous allions devoir aménager à notre sauce aussi. Gaylwen avait le pouvoir de me déconcentrer sans même le vouloir ou même sans en avoir conscience. Et ce, depuis le tout début. La première fois que je l'avais vu, déjà, j'avais été tellement troublée qu'il m'avait été très difficile de ne rien laisser voir. Tyler me connaissait suffisamment pour comprendre quand quelque chose ne tournait pas rond, et il m'avait été plus que difficile de ne pas juste sauter sur son meilleur ami. Heureusement, j'y étais parvenue. Mais maintenant que nous étions officiellement ensemble, maintenant que je pouvais le déclarer mien et inversement, je n'avais plus aucune raison de résister à la tentation. Et lui non plus, d'ailleurs. Tout cela nous permettait d'avoir plus de temps rien que pour nous deux, et pour cet enfant à venir aussi, qui allait forcément nous donner du fil à retordre. Mais nous n'étions pas encore là, dieu soit loué, alors autant profiter des quelques mois de répit que nous avions encore en notre possession. Et surtout, autant profiter des heures qu'il nous restait à passer ici, en sécurité, et au chaud. C'était peut-être même ce qui allait nous permettre de tenir une fois que nous serions sur les routes : le fait d'oublier, un bref instant, et de ne plus penser au monde horrible dans lequel nous vivions.

Nous allions avoir besoin de beaucoup de courage alors pour l'instant, tout ce que je voulais c'était profiter à fond, et de laisser tous nos soucis de côté. Bizarrement, je savais extrêmement bien le faire quand il s'agissait d'être avec Gaylwen. Il faut dire qu'il me suffisait d'un de ses baisers, d'une de ses caresses, ou bien des miennes pour que tout disparaisse, et pour que toutes mes craintes s'apaisent. Il n'en avait peut-être pas conscience mais de mon côté, je l'étais totalement. Je n'étais pas avare de baisers ou de caresses, et je profitai pleinement de découvrir - une nouvelle fois - son torse sans oublier, bien sûr, de l'embrasser encore et encore, comme si ma vie en dépendait. J'étais peut-être à bout de souffle, mais ce n'était certainement pas ce qui allait m'empêcher de profiter à fond de notre étreinte et ce, sans limites aucune. De nouveau, Gaylwen inversa les positions, avant de retirer nos derniers vêtements un par un. Ce n'était pas comme s'ils avaient une quelconque importance de toute façon. Le désir était suffisamment omni-présent pour me transporter à mille lieux d'ici. De toute façon, il n'y avait rien, hormis Gaylwen, qui avait de l'importance à ce moment précis. Là encore, je voyais à quel point Gayl' avait de l'influence sur moi et mes pensées. Très vite, nos corps ne firent plus qu'un et le à ce moment précis, le monde aurait pu tomber en ruines autour de nous que nous ne nous serions sans doute rendus compte de rien. En fait, cela n'aurait même eu aucune importance.

Mes mains se logèrent autour de sa nuque, alors que j'enroulai mes jambes autour de ses hanches, d'ores et déjà transportée et emportée de tous côtés par le plaisir. Il était le seul à pouvoir me faire sentir aussi ... Spécial, et l'avait, dans le fond, toujours été. Nous avions juste la possibilité de nous montrer tout notre amour, à présent. Je collai mon front contre le sien, les yeux plantés dans les siens, les yeux suintant sans doute tous mes sentiments. Nous n'en étions plus du tout au point de rire, de plaisanter, ou même de nous taquiner. Il n'y avait plus que nous deux, nous deux et notre amour si fort. Les problèmes, oncle Bob au rez-de-chaussée, les rôdeurs, les survivants, le voyage qui nous attendait, et tout le reste n'avaient plus la moindre place entre nous. Rien ne pouvait briser la connexion si spéciale qui nous unissait, maintenant plus que jamais. Je finis par mes lèvres dans son cou pour y déposer des baisers, avant de les remonter pour les poser sur les siennes et l'embarquer dans un baiser passionné. Déjà, le plaisir avait pris pleine possession de tout mon corps, me faisant atteindre des sommets rarement explorés, et il était plus que nécessaire que je fasse en sorte de ne pas faire de bruit. Je n'avais pas franchement envie qu'oncle Bob débarque. Comme souvent, c'est ensemble que l'on attegnit le point culminent du plaisir, tout en restant, bien sûr, aussi silencieux que possible. Je relâchai tous mes muscles, histoire de laisser mon corps se reposer, et me blottis contre Gaylwen. « On est presque prêts à partir, maintenant. », soufflai-je, un sourire aux lèvres, le souffle toujours très irrégulier. Prêts, à quelques détails près, bien sûr.
(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: gaylwen ∆ every teardrop is a waterfall. (hot) Ven 6 Déc - 13:34



every teardrop is a waterfall.
(les frères scott) ▽ Ne pleurez pas votre passé car il s’est enfui à jamais. Ne craignez pas votre avenir car il n’existe pas encore. Vivez votre présent et rendez le magnifique pour vous en souvenir à jamais.

Dans leur corps à corps, il oubliait tout les pensées négatives, il n'y avait plus qu'elle et leur échange. Il aimait ressentir chacun de ses mouvements, chacune de ses respirations. Il aimait la faire vibrer autant qu'elle arrivait à le faire avec lui. Il aimait la sentir contre lui en total osmose. Il en venait même à se demander comment ils avaient fait pour vivre si longtemps près l'un de l'autre dans pour autant se toucher. Maintenant il en était bien incapable, il avait besoin de son contact, de sa peau sur la sienne, c'était devenu vital. Dans ce monde ou le plaisir s'était évanoui, il retrouvait dans ses bras toutes les émotions perdues et les éprouvait une à une avec un plaisir sans fin. Après avoir atteint l'extase il se laissa tomber à ses côtés, mais il ne décolla pas d'elle. Il l'aimait tellement qu'il profitait de chaque moment en sa compagnie. Surtout quand il savait pertinemment que ces moments allaient devenir plus rares. Ses bras enlacèrent la belle brune tandis que sa tête alla trouver réconfort contre elle. « Je dirais qu'on a pris du retard » Oui parce qu'en toute logique, ils étaient censés être dans le camping car en ce moment même pour commencer à l'aménager. A la place, ils prenaient du bon temps et il n'avait franchement pas envie d'y mettre un terme, mais l'instinct de survie était toujours là, les rappelant à l'ordre. « On a qu'a profiter encore quelques minutes » Lui glissa t'il à l'oreille avant de fermer les yeux quelques instants pour laisser divaguer ses pensées.

Comment aurait-il pu ne pas l'aimer ? Il y avait entre eux, une véritable alchimie et cela depuis le début. C'était difficile à expliquer surtout pour quelqu'un comme Gayl qui n'avait jamais cru au grand amour et au coup de foudre. Il n'avait aucune explication rationnelle pour expliquer ce qui s'était passé entre lui et la jolie brune, c'était comme ça et tant mieux. S'il y avait un destin, alors il les avait réuni pour leur donner la meilleure des chances pour s'en sortir. Plus on y pense et plus on remarque que la vie nous offre pas mal de choix et que ceux ci ont un impact non négligeable pour votre future. Pour Gayl c'était la main tendue de Tyler qu'il avait choisi d'accepter. S'il avait refusé son aide ce jour là, il n'aurait jamais rencontré Sam, n'aurait jamais posséder cette envie saugrenue de survivre dans un monde pareil et serait encore moins à l'aube d'une vie de père. Un simple oui qui avait changer toute sa vie et qui en dictait la suite. Quand il y pensait, c'était presque effrayant, effrayant de se demander ce qui aurait pu se passer, s'il ne l'avait pas connu... En fait, il préférait ne pas y penser parce qu'il ne pouvait tout simplement pas se l'imaginer. Il était trop attachée à elle pour s'imaginer vivre sans elle, ils étaient allés trop loin maintenant et sa survie dépendait de celle de Sam. Et dans quelques mois elle dépendrait de celle de Sam et de leur enfant, et il ne pouvait rien faire pour empêcher ça. Il ne pouvait pas perdre Sam, impossible. Il allait faire tout ce qu'il pouvait pour que ça n'arrive pas. Cette grossesse le terrorisait, mais il savait que s'il montrait sa peur ouvertement Sam en souffrirait bien plus que lui. Et il savait que le stress n'était pas du tout recommandé pour les femmes enceintes. Il enlaça ses doigts à ceux de la belle brune avant de poser ses lèvres sur ses tempes. Il n'avait aucune envie de se lever, mais il sentait le devoir l'appeler. Il laissa cependant s'écouler quelques minutes. Le calme avant la tempête, car celle ci n'allait pas tarder à venir leur rappeler que prendre du temps , c'était aussi prendre des risques.

Doucement il colla ses lèvres au sienne avant de se redresser. «Allez » dit il d'un air nonchalant tout en se redressant. « Ou c'est que tu as envoyé mon tee shirt » dit il d'un air malicieux tout en cherchant son haut qu'il découvrit sur la commode. Il l'enfila rapidement avant d'attraper la photo de ses parents qu'il fourra dans un des sacs. « Tu t'occupes de la chambre et je me lance dans notre réserve personnelle ? » Il n'avait pas envie de la laisser porter des trucs lourds, nan ça il pouvait le gérer. Elle était enceinte, donc il était hors de questions qu'elle fasse trop d'effort, elle en ferait trop dans quelques temps alors autant éviter que ça commence tout de suite.
(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: gaylwen ∆ every teardrop is a waterfall. (hot) Mar 10 Déc - 0:42



every teardrop is a waterfall.
(les frères scott) ▽ Ne pleurez pas votre passé car il s’est enfui à jamais. Ne craignez pas votre avenir car il n’existe pas encore. Vivez votre présent et rendez le magnifique pour vous en souvenir à jamais.
Tout s'était passé rapidement, bien trop rapidement pour que l'on ait pu prévoir ou anticiper quoi que ce soit. Nous aurions sans doute dû tout interrompre plus tôt, mais je n'en étais tout simplement pas capable, et il semblerait qu'il en allait de même pour Gaylwen. A présent que nous étions un couple à part entière, les choses étaient totalement différentes et ce, sur bien des plans. Et en tant que véritable, nous avions des envies, et des besoins, que nous étions bien incapables de freiner, et moi la première. Peut-être étais-je encore en train d'appréhender tout ce qui nous attendait. Parce que tout en ayant une petite note d'excitation à l'idée de pouvoir passer tout mon temps avec Gaylwen et exclusivement avec lui, j'étais inquiète. Foutrement inquiète, même. Rien n'allait pouvoir être pareil. Gaylwen allait passer beaucoup de temps dehors, à chasser pour pouvoir nous nourrir, et je n'allais pas pouvoir l'accompagner. Non seulement parce qu'il ne l'accepterait pas, mais aussi parce que j'avais conscience que ce serait prendre des risques inutiles. J'avais beau ne pas avoir voulu, dans un premier temps, de cet enfant, je savais qu'il était déjà trop tard pour changer mon avis à son sujet. J'avais juste totalement envie qu'il soit là. Mais cela ne devait pas, pour autant, nous empêcher de profiter de nos derniers instants ici, où nous étions en sécurité, et pas encore parents par-dessus le marché. Et puis, mon corps allait changer, autant en profiter pendant que je ne faisais pas encore vingt kilos de plus minimum.

« Oh oui, profitons-en encore un peu. », répondis-je, fermant les yeux à mon tour, pour me laisser glisser dans un profond moment de plénitude. Il n'y avait que Gaylwen pour réussir à me faire me sentir aussi bien, et ce n'était pas la première fois que je le constatais. Notre étreinte tombait à point nommé, finalement. Elle m'avait soulagée, libérée de toute la tension, de tous les à priori et les appréhensions. Le nez enfoncé autant que possible dans son cou, les bras enroulés autour de son torse, je n'aurais sans doute pas pu être mieux installée. Il n'y avait rien qui pouvait nous atteindre, et pourtant ... Il allait bien falloir retourner sur la terre ferme. Nous avions un trajet incroyablement long et chaotique à faire, et ce n'était pas en restant collés serrés au fond de notre lit, que nous allions parvenir à notre objectif. Et comme toujours, ou presque, ce fut Gaylwen qui nous tira le premier de notre "transe", en s'écartant légèrement de moi. Je grognai, histoire de lui exprimer mon mécontentement et la soudaine envie de rester au fond du lit qui m'avait saisie, mais me repris rapidement quand il posa ses lèvres sur les miennes. Comme quoi, il savait vraiment s'y prendre avec moi. Je restai parfaitement immobile une longue minute, alors qu'il partait à la recherche de son tee-shirt. Heureusement pour lui, je ne l'avais pas lancé trop loin.

C'est à ce moment-là seulement que je m'extirpai du lit, pour enfiler de nouveau chacune de mes affaires. Aussi tentant que cela pouvait être, je ne pouvais pas me balader totalement nue chez Bob. Et puis, ce n'était plus le genre de choses que l'on pouvait se permettre. « Ok, on fait comme ça. », lançai-je en terminant de mettre mon tee-shirt. Je me rapprochai de lui pour lui dérober un énième baiser furtif, avant de commencer à ranger les divers trucs qui traînaient. « A tout à l'heure ! », dis-je gaiement, large sourire aux lèvres, avant d'entasser une pile de vêtements dans un sac désormais disposé sur le lit. C'est énergiquement, mais avec définitivement peu d'entrain, que je terminai de ranger tout cela. Nous nous étions vraiment étalés ces dernières semaines, ce qui achevait de me prouver à quel point nous étions bien ici. Je ne regrettai pas l'enfant, et je ne parviendrai sans doute jamais à une telle conclusion, mais c'était vraiment la maison parfaite que nous allions devoir laisser derrière nous. Et pourquoi ? Pour une longue route compliquée, difficile, et forcément douloureuse. Je n'avais plus qu'à espérer, qu'à prier pour que tout se passe bien ... Comme toujours. Ce fut pourtant plus rapide que je ne l'avais imaginé. En une petite heure, tout était bouclé au fond des sacs, et les sacs eux-mêmes disposés sur le lit qui nous avait été si utile, et que nous allions devoir quitter, lui aussi. Sans plus perdre de temps, je descendis au rez-de-chaussée, et rejoignis Gaylwen qui s'affairait toujours dans le camping car. Je me plantai devant la porte de celui-ci, un sourire toujours là. Mieux valait ne garder que les aspects positifs de notre future excursion. « Je me suis dit que tu ne voudrais pas que je porte quoi que ce soit, alors tout est encore là-haut ... Rangé. », le prévins-je, dans l'espoir de le faire sortir de là, bien sûr.
(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: gaylwen ∆ every teardrop is a waterfall. (hot) Mer 18 Déc - 19:36



every teardrop is a waterfall.
(les frères scott) ▽ Ne pleurez pas votre passé car il s’est enfui à jamais. Ne craignez pas votre avenir car il n’existe pas encore. Vivez votre présent et rendez le magnifique pour vous en souvenir à jamais.
En descendant dans le salon, oncle bob était aux abonnés absents. Difficile de dire ce qu'il était devenu de cet homme aux manières étranges. Gaylwen savait pertinemment que son oncle possédait une façon bien à lui de vivre, alors autant ne pas chercher à comprendre. Il allait sûrement arrivé sans crier gare. Le beau brun se faufila dans l'entrée avant de s'arrêter devant un meuble sur lequel se trouvait un pot ou étaient posés différentes clés plus qu'à trouver le trousseau qui contenait les clés du camping car. Il n'y avait pas tellement de choix et il finit par rapidement mettre la main dessus. Il les fourra dans sa poche avant de sortir à l'extérieure. Il respira avec plaisir l'air frais de ce milieu d'après midi. Les chevaux broutaient non loin de là, tandis qu'aucun rôdeur n'était là pour troubler leur semblant de paix. La maison d'oncle bob se tenait sur un terrain assez grand, mais assez petit pour garder un œil journalier sur l'état des clôtures. En parlant de son oncle, il le remarqua un peu plus loin occuper dans son jardin. Ça l'impressionner toujours de voir à quel point son oncle c'était acclimaté à cette situation. Il vivait bien, il en était même heureux, c'était quelque chose qu'il avait du mal à saisir.

Il finit par arriver devant un hangar ou se trouvait le fameux camping car. Il était immense, une vraie maison sur roue. Il se demanda quelques secondes si c'était une bonne idée, comment allaient-ils arriver à avancer avec un truc pareil. Au moins, ils n'allaient pas avoir besoin de chercher un endroit ou dormir, ils allaient avoir de la place. Ce camping car n'était définitivement pas pour deux personnes mais pour une famille entière, ce qui au vue de la situation n'était sûrement pas plus mal. Il sortit les clés de sa poche avant d'appuyer sur le bouton du haut qui déverrouilla les portes du véhicule. Depuis qu'il était là, il n'avait jamais vraiment eu le temps de jeter un œil à l'intérieur du camping car. Il l'avait juste vu, sans avoir chercher à en savoir plus car à ce moment là l'idée de partir ne faisait franchement pas partie de ses plans futurs. A sa grande surprise le camping car démarra au car de tout ce qui lui permit de leur sortir de son hangar. Il le rapprocha de la maison pour éviter de se taper des kilomètres, il n'allait pas vraiment avoir le temps de se reposer après leur départ alors autant éviter de se fatiguer avant de partir. Il le gara non loin du garde mangé d'oncle bob avant de quitter leur nouvelle maison pour commencer à amener de la nourriture. Comme tout camping car celui ci possédait pas mal de rangement si bien qu'il pu mettre pas mal de truc à l'intérieur. Son oncle avait même eu le temps de choisir ce qu'ils emporteraient et même si d'autres trucs tentaient Gayl il était hors de questions qu'il fasse la fine bouche. Leur oncle leur filait assez de trucs, il n'avait pas le droit de demander plus.

Il était en train de charger quelques bidons d'essences à l'intérieur quand une voix féminine et bien connue lui parvint aux oreilles. Le beau brun abandonna rapidement sa tache avant d'aller jeter un coup d'oeil. «tu as bien fait, je te fais visiter avant d'aller chercher les sacs ? » Il lui tendit la main avant de la tirer à l'intérieur , de toute façon il ne l'aurait pas laissé aller autre part. « J'ai rangé la bouffe, on a de quoi tenir pas mal de temps, et il est bien plus grand que je ne le pensais ».
(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: gaylwen ∆ every teardrop is a waterfall. (hot) Ven 27 Déc - 20:53



every teardrop is a waterfall.
(les frères scott) ▽ Ne pleurez pas votre passé car il s’est enfui à jamais. Ne craignez pas votre avenir car il n’existe pas encore. Vivez votre présent et rendez le magnifique pour vous en souvenir à jamais.
Depuis que nous étions ici, chez Oncle Bob, nous avions passé énormément de temps dans la maison, mais aussi dans le jardin alentour, qui offrait du confort et de la sécurité. Pourtant, nous n'avions pas vraiment eu l'occasion d'aller voir le camping-car dont il nous parlait tant. Il l'avait remodelé à sa façon, y avait ajouté de nombreux extras, qui nous seraient forcément utiles, une fois dehors, à la vu et au su de tous les rôdeurs. En fait, nous n'avions pas du tout pris le temps de venir là, à sa découverte, puisque nous ne pensions pas en avoir besoin ... Jusqu'à aujourd'hui. C'était seulement maintenant, une fois la surprise et le choc de la nouvelle passés que je me rendais compte à quel point tout avait changé en une fraction de seconde. Je m'étais réveillée heureuse et puis tout avait basculé. Bien sûr, je n'étais pas pour autant attristée de notre sort. Dans le fond, je n'aurais pas pu voir les choses évoluer différemment mais cela concernait plutôt une autre époque. Une beaucoup plus propice à la mise au monde de bébés en parfaite santé. Il y avait tant de choses qui pouvaient tourner mal que cela m'en donnait le vertige d'avance. Nous allions pourtant devoir avancer. Tant que Gaylwen était avec moi, de toute façon, j'étais prête à tout pour que l'on s'en sorte. A trois, bien sûr.

Et pour cela, il fallait que je vois un peu ce camping car. Je ne restais pas bien longtemps devant et pourtant ... Il y avait de quoi être estomaquée. Bob avait fait un boulot monstre sur son camping car. Finalement, je me sentais quelque peu libérée d'un poids, tout cela était rassurant. Pourtant, je savais que le plus dur restait à venir et que nous allions forcément passer par de nombreux "bas" avant de parvenir à la zone 51 ... Si zone 51 sûre il y avait, évidemment. Je ne voulais pas être pessimiste, mais je ne voulais pas non plus à voir à faire à des désillusions monstrueuses. Notre bébé en devenir comptait sur nous, même s'il n'était conscient de rien pour l'instant. Il ne savait pas dans quoi ses horribles parents venaient de le faire venir. Enfin, ce n'était sans doute pas vraiment le bon moment pour songer à tout cela alors que, d'ici peu de temps, nous allions devoir quitter cet endroit qui abritait déjà pas mal de souvenirs. Nous devions finir de préparer le camping car, et ce n'était pas une mince affaire ... Bien au contraire, même. J'attrapais la main de Gaylwen, et me faufilai à l'intérieur du camping car, juste derrière lui. Je balayai rapidement l'espace du regard.

En plus de l'extérieur plein de pièges à rôdeurs - forcément efficaces - l'intérieur semblait posséder tout ce que nous allions avoir besoin. Gaylwen avait déjà ramené pas mal de trucs à l'intérieur : bouffe, essence, des bouteilles d'eau, etc ... Et nous allions devoir aller chercher les sacs rapidement, pour finaliser les préparatifs. Nous allions passer notre dernière nuit ici, dans la vieille chambre de Gaylwen, mais le lit du camping car n'était pas repoussant non plus. Il était, certes, plus petit, mais sans doute pas moins confortable. Je terminai presque aussitôt mon inspection et me tournai en direction de Gayl', un sourire au coin des lèvres. « C'est parfait. On va être très bien ici. », dis-je dans un souffle, en omettant bien sûr de revenir sur le fait que cela allait être extrêmement long, dur, et pénible ... Pour l'un comme pour l'autre. Avec un peu de chance, ma grossesse allait bien se passer et je n'allais pas lui faire la misère. Avec un peu de chance, oui ... « Tu crois qu'une fois là-bas, on nous autorisera à rester dedans ? ça pourra être notre coin à nous, notre maison ... », demandai-je, pas franchement certaine de ce que je disais. Je connaissais Gaylwen, et son horreur pour tout ce qui était trop "formel" et même si énormément de choses avaient changé, à commencer par lui, je ne pouvais pas m'empêcher d'être quelque peu inquiète à propos de notre "vie à deux". « J'espère que ça ne te dérangera pas, mais j'ai bien l'intention de prendre toute la place. », le taquinai-je peu de temps après. Détendre l'atmosphère, c'était ce que l'on savait faire le mieux, l'un comme l'autre.
(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: gaylwen ∆ every teardrop is a waterfall. (hot)

Revenir en haut Aller en bas

gaylwen ∆ every teardrop is a waterfall. (hot)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS-