Je t'arrache quoi en premier ? (PV William)
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome. Quelques bugs/décalages à attendre sous Firefox.
Le 10 novembre 2016, le forum a fêté ses quatre ans !! A cette occasion, sa saison 5 a été mise en place. bril Et le 12/06/2017, sa version vingt-trois réalisée par Morphine est installée. Toutes les nouveautés sont à découvrir ici. coeurrose
Oh la la qu'est-ce que vouuuuus aiiiiiime !! coeurrose lele Et si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ?

Partagez| .

Je t'arrache quoi en premier ? (PV William)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Je t'arrache quoi en premier ? (PV William) Mar 12 Nov - 21:38

William et Riley ♦ Je t'arrache quoi en premier ?

J'adore les premiers instant où je me réveille, les toutes premières secondes parce que je suis toujours dans mon sommeil et j'ai l'impression que je vais sentir la bonne odeur du café de bon père mélangée aux pancakes de ma mère. Je suis emmitouflée dans la chaleur de mon sac de couchage et je profite toujours de ces premières secondes qui me permettent de m'évader, mais malheureusement, ça passe toujours aussi vite et lorsqu'enfin j'ouvre les yeux, je me rend compte que tout ceci n'était qu'un rêve et que je suis toujours dans cette putain de réalité. Je pousse un long soupir avant de me redresser et de voir Yaël allongé à côté de moi. Il semblerait qu'il se soit endormi pendant son tour de garde mais heureusement pour nous, l'endroit semble plutôt calme... du moins, pour le moment on a trouvé que deux ou trois zombies rien de plus.

Je m'étire paresseusement avant de me lever et de m'accroupir à côté de mon partenaire pour le secouer doucement. Il est mignon quand il dort... quand il dort, parce que dès qu'il commence à l'ouvrir je n'ai qu'une envie lui arracher les yeux. Pourtant, pour rien au monde je ne le lâcherais et je ne pourrais jamais le remercier de ne pas m'avoir laissé seule après la mort de mon père. Rien qu'en y repensant j'ai les boyaux qui se tordent dans tous les sens, mais non, je ne pleurerais pas.

Debout la belle aux bois dormant, je vais chasser ! Te fais pas bouffer pendant ce temps et rallumes ce feu bordel !

Oui je sais, je lui parle pas forcément bien, je suis pas la fille la plus tendre qui soit surtout au réveil mais il est habitué à mes sautes d'humeur et puis de toute façon c'est comme ça et pas autrement ! Prenant mon sac, mon arc et mes carreaux, je m'éloigne de notre campement improvisé pour tenter de chasser ce que je peux trouver dans la forêt. La nourriture se fait de plus en plus rare et ça devient difficile de parvenir à attraper quoi que ce soit mais peut être qu'avec de la chance j'arriverais à tirer sur un ou deux lapins et peut être quelques oiseaux. J'avançais tranquillement dans la forêt en faisant attention au moindre bruit que j'entendais lorsque je fus surprise d'entendre comme un bruit d'eau. Était ce possible qu'il y ait un point d'eau ici ? Ça faisait maintenant plus d'une semaine que Yaël et moi étions là et on avait jusqu'à présent jamais trouvé un quelconque point d'eau... on la chance d'avoir encore un bidon plein d'eau dans le coffre de la voiture. Mais là, là ce bruit je le reconnaîtrais entre milles. Je décidais d'accélérer le pas et me guider à travers la forêt grace à mon ouïe et là, comme par magie, je me retrouvais face à un petit ruisseau. L'eau y était tellement claire que je parvenais à voir mon reflet, et quel reflet...

Mais quelle horreur ! m'exclamais je d'un coup ! Mes cheveux ne ressemblaient à rien, j'avais perdu du poids, j'étais plus musclée et carrée et j'étais sale... tellement sale que je décidais de faire un brin de toilette. Je regardais aux alentours et il n'y avait personne, ou plutôt, pas le moindre rôdeurs. Je me déshabillais, gardant toutefois mes sous vêtements, sait on jamais, je préfère me mettre à courir en petite culotte qu'à poil à travers la forêt, et j'entre doucement dans le petit ruisseau. L'eau était un peu froide, mais ce n'était pas désagréable pour autant, bien au contraire, de bon matin, c'était vivifiant. j'étais en train de me laver comme je le pouvais lorsque j'entendis d'un coup le bruit d'un craquement de branches. Je me figeais alors dans l'eau, tentant de ne pas bouger, regardant mon arc qui se trouvait à moins d'un mètre de moi si besoin.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Je t'arrache quoi en premier ? (PV William) Jeu 14 Nov - 20:42



    RILEY AND WILLIAM

    Je t'arrache quoi en premier  ?


    Depuis que je me trouvais à la zone, je me rendais dehors beaucoup moins souvent qu'auparavant. Ce n'était pas véritablement un choix d'ailleurs. Mais, contre toute attente, nous étions vraiment nombreux comme survivants. Et du coup, nous sortions par roulements. Des petits groupes de deux, trois ou plus, de personnes. Interdiction d'être seul. Soit disant parce que c'était trop dangereux. A la vérité, je trouvais cette contrainte bien trop emmerdante. Je préférais être seul, ce n'était pas une nouveauté du tout. Mais soit, je devais m'accommoder de cette règle apparemment non discutable. Ce que je ne comprenais foutrement pas. Putain que c'était chiant de devoir se coltiner ces parfaits crétins qui se sentaient obligés de tirer avec leur arme à feu, au moindre bruit. Si seulement ils étaient plus entraînés au corps à corps direct, on se ferait moins repérer par les rôdeurs. Que là, ça partait bien trop vite en sucette à mon goût. Ca plus le fait qu'ils aimaient discuter. Discuter putain ! Depuis quand on parlait en chassant ? Non, depuis quand on me parlait à moi, tout court ? Franchement, ils n'avaient rien d'autre à foutre ces crétins à la con ? Ils ne pouvaient donc pas tout simplement fermer leur putain de bouche et chasser en silence ? Non, apparemment non. Parce que ce jour là, comme tous les autres jours en fait ... Ils étaient en train de discuter. Et la zone est top. Et la bouffe est bonne. Et la chasse est excellente depuis quelques jours. Et on va pouvoir manger du cerf ce soir et demain midi. Et ils ont trouvé du chocolat ... Bla ... Bla ... Bla !

    "On devrait s'séparer ! J'vais par là et vous ... Par où vous voulez !" Grommelai-je en me détournant d'eux, pour prendre un chemin opposé au leur. Je ne supportais plus d'entendre leurs conversations sans intérêt. Je ne supportais d'ailleurs que moyennement la compagnie à la base. Alors trop, c'était trop ! Je déclarais forfait. Et rien à foutre pour la règle comme quoi on ne devait jamais se balader seul dehors. Je prenais quand même le risque ! C'en était même pas un pour moi dans le fond. Puisque j'étais habitué à ça. Habitué à voyager seul et à me battre seul. Habitué à chasser seul et à m'inquiéter pour moi et uniquement moi ! Personne n'avait le droit de me dicter que faire. "HEY Rockson ! On ne doit pas se sé..." Commença l'autre type. Mais je le coupai d'un bref geste de main. Ben oui, qu'il parle plus fort encore. Histoire qu'on se fasse bien repérer  par tous les rôdeurs qui se trouvaient alentours. Ce serait moins drôle sinon ... Non ? Je poussai un profond soupir de lassitude et m'éloignai à grands pas. Ce fut bientôt le bruit d'un cours d'eau que je suivis, surpris d'en découvrir un par ici. Et puis je me figeai quand mon regard se posa sur une femme ... Quasiment en tenue d'Eve. Ma première réaction, fut celle de lever les yeux au ciel. Putain mais j'étais abonné à ce genre de vision ou quoi ? Même si, oui, j'avais préféré tomber sur le corps nu d'Ivy. Je le reconnaissais ... Mea Culpa ... "Riley !" M'exclamai-je finalement, en reconnaissant la jeune femme. Mais je détournai la tête et fis mine de regarder ailleurs, quand même ...


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Je t'arrache quoi en premier ? (PV William) Jeu 14 Nov - 22:49

William et Riley ♦ Je t'arrache quoi en premier ?

Depuis qu'on c'était approchés de la zone 51 avec Yaël, on avait pris la décision de ne pas encore entrer en contact avec les habitants pour pouvoir les surveiller d'une certaine façon. J'étais bien trop méfiante et on peut le dire, Yaël contenait un peu ma paranoïa en ayant émis cet ultimatum. On restait encore une semaine ou deux dehors et ensuite on se rendrait à l'intérieur. Je n'aimais pas ça, j'avais la bizarre sensation qu'un truc clochait, c'était trop beau pour être vrai et j'avais appris durant cette année écoulée que lorsque c'était trop beau, il y avait forcément anguille sous roche. J'étais persuadée qu'un truc clochait là dedans et je comptais bien le découvrir... ce serait bien avant la fin de l'ultimatum osé par mon compagnon de mauvaise fortune.

Bien décidée à chasser parce que j'avais tellement faim que j'aurais pu manger un morceau de fesse de Yaël -oui bon elles sont musclées et m'ont toujours attirées quoi que j'en dise-. J'avais faim, je pourrais manger n'importe quoi, même du chien. Faut pas être choqué, il y en a des chiens sauvages et quand on a plus rien à se mettre sous la dent, on est bien obligé de survivre alors il faut choisir, Lassis ou crever ? Le choix a été vite fait, même si j'avoue, je préfère manger du lapin ou même des écureuils. Mais pour le moment, ce qui m'avait attiré ce n'était pas la trace d'un animal, c'était le bruit d'un ruisseau. J'étais stupéfaite de n'y être jamais tombé dessus jusqu'à présent et l'eau était tellement clair que je n'avais pas pu résister. Me déshabillant en ne restant qu'en sous vêtements, j'avais commencé à me laver quand je m'était totalement raidie en entendant du bruit. Je voyais mon arc à un mètre de moi et je savais que si je me dépêchais, je serais suffisamment rapide pour pouvoir le prendre et encocher un carré... Enfin, j’espérais vraiment en avoir le temps ou même ne pas en avoir besoin du tout.

Je plissais les yeux, concentrée sur une forme que je vis au loin et là mon coeur se mit à battre à tout rompre. Je me mis à courir dans l'eau pour attraper mon arc, et je visais déjà la forme que je voyais lorsque j'entendis qu'on disait mon prénom. Ma flèche partie d'un coup tant j'étais surprise et ce fut une chance que je le sois, puisque ma flèche atterri contre l'arbre le plus proche de ce qui semblait être un homme. Reconnaissant William, je me sentie directement devenir toute rouge en me rendant compte que j'étais presque nue.
Tournes toi ! Lui lançais je avant d'attraper mon pull pour le mettre devant moi. J'étais vraiment mal à l'aise. La seule personne qui m'avait vu dans le plus simple appareil jusqu'à présent était Yaël et ça me convenait pour dire la vérité.


©flawless
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Je t'arrache quoi en premier ? (PV William) Dim 17 Nov - 15:51



    RILEY AND WILLIAM

    Je t'arrache quoi en premier  ?


    C'était réellement involontaire de ma part, de toujours débarquer au plus mauvais moment. A savoir, quand une nana était presque à poils, en train de se laver. On pourrait croire que je le faisais exprès. Mais ... Non, pas le moins du monde. N'avais-je donc pas le droit d'avoir une malchance pas croyable ? J'étais donc là, figé sur place, à regarder de partout sauf en direction de la jeune femme quasiment nue et en train de se laver. Je ne la regardai que le temps de la reconnaître, avant de quasiment me détourner totalement d'elle. Le coup où j'avais vu Ivy nue, me remonta à l'esprit. Et la vision qui s'imposa à moi, me fit rougir. Oui, j'étais le genre de personne à rougir un peu trop facilement. Constat qui me fit encore et toujours soupirer. Mais ma tête était en train de me brûler atrocement, constat que je fis alors que je continuais d'observer les arbres alentours. Tout, tant que je ne regardais pas la jeune femme qui m'ordonna de me tourner. Ce qui m'agaça prodigieusement tout de même, il était vrai. Comme si j'étais en train de la mater. Franchement ! J'étais tout sauf un pervers sexuel. Et tout sauf intéressé par la jeune femme ! Je me foutais royalement d'elle. Alors pourquoi serais-je en train de la mater. Certes, pas de sexe depuis des lustres pour moi. Mais ce n'était pas pour autant que j'allais lui fondre dessus comme un mec en manque. J'avais un minimum de retenur, merci bien.

    "Parce que tu crois que j'ai envie d'te mater ? Ca va, j'regardais pas, espèce de coincée." Marmonnai-je avec moquerie, mais surtout beaucoup d'agacement. Je ne supportais pas que l'on me prenne pour ce que je n'étais pas. J'étais déjà assez un connard comme ça, sans en rajouter une couche de perversion. Merci mais non merci. J'attendis de longues minutes, le temps pour elle de se revêtir, avant de reposer les yeux sur elle. D'abord un regard hésitant pour ne pas avoir de mauvaise surprise. Puis, rassuré, je la regardai à nouveau. "Alors, toujours en vie apparemment." Remarquai-je en l'étudiant du regard. Et en apparente bonne santé. Ou je me trompais lourdement. Mais j'en n'était pas certain. Elle semblait aller plutôt bien. A peu près comme moi quoi. Mais moi, c'était en grande partie du à la zone 51, qui nous permettait de nous soigner quand on tombait malade ou qu'on se blessait. Et qui nous permettait de nous nourrir à notre faim. Véritable luxe désormais ! "Et toujours en déplacement ?" Lui demandai-je ensuite, curieux de savoir si elle avait trouvé son propre camp de réfugiés ou si elle continuait d'évoluer, constamment. En tout cas, elle n'était pas à la zone. Sinon je l'aurais vu et reconnu. Quoi qu'il commençait quand même à y avoir du monde. Du coup, je pouvais largement être passé devant elle sans la voir. Ou ne tout simplement pas l'avoir aperçue dans la foule chaque jour plus grande.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Je t'arrache quoi en premier ? (PV William) Mar 19 Nov - 18:57

William et Riley ♦ Je t'arrache quoi en premier ?

Partir me laver lorsque je le pouvais et quand je le pouvais était chose normale, surtout pour une maniaque de la propreté comme moi. J'avais pourtant due me rendre à l'évidence du fait que les douches chaudes c'était terminé tout comme les bains. En repensant au dernier bain que j'avais pris, une vague d'émotion me submergea d'un coup. Les sensations, les odeurs d'huiles essentielles qui se répandaient dans la salle de bain ainsi que la douce musique que j'avais mis. C'était comme j'y étais et tout d'un coup, je ne me rendais même plus compte que j'étais en train de me laver dans un ruisseau avec de l'eau qui était pire que glacée. Mais c'était là une aubaine... La crasse devenait mon quotidien, tout comme cette sensation de faim intense qui me rongeait jour comme nuit. La seule façon que j'avais trouvé de pouvoir l'apaiser c'était de penser à autre chose, de chasser ou bien de tuer des zombies.
En entendant cette branche craquer, je fus tout à coup sortie de mes songes et je me rendais alors compte qu'il y avait quelqu'un. La surprise me prit de cours lorsque je reconnu William, j'étais à la fois soulagée parce qu'il ne s'agissait pas d'un puant, mais terriblement gênée parce que j'étais à moitié nue devant lui, bien que mes sous vêtements me couvraient. La seule personne autorisée à me voir ainsi c'était Yaël et encore... quand je l'avais décidée. Ma réaction ne se fit pas attendre et d'un ton plutôt irrité je lui demandais de se tourner alors que je tentais de me cacher comme je le pouvais avec ce vieux pull. Sa réaction à lui ne se fit pas attendre non plus puisqu'il me traita de coincé.


Pauv' con ! C'était sortie tout seul. Je n'avais pas pu rattraper mes mots, c'était impossible, c'était comme s'ils m'avaient échappés. Je n'aimais pas qu'on puisse se moquer de ma pudeur, c'était normal de l'être non ? Enfin bref, dans tous les cas, je me rhabillais en toute hâte, tant pis si j'avais mes sous vêtements humides, ils sécheraient. J'étais en train de me chausser lorsqu'il se tourna vers moi. J'arquais un sourcil, le regardant en lui faisant comprendre qu'il aurait pu attendre que je lui donne l'autorisation avant qu'il ne me questionne. En chair et en os ! Commentais je avant de me baisser pour mettre mon arc sur mon épaule et attraper le petit sac qui contenait mes carrés et d'autres petites choses de l'autre. Je m'avançais vers lui avant de faire une petite grimace. Désolée pour l'insulte... Oui parce que quand même j'avais été bien éduquée et si mon père avait encore été de ce monde il m'aurait à coup sur réprimander pour l'avoir insulter sans raison valable. Toujours oui. Tu sembles en forme dis moi. Je ne vais pas te sauter au cou, mais ça fait plaisir de voir un visage familier encore en vie. Enfin familier... c'était pas non plus mon meilleur ami, mais en ces temps si difficiles, croiser une personne que l'on "connait" encore en vie est toujours plaisant.


©flawless
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Je t'arrache quoi en premier ? (PV William) Ven 22 Nov - 18:26



    RILEY AND WILLIAM

    Je t'arrache quoi en premier  ?


    Je ne pris même pas la peine de répondre à l'injure de la jeune femme. Si je l'avais fais, ça aurait pu mal se terminer. Parce que du peu de fois que je l'avais vu, j'avais pu me rendre compte du fait qu'elle était du genre à avoir un sale caractère, tout comme moi. Mais pour sûr, je l'aurais bien remise à sa place. J'aurais même pu lui flanquer mon poing dans la gueule. Parce que le fait qu'elle soit une femme ne changeait rien au fait que, oui, s'il le fallait pour la recadrer, je pouvais la frapper sans aucun état d'âme. Femme ou pas femme, on ne s'adressait pas à moi sur ce ton, qu'on se le dise ! Mais heureusement que je pris sur moi. Parce qu'un instant plus tard, elle s'excusait. Encore heureux tiens ! Non mais. "Et elle s'excuse." Grommelai-je sur un ton narquois, en roulant des yeux. "Comme si les excuses et tout le tintouin, c'était encore d'actu dans c'monde à la con." Remarquai-je avec ironie. Parce qu'en effet, on ne pouvait pas vraiment dire que l'humanité était encore ce qu'elle avait jadis été. Désormais, la politesse n'existait plus vraiment. Ce n'était pas comme si on avait encore le temps de se montrer poli avec qui que ce soit. Mais soit, cela signifiait sans doute qu'elle était toujours humaine. Sans doute la seule à l'être encore désormais. A bien y réfléchir, oui, ça ressemblait un peu à ça maintenant ...

    A ses paroles suivantes, je ne pu m'empêcher de lui lancer un regard pour le moins dédaigneux. Encore heureux qu'elle ne me sautait pas au cou. Quand même ! Nous n'étions pas deux grands amis. Est-ce que l'amitié existait encore d'ailleurs ? Rie n'était moins sûr. Parce qu'il était désormais si facile de trahir et faire des choix qui pouvaient détruire n'importe quelle relation, qu'il était difficile d'entretenir quoi que ce soit de ce genre. Pour ma part, je ne pensais pas être l'ami de qui que ce soit. Il n'y avait finalement qu'Ivy qui comptait pour moi. Même si, pour le coup, je ne le vivais pas si bien que je l'aurais souhaité. Je devais reconnaître que ça m'ennuyait même un peu. Parce que je savais que si je venais à la perdre, ça allait me foutre un coup terrible. Et même pire que ça encore ! "Ouais ben heureusement qu'tu m'sautes pas au cou." Remarquai-je avec ironie, avant d'observer les alentours. "T'es au courant que t'es pas loin de la zone 51 qui est un camp de survivants ?" Lui demandai-je en reportant toute mon attention sur elle. Sait-on jamais. Si en réalisant ça, elle souhaitait s'y rendre. Mais je ne le lui disais pas pour qu'elle y aille à tout prix. Je n'étais pas là pour la sauver ou quoi que ce soit de ce genre. Vu qu'elle était en éternel déplacement, j'osais croire que c'était parce qu'elle savait se défendre et se battre pour sa propre survie.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Je t'arrache quoi en premier ? (PV William) Sam 23 Nov - 21:31

William et Riley ♦ Je t'arrache quoi en premier ?

J'avais vraiment un mauvais caractère et je crois que depuis que cette épidémie avait commencé, il n'avait que s'affirmer plus encore. Ne pas être agréable avec les autres était également une façon de me protéger et ça je l'avais compris bien vite. Être trop gentil n'aide personne, surtout dans une pareille situation. Désormais, c'est devenu la loi du plus fort, pour ne pas dire du plus con et à ce jeu là, j'avais décidé d'être l'une des meilleure, raison pour laquelle sans doute, j'étais toujours en vie. L'autre raison était sans doute parce que je savais utiliser mon arbalète, que j'avais appris à soigner la moindre petite blessure grâce à mes cours de médecines et mes quelques semaines d'internat au sein des urgences et aussi parce que j'avais toujours eu la chance d'être bien entourée. Avant il y avait mon père, désormais il y a Yaël. Mais pour le moment, celui que j'avais face à moi était cet homme qui semblait si bourru que dans d'autres circonstances jamais je n'aurais osé l'approcher. Sans doute l'aurais je eu en tant que patient suite à une bagarre trop violente, en fait je n'en sais trop rien et là n'est pas la question. Bizarrement il m'inspirait confiance, comme quoi, l'habit ne fait pas le moine.

Il n'avait pas tord, les excuses ça servait à rien, mais j'avais décidé de garder un minimum de civilité et ne pas devenir une machine à tuer. Un robot. J'haussais les épaules à ses petites réflexions, je n'avais pas envie de me disputer avec lui, ce n'était pas nécessaire et ça servirait à rien. J'eu quand même un petit sourire en coin suite à sa réaction sur le fait de ne pas lui sauter au cou. C'était comique comme situation et même dans cette merde, et bien oui, parfois il y a des choses qui peuvent nous faire sourire. Mais mon sourire disparut rapidement lorsqu'il me parla de la zone 51. Oui je savais qu'elle n'était pas loin, mais je n'avais pas confiance...
Je sais oui, c'est la raison pour laquelle je suis ici. Disons que je regarde un peu les environs, comment c'est... Je n'avais pas envie de lui dire que j'avais la sensation qu'un truc clochait, que c'était trop beau pour être vrai, j'allais passer pour une parano ! Il y en avait assez avec Yaël qui devait me prendre pour une tarée pour qu'il y en est encore un qui se foute de ma gueule et de mes appréhensions. D'ailleurs en parlant de parano, j'avais raison de garder mon arbalète pas trop loin, puisqu'un puant sortie de je ne sais où s'approcha de nous. Il me fallut que de quelques secondes pour lâcher mon carré en plein milieu de son crâne. J'étais devenu une très bonne tireuse quand même. Un sourire en coin s'afficha sur mon visage. Ils auraient au moins pu nettoyer le périmètre ! Enfin, est ce que seulement les gens de la zone 51 sortaient... Parce que si on devait les rejoindre avec Yaël, je ne crois pas pouvoir être en mesure de rester enfermer.


©flawless
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Je t'arrache quoi en premier ? (PV William) Sam 30 Nov - 13:41



    RILEY AND WILLIAM

    Je t'arrache quoi en premier  ?


    Compte tenu du merdier pas possible dans lequel se trouvait notre chère planète depuis quelques temps, il était vraiment très rare de recroiser quelqu'un que l'on connaissait. En général, tout le monde mourait très vite. Et c'était bien pour cette raison que j'étais aussi surpris de croiser Riley, que j'avais rencontré une fois par le passé, alors que l'épidémie était déjà bien installée. Elle était donc toujours en vie. Voilà qui était presque surprenant. Mais c'était une bonne chose quand même. J'avais beau être un connard de première catégorie, je ne souhaitais la mort de vraiment personne. Quoi que je n'étais pas un gentil innocent qui ne souhaitait pas la mort de ses ennemis, non plus. Mais ça, c'était une autre histoire. Et bref, de toute façon, cette jeune femme ne faisait pas partie des personnes que je ne supportais pas et que je préférerais morte. Ainsi étais-je réellement ravi de la voir là, parfaitement en vie et presque en bonne santé. Autant qu'on pouvait l'être compte tenu des circonstances. Mais j'étais quand même surpris qu'elle soit dans les environs de la zone, sans pour autant y être allée. A moins qu'elle ne préfère demeurer dehors ? Il devait bien y avoir des gens comme ça. " Je sais oui, c'est la raison pour laquelle je suis ici. Disons que je regarde un peu les environs, comment c'est..." Traduction, elle n'avait pas trop confiance et préférait observer de loin pour le moment, et en attendant de savoir si elle pouvait ou non se lancer.

    J'eus un très -très- léger sourire à cette constatation. Parce que j'avais fais exactement comme elle en apprenant l'existence de cette zone. Et que même après l'avoir rejoint, j'avais passé des semaines entières à m'en méfier comme la peste et à n'avoir pas le moins du monde confiance. Maintenant tout allait mieux. Mais il avait quand même fallut le temps ! Quand un rôdeur débarqua droit sur nous, je ne bronchai pas du tout en voyant la jeune femme qui dégainait sa propre arbalète. C'était sans doute notre caractère assez semblable, qui nous avait poussé à avoir la même arme ... En tout cas, j'attendis simplement qu'elle dégomme le zombie, sans bouger. "Ils auraient au moins pu nettoyer le périmètre !" Je roulai des yeux en affichant un sourire pour le moins narquois. Qu'elle était naïve tout de même. La raison de la présence de rôdeurs par ici, me semblait pourtant évidente à moi. Mais soit, sans doute n'avait-elle jamais été dans un groupe très remplis, de survivants. "Le problème, c'est que plus un groupe de survivants est nombreux, plus les rôdeurs semblent détecter notre présence." Lui fis-je calmement remarquer, avant d'observer les alentours. [color=teal "Quand on sort chasser ou faire des expéditions, on nettoie les alentours. Mais ils reviennent toujours."[/color] Ajoutai-je ensuite, lui faisant donc ainsi comprendre que j'étais dans la zone. Assez ancré pour faire parti de l'équipe qui sortait le plus régulièrement pour chasser et nettoyer les alentours, entre autres.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Je t'arrache quoi en premier ? (PV William) Dim 1 Déc - 20:58

William et Riley ♦ Je t'arrache quoi en premier ?

Est ce que je suis parano ? Non pas le moins du monde. Bon d'accord, si je le suis, mais je n'y peux rien. J'ai pas confiance ou plus précisément, j'ai du mal à faire confiance. J'y crois pas à ce truc de zone 51 et pourtant, force est de constater qu'elle existe réellement. Je le sais, parce qu'avec Yaël on s'est suffisamment approchés pour voir des voitures sortir de là. Après, on a pas cherché à aller plus loin, ou plutôt je n'ai pas voulu. Je suis persuadée que c'est louche, alors que normalement je devrais être heureuse, ça devrait être l'Eldorado. Mais je sais pas, je le sent tout au fond de moi et ça me fait un noeud dans l'estomac rien que d'y penser. Peut être que c'est parce que je n'ai plus mon père pour pouvoir m'apaiser, j'en sais rien. J'avoue, lui aussi aurait du être présent, mais cette putain de vie a fait qu'il est à présent bel et bien mort. Au moins, tout le monde ne meurt pas ici et en voyant William c'est le constat que je me fais. Ça fait plaisir, même si on ne se connait que comme ça, rapidement. Lui au moins n'a pas tenté de me tuer ou de me sauter dessus pour me voler mes quelques vivres alors je peux le classer dans la case des gentils.

Désormais c'est comme ça, il n'y a plus de règles, alors c'est chacun pour sa pomme, pourtant, on arrive encore à trouver des personnes qui tentent de faire des choses bien, d'être honnêtes... celles ci ne vivent pas longtemps ou alors elles ont la chance d'avoir quelqu'un pour sauver leur fesses. Je crois que c'est un peu ce qui se passe avec Yaël et moi, même si je tente tous les jours de me persuader que je peux sauver mes fesses seule. Ouais tu parles, j'aime juste faire la forte tête. Un zombie avait fait son apparition et je n'eu aucun mal à le tuer, je m'améliorais de jours en jours et il était même rare que je puisse rater ma cible. Il faut dire que leur lenteur ça aide, bien que parfois, aussi lents qu'ils puissent être, ils parviennent à nous avoir. Saloperie. Je m'avance du puant pour aller récupérer mon carreau que je nettoie sur mon pantalon avant de me tourner vivement vers mon interlocuteur en comprenant qu'il est dans la zone. J'écarquille les yeux, j'ai du mal à y croire, mais c'est une aubaine pour moi. Une aubaine parce que je vais pouvoir lui poser des questions.
C'est comment dedans ? J'imagine qu'il doit y avoir des règles ? On parvient quand même à faire ce qu'on veut ou c'est une vrai anarchie là dedans ? J'imagine aussi qu'il y a quelqu'un qui contrôle la zone ? Homme ? Femme ? Militaires ? Il y a un hôpital ou quelque chose dans le genre ? Combien de personnes ? Beaucoup ? Et pour se ravitailler comment ça marche ? Je m'arrêtais un instant reprenant ma respiration avant de grimacer. Pardon, je parle trop vite. Et je posais vraiment trop de questions, mais j'en avais besoin, j'en avais besoin parce que bientôt on devra lever le camp avec Yaël et que je le veuille ou non il nous faudra rejoindre la zone. Il a déjà bien voulu céder à mon caprice une fois et je doute qu'il accepte une seconde. J'avais besoin de réponses et surtout d'être rassurée. Certes, je ne connaissais pas vraiment William, mais quelque chose me disait que je pourrais lui faire confiance... je l’espérais.


©flawless
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Je t'arrache quoi en premier ? (PV William) Mar 3 Déc - 23:10



    RILEY AND WILLIAM

    Je t'arrache quoi en premier  ?


    Même moi qui étais un type affreusement méfiant, qui n'accordait que très rarement -pour ne pas dire jamais- ma confiance, j'avais finis par poser mes armes de côté pour me lancer et tenter la zone 51. Et contre toute attente, je devais bien reconnaître que je ne le regrettais pas du tout, puisque je n'y avais pas du tout eus de mauvaise surprise. Et il était vrai que je devais cette chance à Ivy, puisque c'était elle qui nous avait tous convaincu de tenter cette foutue zone. Elle était parvenue à me convaincre moi, alors que j'étais foutrement persuadé que ce n'était ni plus ni moins qu'un piège. Ainsi, je n'étais vraiment pas surpris par toutes les questions qu'était en train de me poser Riley. Tout comme moi, elle s'inquiétait fortement à l'idée de tout ce qui pouvait se passer entre les murs de la zone. Ce que je comprenais pleinement. Et c'était sans doute parce que j'étais comme elle, sur de nombreux points, que je comprenais ses craintes diverses et variées au sujet de la zone. Et c'était sans aucun souci que j'acceptais de lui répondre. Je n'étais pourtant pas le genre de type à rendre service à qui que ce soit. Je n'avais vraiment pas que ça à faire normalement. Mais là j'acceptais, parce que Riley n'était pas une emmerdeuse de première catégorie que je détestais. C'était juste une jeune femme avec un caractère assez semblable au mien. Sur quelques points tout du moins. Et c'était déjà bien assez pour moi.

    "Tu m'as posé tellement de questions et à une telle vitesse, que je ne pense pas pouvoir me rappeler de toutes ..." Remarquai-je sur un ton ironique, histoire de bien lui faire comprendre que c'était même un peu trop pour moi pour le coup. Mais certes, j'avais nettement compris l'essentiel de ses interrogations au sujet de la zone. Dans le fond, il ne s'agissait ni plus ni moins de questions que je m'étais moi même posé avant d'entrer dans la zone et d'en découvrir le contenu et les gens qui s'y trouvaient. "Il y a évidemment quelques règles à suivre, mais rien de bien difficile ou insupportable. Juste de quoi faire régner l'ordre parce qu'on est beaucoup plus nombreux qu'on ne pourrait le penser de prime abord. De plus en plus même. Le mieux, c'est que chacun serve à quelque chose pour le bien de tous. Par exemple, moi, je fais parti de ceux qui sortent chasser et qui vont en expédition dans les villages voisins. Et ce sont plusieurs personnes qui gèrent le tout. La plupart étaient déjà dans la zone quand l'épidémie à commencer. Ce sont des médecins et des militaires; Y'a donc une infirmerie vraiment très bien garnie. Et un centre de recherche, pour tenter de trouver un remède à ce foutu virus. Même si j'suis de ceux qui doutent qu'un truc pareil puisse exister." Bah ouais, fallait bien dire les choses telles qu'elles étaient. J'étais loin d'être optimiste quant aux chances de survie de notre pauvre petite espèce d'humains.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Je t'arrache quoi en premier ? (PV William) Mer 4 Déc - 22:49

William et Riley ♦ Je t'arrache quoi en premier ?


J'étais sans doute totalement à la masse mais qu'importe. J'avais besoin d'être rassurée et bizarrement j'étais en train de me dire avant même d'entendre ses réponses que si un gars comme William faisait partie de cette zone, c'était sans doute parce que ce n'était pas si terrible que ça à l'intérieur. Peut être que je jugeais les choses un peu trop à la hâte, mais il me semblait être une personne méfiante, sans doute autant voir même plus que moi, alors si lui a pu parvenir à mettre de côté ses réticences, pourquoi pas moi ? Bien entendu, tout ceci n'était que des suppositions, mais il fallait bien que quelqu'un parvienne à me convaincre. Certes, Yaël aurait pu s'y rendre tout seul et ensuite venir me chercher, mais quelque chose en moi refusait de le laisser y aller seul, ou plutôt de me laisser toute seule. J'avais besoin de lui, mais j'étais bien trop fière pour l'avouer à qui que ce soit. Me voilà donc, dans la forêt en train de parler avec ce jeune homme pour tenter de me convaincre qu'il fallait rejoindre cette zone. Si mon partenaire avait été dans les parages, il aurait été plus que ravi d'entendre la réponse de William.

Au début, lorsqu'il se moqua de moi je fis une petite grimace. J'avoue que je l'avais littéralement bombardé de questions. C'était un de mes gros défauts ça, de m'emballer un peu trop lorsque j'étais intéressée par le sujet et là en l’occurrence il s'agissait quand même de quelque chose d'important, à savoir si cette zone était réellement sûre ou si ça ne cachait pas quelque chose. Grâce à ses réponses j'avais droit à un petit échantillon de ce que devait être la vie à l'intérieur. Le fait qu'il puisse y avoir beaucoup de personnes était formidable, peut être même que je rencontrerais des personnes que je connaissais dans ma vie d'avant, des amis, pourquoi pas de la famille éloignée, je n'en savais rien mais d'un coup ça me donnait un certain espoir... espoir que j'avais perdu depuis la mort de mon père il y a quelques semaines. J'étais soulagée d'apprendre qu'on pouvait en sortir, même si c'était avec un groupe de personnes et je fis une grimace.
Mais toi t'es tout seul ? Je n'avais pas vraiment réfléchi et n'imaginais pas non plus qu'en réalité il avait en quelque sorte semé ses comparses. De savoir qu'il y avait une infirmerie avec du matériel était bon à savoir et peut être même qu'ils auraient besoin de quelqu'un comme moi, d'une ancienne interne des urgences qui avait du également apprendre des choses sur le tas depuis un an. Et puis, ils cherchaient un remède, et ça par contre, même si j'étais pour la science ça me faisait un peu tiquer sur le moment. Et leur remède ils le testent comment ? Parce que je savais que la science avait aussi ses revers et que certains scientifiques n'avaient aucune éthique, d'ailleurs, dans le monde actuel on pouvait bien se demander ce que ce mot signifiait. Merci pour tes réponses, vraiment, même si je dois avouer que ça me fiche la trouille tout ça, devoir vivre en communauté, suivre des règles. Sur la route on a pas tout ça, et je me demande si je serais capable de revenir à une vie à la normale... J'haussais les épaules avant de lui faire un mince sourire. Et tu t'y plais ? Il faudra aussi que je parle de tout ça à Yaël et sans doute qu'il me dira que je lui ai fait perdre du temps avec mes doutes et ma peur. Il va sans doute aussi se foutre de moi d'être aussi parano, et pourtant, même si les paroles de William étaient rassurante, j'avais toujours cette sensation en moi que tout ceci était trop beau pour être vrai. Peut être qu'il suffirait que j'ose franchir les grilles de la zone pour que mes craintes s'évaporent ? J'en avais aucune idée. J'avais toujours eu un bon instinct et là mon instinct me disait que ça cachait forcément quelque chose. Ouais parano...


©flawless
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Je t'arrache quoi en premier ? (PV William) Dim 8 Déc - 18:04



    RILEY AND WILLIAM

    Je t'arrache quoi en premier  ?


    Finalement, je n'étais pas surpris que cela par le fait que Riley soit toujours en vie à ce jour. Parce que nous avions quand même pas mal de points en commun, concernant nos caractères. A commencer par notre méfiance légendaire. Ce qui, dans le fond, avait du bien lui permettre de n'accorder sa confiance qu'à de rares personnes et jamais les mauvais survivants. Parce que désormais, nombreux étaient ceux qui se fichaient de supprimer des vies humaines sur leur passage, tant qu'eux mêmes étaient saufs. C'était une chose dans laquelle je ne risquais pas de tomber pour ma part. J'avais beau avoir toujours été un bel enfoiré, je ne sombrerais jamais dans de tels extrêmes. A la rigueur, je pourrais tuer si ça gardait Ivy en vie. Mais ça n'irait jamais plus loin. Je ne tuerais personne simplement pour des provisions quelconques par exemple. Si ça pouvait sembler tout à fait évident dit comme ça, ça ne l'était pas tant en réalité. Tout simplement parce qu'ils étaient nombreux les survivants devenus monstrueux et prêts à tout pour leur putain de survie. C'était également d'eux qu'il fallait se protéger, en plus de se protéger des zombies. Et j'en arrivais à penser que les survivants étaient encore plus dangereux. Puisqu'ils étaient plus intelligents et donc plus rusés. Je me méfiais donc davantage d'eux. Et pourtant, je me retrouvais maintenant à vivre et évoluer dans un camp de survivants blindé. C'était sans doute la preuve qu'ils étaient parvenus à me convaincre, quand bien même ce n'était pas gagné de prime abord.

    "Non je ne suis pas seul. Nous y sommes allés, mon groupe et moi." Lui répondis-je sans souhaiter préciser qu'en cours de route, j'avais retrouvé ma soeur. Ni que ma relation avec Ivy, l'une des survivantes du groupe, n'était pas juste une relation de survivant à survivante, plus amicale qu'autre chose. Les détails de ce genre ne la regardaient pas le moins du monde. En tout cas, c'était mon avis. Et puis je ne doutais pas que, de toutes façons, ça ne l'intéressait pas plus que ça. Tout ce qu'elle souhaitait savoir, c'était ce qui l'attendait dans la zone 51 si jamais elle décidait de s'y rendre. "Toi t'es seule ?" La questionnai-je en retour. Avant que le sujet du remède ne soit mit sur le tapis. Sans doute que cette idée ne la rassurait pas du tout. Et en un sens, je la comprenais parfaitement. "C'est le seul truc qu'ils préfèrent garder secret. Donc j'sais pas." Avouai-je avec un vague haussement d'épaules. Dans le fond, c'était un peu le seul point noir dans tout ça. La seule véritable ombre au tableau. Parce que j'en arrivais parfois à me demander s'ils n'avaient pas quelques rôdeurs sous le coude, sur lesquels tenter des expériences en tous genres. Et l'idée n'était pas super plaisante. Un sourire sans joie mais qui voulait déjà tout dire, apparut sur mes lèvres quand la jeune femme mentionna des règles, avant de me demander si moi je m'y sentais bien. "J'vois c'que tu veux dire. J'suis pas un grand fana des règles et de la vie en communauté. Mais on s'y fait vite. Et pis tant que j'ai l'droit de sortir plus ou moins comme j'veux, moi ça m'va. Donc si moi j'peux, j'pense que tu peux aussi ..."


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Je t'arrache quoi en premier ? (PV William) Dim 8 Déc - 22:23

William et Riley ♦ Je t'arrache quoi en premier ?


J’étais contente d’avoir pu rencontrer par hasard William parce qu’il allait pouvoir répondre à mes interrogations et aussi surprenant que cela puisse paraitre j’avais envie de le croire, même si oui ma méfiance n’était pas pour autant parti. J’avais appris au fil de l’année passé à juger les personnes du premier regard et je ne me trompais que très rarement. Lui, j’avais la sensation qu’il était un peu comme moi… peut être parce qu’on avait la même arme, j’en savais rien, parfois on fait des rapprochements à la con sans même s’en rendre compte. Il pouvait pourtant faire peur, ne pas inspirer confiance, sauf à moi. Je suis persuadé que si Yaël avait été là ce serait parti en sucette ou alors il aurait joué à son coq et m’aurait demandé de rentrer à notre campement. Ouais il jouait souvent les gros bras et moi ? J’écoutais quand j’en avais envie, en somme pas souvent.  J’avais quand même appris qu’il fallait se méfier un minimum des autres. Les gentils ne l’étaient jamais réellement et au final je crois que c’est pour ça qu’il me semblait pouvoir faire confiance en William. Il n’aspirait pas la confiance, il semblait pas forcément être un bisounours non plus et je savais de part l’avoir déjà vu à l’œuvre qu’il pouvait me descendre en moins de deux. Mais ça il ne le ferait pas, je le savais.

Je continuais mon questionnaire, il était fichu là, parce que quand je commençais, je ne savais pas m’arrêter. Il n’était pas tout seul, alors ça voulait dire qu’il y avait du monde là bas ? Je n’osais pas trop lui demander, je crois que la réponse me faisait peur. Je me doutais qu’il devait y avoir du monde, surtout si beaucoup de personne entendaient le message à la radio comme nous, mais je n’osais pas le lui demander. J’avais peur qu’il y ait justement trop de monde, de rencontrer des personnes que je connaissais et avoir l’espoir d’en revoir. Finalement j’ouvris la bouche et la refermais. Non je ne demanderais pas ça.
On est plus que deux. Je n’entrais pas non plus dans les détails, à savoir que mon père était mort il n’y a que quelques semaines maintenant. Il s’en foutait il ne le connaissait pas et de toute façon on perd tous des proches, alors à quoi bon ? D’autant plus que d’y repenser me mettait bien souvent dans de drôles d’états et je n’avais pas envie de me donner en spectacle. Mais ce qui me fit grimacer ce fus sa réponse au sujet du traitement, je n’aimais pas ça, vraiment pas. Tu crois qu’ils intégreraient à leur recherche quelqu’un du milieu ? Ouais ça m’intéressais d’un coup. J’avais pas vraiment envie de faire partie de ça, mais bizarrement ma curiosité me donnait envie de pouvoir fureter si j’envie me prenait. Idiote ! T’es bien sur de toi dis donc ! Je me mis à rire doucement. Je suis une anti règle, j’ai du mal à obéir à mon partenaire quand il me dit de rester sans bouger alors je sais pas si je m’y ferais un jour mais bon… si un jour je vous rejoins, il faudra bien. Surtout si je parlais de cette entrevue à Yaël… j’allais encore me faire engueuler, je le sentais venir.



©flawless
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Je t'arrache quoi en premier ? (PV William) Mar 17 Déc - 22:17



    RILEY AND WILLIAM

    Je t'arrache quoi en premier  ?


    Depuis que nous étions dans la zone, mon groupe et moi, nous nous sentions littéralement revivre. Il y avait toujours à manger, des coins pour dormir sans avoir à se demander si on allait pas se faire attaquer par un rôdeur durant notre sommeil, et de quoi se laver. De l'eau chaude ! Il y avait de l'eau chaude ! Et ça, c'était vraiment devenu un luxe ! Et je savais que pour l'hiver, nous serions au moins au chaud. Et si le chauffage ne marchait pas à plein régime, nous étions assez pour nous tenir nous même chaud. La chaleur humaine, il n'y avait rien de mieux ! Personnellement, je ne demandais rien de plus que ça ! Avoir de quoi bouffer, être en sécurité et au chaud. Ouais, cette zone, c'était carrément le paradis. Et je n'hésitais pas à le vanter devant Riley, pour lui faire comprendre qu'elle pouvait s'y rendre sans aucune crainte de quelle que sorte que ce soit. Elle n'y risquait vraiment rien. Et c'était moi, un type au caractère aussi tordu que le sien, qui le lui disait. Ca signifiait vraiment tout ! Je me contentai de hocher la tête à la réponse de Riley. Il me semblait me souvenir qu'ils étaient plus que deux, la dernière fois que nous nous étions croisés. Mais le sujet était, sans aucun doute, difficile pour elle. Et je ne tenais pas franchement à remuer le couteau dans la plaie. Le mieux était donc de ne pas en parler plus encore et de changer de sujet.

    Je haussai les épaules quand elle m'interrogea quant aux chercheurs qui tentaient de trouver un remède. Pour être honnête, j'en n'avais pas la moindre foutue idée. Tout simplement parce que personnellement, ce n'était pas ce qui m'intéressait le plus à la zone. Moi, tant que je pouvais sortir de façon régulière et qu'Ivy était en sécurité, ça m'allait parfaitement. Et le reste, je m'en foutais bien pour être honnête. A chacun ses priorités. Moi je savais où étaient les miennes et c'était bien assez ! "Franchement, j'sais pas. T'es quoi au juste ? Médecin ? Si t'es médecin, tu seras plutôt réquisitionnée pour être du côté de l'infirmerie. Ils en manquent un peu." Répondis-je sans vraiment être intéressé par la chose. Je ne faisais que rapporter ce que j'avais vaguement entendu dire. Rien que des bruits de couloir. Peut-être qu'en fait, ils n'avaient absolument pas besoin d'autres personnes de ce côté là. Peut-être étaient-ils même déjà trop, pour ce que j'en savais. Je n'étais intéressé que par le côté chasse et expédition. Et mon choix avait été vraiment vite fait ! "Vous faites bien comme vous l'voulez. Tant que vous savez qu'il y a une zone sécurisée avec des règles pas trop emmerdantes pas loin, c'est bon. Ce serait juste dommage de ne pas en profiter. Surtout que vous pourrez en ressortir aussi sec si jamais ça ne vous plait pas. Et même y revenir plus tard, si vous changez encore d'avis."


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Je t'arrache quoi en premier ? (PV William) Dim 22 Déc - 14:39

William et Riley ♦ Je t'arrache quoi en premier ?


C’était peut être bête mais de savoir qu’une personne comme William pouvait survivre à cette zone et semblait même s’y plaire me permettait de me rassurer. Pourtant, c’était pas faute que mon partenaire ait essayé de le faire, mais j’avais toujours peur, toujours cette appréhension. Il ne faut pas croire que je prenais tout ce que me disait William pour argent comptant, mais au moins, j’avais là l’avis d’une personne qui semblait avoir un caractère un peu similaire au mien. Est-ce que j’allais courir droit vers cette zone dès la fin de notre entrevue ? Certainement pas ! Mais je me savais, je ne pouvais garder les choses bien longtemps et Yaël voudra sans doute savoir qu’est ce qui me tracasse à ce point… Je soupirais en pensant à lui et au fait qu’il voudrait tôt ou tard y aller, ne serait ce que pour aller retrouver sa petite sœur. J’étais quand même égoïste de l’en empêcher, quoi qu’en même temps il n’était pas obligé de rester avec moi, il pouvait très bien me laisser tomber. Sa sœur, même s’il ne la connaissait pas tant que ça était bien plus importante qu’une simple étrangère qu’il côtoyait depuis seulement quelques mois. Elle était de sa famille et moi je n’étais rien. Je chassais ces idées noires de ma tête, ce n’était pas le moment que je me mette dans ma bulle et commence à être de mauvaise humeur.

J’interrogeais William sur un tas de choses et bien évidemment ma curiosité se porta plus particulièrement sur les tests qu’ils pouvaient faire sur les puants. J’aimais la médecine, mais je n’aimais pas comment on arrivait à certains résultats, même s’il est vrai, on devait passer par là tôt ou tard. Je savais aussi que certains scientifiques n’avaient aucune éthiques, d’autant plus dans un monde pareil ou le principal est de sauver sa peau. La question de William me sortie de mes pensées, j’étais quoi ? Un presque médecin ?
J’étais interne aux urgences quand tout ça a commencé, donc j’ai quelques bases… enfin plus que quelques puisqu’il ne me restait que deux ans avant d’être chirurgien. J’haussais les épaules. Si tout ce merdier n’était pas arrivé, il ne m’aurait resté plus qu’une année d’internat à présent. J’aurais passé mon oral devant un auditoire de trois chirurgiens plus ou moins réputés et ensuite j’aurais couru les hôpitaux afin de me faire embaucher par le meilleur. J’avais de bon résultats et je suis certaine que j’aurais pu avoir une grande carrière. J’aurais fait la fête avec mes amis d’internat ainsi que ma famille. Toute ma famille. Ca c’était le conte de fée, mais à présent, tous mes rêves étaient réduits à néants comme bon nombre de personnes. Je détestais penser au passé ou même au futur et là, j’étais clairement en train de me poser tout un tas de questions. Quelle imbécile ! Le fait en plus de devoir lui répondre que nous n’étions que deux à présent me fis un pincement au cœur. Penser à mon père me faisait encore terriblement mal et je crois que cette douleur allait encore durer pendant un bon bout de temps. On doit s’y faire de perdre des personnes, ou du moins on devrait, mais on y parvient pas toujours. Pourtant, dans mon métier, dans mes études, j’ai vu des gens mourir, des personnes les pleurer, j’ai toujours été confrontée à ça, mais lorsque ça vous arrive, vous ne gérez plus rien. Les émotions vous submergent, ou alors, vous décidez de les faire taire, de les mettre de côtés pour continuer d’avancer. C’est ce que j’ai fait, mais quand ça ressort, ça fait encore plus mal. Terriblement mal. Je crois qu’on pourrait mourir tellement ce genre de douleur est fulgurante. Pourtant on est toujours là, bel et bien présent, bel et bien en vie. Non, rectification. On survit. J’hochais la tête quand à la dernière chose que venait de me dire mon interlocuteur. Il a raison sur ce dernier point, on fera comme bon nous semble. Je restais quelques moments silencieux avant de le regarder. Ça te dirait de chasser à deux ? Enfin, si tu ne dois pas tout de suite rentrer. Je sais que par là bas, il y a pas mal de lapins…




©flawless
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Je t'arrache quoi en premier ? (PV William) Lun 30 Déc - 1:47



    RILEY AND WILLIAM

    Je t'arrache quoi en premier  ?


    Je ne connaissais pas Riley plus que ça. Mais je l'appréciais bien. Enfin un minimum. Assez, en tout cas, pour ne pas éprouver la moindre envie de la tuer. De toute façon, je n'étais pas un meurtrier. Mais sa présence ne m'était aucunement pesante. Et ça, ça signifiait beaucoup plus qu'il n'y parait. Le fait était qu'elle était de la même trempe que moi. Et c'était pour cette raison que je pouvais quasiment deviner le fil de ses pensées. C'était d'ailleurs assez amusant pour moi, de deviner sans aucun mal, ce qu'elle pensait au sujet de la zone. Elle devait vraiment avoir eut le temps de se faire tout un tas de films à ce sujet ci. Mais je la rassurais plus ou moins à présent, en lui faisant part de ma vie au sein de cette zone. Tout se passait plutôt bien pour moi. En tout cas, je n'avais vraiment pas à me plaindre. Et c'était la seule chose à retenir de tout ça. J'y étais bien. Je n'irais pas jusqu'à dire heureux non plus. Parce que compte tenu de l'état actuel de notre foutue Terre à la con, on ne pouvait décemment pas être fou de bonheur, de joie et de bonne humeur. Mais pour sûr, ce n'était pas si mal que ça. On pouvait s'y reconstruire au moins un semblant de vie. Ce qui n'était pas négligeable. Et c'était tout ce dont avaient besoin, la plupart des survivants à l'heure d'aujourd'hui. De ce semblant de vie perdue, enfin retrouvée.

    "Ouais, ce sont de grands projets que t'avais alors. Ca doit faire chier d'être coupé en plein élan." Parce que ce n'était pas ma part à moi. Du haut de mes quarante années de vie, je n'avais tout simplement jamais eus le moindre projet d'avenir. Absolument rien. Que dalle. Mon seul but, c'était de vivre. Survivre parfois. Ni plus ni moins. Jamais eus la moindre envie d'avoir une carrière de dingue. Quant à l'idée de fonder une famille, elle ne m'avait tout simplement jamais effleurée l'esprit. Ce n'était pas mon genre. Je n'étais tout simplement pas fais pour ça. Et ça ne se discutait aucunement ! "Des lapins ? " Demandai-je en me redressant, de nouveau pleinement aux aguets. Non pas que j'avais cessé de l'être à un moment donné. On ne pouvait pas se permettre de ne plus être sur nos gardes désormais. C'était une question de vie ou de mort à présent. Et comme je tenais quand même à survivre le plus longtemps possible, je veiller sur mes propres fesses. "J'suis d'la partie. Dis moi où, qu'on y aille." Et si on en attrapait un bon paquet, je serais bon seigneur et lui en laisserait davantage que je n'en prendrais. Elle vivait dehors après tout. Elle avait très certainement beaucoup moins de vivres que nous, à la zone. Certes, nous avions bien plus de bouches à nourrir. Mais du coup, nous étions également beaucoup plus à ramener de quoi bouffer pour tout ce beau monde. Ca s'équivalait.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Je t'arrache quoi en premier ? (PV William) Jeu 2 Jan - 20:47

William et Riley ♦ Je t'arrache quoi en premier ?


J’écoutais ce que me disait William au sujet de la zone ou plutôt je buvais ses paroles. J’avais foi en lui, ce qui était assez perturbant sachant que dans le monde dans lequel nous vivions actuellement il fallait faire un minimum attention, or avec lui, jamais je n’avais eu le moindre doute ou le moindre souci. C’était bien là mon problème d’ailleurs, j’étais parfois un peu trop avenante avec les gens, à vouloir les aider, tout ça pour quoi ? Parce que dans cette autre vie j’étais interne aux urgences et que j’avais décidé de devenir chirurgien. C’était mon devoir d’aider les gens et de m’assurer que je faisais tout mon possible au niveau de leur santé et ce n’est pas parce que l’épidémie est là que je devais totalement oublier qui j’étais avant pour devenir une espèce de superwoman sans cœur. Ca je ne le pouvais pas et si on ne le comprenait pas et bien tant pis ! Me justifier ? Et puis quoi encore ! Dans tous les cas, ce que me disait William me donnait envie d’y croire, envie de rêver et cette zone et pourquoi pas de consentir à m’y rendre. Pourtant j’avais encore cette petite voix dans ma tête qui m’hurlait que tout ceci était trop beau pour être vrai et qu’il y avait forcément anguille sous roche. Moi qui étais une grande optimiste, j’étais quand même devenue méfiante au fil du temps quoi qu’on dise. Méfiante pour un endroit mais pas pour les gens, cherchez l’erreur !

Parler du passé, même de façon succincte me faisait toujours un mal de chien. Je détestais penser à cette vie que j’ai été forcée de laisser derrière moi pour pouvoir survivre. J’ai pas pour habitude de parler de ça et quand il me sort sa remarque là-dessus j’hausse les épaules et jouant avec mes pieds. Je balance mon pied dans une petite motte de terre avant de relever mon regard vers lui.
Ca me fou les boules rien que d’y penser ! Un petit ricanement sort de ma bouche, il est pas sincère, je me crispe totalement et serre le poing. Mais qu’est ce qu’on peut y faire ? Revenir en arrière ? Impossible, alors faut aller de l’avant et tenter d’oublier ce qu’on aurait pu être et plutôt penser à sauver sa peau ! Et toi ? Tu faisais quoi avant ? C’est le première fois qu’on semble avoir le temps de discuter alors autant apprendre à se connaitre un minimum parce que au final, mis à part savoir qu’il a une arbalète et qu’il s’appelle William, je sais pas grand-chose sur lui. Peut être qu’il va me trouver d’un coup trop curieuse ? J’en sais rien, c’est pas grave au fond, parce que ce serait pas spécialement faux. J’essai d’imaginer ce qu’il était avant, je sais pas pourquoi, je le vois bien en bûcheron ou un délire du genre. Peut être à cause de sa coupe de cheveux et à son côté rustre, j’en sais rien. En y pensant, j’ai le coin de ma bouche qui s’étire, c’est pas bien de se moquer des autres ! Mais là tout de suite j’ai surtout envie de chasser et pourquoi pas le faire en sa compagnie, d’après ce que j’ai pu voir de lui, il tire bien. Un grand sourire s’affiche sur mon visage quand il accepte, lui au moins il me gueulera pas dessus sans arrêt ou ne sera pas frustré si jamais je ne parle pas ! C’est par là bas ! Je lui emboîte le pas et nous voilà en train de nous enfoncer un peu plus dans la forêt. Je m’éloigne de plus en plus du campement et des limites imposées par Yaël, mais tant pis, c’est pour la bonne cause, quand il me verra revenir avec des lapins il sera content… enfin j’espère. Vous mangez quoi là bas ? Question conne, comme s’il y avait de la nourriture extraterrestre !

©flawless
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Je t'arrache quoi en premier ? (PV William) Mer 8 Jan - 21:03



    RILEY AND WILLIAM

    Je t'arrache quoi en premier  ?


    Ressasser le passé, ça n'avait jamais servit à rien du tout. Et le faire aujourd'hui, ça ne rimait vraiment à rien du tout. Pourtant, nous en parlions plus ou moins. De quoi pouvions nous parler d'autre de toutes façons ? Ce n'était pas comme si notre vie était encore faite de tas de trucs qu'il était cool de mentionner dans une conversation. On ne faisait rien d'autre que de subir notre vie actuelle et toute la merde qu'elle avait à nous offrir. Alors ouais on parlait du passé. Un peu. Mais ce n'était pas non plus une abomination que je sache. C'était juste un peu douloureux, il est vrai. Je ricanai un peu, de façon pleinement ironique, quand elle m'interrogea sur mon passé à moi. Ce que je faisais ? Oh je n'avais jamais eus de grands projets de vie. Me marier et avoir des enfants ? Il n'en avait jamais été question ! Faire carrière ? Ouais mais dans quoi ? Je ne savais pas faire grand chose. Rien qui ne se passait pas dans la forêt en tout cas. Alors je vivais carrément en forêt. Enfin, en bordure de forêt plutôt. Pour avoir quand même l'eau courante, l'électricité, Internet et tout ce qui s'ensuit. Mais c'était là ma vie.

    "J'faisais des petits boulots dans le village à côté duquel je vivais. Et je chassais. Je vivais surtout à la dur, comme maintenant quoi. Pour ça qu'on peut pas dire que j'suis tant dépaysé qu'ça." Répondis-je sur un ton désinvolte, en haussant vaguement les épaules. Ouais, finalement, le fait de n'avoir pas fais de grandes études mais d'avoir plutôt privilégié la vie à la dure, ça pouvait quand même être super utile à un moment donné. C'était le cas là, avec cette putain d'apocalypse et ces bouffeurs de chair. Franchement, c'était parfait pour moi. Horrible et tout le tralala ... Mais parfait pour moi. Un rôle fait sur mesure quoi. Et je ne m'en plaignais pas de trop. J'étais l'un des plus débrouillards. "Et aucun grand projet foutu à mal par cette fin du monde." Ajoutai-je avec ironie. C'était le moins que l'on puisse dire, en effet. Alors que nous nous éloignions pour aller chasser un peu ensemble, la question de la jeune femme me sorti de ma torpeur et me fit arquer les sourcils. Sérieusement ? Ce qu'on mangeait ? Mais après réflexion, je songeai qu'elle ne pouvait vraiment pas avoir idée ... "En dehors des fruits et légumes qui poussent dans des serres, et de la viande qu'on ramène, y'a des tas de trucs qu'on a trouvé de ci et de là. Genre du chocolat. Beaucoup de chocolat." Normalement, il suffisait de dire ça à une femme pour qu'elle fonde et décide de rejoindre la zone. Oui, je testais un peu sur Riley pour voir si c'était une info ou une intox.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Je t'arrache quoi en premier ? (PV William) Jeu 9 Jan - 13:55

William et Riley ♦ Je t'arrache quoi en premier ?


En temps normal je n'étais pas aussi curieuse avec les personnes, parce que au final j'en avais rien à faire mais bizarrement Will j'avais envie de le connaitre un peu plus. Peut être parce qu'on se ressemblait bien plus qu'on ne l'imaginait au final et qu'on faisait partie de la même trempe de personnes. Je me demande si j'avais raison, s'il était bûcheron bien que je ne fais que juger sur son apparence d'aujourd'hui et sans doute qu'elle est bien lointaine de celle qu'il avait avant. Après tout, moi même quand on me regarde, peu de gens peuvent imaginer que je travaillais au sein d'un hôpital et surtout que dans deux ans j'aurais été chirurgien. Quand on me voit maintenant avec ma tête pas aimable, mes cheveux en bataille à la manière d'une folle on doit s'imaginer que j'étais une caïd, ou je sais pas trop. En fait j'ai pas trop envie de savoir à quoi je ressemble parce que je pourrais pas le supporter. Certes, ce n'est jamais écrit sur ton front, ni maintenant, ni avant, mais on espère toujours donner une bonne image de soi. Et maintenant ? Au fond je crois que je m'en fiche. Ouais je m'embrouille et je me contredis, je sais, c'est tout moi ça, la contradiction à l'état pur.

Lorsque finalement il m'apprend ce qu'il faisait, on est bien loin du bûcheron que j'avais imaginé mais au final ça lui va bien et je comprends pourquoi il s'en est sorti aussi bien.
J'imagine que c'est ton passé qui a pu te sauver ! Je n'ajoute rien de plus, je pense être suffisamment claire et j'imagine que lui aussi a du se le dire à plusieurs reprises. S'il avait été un mec derrière les bureaux, bien sur qu'il aurait pu s'en sortir, mais en vivant déjà à la dure, en sachant chasser et se débrouiller dans une forêt ça a du lui permettre de trouver des vivres bien plus facilement que n'importe qui. Au final, c'est quand même une chance, même si j'imagine que sa vie ne devait pas être si facile que ça. A sa petite phrase ironique je souris doucement. Que rajouter de plus de toute façon ? Et puis je ne suis pas du genre très bavarde alors ça me va très bien. Désormais j'en connais un peu plus sur lui et ça me va. Je suis pas d'une grande curiosité alors je ne vais pas commencer à lui demander s'il a toujours de la famille ou tout ce blabla, ce sont des questions inutiles et qui font bien souvent plus de mal que de bien. Nous commençons à avancer et nous enfoncer un peu plus dans la forêt pour aller débusquer des petits lapins lorsque soudain je demande ce qu'il y avait à manger. A demander ça on pourrait croire que je suis un estomac sur pattes, mais il faut dire que désormais, notre vie se résume quand même à la survie et manger en fait partie. Quand il me parle de fruits et légumes dans des serres je suis ébahie, bien que j'aurais du m'en douter. Du chocolat ? Je suis plus que surprise ! Là je m'arrête net en écarquillant les yeux avant de reprendre ma marche. Je suis épatée, bien que pour les serres j'aurais du m'en douter et j'imagine aussi que vous avez des enclos avec des poules ou des lapins non ? Sinon ce serait peut être une chose à faire parce qu'on le voit, la forêt est bien moins riche qu'avant. Si ce ne sont pas les survivants, ce sont les puants qui bouffent les lapins et autre petits animaux. Je hausse les épaules, saloperies de puants ! Du chocolat... je murmure à nouveau ce mot comme si c'était une formule magique.

©flawless
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Je t'arrache quoi en premier ? (PV William) Sam 18 Jan - 12:45



    RILEY AND WILLIAM

    Je t'arrache quoi en premier  ?


    Parler du passé n'allait pas nous le ramener, c'était une certitude. Mais au moins l'on se rappelait qu'il avait existé. Qu'il ne s'agissait pas d'un simple rêve fait la nuit précédente ou autre connerie de ce genre. Il était derrière nous depuis belle lurette maintenant. Mais il s'était bel et bien produit. Et pour ma part, c'était grâce à lui si aujourd'hui je m'en sortais aussi bien dans la lutte éternelle pour la survie, que nous devions tous mener. Et quand la jeune femme le fit justement remarquer à voix haute, je hochai positivement la tête. Et si j'avais été du genre à sourire assez facilement, j'aurais sans doute même affiché un petit sourire. Parce que si à l'époque je n'étais pas particulièrement fier de la vie et que je menais, maintenant je l'étais parfaitement. Heureux d'avoir pu apprendre tout cela par le passé et de pouvoir m'en servir pleinement à l'heure d'aujourd'hui, pour vivre et avancer. Sans tout ça, il était plus que certain que je n'aurais pas survécu aussi longtemps dans ce monde qui partait royalement à la dérive. Et dans le fond, je songeais que les survivants qui demeuraient encore aujourd'hui, ne pouvaient qu'être des personnes fortes de caractère, qui savaient quoi faire et de quelle façon, pour poursuivre leur long périple en ce bas monde. Des gens comme Riley et moi même par exemple. Des coriaces. De la mauvaise graine dont on ne se débarrassait pas aussi facilement que ce que l'on pourrait initialement penser. Pour sûr, on était bel et bien là !

    "Y'a d'fortes chances pour que ça m'ait aidé, ouaip." Répondis-je sur un ton bourru, avant un bref haussement d'épaules. Comme si ça ne signifiait pas grand chose finalement. Alors que ouais, j'en n'étais pas peu fier. Au moins moi, aujourd'hui, j'étais pleinement en mesure de survivre seul s'il le fallait. Ce qui n'était, sans aucun doute possible, pas le cas de pas grand monde. Alors qu'avec Riley nous étions en train de nous enfoncer toujours plus dans la forêt en quête de bestioles à chasser, elle m'interrogea sur ce qu'il y avait à manger dans la zone. Je lui fis donc part de la plupart des trucs qui me venaient en tête et ne pu m'empêcher de sourire en coin devant sa réaction. Nous avions sans aucun doute, tous eus la même en réalisant tout ça. Surtout pour le chocolat ! Mais ouais, ils étaient parvenus à en trouver de sacrés quantités de ci et de là et à tout embarquer. Il nous en restait donc un petit stock. Et nous prenions notre temps pour ne pas tout manger trop vite. Nous n'aurions sans doute plus guère l'occasion d'en retrouver à l'avenir ... "Ouais du chocolat. Auquel on a droit quand on vit dans la zone." Lui fis-je remarquer l'air de rien. Oh non, je ne tentais pas du tout de la convaincre de nous rejoindre. A vrai dire, je m'en foutais bien de ce qu'elle ferait ou ne ferait pas. C'était un simple constat que je faisais là. Des fois que ça lui donne un peu plus envie de nous rejoindre encore. Ce qui serait très certainement une bonne chose pour elle. En tout cas, c'était sûr que ça ne pourrait pas lui faire grand mal. A elle et à la personne qui l'accompagnait dans ce périple difficile. "Et oui on a quelques bestioles pas loin. J'sais pas trop quoi exactement. J't'avoue que c'est pas trop ce dont je m'occupe." Répondis-je ensuite, avant de retrouver le silence. "Ah ... Putain d'rôdeurs." Grommelai-je ensuite en désignant deux rôdeurs en train de bouffer une biche, entrailles à l'air libre.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Je t'arrache quoi en premier ? (PV William) Sam 25 Jan - 22:15

William et Riley ♦ Je t'arrache quoi en premier ?


Si avant tout cette merde j'étais heureuse de parler du passé et de dire ce que je comptais devenir, aujourd'hui cela m'étais de plus en plus pénible. Pourquoi ? Pour la simple et unique raison que désormais je n'étais qu'une survivante parmi d'autres, qu'une personne tentant du mieux qu'elle peut de sauver sa peau des puants mais aussi des humains. Le monde est devenu totalement dingue il faut bien l'avouer et au lieu que les personnes décident de se soutenir les uns, les autres, non, au lieu de ça certains ont décidés de se tirer dans les pattes et de noircir leur âmes. J'étais donc contente lorsque je parvenais à croiser sur ma route des personnes comme ça, des personnes telles que William qui n'étaient pas là pour tuer les autres survivants ou pour piller, mais qui étaient là également pour survivre. C'était agréable, très agréable même de se rendre compte qu'au final, il y a peut être encore un peu d'humanité dans ce monde de merde. Ouais voilà ma pensée du jour ! Si Yaël me voyait en ce moment, à tous les coups il  dirait que je fais ma midinette devant William. Faux, archi faux ! Mais lui ne voit pas toujours les choses de façon « normale » dirons nous. Trou du cul ouais, mais trou du cul que j'avais quand même hâte de rejoindre, bien que je ne comptais pas lui raconter ma rencontre...on verra plus tard pour ça.

Quand on commença à parler de la zone et de ses avantages, du moins de quelques uns, le fait qu'il parle de chocolat me faisait saliver d'avance. J'avais toujours adoré le chocolat, lorsque je travaillais encore à l'hôpital, on se faisait au moins une fois dans la journée une petite pause avec un carré de chocolat noir... de préférence à l'orange. Rien que d'y penser j'étais en train de saliver et s'il était vrai qu'il y avait une réserve, je crois que j'allais faire un malheur ! Moi faible ? Absolument pas voyons, mais quelle idée...
 Tu essais de me prendre par les sentiments là ! Dis je sur un ton assez taquin avant de secouer la tête. Comme si au final ça pouvait réellement être la chose qui me ferait changer d'avis. Certes, j'aimais le chocolat, mais je ne vais pas non plus décider de partir là bas jusque parce qu'il y en a... faut vraiment être taré pour se décider seulement à partir d'un truc pareil, faut bien l'avouer. J'apprenais également dans un second temps qu'ils avaient effectivement quelques élevages, de quoi ? Aucune idée, mais j'imaginais que ce devait être des poules ou des trucs de ce genre là. A vrai dire, je n'étais pas calée à ce niveau là, j'étais un futur chirurgien dans mon ancienne vie pas vétérinaire ! En entendant William parler des puants je me retournais vivement. La vision de ce pauvre animal me fit grimacer, me donnant envie de vomir,pourtant ce n'était pas la première fois que je voyais pareil tableau, mais là je ne sais pas pourquoi, cette fois ci ça me faisait un petit quelque chose... pourtant l'animal était mort, mais je ne sais pas, sans doute la fatigue. Je me tournais vers William tenant bien mon arbalète contre moi On devrait s'éloigner un peu... Sauf  que je ne pouvais pas laisser les puants bouffer cette biche ou ce qu'il en restait comme ça. Je mettais en place un carreau, visais la tête et... en plein dans le mile entre les deux yeux. Manges toi ça Marilyn ! Jte laisse Elvis ! Oui ça m'arrivait de leur donner des petits noms, faut pas chercher à comprendre.

©flawless
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Je t'arrache quoi en premier ? (PV William) Dim 26 Jan - 11:49



    RILEY AND WILLIAM

    Je t'arrache quoi en premier  ?


    Parlez chocolat à une femme, et vous la verrez fondre littéralement, sous vos yeux. C'était une chose qui semblait se confirmer aujourd'hui, alors que je disais à Riley qu'il y en avait plutôt pas mal dans la zone. Elle semblait déjà en saliver, rien qu'à l'idée. J'ignorais si ce serait la dernière raison de se rendre dans la zone, qui pourrait éventuellement la pousser à y aller au plus vite. Tout ce que je savais, c'était que ça jouerait en ce sens, à n'en pas douter. Sa remarque parvint à faire apparaître un semblant de sourire sur mes lèvres. Moi, jouer avec les sentiments ? Jamais. De toutes façons, qu'elle vienne ou non à la zone, ne changerait pas grand chose à ma vie. Rien du tout pour être honnête. Bien sûr, je l'appréciais un peu. Plus parce qu'elle était assez semblable à moi, que pour d'autres éventuelles raisons. Mais c'était bien assez pour préférer l'idée qu'elle soit en vie et en sécurité dans la zone. Où, en plus, elle trouverait largement comment se rendre utile. Autant grâce à son parcours pro, que par son caractère à peu près aussi mauvais que le mien. On avait besoin de gens comme ça au sein du camp de survivants.

    Mais je n'allais pas lui demander clairement de nous rejoindre et encore moins insister. Ce n'était pas du tout le genre de la maison et je ne comptais pas changer à ce point ! Finalement, nos chemins croisèrent ceux de deux rôdeurs. Trop occupés à bouffer un animal que nous aurions pu tuer nous mêmes pour le ramener de notre côté et le manger, pour se rendre compte que deux survivants étaient à côté d'eux. J'arquai les sourcils aux paroles de la jeune femme à mes côtés et lui lançai un regard dubitatif quand elle renomma les rôdeurs. Sérieusement ? Elle était trop bizarre. "On t'a déjà dis que t'étais bizarre toi ?" Me moquai-je avant de secouer la tête de gauche à droite. Je finis par lever mon arbalète, déjà armé, pour viser et tirer la flèche qui se ficha dans le crâne du second rôdeur qui s'était relevé, sans la moindre difficulté. Un soupir de lassitude avant que je prenne encore une fois le temps d'observer les alentours. Il ne faudrait pas qu'on se retrouve bloqué par une horde de zombies puants. "Allez, on bouge." Soupirai-je avant de reprendre notre avancée, tout en prenant garde de ne pas trop m'éloigner de la zone.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Je t'arrache quoi en premier ? (PV William) Jeu 30 Jan - 12:53

William et Riley ♦ Je t'arrache quoi en premier ?


C'était quand même débile comme réaction, mais bizarrement ça me réconfortait qu'il puisse y avoir du chocolat. La dernière fois que j'en avais mangé remonté à des mois, mon père était encore en vie et on avait pas encore rencontré Yaël... une éternité en somme. Je me souviens la tête que mon père avait fait lorsqu'il avait trouvé cette tablette de chocolat noir. Le noir, mon préféré. En le dégustant je me suis tout de suite souvenue des pauses que nous faisions à l’hôpital autour d'une bonne tablette de chocolat et d'un bon café. Le café, ça aussi c'est mon péché mignon et je dois bien l'avouer, ça me manque. Ca me manque tellement que je tourne la tête vers William Et du café ?  Je crois qu'à choisir entre une bonne tasse de café et un carré de chocolat, je prendrais la première option. Ce breuvage a toujours eu quelque chose d'essentiel pour moi... c'est lui qui me permettait de restait éveillé lors des longues nuits de gardes. Bref une sacré histoire d'amour si on peut dire ça comme ça. Bien entendu, même si la réponse était positive, ce n'est pas non plus ça qui allait me faire venir à la zone, il en faudrait bien plus, beaucoup plus. Mon instinct me disait toujours que ce n'était pas une bonne idée, même si je voyais bien que William tentait un petit peu de me rassurer. Ou bien je me trompais, j'en sais trop rien, c'est pas toujours facile de déchiffrer ce qu'il pense ce garçon. Parfois je me dis qu'il pense comme moi, mais s'il le faut je suis complètement à côté de la plaque.

En route pour chasser, il ne fallut pas bien longtemps pour croiser des puants. Ce que je pouvais les détester. Si au début j'avais du mal à leur tirer un carreau dans la tête, parce que je les imaginais dans leur vie d'avant, un père, une mère, un fils, une fille, bref... je les humanisais et au final ce n'était pas bon parce que pour eux je n'étais qu'un morceau de viande sur pattes ! Aujourd’hui les choses ont changées, je n'ai plus cette appréhension de les tuer. Mes gestes sont bien plus sûrs et je rate que très rarement ma cible, c'est pour dire. Aucune culpabilité, c'est eux ou moi ! Je venais de dégommer une blondinette, ou ce qu'il en restait lorsque je proposais à mon interlocuteur de tuer Elvis. C'était débile de les surnommer, mais c'est comme ça.
 Une ou deux fois je crois ! Je souris en coin avant de le voir abattre sans aucune difficulté le rôdeur. Je m'approchais alors des trois corps inertes, un haut le cœur me parcouru en voyant les viscères de l'animal...pauvre bête. Je récupérais mon carreau et l'essuyais sur mon pantalon avant d'hocher la tête en entendant William. Je lui emboîtais alors le pas, tentant surtout de ne pas trop m'éloigner de notre camps. Je ne savais pas depuis combien de temps j'étais partie, mais il valait mieux que je me dépêche sinon il risquait de partir à ma recherche, et je n'avais en aucun cas envie de voir une confrontation avec William. Faut dire que Yaël a par moments un comportement bizarre avec la gente masculine m'approchant, les voyant tous comme des potentiels tueurs ou violeurs. Parano !

©flawless
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Je t'arrache quoi en premier ? (PV William) Dim 2 Fév - 20:20



    RILEY AND WILLIAM

    Je t'arrache quoi en premier  ?


    Jusqu'à récemment, j'avais du prendre l'habitude de ne me nourrir que des choses que je chassais ou trouvais en pleine forêt ou, parfois, dans des champs. Mais depuis que la zone 51 nous avait accueillit, j'étais heureux de pouvoir me reposer un tant soit peu sur mes lauriers tout en ayant droit à des aliments que je pensais ne pouvoir jamais retrouver. Comme du chocolat par exemple ! Chaque bouchée semblait représenter une incroyable explosion de sensations diverses et variées et toutes plus folles les unes que les autres. Jamais je n'avais autant aimé le chocolat que depuis que c'en était sérieusement la pénurie. Par contre le café, mon Dieu, j'avais toujours été accro à ça et c'était toujours le cas. Devais-je être surpris d'apprendre que ça semblait être également le cas de la jeune femme ? Sans doute pas. Après tout, nous avions pas mal de points en commun. Or, il me semblait que le café était adoré surtout par un genre précis de personne. Dont nous faisions sans doute tous les deux partis. Raison pour laquelle je ne pu m'empêcher de sourire légèrement, à sa question soudaine. "Y'a un sacré stock de café. Plus que du chocolat, même." Lui appris-je avec sérieux.

    Alors que nous étions encore en train d'évoluer dans la forêt, nous tombâmes nez à nez avec deux rôdeurs occupés à dévorer un animal que nous aurions pu récupérer pour nous. Alors qu'elle venait de renommer les rôdeurs, je ne pu m'empêcher de lui faire une remarque en lui demandant si on lui avait déjà dit qu'elle était folle. Ce à quoi elle répondit qu'on le lui avait dit à une ou deux reprises. Encore une remarque qui parvint à me faire sourire. Et sans parler plus encore, nous reprîmes notre marche pour tenter de trouver une bestiole à tuer pour l'embarquer avec nous. Mais alors que nous avancions, des râles attirèrent mon attention. Et j'eus le réflexe d'empoigner la veste de la jeune femme, pour la tirer derrière un arbre à mes côtés. "On devrait faire demi tour. J'ai l'impression qu'il y a une horde plus loin." Lui annonçai-je d'une voix à peine audible, avant de lancer un bref coup d'oeil discret en direction de l'endroit d'où s'élevaient les râles que je venais d'entendre. Et ils étaient nombreux. Et de plus en plus proches de nous si je comprenais bien le fait que les bruits étaient de plus en plus forts.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Je t'arrache quoi en premier ? (PV William) Jeu 6 Fév - 19:28

William et Riley ♦ Je t'arrache quoi en premier ?


Qu'il y ait du chocolat dans cette zone était un très bon point, mais le fait qu'il y ait du café en étant un de taille pour moi je devais bien l'avouer. Je crois que je suis devenue accro au café très rapidement puisque je n'aimais pas spécialement le lait. Si quand on est gamin on doit boire du lait, moi onm'avait déjà mise au café au lait et ce fut adolescente que je me rendis bien vite compte que sans le lait c'était meilleur encore. J'étais de celles qui buvait une cafetière entière de café pendant la journée et qui avait besoin de sa dose de caféïne même avant d'aller dormir. Il n'y a que les chochottes qui ne peuvent pas en boire après une certaine heure sous peine de ne pas pouvoir fermer l'oeil de la nuit. Foutaises ! C'est un bon concentré d'adrénalines et je donnerais tout pour pouvoir retremper mes lèvres dans cet or noir. Rien qu'en y pensant j'en salivais d'avance et je suis sure qu'un regard aguérie verrait mes pupilles en train de se dilater de plaisir rien qu'en y pensant. J'étais une accro à la caféine... une accro qui avait du se passer de sa dépendance. Peut être que c'était à cause de ça que le matin j'étais si désagréable ? Ouais parce que je savais que je n'aurais pas droit à ma tasse de café ! Non ce que j'avais c'était de l'eau potable et encore je devais m'en contenter et être heureuse.

A présent en train de nous enfoncer dans la forêt, on avait bien entenduu fait la rencontre de deux puants dont on c'était gentiment occupé mais cela ne présageait rien de bon. Ils semblaient s'être donné le mot. Quand William m'empoigna pour me cacher avec lui derrière un arbre je fus dans un premier temps surprise et prête à m'énerver lorsque je tendis l'oreille pour entendre des râles bien trop reconnaissables. Je lui fis un signe de la tête pour lui répondre et ce fut sans un bruit que l'on décida de s'éloigner, tuant au passage quelques lapins que je pourrais rapporter au camp. Les au-revoir ce n'était pas mon truc, alors je lui ai simplement balancé un
 Prends soin de toi avant de m'enfoncer dans la direction de la cabane que nous avions trouvés avec Yaël. De toute façon, j'étais prête à parier que l'on se reverrait avec William, et sans doute même que ce serait dans l'enceinte de cette zone. Après tout, il faudrait bien que j'arrête d'y aller et qu'on y aille !

©flawless
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Je t'arrache quoi en premier ? (PV William)

Revenir en haut Aller en bas

Je t'arrache quoi en premier ? (PV William)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS-