Réunion de Famille
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
Le 10/11/2017 : le forum a CINQ ans & sa saison 6 est mise en place. Nouveautés à découvrir ici (le tout accompagné d'un recensement au passage obligatoire).
ON VOUS AIME TEEEELLEMENT !! coeurrose lele Si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ? (Ouais on vous achète et alors ? /PAAN/)

Partagez| .

Réunion de Famille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Réunion de Famille Sam 7 Déc - 13:15

Joan Dixon & Yaël Dixon & Riley A. Evans
Réunion De Famille
Les hautes autorités de la zone 51 m'avaient interdite de sortie pour le moment, ils n'avaient pas apprécié que je fausse encore compagnie aux membres de l'expédition, ainsi, je devais me contenter d'errer dans les alentours de la zone 51 espérant que je trouvais une trace de mon petit-ami ou de mon frère et des autres, mais pour le moment, je faisais chou blanc. Je ne me décourageais pourtant pas, car il y avait des centaines de petites villes où ils auraient pu s'arrêter, où ils pourraient aller dans un avenir immédiat. C'est pourquoi, même si je ne pouvais pas m'éloigner de la zone 51, je continuais mes recherches.

J'arrivais ainsi dans une petite ville à environ 100 kilomètres de la zone sécurisée. J'avais emprunté une voiture et je comptais bien passer la ville au peigne fin et laisser mon éternel message un peu partout dans les boutiques. Les rôdeurs étaient rares, je me doutais qu'une purge avait déjà été effectué dans le coin pour éviter que des hordes ne se forment et cela me convenait très bien, car moins j'en tuais mieux je me portais.

Je fis mon premier arrêt au supermarché, Isaac m'avait demander des gâteaux bien particuliers, qui lui rappelaient sa sœur, je savais qu'elle lui manquait terriblement et du coup, je voulais lui faire plaisir afin de lui changer les idées et lui remonter le moral. Le jeune garçon m'inquiétait un peu et je ne savais pas vraiment comment lui venir en aide. Je sortis mon couteau, si je devais tuer des zombies autant le faire de la manière la plus discrète possible. Je passais d'allée en allée et je me retrouvais en tous face à cinq zombies à qui je plantais mon couteau dans le crâne.

Je m'assis sur le comptoir pour reprendre mes esprits, comme chaque fois, tuer des zombies me rendaient malade. Je savais qu'ils n'étaient plus rien, mais je ne pouvais m'empêcher de me demander ce qu'ils avaient été auparavant quand leurs cœurs battaient encore et qu'ils étaient humains comme moi. Je bus une longue gorgée d'eau fermant les yeux et essayant de me rappeler ce qu'était la vie d'avant. Je savais que je ne devais pas faire ça, j'allais encore déprimer et je n'en avais pas le droit. C'est alors que j'entendis la clochette de l'entrée du magasin, je sursautais et ouvris les yeux pour voir face à moi un couple se tenir sur le pas de la porte en me fixant. J'avalais difficilement ma salive, rencontrer des inconnus pouvait s'avérer plus dangereux encore que les zombies. Je n'osais pas bouger, mais je n'oubliais pas la politesse.

- Salut.
Gif By Lots Of Gifs / fiche crée par © Summers
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Réunion de Famille Sam 7 Déc - 14:14




Réunion de famille
Cela faisait maintenant trois jours qu'avec Yaël on avait élu domicile dans cette vieille cabane au fin fond de la forêt. Ce n'était pas un luxe à proprement parler, mais au moins on était au sec et grâce à la sorte de petite cheminée on pouvait se chauffer. Bon okay, ce n'était pas du tout un endroit super, mais je devais le croire pour ne pas qu'il m'attrape par les cheveux et ne me tire jusqu'à la zone 51. C'est qu'il en serait capable j'en suis sure ! Malheureusement, notre réserve de nourriture n'allait pas nous faire tenir un jour de plus et Yaël avait décidé qu'on irait en chercher. J'avais pourtant proposé qu'on aille chasser, m'étant acclimaté à cette forêt mais non, il fallait que comme d'habitude ce soit monsieur qui décide ! J'étais folle de rage, et forcément on s'est disputé... comme toujours au final jusqu'à ce que ça se termine de la même façon : à l'horizontale. Cet homme m'agaçait au plus haut point et pourtant, je rendais toujours les hommes et j'avais droit à son sale sourire en coin. Il m'énerve, il m'énerve, il m'énerve.

Ta gueule ! On était dans la voiture et il n'avait pas encore ouvert la bouche mais je pouvais sentir son regard sur moi. Pour une fois, c'était moi qui conduisait, ce qui au final ne me dérangeait bien au contraire. On se dirigeait vers une petite ville et c'était lui qui me servait de GPS et autant dire qu'il était performant dans le domaine puisqu'on ne s'était pas perdu. Vingt minutes après avoir roulé, la dite ville apparut devant nous. Bien entendu les routes étaient désertes. On pouvait voir des voitures abandonnées et il y avait même une poussette sur le trottoir, cette vue me fit grimacer, j'espère que l'enfant qui était dedans n'avait pas été dévoré. Je continuais de rouler au pas lorsque je vis un puant sortir d'une des maisons, j'aurais pu m'arrêter pour le tuer mais à quoi bon ? On allait pas vers là de toute façon. Je continuais de rouler jusqu'à finalement m'arrêter sur le parking d'un supermarché. L'endroit semblait désert, ouais comme toujours avant qu'une horde de puant ne nous tombe dessus. Je descendis de la voiture en faisant attention de ne pas faire claquer la porte et portait un sac dans lequel j'y mettrais tout ce que je pouvais. Si en plus de la nourriture je pouvais trouver de quoi refaire le pansement de Yaël ce serait vraiment le top même si pour lui ce n'était pas la priorité. Avançant tous les deux sur le parking, Yaël venait de passer devant moi pour pousser la porte du magasin. Je levais les yeux au ciel en secouant la tête pour le voir... comme si je n'étais pas capable d'entrer la première. Ma réaction ne se fit pas attendre puisque je sifflais un petit con entre mes lèvres avant de me retrouver face à une jeune femme blonde assise sur le comptoir. Je me figeais d'un coup, mon arc pointé sur elle. Ce n'est pas que je voulais lui tirer dessus pas du tout, mais au cours de l'année passé je m'étais vite rendu compte qu'il ne fallait pas se fier aux apparences et que les gens étaient bien moins gentils qu'ils ne le laissaient paraître.

© charney

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Réunion de Famille Sam 7 Déc - 17:13

Réunion de famille
Joan, Riley&Yaël
Cette nana est infernale mais je dois dire que j’apprécie de gagner à chaque fois. Transformer sa colère en désir, est devenu presque trop facile. Elle est tellement faible. J’adore avoir ce contrôle sur elle. Mon sourire la dérange ce qui le fait s’élargir toujours plus. Quand elle ajoute même la parole à la mimique, je ricane allégrement. Ce qu’elle fiche au volant ? J’ai pas envie de rejouer la catastrophe de l’autre jour, alors je préfère jouer le co-pilote cette fois-ci. Reste plus qu’à espérer qu’elle est plus douée en conductrice qu’en GPS. D’autant plus que j’ai un excellent sens de l’orientation et mon expérience dans l’armée a fait que renforcer ce trait chez moi. Elle a beau avoir le volant entre les doigts, c’est bien moi qui commande la route. La carte entre les mains, j’annote quelques trucs pratiques au crayon durant le trajet pour qu’on se souvienne. Une fois qu’on sera dans cette fichue zone, ça pourra toujours nous être utile de connaître les emplacements de tel ou tel truc – comme la station-service d’ailleurs devant laquelle on repasse sans s’arrêter. On roule durant un bon moment avant de tomber sur un supermarché. Je soupire quand même avant de sortir en pensant à ce qu’il nous attend à l’intérieur – il restera sûrement rien ou pas grand-chose vu qu’on est proche d’une communauté techniquement importante. Tout ça parce que mademoiselle a les jetons, on doit encore risquer nos fesses pour des vivres. Son histoire de chasse me plaît pas parce que dans ces bois, y a d’autres humains et que j’ai pas trop envie de tomber dans une embuscade. Mais bon, ça, sa petite tête de linotte l’emmagasine pas. Je file tout droit après m’être extirper de l’habitacle et passe devant elle avec aisance en plusieurs enjambées. Pas question qu’elle entre la première, elle risque encore de pas gérer la situation si y a des macchabées à l’intérieur. Sa remarque m’arrache un autre rictus arrogant que je lui lance avec délectation.

J’ouvre prudemment la porte et jure à voix basse quand la clochette annonce notre arrivée. Mais très vite, c’est plus ça qui m’inquiète mais la silhouette qui se dessine sur le comptoir. Un zombie ? Non, un humain. Peu importe sa nature, je relève directement mon flingue vers elle en moins d’une demi seconde avant qu’elle parle et voit que Riley me suit dans ce mouvement par réflexe. Je la regarde alors du coin de l’œil et je me sens fier comme un con de la voir réagir avec autant de perspicacité. Putain, je suis pas son père, qu’est-ce qu’il me prend à éprouver un tel sentiment hein ? Enfin, au moins, elle m’a écouté et mon enseignement a porté ses fruits. Brave gamine. Enfin, pour une fois, elle se comporte comme une adulte alors je vais pas lui retirer ça. L’étrangère nous a salué mais je me suis pas né de la dernière pluie. Les gens les plus polis sont souvent les plus dangereux. Ils sont autant nos ennemis que les morts vivant. La preuve c’est que j’avais manqué de me faire poignarder quelques jours plus tôt. Je fixe l’inconnue durant quelques secondes en laissant la tension courir entre nous et elle. Elle tient un couteau, ok. Je vois pas son arme de là où je suis alors je commence doucement à me déplacer en murmurant avant, à l’attention de ma comparse « Bouge pas. » J’exécute lentement quelques pas sur la droite pour la contourner très lentement. « T’es seule ? Ou y en a d’autres avec toi ? » Je continue mon petit manège ne me déplaçant qu’en cercle autour d’elle. Je veille à pas trop m’éloigner de Riley quand même au cas où elle bondisse sur elle avec sa lame. Je m’arrête une fois que je suis complétement sur sa gauche et analyse les cadavres à terre. Cinq. A elle toute seule ? Encore une raison de se méfier. « C’est toi qui les a butté ? » A cette distance, je peux mieux jauger ses traits. Elle me semble familière mais je sais pas pourquoi ce qui amplifie nettement ma parano. Je continue à braquer mon arme sur elle en attendant qu’elle réponde tandis que mes yeux ne la lâchent pas un seul instant.





Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Réunion de Famille Sam 7 Déc - 18:17

Joan Dixon & Yaël Dixon & Riley A. Evans
Réunion De Famille
J'étais loin d'être en position de force assise en tailleur sur le comptoir du magasin, une bouteille à la main à moitié levée et ma main qui tenait le couteau reposait mollement sur mon genou. Les deux inconnus levèrent leurs armes respectives et j'avalais difficilement ma salive. Je posais mon regard sur la jeune femme et son arc, elle ne semblait pas vraiment méchante, évidemment, je savais bien qu'il fallait se méfier des apparences pourtant, elle ne m'effraya pas le moins du monde. Je pris alors le temps d'observer l'homme qui l'accompagnait et un frisson me parcourut le dos, il me semblait dangereux, hargneux et pas si inconnu que cela. Je fronçais un instant les sourcils pour savoir quand et ou j'avais pu le rencontrer sans arriver à le situer.

Je restais totalement immobile, je ne voulais pas faire un geste qui serait mal pris et que je me fasse simultanément tirer dessus par un arc et un revolver. Je suivais pourtant l'homme du regard qui me contournait. Il me questionna alors, ce que je compris non sans mal, il devait se protéger lui et sa petite-amie. Je lui rejetais un petit coup d'ailleurs pour voir si elle avait bougé ou non. Je pris une profonde inspiration, je ne voulais pas que la peur transparaisse dans la voix, car il était clair que j'étais en mauvaise posture. En effet, j'étais dépassé et s'ils voulaient s'en prendre à moi et bien, je ne pourrais pas faire grand chose pour les en empêcher. Je me mordillais ma lèvre et me lançais.

- Je suis seule ici. Je ...

Non parler de la zone 51 et du faîte que je sortais seule car les autres n'avaient pas confiance en moi. Ils savaient que pour le moment, mon seul but était de retrouver ma famille et que le bien-être du groupe n'était pas ma priorité. Je préférais me taire. Je continuais à fixer l'homme oubliant un peu la jeune femme qui se tenait à l'entrée et qui pourtant, elle aussi menaçait ma vie. Il me rappelait vaguement quelque chose et je n'arrivais pas à mettre le doigt dessus. Ces yeux m'étaient familiers, mais je n'eus pas le temps de m'y attarder, car il vit alors les cadavres des zombies et la réinterrogea de nouveau.

- Un par un oui.

Lentement, je me reculais, pour quitter le comptoir, je ne faisais pas de geste brusque ne voulant pas leur laisser penser que je voulais leur faire du mal, mais je voulais mettre de la distance entre eux et moi. Je les regardais l'un après l'autre. Et soudain, je posais ma main sur ma bouche, je savais à qui il me faisait penser depuis le début, mais c'était tout simplement impossible.

- Qui êtes-vous ?
Gif By Lots Of Gifs / fiche crée par © Summers
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Réunion de Famille Dim 8 Déc - 11:56




Réunion de famille
Si seulement j’avais un pouvoir pour lui permettre de fermer sa bouche ou encore d’arrêter de me regarder comme ça, je le ferais sans aucun scrupule. Il m’énerver, mais ça va même au-delà de la colère, je me demande parfois comment je fais pour pouvoir le supporter. Dès que je le regarde j’ai envie de le gifler, et pourtant, c’est pas ce qui arrive le plus souvent entre nous. En y repensant je grimace. Faut que j’arrête d’être aussi faible en sa présence. Comme s’il avait un ascendant sur moi ! Non mais oh ! Réveilles toi un peu jeune fille ! C’est pas comme ça que tes parents t’ont élevées !!! Je me re-concentre sur la route, vaut mieux sinon on risque de se prendre un arbre, tomber dans un fossé ou se manger un macchabé. En arrivant à hauteur du supermarché, je soupire, j’espère juste qu’on y va pas pour rien, parce que c’est toujours une sacrée prise de risque tout ça. Si jamais on tombe sur une horde de puants et qu’on s’en sort, je l’entends déjà me dire que si on était à la zone 51 jamais tout cela ne serait arrivé. C’est comme un vieux disque rouillé qui passe en boucle à force.

Il me passe devant moi et finalement on se retrouve nez à nez avec une jeune femme qui semble à peine plus âgée que moi. Par réflexe je me met en position en levant mon arc vers elle. Un seul faux pas et je lui lance un carreau en plein milieu du crâne même si cette idée me fait frémir. Jusqu’à présent, je n’ai tué que des macchabés et je n’ai aucune envie de devoir tuer un être humain mais s’il le fallait… Je vois Yaël également pointer son flingue sur elle. Il me dit de pas bouger, j’hoche la tête, pour une fois je l’écoute et je le laisse faire. Il passe d’un côté, puis de l’autre, il sait ce qu’il fait et je suis contente de l’avoir à mes côtés parce que je sais que si jamais cette fille n’est pas toute seule et qu’il s’agit d’un piège il me protégera. La fille répond qu’elle est tout seule, je regarde quand même autour de nous et je me décale un peu quand je vois Yaël scruter le sol. Je fronce les sourcils en voyant les cadavres au sol, elle est définitivement dangereuse sous sa gueule d’ange. Par contre, ce que j’aime encore moins, c’est de la voir contempler Yaël comme ça. Je me gifle mentalement en me rendant compte de l’effet que ça me procure. Est-ce que ça m’énerve ? Non pire que ça ! Et là, elle se permet de nous demander qui on est. J’ai pas le temps de vraiment réfléchir que j’ai fait plusieurs pas pour me retrouver face à elle. Je sais pas ce qui me prend, je réfléchie plus vraiment avec ma tête là. T’es pas en état pour causer là ! Qu’est ce que tu fous ici et pourquoi t’es toute seule ? Sans vraiment m’en rendre compte je suis de plus en plus menaçante. Non mais qu’est ce qu’il m’arrive là ? Etre sur la défensive parce que j’ai peur qu’elle ne soit pas toute seule, d’accord, mais être sur la défensive juste parce qu’elle observe un peu trop longuement Yaël ça c’est autre chose. Deuxième gifle que je m’afflige mentalement.


© charney

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Réunion de Famille Dim 8 Déc - 15:27

Réunion de famille
Joan, Riley&Yaël
Ok, seule. Cinq zombies. Elle a beau dire qu’elle les a pris un à un, elle n’en semble avoir qu’un couteau. Ma vigilance redouble toujours plus alors que je me focalise complétement sur elle. Je sais que je peux avoir confiance en Riley pour  surveiller les alentours. L’avantage d’être à deux contre une personne, si jamais ça tourne mal. Plus je fixe mon attention sur elle, plus je suis sûre de la connaître ou du moins de l’avoir déjà croisé auparavant. Ce sentiment va en s’intensifiant quand je lis une sorte d’incompréhension dans ses yeux. Sa main voile partiellement sa bouche à un moment comme si elle, elle avait compris. Ce qui me frustre et m’interpelle. Je resserre mes doigts autour de la crosse de mon flingue alors qu’elle nous demande de décliner notre identité. Ok, où est-ce que j’aurai pu la rencontrer ? Je passe en revue mes altercations diverses depuis les épidémies. Et si ça date d’avant ? Putain, j’en sais rien. Je suis perplexe et ça m’agace. Je siffle d’une voix irritée « Qu’est-ce que ça peut te foutre ? Tu peux déjà bien réalisé par toi-même qu’on est pas les lutins du père noël. » C’est là que j’entends les pas de ma comparse. Évidemment, je lui dis de pas bouger, donc elle finit par le faire. C’était trop beau pour que ça dure. Je la désapprouve d’un coup d’œil mais ne lui dis rien. Si la nana esquisse le moindre mouvement dans sa direction, j’hésiterais pas. J’aime pas la savoir aussi proche d’un danger, elle a quoi dans sa tête ? Enfin au moins, je peux plus rapidement l’atteindre s’il faut la mettre à couvert. J’ai presque envie de sourire quand elle se montre menaçante. Ouais, elle est plutôt mignonne quand elle joue au tigre. Je sais pas si ça m’énerve qu’elle fasse preuve d’imprudence ou si ça m’amuse mais au final, ça a pas d’importance parce que je repose ma concentration sur l’étrangère.

En fronçant durement les sourcils, j’ajoute « C’est plutôt à toi de nous dire qui t’es ! Et ce que tu veux, oui. » J'exécute quelques pas vers l’avant en m’agrippant toujours à ses prunelles. Ça me rappelle vraiment quelque chose, ça doit être un truc plutôt important pour que ça me saute à la gorge à ce point mais je parviens pas à me souvenir. Le temps que je mobilise ma mémoire, je continue la parlote. « On veut pas d’emmerdes alors nous oblige pas à en créer. » Tout en continuant à fixer cette gonzesse sans sourciller, je m’adresse à Riley. « Tu peux commencer les courses. Si t’as un souci, tu connais la procédure. T’éloignes pas trop quand même. Je reste ici pour la surveiller, ok ? » J’espère qu’y a pas d’autres macchabés dans le coin. De toute manière, elle sait se défendre et on entend tous les bruits possibles ici avec l’échos. L’ironie veut que j’ai du mal à maintenir ma méfiance à son maximum alors que je jauge cette nana. Je ne sais pas pourquoi, j’arrive pas à la retaper dans un contexte négatif. Merde, ça me saoule que tout ça m’échappe.Ça m’écorche le palais d’articuler ces mots mais je le fais quand même parce que ma frustration est plus grande que ma suspicion « On est censé se connaître ? » Elle a intérêt à me fournir une explication parce que je vais pas rester patiemment là comme un con encore longtemps. J’ai surement pas envie  qu’on passe notre journée ici pour quelques conserves périmées, surtout qu’on sait pas le passage ici. La preuve, on est tombé sur elle.



Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Réunion de Famille Dim 8 Déc - 17:23

Joan Dixon & Yaël Dixon & Riley A. Evans
Réunion De Famille
J'essayais de ne pas penser à lui, Yaël, 16 ans qu'il avait disparu de nos vies et que je pensais que jamais je ne reverrais surtout depuis l'invasion. Quels étaient les chances de le retrouver ici et maintenant après tant d'année. Ma gorge se serra, lui ne semblait pas me reconnaitre et puis comment était-ce possible, la dernière fois qu'il m'avait vu et serré dans ces bras j'étais une fillette de sept ans avec des couettes et une barrette Minnie dans les cheveux. Je ne pouvais pas être sur à 100 % que s'était bien lui, mais la ressemblance avec notre père était tellement frappante que j'en aurais mis ma main à coupée. C'est pour cela que je leur demandais qui ils étaient, en faite, c'est son identité à lui qui m'importait, elle, elle n'était rien pour moi et à cet instant, je ne pensais même plus à sa présence, j'étais toujours fixé sur lui.

Je l'avais oublié, du moins jusqu'à ce qu'elle perde son sang-froid et vienne m'agresser, se coller à moi en me hurlant dessus. Je ne m'énerve pas au contraire, je la trouve plutôt drôle en faite, je sentis bien qu'elle voulait défendre son territoire et qu'elle me prenait pour une rivale potentielle. Je croise les bras et hausse un sourcil prenant un air nonchalant. Bon, je joue peut-être avec le feu, après tous, ils sont armés et moi, je n'ai qu'un petit couteau qui fait ridicule à côté de leurs armes et les insulter n'était surement pas la chose la plus intelligente que j'avais à faire, mais je ne pus m'en empêcher.

- Écoute-moi bien fillette, je ne pense pas avoir à me justifier de ma présence ici après tout, j'étais la première arrivée. Ensuite que je sois seule en compagnie de personne, je ne vois pas en quoi ça te regarde, à moins que l'on t'ait nommé miss marie mêle tout et que je n'en ai pas été informé ?

Sans plus attendre, je reportais mon attention sur l'homme que je supposais être mon frère. Il se montra aussi agressif que sa compagne, mais sa repartie me fit sourire, d'ailleurs, je me retins de justesse de rire en me mordant la lèvre assez fortement, cette blague des lutins de noël me confirmait son identité, c'était sa répartie favorite en période de noël quant au téléphone, on lui demandait si s'était bien chez les Dixon. Ainsi, je ne relevais pas sa remarque, après tout ce que je voulais depuis des semaines se réalisait enfin. Je retrouvais un membre de ma famille, même si je n'avais pas parié sur lui. Je me retrouve bientôt encerclé par deux inconnus qui semblaient plutôt agressifs qu'autre chose, la peur devait se lire dans mes yeux, mais mon attitude restait zen et un peu revancharde.

- Tu ne veux pas d'emmerde, mais vous m'agressez alors que je vous ai juste dit bonjour. Et puis c'est moi qui ai posé la question la première. Qui êtes-vous ?

Je ne le quittais pas des yeux, il me visait toujours avec son arme, mais il ne semblait pas décider à faire feu, au contraire, je décelais une interrogation dans ces yeux, se pourrait-il qu'il me reconnaisse ou du moins que je lui dise vaguement quelque chose. Il envoya la jeune fille commencer les courses sans même la regarder et je la pris vaguement en pitié, elle n'avait pas été sympa à m'agresser ainsi, mais se faire congédier de la sorte, était loin d'être gentil non plus. Je m'appuyais contre une étagère, je voulais attendre que l'on soit seul avant de lui parler de chose plus personnelle, surtout si j'avais tort, je ne voulais pas que quelqu'un d'autre puisse voir ma déception. Il me devança pourtant en me demandant si on se connaissait, je ravalais la boule qui se formait dans ma gorge. Je relevais la tête, la tristesse soudain présente.

- C'est fou ce que tu ressembles à papa.

Gif By Lots Of Gifs / fiche crée par © Summers
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Réunion de Famille Dim 8 Déc - 17:51




Réunion de famille
Je levais les yeux au ciel tellement il m'exaspérait à répondre comme ça mais peut être que ça pouvait désarçonner la fille. J'en savais fichtre rien et j'eu la pire des réactions en m'approchant un peu plus d'elle et en tentant de la jouer dure à cuire. Je savais que j'étais une bonne tireuse c'est vrai, mais est ce que juste parce qu'elle était en train de le jauger je devais le faire ? Bon sang non ! Mais qu'est ce que je faisais là ? D'ailleurs j'eu droit au regard de Yaël mais je préférais faire comme si je ne l'avais pas vu. Il ne supportait pas quand je ne lui obéissais pas, et pourtant, je ne lui obéissais que rarement donc il devrait en avoir l'habitude. Apparemment non, tant pis pour lui. J'ouvre la bouche et je m'étonne à avoir une voix aussi dur et aussi tranchante. C'est pas dans mon habitude de parler comme ça, mais je ne peux pas m'en empêcher. La réaction de la petite blonde ne se fait pas attendre et forcément la mienne non plus. J'ai un petit rire... pas le genre de petit rire qu'on a quand on se marre réellement, non, là mon rire était mauvais. Je la vise, et bim... un de mes carreaux lui frôle la joue, lui lançant une entaille au passage. Pas profonde, mais je veux juste lui montrer qu'elle n'a pas affaire à une petite poupée Barbie. La prochaine fois c'est ta tête que je vise ! Terminé de plaisanter, je suis en train de perdre patience alors qu'en règle générale j'en ai à revendre, mais là je sais pas pourquoi, cette nana je la sent pas. Je suis absolument pas objective en fait. J'ai bien vu comment elle le regardait et comment lui il la regardait. Ça me prend les tripes, ça m'énerve, ça me rend jalouse. Ouais c'est ça le moment jalouse. Je vais dégueuler.

Yaël et la fille se mettent à discuter, ou plutôt, ça se renvoie la balle, personne ne semble disposé à dire qui est qui, ça va pas avancer cette discussion. Merde à la fin ! J'allais pour l'ouvrir encore lorsque je me fais littéralement congédié. Je suis surprise. Je regarde Yaël d'abord surprise avant de lui lancer un regard noir. Je rêve où il vient juste de m'éjecter là ? Pour rester seule avec barbie en plus ? Je suis folle de rage mais je tente de me contrôler. Je lui répond même pas, je vais pas lui donner de satisfaction et en plus j'ai pas envie de me montrer en spectacle. J'hésite et puis je me recule doucement avant de finalement leur tourner le dos. Je suis une cible facile pour la fille si jamais elle veut me lancer son couteau, quoi qu'ensuite je sais très bien qu'il y en a un qui risquerait de l’abattre. Au final ce serait pas le bon plan. J'écoute pas, comme d'habitude et j'arpente les rayons à la recherche de n'importe quoi. Les rayons sont tous quasi vide, mais j'arrive quand même à dégoter quelques boîtes de conserves avant de finalement partir en direction de ce qui m'intéresse le plus: matériel médical. Je tente d'écouter mais rien, je dois être sans doute trop loin pour entendre leur conversation, par contre j'entends un râle et ça je sais d'où ça viens. Un putain de macchabée me fonce dessus me faisant tomber à la renverse. Je lui donne un coup avec mon arbalète avant de lui planter mon couteau dans le crâne. Saloperie ! Je me relève. Elle aurait au moins pu faire le nettoyage correctement. Amateur ! Je continue d'arpenter les allées et je trouve enfin ce que je veux. Il reste pas grand chose mais j'ai des pansements, des bandes et même de quoi désinfecter les plaies. C'est périmé mais c'est déjà mieux que rien. Je passe devant les capotes et je souris en coin. Bizarrement les gens prennent un tas de truc mais pas ça... moi la première, sauf que je décide de faire marcher arrière pour en attraper une boîte. Je secoue la tête et je me gifle mentalement. Encore...


© charney

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Réunion de Famille Dim 8 Déc - 20:42

Réunion de famille
Joan, Riley&Yaël
Mettez deux filles ensemble et observez le Monde brûler. Je comprends que Riley se positionne à ma suite sous la potentielle menace. On est sur les routes depuis trop longtemps et ma blessure est encore trop fraîche qu'on cesse d'agir sans être un minimum parano. On est jamais trop prudent après tout. Que l'autre nana y réponde avec plus ou moins d'agressivité est justifiable. C'est pas pour ça qu'il me viendrait à l'idée de lui planter une balle entre les deux yeux. Apparemment, c'est pas le cas de Riley. Je la vois décocher un carreau sans avoir le temps de réagir, elle effleure la joue de l'autre gamine. Je siffle entre mes dents « Putain Riley ! Qu'est-ce que tu fous !? » Elle sait pas garder son sang froid ? Franchement, elle joue à quoi ? Elle fait que la provoquer, elle l'attaque pas. C'est stupide. C'est en partie pour ça que je l'écarte un peu volontairement. Bon, c'est aussi pour gagner du temps mais j'ai pas envie qu'elles en viennent aux mains non plus. J'aurais cru être le plus sanguin de nous deux mais de toute évidence, j'ai un peu plus de rigueur qu'elle. Enfin peu importe. Je suis heureux de constater qu'elle m'obéit et s'éloigne. C'est tout ce qui compte, je lui adresse un dernier regard avant qu'elle s'éloigne du genre fais pas de conneries et sois prudente. La blonde reprit et je dû avouer qu'elle marquait un point. Juste un – minuscule et petit – point qui ne changeait rien au fait qu'elle était en minorité. « Si tu veux pas répondre, je vois pas pourquoi on le devrait nous aussi. Comme tu l'as dit on est en majorité et on est agressif, tu crois pas que c'est toi qui aurais intérêt à répondre ? » Je la relâche pas des yeux mais veille toujours à garder une oreille sur les bruits que je perçois de ma comparse au loin. J'espère qu'elle fait rien de stupide.

Notre inconnue m'empêche de divaguer plus longtemps en répondant à ma question par une phrase qui me fait compléter halluciner. Durant une bonne minute, j'en reste con et hésite même à rire. Qu'est-ce qu'elle raconte cette petite maintenant ? Elle cherche à m'embrouiller ? C'est une ruse ? Je comprends pas. Pourquoi son paternel ? C'est la seule idée qu'elle a eu ? « Pourquoi est-ce que tu me parles de ton père maintenant hein ? Tu cherches à m'attendrir... Je crois que tu... » Puis soudainement, les pièces se mettent en place d'un seul coup. Non. Ce n'est pas possible. Combien de chances que... ? Ici, comme ça ? Je me sens pâlir alors que j'examine avec plus de sérieux les traits de la jeune femme. Je calcule mentalement dans ma tête l'âge qu'elle aurait eu si ... Elle était encore vivante. 23. 23 ans. Et elle, elle... Son regard. Elle ressemble à ma mère sur certains points mais plus important, elle ressemble à Joan. Non, c'est elle. C'est Joan. J'en reviens pas. Il y a pas grand chose qui sait me faire la fermer mais ça. Ça, ça fonctionne. Je suis soufflé et choqué de la retrouver dans ces conditions et ... en bonne santé. Je reste un long moment là physiquement à pointer mon flingue sur ce qu'il semblerait être ma sœur. Mon esprit s'égare complètement durant cette putain minute. J'essaie de me rappeler de son visage la dernière fois que je l'ai vu avant de faire mes bagages et de me casser. C'est hallucinant. Progressivement, je baisse le canon de mon arme sans pour autant avancer. Toujours incrédule, je plante mon regard dans le sien et ajoute d'une voix neutre, lointaine. « Et moi, je suis désolé de t'annoncer que tu ressembles malheureusement à maman. » J'essaie de sourire mais j'y arrive pas. Je suis complètement sous le choc, putain. Je les ai cherché et quand j'abandonne définitivement, boum. Non, si ça se trouve je deviens fou et elle me raconte n'importe quoi. Si ça se trouve, c'est pas elle. Je veux, peux pas y croire. C'est trop fou.

Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Réunion de Famille Dim 8 Déc - 21:34

Joan Dixon & Yaël Dixon & Riley A. Evans
Réunion De Famille
Je l'avais mis hors d'elle, je m'en rendis à la seconde ou je finissais ma phrase. Avant je n'aurais jamais chercher les gens comme ça, mais là, j'étais à fleur de peau, je voulais retrouver ma famille et je manquais totalement de discernement. Je ne cillais pas, je n'en eus pas le temps, un moment, son arc était bandé, la seconde d'après je ressentais une brulure sur la joue droite et je sentis un peu de sang couler sur ma joue. Elle me menaça une nouvelle fois et je fis inconsciemment un pas vers elle.

- La prochaine fois assure toi bien que ce soit dans la tête, car je te ferais passer le gout de me menacer.

Bon s'était du flan, je n'étais pas loin de pleurer, mes genoux tremblaient et je ne voulais pas craquer, pas devant elle et passer pour une faible incapable de tenir la distance. Yaël la rembarra et je retrouvais mon sourire, un petit sourire moqueur qui me fit oublier la douleur lancinante et cuisante de ma joue et je la regardais un instant partir avant de reporter mon attention sur mon frère, ma petite phrase le laisse un instant sans voix et je vois bien qu'il ne comprend pas, d'ailleurs, il ne se gêna pas pour me le dire. J'aurais dû être plus clair, car je sens que là, il s'énerve, je m'apprête à le calmer, j'ouvre la bouche, lève les mains et là soudain, il comprend, il s'arrête et me fixe sans rien dire.

Je rabaisse mes mains et attends, je le laisse en venir aux conclusions qui s'imposaient, je ne le brusque pas. Après tous, ça doit être difficile de retrouver sa petite sœur quittée enfant en adulte dans un magasin paumé au milieu de nulle part et entouré de zombie. Il me menaçait toujours de son arme, mais je vis la tension de ces mains se relâcher et bientôt, il la baissa son arme et je respirais alors profondément, il me croyait, il se rappelait encore de moi et surtout, il était encore en vie. Je lui souris, mon cœur se remit à battre de manière calme et sereine, j'avais retrouvé un membre de ma famille, je n'étais plus seule. Bien évidemment, j'étais toujours inquiète pour les autres, mais je savourais de moment de calme et de plaisir. Enfin le plaisir fut de courte durée quand il me dit que je ressemblais à notre mère. J'aimais ma mère, mais je ne la comprenais pas et être comparé à elle, ne me faisait pas vraiment plaisir.

J'éclatais de rire, son qui fit étrange dans ces locaux vides et j'eus une pensée pour la jeune femme qui devait parcourir les rayons quelques mètres plus loin. Je posais ma main devant ma bouche et repris mon sérieux, lui était droit comme un i et ne bougeais pas d'un millimètre, moi, je retournais m'asseoir sur mon comptoir.

- Je ne sais pas si je dois le prendre pour un compliment ou pas.

Mon instant de légèreté et de rire fut cependant balayé par l'idée que maman et les autres étaient encore dehors, risquant leur vie. Je jetais un coup d'œil à l'extérieur comme si par magie, ils auraient pu se trouver là, venant à notre rencontre. Évidemment, je ne vis rien d'autre que le désert et je soupirais doucement, Yaël n'avait pas bouger, il semblait pétrifié, alors je sentis toutes les peines qu'il m'avait causées, toutes les questions que je m'étais posé sur son départ remonter à la surface et je ne pus m'empêcher de poser une question.

- Pourquoi n'es-tu jamais revenu me voir
Gif By Lots Of Gifs / fiche crée par © Summers
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Réunion de Famille Dim 8 Déc - 22:37

Réunion de famille
Joan, Riley&Yaël
Je suis toujours là comme un con, figé et déstabilisé par une petite blonde. J'en oublie presque le lieu, l'époque et la situation alors que je continue de la jauger du regard cherchant à comprendre comment la gamine que j'ai quitté, a fini par devenir cette jeune femme. La dernière fois que je l'ai vu, Minnie trônait encore fièrement dans sa chevelure. En même temps, à quoi je m'attendais ? Elle avait forcément grandi. Le temps a passé. Nous ne sommes plus les mêmes, je l'ai même pas reconnu. On est presque des étrangers qui partagent un peu d'ADN et un morceau d'histoire. C'est comme ça que j'ai choisi de les voir tous et pourtant, je suis quand même là à être surpris et paumé devant ma petite sœur. Je zappe tellement tout, que je suis bien capable de même plus sentir le poids de mon arme dans ma main – ça c'est dangereux. Je remets la sécurité du flingue calmement et relève les yeux vers Joan bien vite. J'arrive toujours pas à être à cent pour cent sûr que ça soit elle. Je sais pas pourquoi, une partie de mon cerveau peut pas l'accepter. J'esquisse un sourire face à sa réplique. Ah notre adorable mère qui n'avait que mon frère à la bouche. La situation n'a pas dû beaucoup évolué en 16 ans. 16 ans. Putain qu'est-ce qui me prend à jouer le nostalgique ou je sais pas quoi. Je me ressaisis un peu et la suis du bout des yeux se rasseoir sur le comptoir. Il reste un peu de tension entre nous. C'est normal. Tout ça reste... déstabilisant. Je viens de la menacer avec un flingue, on se connaît pas vraiment au fond et Riley l'a agressée. En y repensant, j'ai envie de rire mais je me retiens, histoire de pas envenimer les choses d'emblée. Elle aura le loisir de me détester par la suite – si c'est pas déjà le cas. Je ne bouge toujours pas de mon emplacement quand elle reprend la parole. Une interrogation. C'est parti. C'est pour ça que je me disais que pas les retrouver serait plus simple. Se justifier. Un concept avec lequel j'ai plus ou moins des difficultés. « Les hostilités débutent donc déjà. » Je soupire lourdement et range définitivement mon flingue dans mon holster avant de me rapprocher d'elle et de m'adosser au comptoir.

Je la détaille encore un peu avant de hausser les épaules d'un air nonchalant. « J'avais pas trop envie qu'on me foute des coups de pieds au cul dès que je réapparaîtrais tu vois. » Détaché. J'ai toujours été doué pour l'être surtout lorsqu'il s'agissait des Dixon. Leurs comportements m'avaient forgés de cette façon et les vieilles habitudes, ça colle à la peau. « Et puis j'ai été pas mal occupé. » Avec l'armée, j'avais eu peu de répit, c'était pas faux. Je reprends aussi juste mon rôle. Je suis doué à ce petit jeu là. Et cette discussion me semble tellement surréaliste que j'ai du mal de la prendre au sérieux. Toute la scène l'est à vrai dire. C'est complètement dingue. Je m'attends presque à voir se pointer Warren et son putain d'air suffisant à toujours vouloir commander tout le monde. Puis ma mère juste derrière à lui vouer un culte. Jésus, l'enfant prodige est parmi nous. Je ricane à cette pensée – si elle savait les conneries que je l'avais vu faire quand on était ado, et repose mon attention sur ma benjamine. « Qu'est-ce que tu fous ici seule au fait ? » Ils étaient tous morts ? Envisageable, j'ai vu de mes yeux le cadavre de notre père dans notre ancienne maison. J'arrive à rien ressentir par rapport à ça et c'est pas surprenant. Je sais plus ce que c'est d'avoir une famille. En fait, ça fait longtemps que pour moi j'en ai plus. Et pourtant, Joan se tient devant moi et je peux pas m'empêcher d'être un peu fasciné par cette rencontre. Après tout, de tout ce lot d'ahuris, c'était sûrement la seule qui savait apprécier mes blagues et qui me jugeait pas. Comment m'avait-elle reconnu aussi vite ? Je me passe distraitement une main sur mon début de barbe et lui demande d'un ton toujours léger « Je ressemble tant que ça au vieux ? » Non. J'ai toujours pas atterri. J'ai l'impression que tout ça n'est qu'une dimension parallèle. Qui s'attendrait à tomber sur sa soeur comme ça en plein apocalypse ? Pas moi.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Réunion de Famille Dim 8 Déc - 23:22

Joan Dixon & Yaël Dixon & Riley A. Evans
Réunion De Famille
Je ne voulais pas le pousser dans ces retranchements, mais cela faisait maintenant 16 ans que je me demandais ce que j'avais bien pu faire de mal pour qu'il refuse de revenir me voir. Je savais qu'il avait des problèmes avec mes parents, ces derniers m'en avaient suffisamment rabattu les oreilles pour écrire un roman et au moins douze suites. Mais moi, je n'avais que 7 ans, je soupirais, je ne voulais pas m'énerver, il avait peut-être une bonne raison à son absence, il était peut-être tombé dans le coma et était devenu amnésique. Et la miraculeusement, il se souvenait que j'existais. Je tournais les yeux vers lui, ça s'était mes rêves de petites filles, je savais que s'était totalement faux et d'ailleurs, il me le fit d'ailleurs remarquer dès sa deuxième phrase qui malgré mes bonnes résolutions me fit bondir, littéralement bondir. L'instant d'avant j'étais assise sur le comptoir lui à côté de moi et la seconde suivante, j'étais debout face à lui, et même si j'avais au moins une tête de moins de lui, je lui faisais bravement face.

- Tu étais trop occupé ? Pendant des années, je me suis demandé où tu pouvais bien être, pourquoi tu m'avais laissé tomber et ce que j'avais bien pu faire pour que jamais tu ne veuilles me revoir.

Je lui tournais le dos un instant, je voulais prendre le temps de ma calmer, mais surtout, je ne voulais pas lui montrer mes larmes, ne pas lui montrer combien son absence m'avait peser, car mine de rien, dans cette baraque de fou, s'était lui qui mettait de la joie et de la bonne humeur. Je m'essuyais rageusement les larmes et lui fis de nouveau face.

- Je ne voulais pas croire maman quand elle disait que tu étais un bon à rien d'égoïste, mais il faut croire que j'étais trop naïve pour voir la vérité en face.

La colère était redescendue aussi vite qu'elle était montée, je me sentais lasse, je m'étais fait tellement de films sur lui, que sa réponse me blessait énormément. Je m'appuyais contre le comptoir, le plus loin possible de lui. J'évitais son regard, je me trouvais pathétique et je me rendis compte que je voulais retrouver les autres membres de ma famille. D'ailleurs, au moment où je pensais à eux, il me posa la question, bonne question, qu'est-ce que je fichais ici, j'aurais dû être avec Isaac et pas ici à risquer ma vie, alors que de toute évidence, les derniers survivants Dixon étaient ici. Je soupirais.

- Papa est mort au début de l'invasion ... Maman à du le tuer quand il a essayé de me ... Tuer. Warren, sa femme, ces enfants, Maman, Artigan et moi, on a réussi à survivre ensemble jusqu'à il y a quelques semaines. Une horde nous a attaqués et on a été séparé, je suis avec Isaac, c'est ton neveu.

Ma gorge se serrait au fur et à mesure que je parlais, j'essayais de ne pas penser à tous cela, s'était bien trop douloureux. Je respirais profondément pour essayer de reprendre contenance, mais je le savais, je n'avais rien d'une dure, je n'étais pas faite pour prendre les rênes et survivre seule. J'étais faible, pleine de doute et un rien pouvait m'ébranler. Il sautait du coq à l'âne et je compris alors que cette rencontre tout comme moi, le perturbait, je ne pus m'empêcher de sourire à sa demande, est-ce qu'il ressemblait à notre père, je le regardais alors en coin et mon sourire se fit triste. Je me demandais ce que nous serions devenus si nos parents n'avaient pas fait tant de préférences, s'ils nous avaient acceptés pour ce que nous étions et non pour le fantasme qu'ils se faisaient de nous. Je soupirais alors.

- Tu as ces yeux.

J'entendis alors un bruit venant des rayons et je sursautais, je tournais la tête vers l'origine du bruit et vit la jeune femme qui était là au milieu du rayonnage. Elle nous regardait l'un et l'autre et je me demandais brusquement depuis combien de temps elle était présente.


Gif By Lots Of Gifs / fiche crée par © Summers
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Réunion de Famille Dim 8 Déc - 23:38




Réunion de famille
Cette fille m'avait énervée, non mais de quel droit d'abord elle se permettait de me parler comme ça ? Surtout que je semblais clairement avoir son âge ou être à peine plus âgée quelle. Sale gamine ! Voilà ce qui me vint en tête, mais au lieu de l'insulter comme ça et que ça reste plutôt gentil entre nous, me voilà en train de dire adieu à mon self control et de dégainer un carreau pour lui entailler la joue. Un sourire mauvais apparut sur mon visage, je ne me reconnaissais pas, vraiment pas. J'en rajoutais encore une couche la menaçant clairement même si au final tout cela n'était que du bluff. Jamais je ne pourrais tuer une personne de sang froid ou alors ce serait de la légitime défense. Ouais et encore. Mais la réaction de la blondinette ne se fit pas attendre, ce qui me fit sourire. Elle puait la peur, et ça m'amusait, ça m'amusait parce que j'avais la sensation d'être plus fort qu'elle. Rectification, j'étais plus forte qu'elle. Je sursautais en entendant Yaël me gueuler dessus et finalement me remballer clairement. J'avais envie de le gifler, une fois n'est pas coutume, surtout lorsque je compris son regard. On se suivait depuis plusieurs mois maintenant alors on avait même plus besoin de se parler pour se comprendre. Il me mettait en garde, il voulait pas que je fasse de conneries. Ça va j'ai compris !

J'arpentais les allées, faisant mes courses et évitant parfois les machabés qui étaient au sol quand d'un coup un rire me fit sursauter. J'arquais un sourcil. Non mais on se foutait clairement de ma gueule là ou quoi ! J'étais verte ! Je me tapais tout le boulot pendant que monsieur était en train de se marrer avec la blonde... je rêve ! Je fermais les yeux quelques secondes en secouant la tête avant de me reprendre. J'allais plus au fond du supermarché et là trouvaille ! Il y avait un tas de conserves et même un paquet de chocolat. En regardant la date je vis qu'il était périmé mais je m'en fichais. Du chocolat. Je retrouvais d'un coup le sourire et je décidais de me diriger vers l'entrée du magasin où se trouvaient Yaël et la fille et là je sais pas ... J'ai sentie comme un truc. J'entendais pas ce qu'ils se disaient mais je pouvais clairement voir un truc pas net dans leur comportement. Je fouillais dans mon sac et j'attrapais la boîte de capote que j'avais prise quelques minutes plus tôt avant de finalement m'avancer vers eux lorsque la fille sembla me remarquer. Je la balançais à la figure de Yaël d'un air rageur en y mettant toute ma force. Vingt minute c'est dans tes cordes! Connard ! J'attendais même pas d'avoir une quelconque réaction que je sortais en trombe du supermarché pour me diriger vers notre voiture. Non mais il me prenait quoi là ? Et puis même à lui ! J'étais complètement folle sur ce coup là et je suis quasi sure que je venais de jeter un sacré froid entre eux. Bien fait ! Fallait pas roucouler sous mes yeux.


© charney

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Réunion de Famille Lun 9 Déc - 22:00

Réunion de famille
Joan, Riley&Yaël
Sa colère est tellement prévisible. Je la perçois avant même qu'elle ne se mette debout pour m'incendier. J'ai d'abord droit à sa déception. Apparemment, tous les discours des vieux n'ont pas suffit à ce qu'elle comprenne à quel point je suis un petit con égocentrique. Je regarde Joan avec beaucoup de perplexité. Pourquoi a t-elle attendu mon retour ? En tout cas, ça devait être la seule. J'aime pas devoir me justifier – ouais mais je suis quand même vachement curieux de savoir ce qu'ils lui ont inventés. « Je t'ai laissé tomber ? Qu'est-ce qu'ils t'ont raconté au juste ? Que j'ai fait une fugue, que je me suis cassé comme ça sur un coup de tête ? Ils m'ont foutu à la porte ! Tu crois que j'allais revenir la bouche en cœur ?» Je suis calme contre toute attente. J'ai pas envie de m'énerver contre ma benjamine en fait. C'est qu'une victime d'une famille de tarés après tout et puis à la rigueur, ses reproches sont plutôt légitimes alors bon. Les reproches continuent et ça y est, c'est bon. Elle poursuit la tradition familiale me concernant. Ca me ferait sourire, ouais sauf que ça m'exaspère. Elle sait rien de ma vie, elle a pas été à ma place. Ah et puis merde, je m'en fous. Elle croit ce qu'elle veut au fond. Je suis déjà condamné depuis le début de toute manière. Je la laisse me tourner le dos en soupirant lourdement. Je nie rien, ça vaut pas la peine.

Elle embraie alors sur son histoire – succincte. Pour le paternel, je savais. Enfin pas que ma mère avait dû le flinguer, je suis pas mal surpris qu'elle eut le cran. Qui est Artigan ? Peu importe. Mon frère a réussi à se caser ? Ahah. Sa pauvre femme. Il a même eu des gosses. Alors pauvres gosses. Donc elle est seule. Seule avec ... mon neveu. Je la jauge avec sévérité durant une micro seconde. Elle est en vie et le reste dispersé, ok. J'en reviens pas qu'elle soit arrivée jusqu'ici. J'en reviens pas qu'on ait cette conversation. J'ai l'impression de faire face à un fantôme en fait. C'est trop perturbant. Tout ça me dépasse de loin et ça me fait devenir muet. C'est pour dire ! Je la regarde alors qu'elle m'avoue que j'ai ses yeux avec tellement de mélancolie et de tristesse dans la voix que ça me fout mal à l'aise. Ouais, Yaël Dixon, mal à l'aise. C'est bien un Monde parallèle. Sauf que je peux compter sur Riley pour me faire atterrir en finesse et avec le tact d'un éléphant. Je me mange un truc sur la figure et aies juste le temps de la voir partir. Qu'est-ce qu'elle raconte encore cette tarée ? Je baisse les yeux vers l'objet qu'elle a balancé. Comment... ? Elle croit qu'on va... ? Mais qu'est-ce qui... ? Je me retourne vers Joan tout en ramassant les préservatifs très naturellement. « Bouge pas. Je reviens. » Je fonce vers la porte pour retrouver ma folle dingue de comparse. Je la rattrape, furieux et l'empêche d'évoluer plus sur le parking en la prenant par le bras. Je lui scande au visage « Putain, je peux savoir ce que tu nous fais là ? T'es devenu complètement sénile ? T'es conne ou quoi ? Ramène tes miches à l'intérieur, on a pas fini. » et après la force à revenir sur ses pas en la poussant dans le dos tout en tapotant son front avec la boîte de capotes. « Et tiens reprends ça, ça pourrait nous être utile, gamine. J'en ai pas fini avec tes fesses. » Je vous jure ce qu'elle me fait pas dire celle-là. Je suis déjà assez largué pour qu'elle en rajoute avec ses conneries là. D'ailleurs qu'est-ce qu'il lui a pris ? Au fond, c'est une bonne parenthèse à tout ce merdier.
Code by Silver Lungs
[
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Réunion de Famille Lun 9 Déc - 22:45

Joan Dixon & Yaël Dixon & Riley A. Evans
Réunion De Famille
Je ne m'attendais pas à une réponse si calme alors que je l'avais engueulé et limité insulter en reprenant les propos de notre mère pourtant c'est avec un calme olympien et les yeux perdus dans le vide qu'il me répondit. Je devais lui accorder qu'il n'avait pas tord, mais jamais ma famille ne m'avait expliquer la raison de son départ. Encore aujourd'hui je n'avais que des suppositions, mais j'étais trop buté et en colère pour lui expliquer. Je me contentais de croiser les bras et de bouder, je sentais redevenir une petite fille et je n'aimais pas particulièrement ça.

Notre conversation fut de toute façon interrompus par la jeune folle furieuse et un objet volant non identifié qui vint percuter mon frère. L'autre l'insulta et quitta le supermarché en pestant, pour un peu j'en aurais ris, celle qui avait essayer de me blessé avait un manque de sang froid évident. Je regardait mon frère et vit la boite de capote, je me mordis la lèvre pour ne pas exploser de rire, j'avais affaire à un couple et de toute évidence, la fillette avait peur de la compétition. Il me demanda de ne pas bouger et sortit à sa suite. Je soupirais, et repris mon sac pour faire l'inventaire de mes affaires, je n'allais pas attendre bien sagement que ces deux là règle leur problème existentielle.

Par chance je dénichais deux boites de gâteaux qu'Isaac m'avait demandé, j'allais rentrer le voir, ne pas abandonné le dernier membre de ma famille qui comptait réellement à mes yeux pour un homme totalement inconnu qui était certes mon frère, mais qu'il me l'avait avouée se fichait de moi. Je sortis mon arme pour vérifier qu'elle était bien charger, je mis mon sac sur mon dos et m'apprêtais à partir quand ils entrèrent de nouveau dans la boutique, ou plutôt quand Yaël poussa sa pimbêche devant lui pour la forcer à revenir

- Écoute Yaël, ça m'a vraiment fait plaisir de te revoir, maintenant j'ai compris que mon frère que j'ai attendu des années se fichait totalement de ce que j'avais pu devenir. Je suis heureuse que tu sois en vie et que dans cette merde tout se passe au mieux, mais moi je dois m'occuper de notre neveu alors que notre famille à peut être été décimé.

Je me tournais vers sa compagne, la regardais de haut en bas, je me fichais des problèmes qu'elle rencontrait, la manière dont elle avait réagit m'avait déplut et je décidais à l'instant que je ne l'aimais pas, bon peut être était-ce du au faite que j'en voulais à mon frère et donc à tous ce qui se rattachait à lui.

- Quand à toi, la prochaine fois que tu croises quelqu'un, arrête de te faire des films, je suis Joan, sa petite sœur.

Je comptais partir sur ces mots, rendre les choses plus dramatique et avoir le derniers mots, mais il semblait que Yaël en ai décidé autrement, puisqu'il me bloqua la sortie, il n'était ne semblait pas vouloir en rester là et je soupirais. Déjà petite je n'arrivais pas à avoir le dernier mot dans nos disputes et il semblait bien que ces choses là ne changeaient pas.
Gif By Lots Of Gifs / fiche crée par © Summers
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Réunion de Famille Lun 9 Déc - 23:16




Réunion de famille
J'étais totalement hors de contrôle et mes réactions dénotaient clairement l'attachement que je pouvais avoir pour Yaël. Troisième gifle mentale. C'était vraiment du n'importe quoi, déjà rien que le fait de blesser cette fille parce que quoi ? Parce qu'elle le regardait un peu trop à mon goût ? Parce qu'elle m'avait parlé mal ? Ouais et alors ? Qu'est ce que ça pouvait bien faire ? On ne se connaissait pas et sans doute que jamais on ne se reverait alors pourquoi j'agissait de la sorte comme si ça me touchait. Parce que ça me touche. Ca me touche parce que ça m'affecte qu'il puisse se détourner de moi. C'est du grand n'importe quoi, mais vraiment. Par contre, je crois que le clou du spectacle fut lorsque je lui balançais la boîte de préservatif en plein la figure avant de l'insulter et de partir en direction du parking. Une furie. Une folle furieuse, j'avais vraiment un grain et c'était peu dire. Je fus rapidement rattrapée par Yaël non sans surprise. Il avait toujours besoin de tout contrôler. Toujours, et moi je faisais partie de ce qu'il aimait contrôler bien que la plupart du temps je lui filais entre les doigts. Je n'ai jamais supporté qu'on puisse me donner des ordres et le fait qu'il puisse avoir cet ascendant sur ma personne m'énervait au plus haut point.

Il m'attrape par le bras et bien entendu je tente de me débattre pour qu'il me relâche sauf qu'il reserre un peu plus sa prise me forçant à m'arrêter. Il m'énerve d'être aussi fort ! Et puis même aussi grand, c'est juste pas normal c'est pas humain ! Ouais c'est ça mon problème avec lui, il est pas humain voilà tout. Je lève les yeux vers lui, je le fusille littéralement du regard alors que je suis en train de me faire insulter. Non mais il me prend pour une conne en plus ? Comme si j'avais rien vu peut être. Sauf que j'ai pas le temps de rétorquer quoi que ce soit que je me retrouve à mon tour avec la boîte collée à mon visage et je suis déstabilisé par ce qu'il vient de me dire. Non mais je rêve où il vient clairement parler de mes fesses là et ... J'ai pas le temps de plus réfléchir qu'il me pousse jusque dans le supermarché où je revois la blonde. Elle est pas encore partie celle là ! J'ai pas le temps d'ouvrir la bouche, en fait je la referme au moment même où j'allais parler quand je l'entends lui dire frère. Non mais c'est quoi ce bordel ? Et là, elle se fou devant moi et se présente comme étant Joan sa petite soeur. J'encaisse. Non en fait j'encaisse pas du tout. Joan ? Sa petite soeur ? Ta petite soeur ? T'as une soeur bordel ? Et là je me fige d'un coup, me rendant compte que c'était pas si impossible que ça. Je les observe tour à tour et ouais maintenant que c'est dit, il y a quelques airs de famille. Nom de Dieu le carreau et puis la boîte. Je me met à rougir d'un coup et je me gifle mentalement. C'est la combien déjà ? Aucune idée j'ai perdu le fil. Quelle conne ! Je me sent d'un coup de trop, j'ai pas ma place ici sauf qu'il lui barre le passage et que je suis persuadée que si je tente moi aussi de sortir il va m'en empêcher. Petit con !


© charney

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Réunion de Famille Jeu 12 Déc - 20:53

Réunion de famille
Joan, Riley&Yaël
Son regard de petit chaton offensé ne me perturbe pas le moins du monde alors que je l’emmène de force à l’intérieur. J’ai à peine le temps de devoir la gérer elle que Joan s’y met aussi dès qu’on entre. Ah putain ! Une vraie garderie décidément. Je relâche Riley pour fixer mon regard sur ma benjamine. Elle s’attendait à quoi elle aussi ? A ce que je lui dise pardon ? Pardon, de pas avoir voulu revoir une famille qui m’a foutu dehors sans se soucier du reste ? C’est pas elle qu’on oubliait régulièrement par ci, par là quand elle était môme, elle peut pas comprendre et ça sert à rien qu’elle essaie de toute manière. Finalement, elle est pas différente d’eux, elle me juge sur une poignée de préjugés. Je vois pas pourquoi je tenterai de la détourner alors qu’elle est déjà buttée dans ce raisonnement. Elle a la tête dure comme nos parents. Je l’écoute me coller sa déception en plein visage avec ses mots et fronce les sourcils durement. Je lui ai dit d’attendre, elle le fait exprès ? Elle s’adresse ensuite à ma comparse dont je nie l’interrogation pour empêcher ma cadette de s’enfuir. Je me mets devant la porte et domine largement de ma hauteur le duo de femmes devant moi. D’une voix ferme, j’articule « Bon ça suffit maintenant ? Vous allez arrêter vos conneries maintenant ? » Je porte mon regard sur l’une et l’autre avant de continuer. « Jo, je veux savoir où tu crèches et Riley, ça va te surprendre mais j’ai pas débarqué de mars et ouais, j’ai même été élevé par des humains. » Je n’ai pas le temps de faire un pas ou de les obliger à revenir près du comptoir qu’une porte cède quelque part. Les râles qui grimpent vers nous sont significatifs.

Je sors mon flingue en jurant à moitié entre mes dents alors que plusieurs zombies débarquent. Ils sont une dizaine voir une vingtaine, ils sortent d’un peu partout des rayons. Je prends les deux femmes par les épaules et les pousse vers la sortie en tirant ensuite dans la tête du premier macchabée à ma portée à toute vitesse. « A la voiture, putain ! VITE ! » Je vise et fais mouche sur un second et un troisième mais d’autres arrivent pour les remplacer. J’attends que Riley et ma sœur soient dehors pour me joindre à elles. Je laisse le soin à la conductrice attitrée de prendre le volant en continuant à tirer. Le bruit en alerte quatre autres qui s’accumulent vers ce que j’identifie comme le véhicule de Joan. Je ne lui laisse pas le choix et la tire vers notre pick-up quand je vois deux autres morts vivants arriver pour se mêler au reste. J’hésite même plus quand l’un d’entre eux sprinte vers nous, je la soulève d’un bras et la porte jusque-là. Je la dépose sur la banquette arrière et m’y installe également. J’ouvre la vitre en vitesse et abats les rôdeurs qui s’échappent déjà de la boutique en hurlant « Démarre ! » Je dégage la route comme je peux pour que ma comparse puisse manœuvrer. Je continue à tirer quelques fois et arrête quand je juge que ce n’est plus nécessaire. Je range mon flingue dans son holster en avisant d’un regard la potentielle colère de la blondinette près de moi. Je suis plutôt satisfait au final. Elle est forcée de nous dire où elle est. Sûrement à la zone – ce qui forcera un peu la main à mon horripilante compagne de voyage. « A part la bagnole, t’as rien oublié là-bas ? » D’un air presque nonchalant, je demande ensuite à notre chauffeur « Et toi, t’as pris tout ce qu’il fallait j’espère ? » Je referme la fenêtre en soupirant. Une nana, c’était déjà compliqué. Alors deux. Je sens que je vais m’amuser.

Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Réunion de Famille Jeu 12 Déc - 22:13

Joan Dixon & Yaël Dixon & Riley A. Evans
Réunion De Famille
Je croise les bras pas du tout impressionné par son regard exaspéré, son regard je le connais bien, il me faisait le même quand j'entrai dans sa chambre sans autorisation et que je touchais à ces affaires. La seule différence était qu'aujourd'hui je n'avais plus 7 ans et qu'il ne me faisait plus peur... bon d'accord il me terrifiait toujours autant, mais cela je n'allais pas le lui dire, il n'y avait aucune chance. Il me demanda ou plutôt il m'ordonna de lui dire l'endroit où je vivais, je haussais un sourcil pour bien lui montrer que j'étais perplexe. Il disait se fiche de la famille, moi, incluse et maintenant il voulait des réponses, j'étais perdue.

J'avais une réponse toute pondue qui faillit franchir mes lèvres, mais il semblerait que nos éclats de voix et nos allers et retours dans le magasin ai réveillé les rôdeurs du coin. Dans un fatras de bruit de bois cassé je les entendit entrer dans la magasin et soudain ils furent partout. J'avais mon arme à la main et je la sentis trembler, pour la simple et bonne raison, que je ne l'avais jamais utiliser. Artigan l'avait trouver dans un poste de police et m'avait appris à m'en servir. 17 coups, autant de chance si je visais dans le mille de nous sauver la vie. Sauf que je m'étais entrainé sur de vieille boite de conserve et non sur des cibles mouvantes.

Je fais feu deux fois avant que Yaël ne nous pousse à l'extérieur, plus que 15 balles et aucun rôdeurs de descendu, il va falloir que je m'entraine encore si je veux survivre à une horde. Je sortis de la boutique en courant et prend tous d'abord la direction de ma voiture, je l'ai "emprunter" à la zone 51 et je compte bien la ramener. Je n'ai pourtant pas de chance sur ce coup-là car quatre rôdeurs l'encerclent déjà. Je me met en position pour tirer, je dois récupérer cette voiture, sinon je vais avoir encore des problèmes avec les chefs de la zone. Yaël ne me laisse même pas le temps d'essayer qu'il me tire vers sa voiture, se qui me fait râler. Je tente de résister, mais il est dit que nous sommes têtue chez les Dixon et lui est bien décidé à m'emmener dans sa voiture.

- Lâche moi ! Je dois récupérer la voiture, se n'est pas la mienne.


Rien n'y fait, il me jette sur la banquette arrière de la voiture et s'assoit à côté de moi, je soupire, je n'ai aucune chance de ressortir et il faudrait être cinglée pour mettre un pied hors de l’habitacle. Je peste, je râle, mais au final je reste bien assise sur la banquette, par réflexe, je boucle même ma ceinture. Je laisse mon arme sur mes cuisses, je vais me faire massacrer à la zone 51, tous cela pour des gâteaux, je suis encore bonne pour faire des travaux d’intérêt général. Je lève les yeux au ciel quand il me demande si je n'ai rien oublié.

- Si une voiture, tu sais celle qui était garée à côté de la boutique.

Bon il m'avait sauvé la vie, je ne voulais pas me montrer désagréable, mais être sarcastique était un peu ma deuxième nature. Je pris une profonde inspiration et lui jetais un coup d’œil. Se rendait-il compte de l'amour que j'avais eut pour lui étant petite, il était mon modèle, mon héro et surtout il était celui mon roc, celui qui arrivait à chaque fois à me faire rire, à me redonner de la joie. Je lui souris alors en coin.

- Merci de m'avoir sortie de là, mais sans cette voiture, je vais avoir de gros soucis dans la zone.


Je me tournais alors vers la fenêtre, je venais de le retrouver et j'étais déjà fatigué de cette tension entre nous, il me rejetais comme si j'étais maman et que s'était moi qui l'avait mit dehors, se rendait-il compte que je n'avais alors que 7 ans et que je n'avais jamais eut mon mot à dire. J'aurais sa défense moi, j'aurais tout fait pour qu'il reste, je me serais battue pour lui. Je regardais le paysage défiler, tentant de refouler mes sentiments, mais sa présence faisait remonter tant de chose à la surface que s'était difficile.

Gif By Lots Of Gifs / fiche crée par © Summers
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Réunion de Famille Ven 13 Déc - 13:11




Réunion de famille
Je me fais incendier, il me pousse pour re rentrer alors que je suis pas aveugle et que je sais ce que j'ai vu. Ouais je sais... Quand celle qui se présente à moi comme étant sa soeur me dit qui elle est j'ai l'impression que je vais m'étrangler. Non mais j'y crois pas ! Enfin si je le crois, surtout en les observant par la suite tour à tour et en remarquant quelques traits semblables dans leur visage, mais j'ai pas vraiment le temps de réagir. Du moins on m'en laisse pas le temps parce que Yaël se met à nous gueuler dessus. Quand il me répond, sa remarque ne me fait même pas rire, j'ai une furieuse envie de le gifle... une fois n'est pas coutume. J'en reviens pas ! Sauf que j'ai pas vraiment le temps d'atterir puisqu'on entend une porte céder. Et merde ! Là faut pas traîner, surtout en entendant le nombre de râles, il doit y en avoir au moins une dizaine. Je me trompe pas, surtout quand je vois la sale tête d'un puant surgir.

Heureusement qu'on est avec Yaël et qu'il parvient à les maîtriser, moi pendant ce temps je suis en train de courir vers la voiture, mais merde, il y en a un qui est déjà devant, limite entrain de lécher la vitre. Pourriture ! Je lui balance un carreau en plein milieu du crâne quand finalement je m'approche pour le retirer. J'en ai pas trente six, alors autant que je les récupère. J'ai juste le temps de le remettre en place qu'un autre me fonce dessus. Mais putain ils sortent d'où ? Là c'est mon couteau qu'il se prend, mais pas dans le crâne, je l'ai raté, je suis moins adroite avec, alors je le repousse et je rentre vite dans la voiture derrière le volant. Je ferme la porte et là je regarda autour, mais ils sont passés où putain ? Je tente de les chercher, et je sort un cris de surprise quand je les vois se jeter sur la banquette arrière. Quand Yaël me cris de démarrer je me fais pas prier et je déguerpie d'ici à toute allure en tentant de les éviter. Il manquerait plus qu'on s'en mange un et qu'il pète une vitre. Yaël en tire quelques un encore et quand on est suffisamment loin je soupire, je me décrispe enfin. La jointures de mes doigts est totalement blanche tellement j'ai aggripé le volant. Bon sang il s'en est fallut moins d'une ! Je les observe par le rétroviseur. Je les envies, j'aurais tout donné pour avoir encore de la famille mais malheureusement ils sont tous mort, à moins qu'il me reste par ci par là des cousins éloignés, mais ça forcément je peux pas savoir. Les pigeons voyageurs, ça fonctionne pas encore ! J'ose les interrompre, je m'éclaircie la voix Bon c'est pas tout, mais c'est par où ta zone ? Parce que j'ai pas encore refait le plein et j'ai peur qu'on tombe en panne sèche... Si tout c'était bien passé, on se serait arrêté devant la station service et on aurait tenté de faire le plein, sauf que là c'est mort. J'ai un peu plus de la moitié du plein, j'espère que ça suffira, surtout pour un aller-retour... j'ai pas envie de faire qu'un allé, je suis pas encore prête à intégrer cette foutue zone ! Et puis je me dis qu'il est quand même temps que je m'adoucie un peu avec elle, parce que sur le coup j'ai vraiment merdé. Au fait, moi c'est Riley et si tu veux je regarderais après ta plaie, mais je t'ai juste effleurée, tu garderas même pas une cicatrice. Elle aura une croûte et si elle y touche pas ça tombera et puis voilà.


© charney

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Réunion de Famille Lun 16 Déc - 23:02

Réunion de famille
Joan, Riley&Yaël
De toute évidence, l’ironie, c’est un trait de famille. Ça pourrait me faire sourire si j’étais plus détendu. Or là je suis plus sur les nerfs qu’autre chose. Parce qu’on a évité de peu à une horde à la con et puis parce qu’on sait pas trop ce qu’on fout là. Retrouver Joan dans ses conditions reste incroyablement fou et inespéré. J’arrive toujours pas y croire même si je la fixe avec insistance depuis qu’on a distancé les macchabées. Elle peut pas avoir menti, je vois pas comment une inconnue aurait pu inventer un truc comme ça dans l’espoir que ça fonctionne. Puis elle a cité des noms. Pourquoi je reste septique ? Rah, ça me dépasse moi-même. Je me rends compte qu’inconsciemment, j’ai dû faire leur deuil après avoir trouvé le cadavre du vieux et la maison vide. Franchement, qui s’en sort par les temps qui courent ? J’aurais jamais parié sur les Dixon, ils ont pas cette combattivité nécessaire. Enfin, je le pensais. Ma benjamine me détrompe et c’est ça au fond qui me chiffonne. Mes certitudes sont envolées. J’aime pas ça. Je sais toujours pas comment me positionner par rapport  à la blondinette donc, je continue sur le même terrain en attendant de savoir ce que je vais faire par la suite. Quand elle mentionne la zone 51 – sans surprises qu’elle y loge, je vois là une bonne opportunité que je m’empresse de saisir en articulant d’un air faussement détaché « Ah ouais ? Comment ça ? Raconte un peu. Justement on a une peureuse à l’avant qui a besoin de savoir ce qu’il s’y passe. » Je souris avec provocation en me penchant même un peu pour qu’elle le voit dans son rétroviseur. La faire enrager – mon passe-temps favori. Et oui, l’irritation de ma frangine me passe complétement par-dessus la tête si vous vous posiez la question. Quand elle me remercie, je me contente de hausser les épaules. J’allais quand même pas laisser ma cadette crever. Y a des limites à tout, même à mon insensibilité. Nonchalamment en plaçant un bras sur les sièges de la banquette arrière, je réponds à sa remarque par un « Si t’as des emmerdes, je peux toujours aller leur expliquer moi-même ma vision des choses si tu veux. Y a pas de soucis. »

Je sens que l’idée d’une communauté est moyenne quand même. Et ce que Riley m’a dit quelques jours plus tôt, est pas tout à fait faux en vrai. Faux, vrai, depuis quand je me prends à parler de vérité ? Pff. Enfin bref. Encore une fois, si on teste pas, on peut pas savoir. Je ne nous vois pas trop respecter tout un tas de règles si elles ne nous conviennent pas. On finira par se casser, c’est tout. J’ai bien noté que Riley a complétement ignoré ma question ce qui me force à tapoter sur sa tête de mon poing en m’avançant vers l’avant. « Au lieu de râler sur le plein ou de jouer Mère Teresa, réponds à ce que je t’ai demandé. T’as tout ce dont on a besoin ? » D’un rictus mauvais, j’ajoute sur le ton de la plaisanterie « J’ai bien repéré le petit extra mais j’ai rien vu du reste. » Si elle a pris que des capotes, on est bien. A bien y penser, je la trouve non seulement gourmande mais également bien sûre d’elle. Et non, ça me déplaît pas. Mais ceci est un autre débat. Je me recale un peu mieux sur mon siège et jette un nouveau coup d’œil par la vitre. Je laisse quelques secondes flotter et repense à ce qu’elle m’a dit sur notre famille. De la simple curiosité me fait demander très paresseusement « C’est vers où que vous avez été séparés ? » Pas que je tente de les chercher. Enfin pas pour le moment du moins. Bah quoi ? J’ai eu toujours envie de vivre le jour où je devrais sauver mon abruti de frère. Détaché ? Oh, j’en fais pas une priorité. Disons que c’est un bonus post apocalyptique non négligeable.


Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Réunion de Famille Dim 22 Déc - 13:08

Joan Dixon & Yaël Dixon & Riley A. Evans
Réunion De Famille
Je reprend mes esprits, je râle à cause d'une fichue épave alors que je dois être réaliste, Yaël vient de me sauver la vie. Je soupire et ferme les yeux un instant, je dois me montrer plus prudente, que deviendrait Isaac si jamais je venais à disparaitre. J'étais sa seule famille et je ne pouvais pas l'abandonner à son sort. Je rouvris les yeux et vérifiais que les gâteaux étaient toujours bien là et entier. Je regardais alors Riley à travers le rétro et je haussais le sourcils, ma zone ? Elle pensait vraiment que je me sentais chez moi là bas, que j'avais pris la décision d'y aller juste pour être en sécurité. Non, je voulais juste retrouver ma famille et il m'avait parut logique de les retrouver là-bas. Je soupirais, j'ouvris la bouche pour répondre, mais Yaël me prit de vitesse et me demanda aussi des explications et tenta de me rassurer, il prendrait ma défense en cas de besoin. Je me mordis violemment la lèvre pour ravaler mes propos acerbes qui voulaient franchir ma bouche.

J'avais appris à me défendre seule, maman, papa et Warren n'étaient pas du genre à accourir quand j'avais un soucis quelque part, au contraire, ils me laissaient me débrouiller, le seul qui avait toujours pris ma défense avait fuit la maison alors que j'avais 7 ans et n'était jamais revenue. Pourtant à peine m'avait-il retrouver que déjà ces vieux réflexes revenaient. Je soupirais, prit une profonde inspiration, ma colère ne devait pas prendre le dessus, je ne voulais pas le faire fuir de nouveau, je n'étais pas totalement comme les Dixon. Je jetais un coup d’œil à Yaël, il semblait à l'aise, un bras le long de la banquette, il observait l'extérieur.

- La zone 51 est un ancien complexe militaire qu'un groupe à sécurisé et ouvert au public. Pour entrer, il faut passer un examen médical pour s'assurer que vous n'êtes pas contaminé. Ensuite on vous installe et vous devez aider à la vie commune. Se n'est pas l'idéal, mais ça permet de souffler un peu. Je voulais savoir Isaac en sécurité quand je partirais à la recherche des autres et surtout je me suis dit que s'il était en vie alors ils nous rejoindrais.

Ma voix qui au début était assuré se brisa un peu sur la fin et je regardais par la fenêtre, je ne voulais pas montrer ma peine, ma peur et surtout ma hantise de ne jamais les revoir ou plutôt de les trouver en état de rôdeur. Je ne voulais pas qu'ils puissent penser que j'étais une petite fille apeurée, même si dans le fond s'était le cas, je devais me montrer forte. J'essayais discrètement d'essuyer les larmes qui menaçaient de couler, je savais que les chances de les retrouver en vie était mince, trois mois que nous avions été séparé, nous n'étions pas très loin de la zone 51, ils auraient dut nous rejoindre depuis le temps. Je les laissais à leur échange à demi-voilé sur leur "courses" et reprenait contenance.

Quand Riley proposa de me soigner, je ne pus m'empêcher d'avoir un petit rire sarcastique et pas du tout drôle. Elle m'avait blessé dans son délire jaloux et maintenant elle pensait qu'un beau sourire et son aide allait tout régler. Je l'observais un moment dans le rétro, elle semblait sincère, pourtant je ne pouvais empêcher la colère d'être présente, même si se n'était pas contre elle que j'étais en colère, toute les émotions que je retenais depuis si longtemps menaçait d'éclater et malheureusement, elle était la cible parfaite pour décharger tout ça. Ainsi au lieu d'être sympa, je me montrait odieuse.

- Je n'ai pas besoin de baby-sitter Riley, je peux prendre soin de moi toute seule.

Je tournais la tête vers Yaël, pourquoi notre parcours l’intéressais tant, il nous avait ignoré pendant 16 ans. Non, rectification, il m'avait ignoré pendant 16 ans, j'avais compris qu'il se fichait encore plus de nos parents et de notre frère. Alors de quel droit maintenant m'interrogeait-il comme si on avait été séparé 6 mois plus tôt.

- Écoute Yaël, tu n'as pas besoin de faire semblant de t'en inquiéter, j'ai compris que tu ne voulais plus rien à voir avec les Dixon et j'en ferais mon deuil.

Je me tournais vers Riley, je voulais sortir de la voiture, je voulais rejoindre Isaac et ne plus penser à ce couple qui faisait remonter trop de chose à la surface et je n'étais pas assez solide pour affronter une nouvelle déception. Je m'étais toujours penser forte, mais Yaël me faisait sentir comme une petite fille.

- Arrête toi Riley, je vais me débrouiller seule pour rentrer.
Gif By Lots Of Gifs / fiche crée par © Summers
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Réunion de Famille Mar 24 Déc - 10:41




Réunion de famille
Nous étions désormais en voiture comme si c'était normal, comme si de rien n'était. Non, tout ceci n'était pas normal ! On ne connaissait pas vraiment cette fille et pourtant, au moment même où j'avais compris qui elle était j'avais envie que Yaël puisse être avec elle. Pourquoi ? Parce qu'il s'agissait de sa petite soeur et que j'ai toujours estimé que la famille était importante. Je regardais droit devant moi, roulant à bonne allure alors que j'écoutais la conversation à l'arrière. Je crois que si je n'avais pas été au volant j'aurais sans doute assommé mon compagnon de route lorsqu'il me traita de peureuse. Ta gueule ! Les insultes équivalaient à des mots d'amour pour nous, donc il fallait pas vraiment être surpris, bien que Joan elle ne nous connaissait pas et n'avait aucune idée de qui ont était l'un pour l'autre... nous même ne le savions pas de toute façon. La culpabilité me prenait, cette salope qui surgit d'un coup sans crier gare et je tentais d'être plus ou moins aimable avec la petite soeur, sauf que cette dernière ne semblait pas avoir avalé le fait que je lui avais tiré un carreau dessus. Encore elle avait de la chance puisque je ne l'avais pas visée en plein milieu de la tête ! Sa réaction ne se fit pas attendre et je préférais ne rien lui répondre sinon mes propos risquaient d'être acerbes, surtout qu'elle avait quand même eu besoin de nous pour se tirer là ! Sale gosse !

Je tachais de reporter mon attention sur la route sauf que je me rendais compte que le compteur d'essence avait pas mal baissé. J’espérais que sa zone n'était pas loin parce que sinon ça allait être la panne sèche et je n'avais aucune envie de traîner à pied par ici. Je fus "réveillé" par Yaël qui me tapotait la tête pour me demander de lui répondre à sa question. Quelle question ? Je ne l'avais pas vraiment écouté, il parlait trop et à force je crois que je zappais totalement ce qu'il me disait. Ah oui les courses ! J'allais lui répondre, avait ouvert la bouche, mais la refermais aussitôt en entendant son autre remarque. Les capotes... ça allait me suivre. On a tout oui ! Mon ton était plutôt tranchant, il m'énervait, surtout à faire ce genre de remarques devant sa soeur. C'est bon ! Elle avait pas besoin de savoir que je me tapais son frère, je m'étais déjà bien assez humiliée toute seule en balançant cette boite sans qu'il n'en rajoute encore un peu. Je reportais mon attention sur la route lorsque je fus surprise par le ton presque mielleux utilisé par la petite blonde. Tiens d'un coup elle semblait vouloir faire sa gentille mais c'était pour me demander de m'arrêter. Il me suffit de croiser le regard de Yaël dans le rétroviseur pour le comprendre. J'appuyais alors sur le bouton permettant d'activer la fermeture centralisé. Désolée Joan, tu t'arranges avec ton frère. Pour le coup, ça m'arrangeais bien de me cacher derrière lui tiens !


© charney

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Réunion de Famille Jeu 2 Jan - 20:07

Réunion de famille
Joan, Riley&Yaël
Entre l’hystérique de service et la petite sœur désappointée, j’ai l’air d’être maître bouddha tant je transpire la sérénité comparé aux deux autres. Un peu de zombies et ça y est, humeur maussade. Je simplifie l’histoire ? Boarf. Je sais ce que me reproche Joan et je sais exactement ce qui irrite l’autre râleuse à l’avant. Ça m’empêche pas de sourire quand je reçois un charmant ta gueule de Riley. Faut bien que quelqu’un reste de bonne humeur pour les autres, hein. Je me sacrifie quoi. Mon attention se fait plus vive néanmoins quand ma sœur explique dans les grandes lignes à quoi cette fameuse zone ressemble. Bon ouvert au public, ok. Examen médical, chiant mais ok compréhensible. Aider à la vie commune, ultra saoulant mais malheureusement, je suppose qu’on a pas le choix. Putain, quasi un retour à l’armée cette merde je parie. Peuh. Pas idéal ? Tiens donc ? Comme elle l’a présenté, on dirait pas que c’est vraiment pourri. Ça m’intrigue. « Ouais, c’est un bon point de rassemblement. Mais ça a pas l’air de te plaire Y en a qui se prennent pour les Rois du Monde ? » C’est le premier truc qui va me faire chier si on y va - autant être fixé directement. Toujours par simple curiosité, j’ajoute bien vite. « Il a quel âge le gosse au fait… Enfin Isaac ? » Mon frangin, père, ça doit être quelque chose. Je hoche de la tête d’un air distrait que notre conductrice répond positivement à ma question. Bien. C’est très bien même. Expédition gagnante. Je jette un regard en biais à la blondinette près de moi tandis que les filles échangent leurs petites remarques. La réaction de ma cadette m’arrache un rictus. De la vraie réponse à la Dixon décidément. Elle tient pas de la mère pour ça, faut avouer.

Mon sourire s’évanouit aussi sèchement quand elle joue la petite victime qui tente de s’échapper. Je serre la mâchoire et laisse l’air siffler entre mes dents. Je relève les yeux vers notre chauffeur et capte instantanément le sien. Elle comprend, j’ai même pas besoin de lui dire. On a beau s’en foutre plein les oreilles, se détester, s’insulter et se disputer constamment. On a fini par se connaître. C’est un peu flippant quand on y pense mais dans l’immédiat, franchement, ça fait grave plaisir d’avoir quelqu’un de son côté. Ça change des dîners familiaux. D’une voix trop calme pour un visage si dur, je lui explique calmement la situation. « C’est à se demander si la mère loge pas dans ton crâne. Tu crois que je vais te laisser te barrer à pieds ? Tu réfléchis parfois par toi-même ? Ou tu fais que jouer au perroquet ? » Je suis grave agacé. C’est encore qu’une môme qui veut pas voir plus loin que le bout de son nez. Ah putain. Ca me gave. « Tu crois que je me dirigeais vers la zone 51 pourquoi ? J’ai aucun prob à survivre, putain. Tu sais pas juste me dire où vous vous êtes séparés? C'est trop difficile? » Mais ça, elle peut pas le savoir. Aucun de ces zozos n’a su que j’avais fini par rejoindre l’armée. Mais là, c’est pas le propos. Bon on rejoint pas la zone que pour mes raisons mais elles sont entrées en jeu. D’un ton ferme et sec, j’achève mon discours par un « Toute façon, tu crois ce qui te chante et la vérité de qui tu veux. Mais t’as pas le choix. On te ramène. Et c’est sans appel. » Si il faut la traîner par les cheveux pour ça, j’en suis bien capable. Je pose ma main sur son bras pour lui faire comprendre que je vais la retenir si elle tente quoique ce soit. Sans relâcher du regard ma frangine, j’articule plus posément « Riley, il faut faire le plein bientôt ? » Parce qu’on est pas parti avec grand-chose niveau essence. Il doit rester un bidon à l’arrière du pick-up. Mais il faudra s’arrêter.


Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Réunion de Famille Sam 11 Jan - 10:33

Je n'ai pas vraiment à me plaindre de la zone, endroit sécurisé, repas chaud trois fois par jour et pour un peu on pourrait oublier l'horreur de l'extérieur. Pourtant, je n'y étais que parce qu'elle était devenue le point de ralliement du monde entier et que j’espérais toujours au fond de moi que les autres arriveraient bientôt. Je soupirais longuement, en faite ce qui me gênait le plus s'était le manque d'information. "Les autorités" ne nous disaient pas tous et quand on avait appris à survivre à l'extérieur et que soudain vous n'étiez qu'un habitant parmi d'autres et bien ça ne me plaisait pas. Je jetais un œil à Yaël, pour le moment j'essayais d'oublier la conductrice à l'avant.

- Disons que pendant longtemps on à du se débrouiller par nous même, apprendre à survivre et du coup devoir me reposer entre les mains d'une poignée d'homme sans avoir mon mot à dire et bien je n'aime pas ça. Je suis venue à la Zone pour Isaac, pour sa sécurité et aussi dans l'espoir que les autres nous y retrouve. Et Isaac va avoir 15 ans, disons que maman n'a pas été ravie que lui et Eliott arrive si vite.

Je ris un peu à ces souvenirs, ça avait fait un sacré merdier que ces deux petits bouts arrive si vite après leur rencontre. Notre mère avait frisé la crise cardiaque, son petit amour bientôt papa alors qu'elle ne connaissait pas celle qui avait le culot de lui voler son bébé. Mon peu de bonne humeur pourtant ne fit pas long feu, elle m'avait blessée et maintenant elle avait le toupet de m'empêcher de sortir, je lui jetais un méga regard noir, il était certain qu'elle je ne l'aimais pas et en plus mon benêt de grand frère se prenait pour le mec qui sait tout mieux que tout le monde et qui me prend pour une petite chose fragile. Bon d'accord, avec une arme je ne vaut pas un clou, mais donner moi une lance et je fais un carnage. Quand il se permet de me faire la réflexion sur maman je me tourne complétement vers lui, mes yeux ne doivent pas être des plus tendre.

- Je t'interdis de me juger tu entends, tu te crois supérieur à moi, mais tu ne me connais pas. Oui je suis capable de survivre dehors, oui je pense par moi-même et respecte un peu ta mère tu veux, sans elle, papa m'aurait tué le premier jour.

Pourquoi il se dirigeait vers la zone 51, aucune idée, en faite à cet instant précis je m'en fichais et je ne pensais qu'à Isaac. Je voulais oublier que je l'avait revu, il n'était pas comme dans mes souvenirs, il se fichait totalement de moi, pas comme dans mes rêves de petite fille ou il venait me sortir de cette famille de dingue. D'un autre côté pourtant, je ne voulais pas qu'il reparte, je ne voulais pas me fâcher avec lui et connaitre enfin le fin mot de l'histoire et surtout je voulais savoir si ce que ma mère disait était vrai. Depuis qu'il était partis, régulièrement, elle me disait que je lui ressemblais et je savais que se n'était pas un compliment. C'est toujours un peu tendu que je lui répondu, mais j'avais également la gorge serrer, j'étais pas loin de craquer et de pleurer pour de bon et ça je me l'étais interdit, je devais rester forte pour Isaac et si je craquais maintenant, alors il verrait que je m'inquiétais bien plus que ce que je pouvais lui dire.

- Savoir où on à été séparer ne t'avancerais à rien. Je les ai attendu, je les ais cherché. Ils ont fuit loin dans plusieurs directions.

Quand il posa la main sur mon bras, j'eus envie de le gifler, de hurler, de lui faire du mal, malheureusement, je compris aussi que se n'était pas la solution. Je respirais profondément, mon regard toujours plongé dans le sien. Je n'aimais décidément pas tous les sentiments qu'il faisait remonter à la surface, tous les souvenirs que je pensais avoir enfuit bien profondément. J'ignorais sa réplique et cette fois je me tournais vers Riley que je m'étais pourtant appliqué à ignoré.

- Prend à droite à la prochaine intersection et ensuite tout droit pendant environ 60 km.

Je me carrais dans le siège et regardais par la fenêtre bien décider à ignorer mes deux compagnons de voyage jusqu'à notre arrivé.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Réunion de Famille Mer 15 Jan - 22:33

Réunion de famille
Joan, Riley&Yaël
J’ai peut-être l’air d’une enflure – enfin même que je le suis d’ailleurs, mais j’écoute attentivement ce que me dit Joan. Je me fie à son jugement plus qu’aux « pressentiments » de l’autre à l’avant. A demi-mot, je comprends qu’il y a des dirigeants. Ils doivent faire en sorte d’avoir la main mise sur les gens qui viennent. Instaurer l’ordre au milieu du chaos. J’imagine un peu le genre de délires qui doit s’y opérer. Puis ma benjamine a plutôt l’air d’y rester pour le môme, plus que pour elle. Bon, on verra. Je souris ironiquement quand elle m’apprend que notre pauvre mère était affligée que son grand fiston chéri soit papa si vite. « Ouais, je vois. » J’analyse les environs en jetant un œil par la vitre tandis qu’elle pique sa petite crise juste à côté. Sortir de la voiture, s’éloigner du vilain petit canard – le grand jeu, la totale. Elle se vexe pour un rien ou quoi ? Je sais pas mais ça me gave sérieusement. Je ricane à sa « défense ». Elle ne me juge pas peut-être, elle ? Elle fait exactement comme eux. En même temps, ça pouvait pas être différent, hein. Elle s’emporte encore et va jusqu’à me dire de respecter la mère. Hé ben on aura tout vu. Je hausse nonchalamment des épaules. « Bah justement, t’es pas ma mère. J’ai pas d’ordres à recevoir de toi. T’as décidé que je serais l’emmerdeur, bah ok, hein ! C’est pas comme j’étais pas habitué. » Je croise les bras sur ma poitrine et soupire lourdement quand je vois qu’elle s’obstine à rien vouloir me révéler. Tant pis. Elle donne l’itinéraire à la conductrice ensuite et je l’observe toujours d’un coin d’œil. La joie. Sérieusement la joie.

Je dis rien non plus ensuite, franchement revivre la situation familiale, c’est pas tellement sympathique. J’ai l’impression d’avoir 15 ans. Ça craint. Je me perds dans tout ce foutoir mentalement, la zone, Joan et Riley. Franchement, j’ai l’impression que mes nerfs ont pas fini d’être mis à l’épreuve. « Fais gaffe à l’essence, hein, Riley ! » Quand on approche du fameux endroit, je me tourne vers ma frangine. « Bon vu que t’as décidé que je pouvais pas savoir où vous vous étiez perdus de vue, je peux plus rien pour toi. » Je tapote nerveusement mes doigts sur la banquette arrière avant d’ajouter « Évite de te promener seule la prochaine fois, hein ! » Je rigole légèrement. « On risque de se recroiser soeurette ! Désolé pour toi ! Fais gaffe jusque-là. » Ma dernière phrase raisonne plus comme une menace que comme une pensée bienveillante. J’ai peur qu’elle soit trop tête brûlée cette gamine. Si Riley me la rappelait, c’est pas pour rien. Et franchement, c’est pas bon signe. Je peux veiller à ce que Evans ne se foute pas dans le pétrin mais je peux rien actuellement pour l’autre blondinette. Ah putain. Elles vont me faire avoir des cheveux blancs à force ces deux-là. Quand le véhicule s’immobilise, je lui décoche un rictus mauvais. « Home Sweet Home. » En vrai, j’ai pas envie qu’elle se tire mais bon. On va pas entrer maintenant, hein ! Et toute façon, elle veut plus me voir. Autant prendre encore quelques temps de répits aussi de mon côté, ouais. C’est bien comme ça.


Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Réunion de Famille

Revenir en haut Aller en bas

Réunion de Famille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS-