Finally, here we are (PV) - Page 2
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
Le 10/11/2017 : le forum a CINQ ans & sa saison 6 est mise en place. Nouveautés à découvrir ici (le tout accompagné d'un recensement au passage obligatoire).
ON VOUS AIME TEEEELLEMENT !! coeurrose lele Si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ? (Ouais on vous achète et alors ? /PAAN/)

Partagez| .

Finally, here we are (PV)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Finally, here we are (PV) Ven 10 Jan - 1:21

Finally, here we are
Riley&Yaël

Perdu dans un programme que je dessine mentalement, je ne la calcule pas directement – en même temps, Riley en robe !? Qui l’eut cru ? Je n’aurais jamais cru assister à ça un jour de mon vivant. J’ai bien envie de remercier petit Jésus pour ce don du ciel. Hé ben, ça valait la peine de pas crever trop jeune tiens.  J’ai pas vraiment le temps de m’en amuser parce que j’ai aussi vite ses phalanges dans la tronche. C’est à peine si mon visage a bougé durant la manœuvre. Bon ça picote un peu – je dis pas mais c’est vachement supportable. Elle y met pas assez de forces. Faudra que je lui fasse bosser ça un jour. Parce qu’être dépendante d’une arme, c’est handicapant forcément. Surtout dans un lieu où on te réquisitionne tout. Énervé après ce geste ? Oh. Bien sûr que oui. Mais je le montre pas. Je continue de la provoquer en rigolant. Je lis tellement son embarras sur son visage que ça m’éclate vraiment au fond. Elle manque de sauter à la gorge du groupe de nanas qui sort aussi des douches – ce qui prolonge mon hilarité. Je la suis en souriant toujours alors qu’elle cherche la direction de Dieu seul sait quoi. Je la rattrape en quelques enjambées et cale mon pas sur le sien, les mains dans les poches. Je lui déclare très nonchalamment. « Hey la boxeuse en tutu, pour info, ton dortoir, il est pas du tout de ce côté ! » Mon rictus se fait plus narquois encore. « Enfin après si t’as envie d’aller à la bibliothèque, c’est ton droit. Mais j’avoue qu’entre la robe et les livres, je me demande ce qu’il s’est passé dans cette douche quand je suis parti. C’est l’abstinence qui te fait un tel effet ? » Histoire d’en rajouter une couche, j’ajoute d’un air plus sérieux. « Je te préfère dans tes tenues habituelles cela dit. » Je continue ma petite provocation et la boucle sur un « Quand tu portes pas du tout de tissu. » Il parait que je suis un animal en chaleur, faut bien justifier l’accusation, non ?

Au bout d’un certain temps, marcher comme un  con dans une mauvaise direction me saoule alors je lui offre une légère petite tape sur l’arrière du crâne pas bien méchante en comparaison à sa tentative de coup de poing. « T’en as pas marre de faire l’imbécile ? C’est de l’autre côté. » Je la force à faire demi-tour en la prenant par l’épaule et en la tournant vers le bon cap. D’un ton plus dur, je m’adresse à nouveau en elle en la forçant à me regarder en prenant son menton comme toujours entre mes doigts. « Arrête de faire ton offusquée, putain. C’est moi qui me suis pris tes doigts dans la tronche pour pas grand-chose d’ailleurs – je croyais que la violence physique tu la supportais pas ? Apparemment, t’as changé d’avis, heureux de l’apprendre. » Non mais c’est pas mon délire de frapper les nanas. La seule gifle qu’elle s’est prise c’est parce que j’ai eu peur comme un con et que j’ai perdu le contrôle de mes nerfs. Bah, si ça justifie merde. Plus que son délire de gamine là. « T’as pas besoin d’aide ? Tu peux t’en sortir seule ? Non. Alors arrête de te la jouer fâchée. Avec ton accoutrement, j’ai l’impression d’avoir une gosse de cinq ans qui boude parce qu’on lui a retiré son jouet des mains. » Oh je pourrais pousser la métaphore plus loin mais ça deviendrait obscène. On a une réputation à tenir voyons ! Je crois qu’on a déjà fait une forte impression auprès des rares personnes qui nous ont croisés. Tant mieux. Qu’ils nous… me foutent la paix. Je suis pas là pour eux.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Finally, here we are (PV) Ven 10 Jan - 11:42




Finally, here we are

J'étais en robe, j'étais fatiguée et en plus de ça j'étais tellement contrariée que je devenais hors de contrôle, pour preuve je venais de foutre un coup de poing dans la gueule de Yaël, sauf que ce dernier ne sembla pas broncher le moins du monde. Mais pourquoi ? J'avais l'impression que mes phalanges venaient de se faire broyer d'un coup alors que lui, avait à peine tourné le visage sur l'impact de mon poing contre sa joue. C'était vraiment pas juste et pour le coup ça alimentait encore plus ma fureur. J'étais folle de rage, à la limite du raisonnable puisque j'agressais verbalement les femmes qui sortaient de la salle de bain et qui nous scrutaient en nous jugeant. Bien vite elles perdirent leur sourire et moi je venais sans doute de me faire cataloguer comme étant hystérique. Yaël lui restait stoïque bien qu'amusé par la situation. Ouais, moi j'allais passer pour la méchante et lui le pauvre couillon qui se fait malmener ? Incroyable ! Je le bousculais et décidais de partir comme une furie en évitant sur mon passage les personnes que je pouvais croiser. J'avais l'oeil vif et une étincelle de rage qui l'animait quand d'un coup je sentis sa présence à mes côtés. Je n'avais pas besoin de tourner la tête pour savoir qu'il s'agissait de lui, son odeur, son magnétisme me happait tellement d'un coup que je savais que c'était lui et personne d'autre. C'est fou l'effet qu'il peut avoir sur mon corps sans même s'en rendre compte. Pour autant, je gardais mon visage fermé et je continuais d'avancer en me demandant si je ne m'étais pas trompée de direction, chose qu'il confirma. Je ne bronchais pas d'un poil même si ma mâchoire se serrait un peu plus à chaque fois qu'il me provoquait plus encore. Quand il se mit à sous entendre qu'il me préférait lorsque j'étais nue, je lui lançais enfin un regard et pas des plus aimable. Il était vraiment en train de m'énerver, sauf que je ne pouvais pas lui en recoller une puisque j'avais toujours mal à ma main que je tenais d'ailleurs avec l'autre.

Quand il me donna une tape sur la tête, même si elle n'était pas bien forte une sorte de rugissement sortie de ma bouche tellement je me contenais et qu'il m'énervait. Non mais il voulait quoi là ? Que je lui saute dessus ? Qu'on fasse comme à notre habitude et qu'on règle ça par une bonne petite baise ? Et bien non ! Non, non et non ! Cette fois ci ça ne se passera pas comme ça, je le refuse ! Je ne suis pas un animal en chaleur, je ne me laisse pas emporter par mes instinct les plus primaires, je suis une personne, une personne dotée d'un cerveau et plutôt bien rempli au passage. Alors non, non et non ! Je fus toutefois contraire de m'arrêter de marcher lorsqu'il décida de me mettre d'une dans la bonne direction et de deux lorsqu'il m'attrapa le visage avec sa main. Je détestais lorsqu'il faisait et il le savait. Il me dominait de sa hauteur et avec cette saloperie de robe s'il le faut on nous prenait pour un père et sa fille ! Putain rien que cette idée là me rendait pire que malade, j'avais qu'une hâte c'était de retrouver mes affaires et de pouvoir enfiler un pantalon. Si au début je faisais ma forte tête en gardant le regard baissait bien qu'il tentait de me le faire relever vers lui, au final je cédais, je cédais oui, mais ce n'était peut être pas de si bonne augure que ça. Premièrement tu me lâches ! Deuxièmement t'arrêtes de me parler comme si j'étais une débile ! Et troisièmement vas te faire soigner parce qu'il me semble que tu l'as bien dit qu'il te tardait qu'une chose c'est qu'on soit ici pour pouvoir te débarrasser de moi ! Chose faite Roméo ! Alors maintenant tu me lâches, parce que si tu as des soucis d'amnésie et que tu ne te souviens pas de ce qui s'est passé dans la voiture, moi je m'en souviens parfaitement et tes paroles je ne vais pas les oublier comme ça ! Tu as été pire que blessant Yaël et... je me fis interrompre en entendant quelqu'un qui semblait m'appeler dans mon dos. Docteur Evans ? Je tournais la tête ébahie, tiens je venais de prendre du galon ? Le Docteur Orson souhaite vous montrer plus en détail le centre médical si vous le voulez bien, à moins que vous préfériez continuer cette discussion ? Le ton de la personne face à moi, un homme qui semblait avoir à peu près le même âge que Yaël dénotait qu'il nous avait sans doute entendu nous disputer. C'est bon j'arrive. Au final, je venais de trouver ma porte de secours.

© charney

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Finally, here we are (PV) Ven 10 Jan - 20:42

Finally, here we are
Riley&Yaël

Et c’est parti. Bien entendu, elle va pas se taire indéfiniment – bien que son rugissement de chaton offusqué était bien drôle à entendre. A vrai dire, je suis presque content qu’elle explose. C’est pire de l’observer s’énerver toute seule dans son coin et refusant la conversation – genre j’existe pas. J’ai jamais pu le supporter ça. Et elle le sait. Ouh et ça démarre avec des premièrement, des deuxièmement et tout ça. Je soupire et lève les yeux au ciel tandis qu’elle me fait sa scène de ménage en plein dédale de couloirs comme ça. On a un public – elle l’oublie et moi aussi. Franchement, je m’en fous tellement de tous ces gens. Autant qu’ils sachent direct qu’on est bien cinglés dans notre genre hein ! Au moins, ils seront pas trop perdus le jour où je devrais leur causer – on sait jamais. Roméo ? Attends. Elle se prend pour Juliette ? Les amants maudits. Ahah. Je pourrais rire si je ne voulais pas afficher une telle mine d’indifférence mêlé à de l’exaspération certaine. Voici donc le grand moment théâtral où on se sépare pour de bon. Parfait. Elle veut se la jouer diva. Pas de problèmes. Je prépare déjà mentalement tout ce que je peux lui sortir pour la laisser bien con mais on est interrompu en pleine « dispute » - elle est surtout en train de faire un monologue super long, ouais. Docteur Evans ? Je retiens mon hilarité à temps en détournant les yeux et en me focalisant sur ma rage. La petite étudiante est déjà devenu pro par ici, on dirait. Ahah je l’imagine déjà en blouse blanche. Ah merde, c’est pas une bonne idée ça. Rah. J’en ai marre d’être autant parasité par mes envies avec elle. On en serait pas là sinon.

Je toise l’étranger d’un regard mauvais. Genre, il ose venir couper une discussion comme ça. Sans-gêne, tout va bien. Et Riley ? Oh bah, elle semble heureuse de se débarrasser de moi plus rapidement et de se faire appeler « docteur ». Et voilà. Plus d’utilité, au placard l’emmerdeur. Boarf. Prévisible. Elle va pouvoir briller maintenant. Je ricane. J’avais envie de lui en foutre aussi plein la tête mais finalement, je me dis que le minimalisme, c’est bien aussi. Surtout avec un ahuri qui l’attend en arrière-plan, je vais pas commencer à déballer ma vision des choses. Je fais une révérence ridicule et ajoute un simple « Hé bien, salut Docteur. » Je plante mes yeux dans les siens une dernière fois. Je sais que cette fois-ci, c’est la bonne. Je tourne les talons le premier et me tire aussi vite. Je sais pas où je vais mais loin du cabinet médical – ça c’est sûr. Bon trouver un endroit pour la nuit dans un de ses couloirs – la grande priorité, mais avant repérage complet du complexe. Toujours commencé par une étude du terrain. Je veille à m’occuper l’esprit le reste de la journée parce que sinon, je suis inexplicablement sur les nerfs en me posant des questions inutiles. Elle a intérêt à aller bien cette môme parce que sinon, je vais lui botter le cul. Enfin, quelqu’un qui bosse dans le médical, ça court pas les rues. Ils vont la chouchouter. Peut-être même de trop. Ah putain, je veux pas le savoir. Etre seul à nouveau. C’est bien comme ça. Enfin tout est relatif. Y a des gens – parfois trop mais ça va. J’ai tendance à oublier que je dois plus regarder par-dessus mon épaule pour tenter de la retrouver mais ça finirait par passer. C’est qu’un automatisme. C’est rien que ça, ouais.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Finally, here we are (PV)

Revenir en haut Aller en bas

Finally, here we are (PV)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS-