(JOSH&&LIZZIE) + ne pars plus
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
Le 10/11/2017 : le forum a CINQ ans & sa saison 6 est mise en place. Nouveautés à découvrir ici (le tout accompagné d'un recensement au passage obligatoire).
ON VOUS AIME TEEEELLEMENT !! coeurrose lele Si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ? (Ouais on vous achète et alors ? /PAAN/)

Partagez| .

(JOSH&&LIZZIE) + ne pars plus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: (JOSH&&LIZZIE) + ne pars plus Mar 4 Fév - 22:25



   
S'il te plaît, ne pars plus. Ne me laisse plus. Je ne sais pas, mais je ne veux pas. Je ne veux plus. Je ne veux pas te perdre. Joshua & Elizabeth
   

   
NE PARS PAS

   
Il faisait jour depuis plusieurs heures. Suffisamment longtemps pour réveiller Lizzie en douceur. Les rayons du soleil caressaient doucement son visage l’intimant d’ouvrir les yeux. La jeune fille de vingt-et-un ans grogna et se tourna dans son lit attrapant son oreiller qu’elle serra contre elle. C’était une manie qu’elle avait depuis toujours souvenir un peu triste des matins où elle refusait de sortir de son lit, le visage ravagé par les larmes parce que l’idée de poser un pied à l’école la terrifiait. Depuis l’arrivée des zombies, elle avait gardé ce tic. Elle soupira et finit par ouvrir difficilement les paupières. Elle cligna plusieurs fois des yeux pour s’habituer à la lumière bien trop vive pour elle puis bailla à s’en décrocher la mâchoire. Ça faisait tellement de bien de dormir sans se réveiller toutes les cinq minutes à cause d’un bruit à l’extérieur de la tente. Les premières nuits dans la zone avaient été angoissantes pour Lizzie qui n’était pas arrivée à dormir sans la présence de Joshua à ses côtés. Elle ne s’était pas sentie entièrement en sécurité lors de leur arrivée et ce sentiment étrange l’avait poursuivie pendant des jours et des jours. Habituellement, elle aurait confié ce qui lui faisait peur à Angie, mais Angie n’était plus. Angie était tombée et ça, la jeune fille ne le digérait toujours pas. Elle ne supportait plus lorsque les gens qu’elle connaissait se rendaient à l’extérieur de la zone. Et elle supportait encore moins l’hésitation de Joshua. Il n’avait pas le droit de s’enfuir loin d’elle. Elle avait besoin de lui et inversement… du moins, c’était ce qu’elle espérait. C’était ce qu’elle avait interprété en l’observant également. Lizzie repoussa la couverture qui la couvrait avec ses pieds et s’assit sur le bord du lit. Lorsque ses pieds touchèrent le sol froid, elle frissonna. Elle s’étira aussi calmement avant de remarquer que la couchette de Joshua était vide. Elle se redressa brusquement et chercha du regard s’il ne se trouvait pas ailleurs. Rien pas de traces du blond. Depuis qu’ils avaient remarqué qu’elle ne pouvait pas être apaisée sans la présence du jeune homme, les résidents de la zone 51 avait accepté de faire un échange : Joshua irait dans le dortoir de Lizzie à la place de quelqu’un autre. Tous les matins, les deux jeunes avaient pour habitude de réveiller l’autre. Il avait probablement dû partir avec un groupe sans prévenir la jeune fille au préalable. Ça ne pouvait être que ça. Lizzie se mordilla la lèvre et fronça les sourcils. Encore. Elle trouvait qu’il sortait beaucoup trop souvent à son goût et ça la contrariait. Pire ! Ça la mettait en colère. D’un mouvement purement non contrôlé, elle donna un coup de pied à une chaussure qui traînait sur le sol. « Joshua, tu n’es qu’un idiot ! » S’exclama-t-elle à voix basse. Elle se rua sur son armoire et l’ouvrit en grand. Elle attrapa serviette et vêtements propres et se dirigea dans la salle de bain. Sa préparation ne prit pas plus de dix minutes. Elle était pressée de retrouver les cuisines. Elle se défoulerait en coupant les légumes qui iraient avec la viande qu’ils avaient ramené la veille.

   Quand elle arriva dans la cuisine, on évita de lui poser des questions. Mommy ne devait pas être d’humeur à recevoir des remarques aujourd’hui. Lizzie noua ses longs cheveux en un chignon mal fait et aida à préparer le repas du jour. Elle ne voulait pas poser de questions sur ceux qui étaient allés à l’extérieur de la zone, elle ne voulait pas demander si Joshua en faisait partie et pourtant, ça lui aurait probablement enlevé son angoisse. Lorsqu’elles eurent fini, elles enlevèrent tabliers et se lavèrent les mains avant de sortir prendre l’air. L’odeur de la cuisson embaumait déjà beaucoup trop la pièce et c’était vite devenu irrespirable. Lizzie écouta d’une oreille distraite le blabla des autres femmes, ses pensées la conduisaient toujours vers la même personne : Joshua. Il allait falloir qu’elle se trouve une occupation intéressante dans l’après-midi sinon elle allait imploser sous l’angoisse. Ainsi se passa la matinée. Lorsque l’heure du repas arriva, la jeune fille s’éclipsa dans sa chambre. Elle n’avait pas faim – de toute façon, elle n’avait jamais faim si on l’écoutait, il n’y avait que Joshua qui pouvait l’obliger à manger quelque chose de plus consistant qu’un fruit ou que rien. La jeune fille attendit quatorze heures pour sortir du bâtiment et prendre l’air. Elle mit sa main en visière lorsque le soleil vint agresser ses yeux et faillit se raviser si elle n’avait pas aperçu une silhouette qu’elle connaissait que trop bien un peu plus loin. Son cœur manqua un battement. Serait-il possible que… elle avança dans sa direction sentant une espèce de joie monter en elle. Arrivée à sa hauteur, elle posa une main sur son épaule. Ces cheveux blonds. Ce dos qu’elle connaissait parfaitement. C’était lui. Venait-il de rentrer ? Était-il là depuis ce matin ? Tant de questions se bousculaient dans la tête de Lizzie. « Tu… Hey ! Je… Salut… » Balbutia-t-elle sentant que ce qu’elle disait n’avait ni queue ni tête. Elle se racla la gorge pour se donner plus de sérieux. « Pardon. Salut ! Tu vas bien ? » Salut, tu vas bien. Pire entrée en matière du monde. Lizzie se mordit la langue, mais elle n’arrivait pas à faire taire la vague de questions qui l’assaillait. « Je ne t’ai pas vu ce matin… alors je me demandais si… je me demandais si tout allait bien pour toi. » Et pourquoi tu n’es pas venu me réveiller comme à chaque fois aussi... Elle scruta un instant son visage se disant qu’elle devait passer pour une folle à ses yeux. Elle était ridicule par moment.
   
(c) Bloody Storm

   


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: (JOSH&&LIZZIE) + ne pars plus Jeu 6 Fév - 23:18



ne pars plus
albert camus ▽ “Don't walk behind me; I may not lead. Don't walk in front of me; I may not follow. Just walk beside me and be my friend.”
Rester dans la zone est ... Trop difficile. Il y a trop de chose, ici, qui me rappelle ma vie d'avant, mais aussi trop d'éléments qui me donnent envie de prendre la fuite. Je sais que je ne le peux pas, pourtant. Être dans cet endroit est la meilleure idée qui soit pour tout survivant, c'est notre seule chance, en fait. Parce que nous avons tout ce qu'il nous faut : des chambres à l'abri, de la nourriture, des vêtements de rechange, des douches en état, et bien d'autres choses encore. Tout ça, on ne peut pas l'avoir n'importe où, et chacun d'entre nous en a conscience. Il ne faut pas croire, je suis infiniment reconnaissant à tous les militaires et anciens "habitants de la zone" pour ce qu'ils ont fait ici, et ce qu'ils continuent de faire mais ... Je ne peux pas. C'est plus fort que moi. Il faut que je sorte, que je vois l'extérieur et surtout, que je récupère des anti-dépresseurs. Lizzie, comme tous les autres, ne le sait pas, et c'est bien mieux ainsi. C'est mon petit secret, que je compte bien garder. Mais mes sorties ne servent pas qu'à cela, bien sûr. Je privilégie généralement celles qui se font en groupe, avec de parfaits inconnus, pour éviter que les gens ne se posent trop de questions. Avec le retour de la vie en communauté, tous les inconvénients font leur réapparition également.

Ce n'est pas spécialement des points qui me manquaient, mais je ne peux que m'estimer satisfait d'assister à tout cela. C'est peut-être le signe qu'un retour à une vie "normale" est possible... à quelques détails près. Parce que les rôdeurs, eux, ne prennent ni de congés, ni n'ont besoin de repos. Autant dire que les sorties sont parfois délicates. Et celle d'aujourd'hui fait inévitablement partie de celles que l'on voudrait oublier. Tout allait pour le mieux, jusqu'à ce que l'on entre dans ce magasin. Je suis parfaitement incapable de dire ce qui a véritablement dérapé. Tout a été soudain, inattendu. Un instant nous blaguions à propos de nos meilleurs "meurtres de zombies", et l'instant d'après nous courions à l'autre extrémité du magasin, dans lequel s'étaient rendus deux personnes du groupe. L'un, mordu au bras, essayait tant bien que mal de faire reculer un rôdeur, bien trop occupé à dévorer le cou de notre ami pour le calculer. Bref, au final, nous avions tiré sur l'un, puis sur l'autre, avant de tourner les talons et de partir de là au plus vite. Nous avions pris le temps de récupérer quelques trouvailles avant notre départ, bien sûr, histoire de ne pas revenir bredouilles. Mais la perte de quelqu'un, un de nos compagnons, courageux et volontaire pour cette excursion, reste un coup dur. Même pour un type comme moi, solitaire et renfermé.

Tout cela me fait repenser au meurtre de ma fiancée, auquel j'ai assisté, et je me dis que les proches de ces deux-là -il doit bien y en avoir un ou deux, dans la zone- vont avoir bien du mal à se remettre de cette tragédie. J'ai de la chance de ne pas faire partie de ceux qui vont leur annoncer cette nouvelle. Comment leur dire un truc pareil ? ça aussi, c'est l'une des rares choses qui n'a pas changé par rapport à avant : le deuil et la perte de l'être aimé est toujours la chose la plus difficile qui soit, même si les survivants ont une très nette tendance à s'endurcir avec le temps. Arrivé à la zone, je ne sais pas bien quoi faire. Légèrement perdu, et quelque peu touché par la mort de ces deux-là, avec qui j'étais parti en excursion pas mal de fois déjà, je reste à quelques dizaine de mètres de la zone, mais dans les clôtures malgré tout. La voix de Lizzie me tire de mes pensées. Je me tourne vers elle, et ne peux pas m'empêcher de sourire. Elle a ce pouvoir sur moi, et l'a toujours eu, mais il est de plus en plus fort avec le temps. J'en oublierai presque la mort des deux survivants. Presque. « Je vais bien. Et toi ? » Je réponds calmement, déjà proche de l'apaisement. Elle a définitivement trop de pouvoir sur mes émotions.

Je détourne le regard un bref instant, avant de le reposer sur elle. De nouveau, je lui souris, incapable de m'en empêcher. Comment faire la gueule à Lizzie ? Comment rester de marbre face à elle ? Impossible. « Bah oui, tout va bien comme tu le vois. » Je lâche, légèrement sec. Merde. J'ai encore bien du mal à contrôler chacune de mes réactions, comme si mon corps échappait à mon propre contrôle. Il faut dire que je n'ai pas eu d'anti-dépresseurs depuis ... Hier ! Autrement dit, ça fait une éternité. Mais ce n'est pas une raison pour m'en prendre à elle, c'est pas sa faute après tout. Elle est même parfaitement innocente, dans cette histoire. « Désolé. On est partis tôt, je préférais te laisser dormir. » J'ajoute, presque aussitôt, espérant me rattraper. Je n'ai pas l'habitude d'être calme, stable et tout ça, mais il faut que je le sois. Pour Lizzie, au moins. « Et toi, comment s'est passée ta matinée ? » Je lui demande, désireux de changer de sujet. Comme elle le sait si bien, je n'aime pas parler de moi, de ce que je pense, alors je n'ai pas envie de m'étaler sur ce qu'il s'est produit. Elle ne le sait pas, pour l'instant en tout cas, ça ne devrait donc pas être trop difficile de passer outre. Elle ne remarquera rien ... Non ?
(c) AMIANTE




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: (JOSH&&LIZZIE) + ne pars plus Mer 12 Fév - 7:35



S'il te plaît, ne pars plus. Ne me laisse plus. Je ne sais pas, mais je ne veux pas. Je ne veux plus. Je ne veux pas te perdre. Joshua & Elizabeth

NE PARS PAS

Sa réponse brusque aurait pu l’effrayer voire la vexer, mais elle commençait à connaître Joshua. C’était ainsi qu’il lui avait parlé la première fois qu’elle lui avait adressé la parole et par moment, ça lui arrivait encore, elle n’en tenait plus compte. Elle fit une simple moue et faillit bien froncer les sourcils lorsqu’il lui annonça qu’ils étaient partis tôt. Désolé. On est partis tôt, je préférais te laisser dormir. Encore. Toujours. Bien entendu, elle le savait qu’il s’était rendu hors de la zone, elle n’avait eu aucun doute là-dessus, mais l’apprendre de sa bouche lui faisait toujours un drôle d’effet. Il était désolé. Et si cette fois il n’était pas revenu avec le groupe ? Et s’ils avaient été obligés de l’achever parce qu’il avait été mordu par un zombie ? Comment est-ce qu’elle était censée réagir ? Joshua n’était pas n’importe qui à ses yeux. Il faisait partie de la même catégorie de gens qu’Angie et le perdre la rendrait malade. Elle s’empêcha de souligner qu’elle aurait tout de même préféré être réveillée avant qu’il ne parte, mais elle savait d’avance que ça entraînerait des mots qu’il regretterait probablement par la suite. Puis surtout, il se fermerait à elle et Lizzie voulait à tout prix éviter ça. « Et toi, comment s'est passée ta matinée ? » Que devait-elle répondre à ça ? Bien. Cool. J’ai cuisiné, le programme le plus intéressant au monde… Alors que toi… toi t’étais dehors. Elle ne voulait pas en arriver là, mais elle sentait un sentiment inexpliqué monter en elle. Lizzie lui sourit sans décrocher la mâchoire cherchant rapidement une réponse qui n’allait pas sonner comme un reproche. « Elle était… bien. Peut-être un peu longue. » Elle n’avait pas pu s’empêcher de le dire. Lizzie se serait bien collée trois gifles après avoir prononcé ces mots si elle avait été toute seule à répéter dans sa chambre. Longue signifiait quoi ? Qu’elle s’ennuyait alors qu’elle n’avait aucune raison pour ? Lizzie avait tout ce dont elle désirait dans la zone 51 : sécurité, lit, douche… le genre de confort qui n’existait pas avant. Alors de quoi tu te plains ? La jeune fille se mordit la lèvre inférieure. « Tu… tu as mangé quelque chose ? » Elle regretta ses mots au moment où ils franchirent ses lèvres. Qu’est-ce qu’elle avait aujourd’hui pour enchaîner les bourdes ? Parler de nourriture allait inévitablement amener sur le tapis la question retour et elle ne pouvait pas lui mentir. Elle ne pouvait plus reculer, elle allait devoir lui parler, tenter de le convaincre de ne plus sortir parce qu’elle ne supportait plus l’angoisse qui l’envahissait à chaque fois.

« Parce qu’on a cuisiné toute la matinée et il doit rester encore quelque chose à manger si tu as faim. On ne s’est pas vraiment cassé la tête, mais ça donne toujours des forces et puis… » Ça réchauffe le cœur. Avait-elle envie d’ajouter, mais c’était trop doux, trop naïf de sa part. Réchauffer les cœurs. Phrase cliché. « Tu dois avoir faim. » Elle s’embrouillait. L’angoisse d’arriver inévitablement à un sujet de discussion pouvant être sensible pour Joshua la faisait totalement dérailler. Lizzie ferma les yeux un instant et quand elle les ouvrit de nouveau, elle vit le regard marron de Joshua devenu sévère la fixer. Plus elle observait son visage, plus elle était sûre d’avoir mal choisi ses mots. Quelle idiote. Elle était vraiment nulle par moment. Et si à la suite de cette discussion il s’éloignait d’elle ? Elle ne s’en remettrait pas. Le croiser tous les jours sans pouvoir lui parler ou profiter de sa présence la rendrait malade. Lizzie tenta un geste dans sa direction. Lui saisir le bras ou toucher son épaule risquait probablement de déclencher chez lui un recul et elle savait qu’elle ne pourrait pas le supporter. Etrangement, la colère qui la suivait depuis qu’elle était levée s’était évanouie dès le moment où elle avait ouvert la bouche. Elle s’était sentie forte l’espace de quelques heures avant de redevenir cette petite fille effrayée par les autres. Dire qu’elle pensait avoir fait fuir cette petite fille depuis longtemps. Elle laissa retomber sa main le long de son corps et poussa un soupir. Elle avisa le banc qui se trouvait à quelques mètres d’eux puis alla s’y installer sentant que ses jambes ne pouvaient plus la soutenir.

Les yeux fermés, Lizzie laissa quelques instants le soleil sur sa peau avant d’ouvrir la bouche ne sachant pas vraiment si Joshua était à côté d’elle ou non. « Je suis désolée, j’enchaîne depuis tout à l’heure… » J’enchaîne les choses qu’il ne faut pas dire, mais s’il te plaît, ne pars plus. Je ne le supporte plus. Son cœur battait la chamade contre sa poitrine et elle sentait que tout son corps lui hurlait de lui dire ce qui n’allait pas. De lui dire pourquoi elle n’arrivait pas à s’exprimer correctement aujourd’hui.
(c) Bloody Storm

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: (JOSH&&LIZZIE) + ne pars plus Dim 23 Fév - 23:40



ne pars plus
albert camus ▽ “Don't walk behind me; I may not lead. Don't walk in front of me; I may not follow. Just walk beside me and be my friend.”
Je sais que Lizzie n'est pour rien dans tous les malheurs qui me sont un jour tomber dessus. Elle n'a jamais forcé mon père à se mettre à boire, encore moins à devenir violent. Elle n'a pas décidé de le laisser sortir de prison alors qu'il avait purgé la moitié de sa peine. Elle n'a pas lancé ce virus. Elle n'a pas laissé entrer un zombie dans mon appartement, qui a ainsi tué ma fiancée et mon futur enfant. Elle n'a pas non plus causé la mort de ce type, ce matin. Pourtant, je ne peux pas m'empêcher d'être brusque avec elle, de lancer des phrases comme ça, à la va-vite. Je ne maîtrise pas la portée de mes mots mais, pour autant, je ne cherche pas à contrôler quoi que ce soit. Je laisse les choses comme elles sont. Parce que cela me permet de conserver une certaine distance vis-à-vis d'Elizabeth. Distance dont j'ai atrocement besoin. Je sais qu'elle n'a plus vraiment lieu d'être, qu'elle est déjà beaucoup trop importante à mes yeux. Mais je ne peux pas m'en empêcher. C'est dans ma nature. Combien de temps a-t-il fallu à ma défunte fiancée pour réussir à totalement briser ma carapace ? Des mois. Des années. Maintenant, avec tout ce qu'il s'est produit, avec la terreur qui règne dehors, je suis pire encore. Je ne veux pas la laisser approcher, même si j'ai la désagréable impression qu'il est trop tard pour ça ... J'essaye de rester le plus naturel possible, pour ne pas avoir à m'expliquer sur quoi que ce soit. Je ne veux pas parler de ce pauvre type, tué alors qu'il essayait de rendre service. Lizzie panique déjà assez comme ça, pas la peine de l'effrayer encore un peu plus.

Je me contente donc de lui répondre, froidement, aussi distant qu'à l'accoutumée. Je ne peux pas changer mes habitudes. Et surtout pas maintenant. « Elle était… bien. Peut-être un peu longue. » Je la fixe sans ciller, décidé à ne rien dire de plus. Je ne détourne pas le regard et, au contraire, le plante dans le sien, en quête de réponse. Bon sang, qu'est-ce qu'elle veut dire par là ? Je cherche  une explication logique, mais n'en trouve pas réellement. Peut-être parce que, inconsciemment, je ne veux rien savoir de plus. C'est trop ... Bizarre, tout ça. Trop éphémère et complexe pour que je m'y attarde trop longtemps. Je la laisse changer de sujet, toujours sans reprendre la parole. Je suis souvent silencieux, elle doit en avoir l'habitude. Je serre la mâchoire en entendant sa question suivante. Pas parce qu'elle me dérange, j'apprécie qu'elle se soucie de moi et qu'elle fasse en sorte que j'aille bien. Même si, là encore, c'est très complexe et qu'il est question de rapprochement, de lien entre nous. En fait, c'est surtout parce que je sais qu'elle ose me poser cette question comme si ça l'inquiétait alors que, de son côté, elle ne manque que très peu, voir pas du tout. Et elle met ce sujet sur le tapis d'elle-même ?

« Tu as cuisiné toute la matinée, mais qu'est-ce que tu as mangé, toi ? » Je demande, neutre mais un brin d'énervement dans la voix, en ignorant parfaitement le reste de cette phrase. Bien sûr, que j'ai besoin de force. Mais elle aussi. « Je ne mangerai que si tu manges avec moi. ça marche ? » Je lance, bien conscient d'agir tel un père protecteur, mais on sait tous les deux que Lizzie n'est en rien comme ma fille. Quelques minutes plus tard, et Lizzie fait un geste dans ma direction, avant de se raviser pour aller s'asseoir sur un banc, à quelques pas de là. Elle ferme les yeux, et j'en profite pour me glisser à ses côtés, délicatement, de telle sorte qu'elle ne se rend probablement compte de rien. « Je suis désolée, j’enchaîne depuis tout à l’heure… » Lance-t-elle, un peu inquiète, presque nerveuse. Puisqu'elle a toujours les yeux fermés, je me permets un petit sourire. Instant fugace de bonheur, qui ne dure pas. Je ne peux pas me permettre d'être heureux, même si le soleil réchauffe les coeurs, comme on le disait si bien auparavant. « J'avais remarqué ... » Je réponds d'une voix calme, aussi neutre que d'habitude. Elle change souvent d'attitude, mais je tâche de ne pas trop prêter attention à ça. Pas parce qu'Elizabeth ne m'intéresse pas. Mais justement parce qu'elle m'intéresse trop. « On va chercher de quoi manger ? Et puis, on pourra aller se poser dans un coin où il y a du soleil. » Je propose finalement, bien décidé à couper court au silence qui s'était installé. Ces silences n'augurent jamais rien de bon, à mon sens. Alors autant l'arrêter au plus vite.
(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: (JOSH&&LIZZIE) + ne pars plus Sam 22 Mar - 13:16



 
S'il te plaît, ne pars plus. Ne me laisse plus. Je ne sais pas, mais je ne veux pas. Je ne veux plus. Je ne veux pas te perdre. Joshua & Elizabeth
 

 
NE PARS PAS

 
SSa question avait raisonné dans tout son être. Qu’est-ce que tu as mangé, toi ? Rien. Rien comme d’habitude parce qu’elle avait toujours ce problème tenace avec la nourriture. Elle avait beau faire tous les efforts du monde, elle n’y arrivait pas. Elle bloquait totalement quand elle se trouvait face à de la viande ou un pauvre haricot. Pourtant ni l’un ni l’autre allait l’attaquer si jamais elle tentait de planter sa fourchette. Elle ne devait pas avoir peur de ce qui était immobile. Son psy lui avait souvent dit, ses parents aussi, mais elle n’y croyait toujours pas. Parfois elle se demandait ce qui l’effrayait le plus entre un bon plat de pomme de terre en sauce et un zombie. Lizzie se trouvait ridicule par moment, elle savait pertinemment que face à un zombie elle pouvait très bien finir par se faire bouffer alors que pour le reste c’était l’inverse : c’était elle qui était capable de manger. Elle se mordit l’intérieur de la joue puis redressa la tête. « J'avais remarqué ... On va chercher de quoi manger ? Et puis, on pourra aller se poser dans un coin où il y a du soleil.» Elle voulut protester ouvrant et refermant plusieurs fois la bouche à la recherche d’un contre-argument pour ne pas manger. Enfin, lui pouvait, elle, elle n’était pas obligée. Bien sûr, elle pouvait mentir, dire que pour sa part, elle n’avait plus faim, mais elle savait qu’il n’y croirait pas et elle n’avait pas envie de lui cacher des choses. Ça ne se faisait pas. Surtout avec Josh. Elle avait mis du temps pour réussir à tisser des liens avec lui, ce serait regrettable pour elle de tout détruire à cause de son petit problème avec la nourriture. Lizzie pinça ses lèvres tout en hochant la tête. « Alors allons-y ! » Elle se redressa d’un seul coup sentant une légère faiblesse l’envahir. Si Joshua s’en rendait compte, elle allait avoir droit à un sermon de sa part et elle n’en avait pas envie. Elle secoua la tête en souriant. Maquiller tout ça pour que ça ne paraisse pas suspect. D’un geste, elle attrapa la main de son ami et l’entraîna à sa suite. En chemin, ils croisèrent d’autres membres de la zone, elle s’attarda quelques secondes pour les saluer et demander des nouvelles de leur fils. La veille il était tombé et s’était salement écorché le genou. Lizzie avait tenté de le réconforter et de le soigner, mais elle n’était pas infirmière de base et c’était assez compliqué de soigner un petit garçon de huit ans qui ne pouvait s’empêcher de gigoter dans tous les sens en hurlant de douleur. Lorsqu’ils s’éloignèrent, elle se tourna vers Josh. « Il a voulu jouer à l’aventurier mais il s’est rendu compte qu’il n’était qu’un petit garçon encore. » Elle sourit. « Il a eu sacrément mal tu sais, je ne me souviens pas avoir vu un enfant pleurer autant pour une blessure pareille. » La dernière fois qu’elle avait entendu un enfant pleurer c’était avant d’arriver dans la zone 51, quand des zombies avaient croisé leur route. Un frisson d’horreur parcourut son corps. A chaque fois qu’elle y repensait, elle avait la gorge qui se nouait et elle se rappelait des cris de terreur et des bruits d’os qui craquent sous l’assaut des dents des zombies.

Tenant toujours la main de Joshua, elle l’entraîna à sa suite toujours en direction de la cuisine toujours avec la même optique de prendre à emporter et de se mettre tranquillement au soleil. Lizzie poussa la porte lorsqu’ils arrivèrent dans le bâtiment et pénétra dans la pièce. Les odeurs étaient toujours là et elle dut réprimer un haut-le-cœur. Elle lâcha la main de Joshua et s’approcha d’un placard, là où ils avaient l’habitude d’entreposer des paniers. Elle chassa rapidement une araignée qui s’était logée à l’intérieur de l’un d’eux et finit par le poser sur la table. « Il y a encore pas mal de choses dans les casseroles alors vas-y, sers-toi, je m’occupe de prendre des couverts. Tu trouveras des boîtes dans le troisième placard là-bas. » Fit-elle en désignant le placard du doigt. Il était inutile de préciser qu’elle ne voulait pas manger, Joshua prendrait quand même deux parts. Lizzie lui tourna le dos par la suite et s’évertua à rassembler assiettes, verres et fourchettes. Contrairement à ce qu’elle ressentait auparavant, elle avait hâte de s’installer tranquillement avec Josh. Ils allaient pouvoir se retrouver enfin tous les deux et elle pourrait avoir un œil sur lui. Ça n’allait pas être aujourd’hui qu’il repartirait à l’extérieur. Lizzie déposa la vaisselle dans le panier et attendit que Josh revienne avec la nourriture. Il était dos à elle et elle ne pouvait s’empêcher d’avoir envie de l’enlacer pour calmer cette peur lancinante qui coulait dans ses veines. Elle avait toujours peur qu’un jour on vienne lui annoncer que Joshua s’était fait attraper par un zombie. Au fond, d’elle, elle savait que ça serait la pire épreuve pour elle.
 
(c) Bloody Storm

 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: (JOSH&&LIZZIE) + ne pars plus Dim 6 Avr - 17:02



ne pars plus
albert camus ▽ “Don't walk behind me; I may not lead. Don't walk in front of me; I may not follow. Just walk beside me and be my friend.”
Avec le temps, j'ai appris à cerner Lizzie. J'ai toujours laissé énormément de distance, par peur de je ne sais pas trop quoi, mais cela ne m'a pas empêcher d'apprendre à la connaître. Je sais maintenant beaucoup de choses sur elle, peut-être même plus qu'elle ne le sait. Je connais chacune de ses petites manies, et j'en suis presque à anticiper ses réactions. Je tâche de ne pas le mettre en avant, et encore moins de montrer à quel point elle m'intéresse, mais les faits sont là. J'essaye aussi de prendre soin d'elle, parce que je la sais très fragile et sans doute incapable de réussir à toute faire d'elle-même. Elle n'est plus une enfant, certes, mais c'est un peu comme si elle l'était redevenue, avec le chaos, dehors. Elle ne peut pas tuer un rôdeur, et peut encore moins repousser les survivants trop entreprenants. Je la connais mieux que personne, elle n'ose rien dire non plus quand on s'en prend à elle. Elle est comme ça, Elizabeth, sans doute trop gentille pour réussir à éviter les ennuis. Au contraire, même, sa gentillesse les attire un peu trop à mon goût. Je fais donc en sorte d'être à ses côtés le plus souvent possible, sans oublier de sortir très régulièrement de cette foutue zone pour ne pas devenir complètement fou. Et je prends soin d'elle. Je ne sais pas ce qui me pousse à être à ce point à ses petits soins, mais j'en ai besoin pour ne pas perdre l'esprit. J'en ai besoin plus que mes anti-dépresseurs. C'est dire à quel point cela a pris une taille disproportionnée et démesurée. Mais c'est ainsi. Et il n'y a rien que je puisse faire pour changer la donne.

Beaucoup plus rapide que moi, Lizzie se lève de son banc, attrape ma main et m'embarque à sa suite. Je ne sais pas comment elle fait pour être toujours aussi pleine d'énergie, mais je me laisse entraîner sans rechigner. Je suis décidé à la faire manger, qu'elle le veuille ou non. Et je suis prêt à me priver d'un repas pour y parvenir s'il le faut. Je sais qu'elle fera tout pour essayer de m'embobiner, mais je n'ai pas l'intention de la laisser faire. J'ai déjà perdu quelqu'un aujourd'hui, j'ai bien l'intention de faire en sorte que cela en reste là. Je me mets quelque peu à distance quand elle s'adresse à des personnes que je ne connais absolument pas, peu enclin à me mêler parmi tous ces gens. Je n'aime pas ça, et ce n'est pas maintenant que je vais changer. Encore moins avec ce qu'il s'est produit au cours de cette expédition. « Je suis sûre que tu as très bien pris soin de lui. » Je dis, un vague sourire au coin des lèvres. Je ne suis génréalement pas expressif, mais j'arrive à faire des efforts avec Elizabeth parce qu'elle en a besoin. Elle a besoin d'être mise en valeur, même si elle ne le dit pas. Parce qu'elle ne sait pas trouver elle-même ses qualités. Elle est comme ça. Elle m'emmène jusque dans les cuisines, et je la laisse prendre les choses en main, tout en gardant un oeil sur elle. Elle est capable de tout pour ne pas manger, je le sais bien. Et je ne vais pas la laisser faire. Pas aujourd'hui.

J’acquiesce à ce qu'elle me dit, et m'empare des deux assiettes qu'elle me tend. Je me dirige ensuite vers les fourneaux, et sert deux portions de nourriture dans les deux réceptacles. Je reste raisonnable dans les doses, parce que je n'ai pas très faim, mais aussi parce que je ne peux pas Lizzie à trop en prendre. Ce serait déjà génial qu'elle finisse ce que je lui ai donné ! Très vite, je la rejoins et lui souris, les deux assiettes bien ancrées dans mes mains. Je souris toujours quand je suis avec elle, c'en est presque devenu inconscient, alors qu'il est hors de question que je le fasse avec qui que ce soit d'autre. Je fais un signe de la tête en direction de la porte, pour lui indiquer que je vais nous chercher une place tranquille, et m'extirpe à l'extérieur. Il fait super bon dehors, et je ne peux pas m'empêcher de prendre une grande bouffée d'air, soulagé d'être revenu ici sain et sauf. Il en était moins une. Je vais m'installer sur le banc le plus proche, mais assez à l'écart du reste de la zone pour nous promettre tranquillité et silence. Puis je tourne la tête et souris de plus bel en voyant Lizzie s'installer à mes côtés. « Parfait. On va pouvoir reprendre des forces maintenant. » Je dis, faisant clairement allusion à l'état de faiblesse dans lequel Elizabeth est forcément, même si elle ne le dit pas et fait en sorte de ne pas le montrer. Je ne suis pas dupe. « Qu'est-ce que tu veux que l'on fasse après ? » Je demande aussitôt, curieux, et pas décidé à la laisser filer.
(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: (JOSH&&LIZZIE) + ne pars plus

Revenir en haut Aller en bas

(JOSH&&LIZZIE) + ne pars plus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS-