Let's join forces [PV Riley]
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
Le 10/11/2017 : le forum a CINQ ans & sa saison 6 est mise en place. Nouveautés à découvrir ici (le tout accompagné d'un recensement au passage obligatoire).
ON VOUS AIME TEEEELLEMENT !! coeurrose lele Si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ? (Ouais on vous achète et alors ? /PAAN/)

Partagez| .

Let's join forces [PV Riley]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Let's join forces [PV Riley] Ven 21 Fév - 23:14

Let's Join Forces
Riley&Yaël
Quand je m'abaisse pour lasser mes chaussures, je sens que mes côtes tiraillent atrocement. Boarf. On m'a demandé de rejoindre une expédition et j'ai dit oui, bien évidemment. Mon genou a repris sa forme initiale même si il me rappelle parfois qu'il est pas remis dans sa totalité avec une petite douleur charmante. Je peux marcher dans tous les cas. Ça fait une semaine maintenant, c'est bon. Je suis dans un meilleur état que les autres mecs avec qui j'ai fait la dernière petite virée dans tous les cas. Ils ont besoin de moi de toute façon – ouais je suis un bon tireur, le meilleur même. Ils peuvent pas se passer de moi. Puis j'ai bien compris qu'y avait de gros rancuniers par ici et que le coup de la dernière fois où je disparais dans la nature, ça les a pas plu. On m'a sermonné là-dessus comme si j'avais cinq ans et demi. Blablablabla. Bref. Je vais avec eux et je reviens demain. Voilà. C'est simple. On va moins loin normalement. Ils ont besoin de médicaments et y a un hôpital pas très loin – je crois. Ou un laboratoire – un truc médical quoi. Je sais plus très bien et je m'en fous. Tant que je connais la route. Le reste, c'est secondaire. Je me redresse en grimaçant. Faut que je veille à protéger mon flanc droit parce que si je me fais attaquer de ce côté... Ca en met du temps à se ressouder cette merde. Je soupire et attrape mon sac à dos pour aller le remplir à la réserve. C'est le moment que je préfère. Retrouver mes flingues. Je prends ce qu'on me donne au niveau bouffe et boisson avant d'embarquer les armes et me retrouve devant les grilles où trois véhicules attendent.

Regards mauvais de l'assemblée. Ok ils me font pas confiance. J'avais déjà compris avant, pas besoin d'en rajouter. Je leur souris à ma manière – de façon narquoise en remettant la lanière de mon sac correctement. Mon épaule va mieux d'ailleurs – j'ai plus mal. Tant que je fléchis pas trop les jambes, ça devrait aller pour le genou. C'est le moment de dire aurevoir au cas où on reviendra pas. C'est ce qu'ils racontent entre eux ce qui m'amuse. Quel défaitisme. Moi, perso j'ai jamais aimé les Adieux. Je préfère encore qu'on se quitte sans savoir qu'on va se quitter pour toujours. Plutôt que d'avoir droit à un moment chiant où on dira tout et n'importe quoi pourvu qu'on laisse pas de regrets. C'est con. C'est une histoire de chochotte ça. Alors non. J'irai pas voir ma frangine, ni ma gamine. De toute façon, j'en connais au moins une des deux qui va m'empêcher de me casser. Et je mise pas mal sur la toubib-en-chef-qui-sait-toujours-tout. J'ai pas besoin d'ajouter la migraine à la liste de mes divers bobos. J'observe une femme venir embrasser un mec de mon équipe comme si il partait au front. C'est un peu vrai mais faut pas déconner. C'est que 24 heures quoi. Je vous jure. Je fais mon insensible jusqu'au bout et rentre le premier dans le véhicule qu'on m'a indiqué un peu plus tôt. Banquette arrière, fusil à pompe entre mes doigts. Je vérifie les munitions qu'on m'a filé – pour garder le compte. Je calcule le nombre de balles que j'ai et veille à tenir en tête ce que je gaspille sur le terrain pour pas avoir de mauvaises surprise. Vieille habitude. J'observe derrière la vitre le sentimentalisme à trois francs des gens qui sont censés m'accompagner. Comme si on avait du temps à perdre pour ces conneries...
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Let's join forces [PV Riley] Mer 26 Fév - 20:56




Let's join forces

Je me réveille encore avec l'autre machin à côté de moi. Il m'écrase littéralement avec son corps mais je m'en fou, au final je préfère ça parce que au moins je sais où il pionce et je vais pas m'inquiéter comme une malade à me demander s'il va bien, s'il ne va pas se réveiller en pleine nuit et tenter de poignarder quelqu'un. Ça ne fait que quelques jours, mais j'ai encore une boule dans le ventre à chaque fois que je repense à la peur qu'il m'a fichu avant qu'il ne m'apparaisse devant les grilles de la zone. Je reste quelques minutes encore allongée avant de finalement le repousser pour pouvoir me lever. Le devoir m'appelle! Je m'extirpe du lit et j'enfile directement mon pantalon. Ouais je dors en petite culotte depuis deux nuits juste pour le faire rager et j'adore ça! Je souris en coin avant de finalement sortir de la chambre et je me dirige vers les douches. Depuis que je suis arrivée ici c'est toujours la même chose. Je me lève, je file prendre ma douche, je me dirige vers le centre médical où je prends mon café et puis je commence à voir différentes personnes ou encore à opérer. Ca va faire deux jours que j'ai pas eu droit à une opération et j'avoue que ça me manque un mot. Depuis que j'ai retrouvé la chirurgie, j'avoue que c'est un peu comme une drogue, j'ai besoin de ma dose par jour pour aller bien sinon je me sent déjà en manque. Y a autre chose dont j'ai besoin tous les jours mais ça je tente de ne pas trop y penser sinon je vais carrément devenir folle! Hormis s'embrasser au final on a rien fait et ça en deviens frustrant surtout qu'il va quand même mieux. Mieux oui, mais selon moi pas assez bien pour passer aux choses sérieuses. Allez d'ici une semaine il sera à nouveau d'attaque!

Je suis à la salle de pause quand j'entends des gens en train s'agiter au dehors et l'autre bouffon de service qui vient se caler juste à côté de moi. Rien que de l'avoir aussi proche me donne envie de vomir et je lui fais un sourire hypocrite et forcément il l'ouvre, sauf que pour une fois c'est intéressant ce qu'il dit. Alors Evans, tu laisses ton boy-scout partir à l'aventure? Ça doit être prodigieux de t'avoir comme toubib! C'est quoi ton remède miracle? Tu veux pas m'en prescrire un peu? Je fronce les sourcils et une insulte siffle entre mes dents. J'ai pas le temps de lui répondre parce que je crois que je vais faire un meurtre dans pas longtemps. Je décide d'aller voir mon chef pour lui demander s'il est au courant de cette expédition et bingo c'est lui qui a demandé à ce que les gars ramènent des fournitures et des médicaments pour le centre. Je décide alors de jouer la carte de la nana qui peut jouer sur les deux plans. L'extérieur ne me fait pas peur et au moins si j'en suis, je saurais rapporter ce qu'il faut réellement et pas juste quelques boîtes de paracétamol. Il m'autorise à faire parti de l'expédition et me voilà déjà dehors partant vers le hangar où son gardés nos armes. Ça me fait vraiment bizarre de retrouver mon couteau et surtout mon arbalète. En la voyant je sais pas pourquoi mais je sens tout de suite forte et pleine de confiance. Je pars me changer en enfilant une tenue adéquate pour sortir et je fourre dans mon sac quelques trucs dont j'aurais besoin: eau, de quoi manger, trousse de premier soins -sait on jamais ça peut toujours servir- et je me dirige vers les trois voiture qui sont devant la grande grille. Je vois pas mon grand blond et je fronce les sourcils en me disant que l'autre imbécile m'a donné une mauvaise information sauf que je l’aperçois dans une des voitures. J'ai pas besoin de dire au revoir à qui que ce soit et j'entre dans la voiture en m'installant juste à côté de Yaël, faisant bien claquer la porte en la fermant pour me faire entendre. Tiens t'es du voyage? J'étais pas au courant... Un sourire s'étire sur mes lèvres sauf qu'il n'est en rien aimable. En vrai je suis juste en train de bouillir sur place et je crois que si je m'écoutais je lui en collerais une sauf que j'ai pas le temps de dire ou faire quoi que ce soit que tout le monde entre dans les véhicules et que je me retrouve collée comme une sardine entre Yaël et un dénommé Damien qui n'arrête pas de parler. Putain que je déteste ce mec! Mais qu'est ce qu'il me fait pas faire sérieux!


© charney

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Let's join forces [PV Riley] Ven 28 Fév - 23:00

Let's Join Forces
Riley&Yaël
Je commence à m’impatienter – bah ouais, forcément, les observer se bécoter et se lamenter, ça saoule à force. Je soupire à plusieurs reprises en grognant dans mes dents, des injures qui sont destinés à chaque sale tête que je croise du regard. Allez-vous pendre ! Je peux même fournir les cordes. Je vais ouvrir la fenêtre et menacer le premier venu avec mon flingue si ça continue. Si d’ici cinq minutes, ils ont pas ramené leurs fesses à l’intérieur, je le fais. Mes doigts tapotent avec énervement mon fusil posé sur mes genoux. Ça me démange sérieusement de le pointer sur ce crétin qui embrasse à pleine bouche cette gonzesse – qui d’ailleurs, est vraiment moche. Je suis détourné de ce spectacle dégoûtant par une autre nana qui elle est trop attirante pour son propre bien. Quand Riley claque la porte, je tourne la nuque dans sa direction. Je m’attends à voir un perdu de la vie qui me lancera un regard malveillant et pas à tomber sur les traits de la gamine. Qu’est-ce qu’elle fout là d’abord ? Elle est pas censée recoudre des grands blessés et faire fantasmer tous les mecs de son complexe médical ? Elle est douée pour faire ça. Ca fait plusieurs nuits qu’elle se dandine en sous-vêtements sous mes yeux. Une vraie garce. Si j’aime ça ? A votre avis ? Mais là, je m’égare. Penser à son très joli fessier m’aide pas à comprendre ce qu’elle fiche ici. Sa première remarque m’arrache un très long soupire. Elle me prend pour un con aussi ? Elle a pas fait d’expédition depuis qu’elle est ici. Je sais très bien ce qu’elle fout là. Elle veut me surveiller. Ah pitié. « C’est ça, ouais. Et moi, je suis le Roi du Monde. » Elle croit qu’elle va me faire peur avec son sourire mauvais. Quoi elle est pas contente ? Je déclare agacer « C’est bon gamine, tu peux retourner à ta cuisine ! J’ai pas besoin de toi ! » mais j’ai pas le temps de la faire sortir du véhicule que d’autres y entrent. Putain, ils me font poireauter pendant dix ans et ils se pointent quand je veux qu’ils se tirent ? C’est une blague là. Bande de cons.

Alors non, je suis pas d’accord qu’elle se ramène. De un, je suis pas un gosse. De deux, c’est bon, j’ai pas envie de m’amuser à la surveiller. Putain, elle pouvait pas rester hors du danger ! C’est quoi ce délire mais sérieux. Je suis super en colère et je fusille du regard le mec qui commence à m’emmerder à force de parler. J’ignore royalement notre groupe et me penche sur l’oreille de ma voisine de banquette, j’étends un bras sur le dessus de nos sièges et laisse ma main retomber sur son épaule pour la forcer à m’écouter en se rapprochant. « Et quoi, t’as pas pensé que tu serais plus utile là-bas qu’ici ? Franchement, si tes caprices d’égoïste nous tuent pas aujourd’hui, ça sera du miracle. »  Ma langue claque sur la fin de la phrase alors que je lui tire l’oreille après avoir fini ma tirade. Ouais, je remets ses compétences en question. Elle a pas à être ici. Sa place, c’est une clinique, putain. C’est bon, quoi. Elle en avait pas marre d’être à l’extérieur ? Je la comprends pas cette gonzesse. Quand je reporte mon attention sur la route, je réalise vite que notre conducteur est un crétin fini. « Hé mec ! Quand tu te seras aperçu que tu roules pas dans le bon sens, on sera peut-être à court d’essence. T’es un grand malin, toi ! Bravo. » Je crois que je suis le seul du lot à avoir fait l’armée. Je suis sûr que ces types savent même pas tirer. Des empotés. S’ils ont déjà aucun sens de l’orientation… Merci le voyage. Il grommelle quelque chose que je comprends pas. « C’était à droite, ouais. Pas à gauche. »[/color][/b]  Il fait pas demi-tour. Putain, ça va être long. Vu que je suis de mauvaise humeur et que j’ai vraiment pas envie de me disputer, je me retourne vers la blonde et lui demande très placidement  « Tu lui fais comprendre qu’on va vers la mauvaise direction ou je lui fracasse la gueule pour que ça rentre dans son crâne? »  Vas-y, c’est toi la toubib, ici. Parait que c’est diplomate ces bêtes-là.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Let's join forces [PV Riley] Dim 2 Mar - 13:07




Let's join forces

Le fait d'apprendre que Yaël était en train de repartir à l'extérieur me donna une furieuse envie de l'étriper. Non mais il se croyait invincible ou quoi? Il n'est pas encore remis et je le lui avais fait clairement comprendre il y a deux nuits de ça quand il avait encore entrepris de me chauffer. J'avais tout simplement décidé d'appuyer là où ça faisait mal, soit au niveau de son flanc droit. Sadique? Peut être un peu mais c'était avant tout pour son bien. Je n'avais pas envie que par ma faute il soit encore plus abîmé. Apparemment, le monsieur se sentait suffisamment d'attaque pour pouvoir aller jouer à tuer des puants et ça m'énervait d'autant plus qu'il ne m'en avait pas parlé. Non mais il se fichait vraiment de ma gueule là non? Surtout vu comment il m'était revenu la dernière fois et surtout qu'il n'aurait pu ne jamais revenir. J'étais d'humeur massacrante et valait mieux ne pas me chercher. Parole d'Evans! En deux temps, trois mouvements, je partais en direction du dortoir pour aller chercher un sac et y fourrer quelques affaires avant d'aller récupérer ma meilleure amie au hangar. Franchement, je ne m'en étais pas rendue compte jusqu'à maintenant, mais ça me faisait un bien fou de la récupérer. Dès que je l'eus entre mes mains je n'étais plus Riley la "toubib" qui tente d'aider du mieux qu'elle peut à la zone, et je redevenais Riley la fille qui sillonne les routes avec son arbalète et qui tire sur les puants avec un carreau. Enfin, trêve de sentimentalisme, je me devais de rejoindre l'autre tête à claque ce que je fis rapidement. Je dois quand même noter qu'il est surpris de me voir là et au final ça m'amuse. J'aime surprendre les gens et à sa remarque je ne peux m'empêcher de rétorquer Le roi des cons ouais! Oups! C'est sorti tout seul. Chassez le naturel et il revient au galop, j'ai été bien trop sympa avec lui ces derniers jours et ça, c'est pas nous. A son autre remarque je me contente juste de faire mon sourire hypocrite avant de lui coller un coup de coude bien placé dans le flanc. Manges toi ça connard!

Le véhicule commence à avancer et déjà j'ai un bavard juste à côté de moi. Je ne lui répond que part des petits bruits que je fais avec ma gorge, mais au fond j'en ai juste rien à foutre de ce qu'il est en train de me raconter, d'ailleurs pour tout dire j'ai rien suivi de ce qu'il m'a dit. Enfin vaut mieux pas, parce que sinon ça voudrait dire qu'il est en train de me parler de son chien qui s’appelle Zoé qu'il a préféré à sa femme avec qui il a divorcé deux fois et...et en fait j'ai perdu le fil de son histoire depuis belle lurette! Je sens la main de l'autre abruti se poser sur mon épaule pour me faire rapprocher de lui. Il m'énerve quand il fait ça et qu'il pense que tout lui est permis. Tu veux vraiment rentrer dans ce type de discussion Yaël et que je te dise où toi tu serais le mieux en ce moment présent? Tu veux vraiment? Non parce que je t'assure que j'ai une tonne d’arguments à te balancer dans la figure, en commençant premièrement par la nuit que tu m'as fait passé quand tu es rentré de ta dernière expédition. Tu veux qu'on en parle? Je sais, je sais, je ne jouais pas très fair-play sur le moment mais je m'en fou! J'allais pas quand même le laisser repartir comme ça alors que d'une il n'est pas en état et que de deux, même si ça me coûte de me l'avouer, j'ai pas envie de le savoir dehors et qu'il ne puisse pas me revenir. Je croise les bras sur ma poitrine avant de me caler plus contre le fauteuil écrasant au passage le bras de Yaël qui se trouve toujours derrière ma tête. Petite vengeance personnelle. Et l'autre à côté qui continue de parler, non mais y a pas un bouton off? J'étais prête à péter mon câble et à lui demander de se taire sauf qu'au final c'est mon acolyte qui perd patience. Il me suffit de l'entendre parler au conducteur pour savoir que oui en effet, vaut mieux que je m'en occupe parce que son degré de patience vient d'être atteint... et j'en suis peut être la première cause. Je lève les yeux au ciel avant de prendre appui avec mes mains sur les deux sièges avant pour pouvoir me soulever les fesses et me lever à demi, approchant ainsi ma tête du conducteur. Il a peut être l'air con comme ça, mais le grand blond là derrière a raison, on est dans la mauvaise direction. Et je ne pense pas que tu ais envie qu'à cause de toi tout le monde perde son temps et se retrouve coincés ici n'est ce pas? On est censé rentrer d'ici 24h, et je suis sure que si on parvenait à rentrer encore plus vite que ça, tout le monde te remerciera et tu seras perçus comme un héros. Alors est ce que tu peux faire demi tour s'il te plait? Et finalement, il suffisait de dire la petite phrase magique parce que le conducteur venait de faire demi tour comme je le lui avais si gentiment demandé. Me voilà en train de me réinstaller sur la banquette arrière, sauf que j'avais pas prévu qu'il y aurait une main de posée là où mes fesses devraient aller. Bon okay les mecs, je sais pas à qui cette main appartient mais il y a intérêt que son propriétaire la récupère dare-dare sinon je vais me faire un plaisir de briser quelques doigts! Moi violente? Pas du tout!


© charney

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Let's join forces [PV Riley] Dim 9 Mar - 21:15

Let's Join Forces
Riley&Yaël
C’est bas. Putain que c’est bas. Et vas-y que je te rappelle la seule nuit où t’as été paumé. J’articule un sourire narquois sur mes lèvres. Elle a décidé de jouer à la plus fine mais elle reste vraiment une gamine. « T’as peur pour mes petites fesses hein ? T’inquiètes, je te les ferai voir de plus près plus tard si ça peut te rassurer. » Ouais, j’ai pas envie qu’on se mette à gueuler dans cette bagnole, entourés par des gugusses débiles et chiants. Ils vont s’emmêler et je vais être obligé d’en cogner un. Ah mais tout compte fait, c’est peut-être une bonne idée. ‘Tain ça me tape déjà sur le système cette expédition à la con. Et qu’elle soit là, ça arrange rien. Je vais devoir la surveiller – génial comme si j’avais besoin de ça sérieux. Quitte à ce qu’elle m’emmerde pour ce trajet, autant qu’elle se rende utile pas vrai ? Pour ça que je la mets à contribution pour expliquer à ce benêt qui nous sert de chauffeur qu’on fonce droit dans la mauvaise direction. Elle frappera moins vite que moi – et après on dit que je n’y mets pas du mien. J’ai la gâchette qui me démange mais je la laisse parler comme demander. En plus, la vue qu’elle nous offre, est vraiment pas désagréable. J’admire son postérieur se dandiner tandis qu’elle raconte ce qui lui chante au mec de devant – j’écoute pas, je suis distrait forcément. En tout cas, elle est efficace non seulement pour me distraire mais en plus, pour faire changer d’avis à ce connard. Une vraie diablesse cette gonzesse en fait. Une paire de nibards et ça y est, il obéit. Ah cet abruti, il est déjà rangé dans la catégorie – perte sans gravité pour l’équipe si un zombie le bouffe. Je ricane à ce songe et l’observe se rasseoir avec une pointe de déception.

Je n’ai pas le temps de reprendre la conversation parce qu’elle se met à râler. Pardon ? Y a une main sous ses fesses ? Et c’est pas la mienne ? Mon regard passe de Riley à son voisin de siège, celui qui a une grande et sale gueule. Je vais lui faire passer l’envie de le peloter. Mes doigts tapotent mon fusil sur mes genoux tandis que j’enfonce mes yeux dans ceux de ma potentielle future proie. « Mec, si j’étais toi, je lui obéirais. Parce qu’avec moi, tu vas pas perdre que tes doigts. » Je lui sors un sale sourire arrogant pour argumenter et laisse la menace planer en continuant à faire jouer mes doigts sur mon arme. « Vas-y mets bien tes mains en évidence maintenant. » Le passager à l’avant se retourne sur nous. Il a pas l’air spécialement content que je menace son pote. Ca va être épique cette expédition dis donc. « Qu’est-ce que t’as ? Tu veux ajouter quelque chose ? » Je le provoque, ouais. Histoire qu’il dise pas sa merde dans le coin. Je veux pas d’une guerre froide, si je l’emmerde, qu’il le dise. Il ne répond rien et se retourne. « Putain, entre Gary qui a pas le sens de l’orientation, Paul qui sait pas contenir sa libido et Charles qui croit que je vais tuer toute sa famille, y en a un de vous qui a une quelconque formation ici dans le domaine militaire ? » Aucune réponse, en plus, ils me nient tous la gueule alors que je leur ai trouvé des prénoms tout à fait affectueux – je connais pas leur nom. Sympa quoi. «  Ok, je vois… » Equipe de merde. On va encore frôler la catastrophe. Ils s’étonnent qu’on rentre avec la moitié de monde après. Mais ces types savent même pas tenir un flingue. Allez vous faire foutre. Je vais penser à ma gueule et à surveiller les miches de la môme. Le reste, ce n’est pas mes oignons fin de l’histoire. Je me penche vers Riley. « Tu fais confiance à personne, ok ? » Je la préviens d’un regard que c’est sans appel. « De toute manière, tu t’écartes pas de moi une fois qu’on y est, pigé ? Le moindre écart et je te ramène par la peau du cul si il faut. » Et je ne plaisante pas. Elle le sait.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Let's join forces [PV Riley] Lun 17 Mar - 0:28




Let's join forces

Je suis pas sympa de remettre sur le tapis la nuit qu'il m'a fait passé mais c'est le seul moyen pour moi de lui faire fermer sa gueule. J'aurais bien aimé qu'en plus de ça il décide de descendre de la voiture mais ça c'est comme croire au père noël. C'est vraiment qu'un petit con de première! Il croit quoi en plus? Que je fais ça pour l'emmerder? Je me soucis de lui, c'est tout, j'aurais fait la même chose avec n'importe lequel de mes patients qui aurait décidé de partir alors qu'il n'est pas en état. Ouais okay d'accord je suis carrément pas crédible et j'ai une petite voix dans ma tête qui me dis que si je fais ça c'est parce que c'est lui. Les autres je m'en balance, tout ce qui m'importe c'est lui. J'ai eu trop peur la dernière fois, il n'aurait pu ne pas me revenir alors là au moins je serais là. Je sais qu'il est bien plus habile que moi sur le terrain, mais il sait aussi qu'il peut me faire confiance...enfin je l'espère. Bref, me voilà maintenant en train de jouer à l'arbitre et de parlementer pour que le conducteur prenne la bonne direction et que mon grand blond ne fasse pas de bêtises. Non mais sérieux il a quel âge? Et après c'est moi qu'il traite de gamine, non mais je t'en foutrais...

Je vais pour me rasseoir sauf qu'il y a un truc qui cloche et pas des moindres. Je sens une main sous mes fesses et je sais pertinemment que c'est pas celle de Yaël, bien qu'il aurait très bien pu faire ça mais il aurait été plus discret, il sait que je gueule facilement quand on me prend par surprise et là ça en est une grosse de surprise! Ma réaction ne se fait pas attendre et celle de Yaël non plus. Au fond, je sais pas pourquoi mais je suis contente de le voir réagir comme ça, à sauver mon honneur ou un délire du genre. J'ai envie de croire que c'est de la jalousie mais j'arrive pas à penser à ça, je suis juste dégoûtée que l'autre enfoiré ait pu penser qu'il me plaisait. Mais quel porc! Il tente de s'expliquer en disant qu'il a juste posé sa main comme ça sans arrière pensée. Ouais et moi je m'appelle Jeanne D'arc! Non mais c'est dingue à quel point les mecs nous prennent pour des connes par moments, comme si j'allais avaler ça. Instinctivement je me colle un peu plus contre Yaël mettant de se fait une certaine distance entre l'autre abruti et moi. Si j'avais pas peur d'une troisième guerre mondiale j'aurais demandé à mon grand blond de se mettre au milieu mais je préfère garder la place... sait on jamais. J'ai envie de pouffer de rire quand il leur parle, mais quel con! Bien que je le suis encore plus à m'amuser de ses conneries... Sérieux dès qu'on revient faut qu'on arrête de dormir ensembles. En tant normal ça m'aurait agacé alors que maintenant ça m'amuse. Putain des claques! Quand il se penche pour me parler je l'écoute attentivement et lève les yeux au ciel. Mais oui ça va! Non mais genre comme si j'avais besoin de lui et comme si ces gars là allaient me faire quoi que ce soit surtout après qu'il ait bien montré qu'il ne valait mieux pas me toucher? La voiture s'arrête finalement, on se trouve sur le parking d'une clinique. Le gros pervers est le premier à sortir et je suis Yaël avant qu'on ne referme les portes doucement. Prenez tout ce que vous pouvez je ferais le tris ensuite. Même la moindre boîte d'aspirine est importante d'accord? Ouais je donne des ordres et alors? Là il s'agit quand même de mon taf avant tout. Je met déjà un carreau dans mon arbalète et j'avance vers le grand bâtiment, on ouvre les portes, c'est parti! Je jette un coup d’œil derrière moi et je vois Yaël; je lui souris avant de voir l'autre vicelard s'approcher de moi et venir s'excuser. Il parle trop... il parle vraiment trop.... il parle tellement trop qu'on fait du bruit et qu'il y a une dizaine de puants qui nous foncent dessus.


© charney

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Let's join forces [PV Riley] Mer 19 Mar - 22:50

Let's Join Forces
Riley&Yaël
Je l’agace, ça c’est clair. Et franchement, j’en ai rien à foutre. Je veux être sûr qu’elle sorte pas son mode mère Thérésa du placard et commence à croire que tout le monde, il est génial. C’est ainsi qu’elle se ferait descendre par un con qui est incapable de tenir son fusil correctement ou bien qu’elle pense pouvoir compter sur une de ces types d’ahuris pour la couvrir. Y a qu’elle et moi, les autres, c’est du décor. Ouais, non, c’est même pire que ça. En fait, ils sont tout aussi dangereux que les bestioles et en plus, on peut même pas leur tirer dans la jambe si ils nous emmerdent. Des boulets en gros, des boulets avec une arme entre les mains. Ça fait peur franchement. On est menacé même par nos soi-disant alliés. Ça nous fait une belle jambe, ça putain. Je suis déjà d’humeur à en massacrer un quand je sors de l’habitacle. Je manque même de refermer la portière sur la tête de Riley tellement j’ai besoin de taper dans un truc. Heureusement que je me retiens à temps. Ouais, vaut mieux qu’elle sorte de mon côté parce qu’avec l’autre pervers là. Je claque violemment la porte une fois qu’elle est sortie avec un plaisir inouïe quand je vois Gary sursauter. Je ricane entre mes dents d’un air mauvais tandis que Riley se met à jouer à médecin sans frontières. Je lève les yeux au ciel et quand je passe à sa hauteur, je lui offre une légère tape pas très méchante derrière le crâne. « Ça te va bien de jouer la petite chef, gamine ! » Je rigole à moitié avant de suivre notre magnifique groupe. Gary est toujours à la tête ce qui m’éclate vu comment il place déjà mal ses doigts sur son flingue. Ca va être épique cette expédition. Je me retourne vers la gamine et répond à son sourire d’un clin d’œil enjôleur. Heureusement qu’elle est là finalement, elle sera pas de trop avec les bras cassés qu’on a.

Paul à la libido exacerbée tente de se racheter et je suis leur échange de loin, l’esprit déjà focalisé sur notre environnement. Putain mais qu’il la ferme d’ailleurs, difficile de percevoir intelligiblement les sons avec une machine à paroles sur pattes à quelques pas de là. Je vais lui dire de fermer sa grande gueule quand soudainement, une petite bande de macchabées nous fonce dessus. Et là, c’est le moment où tout part en délire. Charles se planque derrière une étagère et fait tomber ses munitions. Bravo mec ! T’es un pro ! Paul se met direct à tirer – bien, c’est mieux mais si il pouvait viser correctement, ça serait encore mieux ! Et puis nous avons notre meneur Gary qui panique complétement et qui manque de se faire bouffer. Je tue directement les deux plus menaçants – sauvant les miches de notre leader raté. Je me rapproche de ma gamine jusqu’à ce que mon coude touche le sien afin de ne pas perdre le moindre contact durant l’assaut. Je lui hurle « Riley, tu prends tronche de cake sur la droite et gueule de métèque juste derrière. Je m’occupe de captain America et de sa gonzesse. » J’avise et enchaîne sur le duo comme prévu en attendant à chaque fois d’avoir le bon angle de tir pour se faire. Je pousse même les munitions de débilos pour qu’il puisse recharger son arme – même si je réalise qu’il va faire de la merde. Paul arrive enfin à foutre une fichue balle dans le genou d’un rôdeur ce qui le ralentit. Il arrive encore à causer d’ailleurs. Il récite un truc qui ressemble à la bible – quel con mais quel con. Gary finit par reculer et rejoindre son pote derrière un truc pour se foutre à l’abri. Je jure dans mes dents et fais reculer stratégiquement mon acolyte en la prenant par l’épaule pour qu’elle soit le plus possible en retrait. Il en reste encore quatre. Je m’apprête à changer ma position quand Charles se relève soudainement sans crier gare et me fiche violemment un coup d’épaule en plein sur mon genou blessé. J’ai rien vu venir et déstabilisé, je me rattrape de justesse à un meuble proche. La douleur affecte mes sens. Je me mords les lèvres et tente de voir où en sont les zombies mais ma vue est embuée. Je grogne en cherchant à retrouver l’équilibre. J’espère que le temps que de me reprendre Riley saura gérer cette bande d’abrutis.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Let's join forces [PV Riley] Ven 21 Mar - 18:54




Let's join forces

Je crois qu'avant lui, jamais je n'aurais pu imaginer trouver une personne qui puisse autant m'énerver et à la fois me faire rire. C'est assez déroutant comme constat, une chance que je n'ai pas le temps d'y penser plus longuement parce que à tous les coups je vais avoir la migraine. Quand il me dit que ça me va bien de jouer les chefs, je plisse les yeux et le fusille. J'en ai vraiment plus que ras le bol qu'il me traite de gamine, je sais pas pourquoi, ça devient chiant à la longue. Quoi que si, je sais pertinemment pourquoi ça m'insupporte de plus en plus sauf que même le penser c'est trop... On s'approche de la porte de la clinique, et je sens déjà que ça va être le bordel. Ce genre de trucs, j'arrive maintenant à les repérer à des kilomètres à la ronde. Faut dire pendant plus d'un an j'étais avec mon père, un ancien militaire qui a tenté de m'apprendre tout ce qu'il pouvait en matière de survie, et puis j'ai été avec deux militaires... imaginez un peu! Faut croire que j'étais destinée à rester avec un puisque Yaël est toujours là, et entre nous, heureusement. J'avance en tentant d'écouter les bruits nous entourant mais l'autre pervers à côté de moi n'arrête pas de parler. Je le fusille du regard, lui fait les gros yeux mais il n'y a vraiment rien à faire, il ne comprend...RIEN! Je crois qu'il aurait fallut que je me mette à lui hurler dessus de bien vouloir fermer sa gueule pour qu'il daigne comprendre et encore, je ne suis même pas sûre que cela aurait fonctionné. Et là d'un coup, ce qui était bien évidemment prévisible arriva. Une horde de zombies, sans doute une dizaine si mon rapide compte est bon se ruent sur nous prêt à bouffer de la chair fraîche.

J'aurais du m'en douter qu'on était entourés d'une bande de bras cassés. Ça y est, je suis énervée! et je paris que mon grand blond doit être à peu prêt dans le même état que moi. Mais putain, ils peuvent pas prendre des gars qui savent se débrouiller lors d'une expédition? Ça m'étonne même pas maintenant que Yaël me soit revenu dans un état pareil il y a quelques jours et ça m'énerve d'autant plus. Allez hop c'est parti, si je ne fais rien on va se faire bouffer! Je positionne mon arbalète et hop en plein dans le mille. Je me tourne vers Yaël et je souris comme une gamine toute fière de moi malgré le chaos nous environnant, en fait je suis fière de ne pas avoir perdu la main. Si tout le monde y mettait du sien, sans doute qu'on parviendrait à se débarrasser des puants, mais non! Un juron siffle entre mes dents alors que je sens Yaël se rapprocher de moi. Quand il m'ordonne de m'en occuper de deux, je hoche de la tête pour lui répondre avant de remettre un carreau dans mon arbalète et d'en viser un, et puis je refais la même chose pour le second. Je tente d'avancer avec précaution et je tends même une main à l'un des miens pour l'aider à se relever. Allez mon gars, prouves nous que tu en as! C'est le moment ou jamais si tu veux pas rentrer les pieds en avant! Quoi je suis pas sympa? Mes mots semblent toutefois l'encourager, sauf qu'il est en train de tirer sur tout et n'importe quoi et à ce rythme là il va même nous tirer dessus. Je soupire exaspérée avant de prendre mon couteau juste à temps pour le flanquer en plein dans la tête de ce qui semblait être une infirmière. Tu vois, c'est comme ça qu'on fait! Tu vises et tu y vas! Bon j'avoue je fais ma maligne, mais ça me défoule de l'humilier comme ça. Je tourne la tête pour voir où se trouver Yaël et c'est à ce moment là que je le vois défaillir. Là je réfléchis pas, surtout quand je vois que finalement l'un d'entre nous se fait sévèrement attaqué au niveau de la jugulaire. Il gueule comme c'est pas permis en nous suppliant d'y aller, sauf que je le sais, il est déjà trop tard. Bye bye Charles! C'est triste mais c'est ainsi et puis j'ai pas le temps de réfléchir parce que je me rend compte que les autres sont en train de se tirer et qu'il ne reste plus que Yaël et moi. Enfoirés! Je remet un carreau dans mon arbalète et je le lance dans un puant sauf que je l'ai raté et ça ne fait que le ralentir. Je me recule alors et attrape Yaël sous le bras avant de le pousser vers la porte qui se trouve juste derrière nous. J'ai juste le temps de refermer la porte que j'entends les râles des puants. Et là d'un coup je sens une main se poser sur mon épaule sauf que je sais que c'est pas Yaël puisqu'il est juste devant moi. Je me met à hurler de toute mes forces et à me débattre sauf qu'il me tient vraiment fort. Putain non pas ça! Mon rythme cardiaque s'accélère et quand on vous dit qu'on voit toutes les images de votre vie défiler en quelques secondes et bien c'est de la connerie! On voit rien du tout, on se voit juste mort!  


© charney

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Let's join forces [PV Riley] Sam 22 Mar - 1:06

Let's Join Forces
Riley&Yaël
Tout n'est que cris pendant un moment. Je cligne plusieurs fois des yeux pour dissiper les larmes de douleur qui sont venues se nicher contre mon gré devant ma vue. Je jure plusieurs fois dans mes dents en posant une main machinalement sur mon foutu genou. Je sais plus ou moins où se situe Riley et je regarde dans sa direction, ne voyant que des ombres pour le moment. Il faut qu'on se replie, ils sont trop cons pour qu'on y arrive alors qu'on est assez pour ça putain. C'est ridicule et ça me saoule à un point. Ça gueule et ça gigote mais je comprends bien vite qu'on se fait déserter par les sales cons qui nous accompagnent. J'ai pas le temps de me mettre à marcher vers ma gamine qu'elle est déjà à mes côtés. Elle me pousse vers la porte alors que la douleur s'estompe. Je grogne entre mes dents en réalisant qu'on l'a échappé belle. Bande petits merdeux, je vais les frapper les uns avec les autres. Puis leur arracher les yeux, ensuite je les castre et puis... J'ai pas le temps de me venger mentalement parce que sorti de nulle part – d'un coin d'ombre pour être plus précis, un macchabée montre sa face et agrippe aussi vite ma blonde. Je redresse mon arme instinctivement mais il bouge trop. Je risque de toucher de Riley. Putain. Putain de merde. Durant une micro seconde, je la vois morte. Mon rythme cardiaque s'emballe. Je calcule plus rien. L'adrénaline me domine complètement. Je fonce en sortant mon couteau et me jette sur lui sans ménager ni mon épaule, ni mon genou en hurlant. Je manque de renverser Riley dans l'opération mais je réussis à décrocher le zombie de son épaule et enfonce ma lame dans son crâne en me laissant choir au sol avec lui. Je retire aussi vite mon arme de sa tête et tente de me redresser en prenant le mur pour appui. Putain. Elle a failli... Putain de... J'ai du mal mais je parviens quand même à me hisser sur mes guibolles. « Je vais les tuer. JE VAIS LES BUTTER. » Je crache à moitié ces mots avant de m'approcher de la presque victime. Mes doigts inspectent nerveusement sa nuque avant que je ne soupire de soulagement. Les tiraillements sont déjà super lancinants. On a pas intérêt à lambiner – je crois pas que je pourrais le supporter.

J'ai pas le temps de lâcher une autre réplique parce qu'un second rôdeur s'invite dans notre espace aussi soudainement que l'ancien. Je réagis plus vite et inverse ma position avec ma gamine. J'enroule sa taille de mon bras et la plaque contre la porte. J'ai juste le temps de relever mon flingue et de le pointer sur sa tempe avant qu'il ne tente de me mordre. Il s'écroule aussi sèchement. Super. A une poignée de secondes près, c'était fichu. Je suis encore collé à Riley quand j'articule « Je te jure que j'ai pas rejoint cette zone de mes deux pour qu'on crève comme des merdes dans des endroits à la con. Alors on prend ce qu'y a à prendre et on se tire avec ou sans ces abrutis. » De préférence sans. Si je revois leur sale gueule, je les explose. Avant de me détacher d'elle, je juge bon de caler son menton entre mes doigts. « Et toi. T'as intérêt à survivre. Pigé ? » Sérieux. Elle a failli se faire bouffer deux fois. C'est bon quoi merde. Je la défie du regard durant de longues secondes un peu sous le choc de tout ce merdier. J'ai eu peur. Putain. La tension entre nous est à son comble et j'ai conscience que ça nous distrait tous les deux. Alors je recule finalement et grimace quand mon genou craque à quelques reprises tandis qu'on reprend la marche. Pas de signes apparents des idiots du village. On fonce dans un couloir et franchit les premières portes qu'on voit. Des étagères et des tables. Vu le peu de clarté dans cette pièce sans fenêtres, j'allume ma lampe de poche et éclaire le trajet ainsi que les armoires pour que la médecin qui m'accompagne puisse piocher ce qui faut. « Dépêche-toi, je te couvre. » J'analyse les environs en essayant d'oublier que je crève de mal à cette fichue épaule. Je vais morfler  encore pendant plusieurs semaines. Super. Non, vraiment vraiment super.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Let's join forces [PV Riley] Mar 25 Mar - 22:21




Let's join forces

En tant normal, enfin disons dans notre routine avant d'entrer dans un lieu on fait en sorte de savoir s'il y a des puants à l'intérieur, combien et ensuite on s'en occupe. Là j'ai pas eu le temps de réfléchir, il y en avait trop dans le couloir et rester là n'aurait pas été bon pour nos fesses. Résultat? On se retrouve dans ce qui semble être une chambre d'examen et j'ai à peine le temps de souffler que je sens une main en train de m'agriper. J'hurle, je me débats, mais il n'y a rien à faire il m'agrippe, et je sens peu à peu ses doigts s'enfoncer dans ma chair. Putain non pas ça! Je suis terrorisée et je plante mon regard dans celui de Yaël qui réagit bien plus vite que je ne l'aurais espéré en lui sautant dessus et lui planta son couteau dans le crâne. Dieu que j'ai eu peur! Pourtant c'est pas la première fois que je me retrouve face à des trous du cul pareil, mais là c'était différent, là il allait m'avoir par surprise et s'il n'avait pas été là... s'il... Je secoua le tête et je me rend compte que mes jambes sont en train de trembler alors que je regarder Yaël en train de se relever. Putain, et lui de faire ça avec ses blessures! Déjà qu'est ce qu'il est allé se foutre dans cette excursion? Et moi! Ben moi j'ai eu raison de venir avec lui parce que sinon avec cette bande d'abrutis il ne me serait sans doute jamais revenu! Cette pensée me fait frémir.

J'ai pas le temps de plus penser à tout ça que d'un coup il me plaque contre la porte. J'ai à peine le temps de réagir que j'entends un coup de feu et un autre puant vient de s'écrouler juste à nos pieds. Putain mais c'est pas vrai! On va vraiment finir par se faire bouffer si ça continue comme ça. Je hoche la tête lorsqu'il me parle, pour le coup je suis bien d'accord avec lui. Mais quel endroit de merde sérieux! Ils peuvent pas envoyer des personnes capables et qui ne risquent pas d'être tuées ou de faire tuer les autres? C'est pas possible sérieusement! Je suis folle de rage, sauf que je suis également troublée par cette proximité avec Yaël. Toi aussi En fait c'est la seule chose sensé que j'arrive à lui répondre quand il me dit que je dois survivre. Non mais certes, j'avoue, il vient de me sauver par deux fois, mais c'est qui celui qui est revenu tout cassé et dans un sale état suite à sa dernière excursion? Alors sérieux, je crois que c'est plutôt à lui de faire gaffe et de rester en vie! Cette pensée m'agace suffisamment pour que j'arrête d'avoir de sales idées en l'ayant aussi proche de moi. Je grimace lorsqu'il se recule, pas parce qu'il se recule mais parce que j'entends quelque chose craquer et je suis à peu près sûre que ça vient de lui. Putain il a mal! Ca m'énerve d'autant plus que je me dis que si on retombe sur les autres je vais leur mettre mon poing dans la figure! Mais quelle bande de cons et d'incapables sérieux. On sort finalement de cette petite pièce et on se met à courir le plus vite qu'on peut pour arriver jusqu'à une salle qui semble être la réserve. On ouvre la porte, Yaël éclaire et bingo personne! Pas de puants en vue, pas de râles, rien! Je vois les étagères et les armoires qui semblent encore contenir quelques médicaments et autres fournitures. Je m'approche de l'une d'elle et je commence à mettre dans mon sac toutes sortes de choses dont je sais qu'on aura besoin: antibiotiques, antalgiques, bandes, seringues, eau stérile, pansements, perfusions ect... Il y a vraiment beaucoup de choses et je n'en reviens pas. Je termine de remplir mon sac et je m'approche de Yaël. Tu as mal et je le sais, j'ai ici de quoi te soulager et viens pas commencer à me dire que c'est pas le moment parce que de toute façon avec toi c'est jamais le moment! Mais je m'en fou! Le moment on va le prendre parce que je supporte pas de te voir souffrir. Je dors avec toi toutes les nuits et je supporte pas de t'entendre gémir ou de te sentir te reculer ou bouger quand je te touche parce que tu as mal! Et je supporte pas non plus le fait que tu ais eu cette putain de sale idée de venir ici! Non mais c'est quoi ton but? Crever? Te faire bouffer? Qu'on te ramène à moi avec une balle logée dans le crâne ou carrément qu'on m'annonce que t'es en train de crever au bord de la route? T'as pensé à moi un peu avant de décider de partir putain! Et voilà, moi qui au départ voulais juste lui donner quelque chose pour sa douleur, je termine en l'engueulant et en lui disant tout ce que j'avais sur le corps. Chapeau Riley!


© charney

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Let's join forces [PV Riley] Mar 25 Mar - 22:48

Let's Join Forces
Riley&Yaël
Mon halo éclaire principalement l’armoire mais dès que j’ai un doute, je le balance dans les ombres. Rien à signaler pour le moment mais je reste aux aguets tandis que la gamine remplit docilemment le sac prévu à cet effet. De toute évidence, on a touché le jackpot ici. Au moins on repartira pas les mains vides ce qui améliore nettement mon humeur massacrante. Bon j’irais pas jusqu’à embrasser les connards qui nous ont foutu dans la merde mais peut-être que je serais plus indulgent. Du genre mort rapide et pas torture comme envisagé plus tôt. Mes ricanements sont coupés par la voix de Riley qui se met soudainement à s’énerver toute seule. J’arque un sourcil dans sa direction, interloqué. Pardon ? Elle s’inquiète pour moi ? Qu’est-ce qu’elle raconte encore. Elle a peur d’être seule, du genre définitivement seule ou bien de plus m’avoir pour la couvrir ? J'en sais rien du tout mais ça me laisse grave perplexe. Franchement, pour la suivre celle-là… Elle se sent coupable ou quoi de mon état ? Putain, je pige pas. Vu qu’elle est trop sérieuse à mon goût et que ça me déstabilise, je me mets à lui répondre sur mon ton le plus léger possible. « Comment ça penser à toi ? Bah ça alors, je croyais que tu savais te défendre toute seule mademoiselle-je-suis-trop-badass-pour-avoir-besoin-d’un-garde-du-corps. »  Je rigole à ces mots et soupire aussi vite en me grattant le menton. « Au cas où tu l’aurais pas remarqué, je suis pas méga populaire à la zone – ouais, surprenant avec mon charisme naturel, c’est clair. Et vu que je me suis tiré à un moment où ils avaient besoin de moi... » Ah ouais, ça, je lui ai pas expliqué. Bon ben c’est dit comme ça, hop. « Si je venais pas, ils allaient limite empaler ma sublime tête au bout d’un bâton. J’ai pas vraiment eu le choix. Puis de toute manière, arrête de dramatiser. J’ai rien de grave et j’en ai vu d’autres ma vieille. Des biens pires. » A la guerre, forcément. Se recoudre soi-même et devoir traverser une zone de combat avec plusieurs blessures par balles. A côté de ça, cette expédition est une promenade de santé.

Je la regarde attentivement et lui fais une pichenette sur le front finalement. « Faut que t’arrêtes de te faire des trips-angoisses comme ça ma fille. Tu voudrais pas être ridée avant l’âge, hein !? Je suis pas en sucre et je sais ce que je fais, meuf. » C’est vrai quoi, elle est pas ma mère. Je crois qu’elle doit faire un mauvais transfert avec son père. Ouais, ça doit être ça. C’est la seule explication logique. Elle perd la boule – du genre gravement. Histoire de dédramatiser un peu plus, j’ajoute en réponse à ses observations très humiliantes « Je crois que t’as confondu aussi mon comportement, c’était pas de la douleur physique, ouais. C’était ta petite torture personnelle de tous les soirs là. » Bien sûr que non mais quitte à parler de sujets qui m’emmerdent autant les tourner à mon avantage. J’articule un grand sourire provocateur sur mes lèvres avant de me rapprocher d’elle jusqu’à ce que mon corps colle le sien. Je me penche sur elle et réplique d’une voix plus basse « Un jour, je vais te l’arracher cette culotte, on verra si tu feras encore la maline. » et puis, je m’écarte en pouffant de rire avant de retrouver un semblant de sérieux – tout de même. Je fais un grand geste de la main pour balayer ses mots et lui dis simplement « Tiens tes médicaments pour la zone. J’en ai pas besoin, c’est toi qui panique pour rien. Bon, file-moi ton sac et prends le mien, y a rien dedans. Si tu juges qu’il y a plus rien d’intéressant ici, on bouge dans la pièce d’à côté. Une fois qu’on ne peut plus rien transporter, on retourne au véhicule, ok ? » Je tends ma main pour qu’elle me donne son sac mais je m’arrête dans le mouvement quand je vois une silhouette débarquer au loin. Zombie ou « allié » ? Je pointe directement mon flingue dessus et réoriente ma lampe torche pour mieux voir sauf que l’angle du truc me permet pas une vision totale de la situation. La blonde devrait être fixée plus rapidement que moi pour ça, je me penche sur son oreille et lui demande « Puant en décomposition ou puant qui sait pas utiliser un flingue ? »  Dans tous les cas, ils craignent. Mais au moins la première catégorie, on peut la butter. Cela dit, la deuxième aussi – mais faudra une bonne justification.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Let's join forces [PV Riley] Mer 26 Mar - 23:34




Let's join forces

Ca y est je n'ai pas pu m'en empêcher et je viens de littéralement vider mon sac. Je ne parle pas souvent mais lorsque ça sort, on peut le dire, je ne sais pas m'arrêter, sauf quand j'en ai terminé et là je pense avoir tout dit. Enfin presque tout. Si je devais réellement tout lui dire, enfin tout, tout, je crois que je serais par la suite obligée soit de le descendre, soit de me descendre. Ni l'une, ni l'autre des options n'est faisable alors je préfère m'abstenir. Je suis sérieuse dans mes propos et lui comme à son habitude il est en train de se foutre de ma gueule. Ca y est j'ai envie de le frapper. A sa remarque et sa moquerie je lui lance un sourire forcé en montrant bien mes dents. Connard! Forcément, ça ne pouvait que sortir, en même temps il le cherche on dirait! Je crois qu'il doit aimer ça que je l'insulte, c'est pas possible autrement. Parce que maintenant tu te soucis de ce que peuvent penser les gens? C'est des conneries ça! T'es juste le genre de mec qui peut pas rester en place trop longtemps et t'as ressenti le besoin d'aller dehors pour aller buter quelques puants! Et ça, j'en suis plus que persuadée, il a ça dans le sang après tout, c'est un militaire à la base et si c'était comme mon père, alors il a du partir bien souvent en mission. Même si mes parents s'entendaient bien, c'était quand même un sujet assez houleux entre eux.

Je me recule lorsqu'il me fait une pichenette avant d'hausser un sourcil et limite avoir envie de rire quand il m'appelle meuf. Meuf? Non mais il est sérieux pour me dire ça, à moi? Alors je suis plus gamine maintenant, je suis meuf? Woa il y a du level là! Si ça je laisse passer, par contre je pouffe de rire quand il parle de la petite torture physique que je lui inflige depuis quelques soirs maintenant. Je le regarde en reprenant mon sérieux et en arquant un sourcil. Je ne vois pas de quoi tu parles, je me met juste à l'aise! Oui bon, c'est clairement faux et je sais qu'il le sait! Il a clairement compris ce que je tentais de faire et je suis contente qu'au fond il l'ait remarqué... parce que je dois avouer que c'était quelque peu frustrant de ne pas le voir réagir. Mon ego avait été touché! J'allais lui répliquer quelque chose sauf qu'il me devance en s'approchant de moi et en se collant à moi. Putain! Dès qu'il est comme ça contre moi je réfléchi plus du tout de façon normale. Je peux même sentir sa respiration, son odeur et j'ai un frisson qui me parcours lorsqu'il dit qu'il va me l'arracher ma culotte! Mon corps ne demande que ça alors que ma conscience est en train de prendre de l'élan pour me mettre une bonne gifle et me remettre les idées en place! Heureusement qu'il se recule parce que je crois que j'aurais pu lui sauter dessus. Sale con! L'insulte siffle entre mes dents. Ouais ouais okay, j'ai compris! Et que je ne te vois pas faire la grimace parce que tu as mal, parce que crois moi je vais t'en coller une tellement fort que là, peut être que tu accepteras mon aide! Je suis vexée. Sauf que j'ai pas le temps de dire quoi que ce soit de plus ou même qu'on échange nos sacs que j'entends du bruit et là, qui je vois apparaître? L'autre gros pervers qui m'a mis la main au cul et qui nous a laissé tombé. Je réfléchis pas, je lui fonce dessus et je lui colle mon poing dans la figure avant de jurer en me tenant le poignet parce que putain, ça fait mal! Sale connard de merde! Je suis en train de me tenir le poignet en attendant que la douleur passe mais il y a un truc qui cloche. Paul ne parle pas. Paul ne répond pas. Paul ne bouge plus.


© charney

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Let's join forces [PV Riley] Mar 1 Avr - 0:45

Let's Join Forces
Riley&Yaël
Ah ses insultes – elles sont toujours aussi douces à entendre. Je réplique par un large sourire provocateur bien entendu. Je hausse des épaules nonchalamment à sa seconde réplique. Elle croit me démasquer peut-être ? Qu’est-ce que j’en ai à foutre ? Je soupire lourdement en précisant quand même pour pas qu’elle croit savoir tout sur tout « J’en ai rien à carrer de leur avis ! J’ai pas envie qu’on me foute dehors à coups de pieds au cul, tu piges ? » Cette tension furtive vire très vite à un autre type de frustration, beaucoup plus agréable. Avec son sale petit air innocent, je vois qu’elle s’éclate grave de me foutre la haine tous les soirs. Rira bien qui rira le dernier, ouais ! Ce que je démontre rapidement. Je peux lire dans ses yeux ce qu’elle pense. J’ai tout le pouvoir sur elle, ce qui m’amuse énormément. Elle peut toujours croire qu’elle a le dessus, je sais bien que c’est pas le cas. Mon hilarité semble la contrarier quand je recule et sa prochaine injure ne fait que redoubler mon rire. Elle bat même en retraite ce qui m’arrache un nouveau rictus. J’obtiens toujours ce que je veux, elle devrait le savoir depuis le temps ! Sa petite tirade me fait répliquer très ironiquement « J’en trépigne d’impatience ! » Comme si ses coups étaient censés me faire peur sérieusement… Je m’attends à ce qu’elle prenne mon sac mais quelque chose semble remuer un peu plus loin. Je lâche instinctivement le mien qui tombe sans un bruit – il est vide après tout, et pointe mon flingue ainsi que la lampe torche dans sa direction. J’ai à peine le temps d’identifier le nouvel arrivant que l’hystérique sur ma droite fonce directement dessus. Putain, Riley ! Elle réfléchit pas ou quoi ?

Pendant qu’elle fait sa petite scène en le frappant – faut croire qu’elle aime ça frapper, moi je suis plus vigilant et observe les traînées de sang ainsi que les gouttes à ses pieds. Il est blessé et peut-être même… Je hurle dans sa direction « Ecarte-toi ! » J’enjambe la distance qui me sépare d’elle et de pervers en chef. Ce dernier s’affale contre la paroi avant de s’effondrer au sol. Je tire la gamine vers l’arrière sans ménagement pour planter le faisceau lumineux sur le corps de Paul. Plusieurs morsures, il est fichu. Il va se transformer. Il est entrain de se transformer. Il mérite même pas qu’on le tue mais j’ai pas envie qu’il nous bouffe par surprise plus tard. Je sors ma lame mais j’ai pas le temps d’esquisser le moindre geste que sa main m’arrête. Putain de… Je crois qu’il va tenter de me mordre mais à la place, il me regarde avec douleur et puis, ferme définitivement les yeux. Sans aucun scrupule, je plante mon couteau dans son crâne avant de reculer très calmement de son corps. « On ferait mieux de pas trainer. » Je regarde sa dépouille avec dédain. « Et j’emmerde profond le premier à la zone qui me demande où se trouve son corps. » Sans rien ajouter d’autre, je vais rapidement ramasser mon sac et le fourre aussi sec dans les bras de la blonde avant de prendre le sien et de le passer sur mon épaule. Sauf que je le mets sur la mauvaise et que la douleur me paralyse un instant mais j’en montre rien bien que ça me foute la nausée. Je change la lanière très naturellement d’épaule et sort de la pièce. Mon regard suit la trainée d’hémoglobine que Paul a laissé. Quand un cri retentit en échos dans le couloir, je jette un œil à Riley. « Pas notre problème, pigé ? » Et j’avance aussi sec vers la seconde salle. Je tends l’oreille vers la porte avant de l’ouvrir. J’y entre prudemment et avise le trou au plafond avant de m’y engouffrer complétement. Des armoires brisées au sol, du sang et plein de boîtes échouées à terre. « Tu vois un truc intéressant ? » J’ai pas le temps d’attendre sa réponse parce que d’un seul coup, un pan du plafond s’effondre juste au-dessus de notre position. J’ai juste le temps de prendre Riley par la taille et de nous projeter à terre. Je fais bouclier entre les débris et elle en m’étant placé au-dessus. Heureusement, j’ai réussi à nous écarter suffisamment pour n’avoir que quelques gravats pas très lourds. Par contre, mes côtes et mon genou ont subi. La souffrance ne me fait plus remuer durant quelques instants. Je reste contre Riley incapable de me relever ou même de parler. Je ferme les yeux en attendant que ça soit moins pénible et en priant pour qu'il y a pas d'autres dangers immédiat...
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Let's join forces [PV Riley] Mer 2 Avr - 0:24




Let's join forces

Au final je ne peux pas rester plus d'une heure sans l'insulter, je crois que c'est devenu un automatisme en fait. C'est grave docteur? Je suis atteinte par le syndrome de Tourette? Allez savoir, avec le merdier qui nous tombe dessus, peut être que c'est ça ouais, je suis en train de devenir totalement tarée! Non mais quand même, je trouve qu'il faut applaudir sa façon de se défendre. Mais c'est quoi ça? Comme s'il pouvait avoir peur qu'on le fiche dehors et puis comme si c'était leur genre. A sa réplique je ne peux m'empêcher de lever les yeux au ciel et de lui rétorquer sur un ton des plus provocateur. Je croyais que tu n'avais peur de rien? Je suis qu'une sale peste je le sais, et je le suis d'autant plus lorsqu'il admet que c'est de la torture ce que j'ai pu lui faire en dormant avec lui en petite culotte. Pour le coup je suis assez fière de moi, mais mon sourire s'efface rapidement quand il se rapproche de moi et me fait ressentir tout ça... Putain je le déteste! Je le déteste d'autant plus que je vois bien son sourire et que je sais qu'il est fier de lui. Quel connard! Mais vraiment, le pire c'est que c'est comme ça que je l'aime le plus, quand il est en mode petit con... soit tout le temps en fait. Ca y est, je viens de m'infliger une gifle et ça fait du bien! Par contre, je le sens bien, mes menaces coule sur lui comme de l'eau. Non mais il devrait me prendre au sérieux, parce que un jour, il s'en prendra réellement une, et une bonne et après faudra pas qu'il vienne se plaindre non mais!

J'ai pas le temps de lui rétorquer quoi que ce soit d'autre que je vois Paul s'avancer vers nous. Là je ne réfléchis pas, je fonce sur lui et je lui assène un méga coup de poing dans la tronche. Je me suis fait mal, putain mais quelle conne! Il va vraiment falloir que j'apprenne à frapper parce que à chaque fois c'est la même chose. Mais là ce n'est pas le problème principal et si moi je ne m'en rend pas compte tout de suite, Yaël lui sent direct le truc puisqu'il me dit de m'écarter avant qu'on ne voit Paul s'échouer sur le sol. Il est blessé. J'allais me précipiter vers lui, mais mon grand blond me lance un regard qui me dit de ne pas bouger d'un pouce sinon il va me bouffer. De toute façon, vu l'étendu de son sang au sol il est sérieusement amoché et je n'aurais rien pu faire. Ici c'est comme à la guerre ou comme en tant que grosse catastrophe et qu'on se retrouve à devoir trier les gens. Là c'est la même chose et c'est le coup porté par Yaël pour l'achever qui me fait sursauter et sortir de mes pensées. Même si c'était qu'un sale connard, c'est quand même pas cool de finir comme ça. Je suis sure que Yaël sait ce que je pense, que je suis en train de le plaindre après tout ça... Faut pas traîner, il a raison. Juste le temps d'échanger nos sacs et on file vers une autre pièce sauf que le cris que j'entends me glace le sang et me fige littéralement. Vraiment? Il est sérieux? On ne doit pas y aller? J'ai même pas envie de le regarder, je me résigne à avancer, j'aime pas ça. Normalement on devrait aller voir, au moins voir si on peut aider et si c'est pas possible là ouais on se barre mais pas ça. Là au final on devient comme ces lâches qui nous ont laissés et qui vont sans doute périr un à un. Putain, mais pourquoi je suis venue là déjà? Ah oui, parce que je voulais surveiller Yaël et être sûre qu'il me revienne. On entre dans une autre salle qui semble être déjà passée au crible. Je commence à regarder mais déjà je ne vois pas grand chose pouvant nous servir, le peu de choses qui reste sont des emballages vides ou des bouteilles cassées quand tout à coup j'entends un drôle de bruit et la seconde d'après je me retrouve propulsée au sol avec Yaël juste au dessus de moi. Ma tête n'a pas percuté le sol heureusement, par contre je suis coincée sous son corps. Je pourrais gueuler sauf que la première chose que je fais c'est de passer mes mains sur son crâne et de les baisser sur ses joues pour remonter son visage vers moi. Ca va? T'as rien? Mais j'ai pas le temps d'en dire plus que j'entends des râles s'approcher de nous. Là pas le temps d'être calme, doux et gentil, je repousse Yaël et je me retrouve en cinq cinq sur mes jambes avec mon arbalète prête à tirer. Quand je vois un truc s'approcher plus que de raison je lance un carreau qui atterrit dans sa tête avant de me faire attraper par un autre. J'ai tout juste le temps de prendre le couteau accroché dans ma ceinture pour le lui enfoncer dans le crâne. Debout putain! Je tire sur le bras de Yaël pour le lever et dès qu'il est sur ses jambes je réfléchi pas et je le pousse en dehors de la pièce. Le sac? On en a rien à foutre! Là tout ce que je veux c'est qu'on sorte vivant de ce putain de trou à rat, qu'on retrouve la voiture et qu'on se tire! J'entends une nouvelle plainte mais cette fois ci, c'est pas un râle de puant, c'est l'un de nous mais là je dois dire que ce qui compte c'est de sauver nos fesses. Je cours comme une dératée et enfin on parvient à atteindre la porte de sortie et là, dès que je l'ouvre et qu'on se retrouve hors du bâtiment je suis aveuglée par le soleil. J'ai perdu mes repères et quand d'un seul coup je sens quelque chose sur mon épaule -une fois n'est pas coutume- le seul réflexe que j'ai c'est de ficher un coup de poing à... Yaël. Oh merde! Pour une fois que je l'ai pas fait exprès...


© charney

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Let's join forces [PV Riley] Mer 2 Avr - 2:17

Let's Join Forces
Riley&Yaël
Putain de… Fais chier. Je respire facile trois fois avant de parvenir à articuler entre mes dents serrées « Ouais… ça va. » Saleté de bâtiment à la con, expédition de merde. J’en ai ras-le-bol. On va se tirer d’ici et puis, j’emmerde les boulets qu’on a laissé en arrière autant que les gens qui nous attendent à la zone. Bordel de… J’ai l’impression qu’on m’enfonce un poignard dans les côtes tellement ça me fait mal. J’entends à peine les râles, j’ai les sens en vrac à cause de la douleur. Heureusement que Riley est plus réactive que moi, elle me repousse et je me laisse tomber sur le dos à ses côtés en étouffant un gémissement en me mordant méchamment les lèvres. Il faut que je me relève. Il faut que j’aide Riley. Faut pas que je la perde de vue. Faut pas qu’elle se fasse bouffer. Putain vas-y Dixon, t’as connu pire mec. Sois un homme, relève toi. Je cherche à me hisser mais mon genou me lâche alors que la gamine tue un des rôdeurs. D’autres arrivent. Merde, merde, merde. L’adrénaline commence à faire son effet et j’en oublie complétement les contusions. Et je vois le second qui s’approche d’elle. Je relève mon arme dans sa direction mais elle l’achève rapidement au couteau. Elle a bien appris cette petite – tant mieux, j’ai pas perdu mon temps. Elle tire sur mon bras aussi sec et parvient à m’aider à retrouver mon équilibre sans que ma jambe m’abandonne une seconde fois. Quand elle me pousse vers la sortie, je calcule rien et fonce vers la sortie sans pour autant cesser de lui jeter un œil. Je tire à deux reprises quand deux macchabées sortent de nulle part. Je boitille sur la fin et je me demande si je vais savoir tenir la distance quand enfin l’issue s’annonce.

Elle ouvre les portes et le soleil nous agresse direct la rétine. Je grogne à moitié en clopinant et me rattrape à l’épaule de la blonde quand je sens que mon genou ne peut plus me supporter – je me suis cogné violemment faut croire. J’ai à peine posé mes doigts sur elle que je me mange son poing, venu de nulle part. Déstabilisé à cause de ma blessure antérieure et surpris par le geste, je m’étale à terre sans aucun problème. J’ai juste le temps d’amortir ma chute de mon coude. Oh merde ? OH MERDE ? Sérieux ?! Je la regarde très sévèrement avant d’exploser de rire. « T’es tarée ma fille. Mais grave siphonnée ! » Mon hilarité s’éternise tellement que j’en ai mal au ventre et que ça réveille mes douleurs abdominales ce qui finit par stopper net mon fou rire. Je me relève comme je peux en titubant et déclare d’un ton très solennel « Si c’est pas pour me toucher les fesses, garde tes mains pour toi, ok ? » Ma paume s’écrase sur son front. « On se tire. » A  ces mots, je m’avance d’une démarche bancale jusqu’au véhicule en veillant à toute potentielle arrivée de zombies. Je traine plus ma jambe blessée qu’autre chose mais je m’en fiche. Une fois devant la voiture, je remarque que quelqu’un est recroquevillé à l’intérieur, sur la banquette arrière. Gary nous regarde à travers la vitre avec un air choqué. Il a l’air de pas être blessé. Un déserteur – bravo. Je toque violemment sur la fenêtre pour  qu’il se secoue et nous ouvre. Voyant qu’il est en état de choc, je lui hurle « TU OUVRES, PUTAIN ! » Je suis déjà prêt à tirer dans la portière quand enfin il se décide. J’oublie pas qu’il nous a planté comme les autres plus tôt mais vu sa sale gueule, il a compris la leçon. Je lui demande sèchement « File-moi les clés. » Il me regarde alors d’un air offusqué et apeuré. «  Tu peux pas conduire dans ton état et tes potes ils sont morts alors tu me files ça, putain. On se casse. » Il obtempère mais je crois à un instant qu’il va dégueuler plutôt. Une fois que j’ai le trousseau en main, je le fous dans les paumes de la gamine. Je peux pas conduire avec mon genou, je sens que le moindre mouvement est une torture. Sans rien expliquer, je prends place côté passager à l’avant et j’attends qu’elle s’installe. Je dépose le sac sur mes genoux une fois assis et réalise que la presque moitié est tombée durant notre chute et course.  On a paumé l’autre sac en plus. Tout ça pour ça… Putain de… Et j’ai tellement mal de partout. Je frappe violemment le tableau de bord de mon poing avant de me retourner vers l’autre connard à l’arrière et lui crache au visage «  Vous étiez une véritable bande de cons là-bas. La mort de tes potes, tu l’as sur ta conscience. Et ça pour toujours. » J’en ai rien à foutre de comment il se sent. Je suis sur les nerfs. Tout ça, c’est leur faute.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Let's join forces [PV Riley] Mer 2 Avr - 14:03




Let's join forces

Mais quel merdier! J'en reviens pas qu'on se soit retrouvés comme ça au beau milieu de tout ça. Enfin si, je suis bien consciente que dehors ce n'est pas comme à l'intérieur de la zone, mais quand même! Déjà si les autres ne s'étaient barrés, jamais on aurait eu ce genre de problèmes. Certes, il aurait fallut tuer des puants, courir, s'enfuir peut être aussi, mais jamais, jamais on aurait étés comme ça à déplorer autant de pertes. Même si au final je sais que c'est leur faute, je ne peux m'empêcher de les plaindre et de me dire qu'une fois rentré à la zone, on va devoir apprendre aux autres qu'ils sont morts, et surtout à leur proches. Bref, pas le temps de penser à tout ça qu'on se retrouve enfin dehors et c'est tant mieux. J'ai bien senti que Yaël traînait un peu la patte, mais là j'ai pas le temps de m'en soucier, je vérifierais ça plus tard, là l'essentiel c'est de sauver notre peau, le reste c'est secondaire. C'est au moment où je sens une main posée sur mon épaule que prise par la peur je lui assène un coup de poing avant de me prendre compte qu'il s'agit de mon grand blond. Merde! Vraiment ce n'était pas prévu, je me sens mal quand même sur le coup et lui, et bien il me traite de folle avant de s'éclater de rire. Je le regarde un peu décomposée, sans vraiment savoir comment réagir avant de secouer la tête et de lui tendre ma main pour l'aider à se relever. Je lève les yeux à sa remarque avant qu'on ne se dirige vers la voiture.

J'avais déjà fait le tour pour me retrouver au niveau conducteur quand je me rend compte que les portes sont fermées. C'est en entendant Yaël gueuler que j'ai l'idée de regarder en direction de la banquette arrière et que je vois un de nos abruti -le seul survivant- recroquevillé sur lui même. Honnêtement il me fait mal au coeur même si j'ai une furieuse envie de le frapper je crois pas que ça soit la meilleure solution. Quand finalement il ouvre la porte et qu'il ouvre les clés après les menaces de Yaël, il me file dans les mains. Je souffle un bon coup avant d'entrer dans la voiture et de démarrer le moteur. J'aurais pu me mettre à rouler directement sauf que je suis pas d'accord avec les méthodes de mon acolyte et le fait qu'il gueule comme ça sur l'autre abruti alors qu'il est déjà bien mal en point. Je le regarde d'un air sévère avant de finalement aller chercher sa main pour la poser sur sa cuisse. Pourquoi? Parce que j'ai besoin de son contact après tout ça, faut pas chercher à comprendre et puis si ça peut lui permettre de se taire et d'arrêter de gueuler... J'enclenche la vitesse et je fonce en direction de la zone sans m'arrêter, regardant parfois en direction du rétroviseur pour voir comment va l'autre sur la banquette arrière. Il semble s'être apaisé puisqu'il est en train de dormir. Je tourne la tête vers Yaël, je vois qu'il a mal je suis pas débile. Je m'occuperais de toi quand on sera arrivés. Je compte m'en faire ma priorité ça c'est clair, je sais pas comment sont l'étendus de ses blessures mais ça ne me plait pas. Il était tout simplement pas prêt pour repartir et j'espère qu'il l'a bien compris cette fois ci! Dès lors qu'on arrive aux abords du portail de la zone on nous ouvre et là forcément il y a un attroupement autour de la voiture. Génial! J'arrête le moteur et là je sais pas ce qu'il me prend, je sors comme une furie et je me retrouve devant le gars qui gère les expéditions. La prochaine fois que vous décidez de faire une expédition ayez au moins l'intelligence de prendre des personnes qui savent se défendre! On a deux pertes à déplorer, le troisième est à l'arrière, je sais pas comment il va et je m'en contrefous! C'est de votre faute tout ça! Et là j'étais clairement en train de lui crier dessus en le pointant avec mon index, j'étais folle de rage. Le pire dans tout ça je crois que c'est de le voir en train d'esquisser un sourire. Pauvre con! J'ai pas envie de perdre plus de temps avec lui puisqu'il semble qu'il n'en ait strictement rien à foutre. Je retourne vers la voiture pour aider Yaël à en sortir, je prend le sac de fourniture et je le pose sur mon épaule avant qu'on ne se dirige vers le centre médical et que le chef d'expédition ne nous intercepte me demandant le sac. Là je le regard avant de m'exploser de rire et de continuer mon chemin. Je pense qu'il aurait pu m'intercepter s'il le voulait sauf que mon chef sort du centre et s'interpose. Au final je sais que sur lui je peux compter, et heureusement. Je me tourne vers Yaël Sur une échelle de 1 à 10 tu te sens comment? et là c'est clairement la toubib qui lui parle.


© charney

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Let's join forces [PV Riley] Mer 2 Avr - 23:44

Let's Join Forces
Riley&Yaël
Quand la main de Riley s’empare de la mienne, j’ai un mouvement instinctif de recul mais elle semble l’ignorer pour me la remettre sur ma cuisse. Ca va aller, oui ? Je me retourne vers elle et la fusille du regard. Ça ne me calme pas, putain. Je retire le plus vite possible ses doigts des miens. « De quoi je me mêle ? » Ouais, c’est pas après elle que j’en ai à la base mais merde, elle cherche quoi là ? Je fulmine encore un peu avant de caler mon coude contre la vitre et mon menton dans ma paume tandis qu’elle démarre ENFIN. On aurait pu se faire attaquer au moins six fois là. Je dis pas un mot – ouais parce que j’ai tellement mal à ses foutus côtes que ça me fiche la nausée et donc je suis pas trop d’humeur bavarde. Je tente de rien montrer même si je me recroqueville naturellement vers l’avant quand ça lance trop fort. Ce qui n’échappe pas semblerait-il à docteur Evans. Ma réponse se compose d’un unique grognement. Je doute qu’elle s’occupe de moi de la façon dont j’ai envie. Le reste du trajet se fait en silence. L’autre connard s’est endormi et je loupe pas la première occasion pour faire du bruit afin qu’il se réveille mais de toute évidence, il pionce comme un vrai bébé. Connard. On arrive plutôt rapidement à la zone. Rien que de voir les sales gueules qui nous attendent, j’ai envie de frapper quelque chose. Riley sort la première comme une hystérique et se met à leur gueuler dessus. C’est qu’elle s’amuse sans moi en plus… Super. Je suis toujours de mauvais poil quand elle fait le tour de la bagnole pour m’aider. « Ca va, c’est bon, putain. Je peux me démerder. Fous-moi la paix. » Je suis pas un infirme, merde. Je la repousse avant de me hisser difficilement sur ma jambe blessée. Je me mords l’intérieur de la joue avant de boitiller le plus dignement possible vers le cabinet médical.

La gamine file trop vite pour et le temps que j’arrive en clopinant, les embrouilles sont déjà finies à mon grand plus malheur. Mais ça avait l’air épique. Entre le chef d’expédition qui emmerde le peuple et puis l’autre grand abruti qui échange un regard de merde avec Riley… Putain mais c’est qui ce mec ? Vas-y qu’elle lui fait des yeux doux. Ils me filent la gerbe. Je m’apprête à me tirer de là vu que de toute évidence, elle va lui remettre nos trouvailles mais elle se retourne sur moi au moment où j’esquisse un mouvement pour retrouver mes quartiers. Je la regarde avec sévérité plusieurs secondes avant d’articuler « Moins 20 avec tous ces connards qui nous entourent. » Je dis bien ça en fixant le dos de son supérieur qui se casse pour mon plus grand bonheur. Je sais qu’elle parlait pas de mon humeur mais on s’en fiche. Un nouveau mec s’arrête à notre hauteur et nous explique qu’on doit faire notre rapport au chef qui a envie surement de nous égorger. Puis on doit rendre nos armes pour bien faire… Je soupire. « C’est ça dégage, on va se démerder. » Le type m’adresse un regard qui en dit long sur ce qu’il pense de moi avant de m’obéir par miracle. Je reprends l’arbalète de la gamine sans réfléchir ainsi que son couteau. « Tu t’occupes d’aller raconter à ce salaud ce qui s’est passé. » Je m’occupe d’aller remettre le matos, c’est plus sain pour mes nerfs. Je dépose son arbalète sur mon épaule valide, son couteau dans ma ceinture et reprend ma marche en boitillant en direction du lieu du convoité. Putain, j’ai super mal et je me demande si je vais réussir à atteindre le truc.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Let's join forces [PV Riley] Jeu 3 Avr - 1:10




Let's join forces

Mais quel caractère de merde mais vraiment! Là j'ai qu'une envie c'est de lui en coller une sauf que je préfère me contenir et rester le plus zen possible. Vaut mieux pas que je m'énerve parce que de toute façon il est en train de le faire pour deux alors que visiblement l'autre abruti est en état de choc. Non mais il se rend compte que ce qu'il est en train de faire, en lui gueulant dessus c'est comme pisser dans un violent? Non mais sérieux quoi! Je lui prend la main pour la poser sur sa cuisse, laissant la mienne là aussi au passage sauf qu'il réagit de façon plutôt violente à mon goût. Je fronce les sourcils avant de finalement reprendre ma main et me mettre à démarrer et partir de ce trou pourri. Mais quel con! J'en ai marre de ses sautes d'humeurs à la con là! Putain mais c'est quoi son problème sérieux là? J'essaie d'être sympa, d'arrondir les angles comme on dit et quoi? Je dois me mêler de ce qui me regarde? Je serre fort le volant et on peut voir la jointure de mes doigts blanchir tellement je m'y cramponne. Connard. Dès qu'on arrive à la zone, je me met à hurler sur les personnes se trouvant présente et je pars aussi sec m'occuper de Yaël du moins de l'aider sauf que là aussi j'ai droit à des super paroles. Je dis rien, j'encaisse, sauf que je me connais, ne rien dire c'est entamer la guerre froide et en règle générale au bout d'un moment je pète un câble comme pas permis. Je secoue la tête avant de lever les mains en l'air et en me reculant. Il ne veut pas que je le touche? Très bien, qu'il aille se faire foutre! Ouais on y croit!

Je m'en vais alors parler du pays au dirigeant des expéditions lorsqu'il me demande mon sac et tout le tralala. Je suis folle de rage et je crois que je suis sur le point de lui en coller une sauf que mon chef sort du centre médical et s'interpose. Heureusement que lui il est là au moins, à couvrir d'une certaine manière mes arrières, mais je sais pas pourquoi je sens que ça ne va pas plaire à mon grand blond et qu'il va une fois de plus interpréter ça à sa façon. D'ici là qu'il me foute par la gueule que je couche avec, on en est pas loin, je pourrais mettre ma main au feu. Et même s'il m'agace et que j'ai envie de le gifler je ne peux m'empêcher de m'inquiéter sauf que bien entendu il ne répond pas clairement à ma question et est plutôt en train de se payer ma poire. J'allais lui rétorquer quelque chose lorsqu'on se faire interrompre par le petit chien chien du chef d'expédition. Non mais c'est la sainte ducons aujourd'hui ou quoi là? J'ai même plus droit à mon libre arbitre que finalement Yaël me prend mes armes après avoir aboyé sur le chien qui s'en va en rampant pour ne pas dire la queue entre les jambes. Je lève une fois de plus les yeux au ciel avant de planter mon regard dans celui de mon acolyte On se retrouve au centre médical et pas de coup foireux, t'es pas en état de décider ou quoi que ce soit de toute façon! Et je compte bien l'y retrouver après avoir fait mon rapport. Rapport de merde oui! Je pars en direction du bâtiment où se trouve l'autre enfoiré et je suis dans une petite salle en train de débriefer avec le chef d'expédition à qui je raconte en détail tout ce qui s'est passé. Le fait qu'ils aient désertés à la moindre occasion et qu'au final deux sur les trois se sont fait tuer parce qu'ils n'étaient tout simplement pas préparés pour aller sur le terrain. Quand il commence à monter sur ses grands chevaux et à me traiter de jeune fille, mon sang ne fait qu'un tour et je lui envoie par la figure que la jeune fille en entendant elle est là, et qu'elle a pu ramener en plus du sac de fournitures deux des personnes de l'expédition sur cinq, trois en se comptant et qu'il ferait mieux la prochaine fois de prendre des personnes comme Yaël qui savent au moins ce que c'est que le terrain. Je termine en lui demandant de façon ironique s'il avait au moins un grade dans l'armée avant de lui dire que de toute façon vu sa gueule et sa carrure, ça devait être un gratte papier. Pour avoir vécue pendant vingt six ans avec un militaire je peux les sentir à des kilomètres. Notre entrevue terminée, me voilà partant d'un pas décidé vers le Centre médical où j'entre comme une furibonde. Il est où Dixon? J'ai direct l'autre pot de colle qui se dit médecin qui s'approche de moi et qui commence à me narguer. Continues et je t'en colle une... Après tout ça sera le troisième de la journée, après tout comme on dit, jamais deux sans trois! Il se recule et se met à rire. Pauvre con. J'ai demandé où était Dixon, est ce que quelqu'un sera foutu de me répondre ou est ce que je dois tout faire toute seule? Ouais là je suis clairement en train de perdre patience.


© charney

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Let's join forces [PV Riley] Ven 4 Avr - 21:40

Let's Join Forces
Riley&Yaël
Elle se croit encore en position de me donner des ordres. Depuis que j’ai deux, trois petits bleus, elle a l’art de se la jouer grand chef médecin. Ça commence à légèrement me gaver. J’ajoute sur un ton très sarcastique « Hey Adjugent, j’ai le droit à une pause pipi quand même ? » avant de lui servir mon rictus de sale arrogant. Elle me les brise sérieusement à se comporter comme… Ma mère ? Ouais, non même ma mère n’a jamais été comme ça avec moi et quand bien même. Elle est calcinée quelque part dans la nature à l’heure actuelle. Cette pensée m’arrache mon sourire alors que j’avance vers le lieu de stockage. Je dépose tout sur la surface face à moi devant un mec qui me regarde d’un air grave dédaigneux. « C’est tout ? T’es sûr ? » Je crois que je vais lui fracasser la gueule sur la table si il continue. « Tu veux pas me fouiller tant que t’y es ? » Il me prend au mot et se lève. Non mais j’hallucine complétement ! Paranoïa ambiante. « Tu te fous de ma gueule ? » Il s’arrête et me toise. De toute évidence, il est sérieux. Je manque de lui foutre mon poing dans la gueule quand je vois qu’il a vraiment l’intention de faire ça. « Non mais dans tes rêves mec ! » Je recule. On se fixe comme des animaux prêt à attaquer l’autre quand un autre débile débarque et lui dit de lâcher l’affaire. Je me tire à ces mots sans autre forme de procès et clopine comme je peux en direction du dortoir sauf que mon genou lâche à mi-chemin et qu’une nana qui passe par là se jette sur moi pour me ramasser. Elle me demande même pas mon avis, elle passe mon bras par-dessus son épaule et me relève comme elle peut. Je tente de dégager sa prise. « Hey… Hey… On se calme. » Elle fronce les sourcils. « Je vous amène au centre médical. » Non mais quoi c’est l’envoyée de Riley là ou quoi ? J’ai tellement mal et je suis tellement crevé que je laisse tomber l’histoire. Je suis même pas sûr que j’arriverai à atteindre quoique ce soit seul.

Alors je me laisse porter jusqu’au centre. On a à peine fichu les pieds dans le truc que j’entends la gamine gueuler. Super. « C’est moi qu’elle cherche la petite excitée là-bas » La gonzesse qui m’aide à tenir debout me mène jusqu’à elle sans encombres tandis que je sautille désormais sur un pied. Elle m’aide à atteindre une chaise dans la pièce proche de la gamine. « Faites attention à vous à l’avenir. » Je lève les yeux au ciel. Encore une qui se prend pour Mère Thérésa non mais sérieux… Elle a rien de mieux à faire ? Je lui fais un petit signe d’au revoir du genre salut militaire avant qu’elle se tire. J’interpelle ensuite Riley au cas où elle n’aurait pas remarqué mon entrée. « T’es pas obligée de gueuler comme ça ! Tu viens de perdre tout ton crédit doc’. » Je lui souris de façon narquoise. Nonchalamment, j’embraie sur un très simple « Bon. Tu me ramènes au dortoir ? » Bah ouais, je peux pas me déplacer seul, j’ai trop mal au genou. Je crois qu’il a redoublé de volume. Je lui explique très calmement en étouffant un demi-bâillement « J’ai envie de pieuter. » C’est la vérité. Je suis épuisé par toute cette merde. Après un peu de sommeil, ça ira mieux. J’ai pas besoin qu’elle m’ausculte ou me donne je sais pas quel médic. Elle s’inquiète trop de toute manière.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Let's join forces [PV Riley] Dim 13 Avr - 11:50




Let's join forces

Il n'arrête pas de me traiter de gamine, mais c'est qui le gamin en réalité là? Sérieux, s'il m'a fait faux bond et qu'il est parti tout seul au dortoir où je ne sais pas où, je crois que je vais le trucider. Ouais! Je vais faire de lui de la charpie et je vais m'en faire un plaisir d'ailleurs. Mais putain, en plus ça m'énerve, personne ne semble savoir où il est alors qu'on avait dit qu'on se retrouverait ici. Il m'"nerve, mais putain qu'il m'énerve! Ce mec c'est...c'est un aimant à embrouille et moi je suis qu'une conne à tout le temps m'en faire pour lui. Normalement il aurait dû être de retour. Sérieux, ça prend pas trois plombes juste à aller déposer nos armes quand même. A moins qu'il n'ait trouvé une groupie par là... les nanas raffolent des mecs écorchés et des gros durs. Non faut que j'arrête, là je suis en train de clairement faire ma paranoïaque et en plus de ça je suis en train de gueuler comme une putois au beau milieu du centre médical, niveau discrétion on aurait pu mieux faire. Déjà quand on voit ma dégaine, je ne passe pas inaperçu, j'ai du sang de puant un peu partout sur moi et je n'ose même pas penser à mes cheveux. Non mais depuis quand je me soucis de mes cheveux? Sérieux je tourne pas rond! Je suis en train de m'énerver et je remarque même pas Yaël entrer, non au lieu de ça je déverse toute ma colère et mon angoisse sur cette espèce de... de quoi? Je suis sure qu'elle n'a aucun diplôme elle! En même temps, moi non plus, je suis pas vrai docteur. C'est là que j'entend la voix de Yaël juste derrière moi. Je me raidis d'un coup, assez surprise. Comment j'ai pu ne pas voir entrer mon grand blond? Moi aussi je suis crevée.

Je m'approche de lui et je lève les yeux au ciel à sa remarque, vaut mieux pas que je lui réponde sinon ça va partir en cacahuète et j'ai pas envie de me montrer en spectacle...enfin plus encore. Quand il me demande de le ramener au dortoir je peux pas m'empêcher d'écarquiller les yeux avant de m'éclater de rire. Non mais il est sérieux là? Et quand je vois qu'il insiste, je me rend compte que oui, il est sérieux. Et là c'est plus fort que moi, je le sens, je vais m'énerver. Quatre. Trois. Deux. Un. C'est parti! NON MAIS TU TE FOUS DE MA GUEULE? T'AS VU TON GENOU? T'AS VU DANS QUEL ETAT TU ES? TU TE PRENDS POUR UN SURHOMME? ET BIEN DÉSOLÉE DE TE L'APPRENDRE MAIS TU N'ES QU'UN HOMME! UN HOMME QUI VA ALLER SE FAIRE SOIGNER ET ILLICO PRESTO C'EST MOI QUI TE LE DIS! DEBOUT! AH OUAIS NON C'EST VRAI...TU PEUX PAS! Je suis presque à bout de souffle quand j'ai fini de lui gueuler dessus et bien entendu tout le monde dans le couloir s'est arrêté pour ne observer. Génial, vraiment génial! Je me retourne alors vivement vers eux, furax. VOUS AVEZ RIEN DE MIEUX A FAIRE? C'est bon, c'est décidée, je suis classée dans la catégorie des cinglées et des hystériques. J'en peux plus, je suis fatiguée, je suis totalement épuisée en fait par tout ça, parce que j'ai eu peur. Peur d'y rester mais aussi je me dis que si j'avais pas été là, peut être qu'il ne me serait pas revenu. Cette pensée me terrifie totalement et je suis même sûre que d'un coup mon expression change. Je le sens, ça y est ça va arriver. Je baisse la tête un instant, et quand je la relève j'ai les yeux qui brillent, je suis à deux doigts de chialer. Je veux juste voir si tout va bien, s'il te plait Yaël. Et là j'ajoute presque dans un souffle. J'en ai besoin. C'est presque une confession que je suis en train de lui faire et je sais déjà qu'il me prend pour une folle mais que là ça va être pire que tout. Tant pis, je m'en fou, j'ai juste besoin de constater s'il va bien. C'est tout. J'ai juste besoin de ça.

© charney

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Let's join forces [PV Riley] Lun 14 Avr - 21:48

Let's Join Forces
Riley&Yaël
Avant même qu’elle ouvre la bouche, je sais qu’elle va gueuler. C’est tellement simple de la déchiffrer. Je vois déjà sa petite veine palpiter sur son front et sa mâchoire se serrer. Après la scène d’avant, elle va vraiment être crédible tiens dans son petit rôle de toubib modèle. Je me contente de soupirer quand le flot de paroles s’extirpe de sa gorge. Blablablabla. Je me récure nonchalamment un ongle le temps qu’elle termine son petit discours délirant. Quand elle a fini, je relève très calmement la nuque dans sa direction pour la gratifier de la mine la plus indifférente que j’ai en stock. Elle s’excite encore sur quelques pauvres passants ce qui me fait soupirer avec lassitude. Elle a vraiment quatre ans d’âge mental, c’est pas possible. Sérieusement. Je m’apprête à lui répliquer un truc avec ironie quand ses yeux humides se fracassent aux miens. Son attitude me déstabilise malgré moi et je reste muet la poignée de secondes où elle reprend le crachoir. Mais qu’est-ce qu’elle me fout là ? Je sais pas pourquoi mais ça me met hors de moi. Allez… C’est quoi ce bazar !? Un mélodrame pour un bleu et trois bobos ? Mais bordel. « C’est bon tu vas pas chialer non plus ! » Mon ton est un peu moins dur que ce que j’aurais voulu. Allez merde, je vais pas me laisser embobiner par une pleurnicheuse. Avec un sous-entendu réellement malsain, je continue sur ma lancée et marmonne « A mon avis, c’est pas de ça que t’as besoin ma fille, ouais ! » Je dis n’importe quoi. Je sais plus ce que je raconte. Ça me saoule. Pourquoi elle s’inquiète autant ? Je pige pas. Putain et pourquoi est-ce que ça me perturbe. Bon peu importe, j’ai pas envie qu’elle se mette à chialer. « Je vais pas me dessaper au milieu de ce couloir pour tes beaux yeux.» Je ricane à ces paroles.

Finalement, je me relève comme je peux en m’appuyant exclusivement sur ma jambe droite et je passe mes doigts dans ses cheveux très naturellement avec un rictus à demi-amusé, à demi-moqueur. « Je fais ça qu’en privé ma jolie, tu devrais le savoir. » Je m’accroche ensuite à son épaule pour ne pas tomber et me rapproche un peu plus d’elle. « Vu que tu veux pas me traîner jusqu’à ma piaule, je vais pas ramper comme un con. Je pourrais trouver une autre gonzesse pour me tirer jusque-là après… » Mon sourire narquois s’aplatit sur mes lèvres. « Mais ça me fatigue rien que d’y penser… » J’étouffe un bâillement à ces mots et me colle à elle un peu plus franchement. « Trouve un endroit et je te laisserais admirer dans sa totalité mon corps d’apollon. » Je rigole allégrement avant de passer complétement mon bras par-dessus ses épaules pour qu’elle me serve d’appui. « Après tu fais ce que tu veux gamine mais je passe pas la nuit ici, pigé ? De toute manière, faut que t’arrêtes de dramatiser tout. J’ai quedal ! Ca va passer comme c’est venu. Faut juste que je dorme. T’es entrain d’empiéter sur mon sommeil, bravo docteur. » J’allonge le bras qui lui enroule la carrure pour que mes doigts puissent venir pincer son nez. « On y va maintenant parce que ça me gave et que je veux pioncer vite. » Je soupire à nouveau et observe les quelques membres du personnel nous observer plus loin avec ahurissement. Ouais, faut vraiment qu’on bouge vite fait parce que sinon je vais perdre patience et genou éclaté ou pas, je peux toujours en démonter un. Les yeux fermés.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Let's join forces [PV Riley] Mar 15 Avr - 13:14




Let's join forces

Il est pas croyable! Il n'est vraiment pas croyable et je crois que je vais finir par l'étriper moi même. Franchement non mais, il se rend compte de la situation ou pas? Non mais quelle question! Bien sur que non qu'il ne s'en rend pas compte puisque de toute façon il est toujours du genre à tout dédramatiser. Je rentre à moitié amoché, c'est pas grave. J'ai failli me faire bouffer, c'est pas grave. Je me retrouve avec le collier de ma mère, c'est pas grave. Mais putain de merde qu'est ce qui est grave avec lui hein? J'en ai marre, et forcément mon calme laisse peu à peu place à mon hystérie légendaire. S'il y en avait encore qui ne le savaient pas, et bien voilà, chose faite, toute le monde est au courant que je suis complètement cinglée. Et tout le monde sait qu'on se dispute comme chiens et chats, ou plutôt, je le dispute et lui reste stoïque à... non mais il est vraiment en train de triturer ses ongles là alors que je lui parle? Je vais le tuer! Un petit grognement sort même de ma bouche à la fin de mon pétage de câble... c'est pour dire à quel point il me gonfle. Sauf que je suis fatiguée et que j'ai envie de voir comment est son genou et s'il n'a pas d'autres blessures. Bon j'avoue c'est à la limite du caprice mais tant pis! Je m'attendais quand même à ce qu'il cède, sauf qu'il est littéralement en train de se foutre de ma gueule. Arrêtes de tout rapporter au sexe putain! Et merde c'est sorti tout seul et je suis persuadée que ceux qui étaient le plus près de nous on entendu. Génial! Franchement génial! Quoi que, je suis persuadée que tout le monde pense qu'on est un couple alors que pas du tout! PAS DU TOUT!

Il continue à me provoquer et ça m'agace plus encore, surtout quand il parle de trouver une autre fille pour l'aider à la ramener jusqu'au dortoir. Ma réaction ne se fait pas attendre puisque directement je le fusille du regard. Non mais oh! Ca va là oui! Et puis quoi encore? Il va s'en trouver une et baiser avec! C'est ça qu'il veut? Il m'énerve! Plus il se rapproche de moi et plus j'ai envie de le frapper sauf que je ne fais rien et que je me laisse faire. Espèce de connard de merde! J'en ai marre de me laisser faire, mais bon à l'entendre je vais peut être parvenir à obtenir ce que je veux et à l'ausculter. Mais forcément, il faut qu'il fasse passer le tout par la dérision. Je vais le taper, je vais le taper! Quand il me pince le nez je me recule vivement avant de le fusiller une fois de plus du regard, il a de la chance que ça soit pas possible de tuer les gens comme ça parce que sinon il serait mort au moins dix fois! J'enlève son bras de mon épaule et je me recule pour reprendre un peu mon calme et mes esprits. Tu bouges pas, je reviens vite! Je cherche même pas à entendre sa réponse que je suis déjà partie en direction d'une salle d'auscultation où je prend quelques trucs dont j'ai besoin... une seringue, des compresses, de la bétadine, de l'eau stérile et un antalgique si besoin. Je reviens avec ça dans les bras. On y va parce que moi non plus figures toi que je n'ai pas envie de dormir ici! Je passe suffisamment de temps ici pour en plus pieuter et puis y a trop d'oreilles indiscrètes. Je m'approche de lui et je passe son bras par dessus mon épaule avant d'avancer vers la sortie pour me diriger vers le dortoir où se trouve notre lit. Notre lit, ben ouais, c'est con à dire mais on le partage depuis quelques jours maintenant alors... Le chemin est laborieux et je me doute que son genou a du doubler de volume, dès qu'on arrive à bon port, je le fais s'approcher du lit. Baisses ton pantalon! Dis comme ça, on pourrait penser que je lui demande ça pour autre chose, mais c'est bel et bien pour le soigner puisque j'ai dans l'optique de lui ponctionner le genou et ça... il va pas aimer!

© charney

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Let's join forces [PV Riley] Dim 20 Avr - 13:11

Let's Join Forces
Riley&Yaël
Evidemment que ça va l’emmerder que je la taquine. De toute évidence, elle préfère quand je lui gueule dessus. Cette gonzesse est intraitable sérieusement. Au moins, elle se donne un peu plus en spectacle mais après, ça ne surprendra personne. Ils sont tous convaincus qu’on couche ensemble – ce qui était au moins vrai avant la zone. Putain, ça fait longtemps. Je sais même plus pourquoi on se cherche sans se trouver. Pas étonnant que ça dégénère vite entre nous. Franchement, sans ça, on est bon à rien. Je lui souris d’une façon narquoise tandis qu’elle semble mal accuser mes paroles. Je m’attends à ce qu’elle m’en colle une mais à la place, elle se décolle de moi en m’expliquant qu’elle revient. Sérieux ? Je hausse des épaules et me rassieds parce que sans elle pour me soutenir, je donne pas cher de mon genou. Je le touche du bout des doigts. Ouais, il a doublé de volume. Youhou. Faut que je foute de la glace dessus. Riley revient assez vite heureusement et je me redresse péniblement quand je la vois débarquer avec un monstrueux stock de trucs en tout genre. J’arque un sourcil, perplexe. Je croyais qu’on allait pourrir ici le temps qu’elle me rabiboche à sa convenance. Apparemment, non vu ce qu’elle emporte. A sa petite réplique, je réponds du tac-au-tac « T’aimes trop te dandiner en sous-vêtements devant moi au dortoir pour ça, ouais. » Mon rictus s’estompe quand on se met à avancer. Putain que j’ai mal. Chaque pas me semble être une torture pour ma jambe. J’ai l’impression qu’on m’enfonce un poignard dans l’os à chaque mouvement. Je retiens mes grognements et mords sur ma langue. Au moins, elle m’a écouté et on retourne au dortoir. Je soupire de soulagement malgré moi une fois qu’on atteint la bonne pièce et que je vois le lit. Elle m’en approche et je me laisse tomber dans les oreillers.

Son ordre m’arrache un rire franc qui se termine quand je lui attrape le poignet et la force à me rejoindre sur le matelas. « Détends-toi un peu, gamine. C’est pas une question de vie ou de mort. » Mes doigts jouent avec sa nuque avant que je ne finisse par me pencher sur son visage pour cueillir ses lèvres. Je lui laisse pas vraiment choix quand je l’embrasse à pleine bouche. Mes mains retombent sur ses reins et je la rapproche de moi avant de jurer contre ses lèvres quand je sens mes côtes me faire un mal de chien. Je recule en râlant à moitié entre mes dents. Pour faire dissiper mon agacement, j’articule avec un peu d’ironie « J’aurais préféré que ça soit toi qui me le retire… Mais bon vu que tu me l’as demandé si gentiment. »  De toute manière, j’ai bien réalisé que je suis pas en état – quelle merde sérieux. Je déboutonne mon jean en me demandant si je vais pas lui demander d’achever le boulot sauf qu’elle risque de faire empirer la douleur alors je le retire calmement en me mordant la lèvre inférieure quand le simple fait d’effleurer mon genou me donne mal. Je le rejette ensuite au sol et regarde Riley.  « Tu veux aussi que je retire le reste ? »J’attends pas sa réponse et ôte ma veste ainsi que mon t-shirt avec une lenteur frôlant le ridicule principalement à cause des lancements au niveau des os fêlés. Je me retrouve en caleçon donc. « T’es pas la seule qui peut se dandiner avec rien sur le dos. » Je lui souris à ses mots et m’allonge sur le dos dans le lit en baillant.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Let's join forces [PV Riley] Mar 22 Avr - 21:37




Let's join forces

J'ai tout le temps envie de le frapper c'est un truc de malade, sauf peut être quand il se rapproche de moi. Non rectification, quand il est trop proche de moi là forcément c'est comme si mon cerveau était en train de se court circuiter et là c'est le bordel! J'arrive plus à réfléchir correctement et bien entendu ce à quoi je pense n'a plus rien à voir avec le contexte actuel, non ça devient du fantasme... mon fantasme. Je m'inflige une claque mentale pour me remettre dans le droit chemin. Faut que j'arrête de penser à ça, on a pas le temps et de toute façon c'est pas le moment. Yaël est beaucoup trop amoché pour faire quoi que ce soit. Enfoiré! S'il m'avait écouté et qu'il était resté sage encore une semaine et bien... sans doute que j'aurais pu lui sauter enfin dessus. Putain mais qu'est ce que je me déteste. Ça fait longtemps, en fait. Je me rend compte que ça date d'avant notre arrivée à la zone. Tu m'étonnes que je sois à fleur de peau et que j'ai envie de bouffer tout le monde quand ça ne va pas dans mon sens... Y a qu'un truc qui peut me calmer et j'y ai même pas droit. Bref, je m'éloigne de lui pour aller chercher toute sorte de matériel me permettant de m'occuper de lui hors du centre médical avant de revenir vers lui et lui apprendre que je veux également partir de là. J'aime être ici, c'est vrai, mais là j'ai pas envie d'y rester d'autant plus que je sens les regards sur moi et que j'ai pas envie d'être plus le centre de l'attention. Je suis sure que dès demain ça va fuser avec les on dit et ce que les gens vont interpréter de ce qui vient de se passer. On s'est juste gueulé dessus, enfin je lui ai crié dessus et lui m'a nargué comme à son habitude mais je sais très bien que les gens vont penser que c'est juste une petite querelle de couple. Les gens sont cons. Définitivement.

Dès qu'on arrive dans la pièce où se situe notre lit, il se laisse tomber sur ce dernier me faisant ainsi lever les yeux au ciel. Il est mal en point et encore il trouve le moyen de ne pas faire attention. Il n'est vraiment pas sérieux! Je dépose à côté sur une chaise tout le matériel que j'ai apporté avant de lui ordonner de baisser son pantalon. Le truc c'est que comme d'habitude il ne prend rien au sérieux et au lieu de m'écouter et de faire ce que je lui dis, il m'attrape par le bras et me tire jusqu'à lui. Prise par surprise, je tombe sur le lit à ses côtés... ben qu'il vienne pas se plaindre s'il a mal ce con! J'ai même pas le temps de riposter quoi que ce soit qu'il est déjà en train de m'embrasser et que je suis en train de me laisser faire. Connard! Sauf que bien entendu ça ne pouvait pas se passer comme ça puisqu'il a mal et que ça je le savais. Je le sais. Je fronce les sourcils en l'entendant jurer avant de me redresser en fronçant les sourcils et en le regardant sévèrement. T'es pas croyable! Tu ne prends rien au sérieux, tu m'énerves! Je me relève et me recule pour le laisser se déshabiller tout en commençant à regarder de plus prêt ce que j'ai pris. Bon, ça va, je n'ai rien oublié. Quand je redresse la tête et que je le vois faire, je peux pas m'empêcher d'avoir un petit sourire en coin. Ouais je suis en train de le mater et alors? La vue est plutôt agréable et puis il fait son petit show juste pour moi alors j'ai bien le droit de le regarder, sinon il pourrait se vexer. Voilà, je suis sympa parce que je pense avant tout à son bien être mental avant de penser au mien. Bon d'accord, moi aussi ça me fait du bien de le voir comme ça, surtout après tout ce qu'on vient de vivre. En fait, en se retrouvant rien que tous les deux ici, loin du centre médical, loin de tout le monde, c'est comme si on se retrouvait dans une petite bulle. Notre bulle. A sa petite réplique comme quoi je suis pas la seule à pouvoir me dandiner en sous vêtements, je peux pas m'empêcher de pouffer de rire. Il faisait chaud ces dernières nuits! Je me défends carrément mal et l'intonation de ma voix me trahie totalement... Je ferais vraiment une mauvaise actrice. Il s'allonge finalement sur le dos et je peux pas m'empêcher de continuer à l'observer. Putain quel connard. Un beau connard en attendant... Je m'approche finalement de lui à m'asseyant sur le bord du lit. Je vais le soigner, mais avant tout j'ai envie de jouer ou plutôt lui donner une leçon. Je plonge mon regard dans le sien en ayant un petit sourire collé sur le visage et là je me penche pour venir déposer mes lèvres sur son torse, relevant mes yeux vers lui pour observer la moindre de ses réactions. Tu vois Yaël... si tu avais été moins con... on aurait pu même se dandiner avec RIEN sur nous! Je continue mon petit manège en laissant mes lèvres effleurer sa peau pour descendre jusqu'au niveau de son nombril, je dépose des baisers sur son bas ventre, une de mes mains se joint à la partie en caressant doucement son flanc avant de finalement descendre, passant par dessus son caleçon avant de descendre sur sa cuisse et arriver jusqu'au genou malade. Et là, sans prévenir, je le tâte d'un coup afin de voir par moi même l'étendu des dégâts. Je me redresse d'un coup, me reculant aussi de peur d'un geste trop brusque. Et au lieu de ça, je vais devoir ENLEVER CE PUTAIN DE LIQUIDE QUE TU AS DANS TON GENOU PAUVRE TACHE! Il m'énerve! Et je fais pas exprès de lui crier dessus mais c'est plus fort que moi. Je me penche juste pour pouvoir attraper mes compresses que j'imbibe de bétadine avant de badigeonner son genou avec. Et là je sais pas, ça sort tout seul, comme si le fait d'être dans mon job me fait me sentir d'un coup plus à l'aise avec les mots... Je veux plus que tu partes. Il me reste que toi Yaël et j'ai pas envie de te perdre. Je suis sadique parce que je lui laisse pas le temps de répondre que j'enfonce mon aiguille dans son genou pour le ponctionner. Sadique!

© charney

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Let's join forces [PV Riley] Ven 25 Avr - 0:13

Let's Join Forces
Riley&Yaël
Des fois, j’ai l’impression d’entendre ma mère quand elle m’engueule. Et plus elle est comme ça, plus j’ai envie de l’emmerder. Elle cherche vraiment la provocation à se la jouer petit chef de famille faut dire ! Je vois à son petit rictus là qu’elle apprécie le spectacle ce qui m’amuse grandement. C’est tellement facile de la distraire celle-là. Je lui rends son petit sourire en m’allongeant. C’est presque une invitation, presque parce que je pense pas que je puisse tenir la distance avec un corps aussi fracassé. Quoique… Je suis prêt à le parier si elle veut. Son agacement s’est déjà mué en rire. C’est réellement simple de détourner son attention – suffit que je mette mon corps en jeu. Sa réplique me fait ricaner. « Ouais, je sais quel effet j’ai sur toi. » Oui, je sous-entends bien que je suis l’origine de ces chaleurs. Je pose mes deux paumes sous ma nuque tandis qu’elle se penche sur mon torse pour déposer ses lèvres. Je rigole légèrement quand elle redresse la nuque. « T’as pas pu résister ? » Ce qu’elle m’explique à la suite élargit mon sourire. « Ah ouais ? Ca peut toujours se résoudre ça tu sais… »  Sa bouche dévie son chemin, ses mains se joignent à son petit manège et je me laisse faire bien évidemment. Je suis peut-être en manque mais pas débile, je me doute bien qu’elle va pas dire amen comme ça. Je pense pas pourtant qu’elle va écourter si rapidement ce petit moment. Dommage, je croyais qu’elle allait savourer plus que ça sa chute – à savoir me broyer le genou. Je voile ma déception avec un autre rictus mauvais mais je lui coule tout de même un regard aguicheur. « T’as l’air bien frustrée de pas pouvoir en profiter de ta pauvre tâche dis-moi… »  Je me redresse un peu quand elle prend son matériel pour analyser ce qu’elle fout. « C’est parti pour la torture, c’est bien ça ? N’oublie pas que tu vas encore en avoir besoin de ce sublime corps. Vas-y mollo. »  En vrai, je suis pas du tout rassuré à l’idée qu’elle fasse je sais pas quoi avec sa seringue. Pas que j’ai pas confiance hein mais je suis bien comme ça. J’ai pas envie que ça soit pire que mieux dans l’immédiat.

Avant qu’elle ne débute les hostilités, elle me sort une phrase qui n’a pas le temps de faire le tour de ma cervelle car l’aiguille dans mon genou m’arrache un « Putain de merde »  que je contiens à moitié en enfonçant mon poing dans ma bouche. Quelle garce. Putain mais quelle garce. Ca me fait un mal de chien. J’ai presque envie d’arracher sa seringue de là mais je suis pas une fiotte alors je vais endurer ça. Elle me foutra peut-être enfin la paix après. Quand elle a enfin fini de me martyriser, je jure à nouveau. « Tu t’es bien vengée, ça y est, t’es calmée ? »  Je suis même pas sûr d’avoir réellement compris ce qu’elle m’a raconté juste avant. Ouais, je fais exprès de pas comprendre à vrai dire. J’ai pas envie d’y penser. Je la laisse terminer son truc avec mon genou et puis, je la prends par le bras pour l’obliger à s’allonger à côté de moi. J’ose plus trop remuer ma jambe endommagée mais ça, on s’en fout. « T’as eu droit à ta petite vengeance… Maintenant on peut parler de la mienne… »  Mes mains trouvent sa nuque et je reviens l’embrasser avant de faire dévier mes lèvres sur sa nuque, sa clavicule. Mes mains jouent avec son dos sans pour autant la plaquer contre moi – j’ai retenu la leçon. Mes paumes descendent vers le bas de son dos et frôlent la fine limite de ses fesses avant de souligner sa taille. Je mords sa lèvre inférieure et fais remonter mes doigts jusqu’à sa poitrine avant de me reculer. « Bon je vais dormir maintenant – ordre du médecin, il parait. »  Je ricane et me tourne vers le mur en emportant le coussin – simple mouvement qui me fait grimacer pourtant. Fichue douleur.[/color][/b]
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Let's join forces [PV Riley]

Revenir en haut Aller en bas

Let's join forces [PV Riley]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS-