Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
Le 10/11/2017 : le forum a CINQ ans & sa saison 6 est mise en place. Nouveautés à découvrir ici (le tout accompagné d'un recensement au passage obligatoire).
ON VOUS AIME TEEEELLEMENT !! coeurrose lele Si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ? (Ouais on vous achète et alors ? /PAAN/)

Partagez| .

Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Lun 12 Mai - 16:23


If we burn, you burn with us

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Phoenix & Dunyasha

Quelle était la pire horreur ? Cette horde de zombie qui avait tentée de m’attaquer ? Ou moi qui n’avait pratiquement plus aucune humanité en moi ? Une dizaine de zombie, c’était ce que je venais de tuer. Pourtant ils étaient supérieurs numériquement, mais ça ne m’avait pas empêché de les disséminés. J’étais habité par une haine sans nom et sans fin. Je me démerdais seule, de toute façon je ne voulais plus traîner avec qui que ce soit, et surtout pas des humains et des chasseurs. Après tout la vie est une vraie lionne, et c’était encore pire depuis l’épidémie. Surtout depuis la tournante à laquelle je dû faire face alors qu’il m’avait littéralement enlevée. Chaque nuit, chaque jour j’avais l’impression de revivre cette horreur. Et je ne voulais en parler à strictement personne.
J’avais du sang qui dégoulinait de ma main, celle avec laquelle je combattais. Mais à vrai dire je m’en foutais complètement. Je marchais sans but, au hasard, je verrais bien où je passerais la nuit, une nuit de plus à revivre l’horreur, et à évacuer mes nausées. Parce que, depuis quelques jours, j’avais dû choper une de ses conneries qu’est la gastro. C’était infecte, et j’avais du mal à passer la journée sans rendre le peu que je mangeais.
Je voyais en face un grand bâtiment, une sorte d’hangar qui devait certainement servir au stockage de matériels avant l’épidémie. Cela ferait l’affaire pour la nuit. Allant faire le tour pour voir un peu ce qui s’y trouver et voir s’il n’y avait pas de rôdeurs, je finis par y entrer pour me poser. Je ne sais pas encore si je vais y passer la nuit.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Dim 18 Mai - 1:13



    DUNYASHA & DIEGO

    Le hasard, c'est pire que la vie.


    Trouver une bonne planque, c'était encore le plus emmerdant dans toute cette merde. Parce qu'il fallait trouver un coin où l'on pouvait dormir, sans risquer de se faire dévorer pendant son sommeil. Et un coin qui protégeait également des vivants. parce que ces cons là, c'était encore ce qu'il y avait de plus dangereux en ce bas monde. Et ce, pour la simple et bonne raison qu'ils étaient plus intelligents donc forcément plus tordus que ces foutus morts vivants qui n'avaient aucune conscience. Tout ce qu'ils voulaient, c'était bouffer de la chaire fraîche. Alors que les survivants voulaient piller, parfois violer quand ils étaient face à une femme. En tout cas, je n'étais pas peu fier de la planque que je m'étais trouvé. J'étais parvenu à nettoyer les lieux des quelques rôdeurs égarés, et à fermer les immenses portes coulissantes. Je n'avais toutefois pas pris la peine de verrouiller et bloquer la principale porte d'accès, songeant que j'étais ainsi plus libre d'aller et venir facilement et rapidement. Ce serait trop con que je me retrouve enfermé d'un côté ou de l'autre de la porte. Un risque que je ne tenais évidemment pas à prendre. Certainement pas ça ! Enfin pour le moment, je ne pensais pas courir trop de risque.

    Surtout que j'étais parvenu à grimper en haut d'une des plus hautes étagères et qui semblait également être la moindre branlante. J'avais vérifié avant, bien sûr. Je ne tenais pas à faire une chute importante, qui aurait très certainement pu me tuer sur le coup tant c'était haut. Donc, non, j'avais bien vérifié. Et j'étais parvenu à trouver une échelle assez haute pour faire la moitié du chemin, sans trop de mal. Je venais justement d'y revenir avec quelques vivres trouvés dans une épicerie du coin pas trop saccagée, quand je cru entendre des bruits de pas, quelques mètres plus bas. Je me figeai et arme au point, me penchai pour tenter d'apercevoir quelque chose. Evidemment, avec le manque d'éclairage des lieux, je ne voyais pas grand chose. Si ce n'est une silhouette qui s'avançait très lentement. Assez pour que ce soit un rôdeur. Ou bien un survivant très prudent. "Mort ou vivant ?" Demandai-je sans trop hausser le ton. Ce n'était pas bien utile. Ma voix portait assez loin et le vide des lieux fit résonner mes paroles. "Ca m'arrangerait que tu sois un macchabée." Ajoutai-je avec ironie.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Dim 18 Mai - 21:44


   
If we burn, you burn with us

   
I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Phoenix & Dunyasha

   
Je ne sais pas ce qui est le plus chiant : est-ce que c’était de vivre parmi toutes cette horreur ou est-ce que c’était de se dire que tout ces zombies avaient été humains avant de devenir des être sans aucunes âmes. Et parfois je me demandais si ce n’était pas mieux que je ne devienne l’un de ses membres. Bon, rapidement l’idée se retire de mon esprit, mais je songeais que les zombies n’étaient parfois pas aussi pire que certains humains. Au contraire, on avait au moins le mérite de connaître leurs attentions, qui sont les tréfonds de l’existence humaine. Manger, coûte que coûte. Au fond, on n’était pas mieux qu’eux, on n’était même pire. Et je m’incluais dans le lot, parce que je n’étais pas mieux que certains hommes. Certains qui m’avaient croisés dernièrement disait de moi que je n’avais plus grand chose d’humain à part l’apparence. Ils n’ont peut-être pas si tord que ça après tout. Le seul fil qui me maintenait n vie c’était le passé que j’avais en commun avec Diego. Ces souvenirs qui me maintenaient sur le fil si ténu de la réalité. Une fois que j’avais vu ce hangar, qui semblait parfait pour une nuit de repos, je m’y dirige et y pénètre, en guettant le moindre bruit.

Il n’y avait pas un bruit, du moins je n’en percevais aucun. J’avais donc de la chance, il n’y avait personne. Mais comme si on voulait me contredire, un bruit métallique se fit entendre me faisant sursauter. « Et Merde » murmurais-je pour moi-même. Avançant prudemment, guettant le moindre recoin, je n’étais pas rassurée, je ne savais pas ce qui s’y trainaît ici. On ne peut pas être tranquille une seule minute. J’étais pratiquement au milieu de cet entrepôt quand une voix retentie, et je me figea soudainement. Je pourrais reconnaître cette voix entre mille. Diego. C’était donc lui qui se trouvait dans cet entrepôt. D’un côté ça me rassure, car ce n’était pas un étranger, mais de l’autre côté je n’avais franchement pas envie de le voir, et de subir une énième dispute. Je lève les yeux au ciel en entendant ses paroles. Je pose mes affaires avant de parler normalement. « Pas ce que tu espérais Diego » Autant dévoiler le fait que je le connaissais de suite. Me posant dans un coin, je n’avais vraiment pas l’intention d’aller à son encontre.

   
   
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Mar 20 Mai - 17:58



    DUNYASHA & DIEGO

    Le hasard, c'est pire que la vie.


    Alors que je n'avais trouvé cet endroit plutôt sécurisé, que depuis quelques jours, voilà que j'étais dérangé. Le premier jour de mon arrivée ici, j'avais aperçu des rôdeurs qui tournaient autour. Mais jamais aucun n'était entré, n'ayant sans doute pas remarqué la porte qui se trouvait là et n'était pas verrouillée. Mais je ne doutais pas qu'un jour, ils finiraient par s'en rendre compte. Mais vu comme la poignée était difficile à actionner, avec un peu de chance ils n'allaient pas comprendre le principe et ne parviendraient pas à pénétrer dans le hangar. J'étais à peu près certain du fait que je ne me faisais pas de vains espoirs en pensant de la sorte. Mais bien que c'était là une possibilité réelle et tenace. De nos jours et au vu de l'état actuel du monde, il était quand même préférable de se montrer un tant soit peu optimiste. Le contraire serait bien trop dommage dans le fond. Je partais du principe que nous autres survivants, nous n'avions plus rien à perdre. Plus rien à part notre espoir, justement. Or, perdre l'espoir, c'était accepter la mort. Oui, j'avais une vision bien arrêtée des choses. C'était sans doute là des restes de ma vie au sein de l'armée.

    Entre autres choses, l'armée m'avait doté de bon nombre de qualités en matière de combat et de survie. C'était sans doute bien pour cette raison que j'étais encore en vie à l'heure d'aujourd'hui. Et aussi ma faculté à me méfier de tous les survivants. RAison pour laquelle je préférais nettement croiser des morts vivants, que des vivants. Malheureusement, ce jour là, ce fut une survivante qui croisa ma route. Plus précisément, Dunyasha. Alias, mon ex femme. Enfin épouse, puisque nous n'avions pas eus le temps de terminer la paperasse avant l'invasion. Mais dans le fond, c'était tout comme si nous étions divorcés déjà ! « Encore pire que c'que je pensais ... » Grommelai-je sur un ton agacé, avant de cesser de faire le moindre bruit pour tenter de comprendre ce qu'elle faisait. Sauf que je réalisai qu'elle était en train de s'installer. Je me penchai davantage pour l'apercevoir et réalisai qu'elle était bel et bien installée dans un coin du hangar. Je poussai un soupir excédé en me reculant pour ne pas être aperçu d'elle. « Tu comptes vraiment crécher dans MON hangar ? » Lâchai-je sur un ton las. A partir du principe où j'étais le premier à avoir trouvé les lieux, je considérais qu'ils étaient miens, effectivement ! 


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Ven 23 Mai - 15:14


If we burn, you burn with us

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Phoenix & Dunyasha

L’endroit semblait tranquille, tellement que je croyais être la première à y m’installer. Mais ce n’était qu’un leurre puisqu’à peine que j’avais pénétré à l’intérieur je me fis à la limite insulter par une voix que je pourrais reconnaître à des kilomètres. Je ferme les yeux, jurant dans ma barbe. C’était bien ma veine de tomber sur lui. J’avais pourtant décrété que je ne souhaitais plus le revoir, car à chaque fois que je posais mes yeux sur sa personne tout les souvenirs me revenaient dans la figure. Et bon sang que c’était douloureux, parce que je n’avais jamais voulu cette rupture. J’étais bien trop amoureuse de lui pour ça. Malheureusement, lui ne semblait plus aussi amoureux que cela, puisqu’il m’avait demandé le divorce, et de la manière la plus lâche qui soit : il m’avait envoyé le courrier à mon travail. J’avais refusé cela, mais je n’avais pas eu le choix. Mais nous étions toujours en instance de divorce. À vrai dire, je n’étais pas du tout impatiente de signer les papiers, et depuis l’épidémie, ça n’avait plus aucune importance. Je soupire, en m’asseyant à même le sol froid. J4avais bien l’intention d’y passer une nuit avant de reprendre mon périple.

Bon, j’étais plutôt bonne guerrière grâce à mes dix ans dans l’armée, j’avais réussi à retrouver mon moral d’acier. Mais quatre hommes avaient réussi à fissurer cela. Me poussant encore plus dans les extrêmes, moi qui avait encore un minimum de compassion pour les zombies, sachant que derrière eux, il y avait des hommes, des femmes, et même des enfants. Mais depuis qu’un groupe de chasseur m’avait séquestrée et que je leur ai servi d’objet. Je devenais simplement une machine à tuer. Sans plus aucune émotions. Grommelant des choses incompréhensibles à ses paroles, je me mure dans le silence, qui est mon plus fidèle allié depuis un certain temps. Profitant juste pour nettoyer mon couteau avant de le ranger dans la poche de mon cargo. Je portas désormais exclusivement des vêtements masculins, afin de camoufler ma maigreur et mes formes féminines, je songeais même à couper mes cheveux afin de ressembler à un garçon. Je n’étais plus cette femme que Diego avait aimé, elle s’était envolée bien loin. Même si une partie de moi, se rappelait de notre relation, c’était désormais une époque révolue. Je lève les yeux au ciel avant de lancer une remarque sarcastique : « Ah parce que c’est marqué ton nom dessus ? Désolé je n’avais pas vu ! » De toute façon, je ne comptais pas y rester plus de trois heures, juste le temps de dormir et d eme reposer. La nuit ne me faisait pas peur, plus maintenant. De toute façon plus grand chose m’effrayait à part l’espèce humaine.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Lun 26 Mai - 19:03



    DUNYASHA & DIEGO

    Le hasard, c'est pire que la vie.


    La dernière fois que j'avais croisé la route de mon ex femme, ça ne s'était pas passé de la plus belle des façons, il faut bien le dire. Enfin, coucher ensemble ce n'était pas un truc horrible non plus, pour sûr. parce que ce n'était pas interdit en sachant que nous avions jadis été un couple très amoureux et très soudé. Non le souci, c'était plutôt le fait que nous l'avions fais pour étouffer une dispute dans l'oeuf. Et que notre étreinte avait été plus animale que vraiment passionnée ou quoi que ce soit qui aurait montré des sentiments de notre part à tous les deux. Je le regrettais, c'était certain. Même si dans un même temps, je ne pouvais pas regretter de l'avoir intimement retrouvé, même rien que pour une nuit. Je l'aimais toujours. Je ne pourrais sans doute jamais cesser de l'aimer. Surtout qu'avec cette épidémie, il fallait bien que je me raccroche à quelque chose. Or, c'était aux merveilleux souvenirs de notre mariage, que je me raccrochais tant bien que mal. Je savais pourtant que tout était bien terminé entre nous. Elle m'avait trompé. J'en étais persuadé. Et ce, malgré le fait qu'elle n'ait jamais cessé de nier. Je n'avais plus la force de me battre pour nous, depuis bien longtemps. je n'y arrivais plus. J'avais toujours été jaloux. Mais depuis qu'elle était une jeune présentatrice connue et reconnue, c'était pire que tout encore. Je ne pensais plus qu'à ça. Qu'au fait que tous les hommes de la planète fantasmaient sur MA femme.

    Alors j'avais merdé et m'étais barré, incapable de supporter plus longtemps tout ça. Bref, de toute façon tout ça était bel et bien derrière nous à l'heure d'aujourd'hui. Il ne servait vraiment à rien d'y penser plus encore maintenant. Et surtout pas alors qu'elle se trouvait dans les parages. Ce qui avait le don de me taper très légèrement, sur le système. Quel foutu hasard, putain ! A croire qu'il se jouait de nous, à sans cesse nous foutre sur la route l'un de l'autre ! « C'est pas grave va. T'as fais pire comme connerie, dans ta vie. » Grognai-je pour toute réponse, avant de rouler sur moi même pour me rallonger sur le dos et croiser mes bras sous ma tête. J'ignorais si je devais ou non dormir. Est-ce qu'elle était une menace pour moi ou pas du tout? Ca pouvait sembler assez étrange de la voir comme une menace. Mais le fait est qu'au vu de notre précédente rencontre, je ne pouvais vraiment pas m'en empêcher ! Je soupirai encore une fois, en réalisant qu'elle s'était installée à même le sol. Pour quoi au juste ? Pour dormir ? Voilà qui était foutrement imprudent. « Si tu comptes pioncer, tu ferais mieux de grimper sur l'un des rayonnages. J'ai pas fais l'tour pour m'assurer qu'il n'y avait pas de rôdeur. » L'informai-je finalement, bien incapable de ne pas éprouver une once de besoin ou d'envie, de la protéger. Et ce, qu'elle le veuille ou non. 


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Jeu 29 Mai - 11:15


If we burn, you burn with us

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Phoenix & Dunyasha

Bon comment dire que notre dernière entrevue n’a pas été des plus agréables, enfin psychologiquement parlant, et j’y ai porté des marques pendant plusieurs jours. Non pas que je me plaigne de la façon dont a tourné notre dispute, mais cela ne devait jamais se reproduire, ce n’était pas la bonne manière pour que l’on remette les choses à plat, si tant est que l’on y arrive un jour. Parce que discuter avec lui s’avérait une tâche plus que difficile. Il restait campé sur le fait que je l’avais bel et bien trompé, et il ne voulait plus entendre ma version des fait, il devait être intimement persuadé que je l’avais trompé. Alors que c’est une chose que je n’aurais jamais pu faire. Et même si j’avais certainement choisi le métier qui prêtait le plus à ce genre de scandale, j’aimais trop mon mari pour cela. Et franchement, il aurait fallu être complètement idiote pour tromper un homme tel que Diego, enfin pour tromper l’homme que l’on considère comme celui de sa vie, parce que c’est ce qu’il était et qu’il restera ainsi ! Mais j’avais beau nier, lui apporter les preuves qu’il se trompait, il restait borné sur cela. Et nos éternelles disputes à ce sujet ont eu raison de notre couple, j’en suis intimement persuadée. Pourtant je croyais vraiment que notre histoire allait durer jusqu’à la fin de mes jours, que l’on allait vieillir ensemble. Mais une chose est sûre, c’est que je ne voulais de personne d’autre dans ma vie, personne ne pourrait m’aimer autant que m’a aimé Diego.

Mais l’épidémie était arrivé, m’empêchant de livrer bataille pour le récupérer, et stoppant ainsi la procédure de divorce, qui était en stand-by depuis. Autrement dit, j’avais foutrement d’autres chose à penser qu’à notre relation actuellement, surtout qu’elle semblait loin et plus réelle après ce que j’ai vécu. Mais j’allais devoir le supporter pour cette nuit, ça ne m’enchantais guère, je n’avais pas envie de revoir la même chose que la dernière fois se reproduire. Déjà parce que je serais plus capable qu’un homme ne me touche sans le repousser violemment, et parce que je n’avais pas envie d’être son défouloir. S’il avait envie de se libérer, il devait exister encore quelques prostituées. Je lève les yeux au ciel tout en maugréant : « Va te faire voir » Je n’avais pas besoin de ces sarcasmes à la con pour me sentir mal. Ma vie était déjà assez un calvaire comme ça ! Sortant mon couteau que je poste à mes côtés, j’avais effectivement l’intention de dormir à même le sol. Car s’il ne s’en souvenait pas j’avais le vertige, et ça me déclenchait des crises d’angoisses, je n’avais donc pas trop le choix. « Je me démerderais. T’en fais pas tu peux dormir tranquille. » Je me roule en boule, dans l’espoir de dormir ne serait-ce qu’une bonne heure, et de toute manière, je ne comptais pas m’éterniser ici. Pas avec lui dans les parages. J’étais déjà bien heureuse qu’il ne m’ai pas aperçu physiquement, le changement étant flagrant. J’étais un homme manqué, et je devenais une machine à tuer.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Sam 31 Mai - 1:04



    DUNYASHA & DIEGO

    Le hasard, c'est pire que la vie.


    J'avais toujours été d'un naturel très têtu. Beaucoup trop même, je ne pouvais le nier. J'étais affreusement borné. Et quand je pensais un truc, il était pour ainsi dire impossible de me le retirer de la tête. Ainsi, c'était bien pour ça que j'étais tout bonnement incapable d'entendre raison au sujet de ces histoires de tromperie. J'étais tellement persuadé qu'elle me trompait depuis belle lurette, que je ne parvenais pas à la croire quand elle hurlait, pleurait et me jurait que j'étais le seul et l'unique. J'aurais pourtant aimé la croire. Mais pour moi c'était tout bonnement devenu impossible. J'étais beaucoup trop dans mon "délire" si l'on pouvait appeler ça ainsi. En tout cas, même depuis qu'il y avait cette foutue fin du monde en marche, je ne parvenais pas à me ressaisir quand ça la concernait. J'en étais toujours au même point. Et je n'étais pas certain que cela puisse un jour changer, malheureusement. Pourtant, il était évident pour moi que je l'aimais toujours. Et que mes sentiments ne risquaient pas de changer de sitôt. Jamais, clairement. Mais alors pourquoi n'étais-je pas capable de lui accorder véritablement ma confiance ? Parce qu'il y avait de quoi douter à ce sujet, vu que je ne la croyais pas en ce qui concernait sa fidélité. Je ne savais plus en fait. Je ne comprenais plus. Je savais juste que j'étais perdu, totalement. Et que ça ne tendait pas à changer. Même avec les zombies alentours. J'étais juste quand même soulagé de voir qu'elle n'était pas morte ...

    Mais nos échanges n'étaient pas des plus joyeux et pas du tout témoins d'un bonheur quelconque de se retrouver. Mais dans le fond, j'étais quand même un peu heureux, ça ouais. Je fus même presque soulagé de l'entendre m'envoyer chier. C'était habituel venant d'elle. Et venant de moi aussi. Du moins, ça l'était depuis que nous n'étions plus ensemble, bien sûr. Avant ça ... Euh avant ça aussi on aimait à se comporter de la sorte l'un avec l'autre. Et ce, pour la simple et bonne raison que nous n'étions pas du tout comme tous ces couples terriblement niais. Loin de là même. « Dormir en te sachant dans les parages ? » Lâchai-je avec une ironie palpable. J'ajoutai même un rire franchement narquois, pour bien montrer toute l'ironie de mes dires. « C'est ça ouais. J'ai aucune confiance. J'vais plutôt attendre que tu t'bouges de là. » Grommelai-je. Dans le fond, elle pouvait bien être devenue une garce sanguinaire qui n'hésiterait pas à me tuer. Je n'en savait foutrement rien. Surtout au vu de comment s'était passée notre dernière entrevue. Pas si bien que ça. Du moins, concernant notre relation en elle même. Et du coup, je préférais encore me méfier plutôt que de lui accorder trop de confiance qui pourrait alors avoir raison de moi ! C'était peut-être horrible de penser de la sorte de celle qui était mon épouse depuis une éternité. Mais mieux valait que je me méfie de tout et tout le monde désormais.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Ven 6 Juin - 16:02


If we burn, you burn with us

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Phoenix & Dunyasha

Dans le passé j'aimais appeler Diego ma bourrique, parc qu'il était même pire qu'un âne. Pour le faire changer d'avis, il fallait vouloir pousser les montagnes, et c'est ce qui m'a plus chez lui dès le premier jour où j'ai posé les yeux sur lui. Bon, j'aimais beaucoup moins cela quand la rumeur sur mes aventures extra-conjugales s'était propagé comme un virus. Cela avait détruit notre histoire. Et le jour où il est parti, la décision de me retirer de ce monde pourri n'avait plus aucun sens. Car le jour où sa demande de divorce est parvenu à mon bureau, j'avais juste donné ma lettre de démission. Je n'avais pas voulu gâcher notre couple pour une histoire de célébrité. J'avais fais mon choix en toute connaissance de cause. Surtout que l'on avait bien assez pour vivre que sur un salaire. J'avais eu pleins de projets. Mais tous ont été écrasés par son départ. C'était comme une désillusion. Et comme s'il n'y en avait pas assez il avait fallu que cette fichue fin du monde que les maya prévoyaient arrive ! Je m'étais retrouvée seule parmi ces hordes de zombies. Et si je n'avais pas été militaire, je peux vous assurez que j'aurais été plus effrayée encore. Pourtant rien n'est censé nous faire peur quand on a été militaires, mais là, ça dépassait l'entendement. On ne parlait pas de pays ennemis, de meurtriers, de djihadistes, non on parlait d'innocents qui s'étaient fait mordre par je ne sais quoi, et franchement, je ne cherchais même pas à comprendre. Tout ce que je voulais, c'était survivre. Oh, j'aurais pu me rallier à un groupe, mais j'étais bien trop fière pour cela, et j'avais préférée faire route seule.

Ca avait été une belle erreur, vu ce que ça m'a coûté. Mais comme on dit on ne refait jamais l'erreur deux fois. Pour autant j'étais encore moins prête à me rallier à qui que ce soit. Alors j'étais devenue encore plus méfiante et plus hargneuse au combat. Et je m'étais doté d'un pistolet pour me défendre contre le pire des charognards : les humains. Je n'hésiterais plus à tirer, et surtout il ne fallait pas que mes tortionnaires se retrouvent face à moi. Une balle dans leur crâne ferait amplement l'affaire. Mais pour le moment, j'avais bien envie de l'utiliser contre Diego. Pour qu'il se taise. Mais il fallait qu'il me pousse à bout, ça avait toujours été ainsi entre nous. "Parce que tu as envie de me baiser? Non merci. " Je levais les yeux au ciel, ne pouvant réprimer un frisson rien qu'à l'évocation de ce mot. "Te bile pas d'ici une heure ou deux j'aurais débarrasser le plancher tu seras tranquille pour ta p'tite nuit. Je ne voudrais pas te déranger plus longtemps. " Je termine par me rouler en boule, les genoux replié sur mon torse, dans un souci de cacher les moindres de mes atouts, déposant la tête sur le mur , je ferme les yeux, essayant en vain de dormir. Je n'étais pas tranquille en sachant Diego je ne sais où dans cet entrepôt. Il ne fallait surtout pas qu'il me voit. Non pas que j'en ai peur, mais je sais qu'il serait capable de m'envoyer un savon de me savoir si maigre et de moins en moins féminine.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Lun 9 Juin - 18:34



    DUNYASHA & DIEGO

    Le hasard, c'est pire que la vie.


    Si j'avais toujours été d'un naturel très méfiant, je ne pouvais nier que c'était vraiment pire depuis le début de cette apocalypse. Je savais avec certitude qu'il ne fallait avoir confiance en personne. Qu'il était largement préférable de se méfier de tous les survivants. Même de ceux en qui on avait pu un jour avoir une confiance aveugle. Ainsi, je me méfiais même de ma propre épouse. C'était dire à quel point on pouvait tomber bien bas avec toute cette merde. Mais d'un côté, je ne pensais pas que cela soit une bien mauvaise chose, vu la façon dont nous nous étions quitté la dernière fois. Pas très joyeuse, c'est le moins que l'on puisse en dire. Et pourtant, j'avais envie de croire que tout n'était pas forcément totalement mort pour nous et entre nous. Que certaines choses pouvaient encore être sauvées. Quoi que non en fait non. Cette idée était clairement trop conne pour être seulement envisagée ! Je devais me méfier d'elle. Et ça avait tout intérêt à demeurer de la sorte. Et pour l'instant c'était tellement le cas, que je ne pouvais pas envisager de me rendormir en la sachant dans les parages. Je ne voulais pas prendre le moindre risque. Et l'idée qu'elle émit sur un ton qui me sembla narquois et dégoûté, m'arracha un rire ironique. Je n'étais pas franchement en état de penser sexe. Alors franchement, elle n'avait rien à craindre de moi de ce côté là. Je mettais son ton employé, sur la faute à la haine qu'elle éprouvait sans doute à mon encontre.

    « J'crains plutôt qu'il ne te prenne des envies de meurtre pendant mon sommeil, pauvre idiote. » Lui répondis-je froidement. Non, je ne pensais pas qu'elle grimperait jusqu'à moi pour m'achever dans mon sommeil. Puisque je me rappelais de sa phobie des hauteurs. Or, j'étais vraiment tout en haut d'une étagère de stockage. Aucun risque, donc, qu'elle ne décide de grimper jusqu'à moi. Toutefois, il serait simple de détruire les bases de cette étagère qui n'étaient franchement pas très solides. Surtout que le tout avait bien rouillé depuis le temps. « Cool. » Répondis-je seulement, quand elle me confirma qu'elle aurait tôt fait de débarrasser le plancher de sa présence. En réalité, je ne savais pas si j'allais réussir à m'en réjouir ou non. Le fait est que j'avais l'impression qu'un truc clochait de son côté. Qu'elle n'allait pas bien. Raison pour laquelle, sans doute, mes instincts protecteur à son encontre, se remirent en marche. Et qu'avec lenteur, je m'approchai du bord de mon refuge, pour pouvoir la surveiller de loin. C'était sans doute complètement con. Et peut-être qu'elle ne méritait même pas que je veuille veiller sur elle de la sorte. Et pourtant, un doute s'insinuait en moi. Et de là où je me trouvais, je pu la voir se rouler en boule. Sans doute une façon pour elle de se sentir un tant soit peu en sécurité. Je tâchais de ne pas trop bouger du haut de mon poste d'observation. Devinant qu'endormie ou non, elle devait être sur ses gardes.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Ven 13 Juin - 7:29


If we burn, you burn with us

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Phoenix & Dunyasha

La réalité depuis ce que j’appelais l’apocalypse c’était que le quotidien était encore plus violent que ce que je ressentais à l’intérieur de moi. Il y avait plus de brutalité, d’animalité dans ce monde qu’il n’y avait avant cela, même si j’ai toujours trouvé que les humains étaient pire que les animaux. Il y a bien peu de personnes en qui j’avais une confiance aveugle. Il n’y en avait même qu’un seul en qui j’avais une confiance aveugle, mais ça c’était avant. Ce n’est pas que je ne lui faisais plus confiance, mais il avait ruiné une bonne partie de notre relation avec sa jalousie, et son entêtement à vouloir me faire dire ce que je n’ai pas fait. Maintenant je me méfiais de lui comme de la peste. Non seulement au vu de comment s’est passé notre séparation, mais aussi à ce qui s’est passé dernièrement dans ma vie. Ce qui s’était passé était innommable tellement c’est horrible, enfin pour moi. Parce que pour d’autres c’était bien plus supportable que les zombies. Mais moi je crois que j’allais commencer à préférer les zombies, je pense. Mais, je sais que ce soir je n’allais pas forcément trouver le sommeil. Pas alors que je sais qu’il est là, très certainement en train de me surveiller. Ca me mettait vraiment très mal à l’aise. Déjà que je n’étais plus tellement en confiance avec la gente masculine, et cela s’étendait malheureusement à lui. Pourtant je sais bien au fond de moi qu’il ne me ferait jamais aucun mal.

« Le contraire serait peut-être préférable qui sait » grognais-je. Et au fond, morte, je ne poserais plus de problèmes à quiconque et ne manquerais à personne surtout. C’était ça le pire dans toute cette histoire, se rendre compte que personne ne se soucierais de votre devenir, que vous soyez encore en vie ou non. Mais une chose est certaine en ce moment c’est que je ne risquais pas d’atteindre Diego pour lui ôter la vie comme il semblait le sous-entendre. Cette idée ne m’avait pas franchement traversé l’esprit, j’avais bien d’autres préoccupations que de tuer des humains, à part mes violeurs bien évidemment. Je hausse simplement nonchalamment les épaules à sa réponse avant de m’installer plus ou moins confortablement. Me mettant en position de protection, de renfermement. Je n’avais jamais été ainsi, même dans l’armée. Mais, toutes les horreurs ne pouvaient pas dépassé le chaos de mon esprit. J’avais l’impression de devenir folle à chaque fois que je sursautais dès qu’un bruit suspect me parvenait dans les oreilles. Entendant l’étagère grincer, je comprends facilement que Diego me surveille. Ne bougeant pas d’un millimètre, je souffle, légèrement agacée « Arrête, je sais que tu me surveilles... » Je resserre mon emprise en essayant en vain de m’endormir, ce qui allait passablement me mettre sur les nerfs si je ne parvenais pas à dormir. Mes mains s’agitèrent en un tic nerveux, les doigts tapotant contre mon genou en un rythme effréné. Il allait falloir que je parvienne à me calmer, sinon cette insomnie ne me serait pas bénéfique, et ça n’amènerait rien de bon demain matin, enfin plutôt cette nuit.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Ven 20 Juin - 22:28



    DUNYASHA & DIEGO

    Le hasard, c'est pire que la vie.


    Je ne pouvais pas nier que désormais, je me méfiais de la jeune femme presque autant que je me méfiais d'autres personnes. Le fait est que vu notre séparation plutôt brutale, dernièrement, je pourrais tout à fait comprendre qu'elle m'en veuille à mort. Bien sûr, j'osais tout de même espérer que ce n'était pas à ce point là. Mais ne pouvant en être tout à fait certain, je préférais largement me méfier au cas où. Elle pourrait bien souhaiter me tuer dans mon sommeil. C'était un fait contre lequel je ne pouvais pas grand chose. Je ne pouvais même rien faire d'autre que de me méfier d'elle comme de la peste. Ou, plus simplement, comme je me méfiais des autres survivants. Ce qui n'était pas peu dire ! Je préférais encore me tuer moi même, que d'accepter de fausses promesses de la part de l'un d'eux. C'était dire à quel point je pouvais me méfier de tout ce qui était encore doté d'un cerveau en parfait état de marche et d'une conscience véritable. Une conscience très rarement utilisée pour de nobles choses désormais. « Si t'as envie de crever, ne compte pas sur moi pour t'aider. » Soupirai-je avec lassitude, bien incapable de comprendre où elle souhaitait en venir au bout du compte. Mais à ses paroles, c'était à croire qu'elle désirait rencontrer rapidement la mort. Ce qui, en un sens, n'aurait peut-être rien de bien surprenant. Après tout, il fallait être plus que fort pour accepter d'affronter la vie désormais.

    Oh je ne doutais pas de sa force morale. Mais elle était une femme. Et une femme courait, sans nul doute possible, beaucoup plus de risques et de dangers, que n'importe quel homme, qu'il soit fort ou faible. Après un soupir inaudible, je me roulai avec lenteur sur mon perchoir, pour arriver tout au bord de celui ci. Je pouvais, de là où je me trouvais maintenant l'observer et m'assurer qu'il ne lui arrivait rien. Parce que le fait est que c'était là ma crainte la plus grande. Je m'inquiétais plus à l'idée qu'il lui arrive quelque chose, que je ne m'inquiétais pour ce qu'elle pourrait bien me faire. Voilà tout. Mais il allait de soit que jamais je ne trouverais le courage de lui avouer tout ça. Enfin pas de sitôt en tout cas. Pour le moment, je ne me posais même pas la question de savoir si oui ou non je devais me trahir sur ce point là. Mais si je venais à me la poser, aucun doute que la réponse serait un non tranchant ! « J'surveille surtout tes arrières. Inconsciente qui refuse de grimper sur l'une de ces étagères pour se tenir hors de portée d'éventuels rôdeurs. » Lui fis-je froidement remarquer, sans m'éloigner de ma position, pour ne pas la perdre de vu. De là où je me trouvais, je ne la voyais évidemment pas très bien. Je ne savais donc rien de son état physique. Je pouvais seulement constater qu'elle était prostrée. Je n'étais pas certain qu'elle aille bien.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Ven 27 Juin - 15:43


If we burn, you burn with us

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Phoenix & Dunyasha

Le monde n’était fait que de méfiance. Ce qui était normal quand on voit dans quel état est notre monde aujourd’hui. Et je fais très certainement partie de ces gens qui se méfient de tout et n’importe quoi. Et Diego faisait partie du haut de ma liste des personnes dont je me méfiais le plus. non pas parce qu’il pourrait me faire du mal, je sais qu’au fond il ne me veut aucun mal, mais simplement parce qu’on ne peut pas dire que notre séparation s’est faite en douceur, bien au contraire. Tout comme notre relation de couple n’avait rien de doux. Nous avions deux caractères explosif, alors notre relation ne pouvait que pencher de ce côté-là. Mais aujourd’hui, il ne restait pratiquement rien de notre relation, à part une certaine animosité entre nous, ce qui nous gâchait considérablement la vie. Enfin moi plus grand chose ne pouvait m’atteindre. Pas après que j’ai pu voir la pire des cruautés humaines dans un monde qui part complètement en vrille. « Et je n’y comptais pas un seul instant, crois-moi » grognais-je, avec une certaine rancoeur. De toute façon, je sais très bien que je ne peux plus compter sur qui que ce soit, et je ne m’en plains pas. Moi qui avait la rage de vivre, il y a de cela encore un mois, je n’aspirais plus qu’à ce qu’on m’ôte la vie maintenant.

Pourtant j’avais toujours été une battante, j’avais toujours croqué la vie à pleine dent. Et surtout, j’avais toujours su me défendre, même contre un mec de deux mètres, mon passé de militaire m’aidant. Mais aujourd’hui, je deviens de plus en plus vulnérable. Un rien pouvait me faire sursauter. Je devenais même encore plus vigilante. Ce qui écorchait pas mal mon sommeil, je ne dormais plus que sur une seule oreille désormais. Ce qui, par effet boule de neige, me rendait encore plus agressive. Mais il n’y avait aucune raison pour que je perde les pédales ce soir, à part peut-être la présence de mon ex, justement. Je me cale correctement prête à m’endormir, non sans lancer une remarque acide à Diego. Même si je n’avouerais jamais que le savoir derrière me rassurait, légèrement. Mais je ne peux m’empêcher de lui répliquer « C’est mon problème, à ce que je sache. Et j’ai de quoi me défendre. » grognais-je froidement. Me roulant en boule, j’essaie de m’endormir au moins pour quelques heures, malgré tout rassurée par la présence de Diego dans les parages. Mais, manque de pot, un rat passe entre mes jambes, me faisant sursauter et provoquant un boucan pas possible. « Punaise » grognais-je bassement, tout en resserrant mes bras autour de mes jambes.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Dim 29 Juin - 16:08



    DUNYASHA & DIEGO

    Le hasard, c'est pire que la vie.


    Difficile de savoir où nous en étions à l'heure d'aujourd'hui, Dunya et moi. Nulle part à vrai dire. C'était la seule réponse à peu près correcte pour cette interrogation silencieuse. Je roulai un peu des yeux à sa réponse. Quoi, elle aurait vraiment préférée que je veuille bien l'aider à mettre fin à ses jours ? Ce qu'elle pouvait être étrange, bordel ! Jamais contentes ces nanas là franchement. bon, elle n'était pas une nana comme toutes les autres puisqu'elle était celle de laquelle j'étais tombé fou amoureux. La seule à vrai dire. En tout cas, j'avais beau éprouver une rancoeur folle pour elle et m'en méfier comme de la peste, je ne pouvais m'empêcher tout à fait de m'inquiéter pour elle. Elle était installée en bas, par terre, vulnérable. Bien plus qu'elle ne voulait bien le croire. Et ce fait m'inquiétait quelque peu, qu'elle le veuille ou non. Je ne me fis pas prier pour lui avouer que je veillais sur ses arrières. Tant pis ça ne lui plaisait pas du tout. Je m'en foutais royalement, puisqu'on ne pouvait pas dire que je lui demandais son avis de toute façon. Qu'elle le veuille ou non ne changerait rien au fait que j'étais autant aux aguets pour moi même, que pour elle. Quelle idée,aussi, de se mettre autant à découvert. A croire qu'elle était vraiment devenue suicidaire.

    « Woah tu m'étonnes. Une nana seule par terre. Face à une horde de zombies, j'doute pas que t'arriverais à t'en sortir vivante, en un seul morceau et sans aucune morsure ! » Ricanai-je avec une ironie palpable. Franchement, je n'y croyais pas un seul instant. J'étais persuadé qu'elle ne ferait vraiment pas le poids face à une horde. Et pas non plus face à plusieurs gars humaines et parfaitement vivants. Fallait pas me prendre pour un con. Elle était crevée, comme tout le monde. Alors qu'elle ait fait l'armée ou non, ça ne lui serait pas éternellement utile non plus. Ce n'était pas ce qui allait l'aider à survivre et se défendre éternellement. Je sursautai quand elle fit un boucan monstre et me redressai pour reposer les yeux sur elle et alentours. « Tu vois ! t'es tendue comme un string et là tu viens sans doute de rameuter tous les zombaques du coin. Arrête un peu d'faire ta fière et trouve toi un coin haut perché pour t'y réfugier ! » Rouspétai-je vivement, en tendant l'oreille pour tenter de discerner le moindre bruit ou mouvement suspect, si un truc venait à bouger dans les parages. A n'en faire toujours qu'à sa tête, elle allait finir par y passer cette imbécile. J'étais même surpris de voir qu'elle était toujours en vie à l'heure d'aujourd'hui, en la connaissant ...


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Ven 4 Juil - 18:17


If we burn, you burn with us

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Phoenix & Dunyasha

Je ne cherche même plus à savoir où en est exactement notre relation. Parce que c’était plutôt de l’ordre du désert complet qu’autre chose. Et je n’avais, pour l’instant pas l’intention de réfléchir à tout cela. Non je réfléchissais simplement à ma survie. Enfin c’était un bien grand mot. Parce que je ressemblais plus au fantôme qu’autre chose. Et qu’à y réfléchir je préférais mourir que de devenir un zombie. Quand je fais l’état des lieux de ma vie actuelle, c’est un vrai désastre. Je ne suis déjà pas quelqu’un qui est très entouré à la base, mais là ça frôle le désert saharien ! Mais j ne pouvais pas me plaindre, je l’avais bien cherché après tout. C’est ce que tout le monde m’a poussé à croire avant l’épidémie. Et c’est ce que je croyais dur comme fer après tout. Alors oui, je ne pouvais vraiment pas accepter que Diego ne se fasse le moindre souci pour ma personne. Parce qu’il s’est évertué à maintes reprises de me faire comprendre que je n’étais strictement plus rien pour lui. Alors j’avais appris à me démerder seule sans l’aide de quiconque. Cela m’avait plutôt bien réussi jusqu’à ce qu’il y a quelques semaines. Mais tout avait brutalement changé.

Je finis par lever les yeux au ciel avant d’enchérir « Tu n’en sais foutrement rien, et je ne vois pas en quoi cela peut t’intéresser » grommelais-je. Je soupire, moi qui évitais de penser au pire c’était vraiment mal barré maintenant. J’aurais mieux fait de déguerpir dès que j’ai su qu’il était également dans cet entrepôt, saleté de fierté mal placée ! Mais non il s’amusait à remuer le couteau dans la plaie encore et encore. sans savoir ce que j’ai vécu, sinon il s’en donnerait vraiment à coeur joie. Et en plus il fallait qu’une saleté de rat passe par là pour me faire une frayeur pas possible. Je me raidis à ses paroles, plus blessantes qu’autre chose. Et une nouvelle fois je me mure dans le silence. Incapable de trouver les mots pour lui dire d’aller se faire voir, cela reste bloqué dans ma gorge. Et j’étais tout autant incapable de faire le moindre geste. Tétanisée et en panique, comme cela m’arrivait de plus en plus souvent, je serre de façon compulsive mes genoux contre mon corps. Essayant de prendre de longues inspirations pour parvenir à me calmer. Mais la seule chose qui pouvait me ramener à la réalité était une douleur physique. Alors, je laisse mes ongles arracher ma peau, à l’intérieur du poignet, m’aidant ainsi à reprendre pied.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Dim 6 Juil - 15:59



    DUNYASHA & DIEGO

    Le hasard, c'est pire que la vie.


    Ca me foutait les nerfs en pelote d'avoir à faire face à une Dunya aussi bornée. Oh, elle l'avait toujours été c'est vrai. Mais là, avec la 'vie' que nous menions tous à cause des zombies, il était temps de se faire une raison et d'accepter de mettre un peu de côté sa fierté et tout le tralala, pour accepter les aides extérieures et tout ça. Mais je voyais bien que mon ex était bien loin de se sentir prête à faire un truc pareil. Ce qui avait le don de m'exaspérer. Je soupirai donc franchement à sa réponse, ayant bien confirmation du fait que ce n'était pas demain la veille que les choses allaient se calmer et qu'elle allait même accepter un peu d'aide de ma part. Déjà pour ça, il faudrait qu'elle comprenne que je n'étais pas tout à fait indifférent à son sort. parce qu'elle semblait vraiment croire dur comme fer, que je me foutais royalement de savoir si elle allait ou non s'en sortir. Soit, je n'aurais pas du la laisser filer quand on s'était retrouvés, quelques temps plus tôt. Je le regrettais vraiment maintenant. Mais il était trop tard pour faire marche arrière. Mais avec un peu de chance, on pourrait quand même un peu changer la donne là ...

    « Allez, s'il te plait Dunya' ... Tu sais très bien que ça m'emmerderait qu'tu crèves ... » Soupirai-je finalement, après un long silence trop pesant à mon goût et en étant bien conscient du fait que j'étais sans doute allé trop loin. Mais ça, c'était une question d'habitude avec moi. J'avais un caractère bien trempé et avais donc la fâcheuse tendance à parler et à réfléchir après. Une belle connerie qui provoquait généralement très vite de sacrés conflits. Avec ma femme plus qu'avec n'importe qui d'autre, vu qu'elle n'était pas en reste question sale caractère ... « Ok ... Dans ce cas je descends aussi. » Finis-je par lâcher sur une impulsion. Je n'embarquai que la moitié de mes affaires, ne prenant que quelques vivres et mes armes, pour descendre de mon perchoir. J'espérais quand même qu'elle n'allait pas m'attendre pas loin, pour m'achever une bonne fois pour toute. « T'as de quoi manger ? » Demandai-je en posant enfin les deux pieds à terre et en me tournant dans la direction où elle était assise. Je n'osais pas encore trop m'approcher, pas certain du tout de son accueil ... Je ne doutais pas qu'elle n'allait pas du tout apprécier mon initiative. Mais tant pis. j'étais borné moi aussi.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Dim 13 Juil - 0:05


If we burn, you burn with us

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Phoenix & Dunyasha

J’étais bornée de nature, c’était une chose qui ne changerait pas et qui même ne s’arrangeait pas avec l’épidémie. Je n’avais aucune confiance en les humains, et ce n’est pas aujourd’hui que j’allais en avoir. Surtout pas depuis que ceux-ci avaient commencé par me piétiner le peu de fierté que j’avais pour finalement la détruire de la pire des façons qu’il soit permis d’exister. Mais le mal était fait et on ne pourrait jamais revenir en arrière. La seule personne de qui je pourrais peut-être accepter un geste serait Diego, mais pour cela il fallait qu’il s’intéresse un tant soit peu à ma personne ce qui est loin d’être le cas, j’en suis parfaitement consciente. Et puis comment pourrait-il se préoccuper de ma personne au vu de la dernière fois que l’on s’est vu. Ca ne s’était pas très bien terminé, et pour cause après une énième dispute on avait de nouveau couché ensemble. avant de se séparer tout aussi en mauvais termes qu’avant. alors pourquoi est-ce que ça changerait maintenant ?

« Que c’est joliment dit Diego, quelle franchise ! » maugréais-je dans ma barbe avant de me taire pour de bon. Le silence était le seul ami que je m’autorisait à avoir, ça pouvait être franchement glauque. Mais au moins c’était bien le seul qui ne me trahirait ou ne me décevrais pas. Mais là, je commençais sérieusement à regretter d’être resté à cet endroit en sachant que Diego s’y trouvait, parce qu’il est aussi têtu que moi et qu’il ne lâcherait pas l’affaire, je le sais. On était tous les deux aussi borné, et on ne lâchait vraiment rien ce qui parfois causer de sacré disputes. Je souffle bruyamment avant de lever les yeux au ciel, même sachant pertinemment qu’il ne pouvait pas le voir, en apprenant qu’il allait descendre. Mais soit, qu’il le fasse. Après tout c’était son problème, pas le mien. Je rassemble mes affaires encore plus proche de moi, et me roule encore plus en boule, afin de m cacher de son regard scrutateur. Je ne réponds pas à sa phrase, me contentant de continuer à maltraiter la peau de mon poignet, afin que la douleur physique afflue dans tout mon corps, seul moyen de rester connecté à la réalité.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Lun 14 Juil - 16:35



    DUNYASHA & DIEGO

    Le hasard, c'est pire que la vie.


    Franchement, je ne savais vraiment plus comment j'étais supposé gérer les choses avec Dunya. Soit, notre relation n'était franchement plus tendres, depuis une éternité ! Mais quand même. Le fait que nous étions tout autant bornés l'un et l'autre, n'allait véritablement pas nous aider à nous comprendre et nous entendre de nouveau. Ce n'était même pas une bonne idée de rester dans un même lieux, tous les deux. Pourtant, elle refusait de partir. Et de mon côté, je ne pouvais pas nier que j'étais presque heureux de son choix qui était de rester là. Même si je n'étais pas certain de savoir pourquoi. Sans doute tout simplement parce qu'elle n'avait rien trouvé de mieux en fait. Ou peut-être qu'inconsciemment, elle espérait que j'allais prendre soin d'elle en veillant sur elle ? Non, c'était une idée fort saugrenue pour le coup. Jamais de la vie elle ne compterait sur moi, pour quoi que ce soit. Enfin ... Plus maintenant en tout cas ! J'en doutais, parce qu'elle devait plutôt espérer que j'allais crever bientôt ou autre connerie du genre. Il était même bizarre qu'elle n'ait pas encore tenté de me tuer, alors que je venais de poser les deux pieds au sol, pour être enfin à sa hauteur.

    Je risquais finalement quelques pas de plus dans sa direction, alors que je la voyais et la sentais se recroqueviller sur elle même. Ce qui n'était pas du tout normal. Elle était une femme fière, forte et sûre d'elle. Une vraie combattante qui, en temps normal, se serait plutôt levée pour m'affronter du regard et me défier de m'approcher plus encore. Au lieu de ça, elle se comportait comme un pauvre animal traqué, terrifié. Quelque chose lui était arrivée, j'en étais sûr maintenant ... Je m'arrêtai pour ne pas avoir l'impression de lui faire plus peur, et m'accroupis pour la regarder. J'étais à trois petits mètres d'elle maintenant. « Qu'est-ce qu'il t'es arrivé ... ? » Demandai-je d'une voix douce et à peine audible, sans la quitter du regard. Je n'avais vraiment plus le moindre doute sur le fait qu'il lui était arrivé un truc, maintenant. Ca crevait tout simplement les yeux ! Et l'idée qu'il lui soit arrivé un truc grave, me terrifiait et m'attristait beaucoup plus que prévu. J'aurais préféré le nier ... Mais ça devait se voir. « T'as faim ? Y'a des trucs que je peux te donner, si tu veux. » Tentai-je finalement, espérant un peu la voir se détendre.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Mer 23 Juil - 18:49


If we burn, you burn with us

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Phoenix & Dunyasha

Si Diego pensait que j’allais m’adoucir en sa présence, il se mettait le doigt dans l’oeil, et profondément. J’étais toujours comme un animal blessé depuis qu’il avait décidé de rompre avec moi. Et maintenant, je ne voulais plus que quiconque ne m’approche suite à mon viol. Et quand j’avais décidé quelque chose, et bien généralement il était difficile de m’en défaire, pas jusqu’à tant que je n’ai pas réalisé la chose. S’il y a une chose qui est impossible en ce moment c’est bien notre cohabitation, et c’est pourtant ce que nous sommes en train de faire. Comme quoi, l’impossible est toujours possible, mais je n’en suis pas ravie pour autant. Parce qu’il ne fallait pas qu’il ne se fasse des faux espoirs. si je restais là c’était seulement, et j’insiste bien sur seulement, pour avoir un toit au-dessus de ma tête pour me reposer quelques temps. Pas pour tenir la discussion à quelqu’un d’autre. D’ailleurs j’essayais de me tenir le plus éloigné possible de l’espèce humaine. Même si je ne tuerais pas un être humain, sauf si ma survie en dépend, je ne peux pas nier que toute la vie a fini par me dégoûter. Mais étrangement Diego pouvait s’approcher sans risque, peut-être parce que l’on a vécu pas mal de chose ensemble.

Je ne le voyais pas puisque j’étais complètement recroquevillé sur moi-même. Il est vrai qu’en temps normal je me serais plutôt levée dans la seconde qui suit pour l’affronter verbalement. Je ne serais jamais laissée faire comme je le fais en ce moment même. Mais je n’avais vraiment pas la force de combattre contre quelqu’un parce que je devais déjà combattre contre mes propres démons. Et franchement la dernière chose que je voulais faire, c’était de lui en parler. Déjà parce qu’il n’en avait plus rien à foutre de ce qui se passait dans ma vie et ensuite parce qu’assez bêtement je voulais le protéger, de ceux qui m’ont violé car je sais sans très peu de doutes qu’il aurait été les trouver, mais aussi le protéger de moi-même. Moins il en sait mieux il se porte, j’en suis convaincue. « Rien qui ne puisse t’intéresser, crois-moi. » soupirais-je. Mais je ne l’avais pas regardé une seule fois, et je m’entêtais à éviter de poser mes yeux sur lui, la dernière chose que je voulais voir sur son visage c’était bien de la pitié ou même de la compassion. Je lâche un bref rire ironique alors qu’il me propose à manger, comme si on ne venait pas de se bouffer le bec il y a à peine cinq minutes. Je soupire en ne prenant même pas la peine de répondre.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Sam 26 Juil - 16:59



    DUNYASHA & DIEGO

    Le hasard, c'est pire que la vie.


    Les choses entre Dunya et moi, semblaient définitivement mortes. Je ressentais pourtant toujours la même chose pour elle et éprouvais toujours la même envie de l'avoir à mes côtés et de l'aimer jusqu'à la fin des temps. Mais il suffisait de la voir et l'entendre, pour comprendre qu'il ne fallait pas trop rêver. Enfin en un sens, je lui en voulais toujours pour les blessures infligées à notre relation, des années plus tôt. Blessures que je pensais être définitivement insoignables. Ce n'était pas maintenant, avec l'épidémie et tout ça, que ça risquait de changer. En tout cas, j'étais certain du fait que les choses ne pouvaient pas s'arranger en un claquement de doigts. Et là pour le coup, je savais qu'elle allait filer à vive allure, dès que le soleil aurait de nouveau pointé le bout de son nez. Ce qui allait tarder quand même encore un petit peu, puisque nous étions au début de la nuit encore. Mais le fait est que je n'avais aucune hâte d'y arriver. Moins encore quand je fus enfin à sa hauteur et que je commençai à réaliser qu'un truc clochait sacrément pour elle. Elle semblait effrayée par tout, à se rouler ainsi en boule.

    A croire qu'elle craignait une attaque à tout instant. Plutôt que d'être sur ses gardes et tout ça ... Elle se retranchait surtout sur elle même. Et pour sûr, ça ne me disait rien qui vaille. Je m'inquiétais pour elle maintenant. Et vraiment pas qu'un peu ! Mais sa réponse ne fit que m'agacer et me pousser à lâcher un faible soupir de lassitude. Ce qu'elle pouvait être chiante quand elle s'y mettait quand même ! « Tout ce qui te concerne, continue de m'intéresser. Navré pour moi. » Répondis-je avec une ironie palpable. Aucun doute que ça n'allait pas trop lui plaire. Mais tant pis pour elle, je prenais quand même ce risque. Je ne comptais pas lui mentir ou faire mine de rien, simplement pour lui faire plaisir. Ce n'était tout simplement pas le genre de la maison. Pas même aujourd'hui et malgré la vie que nous devions mener tous autant que nous étions. Comme je m'y attendais plus ou moins, elle ne prit même pas la peine de me répondre quand je lui proposai un truc à manger. Je lâchai un soupir et sorti un paquet de gâteaux secs, que je posai à terre avant de pousser la boîte dans sa direction. « C'est bon arrête ça et accepte un peu d'aide. » Grommelai-je doucement, avant de ranger mes affaires dans mon sac. Mais plutôt que de m'éloigner d'elle, j'allai m'asseoir contre un meuble, dans son champ de vision.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Dim 27 Juil - 11:41


If we burn, you burn with us

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Phoenix & Dunyasha

Je ne sais vraiment pas si on arrivera à reconstruire quelque chose tous les deux, mais toujours est-il qu’on est assez doué pour se détruire mutuellement. Même si je l’aimais toujours, cela allait de soi. Mais j’avais terminé de me battre pour le récupérer, et lui faire entendre raison. Je m’épuisais et à chaque fois mon coeur se brisait un peu plus. Alors maintenant j’avais décidé que l’amour ne serait plus maître de ma vie. De toute façon à quoi servait l’amour à part se faire du mal ? Je me le demande bien moi ! De toute manière ce n’est pas aujourd’hui, que les tensions vont s’apaiser entre Diego et moi, et que, même si on ne reconstruit rien, on sera capable de vivre dans la proximité de l’autre. J’avais hâte que le jour se lève, pour fuir. Parce que c’était la seule chose que je savais faire maintenant. Alors dès les premiers rayons du soleil, j’en profiterais pour reprendre ma route, sans aucune destination. Parce que Diego me voyait assez mal en point, je n’avais plus aucune force pour le cacher, et que je ne voulais pas de sa pitié. Vraiment pas.

Les attaques n’avaient plus aucunes importances pour moi maintenant, je ne faisais que survivre, avec parfois l’idée saugrenue que si un zombie s’approchait, et bien je le laisserais me mordre. La vie n’avait plus aucune importance pour moi. Mais, tout étrange que c’est, j’essayais tout de même de survivre. Comme quoi il y a toujours quelque chose qui nous rattache à la vie. Je finis par relever mon visage pour l’observer suites à ces confidences. La première choses qui me vient c’est de l’envoyer sur les roses. Mais j’étais fatiguée, las de cette querelle, alors je préfère simplement l’ignorer. Je repose de nouveau mon attention sur mes pieds et décide de faire la sourde oreille. Tout compte fait, je devrais peut-être m’en aller maintenant. Parce que la situation devenait vraiment gênante. Parce que m’avouer qu’il continue de s’intéresser à moi, c’est très ...bizarre. Parce que du coup, moi qui croyait qu’il avait tourné la page, j’avais l’impression de revenir dix pas en arrière. Et c’était encore plus étrange quand il me proposa à manger. Non mais sérieusement, il fait maintenant preuve de charité ? Ce n’est pourtant pas son genre. Même s’il vient de poser le sac, toujours est-il que je n’ai pas faim... Je mange que très peu, et seulement pour me sustanter une seule fois par jour tout au plus. Or, le fait d’être en présence de Diego me coupe tout appétit. Je souffle en remarquant qu’il s’installe dans mes parages, signe que lui n’est pas prêt de déguerpir...


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Jeu 31 Juil - 18:40



    DUNYASHA & DIEGO

    Le hasard, c'est pire que la vie.


    Même s'il était évident que l'épidémie changeait absolument tout le monde, l'évolution de Dunya état pour le moins étrange. Elle qui était si forte et si tenace d'ordinaire, je voyais bien qu'elle avait capitulé. Ou était tout juste en train de le faire. En tout cas, je n'aimais vraiment pas la voir dans un tel état. En même temps, ce serait très bizarre si c'était le cas. Si je m'en foutais ou m'en réjouissais, alors que je ne risquais pas de l'oublier et d'oublier par le même coup notre amour. Soit, tout était terminé entre nous. C'était en tout cas le cas en cet instant très précis. Pour autant, je ne pouvais m'empêcher de m'inquiéter encore et toujours pour elle. Elle était quand même la femme que j'avais épousé bien des années plus tôt. La seule de laquelle j'avais été amoureux pendant une éternité. Ce qui n'était vraiment pas rien quand même ! Surtout pour une personne comme moi, qui pensais ne jamais pouvoir aimé aussi fort que je l'avais aimé elle. Et l'aimais sans doute encore à l'heure d'aujourd'hui. Sauf que ça, je ne risquais pas de l'avouer. Surtout pas en voyant le comportement qu'elle avait à mon encontre. Même si je comprenais beaucoup ça ...

    Après les vacheries balancées un peu plus tôt, elle était maintenant fermée comme une huître. Elle demeurait sourde et muette devant toutes mes tentatives pour nous un certain contact. Je ne lui proposais pourtant pas -évidemment !- de faire la paix. Mais quand même, un minimum d'efforts de sa part ne pourrait décemment pas faire de mal. D'autant plus que c'était une main que je tendais vers elle tout de même. Je voulais l'aider. Parce que je devinais sans mal dans quel état de détresse elle se trouvait en cet instant très précis. Et j'ignorais toujours complètement pourquoi elle était ainsi. Ce qui avait bien pu la changer à ce point. Et je ne pouvais ni le deviner, ni le lire dans ses pensées. Tant qu'elle n'en soufflerait mot, je ne comprendrais pas. Je soupirai et reposai les yeux sur elle, alors qu'elle même ne bougeait pas d'un poil. Nous n'étions vraiment pas sorti de l'auberge ! "Tu vas vraiment te taire et refuser tout ce que je peux te proposer sans rien demander en retour ?" Demandai-je avec lassitude en continuant de l'observer, sourcils froncés. Non, vraiment, je ne comprenais pas. Et la frustration de ne pas comprendre, était grande ... !


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Lun 11 Aoû - 0:26


If we burn, you burn with us

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Phoenix & Dunyasha

Comment pouvait-on ne pas changer avec ce qui se passait à l’extérieur ? C’était tout bonnement impossible ! Mais,je ne pense pas que l’on arrive au point d’avoir peur de quiconque, comme j’étais en train de devenir. C’était pire qu’être insociable. J’avais plus peur de l’espèce humaine que des zombies, c’est pour dire. Si je suis aussi méfiante, ce n’est pas parce que les zombies risquaient de m’attaquer, mais que je pourrais tomber dans une embuscade. C’est quand même assez affolant comme dix minutes de votre propre vie, peuvent détruire une vie entière. Et rien ni personne ne pourrait changer quoi que ce soit. Je n’étais même pas sûre de pouvoir passer au-dessus un jour. Pourtant, j’avais quand même vécu une très belle histoire avec Diego, si l’on faisait abstraction de notre séparation plus que soudaine et violente. Je lui en voulais encore. Et parfois, lors de mes périodes les plus noires, je pouvais l’accuser d’être fautif de la tournante que j’avais subi il y a deux semaines. Alors qu’il n’y était vraiment pour rien, et qu’il n’en savait rien.

Je ne parlais plus, et je ne faisais que me fermer de plus en plus, surtout pour empêcher mon angoisse de me prendre aux tripes, sinon je ne risque de ne plus me contrôler et de me mettre à pleurer comme une madeleine, ce qui était quand même loin de me ressembler. Et surtout, je ne voulais pas qu’il m’atteigne, ou il risquait de me faire mal, sans même le vouloir, je n’acceptais plus le moindre contact physique. Et surtout je ne voulais pas voir la moindre trace de pitié dans ses yeux, si tant est qu’il est capable d’en ressentir pour ma personne. Je finis par lever quand même mon regard à l’encontre du sien. Je soupire doucement avant de baisser de nouveau les yeux, coupable. « Tu ne devrais même pas te préoccuper de moi... » signalais-je, d’une voix faible, et angoissée. Parce que je ne voulais pas qu’il fasse cela parce qu’il me voit justement pas dans mon assiette. « Et puis, je n’ai pas besoin que tu me nourrisses, ou que tu me protèges, j’y suis bien arrivée toute seule jusqu’à aujourd’hui, alors pourquoi je n’y arriverais plus aujourd’hui ? » lui demandais-je.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Ven 15 Aoû - 14:36



    DUNYASHA & DIEGO

    Le hasard, c'est pire que la vie.


    Je m'étais tellement persuadé du fait que Dunya pouvait s'en sortir toute seule, même dans un monde tel que le notre actuellement, que j'étais surpris de la voir ainsi aujourd'hui. Il ne fallait pas être devin pour comprendre qu'un truc clochait sacrément en cet instant, pour elle. Je le voyais bien. Et j'en étais atrocement désolé. Pour autant, je ne savais plus que faire ni que dire, pour tenter d'apaiser la douleur physique et morale que je devinais chez elle. J'ignorais pourtant ce qui pouvait bien la mettre dans un tel état. Mais je me doutais que c'était quelque chose de grave qui avait pu lui arriver. J'ignorais quand, où et comment. Mais je me doutais que c'était horrible. Comment avais-je pu me montrer suffisamment idiot pour la laisser s'en aller comme ça, sans même chercher à la retenir ni rien ? Pour sûr que maintenant je le regrettais. C'était tout à fait normal et humain me semblait-il. Et les regrets risquaient de vachement me ronger si je ne faisais rien pour que les choses ne commencent à changer un tant soit peu. Est-ce que ça pourrait me tuer ? Je n'irais pas jusque là. Mais ça pourrait bien me rendre maladroit et donc causer ma perte, en effet.

    « Eh bien c'est quand même le cas ! » Lui fis-je remarquer sur un ton sans appel. Qu'elle le veuille ou non, je m'en faisais pour elle. Et vraiment pas qu'un peu vu comme elle était. Ca n'allait pas fort du tout et j'aurais bien envie de savoir pour quoi. Mais au delà de ma curiosité, il y avait mes sentiments qui me poussaient à m'en faire sérieusement pour elle. Etait-ce si grave que ça ? Eh bien forcément que oui, pour que ça mette dans un tel état, une femme aussi forte qu'elle l'était. Enfin elle l'était avant cette épidémie en tout cas. Maintenant elle avait l'air bien fragile. Pauvre et fragile petite chose qui, quoi qu'elle en dise désormais, aurait bien besoin d'un peu d'aide. De la part de qui que ce soit. Moi ou non, ça n'avait pas de très grande importance. « Vu l'état dans lequel tu sembles être aujourd'hui, je ne suis pas tout à fait certain de ce fait que tu avances là ... » Lui fis-je calmement remarquer, sans jamais détourner mon regard d'elle. En effet, elle avait l'air d'avoir besoin d'une réelle aide extérieure, quoi qu'elle en dise ...


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Lun 18 Aoû - 21:17


If we burn, you burn with us

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Phoenix & Dunyasha

La prochaine fois que je m’amuserais à scander que l’on ne pouvait pas totalement changer après un évènement, j’y réfléchirais à plusieurs fois avant d’ouvrir ma bouche. Car je ne suis plus du tout la même depuis ce qui s’est passé. Je suis même tout le contraire de ce que je suis actuellement, renfermée et complètement amorphe.Je ne savais que simplement me battre pour survivre, ce qui est pas mal déjà en soi. Mais, je sais que ça ne durerait pas, après tout j’avais été une militaire capable de voir les pires horreurs du monde, et aujourd’hui on vivait dans un monde catastrophique ! Il fallait juste que j’arrive à faire résilience de mon passé et devenir ainsi plus forte. Même s’il y a certains pans de mon passé que je ne voulais pas occulter, mais qui était passablement entaché par mon viol. Même s’il n’y était vraiment pour rien, à moins que ce soit lui qui est commandité mon viol, ce que je ne crois même pas un seule seconde. Parce qu’il avait bau me détester, autant que j’ai pu le détester de me quitter, je n’ai jamais cessé de l’aimer, notre dernière entrevue l’ayant bien prouvé. Mais un océan s’était creusé depuis, et la Dunyasha qu’il connaissait avait disparu on ne sait où.

Je soupire doucement à sa constatation. Que pouvais-je dire d’autre, de toute manière, il était aussi borné que moi, et l’on arrivera jamais à trouver un terrain d’entente. Je ne réplique donc rien, me contentant d’hausser les épaules à sa remarque. Je sais que tôt ou tard, je devrais en parler. Ne serait-ce que pour avancer, mais je n’avais franchement pas envie de me confier au premier venu, et la seule personne à qui je pourrais décemment en parler ce serait Diego, de par notre passé commun, et par le fait que c’est le seul à me connaître vraiment. Mais pas maintenant, je n’étais pas encore assez solide pour supporter le poids de mes révélations. Je lève difficilement mon regard pour rencontrer le sien. On pouvait lire dans mon regard toute la douleur que je supportais en ce moment. « Et bien laisse moi au moins y croire, ça ne me tueras pas d’avoir un peu d’espoir tout de même » grognais-je doucement. S’il tuait tous mes espoirs, je n’allais pas remonter la pente, au contraire. Je soupire doucement avant de lui avouer pourquoi au moins je ne pouvais pas lui dire ce qu’il en était. « Et de toute manière je n’ai pas assez de force pour en parler, et il n’y a que moi qui peut régler ça. »


Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix

Revenir en haut Aller en bas

Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS-