Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix - Page 2
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
Le 10/11/2017 : le forum a CINQ ans & sa saison 6 est mise en place. Nouveautés à découvrir ici (le tout accompagné d'un recensement au passage obligatoire).
ON VOUS AIME TEEEELLEMENT !! coeurrose lele Si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ? (Ouais on vous achète et alors ? /PAAN/)

Partagez| .

Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Dim 31 Aoû - 14:07



    DUNYASHA & DIEGO

    Le hasard, c'est pire que la vie.


    Il allait quand même bien falloir que l'on discute tous les deux, à un moment ou à un autre. Je ne me sentais vraiment pas de la laisser filer une nouvelle fois. On de disparaître par moi même. Je voyais bien qu'il lui était arrivé quelque chose d'horrible en mon absence. Et ça, pour le coup, j'avais quand même un peu de mal à l'accepter. J'ignorais totalement de quoi il s'agissait et je risquais de ne sans doute jamais le savoir. Mais le fait est que ça m'inquiétait beaucoup. Parce qu'elle était vraiment dans un sale état et que je ne supportais pas de la voir ainsi. Aussi faible, aussi résignée ... j'étais habitué à faire face à une battante qui ne baissait jamais les bras et ne se laissait jamais ô grand jamais, marcher dessus. Or, là, il semblait évident qu'elle avait abandonné la partie depuis trop longtemps à mon goût. Et je voulais croire qu'il n'était pas trop tard pour elle de remonter la pente. Mieux valait garder espoir de mon côté, vu qu'elle même avait abandonné la partie. Je me battrais pour deux et saurais me montrer convaincant pour elle aussi, voilà tout. Il n'y avait rien d'autre à faire pour l'instant !

    « En effet, ce n'est pas vraiment l'espoir qui tue ces derniers temps ... » Commentai-je mollement. Mais se faire trop d'espoir pouvait sans aucun doute mener à la folie. Et la folie, ce n'était pas la meilleure chose qui soit non plus ces derniers temps. Fou, on risquait de prendre des risques complètement insensés entre autres choses. Donc, pas du tout une bonne idée cela allait de soit. Je fronçai les sourcils à sa réponse, voyant de plus en plus clairement qu'il lui était arrivé quelque chose de vraiment horrible. Assez pour qu'elle ne se sente pas la force d'en parler à qui que ce soit. C'était donc vraiment quelque chose d'hyper grave. Et ça m'inquiétait. « Et tu ne penses pas qu'en parler pourrait te faire un peu de bien ? » Tentai-je maladroitement plutôt qu'autre chose. C'est que je n'étais pas vraiment doué pour être à l'écoute des gens. Mais là il s'agissait tout de même de Dunya. Donc pas n'importe qui. Donc elle méritait bien quelques efforts de ma part. Et puis quand même, j'avais besoin de comprendre ce qui avait bien pu lui arriver pour qu'elle soit aujourd'hui dans un si sale état.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Lun 1 Sep - 16:22


If we burn, you burn with us

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Phoenix & Dunyasha

Si je pouvais éviter cette discussion qui se profilait tout droit devant moi, sans même que je sache comment y échapper, cela m’arrangerait. Parce que je suis certainement la seule à connaître presque parfaitement Diego pour savoir que s’il souhaitait savoir une chose, il finissait toujours par le savoir. Il trouvait toujours un moyen de faire dire les choses. Et, même si j’avais plus de résistance que d’autres, dû à notre passé militaire en commun, je finissais toujours par baisser les armes. Même si là, j’étais quand même incapable de lui dévoiler toute l’histoire, c’est bien trop honteux pour moi, et mon intégrité. Chose qui avait toujours été très importante pour moi. Tellement importante que je pouvais me battre corps et âmes pour défendre ce que j’avais comme valeurs. Mais cela ne m’avait pas suffi pour garder l’homme que j’aimais et que j’aimerais toujours. Mais il n’avait pas voulu me croire lorsque j’ai clamé haut et fort que je ne l’avais jamais trompé. Mais cela n’avait pas suffi, et je me retrouvais désormais affaiblie comme jamais. Et je ne voulais pas dévoiler cette faiblesse plus que je ne l’avais déjà fait.

« Ouais, je dirais même qu’un rien tue en ce moment. » dis-je tout en haussant les épaules. L’espoir n’était malheureusement pas mon ami en ce moment, et je ne sais pas s’il le redeviendra un jour. Mais, je n’étais pourtant pas fataliste, je me disais simplement qu’un jour la roue tournera. Il fallait simplement attendre, et mon tour viendra. Mais je ne voulais surtout pas, pour que la vie me sourit à nouveau, devoir parler de l’horreur que j’ai vécu. Je viens à peine de réussir à me remettre sur pieds. Et je sais que si je mettais des mots sur ce que j’avais vécu, je revivrais sans fin l’horreur de ce que j’ai vécu pendant une demie-heure. Je ne me contenterais pas de simples cauchemars la nuit. « En parler ? Non je ne pense pas, ça serait le contraire même. Et je n’en ai pas envie de toute façon » déclarais-je sans aucune émotions dans la voix cependant. ET surtout, je ne voulais pas voir l’horreur dans ses yeux, parce que je sais que c’est ça qui m’attend si je lui raconte mon histoire. Même si je pense qu’il doit se douter de quelque chose, parce que je ne suis pas au meilleur de ma forme.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Jeu 4 Sep - 20:28



    DUNYASHA & DIEGO

    Le hasard, c'est pire que la vie.


    Si j'étais surpris de retrouver mon ex épouse, je l'étais surtout de la retrouver dans un tel état. Soit, physiquement, elle ne se portait pas plus mal que la moyenne compte tenu de nos conditions difficiles de vie désormais. Mais moralement, il me semblait que c'était une toute autre paire de manches. Elle avait l'air dans un sale état quand même. Sauf qu'elle refusait de me confier quoi que ce soit. Je pouvais bien la comprendre d'un côté, vu que nous étions séparés depuis longtemps, que nos retrouvailles s'étaient mal terminés, et qu'avec tout ça j'étais certainement la personne qu'elle détestait le plus en ce bas monde. Mais tout de même, c'était étrange pour moi qu'elle refuse à ce point de se confier à moi. Je n'étais vraiment pas habituée à la voir à ce point fermée à tout ce qui me concernait directement ou non. J'espérais pouvoir lui faire changer d'avis et me raconter ce qui avait bien pu lui arriver. Mais il faudrait du temps pour ça. Or, je n'étais même pas certain qu'elle veuille m'en accorder. Ca non plus. Finalement, on était vraiment mal barrés tous les deux. Quoi que, non. Elle allait certainement se contenter de me tourner le dos et m'oublier par le même coup.

    Je soupirai fortement quand elle refusa encore une fois de me dire quoi que ce soit. Je ne pouvais pas l'obliger à parler malheureusement. Comme je ne pouvais pas non plus l'obliger à accepter quoi que ce soit de ma part. Comme, par exemple, la bouffe que je venais pourtant de mettre à sa disposition. Apparemment, elle était plutôt disposée à refuser tout ce qui pourrait venir de moi. Soit. Grand bien lui fasse. Mais elle allait quand même devoir me supporter. Elle ne se débarrasserait pas aussi aisément de moi, qu'on se le dise ! « Fais comme tu veux. » Finis-je donc par soupirer, de mauvaise grâce. Je n'allais l'obliger à rien du tout, bien sûr. Mais je n'allais pas bouger non plus. Et la façon que j'eus de me caler plus confortablement contre un meuble, et  de croiser les bras sur mon torse, était la preuve parfaite du fait que je n'allais pas me tirer aussi aisément que cela. Soit elle se confiait à moi, soit elle acceptait de me supporter pas trop loin d'elle. parce que même si j'ignorais ce qui lui était arrivé au juste, je ne voulais pas que ça se reproduise, vu l'état dans lequel elle se trouvait maintenant.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Mar 9 Sep - 22:15


If we burn, you burn with us

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Phoenix & Dunyasha

C’était bien par pitié que je ne voulais que personne de mon ancienne vi e ne me rencontre, vu dans l’état où je suis actuellement, enfin physiquement parlant c’est totalement invisible, mais psychologiquement c’est tout ce qu’il y a de voyant. Et je n’avais aucunement envie de m’épancher à ce sujet, que mon interlocuteur le veuille ou non. Et n’importe quel interlocuteur qui soit. Que ce soit Diego ou un autre, c’est exactement la même chose. Et pourtant Diego est certainement la personne en qui j’ai le plus confiance dans ce bas monde. Mais, personne ne devait savoir ce qui m’était arrivé, j’avais bien trop de honte pour cela. C’était même pas l’envie d’en parler qui me retenait, c’était plutôt les qu’en dira-t-on. Je n’avais pas envie qu’on pose sur moi une étiquette de victime, ce qui m’affaiblirait considérablement, et je n’avais franchement pas besoin de ça ! Alors je devenais insociable, renfermée, comme ça plus je me taisais et moins on s’intéressait à moi. C’était la parfaite équation qui me convenait à merveille. Mais connaissant mon ex, je savais que la partie était perdue d’avance pour moi, je n’avais plus qu’à le convaincre d’abandonner la tâche de me faire parler.

Mais il était tout aussi têtu que moi. C’était bien d’ailleurs quelque chose que l’on avait en commun. Bon il n’y avait pas que ça, et heureusement. Mais c’était bien notre entêtement qui avait permis à notre couple d’exister. Mais aussi à être détruit. Mais n’en parlons pas, je n’ai pas encore fait le deuil de cette histoire. Il m’avait tendu de la nourriture, mais même si le geste était vraiment appréciable, mais je n’avais vraiment pas faim. Alors ce serait vraiment bête de gâcher la nourriture pour rien. « C’est gentil, mais je n’ai vraiment pas faim » avouais-je doucement. À vrai dire j’avais rarement faim, même, je mangeais de moins en moins.Je finis par me tourner légèrement vers lui, pour le regarder un peu plus attentivement. Il avait à la fois changé et en même temps il était resté le même. Je soupire profondément, je n’arrive pas à reléguer au second plan ma curiosité. « Alors... ça... ‘roule’ pour toi ? » lui demandais-je, incapable de m’en empêcher. Après tout la dernière fois on n’avait pas réellement parlé, et bon, s’il restait là, autant éviter de se regarder en chien de faïence ou alors ça risque de tourner en une dispute pour de futiles raisons.



Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Sam 13 Sep - 21:00



    DUNYASHA & DIEGO

    Le hasard, c'est pire que la vie.


    Je ne savais vraiment pas que faire pour inciter Dunya à manger. Par contre, je savais très bien qu'elle était du genre à tenir tête quand elle en décidait ainsi. Or, elle semblait avoir décidé de me donner tort et de refuser de m'obéir. Même quand c'était uniquement pour son bien à elle. Comme le fait de manger un bout. Ca ne pourrait pas lui faire le moindre mal. Il suffisait de la regarder plus de quelques secondes, pour se rendre compte qu'elle manquait cruellement de bouffe. Elle était super maigre à mon goût et ça me faisait assez peur. Sans doute en grande partie parce que je l'avais connu à une époque où elle était physiquement bien plus tenace et musclée. Que là, elle semblait bien maigre et bien fragile. Ca faisait peur à voir. Ca m'effrayait ! Et pourtant, elle refusa catégoriquement de manger ce que je venais de lui proposer. Je soupirai un peu à sa réponse. Pas faim ? Elle allait me faire croire qu'elle avait pour habitude de manger à sa faim, aussi ? « Parce que t'as mangé aujourd'hui ? » Lui demandai-je, l'air de rien. Vu sa faible corpulence, moi j'étais certain qu'elle ne mangeait vraiment pas souvent !

    Après un énième silence entre nous, elle fini par pivoter très légèrement pour pouvoir me faire face. Elle me demanda alors si pour moi ça roulait. Ce qui me fit arquer un sourcil dubitatif. Drôle de tournure de phrase vu le déroulement actuel des choses. On ne pouvait pas dire que ça allait super bien non plus. Mais contrairement à elle, j'étais physiquement encore très en forme. « Moi ça va pas trop mal. J'ai mal de ne pas aller bien ? » Demandai-je avec naturel et un léger haussement d'épaules. J'étais un battant en même temps. Et un battant, ça ne se laissait jamais aller ! Ce que j'aurais pu continuer de penser à son sujet, si elle n'avait pas eut terriblement l'air abattue et mal en point d'ailleurs. Parce que oui, elle avait l'air tout à fait mal en point et ça faisait un peu de mal de la voir de la sorte. Même si je ne me risquerais pas à le lui faire remarquer. Elle comprendrait alors un peu trop que je m'en faisais toujours autant pour elle. Et que, du coup, elle avait toujours une certaine importance pour moi. « En tout cas, j'ai quand même l'air d'aller mieux que toi ... »


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Mar 16 Sep - 14:14


If we burn, you burn with us

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Phoenix & Dunyasha

Il n’y avait pas à réfléchir longtemps pour savoir que je ne fléchirais pas un seul instant. Et puis si je dis que je n’ai pas faim, c’est que je n’ai pas faim. Enfin ce n’est pas tout à fait vrai, mais j’avais tellement l’estomac noué que j’étais tout bonnement incapable de manger quoique ce soit de consistant. Mais je ne peut pas me permettre de ne pas manger pendant encore des jours. Mais de là à l’avouer devant Diego, il y avait quand même un sacré écart. Même si physiquement j’avais maigri, je le sais bien, et je ne sais pas si j’arriverais à inverser la courbe, et puis ce n’était pas la nourriture qui court les rues, et je préférais quand même pas qu’il gâche sa nourriture pour moi, je ne veux pas croire qu’il s’intéresse encore à moi au point de sacrifier le peu qu’il a. Je finis par tourné la tête vers lui tout en haussant un sourcil, sceptique quand à la réponse à lui fournir. Soit je lui mentais légèrement, soit je lui disais la vérité, dans tout les cas soit il ne me croirait pas, soit il serait furieux, et les deux était tout ce dont je n’avais pas besoin. « Pas que ça te regarde, mais je n’ai vraiment pas faim, maintenant. » insistais-je avec lassitude.

Je finis par me tourner vers lui, afin de l’observer un peu plus attentivement, de toute manière il avait fait exactement les mêmes choses pour moi, alors pourquoi pas moi ? J’étais restée quand même assez curieuse, c’était bien une chose que l’on ne m’avait pas retirée ces derniers temps, même si je me méfiais nettement plus des inconnus désormais. Mais je n’avais pas un inconnus face à moi, mais Diego. Je hausse simplement les épaules. « Simple question de curiosité » dis-je tout bonnement. Et au fond, même si je ne le disais pas, je craignais que l’on tombe dans un silence bien trop pesant à supporter. Parce que c’était pour lui l’occasion de me scruter encore et encore. Et de remarquer encore des choses indésirables, comme les bleus dont je garde des traces qui ne partiront sans doute jamais, comme ces coupures un peu au-dessus de mes poignets, que je me suis moi-même infligée ces dernières semaines. C’était mon seul moyen pour extérioriser ma douleur, pour la laisser sortir. J’étais bien consciente que ce n’était pas une solution, mais c’était tout ce que j’avais trouvé pour le moment.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Jeu 18 Sep - 21:30



    DUNYASHA & DIEGO

    Le hasard, c'est pire que la vie.


    Dunya n'avait vraiment jamais eut un caractère facile. Mais maintenant, ça semblait pire que jamais. Elle en devenait presque désagréable. Non, en fait, elle l'était bel et bien. Ca me tapait légèrement sur le système à vrai dire. Et pourtant, je prenais sur moi. Parce que je sentais qu'il fallait à tout prix éviter de la braquer. Non seulement elle risquait de me tourner le dos et de reprendre sa route seulement. Mais en plus, elle pourrait bien s'énerver. Quoi que non, je n'étais plus trop sûr de ça. Parce qu'elle avait quand même bien l'air fragile. Ce qui me mettait presque mal à l'aise tant j'étais surpris par ça venant d'elle. J'étais plutôt habitué à faire face à une battante qui n'avait peur de rien et de personne. Ce qui ne semblait pas franchement être le cas en cet instant. Elle n'était plus que l'ombre d'elle même et ça faisait peur à voir ! « En effet, ça m'regarde pas. Mais si tu dois bientôt clamser, j'aime autant être au courant. Vu que tu vas revenir en zombie et donc devenir un véritable danger pour moi. » Lui fis-je remarquer tout à fait naturellement. Comme si c'était vraiment tout ce qui m'inquiétait !

    Je haussai les épaules quand elle mentionna sa curiosité pour expliquer en quel honneur elle m'interrogeait en retour. En fait je m'en foutais. Dans le fond, c'était bien un signe qu'elle s'inquiétait aussi un peu pour moi, non ? Et cette idée était, ma foi, fort plaisante ! Même si je devais prendre sur moi pour ne pas l'avouer non plus. Je ne tenais vraiment pas à me ridiculiser ni rien ... J'avais une bien belle fierté ! Ce qui expliquait en grande partie ma séparation d'avec Dunya d'ailleurs. Et le fait que je n'avais jamais rien fais pour la récupérer. « Je reviens ! » Lâchai-je soudainement en me levant pour filer rapidement en direction de mon lit de fortune installé tout en haut. Je récupérai l'ensemble de mes affaires, avant de redescendre et la rejoindre. Et tout naturellement, j'installai mes couvertures et mon épais manteau dans un coin, pour y installer un semblant de lit. Sur lequel je vins ensuite m'allonger sur le dos. Je posai mon arme et ma hache, à ma droite, entre le meuble et moi. Sait-on jamais si Dunya tentait quoi que ce soit ... En tout cas, je ne pris même pas la peine de lui expliquer ce que j'étais en train de faire au juste.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Dim 21 Sep - 4:38


If we burn, you burn with us

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Phoenix & Dunyasha


Parfois le temps permettait d’adoucir les moeurs, mais avec moi c’était loin d’être cas, c’était même tout le contraire. Je devenais de plus en plus insupportables. J’étais encore plus méfiante qu’à l’accoutumée, j’étais devenue une personne froide, qui se cachait derrière le masque de l’indifférence. Mais j’étais aussi d’une susceptibilité à faire peur, un rien me contrariait, et je n’était pas d’un patience d’ange, loin de là même. Bon dans le passé je n’avais été guère patiente, mais ça ne s’arrange pas le temps passant. Même si je ne pourrais plus me battre avec autant d’aisance physiquement, une chose est sûre. c’est que je peux très bien envoyer des paroles blessantes à la figure de ceux qui me prenaient un peu trop la tête. Et souvent je le faisais sans réfléchir ! Je devais vraiment me reprendre en main, et ce, rapidement ! « T’inquiètes pas si je viens à trépasser, je vérifierais de ne surtout pas le faire dans ta proximité, je ne veux pas te donner cette chance de m’éclater la tête, ce serait trop d’honneur ! » lui dis-je acerbe dans mes paroles et dans le ton de ma voix.

Bon, j’avais été curieuse, c’est bien vrai, mais ce n’est pas véritablement la raison qui m’a poussé là lui poser la question. C’était non seulement un moyen de rompre le silence qui risquerait de s’installer et qui serait extrêmement gênant, mais surtout un moyen de détourner la conversation à un autre sujet que ma petite personne, ce que je voulais éviter de parler. Moins on parlait de moi et mieux je me portais. Lais la discussion s’arrêta, et je ne me vois pas la force de la poursuivre et de la relancer. Je soupire donc lourdement avant de m’installer confortablement pour tenter de me reposer un minimum. Je hausse un sourcil curieux alors qu’il me dit qu’il allait revenir et qu’il semble aller chercher vêtement s et couvertures, pour faire je ne sais quoi. Et en fait, même si j’étais bien curieuse de savoir ce qu’il faisait, je ne voulais pas lui poser la question. Je secoue la tête, moi j’avais tout gardé à portée de main, et sur moi, histoire de déguerpir rapidement si on n’avait pas d’autres choix. Mais chacun fait ce qu’il veut après tout. Détachant mes cheveux, j’appuie la tête sur mon sac avant de fermer les yeux, en espérant sincèrement que les cauchemars ne viendront pas me cueillir cette fois-ci.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Mar 23 Sep - 21:39



    DUNYASHA & DIEGO

    Le hasard, c'est pire que la vie.


    C'était quand même à se demander comment nous avions bien pu finir par en arriver là tous les deux. Notre relation était vraiment plus que tendue. Limite horrible en vérité. J'étais presque surpris qu'on ne soit pas déjà en train de se cogner dessus tous les deux. Est-ce qu'on pourrait vraiment en arriver là ? le fait est que je n'étais plus sûr de rien. Nous n'avions jamais été un couple bien tendre à la vérité. En même temps, nous étions d'anciens militaires. Alors forcément, ça n'aidait pas le moins du monde ! Mais quand même, fut un temps où l'on s'aimait beaucoup plus qu'on ne se faisait la guerre ! Or, désormais, on ne faisait bel et bien plus que ça. C'était à croire qu'on se détestait cordialement. Enfin en tout cas, elle avait vraiment l'air de me haïr. Alors que de mon côté, il était certain que mes sentiments n'allaient pas changer du jour au lendemain. Ou changer tout court à la vérité. Parce que je l'aimais toujours de la même façon et que rien ne viendrait changer cela. Même si je ne doutais pas que je devais souvent donner l'impression de tout le contraire; Quoi qu'en cet instant, il n'était pas compliqué de voir que je me souciais vraiment d'elle, de sa santé et de son bien être !

    A tel point d'ailleurs, que je finis par aller récupérer mes affaires sur mon perchoir, pour revenir m'installer non loin d'elle, après m'être fais un lit de fortune. Finalement, je ne trouvai guère le sommeil. Alors que de son côté, elle semblait bien installée et prête à l'accueillir contrairement à moi. Finalement, je soupirai et me redressai en position assise, dos contre un meuble, pour surveiller l'endroit. Ainsi pourrait-elle se reposer sans trop de mal. Enfin ça c'était dans l'hypothèse dans laquelle elle avait encore une infime part de confiance pour moi. Ce dont je commençais quand même pas mal à douter. Mais soit, je ne pouvais pas faire bien autrement à vrai dire. Juste accepter les choses telles qu'elles étaient et faire avec. Je n'allais pas non plus racheter sa confiance ou je ne savais trop quoi. Par contre, il ne fallait pas compter sur moi pour la laisser reprendre sa route, sans au moins tenter de la convaincre qu'on ferait mieux de faire ça à deux.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Lun 6 Oct - 12:10


If we burn, you burn with us

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Phoenix & Dunyasha

Je ne cherchais même plus à comprendre comment on en était arrivé à pratiquement se détester désormais. C'était bien trop compliqué et surtout, on avait bien assez à faire avec ces morts vivants. Et on traçait chacun son chemin, indépendamment de l'autre, sauf quand on se croisait. Là c'était pire qu'un cataclysme, qu'une éruption de volcan. On était incapable de trouver un terrain d'entente, on n'arrivait même pas à se parler poliment. Au contraire on préférait s'envoyer des vacheries à tout va, c'était tout nous ça ! Mais il n'y avait pas la haine comme aujourd'hui. Ce qui nous amener à nous bagarrer sans cesse sans que l'un de nous ne laisse gagner du terrain à l'autre. Et je n'étais surtout pas prête à aller vers le pardon. De toute manière ce n'était pas à moi de lui adresser des excuses, c'est quand même lui qui m'a quitté, qui m'a abandonné. Donc je ne ferais jamais le premier pas, puisque ce n'est pas moi qui ai déclenché la guerre. Alors, même si je sais que jamais mes sentiments ne pourront s'envoler ni même changer, je les enfouies au plus profond de moi. Bien incapable d'assumer ce genre de sentiment pour le moment.

Alors que je le vois se rapprocher de moi dans l'intention probablement de dormir dans mes parages, je ne bronche pas, et ne pipe mot. Au contraire, je l'ignore tout en m'installant pour la nuit, enfin plutôt pour le peu que j'allais dormir. Une heure ou deux maximum. C’était le mieux que je pouvais faire. Je resserre mes bras autour de mes jambes avant de poser ma tête dessus. Sa présence, dont je me doute qu'il veut qu'elle soit rassurante, ne change rien en mon insécurité, et cela, indépendamment de sa volonté. Si l'on sait qu'un simple rat qui passe peut me faire sursauter comme pas possible, alors je ne donne pas chère de ma peau, même si en étant éveillée je suis plutôt du genre hypervigilante. Je jette un regard vers lui avant de soupirer légèrement. " T'en fais pas je ne vais pas te tuer, c'est pas encore dans les projets de tuer des humains en ce moment " Je secoue la tête avant de fermer les yeux. "De toute manière je compte me pieuter pour le moment. Alors pas besoin de me regarder comme si j'allais commettre un meurtre."



Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Sam 25 Oct - 14:37



    DUNYASHA & DIEGO

    Le hasard, c'est pire que la vie.


    Notre relation n'avait jamais été celle d'un parfait petit couple qui s'aimait à la folie et j'en passe. Mais pour sûr, jamais ça n'avait été aussi tendu qu'en cet instant, entre nous. Et pour cause, nous étions séparés depuis un bon bout de temps maintenant. Six mois avant l'épidémie qui, elle même, durait depuis une éternité. Donc autant dire que ça faisait longtemps que tout était terminé entre nous. Tout, vraiment ? Peut-être pas, non. Puisque de mon côté, j'avais toujours de vifs sentiments pour elle. Desquels je n'arrivais vraiment pas à me séparer d'ailleurs. Ce n'était pourtant pas faute de le souhaiter véritablement et de tout tenter pour l'oublier. Mais de toute évidence, c'était peine perdue. C'était vraiment con de foutre un amour pareil, en l'air. Mais c'était comme ça. Depuis le temps, beaucoup d'eau avait coulé sous les ponts. Et on ne pouvait vraiment pas dire que ça jouait en faveur de notre couple. Mais au moins, nous pouvions toujours faire l'effort de voyager ensemble désormais, non ? Puisque tout était terminé entre nous, il n'y avait pas de raison pour qu'on ne puisse pas. Peut-être qu'on s'entendrait même beaucoup mieux désormais. Pour ce que j'en savais. Je n'étais ni devin, ni adepte des relations de ce genre.

    Bien vite, je m'installai non loin d'elle et ne pu m'empêcher de l'observer du coin de l'oeil alors qu'elle se roulait littéralement en boule, de son côté. Un sourire ironique prit place sur mon visage devant ses paroles froides et pleine d'agacement. je pouvais la comprendre, pour sûr. Mais elle se méprenait sacrément sur les raisons qui me poussaient à m'installer ici et tout ça. Soit, dans le fond je m'inquiétais quand même un peu à l'idée qu'elle veuille me descendre, histoire d'être définitivement et pleinement débarrassée. Il n'y aurait rien de si bizarre à ça, je ne pouvais dire le contraire pour le coup. Mais quand même, je ne faisais rien de mal cette fois ci. Ce qui n'était pas le cas à coup sûr, effectivement. « C'est seulement pour toi que je m'inquiète. Pas pour moi. » Lui répondis-je sans détour, sans pour autant afficher la moindre petite émotion. Pourtant, j'en avais. Des tas même. Mais il ne fallait pas trop m'en demander et s'attendre à ce que je lui révèle le tout. Une séparation, ça se faisait à deux justement. Alors pas la peine de croire que j'avais tous les torts et que j'allais me mettre à genoux devant elle pour lui demander pardon.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Mar 4 Nov - 18:17


If we burn, you burn with us

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Phoenix & Dunyasha

On n’a jamais été un couple tranquille, calme, et qui aimait la routine, on était même plutôt le contraire. Mais aujourd’hui on avait probablement atteint le paroxysme de toute cette tension. Et on ne pouvait décemment plus se décrire comme un couple. Nous n’avions même pas réussi à garder un semblant de relation depuis notre séparation. Il n’y a qu’à se rappeler de la manière dont on s’est affronté puis lié brutalement à la dernière rencontre. Ca voulait tout et rien dire à la fois. De mon côté, mes sentiments étaient encore bien trop présent pour mon propre bien. Mais c’était plus fort que moi, je ne peux pas brimer mes sentiments, ils sont bien trop puissants. C’était quand même un sacré gachis quand on regarde où on en est à l’heure actuelle. Mais on ne peut pas revenir sur cela. On devait désormais avancer, et peut-être réparé ce qui peut l’être. Si tant est qu’il y a quelque chose à réparer. Parce que l’on a plus grand chose en commun. Et je ne sais pas si j’aurais la force de l’avoir à mes côtés, sans avoir à le toucher ou quoi que ce soit. Être simplement ‘ami’ avec lui, relève de l’impossible. Il y a un trop lourd passé entre nous pour cela. Et les sentiments étant toujours là, c’étaient donc totalement incompatible.

Je m’installais pour la nuit, quelque peu gênée par le regard lourd de Diego mais je ne pourrais pas lui demander de détourner le regard, je sais qu’il refuserait. Il est au moins aussi têtu que moi. J’essayais de le désintéresser de ma personne, ce qui semblait ne pas marcher du tout. J’allais donc devoir m’en contenter. Je soupire de résignation alors que je m’installe pour la nuit, prête cette fois-ci à fermer les yeux pour un semblant de repos. Je ne fais simplement plus attention à lui, me contentant simplement d’ignorer sa remarque, qui pourtant ne me laisse pas insensible. Je pousse un long soupir tout en fermant les yeux. Et aussi étonnant soit-il, j’arrive à m’endormir assez rapidement, certainement dû à la présence proche du seul être qui compte pour moi dans ce monde. Mais ça, jamais je n’oserais l’avouer à voix haute. Malgré tout sa présence n’empêche pas les cauchemars de venir me hanter. Et c’est bien pour cela que je préfère dormir seule, c’est que je sais que je vais déranger la nuit de celui qui dors à mes côtés en m’agitant et marmonnant des propos incompréhensibles, mêlant des plaintes et des injures. Chaque nuit je revivais le cauchemar que j’avais vécu.



Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Jeu 13 Nov - 21:19



    DUNYASHA & DIEGO

    Le hasard, c'est pire que la vie.


    Certaines choses ne changeraient très certainement jamais. Comme le fait que, de toute évidence, nous n'étions pas si compatibles que ça, Dunya et moi même. Nous nous étions sérieusement aimer. Beaucoup trop pour notre propre bien. Cet amour fou nous avait finalement détruit. Un trop plein de sentiments avait fini par tout faire imploser. C'était comme ça. On ne pouvait strictement rien faire contre. Ou du moins, pas à ma connaissance. Maintenant que la fin du monde était installée parmi nous, l'air de rien, je doutais franchement que quoi que ce soit puisse changer. Sauf si, éventuellement, ça devenait une question de vie ou de mort. Parce que c'était bien le cas en cet instant. Qu'elle le veuille ou non, en s'installant toute seule ainsi, dans un endroit qu'elle n'avait même pas vérifié avant, elle prenait de gros risques. Pire encore, elle était prête à piquer un petit somme, alors qu'elle n'était même pas certaine d'être en sécurité. Pour moi, ça semblait totalement dingue. Ce hangar, je le connaissais comme ma poche maintenant. Je savais qu'il y avait une petite brèche pas trop loin. Le genre qui allait finir par céder si trop de zombies s'y amassaient. Normalement, ça ne devrait pas arriver puisqu'il n'y avait pas de bruit à l'intérieur. J'étais seul, comment pourrais-je foutre le boucan ?

    Dans son sommeil et certainement sans le savoir, Dunyasha était en train de me pousser à réviser mon jugement. Elle faisait justement du bruit. Un peu trop. Est-ce que ça lui arrivait souvent ça ? Comment faisait-elle, d'habitude, pour ne pas alerter tous les rôdeurs qui l'entouraient au kilomètre à la ronde ? C'était vraiment possible ? Je voulais m'approcher d'elle et la réveiller le plus en douceur possible, pour la faire cesser ça et se taire au plus vite. Mais je n'étais pas certain du tout de sa réaction. Alors finalement je n'en fis rien. Enfin pendant une ou deux minutes seulement. Parce que maintenant, je commençais à prendre peur pour mes fesses. Ca me ferait quand même pas mal chier qu'un rôdeur entende et rameute tous ses petits copains, pour entrer ici de force. Alors je me relevai et m'approcha à pas lents, d'elle. Elle était une ancienne militaire entraînée. Je ne l'oubliais pas. Ce fut donc à un bon mètre d'elle quand même, que je m'arrêtai. Et m'accroupis pour être à sa hauteur. Si je la touchais, je craignais de me retrouver plaqué à terre, son bras en travers de ma gorge. « Dunyasha, réveille toi ! »


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Jeu 20 Nov - 19:07


If we burn, you burn with us

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Phoenix & Dunyasha

Je n’avais pas l’intention de changer quoi que ce soit dans mon comportement, pour les beaux yeux de qui que ce soit, et même s’il s’agit de diego. Bien sûr malgré nos deux caractère plus que tempétueux, on peut même dire de merde, nous nous étions sincèrement aimés. Peut-être beaucoup trop pour notre bien. Cela avait fini par causer de fausses idées qui ont entrainé une séparation, malgré que nos sentiments soient toujours présent. Je ne pense pas que je serais capable d’aimer autant un autre homme comme lui. Et surtout pas après tout ce que j’ai dû endurer. Et le temps n’y changerais strictement rien. Je n’arrive même pas à imaginer que je pourrais me réinvestir dans une relation sérieuse. La fin du monde est là, et j’ai bien d’autres chats à fouetter pour me concentrer sur ma vie sentimentale. Ma naïveté n’a cependant pas disparu avec l’épidémie, mais ce n’est pas pour autant que je suis complètement irresponsable. Et franchement perdre des heures à examiner chaque recoin du hangar, ça me cassait les pieds. Puis, je n’étais pas du genre à m’éterniser dans un endroit plus de deux nuits. Alors tant que j’avais l’impression que l’endroit était plus ou moins sécurisé pour la nuit, je m’en contentais. Toutes les nuits précédentes s’étaient bien déroulées, je ne vois pas pourquoi ce ne serais pas le cas cette nuit.

Mais même si je savais que parfois je n’étais pas totalement silencieuse pendant mon sommeil, je ne pense pas que ça dérange qui que ce soit. Peut-être parce que généralement je dormais seule, sans aucun autre être humain à mes côtés. Au moins je ne manquerais à personne et ne ferait porter à quiconque le poids de ma mort. Mais ce soir, c’était la première fois depuis des mois que j’occupais un endroit avec une autre personne. La seule chose que je craignais, c’est qu’il entende le cauchemar que j’ai vécu. Et je ne veux pas qu’il apprenne pour le viol que j’ai subi, car je suis incapable de savoir ce qu’il serait capable de faire. Mais je ne contrôle pas les mots qui sortent pendant mon sommeil. Et je commençais à être un peu trop bavarde. Commençant à un peu trop m’agiter je grommelle de façon plus ou moins intelligible. « Ne me touchez pas... Laissez-moi... Vous me faites mal... » Je sens une chose bizarre, comme une secousse. Je ne sais pas ce que c’est avant d’entendre une voix familière. Je me réveille en sursaut, légèrement perdue. Il me faut quelques secondes avant de reprendre pied avec la réalité.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Mar 25 Nov - 18:51



    DUNYASHA & DIEGO

    Le hasard, c'est pire que la vie.


    Avec cette invasion de rôdeurs et, du coup, cette pseudo fin du monde, on ne pouvait pas dire que nous avions le temps pour nous préoccuper de nos petites vies amoureuses. C'était même loin d'être le cas. Après ma séparation avec Dunya, je n'avais déjà pas la tête à tenter une autre relation. Mais avec l'épidémie, c'était moins le cas que jamais. Et je doutais fortement que cela puisse changer un jour. Il faudrait déjà pour ça, que les choses rentrent dans l'ordre. Et parti comme c'était parti, il y avait bien peu de chance pour que ça arrive un jour, qu'on se le dise. Et je devais bien admettre que j'ignorais si je saurais revenir à la réalité, après toutes ces horreurs. Si, qui que ce soit, en serait capable en fait. Tout simplement parce que nous aurions toujours en tête, les atrocités que nous avions bien pu voir et subir. Et encore, pour ma part, je n'avais pas subi grand chose à la vérité. Parce que j'étais bien assez fort pour savoir me défendre correctement, quand il le fallait. Mais je savais bien que ce n'était pas le cas de tout le monde. D'ailleurs, j'étais en train d'envisager l'idée que ce n'était, par exemple, pas tout à fait le cas de Dunya elle même.

    J'étais plus ou moins endormi, quand je l'entendis s'agiter grandement dans son sommeil. Après quelques secondes passées à l'observer, je réalisai tout à fait qu'elle était plongée dans un sacré cauchemar. Ce qui, bien entendu, m'inquiétait pas mal. Parce qu'un cauchemar d'une telle envergure, n'était certainement pas arrivé sans aucune raison. Je m'approchai lentement d'elle en gardant tout de même une certaine distance pour ne pas recevoir un coup ni rien. Et ce fut à ce moment là que je perçu ses mots. Elle se défendait. Dans son cauchemar du moins. Contre quelqu'un. Peut-être plusieurs personnes ... Atterré, je la regardais sans broncher, sans sourciller. Mon Dieu mais que lui était-il arrivé ? Parce que désormais, je n'avais plus de doute quant au fait qu'elle avait traversé quelque chose d'horrible. Même si je n'étais pas tout à fait certain de savoir quoi, au juste. Quoi qu'il en soit, je pris mon courage à deux mains et vins poser une main sur son épaule pour tenter de la réveiller en douceur. « Dunya' c'est moi. Tout va bien. Réveille toi ! » Tentai-je une nouvelle fois, sur un ton un peu plus fort.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Ven 28 Nov - 23:50


If we burn, you burn with us

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Phoenix & Dunyasha

Maintenant ce qui primait c’était la survie et surtout notre propre survie. cela ne changeait pas d’avant, j’avais toujours été très égoïste dans le passé. Pas beaucoup de monde n’avait d’intérêt à mes yeux. À part Diego, bien évidemment, c’est d’ailleurs la seule personne dont je me suis préoccupé, pendant toutes ces années, le seul qui a réussi a éveillé un sentiment de protection, d’amour inégalable, et ça restera le seul. Malgré tout le mal que l’on s’est fait ces dernières années, je continue de vouloir me préoccuper de lui, et également m’inquiéter. Parce que malgré tout, je continuerais sans cesse de l’aimer. Même si l’idée de se remettre en couple est loin d’être à l’ordre du jour, et surtout cela reste quand même franchement très improbable. J’ai l’impression d’être retournée des années en arrières alors que l’on était à l’armée. D’un côté, cela « tait loin de m’effrayait, il faut dire que j’ai vu des choses horribles pendant que j’étais militaire. Alors il en fallait vraiment beaucoup pour que je sois effrayée. Et pourtant, depuis quelques semaines j’étais constamment effrayée. Ce qui était loin d’être mon état normal. La confiance et l’assurance que je me trimballais habituellement ne reviendrait probablement jamais. Ou pas entièrement. On avait bafoué mon humanité, et je ne sais pas si je pourrais m’y relever.

Mais il en avait une sacré preuve alors que je m’étais finalement endormie, il faut dire qu’à force de privation de sommeil, on finit par tomber d’épuisement. Cela faisait longtemps que je ne m’étais endormi aussi profondément. Mais par contre, cela laisse la place au cauchemar qui se font une joie de rentrer dans ma nuit pour la bouleverser. Et ils étaient terribles, dévastateurs. Malheureusement pour lui, Diego risque d’être spectateur de ce sombre spectacle qui risque de ne pas se terminer de sitôt. Il faut dire que les cauchemars sont récurrents. Et ils dévoilaient bien trop de choses par rapport à ce que je voulais enfouir au plus profond de moi. Je n’avais d’ailleurs aucunement conscience du fait qu’il devait se demander ce qui se passe s’il était en train de m’écouter. Je finis par me réveiller en sursaut, complètement paumée. Il me faut quelques instants pour reprendre pied dans la réalité. Je papillonne légèrement avant de tomber sur les prunelles inquiètes de Diego. Je ne comprends pas trop sur le moment, ce qui me fait froncer sur les sourcils. Je secoue la tête avant de me redresser et de frotter mon visage avec mes mains. « Désolée, je fais piètre compagnie. » m’excusais-je.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Jeu 4 Déc - 21:34



    DUNYASHA & DIEGO

    Le hasard, c'est pire que la vie.


    Je n'avais absolument aucun doute quant au fait que quelque chose n'allait vraiment pas pour Dunya. Il suffisait de voir son expression et cette façon qu'elle avait de me fuir. Voir, sans doute, de fuir tout ce qui était encore vivant. Sans doute même autant qu'elle devait fuir les morts. Quoi qu'eux, il suffisait qu'elle les descende pour de bon et on en parlait plus ! Mais qu'en était-il des êtres humains encore parfaitement en vie ? Je devais bien admettre que je m'inquiétais de plus en plus pour elle. Maintenant plus que jamais, au vu du cauchemar terrible qui venait de l'agiter. Je n'avais pas tout saisit, bien sûr. Je n'étais pas encore capable de lire dans les pensées. Mais je n'avais aucun mal à comprendre que c'était du à ce qu'elle avait certainement vécu ces derniers temps. Et pour sûr, je m'inquiétais de ce dont il pouvait bien s'agir. Certainement quelque chose de terrible. Vraiment terrible, pour qu'elle se mette à en avoir de pareils cauchemars. Il fallait vraiment qu'elle me raconte; Mais je doutais de pouvoir lui faire parler aussi librement. Pas à moi en tout cas, compte tenu de notre relation actuelle. On ne pouvait pas dire que c'était tout beau tout rose entre nous ...

    Quand enfin elle daigna rouvrir les paupières pour me regarder, elle semblait vraiment perdue. Il y avait de quoi, en effet. Elle n'avait même pas l'air d'être consciente d'avoir ainsi cauchemardé devant moi. Enfin ça, si. Mais sans doute ignorait-elle toutes les paroles qu'elle avait laissé échapper par la même occasion. « Dunya ... Qu'est-ce qu'il t'es arrivé ? » Finis-je par demander à voix très basse, sans pouvoir m'en empêcher. Il faut dire que j'étais vraiment très inquiet pour elle. Et franchement, je doutais fort que cela puisse un jour changer. C'était juste ainsi. Ca faisait partie intégrante de ma personne dans le fond. Notre lien, même endommagé par notre séparation et le temps qui avait passé, ne cesserait certainement jamais d'exister. Pas tout à fait en tout cas. Je ne pouvais envisager l'idée de la perdre tout à fait. Même dans l'esprit. « J'ai vraiment besoin de savoir ... » Ajoutai-je, toujours sur le même ton doux. Parce que je ne souhaitais foutrement pas la brusquer. Le but n'était évidemment pas là le moins du monde. Non, ce que je voulais moi, c'était la convaincre de me parler. Et ce n'était pas en la brusquant, que je risquais de parvenir à un tel résultat!


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Ven 12 Déc - 23:42

center>
If we burn, you burn with us

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Phoenix & Dunyasha

Bon pour le coup, on repassera pour la discrétion. Il faut dire que ça se voyait comme le nez au milieu de la figue que j’avais un problème. c’est bien pour cela qu’en temps normal, je me méfie des autres et que je dors généralement seule. Au moins je peux laisser mes cauchemars prendre le dessus. Si je fuyais tout le monde, je ne prenais pas non plus des précautions extravagantes pour me calfeutrer dans un endroit. À vrai dire, je tournais tellement dans cette spirale infernale qu’est de broyer du noir, que l’idée d’en terminer avec cette fichue vie est loin de m’effrayer. Je me dis qu’au moins je n’aurais plus à être effrayée par les autres. Quitter ce monde n’est peut-être pas plus mal, et puis à qui je manquerais sérieusement ? Je suis un poids pour mon ex, il n’y à qu’à regarder en ce moment-même, il ne peut même pas dormir tranquillement et on ne peut pas dire que nos rapports soient au beau fixe. Et je n’ai personne d’autre, donc je ne serais pas une très grosse perte. Ce n’était pourtant pas moi, de penser ainsi et de me laisser aller de cette manière. Mais on m’a enlevé toute humanité lors de cette journée, je n’ai plus lieu d’exister. La Dunya d’avant l’épidémie est bien loin.

À chaque réveil, et d’autant plus lorsque celui-ci est brutal, il me faut un temps d’adaptation pour reprendre pied dans la réalité. C’est assez violent, je dois bien l’avouer. Surtout que maintenant je pouvais nettement percevoir l’inquiétude de Diego, même pas besoin de le regarder pour le savoir,, ça sentait l’inquiétude à des kilomètres. Je secoue la tête et me renfrogne à l’idée de lui raconter mon cauchemar récurrent. Il ne me viendrait jamais à l’idée de le lui raconter. Déjà parce que je n’avais pas franchement envie de le revivre et puis je ne suis pas non plus idiote, je sais que son inquiétude va monter en flèche dès qu’il saura de quoi il en retourne exactement. C’était également une vaine tentative de le protéger. Mais on est deux grands têtus, et il ne changerait pas d’avis aussi facilement. Et on se connaît que trop bien, il sait parfaitement où appuyer pour que je lui avoue tout, mais le plus tard sera le mieux. Je soupire doucement tout en me roulant en boule, pour qu’il ne puisse pas me toucher. « Non. » C’est concis, et clair. Je relève les yeux et croisent les siens qui me dévisagent. Flippant. Je roule des yeux, je n’arrive guère à lui résister quand il a ce regard fixe et qu’il me dévisage ainsi. « Je ne veux pas et je ne peux pas » bafouillais-je tant bien que mal.


[right][url=http://
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Jeu 18 Déc - 22:19



    DUNYASHA & DIEGO

    Le hasard, c'est pire que la vie.


    Que pouvais-je faire de plus que tenter de la faire parler ? Absolument rien, évidemment. Je ne pouvais clairement pas l'obliger à m'expliquer ce qui n'allait pas. Même si l'envie était quand même bien là. J'avais envie et besoin de comprendre ce qui lui était arrivé pour qu'elle soit dans un tel état à l'heure d'aujourd'hui. Parce que oui, on pouvait bien parler d'un état. Pas franchement grandiose. Elle avait l'air malheureuse et terrifiée d'un rien. Même si elle elle faisait sa tête de mule qui refusait d'en dire plus et d'expliquer vraiment ce qui clochait. Même en la connaissant par coeur, j'étais bien incapable de savoir comment je pouvais bien la faire parler. C'était certainement impossible. J'aurais bien aimé tenter quelque chose. Mais je la connaissais quand même suffisamment pour savoir que si elle ne voulait vraiment pas se confier, elle n'allait pas le faire. C'était aussi simple et tranchant que ça. Elle était pire que têtue. Et c'était là un défaut que j'avais également. Donc je pouvais comprendre et saisir la chose. Nous étions d'ailleurs pareils sur bien des points. Fait qui n'était pas des plus plaisants non plus, vu les situations emmerdantes que cela laissait s'installer la plupart du temps ...

    Mais quand bien même je connaissais son sale caractère, j'étais quand même à ses côtés en cet instant, prêt à tout entendre. Tout en sachant qu'elle allait continuer de refuser de me raconter quoi que ce soit. Tant pis. J'aurais au moins essayé après tout ! Soit, ce n'était pas encore assez à mon goût. Ca ne le serait pas tant qu'elle ne m'aurait pas tout expliqué. « Très bien ... » Soupirai-je avec une certaine lassitude, quand elle refusa pour la énième fois de m'expliquer ce qui lui était arrivé. Encore une fois, je ne pouvais pas la forcer à me parler. Juste lui offrir d'être une oreille attentive si elle se décidait à me parler. « Mais je ne bouge pas de là ! » Ajoutai-je finalement, en prenant place contre le mur, bien plus près que je ne l'étais un moment plus tôt quand je m'étais installé, prêt à dormir. Si vraiment ça l'emmerdait, elle pouvait toujours se confier à moi, dans l'espoir de me voir ensuite reprendre mes distances pour la laisser tranquille. Mais là encore, ce n'était pas dit que je daigne le faire quand même. A vrai dire, il ne fallait pas trop y compter !


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Lun 22 Déc - 14:33

center>
If we burn, you burn with us

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Phoenix & Dunyasha

Si je n’avais pas envie de lui parler, je ne le ferais pas. Même si je sais que je devrais bien lui en parler un jour ou l’autre, mais pas aujourd’hui. C’était bien trop précipité pour ça. Il fallait déjà que j’envisage le fait que si il est là aujourd’hui, ce ne serait pas la dernière fois, et que je devais accepter de le laisser entrer de nouveau dans ma vie. Pour cela je devais bien accepter de mettre ma fierté de côté. Et puis ce ne serait peut-être pas plus mal si je n’étais pas seule sur la route. Mais je ne savais pas ce qu’il attendait de moi en ce moment-même, à part que je lui dise la vérité sur ce qui se passe pour moi. Si ça se trouve il va me demander de dégager d’ici dès le lever du jour. Et dans ce cas j’obtempérerais, sans même rien dire. Encore une preuve que je n’étais plus que l’ombre de moi-même. Je n’avais plus la force de m’élever contre ses décisions, de le contredire. Et à vrai dire, j’étais totalement las de nos disputes incessantes depuis notre séparation, pas une fois on ne s’était écouté mutuellement. Le mal était fait, on ne peut pas revenir dessus, mais ce n’était pas une raison pour continuer d’envenimer les choses.

Je ne sais pas ce qui se passe dans son esprit à cette seconde, mais sa présence, même si elle m’irrite légèrement, elle a également le mérite de m’apaiser quelque peu. Et j’osais espérer qu’il n’allais pas bouger de sitôt, même si à chaque fois qu’il essayait de savoir, je m’obstinais à le repousser. Je ne veux pas lui lâcher la bombe si brutalement, car même si aujourd’hui on est probablement éloigné, je sais que toute cette histoire sera loin de le laisser insensible. Et je devais d’abord choisir soigneusement mes mots pour ne pas le braquer. Et puis, c’était bien encore trop pressant dans mon esprit pour le moment pour que je puisse en parler sans faire de crise d’angoisse. J’affiche un sourire qui semble plutôt ressembler à une grimace. « D’accord.. Je..vais tenter de me rendormir. » soupirais-je tout en lui tournant le dos, me roulant en boule sur le côté, comme une carapace. Je ne m’allongeais de cette manière lorsque je me sentais menacé, il m’était déjà arrivé de le faire lorsque l’on était sur le terrain et que les combats étaient rudes. Mais je serrais convulsivement un collier que Diego m’avait offert, entre mes doigts.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Dim 28 Déc - 18:23



    DUNYASHA & DIEGO

    Le hasard, c'est pire que la vie.


    Je n'avais vraiment aucune idée de ce qui avait bien pu arriver à Dunya. Mais pour qu'elle soit dans un tel état, c'était bien qu'il avait du lui arriver un truc vraiment très horrible. Parce qu'il en fallait vraiment beaucoup à une femme de son acabit, pour finir dans un tel état. Maintenant, il ne me restait plus qu'à espérer qu'elle allait réussir à se lever tout à fait. Elle ne pouvait pas juste se laisser sombrer chaque jour un peu plus. Quoi qu'il lui soit arrivé. Je refusais qu'elle fasse une telle chose. Quand bien même je savais que je n'avais pas mon mot à dire en fait. Puisque nous n'étions plus ensemble et qu'à l'heure d'aujourd'hui, elle devait seulement me haïr de toutes ses forces. Ce que, en un sens, je ne pouvais que comprendre. On ne pouvait pas dire que notre relation se prêtait à autre chose désormais; Même si de mon côté, je l'aimais toujours autant et ne cesserais certainement jamais de l'aimer. Pour moi, elle était la femme de ma vie. Mais en raison de nos changements de vie et de nos sombres erreurs, nous avions fini par nous éloigner l'un de l'autre, jusqu'à nous séparer.

    Puisque je ne pouvais apparemment pas la faire parler, je pouvais au moins lui assurer une certaine forme de sécurité, en demeurant à ses côtés pendant son sommeil. Elle accepta d'ailleurs ma présence, sans trop rechigner. Puisqu'elle se roula en boule sans tarder, pour s'endormir. De mon côté, je n'avais plus vraiment sommeil désormais. Alors j'allais pouvoir redoubler de vigilance pour m'assurer que rien ne lui arriverait pendant qu'elle se reposait enfin. « Dors, je suis là ... » Lui soufflai-je une dernière fois, en prenant confortablement place contre le mur dans mon dos. A vrai dire, j'ignorais totalement si ça allait la rassurer ou pas, de savoir que j'étais là. Elle devait quand même bien se douter que ce n'était pas moi qui allais lui faire le moindre mal. Pas volontairement en tout cas. Et certainement pas une peine physique ! Mais peut-être qu'à cause de ce qui lui était arrivé -et j'ignorais toujours de quoi il s'agissait-, elle allait se méfier de moi aussi. Je ne pourrais le lui reprocher d'ailleurs. Parce que désormais, il me semblait qu'on ne pouvait avoir confiance qu'en soit même. Et en personne d'autre. Le faire pourrait s'avérer être une grave erreur dans le fond.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Sam 3 Jan - 11:08


If we burn, you burn with us

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Phoenix & Dunyasha

Je pensais vraiment que je pourrais me sortir de mon pétrin seule. Je ne voulais que personne soit au courant de ce qui m’arrive. C’était assez honteux, et bien trop intime pour que j’en parle à qui que ce soit. Mais j’étais quand même assez perturbée, et ça je ne parvenais pas à le cacher. Et Diego n’allait certainement pas passer à côté, pour la simple et bonne raison qu’il me connaissait que trop bien et qu’il était à l’affût de la moindre de mes réactions. Quand bien même on était bien loin de notre relation passée, je sais que l’on aurait quand même une relation tout particulière à l’autre. Même séparé, je ne pourrais pas m’empêcher de m’en faire pour lui, même si j’arrivais à le cacher parfaitement. Je ne voulais pas qu’il sache que je continuais, malgré tout ce qu’on s’était dit, à m’en faire pour lui. Bon d’accord, c’était aussi une des raisons qui me poussent à ne pas lui avouer ce que ces mecs m’ont fait. Même si je suis bien tentée de tout lui avouer, pour soulager le poids de ce secret qui commençait sérieusement à peser lourd.

Je devrais penser à la remercier plus tard de respecter le fait que je ne souhaites pas me confier, car je ne doute pas un seul instant que cela doit être compliqué pour lui de ne pas savoir. Mais pour le moment je suis bien trop épuisée pour avoir la force d’engager une conversation. Je finis par me rouler en boule le long du mur. Je soupire doucement tandis que j’essayais de me réchauffer tant bien que mal. Je souris alors qu’il ne peut pas voir avant de murmurer « Merci. » Je ne voyais pas quoi dire d’autre, et je n’avais pas le courage de m’étendre plus que ça. Je dois bien avouer que si je n’étais pas pleinement rassurée, je sais que je pouvais quand même me permettre de baisser un peu ma garde, car diego prenait le relais sur la garde du hangar. Je pouvais enfin me rendormir un peu plus sereinement. Mais à peine une demie heure que je me suis endormie, et me voilà à nouveau en train de cauchemarder, cette fois-ci bien plus violemment que la première fois. C’était un cercle vicieux dont je ne parvenais pas à m’en sortir. Peut-être parce que je me faisais trop d’illusions quand au fait que je réussirais à m’en sortir seule.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Dim 11 Jan - 15:45



    DUNYASHA & DIEGO

    Le hasard, c'est pire que la vie.


    Je voulais protéger Dunya, tant bien que mal. Mais je ne pouvais pas franchement le faire contre son grès. Si vraiment elle refusait mon aide et tout ça, je ne voyais pas bien ce que je pouvais faire. Seulement essayer, ça semblait pas si mal en soit. Etre là. Plus ou moins. Lui tenir compagnie pendant son sommeil toujours plus agité, pour m'assurer qu'elle n'allait pas attirer des rôdeurs qui viendraient s'en prendre à elle. Elle refusait catégoriquement de me dire ce qui avait bien pu arriver pour qu'elle soit dans un aussi piteux état. Mais ce n'était pas pour autant que j'allais me tirer. Ce n'était pas une excuse valable. Tout ce que je voyais, c'était que ça avait du être bien assez grave pour la terroriser plus que de raison. Et la pousser à faire de terribles cauchemars qui la mettaient sans dessus dessous. Ca n'allait tellement pas avec sa personnalité de véritable guerrière, que j'étais franchement en état de choc. Et persuadé que ça avait du être affreusement horrible. Terrible. Terrifiant. Traumatisant. Mais elle refusait d'en parler. Sans doute inconsciente du fait qu'en parler pourrait lui faire un peu de bien tout de même. C'était forcé que se livrer, ça faisait du bien.

    Bientôt, elle plongea de nouveau dans le sommeil. Pendant que de mon côté, je restais sur mes gardes, non loin d'elle. Pour m'assurer encore une fois qu'il ne lui arrivait rien. Sans aller jusqu'à dormir, je fermai quand même les yeux pour tenter de me reposer un tant soit peu. Et quand elle s'agita de nouveau dans son sommeil, je me redressai en sursaut et tournai le regard vers elle. J'accourus tout de suite et posai une main sur son visage. « Dunya ! Dunya chérie, réveille-toi ! » Murmurais-je sans réfléchir, en venant poser une main sur l'un de ses bras, pour éviter qu'elle n'ait un mauvais réflexe. Comme celui de me flanquer un coup en pensant que je représentais un danger pour elle, par exemple. Ce que je n'étais pas du tout par contre. Mais ça, c'était assez évident me semblait-il. « Shhht. Shhht tout va bien. » Répétais-je maintenant avec toujours la même douceur dans la voix. J'ignorais ce que je pouvais faire de plus. Je n'avais pas le droit de rester trop près d'elle, je le savais bien. Elle se braquerait beaucoup trop si j'osais faire un truc pareil. Pourtant, j'étais certain que ma présence aurait un effet apaisant sur elle. Ca avait toujours été le cas.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Jeu 15 Jan - 21:40


If we burn, you burn with us

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Phoenix & Dunyasha

Si je devais me confier à quelqu’un ce serait à Diego sans aucune hésitation. Mais c’était encore bien trop tôt pour qu’il subisse l’horreur de mon récit. Même si mon comportement avait tout l’air de l’effrayer. Faut dire que je n’étais pas vraiment dans mon état normal, quand on me connaissait. Généralement il y a bien peu de choses qui peuvent m’atteindre, sauf quand on s’en prend à mes proches. Pourtant là ce n’était pas le cas. C’était seulement sur ma personne, mais on m’avait fait subir les pires atrocités. Même dans mon passé de militaires, où j’étais quand même entourée de macho, aucun n’aurait eu l’idée de me faire subir tout cela. Maintenant ça restait gravé en moi comme si c’était ma seconde peau. Je ne pouvais pas me débarrasser de toute cette horreur, il me faudrait du temps, beaucoup de temps. La preuve est que, dès que je ferme à nouveau les yeux, une seconde fois, alors que je savais que Diego était encore et toujours là pour veiller sur moi, mes démons reviennent rapidement me hanter. Et plus violemment encore, il n’y a qu’à voir les soubresauts de mon corps qui ne s’interrompent pas. Et mes marmonnements incompréhensibles continuent.

J’étais bien trop profondément endormie, en guerre avec mes démons. J’étais bien trop éreintée pour mon propre bien. Ca me confirmait que le sommeil n’était pas un allié pour moi. Je finis par me réveiller en sursaut lorsque je sens une pression sur mon visage. Je n’entends pas tout ce que Diego me dit, mais je retiens particulièrement le chérie. Je pense qu’il n’a tout simplement pas réfléchis, sinon il n’aurait certainement pas dis cela. Je me raidis en sentant ses mains avant de réaliser complètement que je suis hors de danger. Et, contre toute attente, je me blottis dans ses bras, le seul endroit où je sais que l’on ne me fera aucun mal. Cachée dans son cou je souffle doucement avant d’attraper sa main que je serre doucement. « Désolée... Je ne.. suis vraiment pas de bonne compagnie. » Et en plus j’attire les zombies, soit dit en passant. Il allait vraiment falloir que j’apprenne à ne plus vouloir m’en sortir seul, parce que je voyais bien que c’était impossible. « Je..Je te raconterais.. Me faut juste du temps. » J’observe ses yeux où je perçois que trop bien son inquiétude. J’esquisse néanmoins un petit sourire « J’ai rêvé où tu m’as appelé chérie ? » Je hausse un sourcil tandis que mes doigts serrent toujours les siens. 



Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix Lun 26 Jan - 18:31



    DUNYASHA & DIEGO

    Le hasard, c'est pire que la vie.


    J'étais complètement perdu et bien incapable de savoir ce que j'étais supposé faire pour aider Dunya. Parce que je voyais bien qu'elle était dans un piteux état. Mais je ne savais pas ce que je pouvais faire pour elle. Si au moins elle m'avait laissé un certain accès jusqu'à elle, et qu'elle s'était confiée à moi ... Mais non, ce n'était pas le cas du tout. Et je ne pouvais pas l'obliger à parler. Juste tenter de lui laisser le plus de temps possible pour se décider d'elle même, si finalement elle venait à changer d'avis. Ce qui ne semblait pas gagné d'avance pour le moment. Je la laissais donc se rallonger et se rendormir, sans rien faire de plus pour elle. Ca ne servait à rien d'insister pour le moment. Autant la laisser s'éloigner et s'installer confortablement, assez loin de moi. Je ne voulais pas la voir se braquer. Alors je la laissais faire, sans pour autant la quitter vraiment des yeux. C'était plus fort que moi, j'avais besoin de veiller sur elle. Plus encore maintenant que je me rendais compte qu'un truc clochait sérieusement pour elle. J'ignorais encore de quoi il s'agissait puisqu'elle ne voulait pas m'en parler. Mais ce devait être vraiment grave, pour qu'elle soit dans un tel état ...

    Encore une fois, elle ne parvint à s'apaiser tout à fait, puisqu'elle recommença à remuer sérieusement dans son sommeil. Je revins donc tout naturellement à la charge pour tenter de l'apaiser, alors même qu'elle dormait toujours. Dans un premier temps, ce contact léger la fit se raidir, comme je pu le sentir sous mes doigts. Mais bien vite, elle se détendit. Et me prit par surprise quand, finalement, elle me sauta carrément au cou. Je ne me fis quand même pas prier pour lui rendre tout naturellement son étreinte, désireux de la calmer autant que je le pouvais. Et de la rassurer sur le fait qu'elle était maintenant en sécurité. Enfin autant qu'on pouvait l'être, avec une telle épidémie sur les bras ! « Mais non c'est rien ça. » Lui soufflai-je doucement en la gardant toujours tout contre moi. Je n'étais plus vraiment certain des gestes à avoir dans ce genre de situation. J'espérais ne pas trop me tromper ! « Tu as tout le temps ... » Confirmai-je avant de planter mon regard dans le sien quand elle se recula légèrement pour pouvoir me regarder. Je roulai des yeux sans toutefois trouver la force de sourire, quand elle me rappela que je l'avais appelé chérie. Effectivement, ça m'avait échappé. « Et alors ? » Marmonnai-je doucement, persuadé qu'elle allait sauter sur l'occasion pour se payer ouvertement ma tronche.


Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix

Revenir en haut Aller en bas

Le hasard, c'est pire que la vie. + Phoenix

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS-