[FLASHBACK] - I aim to misbehave
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome. Quelques bugs/décalages à attendre sous Firefox.
Le 10 novembre 2016, le forum a fêté ses quatre ans !! A cette occasion, sa saison 5 a été mise en place. bril Et le 12/06/2017, sa version vingt-trois réalisée par Morphine est installée. Toutes les nouveautés sont à découvrir ici. coeurrose
Oh la la qu'est-ce que vouuuuus aiiiiiime !! coeurrose lele Et si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ?

Partagez| .

[FLASHBACK] - I aim to misbehave

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: [FLASHBACK] - I aim to misbehave Lun 7 Juil - 21:16

    Quelque part dans l’Illinois,
    2 mois après le début de l’épidémie.


    Cela faisait deux semaines que Peter s’était retrouvé seul, et au bout d’une semaine, il devenait presque fou. Il n’avait jamais été un grand solitaire, mais s’écouter parler tout seul tous les jours était un peu trop pour lui. Lors du déclenchement de l’épidémie, il était resté avec son unité. En bons militaires, ils avaient d’abord suivi les ordres, avant de se séparer petit à petit étant donné l’ampleur de la catastrophe. Les chaînes de communication classiques étaient coupées, et ils ne recevaient plus aucun ordre du haut commandement. Chaque homme, suivant son instinct, désirait mettre à l’abri sa famille et ses proches. Hawkins le comprenait tout à fait. N’ayant plus de famille, il avait décidé qu’il aiderait ses anciens frères d’armes et qu’il les protégerait du mieux qu’il le pouvait. Au fil des pertes et des désillusions, leur petit groupe s’était naturellement désagrégé. Certains décidaient d’eux-mêmes de se mettre à l’écart, craignant qu’un trop grand groupe n’attirerait que plus de rôdeurs. D’autres … eh bien d’autres sont tombés. Pour certains se sont relevés.

    L’ancien sous-officier était un habitué du combat et des zones de conflit. Il avait pas mal baroudé, et avait quelques tours d’opérations à son actif. Mais bien qu’il fantasmait sur une invasion de zombies à travers les différents jeux vidéos et films, ça n’en restait pas moins qu’un film. Mais il n’avait jamais pensé qu’outre tirer sur des cibles mouvantes, attacher un zombie pour en faire une cible pour couteaux à beurre et se servir d’un banjo comme arme de corps à corps ; certains de ces rôdeurs étaient ses anciens amis. Et il avait vu nombre d’anciens frères d’armes tomber, puis se relever pour se transformer en un de ses choses. Il avait vu des enfants, parfois en bas âge, essayer de le tuer. Quelque part dans sa tête, quelque chose avait fait le déclic. Même s’il avait pu être parfois choqué ou ému par certaines de ces créatures au début, désormais, il n’avait plus aucune pitié. C’était elles ou lui. Et il valait mieux que ce soit elles.

    Peter avançait sans but. Tout ce qu’il voulait, c’était se diriger vers le sud, ou vers l’est, afin de rejoindre la côte et d’emprunter un bateau. Hawkins était persuadé que s’il réussissait à atteindre une île, il serait en sécurité, sans aucune de ces choses autour. Alors s’il pouvait se la couler douce dans le Golfe du Mexique, les Bermudes ou les Caraïbes, autant le faire. Le militaire avançait à son rythme, marchant différentes distances chaque jour, en fonction du terrain et de la résistance qu’il rencontrait. Il avait depuis longtemps abandonné l’idée de descendre en voiture, l’essence faisait déjà cruellement défaut. Hors de question d’y aller à vélo également. Il n’avait aucune envie de se faire tirer comme un lapin alors qu’il pédalait, il avait toujours eu une idée beaucoup plus glorieuse de la mort.

    Hawkins venait de repérer une station-abandonnée sur le bord de la route. Après s’être assuré que la situation était sûre et qu’aucun rôdeur ne traînait dans les voitures abandonnées et dans les alentours, le militaire avança prudemment vers le petit magasin, M14 en main. Il n’avait que faire de l’essence qu’il pouvait avoir dans les pompes, il s’intéressait plus aux provisions qu’il pouvait espérer trouver. Après avoir fouillé de fond en comble la baraque, il ne trouva pas de quoi manger mais un butin bien plus intéressant : un ancien distributeur de cigarettes intact. Ni une, ni deux, la machine s’était mangée un coup de crosse, et Hawkins avait récupéré avidement son gain, blindant chaque espace libre de son sac des précieux paquets.

    Regardant l’heure, l’ancien militaire décida qu’il resterait ici pour casser la croute. L’avantage lorsqu’on allait à son rythme, c’est qu’on faisait des pauses quand on voulait. Il sortit une pomme volée d’un champ pas loin et croqua goulument le fruit. Il fallait savoir profiter de chaque petit instant comme celui-ci, après tout c’était peut-être le dernier. Mais un bruit de moteur vint interrompre son petit moment de répit. Aussitôt aux aguets, Hawkins se délesta de son barda pour prendre son fusil à pompe, se cachant derrière un des rayons du magasin de la station-service. Comme il s’en doutait, le véhicule s’arrêta, et le militaire pouvait entendre des pas se rapprocher de lui. Peter essayait de contrôler sa respiration, et de rester le plus immobile possible. Ce n’est qu’une fois qu’il entendit l’intrus farfouiller les étals de l’entrée qu’il essaya de se relever.

    Malheureusement, sa botte craqua un éclat de verre, et tout effet de surprise était désormais inutile. Hawkins arma sa pompe d’un coup sec avant de pointer l’individu qui lui faisait dos. « Tu mets tes mains en l’air et tu bouges plus. Essaie de jouer au con avec moi et je redécore la vitrine avec ta cervelle. » A cette distance, il ne pouvait pas le manquer. Même si l’intrus essayait de se la jouer Mad Max, il échapperait peut-être au gros de la déflagration, mais certains plombs l’atteindraient probablement. Son arme toujours en main, il avança vers l’individu et le retourna d’un coup sec, pointant son Remington vers son visage. Ses yeux s’écarquillèrent, il croyait voir un fantôme. Peter baissa aussitôt son fusil et un sourire apparut sur son visage. « Putain Capitiane, qu’est-ce que tu fous ici ? Hahaha, quand je pense que j’ai failli te flinguer ! ». L’ancien sous-officier se savait désormais en sécurité et retourna vers son sac. « P’tain, attends, on va fêter ça ! Cigarette ? » Le militaire lui sortit coup sur coup un paquet et une petite flasque, revenant vers lui. C’était pas très poli, il ne lui laissait même pas le temps de parler, mais en même temps, ça faisait un bail qu’il n’avait pas vu un visage familier. « T’as des nouvelles ? »

Revenir en haut Aller en bas

GRAPHISTE
avatar



Our home, our rules, respect them or
Bitches receive stitches
Trolls receive eighty-sixes

Stick around if you’re housebroken
Can’t hold your shit, hold your tongue, you got to go
Should you choose to react like an imbecile
You’ll in turn be treated so


× A propos du vaccin : :
OUI

× Âge du perso : :
38

× Localisation (+ avec qui) :
Partout et nul part.

× Avant, j'étais : :
Militaire.

× Messages : :
6146

× Points de vie : :
26

× Copyright : :
CARNAVAGE ( Avatar ) -SWAN ( Signature + gifs )

× Avatar : :
Tom Hiddleston

× Et ton p'tit pseudo ? : :
SWAN

WANNA SEE MORE ?

http://swanlive.livejournal.com/

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] - I aim to misbehave Mer 9 Juil - 16:42





I AIM TO MISBEHAVE
Flashback, Pv Peter. [ PNJ : Clarice et Fred]




Depuis combien de temps ça dure ? Noah tente tant bien que mal de compter sur ses doigts, fusil automatique calé sous son coude.

« - Putain … J'ai faim. Râle un homme de petite taille, Fred qu'il s'appelle. Enfin, il croit. Le grand blond ne fait plus vraiment attention. Tant de noms, tant de visages … Il est complètement paumé. Lèvres pincées, de dernier tire sur le col de son t-shirt. Il fait un froid de canard, l'hiver commence à faire rage et se montre impitoyable. Le bout de ses doigts protégés dans des mitaines sont complètement engourdis, et c'est à peine s'il sent le métal de son arme.

- Y a une station derrière ce bar, informe Clarice. Elle, il ne la connaît pas vraiment non plus. Clarice était dans la zone, et s'est portée immédiatement volontaire pour suivre le militaire hors du camp. Il la soupçonne de ne pas supporter les gens en général. C'est à peine si elle ouvre la bouche. La jeune femme n'a rien d'une militaire, pourtant, une force brute émane d'elle. Quelque chose de farouche. Et, pour l'avoir surprise une fois en pleine action, le survivant ne doute pas de ses capacités. Fred, lui, semble être plus du genre tête pensante. Un ingénieur, d'après ce qu'il a compris. La grande noire et lui viennent de le pêcher sur la route, il y à peine deux jours de ça.

Noah tourne le menton, scrutant les arbres, puis le chemin de goudron s'étendant à perte de vue.

- Ouais … Je l'ai vue aussi en repartant. On sait pas si y a des infectés alors, je préfère vérifier avant.

Pour toute réponse, le nain lui jette un coup d’œil septique, avant de repositionner son sac sur son dos.

- Y a pas de raisons que t-
- J'ai dit : Je vais vérifier avant, pigé ? Gronde-t-il, le coupant dans son élan.

Il a l'air d'un robot, et il en a conscience. Mais Noah n'a pas d'autres choix que de faire preuve d'autorité et de fermeté. S'il avait était du genre laxiste, il aurait perdu bien plus d'hommes encore durant toute sa carrière. Pour le moment, sa mission et simple, il doit ramener le plus de survivants possible dans la zone, en attendant que tout se calme et revienne à la normale. Mais est-ce seulement possible ? Le commandant a vu ce qui s'est passé, c'est bien plus grave que ça n'en a l'air. Lippes pincées, ses azures scrutent encore une fois le périmètre, avant qu'il ne tourne les talons.

- Clarice, le coin est calme, mais fais attention, d'accord ?
- Pas de problème.

Noah leur jette une dernière œillade, avant de contourner vivement le grand bâtiment. Par chance, aucun rôdeur ne traîne dans le coin. Ces saloperies infestent les grandes villes, mais Noah doute que cela dure une éternité. Bientôt, les campagnes deviendront aussi dangereuses que les métropoles. Le militaire avise effectivement ce qui ressemble à une station laissée à l'abandon depuis un bon moment maintenant, et c'est le ventre plus vide qu'il ne le soupçonnait qu'il s'engouffre à l'intérieur, non sans garder une oreille attentive. Le moindre bruit, la moindre ombre, et il est prêt à dégainer. Noah avise les rayons, cherchant des restes de nourriture. Mais, visiblement, certains sont déjà passé dans le coin. Et c'est avec un soupire d'agacement qu'il s'empare d'un misérable paquet de chips périmées depuis une semaine. Paquet qu'il lâche bien vite, lorsque dans son dos, un claquement sec fait vibrer chaque nerf de sa carcasse tendue. Pourtant, Noah n'a pas le temps de lever son arme, que, déjà, une voix explose dans son dos tout en l'avertissant. Sa cervelle sur la vitrine ? Quelle putain de prose ! Mais, Noah, tout en serrant les dents, plisse ses arques sur ses azures froides. Cette voix lui dit vaguement quelque chose … Lentement, ses talons pivotent sur eux-même, tournant sa bouille intriguée vers le responsable. Mains en l'air, Noah manque de perdre sa mâchoire. Putain, Hawkins !

- … Bah merde, si je m'y attendais ! S'exclame ce dernier tout en scrutant le militaire qui, tout en joie, ne s'arrête plus de jacasser. Peter tout craché. Ce dernier lui propose une clope, retourne à son sac, et s'empresse déjà de demander des nouvelles. Il faut un moment à Noah pour digérer les faits. Peter est vivant, et ça lui fait vraiment plaisir. Mais quelque chose au fond de lui est en train de crever. Une petite voix qui n'a de cesse de lui répéter : Ce n'est pas Auregan …

Le militaire secoue le menton, baissant ses coudes pour passer ses deux immenses pattes sur son visage. Il est crevé, son ventre n'en peux plus de réclamer des vivres, et le stress l'empêche de fermer l’œil. Mais malgré tout, il garde le sourire. Ses babines s'étirent, et c'est avec joie qu'il accepte l'une des cigarettes que lui tend Peter.

- Des nouvelles … Ouais, beaucoup. Mais pas que des bonnes, Hawkins, pas que des bonnes … Soupire-t-il, se détendant légèrement tandis que sa clope s'embrase. Il tire une longue goulée de nicotine, soupirant d'extase avant de continuer : J'suis pas seul, deux survivants sont avec moi. Je recherche le plus de monde possible pour les ramener. Et toi ? T'es en solo ? Ou accompagné ? »

Un énième sourire s'affiche sur sa bouille aux prunelles brillantes. Ouais, il est vraiment content de revoir une tête connue. Surtout ce trou du cul de Peter.




_________________


Dernière édition par Noah G. Campbell le Mer 23 Juil - 15:44, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] - I aim to misbehave Ven 11 Juil - 0:35

    Après lui avoir donné une cigarette, Peter revint vers ses affaires pour les ramener vers le rescapé. Une fois à sa hauteur, l’ancien militaire se laissa doucement glisser vers le sol, s’adossant au rayon, afin de faire face à Noah, écoutant religieusement ce qu’il avait à lui dire. Comme il pouvait s’y attendre, les nouvelles n’étaient pas bonnes. Cela n’affecta pas Hawkins, qui se doutait bien que la situation était désespérée, au vu de ce qu’il avait croisé ces derniers jours. Peu avant la fin des émissions radios ou télés, les rares informations indiquaient que le virus était à l’échelle mondiale, et que l’humanité était probablement amenée à disparaître. Certains qualifiaient même les évènements de jugement dernier. Le sous-officier avait beau être un fataliste farouche, il n’allait pas non plus leur faire plaisir en mourant. Il comptait bien tenir le plus longtemps possible, mais en aucun cas il se voyait jouer les Adam dans un avenir proche.

    « Ouais, je suis tout seul. » Il laissa planer un silence, repensant aux évènements passés. « Tu sais, moi, ma famille est morte il y a deux ans, alors j’étais plutôt tranquille. J’avais personne, pas d’attaches. A part mon chien. » Peter alluma à son tour une cigarette, avant de fouiller dans ses affaires et de sortir une des pommes qu’il avait cueillie la veille, la lançant à son ancien supérieur. « C’est tout ce que j’ai pu trouver ces derniers jours, alors savoure. Putain, quand j’y repense, j’avais confié mon chien à ma voisine. Et cette conne l’a perdu. Elle était physiquement intelligente, mais faut croire que le reste suivait pas …. » Hawkins savoura la bouffée de nicotine qu’il venait d’aspirer avant de poursuivre. « Sinon, j’étais encore avec Cortez y a deux semaines. Tu sais, le caporal de la compagnie Fox. Enfin, ça n’importe plus. Il est mort. » Peter l’avait achevé lorsqu’il s’était fait mordre. Le portoricain l’avait supplié de le laisser en vie, il s’était même mis à genoux. Hawkins savait qu’il était foutu. Il n’avait dès lors plus aucun état d’âme. Il avait tiré. Et il espérait que quiconque fasse la même chose si jamais ça devait lui arriver. « Quant aux autres .. ceux que j’ai quitté en vie et qui sont restés avec leur famille. Je ne sais pas s’ils s’en sont tirés, et à vrai dire, je ne pense pas. Enfin, j’ai pas faire demi-tour pour vérifier non plus, le coin doit être infesté. Toutes les villes plus ou moins grandes que j’ai traversé sont envahies par des milliers de ces choses. Alors je les évite comme la peste, je préfère rester sur les petites routes et récupérer ce que je peux dans des villages ou des fermes. »

    Hawkins repensa à son périple qui l’avait emmené jusqu’ici. C’était loin d’être glorieux. L’humanité se révélait sous son vrai visage, et ce n’était pas son meilleur côté. Il n’y avait plus aucune entraide, c’était la loi de la jungle. Un soir, il a failli être surpris par un groupe de survivants en véhicules, armés comme s’ils partaient en guerre. Il s’est bien gardé de les arrêter pour demander son chemin, étant tombé sur des charniers dans des maisons. Et ce n’étaient pas des rôdeurs qui les avaient tués, mais bels et bien des hommes, au vu des blessures. S’ils se mettaient même à se tuer entre eux maintenant, ils n’étaient pas sortis de l’auberge. Peter sentit une brûlure au niveau de la jointure de ses doigts. Perdu dans ses pensées, il sortit de sa torpeur grâce à sa cigarette qui s’était consumée. Il éteignit le mégot au sol d’un geste rageur, avant de relever le visage vers Noah. « Bon, et c’est qui les deux pinpins que tu te coltines la ? Je les connais ? » Avec de la chance, l’un d’entre eux était peut-être un des gars de leur unité. Une bonne nouvelle pouvait parfois en amener une autre. Hawkins fronça les sourcils, se remémorant de ce que venait de lui dire son ancien supérieur. « Attends, attends .. tu veux les ramener où là, j’ai pas tout suivi …. C’est quoi ton plan ? » Peter ouvrit sa flasque, en but une rasade avant de la tendre à Campbell. « Enfin, si t’as un plan…. » conclut-il avec un sourire.

    « Si jamais, j’avais prévu de tailler la route vers l’est, ou vers le sud. Atteindre la côte, voler un bateau et mettre le cap sur une île. Si possible avec de belles plages et un bon stock de rhum, ça pourrait pas être pire qu’ici. » Ce n’était qu’une ébauche de plan, mais Peter n’avait rien de meilleur en stock. Et puis, il trouvait que ça tenait la route. C’était toujours mieux que d’aller se terrer dans une grotte ou dans un pseudo fort retranché dont les défenses peuvent autant régler le compte des rôdeurs que sceller le sort des survivants en cas d’intrusion….

Revenir en haut Aller en bas

GRAPHISTE
avatar



Our home, our rules, respect them or
Bitches receive stitches
Trolls receive eighty-sixes

Stick around if you’re housebroken
Can’t hold your shit, hold your tongue, you got to go
Should you choose to react like an imbecile
You’ll in turn be treated so


× A propos du vaccin : :
OUI

× Âge du perso : :
38

× Localisation (+ avec qui) :
Partout et nul part.

× Avant, j'étais : :
Militaire.

× Messages : :
6146

× Points de vie : :
26

× Copyright : :
CARNAVAGE ( Avatar ) -SWAN ( Signature + gifs )

× Avatar : :
Tom Hiddleston

× Et ton p'tit pseudo ? : :
SWAN

WANNA SEE MORE ?

http://swanlive.livejournal.com/

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] - I aim to misbehave Sam 12 Juil - 16:21





I AIM TO MISBEHAVE
Flashback, Pv Peter. [ PNJ : Clarice et Fred]



C'est non sans plaisir que Noah tire plusieurs lattes sur son bâton de nicotine. On a toujours été lui dire que fumer tuait. Et aujourd'hui, les morts reviennent à la vie. Alors, vraiment, il en a rien à foutre. Le grand blond écoute attentivement ce que Peter a à lui dire. Depuis plusieurs semaines, il a du arriver beaucoup de choses à son ancien camarade. Comme pour tout le monde. Certains gardent espoir, pourtant, Noah se doute qu'ils sont dans une sacrée merde. Et c'est tout en soupirant qu'il constate que les choses ne devaient pas être bien faciles non plus, pour Peter. Lorsque ce dernier lui apprend pour la mort de sa famille, Noah fronce les sourcils. Parfois, lorsqu'ils avaient des permissions, les deux hommes sortaient avec d'autres types du régiment. Mais, jamais ils n'abordaient les choses personnelles. En vérité, ils passaient plus de temps à picoler, fumer et draguer dans les bars. Noah n'aura toujours été que témoins de la folie de Peter et de son excentricité. Mais ça leur allait à tous les deux. Alors, c'est avec un certain embarra qu'il digère l'information.

« - Désolé de l'apprendre, vieux. Lâche Noah en se grattant l'arcade, avisant une volute de fumée passant devant ses rétines javellisées.

Et il parle autant pour la famille d'Hawkins, que pour Cortez. Il ne le connaissait pas bien mieux, si ce n'est encore moins. Noah avait, depuis un incident ayant manqué de coûter la vie de Peter, une affiliation plus particulière avec lui. Le militaire avait vraiment cru que Peter allait lui lâcher dans les pattes, ce jour-là. Et depuis cet événement, les deux hommes s'étaient rapprochés. Sans avoir besoin de mots. Tout était dans les gestes, ou une simple parole. Une confiance mutuelle. Leur familiarité en témoigne. Peux d'hommes pouvaient se permettre de s'adresser à Campbell d'une telle manière. Au fond, une amitié est née entre ces deux-là.  Une chance, quand on connaît le dégoût d'Hawkins pour l'autorité. A se demander comment il a fait pour survivre à l'armée sans se faire radier. Sûrement grâce à son talent et à ses capacités. Oui, Noah a vraiment besoin de Peter à ses côtés, surtout avec les temps qui courent. Mais étrangement, le commandant ne se sent plus comme son supérieur. Il se sent à peine comme un militaire, mais seulement comme un homme rongé par l'instinct de survie, prêt à tout pour survivre. A ses dernières interrogations, Noah lève le menton tout en levant un sourcil. Peter ne lui laisse pas le temps de répondre, qu'il enchaîne déjà sur la suite. Et Noah le laisse déblatérer, avant de répondre dans l'ordre :

- Clarice et Fred, je vais te les présenter. Et évite de faire chier Fred, tu comprendras en le voyant. L'avertit-il à propos du nain. Pourtant, il se doute que Peter risque d'avoir du mal à garder ses piques pour lui. … Et surtout Clarice, elle est … Pas commode. Indique-t-il, cherchant le mot juste. Pas commode … C'est un putain d'euphémisme. Puis, tout en jetant le mégot au sol pour l'écraser d'un coup de Rangers, Noah poursuit : Et oui, Peter, j'ai un plan. Il y a une zone. J'y étais, mais on m'a envoyé à la recherche du plus de survivants possibles. C'est la mission que j'ai accepté, et on était pas beaucoup. On a récupéré Fred avec Clarice sur la route, y a deux jours.

Puis, tout en pinçant les lèvres, Noah de détache de l'étagère, se redressant de tout son long pour aviser Hawkins.

- Tu sais, tu serais vraiment utile … Je veux dire, t'as les compétences. On se connaît depuis quand maintenant ? … Un bon paquets d'années. C'est difficile de faire confiance à qui que ce soit, ces derniers temps. Ca m'étonnerait même pas que t'es eu le temps de faire affaire à de grands malades sur la route. Les gens révèlent leurs vraies natures …  Se lamente Noah, tout en tournant le menton vers l'entrée de la station. La porte grande ouverte ne laisse filtrer que l'air et le silence. Mais Noah sait que ça ne durera pas. Ca ne dure jamais. Il doit savoir se montrer persuasif, sans être trop insistant.

- Je vais te présenter aux autres, ok ?  A toi de voir ce que tu veux faire. Tu peux faire un tour avec nous, et si jamais tu décides que ça te conviens pas … »

Et c'est volontairement qu'il laisse planer la suite, tout en détaillant les traits de son frère d'armes. Après tout, il a toujours été doué pour décrypter le langage du corps.



_________________


Dernière édition par Noah G. Campbell le Mer 23 Juil - 15:45, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] - I aim to misbehave Lun 14 Juil - 15:58

    Hawkins écouta dans un silence religieux son ancien supérieur. Ainsi il existait une zone sûre quelque part en Amérique. Cela ne l’étonna pas, mais les dernières zones sûres dont il avait entendu parler étaient toutes tombées les unes après les autres. La plupart étaient généralement des camps de l’armée américaine qui recueillaient les survivants et qui les protégeaient. Peter avait été dans une de ces zones au début des évènements, et il avait failli ne pas en revenir vivant. Alors les rares fois ou il avait pu entrevoir ou apercevoir des indices menant à ces soi-disantes zones sûres durant son périple, il avait préféré les éviter. Il savait qu’elles étaient déjà condamnées. Pourtant, le sous-officier se mit à douter. Si Noah lui en parlait, c’est qu’il était sûr de lui. Pour avoir combattu aux côtés de l’ancien officier, Hawkins savait pertinemment qu’il ferait tout pour ne pas mettre la vie de ses hommes en danger, et encore moins la vie de civils. Alors pourquoi pas ?

    Il repensa à son plan. Les Caraïbes, c’était bien pour la retraite, mais qu’est-ce qu’il ferait après s’être enfilé quelques pinacoladas  et glandé quelques heures dans un hamac ? Affiner son bronzage ? Se construire un ami imaginaire avec un ballon de volley-ball ? Seul, Hawkins n’était utile en rien, ni à personne. Aux côtés de Campbell, il pourrait bien faire quelque chose d’utile. De plus, le militaire avait déjà croisé les grands malades dont parlait Noah. Seul, il ne pouvait opposer aucune résistance, si ce n’est un quelconque futile baroud d’honneur. Il avait d’ailleurs remarque que plusieurs de ses bandits portaient des treillis de l’armée américaine. Bien qu’il supposait que d’anciens soldats aient pu rejoindre leurs rangs, il s’imaginait également qu’ils faisaient ça afin de tromper la vigilance des survivants, qui, en voyant des uniformes, pourraient se croire en sécurité et dévoiler leurs positions.

    Hawkins se releva et partit chercher son barda de l’autre côté des rayons. Il planta ses yeux dans ceux de Campbell. « Ok, je marche. De toute façon, j’ai rien de mieux à faire. Et puis si ça me plait pas, tu sais très bien que je ne te demanderai pas ton autorisation pour me faire la malle. » Le militaire réajusta son paquetage et ses armes avant de suivre Campbell en silence. Ils progressèrent discrètement à travers les rues et les routes encombrées de voiture. Par réflexe, Peter ne pouvait pas s’empêcher de laisser traîner ses yeux afin d’essayer de voir s’il n’y avait rien à récupérer sur la route. Que ce soit de la flotte ou des provisions, ou mieux encore, des munitions. Les deux anciens militaires finirent par arriver vers ce qui devait être un ancien bar. Il était tout de même curieux et pressé de rencontrer d’autres survivants, ne serait-ce que pour voir d’autres visages.

    Noah franchit la porte en premier, tandis qu’Hawkins reste quelques instants seuls dehors. Il scrute minutieusement les environs, tous ses sens en éveil en attendant que Campbell lui fasse signe de rentrer. Un peu de prudence n’a jamais tué personne. Bien au contraire. Le militaire, invité par son ancien officier, finit par rentrer à son tour dans le bar et il lui faut quelques secondes pour que ses yeux s’habituent à l’obscurité ambiante. Il essaie de mémoriser les lieux, et de repérer les éventuelles issues avant de lâcher un « Salut » sans vraiment prêter attention aux gens qui sont dans la salle. Ce n’est que lorsqu’il pose enfin son regard sur les dénommés Fred et Clarice qu’un rire s’échappe de sa gorge. « Putain, Campbell, on s’est quand même retrouvés dans des situations tordues, toi et moi, mais là, c’est quand même la cour des miracles ton équipe ! »

    Un nain et une femme. Voilà les seuls survivants de ce monde Hawkins secoue la tête avant de poser son sac contre le comptoir. Un nain. Un putain de nain. Et une femme, noire, et qui semblait aussi sympathique qu’une lionne. Voilà dans quoi il s’embarquait. Il passa derrière le comptoir pour saisir un verre, plein d’à prioris dans la tête. Sans se rendre compte qu’il se comportait en parfait connard, Peter essaya tour à tour les différents robinets de bière pression, sans succès. Il ne devait plus y avoir de gaz, probablement. Loin de se laisser abattre, il se saisit d’une bouteille de Jameson qui traînait sur une des étagères et se servit un verre, avant de s’allumer une cigarette. Profitant du délicieux mélange de malt et de nicotine, il se retourna vers le groupe de rescapés. « Bon … vous savez vous battre au moins ? » leur demanda-t-il avec un léger soupçon de mépris et de dédain.

    Ce n’était pas son genre de se comporter ainsi . Mais peut-être était-ce dû à la déception du militaire qui s’attendait à ce que Noah se soit entouré de personnes qui aient au moins l’air compétentes. A les voir ainsi, il se demandait comment il avait fait pour survivre aussi longtemps. Lorsque Campbell lui avait évoqué les survivants, il s’attendait à rencontrer d’autres anciens soldats, au moins des gens qui n’iraient pas ralentir leur progression.
Revenir en haut Aller en bas

GRAPHISTE
avatar



Our home, our rules, respect them or
Bitches receive stitches
Trolls receive eighty-sixes

Stick around if you’re housebroken
Can’t hold your shit, hold your tongue, you got to go
Should you choose to react like an imbecile
You’ll in turn be treated so


× A propos du vaccin : :
OUI

× Âge du perso : :
38

× Localisation (+ avec qui) :
Partout et nul part.

× Avant, j'étais : :
Militaire.

× Messages : :
6146

× Points de vie : :
26

× Copyright : :
CARNAVAGE ( Avatar ) -SWAN ( Signature + gifs )

× Avatar : :
Tom Hiddleston

× Et ton p'tit pseudo ? : :
SWAN

WANNA SEE MORE ?

http://swanlive.livejournal.com/

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] - I aim to misbehave Ven 18 Juil - 11:33





I AIM TO MISBEHAVE
Flashback, Pv Peter. [ PNJ : Clarice et Fred]



Noah pense avoir usé des mots justes, pour convaincre Peter. Bien qu'au fond, la conjoncture actuelle et leur passé en commun lui facilitent grandement la tâche. Le militaire avise en silence son ancien camarade, tout en terminant la clope qu'il jette sous sa botte par la suite. Et le grand brun semble prêt à le suivre, sans la moindre hésitation, ce qui lui arrache un léger sourire ravi. Avoir Peter à ses côtés ne peut que l'aider. Noah agrippe les pauvres paquets de chips abandonnés sur l'étagère dans son dos, songeant que ce sera toujours mieux que rien. C'est donc à deux qu'ils joignent la route, pour filer droit vers le bar. Le survivant a peut-être prévenu Peter de ne pas jouer au con, mais instinctivement, ce dernier sait qu'il sera tout bonnement incapable de discerner le bon du mauvais dans ses paroles. Peter a toujours été comme ça, dépourvu de filtre à conneries.  Sur la route déserte, seules des carcasses de voiture et des prospectus traînent. Toujours pas de rôdeurs, c'est une chance sur laquelle il ne sait ne pas devoir compter trop longtemps. Une fois devant la devanture du bar miteux, Noah se détourne. Cette vision lui rappelle étrangement Shawn of the dead. La belle affaire, il espère bien ne pas se faire attaquer et rester coincé ici.

« - … Bon, Tu peux attendre ici deux minutes ? Je vais déjà leur parler, fait-il en jetant un coup d’œil au militaire, avant de tourner les talons pour se diriger droit dans l'ancien sanctuaire d'alcools.

A peine a-t-il le temps de poser un pied sur le seuil, que deux têtes se tournent vers lui, revêches et impatientes.

- Alors ? T'as trouvé quoi ? S'enquiert aussitôt Frederick juché sur un tabouret, sous le regard inquisiteur de Clarice.
- Pas ce à quoi je m'attendais, lâche-il en lançant les paquets d'apéritifs au nain, tout en se débarrassant de son sac pour venir le poser sur le comptoir. Ses deux compagnons d'infortune se tournent vers lui, attendant clairement la suite. J'ai trouvé … Quelqu'un, commence-t-il alors, tout en avisant Fred ouvrir l'un des paquets, Clarice elle se contente d'être appuyée contre le comptoir, tout en le scrutant de cet air ennuyé qui ne la quitte jamais. On ne peut pas dire qu'elle soit du genre bavarde. Noah lève l'une de ses immenses pattes, qu'il noue dans sa crinière avant de soupirer : Ecoutez, ce type était sous mon commandement avant toute cette merde, il est pas méchant, juste un peu con sur les bords et un peu taré. Mais c'est un bon gars, il nous aidera et il pense m'en devoir une. C'est ... C'est un très bon ami à moi.

Noah a beau dire à Peter qu'il n'a aucune dette envers lui, ce dernier a toujours refusé de l'écouter. A son grand agacement. Il n'avait fait que son devoir, comme n'importe qui à sa place.

- Et donf' ? Lâche Fred, la bouche pleine de chips.
Le militaire baisse ses prunelles, ne pouvant retenir un sourire face à la vision que lui offre cette drôle d’énergumène, avant de reprendre :

- Et donc … Vous verrez bien. Faut le voir pour comprendre, mais autant vous prévenir, il voit ce que ça donne, et si ça lui va pas : Il se tire.

- Bon ... Fais voir le morceau. Ironise Clarice, à la grande surprise des deux hommes.
- Ok … Peter ? Tu peux venir ! L'invite Noah par-dessus son épaule.

Et à peine a-t-il montré sa trogne, qu'une expression de stupeur passe sur ses traits. Noah le voit aviser Fred, ses lèvres tremblants légèrement. Ce con ne va quand même pas de mettre à éclater de rire, si ? Puis, dès que ses azures se pose sur la jeune femme, un rire tonitruant s'échappe d'entre ses lèvres. Noah lâche un râle agacé, tout en plantant ses mains sur ses hanches. Ses globes roulent jusqu'au plafond, tandis qu'il pince les lèvres. Et comme il s'y attend, Peter lance aussitôt le mode automatique du parfait connard éhonté. Ce dernier se précipite vers le bar, cherche un verre potable, et s'en serre une bonne rasage, tout en lorgnant le trio. Complètement gouailleur, il n'en fini plus d'asséner sa répartie cinglante. Du coin de l’œil, il voit même ses deux compagnons qui l'encerclent lui jeter des regards accusateurs. Putain, ils étaient prévenus ! Tous autant qu'ils sont. Noah lance un regard noir à Peter, conscient que ce dernier ne pense même pas à mal.

- Peter, tu p- Commence-t-il, coupé par un mouvement sur sa gauche. A peine a-t-il le temps de tourner le menton, que Clarice se déplace déjà pour contourner le comptoir. Pourtant, sa démarche est parfaitement calme, loin d'être menaçante. Elle a quelque chose de félin. D'ici, il n'arrive pas à voir l'expression de la grande noire, mais ça ne lui dit rien qui vaille. C'est seulement une fois de l'autre côté, qu'il distingue son sourire de profil. Fred, qui ne la connaît que depuis deux jours, semble tout autant s'attendre au pire, tandis que Peter lui, est sûrement loin de se douter de ce qui  se trame dans la tête de cette grande revêche au caractère indomptable. Sa silhouette longiligne et fine est déjà derrière le bar, tandis que la main de Clarice vient prendre le verre dans celle de Peter. Elle a rongé la distance entre eux, assez pour le frôler. A ses lèvres, cette dernière porte la liqueur, goûtant tout en levant le menton, sans un regard pour la bouteille posé  à l'abri des regards de Fred et Noah.

- Jameson, 18 ans d'âge … Diagnostique-t-elle d'une voix neutre, sans même vérifier ses dires. Pas mal, mais ça vaut pas un bon Ardbeg ou un Yamazaki.

La tirade arrache un haussement de sourcils jusqu'à la racine des cheveux à Noah. Il n'est pas vraiment aussi macho que Peter, mais il doit avouer n'avoir jamais vu d'amatrice de Whisky chez la gente féminine, et Clarice n'est clairement pas une débutante dans son genre. Il en oublie totalement le caractère intrépide et imprévisible de celle-ci, qui en deux mouvements, a déjà eu le temps de poser le verre avant de se positionner de profil face à Peter. L'mpulsion et rapide, trop fluide pour être perceptible. En un battement de cil, le coude frêle de la noire s’abat déjà sur le nez de Peter, tandis que son assaillante détourne les talons sans plus un regard, reprenant son automatique à la volée avant de foncer dehors.

- Je vais prendre l'air, ça sent la crevure ici.

Silence, seul un râle parvient à ses oreilles, puis le sifflement admiratif et moqueur de Fred, qui saute de son tabouret avant de rejoindre la lionne dehors.

- J'ai les aptitudes pour replacer ton nez, lâche-t-il par-dessus son épaule, dommage qu'il soit trop haut. Je peux pas l'atteindre ! Et de disparaître derrière la porte.

Les lèvres de Noah tremblent à leur tour, et c'est sans pouvoir se contenir qu'il éclate de rire. Il en a même quelques larmes, et doit se maintenir au bar tout en fixant le nez ensanglanté de Peter.

- Faudra pas dire que t'étais pas prévenu ! » Parvient-il à articuler entre deux inspirations. Ce con l'a vraiment bien cherché. Des baffes, Peter s'en est prise. Mais jamais encore une femme ne lui avait péter le nez comme ça.

Au fond, c'est de bonne guerre.



_________________
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] - I aim to misbehave

Revenir en haut Aller en bas

[FLASHBACK] - I aim to misbehave

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS-