[PV Elena] ~ Mission to Nowhere…
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
Le 10/11/2016 : le forum a quatre ans & sa saison 5 est mise en place. Le 27/08/2017 : 24ème version du forum installée. Les awards & autres nouveautés sont à consulter ici.
Oh la la qu'est-ce que vouuuuus aiiiiiime !! coeurrose lele Et si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ?

Partagez| .

[PV Elena] ~ Mission to Nowhere…

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: [PV Elena] ~ Mission to Nowhere… Dim 17 Aoû - 12:21




C’était vraiment le pied de profiter d’un lit de camp ! J’avais passé toute ma journée d’hier à bricoler et réparer des barricades et des véhicules blindés avec des bricoles. Accompagné des petites mains de la Zone, j’avais eu à préparer les voitures disponibles pour les expéditions prochaines, et malgré toutes les conversations que je pouvais surveiller d’une oreille, je n’avais pas eu vent de convoi qui partirait à la recherche de ressources avant le lendemain. Grommelant, je continuais à bosser avec acharnement, me jurant que je ferai partie de l’expédition de demain. Deux jours que j’étais là, et déjà, je commençai à me poser des questions. Est-ce que j’avais bien fait ? J’étais logé et nourri, je participais à l’effort commun pour avoir un camp toujours plus solides et des outils toujours plus efficaces, a vie était presque trop douce pour moi… J’en venais à regretter mes longues heures de solitude dans mon vieux tacot. Que j’avais d’ailleurs retrouvé réparée et blindée à grand renfort de plaques métalliques et de vis ! Un pare-buffle offrait même le luxe d’étaler un peu de chair morte sur le capot et le pare-brise !
Bref, moi qui voulait rester à l’écart tout en baignant dans la foule, je commençais à avoir ma dose. J’avais besoin de sortir.

Le soir, après une longue, longue journée de bricolage, je me laissai tomber sur mon pieu après avoir discrètement vérifié que toutes mes affaires étaient encore là.


- Pourquoi…Pourquoi tu m’as laissé tomber..?

Je bondis en arrière tandis que le corps d’Ailin reprenait du tonus. A deux mètre d’elle, je me sentais soudainement figé alors qu’elle se relevait difficilement, s’arquant de manière bizarre. Sa tête retombait sur le côté, ses cheveux auburn venaient voiler un visage que je n’avais pas envie de voir.

Mon cœur accéléra.

Autour de moi, une brume épaisse m’empêchait de voir plus loin qu’Ailin et la flaque d’eau. Cette putain de flaque d’eau de merde…

Je me sentis respirer le plus fortement du monde, sur le point de crier. Ouvrant la bouche sans pouvoir émettre aucun son. La fille fut soudainement à cinquante centimètres de moi.

- Ailin… je…
- Pourquoi… tu m’as… laissé… tomber..?

Sa tête se balançait de droite à gauche  dans un mouvement hypnotique. Ses bras accompagnaient le mouvement, comme des contrepoids. Soudainement, l’un d’eux se décrocha, et pourrit instantanément en tombant au sol. Je regardais un instant le membre avant de revenir à son visage. Et comme d’habitude, je retrouvais celui-ci tuméfié, pâle. Pire : une partie de son crâne avait été violemment enfoncée, et je savais bien qui était le responsable d’un dégât pareil.

Mais je n’eus pas le temps de me débarrasser de ce cauchemar, parce qu’Ailin, bien qu’en train de se décomposer sous mes yeux, usa de son bras pour m’attraper violemment à la gorge et avancer une gueule si grande ouverte que la mienne rentrait parfaitement à l’intérieur.



Je m’arrachai à mon cauchemar dans un sursaut affreux. Le type à côté de moi était accroupi et me tapotait l’épaule en m’appelant doucement. J’étais couvert de sueur. Je le regardai pendant une seconde, cherchant peut être à savoir si c’était aussi un zombie, si j’étais dans le camp et si aucun macchabé n’était sur le point de me dévorer.

- Du calme, mec, du calme…

Sa voix, bien que sans aucun charme, me rassura sur ses capacités cognitives et le silence qui régnait autour, brisé par quelques ronflements, acheva de me détendre.

Foutu cauchemar…

Il fallait croire que revoir la première Aileen avait attisé les souvenirs de la deuxième…

Je me calais de nouveau dans mon petit lit de camp et passai une main derrière ma tête. Le plafond et moi nous dévisageâmes pendant de longues minutes avant que la fatigue ne m’emporte à nouveau dans un sommeil qui fut beaucoup calme…



Je m’étais à peine levé qu’un homme s’était approché de moi, me disant que je si j’avais demandé à participer aux expéditions pour récupérer des ressources, je devais me pointer au réfectoire à dix heures tapantes. J’acquiesçai pour dire que j’avais compris avant d’aller prendre une petite douche sans prétention et de me saper avec un tee-shirt, un pull léger, un jean et mes éternelles Timberlands, pompes que j’avais appris à apprécier très jeunes pour leur confort et leur solidité sans égal. Je planquai le peu d’affaires que j’avais – surtout mes paquets de Spéculos clandestins ! - pour ne pas tenter les kleptomanes et je quittais les lieux en vitesse. Je retrouvais les autres résidents du camp dans la cantine pour un petit déjeuner solide mais très peu varié.

Je m’offris de quoi bien remplir mon estomac de grand sportif survivant à une épidémie de zombies, assis seul à une table, regardant autour de moi en mâchant tranquillement ma pitance. Des gens se regroupaient instinctivement pour discuter à voix basse, certains parlaient des futurs travaux de la journée, d’autres de la prochaine ronde, certains se demandaient quand allaient arriver d’autres personnes…

Beaucoup d’entre eux me jetaient des regards suspicieux et faisaient des remarques à leur voisins, j’étais reconnus par plus de gens que je ne pensais, ici… Il y avait donc tant de San-Franciscains dans ce camp ? Je restais de marbres face aux rumeurs qui semblaient circuler dans la salle. Mais au fond, la plupart des gens étaient comme avant-hier : à bouffer les uns à côté des autres en se regardant en chien de faïence… Et ça m’allait très bien.


Arrivées les dix heures de la réunion, je cessai de trainailler dehors et retournai au réfectoire pour la fameuse réunion. Au milieu de la grande pièce vide, quatre hommes et une femme siégeaient comme des marines sur le point d’entamer une mission périlleuse qui remettait en question la survie du monde civilisé. Je les saluai d’un signe de tête et vins m’asseoir à côté d’eux. L’ambiance était calme, presque joviale… En tout cas entre les quatre gus qui se penchaient sur un plan de la région crayonné de rouge.
Assis en face d’elle, je commençais à contempler ses jolis yeux lorsque je fus arraché à mon petit loisir.

- Alors, c’est toi le petit nouveau ! lâcha un des mecs avec une voix grasse, riante.

Il me mit une accolade comme si on était les meilleurs amis du monde. Ne voulant pas briser leur humeur joyeuse tout de suite, je ne relevais pas son geste trop amical pour moi et émis un petit sourire absolument hypocrite.

- Wouhouhou ! Quel accueil ! Vous savez, j’ai juste vu de la lumière et je suis entré ! Mais j’ai entendu dire qu’aujourd’hui y avait sortie scolaire ! Allez, les mecs, dites-moi tout !

Autant les diriger le plus vite possible sur ce qui nous intéressait vraiment…
Revenir en haut Aller en bas

[PV Elena] ~ Mission to Nowhere…

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS-