(Skylar) + walk like an egyptian - Page 2
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
Le 10/11/2017 : le forum a CINQ ans & sa saison 6 est mise en place. Nouveautés à découvrir ici (le tout accompagné d'un recensement au passage obligatoire).
ON VOUS AIME TEEEELLEMENT !! coeurrose lele Si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ? (Ouais on vous achète et alors ? /PAAN/)

Partagez| .

(Skylar) + walk like an egyptian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: (Skylar) + walk like an egyptian Mar 28 Oct - 13:47

Naël & Skylar

« Walk like an egyptian »


 


Bloquer les portes ? Aux dernières nouvelles, Skylar ne savait pas voler et il était fort peu probable que Naël cache un avion dans sa poche pour pouvoir se barrer en vitesse ! Franchement ces saloperies avaient le chic pour pousser la blonde à s'énerver. Comment s'évader s'ils fermaient toutes les portes ? C'était impossible. Ils étaient paranoïaques au point de devoir bloquer des portes sans pour autant être sûrs que quelqu'un se cachait bien dans le bâtiment . Bon c'était difficile d'en douter étant donné que les rôdeurs ne s'étaient pas suicidés ! Bordel de merde ces cons auraient la peau de la demoiselle et très probablement celle de Naël. La blonde refusait de reconnaître que c'était plutôt ingénieux de la part de ces... survivants ? La blonde ne savait même pas comment définir ces mecs ou ce groupe ! Des malades ? Des dégénérés ou bien des cannibales ? Putain comment faire la différence entre ceux qui étaient normaux. La demoiselle préférait mille fois tuer ces gens plutôt que de découper un rôdeur en deux. Les rôdeurs étaient des victimes et ils ne choisissaient pas de devenir ce qu'ils étaient là. Skylar n'avait pas le moindre remords vis-à-vis de ces gens, pourtant elle tuait les rôdeurs et pas eux. Pas un seul humain, elle n'avait jamais tué un seul humain de peur de ne jamais s'en remettre. C'était un raisonnement qui ne possédait pas de réel sens, elle se contentait de suivre cette règle de conduite : ne pas tuer un humain. Un jour cela changerait, encore une fois la demoiselle remettait cette règle en doute. Mais l'esprit humain semblait toujours avoir une certaine valeur que personne n'accordait aux rôdeurs qui n'étaient plus rien. C'était en cela, que c'était plus facile de tuer ces derniers : ils n'étaient rien. Que des cadavres qui marchaient sans réels objectifs ou envies.


Naël semblait tout aussi incapable de comprendre la situation actuelle qui se voulait particulière. Il fut le premier à trouver une idée, un plan B – ou plutôt Z étant donné la situation – pour envisager la possibilité de sortir vivant de cette merde. Elle n'était pas forcément totalement pour cette idée qui s'annonçait visiblement foireuse. En effet, cela signifiait s'enfoncer dans les méandres de cet endroit et la blonde n'était pas nécessairement pour cette hypothèse et elle ne voulait pas forcément en découvrir plus, mais visiblement, Naël était bien motivé pour mettre en place son idée. De toute manière, l'archère n'avait rien de mieux à proposer. « Oui sauf qu'on risque aussi bien de se perdre dans cette merde, en plus si d'autres rôdeurs de ce type se cachent un peu partout, on est dans la merde si on s'aventure trop loin. Mais soit, je n'ai pas envie de suivre ces tarés non plus. » Suivre Naël en silence était donc la seule solution, mais elle n'approuvait clairement pas totalement son projet qui pouvait se retourner contre eux n'importe quand. Elle l'écouta également lorsqu'il évoqua son idée des lampes. Il n'avait pas totalement faux sur ce point. La blonde suivit finalement son compagnon silencieusement, toujours son arc et sa flèche prête à se lever et à s'envoler. Retournant finalement dans cette pièce qui menait elle aussi à une autre porte et cette même porte qui menait à un long couloir.

Ce long couloir, semblait s'éterniser jusqu'au bout de l’hôpital. Au centre se trouvait un croisement, une sorte de carrefour pour retrouver les différentes zones de l’hôpital probablement. La blonde avançait lentement, suivant le pas de Naël. Certaines portes des chambres étaient fermées, mais la blonde n'avait pas le temps de vérifier toutes les portes pour voir ce qui se trouvait véritablement à l'intérieur. Elle arriva finalement presque au carrefour en étant juste derrière Naël, et plus elle avançait, plus l'odeur âcre de mort semblait disparaître alors que les murs semblaient de plus en plus abîmés. C'était étrange de voir qu'un endroit pouvait être détruit, mais n'empestait pas le sang. Subitement un bruit se fit entendre, une voix masculine se fit entendre alors qu'une lumière illumina bien trop rapidement le couloir pour laisser une chance à la demoiselle de se cacher ou même de pousser Naël pour qu'il s'abrite. Un homme plutôt grand, tenant dans sa main une arme à feu, une seringue et une lampe poche frontale sortie de la pièce en se retrouvant face à la demoiselle qui le regarda un instant presque pétrifiée. Alors qu'il commençait à lever son arme en hurlant ce seul et unique mot... « Intrus. » elle leva son arc avant d'étendre sa flèche et de la laisser filer jusqu'à la gorge, qui serait bientôt recouverte de son propre sang. Restant alors silencieuse, la demoiselle avait évité un drame et elle tirait toujours aussi bien. Elle regarda alors l'homme implorant de l'aide alors que la flèche avait traversé et qu'il se retrouvait donc dans l'incapacité de stopper l’hémorragie. La blonde resta là, passive en train d'observer. Elle n'avait pas la moindre compassion, mais pas de la haine non plus. Il n'y avait rien. Elle s'apprêta à se retourner vers Naël pour finalement un brusque bruit exploser la porte précédemment empruntée par l'homme. Un rôdeur en sortit, bien plus grand que la normale, plus imposant et visiblement tout aussi énervé que ses prédécesseurs. Attaché par une lourde chaîne à un objet dans la chambre, à première vue en tout cas. « Cours. »








© Chieuze


Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


can you even see what you're fighting for? bloodlust and a holy war.

× A propos du vaccin : :
Merci mais non merci.

× Âge du perso : :
33 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, chez les sauveurs.

× Avant, j'étais : :
Guitariste à temps partiel.

× Messages : :
2712

× Points de vie : :
10

× Copyright : :
© schizophrenic (avatar), © schizo' (code signa).

× Avatar : :
James Franco le beau gosse.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (Skylar) + walk like an egyptian Dim 2 Nov - 16:48



walk like an egyptian
Les faibles ont des doutes avant de prendre une décision. Les forts, eux, les ont après.
D'un geste de la main, je balaye les dernières préoccupations de Skylar. Enfin, je doute que cela marche réellement, mais je peux au moins tenter. De toute façon, il faut agir maintenant. Pas attendre trente minutes qu'une idée de génie nous saute dessus. Si idée de génie il y a ... La chance est loin d'être de notre côté jusque-là mais tant qu'à faire, autant la pousser jusqu'au bout. De toute façon, c'est tout ce que nous pouvons faire pour l'instant. Alors, bien sûr que c'est risqué mais c'est tout ce que l'on a pour l'instant, et tout ce que je suis prêt à risquer. Nous ne pouvons décemment pas faire sauter cette portée : nous n'avons rien pour ça. Et le seul coin que l'on connaît à peu près se trouve vers les cuisines. C'est notre dernière possibilité, et celle vers laquelle je nous emmène rapidement. Il fait noir et il serait vraiment stupide d'allumer nos lampes torches. C'est donc à tâtons que l'on s'avance dans l'hôpital, sans réel but ni aucune idée de l'endroit vers lequel on se dirige. On avance rapidement, mais prudemment, tout en restant méfiant quant à ce qu'il se passe derrière nous. J'ai l'oreille tendue, parée à toute éventualité. Mais il a suffit d'une seconde d'inattention - que j'ai passée à jeter un coup d’œil derrière nous juste au cas où - pour que des types surgissent devant. Heureusement, Skylar y a prêté garde, et ne l'a pas raté. Je passe une bonne minute à fixer ce type, en train de crever. Pas de haine, juste un dégoût renouvelé en me rappelant ce dont il est en partie responsable, là-bas dans les cuisines.

Je n'ai pas vraiment besoin de la recommandation de Skylar pour savoir ce qu'il convient de faire, mais je lui obéis sans broncher. Là, franchement, ce n'est pas le moment de faire des chichis. On peut se faire tuer à tout moment et ... Le rôdeur semble décidé à faire de nous son repas. Alors, je me mets à courir, la main accrochée au bras de Skylar. Il est hors de question que l'on soit séparé maintenant ! Et vu l'obscurité ambiante, cela pourrait arriver à tout moment. Sans plus réfléchir à ce qui pourrait arriver ou non - seul l'instant présent compte, et s'accabler de théories loufoques n'est pas le meilleure idée qui soit -, je m'élance en avant à toute vitesse. C'est le moment ou jamais de prouver que la zone nous apporte l'énergie nécessaire pour courir sur une longue distance ... Et vite. « Putain. » La meilleure manière, pour moi, de ne pas céder à une quelconque forme de panique, est d'injurier. Alors, je le fais, en marmonnant dans ma barbe bien sûr. AU détour d'un couloir, j'aperçois des lampes torches. Je tire donc sur le bras de Skylar pour aller dans la direction opposée. De toute façon, qu'importe que l'on trouve une sortie ou non pour l'instant : il faut surtout que l'on s'éloigne de ces psychopathes. Surtout que l'on ignore combien ils sont. Et ça, c'est vraiment problématique.

Enfin, nous retrouvons le silence complet. J'en profite pour m'arrêter quelques secondes, et me tourner vers Skylar. « T'es pas blessée ? » Après tout, elle s'est retrouvée nez à nez avec l'un des survivants. Puis avec un rôdeur d'au moins deux mètres de haut. Elle a réussi à se débarrasser du premier assez facilement, mais nous avons fuit le second. Avec un peu de chance, il croisera les autres habitants de l'hôpital avant de tomber sur nous ... Avec un peu de chance. « Bon, je propose que l'on continue dans cette direction. De toute façon, on n'a pas trop le choix. Avec un peu de chance, on tombera sur une sortie de secours, il doit bien y en avoir une, merde ! » Des escaliers, voilà ce qu'il faut chercher ! Les quelques fenêtres autour me permettent de voir un minimum les portes, et différentes indications. C'est donc avec soulagement que mes yeux tombent sur un panneau indiquant des escaliers. « On tente par là ? » Skylar a aussi le droit de décider. Et puis ... Je n'ai pas envie d'avoir toute la responsabilité sur mes épaules.
(c) AMIANTE



_________________
If this is the only life, then why am I not just doing everything that I wanna do ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: (Skylar) + walk like an egyptian Lun 3 Nov - 19:39

Naël & Skylar

« Walk like an egyptian »


 


Au détriment des tourments, le sang se ferait abandonnant et incessant. Le regardant couler, alors qu'elle sentait sa dernière part d'humanité se briser, l'abandonner, revenir la hanter, s'envoler, s’évaporer ou tout simplement s'embraser. Délaissant les émotions, ne gardant que la raison pour fuir ce lieu d'isolation où semblait régner la déraison. Ce n'était en aucun cas une excuse pour avoir assassiné un homme qui était encore capable de rire et de respirer, mais de torturer et de tuer sans concessions. Skylar n'était pas ces taulards qui aimaient tuer, frapper et battre à mort des innocents pour exprimer un cri de détresse pathétique, ou même un désir de supériorité inavoué. La demoiselle venait de le tuer, pour se protéger sans s'interroger sur son nom, ses motivations ou même sa perception du monde. Pour l'artiste qu'elle était, c'était poétique. Pour la survivante, ce n'était qu'un pas de plus vers l'espoir d'une fin heureuse. Et finalement, pour la jeune femme, ce n'était qu'un défaut de plus. Elle regarda alors l'homme agoniser, alors qu'elle sentait une partie d'elle se briser, mais sa force se décupler et son désir d'avancer était encore plus vif. La demoiselle avait toujours démontré sa haine pour l'être humain et le monstre qu'il était devenu. Au final, ce n'était que le premier, mais elle savait que cela ne serait jamais le dernier. Trop de mois s'étaient écoulées, pour regretter maintenant. Un rôdeur ne pensait jamais à mal, mais l'homme au cœur battant avait des rêves qui dépassaient celui des enfants, et le rêve de tout a chacun : survivre. Ceux qui prétendaient s'en moquer, feraient mieux de se suicider et de se pendre dans les méandres de ces immondes mensonges derrière lesquels se cachait le monde.

Transcendée. Inexplicablement, la demoiselle resta là à contempler un cadavre en train d'agoniser, mais pire encore lorsque le rôdeur daigna se montrer. Elle ne pouvait s'empêcher d’éprouver de la pitié pour ces choses, qui pour la première fois, étaient maltraitées sous ses yeux. Il ne fallait pas rêver, la demoiselle n'allait pas s'empêcher de les tuer, elle restait une battante et elle refusait d'abandonner sa survie au profit de quelques minutes de bonne conscience. Ce fut pourtant Naël qui détruisit ce bref instant hors du temps et qui l'incita à suivre son propre conseil. Tuer ce rôdeur . La demoiselle allait devoir renoncer à son carquois si c'était le cas. Phase annulée, moment d'égarement achevé, il était venu le temps de s'enfuir à nouveau pour sauver sa peau et ses os. La course n'était pas la passion de la demoiselle, mais tuer des rôdeurs non plus, alors elle avait finit par accepter le fait qu'il fallait s'habituer aux contraintes de cette vie particulière et légèrement amère. Attrapant une fois de plus la blonde au détour d'un couloir alors que la lumière éclairait subitement l'endroit, la demoiselle se laissa attraper sans réellement avoir la foi de lui dire de la lâcher et qu'elle était assez grande pour se démerder. Naël était là, et heureusement pour elle, même s'il n'était pas à l'origine de sa survie, il était un élément important de l'équation.

La course s'arrêta. Enfin ! Elle en avait marre de courir, mais il fallait espérer que cela suffirait et que la demoiselle ne devrait pas payer les frais de ce meurtre. Parce que oui, elle savait qu'un jour ça lui retomberait dessus, il était donc fort probable que la demoiselle refuse de remettre dans les pieds dans un hôpital de peur de retomber sur des psychopathes. La blonde écouta alors Naël lui demander si elle allait bien, c'était con comme question, mais c'était humain. Elle était haletante, la course à pied ce n'était pas son sport préféré, elle s'adossa alors au mur quelques secondes.« Plus de peur que de mal, il est mort, pas moi. Difficile d'aller mal. » Ce n'était pas la réponse la plus délicate – ni la plus sincère – qu'il était possible d'envisager, mais cela fut la seule que la demoiselle osa exprimer. Elle détourna alors le regard lorsqu'il évoqua le chemin à suivre. Elle afficha un sourire sarcastique, elle avait envie de dire que de toute manière, la direction n'avait pas la moindre importance. D'une manière ou d'une autre, ces enfoirés avaient probablement de quoi protéger toutes les entrées. Elle leva le regard lorsqu'il proposa un endroit en particulier. « Des escaliers ? Bah ça sera toujours mieux que rester ici. » Approuvant finalement Naël, elle se décolla de son mur pour avancer, encore et encore.

Les escaliers. Probablement la chose la plus agréable de la journée. La demoiselle poussa délicatement la porte, et finalement Naël avait raison : des escaliers. Des escaliers de secours visiblement. Étroits et pas forcément accueillant, mais visiblement, le silence régnait dans cette pièce. Regardant Naël rapidement avec un petit rictus. « Bon, je sais pas toi, mais je n'ai pas envie de dévaler les escaliers, donc allumer les lampes ça serait une bonne idée. » L'absence de fenêtre risquerait d’entraîner la chute de l'un ou l'autre dans les escaliers et même si les marches n'étaient pas nombreuses. La blonde refusait de se retrouver à l'infirmerie de retour au camp. Allumant alors sa lampe sans réellement interroger Naël, c'était clairement une affirmation et elle ne comptait pas prendre le risque de tomber. Elle avança alors, à pas lent, dans les escaliers, mais visiblement, l'absence de bruit laissait supposer qu'ils étaient tous occupés à mieux. Bonne nouvelle. Elle ne compta pas les étages, mais elle descendit suffisamment de marche pour finalement arriver à l'indication merveilleuse qui n'était plus lumineuse comme cela fut le cas à la belle époque. Soulagée, elle éclaira clairement l'indication. « Sortie de secours. » Poussant alors la porte en coupant sa lampe-torche. Elle soupira alors en était enfin à l'extérieur et en prenant le temps de respirer. La lumière fut presque aveuglante, même si visiblement, le soleil avait baissé depuis l'arrivée des deux survivants. Plaçant sa main devant son visage pour finalement chercher la voiture de Naël. « On est du mauvais côté, la voiture est de l'autre côté. Va falloir faire le tour. » Ce n'était rien, quelques pas de plus.






© Chieuze


Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


can you even see what you're fighting for? bloodlust and a holy war.

× A propos du vaccin : :
Merci mais non merci.

× Âge du perso : :
33 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, chez les sauveurs.

× Avant, j'étais : :
Guitariste à temps partiel.

× Messages : :
2712

× Points de vie : :
10

× Copyright : :
© schizophrenic (avatar), © schizo' (code signa).

× Avatar : :
James Franco le beau gosse.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (Skylar) + walk like an egyptian Dim 9 Nov - 14:10



walk like an egyptian
Les faibles ont des doutes avant de prendre une décision. Les forts, eux, les ont après.
La situation a dégénéré en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Nous étions partis pour trouver des vivres, et maintenant notre vie est en danger. Tant pis si l'on rentre les mains vides. Ma seule préoccupation, pour l'instant, c'est nous permettre de rentrer tout court. Je cours, en m'assurant que Skylar est toujours derrière moi. Le but est de rester discret tout en mettant de la distance entre eux et nous. On ne peut pas se permettre de les laisser nous rattraper. Vu ce qu'ils sont capables de faire aux rôdeurs, j'ai peur de ce qu'ils pourraient faire à des survivants ... Et puis, merde, c'est moi qui ai embarqué Skylar là-dedans. Peu importe à quel point je suis un con, un gamin qui ne pense qu'à sa gueule, là ce n'est pas le cas. Je n'ai pas envie de me sentir coupable de quoi que ce soit jusqu'à la fin de mes jours. C'est ma responsabilité, pour le coup. Et j'ai très envie de nous faire sortir de là, coûte que coûte. Mais avant cela, il me faut m'assurer que Skylar va bien. Ce que je fais sans plus attendre. « On n'a pas beaucoup d'options, de toute façon. » Sans contestation possible, je suis sarcastique au possible. Parce que je suis complètement paumé, et aussi pas mal effrayé à l'idée que l'on reste coincés ici. Et ce n'est pas faire preuve de pessimisme, mais de réalisme. Notre situation est critique, c'est un fait. C'est donc avec un soulagement non feint, et sans limites, que je découvre les dits-escaliers de secours, derrière la porte. Bon, c'est un bon point.

Je ne sais pas si cela va nous permettre de sortir de là en sécurité, mais on ne perd rien à essayer. Comme déjà dit, nous n'avons pas mille et une possibilités. C'est ça ou rien. Je me contente de hocher la tête face à la réplique de Skylar. C'est évident : on ne sait pas ce que l'on va trouver en bas. C'est peut-être notre seule chance de nous en sortir, autant le faire de la bonne façon. Et pas en prenant de nouveaux risques inutiles. De toute façon, ce n'est pas comme si elle me laissait le choix. Skylar est déjà partie, sa lampe torche de nouveau allumée. J'en fais très vite de même, après avoir refermé en silence la porte derrière moi. J'éclaire vaguement les escaliers, puis ce qu'il y a plus bas. Par chance, je ne vois rien. Rien d'inquiétant, en tout cas. Rassuré, je descends jusqu'au palier en-dessous rapidement. Nous n'avons pas de temps à perdre. C'est Skylar qui, la première, passe la porte. Une sortie de secours. Bordel, on a trouvé une putain de sortie de secours ! Je prends une profonde inspiration, une fois à l'extérieur. Il est grand temps de profiter de cette liberté que l'on vient -enfin- d'attraper au vol. Et au dernier moment, aussi. Les yeux fermés, le menton légèrement surélevé, je profite de la caresse du soleil sur ma peau. Peut-être suis-je un peu trop optimiste, pour le coup. Skylar, elle, n'a pas manqué de remarquer ce qui cloche, et de me ramener sur Terre. Putain. La chance n'est vraiment pas de notre côté aujourd'hui, on n'aurait peut-être pas dû sortir tout court. Cela aurait arrangé bien des choses.

« Bon, on va rester coller au mur alors. Manquerait plus qu'ils nous voient maintenant. » Je n'ose pas imaginer ce que cela pourrait donner, en fait. Et je pense que c'est préférable que l'on ne découvre rien de tout ça. Sans plus attendre, je prends les devants. C'est Skylar qui s'est aventurée dans les escaliers sombres, à moi maintenant de passer le premier. Et de m'assurer qu'il n'y a aucun danger de ce côté. D'ailleurs, je prends le premier chemin - celui qui part à gauche - en croisant les doigts pour que ce soit le bon. De toute façon, mieux vaut se tromper mais s'y prendre vite, que d'hésiter pendant des heures. On n'a vraiment pas le temps, là. Qui sait combien de temps ils mettront avant de se rendre compte que les sorties de secours sont encore utilisables ? Je préfère pas le découvrir, là aussi. « Bon. Faisons vite. » Mais inutile de courir, je pense. On l'a déjà assez fait comme ça. Néanmoins, je presse un peu le pas. Avec un peu de chance, ils n'ont pas encore compris par où on est sortis, il faut profiter de ça pour se tirer en vitesse. En un peu plus de cinq minutes, et à grands renforts de coups d'oeil jetés autour de moi, je débarque à côté de ma voiture. Je n'ai, sans aucun doute, jamais été aussi soulagé de la retrouver. Je passe du côté conducteur sans vraiment prendre le temps d'y réfléchir, et attends patiemment - ou pas - que Skylar monte dans la voiture à son tour. « Faut qu'on se casse de là. » C'est d'une banalité affligeante, mais j'ai vraiment besoin de le dire. Histoire de décompresser encore un peu plus, sans doute.
(c) AMIANTE



_________________
If this is the only life, then why am I not just doing everything that I wanna do ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: (Skylar) + walk like an egyptian Mar 11 Nov - 1:05

Naël & Skylar

« Walk like an egyptian »




Il était venu le temps, de s'enfuir délicatement. La lumière se serait qu’éphémère et la blonde ne voulait pas s'éterniser dans cet hôpital qui semblait être désormais un cimetière, qu'elle aimerait voir devenir poussière sous la colère des éclairs. C'était terrible, de savoir que chaque instant pouvait être le dernier. Qu'il suffisait de se faire traquer une nuit, et que le lendemain, le corps serait dévoré par des rôdeurs. La blonde n'y pensait plus, préférant se concentrer sur sa vie et sur ses chances de survivre dans ce monde apocalyptique au possible. C'était terrible, mais ce mot lui faisait toujours penser aux jeux vidéo à la con que les adolescents adoraient. Ces jeux à la cons qu'ils utilisaient pour se défouler. Le monde n'était pas un jeu vidéo et il ne suffisait pas de battre un nombre précis de rôdeurs pour avancer, et il n'était pas si facile de tenir une arme à feu dans la main, de trouver des vivres, de se cacher ou même de tuer. Comme si tuer se résumait à une balle, une arme et une pression. Théoriquement, c'était aussi simple que cela, mais la théorie n'était en aucun cas la vie. Tuer, c'était arracher une âme, faire cesser la respiration de quelqu'un et faire couler son sang. C'était un déchirement de plus, une âme de plus sur la conscience. La demoiselle savait tout cela, et pourtant, elle semblait ignorante et était incapable de qualifier ce qu'elle ressentait à l'heure actuelle. Elle savait ce qu'elle devait ressentir, éprouver ou même la culpabilité qu'elle devait ressentir, mais coûte que coûte : la fin justifiait les moyens. La fin ? C'était retrouver Isaac. La fin, ce n'était pas sa propre survie. Bien au contraire, à bien des égards, la demoiselle préférait être morte aujourd'hui, mais désormais une seule chose la retenait – même si son caractère de merde devait aussi jouer un rôle - : Isaac. Simplement quelqu'un, qui avait réussi à lui tendre la main au moment opportun.

Naël ouvrit finalement le pas. Elle le suivit avec attention, prête à tuer le premier qui débarquerait derrière eux de manière vicieuse. Toute cette histoire, restait une belle merde. Inexplicable et bourrée d’incohérences de toutes sortes. Pourquoi la porte était ouverte ? Pourquoi une dizaine de cadavres de rôdeurs traînaient sur le sol alors que l’hôpital était abrité ? Pourquoi torturer des rôdeurs de cette manière et quel était le but de ces survivants ? Les questions étaient nombreuses, mais la blonde n'en aurait pas une seule et elle le savait. Il était trop tard pour fouiller, chercher et tenter de découvrir plus sur cette sombre et terrible histoire. Cet endroit était à bannir des expéditions, sauf si la zone entière décidait de faire le déplacement pour diverses raisons. L'archère ne comprenait rien, tout cela semblait hors du temps, hors de ce monde alors qu'il tournait déjà dans le mauvais sens. La blonde aimait croire que cela se terminerait là, mais c'était évident que personne ne croyait en cette hypothèse. Ces enfoirés n'allaient pas en rester là, c'était évident. Ils reviendraient, et Skylar voulait en découvrir plus sur cet endroit. C'était stupide, mais c'était elle. Elle allait renoncer à sa curiosité maladive aujourd'hui, mais son désir de découverte était très fort. Pourquoi ? Comment ? Pour qui ? Et toutes les questions imaginables. Peut-être était-ce pour avoir la preuve que l'homme était le seul monstre de ce monde et que le rôdeur n'était qu'une victime, ni plus ni moins. En pleine contradiction, la blonde cherchait des réponses inutiles qui ne feraient que l'enfoncer dans une merde pas possible, mais c'était plus fort qu'elle. Tuer tous ces enfoirés, lentement, saignant ces gens sans le moindre entendement. C'était peut-être ça dans le fond : assouvir un désir de vengeance. Peut-être.

Suivant Naël, silencieuse jusqu'à sa voiture. Il s’engouffra le premier, au volant bien évidemment. Il la croyait conne au point de croire qu'elle savait qu'il n'allait pas en profiter pour la baiser ? Elle resta quelques instants de marbre, observant l’hôpital. Il était grand, en train de s'écrouler et pourtant la demoiselle regardait les reflets sur les vitres alors que le soleil finirait tôt ou tard par se coucher. Les reflets lumineux étaient terribles et aveuglants, pourtant elle resta quelques secondes à chercher un regard humain. Celui d'un leader, celui d'un enfant ou d'un rôdeur. Elle ne savait pas ce qu'elle cherchait, mais se glissa finalement dans la voiture de Naël en le laissant finalement démarrer en trombe, alors que la blonde virait ses affaires à l'arrière. Elle resta quelques instants silencieuse en observant dehors, comme si elle était observée. C'était fort probable, ou de la paranoïa à l'état pur comme toujours. Regardant finalement droit devant-elle, l'air fade et blasé.« Primo : c'est la dernière fois que je fous les pieds dans un hôpital. Et secondo : tu vois que finalement tu peux conduire. » Et ça serait le mot de la fin.






© Chieuze





TOPIC CLOS
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Certainement pas !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
22571

× Points de vie : :
164

× Copyright : :
© lux aeterna (avatar), © schizo' (code signa), © skairipa (gif profil).

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (Skylar) + walk like an egyptian Mar 11 Nov - 1:07

rp terminé

_________________
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Certainement pas !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
22571

× Points de vie : :
164

× Copyright : :
© lux aeterna (avatar), © schizo' (code signa), © skairipa (gif profil).

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: (Skylar) + walk like an egyptian Jeu 10 Déc - 12:07

RP archivé suite à la suppression de Skylar. coeurrose

_________________
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: (Skylar) + walk like an egyptian

Revenir en haut Aller en bas

(Skylar) + walk like an egyptian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS-