Silence is my best ennemy ~ Feat. Alix
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
Le 10/11/2016 : le forum a quatre ans & sa saison 5 est mise en place. Le 27/08/2017 : 24ème version du forum installée. Les awards & autres nouveautés sont à consulter ici.
Oh la la qu'est-ce que vouuuuus aiiiiiime !! coeurrose lele Et si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ?

Partagez| .

Silence is my best ennemy ~ Feat. Alix

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Silence is my best ennemy ~ Feat. Alix Mar 25 Nov - 23:37




    Silence is my best ennemy

    Feat. Alix N. Adkin


    Le soleil brillait de toutes ses forces dans le ciel. Les alentours renvoyaient l’écho d’un silence assourdissant.

    Malaury avait garé sa vieille voiture près d’une station essence, pensant naïvement qu’elle y trouverait du carburant. Elle ignorait que, depuis des mois déjà, les pompes avaient été vidées, pillées par des survivants qui avaient fouillé la zone.

    Elle avait vu plusieurs fois Phidias faire, elle connaissait les gestes par cœur, mais ne savait pas trop comment s’y prendre, quel geste permettait de faire quoi… C’était pas facile… Déjà qu’elle n’avait jamais conduit…

    Malaury délaissa les pompes exsangues et traversa la rue. Un poids descendait doucement sur ses épaules alors qu’elle franchissait les marquages de la route. Quelque chose la regardait quelque part.

    Elle le réalisa au moment où une sorte de vertige la prit. Comme si elle se retrouvait propulsée en hauteur. Comme dans les ascenseurs, lorsqu’on montait. Sauf qu’elle ne montait pas.

    Donc ce devait être eux.

    Elle traversa la deuxième moitié de la rue, lorsque quelque chose la saisit aux épaules, et au cerveau. Une main fantomatique s’était posée sur sa tête, la vrillant sur le côté sans son accord.

    Pourtant ça faisait mal. Pas trop, mais c’était désagréable.

    Malaury lâcha un gémissement. Elle devait se ressaisir. Les Autres essayaient encore de lui dire des choses, mais elle devait se reprendre. Ne pas les laisser entrer. Elle devait remplir sa tête pour pas qu’ils aient la place de venir et d’installer leurs images ou leurs mots.
    Si elle remplissait sa tête, elle pourrait agir librement, mettre dehors ces gestes bizarres qu’ils recommençaient à lui imposer. Ils avaient dû trouver une fréquence très bonne ici, pour qu’ils aient la possibilité de lui faire bouger la tête comme ça.

    Alors elle devait redoubler de vigilance.

    - Well, you can tell by the way i use my walk,
    I'm a woman's man: no time to talk.
    Music loud and women warm, i've been kicked around...


    Parfait. Une mélodie flottait dans l’air. Malaury s’accrocha à elle comme à une bouée de sauvetage, chantonnant cette chanson des Bee Gees qu’elle connaissait par coeur. La solitude commençait à lui faire méchamment défaut. Le silence devenait lourd et les Autres semblaient reprendre le dessus, maintenant. Comme s’ils savaient où elle était et si elle était accompagnée. Ca voulait dire qu’ils pouvaient la voir. Peut être même l’entendre…

    Soudainement, sa voix se brisa. Elle esquissa une grimace de peur en rejoignant le trottoir d’en face et en tournant à l’angle de la rue d’une petite ville.

    Non. Pas de silence. Pas de silence.

    - ...Since... i was born.
    And now it's all right. it's ok.
    And you may look the other way.
    We can try to under…


    Blocage. Sa voix chantonnait comme un disque rayé ce morceau de chanson qu’elle ne parvenait pas à terminer. C’était comme ça quand ils se fâchaient, ils l’empêchaient de chantonner.

    Mais Malaury avait d’autres astuces. Des choses qu’ils ne parvenaient pas à arrêter, et qui remplissaient suffisamment sa tête pour ne pas qu’ils s’imposent.

    Enfin… Pas trop.

    - Un, deux, trois…

    Elle comptait ses pas en regardant autour d’elle. Phidias lui avait toujours dit de regarder autour d’elle, de faire attention à ce qu’il se passait aux alentours. Les monstres pouvaient sortir de nulle part, et une rue paisible pouvait en une seconde se changer en piège fatal. Sa sacoche en bandoulière, elle décida de rentrer dans un vieil immeuble pour trouver du matériel quelconque, de quoi allumer un feu, une lampe torche, un couteau pour bricoler… Elle avait un peu de nourriture, mais si elle en trouvait d’autre, ce serait le paradis…

    - Cent vingt-cinq, cent vingt-six…

    Elle avait monté deux étages avant de se figer sur le palier.

    Un bruit.

    Elle avait entendu un bruit. Comme si on grattait, quelque part. Elle connaissait bien ce bruit, puisqu’elle avait longtemps gratté les murs de sa chambre avec ses ongles pour dessiner des choses, quand les Autres ne voulaient pas qu’elle dessine avec un feutre.

    Le silence s’instaura dans sa tête. Elle n’était plus qu’écoute silencieuse, et cœur battant. Ce rythme effrayant qui marquait le début d’un moment qu’elle n’aimerait pas. Elle avait horreur d’entendre battre un cœur, c’était le pire son qu’elle pouvait percevoir.

    Ca et les grognements des monstres.

    Elle fit un pas.

    Et soudain, ils surgirent de sur sa gauche. Un appartement abandonné à la porte enfoncée. Comme sa tête quand ça allait mal. Ils étaient deux, boîtant et répugnants.

    Malaury poussa un cri perçant, et s’enfuit dans la cage d’escaliers, abandonnant le décompte de ses pas sur le palier. Elle fuit vers les étages supérieurs, talonnée par les deux horreurs qui la voulaient. Leurs regards disaient tout. Comme les regards qui lui faisaient peur chez les survivants. Elle grimpa deux étages et s’engouffra dans le couloir de droite. Désert. Entendant toujours les grognements et les pas lourds et glissants des monstres, elle se jeta dans une appartement ouvert et claqua la porte.

    Elle ne fermait pas. Le verrou était resté vissé dans le mur.

    Ses grands yeux fouillaient la pièce à la recherche d’une issue, des sueurs froides caressant son dos, le souffle erratique… Sur sa droite une autre porte était ouverte, intacte. Elle s’y précipita alors que les monstres propulsaient le battant de la porte d’entrée sur le mur. Le rebond en cueillit un en plein visage alors que l’autre franchissait le pas.

    Malaury se boucla dans la pièce. Une chambre. En ruine. Mais il n’y avait personne. Elle était seule, et la porte était fermée avec le verrou. Elle se pressa près d’une commode renversée et la releva tant bien que mal. Des larmes de désespoir aux yeux, elle poussa de toutes ses forces le meuble contre la porte.

    Ca cognait de l’autre côté. Des coups nerveux, anarchiques.

    Comme ce jour-là. Quand Phidias avait disparu.

    Malaury se recroquevilla dans un coin, pleurant de peur. Sa seule arme possible était le pied d’un lit détruit. Mais oserait-elle au moins frapper ? Oserait-elle s’approcher des monstres ?

    De l’autre côté, les coups redoublaient, et le bois, lui n’allait pas tarder à céder.

    - Pitié… Non. Pitié… supplia-t-elle entre deux sanglots. Non, partez, pitié…

    Les genoux contre son buste, elle se balançait d’avant en arrière, dans l’angle de la pièce. Dans son dos, de hautes fenêtres donnaient sur la rue, brisées pour la plupart. D’ici, elle pouvait voir la station service et sa voiture à sec. Son regard cessa de fixer la porte pour contempler un instant le dehors.

    Elle était au troisième étage. Il était totalement fou de sauter par la fenêtre. Elle mourrait. Ou pire : elle se broierait les os et ne pourrait plus marcher. C’était totalement stupide de tenter de sortir par-là…

    Malaury se pencha à la fenêtre pour évaluer la hauteur, s’efforçant tant bien que mal d’ignorer les coups qui enfonçaient un peu plus le bois de la porte à chaque instant. La commode, elle, tenait bon. La jeune femme vrilla ses yeux sur la rue, elle allait passer une jambe par la fenêtre…

    Lorsque tout à coup, elle la vit. Une silhouette dans la rue principale. Sa tête recevait des centaines de messages, des images horribles, des sons, des scènes affreuses où était mise en scène sa propre fin. Malaury ouvrit grand ses yeux bleus sur cette femme qui s’en venait.

    Sa bouche s’ouvrit. Mais aucun son n’en sortit.

    Pas de bruit : c’était la règle d’or de Phidias. Le bruit faisait venir les monstres comme le sang attirait les requins. Malaury ne pouvait pas l’appeler comme ça, elle risquait de faire venir d’autres créatures, et c’était bien la dernière chose dont elle avait besoin.

    Elle revint dans la pièce, se plaqua contre le mur lorsqu’elle vit brusquement la main d’un des monstres traverser la porte, et son œil, jaune et malsain, fouiller l’intérieur à sa recherche. Il lâcha un râle et commença à pousser sur le battant. Malaury retint un cri. Elle s’approcha d’un grand miroir qui s’était brisé à terre. Elle contempla un instant son reflet dédoublé sur tous les morceaux.

    Puis elle revint à elle, s’empara d’un morceau assez gros et revint à la fenêtre pour l’agiter sous le soleil. La réflexion attirerait bien le regard de la personne dans la rue…

    Enfin… Elle espérait.

    © fiche by BTBW
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Certainement pas !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21973

× Points de vie : :
424

× Copyright : :
© schizophrenic (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Silence is my best ennemy ~ Feat. Alix Lun 9 Fév - 18:56

RP archivé suite à la suppression de Conrad. coeurrose

_________________
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
Revenir en haut Aller en bas

Silence is my best ennemy ~ Feat. Alix

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS-