It's called trust. | Faith & Naël.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome. Quelques bugs/décalages à attendre sous Firefox.
Le 10 novembre 2016, le forum a fêté ses quatre ans !! A cette occasion, sa saison 5 a été mise en place. bril Et le 12/06/2017, sa version vingt-trois réalisée par Morphine est installée. Toutes les nouveautés sont à découvrir ici. coeurrose
Oh la la qu'est-ce que vouuuuus aiiiiiime !! coeurrose lele Et si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ?

Partagez| .

It's called trust. | Faith & Naël.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: It's called trust. | Faith & Naël. Ven 30 Jan - 21:13

it's called trust

It's good having someone to watch your back. Δ Faith & Naël.


Fraîcheur, renouveau, isolement : voilà qui était un changement des plus attendus.  Sur la route, au milieu de nulle part, avec comme seul repère les frontières du Nevada, Faith était ravie de descendre de cette fichue voiture. L’air commençait à être oppressant, là-dedans. A trois dans un espace si confiné : il y avait clairement de quoi perdre la tête. Surtout en compagnie de Naël. Quand elle ne passait pas son temps à regarder silencieusement par la fenêtre, elle se disputait avec lui comme une gamine. Aujourd’hui encore, après lui avoir fait pression durant un long moment, ils s’étaient finalement arrêtés aux abords d’une grande ferme, dans un paysage verdoyant. Elle ne semblait, à première vue, pas habitée : les alentours manquaient de bétails et l’herbe n’avait pas été coupée depuis des lustres, on pouvait même apercevoir de vieilles carrosseries traînant près des barrières de l’entrée. C’était plutôt agréable, comme sensation. Être libre au milieu d’un pâturage resplendissant, avec le sentiment d’être seul au monde. Elle avait bien fait d’harceler Naël pour s’arrêter ici. L’air frais ne leur ferait pas de tort, à tous les trois. Même si elle se doutait que Nirvana n’allait guère montrer un grand intérêt à la beauté des alentours, elle l’avait quand même –presque- obligée à sortir.

- Bon, vas-y le premier, Naël. Je préfère que ce soit toi qui te fasses bouffer en premier, dit-elle au principal concerné, non sans une pointe d’ironie.

Cependant, elle serait quand même dans la merde, s’il se faisait attraper par des zombies. Premièrement, il avait les clés de la voiture. Elle se voyait mal s’enfuir avec Nirvana à bord d’un tracteur. Ensuite, elle aurait été complètement paumée, avec elle. Elle n’avait jamais agis avec elle comme lui le faisait, alors ça risquait d’être un problème. Et enfin, même s’ils s’engueulaient souvent, qui la tiendrait occupée quand le temps passait à la vitesse d’un escargot ?  C’était quand même une occupation qui rendait un peu d’humanité dans ce monde apocalyptique. Alors, histoire d’éviter de vérifier ces hypothèses, elle se dirigea vers l’entrée de la ferme avec lui, glissant les mains dans les poches de sa veste en cuir, l’air décontracté. Après tout, il ne fallait pas toujours agir comme si la mort nous collait aux trousses. En ce moment, il n’y avait pas de quoi s’inquiéter. Du moins, d’après ce qu’elle voyait.

- Nirvana, tu ferais mieux de jeter un œil dehors. Regarde où tu vas. Et toi et moi, on fouille l’intérieur, commanda la blonde. Ce serait pas de refus de trouver des trucs utiles.

Faith, légèrement autoritaire ? On pourrait le voir de cette façon. Mais de son avis, c’était toujours mieux d’établir des plans et de contrôler ensuite la situation, plutôt que d’y aller à l’improviste comme Naël, et se retrouver dans la misère. Parce que s’ils suivaient la méthode de ce dernier, déjà elle frôlerait la crise de nerfs, et ensuite, ils serviraient tous de nourriture. Ce qu’elle préférait éviter. Alors oui, Faith était chiante et aimait que tout le monde suivent un plan, mais c’était sa façon d’être. Ce trait de caractère n’était pas si dérangeant, pensait-elle. Après tout, peut-être qu’ils allaient mettre la main sur quelque chose qu’ils auraient manqués, si elle n’avait pas autant insisté pour prendre une pause sur le bas côté de la route. Jetant un regard circulaire vers cette dernière, elle pivota la tête vers l’entrée de la ferme et se dirigea vers la porte, empruntant le sentier, plutôt que l’herbe. Valait mieux minimaliser les dégâts. Même en se préparant à entrer dans le bâtiment principal de la ferme, où devait résider une famille auparavant, elle était prudente.

- Je compte sur toi, dit-elle simplement à Naël, signifiant qu’elle attendait de lui qu’il couvre ses arrières, comme d’habitude.

Chose faite, elle poussa la porte d’entrée et pénétra à l’intérieur de l’habitacle. C’était loin d’être occupé : la poussière faisait éternuer Faith. En plus, il faisait plutôt sombre ici, et ce, malgré les minces filets de lumière.
© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.

× A propos du vaccin : :
Merci mais non merci.

× Âge du perso : :
33 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, chez les sauveurs.

× Avant, j'étais : :
Guitariste à temps partiel.

× Messages : :
2545

× Points de vie : :
78

× Copyright : :
© hedgekey (avatar), © schizo' (code signa).

× Avatar : :
James Franco le beau gosse.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: It's called trust. | Faith & Naël. Sam 31 Jan - 21:55



it's called trust.
(thirty seconds to mars) ▽ A warning to the people, the good and the evil : this is war. To the soldier, the civillian, the martyr, the victim : this is war. It's the moment of truth it's the moment to lie, it's the moment to live and the moment to die
Quelle emmerdeuse. Naël soupire pour la énième fois, lassé. C'est sûr que vivre à trois dans une petite voiture comme celle-là n'est pas simple ; ils ont à peine la place de s'allonger. Il n'y a que sur la banquette arrière que c'est possible et, de manière tout à fait logique, c'est Nirvana qui l'a investie. Faith et Naël partagent donc l'avant de la voiture et autant dire que ce n'est pas de tout repos ; ils sont tout le temps en train de se gueuler dessus comme des putois. Un peu comme maintenant, avec Faith qui insiste pour qu'ils s'arrêtent et se posent quelque part un jour ou deux. La seule différence avec leur situation habituelle, c'est que Naël ne réplique pas énormément ; il n'en a pas envie. Et, dans le fond, il sait qu'il a raison et qu'ils ont vraiment besoin de ça. La seule idée de pouvoir dormir une nuit complète sans savoir Faith sur le siège voisin le ravit au plus haut point. Sa décision est prise donc et quelques minutes plus tard, il gare la caisse à côté d'une ferme pas nécessairement en très bon état, mais pas non plus défoncé. Avec un peu de chance, elle n'aura pas été visitée par des survivants avant eux. Et avec un peu de chance encore, y aura un peu de vivres là-dedans. Naël ne rechigne même pas face au ton autoritaire de Faith, preuve qu'il n'a qu'une seule envie : s'enterrer dans la ferme pour le restant de ses jours. Loin de la blonde. Loin de Nirvana, même si elle est beaucoup plus accommodante, étant donné qu'elle ne parle que très peu - voire pas du tout la plupart du temps -. Naël hoche donc la tête et sort de la voiture. Putain. Le vent léger qui souffle, dehors, lui procure une sensation de bien-être qu'il n'avait pas connu depuis longtemps. Depuis beaucoup trop longtemps. Il ne lui faut pas plus de deux-trois inspirations pour retrouver sa bonne humeur habituelle ; lui non plus n'est pas trop chiant. C'est Faith le problème, bien sûr. Elle a qu'à être moins ... moins emmerdante. Voilà.

Sans chercher à ajouter quoi que ce soit, l'idiot suit la grande blonde qui s'aventure en direction de la ferme. Avant de réellement arriver à sa hauteur, il jette un regard en arrière, pour s'assurer que tout est OK du côté de Nirvana. Il ne faudrait quand même pas que quoi que ce soit lui arrive alors qu'ils ne s'absenteront pas plus de quelques minutes. Enfin, en théorie ce ne devrait pas être long. « Tu cries si tu vois quelque chose de bizarre. » Lui lance-t-il juste avant d'arriver aux côtés de Faith au niveau de la porte d'entrée de la ferme. Elle lui lance une dernière remarque, qui le fait lever les yeux au ciel. Non mais sérieusement ? Dommage, il avait l'intention de la laisser se faire bouffer. « Tu ne devrais peut-être pas. » Ne peut-il s'empêcher de dire, puis il entre à sa suite dans la ferme qui s'avère être poussiéreuse et vide, si l'on en croit les apparences. La prise de Naël autour de son couteau ne se desserre pas pour autant. Idem du côté de l'arme à feu qu'il tient de son autre main. Mieux vaut rester prudent ; ils ne savent pas où ils s'aventurent après tout. D'un mouvement souple, Naël repasse devant Faith, elle veut jouer les autoritaires OK, mais il ne va quand même pas la laisser risquer sa peau à sa place. Ce n'est pas le type le plus chic qui existe mais il a un tant soit peu de bonnes manières. Il jette un coup d'oeil dans les deux pièces qui se trouvent là, puis avise les escaliers. « Tu fouilles le rez-de-chaussée pendant que j'vais voir à l'étage ? A moins que tu ne préfères profiter de ma présence et monter avec moi. » Il affiche un nouveau sourire idiot, pour affirmer le double-sens douteux de ses paroles. Qu'est-ce qu'il en a à foutre, de toute façon ? C'est ce qui emmerde le plus Faith et c'est justement ce qui l'amuse le plus lui. La voir s'énerver est toujours très amusant, il faut bien l'avouer.
(c) AMIANTE



_________________
Maybe it wasn't meant to be, not at all.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: It's called trust. | Faith & Naël. Dim 1 Fév - 18:44

it's called trust


It's good having someone to watch your back. Δ Faith & Naël.



Non mais regardez-le, avec ce grand sourire d’imbécile planté sur les traits de son visage.  Un vrai chieur. A croire qu’il faisait toujours exprès de la provoquer, histoire qu’elle s’énerve sur lui. Peut-être que c’est comme ça qu’il s’occupait : enquiquiner la blonde à n’importe quel moment de la journée. Il savait qu’elle était bien trop impulsive pour se ranger du côté du silence. Néanmoins, elle n’avait pas envie de virer à la crise de nerfs, surtout dans une ferme potentiellement « habitée ». Manquerait plus qu’elle l’ouvre et qu’elle se fasse bouffer par un zombie venu de nulle part, tout à coup. Non, à la place, elle préférait le faire taire par l’une de ses fameuses répliques. Sortant d’abord sa lampe de poche de son sac, elle l’alluma pour s’éclairer un temps soit peu.

- Pitié, tu ne t’en remettrais jamais si c’était le cas, lâcha-t-elle dans un ton des plus naturels, tandis qu’elle dirigea sa lampe de poche vers son visage, l’aveuglant.

Fière de sa réplique et de l’avoir ébloui de la sorte, elle détourna les yeux, balayant les deux pièces de son rayon de lumière. Deux pièces de taille moyenne, remplies de bric à brac. Elle ne pouvait pas vraiment dire s’il y avait quelque chose à en tirer. Ca ressemblait plutôt à une vieille photo de souvenirs tout ça. Elle aurait presque pu croire qu’une famille vivait ici, il y a encore peu de temps. Malgré quelques objets qui avaient été soit pillés ou renversés sur le sol, elle pouvait dire que la majorité des choses était intacte. A priori, dans le living-room on ne pouvait rien en tirer. C’était plus un tas de babioles sans importance, comme des meubles ou des tiroirs remplis de papiers et de vieilles photos Pendant un instant, elle s’était arrêtée devant ces dernières, laissant ses yeux se poser sur une série de certains clichés. Ca lui faisait un pincement au cœur de se rappeler les photos de famille qu’elle avait avec sa mère. Elle n’était pas sentimentale, mais elle n’avait jamais pu faire le deuil de cette dernière et Dieu seul savait ô combien elle en haïssait encore le monde pour ça. Mais elle ne devait plus repenser à ça. Du moins, pas maintenant. Soupirant doucement, elle se ressaisissait et secoua sa tignasse blonde pour chasser ces pensées de sa tête, alors qu’elle marchait en direction de la cuisine. Elle ouvrit plusieurs placards dans lesquels elle ne trouva rien. Pas étonnant. Le frigo était majoritairement vide aussi et l’odeur qui s’en était dégagée lorsque qu’elle l’avait ouvert lui avait donné envie de vomir.

- Putain, c’est trop dégueulasse, gémit-elle en se reprenant, la manche de sa veste pressée contre son visage, tentant tant bien que mal de chasser cette odeur immonde.

Note à elle-même : éviter d’ouvrir les frigos à l’avenir, ou quoi que ce soit qui était supposé être dans un endroit frais.

- C’est bon, c’est pas le pire chose que t’aies vue, souffla alors la blonde. Elle faisait souvent ça, pour s’encourager ou se rassurer.

Elle s’éloigna du frigo et ouvrit plusieurs tiroirs dans lesquels elle dégota du matériels qui pouvait s’avérer très utile en ces temps sombres : un emballage avec un stock de dix pilles neuves, un talkie-walkie (dont l’autre devait sans doute être quelque part), une couteau aiguisé de petite taille, quelques aiguilles à coudre et deux ou trois boites de conserves.  C’était déjà mieux que rien. Crever de faim sur le bord de la route n’était pas prévu dans ses plans. cependant, quelque chose la tracassait : il devait bien y avoir un autre walkie-talkie. Ils pourraient s’en servir pour se tenir au courant, à l’avenir. Perplexe, elle se dirigea vers les escaliers, emportant avec elle le couteau qu’elle avait trouvé, juste au cas où.

- Naël, appela la blonde d’une voix qui se fit entendre. T’aurais pas trouvé un talkie-walkie en haut ? Y’en a un ici, alors l’autre doit être dans le coin, dit-elle finalement, s’accoudant contre la rampe de l’escalier en attendant une réponse de l’autre idiot.


© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.

× A propos du vaccin : :
Merci mais non merci.

× Âge du perso : :
33 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, chez les sauveurs.

× Avant, j'étais : :
Guitariste à temps partiel.

× Messages : :
2545

× Points de vie : :
78

× Copyright : :
© hedgekey (avatar), © schizo' (code signa).

× Avatar : :
James Franco le beau gosse.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: It's called trust. | Faith & Naël. Mar 3 Fév - 21:17



it's called trust.
(thirty seconds to mars) ▽ A warning to the people, the good and the evil : this is war. To the soldier, the civillian, the martyr, the victim : this is war. It's the moment of truth it's the moment to lie, it's the moment to live and the moment to die
Aaaah Faith. La douce et délicate Faith - ironie -. Naël n'a pas le temps de rechigner, elle l'aveugle puis rentre dans la maison. La garce ! Un grognement un peu tardif s'échappe de ses lèvres, bien vite remplacé par le sourire débile qui le caractérise si bien. Il ne le quitte pas souvent, celui-là, mais c'est ce qui fait son charme. C'est mieux ça qu'un type qui tire la tronche à longueur de journée, non ? Lui le pense. Et il ne changera ni d'avis, ni de comportement. Naël ne s'attarde pas plus longuement dans la même pièce que Faith et se tire de là. En fait, il a beau apprécier leurs joutes verbales fréquentes, il arrive toujours un moment où il a besoin de respirer. Cela devient vital. Ces moments sont précieux et bien trop rares à son goût. Il en profite donc, une fois à l'étage. Il prend de profondes inspirations, se met même à siffloter une fois qu'il est sûr qu'aucun survivant n'est dans le coin. Pour les rôdeurs, il en fait son affaire ; son nunchaku étant son plus fidèle allié. Il aimerait bien s'en servir mais il semblerait qu'aujourd'hui ne soit pas le jour pour ça : aucun rôdeur à déplorer. « Merde hein. » Marmonne-t-il, mécontent. Sa mauvaise humeur est de courte durée : il aperçoit un paquet de cigarettes posé sur une table de nuit et tous ses soucis s'envolent aussitôt. Il l'attrape et gémit - oui, gémit - en voyant qu'il en reste quelques unes dedans. Putain, putain, putain, putain ! Quand la voix de Faith se fait entendre, de l'étage du dessous, Naël est sur le point de se mettre à sauter de partout dans la chambre - des parents, semble-t-il -. Il s'arrête en plein mouvement, le bras à moitié en l'air. « AH ? » Crie-t-il à moitié pour se faire entendre. Presque aussitôt, il ajoute : « Pas trouvé, je continue à chercher ! » Il devrait peut-être dire "je vais commencer à chercher" mais non ... elle risquerait bien de lui loger une balle entre les deux yeux.

L'idiot glisse le paquet de clopes dans le manteau de sa veste, puis range son couteau. De cette façon, il a enfin les mains libres pour fouiller la pièce, et celles qui suivront. Un rapide coup d'oeil autour de lui lui apprend que non, il n'y a pas de talkie-walkie à proximité. Mais ce n'est pas ce qui va l'arrêter : faut fouiller. Il soulève la couverture poussiéreuse du lit ; rien en dessous. Il regarde parmi le bordel sur le bureau ; rien non plus. Dans l'armoire, toujours rien. C'est seulement quand il investit la seconde pièce, une chambre d'enfants, qu'il voit l'objet de ses recherches : le dit talkie walkie. Il prend quelques secondes pour l'inspecter sous tous les coins mais comprend bien vite comment il fonctionne. Son fidèle sourire idiot aux lèvres, il appuie sur le bouton au-dessus et lance : « Pas encore morte ? » Le genre de blague idiote qu'il sort sans réfléchir. Faith n'en raffole pas mais, en fait, il s'en fout. Il ne va quand même pas changer pour une gonzesse ! Naël prend quelques instants supplémentaires pour fouiller cette seconde pièce mais il ne trouve rien de bien concluant. De toute façon, ses pensées sont toutes tournées en direction du paquet de clopes, bien à l'abri dans la poche extérieure de sa veste. FUMER. Tout guilleret, c'est en sautillant que Naël rejoint la blonde toujours au rez-de-chaussée. « Alors t'as trouvé quelque chose d'intéressant ? Je me dis que ce serait peut-être mieux de fouiller à deux. Je sais que ma présence t'est indispensable alors ... Me voilà. » Il lui lance un sourire dont il a le secret, persuadé de l'énerver de cette façon, et avec ses mots. Ce n'est pas bien difficile d'y parvenir de toute façon et il n'a vraiment que ça à sa portée ; à Faith d'en subir les conséquences. Et Naël tous ses retours, bien sûr ... Parce qu'elle n'est pas en reste, il faut bien le dire.
(c) AMIANTE



_________________
Maybe it wasn't meant to be, not at all.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: It's called trust. | Faith & Naël. Mar 3 Fév - 22:18

it's called trust


It's good having someone to watch your back. Δ Faith & Naël.


Le temps qu’il trouve le talkie-walkie, Faith était retournée dans la cuisine et s’était accoudée à la table de bois, tandis qu’elle laissait son regard se poser par l’une des fenêtres, guettant les alentours. Elle espérait ne pas rencontrer trop d’emmerdes, aujourd’hui. Elle avait juste envie d’un peu de tranquillité, pour une fois. A chaque fois qu’ils faisaient des fouilles, ça terminait toujours mal. Soit à cause des zombies, soit à cause de Naël ou des Hommes. Mais c’était souvent à cause du brun. A chaque fois qu’ils s’engueulaient, ils attiraient les autres à cause du boucan qu’ils provoquaient. Elle, elle ne lui criait dessus que parce qu’il le méritait. Il était tellement con, des fois. Ou plutôt, quasi tout le temps ! D’ailleurs, en parlant du loup : il venait de la faire sursauter. Elle avait perdu le fil du temps et il semblait être tombé sur l’autre talkie-walkie. Elle n’avait même pas envie de lui répondre, pour la peine. Elle l’ignora donc, se promettant de se venger par la suite. Parce qu’avec lui, ça ne s’arrêtait pas à de simples blagues : non, il fallait qu’il continue encore, jusqu’à ce qu’elle en soit saoulée. Et elle en était proche. C’était vraiment un gamin. Il était plus vieux qu’elle, et pourtant, c’était lui qui agissait comme s’il avait quinze ans. Eh ouais, ma vieille. Tu l’as bien cherché. Parce que oui, elle pouvait très bien se tirer du jour au lendemain, si elle le voulait. Mais elle n’était pas vraiment sûre. Elle roulait les yeux au ciel, il redescendait avec son stupide sourire plaqué sur les traits de son visage. Sa barbe était le seul point où elle pouvait dire que ce n’était pas un gosse. Il était fier de sa petite blague, et ça énervait Faith de le voir tout content de lui. Elle fronça les sourcils, et se mordit légèrement la lèvre inférieure à l’entente de sa phrase, histoire de calmer sa colère. Mais il la cherchait : il allait la trouver. Elle se redressa vers lui quand il approcha, l’attrapant par le col, alors qu’elle le poussa contre la table, vers l’arrière. Quand il fut à moitié allongé sur cette dernière, elle attrapa le couteau qu’elle avait trouvé plus tôt et d’un geste vif, elle l’abattit dans le bois, juste à trois ou quatre centimètres de sa tête.

- En effet, j’trouve des choses intéressantes, répondit-elle alors à sa question. Prochaine fois, je te plante ce couteau à un endroit qui te manquera certainement.

Attendant un instant, elle desserra ses doigts de son col et se redressa, laissant le couteau planté dans le bois de la table.  Il devait sans doute la prendre pour une folle, comme d’habitude. Avec elle, on ne savait jamais ce qui allait se passer. Parfois, sa colère passait par ses mots, ou alors par des gestes. Elle était assez spontanée. Néanmoins, même si elle avait pensé ses paroles sur le moment, elle savait qu’elle ne le ferait probablement pas. C’était la seule personne qui était en quelque sorte proche d’elle. Triste à en crever.

- Et toi, t’as trouvé quoi à part tes blagues merdiques ?, demanda la blonde d’un ton sec, tout en lui lançant un regard équivoque.

Elle débordait tellement de sympathie, que c’en était vomitif ! mais putain, elle en avait marre qu’il fasse toujours le gosse. Ils en avaient déjà une sous les bras, pas besoin d’en avoir un deuxième. Il n’en n’avait jamais à foutre de rien. Elle avait l’impression que pour lui, tout était une grosse blague. C’était son caractère enfantin qui allait un jour causer sa perte.

- J’suis censée te faire confiance, putain.

Il l’avait cherchée, il l’avait trouvée. Même si ce n’était pas sa faute, s’il n’y avait rien en haut, elle le lui mettrait quand même sur le dos. Il savait très bien comment l’emmerder et on ne pouvait pas dire qu’il l’avait évité. Alors elle en avait rien à foutre de mâcher ses mots. C’était mérité. S’il continuait comme ça, l’un deux allait s’faire tuer.

© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.

× A propos du vaccin : :
Merci mais non merci.

× Âge du perso : :
33 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, chez les sauveurs.

× Avant, j'étais : :
Guitariste à temps partiel.

× Messages : :
2545

× Points de vie : :
78

× Copyright : :
© hedgekey (avatar), © schizo' (code signa).

× Avatar : :
James Franco le beau gosse.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: It's called trust. | Faith & Naël. Ven 6 Fév - 23:39



it's called trust.
(thirty seconds to mars) ▽ A warning to the people, the good and the evil : this is war. To the soldier, the civillian, the martyr, the victim : this is war. It's the moment of truth it's the moment to lie, it's the moment to live and the moment to die
Naël redescend, son sourire habituel planté sur son visage. Il sait que cela énerve Faith et ne se gêne pas pour accompagner le tout d'une blague tout ce qu'il y a de plus drôle. Du moins, à son sens ; Faith n'a pas l'air de la juger à sa juste valeur. C'est le moins que l'on puisse dire ... Avant qu'il n'ait eu le temps de comprendre ce qu'il lui arrivait, elle l'attrape par le col et le fait basculer en arrière, sur la table. Son sourire crétin ne le quitte pas une seule seconde. En fait, tout un tas de blagues toutes plus stupides les unes que les autres lui passent par la tête. Il les retient, ce serait quand même con de lui donner une véritable de raison de le planter, hein ? Le couteau qu'il plante juste à côté de sa tête le surprend bien plus qu'il ne veut bien le montrer, hors de question qu'elle le sache. « T'es bien à fleur de peau aujourd'hui. » Fait-il remarque sur un ton narquois et moqueur au possible. Bah non, ça ne lui sert pas de leçon ; Faith doit bien le savoir maintenant. Rien ne l'atteint ... En apparence. « Euhm, j'ai trouvé un paquet de clopes. Je ne suis pas sûre que tu en mérites une, cela dit. » Elle va le détester pour de bon, hein ? Qu'importe, il n'est pas à ça près. Et, en fait, il s'en contre-fout. Il fait fit de ses remarques acides et froides, continue à paraître chaleureux et gamin. Il ne changera pas de si tôt. Naël achève de se redresser et fait mine de lisser son col, qu'elle a agrippé sans la moindre once de douceur. Pfff, elle non plus ne changera pas de si tôt ! Faith ne s'arrête pas en si bon chemin, acide et rancunière. Bah, en quoi a-t-il desservi la confiance qu'elle est censée porter en lui ? Rien de bien particulier, si ce n'est la taquiner comme à l'accoutumée.

Un soupir las s'échappe de ses lèvres ; pourquoi ne peut-elle pas se détendre au moins un peu ? Il n'y a pas de rôdeurs dans cette putain de maison, sinon ils l'auraient entendu depuis bel lurette. Il est peut-être temps qu'elle le comprenne et qu'elle retire le balai logé ... au mauvais endroit. Enfin bref, il est habitué à ce qu'elle agisse ainsi et c'est, dans le fond, ce qui le pousse à rester avec elle. Entre autres choses, bien sûr. « Bref bref bref. Tu ne m'as pas dit : t'as trouvé quelque chose ? » Sans lui accorder le moindre regard, il se déplace dans la pièce et ouvre le premier placard face auquel il se trouve. Dedans, de la poussière, de vieilles casseroles et autres plats du même genre. Rien de bien utile, cela va de soit. Il s'attaque au second placard, toujours le même résultat lamentable. Déterminé, il se tourne pour regarder de nouveau Faith. Bras croisés sur son torse, il attend d'obtenir une réponse de sa part, qui ne tardera sans doute pas. Le sourire de Naël disparaît au profit d'un haussement de sourcils faussement arrogant. Ce n'est pas son genre mais c'est peut-être le moment ou jamais de lui prouver qu'il n'est pas seulement le débile incapable de sentiments ou de sérieux. Il sait aussi que, pour survivre, ils ont besoin de vivres. Ils ont besoin de bouffe, besoin de tout ce qui pourrait s'avérer un tant soit peu utile. « On devrait peut-être tout fouiller pièce par pièce. » Fait-il finalement remarquer, sérieux au possible. Il ne pourra pas mieux faire, et sait d'ores et déjà que cela ne durera pas plus de quelques minutes. Faut pas trop lui en demander non plus ! Faith le sait bien, ça aussi. Elle est l'une des personnes qui le connaît mieux ... sans doute parce qu'ils ne sont plus que tous les trois, en fait.
(c) AMIANTE



_________________
Maybe it wasn't meant to be, not at all.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: It's called trust. | Faith & Naël. Dim 8 Fév - 15:12

it's called trust


It's good having someone to watch your back. Δ Faith & Naël.


A fleur de peau ? ouais, il pouvait dire ça. C’était pas vraiment de sa faute, de toute manière. C’est lui, qui n’arrêtait pas de la chercher et de lui lancer des vannes à tout va. Est-ce qu’il s’attendait à ce qu’elle reste tranquille, tandis qu’il n’arrêtait pas de l’emmerder ? Elle soupira, tandis qu’elle lui lança un regard furibond. Une œillade meurtrière valait mieux que mille mots. Et il le comprendrait bien, ce regard. Cela dit, sa seconde réflexion la fit tiquer. En y repensant un instant, un air plutôt mélancolique s’afficha sur les traits de son visage, tournant le visage dans le vide, histoire d’éviter de laisser ses yeux tomber dans les siens.

- Tu sais, y a un tas de trucs que je méritais pas et qui…

Sa phrase resta en suspend. Elle faisait allusion à des souvenirs douloureux, dont elle n’avait encore parlé à personne. Le simple fait d’évoquer cela lui fit un pincement au cœur. Elle serra légèrement les doigts contre son jeans, soufflant un beau coup avant de clore ses paupières un instant. Pendant un moment, elle garda le silence, repensant à toutes ces choses qu’elle avait vécues. La tromperie de son père, le suicide de sa mère, la colère, l’isolement. Parfois, on avait beau faire tout son possible pour avoir un bon Karma, le destin nous retombait quand même dessus. La vie était faite de mauvaises surprises.  Elle secoua la tête, s’empêchant de repenser à ces souvenirs, avant qu’elle ne tourne à nouveau le visage vers Naël. Elle était plus… calme. Elle se dirigea vers la cuisine et s’assit sur la table, face à lui. Elle désigna tout ce qu’elle avait trouvé d’un signe de la tête.

- J’ai trouvé plusieurs piles, le talkie-walkie, ce couteau, quelques aiguilles de couture et des conserves. Mais a part ça, y a rien. Donc ça sert à rien de regarder à nouveau dans les tiroirs que j’ai moi-même cherchés, vois-tu, dit-elle en le regardant, tandis qu’elle haussa l’un de ses sourcils.

Comme si elle avait raté des trucs. Elle n’était pas idiote, non plus. Elle haussa les épaules, balançant ses pieds légèrement, dans le vide. Puis, elle attrapa son sac à dos et fourra ses trouvailles dans ce dernier, histoire que rien ne se perde en chemin. Quant au second talkie-walkie, elle préférait que ce soit Naël qui l’ait. De ce fait, tous les deux pourraient communiquer, même quand ils ne seraient pas ensemble. C’était toujours mieux d’avoir du renfort, quelque part. Elle se redressa alors et referma son sac, après avoir glissé le premier talkie-walkie à sa taille, bien accroché. S’approchant ensuite du brun, après avoir récupérer son sac à dos, elle se planta devant lui et leva les yeux vers son visage. Son air faussement arrogant ne lui allait vraiment pas. Pour la peine, elle glissa son pouce contre son arcade sourcilière, lui ôtant cet air de ses traits. C’était un des rares moments où Faith était douce. Mais ça ne durait jamais longtemps : à peine cela fait, elle attrapa le talkie-walkie qu’il avait trouvé et le coinça également à sa taille, avant de faire demi-tour et de se diriger vers la porte.

- Y a plus rien ici, à part si tu veux des vieux vêtements de fermiers, lui dit-elle alors d’un air sardonique. On ferait mieux de...

Elle ne finit pas sa phrase. Au bout du sentier emprunté précédemment, elle pouvait apercevoir des inconnus. Ils étaient proches de la voiture. Ils devaient être au moins cinq : fouillant le véhicule en se demandant où se trouvaient les propriétaires. Elle referma la porte rapidement, avant de s’appuyer dos à celle-ci.

- Merde. Y a des gens dehors !, chuchota-t-elle d’un air semi inquiet.

Ils étaient deux et Nirvana était à l’extérieur, et elle ne l’avait pas vue depuis leur arrivée. Alors ouais, elle était quelque peu agacée de tomber nez à nez avec des inconnus, surtout si la plus jeune du groupe était restée dehors et était potentiellement dans le collimateur. Fallait qu’ils sortent la chercher et surtout, qu’ils se débarrassent de ces Hommes.


© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.

× A propos du vaccin : :
Merci mais non merci.

× Âge du perso : :
33 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, chez les sauveurs.

× Avant, j'étais : :
Guitariste à temps partiel.

× Messages : :
2545

× Points de vie : :
78

× Copyright : :
© hedgekey (avatar), © schizo' (code signa).

× Avatar : :
James Franco le beau gosse.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: It's called trust. | Faith & Naël. Lun 9 Fév - 23:40



it's called trust.
(thirty seconds to mars) ▽ A warning to the people, the good and the evil : this is war. To the soldier, the civillian, the martyr, the victim : this is war. It's the moment of truth it's the moment to lie, it's the moment to live and the moment to die
Soudain, Faith perd toute sa vitalité. Et Naël aussi. Il l'observe un instant, étonné de la voir aussi ... abattue tout à coup. Que laisse entendre cette phrase ? Qu'entend-elle par là ? Et qu'est-ce qui peut bien se cacher derrière ses airs mélancoliques ? Naël a bien du mal à retenir ses questions et pourtant, il parvient à rester silencieux. Notamment parce qu'il ne saurait pas quoi lui répondre si elle venait à lui parler de ses déboires passés. Ce n'est pas lui, tout ça. Il n'est pas capable d'écouter et de conseiller. Il n'est pas capable d'aimer. Alors que, pourtant, il doit bien être le seul à ne pas savoir qu'il tient à bon nombre de personnes maintenant ; Nirvana, Skylar, Isaac et, bien sûr, Faith. Peut-être vaut-il mieux pour lui qu'il reste encore un peu dans l'illusion, l'illusion que sa vie n'a pas tant changé que cela. Il reste donc silencieux, se contente de la suivre et de se placer à quelques mètres d'elle, non loin de la table trônant au milieu de la cuisine. C'est mieux qu'il ne relève pas. Sans compter que Faith n'a probablement aucune envie d'entendre quoi que ce soit venant de lui à ce propos. Les mots se sont certainement échappés de sa bouche, voilà tout. « Très bien. Alors on ferait peut-être bien d'y aller à moins que tu préfères rester ici pour la nuit. » Faith reprend la parole mais ne tarde pas à s'arrêter au beau milieu de sa phrase. Naël hausse un sourcil interrogateur, le regard planté dans sa direction. Qu'a-t-elle donc vu de si surprenant ? Il ne tarde pas à obtenir une réponse, ô combien effrayante. « Putain ! » S'exclame-t-il, à mi-chemin entre la colère et une peur sourde qui lui contracte les tripes. Bordel. Il veut la faire taire, prétendre qu'elle n'est pas là ; mais c'est plus fort que là. Et il se doute que la panique se lit sur chacun de ses traits.

A grandes enjambées, Naël vient se planter à côté de la fenêtre et jette un regard dehors. Aucune trace de Nirvana. Les survivants qui s'approchent, en revanche, sont déjà en train de fouiller dans la voiture. Bande de connards ! Il serait parfaitement inutile de continuer à se faire du mal pour rien en les observant trouver leurs armes et quelques réserves, Naël retourne donc auprès de Faith. « T'as vu Nirvana ? » Il chuchote, désireux de ne pas se faire entendre par les sales types qui traînent dehors. A n'en pas douter, ils ne tarderont pas à arriver ici et ce n'est pas en leur signalant leur présence que Naël réussira à les tirer de là. « Putain, dis-moi que t'as vu Nirvana. » La panique qui enserre sa gorge le trahit et se fait ressentir à travers l'intonation qu'il emploie mais il ne s'en soucie pas. A vrai dire, il ne s'en rend même pas compte. L'adrénaline et la peur d'avoir perdu pour de bon la jeune femme le terrorise et le statufie sur place. Enfin, presque. Parce qu'il ne compte pas se laisse abattre. « Il est hors de question qu'on la laisse là. Et hors de question qu'on laisse la voiture aussi, c'est toute ma vie. » C'est le moins que l'on puisse dire ! Il vivait là-dedans, autrefois. Et, en fait, il vit toujours dedans. Il n'y est juste plus tout seul. « Qu'est-ce qu'on fait ? » Il se sent ridicule à ne pas trouver de solution concrète mais il est incapable de réfléchir correctement. Il le faut bien, pourtant. Ses doigts viennent se poser sur ses tempes, qu'il masse doucement. Réfléchis, réfléchis, réfléchis. « On doit les attaquer de front. T'as pu voir combien ils étaient ? On n'est pas encore allés voir dans le grenier, peut-être qu'il y a des armes. » Y a plutôt intérêt, même ! Ils n'ont pas beaucoup de possibilités là, et Naël ne veut surtout pas qu'il arrive quoi que ce soit à Nirvana. Il n'attend donc pas la réponse de Faith et se précipite à l'étage. Il ne met pas trop longtemps avant de trouver la trappe qui le mène au grenier. Il y entre sans vraiment prendre de précautions et le parcoure en long, en large et en travers. Mais sans lumière, difficile de voir quoi que ce soit. « Faith c'est toi qui a la lampe torche, tu peux monter ? » Enfin, encore faut-il qu'elle l'ait bel et bien, cette lampe. Elle pourrait tout aussi bien être encore dans la voiture ... Voiture désormais envahie par des putains de survivants à la con.
(c) AMIANTE




Spoiler:
 

_________________
Maybe it wasn't meant to be, not at all.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: It's called trust. | Faith & Naël. Mar 10 Fév - 16:25

it's called trust


It's good having someone to watch your back. Δ Faith & Naël.


La situation était suffisamment stressante pour que Naël en rajoute davantage. Il lui foutait la pression avec toutes ses questions et ses affirmations ! Elle n’avait même pas le temps de trouver une réponse qu’il enchaînait avec une autre question. Comme si c’était de sa faute à elle ! Elle aussi, avec la frousse. Rencontrer des inconnus c’était toujours pire que de tomber nez à nez avec des zombies et elle était bien placée pour le savoir. A chaque fois qu’elle avait rencontré des survivants, ça s’était très mal fini. Cette fois n’allait pas être une exception. Comme si la situation n’était pas assez merdique, ils avaient laissés leurs armes à feu dans la voiture. Sur elle, elle n’avait que son sac à dos et deux couteau. Elle était loin de faire le poids face à plusieurs armes pointées sur elle.  

- Non, j’ai pas vu Nirvana. Elle doit être aux alentours de la maison, chuchota la blonde en laissant ses yeux fouiller les lieux. On va la retrouver, et on va récupérer ta voiture. Je te le promets.

Elle savait que toutes les deux comptaient à ses yeux et elle en serait agacée de le voir dévasté, s'ils ne retrouvaient par Nirvana et laissaient ces étrangers mettre la main sur les affaires et le véhicule. Ce monde était déjà gâché, il fallait éviter d’empirer la situation en perdant les seules choses qui comptaient à nos yeux. Soudain, naël lui demande qu’est-ce qu’ils doivent faire. Elle n’en a aucune idée, à vrai dire. Et le temps qu’elle pense à un plan, ce dernier est déjà parti à l’étage, avec les brides d’un plan de bataille. Elle soupira, ne l’arrêtant pas dans sa course. S’il y avait bien une chose qu’elle avait envie d’éviter, c’était de s’engueuler avec lui. Mais elle avait un autre plan qui venait tout juste de lui traverser l’esprit. Elle allait le garder pour elle, et se contenter d’apporter la lampe de poche qu’il venait de lui réclamer. Elle enleva son sac à dos et grimpa rejoindre le brun, avant de lui tendre l'objet. Suite à cela, elle lui adressa un dernier regard, ne se préoccupant pas des possibles trouvailles. Elle fit demi-tour et s’échappa du grenier, afin de regagner le rez-de-chaussée. Elle inspira un bon coup, se préparant au plan stupide qu’elle venait de mettre en place, priant secrètement que Naël tombe quand même sur des armes pratiques. Elle ouvrit la porte et la referma derrière elle dans un bruit suffisamment élevé pour attirer l’attention. On l’avait repérée. Plusieurs armes se pointaient déjà sur elle, et elle se dépêcha de courir vers la grange, se cachant derrière les hautes herbes, afin d’éviter de se faire tirer dessus. Elle l’échappa belle. Elle avait bien fait de s’abaisser de la sorte, sinon on lui aurait tiré dessus. Une chose était sûre ; ce n’était pas des tireurs d’élites. Elle arriva à destination, ouvrant la porte à la volée avant de s’engouffrer à l’intérieur. Soudain, elle se ramassa un coup solide dans le ventre et se plia en deux, étouffant un bruit de douleur.

- Putain, Nirvana ! C’est Faith !, s’énerva à moitié la blonde quand elle remarqua l’adolescente. Je sais, t'es désolée. Dieu merci, tu vas bien. On pensait qu'il t'étais arrivé un truc... oui, on s'en fout. Ecoute-moi, putain. Dans quelques instants, des gens vont débarquer ici, ok ? Tu fais en sorte d’en attirer un en haut et je m’occupe du premier qui rentre ici. T’as compris ? Dis-moi que t'as compris. Ok. Ok, bien. souffla-t-elle d’un air paniqué.

Elle jeta un regard par la fenêtre, ravie de constater qu’il faisait sombre à l’intérieur de la grange. Le manque de clarté pourrait leur servir d’avantage, pour une fois. Au loin, elle remarqua deux personnes qui accouraient ici, tandis qu’une femme et un homme se dirigeaient vers la maison principale, croyant certainement que d’autres survivants se cachaient à l’intérieur. Il fallait qu’elle prévienne Naël. Elle attrapa son talkie-walkie.

- Naël. J’ai trouvé Nirvana dans la Grange. Y a un type et une femme qui viennent dans ta direction, ils sont armés. Près de ta voiture, y a encore quelqu’un, mais je vois rien, d’ici. Nirvana et moi on va s’occuper des deux types qui viennent par ici. On va bien, ok ? Arrange-toi juste pour… pour rester en vie.

Cela fait, elle rangea son appareil à sa taille et jeta un œil à Nirvana qui grimpa l’échelle du fond, se dirigeant à l’étage. Faith, quant à elle, s’était cachée derrière un ballot de paille, caché dans l’obscurité. Elle n’eut même pas le temps de reprendre son souffle, que la porte s’ouvrit brusquement sur deux inconnus. Ils avaient des armes à feu. Merde. Il fallait qu’elles parviennent à se débarrasser de leurs armes. Dans ces moments, on regrettait presque la compagnie des zombies, putain. Eux au moins, ils n’étaient pas aussi vivaces et dangereux.


Spoiler:
 

© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.

× A propos du vaccin : :
Merci mais non merci.

× Âge du perso : :
33 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, chez les sauveurs.

× Avant, j'étais : :
Guitariste à temps partiel.

× Messages : :
2545

× Points de vie : :
78

× Copyright : :
© hedgekey (avatar), © schizo' (code signa).

× Avatar : :
James Franco le beau gosse.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: It's called trust. | Faith & Naël. Sam 14 Fév - 1:57



it's called trust.
(thirty seconds to mars) ▽ A warning to the people, the good and the evil : this is war. To the soldier, the civillian, the martyr, the victim : this is war. It's the moment of truth it's the moment to lie, it's the moment to live and the moment to die
L'idée d'avoir peut-être perdu Nirvana fait réagir Naël au quart de tour. Il n'est pas habitué à ressentir quoi que ce soit pour qui que ce soit dans quelque situation que ce soit. Et pourtant, son empressement et la peur qui lui tort les entrailles achève de le convaincre qu'il tient sincèrement à la p'tite blonde. Qui le déteste. Franchement, il aurait pu choisir mieux comme acolyte de voyage, non ? Entre Nirvana et Faith, il est servi le pauvre. Mais ce n'est pas le moment de penser à tout cela ; la plus jeune du groupe est en danger. Et Naël la retrouvera coûte que coûte. Il est prêt à tuer pour la retrouver en pleine forme, il le sait sans oser se l'avouer. Depuis quand est-il devenu ce genre de personne ? Quand a-t-il perdu son bon vieux caractère de merde et son asociabilité complète ? Il ne comprend pas, il ne cherche pas à comprendre. Cela fait un moment qu'il se doute de tout cela, et tout aussi longtemps qu'il a abandonné l'idée de faire marche arrière ; il est perdu, c'est foutu. Précipitamment, Naël fouille le grenier, il ne pense même pas à remercier Faith pour la lampe torche - elle l'incendiera plus tard, va -. En fait, il lui prend des mains, l'allume et repart à la conquête de ces lieux autrefois obscurs et désormais éclairés par la luminosité intense. Il doit retenir un hurlement de soulagement - ou un Hallelujah tonitruant, au choix - quand ses yeux se posent sur l'objet de ses rêves. Enfin, façon de parler. Un genre de revolver est posé dans un coin. Le cœur battant à tout rompre, le souffle court, il se précipite dessus et vérifie qu'il est chargé. Second hallelujah de soulagement ; il reste quelques balles dans le chargeur. Une dizaine, compte-t-il mentalement et rapidement. Mais pas le temps de s'attarder, en quelques minutes à peine il est de retour au rez-de-chaussée. Ce n'est que là que ce crétin constate que Faith a disparu, elle aussi. Putain de bordel de merde ! Sa course le pousse à s'arrêter au niveau du talkie-walkie abandonné dans la cuisine. Choix judicieux, puisque la voix de la jeune femme se fait bientôt entendre. « Reçu. » Il est bref, mais ce n'est pas vraiment par choix ; déjà, il entend des voix, des chuchotis en fait. Les types ne sont donc plus très loin de la porte d'entrée. Naël range le talkie-walkie au niveau de sa ceinture et entreprend de se mettre à l'abri d'un mur.

Ce serait stupide d'utiliser l'arme à feu alors que d'autres types sont dehors, il sort donc un couteau et garde le revolver dans sa seconde main ; il ne peut pas non plus y aller désarmé. Ils sont deux, lui est seul. C'est l'homme qui passe le premier le pas de la porte, Naël l'aperçoit dans l’interstice de la porte derrière laquelle il a trouvé refuge. Tout se passe très vite ensuite ; conscient d'avoir l'effet de surprise de son côté, le moustachu ouvre brutalement la porte, laquelle vient s'écraser contre la tête du survivant armé. La femme a tôt fait de braquer son arme dans sa direction mais Naël se jette en avant et l'agrippe avant qu'elle ait pu appuyer sur la gâchette. Aucune arme n'est tirée, le type dehors ne devrait donc pas avoir entendu quoi que ce soit. Il n'aurait peut-être pas dû parler trop vite ; la femme n'a pas dit son dernier mot. Si le type est toujours par terre - sans aucun doute assommé - elle sort un couteau et essaye d'atteindre Naël. Elle rate de peu sa tête, atteint son bras venu se positionner devant pour éviter l'impact. La plaie est superficielle mais cela n'empêche pas l'agacement prodigieux du blessé qui assomme la femme cette fois, d'un coup de poing bien placé. Il n'a pas pour habitude de frapper le sexe faible mais quand y a pas le choix, y a pas le choix ! Naël souffle un bon coup, récupère les différentes armes des survivants, et sort de la maison. Regrettable erreur ; le type près de la voiture le repère et il le voit sortir une arme. Aussitôt, Naël lève le revolver et tire plusieurs balles ; l'une d'entre elle atteint son assaillant au niveau du ventre, il tombe raide mort. Pas de temps à perdre sur d'éventuelles lamentations ; Nirvana et Faith sont toujours quelque part, potentiellement en danger. Parce que s'il se souvient bien, ils n'étaient pas trois, mais beaucoup plus. On sont donc passés tous les autres ? C'est en courant que Naël prend la direction de la grange, pas tout à fait certain d'être prêt à découvrir ce qu'il est advenu des deux jeunes femmes, mais désireux de le découvrir. Il le faudra bien, de toute façon !/div>
(c) AMIANTE



_________________
Maybe it wasn't meant to be, not at all.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: It's called trust. | Faith & Naël. Jeu 19 Fév - 1:02

it's called trust


It's good having someone to watch your back. Δ Faith & Naël.


La porte s’ouvre, laissant les deux hommes entrer à l’intérieur de la grange. Faith lance un regard vers le haut et aperçoit Nirvana, au-dessus. Elle cherche son regard de ses yeux et quand le contact est établi, elle lui fit un petit signe de la tête ; c’était maintenant le temps de les disperser, afin d’éviter les dégâts. Dés lors, Nirvana lance une pierre trouvée sur l’un des hommes qui, presque immédiatement, se met sur ses gardes et cherche les environs de ses yeux méprisants. Soudain, il aperçoit la blonde et d’un pas décidé, ils se décident tous les deux à monter. Avant que les deux n’aient le temps de le faire, Faith fait tomber un ballot de foin, juste à côté d’elle. De la sorte, elle espère les diviser, comme le plan était supposé se dérouler. Coup de bol, l’un monte et l’autre reste ici. Il si dirige vers elle, le fusil dans sa direction. Mais ils ne tirent pas ; ils doivent avoir peur d’attirer des zombies, si jamais ils osent le faire. L’adrénaline se disperse à travers le corps de la blonde, craignait pour sa vie et pour celle de l’adolescente. Elle tente vainement de se convaincre que Nirvana parviendra à l’assommer, tout au plus. Sa canne est tout de même assez lourde et plutôt utile. Elle lui a d’ailleurs fait mal, juste avant qu’elle n’arrive dans la grange. Oui, il fallait qu’elle reste sur cette idée, sinon elle ne pourrait pas se concentrer sur l’inconnu qui avançait vers elle. Mais elle attend qu’il s’approche, elle le guette entre les ballots de foins, cherchant du regard la position exacte de ce dernier. Elle regarder à ses côtés, souffle un bon coup et aperçoit de la terre. Elle en agrippe le plus possible entre ses doigts et quand l’inconnu est assez proche d’elle, elle se redresse d’un coup vif et balance sa trouvaille au visage de ce dernier, l’aveuglant quelques secondes seulement, mais suffisamment pour courir vers sa personne, l’empoigner, le plaquer par terre et lui retirer son arme des mains, par la même occasion. En même temps, alors que l’autre type tourne la tête dans sa direction pour tirer sur la première chose qu’il voit, il manque de peu sa cible, quand Nirvana lui inflige un coup de canne sur la tête. Elle dû y mettre toute la force dont elle étai capable, parce qu’il semblait dans la lune pendant un instant.

Affalée sur le gars, elle a à peine le temps d’attraper le couteau qu’elle avait gardé sur elle, qu’il inverse les positions et la retourne sur le dos sans ménagement. Elle pousse un cri de surprise, avant de se débattre du mieux qu’elle pu, balançant des coups des coups de pieds, brandissant la lame de son couteau un peu dans tous les sens. Mais il fallait être rationnel ; sa force comparée à la sienne était bien mince. Il intercepta son bras et encercla son poignet de ses doigts, le serrant fortement, avant de le plaquer par-dessus sa tête. De l’autre main, il enserra son cou. Le souffle lui manquait. Et pourtant, elle tentait tant bien que mal de s’échapper, frappant son visage de son poing libre, griffant, si elle pouvait. Heureusement pour elle, l’autre type avait fini par être dans les vapes et les coups de feu qui s’étaient fait entendre à l’extérieur avaient distrait ce dernier. Elle profita de son inattention pour libérer sa main et lui assener un coup de couteau dans l’épaule. Lâchant un râle de douleur, il semblait affaibli et elle le poussa violemment vers l’arrière, se relevant par la même occasion.

- Nirvana, vas te cacher j’arri…

La fin de sa phrase s’était arrêtée lorsqu’elle avait grimpé deux ou trois échelons de l’échelle du fond, avant de se faire tirer par le pied, vers l’arrière. Elle essaya de minimaliser sa chute en se retenant aux échelons, lorsque qu’elle tomba lourdement sur le ventre, se cognant la tête et s’ouvrant la lèvre inférieure. Outch. Ça faisait un mal de chien ! elle avait le souffle court et son cœur battait à tout rompre dans sa cage thoracique. Un gémissement de douleur s’échappa de ses lèvres et elle fut retournée à nouveau, faisant face à son agresseur qui semblait bien décidé à en finir avec ces conneries. Mais soudain, alors que la situation semblait désespérée, elle entendit du bruit provenant de l’entrée de la grange et sans même le savoir, elle espéra que c’était Naël. Alors elle cria après lui plusieurs fois, priant qu’il ne soit pas l’une des autres personnes qu’elle avait rencontrées plus tôt, et même aperçues.


© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.

× A propos du vaccin : :
Merci mais non merci.

× Âge du perso : :
33 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, chez les sauveurs.

× Avant, j'étais : :
Guitariste à temps partiel.

× Messages : :
2545

× Points de vie : :
78

× Copyright : :
© hedgekey (avatar), © schizo' (code signa).

× Avatar : :
James Franco le beau gosse.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: It's called trust. | Faith & Naël. Ven 20 Fév - 18:36



it's called trust.
(thirty seconds to mars) ▽ A warning to the people, the good and the evil : this is war. To the soldier, the civillian, the martyr, the victim : this is war. It's the moment of truth it's the moment to lie, it's the moment to live and the moment to die
Ils n'auraient jamais du se séparer. Ils auraient dû rester ensemble, putain. Naël réussit à éliminer trois des assaillants, sans savoir où sont les autres. Et s'ils étaient tous dans la grange, à la recherche de Faith et Nirvana ? Il ne veut pas y penser. Il ne veut pas imaginer qu'une telle chose soit possible. En fait, il préfère ne pas penser du tout, alors qu'il court en direction du bâtiment un peu à l'écart de la maison. Il se contente d'enchaîner les foulées, mécanique. Il se contente de regarder droit devant lui, à l'affût et méfiant. Il faut rester méfiant et prudent dans une telle situation. Les survivants ne sont pas leurs seuls ennemis, les rôdeurs, voraces, sont très dangereux aussi. Peut-être pas autant lorsqu'ils sont peu mais dangereux quand même. Ils doivent se tirer de là, point barre. Naël cesse sa course uniquement lorsqu'il se trouve face à l'entrée dans la grange. Il en pousse la lourde porte et jette un coup d’œil à l'intérieur, le cœur battant à tout rompre. Et s'il arrivait trop tard ? Et si ... Les cris de Faith, qu'il entend à ce moment-là, n'augurent rien de bon. Mais cela veut au moins dire qu'elle est en vie et c'est déjà un point de leur côté. Difficile de dire s'ils ont un réel avantage ou pas. Et, de toute façon, Naël n'a pas le temps de s'arrêter là-dessus pour y réfléchir plus longuement. Faith est en danger, Nirvana l'est probablement aussi. Il est grand temps qu'il les retrouve toutes les deux et qu'ils se barrent de là sans plus de cérémonie. A grand pas, le revolver braqué devant lui, Naël pénètre dans la grange et repère plus loin deux silhouettes sur le sol. Un type est sur Faith. Il va la tuer. Dans le feu de l'action, Naël préfère éviter de prendre plus de risques inutiles ; il ne tirera pas de coups de feu alors qu'il pourrait toucher Faith. Ou Nirvana. Et où est-elle d'ailleurs ? Il n'a pas le temps de le demander à Faith, il doit d'abord lui venir en aide. « Ta mère t'a jamais appris qu'on ne frappe pas les femmes, crétin ? » Quand le colosse tourne la tête dans sa direction, Naël note sans mal qu'il est atteint au visage lui aussi. Et ben ... Faith ne rigole pas !

Le type profite de son bref moment d'inattention - c'est qu'elle aurait presque pu s'en tirer sans lui, la Rosenbach - pour s'élancer dans sa direction et, bien vite, le désarmer. Ça, c'est pour le moins embêtant. Par un miracle qu'il ne s'explique pas lui-même, Naël réussit à pousser le flingue en direction de Faith avant qu'un poing ne s'écrase sur sa joue droite. « Ah putain, ça fait mal. » Ce gamin l'encaisse non sans quelques difficultés et a le temps d'esquiver le second coup. Lui-même frappe le type au ventre, sans grand succès. Le mec y pose sa main mais il s'en remet bien vite. Trop, peut-être. Putain, il aurait peut-être pas dû courir autant, sa fatigue évidente ne joue pas en sa faveur. Mais il est plus malin que lui : il réussit à sortir son couteau et à l'atteindre au niveau de l'épaule. Naël ne va pas sauver leur mise comme ça, mais le survivant ne peut plus l'atteindre avec autant de force et de précision et c'est tant mieux. Les coups ne pleuvent plus, tout à coup, et l'ancien guitariste réussit à enfoncer son couteau au niveau de son ventre cette fois, ce qui s'avère être beaucoup plus pertinent et utile. D'une légère pression au niveau de son épaule blessée, Naël réussit à coucher le mec par terre. Il récupère le couteau et tâche de ne pas regarder plus longtemps son corps blessé, en proie à une douleur difficile à masquer. Il n'aime pas tuer les survivants. Vraiment pas. En l'occurrence, c'était nécessaire : il aurait tuer Faith. « Y en a d'autres ? Où est Nirvana ? » Demande-t-il d'une voix éteinte, le teint blafard. Il déteste ça putain. Et, surtout, ils doivent se tirer de là. Qui sait combien ils sont au total ? Il pourrait très bien s'agir d'un groupe plus conséquent dont il est impossible de soupçonner le véritable nombre. Merde, merde, merde et re-merde.
(c) AMIANTE



_________________
Maybe it wasn't meant to be, not at all.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: It's called trust. | Faith & Naël. Lun 2 Mar - 0:21

it's called trust


It's good having someone to watch your back. Δ Faith & Naël.


Par miracle, Naël arrive et faith lui lança une œillade brève, à demi soulagée. Il attira l’attention du type qui était en train d’essayer de la tuer et ce fut suffisant pour qu’il se tire de là, sous l’emprise du brun. Pendant un instant, la blonde repris son souffle et se permis d’inhaler l’air à de grandes bouffées. L’air lui avait manqué et s’il n’était pas venu la sauver, elle ne sait même pas ce qu’elle serait devenue. Elle aurait certainement finie morte, alors que Nirvana aussi aurait été en danger. Malgré qu’elle insultait sans cesse Naël de gamin, elle devait reconnaître qu’il assurait toujours ses arrières. Et s’il aurait fallu décider d’une seule personne avec qui elle préférait être durant cette apocalypse, elle l’aurait choisi. Elle avait beau se prendre la tête avec ce dernier sans cesse, elle ne pouvait nier le fait qu’il lui avait déjà sauvé la vie à plusieurs reprises, maintenant. Et pour ça, elle lui en était reconnaissante. Mais ce n’était pas le moment de larmoyer sur la situation ; il venait de lui lancer son revolver. Elle se faufila vers lui et pointait droit devant, sans savoir si elle devait tirer ou non. Naël pourrait être touché et ce serait plus difficile pour se sortir d’ici en un seul morceau. Elle soupira, s’essuyant le sang qui coulait de sa lèvre inférieure. Elle hésitait longuement, parce qu’ils ne cessaient de se battre et de remuer l’un près de l’autre. À chaque fois qu’elle souhaitait tirer droit sur le type, Naël se positionnait devant lui et était en plein dans sa trajectoire. Merde. Elle avait qu’une envie, c’était d’en finir avec tout ça, mais tous les deux n’amélioraient en rien la situation. Elle sursauta. Le gars venait de se prendre un coup de couteau dans l’épaule, et elle était toujours assise sur le sol, prête à tirer dés le premier signe. Mais elle n’en n’avait pas besoin ; un autre coup de couteau vint se loger dans le ventre du type et il fut poussé vers l’arrière, dos contre le sol. Le souffle court, Faith releva les yeux vers un Naël paniqué, qui lui demanda où Nirvana était. Un peu secouée, il lui fallu un temps pour réagir et elle fini par lui désigner le haut de la grange, où la concernée pointa le bout de son nez. Comme si elle voulait vérifier que tout était dégagé. Faith, quand à elle, se décida à se redresser et se positionna sur ses pieds, tandis qu’elle jeta un regard vers le type sur le sol, à moitié mort. Elle ne comptait pas le laisser en vie. Elle s’approcha alors et pointa l’arme dans sa direction, visant la tête. Hésitant un bref instant, elle pressa la détente, s’assurant de la sorte qu’il ne vienne guère les retrouver plus tard. Mais il y avait toujours un autre gars, au-dessus.

- Y a un gars qui est encore en haut. Il est sonné, mais fais attention quand même.

Elle prévint le brun, se permettant de lui lancer une œillade attentive. Il semblait inquiet et même… paumé. Elle avait presque de la peine de le voir comme ça ; comme s’il croyait avoir tout perdu en un rien de temps. De plus, elle se sentait tout de même coupable. Après tout, c’est elle qui avait autant insisté pour venir ici. Elle se sentait donc la seul responsable de tout ce foutoir. Elle fronça les sourcils ; elle avait besoin d’être seule un moment. Elle fixa le sol de ses yeux et se dirigea vers l’extérieur de la grange, avant de se diriger vers la maison, où elle alla récupérer son sac à dos, avec ses nouvelles trouvailles. Ce serait idiot d’être venus ici pour finir par oublier ce qu’ils étaient sur le point d’emporter. Quelle merde, quand même. En deux secondes, tout avait dégénéré. Elle n’arrêtait pas de se demander ce qu’il se serait passé si elle n’avait pas voulu s’arrêter sur le bas côté de la route. C’était de sa faute si Naël s’était retrouvé à poignarder un gars, à se ramasser un coup dans le visage. C’était de sa faute si la vie de Nirvana avait été mise en danger. Et aussi, c’était de sa faute s’ils avaient presque perdus la voiture. Le bébé du brun. Il lui en aurait atrocement voulu, s’ils avaient emmenés cette dernière. Elle soupira, tandis qu’elle jeta un regard dans l’un des miroirs, admirant le résultat de cette bagarre. Sa lèvre saignait encore légèrement, et quelques entailles se faisaient voir sur son menton. Décidément, en plus de sa vilaine cicatrice sur l’un de ses flancs, elle allait vraiment finir par devenir recouvertes de plaies en tout genre.

- Bravo, Faith. T’as foutu la merde, souffla-t-elle pour elle-même, fixant son reflet dans le miroir.



© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.

× A propos du vaccin : :
Merci mais non merci.

× Âge du perso : :
33 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, chez les sauveurs.

× Avant, j'étais : :
Guitariste à temps partiel.

× Messages : :
2545

× Points de vie : :
78

× Copyright : :
© hedgekey (avatar), © schizo' (code signa).

× Avatar : :
James Franco le beau gosse.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: It's called trust. | Faith & Naël. Jeu 5 Mar - 1:08



it's called trust.
(thirty seconds to mars) ▽ A warning to the people, the good and the evil : this is war. To the soldier, the civillian, the martyr, the victim : this is war. It's the moment of truth it's the moment to lie, it's the moment to live and the moment to die
Les survivants, Naël s'en méfie. C'est comme ça, c'est son instinct de survie. Ils sont un peu tous devenus comme ça, l'errance et l'horreur les ont poussés à changer. Naël reste sur ses gardes, donc. Mais ce n'est pas pour autant qu'il aime en tuer. Achever un rôdeur, c'est une chose. Ôter la vie à une personne encore consciente et en plein état de ses moyens, c'en est une autre. Pourtant, là, il ne réfléchit pas. Il n'a pas le temps de le faire. La situation est grave, ils sont dans la merde. Et Faith et Nirvana sont en danger. Il a beau jouer l'imbécile qui se fiche de tout et de tout le monde, il tient à elles. Il ne veut pas qu'elle crève parce que des connards dans leur genre auront débarqué au mauvais moment. Alors, il frappe. Puis il lève son couteau et l'enfonce dans le corps de cet enculé. Sans se soucier des dégâts, sans même chercher à l'achever. Il n'a plus l'habitude de s'en prendre à des mecs bel et bien vivants. Ce n'est pas la tête qu'il vise. Il veut juste ... qu'il arrête de s'en prendre à eux. Qu'il ne puisse plus tenter de tuer Faith ou Nirvana. Naël se relève, à peine conscient de ce qu'il vient de faire. Ce n'est pas la première fois qu'il doit en venir aux mains avec un mec aussi vivant que lui, mais c'est bien la première fois qu'il en tue un. Quoi que ce n'est pas encore fait, le pauvre risque d'agoniser un peu. Naël n'a même pas le temps d'y penser : il veut retrouver Nirvana et s'assurer que tout est OK de son côté. Il suit le mouvement de Faith, aperçoit le visage de la petite blonde. Elle va bien. Elle a l'air un peu sous le choc elle aussi, mais elle va bien. C'est l'essentiel. Naël s'autorise un petit soupir de soulagement, bien vite interrompu par le tir de Faith qui résonne dans la grange. Merde, elle va attirer tous les rôdeurs et survivants du coin. Mais c'était nécessaire : il le sait. Ils ne peuvent pas se permettre de laisser un mec en vie derrière eux. Ils pourraient bien les retrouver et ce serait forcément désastreux.

Naël hoche la tête, signe qu'il a compris ce qu'elle vient de lui indiquer. Mais pas une seule fois il tourne la tête en direction de Faith et du désormais cadavre du type. Ça ne vaut pas le coup de regarder par là. Naël n'a pas peur de voir des horreurs, mais il est encore ... sonné par tout ce qu'il vient de se passer. Et il est tout retourné par les trop puissances émotions par lesquelles il vient de passer. Il n'est pas habitué à être inquiet, à se faire du soucis pour autrui. Normal qu'il soit tout chamboulé. Il parvient, on ne sait trop comment, à grimper l'échelle et à se place à hauteur de Nirvana. Il s'assure qu'elle va bien, qu'elle n'est pas blessée. Puis il fait ce qu'il doit - de toute évidence - faire : il achève le dernier type présent dans la grange. Un coup de poignard rapide, discret, bien placé. Il déteste faire ça, putain. Ce lâche n'a même pas le courage de regarder son cadavre, il retourne auprès de Nirvana et lui demande de retourner dans la voiture. Ils doivent faire vite et se tirer de là. Pas seulement parce qu'ils risquent de se faire attaquer à nouveau à tout instant - par des rôdeurs comme des survivants -, mais aussi parce que Naël a très envie de laisser tout ça derrière lui. Derrière eux. Le trop plein d'émotion lui file la nausée. A tel point qu'il finir par rendre ce qu'il n'a pas dans un coin de la grange. Heureusement, ni Faith ni Nirvana ne sont là pour assister à ce spectacle désolant et pitoyable. Il joue les durs, et il vomit comme une mauviette à cause d'une histoire toute conne ? Pathétique. Il s'essuie la bouche, rejoint Nirvana à la voiture pour boire quelques gorgées d'eau. Elle ne semble pas décidée à lui parler - ce qui ne change pas beaucoup de d'habitude à vrai dire - il prend donc rapidement la fuite. De toute façon, il faut qu'il retrouve Faith. Ils doivent à tout prix se casser de là ! « Faith ! Tout va bien ? » Demande-t-il une fois sur le seuil de la porte d'entrée de la maison. Il tâche de ne pas le montrer, mais il lui en faut peu pour s'inquiéter : c'est déjà reparti. Tout ça parce qu'il ne l'a pas vue depuis quelques minutes. Il touche le fond, le bougre. « On ferait mieux d'y aller j'pense, qui sait qui aurait pu être attiré par ton tir ... » Et Naël ne veut pas avoir à faire face à de nouveaux survivants potentiellement dangereux. Ils doivent partir, tant pis pour la fouille de la maison, ils en croiseront d'autre sur leur route. Et, avec un peu de chance, y aura de quoi les faire tenir dedans.
(c) AMIANTE



_________________
Maybe it wasn't meant to be, not at all.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: It's called trust. | Faith & Naël. Ven 6 Mar - 18:35

it's called trust


It's good having someone to watch your back. Δ Faith & Naël.


Seule dans la maison, désormais, Faith est perdue dans ses pensées, alors qu’elle contemple son reflet dans le miroir. Ça la plonge dans ses souvenirs douloureux et la réalité des événements la frappe de plein fouet. C’est le chaos, partout où ils iront, rien ne changera. Elle perd espoir, un peu chaque jour. Ce sont des jours comme ceux-là qui lui donnent encore l’impression d’être en vie. Parce que dans ces moments, elle se rend compte qu’elle ressent quelque chose. Depuis un moment, elle ressent un vide à l’intérieur, comme si son corps et son esprit étaient tous deux las. Elle ne pourrait les blâmer. Elle en est lasse aussi, de vivre de cette manière. Comme des… des survivants. Toujours à l’affût d’un bruit, toujours prudent, sur ses gardes. Même dormir est devenu une torture et un moment de tourments ; fermer l’œil éveille les angoisses enfouies. Leurs sens sont toujours éveillés. Cette vite n’en n’est même plus une. Et même si Faith montre à qui veut bien l’entendre que c’est une coriace qui gère parfaitement bien la situation, parfois elle craque et ce n’est même plus du tout le cas. Cette coquille se tire en douce et la laisse complètement paumée. Des larmes coulent le long de son visage, sans qu’elle puisse y faire quelque chose. Silencieusement, sans même un bruit. Le goût salé de ces dernières rappelle à la blonde qu’au final, elle est toujours en vie. Qu’elle ressent toujours quelque chose, qu’elle n’est pas totalement éteinte.  C’est à la fois un soulagement, mais aussi une honte. Parce que Naël vient de pointer le bout de son nez sur le pas de la porte et elle ne l’avait même pas entendu. Elle tourne la tête de l’autre côté, histoire qu’il ne la voit pas non plus pleurer comme une madeleine.

- Ca va, dit-elle simplement en s’essuyant rapidement les dernières larmes qui s’échappaient des ses yeux. J’arrive dans une minute.

Sa voix la trahissait légèrement, mais elle s’en fichait. Tout le monde avait le droit de montrer des signes de faiblesse, dans ce genre de situation. Vérifiant qu’il soit parti, elle souffla un bon coup et glissa ses mains contre les lanières de son sac à dos, agrippant ses dernières comme si elles eurent été une bouée de secours. Fin prête, elle jeta un dernier regard dans la maison et sorti de l’habitacle, refermant la porte de cette dernière. Nirvana était déjà dans la voiture, comme si rien ne s’était jamais produit. Elle rejoint ses deux compagnons de voyage et grimpe dans la voiture, s’enfermant dans cette dernière, ravie de se tirer de cet endroit qui les aura bien chamboulés, aujourd’hui. Quand la voiture s’apprête à démarrer, elle jette simplement un regard vers l’arrière, lançant un œillade à la blonde, vérifiant qu’elle n’a pas de dommages. Ok, tout va bien. Tant mieux, ça la rassure un peu et lui enlève un poids sur le cœur. La culpabilité est toujours présente, mais elle s’apaise légèrement, quand elle vérifie qu’ils n’ont pas perdus au change, au final. Même si c’était un massacre, ils ont quand même mis la main sur des vivres et de quoi être plus prudents, à l’avenir. Elle soupire longuement, laissant ses yeux retourner droit en direction de la route. Son regard est réfléchi, perdu dans ses pensées. Un tas de choses lui passe par la tête et pourtant, même si elle voudrait s’excuser auprès du brun, elle ne parvint à dire quelque chose. Elle sait qu’il avait raison d’être réticent à ne pas vouloir venir ici. Et elle, orgueilleuse comme elle l’est, elle n’arrive même pas à prononcer un simple « désolée » ou encore « tu avais raison ». Et pourtant… elle a l’impression qu’il faut qu’elle le dise. Ou qu’elle le remercie, tout au plus. Parce qu’il avait quand même risqué sa vie pour venir sauver la sienne. Et elle tenait aussi à lui, dans le fond. Fallait bien qu’elle fasse l’effort de montrer autre chose que son côté de garce sans cœur.

- Merci. Pour… pour ça. C’était un plan stupide, avoua-t-elle difficilement. J’avais juste envie de croire que quelque chose de bien pouvait enfin nous attendre, tu vois. Mais au final, c’est partout la même chose. Tu tues, ou on te tue. On vole les ressources des autres, on peine à… vivre. Si tu peux l’appeler comme ça. J’avais envie de croire que c’était possible qu’on vive vraiment pendant une journée. Mais ouais. C’était complètement débile.

Elle vidait son sac, pour une fois. Le coup de l’émotion, sans doute. Elle avait laissé s’échapper ces paroles, sans même se soucier de la personne à qui elle les répétait. Parce qu’au fond, elle pensait que lui aussi, il avait déjà eu ces mêmes pensées en tête. Comment ne le pouvait-il pas ? Ils étaient sur la route, sans même n’avoir aucune idée de la prochaine destination. En gros, un beau merdier.



© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.

× A propos du vaccin : :
Merci mais non merci.

× Âge du perso : :
33 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, chez les sauveurs.

× Avant, j'étais : :
Guitariste à temps partiel.

× Messages : :
2545

× Points de vie : :
78

× Copyright : :
© hedgekey (avatar), © schizo' (code signa).

× Avatar : :
James Franco le beau gosse.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: It's called trust. | Faith & Naël. Ven 13 Mar - 18:07



it's called trust.
(thirty seconds to mars) ▽ A warning to the people, the good and the evil : this is war. To the soldier, the civillian, the martyr, the victim : this is war. It's the moment of truth it's the moment to lie, it's the moment to live and the moment to die
Naël hausse les épaules et pivote sur ses pieds pour aller dans la voiture, auprès de Nirvana. Il ne devrait peut-être pas, mais il se contente de la réponse positive de Faith. En même temps, ils ne sont pas les meilleurs amis du monde ; Naël n'a aucune envie de lancer une énième dispute. Pas dans ces conditions. Pas après tout ce qui vient de se passer. Peut-être aurait-il dû entendre la voix tremblotante de Faith comme un signal d'alarme, lui indiquant que non, elle ne va pas bien. Mais ce n'est pas son genre. Naël ne sait pas gérer les émotions des autres et, à vrai dire, il ne les connaît même pas. Tout ce qu'il sait, c'est qu'ils ont failli y laisser leur peau aujourd'hui et qu'il est hors de question que cela se reproduise. On lui disait souvent, autrefois, que c'était un mec insensible et c'est le cas. Ou, en tout cas, ça l'était. Il a changé, ces derniers mois. Le fait de devoir sans cesse lutter pour rester en vie, le fait de ne plus avoir l'occasion de se poser quelques jours tout au plus dans des hôtels ou auberges en tout genre, tout cela a forcément eu un impact sur sa personnalité. Et sur sa manière de voir les choses aussi. Il a changé. Il ne saurait dire si c'est en bien ou en mal, même s'il considère son attachement pour les deux jeunes femmes comme une faiblesse. Mais, après tout, elles représentent à elle deux la raison pour laquelle il est toujours là. A garder espoir et à ne surtout pas arrêter de se battre. Sans elles, il ne serait plus grand chose c'est certain. Sans elles, il serait complètement perdu aussi. Survivre seul est un fardeau plus qu'autre chose ; un fardeau qu'il refuse à tout prix de porter. Disons que c'est uniquement parce qu'il ne veut pas passer le restant de ses jours seul, cela vaut mieux ... En attendant, Naël vérifie pour la énième fois que Nirvana est bien sur la banquette arrière ... et qu'elle va bien. N'est-ce pas là la preuve qu'il a totalement perdu le type qu'il était autrefois ? Peut-être. Mais ils sont vivants, c'est l'essentiel. C'est dans le silence le plus complet que Faith fait son retour, et s'installe sur le siège du côté passager.

Le brun démarre la voiture mais ne dit rien. Parce qu'il ne sait pas quoi dire mais aussi parce que cela fait du bien, un peu de silence. Et cela change franchement de leurs habitudes. Ils se battent quasi constamment, un peu d'apaisement ne peut faire de mal à personne. Et surtout pas à Nirvana, à l'arrière de la voiture qui a sans doute besoin de se reposer. Naël, pour sa part, serait bien incapable de dormir ou de faire ne serait-ce que fermer les yeux quelques instants. Malgré tout, il est encore tendu, encore sur les nerfs. Il n'a pas l'habitude de tuer des survivants. Et il déteste qu'ils aient tous les trois été si proches de la faim pour une seule putain de sortie. Ils ont les vivres, c'est l'essentiel. Mais ce n'est pas suffisant ; cela n'effacera pas tout le sang qu'il a sur les mains. Faith brise le silence la première, prenant Naël au dépourvu. Par automatisme, il tourne la tête dans sa direction comme pour vérifier que c'est bel et bien elle qui vient de prendre la parole pour ... le remercier ! Il lui sourit vaguement, avant de se focaliser totalement sur la route qui défile. Aucune voiture à l'horizon bien sûr, mais des rôdeurs pourraient survenir n'importe où, n'importe comment. Et ils pourraient bien tomber sur un cimetière de voitures, dernière preuve des tentatives vaines de fuite de la part des survivants américains. Malgré sa concentration extrême, Naël parvient sans la moindre difficulté à écouter chacune des paroles de Faith. Bien sûr qu'il est d'accord avec elle. Mais cela ne l'empêche pas d'être toujours aussi surpris de l'entendre lui dire tout ça ... à lui. « C'est ... comme ça, malheureusement. On trouvera un autre endroit pour dormir, au moins quelques jours. » Il ne peut rien promettre ; tout ce qu'il peut faire, c'est garder la foi. Pour eux trois. « La prochaine fois, on établira un plan plus solide. Sérieux, t'imagines si j'devais me retrouver seul avec ... » De quelques signes de tête explicites, il désigne la banquette arrière sur laquelle se trouve Nirvana. Bien sûr, il ne peut pas rester sérieux plus longtemps. Tout ça le met mal à l'aise - d'autant plus que cela vient de Faith -, alors il ressent presque instantanément le besoin de détendre l'atmosphère avec une ou quelques blague/s vaseuse/s. « Si tu veux te reposer tu peux, j'devrai tenir quelques heures sans trop de soucis. » Une fois de plus, il lui sourit. Un sourire sincère pour lui montrer qu'il ne lui en veut pas le moins du monde pour ce qui vient de se passer. Comment pourrait-il ? Ce n'est pas de sa faute ; loin de là.
(c) AMIANTE



_________________
Maybe it wasn't meant to be, not at all.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: It's called trust. | Faith & Naël. Mar 17 Mar - 17:09

it's called trust


It's good having someone to watch your back. Δ Faith & Naël.


Naël lui offre un sourire auquel elle ne répond pas, parce que son visage est déjà tourné vers la fenêtre, là où ses yeux se perdent parmi les arbres qui passent sous son regard. Elle laisse son esprit s’évader un instant. Loin de tout ce qui vient de se dérouler, quelques minutes auparavant. Loin de la personne qu’elle est devenue ; une meurtrière. Ironique, pour une ancienne avocate. Elle qui défendait la justice venait de sceller d’un homme sans même y repenser deux fois. Elle avait juste tiré une balle dans son crâne et sans une once de remord ou de doute. Est-ce que tout le monde devenait comme ça, ou c’était juste elle ? Naël avait eu l’air perturbé par ce geste, alors qu’elle, elle avait juste fait ce qu’il fallait faire, sans même être dérangé par le fait de tuer quelqu’un. Parfois, elle se sentait différente. Plus dure qu’avant –si cela était même possible-, mais à la fin changée. Parce que depuis le début de cette apocalypse, elle n’était jamais restée aussi longtemps avec quelqu’un. En quelque sorte, elle avait peur de la suite des événements. Parfois, elle était atroce avec lui sans aucune raison particulière, mais juste pour le simple fait qu’elle craignait qu’il ne s’approche trop d’elle. Après, s’il mourrait, elle allait sans doute repenser à lui, et il parviendrait même à lui manquer. Ce qu’elle préférait éviter. De nos jours, être insensible portait ses fruits. On n’avait pas besoin de se soucier d’une autre personne que soi. Il fallait juste qu’on pense à soi-même. Malheureusement, parfois les choses ne se déroulent pas comme on le pensait. Est-ce qu’elle avait eu envie de se trimballer une adolescente ? Pas le moins du monde. elle aurait juste aimé être toute seule, survivre grâce à son intuition. Mais c’est trop tard, dorénavant. Elle est « coincée » avec eux. Elle pivote le visage vers le brun, l’observant un instant, tandis qu’il tenta de meubler la conversation. Elle ne l’avait jamais vu aussi sérieux et mal à l’aise à la fois. Ca lui arrachait même un sourire sarcastique. Il ne devait certainement pas être habitué à ce qu’elle lui balance de telles pensées. Surtout pour le remercier.

- C’est clair que tu serais perdu. Te coltiner une ado comme seule compagnie…

Elle redevint sérieuse, tandis qu’elle jeta un regard vers la banquette arrière, appuyant son menton contre le siège, admirant le visage endormi de la jeune blonde. Elle avait l’air paisible, comme si rien ne s’était produit. Elle avait encore cette insouciante qu’ont les enfants. Même si elle se montrait forte, elle ne pouvait ignorer son côté fragile. Occupée à la regarder, elle remarqua qu’elle était rassurée, qu’il ne lui était rien arrivé. Même si elles n’étaient pas les meilleures amies du monde, elles étaient assez proches qu’on puisse l’être, avec leur caractère silencieux. En plus, elle n’avait rien demandé, de tout ça. Un beau jour, ils l’avait juste embarquée et le choix ne s’était pas trop offert à Nirvana. Elle était seule et ils avaient dit qu’ils allaient la protéger. C’était un minimum, de respecter leur promesse. Faith, elle tenait toujours les promesses.

- Parce que tu peux fermer l’œil, toi ?, demanda la blonde en tournant alors le visage vers Naël.

S’il avait envie de dormir, alors qu’il le fasse. Elle, elle ne pouvait tout simplement pas se résoudre à dormir. Elle avait tant de choses en tête qui la dérangeaient. A chaque fois qu’un événement de ce genre arrivait, elle avait toujours des difficultés pour se réhabituer à « la vie normale ». Tout ce qu’elle avait envie de faire en ce moment, c’était de se passer de l’eau sur le visage, de rester plongée sous une rivière, jusqu’à ce que sa peau soit propre. Elle avait encore des tâches de sang sur son visage et de petites plaies. Elle pouvait les nettoyer avec le nécessaire médical dans son sac à dos, mais elle avait juste envie d’une bonne douche. C’était dans ces moments-là qu’elle se rendait compte ô combien elle avait de la chance, dans son ancienne vie. Pour en venir à manquer une douche, c’était que le monde tournait vraiment mal. Le luxe, maintenant, c’était les petits bonheurs de la vie que l’on avait, avant tout cela.

- Faudrait qu’on réfléchisse à un endroit où squatter. Nevada, c’est pas si mal. Mais faudrait vraiment trouver quelque chose. Genre dans les bois, j’en sais rien. A l’abris des regards. Des gens.

Elle soupira longuement, avant de se pencher vers l’avant et de croiser ses bras contre le rebord, près de la boite à gants, tandis qu’elle y posa le menton. Elle fixa la route une nouvelle fois, fermant les yeux un instant, comme si elle tentait vainement de s’imaginer encore à quoi ressemblait tout ça, avant que tout ça n’arrive.  

© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.

× A propos du vaccin : :
Merci mais non merci.

× Âge du perso : :
33 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, chez les sauveurs.

× Avant, j'étais : :
Guitariste à temps partiel.

× Messages : :
2545

× Points de vie : :
78

× Copyright : :
© hedgekey (avatar), © schizo' (code signa).

× Avatar : :
James Franco le beau gosse.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: It's called trust. | Faith & Naël. Sam 21 Mar - 15:03



it's called trust.
(thirty seconds to mars) ▽ A warning to the people, the good and the evil : this is war. To the soldier, the civillian, the martyr, the victim : this is war. It's the moment of truth it's the moment to lie, it's the moment to live and the moment to die
Naël ne sait pas comment il en est arrivé là mais il le sait désormais avec certitude : il est dans cette situation jusqu'au cou. Il n'arriverait plus à avancer sans les deux jeunes femmes. Et il n'accepterait vraiment pas de les perdre. Pour qu'il en arrive à buter un mec sans le moindre cillement, c'est bien qu'il tient à elles. A sa façon un peu bizarre. Mais c'est déjà ça. Il jette un regard en biais à Naël et il sourit de plus bel. Tout d'abord parce que c'est sa manière à lui de faire face à ce genre d'événement désastreux. Mais aussi parce qu'il est sincèrement heureux de la savoir en vie. En sécurité. Et apparemment elle-même soulagée de voir une Nirvana en pleine forme, sur la banquette arrière. Enfin ... en pleine forme, c'est vite dit. Naël regarde brièvement dans le rétroviseur ; elle dort profondément. Il ne sait pas comment elle fait. Lui ne pourrait pas fermer les yeux après un truc pareil. Et il semblerait qu'il en aille de même pour Faith. « Bien sûr que non, quelle question ! » S'exclame-t-il d'une voix mesurée, ne voulant surtout pas réveiller la dite-adolescente. Il ne manquerait plus que ça ! Bon, OK, il joue les mauvaises langues. En réalité, Nirvana est la plus discrète des trois. Elle préfère se faufiler, ne pas parler et tout garder pour elle. Il est rare de la voir s'énerver. Et il est rare de l'entendre hurler. Elle est calme. Et elle paraît vraiment paisible, ainsi endormie. Ses traits sont détendus, ce qui est loin d'être le cas lorsqu'elle est éveillée, l'esprit vif et les souvenirs la harcelant. « Mais tu pourrais peut-être essayer quand même. » Ce n'est qu'une idée en l'air ; Naël se doute que, de toute façon, Faith ne le prendra pas au mot. Mais ils ont besoin d'être éveillé pour conduire et Naël ne tiendra pas toute la journée, puis toute la nuit. Si Faith ne dort pas, ils risquent de se retrouver dans un sacré pétrin. Mais elle a les yeux obstinément ouverts, l'air alerte. Il comprend. Il est possible de dormir aisément après tout ce qui vient de se passer pour eux. Et il n'insistera pas ; c'est à elle de voir et de décider ce qui est le mieux pour elle. De toute façon, il la connaît assez pour savoir qu'elle ne se forcera aucunement si elle n'a pas envie de se reposer.

La jeune femme se contente de poser bras et menton sur le bord, au-dessus du tableau de bord et Naël se concentre pleinement sur la route, lui aussi. Autour d'eux, il peut voir quelques rôdeurs. La plupart éparpillés et donc, inoffensifs à partir du moment où ils restent dans la voiture. Mais il sait à quel point tout peur déraper en quelques secondes. Les hordes se créent rapidement. Et face à une centaine de rôdeurs, ils ne pourront rien faire à deux. Si ce n'est fuir. Comme toujours. Naël prend quelques secondes pour réfléchir à ses paroles. Ont-ils vraiment le choix ? Peuvent-ils trouver un endroit dans lequel se cacher et espérer passer inaperçu ? EN même temps, il vaut peut-être mieux ne pas penser à tout ça. Quel avenir les attend ? Ils sont trois. Une adolescente est parmi eux, et Faith et Naël ont bien du mal à se parler sans s'exciter et se mettre à se lancer des piques. La forêt ne semble pas être une mauvaise idée ; mais ce ne sera jamais suffisant. Les vivres finiront par manquer. Tout comme l'essence malheureusement. Alors, que faire ? Où aller ? Leurs possibilités sont si peu nombreuses et pour la plupart si suicidaires que Naël lui-même ne sait pas quoi en penser. « Franchement ... Je ne sais pas. » Il ne tourne pas la tête dans sa direction mais fronce les sourcils et regarde sur la gauche, là où il aperçoit un rôdeur tentant vainement de venir dans leur direction. Très vite, il ne le voit plus ; la distance l'ayant rendu invisible à ses yeux. « On ne peut pas continuer éternellement à rouler mais où est-ce qu'on peut aller ? Il n'y a rien dans la forêt. Les rôdeurs finiront toujours par nous trouver, où que l'on soit. » Naël regarde droit devant lui, l'air songeur. Il n'a pas l'habitude d'être aussi sérieux mais c'est nécessaire. C'est une question de survie, même. Sans cela, ils ne pourront pas s'en sortir. Ils ont besoin de se poser et de discuter des choix qui s'offrent à eux. Et avec tout ce qu'il vient de se passer, Naël ressent le besoin urgent de trouver quelque chose. N'importe quoi. « Et en restant au même endroit, on finira par manquer de vivres ... » Il a conscience de ne pas aider, de ne pas donner une quelconque proposition qui pourrait s'avérer intéressante pour eux. Mais il est paumé. Incapable de visualiser plus loin que ça ... Leur vie sur les routes.
(c) AMIANTE



_________________
Maybe it wasn't meant to be, not at all.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: It's called trust. | Faith & Naël. Ven 27 Mar - 16:27

it's called trust


It's good having someone to watch your back. Δ Faith & Naël.


Faith laisse un soupir s’échapper de ses lèvres. A nouveau, Naël lui fait pression dessus pour qu’elle pense à se reposer, ne serait-ce qu’un petit temps. Mais elle n’a tout simplement pas envie de s’endormir, alors qu’ils sont complètement paumés sur le futur qui s’offre à eux, et leurs avantages. Parce qu’ils n’ont rien. Depuis que la zone a éclatée, ils sont sur la route comme des vagabonds. Retour en arrière. Même si elle n’était pas fan de tous les gens qui se trouvaient dans la zone, rester dans un endroit où elle était sûre de vivre était réconfortant. Maintenant, ils n’avaient vraiment plus rien, à part la voiture de Naël. Parfois, elle se demandait s’il ne valait pas mieux retourner en arrière, juste histoire de rester proche des lieux et peut-être attendre que la zone se reconstruise un beau jour. C’était un des derniers espoirs qu’elle avait, désormais. Elle n’arrivait tout simplement pas à rester constamment sur la route, sans même voir un autre paysage que celui-là. Parce qu’un beau jour, ils allaient bien être à court de carburant, et les pompes à essence qui restaient ne courraient pas les rues. Tout le monde était déjà passé par là, alors ils allaient finir par être dans le pétrin. Et là, ils n’auraient même plus un toit au-dessus de leur tête. Ils dormiraient dehors, comme des animaux. C’en était pathétique et déprimant, de penser aux choix qui s’offraient à eux. Elle soupira une seconde fois, fermant un instant les yeux, tentant de tranquilliser son esprit. Elle était calme, pour l’instant, mais elle sentait qu’elle avait besoin d’entendre quelque chose. Une solution qui viendrait réellement l’apaiser pour de bon.

- Je dormirai plus tard. Faudra que je prenne le relais, tôt ou tard.

Elle souffla ces mots d’une voix lasse. Ordinairement, Faith ne montrerait pas autant ce qu’elle ressent, mais il arrivait qu’elle soit complètement blasée de la vie elle-même. Dans ces moments, elle oubliait d’être une garce sans cœur. Était-ce une faiblesse ou une force ? Elle ne le savait pas. Peut-être que ça pousserait le brun à ne pas l’abandonner, un des quatre. Parce qu’au fond, elle serait perdue, sans lui. il lui avait quand même sauvé la vie un paquet de fois. Même si c’était un bel emmerdeur, quand il s’y mettait, elle tenait quand même à ce qu’il voyage avec elle aussi longtemps que possible. Et Nirvana aussi. Bien qu’elle se sente parfois oppressée par le nombre de personnes trop proches d’elle, elle devait bien admettre que ça avait un côté rassurant, de savoir qu’elle n’était pas livrée à elle-même, dans un monde comme celui-ci. En plus, elle leur faisait confiance. D’une certaine manière. Elle écoutait les paroles du brun, toujours les yeux fermés. Et plus son flot de paroles s’échappait de ses lèvres, moins Faith se sentait détendue. Tout ce qu’il racontait, c’était ce qu’elle avait déjà dit plus tôt. Elle fronça les sourcils, avant de tourner le visage vers lui, laissant ses paupières s’ouvrir, tandis qu’elle regardait les traits de son visage, aussi sérieux que possible.

- Tu pourrais dire quelque chose que je n’ai pas déjà dit ? J’ai vraiment pas besoin que tu élabores d’autres questions, alors qu’on a déjà pas de réponses à celles qu’on se pose. En plus, tu nous vois rester sur la route encore combien de temps ? On va finir par manquer de carburant. Et après, quoi ? On continuer la marche, vers je-ne-sais-où ? C’est pas un plan, ça. Et faut qu’on en trouve un. Je te rappelle qu’on a une gosse sous les bras.

Ses sourcils restent froncés, mais elle finit par détourner le visage de celui de Naël. Elle fixe la route, mordant sa lèvre inférieure, s’empêchant à nouveau de laisser échapper un soupir inutile. Elle garda le silence un moment, réfléchissant un peu seule. Parce qu’il avait vraiment été inutile, sur ce coup. Elle avait besoin d’un plan. N’importe lequel, parce que sinon, elle sentait qu’elle allait faire une crise de nerfs. Elle n’avait pas envie de s’énerver, surtout pas après les événements qu’ils avaient traversés.

- Moi, je trouve qu’on devrait se cacher dans la forêt. Sur la route, on n’est pas vraiment en sécurité. En plus, c’est pas les chalets qui doivent manquer ici, n’est-ce pas ? Ou on pourrait…. Je sais pas. Retourner vers la zone ? On sait pas si tout est vraiment fichu.

Elle finit par se redresser, tandis qu’elle replie ses jambes vers elle, posant le bout de ses pieds sur le tableau de bord, laissant ses yeux de poser sur les mains du brun, posées sur le volant. Elle se permet de jeter un coup d’œil au carburant restant, calculant le temps qu’il leur restait, avant qu’ils ne doivent en rechercher. C’était vraiment une situation merdique, tout ça. Et elle en était bien consciente.


© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.

× A propos du vaccin : :
Merci mais non merci.

× Âge du perso : :
33 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, chez les sauveurs.

× Avant, j'étais : :
Guitariste à temps partiel.

× Messages : :
2545

× Points de vie : :
78

× Copyright : :
© hedgekey (avatar), © schizo' (code signa).

× Avatar : :
James Franco le beau gosse.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: It's called trust. | Faith & Naël. Dim 5 Avr - 18:22



it's called trust.
(thirty seconds to mars) ▽ A warning to the people, the good and the evil : this is war. To the soldier, the civillian, the martyr, the victim : this is war. It's the moment of truth it's the moment to lie, it's the moment to live and the moment to die
Naël hoche la tête, vaincu. De toute façon, il n'y a rien qu'il puisse dire ou faire pour convaincre Faith de se reposer. Il ne possède pas beaucoup d'informations la concernant, mais il est au moins sûr de ça : elle est têtue. Cet aspect de sa personnalité, Naël y a eu à faire à maintes et maintes reprises. Et, une fois encore, c'est le cas. Un mince sourire étire ses lèvres. Comme toujours, il faut qu'il trouve de l'amusement là où il ne devrait pas y en avoir. En théorie, Faith ne devrait pas y voir grand chose ... ce qui est sans doute mieux pour lui. Elle pourrait le frapper pour ça, c'est sûr. Naël lève les yeux au ciel en entendant la jeune femme à ses côtés reprendre la parole. Ah, là il retrouve celle qu'il côtoie depuis des mois déjà. Celle qui a toujours une petite pique à lancer, celle qui n'hésite pas à faire entendre sa voix quand quelque chose ne va pas. Il se retient de lui dire que, non, il ne s'est pas contenté de répéter ce qu'elle venait de dire. Dans la forêt, c'est mort. Sur la route, c'est mort. Ils n'ont aucun endroit où se cacher, c'est aussi simple que cela. Les rôdeurs finiront toujours par les trouver, où qu'ils soient. Et les survivants semblent plus nombreux que Naël l'avait imaginé. Et plus dangereux aussi. Non, il ne dit rien de tout ça parce que Faith semble déjà en piteux état psychique, pas la peine d'en rajouter. Si lui ne trouve pas nécessaire - ou très futé - de se projeter dans le futur, elle si. Et elle en a déjà assez sur la conscience comme ça pour aujourd'hui. « Oh non, ce n'est pas une gosse. » Naël jette un regard dans le rétroviseur et ses yeux se posent sur la silhouette toujours endormie de Nirvana. Elle, une gosse ? Non, cela fait bien longtemps qu'elle a dépassé ce stade. Elle est bien plus que cela ... Parce qu'elle y a été obligée. Tout comme Naël a été obligé de changer, d'apprendre à vivre en communauté et à ne plus penser qu'à son cul.

Il regarde de nouveau la route, penseur. Quelle est la solution miracle ? Il n'y en a pas : c'est aussi simple que cela. Ils sont sur la route, n'ont plus énormément de vivres, et sont en danger permanent. Elle n'a pas tort, ils finiront par manquer de carburant, de bouffe, d'eau, de sommeil, de tout. Dormir à trois dans une voiture, ce n'est juste pas possible. Et ce n'est pas vraiment rassurant non plus. « T'as pas tort ... » Oui, parfois, il est capable de donner raison à autrui. Même à Faith. En l'occurrence : elle a raison. Ils ne peuvent pas rester sur la route beaucoup plus longtemps, à ne rien faire d'autre que rouler sans but fixe. Mais ils ne peuvent pas non plus se cacher dans les chalets. A quoi bon ? Ils en ont eu la preuve aujourd'hui : les survivants sont dangereux, ils peuvent sortir de nul part en plus de cela. Naël n'est pas prêt à faire confiance à qui que ce soit d'autre que Faith et Nirvana. Et puis ... déjà que leur cohabitation n'est pas simple, inutile de dire que ça lui suffit largement comme ça. « Tu veux retourner vers la zone ? C'est peut-être pas une mauvaise idée ... » Naël ne sait absolument pas ce qu'ils trouveront là-bas. Ce sera sans doute la désolation. Ce serait probablement vide de tous survivants. Mais qu'ont-ils à perdre ? Dans les bâtiments, il y avait des vivres. De la bouffe, des armes, de quoi boire. Peut-être que certains ont réussi à s'en sortir. Peut-être qu'il y a encore de quoi créer une civilisation. Naël n'aurait jamais pensé retourner là-bas de son plein chef. Mais un nouveau dans le rétroviseur lui confirme ce qu'il craignait déjà : pour Nirvana, il est prêt à retourner dans la zone. Il est prêt à ne plus en sortir pendant longtemps si nécessaire. Et il y a Faith aussi ... A eux trois, ils n'arriveront pas à grand chose. Ils doivent faire quelque chose et vite. « On peut retourner vers la zone. Mais faut trouver des vivres avant. De la bouffe, des couvertures peut-être, et du carburant. » Il est déterminé maintenant, décidé à tout faire pour leur permettre à tout trois de survivre plus longtemps. Aussi longtemps que possible.
(c) AMIANTE



_________________
Maybe it wasn't meant to be, not at all.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: It's called trust. | Faith & Naël.

Revenir en haut Aller en bas

It's called trust. | Faith & Naël.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS-