[FLASHBACK] I may be compelled to face danger.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
Le 10/11/2017 : le forum a CINQ ans & sa saison 6 est mise en place. Nouveautés à découvrir ici (le tout accompagné d'un recensement au passage obligatoire).
ON VOUS AIME TEEEELLEMENT !! coeurrose lele Si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ? (Ouais on vous achète et alors ? /PAAN/)

Partagez| .

[FLASHBACK] I may be compelled to face danger.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: [FLASHBACK] I may be compelled to face danger. Dim 8 Mar - 15:03

I may be compelled to face danger.
   
“This is the part in the movie where that guy says, "Zombies? What zombies?" just before they eat his brains. I don't want to be that guy.”
Le temps était chaud et sec, en ce début d’après-midi. Camron était arrivé dans la zone 51 depuis peu, mais il avait ce besoin de se rendre utile pour la communauté. Qu’il se crée de nouveaux souvenirs. Il détestait rester les bras croisés, regardant les autres faire tout le sale boulot. Lui, il aimait foncer dans le tas, se débarrassant des zombies le plus vite possible. Parfois, il craignait qu’ils ne passent par les portes de la zone et qu’ils foutent le bordel. Manquerait plus que ça. Il n’avait pas parcouru des kilomètres pour venir se réfugier dans un endroit loin d’être sécurisé. Une sortie avait été organisée et il n’avait pas hésité à se porter volontaire. Il ne prenait pas plaisir à les tuer, mais c’était la bonne chance à faire. D’autres venaient juste par plaisir sadique ou cruel, lui, il ne ressentait pas d’émotions particulières, à part le désir de bien exécuter une tâche. Il attrapa alors son Magnum 44 qu’il coinça entre sa ceinture et son pantalon, avant de fourrer son poignard dans l’une de ses bottines. Il avait pris soin d’emporter une gourde aussi, histoire de ne pas se déshydrater en chemin. Une fois qu’il fut prêt, il s’engagea vers la sortie, jetant un coup d’œil aux personnes qui l’accompagnaient aujourd’hui. Malheureusement pour lui, un des membres de la zone qu’il détestait venait avec lui. C’était ce petit con : James. Depuis qu’il était ici, il n’avait jamais apprécié ce type. Il avait toujours le don de l’emmerder. Il se demandait encore parfois pourquoi on avait accepté un type dans son genre. Est-ce qu’ils pensaient réellement être en sécurité avec un gars pareil dans les environs ? Il était sûr qu’il n’hésiterait pas à leur trancher la jugulaire, juste pour un plaisir sadique. Dans sa tête, ce James était un psychopathe. Il avait la tête, d’ailleurs. Il le regardait un instant, dévisageant ce dernier d’un air peu ravi et hostile. Peut-être que ça allait en finir aux mains, durant le court de la mission. Enfin, il en était certain. C’était tout bonnement impossible pour lui de rester auprès de lui sans vouloir lui coller son poing dans la tronche. Une vraie tête à claques.

- Putain, on nous colle avec un petit merdeux, se plaignait Camron.

Il lui accorda un dernier regard et pivota le menton vers une autre direction, engageant le pas pour s’éloigner du bâtiment principal. Ses yeux vagabondaient dans les alentours, cherchant des zombies du regard. Il restait sur ses gardes : ils pouvaient se cacher partout, ces saloperies. Il suffisait de ne pas regarder où l’on allait, pour se faire bouffer en moins de deux. Une certaine personne serait bien trop heureuse de le descendre ! N’empêche, il y avait vraiment différents types de personnes, dans la zone. On trouvait des gens sympathiques, des jeunes, des plus vieux, des psychopathes et des détritus. Des âmes brisées qui gardait toujours le silence et qui fuyait la compagnie humaine. Il ne comprenait pas réellement comment c’était possible d’éviter le contact avec les autres…. On devait en devenir cinglé, à force. Constamment seul, tourmenté par nos pensées les plus sombres. Il plaignait certaines personnes, tout comme il en médisait d’autres. Ça n’avait pas été un choix facile de venir ici, se mêler à des inconnus. Parce que dans cette apocalypse, les gens pouvaient être de vrais salauds. On craignait les zombies, mais en fait, les Hommes étaient bien plus dangereux. Suffisait de baisser sa garde un instant pour se retrouver seul, une balle dans le bide, en train de baigner dans son propre sang. Sur la route, il avait souvent vu ce type de situation. Il avait été aussi victime de belles enflures qui avaient volé des ressources importantes. Il avait même dû tuer certains imbéciles. Sans même une once de regret.  Voilà ce qu’ils étaient tous ; des meurtriers. Il secoua la tête, chassant ces pensées dérangeantes et divertissantes, avant de se concentrer sur sa tâche. Plus loin, il apercevait plusieurs zombies qui semblaient venir dans leur direction. Il avança vers ces derniers, attrapant son poignard, qu’il tint bien entre ses doigts. Il combla la distance entre lui et le prochain crâne, avant qu’il n’y enfonce la lame de son arme blanche. Ça faisait toujours un bruit bien dégueulasse. Pouah ! Il l’attrapa par la gorge, l’empêchant de retomber sur lui et le poussa plus loin, histoire qu’il évite de rester sur leur chemin.

- Foutus zombies.
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] I may be compelled to face danger. Dim 22 Mar - 18:15


Le regard dans le vide, je ne relevai le regard que lorsque son voisin se mit à dire qu'il était en groupe avec un merdeux. Un sourire en soin se profila sur ses traits dès l'instant où il se mit à mal lui parler. Cela n'avait pas de sens, pourquoi fallait-il que dans un groupe, il faille toujours faire équipe avec les cons qui nous collent le cul ? Ca n'avait pas de sens. Enfin… Disons que pour sa part, il était davantage le genre de personne à lui taper sur les nerfs, il était insupportable, en réalité. Vraiment insupportable. Je ne prétendais pas être quelqu'un de facile à vivre. J'étais un enfant, d'après ma mère d'adoption. Elle m'avait constamment répété que je ne risquais pas de devenir un adulte si je continuais sur cette voie. Ce n'était pas crédible du tout. Sauf que ma différence, par rapport à lui, c'était que je tenais à survivre. Il était absolument hors de question pour moi de mourir comme une vulgaire merde, ce n'était pas pour moi et surtout, je n'en étais pas non plus capable. Je ne voulais pas me révéler faible au point de me battre avec n'importe qui. Je tenais à montrer que j'étais capable de bien plus que ça. Je savais me battre, j'étais vivant, ça en était la preuve. Et si je le voulais vraiment, rie ne m’empêchait de lui coller une balle directement entre les deux yeux. Je n'aurais qu'à prétendre qu'il s'était fait mordre et l'affaire serait réglée. J'avais conscience que l'on ne me faisait pas vraiment confiance, vu que j'étais le nouveau. J'étais le sale con qui était insupportable, en plus de ça. Mais je ne pouvais pas me résoudre à agir autrement, en réalité. Je trouvais ça bien marrant. Alors le sale con qui se permettait de faire le malin avec moi, je le trouvais réellement pathétique, en réalité. Et il était grand temps pour lui de se calmer. Je n'étais pas doué pour garder mon calme pourtant. Jusqu'à présent, j'étais même toujours le premier à me rebeller et à emmerder les gens.  « C'est vrai que tu as l'air adorable dans ton genre ». Je levai les yeux au ciel alors que je le trouvais totalement ridicule. J'ignorais complètement pour qui il semblait se prendre mais il était sérieusement temps pour lui de se reprendre quoi. Il était complètement ridicule ce mec, allant même jusqu'à lui taper totalement sur les nerfs. Mais que pouvais-je en dire hein ? Il était parfois bien plus désespérant de parler à quelqu'un pour tenter de sympathiser que de garder le silence et le laisser vider son sac. Là tout de suite, j'avais uniquement envie de le regarder me foutre la paix. Je n'avais absolument pas envie d'y réfléchir en tout cas, garder le silence me paraissait tellement plus facile que je n'avais pas envie d'épiloguer. Pourtant, je savais dès le départ qu'entre lui et moi, ça ne passerait pas. Il avait une tête de con, il était complètement débile et j'ignorais pour qui il se prenait, mais il était grand temps pour lui de se calmer, en tout cas. Il pouvait bien dire ce qu'il voulait, ce n'était pas près de changer. C'était lui qui passait pour le gros con du coin hein, pas moi. Techniquement, je n'avais absolument rien fait, moi. Alors pourquoi m'emmerder ? De toute manière, on ne choisissait pas nos copains d'aventures. Alors que cela me plaise ou non, nous avions une mission à mener. Je n'étais pas venu accompagné, j'étais seul. Certes, j'avais retrouvé Alistair, mais il avait tissé des liens et je ne pouvais pas toujours lui demander de rester avec moi. Mais je savais que je n'avais qu'à attendre qu'il fasse une erreur pour pouvoir lui coller une balle dans la tête. Je n'avais qu'à attendre, les accidents étaient si vite arrivés…

Bon, il semblait évident pour moi qu'il était temps de laisser mes songes de côtés, bien sûr. Bah oui, le crétin qui me servait de coéquipier venait d'avancer vers un groupe de zombies. J'allais donc devoir lui filer un coup de mains, puisque s'il venait à survivre -ce que je n'espérais pas- il ne manquerait pas de le crier sur tous les toits, et pour ma part, ça allait juste me prendre a tête. Je m'avançais donc, non sans soupirer, arme au poing. Heureusement qu'ils m'avaient filé un couteau dans la zone, je n'avais pas d'arme blanche, à la base. Ils avaient eu la gentillesse de me faire remarquer qu'un gun, ça faisait trop de bruit… Ce n'était pas faux oui. Mais cela ne voulait pas non plus dire que ça ne m'avait pas amusé jusqu'à maintenant, de leurs dégommer le crâne. Non que j'en sois incapable avec un couteau hein, mais ç me semblait tout de suite moins marrant, pour une raison qui m'échappait.  « Nous aurions très bien pu les contourner si tu n'avais pas été dans le tas, alors maintenant, tu les butes, et tu la fermes ». Non, il n'y avait pas la moindre chance pour que l'on s'entende. Je n'en avais même pas envie, de toute façon.

Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Certainement pas !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
22590

× Points de vie : :
172

× Copyright : :
© lux aeterna (avatar), © schizo' (code signa), © skairipa (gif profil).

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] I may be compelled to face danger. Dim 12 Avr - 22:59

RP archivé suite au départ d'Isaac. coeurrose

_________________
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] I may be compelled to face danger.

Revenir en haut Aller en bas

[FLASHBACK] I may be compelled to face danger.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS-