[FLASHBACK] back off (ft Frederick) | TERMINÉ
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome. Quelques bugs/décalages à attendre sous Firefox. Les admins sont actuellement absentes jusqu'au 25 juillet mais vous pouvez toujours contacter Aileen par MP en cas de question !
Le 10 novembre 2016, le forum a fêté ses quatre ans !! A cette occasion, sa saison 5 a été mise en place. bril Et le 12/06/2017, sa version vingt-trois réalisée par Morphine est installée. Toutes les nouveautés sont à découvrir ici. coeurrose
Oh la la qu'est-ce que vouuuuus aiiiiiime !! coeurrose lele Et si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ?

Partagez| .

[FLASHBACK] back off (ft Frederick) | TERMINÉ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Plutôt crever que de faire ce foutu vaccin !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21283

× Points de vie : :
264

× Copyright : :
© shiya (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: [FLASHBACK] back off (ft Frederick) | TERMINÉ Mer 18 Mar - 22:58

 
Back off ft. Fred & Aileen
 
ONE BY ONE. HOLLOW HEROES SEPARATE. AS THEY RUN. YOU'RE SO COLD. KEEP YOUR HAND IN MINE. WISE MEN WONDER WHILE STRONG MEN DIE.

Les jours s'enchaînent. Sombres, chaotiques. Aileen erre, perdue, sans but. Elle a perdu sa sœur, elle a perdu toute trace de dignité, son humanité semble être en train de lui filer entre les doigts. Peut-elle se sortir de tout ça indemne ? Sans doute pas. A peine quelques mois se sont écoulés depuis le début de l'épidémie et elle a déjà vu le pire chez l'Homme. Certains profitent du contexte pour laisser parler leurs plus bas instincts. Plus de police, plus de gouvernement, plus rien. Si ce n'est quelques survivants, éparpillés à travers les Etats-Unis, prêts à tout pour s'en sortir et ne pas finir en cannibale dépourvu de toute trace d'humanité. Aileen erre donc, pas tout à fait certaine de savoir quoi faire, quand et comment. Elle a pensé à en finir pour de bon, mais n'en a pas trouvé le courage. Il n'y a plus rien pour elle auquel elle puisse s'accrocher, hormis une forte envie de vivre qu'elle ne contrôle ni ne souhaite. Mais son inconscient est plus fort que tout. Son inconscient la pousse à se lever, à tuer des rôdeurs, et à partir à la quête de vivres. Elle vit. Sans but, sans objectif, seule. Ce n'est rien qu'elle et ce tenace instinct de survie. Elle ne sait ni d'où il vient ni pourquoi il est là, mais il est là. C'est l'essentiel. Et, en fait, elle n'a pas la force suffisante pour y songer. Elle est telle un automate, qui marche sans se contrôler. Qui conduit "sa" voiture sans avoir besoin d'y réfléchir. Qui mange lorsqu'elle a de quoi manger et qui tue tous les zombies qu'elle croise. Elle évite les survivants, en revanche. Elle n'est pas capable d'accorder sa confiance à qui que ce soit.

Le regard dans le vide mais néanmoins concentrée sur les alentours, Aileen pénètre dans une maison. A pas lents et discrets, elle se faufile jusque dans le fond du couloir, à l'entrée. Ses habitudes ne sont pas encore celle d'une survivante aguerrie. Elle manque encore un peu de discernement et d'entraînement. C'est sans doute pour cette raison qu'elle ne prend pas la peine de fouiller plus longuement les alentours à la recherche d'un rôdeur. Tout ce à quoi elle peut - et veut - penser c'est : survivants. Elle ne veut pas être surprise par l'un d'entre eux, elle a déjà vécu l'enfer hors de question qu'elle retombe là-dedans. Elle range son couteau au niveau de sa ceinture mais garde néanmoins son flingue - volé à l'un des connards de New-York - dans sa main. Elle le serre si fort que ses jointures sont blanchis mais elle ne s'en soucie pas. Elle a faim. Très faim. Et il faut qu'elle fouille les placards avant de prendre la fuite ; loin d'ici. Elle ne sait pas où elle va, elle ne sait même plus d'où elle vient, mais elle sait qu'elle ne doit pas traîner trop longtemps au même endroit. Au risque de tomber sur des gens mal intentionnées. Aileen passe une main lasse sur son front, toute soulagée qu'elle est d'être seule - du moins le pense-t-elle - dans cette maison. Elle doit fouiller les lieux mais avant ça, elle retourne près de la porte. Un léger sursaut la prend lorsqu'elle voit une silhouette au niveau de l'entrée. Une silhouette masculine. Par automatisme, elle relève ses bras pour viser le mec, prête à appuyer sur la gâchette au moindre mouvement suspect. Elle n'a plus de scrupule : elle le fera si cela s'avère nécessaire.

 
code par SWAN - gifs tumblr

_________________
en présence très réduite jusqu'au 9 août
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


I'M SUPPOSED TO CARE ?
It matters how it ends.
'Cause what if I never love again ?


Fredou knows best :
 

× A propos du vaccin : :
Je sais pas de quoi tu parles et j'm'en fou.

× Âge du perso : :
Vingt-neuf ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
À Bodie.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2183

× Points de vie : :
57

× Copyright : :
MYERS. (signature) & MORPHINE ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] back off (ft Frederick) | TERMINÉ Ven 20 Mar - 0:48


BACK OFF

Aileen & Fredricksen

Je ne savais pas où j'étais, n'y comment je m'étais retrouver ici, au milieu de nul part. Je passe les mains sur ma taille, m’apercevant que mon arme avait disparu. On me l'avait volé ? Je tourne sur moi-même, cherchant des yeux mon sac et ma machette, mais tout ce que je voyais était un tapis de feuille morte et de grands arbres étrangement bien garnis. J'hausse un sourcil, mais je n'est pas le temps de me questionner plus que ça comme quelques choses fit craquer une branche. Instinctivement j'envoie mon bras par-dessus mon épaule, mais mes doigts ne rencontrèrent pas le manche de mon arme. C'est à ce moment que je me souviens que je n'avais plus rien. Je regarde autours de moi, à la recherche de quelques choses qui pourrait m'aider à me défendre, mais finit par abandonner. C'est alors que je sentit quelques choses de froid contre mon pieds, je le bouge légèrement puis souris ; ils avaient oublier le couteau de chasse que je cachais dans ma botte. Je me penche et l'empoigne, mais lorsque je me redresse, alors que je pensais faire face à une de ses choses répugnante, je me retrouve plutôt devant une femme assez jeune. À ses mains, un fusil qu'elle braquait sur moi avec une forte poigne qui semblait naître d'une colère froide. On se connaissait ? Impossible de le dire, son visage était caché dans une ombre inexpliqué ; il fessait grand soleil au-dessus de nos têtes et les arbres n'étaient pas assez nombreux pour empêcher la lumière d'atteindre le sol. Je lève alors les yeux au ciel, et la lune remplaça le soleil d'un seul coup. Me voilà maintenant plongé dans la noirceur, et alors que je baisse les yeux vers la femme, je me rend compte qu'elle n'est plus devant moi. Je sentit ensuite le métal froid contre ma tempe, et je me fige. Je ne fais que regarder à ma gauche, croisant alors les yeux de ma sœur, mais malgré qu'ils brillaient sous la lumière de la lune, ils étaient emplis d'une rage indescriptible. J'ouvre alors la bouche mais.. BAM !

Je me réveille en sursaut, dans un vieux sac de couchage. Cela me pris quelques longues secondes avant de reconnaître les lieux. J'étais ici depuis quelques jours déjà, c'étais une petite remise qui puait la pisse de chien. D'ailleurs à quelques pas de moi il y avait une grande niche rouge et blanche. « NICKO » était gravé dans le bois. Pauvre bête, il faisait de ma petite visite dans sa demeure des plus désagréable, mais je ne lui souhaitait pas de s'être fait bouffer quand même.. BAM ! Je sursaute, me tournant vers la porte. Je souffle, hier encore une douzaine de ses emmerdeurs étaient venu cogner contre la remise. Je sentais si bon que ça ? Bon Dieu.. C'étais déjà un miracle que j'avais réussis à m’endormir, oui, puisque leur grognements n'étaient pas ce qu'il y avait de plus paisible à entendre il faut dire.. BAM !
- Oui oui, j'arrive ! dis-je alors, comme si cela le ferrais s'arrêté de rager contre la porte, tout en sortant de mon sac de couchage.
J'attrape ma machette, puis pousse le petit meuble que j'y avais placé afin de bloquer l'entrée. J'ouvre finalement les portes, puis le laisse s'avancer vers moi tout en reculant.
- Désolé, y'a plus d'hamburger.
Et SLING ! D'un coup précis je lui tranche la tête. Celle-ci garnis de cheveux blanc éclatant tomba alors à mes pieds et son corps ne pris pas de temps à suivre son exemple.
- J't'aurais bien invité mais y'a pas plus de bière, dis-je ensuite en haussant les épaules.
Je me tourne alors, puis voyant l'éclaboussure contre les planches de bois de la remise, je me dis qu'il était grand temps que je quitte cette géante toilette canine de toute manière. Je rassemble rapidement mes affaires, puis enjambe le macchabée de 80 ans, un sac sur l'épaule et ma machette dans une main. Malgré la nuit plus ou moins mouvementé, le quartier semblait plutôt calme. Ils devaient faire partit des gens qui était partit de leurs maisons afin de quitter la ville, et c'étais tant mieux. Un petit coin de paradis rien qu'à moi, avec quelques enfoirés pour me divertir de temps en temps. C'est vrai, maintenant qu'il n'y avait plus la télé pour regarder des films, fallait les faire nous-même..

Après un petit moment, je m'arrête au milieu de la rue, scrutant les environs, avant de cibler une maison acceptablement grande, décoré de briques rouge. Parfait. Je savais que cela faisait plus de terrains à défendre, mais c'étais sois ça, sois la pisse de chien. Je me dirige alors vers la maison en question, espérant la trouver vide. Je voulait pas avoir à en prendre une autre parce que ses salops auraient souillé ma nouvelle maison avec leurs massacres. Gardant mon arme tranchante en main, je pousse la porte déjà légèrement ouverte, puis entre. Je jette un coup d'oeil à ma gauche, un salon décoré de fleurs roses un peu partout si trouvait, j'en conclu alors qu'une femme vivait ici avant. Je fais quelques pas de plus, regardant maintenant à ma droite ; la salle à manger. Ces mêmes roses décorait la pièce, poser sur la table, poser par là poser par si.. Mes alleux, elles étaient partout ! Je finit tout de même par détourné le regard, aillant entendu le plancher craquer. Devant moi, tout au bout du corridor, une jeune femme braquait son arme sur moi. Une étrange sensation de déjà vu me parcouru, et je ne put m'empêcher de..
- Ophélie ..?
(c) AMIANTE


_________________

_- -_
I HAVEN'T MADE IT EASY ON YOU
I ' M  S O R R Y  F O R  T H A T
You were by my side when I needed a friend
You made me laugh, you made me dance
Tou told me I would find love again
A N D I H A V E W I T H Y O U





Dernière édition par Fredricksen A. Hardwick le Sam 18 Avr - 21:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Plutôt crever que de faire ce foutu vaccin !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21283

× Points de vie : :
264

× Copyright : :
© shiya (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] back off (ft Frederick) | TERMINÉ Dim 22 Mar - 23:09

 
Back off ft. Fred & Aileen
 
ONE BY ONE. HOLLOW HEROES SEPARATE. AS THEY RUN. YOU'RE SO COLD. KEEP YOUR HAND IN MINE. WISE MEN WONDER WHILE STRONG MEN DIE.

Aileen fronce les sourcils, le regard braqué sur la personne en face d'elle. Quelques mètres les sépare mais la porte entrouverte lui permit d'avoir une vue imprenable sur le type. Elle ne l'a jamais vu de sa vie, ce qui n'a rien d'étonnant en soit, mais, d'emblée, elle ne lui fait pas confiance. Comment le pourrait-elle ? Elle a déjà vu le pire de l'Homme, elle sait de quoi les survivants peuvent être capables. Alors, elle ne bouge pas d'un seul centimètre, se contente de le pointer de son arme. Il n'y a pas besoin de dire quoi que ce soit ; il doit savoir qu'au moindre mouvement suspect, elle n'hésitera pas à tirer. Elle n'est plus à ça près. Tuer un rôdeur, c'est une chose et tuer un survivant c'en est une autre. Mais Aileen a depuis quelques jours déjà franchi cette frontière. Plus rien ne l'effraie, et certainement pas l'idée d'ôter la vie bel et bien en capacité de réfléchir, penser et se défendre ! En l'occurrence, c'est elle qui a l'avantage : le mec vers la porte d'entrée n'a pas d'arme pointée dans sa direction. Si elle reste attentive à chacun de ses mouvements, tout devrait bien se passer pour elle. En théorie. Mais elle est réellement préparée à tout ; en quelques secondes à peine, elle s'est faite à l'idée de devoir lui tirer une balle dans la tête. Ou dans toute partie de son corps accessible : elle doit encore perfectionner ses tirs. Ophélie ? Aileen fronce le sourcils de plus bel, pas certaine de savoir que dire ou que faire dans cette situation. Est-ce qu'il la prend pour une autre ? D'instinct, la jeune femme se tend un peu plus encore. Parce qu'il peut, également, très bien appeler quelqu'un, lui signifier qu'il y a danger potentiel et qu'il faut venir au plus vite. Elle ne bronche pas pour autant, reste parfaitement immobile. Ses traits faciaux se font un peu plus tendus, cela dit. Elle est un peu plus inquiète encore. De préférence, elle aimerait pouvoir ne pas tirer sur ce mec. Elle ne le connaît pas et elle ne lui fait pas confiance, mais ce n'est pas pour autant qu'elle apprécie l'idée de le flinguer. « Y a erreur sur la personne. » Lance-t-elle, en apparence imperturbable et le ton sec. Elle avance de quelques pas, pour pouvoir mieux apercevoir la personne et lui montrer qu'elle n'a aucunement l'intention de lui faire de cadeau. S'il paraît menaçant, en tout cas. Sinon, il n'y aura pas de raison que ça se passe mal ...

L'arme toujours levée en direction du survivant, Aileen jette un rapide coup d’œil autour d'elle. Derrière, il n'y aura personne, elle y a déjà fait un petit tour. Mais elle ne peut s'empêcher de se méfier. Sans compter que son instinct lui hurle de prendre la fuite tout de suite, avant que quelque chose ne dérape. Et si cela se passait mal pour elle ? Et s'il trouvait le moyen de la désarmer ? A cette pensée, elle braque de nouveau son regard sur lui, à l’affût du moindre mouvement suspect. Par chance, il ne bouge pas. Mais Aileen est en plein dilemme ; tout ce qu'elle veut, c'est partir de là sans que quoi que ce soit lui arrive. Le problème, c'est qu'il est entre elle et la porte. Et que celle menant à l'extérieur, derrière, est condamnée. Comment faire ? Rester vigilante, déjà. Elle ne peut surtout pas être prise par surprise, rien ne peut être laissé au hasard. « T'es tout seul ? » Demande-t-elle brusquement. Pas de fioritures avec Aileen, pas de politesse superflue. A quoi bon ? Ils sont tous les deux dans une situation critique, le survivant parce qu'il est menacé par une jeune femme qui n'hésitera pas à tirer, et Aileen parce qu'elle n'a justement aucune envie d'en arriver là. Mais il n'y a pas un nombre incalculable de choix qui se présentent à elle. Elle doit commencer par s'assurer qu'ils ne vont pas débarquer à dix ou plus pour la maîtriser, et s'assurer que le mec n'est pas tant une menace que ça. Enfin, ça, c'est impossible : elle ne le croira jamais même s'il lui disait. Tout ce qu'elle veut, c'est passer cette putain de porte, monter à bord d'une voiture et se tirer de là. Mais pour en arriver là, elle doit vérifier que tout est OK de son côté, et qu'il ne lui tirera pas une balle dans le dos dès qu'elle se sera tournée, ou qu'elle aura franchi le seuil de la porte. C'est pourquoi, Aileen campe sur ses positions et ne lâche pas une seule seconde le type du regard. Elle n'a plus qu'à attendre d'avoir sa réponse, et ensuite elle avisera. En attendant, elle ne lâche pas du lest.

 
code par SWAN - gifs tumblr

_________________
en présence très réduite jusqu'au 9 août
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


I'M SUPPOSED TO CARE ?
It matters how it ends.
'Cause what if I never love again ?


Fredou knows best :
 

× A propos du vaccin : :
Je sais pas de quoi tu parles et j'm'en fou.

× Âge du perso : :
Vingt-neuf ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
À Bodie.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2183

× Points de vie : :
57

× Copyright : :
MYERS. (signature) & MORPHINE ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] back off (ft Frederick) | TERMINÉ Mar 24 Mar - 23:11


BACK OFF

Aileen & Fredricksen

Quelques longues secondes s'écoulent alors, mais cela me paru comme une éternité. Il y avait peu de chance que se soit Ophélie, mais une partie de moi le souhaitait vraiment, masquant alors celle qui me disait que c'était totalement impossible. Mais d'une toute autre part, je me trouvais stupide d'avoir posé cette question, j'étais pas médium et mon rêve ne voulait absolument rien dire. J'étais d'ailleurs presque sûr qu'elle ne me menacerait pas d'une arme si un jour on se retrouvait, mais je la connaissais trop bien, et je savais qu'elle pouvait se mettre en colère.. Mais comment elle aurait put croire une seule seconde que je l'avais abandonner par choix ? Je n'avais pas eu le choix. C'est ce que je me répète sans cesse, pourtant la culpabilité ne disparaît pas pour autant. Je savais que ce n'étais pas de ma faute et que si j'aurais essayer de la sauvée je me serais certainement fait tuer, et ça ne voulait même pas dire qu'elle n'avait pas prit la fuite avant moi, peut-être que je me serais jeté dans le tas sans savoir que son appartement était désert, et il y avait Analyss et.. Je déglutis, chassant de mon esprit toutes ses pensées, revêtant un masque de marbre maquillé de traits neutre qui n'aidait en aucun cas l'obtention de mes sentiments ou de mes pensées.

La voix froide de la jeune femme, qui ne m'était d'ailleurs aucunement familière, me ramène ensuite sur Terre, laissant tombée la chagrin qui, malgré moi, me serrait toujours le cœur. J'en était maintenant sûr ; ce n'étais pas ma sœur. Mais pourquoi alors me menaçait t'elle de son arme à feu ? La voyant s'avancer, je plisse les yeux, essayant de mieux la distinguée. Ce pas m'avait un peu aidé, mais une partie de son visage se cachait toujours dans l'ombre du corridor. Elle semblait tendue, serrant son arme de toute ses forces comme si même à cette distance il était possible de lui retirer des mains. Je me demandais pourquoi elle agissait ainsi, c'est pourtant elle qui me menaçait... Je l'observe regarder autours d'elle, son expression la trahis une fraction de seconde, dessinant la peur sur son visage, avant de poser de nouveau son regard sur moi, retrouvant son expression initiale. Elle semblait se méfier de moi, et je n'arrivais pas à comprendre pourquoi. « Si je suis seul ? Ben...? Elle pense pas que si j'étais pas seul ils seraient arrivés il y a un bout de temps déjà ? » pense-je, trouvant de plus en plus étrange la jeune femme.
- Oui, répondis-je alors, comme si c'étais évident.
Pourtant, ses bras ne flanchèrent pas, et son arme resta braquée vers moi, elle ne semblait pas prête à me laisser vivre. Mais pourquoi ce sentait-elle autant menacée ? Je finit par baisser la tête vers mes mains pour vérifier si une arme si trouvait et je fut surpris de voir que mes doigts serraient le manche de ma matraque ; je l'avais complètement oubliée.
- Ohh, lâche-je alors comme quelqu'un qui viendrait tout juste de comprendre la solution au problème de sa vie.
Ne la lâchant pas des yeux, je me penche doucement, déposant mon arme au sol. Je me redresse ensuite, levant les mains devant moi. Allait-elle finir par baisser ce foutu pistolet ? Je commençais à m'énervé.. Il faut dire que la patience n'étais pas mon truc, surtout que cette situation n'avait aucune logique selon-moi, ce qui n'aidait pas le tout.
(c) AMIANTE


_________________

_- -_
I HAVEN'T MADE IT EASY ON YOU
I ' M  S O R R Y  F O R  T H A T
You were by my side when I needed a friend
You made me laugh, you made me dance
Tou told me I would find love again
A N D I H A V E W I T H Y O U





Dernière édition par Fredricksen A. Hardwick le Sam 18 Avr - 21:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Plutôt crever que de faire ce foutu vaccin !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21283

× Points de vie : :
264

× Copyright : :
© shiya (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] back off (ft Frederick) | TERMINÉ Mar 31 Mar - 23:49

 
Back off ft. Fred & Aileen
 
ONE BY ONE. HOLLOW HEROES SEPARATE. AS THEY RUN. YOU'RE SO COLD. KEEP YOUR HAND IN MINE. WISE MEN WONDER WHILE STRONG MEN DIE.

L'appréhension d'Aileen s'est muée en une méfiance qui ne lui ressemble pas. Ressemblait pas, plutôt. Parce que de manière tout à fait impressionnante et brusque, elle a changé. Cela s'est fait du jour au lendemain et pour de nombreuses raisons qu'elle n'a aucune envie de se remémorer. Pas maintenant alors qu'elle se sent justement menacée. Ce type n'a pourtant rien fait pour causer chez elle une telle réaction. L'animosité qu'elle ressent à son égard ne provient que de sa propre tête étriquée et incapable de baisser sa garde. Elle a trop peur que la situation dérape. Trop peur d'être tombée sur un nouveau psychopathe en herbe. Il est seul, selon ses dires. Mais qui dit à Aileen que c'est la vérité ? Il peut très bien mentir. Parce qu'il est plein de mauvaises intentions ou bien parce qu'il sait qu'en lui disant la 'vérité', il risque d'y laisser sa peau. La forte emprise d'Aileen autour de son arme le prouve bien ; elle n'est pas prête à baisser sa garde et lui accorder une chance. Elle n'en a pas l'intention, quoi qu'il arrive. Désormais immobile, Aileen observe l'homme qui lui fait face. Ils se retrouvent tous dans une impasse. La blonde n'a aucune envie de le tuer, mais elle n'hésitera pas à appuyer sur la gâchette au moindre mouvement suspect. Sa seconde option serait donc de baisser son arme et de lui faire confiance, au moins un peu mais elle n'en est pas capable. Dernière option ? Se tirer de là sans demander son reste. Le problème, c'est qu'il fait barrage. La porte est derrière lui et Aileen a peur de ce qui pourrait se passer si elle marchait à côté de lui. Sa carrure est plus imposante que la sienne, frêle jeune femme en manque de nourriture.

Alors, elle attend. Et il est le premier à réagir, à se mettre en mouvement. Il pose son arme sur le sol ; il a donc compris que les cartes ne sont pas dans ses mains à lui. Seulement, Aileen ne sait pas quoi dire ou quoi faire pour débloquer la situation délicate dans laquelle elle s'est fourrée. Putain, tout ce qu'elle veut, c'est qu'on lui foute la paix. Elle penche la tête sur le côté, puis de l'autre, pour faire craquer sa nuque douloureuse. Elle veut juste SE BARRER. Est-ce trop demandé ? « J'veux pas avoir à te tuer, mais je ne veux pas non plus rester là. » Au moins, maintenant, elle n'est plus la seule à se retrouver dans le flou ; elle a partagé son problème à l'homme en face d'elle. Seule - et meilleure - solution ? La fuite. « Alors, mets toi sur le côté que je passe. J'ai pas fouillé la maison, avec un peu de chance tu trouveras deux-trois trucs intéressants. » Dommage, elle aurait peut-être pu l'avoir, elle, cette chance. Mais l'idée de rester ici, au même endroit que lui, est inimaginable pour Aileen. Et même s'il décidait de ne pas rester, elle ne peut pas être certaine qu'il ne reviendra pas, en la pensant endormie. Brr, rien que d'y penser ... Aileen ne baisse pas son bras, mais desserre un peu la prise de ses doigts autour de l'arme. Elle espère juste que tout se passera bien et qu'il n'y aura pas d'imprévu. L'homme va se décaler comme convenu, elle sortira de là en prenant bien garde à ne pas baisser sa vigilance et tout se passera bien. Tout ira bien ... Aileen ne sait pas à quel point elle est dans le faux. Et elle ne sait pas non plus que le survivant est bel et bien inoffensif.

 
code par SWAN - gifs tumblr

_________________
en présence très réduite jusqu'au 9 août
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


I'M SUPPOSED TO CARE ?
It matters how it ends.
'Cause what if I never love again ?


Fredou knows best :
 

× A propos du vaccin : :
Je sais pas de quoi tu parles et j'm'en fou.

× Âge du perso : :
Vingt-neuf ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
À Bodie.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2183

× Points de vie : :
57

× Copyright : :
MYERS. (signature) & MORPHINE ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] back off (ft Frederick) | TERMINÉ Ven 3 Avr - 16:36


BACK OFF

Aileen & Fredricksen

L'arme au sol et les mains devant moi, je reste immobile, attendant qu'elle baisse son arme. Pourtant, le pistolet reste bien dans les airs, toujours dans ma direction. Elle n'hésita même pas un moment, on aurait dit que l'idée de me laisser vivre ne lui avait même passer par l'esprit une seule seconde. Désespéré, je cherche autours de moi, quelques choses qui pourrais m'aider. Dans ma tête, un plan se forme alors. D'après-moi, elle n'étais pas une as de l'arme à feu. Cela ne fessait que quelques semaines que l'épidémie avait commencer, et je préférais parier sur le fait qu'elle n'avait jamais tirer sur personne ou.. du moins, rien, vu que ces choses qui se promènent dans les rues ne sont pas réellement humaines d'après-moi, avant tout ça. J'avais donc le temps de me glisser dans la pièce d'à côté en vitesse, elle n'aurait pas le temps de tirer, enfin, de tirer sur moi plutôt. Tout ça n'étais qu'une montagne de prédictions, mais je préférais recevoir une balle dans l'épaule qu'en pleine tête. D'ailleurs, je ne comprenais toujours pas. Si elle voulait la maison, j'aurais put partir, elle n'avait pas besoin de me descendre. De plus qu'elle devrait plutôt réserver ses balles aux morts, à la place de tirer des innocents qui on eut le malheur de seulement rentrer dans la mauvaise maison. Les craquements de son cou me font sortir de mes pensées. Mon regard se posa de nouveau sur la jeune blonde, et j'haussa un de mes sourcils à ses paroles. Tout ce qu'elle voulait, en fin de compte, c'étais se barrer ? Tout ça pour.. Je souffle, les femmes m'exténuaient même encore aujourd'hui, alors que le monde était envahis de mangeurs d'hommes.
- Eh.. D'accord, dis-je alors, me retenant un peu de rire.
Quand même, c'étais ridicule comme situation. Elle avait juste à sortir si elle en n'avait envie ! Peut-être que je me serais pousser de l'entrée si à la base elle ne m'avait pas menacée de son arme dès mon arrivé.. Mais ce qui était le plus drôle, c'est qu'elle me laissait la maison. Elle était arriver la première, et c'est elle qui avait le pistolet, alors pourquoi elle ne m'avait pas demander de partir ? « Enfin, peu importe. Tant pis pour elle, ça fait plus de bouffe pour moi. »  pense-je en m'imaginant les armoires de la cuisine bien remplit.

Haussant finalement les épaules, et baissant mes mains, je me pousse doucement sur le côté, entrant dans le petit salon à ma gauche. Je jette un petit regard sur ma machette, toujours sur le sol, me demandant si elle allait me la voler. Sûrement pas.. Vu qu'elle avait seulement l'air de tenir au fait d'être seule, même au point de laisser de la bonne nourriture et peut-être même des armes toute fraîche lui filer entre les doigts.
- Et prend pas ma machette, ou j'te jure que je te laisserais pas filer, dis-je alors, la regardant droit dans les yeux.
Juste au cas où, je ne voulais vraiment pas perdre ma machette. Elle était maintenant avertie, je n'avais pas l'intention de lui faire de mal si elle ne touchais pas à mes affaires. Elle semblait avoir très peur de moi dans le fond, elle n'étais pas méchante d'après-moi. Je plisse alors les yeux, me demandant ce qui aurait put l'effrayer autant des hommes, ou peut-être des humains tout simplement.. Ou encore des survivants. Je n'en avais pas croisé avant elle, mais peut-être qu'il y en n'avait des moins gentils que moi, ou peut-être que cela n'avait aucun rapport avec l'épidémie, peut-être qu'il lui était arriver quelques choses bien avant tout ça.. Bon Dieu, il faut dire qu'elle m'intriguait beaucoup.

BOUM ! Je vois la blonde sursauter, et j'avance d'un pas. Le coup semblait venir du sous-sol. Un rôdeur avait dut y être piégé. « Foutaise ! Ça voulait sûrement dire qu'un survivant était passer ici avant moi.. Adieu les armoires bien garnies.. » BOUM BOUM BOUM ! Il semblait y avoir plus d'un rôdeurs dans cette foutu baraque, décidément, je n'aurais jamais dut rentrer dans cette maison fleuris ! Les bombardements ne cessaient plus, on voyait la porte trembler, ils étaient assez pour la faire céder. Je m'avance encore, me penchant pour attraper ma machette, mais l'arme pointé sur ma tête m'arrêta.
- Non mais, arrête ça ! J'ai pas l'intention de m'en servir contre toi tu vois pas que..
CRAC ! La porte céda.
(c) AMIANTE


_________________

_- -_
I HAVEN'T MADE IT EASY ON YOU
I ' M  S O R R Y  F O R  T H A T
You were by my side when I needed a friend
You made me laugh, you made me dance
Tou told me I would find love again
A N D I H A V E W I T H Y O U





Dernière édition par Fredricksen A. Hardwick le Sam 18 Avr - 21:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Plutôt crever que de faire ce foutu vaccin !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21283

× Points de vie : :
264

× Copyright : :
© shiya (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] back off (ft Frederick) | TERMINÉ Ven 10 Avr - 22:15

 
Back off ft. Fred & Aileen
 
ONE BY ONE. HOLLOW HEROES SEPARATE. AS THEY RUN. YOU'RE SO COLD. KEEP YOUR HAND IN MINE. WISE MEN WONDER WHILE STRONG MEN DIE.

Aileen ne veut pas prendre de risque inutile alors, non, elle ne baissera pas son arme dans l'immédiat. Elle veut d'abord s'assurer qu'elle a la voie libre jusqu'à la sortie. Tant pis si elle laisse une maison peut-être débordante de vivres, elle préfère se casser de là sans encombre et la laisser à ce type. Puisque c'est elle qui le menace de son arme, elle pourrait très bien lui demander de s'en aller. Mais faire telle chose serait trop risqué : qui lui dit qu'il ne reviendrait pas une fois la nuit tombée et Aileen endormie ? Non, décidément, mieux vaut pour elle qu'elle aille se cacher plus loin, ou qu'elle trouve une voiture pour s'éloigner de cet endroit. Pour quitter la Pennsylvanie, pourquoi pas. Aileen lève les yeux au ciel, agacée par ses paroles. Elle lui laisse la maison et, encore, il s'imagine qu'elle va lui prendre sa foutue machette ? Les armes qu'elle a en sa possession lui suffisent amplement ; elle n'a pas besoin de quoi que ce soit d'autres à ce niveau-là. Si ce n'est d'un peu de munition, peut-être. L'homme ne devrait pas tarder à aller se réfugier dans une pièce voisine, en attendant Aileen ne bouge pas d'un poil. Et toute concentrée qu'elle est sur chacun de ses mouvements, elle sursaute lorsqu'un gros boom se fait entendre dans la maison. Elle ne sait pas vraiment d'où cela vient mais elle sent sa prise autour du pistoler se renforcer un peu plus. Et si, contrairement à ce qu'il lui avait dit, il n'était pas seul ? C'est, sans aucun doute, ce qu'elle craint le plus. Mais elle est quasiment sûre qu'il ne s'agit pas de cela ; il a l'air surpris lui aussi. Elle s'apprête à baisser son arme lorsqu'elle entend un nouveau boom, cette fois accompagné d'un craquement sinistre. Cela n'augure rien de bon, elle s'en doute. Et contrairement à précédemment, elle n'hésite pas à tourner le dos au mec pour regarder derrière lui. Plus de boom, mais des bruits autres ; après quelques secondes d'attente dans l'anxiété, Aileen comprend que des personnes - ou plutôt des rôdeurs si elle en juge les grognements - sont en train d'arriver vers eux. Putain, c'est quoi ce bordel ?

« T'as une autre arme sur toi ? » Elle a le désagréable sentiment que cela va s'avérer plus que nécessaire. Et très rapidement. A moins qu'ils n'aient le temps de sortir par la porte d'entrée ? Aileen s'en approche à pas rapides mais comprend bien vite que ce ne sera pas une solution pour eux ... Il y a plein de rôdeurs dans la rue, ils ne pourront pas passer par là et s'en sortir indemnes. « Merde. On est coincés. » Et c'est peu dire. Ils sont complètement entourés par les zombies. Comment est-ce qu'ils ont pu en arriver là ? La jeune femme ne parvient pas elle-même à comprendre. Putain, elle aurait dû partir plus tôt ... Maintenant, elle risque d'y laisser sa peau. Et elle n'a même pas de vivres à ramener. Absolument rien. Elle grogne, lâche quelques insultes incontrôlables. Il faut qu'ils trouvent une solution et peut-être même qu'il n'y en a qu'une : tuer tous les rôdeurs qui s'approcheront d'eux ... ou se laisser crever. Autant dire qu'Aileen n'est pas prête d'en arriver là. Il va donc falloir se battre et, pour ça, Aileen ne peut pas se contenter de son arme à feu. Elle extirpe donc un large couteau de cuisine de son sac à dos, qu'elle coince entre ses doigts, son arme restant dans son autre main. Peut-être qu'il faudra qu'elle use des deux. « Espérons qu'ils ne soient pas trop nombreux » Ce sera, en effet, leur seule chance de survie. Parce qu'il paraît évident qu'ils ne tiendront pas bien longtemps comme ça. Aileen a beau ne pas accorder la moindre confiance à l'autre survivant présent dans la maison, elle n'a guère le choix : ils vont être obligés de s'allier pour espérer s'en sortir. Ce qui ne veut pas pour autant dire qu'elle hésitera avant de le tuer s'il montre un quelconque signe d'animosité à son égard.

 
code par SWAN - gifs tumblr

_________________
en présence très réduite jusqu'au 9 août
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


I'M SUPPOSED TO CARE ?
It matters how it ends.
'Cause what if I never love again ?


Fredou knows best :
 

× A propos du vaccin : :
Je sais pas de quoi tu parles et j'm'en fou.

× Âge du perso : :
Vingt-neuf ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
À Bodie.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2183

× Points de vie : :
57

× Copyright : :
MYERS. (signature) & MORPHINE ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] back off (ft Frederick) | TERMINÉ Lun 13 Avr - 2:22


BACK OFF

Aileen & Fredricksen

J'attrape ma machette, serrant le manche fermement. Je fixais la porte tremblante, essayant de me faire une idée du nombre de rôdeurs que je devrais affronté, je ne pensais pas la blonde capable d'un tel massacre. Elle semblait seulement capable de tuer d'autre survivants celle-là ! Je roule des yeux, puis les détournent ensuite vers elle lorsqu'elle me demande si j'ai d'autre armes, je porte ma main à mon dos, où je range mon arme à feu, mais je m'arrête dans mon élan. Mes balles étaient compté, et de toute façon ils étaient proche, les abattre seraient stupide alors qu'on pouvait facilement les tuer avec des armes blanches, de plus que tiré en attirerait d'autres. Mon bras revient le long de mon corps, et j'ouvre la bouche pour lui dire que j'en avais pas d'autres, mais je me tut, voyant la blonde vouloir s'enfuir par la porte comme une lâche, avant de s'arrêter sur le pas de la porte. J'hausse un sourcil, puis me tasse un peu, avant de comprendre : il y avait pleins de rôdeurs dans la rue. Comment c'étais possible ? Je finis par secouer la tête, me concentrant plutôt sur la jeune femme qui commençait à s'énerver. J'avance d'un pas dans le but de lui dire que les minutes étaient compté et qu'il fallait plutôt se focalisé sur un plan d'attaque, mais la sortit d'un énorme couteau de son sac me fit plutôt regagné mon pas que parler. Ça, je ne m'en attendais pas, mais je finis tout de même par sourire, c'étais parfait.
- Range ton arme à feu, c'est pas utile dans attiré d'autres avec le bruit, dis-je d'un ton autoritaire.
Je finis par me retourner vers la porte après que d'autres coups inquiétant l'aie taper, tout en écoutant la blonde s'inquiété sur le fait qu'ils soient nombreux. Je me tourne alors vers elle, haussant les épaules.
- On s'en fou de combien ils sont, on va tous les tuer. Plus ils sont, plus on en éliminera d'un seul coup, il faut voir ça comme ça, répondis-je avant d'encore me retourné.
Fessant dos à ma coéquipière temporaire, je finis par me dire que c'étais mieux si je m'occupe seul des rôdeurs qui arriveraient de se côté, elle serait dans mes pattes autrement.
- Occupe-toi de l'entrée et tue ceux qui arrive, et s'il te plaît, te barre pas comme une fillette, au moins avertit. Je serais occuper à leur couper leurs têtes moi, je tiens pas à ce qu'ils me prennes par surprise et par derrière parce que tu as trop peur pour tes fesses.
Je prend une grande respiration, vider mon sac m'avait fait du bien, mais ce petit moment zen ne dura pas très longtemps, comme des rôdeurs se mirent à descendre les escaliers. Une grosse femme en robe de chambre jaune crasse était en tête de course, je grimace un peu, me demandant si elle était l'ancienne propriétaire, avant de secouer la tête : je m'égarais et dans un moment pareil c'étais pas le moment. Elle finit par arriver en face de moi, et ma machette ne pris pas de temps à la mettre K.O. Je donne finalement un coup de pied contre sa tête à rouleau dans les cheveux, avant de me concentrer sur son successeur : un adolescent boutonneux qui dégoulinait de bave. J'étais aussi appétissant que ça ? Pas longtemps après, sa tête rejoins celle de la bonne femme aux rouleaux, et s'en était finit des escaliers. Je n'eut pas un grand moment de répit pourtant, comme la porte du sous-sol céda finalement et les rôdeurs se mirent à pleuvoir. Un bras par là, une tête de l'autre côté, sa sentais la mort, le sang et la pourriture, et tout ça m'aspergeait au visage ou contre mes vêtements. J'espérais que c'étais plus calme du côté d'Aileen, je n'avais pas le temps de me retourner, elle aurait aussi bien pu se faire manger les tripes en ce moment même que j'en aurais aucune idée..
(c) AMIANTE


_________________

_- -_
I HAVEN'T MADE IT EASY ON YOU
I ' M  S O R R Y  F O R  T H A T
You were by my side when I needed a friend
You made me laugh, you made me dance
Tou told me I would find love again
A N D I H A V E W I T H Y O U



Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Plutôt crever que de faire ce foutu vaccin !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21283

× Points de vie : :
264

× Copyright : :
© shiya (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] back off (ft Frederick) | TERMINÉ Dim 19 Avr - 13:32

 
Back off ft. Fred & Aileen
 
ONE BY ONE. HOLLOW HEROES SEPARATE. AS THEY RUN. YOU'RE SO COLD. KEEP YOUR HAND IN MINE. WISE MEN WONDER WHILE STRONG MEN DIE.

Aileen lève les yeux au ciel. Putain qu'il est agaçant celui-là. « Heureusement que tu me le dis, j'avais pas deviné. » Non mais franchement, il croit qu'elle sort d'où ? Si elle est encore là pour en témoigner, c'est bien qu'elle a survécu. Qu'elle a été capable plus d'une fois de flinguer un rôdeur ou, justement, de l'achever d'une autre manière. Mais elle n'est pas stupide, dans un combat au corps à corps avec le mec, elle ne ferait pas le poids. Elle refuse de garder pour seule arme un couteau. Avec un flingue, elle est sûre de ne pas être prise par surprise. Enfin, à peu près. Aileen se retient de répliquer quand il se met à donner des ordres. Ça va sinon, il ne se sent pas un peu con sur les bords ? En tout cas, elle, il la fait bien chier. Mais ce n'est pas le moment de lui faire comprendre son point de vue : les rôdeurs débarquent de tout côté, et ils n'ont pas une seconde à perdre s'ils veulent s'en sortir vivants. Aileen n'a, de toute façon, pas l'occasion de dire quoi que ce soit. Déjà, un rôdeur arrive à sa hauteur et essaye de lui choper le bras. Elle l'esquive, donne un violent coup de crosse dans son crâne moisi. Cela ne fait rien d'autre que le faire reculer, mais c'est déjà pas mal : cela permet à la jeune femme de lever son couteau et de lui enfoncer dans le crâne. Heureusement pour elle, l'entrée est étroite, sinon elle n'aurait pas eu le temps de ressortir son arme à chaque fois pour la ré-utiliser et en tuer un autre. Les rôdeurs n'entrent qu'un par un, deux grand maximum, lui permettant de respirer et de garder un certain rythme. Mais très vite, le manque de forces se fait sentir. Elle n'a pas bouffé depuis trop longtemps. Elle est à bout de forces. Mais elle n'abandonne pas pour autant. Hors de question.

Elle tend un peu plus son dos, s'efforce de rester bien droite et de faire face. Ce n'est pas une putain de horde de rôdeurs qui va l'achever. Non, certainement pas ! « Ils sont trop nombreux. On se replie dans la cuisine. » Avec un peu de chance, ils réussiront à fuir par la fenêtre à un moment ou un autre. Aileen n'attend pas d'avoir l'opinion du type, elle s'y rend après avoir tué un dernier rôdeur. Elle jette un coup d'oeil en direction du survivant, s'assurant qu'il n'est pas en train de se faire bouffer ou pire de prendre la fuite. Il ne manquerait plus que ça, tiens ! « Dans la cuisine. » Répète-t-elle, plus fort cette fois et d'un ton autoritaire. Compte tenu de la situation, ils ne peuvent pas se permettre de se retrouver seule. Aileen attrape la manche de la veste du mec et tire dessus pour le faire entrer dans la pièce. Elle referme la porte derrière eux, met la table sur le côté et la place derrière celle-ci. « Faut qu'on envisage un plan B. La porte ne les tiendra pas longtemps mais avec la table, ils ne pourront passer qu'un à la fois. C'est toujours ça de pris. » Et la suite des événements lui donnent plus ou moins raison : la porte est d'ores et déjà dans un mauvais état. Aileen regarde par la fenêtre, d'autres rôdeurs débarquent de l'extérieur. Ils sont assez nombreux, mais moins qu'en provenance de la maison même. Encore quelques minutes et ils seront tous à l'intérieur, à essayer d'entrer dans la pièce où ils se sont réfugiés. « On devrait pouvoir passer par la fenêtre bientôt. » En théorie ... Y a plus qu'à espérer que l'intelligence des rôdeurs soit tellement limitée qu'ils n'aient pas l'idée d'aller essayer de passer par ici. Normalement, tout devrait bien aller. C'est justement lorsque cette pensée lui vient en tête que la porte cède sous le poids des trop nombreux zombies qui se pressent contre. Et merde, les ennuis recommencent.

 
code par SWAN - gifs tumblr

_________________
en présence très réduite jusqu'au 9 août
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


I'M SUPPOSED TO CARE ?
It matters how it ends.
'Cause what if I never love again ?


Fredou knows best :
 

× A propos du vaccin : :
Je sais pas de quoi tu parles et j'm'en fou.

× Âge du perso : :
Vingt-neuf ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
À Bodie.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2183

× Points de vie : :
57

× Copyright : :
MYERS. (signature) & MORPHINE ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] back off (ft Frederick) | TERMINÉ Lun 20 Avr - 20:04


BACK OFF

Aileen & Fredricksen

Bordel, ils étaient combien là-dedans ? Les rôdeurs sortaient du sous-sol presque aussi rapidement que je les éliminaient, et bientôt il y aurait un tapis de démembrés sur le sol. J'espérais qu'il n'y en n'aille pas autant qui passait par la porte d'entrée, d'après-moi on était carrément entrain de massacrer ce pauvre village en entier. Donnant un coup de pied contre le rôdeur me faisant face, je le pousse dans le corridor et m'y avance légèrement par la même occasion. Je lui écrase la cervelle avec le derrière de ma chaussure, relevant aussitôt le regard vers l'entrée du sous-sol d'où un obèse essayait de sortir, visiblement pousser par d'autres rôdeurs derrière-lui. « Foutaise, une porte humaine ! » pense-je juste avant de lui présenté ma machette. Une giclée de sang me parvient au visage et je passe le bras contre celui-ci pour m'en débarrasser, du moins, du plus gros. Je n'imaginais même pas à quoi je devais ressembler, comment pouvaient-ils encore sentir mon odeur avec tout ce sang de mort ? J'entend ensuite brièvement la blonde me dire qu'on se replie dans la cuisine. J'hausse les épaules et me retourne vers l'entrée qu'elle avait laisser libre au passage de rôdeurs qui malheureusement pleuvait tout autant de ce côté. Je m'occupe de deux jumelles avant d'entendre la voix de la jeune femme me répété de venir dans la cuisine. Je décide tout de même de rester où je suis, coupant les bras tirer vers moi d'un géant à sombrero vert lime affreux. J'eu à peine le temps de lui trancher la tête qu'elle finit par me tirer dans la cuisine de force. Je recule, la laissant fermer la porte et placer la table devant celle-ci. Je souffle, j'aurais put m'occuper des rôdeurs, ils n'étaient pas si nombreux que ça, j'avais vu pire.

Un plan B ? Mais y'a pas de plan, on l'est massacre tous c'est pas compliqué. Mais au moins, je lui accordait, ils ne pourraient passer qu'un par un, ici c'étais moins risqué de se faire prendre par derrière. Bizarrement, je jette tout de même un coup d'oeil aux armoires, qui étaient vides. Il n'y avait plus qu'un sac de farine. « Bon, quelqu'un était visiblement passer par là avant nous. » me dis-je alors avant de sursauté légèrement lorsque la porte céda, l'aillant presque oubliée. Je m'avance alors près de la blonde, l'arme devant moi. Je jette un regard curieux vers elle, me disant qu'elle avait une tête de quelqu'un qui en avait bavé. Elle se défendais pourtant.. acceptablement, elle était moins peureuse que je ne me l'était imaginé. J'en étais donc presque sûr maintenant, c'était plus les autres survivants que les rôdeurs qui lui avait causé du tord. Allant pour détourner le regard, je vois sur le sol une main tenter de se frayer un chemin vers la jambe de la blonde. Rapidement je me penche et la tranche d'un coup sec, un peu plus et le rôdeur l'aurait certainement fait tomber. Je lui éclate finalement la cervelle, puis me relève afin de trancher la tête du deuxième qui tenta d'entrée dans la cuisine. Le prochain monta sur le corps sans vie du deuxième, et j'entendis la table craquer. Si ça continuais, ils la briseraient. Je me retourne vers la jeune femme, un peu paniqué. Elle nous avait peut-être condamner en nous enfermant dans cette pièce avec comme seul ami un sac de farine..
- Bon et maintenant on fait quoi madame Einstein ? dis-je d'un sarcastique, agacé.
Je me retourne, regardant les armoires rapidement avant de m'attarder à la fenêtre, elle était minuscule. Je ne faisais pas confiance à ma coéquipière, elle pourrait tout aussi bien s'échapper par ce trou à rat et me laisser crever ici, afin de servir de repas aux rôdeurs pendant qu'elle s'enfuit bien tranquillement. Je monte sur le comptoir, m’asseyant avant de me lever debout, me penchant puisque le plafond m'empêchait de me redresser. Avec le dos de ma botte, je donne quelques coups contre la vitre afin de la briser.
- Viens ! La table ne tardera pas à céder ! cris-je avant de me jeter par la fenêtre.
Je grimace alors que je me rend compte qu'un morceau de vitre c'est logé dans ma chair. Je ne peux tout de même pas m'y attarder puisque je roule sur moi-même, attendant de voir si la blonde me suivrais, la main contre mon coude ensanglanté.  

(c) AMIANTE


_________________

_- -_
I HAVEN'T MADE IT EASY ON YOU
I ' M  S O R R Y  F O R  T H A T
You were by my side when I needed a friend
You made me laugh, you made me dance
Tou told me I would find love again
A N D I H A V E W I T H Y O U



Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Plutôt crever que de faire ce foutu vaccin !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21283

× Points de vie : :
264

× Copyright : :
© shiya (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] back off (ft Frederick) | TERMINÉ Mer 6 Mai - 9:34

 
Back off ft. Fred & Aileen
 
ONE BY ONE. HOLLOW HEROES SEPARATE. AS THEY RUN. YOU'RE SO COLD. KEEP YOUR HAND IN MINE. WISE MEN WONDER WHILE STRONG MEN DIE.

Leur situation est critique et Aileen sent que leur vie ne tient plus qu'à un fil. C'est déjà le cas au quotidien mais leurs risques de crever se sont multipliés par dix à l'instant même où ils ont chacun foutu un pied dans cette maison. Mais comment auraient-ils pu se douter qu'une telle horde allait surgir de nul part ? En quelques mois de survie, c'est bien la première fois que Aileen voit faire face à autant de zombies en un seul et même endroit. Elle n'est pas seule, et heureusement dans un sens. Mais sa vigilance habituelle la pousse à regarder de très - trop - nombreuses fois en direction dur survivant, comme si elle avait peur de le voir se transformer, ou se comporter comme un connard. Cela n'étonnerait Aileen qu'à moitié : elle est d'une méfiance à toute épreuve. Et sa confiance en lui est au niveau zéro, voire à un étage négatif. Hors de question qu'elle s'attarde inutilement par ici, d'ailleurs. Dès qu'elle sera sûre qu'elle ne le laisse pas dans une merde pas possible, elle pourra filer en douce. C'est ce qu'elle compte faire à la moindre occasion. Mais en attendant, elle doit essayer de crever. Et le type vient de lui rendre une fière chandelle : un rôdeur allait lui attraper le pied en passant sous la table. Un air dégoûté sur le visage, Aileen recule d'un pas mais se doute que son corps doit faire barrage : les zombies passent par-dessus la table, à présent. Elle en tue un en tendant le bras et en enfonçant son couteau dans son crâne mais elle a tant de mal le récupérer qu'elle n'est plus sûre de vouloir jouer à cela. Ils pourraient bien se faire tuer là, dans cette cuisine. Et il faut trouver une autre solution avant que telle chose n'arrive. Elle laisse le type faire elle ne sait trop quoi dans un coin de la pièce. Pendant ce temps, elle tue un autre rôdeur qui venait de passer par-dessus la table. Les suivants ne tarderont pas à en faire de même mais le survivant a, semble-t-il, trouvé une solution. Aileen jette un coup d'oeil dans sa direction à l'instant même où la vitre se brise sous ses coups.

Il sort de là et elle sait que c'est sa seule chance de s'en sortir vivante. Elle ne tiendra pas, ici. Alors elle le suit et passe par la vitre sans faire gaffe à ne pas se couper. Cela peut paraître con mais c'est en fait astucieux : deux ou trois rôdeurs y croiront et essaieront de lécher le sang qui traîne. C'est qu'ils sont cons, ceux-là, elle a eu l'occasion de le voir à plusieurs reprises. Mais ce n'est pas ce qui va les tirer d'affaire : ils sont désormais tous dans la maison mais ils sont trop nombreux pour être tous aussi stupides. Et il n'y avait pas assez de sang pour cela, de toute façon. La table, ainsi que la porte, dans la cuisine cèdent et les rôdeurs affluent en masse dans la pièce. Ils sont partis pile au bon moment. Mais pas de temps à perdre, il faut qu'ils prennent la fuite avant qu'il ne soit trop tard. Certains zombies sortent déjà de la porte principale et viennent dans leur direction. Ce n'est probablement pas leur odeur qu'ils sentent : ils sont tous deux couverts de chair morte de rôdeurs. Ce doit être à cause du bruit qu'ils ont fait en brisant la vitre. Vite, une solution. Déjà, il faudrait peut-être commencer par fermer la porte avant qu'ils ne soient trop nombreux à en sortir, les piéger à l'intérieur ne pourra que leur être utile même s'ils pourront encore passer par la fenêtre de la cuisine quand ils seront moins cons ... C'est-à-dire pas tout de suite. « La porte. » Aileen s'élance en avant sans faire plus attention à son camarade temporaire. Elle tue un rôdeur avant de réussir à atteindre la poignée de la dite-porte qu'elle ferme brusquement et juste avant qu'un autre ne s'enfuie par là. Aileen regarde en direction du survivant et lance : « Vaut mieux tuer ceux-là pour qu'ils ne suivent pas l'un de nous ! » Et c'est très dur de se débarrasser d'un rôdeur : ils sont prêts à suivre de la chair fraîche sur des kilomètres et des kilomètres et eux, ne se fatiguent jamais.

 
code par SWAN - gifs tumblr

_________________
en présence très réduite jusqu'au 9 août
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


I'M SUPPOSED TO CARE ?
It matters how it ends.
'Cause what if I never love again ?


Fredou knows best :
 

× A propos du vaccin : :
Je sais pas de quoi tu parles et j'm'en fou.

× Âge du perso : :
Vingt-neuf ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
À Bodie.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2183

× Points de vie : :
57

× Copyright : :
MYERS. (signature) & MORPHINE ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] back off (ft Frederick) | TERMINÉ Mer 20 Mai - 18:44


BACK OFF

Aileen & Fredricksen

À peine la blonde toucha le sol qu'on entendis la table flancher sous le poids de trop de rôdeurs. Ils envahissent alors rapidement la cuisine, la chance qu'on avait eu sur ce coup. En fait, la chance qu'ELLE avait eut de m'avoir MOI, sur ce coup. Après tout, elle n'avait pas eu l'air de voir que la table allait briser, et puis d'ailleurs c'est elle qui nous avait enfermer là-dedans, ce qui n'avait pas été très astucieux, nous nous étions condamnés nous même en franchisant cette porte. Elle était petite et fine, mais moi j'aurais pu ne pas être capable de me faufiler par la fenêtre, mais ça c'était bien le dernier de ces soucis, après-tout. Je me relève de peine et de misère, regardant l'état de mon coude. Un morceau de vitre c'était logé à peu près au milieu de mon avant-bras, et le sang coulait le long de mon bras jusqu'à mon poignet et mes doigts. Je grimace, c'était une méchante blessure. J'essuie un peu ma main contre mon jeans avant de relever les yeux vers la jeune femme qui avait l'air de se parler à elle-même. Je trouve pourtant son idée brillante, les enfermer était une bonne idée. Ils étaient stupide mais leurs nez ne mentaient pas, ils finiraient bien par se rendre compte que leurs repas sont à l'extérieur et tourner les talons pour sortir de la maison, et alors là on aurait une marre de rôdeurs à nos trousses, et je n'avais pas particulièrement envie de courir jusqu'à m’effondrer, de plus qu'il faisait chaud et que je n'avais pas manger beaucoup, n'y but des tonneaux d'eau, et j'imaginais que c'était de même pour elle, les steaks ne couraient pas vraiment les rues malheureusement.

Je secoue la tête puis suit la blonde en avant de la maison, quelques rôdeurs étaient déjà sortit par la porte d'entrée et d'autres s'avançaient vers elle en claquant des dents. Elle ferme finalement celle-ci empêchant de justesse un dernier qui voulait se tenter. Je tourne la tête vers ma coéquipière lorsqu'elle me dit qu'on ferrais mieux de tuer ceux-là pour ne pas qu'ils nous suivent, ce qui était logique, cela va de soie. Je m'approche d'un premier puis lui tranche la tête, mais cela m'arrache presque un cris. Je change ma machette de main, la faisait tourner un peu entre mes doigts avant qu'un autre s'approche de moi. Je donne un coup, mais ne réussis qu'à lui couper le nez. Le sang se met à couler contre son visage, il ne réagit même pas et continue de s'avancer vers moi, je suis donc obligé de reculer de quelques pas pour me donner un autre élan. Cette fois, j'atteins bien son cou, seulement, cela n'avait pas été assez fort pour lui trancher la tête, ma machette reste donc prise dans le milieu de son cou. Le sang pisse comme une bonne fontaine, j'en reçois même dans la bouche. Je donne un coup de pied contre son torse pour le faire reculer et par la même occasion, décoincer mon arme de sa chair pourrie. Je m'essaye une troisième fois et réussis enfin à l'abattre, cela m'avait pris beaucoup trop de temps par contre, trois rôdeurs s'approchaient de moi et chacun de leur côté. Je tourne un peu sur moi-même, essayant d'établir un plan d'attaque, pourtant je me croyais incapable, ma main gauche était une vraie merde. Je finis par avoir une idée, qui se trouvait à être presque suicidaire, mais je ne voyais aucune autre solution. Je range ma machette, laissant les trois s'approcher de moi, puis une fois qu'il fut prêt de moi, je me plis en petit bonhomme. Les deux à mes côtés se penchent pour m'attraper, mais je me glisse entre les jambes du rôdeurs qui se trouvait devant moi, ce qui le fit tomber.  Les trois s'empilèrent comme des quilles. Je me roule sur le dos, les larmes aux yeux, j'avais dû m'appuyer sur mon avant-bras pour passer en dessous et ça m'avait fait trop mal. Je dois cependant lever les yeux au ciel lorsque j'entend un nouveau fracas de vitre, un zombie avait réussis à casser une fenêtre à l'étage et tomba de celle-ci quelques secondes plus tard, un autre s'apprêtait déjà à se jeter dans le vide à son tour. Je regarde à droite, un autre fonçait tête première à répétition contre l'autre fenêtre, se défonçant le crâne, elle était déjà ficelée, et les trois mangeurs d'hommes empilés n'allait par tarder à se remettre sur pieds. J'allais crever ici..

(c) AMIANTE


_________________

_- -_
I HAVEN'T MADE IT EASY ON YOU
I ' M  S O R R Y  F O R  T H A T
You were by my side when I needed a friend
You made me laugh, you made me dance
Tou told me I would find love again
A N D I H A V E W I T H Y O U



Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Plutôt crever que de faire ce foutu vaccin !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21283

× Points de vie : :
264

× Copyright : :
© shiya (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] back off (ft Frederick) | TERMINÉ Ven 29 Mai - 13:58

 
Back off ft. Fred & Aileen
 
ONE BY ONE. HOLLOW HEROES SEPARATE. AS THEY RUN. YOU'RE SO COLD. KEEP YOUR HAND IN MINE. WISE MEN WONDER WHILE STRONG MEN DIE.

Putain mais qu'est-ce qu'il fout ? A peine la porte d'entrée de la maison a-t-elle été fermée qu'Aileen s'élance en avant, décidée à tuer les rôdeurs qui traînent avant de se casser de là. Son camarade temporaire, lui, semble en très mauvaise posture. Elle ne sait ni quand ni pourquoi mais il est dans un sale état. Et ils n'ont pas le temps de se débarrasser de tous les zombies que d'autres tombent des fenêtres à l'étage. Et merde ... Aileen serre la mâchoire, ses lèvres plissées en signe d'agacement. Pourquoi est-elle venue jusque-là putain ? Elle aurait mieux fait de patienter, d'aller ailleurs, le ventre noué et la bouche sèche. Elle s'est fichue dans une sacrée merde et a le sentiment que cela ne va pas s'arranger aussi vite qu'elle le voudrait. Son couteau lui suffit amplement pour tuer deux rôdeurs qui étaient encore dehors, avant qu'elle ne rejoigne le mec justement en très mauvaise posture. Trois zombies sont presque à lui tomber dessus, et un autre vient de sauter de la fenêtre à l'étage. Un second ne tardera pas à le suivre mais avant que ce ne soit le cas, Aileen a le temps de tuer le premier : elle enfonce son couteau dans sa joue, atteignant par la même occasion son cerveau. Bon. Pas de temps à perdre. Son couteau est trop petit elle va finir par le perdre ou alors sa lame sera bientôt sans effet. Plutôt que de se laisser tuer, car dépassée par les événements, Aileen jette un coup d’œil autour d'elle ... et repère la machette de l'autre survivant. Elle est enfoncée dans la chair d'un rôdeur, au niveau de son cou. Rapide et efficace, Aileen attrape son tee-shirt ensanglanté et le tire vers elle, l'écartant du groupe. Le mec va bien survivre le temps qu'elle s'empare de son arme, hein ? Elle ne peut pas faire de miracles comme il doit sans douter. Mais pas de temps à perdre, il faut faire vite avant que d'autres rôdeurs aient l'idée d'aller à l'étage. Heureusement, ils ne sont pas très intelligents et sont, pour la plupart, en train de se presser contre la porte d'entrée close. Ils ne réfléchissent pas, ou en tout cas plus, c'est comme ça. Et c'est tant mieux pour eux.

Posant son pied au niveau du torse de l'ancien être humain - heureusement pas très grand - Aileen se sert de ses deux mains pour extraire la machette. Elle y parvient au bout de quelques secondes interminables et douloureuses. C'est ce moment-là que choisit le rôdeur à l'étage pour sauter de la fenêtre à son tour. Sans doute ont-ils de la chance ... il tombe la tête la première et son crane s'écrase sur le sol dans un bruit sourd, le tuant pour de bon. Tant mieux. Dépourvue de toute pitié, Aileen s'élance en avant, machette en l'air. Il lui faut y retourner plusieurs fois pour tuer le premier, pour le second et le troisième cela se fait à peu près plus facilement. Elle a l'avantage de ne pas être blessée, contrairement à celui qui est toujours sur le sol, en mauvais état. Elle n'a pas le temps, ni l'envie à vrai dire, d'y regarder de plus près mais elle voit qu'il saigne au niveau du bras. S'est-il fait mordre ? C'est une hypothèse à ne pas négliger. Et s'il faut le buter, elle le fera sans problème. C'est marche ou crève, maintenant et elle n'a aucune envie de s'encombre de foutus sentiments qui ne feraient que lui rendre la tâche plus difficile encore. Une fois les derniers rôdeurs exterminés, Aileen, couverte du sang de ceux qu'elle vient de tuer, se plante devant le survivant. A quelques pas de lui, simple distance de sécurité. Elle laisse la machette tomber sur le sol plutôt que de lui rendre directement. « C'est une morsure ? » Qu'elle lui demande dans toute sa délicatesse qu'elle n'a pas. Non, elle ne s'embarrasse pas de sentiments ou d'émotions quelconque. Elle est exténuée cela dit, et ça l'arrangerait bien qu'elle n'ait pas à le tuer. De toute façon, il suffirait qu'elle parte avant sa transformation ; elle en est tout à fait capable.

 
code par SWAN - gifs tumblr

_________________
en présence très réduite jusqu'au 9 août
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


I'M SUPPOSED TO CARE ?
It matters how it ends.
'Cause what if I never love again ?


Fredou knows best :
 

× A propos du vaccin : :
Je sais pas de quoi tu parles et j'm'en fou.

× Âge du perso : :
Vingt-neuf ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
À Bodie.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2183

× Points de vie : :
57

× Copyright : :
MYERS. (signature) & MORPHINE ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] back off (ft Frederick) | TERMINÉ Sam 30 Mai - 17:52


BACK OFF

Aileen & Fredricksen

Je regardais les rôdeurs s'avancer vers moi, épuisé, c'est sûr qu'avec ma blessure en plus, ils devaient être attiré comme des aimants. Je regarde autours de moi, cherchant un endroit où me planquer, mais je ne voyais rien, je commençais à désespérer. Je m'apprêtais à me lever, même si courir était stupide puisqu'il ne s'arrêtait jamais et que moi, avec ma blessure, la chaleur, le manque de nourriture et d'eau, je ne tarderais pas à m'évanouir, mais je n'allais tout de même pas rester là et me faire bouffer, mais avant que je puisse bouger, la blonde dont j'avais complètement oublier l'existence sur le coup, me tire par le chandail pour me déplacer un peu, avant de s'enfuir plus loin. Cela me laisse une petit marge, mais les rôdeurs pose de nouveau les yeux sur moi un peu trop vite à mon goût. Je recule, puis me relève finalement, je pousse le premier, puis sortant mon arme de ma main gauche, je frappe le deuxième avec le métal ce qui lui casse la mâchoire, mais qui ne le détourne pourtant pas de l'idée de s'en servir pour me manger. Je m'apprêtais à frapper le troisième lorsque finalement, je vois se planter ma machette dans son cou. Je passe rapidement ma main sur moi. Oui, c'était bien ma machette. Je ne l'avais pas rangé ? Je secoue de la tête, ce n'est pas important pour le moment, je m'occupe de repousser du mieux que je le pouvais les deux autres rôdeurs avant qu'elle ne s'en occupe. Maintenant sur le sol, j'observe de nouveau ma blessure en grimaçant, je n'avais aucune connaissance en soins, je ne savais pas comment j'allais m'arranger avec ça.. Je lève finalement les yeux vers la blonde lorsqu'elle me demande si c'était une morsure, cette phrase me pince légèrement le cœur, ce qui me met en colère.
- Tu voudrais ! dis-je d'un ton horriblement froid, lui arrachant ma machette des mains.
Je l'essuie contre mon jeans puis la range, regardant autour, les rôdeurs essayaient encore de passer par les fenêtres de l'étage, on devait bouger d'ici, mais pour allez où ? Il n'y avais que des maisons ici, ils nous suivraient et on se retrouverais dans la même situation que plus tôt dans la cuisine. Je me retourne finalement vers la jeune femme.
- On doit bouger, ils passent par les fenêtres, on va s'épuiser si on les élimines tous, faut trouver un endroit où se cacher..
Après tout, je n'étais pas ici depuis super longtemps, j'étais surtout rester dans la petite remise, la blonde était peut-être ici depuis plus longtemps que moi, elle connaissait sûrement un endroit, enfin, je l'espérais.. Puisque pour l'instant nous étions fichus. Normalement, je n'aurais jamais voulu faire équipe avec elle, mais je rêvais de son sac, avait-elle des choses pour soigner ? Était-elle connaisseuse en soins ? Si oui, elle me serait bien utile vu ce morceau de vitre logé dans ma chair qui n'était pas prévu. Elle était bizarre, un peu parano, mais elle se débrouillait face aux rôdeurs, ce que je n'aurais jamais cru possible au départ, et elle venait un peu de me sauver les miches, alors qu'elle aurait tout aussi bien pu s'enfuir, comme elle le voulait tant avant que les rôdeurs nous tombent dessus. Après tout, elle ne me connaissait pas, et elle ne semblait pas faire dans le sentimentale, elle ne se saurait sûrement pas sentis très mal de me laisser là pour me faire bouffer, même que cela lui aurait été favorable, les zombies se seraient tous ou presque jeter sur moi, elle aurait pu filer en douce et par chance, être suivis que par quelques rôdeurs.. Mais elle avait choisit de m'aider, même si j'étais en mauvaise posture, ça en disait long sur elle, je lui en remerciait d'ailleurs intérieurement, un peu trop borné pour le faire à voix haute.

(c) AMIANTE


_________________

_- -_
I HAVEN'T MADE IT EASY ON YOU
I ' M  S O R R Y  F O R  T H A T
You were by my side when I needed a friend
You made me laugh, you made me dance
Tou told me I would find love again
A N D I H A V E W I T H Y O U



Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Plutôt crever que de faire ce foutu vaccin !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21283

× Points de vie : :
264

× Copyright : :
© shiya (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] back off (ft Frederick) | TERMINÉ Sam 13 Juin - 18:32

 
Back off ft. Fred & Aileen
 
ONE BY ONE. HOLLOW HEROES SEPARATE. AS THEY RUN. YOU'RE SO COLD. KEEP YOUR HAND IN MINE. WISE MEN WONDER WHILE STRONG MEN DIE.

Aileen lève les yeux au ciel, agacée. Sérieusement ? Elle s'inquiète - à moitié, disons - pour son état de santé et lui trouve encore le moyen d'être emmerdant comme pas possible ? Elle aurait mieux fait de se tirer, le laissant se faire bouffer comme un putain d'appât. Au moins, cela lui aurait laissé le temps de s'enfuir et lui aurait évité d'avoir à supporter ses remarques à la con. Enfin, elle n'a pas trop le choix ; elle doit bien admettre qu'ils ne seront pas de trop à dedans, dans cette situation complètement pourrie. Pourtant, elle veut trouver une issue. Elle veut se tirer de cette affaire sans avoir besoin de fermer les yeux, accordant à cet inconnu sa confiance si précieuse. Non, elle n'y arrivera pas. Elle ne peut pas avoir recours à une solution aussi extrême. Et lorsque le type récupère sa hache sans le moindre scrupule et sans la moindre délicatesse, elle doit se retenir de lui hurler dessus avant de se barrer en courant. Non, elle ne doit pas faire ça. Si elle avait voulu la tuer ou, pire, la blesser, il aurait tenté sa chance plus tôt. Pas sûr qu'il serait parvenu à quoi que ce soit mais il aurait pu essayer tout de même. La jeune femme pince les lèvres ; elle ne peut pas se permettre de déraper où elle risquerait de l'énerver lui aussi. Cela ne les mènerait à nul part. Ils sont obligés, pour l'instant en tout cas, de cohabiter pour espérer se tirer de là vivant. Mais il est tout bonnement hors de question, pour Aileen, de le suivre où que ce soit. Là, dehors, elle se sent plus en sécurité qu'enfermée dans une maison avec lui. Brr. Cette seule idée suffit à lui filer la chair de poule. Non, il va falloir qu'ils travaillent sur autre chose et qu'ils trouvent une autre solution. Le mec est toujours blessé et elle n'est même pas certaine qu'il ait de quoi se soigner ; elle n'a rien, en tout cas. Et s'il ne met pas quelque chose - de l'alcool, du désinfectant, ce qui lui tombera sous la main -, cela risque de s'infecter. Et de ne pas être très beau à voir.

Il n'a pas tort, cela dit. Et ils risquent tous les deux de finir morts de fatigue avant d'avoir pu tuer tous ces foutus rôdeurs. « Hors de question qu'on aille dans la même direction. » Autrement dit : elle veut bien qu'ils se 'soutiennent' pour se tirer de cette mauvaise passe, mais cela n'ira pas plus loin. Elle ne le suivra pas sur quelques mètres, elle ne partagera pas une quelconque cachette - qu'elle n'a de toute façon pas - avec lui. Ils doivent trouver autre chose. Et vite. Le temps presse et les rôdeurs, eux, ne s'épuisent pas. Au contraire, ils continuent de s'agglutiner contre la porte d'entrée, qui finira à un moment ou un autre par céder sous leur poids. Soudain, une idée lui vient. Peut-être pas la plus brillante qui soit, mais elle est à court d'idée et eux sont à bout de solution. Bientôt, les rôdeurs leur tomberont dessus en masse. « J'dois bien avoir des allumettes là-dedans ... » Marmonne-t-elle, plus pour elle qu'autre chose, en se mettant à fouiner dans son sac à dos. Le temps presse et ses doigts tremblants ne l'aident pas mais elle finit par mettre la main sur sa précieuse boîte d'allumettes ... à moitié vide. Il faudra qu'elle en trouve d'autres, c'est toujours utile. « Je propose qu'on mette le feu à une bagnole, et qu'on la contourne pour passer de l'autre côté et partir par là. Ils seront attirés par la voiture et nous, on sera déjà loin. Ça te va comme ça ? » En même temps, il n'a pas trop le choix. Mais mieux vaut lui demander, il a l'air assez susceptible comme ça. Et s'il le souhaite, elle pourra même le laisser faire ; ses gestes ne sont, de toute façon, pas assez précis pour qu'elle y arrive sans difficultés.

 
code par SWAN - gifs tumblr

_________________
en présence très réduite jusqu'au 9 août
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


I'M SUPPOSED TO CARE ?
It matters how it ends.
'Cause what if I never love again ?


Fredou knows best :
 

× A propos du vaccin : :
Je sais pas de quoi tu parles et j'm'en fou.

× Âge du perso : :
Vingt-neuf ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
À Bodie.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2183

× Points de vie : :
57

× Copyright : :
MYERS. (signature) & MORPHINE ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] back off (ft Frederick) | TERMINÉ Sam 25 Juil - 3:25


Aileen & Fredricksen
Je lis presque instantanément sur les traits de son visage qu'elle n'a pas appréciée le ton de ma voix, peut-être que ce n'étais pas vraiment approprié, même un peu méchant, mais je détestais me retrouver dans cette posture de faiblesse, ça me donnais des envies de meurtres. Après tout, qu'elle s'étonne pas, depuis le début, elle n'avait pas été ce qu'on peu qualifier d'agréable. La preuve, dès que j'avais poser les pieds dans cette foutue maison, elle avait braquée son pistolet dans ma direction pendant de longues minutes, de quoi me faire comprendre bien assez rapidement que je n'étais pas le bienvenu. Normalement, cela ne m'aurait pas vraiment touché, en vrai, ça m'avais juste un peu énervé, mais qu'est qui ne me mettais pas en colère après tout ? Pourtant, la situation avait changé, j'avais besoin d'elle, je me retrouvais avec cet énorme morceau de verre dans le bras, et je ne voyais que ce gros sac sur ses épaules qui j'en étais sur, contenais de quoi me soigner plus ou moins bien. J'avais cette envie de la tirer par son sac, puisqu'une colère inimaginable brûlait en moi, et ça depuis plusieurs semaines, mais ce n'était pas moi de faire ça. Je la savais, d'ailleurs, déjà beaucoup trop sur ses gardes, et me savant moi-même amoché, je ne souhaitais pas particulièrement qu'elle me plante de son petit couteau, fin mais tout de même tranchant. Elle s'avait s'en servir, elle me l'avait bien montrer en laissant tout ces cadavres de rôdeurs devant et dans la maison, et je n'avais pas vraiment envie d'être son énième victime.

Elle me répond tout aussi froidement, m'assurant qu'elle et moi c'était pour maintenant et pas plus longtemps qu'il le fallait. Je soulève ma poitrine, sous un long souffle, grognant presque. Je regarde ailleurs, tentant de me calmer, puisque ce n'était plus le temps d'être arrogant, elle devait m’apprécier, du moins, le plus que son petit cœur froid le pouvait. Je devais jouer la carte de la pitié, c'était ma meilleure chance d'obtenir le contenu de son sac. Mais pour l'instant, il était toujours question de se débarrasser de ces cannibales affamés. Je regarde de nouveau la blonde lorsqu'elle se met à fouiller dans son sac, cherchant des allumettes. Je ne fais pas attention à se détail, essayant de découvrir le contenu dans son sac discrètement. J'ai le temps d’apercevoir une petite bouteille d'alcool ; jackpot !

« Je propose qu'on mette le feu à une bagnole, et qu'on la contourne pour passer de l'autre côté et partir par là. Ils seront attirés par la voiture et nous, on sera déjà loin. Ça te va comme ça ? » J'hoche la tête, j'attrape les allumettes puis regarde autours, cherchant une voiture. « Là-bas ! » cris-je, commençant rapidement à courir. L'heure était grave, les fenêtres de l'étages laissaient s'échapper de la maison beaucoup trop de rôdeurs, et d'ici quelques minutes nous étions fichus, que des bouts de chairs sur des os à moitié mordillés. Je fracasse la vitre en utilisant le manche de ma machette, puis, je plante la lame de mon arme dans le siège passager, mettant à nue les coussins qui les rendaient tant confortable. Des monstres étaient déjà en marche vers nous, je me met à paniquer un peu, il me faut trois petits coups pour que l'allumette s'enflamme finalement, je la laisse tomber dans les cousins qui prennent rapidement feu, je me pousse légèrement.

J'étais déjà au courant de ce qu'elle avait en tête ; se barrer loin d'ici et surtout, sans moi. Mais pour ma part, ce n'était pourtant pas possible comme plan, j'avais besoin de son sac. Avant qu'elle ne puisse s'enfuir de son côté, je l'attrape pour l'empêcher de partir, puis laisse glisser toute l’inquiétude que je pouvais ressentir en ce moment, les rôdeurs qui fonçaient sur nous, ou plutôt, sur la bagnole, et mon bras, qui m'était tant utile. « S'il te plaît, j'ai vraiment mal.. Aide-moi je t'en supplie, j'ai seulement besoin que tu soignes mon bras, après j'te laisse tranquille je te le promet, s'il te plaît... » Elle pouvait bien faire ça après tout, après cet avant-midi de fou, on restait des humains, on devait s'entre-aider entre survivants, et je ne demandais pas la lune, je voulais seulement qu'elle me retire ça du bras et qu'elle y verse un peu d'alcool. Je l'avais vu dans son sac elle ne pouvais pas mentir. Enfin si, elle le pouvait, mais je ne lui conseillait pas. Je sais faire preuve d'humanité, mais je peut tout aussi bien lui en faire baver si elle ne m'aidait pas, en égoïste que je pensais qu'elle était, n'ayant aucune idée de ce qu'elle avait pu vivre avant de tomber sur moi.

© fiche réponse par MYERS.

_________________

_- -_
I HAVEN'T MADE IT EASY ON YOU
I ' M  S O R R Y  F O R  T H A T
You were by my side when I needed a friend
You made me laugh, you made me dance
Tou told me I would find love again
A N D I H A V E W I T H Y O U



Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Plutôt crever que de faire ce foutu vaccin !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21283

× Points de vie : :
264

× Copyright : :
© shiya (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] back off (ft Frederick) | TERMINÉ Lun 27 Juil - 13:59

 
Back off ft. Fred & Aileen
 
ONE BY ONE. HOLLOW HEROES SEPARATE. AS THEY RUN. YOU'RE SO COLD. KEEP YOUR HAND IN MINE. WISE MEN WONDER WHILE STRONG MEN DIE.

Pour Aileen, le plan est simple : ils se débrouillent pour se tirer de là d'une manière u d'une autre et, ensuite, ils partent chacun de leur côté. Rien de bien compliqué, rien d'extravagant. Son idée de mettre le feu à une voiture est la seule qui lui vient en tête, en même temps ils n'ont rien d'autre à leur portée. Et le type est blessé au bras. Les rôdeurs, eux, s'amassent aux fenêtres et aux portes. Combien de temps avant que tout ne soit réduit en fumée, les laissant libres de tout mouvement ? Sans doute pas beaucoup. Alors autant dire qu'il faut qu'ils se dépêchent un peu. Tuer quelques rôdeurs isolés, c'est une chose. Mais devoir faire face à un nombre de ces monstres aussi importants, c'est autre chose. De beaucoup plus dangereux et difficilement accessible. Le type, apparemment déterminé à s'en sortir vivant - rien d'étonnant là-dedans - attrape la boîte d'allumettes et se charge de dégoter une voiture. Elle n'est pas bien loin, ce qui leur permet à tous deux de l'atteindre rapidement. Avant qu'un autre rôdeur n'essaye de s'en prendre à eux. Avant que le temps ne fasse son oeuvre et les pousse dans une situation encore un peu plus compliquée. Aileen reste à proximité du mec, pas de dos mais de profil de sorte à pouvoir le voir au cas où. Les rôdeurs s'approchent inexorablement d'elle, d'eux et elle entend le survivant qui s'active à côté. Pas une seule fois elle ne prend le temps de réellement tourner la tête dans sa direction.

Pas parce qu'elle ne veut pas l'aider, mais bel et bien parce qu'elle est prête. Si elle doit tuer un de ces morts-vivants, elle pourra le faire. Pas sûr qu'elle ait assez de forces pour en repousser beaucoup mais peut-être assez pour leur permettre de prendre la fuite ... Enfin, un bruit distinct se fait entendre et, peu après, un siège de la voiture s'enflamme. Les zombies, bêtes comme pas permis, se détournent d'elle pour aller là-bas plutôt. Bon sang, quelle bande de crétins ! Enfin, elle ne va pas s'en plaindre : au moins, ça lui laisse du temps et de l'espace pour évoluer de son côté. Car, oui, c'est exactement ce qu'elle a l'intention de faire : se barrer de là sans demander son reste. Le type doit l'avoir compris, maintenant. Tout, dans son attitude et ses paroles lui ont laissé entendre qu'elle allait partir à la première occasion. Mais, visiblement, il n'est pas de cette avis-là. Il l'embarque un peu plus avant de la supplier. De la supplier. Elle s'en voudrait toute sa vie si elle ne l'aidait pas. Parce que, visiblement, il n'a rien pour se soigner tout seul. Pas d'alcool, pas de bandage. Il risque l'infection puis la mort. Super ! Elle doit donc prendre cette responsabilité et pas baisser les bras tout ça parce que c'est un homme. Ce n'est pas l'envie qui manque pourtant.

Dans un soupir à fendre l'âme, elle s'écarte de lui. Pas besoin de la tenir, franchement. « Viens plus loin ! » Lance-t-elle d'un ton sec. Elle a conscience d'agir plus ou moins comme une garce mais elle ne se barre pas, c'est déjà pas mal non ? Sans vraiment l'attendre, elle s'éloigne encore de quelques mètres. Autour de la voiture en feu, les rôdeurs se font nombreux. Et si le feu s'arrête, ils vont les sentir ... et venir vers eux. Aileen n'a aucune envie de finir en repas pour ces putains de zombaques. Et, pour couronner le tout, certains d'entre eux - la plupart d'entre eux, en fait - sont en feu. Vous imaginez ce que cela pourrait donner ? Elle, elle préfère mettre ça dans un coin de sa tête sans prendre le temps de réellement imaginer ça ... Vaut mieux éviter. « J'ai de l'alcool et un bandage. Faudra sans doute que tu désinfectes une autre fois d'ici quelques jours. » Histoire d'éviter les mauvaises surprises, il vaut mieux pour elle. Après, ce n'est que son avis et elle n'est pas médecin : elle ne peut être sûre de rien. Elle se fie juste à sa propre expérience. Sauf que cette "expérience" remonte à avant l'épidémie et les conditions n'étaient pas du tout les mêmes ... Aileen attend qu'il la rejoigne et elle jette un coup d'oeil à son bras. De loin. « Le bout de verre est toujours là ? » Et merde. Ça, ça complique considérablement les choses. Va falloir qu'elle se désinfecte les mains avant de toucher à quoi que ce soit. Enfin, en attendant d'avoir sa réponse, elle sort la petite flasque d'alcool à 90°c trouvée il y a quelques semaines ainsi que le bandage dans un état plus ou moins correct. Bah, ça fera l'affaire.

 
code par SWAN - gifs tumblr

_________________
en présence très réduite jusqu'au 9 août
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


I'M SUPPOSED TO CARE ?
It matters how it ends.
'Cause what if I never love again ?


Fredou knows best :
 

× A propos du vaccin : :
Je sais pas de quoi tu parles et j'm'en fou.

× Âge du perso : :
Vingt-neuf ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
À Bodie.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2183

× Points de vie : :
57

× Copyright : :
MYERS. (signature) & MORPHINE ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] back off (ft Frederick) | TERMINÉ Mar 28 Juil - 23:14


Aileen & Fredricksen
Elle reste froide et souffle un long moment avant de se dégager de mon emprise assez sèchement. Son ton est toujours aussi désagréable que tout à l'heure mais l'important, c'est qu'elle accepte de m'aider, et c'est tout ce que je voulais. Je ne cherchais pas plus et je ne chercherais jamais plus. Mais je ne devais pas m'étonner non plus, je n'étais pas vraiment plus agréable qu'elle pouvait l'être, et je ne peux pas dire que c'est elle qui avait commencer puisque je sais très bien que j'aurais agis de la même manière même si son fusil n'avait pas été braqué dans ma direction. De toute façon, je ne vois pas pourquoi j'y pensais, c'était pas comme si elle était importante et que ça m’atteignait, je pensais seulement à sa bouteille d'alcool et à mon bras. J'hoche la tête, comme pour me convaincre moi-même, puis je la rejoins, même si je n'aimais pas qu'elle me donne des ordres, et que ça elle devait le savoir même si on ne se connaissait que depuis peut-être une heure. Je décide pourtant de la suivre sans un mot, je n'allais tout de même pas mourir si je gardais mon calme une dizaine de minute et ma survie était plus importante après tout. De plus qu'avec ce gros morceau de vitre dans le bras je n'étais pas vraiment ce qu'on peu qualifier d’efficace. Je m'avance un peu et plie mon bras pour lui montrer, ce qui me fait grimacer. Je laisse mon regard danser de ma plaie à la blonde, attendant qu'elle fasse quelque chose.

Les rôdeurs étaient tous contre la voiture, laissant leurs vêtements adopter les flammes, on avait un petit moment de répit mais qui pouvait dire si cela durerais longtemps. Je me demandais pourquoi ils étaient attirer par le feu, peut-être était-ce la lumière qu'ils aimaient réellement. Je n'avais jamais encore était témoin d'une tel scène, et j'avoue que lorsqu'elle m'avait dit vouloir mettre feu à une voiture, je n'avais même pas pris le temps de penser et j'avais agit. Dans d'autres circonstances, peut-être que je lui aurait rit au nez. En tout cas, c'était bon à savoir. « Ouais, si je trouve quelque chose, ou sinon je mettrais un peu d'eau » répondis-je en touchant doucement ma peau enflée et rouge, ce qui me fait grimacer à nouveau. C'était surement la chose la plus gentille que j'avais pu lui dire depuis que je l'avais rencontrer, mais j'étais surtout préoccupé par mon état, et un peu stresser par le temps qui nous pressait, puisqu'il était visiblement hors de question pour elle de s'enfermer quelque part avec moi, ayant surement peur que je lui saute à la gorge, et avec raison, c'était l'image que je laissait paraître, même si je savais que je ne lui ferrais jamais de mal. « Bah, regarde. » J'attrape le bout de verre et le fais bouger, une sensation assez spéciale d'ailleurs. Je l'avais un peu pris pour une imbécile pour le coup, ou peut-être que c'étais le stresse qui parlait, mais il me semble que c'était évident qu'il était toujours là. Je souffle ensuite. « Désolé.. J'suis juste un peu stresser, j'veux dire y'a une trentaine de rôdeur en feu derrière-nous.. » Je rigole un peu puis m'arrête, j'hausse un sourcil. « Désolé. Fait juste m'enlever ça. C'est mieux si tu l'enlèves sèchement, sinon bah.. Bref. » Je souffle un peu puis secoue la tête, j'étais bizarre. Je me met en colère, je souffle de nouveau. J'avais juste envie qu'elle m'enlève ça, que je puisse partir sans plus attendre, les grognements derrière-moi ne m'aidant pas vraiment à me calmer.

© fiche réponse par MYERS.

_________________

_- -_
I HAVEN'T MADE IT EASY ON YOU
I ' M  S O R R Y  F O R  T H A T
You were by my side when I needed a friend
You made me laugh, you made me dance
Tou told me I would find love again
A N D I H A V E W I T H Y O U



Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Plutôt crever que de faire ce foutu vaccin !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21283

× Points de vie : :
264

× Copyright : :
© shiya (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] back off (ft Frederick) | TERMINÉ Ven 31 Juil - 18:54

 
Back off ft. Fred & Aileen
 
ONE BY ONE. HOLLOW HEROES SEPARATE. AS THEY RUN. YOU'RE SO COLD. KEEP YOUR HAND IN MINE. WISE MEN WONDER WHILE STRONG MEN DIE.

Non, Aileen ne peut pas se comporter de manière plus sympathique. Déjà parce qu'il agit de la même façon de son côté, mais aussi parce qu'elle est comme ça, maintenant. C'est triste à dire mais elle a changé du tout au tout. Elle n'est plus la barmaid agréable et avenante qui écoutait les confidences des uns et des autres en accordant des conseils à droite et à gauche ... Non, elle n'a plus rien de tout ça. Et elle ne redeviendra jamais cette Aileen. Trop de choses se sont passées, trop d'événements l'ont chamboulée. Cela dit, elle ne peut pas non plus dire qu'elle est à l'opposé total de celle qu'elle était autrefois. Elle ne va pas le laisser dans sa merde, alors qu'il est visiblement mal en point. En effet, ils sont entourés de rôdeurs en feu et lui a un bout de verre dans le bras. Partir sans un regard en arrière, elle n'en est pas capable. La culpabilité serait trop forte, la rongerait jusqu'à la moelle. Elle peut au moins faire ça, ça ne l'engage à rien, ça ne lui coûte rien. Si ce n'est un peu d'alcool mais, très franchement, ce n'est pas le plus important. Elle en trouvera d'autre, elle en reste persuadée. Ce n'est pas ce qui partira le plus vite ... C'est utile comme désinfectant mais sinon ... Mieux vaut éviter d'en utiliser. « En effet, il va falloir que je l'enlève d'un coup. Je compte jusqu'à trois, d'accord ? » Elle n'attend pas vraiment son accord, ne compte même pas jusqu'à trois en réalité. Comme elle aurait pu le faire avec sa sœur bien des années auparavant, elle tire d'un coup sec sur le petit bout qui dépasse. Elle ne doute pas que cela lui fera mal mais la douleur aurait été la même si elle était allée au bout de sa fausse idée ... si ce n'est qu'il s'y serait attendu et ça aurait été encore pire.

Tant pis s'il lui en veut pour ça, elle n'est toujours pas là pour être agréable et se faire un ami. Ce qu'elle veut, c'est partir d'ici le plus vite possible. Sans le laisser dans un piteux état derrière elle tant qu'à faire. « Désolée, valait mieux que tu ne t'y attendes pas. » Elle se sent obligée de se justifier parce qu'elle ne veut pas non plus passer pour une mauvaise personne ... elle ne l'est pas. Elle est juste un peu aigrie. Quoi de plus normal ? Décidée à en finir au plus vite, Aileen prend sa bouteille d'alcool, l'ouvre d'un geste précis et rapide et en verse sur la blessure du survivant. La douleur doit être vivre, à tel point qu'elle en a mal pour lui. Sa compassion et sa sympathie ne sont peut-être plus ce qu'elles étaient autrefois mais son empathie, elle, n'a pas bougé d'un iota. Du coup, elle ne peut pas s'empêcher d'imaginer la douleur qui l'a traversé ... Brrr. « Tiens un bout de tissu plus ou moins propre pour l'enrouler autour. » Bon, elle va le faire pour lui, il aurait bien du mal à parvenir à un résultat concluant avec un seul bras. Elle sort donc de son sac un morceau de tee-shirt déjà déchiré auparavant et le met autour de son bras. L'alcool devrait le désinfecter aussi ... en espérant que ça n'aggrave pas son cas. Mais ça devrait le faire, normalement. « Et garde la bouteille, tu en as plus besoin que moi. » C'est vrai, elle n'est pas blessée. Elle pourrait l'être, c'est pourquoi elle en cherchera une dès que possible. Mais là, tout de suite, ça urge pour lui ... Pas pour elle. Si sa plaie s'infecte, ça ne sera pas joli à voir et il risque de crever, ou d'être obligée de se couper un bras. Autant dire qu'elle ne pourrait pas vivre ça sur la conscience, même si elle ne sera pas là pour le voir, elle le saura. Enfin bref, Aileen lui tend la bouteille, impatiente de le voir la prendre pour qu'elle puisse enfin déguerpir d'ici. Leur situation devient vraiment urgente.

 
code par SWAN - gifs tumblr

_________________
en présence très réduite jusqu'au 9 août
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


I'M SUPPOSED TO CARE ?
It matters how it ends.
'Cause what if I never love again ?


Fredou knows best :
 

× A propos du vaccin : :
Je sais pas de quoi tu parles et j'm'en fou.

× Âge du perso : :
Vingt-neuf ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
À Bodie.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2183

× Points de vie : :
57

× Copyright : :
MYERS. (signature) & MORPHINE ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] back off (ft Frederick) | TERMINÉ Ven 31 Juil - 21:37


Aileen & Fredricksen
J'hoche la tête, mais je n'est même pas le temps de prendre une bonne respiration qu'elle tire sur le bout de verre pour le déloger de ma chair. Je sursaute, ouvre la bouche puis me pince la lèvre. Je me penche sur mon bras, soufflant de soulagement, ce qui me permet de contenir mon mal, même si en même temps, ça faisait du bien d'en être finalement libéré une bonne fois pour toute. Je lève les yeux vers la blonde, elle s'excuse mais je ne pensais pas cela nécessaire. Le temps pressait, et je pensais exactement comme elle, c'était mieux que je ne m'y attende pas, un peu comme quand on enlevais un diachylon. « Non, c'est bon » répondis-je simplement. Je jette un coup d’œil derrière-moi, pour l'instant ils grognaient tous encore après la voiture, et d'autres s'éloignaient, vaincu par les flemmes, semblant ne pas comprendre ce qu'ils leurs arrivaient. Je quitte ce spectacle des yeux lorsqu'elle me fait de nouveau sursauter, lançant de l'alcool contre ma plaie sans hésitations. Je me tourne brusquement, je me pince de nouveau la lèvre. Moi qui pensais que ces petits doigts seraient peut-être plus délicat que les miens.. J'étais loin de me douter d'à quel point je pouvais être à côté de la plaque. Elle était brusque et froide, mais je me demande pourquoi je ne m'en était pas douté, vu comment elle me parlait, comment elle agissait depuis le début. Elle n'avait rien d'une femme douce, mais peut-être qu'elle ne se souciait pas vraiment de moi en même temps, ce qui ne me surprendrais pas et qui était même carrément évident. En tout cas, une chose était sûr ; elle n'était pas infirmière avant tout ça, mais ça ferrais l'affaire.

« Tiens un bout de tissu plus ou moins propre pour l'enrouler autour. » J'hoche de nouveau la tête, c'est vrai que c'était beau de faire tout ça, mais en ne mettant rien contre la plaie, le risque d'infection était élevé même avec l'alcool. Je ne retournais pas chez moi dans mon petit lit tout propre qui sentait le détergent après tout ça, j'étais à l'extérieur, avec les insectes et tout le paquet de bactéries qui venaient avec, d'ailleurs je venait de quitté le vieux pieu d'un chien.. Je tend la main pour attraper le bout de tissus mais elle finis par l'enrouler autours de mon bras. Je déplie le coude pour qu'elle puisse attacher le tout. C'était un peu serré, mais au moins, j'étais sur qu'il ne tomberais pas, elle devait se douter que je n'aurais pas vraiment été habile pour le faire moi-même. Je peux laisser retomber mon bras sur le long de mon corps, ça me picotait toujours un peu mais c'était beaucoup moins douloureux qu'avant. Je souris légèrement, même si j'étais mal à l'aise, en fond les grognements et les crépitements du feu qui n'aidaient pas. Je ne savais plus trop quoi faire, on devait se séparer comme ça, sans rien se dire ? « Et garde la bouteille, tu en as plus besoin que moi. » Le silence retombe, j'attrape la bouteille et souris un peu. « Oh, merci. » Je la glisse dans mon sac, même si il n'en restait pas beaucoup, je l'économiserais pour désinfecté au moins deux autres fois, pour être sûr que tout vas bien. Je me tourne vers la blonde, serrant une des bretelles de mon sac. « Bon, bah.. » Je m'approche doucement, comme je savais qu'elle semblait toujours à cran et sur ses gardes, je ne voulais pas m'en prendre une non plus, mais je trouvais un peu trop sec de partir chacun de son côté froidement, comme si toute humanité nous avait quitté, même si l'enlacer serait un peu bizarre quand même, vu combien on avait pu s'énerver mutuellement durant cette dernière heure, s'entre-tuant surement si on était forcé de rester ensembles plus longtemps.

© fiche réponse par MYERS.

_________________

_- -_
I HAVEN'T MADE IT EASY ON YOU
I ' M  S O R R Y  F O R  T H A T
You were by my side when I needed a friend
You made me laugh, you made me dance
Tou told me I would find love again
A N D I H A V E W I T H Y O U



Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Plutôt crever que de faire ce foutu vaccin !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21283

× Points de vie : :
264

× Copyright : :
© shiya (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] back off (ft Frederick) | TERMINÉ Lun 10 Aoû - 15:42

 
Back off ft. Fred & Aileen
 
ONE BY ONE. HOLLOW HEROES SEPARATE. AS THEY RUN. YOU'RE SO COLD. KEEP YOUR HAND IN MINE. WISE MEN WONDER WHILE STRONG MEN DIE.

Faire ça vite et bien, voilà la meilleure solution. Aileen n'a pas trouvé mieux et il paraît évident qu'elle ne trouverait pas mieux même si elle y réfléchissait longuement. Aucune autre solution ne se présente à lui. Ne se présente à eux. C'est ça ou ... Laisser la plaie s'infecter. Autant dire qu'il vaut mieux pour lui, celui dont elle ne connaît d'ailleurs toujours pas le prénom, qu'elle se débarrasse de ce bout de verre tout de suite. Ce qu'elle fait. D'un coup sec, elle l'extirpe de sa chair sans doute au moins enflammée. Aileen a beau avoir un tempérament particulier, et tout particulièrement ces temps-ci, elle n'en reste pas moins elle-même ... Encore un peu la personne qu'elle fut autrefois. Une jeune femme à l'écoute, enjouée, souriante et toujours très empathique et sympathique avec autrui. Elle s'excuse donc à demi-voix, lasse. Si elle savait qu'il leur était obligé de passer par là, s'excuser lui paraît quand même être la moindre des choses. Après tout, elle l'a pris par surprise. Elle lui a sans doute causé encore un peu de douleur ; ce qui n'était pas vraiment dans son intention. Il a l'air d'aller bien, c'est l'essentiel. Et elle sait aussi qu'il ne lui en voudra pas outre-mesure de son attitude impatiente : le temps presse et il ne peut qu'en avoir conscience. Attendre plus aurait pu le tuer. Attendre plus aurait pu venir à bout de sa fragile santé. C'est dingue comme ce n'est que maintenant qu'ils se rendent tous compte d'à quel point tout était facile, autrefois ... Certes, certaines maladies n'auront jamais pu être contre-carrées. Le sida, les cancers, tous ces foutus trucs qui auront causé de nombreuses morts sans que, jamais, un vaccin n'ait pu être trouvé. Mais pour ce qui était du reste ... Ils n'avaient pas vraiment à s'inquiéter d'un rhume ou d'une grippe. Aujourd'hui, cela peut représenter une mort inévitable. Des instants de faiblesse desquels on se passe aisément.

Les rôdeurs, eux, ne tombent pas malade. Comme leur surnom 'affectueux' l'indique, ils rôdent. Perpétuellement. Sans jamais se fatiguer, sans jamais ressentir le besoin de s'arrêter de marcher. Ils peuvent être ralentis par le froid, la neige, le verglas, mais cela ne dure jamais bien longtemps ... L'odeur de la bouffe est plus forte que tout. Concentrée sur sa tâche, Aileen ne fait plus attention plus que ça au survivant face à elle. Cela pourrait être une erreur, certes, mais elle doit se focaliser sur sa tâche au risque de devenir folle. Ou paranoïaque. Ou les deux. Avec toute la fermeté nécessaire dans ce cas précis, Aileen attache le bout de tissu autour du bras désormais nettoyé. Ceci étant fait, elle lui tend sa petite bouteille d'alcool. On ne crache jamais sur un truc pareil mais, à l'heure actuelle, il en a plus besoin qu'elle. S'il en avait, il n'aurait peut-être même pas eu besoin d'elle ... Alors, elle préfère laver sa conscience et lui donner plutôt que de partir avec comme une ingrate le ferait. Dans le fond, elle sait qu'elle serait sans doute déjà morte là, tout de suite, s'il n'avait pas été à ses côtés pour faire face à la horde de zombies affamés dans la maison. Quoi que, les choses auraient été nettement différentes. Comment imaginer quoi que ce soit dans ces conditions ? « Je t'en prie. » Un hochement de tête plus tard, c'est bouclé. Ou, en tout cas, l'espérait Aileen. C'était sans compter sur la reconnaissance du survivant ... Est-ce qu'il est vraiment sur le point de l'enlacer ? Cela semble en tout cas être le cas. Incrédule, Aileen hésite. Quelques secondes, tout au plus. Ce n'est pas assez pour lui permettre d'aller au bout de sa volonté et tant mieux. La jeune femme pince les lèvres, presque inconsciemment. Ce doit être une blague, hum ? « Bon courage. » Elle se recule d'un pas. Puis de deux. Elle hésite encore un peu avant de se lancer : elle lui tend la main. Une poignée de mains, c'est tout ce qu'il obtiendra d'elle. Et encore, c'est un miracle. Ils n'ont été que brièvement compagnons de route mais cela aura été amplement suffisant à ses yeux. Elle lui doit quand même la vie, d'une manière ou d'une autre. Et ça, elle ne l'oubliera pas.

 
code par SWAN - gifs tumblr

_________________
en présence très réduite jusqu'au 9 août
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


I'M SUPPOSED TO CARE ?
It matters how it ends.
'Cause what if I never love again ?


Fredou knows best :
 

× A propos du vaccin : :
Je sais pas de quoi tu parles et j'm'en fou.

× Âge du perso : :
Vingt-neuf ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
À Bodie.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2183

× Points de vie : :
57

× Copyright : :
MYERS. (signature) & MORPHINE ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] back off (ft Frederick) | TERMINÉ Sam 22 Aoû - 0:35


Aileen & Fredricksen
Enlaçant le vent, je retombe sur mes pieds, un peu plus loin que je ne l’étais avant de la blonde qui, gentiment, recula seulement d’un pas pour m’indiquer que mon intention n’était pas possible pour elle. Je dis gentiment, puisque même si je ne la connaissais depuis qu’à peine une heure, je savais très bien que j’aurais pu recevoir une claque, voir même un coup de poing. Électrisée, figée dans la peur, à chacun de mes mouvements ses yeux m’avaient suivi dans l’ombre, juste au cas où. C’est quelque chose qu’elle devait souvent se dire, juste au cas où. Elle ne semblait pas prendre de risques, et toute les possibilités, des plus improbables au plus atroces étaient à prendre en compte, rien n’étais oublié. Après tout, en temps d’apocalypse, c’était tout à fait justifiable, c’est peut-être même une des nombreuses raisons pour lesquelles elle respirait toujours la vie, et non pas la mort. Je faisais maintenant partit de ses raisons, sans moi, comme sans elle, nous se serions plus là, marchant en grognant, cherchant quelque chose à se mettre sous la dent, et pour me remercier ? Une bonne vieille poignée de main. Des adieux presque chaleureux, et des bonne chance presque sincères. Je ne peux m’empêcher d’être mal à l’aise face à ce presque râteau, connaissant que trop bien ce sentiment d’être rejeté, surtout par des femmes. Même si je m’obstinais à tirer un trait sur ce que fut un jour mon âme triste, les souvenirs ne pouvaient pourtant pas être effacés. Timide, je n’osais presque jamais parler, surtout pas aux femmes, et quand j’essayais, un charabia indescriptible sortait de ma bouche, faisant plus rire les autres qu’autre chose.

J’empoigne donc sa main, la secouant légèrement, avant de la relâché. Je n’en étais pas particulièrement surpris d’ailleurs, par sa réaction, et plus j’y repensais, plus je me disais que s’enlacer aurait était étrange, même au contact de sa main, je n’avais pas été particulièrement à l’aise, et j’étais presque sûr que c’était son cas à elle aussi. « Bon courage. » J’hoche la tête, même si en me rappelant notre si sympatique rencontre, je sais que ce moment, elle l’attendait depuis longtemps, celui où je partirais loin et qu’elle aurait la certitude de ne plus jamais avoir à supporter ma sale gueule. Mais qui pouvait vraiment nous l’assurwe ? « De même pour toi » maugrée-je donc assez froidement, ayant toujours ce fichue râteau dans la gorge et toutes nos prises de tête en mémoire. Qui pourrais dire ce que cela aurais donné si nous avions dût se supporté plus longtemps ? En à peine une heure, et entouré de plus de rôdeurs que je n’en avais jamais encore vu, nous avions trouvé le temps de se disputer comme un vieux couple, alors je n’imaginais pas notre petite escouade sur le long terme. Tournant finalement les talons, je peux la sentir respirer un peu mieux après un seul pas en direction de je-ne-sais-où, mais surtout pas près d’elle. Une chose était sûre, cette ville était rayée de ma carte imaginaire, je mettais le cap sur une autre île, espérant trouver un endroit calme, où je pourrais être tranquille et prendre des rides en paix. Oui, puisque depuis la mort de l’ange de me mon cœur, je n’espérais plus que les choses s’arrange. Soyons un peu honnête avec nous-même. Dans l’autre monde, comme je l’appelais, puisque même si cela ne faisait qu’un mois à peine, cela me paraissait être ma vie d’il y a cinquante ans, nous pouvions nous permettre de nous laisser bercer par quelques illusions chaleureuses, mais plus aujourd’hui, plus maintenant que la mort nous attendait sagement, ou pas, la bouche béante, à chaque coins de rue. Nous étions tous plongé dans la triste réalité qu’était la vie, nous l’étions aussi avant, mais encore plus cruellement, il nous enfermait dans un petit paradis avant de nous l’enlever, de tout nous enlever. C’est dans ce lot de pensées philosophiques que je partie dans le soleil couchant vers un monde meilleure. Si seulement je le pouvais vraiment.

© fiche réponse par MYERS.

_________________

_- -_
I HAVEN'T MADE IT EASY ON YOU
I ' M  S O R R Y  F O R  T H A T
You were by my side when I needed a friend
You made me laugh, you made me dance
Tou told me I would find love again
A N D I H A V E W I T H Y O U



Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] back off (ft Frederick) | TERMINÉ

Revenir en haut Aller en bas

[FLASHBACK] back off (ft Frederick) | TERMINÉ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS :: RPS TERMINÉS-