flashback › kill or be killed (abygaëlle+skylar).
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
Le 10/11/2016 : le forum a quatre ans & sa saison 5 est mise en place. Le 27/08/2017 : 24ème version du forum installée. Les awards & autres nouveautés sont à consulter ici.
Oh la la qu'est-ce que vouuuuus aiiiiiime !! coeurrose lele Et si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ?

Partagez| .

flashback › kill or be killed (abygaëlle+skylar).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: flashback › kill or be killed (abygaëlle+skylar). Mer 15 Avr - 10:23


skylar, abygaëlle & lenny.
t u e r o u ê t r e t u é .
« A peine arrivé, déjà reparti ? »
Maggie ricane, et Lenny lui tire la langue tel un gamin. Ce qu'il aime avec sa tante, c'est qu'il peut agir de façon totalement immature sans craindre qu'elle ne le prenne plus jamais au sérieux. « Non, Mags, on repart pas tout de suite je t'ai dit ! On m'a juste confié une mission, tu devrais être contente qu'on me confie des responsabilités au lieu de continuer à agir comme s'ils étaient des ennemis. » Il finit par hausser les épaules et enlace la grande brune qui lève les yeux au ciel en se renfrognant malgré tout. Il disparaît alors de l'espace qu'il partage avec le reste des Aguirre et se dirige rapidement vers la sortie de la Zone, où l'attend Skylar. Il accroche son sabre dans son dos, vérifiant qu'il est bien attaché, et récupère son pistolet, qu'il recharge en écoutant les dernières recommandations qu'on leur donne à toute vitesse. Il grimpe dans une voiture en compagnie de deux autres trios et les voilà qui s'éloignent de la zone à toutre vitesse pour rentabiliser l'essence. Enfin, on les lache dans la nature avec la mission de retrouver des denrées basiques, telles que de la nourriture et, à vrai dire, tout ce qu'ils pourront trouver d'utile. Après s'être concertés, Skylar et Lenny entrent dans une première maison délabrée, la fouillent de fond en comble pour en ressortir avec une simple couverture trouée et un biberon sale. Ca pourra toujours servir à Sam, sourit le mexicain en le mettant rapidement dans son sac à dos malgré les ronchonnements de la blonde.
En mettant un pied hors de la demeure, Lenny perd cependant très vite son sourire. Il a à peine fait quelques pas aux côtés de Skylar qu'ils se retrouvent nez à nez avec une horde de zombies. « On l'avait pas vu venir, celle-là, » murmure le garçon abasourdi. Ils avaient pourtant évolué avec précaution, sans faire de bruit, et il ne lui semble pas avoir entendu le chant morbide des gémissements des morts-vivants avant d'entrer dans la maison. De toute façon, il est trop tard pour réfléchir et comprendre les raisons qui les ont amené là. Le résultat restera le même, qu'il saisisse ce qu'ils ont raté ou non : ils sont entourés de rôdeurs. Le mexicain tire prestement son sabre du fourreau de cuir sali par le temps et l'absence de soins, mais toujours solide, et se jette en silence à l'assaut des morts-vivants, l'archère à ses côtés. Il en décapite deux, en coupe un au travers de son corps, mais sent l'étau se resserrer autour d'eux. Ils sont beaucoup trop nombreux. Les poings serrés sur le manche de son arme, Lenny recule de quelques pas pour se rapprocher de ses deux coéquipiers, jurant entre ses dents. « Putain on fait quoi ? » Un regard en arrière lui indique qu'ils ne peuvent pas retourner dans la maison, l'entrée étant bloquée par des zombies fraichement débarqués. Si encore il n'y avait que lui, il pourrait utiliser la même technique qu'avec Maggie, à savoir foncer dans le tas et prier pour être suffisamment efficace ; mais il est hors de question d'abandonner la blonde à son sort de cette façon, même s'il ne doute pas de sa capacité à survivre. Il doit la protéger, non seulement des mort-vivants mais aussi d'elle-même, ne pas la laisser abandonner l'espoir qui nait dans son coeur. Il cherche à capter l'attention de Skylar tout en tranchant à nouveau dans les zombies les plus proches de lui : « Une idée miraculeuse ? » Depuis plus d'un an qu'il évolue dans le monde post-apocalyptique qui est désormais le leur, il ne lui semble pas se souvenir d'une seule occasion où il s'est senti aussi désespéré. La journée avait pourtant si bien commencé...


Dernière édition par Lenny Aguirre le Ven 8 Mai - 12:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: flashback › kill or be killed (abygaëlle+skylar). Mer 15 Avr - 17:25



❝ flashback › kill or be killed❞
skylar, abygaëlle & lenny
Balayez les regards, envolez les peurs, affrontez les démons. Skylar, le visage aussi froid qu'à son habitude dans la voiture en direction de la mission. La blonde enchaînait les missions, dès qu'elle le pouvait, jour et nuit. La survivante fuyait la zone comme la peste, elle fuyait les sentiments comme le choléra, elle laissait son corps souffrir pour oublier ses maux. La survivante balayait les visages de cette voiture, faisant tourner une flèche entre ses doigts de manière instinctive. La blonde ne sortait jamais dans cet arc, le sien, celui qu'elle traînait et que personne n'avait le droit de toucher sauf elle. Ensuite venait se rajouter un couteau et une arme à feu, la blonde avait probablement plus de talents avec l'arc que cela soit avec ou sans flèche, mais qu'importait l’équipement : elle était encore en mission. Épuisée dans le fond, mais impossible pour elle de se faire une raison. Elle ne voulait plus s'attacher, elle ne voulait pas s'enfoncer dans un attachement, elle ne voulait pas de nouveau dépendre de quelqu'un et craindre pour cette personne.  La blonde voulait oublier, pourtant, elle ne pouvait pas le lâcher. C'était dans les regards des autres que la survivante se plongeait. Sky' observait le regard de certains, des habitués des missions, ceux qui étaient là pour préserver la zone et faire le maximum pour ramener des vivres. Dans le regard de certains, se lisait de la colère, une vulgaire sortie qui permettait de défoncer les rôdeurs en masse pour soulager un chagrin dont la blonde se foutait royalement. Venait ensuite un autre type de regard, le regard des innocents, de ceux qui venaient ici par nécessité et non pas par plaisir. La demoiselle n'avait plus de respect pour eux que pour les gros bras avides de testostérone. Et venait un regard qu'elle ne saurait juger : celui de Lenny. Lenny, ce pauvre mec qui semblait joyeux en permanence, qui ne semblait jamais fausser un sourire, constamment en train d'aider son prochain au point d'en devenir lourd. Le voir ne lui donnait que la sensation dévorante que sa fuite ne prendrait jamais fine, et qu'elle finirait par craquer, par s'écrouler sous le masque de froideur et de franchise qu'elle laissait paraître.

Les instructions, toujours les mêmes. La demoiselle n'écoutait même plus, elle était dehors, libre pour quelques heures. Pourtant, Lenny serait constamment pour lui remémorer le souvenir qu'elle fondait littéralement pour autre chose que son égoïsme naturel. Pénétrant dans une maison, sans la moindre délicatesse, l'arc dans une main, l'autre faisant mollement tomber des objets, ouvrant tranquillement des tiroirs : rien. Lenny s'obstina à prendre une couette et un biberon, la demoiselle se contenta de rouler des yeux en lâchant un soupir. Skylar n'était pas très douée pour les relations humaines, alors pour ce qui concernait un gosse... mieux valait fermer sa belle gueule de connasse. La gamine n'avait envie de rien, si ce n'est de s'enfuir loin, loin de tout. Et finalement, la réalité du monde vint se rappeler à elle en croisant le regard de rôdeurs, pas d'un rôdeur, d'un nombre imposant de rôdeur. Lenny lâcha un premier commentaire, la demoiselle, se contentait de balayer la scène du regard en secouant légèrement la tête. « Ça serait trop facile sinon. » Mauvaise. Sky' n'aimait pas les surprises, encore moins de faire des erreurs. Une erreur, c'était une vie perdue. L'archère se contenta de saisir le couteau qui se trouvait à sa ceinture. Gaspiller des flèches n'était pas dans ses projets. L'arc à poulie servait aussi bien de bouclier que d'arme d'attaque. La blonde planta alors le couteau dans le crâne d'un premier rôdeur pour violemment en frapper un suivant avec la branche supérieure de l'arc. L'arc à poulie était un arc de compétition, la blonde pouvait faire presque tout avec une simple corde. Reculant brusquement pour sentir la présence de Lenny et du troisième coéquipier. Le premier vint à une question plutôt intelligente. La blonde soupira en tentant de trouver une solution sans risquer la vie d'un des membres du trio.   « Putain Lenny deux secondes je réfléchis. » Rien. Absolument rien. C'était fou à quel point la blonde n'aimait pas le travail de groupe, l'autonomie était sa force, le reste semblait obsolète et totalement inutile.


Un éclair de génie ? Non. La demoiselle était incapable de réfléchir en sentant la pression augmenter. Elle laissa échapper un rire légèrement moqueur, mélangé au stress, c'était pas génial. « Se tirer une balle pour éviter de finir comme eux ?  » La réponse était non, c'était comme une fausse question, un mélange de mépris et de peur sans doute. La demoiselle se contenta de tendre son arc en y déposant une flèche. « Les miracles nous ont abandonné il y a longtemps.   » Dans un souffle de désespoir. Et elle laissa voler une flèche pour transpercer un crâne. Autant lutter, non ?







© Pando
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: flashback › kill or be killed (abygaëlle+skylar). Ven 1 Mai - 12:52


 
KILL OR BE KILLED - L&S
 
ONE BY ONE. HOLLOW HEROES SEPARATE. AS THEY RUN. YOU'RE SO COLD. KEEP YOUR HAND IN MINE. WISE MEN WONDER WHILE STRONG MEN DIE.



Chaleur, faim et soif. Trois saloperies qui peuvent vous foutre à terre. Abbie grince des dents, tout en cherchant de quoi se faire un pauvre festin pittoresque. Elle a bien du mal à trouver de bonnes rations, dans ce secteur, presque tout est dévasté. Pillé. Souillé. Ses opales claires sous ses mèches brunes s’agitent, gauche, droite, haut, bas. On respire et on fait demi-tour. Elle doit trouver. Une main serrée autour de son arc, prête à l’activer pour le faire déplier. Un vrai petit bijoux qu’elle avait eu le loisir de se payer durant les belles années. Contrairement aux protestations de son père. Monsieur le président n’avait pas daigné trouver d’intérêt à ses activités ‘extra-scolaires.’ Rien à foutre. Maintenant, ce truc lui est bien utile. Abbie marche par-dessus des gravats, agile et souple, avant d’aller ranger l’arme à son dos. Ses mains gantées de mitaine en cuir pour motard s’accrochent aux pierres, tandis qu’elle se hisse sur les murs pour se percher en hauteur. Sur les toits, elle aura une meilleure vue du quartier.  Mais bientôt, il lui faudra songer à changer de secteurs pour ses fouilles. Bien souvent, la jeune femme voit plusieurs patrouilles errer dans les environs. Elle ignore d’où il vienne, et honnêtement, elle n’en a rien à foutre. S’ils semblent souffrir d’un manque autant qu’elle, c’est qu’ils n’ont jamais rien à lui offrir. Et ceux qui n’ont rien pour elle sont soit morts, soit invisibles. Ses pieds évitent les tuiles glissantes, alors qu’un rôdeur traîne sa carcasse puante jusqu’au pied de la maison. On dirait qu’un explosif a été jeté ici au hasard.

La brune snobe totalement le macchabé, qui tend déjà mollement les bras vers elle. Une fois bien en équilibre, Abbie plisse les paupières pour mieux distinguer le petit quartier. Elle est prête à tout pour un peu de bouffe. Ou presque. L’apocalypse a fait d’elle une sauvage. Indomptable, froide, calculatrice et austère. Mais parfois, la peur de se perdre elle-même refait surface, et dans un élan de conscience, Eliott s’éveille. C’est peut-être pour ça qu’elle lâche un juron, en distinguant d’une fenêtre deux silhouettes bloquées. Abbie hésite, mesurant le pour et le contre. Elle reconnaît la blonde pour l’avoir déjà vue patrouiller dans le coin, du haut d’un toit. Bien à l’ombre. Sans jamais s’approcher. Plus le temps passe, plus les êtres humains lui paraissent étrangers. Plus encore que les morts. Non, les morts sont un quotidien, pas les survivants. Et ce n’est en aucun cas une bonne chose. C’est par principe qu’elle tire lentement la lame de sa ceinture, c’est aussi par principe qu’elle bondit du toit, venant écraser sa petite silhouette fine sur le rôdeur avant de planter la lame dans son crâne. Toujours sans faire de bruit, si ce n’est ce craquement caractéristique de l’os et de la cervelle brisés.

Genoux pliés, la brune se courbe, essuyant le couteau de chasse sur le tissu aux motifs canadiens du mort pour le ranger à sa ceinture. Un pied devant l’autre. Respirer en silence, avancer le dos courbé. Discrétion absolue. Sa patte droite et fine vient chercher l’arc, tandis que la gauche attrape une flèche à son carquois. D’un geste sec, Abbie déplie l’arme fatale, avant d’aller coller son dos à un mur. Flèche encochée, muscles tendus, la brune inspire et expire longuement avant de sortir de sa planque pour décocher un bâton en métal dans le crâne d’un mort. Inspirer, expirer. Elle tourne autour d’elle-même, tirant à nouveau une flèche, ses mains effectuant des gestes toujours fluides et vifs. Elle ne manque sa cible qu’une fois, mais rebondit immédiatement en allant se hisser sur un mur, évitant de justesse la main baladeuse et décomposée d’une blonde aux orbites révulsés. Dans sa course, elle a fait tomber sa lame, perdue au sol et à trois mètres d’elle et du dernier mort. Plus de flèches. Un nouveau juron, et la brune bondit à nouveau au sol, allant au dos de la morte au stade plus qu’avancée pour entourer sa tête de la corde. Un genou dans son dos, la chose s’agite sans force, tandis qu’Abbie tire en arrière. La corde tendue et mortelle commence à s’insinuer dans la chair, sous les râles morbides du rôdeur.

Et dans un dernier craquement écœurant, la tête hideuse de la chose se décroche, éclaboussant au passage la jeune femme. Les dents claquent, le corps tombe, et la tête révulsée continue de bouger. Sa Rangers droite vient frapper le crâne, s’enfonçant dans la chair putride.

« - … Putain. de bordel. de merde. Qu’elle souffle d’une voix épuisée et saccadée, avant de retirer son pied. Sans grimacer. Ca fait longtemps qu’elle ne réagit plus ni aux bruits, ni à l’odeur. Et encore moins à la vision morbide des corps en putréfaction.  

Toujours en reprenant son souffle, la jeune femme va récupérer toutes ses flèches, le nettoyant avec un bout de tissu arraché à un cadavre. Couverte de traces de sang noir et de terre, la jeune femme va finalement récupérer son couteau qu’elle range sous sa ceinture avec précaution. Il faut qu’elle trouve un carquois pour que cette saloperie ne se barre plus. Tout en nettoyant finalement la corde de son arc, Abbie tourne les talons lentement vers l’entrée, avant de lever un œil vers une grande blonde et un brun. Sûrement aussi essoufflé qu’elle. C’était moins une.

- Y a pas d’quoi. »

A peine les mots sont-ils prononcés, qu’elle tourne déjà les talons. Hors de question de faire la conversation. Elle déteste qu'on la reconnaisse.

 
code par SWAN - gifs tumblr - musique - so cold - Breaking benjamin
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Certainement pas !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21975

× Points de vie : :
425

× Copyright : :
© schizophrenic (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: flashback › kill or be killed (abygaëlle+skylar). Ven 29 Mai - 15:22

RP archivé suite à la suppression d'Abbie. coeurrose

_________________
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: flashback › kill or be killed (abygaëlle+skylar).

Revenir en haut Aller en bas

flashback › kill or be killed (abygaëlle+skylar).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS-