{FLASHBACK} Nightmare #Luke | TERMINÉ. - Page 2
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
Le 10/11/2017 : le forum a CINQ ans & sa saison 6 est mise en place. Nouveautés à découvrir ici (le tout accompagné d'un recensement au passage obligatoire).
ON VOUS AIME TEEEELLEMENT !! coeurrose lele Si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ? (Ouais on vous achète et alors ? /PAAN/)

Partagez| .

{FLASHBACK} Nightmare #Luke | TERMINÉ.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

THE END IS NEAR
avatar


#We have a fast car, we want a ticket to anywhere. Maybe we make a deal. Maybe together we can get somewhere.
Anyplace is better.


***

#Nothing could kill me like you do. You're going straight to my head and I'm heading straight for the edge. I pick my poison and it's you.♥️



JovousaimeFort:
 

× Âge du perso : :
17 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Sur les routes de Californie, partageant une magnifaïque jeep cyan aux côtés de Nikolaï et Alixen

× Avant, j'étais : :
Un collégien turbulent

× Messages : :
2620

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
©popgun (vava) - ©Popgun & ©Merenwen (gifs) - ©MACFLY (sign)

× Avatar : :
Chandler Riggs

× Et ton p'tit pseudo ? : :
PopGun

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Nightmare #Luke | TERMINÉ. Ven 30 Oct - 17:35

Nightmare
Fredricksen & Luke
MON DOIGT DANS TON NEZ, MA LANGUE DANS TON ŒIL. CESSE DONC DE M'BRISER LES BURNES, SINON JE TE LÈCHE COMME UNE PRUNE. ÇA SERA MÊME PAS LA PEINE DE VENIR T’APITOYER, C'EST COMME SI T'ÉTAIS DÉJÀ ENTERRÉE.  Δ C'EST LA VIE MAGGLE... C'EST LA VIE.

Luke était comme ballotté vulgairement, pris dans les puissants courants d'une mer tumultueuse qui ne voulait clairement pas son bien. Ça ne semblait pas vouloir s'arrêter, on le relevait, le retournait, on le tirait à droite puis à gauche... Luke ne se sentait pas bien et malgré le fait qu'il venait de soulager son estomac en vrac, les choses ne semblaient pas vouloir revenir à leurs places. Heureusement et au bout d'un certain laps de temps, qui lui avait semblé être interminable, tout finit par se calmer, se stabiliser. Fredricksen, qu'il avait enfin pu identifier comme tel, venu le saisir par les joues. Le contact de ses mains fraîches sur ses joues enflammée par la fièvre lui faisait un bien fou. Si cela ne tenait qu'à lui, il serait resté dans cette position des heures entières, mais le plus âgé ne semblait pas tenir en place plus de quelques secondes, au plus grand désespoir du garçon qui luttait intérieurement pour ne pas se rendormir. « Fred... Arrête...» murmura-t-il dans une plainte quasi inaudible tandis que le principal concerné lui fourrait d'ores et déjà une barre aux arachides dans la main. « J'ai... J'ai pas faim... » C'est vrai, Luke n'avait pas faim, il avait juste envie de dormir. S’allonger dans un coin et ne plus jamais se réveiller. Il voulait juste être tranquille quelques instants ? C'était trop demander ? Il fallait croire que oui, car Fred s'était déjà emparé de son poignet pour le forcer à manger cette fameuse barre aux arachides. Chose qu'il fit plus ou moins et sans grande conviction. Chaque nouvelle bouchée était un véritable supplice et engloutir l'aliment relevait de la souffrance ultime. Mais il le faisait, parce que Fredricksen lui avait demandé et il n'avait pas la force de le contredire ou savoir si c'était vraiment sa solution, il le faisait voilà tout.

« Je reviens dans deux minutes. Finis ça, je pose l’eau juste là ok? ». Luke acquiesça de la tête sans ajouter mot. Que pouvait-il faire d'autre après tout ? Lui courir après et l'accompagner partout où il irait juste par peur d'être de nouveau abandonné ? C'était ridicule et il n'en avait pas la force... Fredricksen de nouveau parti, l'endroit semblait bien vide et trop calme... Mais Luke ne chercha pas à l'arrêter. Il avait pu le voir partir sans ses affaires aussi s'était-il persuadé lui-même qu'il reviendrait vraiment... Il ne pouvait pas l'abandonner là, il ne pouvait pas le croire. Se levant difficilement de ce fauteuil crasseux dans le quel il s'était écrasé de tout son poids, il  prit appui sur tout ce qui se trouvait à porter de main dans le but de garder un certain équilibre. Sa bouteille d'eau roula sur le sol tandis qu'il s'approchait à une lenteur déconcertante de son sac à dos à moitié éventré sur un bout du lit. A peine celui-ci fut-il à côté de lui qu'il tira sur l'une des sangles pour le rapprocher de sa position, étalant alors un peu plus tout son contenu sur le sol dans un petit fracas sourd. « Bordel... Aller... Tylenol... Tylenol... » Il était à deux doigts de craquer, encore une fois et pourtant il continuait de chercher ce foutu médicament comme s'il s'agissait de la dernière chose en ce monde qui pourrait lui sauver la mise. Il en avait besoin, il avait besoin de faire quelque chose pour ce mal de crâne qui lui tambourinait le cerveau depuis une dizaine de minutes. Il fallait que ça cesse où il allait vraiment finir par devenir fou. De ses mains tremblantes il finit par tomber sur le Graal, le fameux Tylenol. Le temps de se rapprocher à quatre pattes de sa bouteille d'eau qui avait roulée sur le sol et il avala les deux derniers cachets sans savoir de quelle dose il s'agissait. Il voulait juste que ça fonctionne, que ça le soulage. Par la fenêtre, il pouvait entendre la voix de Fred, qui... Semblait s'amuser ? Au moins il y en avait un sur les deux qui était en forme, ce n'était pas si mal que ça... Sa jambe avait l'air d'aller beaucoup mieux. Une chance pour Fred que Luke était meilleur infirmer que lui.

C'est de nouveau adossé contre le bout du lit qu'il ferma quelques secondes les yeux. D'un long soupire, il tentait d'extérioriser toute cette peine et cette douleur qu'il gardait jalousement en lui mais bien vite, fut de nouveau réveillé par Fred qui se posta juste en face de lui. Son visage étant égayé pour une raison qui lui était totalement obscur et qu'il ne parviendrait sans doute jamais à saisir. Quoi qu'il en soit, il s'observait en silence. Le regard de Luke était vide au possible et pourtant... Pourtant un sourire venu étirer doucement sur ses lèvres gercés. Postant l'un de ses index mollement juste devant la bouche de Fred, il se pencha un peu plus vers lui avant de lâcher un puissant « chuuuuuuuuuuuuuut » suivit d'un rire à gorge ouverte. Tendit qu'il plaquait son fameux index contre la bouche du brun, il pu constater avec tristesse qu'il s'agissait de sa main enrobée dans des bandages ensanglantés. Le sourire qui était apparu sur ses lèvres disparu une fraction de seconde pour finalement revenir plus large que jamais. « J'ai deux doigts en moins. » Une constatation plus qu'une question et un nouveau silence. Plus lourd que le premier, ses yeux se mettant doucement à briller tant les larmes menaçaient de refaire surface. Puis il se remit à rigoler « J'crois que je pourrai pu me marier. » De toute manière personne ne voulait de lui alors il n'y avait pas tellement de perte à ce niveau là. Remarquant qu'il était en train de faire un bruit monstre en rigolant sans raison dans cette petite cabane, il repris un air sérieux avant de coller une nouvelle fois son index devant sa propre bouche cette fois-ci : « chuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuut ». Ok, Luke délirait peut-être un peu, mais au moins il semblait être aussi joyeux que Fredricksen, cela avait un point positif. « J'ai froid. » lui murmura-t-il doucement, se penchant de plus en plus vers Fredricksen avec lenteur. Il rabattit ses jambes contre son torse et venu se blottir contre le brun sans lui demander son avis.


© Gasmask

_________________

You're oxygen and i'm dying to breathe
Sometimes, you have to drop the old to catch the new

ChipsMan:
 
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


I'M SUPPOSED TO CARE ?
Maybe this time I can be strong
Maybe this time I can go far



× A propos du vaccin : :
Je connais quelqu'un de vacciné et ça n'a pas vraiment l'air d'être une partie de plaisir... Ça sera sans moi.

× Âge du perso : :
Vingt-neuf ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
À Bodie.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2251

× Points de vie : :
4

× Copyright : :
MYERS. (signature) & SWAN (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Nightmare #Luke | TERMINÉ. Mer 4 Nov - 22:24


Luke & Fredricksen
Mais qu’est qu’il avait encore foutu? Le contenu de son sac s’étalait sur le sol, il cherchait quelque chose? Il n’aurait pas pu attendre quelques minutes? Putain, je lui avais dit que je revenais. Je ne pouvais pas le laissé seul deux minutes, surtout pas dans cet état. Je le note mentalement, toujours pencher devant Luke et attendant une réaction de sa part. Il n’était vraiment pas dans son assiette, et je n’imaginais même pas à quel point. De longues minutes s’écoulent alors, le regard du brun semble perdu quelque part, je ne sais pas où mais pas ici en tout cas, et puisqu’il n’était pas décidé à dire quoi que ce soit, j’entre-ouvre les lèvres, m’inquiétant de son état. C’est à ce moment que Luke m’en empêcha, se penchant vers moi et me chuchotant de la fermer. J’hausse alors un sourcil, prêt à le traiter d’illuminé, mais l’expression de Luke me fait m’arrêté dans mon élan. On aurait dit qu’il avait finalement les deux pieds sur terre, réalisant pour une deuxième fois que deux de ses doigts manquaient à l'appel. Je grimace en observant mon bandage plutôt raté, j’aurais pu faire mieux, mais je n’étais pas habile comme gars, non, vraiment pas, et je ne l’avais jamais été. La seule chose dont je savais m’occuper correctement, c’était les moteurs, parce que même Analyss avait finit par y laissé la vie. Les gamins traumatisés, amputé des doigts et plus ou moins dans les nuages, ce n’était pas mon truc, surtout aujourd’hui. Avant tout ça, avant que je ne perde tout ce que j’avais, j’aurais peut-être été différent, mais c’était inutile d’y penser comme rien ne serait jamais comme avant, moi y compris. « J'crois que je pourrai pu me marier. » Je sors de mes pensées puis hausse de nouveau un sourcil, il commençait à sérieusement m’inquiété, surtout qu’il s’était remis à rire tout en disant cela. S’il était un peu plus grand et baraqué, ça m’aurait foutu les jetons. J’entre-ouvre alors de nouveau les lèvres, désirant lui dire d’arrêté de faire le débile, mais ce petit, encore plus agaçant maintenant qu’avant, pose de nouveau son index contre ma bouche pour m’empêcher de dire quoi que ce soit. « chuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuut » Cette fois pourtant, je m’énerve et la repousse sèchement. « Luke, putain ! » Je n’ai même pas le temps de vider mon sac plus que ça qu’il s’attache à moi comme une sangsue, proclamant qu’il à froid. J’avoue que c’était le meilleur moyen qu’il avait trouvé pour que je la ferme. Je lève les bras, comme si il était empoisonné et que le simple fait de le toucher entraînerait ma perte, et cette position a pour effet de profondément me mettre mal à l’aise. Je ne sais pas ce dont il avait besoin ; mais ça pressait. Je bouge un peu, cherchant une façon de le repousser doucement. « Luke... » Je finis par le pousser légèrement puis l’attrape une nouvelle fois, le soulevant de terre comme une mariée. Une fois qu’il est de nouveau installé dans son siège, je peux alors finalement respirer. Je retrouve ces choses étalés, en profite pour ranger rapidement et lui apporte finalement une couverture. « Voilà, bouge plus maintenant. » Je retourne à son sac, ramasse tout et le referme, le posant prêt du mien et passe une main contre mon visage ; vivement qu’il aille mieux.

***

C’est assis dans cette vieille chaise berçante que je me retrouve finalement, alors que Luke c’était à nouveau endormis, je faisais le guai, même si je commençais sérieusement à m’épuisé. Mes yeux s’égarait par la fenêtre et sur Luke à tout de rôle, je craignais de ne plus apercevoir sa poitrine se soulever. Je faisais tout, tout pour ne m’attacher à personne, pour être le plus impassible possible, et ce foutu gosse avait tout foutu en l’air, bien qu’il avait sauvé ma jambe, ce qui lui avait coûté bien des coups et même deux doigts. Pour l’instant, il semblait un peu trop dans les vapes pour réaliser quoi que ce soit, bien que j’espèrais que ce petit sommeil ait été réparateur, je ne pouvais prédire sa réaction, sa vrai réaction, celle du Luke qui à toute sa tête, et d’ailleurs, j’étais trop fatiguer pour seulement essayer d’y penser. Je ne pouvais pas dire que m’en séparé ne me ferrais rien, mais en vrai, c’était mieux, pour moi et pour lui aussi apparemment. Rien de bon ne lui était arrivé depuis qu’on était ensembles, et ça faisait même pas deux jours ; il avait déjà frôlé la mort, deux fois, alors je n’imaginais pas rester plus longtemps. Peut-être qu’il n’avait pas besoin de moi -et seul le poids de son sac le prouvait-, peut-être que c’était moi qui le ralentissait et pas le contraire. Après tout, il avait survécu jusqu’ici et il s’en était plutôt bien sortit, si je ne me fiais qu’à son sac bien entendu. Je ne connaissais pas vraiment beaucoup le garçon, sa vie d’avant ou son parcourt parmi les morts, alors mon opinion n’était pas fondé sur beaucoup de faits et de savoir, mais je faisais avec ce que j’avais. Putain, pourquoi je me posais autant de question? Pour rester éveillé, peut-être. Même si mes paupières ne rêvaient que de repos, je me force à les faire travailler un peu plus longtemps. Chaque clignement est plus dur à combattre que le précédent, ça serait si bon de dormir... Je me lève en un bon, si je restais assis là, j’allais m’endormir vite fait et bien fait. Je devais bouger ou faire quelque chose d’autre que penser ou ma tête allait exploser. Pourtant, je n’ai pas le temps de chercher quelque chose à faire, puisque le gamin se réveille précisément à ce moment. Alléluia. Je m’approche doucement et dans l’ombre, la cabane était plongé dans un noir opaque depuis au moins deux heures maintenant, je n’y voyais presque rien, bien que mes yeux s’y soient habitué et aurait bien aimé s’y laissé bercer eux aussi, comme ceux du garçon. « Luke? » Je ne voulais pas le brusquer non plus, même si plusieurs questions attendaient impatiemment leur tour le long de ma gorge. « Comment tu te sens? Ça va mieux? » Je l’espérais en tout cas, si son état ne s’améliorait pas, je ne saurais plus quoi faire et un Luke dans les vapes qui dit chuuuuuuuut et rigole tout seul n’aiderait pas à notre survie à tous les deux.
© fiche réponse par myers.

_________________

_- -_
IN P A I N YOU CAN
FIND S T R E N G T H
You're the b e s t t h i n g about me
I'm the kind of trouble that you enjoy
The best things are easy to destroy
Why am I walking a w a y ?



Revenir en haut Aller en bas

THE END IS NEAR
avatar


#We have a fast car, we want a ticket to anywhere. Maybe we make a deal. Maybe together we can get somewhere.
Anyplace is better.


***

#Nothing could kill me like you do. You're going straight to my head and I'm heading straight for the edge. I pick my poison and it's you.♥️



JovousaimeFort:
 

× Âge du perso : :
17 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Sur les routes de Californie, partageant une magnifaïque jeep cyan aux côtés de Nikolaï et Alixen

× Avant, j'étais : :
Un collégien turbulent

× Messages : :
2620

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
©popgun (vava) - ©Popgun & ©Merenwen (gifs) - ©MACFLY (sign)

× Avatar : :
Chandler Riggs

× Et ton p'tit pseudo ? : :
PopGun

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Nightmare #Luke | TERMINÉ. Sam 28 Nov - 22:32

Nightmare
Fredricksen & Luke
MON DOIGT DANS TON NEZ, MA LANGUE DANS TON ŒIL. CESSE DONC DE M'BRISER LES BURNES, SINON JE TE LÈCHE COMME UNE PRUNE. ÇA SERA MÊME PAS LA PEINE DE VENIR T’APITOYER, C'EST COMME SI T'ÉTAIS DÉJÀ ENTERRÉE.  Δ C'EST LA VIE MAGGLE... C'EST LA VIE.

Une nouvelle fois, le réveil fut difficile. Peut-être même plus que le précédent, s'il y en avait bel et bien eu un avant. Car en plus d'être atteint d'un mal de chien terrible dans chacun de ses membres, sa mémoire semblait également lui faire faux-bonds. Depuis combien de temps étaient-ils là ? Ou étaient-ils exactement ? Combien de temps Luke était-il resté dans le noir ? Dormait-il toujours ? Il pensait s'être réveillé une bonne dizaine de fois, mais n'en était même plus sûr tant tout lui semblait flou et surréaliste. Peut-être s'agissait-il tout simplement d'un mauvais rêve ? Oui. Comment les choses avaient-elles pu déraper aussi vite ? Comment en étaient-ils réduis à de telles extrémités en à peine quelques heures ? La vie ne tenait vraiment qu'à un fil et pour le coup, Luke l'avait bien compris cette fois-ci... A l'avenir il ne referait plus cette erreur là : de venir en aide aux autres, aussi faibles et en mauvaise posture qu'ils soient. Car de nos jours, tout avait un prix. Tout, y compris la moindre gorgée d'eau. Assis dans ce qui devait être un fauteuil en fin de vie, Luke restait immobile et à l’affût du moindre bruit suspect, son regard se portant doucement vers une silhouette postée dans un autre siège à quelques mètres de sa position. Il s'agissait de Fredricksen, sans aucun doute. Avec qui d'autre pourrait-il bien être ici ? A chaque fois que le principal concerné tournait la tête dans sa direction, sans doute pour s'assurer de la stabilité de son état, Luke refermait instantanément les yeux, ne souhaitant pas attirer son attention pour le moment. Il voulait d'abord... Réfléchir. Réfléchir à ce qu'il allait dire, à ce qu'il allait faire. Car pour l'heure, Luke était perdu, dépassé et totalement démuni face à tout cela, après tout ce qu'ils venaient de traverser. Des coups durs, Luke en avait déjà traversé, mais jamais de comparable à celui là... A chaque fois, il s'en était sortit sans trop de dommages collatéraux. Ici... C'était un véritable carnage et dans la bataille, il n'avait pas fait que perdre deux malheureux doigts. C'était bien plus profond que ça, plus douloureux. Quelque chose que Fredricksen ne comprendrait sans doute pas, même s'il essayait de lui expliquer simplement.

« Luke? »  Et merde. Il venait de se faire chopper...  « Comment tu te sens? Ça va mieux? » Ouvrant un œil après l'autre dans l'espoir peut-être que Fredricksen reste à sa place, il finit par pencher légèrement la tête, le plus âgé s'étant déjà élancé dans sa direction l'air bien déterminé à avoir une discussion pour le moins sérieuse. Discussion que Luke n'était pas encore prêt à tenir. Luke devait sans doute avoir plus de questions que Fredricksen lui-même et pourtant il ne savait pas comment les formuler pour que le plus grand ne s'énerve pas. Parce à ce moment précis, la dernière chose que Luke voulait c'était une engueulade, chose qui malheureusement allait arriver. Luke ne le connaissait pas depuis longtemps et pourtant il savait déjà que ce genre de conflit était quelque chose de récurent avec le plus âgé. Il se pinça alors doucement les lèvres avant de répondre d'une voix légèrement tremblante et mal assurée : « Pas super... J'ai connu mieux. Et...Et toi ? Ta jambe ? » Un petit sourire vint lui étirer les lèvres durant une fraction de seconde. Un sourire aussi faux que douloureux, mais l'obscurité de la pièce lui permettait de prendre une certaine liberté concernant les expressions qu'il arborait sans risque de se faire coincer par le brun. « Tu veux pas dormir un peu ? Je peux prendre le tour de garde. Si... Tu veux. Je passe juste aux toilettes rapide. Et c'est cool. C'est cool... » lâchât-il dans un long soupire avant de se lever non sans difficulté du fauteuil dans lequel il comatait depuis déjà de nombreuses heures. Sans forcément attendre la réponse de Fred, il tangua dangereusement de droite à gauche avant de se stabiliser en prenant appuie sur tout ce qui lui tombait sous la main. Sur le passage, il fouilla rapidement dans son sac pour en sortir sa lampe torche. Il ne devrait pas l'utiliser pour de telles futilités, comme l'inspection de ses blessures, mais il voulait savoir. Ou du moins, il voulait voir à quoi il ressemblait actuellement et à quoi s'étendait les... Dégâts. Prenant la direction de ce qui semblait être la pièce voisine, sans même se soucier de s'il s'agissait des toilettes ou non, il venu rabattre la porte après son passage. Sans la fermer totalement, car même s'il avait besoin de s'isoler un moment, il voulait toujours garder un certain contact avec Fred. S'il partait Luke l'arrêterait coûte que coûte. Il ne pouvait pas rester seul. Pas maintenant, pas encore. Il allait beaucoup trop mal et était beaucoup trop faible.

A présent debout au milieu de la petite pièce qui s'était avérée être une salle de bain, il resta un moment immobile, la lampe torche toujours éteinte dans sa main tremblante et moite. C'était fou de se dire qu'appuyer sur un simple bouton pouvait se relever être une épreuve en soit... Mais il allait vaincre cette peur qui grandissait en lui de minute en minute, il le fallait. Un petit claquement et la lumière fut. A peine celle-ci jaillit de l'ampoule que la première chose qu'il pu apercevoir fut du sang. Sur ses chaussures, ses vêtements, ses avant-bras, sur le bandage de fortune de sa main gauche... Du sang pourpre, partout. Même si Luke s'était préparé mentalement à cette vision, c'était beaucoup plus dur à encaisser qu'il ne l'avait imaginé. Ce sang, il ignorait totalement à qui il appartenait. Était-ce celui de sa main ? De ses nombreuses coupures ? De l'homme qu'il avait tué ? De Fred qui avait également encaissé de lourd coup ? Des zombies... ? Les questions fusaient et a mesure où elles se multipliaient Luke sentait son courage s’amoindrir, comme froissé par tant de mauvaises constatations. Si encore cela s'était limité à « ça », à du sang qui n'était peut-être pas le sien, mais le sort semblait s'être acharné sur eux car quand la lumière vint enfin découvrir son visage meurtri, le garçon ne bougea plus d'un pouce. Ce n'était pas lui... Cette personne dans le miroir était tout sauf le Luke Harrison qu'il était. C'était peut-être stupide, mais voir ainsi toute l'étendu de ses blessures ne faisait que réveiller cette douleur perforante qu'il se traînait déjà depuis des heures. Comme si le fait de pouvoir constater les faits lui faisait soudainement prendre conscience que les choses allaient mal, réellement mal. Son sac bien rempli lui avait toujours assuré un certain confort, lui permettant de se soigner en cas de soucis mais là, ça le dépassait. Tout son visage semblait avoir subit une pluie de coups. De la simple égratignure à la plus grosse entaille significative en passant par les divers bleus qui ornaient disgracieusement sa mâchoire, Luke ne pu se retenir de lâcher une larme. Silencieusement, elle venue couler le long de sa joue gonflée, laissant derrière son passage une légère et désagréable sensation de picotement.

Qu'est-ce qu'il fallait faire maintenant... ? Que pouvait-il bien faire pour arranger ça ? Avait-il au moins juste envie de continuer ? « A quoi ça sert... » Un murmure... A lui-même dans un premier temps, puis il se répéta, un peu plus fortement, un plus sèchement, la colère reprenant peu à peu le dessus. Peut-être avait-il haussé d'un ton dans l'espoir que Fredriksen puisse l'entendre, étant à présent la seule personne avec qui Luke pouvait parler. « Pourquoi ça nous arrive à nous ? Qu'est-ce qu'on a fait de mal putain. Je... Je comprends pas... Je comprends pas... J'ai... Tellement mal... »


© Gasmask

_________________

You're oxygen and i'm dying to breathe
Sometimes, you have to drop the old to catch the new

ChipsMan:
 


Dernière édition par Luke Harrison le Lun 18 Jan - 15:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


I'M SUPPOSED TO CARE ?
Maybe this time I can be strong
Maybe this time I can go far



× A propos du vaccin : :
Je connais quelqu'un de vacciné et ça n'a pas vraiment l'air d'être une partie de plaisir... Ça sera sans moi.

× Âge du perso : :
Vingt-neuf ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
À Bodie.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2251

× Points de vie : :
4

× Copyright : :
MYERS. (signature) & SWAN (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Nightmare #Luke | TERMINÉ. Mar 12 Jan - 4:04


Luke x Fredricksen
Now your nightmare comes to life
Just one more time before I go, I'll let you know that all this time I've been afraid wouldn't let it show. Nobody can save me now, no.. Nobody can save me now. Stars are only visible in the darkness, fear is ever-changing and evolving, and I, I can poison the eyes, and I, I feel so alive. Nobody can save you now. The king is crowned. It's do or die! The only sound is the battle cry.

Je l’observe patiemment, une qualité que je ne possédais pas du tout mais que je savais être utile, voir capitale, dans le moment présent. Mes yeux passent de son bandage à son visage boursouflé par les coups reçues, je peux à peine le voir dans cette noirceur, et si il avait eu des yeux plus foncés comme les miens j’aurais eu peine à voir si il était toujours lui-même, heureusement je distinguais bien le bleu de ses petits yeux et c’est pourquoi mes muscles se détendent finalement. Je n’avais pas spécialement envie de l’achever, même si je l'aurais fait si c’était vraiment nécessaire. Personne ne voulait finir en rôdeur, et après tout ce que je lui avais fait traverser je lui devais bien ça, mais ça n’aurait pas du tout été une tâche facile et je suis bien heureux qu’elle ne soit pas nécessaire. Après toutes ces heures j’étais maintenant plutôt certain qu’il allait bien, puisque le virus aurait déjà commencer à faire effet depuis. Je n’étais pas un expert mais je me souvenais un peu trop bien de la transformation d’Analyss. « Pas super... J'ai connu mieux. Et...Et toi ? Ta jambe ? » Pas étonnant vu ce qu’il venait de traverser. Je n’avais jamais été amputé mais ça n’avait surement rien de très agréable, surtout à blanc comme ça… Au moins il était enfin cohérent dans ce qu’il disait -pour l’instant en tout cas. J’ignore sa question, puisque d’après-moi on s’en foutait bien de ma jambe, puis j’ouvre la bouche pour lui demander si il avait besoin de quelque chose mais il me devance. Je fronce les sourcils puis secoue légèrement la tête mais encore une fois il ne me laisse pas le temps de répondre quoi que ce soit et il se lève du fauteuil. Je me redresse et aurait bien voulu l’aider mais je n’ose pas vraiment le toucher, alors je suis là à faire quelques gestes inutiles et qui ne l’aident pas du tout, comme si je ne voyais pas clair à cause de lunettes mal ajustées et que je posais mes gestes juste un peu trop à droite ou à gauche à cause de cela. Je le suis quelque seconde, prêt à le rattraper si il tombe, puis je le laisse finalement allez -semblant un peu plus stable il entre finalement dans la salle de bain. Je souffle et passe une main sur mon visage alors que l’autre se pose sur ma hanche. Il était réveillé depuis à peine quelques minutes et j’étais déjà épuisé, en plus d’avoir l’impression que mes muscles bouillonnaient. J’avais passé beaucoup trop de mois seul, en tête à tête avec les rôdeurs, passant mes journées entières à buter des têtes moisis jusqu'à épuisement. Aujourd'hui c’est comme si j’avais perdu mes habitudes humaines, et que je ne savais plus comment communiquer. Certes on venait tout juste d’échapper des mains de gros salops, et alors que Luke n’avait même pas eu le temps de reprendre son souffle, j’étais déjà agacé d’être toujours en place à ne rien faire, et j’avais l’impression que j’avais exploser d’ici peu. J’avais besoin de passé ma rage sur quelque chose quotidiennement, c’était vitale, sans ça je perdrais complètement la tête, et le pire c’est que parfois je me demande si je n’ai pas déjà perdu la tête…

Alors que je serrais le poing, vérifiais via le corridor que le petit était toujours occupé et que je m’apprêtait à en foutre une dans le mur n’y vu n’y connu, je m’arrête dans mon élan lorsque j’entends le brun marmonner quelque chose d'incompréhensible. Je fronce les sourcils, puis m’approche de quelque pas. « A quoi ça sert ! » Je m’avance à nouveau alors qu’il poursuit, il semble un peu perdu et dépassé, surtout. J’avais vu tellement de choses horribles ces derniers mois que j’en oubliais parfois que ce n’était pas normal tout ça, j’en oubliais comment c’était avant, ça me semble tellement loin maintenant… Je me pince la lèvre puis hésite à le déranger, puisque d’après-moi j’étais la dernière personne qu’il avait envie de voir en ce moment, mais peut-être qu’il était trop épuisé pour se battre encore une fois avec le grand gamin que j’étais, ou peut-être qu’il ne voulait pas me froisser puisque pour l’instant il avait encore besoin de moi, trop faible pour s’occuper de lui-même. Je finis par cogner doucement contre la porte qui grince et s’ouvre un peu plus. « Luke… Tout vas bien ? » J’emploie une voix plutôt douce et ça sonne bizarrement à mon oreille, comme si ce n’était pas vraiment ma voix. Je n’avais pas parlé ainsi depuis longtemps, depuis la mort d’Analyss j’étais surtout sarcastique, mais seulement dans les moments où je ne criais pas, qui étaient deux fois plus fréquents faut le dire. Je croise son regard dans la glace, et mieux que tantôt puisqu'il avait la lampe torche braqué sous son menton. J’ai l’impression qu’une de ces joues est humide et je sens mon cœur se serrer, je préfère me dire que c’est dut au fait que je me sens coupable de ce qui lui est arrivé et avec raison d'ailleurs. Il y avait un peu de cela, mais ce n’était pas tout, et pourtant je ne voulais toujours pas me l’avouer -pas tout de suite, c’était trop tôt. Je pousse doucement la porte et me permet de passer la tête à l’intérieur de la petite pièce, terriblement mal à l’aise. Je n’avais jamais été doué avec les mots, même avant tout ça, j’étais silencieux puisque je savais que si j’essayais de dire quelque chose ça casserais tout le truc. On venait me parler parce que je savais écouter, et qu’avec ma maladresse je savais parfois redonner le sourire sans même le vouloir, mais c’est pas mal tout, et je crois malheureusement que ce qui fait pleurer le garçon est beaucoup trop sérieux pour que je réussisse à le faire sourire seulement parce que je ne suis pas doué du tout. Le garçon, même ça j’avais l’impression de l’avoir oublier. C’était juste un gamin, après tout. Il n’était pas comme les autres, il avait mûrit à cause de tout ça, mais il restait tout de même un adolescent, et c’était peut-être trop pour lui. En plus que ce n’étais pas tout, il était seul et sa famille devait lui manquer, ils les avaient peut-être même vu mourir, comme moi… Je passe une main sur ma nuque et pousse complètement la porte pour entrer complètement, à peine, mes talons frôlant le cadrage de la porte. « Enfin, question stupide… » souffle-je finalement, trouvant ma question plutôt idiote vu les circonstances. « Est-ce que.. Tu as besoin de quelque chose? demande-je enfin, encore là c’était plutôt con, mais je n’aurais pas pu lui demander quelque chose de plus indiscret qui l’obligerait à s’expliquer, à se braquer ou à faire semblant que ça allait, comme tout à l’heure puisqu'il était apparemment venu ici pour être un peu seul avec lui-même. Bah putain je faisais quoi ici du coup ? Bordel de merde… Quand je vous dis pas doué, c'est pas pour rire hein.

- CODE PAR MYERS -

_________________

_- -_
IN P A I N YOU CAN
FIND S T R E N G T H
You're the b e s t t h i n g about me
I'm the kind of trouble that you enjoy
The best things are easy to destroy
Why am I walking a w a y ?



Revenir en haut Aller en bas

THE END IS NEAR
avatar


#We have a fast car, we want a ticket to anywhere. Maybe we make a deal. Maybe together we can get somewhere.
Anyplace is better.


***

#Nothing could kill me like you do. You're going straight to my head and I'm heading straight for the edge. I pick my poison and it's you.♥️



JovousaimeFort:
 

× Âge du perso : :
17 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Sur les routes de Californie, partageant une magnifaïque jeep cyan aux côtés de Nikolaï et Alixen

× Avant, j'étais : :
Un collégien turbulent

× Messages : :
2620

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
©popgun (vava) - ©Popgun & ©Merenwen (gifs) - ©MACFLY (sign)

× Avatar : :
Chandler Riggs

× Et ton p'tit pseudo ? : :
PopGun

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Nightmare #Luke | TERMINÉ. Dim 24 Jan - 21:52

Nightmare
Fredricksen & Luke
MON DOIGT DANS TON NEZ, MA LANGUE DANS TON ŒIL. CESSE DONC DE M'BRISER LES BURNES, SINON JE TE LÈCHE COMME UNE PRUNE. ÇA SERA MÊME PAS LA PEINE DE VENIR T’APITOYER, C'EST COMME SI T'ÉTAIS DÉJÀ ENTERRÉE.  Δ C'EST LA VIE MAGGLE... C'EST LA VIE.

Un petit toquement et la porte de la salle de bain grinça doucement pour s'entrouvrir un peu plus. Dans le reflet du miroir, Luke pouvait discerner la tête de Fredricksen s'y aventurer avec hésitation. La question que Fred lui posa par la suite n'était pas plus stupide que celles qu'il se posait actuellement dans sa tête. Se demandant pourquoi ces choses là leur arrivaient à eux et pas à d'autres. D'un sens, c'était égoïste de penser ainsi, car ces choses là ne leur arrivaient pas qu'à eux, c'était évident. .. Luke ne s'était pas dit que ces types étaient peut-être, sûrement même, tombés sur d'autres groupes de survivants avant le leur et s'ils étaient encore en vie, c'est que leurs "victimes" n'avaient pas su s'en débarrasser. Pas comme Fred et Luke s'en étaient débarrassés du moins... Heureusement, aujourd'hui, ils n'étaient plus une menace pour personne. C'était peut-être ça finalement, son nouveau "but" : tuer tous les connards dans leur genre qui croiseraient sa route avant qu'ils ne s'en prennent à d'autres, plus gentils, plus faibles ? En était-il au moins capable ? Sûrement pas... Être un enfant par les temps qui couraient avait plus de d'inconvénients que d'avantages. Luke était conscient que sans la présence et la précieuse aide de Fredricksen, il ne serait pas là à se poser toutes ces questions existentielles. Séchant du revers de ses doigts les nouvelles larmes qui perlaient de ses yeux rouges, il venu tourner doucement sa tête en direction de Fred, sans croiser son regard. « J'ai bien envie de pudding. » Dit-il tout simplement, se refermant un peu plus sur lui-même. S'il commençait déjà à montrer à quel point il était faible et incapable de surmonter les épreuves, Fredricksen n'accepterait sans doute pas de rester avec lui. Et pour l'heure, Luke n'avait plus que lui... Dans son état il ne pouvait pas continuer seul, cela serait du suicide et même si actuellement la mort semblait être une douce libération, il se devait de continuer...

L'inquiétude qui planait sur le plus jeune était la suivante : à quoi bon s'allier avec un boulet pleurnichard comme lui ? Luke lui-même ne souhaiterait pas faire équipe avec quelqu'un de faible. Aussi devait-il se montrer plus courageux, pour Fredricksen. Dans une grande aspiration, il venu méditer quelques secondes avant d'expirer profondément, relâchant un peu plus son emprise sur le manche de la lampe. Il fallait agir, correctement cette fois-ci, Luke ne pouvait pas se contenter d'attendre bien sagement que les gens fassent tout le sale boulot, lui aussi devait montrer qu'il était capable de bien réagir face aux problèmes. « T'as ramené l'eau salé ? Qu'on essaye de s'arranger un peu la gueule... ? Et qu'on voit ce que donne ta jambe. Parce qu'à la base... C'est toi, l'estropié handicapé du groupe. » Se força-t-il de lâcher dans un sourire fin et fatigué sans chercher à insulter le plus âgé. Par sa remarque, il voulait juste positiver. Se dire que malgré toutes leurs blessures, ils étaient encore en vie et plus ou moins en un seul morceau. Se regardant une dernière fois dans le miroir, il venu finalement baisser la lampe torche vers le sol, faisant disparaître son immonde reflet une bonne fois pour toute et par la même occasion tous les tourments qui lui étaient liés. D'un pas chancelant, il venu ouvrir entièrement la porte de la salle de bain, passant subtilement à côté de Fred en prenant soin de ne pas le toucher, ou se faire toucher. Le moindre contact aurait pu être fatal pour le plus jeune qui était encore à deux doigts de craquer. « Je propose de se soigner comme on peut et de dormir un bon coup ? Je peux monter la garde quelques heures. » Dit-il à l'égard de Fred, tout en s'approchant de son sac à dos à moitié éventré sur le lit, enjambant maladroitement le reste de son repas qui s'infiltrait doucement, mais sûrement, entre les rainures du parquet. « Et... Accessoirement trouver un autre endroit pour se poser... Peut-être... Enfin j'en sais rien. » Avoua-t-il à demi voix. Luke avait beau faire l'effort de faire comme si tout allait bien, il n'en restait pas pour le moins complètement perdu. « Tu allais ou ? Avant...Tout ça. » A part son nom, le brun ne savait rien de plus sur ce fameux Fredricksen, si ce n'était qu'il avait un humour particulier et des tendances violentes. Non pas qu'il s’intéressait à qui il était avant tout ça, ça ne le regardait pas, mais peut-être avait-il prévu quelque chose... Peut-être n'était-il pas aussi perdu que Luke ? Tout du moins il l'espérait. A défaut de ne pas avoir d'ambition ou de but, il pourrait ainsi se greffer sur quelqu'un qui en a et qui sait, l'aider le temps qu'il soit de nouveau apte à se débrouiller tout seul.

« Merde. » lâcha-t-il soudainement après avoir fait le tour de ses affaires, se mettant à chercher un peu partout dans la pièce à l'aide de sa lampe torche toujours braquée vers le sol afin d'éviter une effusion de lumière qui attirerait des visiteurs peu recommandable. Les visites, ils en avaient assez eu pour aujourd'hui. « On... a laissé mon skate là-bas ? » Luke avait perdu deux doigts, Fred avait pris des sacrés coups de biche, tout deux avaient frôlé la mort et pourtant le plus jeune s’inquiétait au sujet d'un skate. Étrangement, Luke était persuadé que Fredricksen comprendrait et s'il n'y arriverait pas, Luke ne se priverait pas pour lui rappeler les crises qu'il lui avait piqué pour sa machette.


© Gasmask

_________________

You're oxygen and i'm dying to breathe
Sometimes, you have to drop the old to catch the new

ChipsMan:
 
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


I'M SUPPOSED TO CARE ?
Maybe this time I can be strong
Maybe this time I can go far



× A propos du vaccin : :
Je connais quelqu'un de vacciné et ça n'a pas vraiment l'air d'être une partie de plaisir... Ça sera sans moi.

× Âge du perso : :
Vingt-neuf ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
À Bodie.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2251

× Points de vie : :
4

× Copyright : :
MYERS. (signature) & SWAN (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Nightmare #Luke | TERMINÉ. Mar 9 Fév - 5:26


Luke x Fredricksen
Now your nightmare comes to life
Just one more time before I go, I'll let you know that all this time I've been afraid wouldn't let it show. Nobody can save me now, no.. Nobody can save me now. Stars are only visible in the darkness, fear is ever-changing and evolving, and I, I can poison the eyes, and I, I feel so alive. Nobody can save you now. The king is crowned. It's do or die! The only sound is the battle cry.

J’ai la vague impression que le petit se braque à ma vue et j’ai peur d’avoir fait une connerie. Il semblait pour une fois plutôt sain d’esprit, et si il m’en foutait enfin pleins la gueule ? Il avait quand même perdu deux doigts par ma faute… Je n’étais vraiment plus fait pour sociabiliser. Je n’étais pas un expert avant tout ça, mais là c’était dix fois plus pire. Je pouvais bien être impulsif et risquer ma vie sans cesse si je le voulais, ce n’est pas pour autant que j'avais le droit de risquer celles des autres aussi, et c’est ce que j’avais fait un peu plus tôt, en grand débile. Pourtant, après s’être essuyé les joues, il me lance qu’il voudrait bien du pudding. Hein? Ah, c’est vrai. Je venais de lui demander s’il avait besoin de quelque chose. Dah. « Parce que t’as même du pudding dans ce fichu sac? » Sur le coup, je l’avais pris au sérieux je l’avoue, mais je vois rapidement qu’il ne l'était pas. Ainsi, le sourcil que j’avais haussé d’interrogation quelques secondes plus tôt se détend. Mal l’aise. Heureusement que Luke ne s’attarde pas dans la salle de bain, il bouge et je me pousse pour qu’il puisse sortir. Je le suis silencieusement, m’attardant à la façon dont il était sorti et ne répondant pas tout de suite à ce qu'il avait dit. Si il avait pu passer au travers des murs il l’aurait fait, juste pour gagner quelques centimètres de plus entre nous deux, je l’avais bien sentis. Je le dégoûtais peut-être? Aucune idée, les gamins ne m’avaient jamais vraiment aimé de toute façon, même avant. Je ne savais pas comment m’y prendre, surtout que tu n’es pas vraiment à l’aise lorsque les bébés se mettent tous à chialer dès que tu t’en approches un peu trop. Je ne me pose pas plus de question que cela et décide de rester à un distance acceptable de lui, en réponse.

Je regarde finalement de nouveau ma plaît, ne faisant même pas attention à ces derniers mots, je les avais même oublié, rendu-là, et je n’avais pas le cœur à rigoler ou même me disputer. Le bandage était souillé de sang et n’était plus très beau à voir. Ce n’était pas tellement que ça ne me faisait plus mal, c’est juste que c’était un peu engourdis, peut-être que je m’étais aussi un peu habituer à la douleur et pris le réflexe de ne pas trop m’appuyer dessus. Bon, j’hésite un peu, mais finalement je décide de mentir. « L’eau est juste là, près du lit » Je la pointe du doigt avant de poursuivre. « .. et sinon, ma jambe va bien, peut-être qu’un nouveau bandage serait pas de refus mais je puiserais pas plus que ça dans tes ressources. Je vais bien me trouver quelque chose un de ces jours. » Je suis plutôt sérieux, ce qui signifiait qu’il ne pouvait pas vraiment argumenter ; je n’avais pas envie de l’embêter plus que ça, il avait assez donné. N’empêche que j’avais plus d’air de vouloir prouver que rien ne pouvais m'arrêter, essayant par la même occasion de préserver une certaine virilité, pourtant je savais pertinemment que je pouvais être arrêté, et que je pouvais perdre ma jambe aussi, alors je n’allais pas tarder à m’en occuper. Luke m’avait appris quelques trucs et si il pique à nouveau un petit somme je passerais le temps le nez dans son livre, si il est toujours dans son sac évidemment, histoire de me renseigner un peu plus. Le petit ne sera pas toujours là pour faire l’infirmière.

« Je propose de se soigner comme on peut et de dormir un bon coup ? Je peux monter la garde quelques heures. » Je détourne le regard quelques secondes et reste pensif. Il parlait comme si on restait ensembles, je m’étais attendu à ce qu’il pète sa crise et débarrasse le plancher bien assez vite, pourtant. « Et... Accessoirement trouver un autre endroit pour se poser... Peut-être... Enfin j'en sais rien. » Je tourne le regard à nouveau vers lui, je reste plutôt froid et distant. Je ne pouvais pas oublier en riant, pas cette fois, alors je le faisais en essayant de me pomper. Ça ne marchait qu’à peine, alors je me retrouvais plus en dénis. Je ne voulais pas apprécier ce gamin, je ne voulais pas me sentir mal pour ce qui était arrivé, et encore moins redevable, mais je me racontais que des conneries, en vrai. C’était déjà trop tard pour faire marche arrière. « Je ne suis pas fatigué.. » Pourquoi je mentais comme ça ? Peut-être que je ne me sentais pas vraiment à l’aise dans l’idée d’exprimer mes besoins, la moindre des choses c’était de lui être utile pour le moment. « .. et il nous reste la voiture… Mais tu auras peut-être froid. Il reste un peu d’essence sauf que je crois pas qu’on puisse allez bien loin, n’empêche que ça serait pas de refus. » Ça empestait depuis des heures là-dedans, mais je ne m’en plaignais pas, je ne pouvais pas me le permettre après tout ça. « Si tu as de quoi te tenir au chaud, tu dormirais surement mieux dans le pick-up. » C’était un bon plan, enfin pour lui. Je préférais lui laisser la banquette entière, je pouvais très bien monter la garde dans la boîte derrière, le froid me tiendrait bien réveillé.

Où j’allais avant tout ça? Nulle part. Je me promenais un peu partout, parfois je revenais sur mes pas et parfois je m’éloignais. Je ne voulais pas me l’avouer, ça non plus, mais je restais toujours autours du Nevada, si j’en partais seulement… Ah merde. Je grimace, me sentant idiot de ne pas y avoir pensé avant. Il y avait la zone. Ça, c’était le mieux que je pouvais lui offrir après tout ça. C’est donc avec légèrement plus d’entrain que je lui réponds. « Je n’allais nulle part, j’aime être dehors, aussi fou que ça peut paraître, mais je connais quelqu’un… enfin, un endroit, où c’est sécuritaire. Ils appellent ça la Zone 51. Apparemment on y est bien, il y a de l’eau chaude, de la bouffe, et des murs. C’est ce que tu cherches? Je t’y emmène, si tu veux. » Ce n’étais pas mon truc, mais j’imagine que ça serait le rêve, pour le gamin, de se retrouver dans un endroit pareil. J’étais plutôt méfiant au début, mais Ellyn m’avait dit que c’était bien, parfait même, et elle me l’avait répété d’ailleurs les quelques fois où j’étais repasser par hasard près de la Zone. Je n’avais jamais accepté de la rejoindre pour autant. « Merde. » Je fronce les sourcils, il semblait chercher quelque chose. « Quoi ? » Je grimace à nouveau lorsqu'il me dit ce qu’il cherche. Je lui disais ou pas? « Oh… Désolé Luke, mais je l’ai utilisé pour défoncé le crâne du gras là-bas.. Elle doit plus être très jolie à regardé. » Je lui avais assez mentis comme ça, non? Sur le coup, je n’y avait vraiment pas penser, mais qui l’aurait fait ? Sa planche n’était quand même pas plus importante que ma vie, ou la sienne, ça ne m’empêchais pas de me sentir désolé. Je m’étais attacher à des choses stupides moi aussi, des choses qui n’étaient pas vivantes, et il avait d’ailleurs dut le remarquer, vu la réaction que j’avais eu en me rendant compte que je n’avais plus ma machette avec moi à mon réveille dans cette maison. « On peut allez la récupérer. Enfin, j’irais, la horde est surement passée. Demain matin quand il ferra clair on ira, ok? » Je me proposais puisque j’imaginais qu’il n’avait aucune envie de remettre les pieds là-bas, après ce qui c’était passé entre les murs de cette maison, et c’était tout à fait normal.

- CODE PAR MYERS -

_________________

_- -_
IN P A I N YOU CAN
FIND S T R E N G T H
You're the b e s t t h i n g about me
I'm the kind of trouble that you enjoy
The best things are easy to destroy
Why am I walking a w a y ?



Revenir en haut Aller en bas

THE END IS NEAR
avatar


#We have a fast car, we want a ticket to anywhere. Maybe we make a deal. Maybe together we can get somewhere.
Anyplace is better.


***

#Nothing could kill me like you do. You're going straight to my head and I'm heading straight for the edge. I pick my poison and it's you.♥️



JovousaimeFort:
 

× Âge du perso : :
17 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Sur les routes de Californie, partageant une magnifaïque jeep cyan aux côtés de Nikolaï et Alixen

× Avant, j'étais : :
Un collégien turbulent

× Messages : :
2620

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
©popgun (vava) - ©Popgun & ©Merenwen (gifs) - ©MACFLY (sign)

× Avatar : :
Chandler Riggs

× Et ton p'tit pseudo ? : :
PopGun

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Nightmare #Luke | TERMINÉ. Dim 21 Fév - 0:52



Now your nightmare comes to life
somewhere in Nevada, 04:00 am, Mars 2015 Sleeping at Last

Se déplaçant lentement vers l'endroit désigné par Fredricksen, Luke ne tarda pas à tomber nez à nez avec la fameuse bouteille en plastique qui contenait l'eau qu'il avait fait bouillir un peu plus tôt dans la matinée. Vu l'endroit dans lequel ils se trouvaient actuellement, nul doute qu'il n'auraient pas réussi à se refabriquer un nouveau désinfectant maison. Une chance donc que Fredricksen ait eu l'idée de l'embarquer dans la précipitation. Quand le principal concerné lui fit part de l'état de sa jambe, Luke ne chercha même pas à savoir s'il lui mentait ou non. A vrai dire, il n'allait pas continuellement lui courir sur le haricot juste pour qu'il s'ouvre à lui. Luke était fatigué de devoir insister pour tout et sur tout. S'il lui disait que sa jambe n'avait pas besoin d'être nettoyé pour l'instant, alors il le croyait. Plus par nécessité que par envie. « Comme tu veux... Mais y en a suffisamment pour deux. Si tu changes d'avis.» Luke s'était suffisamment battu pour essayer de le comprendre. Il était épuisé. Il ne pouvait pas continuer de se forcer à vouloir l'aider, il fallait cesser d'agir comme s'il détenait toutes les clés. C'était faux, Luke n'avait pas le pouvoir de venir en aide à tous les survivants. De plus, les gens ne voulaient pas tous être aidé... Alors à quoi bon s’obstiner ? S'il ne voulait pas, qu'il en soit ainsi... Pour l'heure, Luke voulait juste penser à lui. A son propre bien. Et personne n'allait l'empêcher de pouvoir faire son égoïste ne serait-ce que quelques heures. A force de se sacrifier pour les autres on en oubliait presque ses propres besoins. Faisant un tour rapide de la pièce pour s'assurer que les rideaux ; ou autres objets présents sur les fenêtres ; bouchaient bien la vue, Luke se laissa tomber lourdement dans le fauteuil à côté d'eux. Déposant maladroitement la bouteille sur l'accoudoir pour bloquer la lampe torche entre ses genoux. Il laissa un profond soupire de désespoir s'échapper de ses lèvres quand il réalisa qu'il avait oublié les compresses dans son sac.

Se relevant non sans peine pour passer de nouveau aux côtés de Fred qui faisait les cent pas, il continuait de l'écouter répondre progressivement à ses questions d'une oreille distraite. Quand il lui dit qu'il n'était pas fatigué, Luke ne pu s’empêcher de baisser la tête, laissant alors un fin sourire se dessiner sur ses lèvres. Luke n'était pas heureux, ni même amusé. Il se sentait juste con. Pourquoi ? Car jamais Luke ne lui avait menti une seule fois, alors que lui... Lui... Tout ce qui semblait sortir de sa bouche n'était que connerie. Se rendait-il au moins compte à quel point cela pouvait-il être blessant ? A force de l'entendre enchaîner de la sorte, il en viendrait presque à douter que Fredricksen soit son vrai prénom. Si ça se trouve, il lui avait sorti ce nom comme ça et se foutait bien de sa gueule intérieurement à chaque fois que Luke le prononçait. « Ok. » Se contenta-t-il d'ajouter avant de sortir les compresse de son sac à dos. « Je referai sans doute une sieste alors. » Si les deux restaient faibles et crevés, cela ne servait à rien. Autant que Luke profite du fait que Fred passe son tour pour que lui se repose comme il se le devait. Arrivera bien un moment où, de toute manière, Fred tombera de lui-même d'épuisement. A ce moment là, Luke devra se démerder tout seul, en plus de devoir s'occuper de quelqu'un qui s'est négligé et surmené sans raison. Tout cela ne s'annonçait réellement pas facile... « Je sais pas trop quelle heure il est... Je sais pas combien de temps je suis resté da... Endormi. Peut-être que ça va s'éclaircir dans pas longtemps. » termina-t-il en jetant un bref coup d’œil derrière les rideaux. « C'est peut-être plus sage de bouger de jour... J'ai une carte dans mon sac, si tu veux. » Pointa-t-il du doigt son sac dans le but sans doute que Fred s'en empare et y jette un coup d’œil. Sur sa carte, Luke avait pris soin de mettre de nombreuses indications. Sur tous les lieux qu'il avait pu visiter notamment, ou que les personnes qu'il avait croisé avaient pu visiter à leur tour. Notant les endroits déjà vidés de leurs vivres comme envahis par les zombies rendant l'accès impossible... « Y doit bien y avoir un patelin pas loin où on pourrait se poser. Sans attirer tous les tarés du coin... Si possible. » Avait-il ajouté un sourire mauvais sur les lèvres avant de se laisser à nouveau tomber dans le fauteuil douteux. Quand il proposa de se barrer de cette pièce pour aller s'enfermer ensemble dans le pick-up, Luke eu un moment d'hésitation. Pourtant, l'idée restait plus alléchante que celle de rester cloîtrer ici, à baigné dans une odeur des plus épouvantables. « Ouais... On va faire ça. Je termine juste de me nettoyer un peu. Ça sera plus facile ici que dans la voiture. Surtout qu'on pourra plus utiliser la lampe torche... » Replaçant la lampe entre ses genoux Luke laissa de nouveau un soupire de désespoir s'échapper de ses lèvres. Comment allait-il pouvoir s'arranger la gueule... Sans voir ce qu'il allait faire ? « Fais chier. » murmura-t-il avec rage. N'ayant plus la force de se relever quoi qu'il arrive. Il commencerait donc par voir l'était de ses doigts. Ou devrait-on dire de ses non-doigts ?

Quand Fredricksen énonça le nom de la zone 51, Luke releva la tête, restant alors muet devant une telle révélation. Il... Pouvait l'emmener là-bas ? Était-ce une blague de sa part ? Ou alors un autre mensonge ? Luke n'avait encore jamais parlé avec une personne qui connaissait réellement ce lieu et encore moins une qui lui assurait pouvoir l'y conduire. En fait, il avait toujours voulu y mettre les pieds, ça semblait être le paradis là-bas... Mais en même temps, Luke n'était plus aussi con au point de croire qu'un 'paradis' puisse réellement exister sur cette putin de terre. Il devait forcément y avoir un truc pas cool. « Tu sais où elle est... » murmura-t-il doucement en rebaissant la tête vers le bandage de sa main qu'il tentait de décoller difficilement. Le sang avait séché, ce qui ne rendait l’opération que plus délicate. S'il enlevait tout d'un coup, et vu la chance qu'il avait, il risquait juste de s'arracher encore un peu plus de peau si ce n'était pas réenclencher le saignement, aussi la prudence était-elle de mise. « Tu trouves pas ça trop beau toi... ? Un endroit protégé, avec de l'eau chaude et des vivres... Ça me semble être un beau truc d’attrape cons. » En fait Luke avait longtemps pensé le contraire. A une époque, il ne jurait d'ailleurs que par cette fameuse Zone 51. Mais toutes les personnes avec qui il avait pu voyager n'avait fait que lui répéter que cela n'était pas une bonne idée. Que cela devait sans doute cacher quelque chose. Il fallait se rendre à l'évidence, à force de lui rabâcher les oreilles que cette zone puait, Luke avait finit par le croire. Ou du moins se laisser convaincre. Laissant reposer le bandage sur sa jambe, Luke resta un long moment immobile face à... Sa main. Tout du moins ce qu'il en restait. C'était moche, répugnant, dégueulasse... Et c'était sa main... A lui. Peut-être n'aurait-il pas du prendre l'initiative de la nettoyer de son propre chef. Peut-être aurait-il dû attendre bien sagement que ça se soigne tout seul. Si sa blessure se serait soignée d'elle-même bien sûr, mais au vu de la tête que cela avait, Luke n'y croyait plus tellement. Sentant son pouls s'accélérer cruellement, Luke ferma les yeux quelques secondes pour se forcer à prendre plusieurs profondes inspirations. Sa tête recommençait à tourner et les bouffer de chaleur à prendre le dessus sur son corps crispé.

Avec une lenteur incroyable, il remonta son regard vers Fredricksen sans bouger le corps de peur de réveiller une quelconque douleur dans sa main. Il avait utilisé son skate... Pour fendre le crâne d'un de ces types ? Il avait... Cassé le skate d'Abbygail...? Toujours aussi silencieux, il se contentait de l'observer, sans savoir quoi dire, quoi faire. Celui-ci se proposa pour aller le chercher. Mais à quoi allait-il servir ? Luke n'allait pas s'encombrer de quelque chose de cassé, même s'il s'agissait d'un objet pour le moins important à ses yeux. Il appartenait à Abbygail et Abby c'était... C'était... Du passé. « Non. » Marmonna-t-il sans aucune intonation dans sa voix. Sans savoir s'il répondait à sa question ou plutôt s'il réagissait encore à la perte du dernier objet qui lui rappelait Abbygail. « Ça sert à rien... C'est pas grave... » Ça commençait à faire beaucoup à encaisser d'un coup. Luke avait l'habitude d'en prendre plein la gueule mais là... Il commençait à saturer, vraiment. Finalement... Si la zone 51 pouvait lui apporter un tant soit peu de repos, peut-être devrait-il s'y rendre. Et s'il s'agissait d'un piège... Qu'il en soit ainsi. Luke en avait marre de courir, il baissait les bras pour de bon cette fois-ci... Attrapant la bouteille d'eau de sa main droite tremblante pour venir imbiber maladroitement une compresse, il reposa la bouteille sur l'accoudoir pour se mettre à tamponner doucement sa main. Plus les secondes passaient et plus les picotements se faisaient virulents, insupportables et bien vite, l'intégralité de sa main se mit à lui brûler. Pourtant Luke continuait de nettoyer se disant que si ça piquait, c'était que ça nettoyait, sans réellement savoir si c'était la bonne chose à faire ou pas. Il n'en savait rien putin... Se repliant doucement sur lui-même Luke finit par laisser les larmes inonder ses joues. Ne supportant plus tout ce qui était en train de se passer. Continuer de lui poser des questions, de lui demander son avis sur tout. Il ne savait pas, il ne savait rien et il s'en foutait que Fred soit témoins de ça... Après tout ce qu'ils venaient de traverser ensemble, cela ne ferait aucune différence. Laissant ses plaintes envahir les lieux sans ce soucier du bruit que cela pouvait produire, Luke laissa son chagrin filer. Tentant vainement de calmer sa respiration saccadée qui ne faisait qu'accentuer un peu plus cette sensation étouffement qu'il endurait. Ce malaise qui le saisissait à chaque nouvelle inspiration bruyante. Complètement recroquevillé sur lui-même, Luke avait juste envie de mourir. Il avait tout perdu, tout. Alors pourquoi continuer de se torturer pour rien ? Il ne voulait plus souffrir de la sorte, ça ne servait à rien. Remontant son regard noyé dans les larmes directement vers celui de Fredricksen, il ne tarda pas à lui faire part de cette requête qui lui brûlaient les lèvres depuis déjà plusieurs secondes. Ces quelques mots qui s’échappèrent de ses lèvres sous forme de plainte déchirée : « Tue-moi... »

© 2981 12289 0

_________________

You're oxygen and i'm dying to breathe
Sometimes, you have to drop the old to catch the new

ChipsMan:
 
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


I'M SUPPOSED TO CARE ?
Maybe this time I can be strong
Maybe this time I can go far



× A propos du vaccin : :
Je connais quelqu'un de vacciné et ça n'a pas vraiment l'air d'être une partie de plaisir... Ça sera sans moi.

× Âge du perso : :
Vingt-neuf ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
À Bodie.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2251

× Points de vie : :
4

× Copyright : :
MYERS. (signature) & SWAN (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Nightmare #Luke | TERMINÉ. Ven 11 Mar - 4:37



tears in their beers


NOW YOUR WORST NIGHTMARES COMES TO LIFE

LUKE AND FREDRICKSEN | Carry on my wayward son, there'll be peace when you are done. Lay your weary head to rest, don't you cry no more. Carry on, you will always remember. The center lights around your vanity.




Je suis Luke des yeux sans un mot, qu’est que je pouvais faire de plus? Le couver comme une mère? J’hoche simplement de la tête lorsqu'il dit quelque chose d’intelligent ou qui me concerne personnellement ; on c’était donc mis d’accord pour déménagé dans le camion et rien ne me ferrais plus plaisir. L’odeur me piquait le nez mais je ne le brusque pas. J’allais très certainement lui laissé la couverture de laine si il n’avait rien d’autre de son côté, alors par conséquent j’allais bien me les gelés, mais c’était toujours mieux que cette piaule. Dès que le gamin m’informe qu’il possède une carte je me jette sur son sac et m’installe un peu plus loin, à même le sol, le dos contre le mur. Je déplie le papier et tente de me retrouver durant de longues minutes, ce n’était pas vraiment compliqué, Luke y avait laissé des notes. Je pose mon doigt contre la rue dans laquelle on s’était rencontré, puis je le bouge dans celles que j’avais emprunté pour arriver jusqu'ici. Je pose la carte plus loin, rejoignant à nouveau son sac dans lequel je déniche un stylo. Je décide de rajouter le reste de son parcours puis j’ouvre et ferme compulsivement celui-ci, cherchant un endroit intéressant, même si je finis par me perdre un peu dans mes pensées.

Ça me faisait étrange de collaborer comme ça, j’étais persuadé qu’il aurait voulu que je fiche le camp à la minute où il aurait ouvrit les yeux et pourtant… Il parlait plus comme si il n’avait jamais été question qu’on se sépare, alors que depuis le début je ne lui avais apporté rien de bon, à ce petit. C’est d’ailleurs pour cette raison que je lui parle de la Zone 51, puisque c’était le mieux pour lui, pour l’instant du moins. Ellyn y était bien installée, je lui avais rendu visite quelque fois et elle n’avait jamais semblé bien mal là-dedans, au contraire. Je cesse de jouer avec son stylo et le pose, levant les yeux de la carte pour les poser sur Luke. « Je sais que ça semble être une grosse connerie, c’est ce que je pensais au début moi aussi, mais comme je t’ai dit j’ai une… connaissance là-bas, et je me suis assurée qu’elle était bien avant de partir, je suis même revenu quelque fois, elle y est depuis presque un an. Crois-moi, c’est confortable là-bas. » Je n’arrivais pas à croire que j’insistais vraiment quelqu'un à rejoindre ce groupe, mais c’était peut-être pour le mieux, Luke n’était pas moi, il n’avait pas besoin des mêmes choses, tout comme Ellyn n’avait pas besoin des mêmes choses également. D'ailleurs, je penserais à lui dire de garder un œil sur lui. « Mais je comprends ton ressentis, si tu veux je peux rester autours de la zone le temps que tu t’assures que ça te va là-bas, comme je l’ai fait avec elle. » Cette fois je baisse les yeux sur la carte en proposant cela, pour ne pas paraître trop inquiet même si je l’étais et que je me préoccupais un peu trop de son bien-être. Sauf que ça, il n’avait pas besoin de le savoir, si il me sent désintéressé ça l’empêchera de se dire que je suis un type bien, ça l’empêchera de s’attacher. Même si j’avais bien merdé avec lui, il n’y avait aucune raison qu’il merde avec moi lui aussi. Tant mieux s’il pense que je suis un gros con, c’est ce que j’étais quand je le voulais, et là je le voulais vraiment.

Je fixe toujours la carte, cherche déjà un chemin rapide vers la zone, lançant seulement des regards rapide dans sa direction. « T’as qu’à te reposer un peu, après on partira. T’as raison c’est mieux le jour. On n’est pas très loin de la zone, si on a de la chance avec l’essence on pourrait y être en deux ou trois jours et… » Je me permets de lever de nouveau les yeux vers le brun, mais au lieu de poursuivre sur ma lancé je me tais, voyant que le petit se mettait à pleurer. Qu’est que j’avais fais ? Je suis mal à l’aise et je ne sais pas vraiment comment réagir, alors je le laisse faire quelques secondes sans rien faire du tout, le fixant comme s’il était une bête étrange -heureusement qu’il ne me regardait pas en retour d’ailleurs. Je grimace, tiré entre deux solutions, mais après réflexion je souffle et pose de nouveau la carte, me levant et m’approchant, m’installant, toujours sur le sol, mais plutôt devant lui. Je ne savais pas la cause de sa peine mais j’imaginais bien que sa main faisait partie des choses qui le faisaient se sentir aussi mal ; d’ailleurs on était deux. « Ça va Luke, je m’en occupe. » Je parle d’une voix plutôt douce, inutile de le faire pleurer un peu plus. Le rassurer était la dernière chose à faire si je voulais qu’il me croit sans cœur mais peu importe, je ne pouvais quand même pas le laissé là et rien faire du tout, essayons simplement de ne pas allez dans l’excès, soyons gentil juste ce qu’il faut. Je lui prends donc le linge des mains et le mouille un peu encore un peu, mais je n’ai pas le temps d’attraper sa blessure qu’il se met en petite boule contre le fauteuil. Bon, ça allait être plus dur que je ne l’aurais imaginé. « Luke… » Je m’inquiétais un peu pour lui, il semblait à bout de force, je ne pouvais pas le blâmer pour ça, c’était beaucoup d’un seul coup…

D'ailleurs, j’avais bien raison de m’inquiéter vu la demande qui suit. Je fronce les sourcils et tire sur ses pieds pour qu’il cesse de faire le bébé. « Ferme-là mioche, c’pas ton heure encore. » Je me redresse sur les genoux, soufflant, et essuie ses joues à l’aide du revers de ma manche. « Pleure pas, je suis vraiment désolé pour ta main… » Bien que j’avais commencé un peu brutalement je finis avec douceur et sincérité ; j’étais terriblement désolé, et si je pouvais faire marche arrière j’aurais fait les choses différemment. Je m’assois à nouveau et prend finalement sa main, j’essaye d’y allez très doucement mais il avait déjà fait le plus gros du boulot, à mes yeux c’était bien propre mais c’était mieux de ne pas prendre de risque, j’en avais déjà trop pris et voilà où on en était rendu. « Tu sais, y’a pas beaucoup de gens qui aurait pu faire preuve de sang-froid comme tu l’as fait, c’était très courageux. Tu l’es surement plus que beaucoup d’autre gens. Plus que moi en tout cas. Moi c’est juste que je suis stupide et lâche… » Je pose le linge et attrape le bandage. « J’ai rien de courageux, je fonce toujours dans le tas mais ça n’a rien d’héroïque, je ne tiens pas tant que ça à la vie, c’est tout. Si t’avais pas été là, si j’avais perdu ma jambe j’aurais été lâche et je me serais tiré une balle dans la tête. » Je finis avec sa main et la relâche, levant les yeux vers son visage. « Toi t’es pas comme ça, alors dit pas ça. De toute façon c’est une question de temps avant que tu rejoignes un endroit sécurisé. Tu verras, ça ira. » Bon dieu, ça c’était de l’excès, et même plus. C’était peut-être la culpabilité qui me forçais sans cesse à faire glisser mon masque, mais peu importe puisque bien rapidement je le remets et me renferme. Je me lève et m’éloigne, rejoignant mon petit coin et ma carte que je reprends en main pour l’étudier. « Tu ferais mieux de retourner à la salle de bain, t’arranger un peu la gueule Frankenstein, ça serait pas de bol de faire peur aux p’tits cœurs à la Zone. » Je dis cela, semblant de nouveau désintéressé, fixant ma carte et ne lui jetant pas un seul regard. Je devais penser à tout si je voulais que notre route soit calme et sans embûche, Luke en avait déjà assez enduré comme ça, du coup je suis bien décidé à aller le porter avec tous ces morceaux restant au Nevada le plus rapidement possible, il ne fallait pas trop le couver non plus, en tout cas, il ne fallait pas avoir l’air de le faire. Ça me donnait déjà mal à la tête tout ça…


CODE PAR MYERS

_________________

_- -_
IN P A I N YOU CAN
FIND S T R E N G T H
You're the b e s t t h i n g about me
I'm the kind of trouble that you enjoy
The best things are easy to destroy
Why am I walking a w a y ?



Revenir en haut Aller en bas

THE END IS NEAR
avatar


#We have a fast car, we want a ticket to anywhere. Maybe we make a deal. Maybe together we can get somewhere.
Anyplace is better.


***

#Nothing could kill me like you do. You're going straight to my head and I'm heading straight for the edge. I pick my poison and it's you.♥️



JovousaimeFort:
 

× Âge du perso : :
17 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Sur les routes de Californie, partageant une magnifaïque jeep cyan aux côtés de Nikolaï et Alixen

× Avant, j'étais : :
Un collégien turbulent

× Messages : :
2620

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
©popgun (vava) - ©Popgun & ©Merenwen (gifs) - ©MACFLY (sign)

× Avatar : :
Chandler Riggs

× Et ton p'tit pseudo ? : :
PopGun

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Nightmare #Luke | TERMINÉ. Lun 30 Mai - 23:31



Now your nightmare comes to life
somewhere in Nevada, 04:00 am, Mars 2015 Sleeping at Last

Peut-être que c'était ça dont il avait besoin. Après tout, il s'était bien séparé de son père adoptif et d'Alixen pour la rejoindre cette fameuse zone 51, avant que certains événements ne l'écarte un peu plus de sa position. Aujourd'hui, un homme lui proposait de l'accompagner, lui vouant presque tous les mérites d'un tel lieu de regroupement. Pourtant lui, n'y était pas dans cette zone... Il traînait encore dehors pour une raison qui était clair à ses yeux : Fredricksen n'était pas du genre à se poser à un endroit pour parler chiffon et dînette avec des survivants. Non, lui était plus du genre à porter des manteaux à fourrures et casser des skates dans la gueule des connards pédophiles qui croiseraient sa route. A cette simple pensée, un maigre sourire étira ses lèvres gercées. Du confort, il en rêvait, c'était indéniable... Il voulait passer une nuit tranquille, sans craindre de se faire croquer par un zombie, piller par un survivant ou bien pire encore, qui sait. En plus de lui proposer de l'accompagner jusqu'à la dite zone, Fredricksen en vint même à lui demander s'il voulait qu'il reste autour quelques jours, comme si... S'il s'inquiétait de son sort ? A cela, Luke baissa la tête, bien trop gêné par ce changement si soudain d’intérêt pour lui. Ce n'était pas désagréable, disons simplement que c'était... Surprenant, mais pas déplaisant. Bien au contraire. Luke se sentait à nouveau vulnérable, mais cette fois-ci protégé, ce qui lui arracha un second sourire triste mais peut-être plus étiré que le premier. « Je pense... Que c'est une bonne idée. On devrait faire ça... Merci. » murmura-t-il dans un léger reniflement avant de s'attaquer à la plaie de sa main. Cette conversation sur la zone 51, l'aurait presque fait oublier tout ce qui venait de se produire. Pourtant à peine son regard fut-il posé à nouveau sur sa main estropiée que les larmes lui remontèrent aux yeux. C'était définitif, Luke voulait se rendre à la zone, pour que son corps arrête de se faire maltraiter de la sorte. Qu'on le laisse tranquille quelques minutes et qu'il ne soit plus une cible aussi facile auprès de tous ce qui était vivant, ou non d'ailleurs. Qui sait ce qui aurait réellement pu se passer si Luke n'avait pas prêté main forte à Fredricksen avec sa jambe... ? Peut-être aurait-il trouvé la mort dans cette maison avec ces trois hommes dont leurs noms lui avait déjà échappé tant l’intérêt qu'il leur portait était minime.

Voyager de jour semblait être une bonne idée lancée par le plus jeune, car bien vite elle fut approuvée par Fredricksen. Soulagé d'avoir quelques heures pour récupérer avant le grand voyage, Luke gardait le silence, l'écoutant d'une oreille attentive en retirant méticuleusement son bandage maculé de sang frais. Deux ou trois jours... C'était tout ce qu'ils leur fallait pour atteindre la zone ? Bordel... Et dire que Luke serait passé à côté sans le savoir. Même si cela semblait proche, personne ne pouvait imaginer ce qui allait se passer durant ces quelques jours en compagnie de Fred. Pourtant, ils avaient tous les deux fait leurs preuves ce soir. Tout du moins Luke le pensait. Avec lui à ses côtés, la survie n'en serait que plus simplifiée, si on faisait abstraction de l'intervention des zombies bien évidemment. Luke pouvait au moins compter sur lui pour régler leurs comptes à certains survivants. « Ouais... Je vais me reposer, une fois dans la caisse » avait-il marmonné difficilement le regard toujours rivé sur sa main gauche, la voix serrée par les larmes qui continuaient de couler le long de ses joues. L’intérêt que portait le plus grand à sa carte lui faisait légèrement chaud au cœur, car il y tenait à ce bout de papier froissé par le temps. C'était un peu... Son recueil. Ce qui lui permettait de savoir où il en était avec toute cette épidémie merdique et peut-être l'ignorait-il, mais en marquant lui-même une inscription dessus, Fredricksen venait de se greffer à tout jamais dans son parcours du parfait survivant. Une seconde écriture que Luke ne confondrait en aucun cas avec la sienne. Oui, jamais Luke ne parviendrait à se défaire de cette nuit passée à ses côtés... Aussi horrible avait-elle été.

Les larmes ne s'arrêtaient pas, pour dire vrai elles ne faisaient que s'intensifier à l'approche de Fredricksen. Les picotements incessants de ses doigts quant à eux n'aidaient pas non plus à calmer sa respiration bruyante et saccadée. Il ne voulait pas le voir aussi près de lui et pourtant, appréciait sa démarche. Une incompréhension totale de la situation qui ne faisait que l'enfoncer un peu plus dans ce mal-être qui lui donnait des idées suicidaires. A quoi bon continuer de se battre, quand il n'y avait plus rien à défendre ? A quoi bon survivre, si ce n'était que pour souffrir ? A rien. Absolument à rien. Du haut de ses treize ans, Luke ne ferait rien de plus que peiner, il le savait et Fredricksen le savait tout aussi bien que lui. Pourtant aucun des deux ne le disait à voix haute. A quoi bon quand la chose était déjà évidente ? Qu'il aurait aimé être comme lui... Grand, fort, indépendant... « J'suis pas un mioche.» maugréa-t-il faiblement sans prendre la peine d'articuler tant cela le fatiguait, rendant alors quasi inaudible sa réplique entrecoupée de sanglots et gémissements désespérés. Même ses menaces de morts, personne ne les prenait au sérieux... Quand Fredricksen tira sur ses jambes pour le forcer à lui faire face, Luke se laissa faire. Détournant simplement son regard du plus âgé qui avait pris place face à lui. Visage, bien vite rattrapé par les mains du principal concerné qui essuyèrent certaines de ses larmes. Bien forcé de reposer son regard dans le sien, Luke cessa doucement de pleurer, ravalant ses sanglots dans de léger hoquets maladroits. Malgré tout, son regard restait vide et vitreux, complètement mort de l’intérieur. « J'veux juste mourir Fred. Juste mourir. C'est tout...» Répéta-t-il en secouant mollement la tête un petit sourire sur les lèvres, se demandant ce qu'il pouvait bien y avoir de compliquer à comprendre là-dedans. Peut-être y avait-il une part de vrai dans ses paroles réconfortantes. Ou peut-être lui sortait-il le dialogue classique que l'on sortirait à quelqu'un qui allait mal ? Dans tous les cas, ses mots allégèrent un peu sa peine. Même s'il n'en croyait pas un mot. Luke, plus de sang-froid que lui ? Quelle belle connerie, il ne faisait que chouiner toutes les dix minutes et en cela, il n'y voyait rien de courageux ou d'héroïque. Fermant les yeux quelques instants, Luke venu se mordre les lèvres pour éviter d'en dire plus. Fredricksen avait déjà eu la patience d'essayer de lui remonter le morale alors qu'il ne lui avait rien demandé et surtout qu'il ne lui devait rien.

« Tu ferais mieux de retourner à la salle de bain, t’arranger un peu la gueule Frankenstein, ça serait pas de bol de faire peur aux p’tits cœurs à la Zone. » Immobile, Luke ne savait pas quoi répondre à sa dernière phrase. Comment pouvait-il passer aussi vite du coq à l'âne ? D'un sujet aussi important à... Ça ? Du Fredricksen tout craché... D'un petit pouffement Luke, venu froncer les sourcils, ne sachant pas comment prendre la chose autrement qu'à la rigolade. Nul doute que sa tête devait faire peur, Luke s'était déjà entraperçu dans le miroir et ne tenait pas franchement à recroiser son reflet de si tôt. « T'as vu un peu ta gueule avant de parler ? T'es pas non plus l'incarnation même de la beauté. Sans vouloir t'offenser. » Renchérit-il en se relevant avec lenteur du siège dans lequel il avait trouvé repos un peu plus tôt. Ses mouvements restaient lents et instables, mais Luke faisait en sorte de cacher un maximum cette difficulté à se mouvoir. Sortir maintenant n'était pas réellement judicieux au vu de son état, mais rester enfermé ici ne l'était pas plus. Surtout qu'à présent, Luke était pressé d'atteindre cette fameuse zone. « Pas besoin. Ils devront s'habituer à ma sale tronche. On bouge ? » Du revers de la manche, le plus jeune venu essuyer les dernières perles cristallines qui habillait son regard. Une fois ses affaires remises à la volée dans son sac à dos, il fit une dernière inspection des lieux à l'aide de sa lampe torche braquée sur le sol et mis à part la saleté des lieux et son précédent repas étalé sur le parquet, il n'y avait rien de plus à embarquer avec eux. Il était grand temps de se barrer de ce coin pourri. « Ça commence à s'éclaircir, j'pense que d'ici une petite heure on y verra plus clair... Go ? » N'attendant même pas la réponse de son compagnon d'infortune, Luke ouvrit la porte de la pièce principale avec prudence pour laisser sa tête se faufiler à l'extérieur.

Y'a'ti des rodeurs sur l'parking pardi ?!
Oui : 4 / Non : 0

Tout aussi lentement, sa tête rentra à nouveau dans la pièce et Luke, le teint livide, referma nerveusement la porte en se pinçant les lèvres. Priant pour que cette porte ne soit pas du genre à grincer. Tournant la tête vers Fred derrière lui, il était clair que toute la bonne volonté du plus jeune venait de s'envoler d'un claquement de doigt. Putin, qu'il ne voulait plus en approcher des rôdeurs... Pas maintenant, pas après ce qui s'était passé dans la cuisine de cette maison... « Je... Te laisse passer devant. Si ça te dérange pas... Y a des morts... J'm... Me sens pas... d'les tuer.» Luke se sentait stupide de réagir ainsi après ce qui s'était passé. Mais dans son état... Il ne se voyait pas lutter avec acharnement contre ces monstres. Luke avait déjà du mal à marcher droit et prononcer des phrases sans bégayer, alors perforer le crâne de ces choses, non merci. « Désolé... » Se contenta-t-il d'ajouter en se déplaçant légèrement sur le côté pour laisser la place à Fredricksen de passer. Honteux, il gardait la tête légèrement baissée. « Je te couvre. » souffla-t-il maladroitement pour tenter de ne pas retomber totalement dans l'estime du plus âgé.

© 2981 12289 0

_________________

You're oxygen and i'm dying to breathe
Sometimes, you have to drop the old to catch the new

ChipsMan:
 


Dernière édition par Luke Harrison le Lun 30 Mai - 23:49, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

ZOMBIE
avatar



× A propos du vaccin : :
C'est trop tard pour ça, mon cher.

× Âge du perso : :
Je n'ai point d'âge.

× Localisation (+ avec qui) :
De partout.

× Avant, j'étais : :
Un être humain.

× Messages : :
936

× Points de vie : :
4

× Copyright : :
SWAN

× Avatar : :
Zombie.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Selon ton bon vouloir ... ça va de "zombaque" à "zonzon" en passant par ... "rôdeur"..

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Nightmare #Luke | TERMINÉ. Lun 30 Mai - 23:31

Le membre 'Luke Harrison' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'COME IN, HAZARD' :
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


I'M SUPPOSED TO CARE ?
Maybe this time I can be strong
Maybe this time I can go far



× A propos du vaccin : :
Je connais quelqu'un de vacciné et ça n'a pas vraiment l'air d'être une partie de plaisir... Ça sera sans moi.

× Âge du perso : :
Vingt-neuf ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
À Bodie.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2251

× Points de vie : :
4

× Copyright : :
MYERS. (signature) & SWAN (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Nightmare #Luke | TERMINÉ. Mar 28 Juin - 21:42



tears in their beers


NOW YOUR WORST NIGHTMARES COMES TO LIFE

LUKE AND FREDRICKSEN | Carry on my wayward son, there'll be peace when you are done. Lay your weary head to rest, don't you cry no more. Carry on, you will always remember. The center lights around your vanity.




Luke accepte de se rendre à la zone, acceptant également que je reste un peu autour le temps qu’il s’assure qu’il est bien là-bas. Je ne sais pas pourquoi j’avais proposé ça, parce que j’étais sensé m’en débarrassé une fois qu’il serait à la zone, m’en débarrasser c’est ce que je voulais, c’était un gamin et il me ralentirait à coup sûr, surtout après ce qu’on venait de vivre, il n’était pas en forme, il était terrorisé et ne arrêtait pas de pleurer sur ces doigts perdus alors qu’il devrait plutôt se réjouir d’être encore en vie -ou pas. Peut-être qu’il avait raison, que c’était mieux si il y passait tout de suite parce que de toute manière ça arriverait un jour ou l’autre, que la seule différence c’est combien de fois il en aura bavé. Je m’engageais à le reprendre sur mon dos si il ne se plaisait pas là-bas, qu’est qui me prenait ? J’hausse les épaules, me disant finalement qu’il n’y avait pas de raison qu’il ne s’y plaise pas. Ils ont des petits plats chauds là-bas, des murs et un toit, un lit pour dormir la nuit, il faudrait être con pour s’en plaindre, pour refuser ce confort qu’aujourd’hui on ne peut plus se permettre. Alors j’étais con, définitivement, parce que je le refusais, moi, parce que je croyais qu’être dehors c’était ce qu’il fallait. On ne devait pas oublier ce qu’il y avait à l’extérieur, il fallait toujours être préparé, s’asseoir et croire que tout va bien, que la vie peut reprendre son court normal et cela parce que quatre murs, aujourd’hui, les entoure, c’était stupide et dangereux, c’était se condamner. Sauf que ce petit était brillant, il avait besoin de temps pour se remettre sur pieds, pour oublier, pour trouver la force de continuer à avancer, et Dieu sait que ce n’était pas avec moi qu’il pourrait prendre ce temps. Même si je le voulais, je serais incapable de m’occuper de lui comme une mère aimante le ferrait, c’était plus fort que moi, j’avais envie de lui botter le cul, de lui dire d’arrêter de s’apitoyer sur son sort, que des milliers d’enfants rôdent, que d’autres se font dévoré en ce moment même et que ça fait surement beaucoup plus mal que ces petits doigts, qu’il n’est pas le seul à souffrir, qu’il doit se ressaisir. Ce n’était pas ce qu’il avait besoin, ce pauvre gosse finirait par s’ouvrir les veines ou se tirer une balle dans la tête avec moi, c’était une certitude. Alors j’allais l’emporté à la zone, attendre deux trois jours, dire à Ellyn de garder un œil sur lui, et j’allais me barrer très loin ensuite. Ça me paraissait être un putain de bon plan.

« T'as vu un peu ta gueule avant de parler ? T'es pas non plus l'incarnation même de la beauté. Sans vouloir t'offenser. » Je relève la tête, le regardant, presque comme si j’avais oublié sa présence l’espace d’un instant. Je plisse les yeux, considérant ces dires, avant d’hausser les épaules, lui montrant à quel point ces mots ne m’avaient pas atteint du tout, au contraire des miens visiblement, puisqu’il c’était senti obligé de répliquer, de se défendre. « Et puis? J’ai pas besoin d’être élégant, les rôdeurs ils te bouffent pareil, beau gosse ou laideron. C’pas moi qui se rend à la zone. » Après tout, j’en avais rien à foutre de mon apparence, ça ne changeait plus rien, pas pour moi en tout cas. Ces gens à la zone, par contre… Ils pensaient très certainement différemment. Après tout il y avait des gens avant Ellyn, qui sont là depuis très longtemps, ces gens-là ils se préoccupent à coup sûr de l’apparence et de la propreté, ils sont redevenus tout aussi con et insignifiant qu’avant, parce qu’ils ont rien à faire dans cette zone, rien d’autre que se juger les uns les autres comme les humains le faisaient si bien avant. « Comme tu préfères. On bouge. » En même temps, j’en avais pas grand-chose à foutre non plus de son apparence, c’était la seule remarque que j’avais trouvé à dire pour détendre l’atmosphère, éloigné cette senteur de femme qu’avait envahis la cabane depuis que le petit c’était mis à pleurer et que je m’étais sentis obligé de lui remonter le morale. Éloigné la profondeur qu’avait doucement creuser la conversation en prenant une direction qui me déplaisait fortement. Je me relève, pliant sa carte et lui tendant, prenant mon propre sac et mon arme, que je fais tournoyer dans ma main par réflexe, levant ensuite les yeux vers le gamin qui s’élance vers la porte d’un pas décider. Je l’observe, me disant que j’aurais peut-être dut commencer par lui dire qu’il avait une sale tronche, sa semblait lui avoir remonter le moral finalement, plus que les conneries que j’avais balancer pour lui dire à quel point il était courageux et qu’il avait du sang froid, tralala. C’était vrai, il c’était quand même couper les doigts sans même hésité, dès que je l’avais débarrassé de ce rôdeur, peu de gens y aurait penser, certain aurait juste paniquer, pleurer ou même crier comme des fous, il c’était sauver les miches avec style, je ne pouvais pas le nier, sauf que le dire à voix haute me donnait mal au cœur, d’un seul coup, et comme ça sentait déjà assez mauvais ici je décide de secouer la tête pour chasser ces pensées et oublier cet épisode gênant.

Le jeune m’y aide d’ailleurs, attisant ma curiosité lorsqu’il referma la porte, me regardant avec des petits yeux qui avaient perdu tout le courage qu’ils avaient pu retrouver quelques secondes plus tôt. Il semble d’ailleurs très honteux de m’avouer qu’il y a en fait des rôdeurs devant et qu’il ne se sent pas de les abattre. Je pouvais comprendre, je ne le jugeais pas, même s’il semblait croire que j’allais le faire, baissant la tête et regardant ces pieds. Je m’avance, poussant sur son menton brièvement pour l’obliger à relever la tête. « On s’en fou, je m’en occupe. » C’était pas le fait qu’il ne voulait pas les abattre le problème, c’était plutôt comment il le prenait, comme si c’était la honte, comme si ça faisait de lui un faible. Il n’était pas faible, s’il l’était-il ne serait pas encore en vie après tout ce temps. « On a tous nos moments de faiblesse, mais ce qui différencie un homme d’une gamine, c’est comment on l’encaisse. Alors regarde-moi droit dans les yeux, redresse tes épaules, et cesse de marmonner dans ta barbe que t’as pas. » Je le pousse légèrement pour qu’il se redresse, le regardant quelques secondes avant d’ouvrir la porte. Cette fois je ne perds pas mon temps, lançant ma machette dans la tête du premier rodeur qui croise mon regard. La lame s’enfonce juste entre ces deux yeux et il s’écrase au sol. Je pose mon pieds sur son visage en décomposition, retirant mon couteau, ce qui produit un bruit dégelasse mais qui avait si souvent chatouillé mon oreille qu’il ne me faisait plus grand effet. La tête du deuxième grogneur s’envole ensuite rapidement vers les arbres, son corps tombe et le prochain s'y mêle les pieds bêtement, sa mâchoire claquant près de mes bottes. Alors je ne me gêne pas, utilisant mon talon pour étaler sa cervelle sur le sol allègrement. Bien qu’il ne bougeait plus du tout, je le frappe encore et encore, jusqu’à ce que sa tête ne ressemble plus à rien. Ce sont les grognements d’un dernier zombie qui me fait m’arrêter. Je me retourne, ma lame devant moi, tranchant le ventre de la femme à moitié chauve, ses intestins déboulant sur ses pieds et la faisant s’enfarger tout aussi pitoyablement que son confrère à la tête en bouillis. Cette fois je décide plutôt de fermer un œil, de viser, et de laisser ma machette s’envoler une dernière fois, atterrissant et tranchant la nuque de la femme. Un puisant jet de sang en découle mais qui rapidement se calme. Je récupère alors mon arme et je fais signe à Luke qu’il peut me rejoindre. « Le camion est par-là. » Je pointe une direction et m’y dirige sans un mot de plus, essuyant mon visage d’un revers de manche. Une fois au camion, j’ouvre la porte du côté passager, m’engouffrant dans la voiture. Rangeant ma machette, je sors plutôt mon petit couteau, coupant le revêtement qui couvrait le plancher du camion et qui était tâché du sang de Luke. Ce n’était pas la peine qu’il voit ça. Une fois couper, je l’arrache et sors du camion, balançant l’objet le plus loin possible et me poussant ensuite de l’entrée. « Allez monte. » La journée allait bientôt commencer, alors si il voulait se reposer un peu il n’y avait plus de temps à perdre. Je ferme la porte derrière-lui, montant ensuite dans la boîte du camion, essayant d’utiliser le moins possible ma jambe blessée. Je m’installe, étirant les jambes et soufflant, posant ma tête sur la carrosserie et fermant quelques secondes les yeux. Je pouvais bien m’accorder quelques minutes de calme, j’apportais quand même ce gamin à la zone et je m’en occupais depuis quelques heures déjà -les heures les plus épuisantes de toute ma vie- alors que rien n’y personne ne me l’avait demandé. J’ouvre alors les yeux, jetant un regard au gamin par la vitre de derrière. Rien n’y personne me l’avait demandé, me répète-je dans ma tête. Alors putain de merde, qu’est que je foutais ici? Fais chier. Je détourne le regard en grimaçant, puis souffle à nouveau, vivement qu’on arrive à cette zone…


CODE PAR MYERS

_________________

_- -_
IN P A I N YOU CAN
FIND S T R E N G T H
You're the b e s t t h i n g about me
I'm the kind of trouble that you enjoy
The best things are easy to destroy
Why am I walking a w a y ?



Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Nightmare #Luke | TERMINÉ.

Revenir en haut Aller en bas

{FLASHBACK} Nightmare #Luke | TERMINÉ.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS :: RPS TERMINÉS-