[FLASHBACK] “I told her once I wasn’t good at anything. She told me survival is a talent.” (ft Lizzie)
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
Le 10/11/2016 : le forum a quatre ans & sa saison 5 est mise en place. Le 27/08/2017 : 24ème version du forum installée. Les awards & autres nouveautés sont à consulter ici.
Oh la la qu'est-ce que vouuuuus aiiiiiime !! coeurrose lele Et si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ?

Partagez| .

[FLASHBACK] “I told her once I wasn’t good at anything. She told me survival is a talent.” (ft Lizzie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: [FLASHBACK] “I told her once I wasn’t good at anything. She told me survival is a talent.” (ft Lizzie) Jeu 14 Mai - 21:00

 
“I told her once I wasn’t good at anything. She told me survival is a talent.” ft Lizzie.
 
ONE BY ONE. HOLLOW HEROES SEPARATE. AS THEY RUN. YOU'RE SO COLD. KEEP YOUR HAND IN MINE. WISE MEN WONDER WHILE STRONG MEN DIE.

Pour une fois, ce n'est pas seul que Joshua sort de la zone. ELizabeth est avec lui. Ça ne peut pas lui faire de mal, elle passe trop de temps cloîtrée dans les bâtiments pré-fabriqués de la zone, il est temps de lui faire voir autre chose. Il a fallu qu'il insiste un peu, qu'il lui redemande plusieurs fois mais, dans le fond, Joshua se doute qu'elle voulait accepter dès le départ. Elle ne peut quand même pas se plaire à ce point dans la zone, pour lui c'est inconcevable. Joshua tourne la tête pour regarder Elizabeth, qui marche à ses côtés. Dans le fond, ça l'arrange lui aussi. Si l'idée d'être seul ne le dérange jamais, il ne peut pas non plus dire que c'est déplaisant d'être avec quelqu'un. D'autant plus qu'il s'agit d'Elizabeth. Ce n'est pas n'importe qui à ses yeux peu importe à quel point il le montre ou ne le montre pas. « On récupère quelques trucs et on rentre, ok ? » Il n'a pas envie de la forcer et de l'obliger à rester dehors plus longtemps que nécessaire. Il la connaît plutôt bien, Lizzie, et il sait que ce n'est pas trop son truc la survie. Elle préfère la sécurité et elle a bien raison. C'est mieux que d'avoir à faire face à des rôdeurs affamés ou à des survivants sanguinaires. Il faut s'attendre à tout et Joshua fait attention à bien regarder autour d'eux. Lorsqu'il est seul, il est déjà très vigilant mais là, il l'est au moins dix fois plus. Avec Elizabeth, il est hors de question qu'il laisse quoi que ce soit au hasard. Sa main se serre un peu plus encore autour du manche de son côté alors qu'il ouvre la porte de la première maison sur laquelle il tombe. Ils sont arrivés dans ce petit village dix minutes plus tôt et Joshua ne veut pas traîner la patte.

Son instinct lui souffle que quelque chose cloche mais il ne veut pas être trop emmerdant. S'il se met à se méfier de chaque endroit dans lequel il pénètre, ils ne vont pas s'en sortir ... Et puis, il faut vraiment qu'ils trouvent ce qu'ils sont venus chercher, à savoir un peu de nourriture et d'éventuels médicaments. L'infirmerie de la zone en a grandement besoin. Joshua tend l'oreille, à l’affût du moindre bruit suspect. Mais rien. Aucun bruit de pas, aucun grognement suspect. Il s'autorise à souffler et à lâcher un peu de lest, et fait signe à Elizabeth que le chemin est libre. Il avance dans la pièce principale, jette un coup d’œil méfiant dans ce qui semble être le salon ... et se fige brusquement. Pas parce qu'il a vu quoi que ce soit qui puisse être menaçant pour eux mais parce qu'il entend soudain des bruits de pas à l'étage. Un début de bagarre, semble-t-il : des cris se font entendre. Ils sont au moins deux mais rien ne dit que d'autres ne vont pas débarquer ... ou se mettre à faire du bruit sous peu. Joshua retourne vers la porte d'entrée, bien décidé à partir de là - ils ne peuvent pas se permettre de débarquer tout sourire au beau milieu d'une bagarre - mais c'est déjà trop tard : trois survivants arrivent de l'extérieur ... et ne tarderont pas à être sur le palier. Et merde. « Viens. » Chuchote-t-il à l'attention d'Elizabeth. Mais il n'attend pas qu'elle réagisse, il attrape son poignet et l'attire à sa suite jusqu'à ... un placard ?! Ouais bon, on peut mieux faire. Mais les voix qui proviennent de la porte d'entrée achèvent de le convaincre qui'l a fait le bon choix. En même temps, c'était la seule solution qu'ils avaient. A présent, ils n'ont plus qu'à attendre ... en espérant que l'un d'entre eux n'ait surtout pas l'idée de venir fouiller dans les placards. En tout cas, il serait stupide de sortir en jouant les innocents, tous les sens de Joshua sont en alerte, signe qu'il doit rester méfiant et ne surtout pas baisser sa vigilance. Surtout pas alors que Lizzie est là. Elle n'a rien demandé, elle, il ne doit rien lui arriver.

 
code par SWAN - gifs tumblr


Dernière édition par Joshua M. Fitzgerald le Dim 26 Juil - 13:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] “I told her once I wasn’t good at anything. She told me survival is a talent.” (ft Lizzie) Mer 20 Mai - 1:59

Elle a les yeux triste et le corps du christ.
Joshua&Lizzie
Sortir. Voilà une priorité que Lizzie semblait avoir oublié, cajolée derrière des murs consolidés. La petite effrayée trouvait son réconfort dans cette captivité bien empli d'une étrange liberté. Pourtant, son hantise à peine voilée, se retrouvait éprise face à l'insistance d'un jeune homme. Joshua, le seul qui pouvait encore la persuader de se barrer de ce huit clos, sans résolument la forcer. Au début, elle était restée catégorique, se trouvant une raison adéquate: sa vulnérabilité puis au fils de ces demandes, cette dernière avait tout simplement lâchée prise. Car après tout, le monde extérieur n'était pas prêt de changer et Eli se devait de faire face à cette crue et dure réalité. Ce n'était pas pour autant que ses peurs s'étaient étiolées, au contraire... La jeune femme était terrorisée rien qu'à l'idée de mettre un pas en dehors des murs. Cependant, en cet instant, sa crainte semblait quelque peu se détériorer alors qu'elle marchait auprès du jeune homme en silence. Ses yeux s'attardant sur la beauté sauvage de cette nature candide autour d'elle. Cette vision la ramenait loin de la zone, loin de ce calme plein de ce village fantôme. Dans des souvenirs qu'elle préférait oublier plutôt que ressasser. Mais vite son attention se détournait vers Joshua qui se tenait à ses côtés, ce dernier prenant la parole discrètement. « On récupère quelques trucs et on rentre, ok ? » La blonde acquiesçait en silence, un maigre sourire sur ses lèvres pour essayer de démontrer sa volonté. Peu crédible malheureusement. Josh malgré ces quelques mots brefs par sa simple présence suffisait à la rassurer, Lizzie ayant une confiance aveugle en lui. Il fallait dire que celle ci appréciait le jeune homme, ainsi que sa compagnie. Une des raisons pour lesquelles elle s'était ramenée dehors sans armes, juste en tant que spectatrice. Peut être qu'elle l'appréciait un peu trop? Enfin, c'était compliqué, Josh l'était, compliqué. Sa dépendance, sa froideur... Une façade parmi tant d'autres dans la zone, mais tellement plus difficile à cerner. Un mystère, une énigme, un cul de sac? Mais pas une cause perdue. Joshua avait survécu jusqu'à présent, prouvant bien sa ténacité à de nombreuses reprises. La survie n'étant pas qu'une simple obligation mais un talent.

Après une longue marche d'une dizaine de minutes, enfin ils tombèrent sur une maison, Joshua prit les devants, ouvrant la porte avec précaution avec un seul et même but trouver des vivres et des médicaments. La jeune femme le suivait discrètement, observant chaque alentours avec une attention particulière, son appréhension s'agrandissant à chaque instant. Puis le blond lui fait un signe, rien à signaler. Il n'y a personne. Lizzie soufflait un coup, perdant un peu de son anxiété, avant de se précipiter à la fouille. Mais vite un bruit suspect au dessus d'elle la paralysait nette. Des bruits de pas... Bordel, non. Puis des cris. La jeune femme se retournait vers Joshua, sa peur revenant à la chasse brusquement. Josh filait vers la porte d'entrée, cependant bien vite arrête par trois silhouettes à l'extérieur. Ils étaient pris au piège. Ils se devaient d'agir vite avant de se retrouver à découvert. Le jeune homme se rapprochait d'elle, lui chuchotant un léger « Viens. », mais sans même qu'elle puisse réagir il attrapait le poignet de cette dernière, se précipitant dans un placard? Non. Putain! La jeune femme se collait aux parois du meuble, ses doigts tremblant contre le bois. Pas ça, pas maintenant. Son coeur se soulevait, son souffle détalait... Et la panique, sa vieille amie, revenait la happer alors que le danger se trouvait juste à côté. Calmes toi, Lizzie! Calmes toi! La blonde fermait les yeux, se mordant la lèvre inférieure, tentant de calmer cette peur violente, incontrôlable. Mais rien ne pouvait défaire l'emprise de cette phobie. Il était déjà trop tard. Elle paniquait, elle était en pleine crise. Et bon Dieu, elle tremblait, tous son corps tressaillant irrégulièrement. Mais le pire n'était pas ses tremblements mais bien sa respiration qui se saccageait au fils des secondes alors que son visage de porcelaine virait au blanc. Son souffle se brisant dans sa gorge serrée, sa cage thoracique s'écrasait contre le poids du manque. Ses lèvres entrouvertes cherchant désespérément de l'air pour respirer. En vain... Lizzie sombrait, cette impression d'agonie devenant bien plus réelle alors que des sifflements sortaient de sa bouche et qu'elle mettait sa main par pure réflexe pour les taire. Elle savait que c'était une mauvaise idée, elle n'aurait jamais du le suivre, à présent elle le mettait en danger à cause du bruit qu'elle faisait. En plus d'être faible c'était un boulet. Pathétique sotte ! Tu es inutile et naïve. Sors de là peut être que tu le sauveras. Ses pensées l'embrouillaient, n'accentuant qu'un peu plus sa véhémente panique. Elle devait sortir, bordel. Elle le devait! Sinon elle allait crever! La blonde attrapait sa tête entre ses mains, en désespoir de cause, se concentrant sur une image positive. Mais seul cet ascenseur revenait la hanter. Cette fameuse journée, où elle était restée captive de cette cage métallique pendant près d'une heure alors qu'elle n'avait que 6 ans. Un traumatisme qu'elle pensait avoir oublier, effaçant son passé. Seulement, ses vieux démons revenaient toujours la happer. Puis des pas, et des voix. Juste à côté d'eux. Trois hommes. Ils discutaient bien loin de se préoccuper de la bagarre au dessus de leurs têtes. Un groupe? Bordel, il était dans une merde monstre.
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] “I told her once I wasn’t good at anything. She told me survival is a talent.” (ft Lizzie) Ven 22 Mai - 21:29

 
“I told her once I wasn’t good at anything. She told me survival is a talent.” ft Lizzie.
 
ONE BY ONE. HOLLOW HEROES SEPARATE. AS THEY RUN. YOU'RE SO COLD. KEEP YOUR HAND IN MINE. WISE MEN WONDER WHILE STRONG MEN DIE.

Lizzie déteste sortir de sa zone de confort, Joshua a finit par le comprendre. Et par l'accepter, aussi. Mais ce n'est pas pour autant qu'il s'en satisfait. C'est pour cette raison qu'il insiste - sans devenir lourd - ces derniers temps pour qu'elle l'accompagne lors de l'une de ses sorties. Pour lui permettre de voir autre chose que ces bâtiments désagréables et aussi pour ne pas être seul ... pour une fois. Durant toute leur marche, elle ne pipe pas mot. Joshua s'en accommode bien, il n'est pas d'un naturel bavard - loin de là -. S'il lui a demandé qu'elle l'accompagne, ce n'était pas pour avoir quelqu'un avec qui discuter de la pluie et du beau temps. Il n'a pas besoin qu'elle dise quoi que ce soit, de toute façon. Et elle n'a pas l'air d'en avoir non plus alors ... C'est très bien comme ça. Ils sont habitués l'un à l'autre maintenant, cela fait très longtemps qu'ils marchent côte à côte. Symboliquement, c'est ce qu'ils font aujourd'hui aussi même si ce n'est pas tout à fait ce qu'il entend par là. Dans la maison, Joshua est d'abord persuadé qu'ils seront à l'abri et que, avec un peu de chance - d'accord, avec beaucoup de chance - ils trouveront des trucs à ramener dans la zone. Il déchante bien vite en entendant des bruits de pas, puis des bruits plus distinctifs d'une bagarre. Et merde. Evidemment, leur malchance ne s'arrête pas là : ils ne pourront pas sortir de la maison aussi discrètement qu'ils sont entrés, des types arrivent par là. Joshua opte donc pour la dernière possibilité qui s'offre à eux, c'est-à-dire un placard misérable mais qui pourra les accueillir sans trop de problèmes. Il n'y a pas énormément de place, mais largement assez pour qu'ils puissent rentrer tous les deux. Ils pourront même bouger un peu et, si nécessaire, s'asseoir. Ce à quoi il ne s'attendait pas, en revanche, c'est que Lizzie le vive mal. Voire même très, très mal. Hors du placard, les trois types venant de dehors viennent de rentrer dans la maison et de passer devant leur cachette ... Les rires et leurs bavardages couvrent les potentiels bruits qu'ils pourraient faire.

Ceux d'Elizabeth notamment. Elle est en panique totale, Joshua ne met pas longtemps à le comprendre. Mais pour quelle raison ? Est-ce qu'elle a peur qu'ils se fassent attraper et tuer ? Putain, c'est de sa faute tout ça. Il n'aurait pas dû insister pour qu'elle vienne avec lui. Il n'aurait pas dû la faire venir dans cette maison. Il n'aurait pas dû ... bon, ça ne sert à rien tout ça. Il doit d'abord s'assurer que tout est OK pour Elizabeth. La pire chose qui pourrait leur arriver là, tout de suite, c'est qu'elle fasse un malaise. Ou que les survivants se rendent compte de leur présence. Ils se sont planqués, pas sûr que cela puisse convaincre qui que ce soit de leur bonne foi. Ils ne savaient pourtant absolument pas qu'ils ne seraient pas seuls ici. « Lizzie ? » Chuchote-t-il pour ne pas se faire entendre. Cela ne devrait pas arriver : sans hurler, ils font quand même pas mal de bruit à côté. Assez pour couvrir la voix de Joshua. Ce dernier se penche légèrement en avant pour parvenir à distinguer les traits du visage d'Elizabeth, à ses côtés. Ses mains viennent retirer celles de la jeune femme, jusque-là sur son visage et se posent ensuite sur ses joues pour la pousser à le regarder. Il n'est pas très doué pour effectuer ce genre de trucs mais il faut vraiment qu'il trouve un moyen pour les calmer ... « Qu'est-ce qui se passe ? Ça va ? » Il ne veut pas se mettre à paniquer lui aussi, au risque de les mettre dans une position très difficile mais cela devient compliqué. Il s'efforce de prendre de profondes inspirations, de ne pas se laisser gagner par la peur. Ils sont dans une situation plus que délicate, il s'en rend bien compte. Mais ils peuvent s'en sortir, il n'y a pas de raison pour que ce ne soit pas le cas. Cela dit, il faut que Lizzie se calme. Elle risque de les rameuter par ici, de les faire découvrir, voire de faire une crise de nerfs. « Calme-toi, tout va bien se passer. » Il n'est sûr de rien mais ce n'est pas en lui disant l'inverse qu'il parviendra à ses fins.

 
code par SWAN - gifs tumblr
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] “I told her once I wasn’t good at anything. She told me survival is a talent.” (ft Lizzie) Sam 6 Juin - 2:12

Elle a les yeux triste et le corps du christ.
Joshua&Lizzie
Paniquer était une issue facile alors que lutter se relevait bien plus difficile. Sa peur tangente rendait la tâche atroce, impossible, ses pensées s'entremêlant, son calme se perçant d'une candide démence. Elle allait devenir folle, elle allait tout faire capoter. Car Lizzie c'était tous ce qu'elle savait faire : merder. Mais habituellement, l'échec était sans conséquences ou elles étaient moindres, mais là les enjeux étaient bien plus que réels. Vivre ou crever? Se calmer ou se faire repérer? La blonde était restée terrifiée depuis des années, se voilant la face en s'enfermant derrière des murs cloisonnés. Et là tout dérapait si rapidement, si illogiquement. Juste quelques pas, un timing imparfait, et les voilà empêtrés. Défoncés dans leurs précarités. Et bordel ! Dans quelle merde ils étaient. Eli n'était pas habituée, Eli n'était plus qu'une apeurée avec de grands yeux écarquillés. Et son souffle déraillait tout comme son coeur défait. Elle n'avait pas demandé d'être là, elle n'avait pas choisi, elle s'était juste laissée tenter par une jolie gueule. Se disant que défrayer son quotidien allait subvenir à combler sa curiosité. Mais elle avait eu affreusement tort. Cependant, elle ne blâmait personne bien trop préoccupée à agoniser dans sa peur violente. Josh' n'ayant jamais eu comme but de la mettre en danger au contraire... Ce dernier cherchait toujours à la réconforter, à l'acclimater face au besoin de la zone. Il était un peu comme une ancre aux prunelles de la blonde, un point d'attache très différent des autres rescapés. Une complication au milieu de milliers d'autre... Une complication que celle ci ne voulait résolument pas résoudre. Une complication qui l'amenait à un trop pleins d'autres complications.

Lizzie tremblait comme une feuille, ses doigts s'entrechoquant dans ses cheveux pour effacer les noeuds de ses pensées. Mais peu à peu, la panique s'accumulait dans son frêle corps, la rendant instable. Incontrôlable... Son souffle devenait lourd de sifflements, suspendant un silence partagé entre les rires et discussions des hommes à l'extérieur, et ses couteuses inspirations. Celles ci assez bruyantes pour ramener Joshua à la réalité. Le jeune homme, interloqué, se retourna vers elle, son visage se tiraillant d'une fiévreuse inquiétude. « Lizzie ? »  La blonde relevait la tête lentement, son regard cherchant un point auquel se rattachait. La vision de l'ascenseur restant ancrait dans son crâne. Puis le jeune homme se penchait vers l'avant juste assez pour détailler le visage de porcelaine de sa voisine. Et au vu de son état pitoyable, il se rapprochait d'elle avec une précaution exquise, enlevant les paumes qui couvraient son crâne pour déposer ces mains sur ses joues humides de larmes qui coulaient limpides. Eli tentait de reprendre le contrôle, plongeant ses prunelles dans l'ambre des siennes, son coeur manquant un battement étrangement. Un certain réconfort ressortant de ce rapprochement. Mais pas assez...  « Qu'est-ce qui se passe ? Ça va ? » La blonde le fixait, n'arrivant à se détacher de l'emprise de son regard avant de rétorquer presque inaudiblement entre deux expirations: « Je fais... une... crise... de panique » La situation leur échappait complètement , tous deux sombrant peu à peu dans une agonie perfide. Lizzie, se noyant dans cet océan de peurs alors que Josh subissait les aléas d'un danger inhabituel. Et ce dernier commençait à également paniquer légèrement, face à cette blonde qu'il affectionnait étrangement.  Seulement, ils étaient captifs, coincés dans leurs propres pièges. Et leurs tourments ne semblaient pas être prêts de se terminer, au contraire... Et comme pour se rassurer ou la rassurer, il lâchait. « Calme-toi, tout va bien se passer. »  Eli n'était pas naïve bien que futile, rien n'allait s'arranger, tant qu'elle serait dans ce putain de placard, elle agoniserait de cette peur des endroits clos. A moins ... Qu'elle oublie sa propre présence en un tel lieu, juste qu'elle efface tout autre élément de son environnement. Mais bordel, elle n'avait définitivement aucune idée de quoi faire. Elle était tellement vulnérable, tellement pathétique. Alors elle fit ce qu'elle pensa le mieux, ou du moins ce qu'il lui passa en premier par la tête. Elle enlaça Joshua. Oui c'était vraiment très con et très irréfléchi mais elle espérait que ce rapprochement effacerait ses doutes et craintes. Ses bras contre sa poitrine, elle se lovait contre lui, fermant les yeux, blottissant son visage dans son cou entre deux expirations difficiles.
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] “I told her once I wasn’t good at anything. She told me survival is a talent.” (ft Lizzie) Mer 17 Juin - 23:31

 
“I told her once I wasn’t good at anything. She told me survival is a talent.” ft Lizzie.
 
ONE BY ONE. HOLLOW HEROES SEPARATE. AS THEY RUN. YOU'RE SO COLD. KEEP YOUR HAND IN MINE. WISE MEN WONDER WHILE STRONG MEN DIE.

Une crise de panique. Lizzie fait une crise de panique. Joshua n'est pas le genre d'homme à savoir tempérer ce genre de problèmes ... il sait tout juste s'occuper de lui, de ses propres moments d'emportement. Comment faire face à la peur soudaine d'Elizabeth ? Il ne sait même pas d'où elle vient. Mais elle est bien là, sournoise et franchement pas discrète ... Il n'est pas sûr de lui, pas certain de ce qui l'inquiète le plus. L'idée qu'ils se fassent découvrir par les occupants de la maison ? Ou l'idée qu'Elizabeth ne va vraiment pas bien du tout ? Il ne sait pas et, d'une certaine façon, il préfère ne pas savoir. Rester dans l'ignorance ne le gêne pas, surtout dans un cas comme celui-là ... Il tient à Elizabeth et cela lui coûterait trop de l'admettre. A voix haute, en tout cas. Parce que lui le sait déjà depuis un moment, ce n'est pas difficile à deviner pour toute personne extérieure en même temps. D'ailleurs Elizabeth elle-même doit bien le savoir, il n'est pas très discret, pour son plus grand désarroi. « Ils ne nous trouveront pas Lizzie. » Tente-t-il de la raisonner et de la rassurer, alors qu'elle vient se blottir contre lui. Putain. Il n'était déjà pas très démonstrateur avant mais cela fait une éternité qu'il n'a pas serré quelqu'un dans ses bras ... c'est foutrement étrange, mais loin d'être désagréable. Alors, plutôt que d'y réfléchir à trois fois comme il a l'habitude de le faire, il enroule ses bras autour des épaules de la jeune femme, la serrant contre lui. Il ne sait pas comment faire pour la calmer, alors peut-être peut-il se contenter d'attendre ? Enfin, pas sûr que ce soit d'une quelconque à Elizabeth laquelle a toujours une respiration extrêmement rapide ... Elle panique, et il ne sait même pas pourquoi. La peur d'être découverte ? L'idée d'être enfermée pour une durée indéterminée ?

Les deux possibilités sont envisageables. Joshua n'est, cela dit, pas capable de trancher. Pour qu'il comprenne quelque chose à cette situation qui a visiblement échappé à tout contrôle, il faudrait qu'elle lui explique ; mais elle n'est pas en état alors ça règle le problème à la base. Et de toute façon, ils ne peuvent pas faire grand chose là, tout de suite si ce n'est attendre. Attendre et croiser les doigts pour que les survivants n'aient pas l'idée 'fabuleuse' d'ouvrir le placard ... Raaah, quelle idée d'être venu ici, franchement. Il y réfléchira à deux fois la prochaine fois. En même temps, il n'aurait pas pu se douter qu'il y aurait quelqu'un. Enfin ... Le mal est fait, il va juste falloir qu'ils supportent un peu plus longtemps cette situation. Le temps que cela prendra aux types d'aller à l'étage ou un truc comme ça. Espérons que le soleil ne soit pas couché quand ils libéreront le passage ... « Dès qu'on pourra, on quitte cet endroit d'accord ? » Joshua n'espère qu'une chose : que le destin ne mette pas à mal ses promesses et qu'ils s'en sortent effectivement sans dommages. Il suffirait que l'un des types passe à côté et entende la respiration sifflante de Lizzie ... Ou que l'un d'entre eux ait envie de vérifier que rien n'a été oublié dans ce foutu placard. Putain, il doit surtout espérer que cet endroit ne devienne pas leur tombeau. Il ne se le pardonnerait s'il arrivait quelque chose à Elizabeth mais, en même temps, il ne pourra pas penser quoi que ce soit s'ils crèvent tous les deux. Brr. Mauvaises pensées, il ne faut pas qu'il s'attarde sur une idée aussi monstrueuse. Bien malgré lui, sa prise autour d'Elizabeth se resserre un peu plus. Finalement, ça n'a rien de désagréable. Bien au contraire, c'est incroyablement ... Agréable. Bien plus qu'il ne l'avait imaginé au départ. Bien plus que ce qu'il aurait jamais pu penser.

 
code par SWAN - gifs tumblr
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] “I told her once I wasn’t good at anything. She told me survival is a talent.” (ft Lizzie) Mer 24 Juin - 3:48

Elle a les yeux triste et le corps du christ.
Joshua&Lizzie
 « Ils ne nous trouveront pas Lizzie. » Cela résonnait comme un mensonge aux oreilles de la jeune femme. La peur agissant sur ses pensées pour effacer les soupçons de vérité. Tout n’était que fausseté au milieu de l’obscurité. Et la seule chose auquel elle pouvait se rattacher était cette proximité. Proximité à laquelle le blond se laissait aller, surprenant Lizzie. Ces bras se renfermant autour de ses épaules. Le coeur de celle ci explosait dans sa cage thoracique et elle se resserrait contre lui pour oublier ses tremblements irréguliers. Mais la panique était une salope qui ne lâchait jamais prise. Et son souffle se perdait dans des sifflements plus indiscrets. Et malgré le réconfort de Joshua, elle n’arrivait pas à optimiser. Car ils étaient pris au piège, ils étaient coincés face au danger. Il suffirait d’une respiration de trop, d’un bruit maladroit et leurs calvaires prendraient une tournure dramatique. Et ces murs autour d’elle, ces parcelles de bois bien que lointaines, se resserraient contre elle pour l’écraser de son poids. Sa peur elle ne la contrôlait pas, elle n’avait jamais réussi à la contrôler. C’était ainsi. Lizzie n’était pas forte ni vulnérable, elle était sur une ligne en déséquilibre et il suffisait d’un tremblement pour qu’elle bascule la tête la première dans le vide.   « Dès qu'on pourra, on quitte cet endroit d'accord ? »  La blonde acquiesait contre son épaule, son souffle se perdant dans le creux de son cou. Elle voulait espérer une possible échappatoire, elle en priait même pour une simple rédemption. Mais la réalité n’était pas un espoir désorganisé, la réalité était plus cruelle que jamais. La réalité ne leur laissait pas le temps. Et déjà leurs destins se jouaient sur le souffle muet de la jeune femme. Des pas se rapprochant du placard où ils se trouvaient. «  Vous entendez ça? » Lizzie savait que c’était fini, que cette cachette vaine serait leurs tombeaux. Et qu’ils crèveraient dans l’insouciance d’une vie sadique.


Elle se serrait contre lui, le souffle court et le coeur perdant. La panique quant à elle semblait s’augmenter alors que les pas se rapprochaient du placard. Ils étaient finis, l’un de ces connards allaient ouvrir le placard et s’en serait terminé de cette vie de survie. Lizzie n’arrivait plus à penser, Lizzie agonisait. Et ses tremblements augmentaient lorsqu’une idée venait la submerger. Elle n’était ni réfléchie, ni bonne. D’ailleurs la jeune femme avait fait trop de fois fait des conneries à cause de ses gestes impulsifs. Mais celui ci serait sans doute l’une des plus belles perles qu’elle aurait jamais commise. Mais les choix s’étiolaient, et la réalité les éprenait. Le temps leur manquait… Le temps manquait toujours. Prenant une grande inspiration, son sifflement plus violent, la blonde se reculait pour scruter Joshua qui semblait tellement calme au vu de la situation qui dégénérait. Elle mémorisait chacun de ses traits de ses yeux apeurés avant de déposer un baiser sur sa joue. Un geste déraisonné sous une envie capricieuse. Mais un geste qui lui donnait un peu de courage pour ce qu’il allait s’ensuivre. Et quelques mots.   Je suis désolé.   Lourds de sens, emplis d’une détresse macabre et d’une motivation véhémente. Des excuses marquaient par un sourire léger, un sourire qui cachait tellement plus. La peur, l’angoisse et l’anxiété… Un sourire qui voulait dire : ne me suis pas. Lizzie n’était pas dupe, ni naïve mais la survie de Joshua comptait bien plus que la sienne. Pour une raison simple et singulière : elle ne voulait plus perdre quiconque. La simple idée de la perte suffirait à l’achever. Alors elle se reculait définitivement, brisant cette proximité tant escomptée pour ouvrir la porte du placard et s’enfonçait au travers du danger. Précédant l’homme qui avait la main tendue vers le meuble. Elle tombait nez à nez avec celui ci en renfermant la porte, son regard empli d’une phobie féroce tandis que le sien rayonnait d’un appétit malsain. L’homme l’attrapait par les cheveux précipitamment, tirant sur ses racines pour rapprocher son maigre butin aux yeux des autres. Et Eli gémissait allègrement sous la douleur aigue que lui offrait cet étranger. «  On a enfin trouvé la siffleuse » dit-il en riant, ses potes se mêlant à l’hilarité générale. Puis après les présentations ,venu le temps des précipitations. L’homme, assez grand, qui surplombait la blonde de trois bonne tête, se rapprochait de sa proie, attrapant sa taille et glissant ces mains vers le fessier de celle ci. « Alors ma jolie, pourquoi te cachais tu? On te fait peur. » Sa langue se glissait sur sa lèvre inférieure, pendant qu’il contemplait la jolie blonde, ces mains de plus en plus baladeuses. Lizzie, paniquée et toujours en état de choc, le repoussait allègrement, se débattant tant bien que mal contre cet individu qui l’horripilait. Mais un autre gars venait aider le premier, chopant les poignets de cette dernière pour l’immobiliser. «  Tu sais que te débattre ne servira à rien, alors rends nous la tache facile. » Puis un coup violent dans ses côtes, l’étranger venait abattre son poing contre sa hanche pour la déstabiliser et la faire tomber contre l’autre enfoiré. Et celui ci en profita pour glisser sa main dans le jean de la jolie blonde, ces doigts sales s’orientant vers son intimité. La panique n’était plus tangente mais environnante et Lizzie y sombrait complètement. Elle tremblait, elle dérapait, et son souffle dégringolait dans sa gorge serrée. Et Joshua devait rester où il était, bien caché dans ce placard défait. Mais il devait tellement bouillonné, il était spectateur de l’enfer dément que la jeune femme tentait de rendre supportable. Néanmoins, il n’avait rien de supportable dans un possible viol. Elle devait agir avant qu’il ne soit trop tard et bien que le canon de l’homme face à elle sur sa tempe n’aidait pas, elle trouvait une idée incongrue et insupportable. Mais les choix s’amaigrissaient et elle devait rebondir avant de définitivement tomber. Alors ni une ni deux, la jeune femme sauta sur l’homme qui la menaçait de son arme l’embrassant à pleine bouche, s’agrippant de ses fines jambes sur sa taille. Le revolver tombant plus loin, glissant juste en face du « fameux » placard.
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] “I told her once I wasn’t good at anything. She told me survival is a talent.” (ft Lizzie) Lun 29 Juin - 13:24

 
“I told her once I wasn’t good at anything. She told me survival is a talent.” ft Lizzie.
 
ONE BY ONE. HOLLOW HEROES SEPARATE. AS THEY RUN. YOU'RE SO COLD. KEEP YOUR HAND IN MINE. WISE MEN WONDER WHILE STRONG MEN DIE.

Et merde. Joshua aurait, sans aucun doute possible, dû la fermer. Il a porté la poisse, il en est sûr. C'est bien son truc, ça. Il suffit qu'il dise quelque chose - qui ne doit pas se produire - pour que cela se produise justement. Il n'a jamais été un grand chanceux, n'a d'ailleurs jamais tenté sa chance aux jeux à gratter ou ce genre de conneries. Non, loin de là. Aujourd'hui en est une autre preuve. Bien sûr, il ne peut pas faire reposer tous ses raisonnements là dessus. Lorsque la survie entre en ligne de compte, le hasard n'a pas sa place. Jamais. Mais ces types, là dehors, les ont repérés. Ou plutôt, ont repéré la respiration sifflante d'Elizabeth. Il faut dire que le silence est de mise depuis quelques années, se faire silencieux pour espérer passer inaperçus aux yeux / oreilles / nez des rôdeurs. Un bruit comme celui-là est inhabituel. Trop pour qu'ils passent à côté. Joshua recule légèrement le visage, détaillant les traits d'Elizabeth. Elle est paniquée, plus que jamais. Logique, ils finiront par retrouver leur trace. Joshua ne trouve rien à dire pour la rassurer, cette fois. Parce que l'issue de leur excursion semble plus inévitable que jamais. Certes, il ne se laissera pas tuer sans se battre, sans essayer de sauver Lizzie. Mais cela sera-t-il suffisant ? Probablement pas. Par un miracle qu'il ne s'explique pas lui-même, Joshua est empreint d'un calme à toute épreuve. Rien ne semble pouvoir l'atteindre là, tout de suite. Certes, l'idée de voir Elizabeth se faire tuer sous ses yeux le rongent mais pas assez pour le faire perdre toute sa patience. L'optimiste, ce n'est pas lui. Bien au contraire, il a toujours été un pessimiste dans l'âme, le genre de personne à voir le verre à moitié vide. Là, ce n'est pas le cas. Parce que la jeune femme entre en ligne de compte et qu'il ne veut pas cesser d'y croire. Il ne veut pas cesser d'espérer ; ils survivront. Ils doivent survivre. Perdu dans son optimisme on ne peut plus ridicule compte tenu de leur situation critique, Joshua ne comprend pas tout de suite pourquoi les mots de Lizzie surviennent. Pourquoi elle les dit. Le temps qu'il se réveille et qu'il le fasse, il est trop tard : elle est hors du placard et lui se retrouve seul, bras ballants, sans quoi que ce soit à étreindre. Merde. Il a complètement foiré sur ce coup-là, et Lizzie se retrouve maintenant face à ces hommes. Seule. Les mots qu'ils prononcent n'ont rien de rassurant, il paraît évident qu'ils ne passeront pas à côté d'une si "belle" occasion. Et il est hors de question que Joshua reste là, à l'observer se faire malmener alors que lui est en sécurité. Il préfère crever que d'agir comme tel, comme un lâche.

Ce n'est pas un lâche. Ce n'est pas un lâche. Il ne doit surtout pas se laisser submerger par ses vieilles insécurités, ses vieilles peurs ridicules. C'est drôle, il a peur maintenant, parce que Lizzie est en danger. Alors qu'il ne l'était pas le moins du monde lorsqu'ils étaient tous les deux, à l'abri de ce placard. Mais elle a choisit de se sacrifier pour qu'il ne se fasse pas remarquer et il faut qu'il trouve une solution. Il ne la laissera pas seule aux prises avec ces sales types. Il réfléchit à toute vitesse, un de ses yeux posé face à l'embrasure du placard. Y a-t-il encore une chance pour eux ? Une possibilité de s'en tirer ? Là, comme ça, il n'en voit pas. Parce qu'il a beau être malin, il n'en reste pas moins très peu imposant face aux bêtes qui se trouvent dehors, face à Lizzie. Avant toute chose, Joshua doit parvenir à conserver son sang froid, à ne surtout pas se laisser dépasser par ses émotions. Heureusement, il ne doit plus Lizzie et les hommes avec qui elle est ; ils ont échappé à son champ de vision. Tant mieux, les bruits qui lui parviennent sont suffisamment équivoques pour lui donner envie de sauter hors du placard sans avoir réfléchit plus longuement. Il se doute que ces types sont assez lâches, lâches au point de s'en prendre à une jeune femme innocente et seule. Mais elle ne l'est pas. Et ça, ils ne le savent pas. Pas encore, tout du moins. Quand Joshua entend, et voit vaguement, arriver un flingue juste devant le placard dans lequel il est toujours réfugié, il doit se retenir de souffler de soulagement ... ou de pousser un cri extatique. La voilà, leur chance. Et il est sûr de la devoir à Lizzie. Sans plus réfléchir, le jeune homme sort du placard à son tour, d'un bond souple et rapide. Toujours agenouillé sur le sol, il s'empare de l'arme et tire sur le second mec, à l'arrière de son crâne. Celui-ci s'écroule sans aucune délicatesse, et Joshua vise l'autre type ... apparemment très occupé avec Lizzie. Il comprend la situation et là seulement, sent la colère s'emparer de lui. Ce connard. Enfin, il se lève et racle la gorge. Sous la surprise, le mec pousse Lizzie pour l'éloigner de lui, et balaye l'espace autour de lui. Sans doute cherche-t-il son arme. Perdu. « C'est ça que tu cherches ? » D'un mouvement du menton, Joshua montre l'arme qu'il tient fermement entre ses doigts. L'expression du type vaut de l'or mais ... il s'avance vers lui et Joshua appuie aussitôt sur la gâchette, tuant celui-ci. Putain qu'il déteste ça. Tuer des rôdeurs c'est une chose mais des survivants ... c'en est une autre. Enfin, pour la survie d'Elizabeth, ça ne le dérange pas tant que ça. « Lizzie, ça va ? Ils ne t'ont pas fait de mal ? » Demande-t-il précipitamment en venant vers elle. Ils ne peuvent pas s'attarder ici mais il a d'abord besoin de s'assurer qu'elle n'est pas blessée.

 
code par SWAN - gifs tumblr
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] “I told her once I wasn’t good at anything. She told me survival is a talent.” (ft Lizzie) Sam 25 Juil - 2:28

Elle a les yeux triste et le corps du christ.
Joshua&Lizzie
 L'adrénaline était violente, virulente et flagrante. Son coeur se débattait contre sa cage thoracique, son souffle se perdait dans sa gorge nouée. Lizzie se battait pour ne pas s'effondrer, cherchant ce courage incertain pour s'en sortir un peu plus serein. Mais les solutions manquaient tout comme ce temps froissant. Et les choix ne leur appartenaient plus depuis bien des années. Ils devaient ruser pour s'en sortir, manipuler pour avancer. Et la blonde était face à ce dilemme, celui de calculer pour lutter, d'user d'un semblant de volupté. Cependant, le dégout était lisible sur son visage et sur ses traits lorsqu'elle se jetait sur cet enfoiré. Dans un seul but, celui de créer une distraction au prix de sa précieuse fierté. Car Lizzie semblait peut être frêle, seulement elle cachait une futile force, la force de l'esprit. Et elle tenait bien trop à sa vie pour se laisser aller aussi facilement. Alors elle se brisait dans un échange controversé, embrassant à pleine bouche cet étranger pour lui enlever toute envie de la buter. Et ce dernier, sous la surprise béante, avait lâché son arme précipitamment, ne se doutant pas un instant de sa terrible erreur. Puisque le revolver venait s'effondrer à quelques mètres du placard où se trouvait Joshua. Mais Lizzie n'avait pas pu constaté le vol de l'arme, bien trop concentrée à s'abuser. Ses lèvres scellant celles de l'homme fougueusement, celui ci se précipitant, sa main descendant sur son fessier. Et la blonde avait une envie de vomir violente, son estomac se cramponnant, ses pensées s'entremêlant. Ses yeux étaient embrumés d'humidité, dévoilant la torture de ses faits. Mais elle s'accrochait, priant, suppliant pour une conclusion insubordonnée. Ses bras ballants, son corps véhément. Bordel, qu'elle se dégoûtait.... Puis soudainement son coeur venait se stopper sous la détonation d'un coup de feu, le pire se profilant irrévocablement. Elle avait fermé ses prunelles instinctivement, pensant être arrivée à l'issue de son existence délabrée. Croyant au pire qu'il pouvait se passer. Cependant le  bruit sourd d'un corps venant s'écraser sur le sol la réveilla de sa stupeur passagère, effaçant le cauchemar de cette réalité. Elle détournait son regard, l'espoir s'illuminant férocement. Et elle le vit. Lui avec tous ces esprits. L'arme en main, les yeux sereins. Les bruits de pas au dessus d'eux commençaient à s'échauffer, le danger ne semblant jamais s'étioler. Puis l'enfoiré qui la maintenait, la repoussait allègrement , se désintégrant sous l'erreur impardonnable qu'il venait de commettre. Lizzie tombant au sol, violemment. L'homme désemparé, assommé par les regrets, tournait la tête rapidement, cherchant son revolver. « C'est ça que tu cherches ?» Lizzie souriait doucement face à l'ironie de la situation, face aux mimiques de Joshua. Ce connard était paumé, certain de crever alors il s'approchait de sa mort prématurée, avançant pour prouver son humilité. Et la deuxième détonation résonna dans le silence véhément de la pièce. Le sang giclant sur les murs étroits. Et le sourire sarcastique de la jeune femme se barrait. La réalité revenant la happer. Ainsi que sa peur béante. Ses doigts tremblant légèrement, sa respiration s'oppressant. Il fallait qu'elle sorte et maintenant.

«  Lizzie, ça va ? Ils ne t'ont pas fait de mal ?» Joshua se précipitait sur elle, ces mots la sortant de sa stupeur de démence. Ses yeux d'ambre se posant dans l'océan des siens et aucun mot ne sortait de sa gorge desséchée. Elle était littéralement terrifiée, achevée au sol, sa hanche lui faisant mal et sa tête bouillonnante. Mais elle n'avait pas le temps de se laisser aller, ils n'avaient jamais le temps. Alors elle attrapait sa main rapidement, se relevant malgré une grimace de douleur et elle se mettait à courir pour s'échapper. Les pas au dessus de leurs têtes résonnant dans les escaliers. Et elle fuyait avec cette adrénaline violente, celle qui l'avait poussé à faire ce qu'elle n'aurait jamais fait. Elle courrait, sans se retourner, se refusant de reculer. Son coeur se perdant définitivement. Puis enfin, ils arrivaient à l'extérieur de la maison, des cris retentissant à l'intérieur. Et ils continuaient de s'échapper, malgré leurs muscles ankylosés. Ils se perdaient dans leurs survies convalescentes. Dépendant de leurs forces résistantes. Et enfin le répit semblait se profiler, tandis qu'ils se retrouvaient loin de leurs enfers. Et Lizzie ne tenait plus, Lizzie était rouge d'essoufflement, son coeur battant trop fortement. Elle lui lâchait la main pour venir s'accrocher à un arbre non loin de là. Ses pensées s'entremêlant, son esprit dérivant. Les images filtrant, le sang découlant. Et son estomac ne tenait plus sous la violence de ce qu'ils venaient de faire, et sous cette adrénaline virulente. Elle dégurgitait sur le bord de cette route, incapable, vulnérable. Totalement dégoûtée.


electric bird.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] “I told her once I wasn’t good at anything. She told me survival is a talent.” (ft Lizzie) Dim 26 Juil - 13:42

 
“I told her once I wasn’t good at anything. She told me survival is a talent.” ft Lizzie.
 
ONE BY ONE. HOLLOW HEROES SEPARATE. AS THEY RUN. YOU'RE SO COLD. KEEP YOUR HAND IN MINE. WISE MEN WONDER WHILE STRONG MEN DIE.

Lui-même ne sait pas comment il fait pour rester aussi calme, pour faire preuve d'autant de sang-froid. Parce que, ça, ce n'est pas Joshua. Il n'est pas non plus du genre à paniquer, mais il s'énerve vite, s'agace rapidement d'une situation qui lui échappe. Il aime avoir le contrôle, il aime se sentir en sécurité. Avec ces types, il n'y a pas le droit. Mais, grâce à la dextérité de Lizzie, il peut changer la donne. Et sans montrer le moindre signe de faiblesse, il abat les deux types qui se trouvaient avec la jeune femme. Il n'a pas vu assez de choses pour comprendre ce qu'il s'est passé précisément, mais il suffit de voir l'expression d'horreur peinte sur son visage pour deviner ... Et Joshua préfère ne pas s'attarder là-dessus. Il veut savoir si tout va bien, s'ils n'ont pas eu le temps de lui faire du mal comme on pourrait le sembler. A première vue, non. Mais les apparences sont souvent trompeuses et Joshua sait que Lizzie est du genre à rester en retrait, à ne surtout pas se mettre en évidence. Elle ne lui répond pas. Non, elle préfère attraper sa main, se redresser et l'entraîner avec elle à l'extérieur. Joshua ne pose pas plus de questions, il accepte de la suivre sans rien dire. Il lui fait confiance. Une main tient celle de Lizzie, et l'autre le flingue qu'il ne leur a pas rendu. Et puis quoi encore ? Joshua fuit cette maison comme la jeune femme lui demander silencieusement. Il la suit dans sa course effrénée, laissant derrière eux deux cadavres dont un qui finira par se relever, n'ayant pas été touché à la tête. Il fuit sans un seul regard en arrière. Personne ne les suit, il le sait. Ils n'ont pas eu le temps de descendre au rez-de-chaussée que les deux survivants étaient hors de la maison. Et maintenant, ils courent. Comme s'ils avaient le Diable aux fesses. Comme si s'arrêter ou ralentir signifiait baisser les bras. Non, ils ne s'arrêtent pas. Ils continuent sur leur lancée parce que leur vie est en jeu. Pour Joshua, c'est celle d'Elizabeth qui a le plus d'importance. Cela a toujours été le cas : il veut la protéger coûte que coûte.

Elle ne lui a pas répondu mais si elle est capable de courir ainsi, c'est qu'elle va bien. Assez bien, en tout cas. Il ne peut pas avoir de certitudes tant qu'ils ne se sont pas arrêtés. Il ne peut pas se faire ses propres conclusions sans être sûr de quoi que ce soit. Il ne s'en rend pas compte tout de suite, mais leur rythme a ralentit. En à peine une minute, leur rythme n'est plus : ils arrêtent de courir. Joshua essaye de reprendre son souffle, alors qu'Elizabeth lâche sa main et s'éloigne de lui. Il met quelques secondes avant de réaliser ce qu'elle fait : elle vomit. Elle n'est pas si bien que ça, finalement. Elle ne va pas bien tout court, à vrai dire. Le souffle toujours difficile, Joshua regarde derrière lui. Aucune trace des survivants qu'ils ont laissés dans la maison, aucune trace non plus d'un quelconque rôdeur. Tant mieux, cela signifie qu'ils vont pouvoir s'arrêter quelques minutes ... Lizzie en a visiblement besoin, et Joshua aussi, il ne pourra pas le nier. « Lizzie ... » Il ne peut pas dire grand chose de plus, ni la rassurer, ni fouiner dans sa tête. Si elle ne veut pas lui parler, c'est son choix et il le respecte. Elle a surtout besoin de repos, là. « Viens, on va se poser un peu avant de repartir plus calmement. » Lui s'occupe de surveiller les alentours, pour s'assurer qu'ils ne sont pas suivis. Ça n'a pas l'air d'être le cas, il n'y a plus qu'à espérer que cela dure ainsi. Joshua trouve un coin au pied d'un arbre voisin à celui où est Lizzie et s'y installe. Il ne veut pas la brusquer, ni la mettre mal à l'aise alors il l'attendra sagement ici.

 
code par SWAN - gifs tumblr
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] “I told her once I wasn’t good at anything. She told me survival is a talent.” (ft Lizzie) Lun 3 Aoû - 1:09

Elle a les yeux triste et le corps du christ.
Joshua&Lizzie
 Courir à en crever. S'échapper comme si lendemain ne serait qu'une pensée. La mort les guettait de son oeil vitreux, un sourire sadique au coin des lèvres alors que la situation les avait abusés, contraints à tuer pour se sauver. Les deux corps écrasés au sol, le sang découlant de leurs chaires trouées. Lizzie était torturée par ces images, qui semblait la ramener bien de loin de cette course poursuite. Ses pas qui s'enchainaient n'étant que la conclusion de cette infâme panique intérieure. Incapable, vulnérable... La blonde n'avait été qu'un boulet depuis le début de l'épidémie, se renfermant entre des murs clos pour préserver son innocence, sa "prétendue" ignorance. Se disant qu'au moins dans son campement, elle serait en sécurité sans le moindre danger. Aveuglée, muette aux atrocités... Mais cette escapade qui avait mal tournée la ramenait à cette cruelle réalité. Il n'y avait pas d'échappatoires, pas de répits, pas de pardon. Aucune rédemption... Ils étaient voués à crever quelle que ce soit la cause de leurs morts prématurés. Le temps, la maladie, le virus, les survivants... Le monde n'était plus cette jolie parenthèse dorée où on s'égaillait des sourires familiers, non, il avait muté en anarchie, en un paradis taché, bafoué par la férocité des rescapés. Aujourd'hui, c'était tuer ou être tuer. Pas d'autres solutions, absence de conclusion. Tragique, pathétique... Ca l'était mais pas plus que ce désir que Lizzie avait. Celui de croire en diverses possibilités. La blonde avait ce fond d'optimisme incandescent, incohérent. Cette facilité à voir le bon dans le mauvais. Mais là tous ce qu'elle voyait, c'était ce sang sur son t-shirt, la précarité de leurs misérables existences et ces mains liées. Dans l'adversité, dans l'animosité. Et son coeur s'emballait, son coeur détalait. Elle lui en voulait étrangement à celui qui la rattachait à la vérité. D'une haine futile, d'une colère lisible. Joshua étant le seul à pouvoir éveiller ce genre d'émotions en elle, puisqu'elle se canalisait, puisque malgré son silence, la belle bouillonnait. De regrets, d'anxiété. Et son souffle la maintenant en vie, bien que secouée. Elle s'écartait de Joshua quelques instants, ce besoin d'un peu d'air ou simplement d'une quiétude solitude. Et elle s'époumonait, son estomac totalement retourné. Elle vomissait au sol, sa main maintenant son ventre tremblant.  Elle était tellement mal, elle avait tellement mal. Ces images qui la hantaient la ramenant à cette journée où son monde s'était effondré. Quand sa petite protégée avait dévoré le reste de son passé sous ses yeux apeurés. L'aigreur, la candeur de l'horreur... La blonde n'arrivait plus à penser à autre chose que les pertes endurées, que les larmes qui avaient trop de fois coulées.

« Lizzie ... » Et même la voix de Joshua à ses côtés n'arrivait à la sortir de sa torpeur. Elle était totalement enivrée dans sa miséricordieuse tourmente. Perdue égarée entre le présent et ses mémoires agitées. Pourtant le jeune homme essayait de la distraire de sa descente en enfer. La rappelant doucement, la secouant sans bouger.« Viens, on va se poser un peu avant de repartir plus calmement. » Elle l'observait du coin de l'oeil, ces yeux emplis d'étranges étincelles. Elle le fixait se poser non loin d'elle à l'arbre avoisinant celui sur lequel elle se tenait. Et elle restait quelques secondes ainsi, à la scruter en silence, à détailler sa cage thoracique terrorisée et son souffle délié. Et elle lâchait prise enfin, se détachant du tronc pour venir s'assoir à ses côtés lentement, sa hanche lui faisant encore mal. Une grimace témoignant de cette souffrance perfide. « Putain !» Voilà le seul mot qui sortait de ses lèvres pincées. Un reflet de ses pensées et du bordel qui y régnait. Elle tremblait encore, fixant ses doigts blancs couverts d'un liquide oppressant. N'arrivant pas totalement à sortir de sa torpeur passagère. Puis en écho à ce qu'elle venait de dire, elle rajoutait. « Plus jamais, je te suis dehors. » Ses paroles aux apparences dures cachait cette cassure fébrile de cette femme juvénile. Démontrant sa sincérité, son opacité. Et de la peur qui l'assiégeait. « Plus jamais...» Dans sa voix tremblait cette effluve de colère, un sincère regret de s'être laissée persuadée par ce joli étranger. Pourtant cette sortie lui avait fait ouvrir les yeux sur cette réalité, mais la seule chose qu'elle désirait restait cette envie de rentrer.
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] “I told her once I wasn’t good at anything. She told me survival is a talent.” (ft Lizzie) Lun 10 Aoû - 16:05

 
“I told her once I wasn’t good at anything. She told me survival is a talent.” ft Lizzie.
 
ONE BY ONE. HOLLOW HEROES SEPARATE. AS THEY RUN. YOU'RE SO COLD. KEEP YOUR HAND IN MINE. WISE MEN WONDER WHILE STRONG MEN DIE.

S'il y a bien une chose que Joshua n'apprécie pas de faire, c'est de buter des survivants. Comment le pourrait-il ? Il n'a jamais été un tueur. Certes, c'est un type violent qui n'hésite pas à user ses poings plutôt que sa tête. Mais cela ne fait pas pour autant de lui un mec insensible et incapable de voir l'inhumanité là où il y en a. Ce qu'il a fait, c'était nécessaire. Et il a appuyé sur la détente avec une facilité et un sang-froid déconcertants. Pourtant, il ne regrette rien. Il ne ressent pas le moindre remord, pas la moindre envie d'annuler ses actions. Comment est-ce possible ? Sans doute parce que, dans le feu de l'action, il n'a pas montré la moindre hésitation. Il n'a pas eu non plus à y réfléchir à deux fois : c'était la chose à faire. La seule et l'unique. Impossible de ne pas y passer. C'était eux ... Ou eux, Joshua et Lizzie. Autant dire que le choix est vite fait. Le pire, pour lui, c'est peut-être de se dire que ce n'est pas pour lui qu'il a eu le plus peur. Mais pour elle, Lizzie. Enfermé dans son placard, il était terrifié. Que lui faisaient-ils ? Pire, qu'allaient-ils lui faire ? Leurs intentions étaient malveillantes, il ne fait aucun doute ... Mais Joshua est très heureux de ne pas en savoir plus à ce propos. Et il ne le pourra jamais : il les a achevés. Ils n'étaient pas que deux, ça il en est certain. Mais plutôt que de s'en assurer et d'avoir à tuer un de ses semblables - quoi que, rien n'est moins sûr que ce qualitatif pour eux -, il préfère prendre la fuite, emmenant Elizabeth dans son sillage. Quelques minutes plus tard, la jeune femme ne semble guère aller bien. Sa respiration est toujours hachée, à l'image de celle de Joshua. Elle a l'air terrifié, aussi. Et elle rend un repas que Josh n'est même pas sûr qu'elle ait pris. Ça ne l'étonnerait pas, venant d'elle.

Le survivant se laisse tomber sur le sol, exténué. Il jette un énième regard derrière eux, s'assurant qu'ils sont toujours seuls. C'est le cas, et c'est tant mieux. Il a toujours l'arme du type mais il préférerait ne pas avoir à s'en servir. Pas encore, tout du moins. Lizzie s'installe à ses côtés, toujours un peu fébrile. Elle ne lui a jamais paru aussi fragile qu'en cet instant ... Elle est complètement secouée par ce qui vient de se passer et Joshua le comprend aisément. Lui aussi n'apprécie pas ce genre d'événements. Pire encore, il n'apprécie pas que cela se soit produit, comme par hasard, alors qu'elle était là. Elle était terrifiée, dans ce placard, et il ne doute pas une seule seconde qu'elle l'était tout autant hors de celui-ci, en compagnie de ces ... enfoirés de première. Oui, cela leur correspond plutôt bien. « Je suis désolé que tu ais eu à assister et participer à ça ... » La chance n'est définitivement pas de leur côté. Ou du côté d'Elizabeth en tout cas. Joshua ne se rappelle pas qu'il lui soit déjà arrivé un truc pareil alors qu'il sortait récupérer des provisions. La poisse. Lizzie ne voudra, en effet, jamais ressortir après ça ... « Tu sais ... c'est rare que de telles choses arrivent. Rare mais pas impossible, certes. » Il soupire, passe une main lasse sur son front. Pourquoi est-ce qu'elle lui ferait confiance, hein ? Surtout après ça ... Il vient de les jeter droit dans la gueule du loup, les obligeant à user de moyens peu orthodoxes pour parvenir à s'en tirer vivants ... C'est pire que de la malchance, à ce niveau-là. De manière automatique, et donc presque inconsciente, Joshua attrape la main tremblante d'Elizabeth et la pose avec la sienne sur sa cuisse à lui. Quand il s'en rend compte, il ne bronche pas. Ne ressent même rien ... en apparence. Dans sa tête, c'est tout autre chose. Il sait qu'il devrait reculer et tout ça, mais il n'en fait rien. Sous prétexte que cela pourrait, éventuellement, rassurer la jeune femme. Ils ne craignent plus grand chose. « Dis-moi quand t'es prête à repartir, je te ramènerai directement dans la zone et je reviendrai demain pour récupérer des provisions. Pour de bon, cette fois. » Mieux vaut en plaisanter, hein ? Ils ont frôlé la mort mais ils sont toujours vivants ... C'est l'essentiel.

 
code par SWAN - gifs tumblr
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] “I told her once I wasn’t good at anything. She told me survival is a talent.” (ft Lizzie) Lun 17 Aoû - 1:30

Elle a les yeux triste et le corps du christ.
Joshua&Lizzie
 La pression était une chose vicieuse, une chose si peu harmonieuse. Une effluve de férocité, une parenthèse de danger... Et la panique s'accumulait sous les yeux apeurés, sous les souffles saccadés. Froissante, oppressante, convalescente. Insuffisante phobie, douloureuse inertie. Ils venaient d'échapper à l'aigreur de l'horreur et pourtant leurs âmes s'époumonaient de leurs gestes défaits. De leurs inconsciences enivrantes. Ils y avaient cru, sans doute elle plus que lui. A ce semblant de normalité, à cette injection de tranquillité. Croyant en une naïveté tangente, un calme d'entente. Sortir pour un peu de liberté. Sortir pour se vider de la captivité. De ce camp si bien conservé. Loin de se douter que bientôt il imploserait sous les assauts désabusés de l'avidité. Mais leurs calmes convalescents avaient subi une tempête désorganisée, une erreur, de la rancoeur. Ils s'étaient jetés dans la gueule du loup, ignorants. Pauvres cons! La vie savait s'amuser, elle savait jongler entre les sentiments pour en faire un tourment. Et eux, ils étaient les misérables victimes de cet enfer décadent. Courant pour l'éphémère, s'affrontant pour quelque chose de véhément. La survie? La vie? Plus rien n'avait le gout d'antan, plus rien ne semblait comme auparavant. Ils étaient foutus, dépourvus. Dans un merdier infini, dans un paradis noirci. Les paysages restaient les mêmes mais les âmes s'obscurcissaient d'une dure opacité. Les pleurs étaient banalités, la souffrance une douloureuse vérité. Ils étaient les pions d'un grand échiquier prêts à être baladés. Destinés à crever sous ce temps indéterminé, sous leurs existences volées. Le bien et le mal, captif d'une même turbine. Un engrenage entremêlé. Pour lutter contre un peu d'air ils devaient abandonner leurs précieuses humanités. Tuer pour vivre. Mentir pour subir. Lizzie était déconnectée, comme aspirée dans cette turbine. Tourmentée, apeurée. Par le sang qui découlait sur ses doigts. Emprisonnée dans cette vision ensanglantée, empoisonnée par la précarité. Pourtant si près de Josh, elle ne voyait que le mauvais. Car son optimisme avait des limites, car son espoir semblait saccagé. Que rien ne serait jamais pareil. Ils étaient foutus. Conclusion finale. Pas de pardon, pas de rédemption. Le remède n'étant qu'une idée superflue. Ils devaient vivre mais pourquoi, pour qui? Plus rien ne les retenait, plus rien ne les protégeait. Ils étaient étiquettés prêts à se faire bouffer, déchets damnés. Point, à la ligne. L'humanité souffrait et elle souffrait avec elle.

Et il fallait trouver un responsable à cette perte de tout. Un coupable à blâmer, un visage à détester. Et les chemins menaient tous à ses traits de volupté. A ce regard qui suffisait à la rassurer ou à la faire culpabiliser. Celui qui l'avait sauvé était notamment celui qui lui montrait la réalité. Mais Lizzie ne voulait pas inclure cette vérité, elle voulait rester cette personne frêle, cette fille sans problèmes. Celle qui se débattait sans lutter, celle qu'on observait dans sa timidité. Celle qui se laissait mourir doucement, lentement sans que personne s'en aperçoive sans lui. Lui, toujours lui. Il était la cause de tout. Et ses mots étaient acides d'une terrible rancoeur injustifiée, qui semblait bien trop compliquée à dénouer. « Je suis désolé que tu ais eu à assister et participer à ça ... » Assister... Participer... Ca. Ses yeux se closaient alors que ses images ne cessaient de la tourmenter. Elle ne voulait plus ressentir la crasse de son âme. Les lèvres de cet enfoiré qui ne voulait qu'un peu de luxure forcée. « Tu sais ... c'est rare que de telles choses arrivent. Rare mais pas impossible, certes. »  La preuve de la possibilité se manifestaient dans leurs corps échauffés. Ils étaient tous deux tendus, résolus. Bien qu'abattus. Ce monde ne résignait pas les atrocités, déjà auparavant la société poussait aux méfaits. Mais là il n'y avait plus de limites, plus de barrières. Les autorités crevées, la loi torturée... Au fond Lizzie savait que cette situation n'était pas la faute de Joshua, mais il était plus facile de nier que d'avouer. Et pour cela, elle ne bougeait pas, ne se détournait pas de ses paumes rougies. Mais soudainement, un toucher venait la sortir de ses pensées. La main qui emprisonnait la sienne dans un contact simple, pour la déposer sur sa cuisse. Les yeux de la jeune femme suivait automatiquement les paumes liées dans une facile constatation. Cette proximité. Jamais tous deux n'avaient partagés autant d'intimité. Sans doute à cause du blond qui redoutait chaque avancée dans ce domaine si particulier. Et pour cause une tristesse de folie suite aux pertes et aux défaites de la vie. Lizzie daigna enfin le regarder, les yeux un peu encore échauffés de larmes acides. « Dis-moi quand t'es prête à repartir, je te ramènerai directement dans la zone et je reviendrai demain pour récupérer des provisions. Pour de bon, cette fois. » Un sourire étranglé venait se dessiner sur ses lèvres de la belle. Un léger et infime sourire. Qui la rassurait étrangement tout comme ce contact singulier. Bien qu'elle ne se vanterait guère de ce soulagement, à la place elle lui lançait maladroitement. « T'es complètement taré, tu le sais ? » Son sourire se vantait un peu plus, se formant plus joliment sur son visage fatigué et elle renchérissait sur ses dires cette peur illogique. « Promets moi de ne plus jamais retourner là bas. » Ses yeux ne le lâchaient plus. Elle ne voulait pas qu'il y retourne c'était simple. Et l'espace d'un instant cette joie futile se transformait en un sérieux livide. « Promets moi le. » Ses doigts se resserraient contre les siens, s'enlaçant à sa main presque inconsciemment. La blonde témoignant de cette affection particulière sans s'en rendre compte.

electric bird.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] “I told her once I wasn’t good at anything. She told me survival is a talent.” (ft Lizzie) Dim 23 Aoû - 19:24

 
“I told her once I wasn’t good at anything. She told me survival is a talent.” ft Lizzie.
 
ONE BY ONE. HOLLOW HEROES SEPARATE. AS THEY RUN. YOU'RE SO COLD. KEEP YOUR HAND IN MINE. WISE MEN WONDER WHILE STRONG MEN DIE.

C'est de sa faute et Joshua le sait. Il n'aurait pas dû l'emmener là, n'aurait pas dû les jeter tous deux dans la gueule du loup. Dans le fond, il n'aurait rien pu deviner et anticiper, ce n'est étonnant pour personne. Il ne s'en sent pas moins coupable, malheureux et désabusé. Pour elle, avant toute chose. Parce que des horreurs, il en a vues depuis le temps qu'il participe à des expéditions et se promènent à droite et à gauche. Tantôt ce sont les rôdeurs qui le font suer, tantôt ce sont les survivants. Il y a toujours quelqu'un pour emmerder, lacérer, inquiéter, et menacer. Joshua, lui, comme un crétin, a jeté l'innocente et la douce Elizabeth dans les griffes de ce monde moisi jusqu'à la moelle. La pureté même. Les yeux encore purs de toute vision atrocement douloureuse. Comment a-t-il pu faire une chose pareille ? Comment a-t-il pu s'abstenir d'y réfléchir de cette façon ? Parce que, tout ce qu'il voyait en lui faisant cette proposition de sortie, c'était le fait qu'elle verrait enfin autre chose que les grillages de la zone. Que ses bâtiments pré-fabriqués aux couloirs minces. Que ces visages déprimés et soulagés à la fois. Il s'est trompé ... et lourdement. Aujourd'hui, il a foiré. Et pendant l'apocalypse, c'est la dernière chose à faire. Tout ce qu'il faut éviter. Il a foiré et il accepte le courroux d'Elizabeth. Qui ne vient pas vraiment, qu'à demi-mots, dans son regard et sur traits. Lui en veut-elle vraiment ? Joshua n'est pas un as dans l'art de lire les émotions chez les autres. Il croit voir ceci mais sans pouvoir en être certain.

Il croit savoir qu'il a mal agi et il ne parvient pas à s'en convaincre. Parce qu'ils s'en sont quand même bien tirés, dans le fond. Ils sont tous les deux vivants, pas blessés et ils ont laissés derrière eux les cadavres de deux enfoirés de première. Mais en ce qui concerne Elizabeth plus précisément, il a foiré. Foutu en l'air la confiance qu'elle avait en lui, peut-être. Plus jamais il ne l'emmènera en expédition et, de toute façon, plus jamais elle n'acceptera de l'accompagner. « Je le sais. » Il hausse les épaules, faussement indifférent. Se fiche-t-il réellement de ce qu'elle pense de lui ? Non. Il regrette de l'avoir amené là. Et pas uniquement parce qu'il a mis leur vie en danger. Aussi parce que cela change inévitablement le point de vue qu'elle avait de lui. Elle l'a vu tuer deux mecs de sang froid. Elle l'a vu tenter de la calmer en vain. Il est faible, peut-être plus qu'elle. Et elle l'a vu sous son véritable jour. Il déteste ça, putain. Joshua ne lâche pas la main de la blonde, presque inconsciemment de la prise de ses doigts autour de ceux de Lizzie. En revanche, il tourne la tête en face de lui, incapable de soutenir son regard alors qu'il la trahit, d'une certaine façon. « Tu sais que je ne peux pas te promettre ça, Lizzie. » Comment pourrait-il rester enfermé dans la zone ? Comment pourrait-il ne pas revenir ici pour tenter sa chance alors qu'il semble évident qu'il y a des vivres ? Tout ça, c'est important pour la zone. Et s'il peut en ramener, il le fera. D'autant plus s'il apprend qu'il y a des anti-dépresseurs dans le coin.

« C'est important que je revienne, que je m'assure qu'on ait des réserves ... Tu comprends ? » Il ne veut pas qu'elle lui en veuille, qu'elle le déteste. C'est un connard et il le sait, il est égoïste, fait passer ses propres intérêts en priorité. Mais elle ne va pas le détester, hein ? Elle ne doit pas. C'est elle, son pilier. Elle qui le force inconsciemment à se lever chaque matin. Et c'est pour elle qu'il sort, quand ce n'est pas pour ses raisons à lui, qui lui sont propres. Un putain d'égoïste. Il ne veut pas céder face à ses supplications, il veut continuer à sortir, à vaquer tout en refusant qu'elle lui en veuille pour ça. Il a besoin d'elle, c'est con à dire, difficile à accepter. « Tu n'as pas à t'en faire pour moi, je saurais être discret. Je suis toujours revenu sain et sauf, n'est-ce pas ? » C'est tout ce qui compte, non ? Surtout qu'il est rare qu'il revienne les mains vides. Il fait toujours en sorte d'avoir un minimum de trucs avec lui, sinon son égo en prendrait un coup. Et sa cause aussi. Joshua tourne la tête en direction de Lizzie mais il n'a pas vraiment le temps de poser les yeux sur elle : il repère du mouvement, pas loin de la maison qu'ils ont quittée un peu plus tôt. « On devrait y aller. Tu te sens de marcher un peu ? » Ils n'ont pas vraiment le choix en même temps. Avec son chargement, uniquement ses armes du coup, Joshua ne pourra pas la porter. Se levant d'un bond, il tend ensuite la main à Lizzie pour l'aider à se relever. A cette distance, il ne peut pas dire si ce sont des survivants ou des rôdeurs mais dans les deux cas, il vaut mieux pour eux qu'ils soient partis le plus vite possible. Ne tentons plus le diable surtout.

 
code par SWAN - gifs tumblr
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] “I told her once I wasn’t good at anything. She told me survival is a talent.” (ft Lizzie) Lun 5 Oct - 4:06

Elle a les yeux triste et le corps du christ.
Joshua&Lizzie
La peur avait semé la colère. La peur avait empoigné l’anxiété pour en faire une panique véhémente et insufflante. Un sentiment dégueulasse où chaque pensée se décuplait pour créer une illusion de danger mais également de haine. Et la haine était un acide poison qui s’écoulait dans les veines pour brûler les restes de stabilité. Elle s’était égarée la petite innocente et la fausse ignorante. Elle venait de comprendre que son monde fermé n’était pas une solution face à la réalité et cela la terrifiait. Elle qui s’était toujours préservée derrière de vastes murs qui protégeait son intégrité, elle redécouvrait cette facette d’un monde qui la dégoûtait. Les tueries, l’horreur, la mort insouciante et latente… Cette faucheuse qui dirigeait la société pour s’en enivrer. Ils n’étaient plus que des animaux, que des vivants à moitié morts. Chacun ayant perdu une partie d’eux mêmes dans cette apocalypse, chacun devant vivre avec du sang sur les mains. Car ils étaient humains, ils devaient parfois tuer pour lutter, pour vivre ou survivre. Le choix n’était plus une denrée facile à aborder dans ces temps esseulés. Ils étaient égarés entre leurs humanités et leurs atrocités. Et Eli découvrait que rester en retrait ne l’aiderait pas à subsister. Car elle était faible et elle le savait, sa lâcheté faisant sa toxique beauté. Et elle allait encore le démontrer…

Si seulement, elle ne l’avait pas écouté, si seulement elle était restée enfermé dans sa bulle de sécurité. Facile de se convaincre de la culpabilité d’autrui alors que la seule erreur restait bien sienne. Lizzie cherchait une justification, une solution, une réponse à ses questions, un moyen de descendre la pression. Et seul le visage de Joshua la scrutait, l’analysait pour voir comment elle se sentait. Alors elle s’en abreuvait pour évacuer sa colère aisée. Elle le traitait de taré sans même le penser. Car la blonde n’avait jamais jugé le jeune homme pour sa différence ou encore son indifférence. Elle s’était attachée sans le présager, comme lorsque l’on chope une maladie et ce virus la laissa bien changé. Bien encore plus effrayée qu’elle ne l’était auparavant… D’une part par peur du rejet et de l’autre par peur de la perte. Car ses attaches lui avaient toujours coutées, avaient toujours aiguiser son coeur anesthésié. « Je le sais. » Josh ne démentait pas son hérésie, il blâmait même sa folie. Et Eli regrettait précipitamment ses mots amers lorsqu’il haussait des épaules savant pertinemment que son manque de fait n’était qu’un moyen de garder la face. Elle resserrait ses doigts autour de leurs étreintes passagères, fixant le sol pour mieux s’échapper. Car chacun avait sa part de responsabilité.  Si elle n’avait pas paniquer, peut être qu’ils s’en seraient sortis sans problèmes. La blonde regrettait d’être aussi faible, d’être aussi égoïste d’accuser Josh. Car il était sans doute la personne la plus importante à ses yeux dans sa banalité de précarité. Une ancre, une colonne à sa stabilité… Et même le voir tuer deux personnes n’avait pas changé sa vision du jeune homme. Car il n’avait pas eu le choix, c’était elle ou eux.

Pourtant, sa confiance envers lui avait pris un coup et ses paroles ne demandaient que de la retrouver. Alors elle cherchait des promesses, des mots pour se réconforter. En vain… Elle lui demandait une chose impossible pour se rassurer. Et Josh se décomposait, il la fuyait. « Tu sais que je ne peux pas te promettre ça, Lizzie. » Elle fermait les yeux, se mordant la lèvre inférieur. A quoi s’attendait-elle? Bordel que voulait-elle? Elle détournait son regard du jeune homme, son coeur emprisonné par l’anxiété. Josh était un élément d’une grande utilité dans la zone, dès qu’il sortait, il revenait avec de quoi sustenter un groupe de réfugiés entier. Et ce quartier n’avait pas encore été vérifié… De ce fait, ne pas revenir ici pourrait punir toute la communauté. Par la seule volonté de Lizzie. Et encore cet égoïsme latent.


"C'est important que je revienne, que je m'assure qu'on ait des réserves ... Tu comprends ? »  Bien sur qu’elle comprenait, c’est juste qu’elle lui en voulait. Quelqu’un d’autre pouvait s’en occuper de cette zone, n’importe qui mais pas lui. Néanmoins, elle acquiesçait se murant dans son silence comme toujours. « Tu n'as pas à t'en faire pour moi, je saurais être discret. Je suis toujours revenu sain et sauf, n'est-ce pas ? »  Ne pas s’en faire tellement facile de le dire et si difficile de l’assumer.  Lizzie ne disait rien, elle se renfermait sur elle même, reprenant peu à peu le contrôle de ses pensées. Ne lui offrant pas la précieuse réponse qu’il attendait. Certes, il s’en était sorti à de multiples reprises mais un jour la chance se moquerait bien de sa volonté. Josh se tournait vers elle mais son attention était attiré par autre chose que les traits mélancoliques de la jeune femme. « On devrait y aller. Tu te sens de marcher un peu ? »  Liz’ lâchait un oui discret tandis que le blond se levait. Elle attrapait sa main pour se relever et elle la relâchait presque immédiatement. Comme si toute cette proximité allait la brûler. En réalité, la jeune femme en avait marre d’espérer elle en avait marre de devoir s’inquiéter elle était tout simplement fatiguée. Fatiguée de voir que les personnes mourraient, que les morts s’étendaient. Tout ce monde ne tournait plus rond et elle non plus. Alors elle prenait les devants et partait en direction de la zone sans un regard, sans une parole. Vide et creuse.
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] “I told her once I wasn’t good at anything. She told me survival is a talent.” (ft Lizzie) Jeu 8 Oct - 12:35

 
“I told her once I wasn’t good at anything. She told me survival is a talent.” ft Lizzie.
 
ONE BY ONE. HOLLOW HEROES SEPARATE. AS THEY RUN. YOU'RE SO COLD. KEEP YOUR HAND IN MINE. WISE MEN WONDER WHILE STRONG MEN DIE.

Bien sûr qu'il lui faudra revenir. Joshua aurait tout aussi bien pu prétendre le contraire, laisser à Elizabeth l'espoir qu'il ne participera plus à une telle expédition. Mais lui dire une telle chose reviendrait à lui mentir. Il ne peut pas faire ça. Pas à elle. Le mensonge n'est pas grave en soit, et en particulier ces derniers temps où l'on trouve bien pire que cela. Mais Elizabeth ne mérite pas qu'il soit faux, qu'il lui fasse des promesses vaines qu'il sait d'avance ne pas tenir. Il ne peut pas lui promettre qu'il ne reviendra pas dans le coin parce qu'il le fera, il le sait. Et si, pour l'instant, il n'en a pas la moindre envie, c'est dû à la seule présence de Lizzie. Et à ce qu'ils viennent de vivre, à ce qu'elle vient de risquer. Il essaye de la rassurer mais il voit bien, sur son visage, que cela ne fonctionne absolument pas. Elle a besoin de plus, besoin de l'entendre lui dire qu'il ne fera pas le con en revenant ici. Mais il est dans l'incapacité totale de lui offrir ce qu'elle attend de lui. Tout ce qu'il peut faire, c'est continuer à veiller sur elle, et faire un meilleur travail cette fois-ci. Ce qu'il peut faire, c'est l'embraquer avec lui, la ramener à la zone avant que les choses ne prennent une mauvaise tournure. Et si les survivants de la maison revenaient ? Les trouvaient et décidaient de venger leurs deux compatriotes morts ? Seul, Joshua aurait tôt fait de les esquiver mais avec Lizzie les choses sont différentes. Elle est mal en point, autant physiquement que psychologiquement. Ils doivent rentrer à la zone, et c'est tout.

Mais Joshua ne se sent pas de le faire dans une ambiance aussi tendue. A l'instant même où ils se sont retrouvés debout, l'un à côté de l'autre, elle lui a lâché la main. Elle a instauré une distance inacceptable pour Josh entre eux. Et s'il décide, d'abord, de rester silencieux à ce propos et de ne pas lui faire la moindre remarque, cela ne dure que quelques minutes. Très vite, il ressent le besoin de clarifier les choses, de vérifier qu'elle ne lui en veut pas au point de lui faire la gueule pour les semaines à venir. Parce que ça, il ne pourrait pas le supporter. La solitude ne le dérange pas. Qu'on le regarde de travers, qu'on le juge, qu'on le déteste sans le connaître, cela ne le dérange pas non plus. Mais tout ce qui a trait à Lizzie est matière à le déranger. Il ne supporte pas qu'on lui fasse du mal, et il ne supporte pas non plus qu'elle lui en veuille. S'il n'est jamais démonstratif et bavard à propos de tout cela, il n'en reste pas moins très attaché à elle. Il tient à ce petit bout de femme, à cette fragile jeune femmes si forte quand elle le veut. Il ne peut accepter l'idée de la perdre, d'une manière ou d'une autre. Alors, en quelques grandes enjambées, il la rattrape. Elle voulait sans doute s'éloigner de lui mais il ne veut pas une quelconque forme de cela entre eux. Enfin, presque pas. « Ne marche pas trop vite, tu vas me semer. » Il aurait pu trouver mieux à lui dire comme "attends-moi s'il te plaît" mais c'est Joshua. Et Joshua n'est pas le plus grand conférencier qui soit.

Il a du mal à s'exprimer, du mal à mettre des mots sur ses pensées. Et là, tout de suite, il ne sait pas non plus comment dénouer la situation complexe qui s'est immiscée entre eux. Un malentendu, voilà ce que c'est. Un point sur lequel ils ne sont pas dehors et sur lequel ils ne seront jamais d'accord. Parce que Joshua ne changera pas d'avis, et il se doute que c'est également le cas du côté de Lizzie. Elle ne parvient pas à accepter qu'il sorte de la zone aussi souvent, peut-être parce qu'elle ne sait pas pourquoi il a besoin de le faire lui-même. Le meilleur moyen pour détendre l'atmosphère serait sans doute de lui expliquer le pourquoi du comment - et encore cela risquerait fort de créer d'autres tensions ailleurs -, mais il n'en est pas capable. Joshua ne veut pas en parler, même avec Elizabeth. Il est prêt à sacrifier leur relation pour ne pas avoir à confesser son addiction qui remonte à si longtemps. « Tu te sens mieux ? » Ouais, nouvelle question bidon. La réponse, il peut presque la deviner. Après ce qu'elle vient de vivre, Elizabeth ne peut pas aller mieux. Cela ne peut aller que de pire en pire, surtout qu'il n'est pas en capacité de lui faire les promesses qu'elle attend ardemment. Il est juste capable d'être là, à ses côtés, de prendre soin d'elle à sa façon et d'essayer de la rassurer. Sa présence est le seul moyen pour lui de lui montrer qu'il sera toujours là pour elle mais cela ne fait pas tout. Elle a aussi besoin qu'il lui dise, qu'il lui montre par des gestes concrets. Mais ça, Joshua ne sait pas faire.

 
code par SWAN - gifs tumblr
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Certainement pas !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21943

× Points de vie : :
408

× Copyright : :
© schizophrenic (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] “I told her once I wasn’t good at anything. She told me survival is a talent.” (ft Lizzie) Jeu 10 Déc - 11:18

Rp archivé suite à la suppression de Joshua. coeurrose

_________________
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] “I told her once I wasn’t good at anything. She told me survival is a talent.” (ft Lizzie)

Revenir en haut Aller en bas

[FLASHBACK] “I told her once I wasn’t good at anything. She told me survival is a talent.” (ft Lizzie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS-