You're alive... Kiara & Peter
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome. Quelques bugs/décalages à attendre sous Firefox.
Le 10 novembre 2016, le forum a fêté ses quatre ans !! A cette occasion, sa saison 5 a été mise en place. bril Et le 12/06/2017, sa version vingt-trois réalisée par Morphine est installée. Toutes les nouveautés sont à découvrir ici. coeurrose
Oh la la qu'est-ce que vouuuuus aiiiiiime !! coeurrose lele Et si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ?

Partagez| .

You're alive... Kiara & Peter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: You're alive... Kiara & Peter Lun 13 Juil - 22:31

You're alive...
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
J'avançais sans faire de bruit dans ce paysage désolé, couvert par une gelée froide où les températures se faisaient bien en dessous de zéro. Mes lèvres avaient pris une teinte plus bleutée et mes membres tremblaient dans une cacophonie presque interminable. Je n'avais pas grand chose sur moi, mais j'avais de toute manière toujours été assez frileux comme mec donc forcément, ne pas avoir une grosse doudoune, bonnet écharpe et tout l'attirail pour se préparer à l'hiver, ce n'était pas simple. Cela avait le malheur aussi de baisser encore plus ma garde et surtout cela m'embêtais davantage mais je perdais un peu plus de vivacité dans mes tirs et dans mes mouvements et j'avais tout bonnement horreur de ça. Toutefois c'était quand même un bon défi, de devoir s'améliorer pendant des conditions climatiques plus froide, plus pesante. Je devais quand même rentrer avant la nuit car je ne donnais pas cher de ma peau sinon. La nuit, c'était carrément horrible en cette saison, j'avais presque hâte que l'été arrive mais le seul avantage que l'on pouvait avoir en hiver, c'était la neige, qui nous offrait de l'eau presque quotidiennement et ainsi, on pouvait faire un stock assez important.

J'étais donc sortie de base pour me mettre à la recherche de potentiel point de glace qui n'avait pas entièrement fondu, mon fusil d'assaut à l'épaule alors que je guettais dans les parages. J'avais un peu des crampes au ventre, signe d'une faim certaine que je cumulais depuis maintenant quatre jours. Je ne faisais que boire de l'eau ou manger des insectes si j'en trouvais. La survie devenait réellement compliquée. Et puis... Je restais quand même depuis un moment dans les parages, sinon je suis sûr que j'aurais pus retrouver de la nourriture en voyageant autre part mais... je ne pouvais pas partir sans toi. Oui, toi. Je ne t'avais pas oublié et je ne comptais pas abandonner comme ça. Tu étais quelques parts, je te trouverais et je ne baisserais les bras qu'une fois que je t'aurais en face de moi. Le souci, c'est que je ne savais toujours pas qui avait pu te capturer. J'avais rencontré des gens qui m'avais dit que c'était un groupe assez bizarre qui sévissait dans la région et rien que pour me rassurer, qui étaient cannibales. Depuis que j'avais entendu cela, je flippais encore plus. Non, je pouvais décidément pas rester les bras croisés en te sachant sans doute dans les pattes de cannibales. Mais pour l'instant aucune trace de toi depuis maintenant, deux ou trois mois, quelques choses comme ça. Fin, j'avais arrêté de compter, de toute manière.
Alors que j'avais réussi à trouver un fond d'eau qui était franchement dégueulasse et que je serais forcé de faire bouillir, un craquement de branches me fais lever le nez, tirant directement mon fusil en roulant vers le buisson pour me mettre à couvert. Fallait rester prudent... Mais quand je vois ce visage...Cette silhouette, cette chevelure que je connaissais que trop bien, mon cœur s'arrête presque brusquement. Est-ce que j'étais en train d'halluciner ? Non, pas possible, je venais de me pincer.

Je ne puis attendre et me redresse alors, manquant d'ailleurs de me prendre une balle par tes soins, je lève directement les mains en l'air en lâchant difficilement :
« Kiara non, c'est moi. » Dis-je en restant fixe bien que l'envie de courir te serrer dans mes bras me prend, mais j'étais pas aussi... affectif. Je vois bien que tu es aussi choquée que moi mais quelque chose à changé dans ton regard, je le sens. Je fis cependant quelques pas en avant, voulant rompre cette distance que je fis en quelques secondes avant de glisser mes bras autour de ton dos pour te prendre contre moi, mon menton se posant sur ton front. Je n'en revenais pas que tu étais enfin là, avec moi. La pression commençait à descendre, j'en aurais presque les larmes aux yeux avec ces conneries ! Je finis par reculer quand même pour poser mes mains un peu fraîches sur tes joues en te détaillant entièrement avant de lancer :

« Ça fait des mois que je te cherche, ou tu étais ? Qui t'a enlevé ? » Demandais-je en plissant mes sourcils tout en gardant une expression assez soulagé.
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: You're alive... Kiara & Peter Jeu 16 Juil - 20:47



You and me forever !


Venant à peine de m’échapper de ce lieu maudit où j’étais destinée à servir de repas, il fallait reconnaître que ce genre de situation pouvait s’avérer être choquante. Comment des humains pouvaient manger leurs semblables pour survivre ? C’était une question dont je n’avais pas de réponse mais néanmoins, j’avais réussi à leurs échapper avec d’autres survivants. Concernant ses derniers, j’avais perdu leurs traces vu que je m’étais échappée sans suivre la moindre personne et aujourd’hui, je me retrouvais seule, parcourant les routes sans avoir de but précis. Parfois, il m’arrivait de croiser un rôdeur et avant de l’éliminer, je prenais le temps de taper la discussion avec ce dernier même si j’avais seulement des râles en guise de réponse. Au moins, durant ses moments, je me sentais moins seule et ce n’était pas plus mal. A la recherche de nourriture, vu que j’avais faim, j’avais réussi à mettre la main sur une arme à feu ainsi qu’un vêtement et même si je n’étais pas douée dans ce domaine, elle allait me servir tôt ou tard. Concernant le vêtement, il s’agissait d’un manteau assez chaud mais dans un sale état et je n’avais guère le choix de le porter si je ne voulais pas mourir de froid.

J’ignorais depuis combien de temps étais-je entrain de marcher mais il me fallait faire une pause, histoire de récupérer un peu et je décidais de quitter la route. Cherchant après un endroit convenable pour me reposer, je remarquais une ombre non loin de moi et je saisissais mon arme à feu vu qu’il ne s’agissait pas d’un mort revenu à la vie suite à la façon de se déplacer. Je m’avançais avec prudence pour me rapprocher de cette personne et lorsque je marchais sur une branche qui craqua, je grimaçais légèrement car je venais de perdre la personne de vue. Finalement, cette dernière décida de sortir de sa cachette et je pointais immédiatement mon arme dans sa direction. Des paroles étaient prononcées et cette voix ne m’était pas inconnue. Je baissais mon arme car il s’agissait de Peter et même si j’étais ravie de le revoir, je ne m’avançais pas vers lui, me contentant simplement de le fixer.

« Peter… »

Son prénom était le seul mot que j’étais capable de prononcer sur le moment et tandis que ce dernier me prenait dans ses bras pour m’enlacer, j’en faisais de même tout en fermant les yeux. Il reprît la parole pour m’avouer que cela faisait des mois qu’il me cherchait et il souhaitait connaître les personnes qui m’avaient enlevé.

« Je sais que je n’aurai pas du partir de cette façon et je suis désolée si tu étais inquiet par ma faute. Concernant mes agresseurs, je ne les connais pas mais ils comptaient me dévorer… »

Le fait de lui avouer cela, me provoqua une mauvaise sensation au niveau de l’estomac et je repoussais Peter pour vomir du liquide sur le côté. Je tombais sur les genoux tout en me tenant légèrement la tête car j’étais mal.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: You're alive... Kiara & Peter Jeu 16 Juil - 22:04

You're alive...
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Mon cœur battait vivement, déjà pas mal soulager de voir que tu étais en vie malgré tout le temps passé je ne sais trop où et c'est vrai que je m'en étais vraiment voulu longtemps de ne pas être parvenu à te garder en sécurité car je m'étais incombé de cette tâche, de cette mission depuis le jour où tu avais décidé de partir à mes côtés et non de ton amie. Tu avais fais ce choix car tu avais eu confiance en moi et que surtout tu m'aimais et je me sentais franchement nul de ne pas avoir réussi à te protéger. Je culpabilisais énormément depuis et c'est vrai que les restants étaient encore très présents à cet instant, même si j'étais pas mal soulagé quand même de te voir saine et sauve, mais pas forcément bien je pouvais le voir ça. Tu étais un livre ouvert et comme j'étais plus le genre de mec à écouter que parler, je le voyais que trop chez toi, qui étais mon inverse à ce niveau. Je plisse cependant le front en t'entendant donc t'excuser d'être parti. Comment ça ? Tu avais été kidnappé pourtant ! Mais je ne t'en fais pas la remarque car je n'avais donc pas trop le temps pour ça, je profitais surtout pour te serrer contre moi et te savoir enfin avec moi, cela faisait des mois que j'avais attendu ce moment et enfin c'était arrivé.
Je finis cependant par te lâcher en ayant entendu tes paroles mais surtout que tu t'étais abaissé pour vomir, vomir je ne sais quoi d'ailleurs vue le peu de nourriture qu'on devait tous avoir. Je m'abaisse donc en mettant tes cheveux en arrière, attendant donc que ça aille mieux, même si cela ne semblait pas être le cas. Je glisse mes mains sur tes bras, t'incitant à te redresser :

« Aller, vient. On va aller à l'abri... » Soufflais-je doucement en glissant une main sur tes omoplates pour t'inciter à me suivre, voyant que t'allais pas bien donc il valait mieux pas rester là. Je me sentais assez mal aussi, sur le coup. De savoir qu'ils avaient pu vouloir te bouffer et que j'avais sans doute manqué de peu de ne t'avoir pas retrouvé à cause de ça... J'aurais aussi pu finir là-bas et dévoré également alors franchement cela me donnais mal au ventre aussi mais j'étais solide et j'avais rien dans le ventre surtout. Pis je ne voulais pas me montrer faible devant toi, pas possible.

Je finis par te faire entrer dans une sorte de petite ferme que j'avais trouvé qui était à moitié en ruine par une tempête mais j'avais trouvé une partie assez encore costaud et qui pouvait donc nous tenir en sécurité quelque temps. Je referme soigneusement la porte avec une planche pour éviter que des rôdeurs ne viennent avant de poser ma veste pour la glisser sur tes épaules en m’agenouillant devant toi, observant tes beaux yeux bleutés en lançant :
« Aller, n'y pense plus...On va partir loin d'ici et on aura plus de problèmes ok ? C'est à moi de m'excuser pas à toi, j'ai pas réussi à te protéger, j'ai faillis à ce que je t'avais promis alors.. » Soupirais-je un peu en baissant mes iris émeraude, en sortant de ma besace une gourde que je te tends alors que je regarde les alentours.
« Dis... C'était la Zone 51 où tu étais enfermé ? Si oui y'avait pas un gosse avec toi ? Genre 15 ans, bruns ? »

Oui je changeais total de sujet car je pensais à Luke, ce gamin que j'avais presque considéré comme mon frère quand je t'avais perdu et il voulait absolument aller là-bas. Du coup j'avais peur que lui aussi est finis là-bas. Je glisse ma main sur ton genou tout en venant à m'asseoir à tes côtés, te lâchant toutefois. Je ne voulais pas paraître collant bien que l'envie de t'avoir rien que pour moi pendant des heures et des heures...
« Tu m'as manqué tu sais... »
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: You're alive... Kiara & Peter Sam 18 Juil - 16:15



You and me forever !


J’étais plutôt mal, très mal même. La fatigue, la faim et la soif étaient présentent en même temps. Cependant, j’étais ravie de revoir Peter même si je ne le montrais pas. Ma condition y était pour quelque chose mais pour le moment, ce n’était pas grave, le principal était que je venais de retrouver une personne chère à mon cœur. Je me forçais à sourire légèrement lorsqu’il s’approcha de moi alors que je venais de vomir du liquide et il m’incita à me relever. Après quelques secondes d’hésitation, je décidais d’obtempérer et je me relevais avec son aide.

« Je te suis… »

Peter se montra doux et intentionné avec moi, chose que je n’avais plus ressenti de la part d’une personne depuis des mois. Nous marchions lentement et je me laissais guider par sa personne, ne sachant pas réellement ou il comptait nous emmener. Durant le trajet, il m’arrivait parfois de fermer les yeux, voulant me reposer mais si je faisais cela maintenant, je savais parfaitement que je risquais de le mettre dans l’embarras. Donc, je devais faire un effort pour ne pas sombrer dans l’inconscience même si j’avais envie de fermer les yeux pour me reposer un peu. Finalement, nous mettions les pieds dans un endroit qui ressemblait énormément à une ferme d’après ce que je venais de remarquer et Peter nous dénichait un endroit assez solide pour nous protéger des rôdeurs.

J’avais pris le temps de m’agenouiller pour me reposer un peu avant de revoir le jeune homme devant moi qui me plaçait sa veste sur mes épaules. Je lui adressais un fin sourire en guise de remerciement tandis que nos regards se croisaient. Je me remémorais la première fois ou nous avions été dans ce genre de situation et également, la première fois où nous nous étions embrassés. Revenant à la réalité, je me contentais d’écouter ses paroles et il fallait reconnaître que sa voix m’avait énormément manqué. Il me demanda de ne plus y penser et de ne pas m’excuser vu que c’était de sa faute d’après ses dires. Je faisais un non de la tête avant de prendre la parole à mon tour pour lui faire part de mon avis sur cet enlèvement.

« Si je n’étais pas sortie ce soir-là, je n’aurai pas été enlevée… Tu n’y es pour rien, ce n’est pas ta faute et tu n’as pas failli à ta promesse… »

Il était évident que j’étais responsable de mon enlèvement et Peter ne devait pas s’en vouloir car il n’y était pour rien. Quand il me demanda des informations sur l’endroit où j’avais été retenue prisonnière, j’acquiesçais légèrement pour lui faire donner des réponses positives à ses interrogations.

« Effectivement, c’était la zone 51 et le garçon que tu me décris était là… Tu le connais ? »

Il venait de changer de discussion et je ne le soulignais pas, me contentant de lui adresser un fin sourire. Lorsqu’il m’avoua enfin que je lui avais manqué, je portais ma main droite sur sa joue gauche pour la gratifier de douces caresses.

« Toi aussi, tu m’as énormément manqué… »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: You're alive... Kiara & Peter Sam 18 Juil - 23:24

You're alive...
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Franchement ? Tu avais beau me dire que j'étais pour rien dans cette histoire d'enlèvement, que c'était entièrement ta faute tout ça, je n'y croyais pas, tu n'arriverais pas à m'enlever ce sentiment de culpabilité qui m'avais rongé jusqu'à l'os et qui continuait toujours un peu. Te voir dans un si piteux état me rendais dingue, je me sentais super mal bien que le sentiment était bien sur mélangé avec le soulagement de t'avoir avec moi maintenant. J'écoute donc tes paroles en silence, me doutant bien que si tu étais parti de la cabane qu'on avait trouvée pour cette fameuse nuit, c'était pas pour rien. Tu n'étais pas stupide enfin...Tu avais vite compris qu'il ne fallait jamais s'éloigner des uns et des autres.Je finis donc par te couper :

« Dis pas ça, c'est un coup de pas de chance, et franchement je ne suis pas prêt de dormir sur mes deux oreilles la nuit, surtout maintenant que t'es là et que je sais ce qui se passe dans cette fichue zone 51... » Grommelais-je légèrement, n'étant pas forcément bien en imaginant tout ce que tu avais pu vivre là-bas.
« Ce que je ne comprends pas, c'est qu'ils t'ont kidnappé toi, mais pas moi. Car quand je me suis réveillé, j'avais le crâne presque ouvert, ils m'avaient buté dans mon sommeil. Du coup, je n'ai pas compris pourquoi ils ne m'ont pas pris aussi.. » Avouais-je en soupirant un peu, m'étant retourné l'esprit pendant des mois pour tenter de comprendre la raison qui avait poussé ses fichus types à ne pas m'embarquer. Je replie mes jambes contre moi et pose mes coudes dessous en regardant un peu devant moi. Je finis donc par tourner mon visage de côté pour te regarder, tout en jouant avec un petit poignard que j'avais accroché à mon bras, de base. Quand tu me dis que Luke était bien là-bas, je le plante dans le plancher en pestant :

« Et merde... Ouais. Ce gamin je l'ai trouvé à moitié mort par une fièvre assez forte, j'pouvais pas le laisser comme ça. Du coup on est resté tous les deux un petit moment. J'me suis assez attaché à lui et j'ai essayé de le convaincre de pas aller là-bas mais il pensait être en sécurité bah là je me sens encore plus mal de savoir que je l'ai laissé partir chez des cannibales. Merde ! » Dis-je en frappant mon poing sur mon genou, franchement énervé et en colère contre moi. Je serre les poings silencieux, n'étant pas du genre à me montrer violent, qu'importe la situation. Je gardais pour moi et c'était peut-être mieux, bien que le petit gars m'avais dis de relâcher un peu la pression des fois. Mais sur ce coup, tu étais là pour le faire et rien que de sentir ta main caresser ma joue, cela me calme presque immédiatement. Tu m'avais tellement manqué qu'une bombe aurait pu exploser derrière moi, je m'en serrais complètement fichu. Je te laisse faire, posant mon regard sur toi avant de glisser ma main vers toi pour t'attirer contre mon corps et glisser ma main sur ta mâchoire, mon front rencontrant le tien. Je voulais t'embrasser, j'en crevais d'envie alors j'allais pas m'en privée bien que j'y allais doucement. Ouais, pas terrible de faire le mec en manque. Je saisis doucement tes lèvres dans un doux baiser, prenant le temps de le savourer. C'est dingue quand même, de me dire que j'étais tombé amoureux d'une fille qui avait l'âge d'être ma sœur quoi. Huit ans qu'on avait de différence et honnêtement, jamais de la vie on aurait finis ensemble à s'embrasser si l'apocalypse n'était pas tombée, c'est sûr. Tu devais avoir eu des mecs super beaux gosses, des mecs de ton âge. Moi j'étais un gamin à tes yeux. Mais bon... Je finis par le rompre avant de poser mes pupilles émeraude sur toi, avant de sentir une foutue présence derrière. Je réagis assez vite en sortant vivement mon automatique et tire sur le rôdeur qui était rentré. Je te garde contre moi, voyant que tu avais eu peur sur le coup.

« Merde. » Je me redresse en gardant l'arme tendue, me demandant comment cet abruti était rentré. Je pousse la porte par où il était venu, voyant qu'on avait sans doute mal refermé celle de l'entrée qui ne tenait pas énormément mais bon. Je la referme vite, prenant des planches pour la bloquer avant de revenir après avoir encore refermé les portes derrière moi :
« Sans doute le vent ou mal refermé. Je ne dormirais pas, donc profite en pour te reposer. » Dis-je de ma voix relativement douce et calme, remettant mon arme dans son étui, reprenant ma place à tes côtés en glissant mon bras dans ton dos pour te faire signe de venir te reposer contre moi, pour que tu es chaud cette nuit. Il faisait pas chaud ici, le vent s'infiltrait.

« Tu devineras jamais qui j'ai revue aussi.. Ta copine Alli. »
Oui. Alliyah, celle qui était sans doute la première personne a avoir survécu avec toi, avant que je te rencontre.
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: You're alive... Kiara & Peter Mer 22 Juil - 8:44



You and me forever !


J’avais pris le temps de m’exprimer, ayant toujours les idées un peu confuse à cause de ce calvaire que j’avais vécu lorsque j’avais été retenue prisonnière par ses cannibales. A présent que je n’étais plus seule et que j’avais retrouvé Peter, je comptais ne plus quitter ce dernier vu que je me sentais en sécurité avec lui. Il était évident que j’avais énormément évolué depuis le début de l’épidémie et que j’avais appris à me défendre seule. J’étais préparée contre les rôdeurs mais pas contre les humains. Je savais parfaitement qu’un jour où l’autre, je devrais me battre contre ceux qui nous veulent du mal et il fallait me préparer mentalement. Revenant sur Peter, je l’écoutais prendre la parole pour m’avouer que ce n’était pas de ma faute et que ce soir, il comptait bien veiller sur moi afin d’éviter que cette histoire se répète. C’était parfaitement compréhensible mais cependant, le jeune homme avait besoin de repos également.

« Je sais parfaitement que tu veux veiller sur moi surtout que nous venons de nous retrouver mais tu dois également te reposer… »


Même si j’étais un peu distante avec lui pour le moment, je tenais énormément à lui et je ne voulais pas qu’il se prive de sommeil par ma faute. Ecoutant ses nouvelles paroles, il n’arrivait pas à comprendre pourquoi il n’avait pas été kidnappé au même moment que moi et je me forçais à lui dire une simple vérité.

« Ils ont du croire que tu étais mort après t’avoir frappé et ils ont préféré ne pas t’emmener avec eux… C’est la seule solution possible, je présume… »

Cette solution était certainement la seule envisageable, ils préféraient sans doute éviter de manger une personne qui était censée être morte depuis un moment. Heureusement, le coup n’avait pas été fatal pour Peter et j’en étais très rassurée. Quand il me parla de Luke et de sa rencontre avec ce dernier, je l’écoutais attentivement comme toujours. D’ailleurs, il s’en voulait une nouvelle fois car il n’avait pas réussi à faire changer d’avis le gamin et je faisais un geste négatif de la tête pour lui faire comprendre que ce n’était pas sa faute.

« Tu n’y es pour rien, tu as tout fait pour tenter de le convaincre de ne pas y aller et il n’a pas changer d’avis… Tu ne peux pas forcer une personne à aller contre ses choix. »


Après ses quelques paroles que nous venions d’échanger, Peter me saisissait le visage entre ses doigts et posa son front contre le mien. Je fermais lentement les yeux, le laissant faire et quelques secondes plus tard, je pouvais sentir ses lèvres se poser sur les miennes. Nous échangions un doux baiser avant qu’il décide de le rompre et j’ouvrais à nouveau mes yeux pour le regarder tout en esquissant un fin sourire. Ce moment de tendresse fût interrompu par un rôdeur qui avait réussi à entrer dans la pièce où nous nous trouvions et immédiatement, le jeune homme passa à l’offensive pour me protéger. Il tira à plusieurs surprises sur le mort tout en me serrant contre lui.

« Je vais t’aider… »

Même si j’étais affaiblie, je ne devais pas me laisser abattre et montrer à Peter que j’étais capable de faire en sorte de nous protéger également. Je l’aidais à refermer la porte, prenant le soin de vérifier à plusieurs reprises, histoire d’éviter qu’elle s’ouvre à nouveau. Il me demanda de me reposer vu qu’il comptait rester éveiller et je lui faisais un non de la tête.

« Tu devrais te reposer aussi et je souhaite t’avoir près de moi après avoir été séparée de toi depuis des mois. »

Lorsqu’il me parla d’Alliyah, j’étais ravie et surprise à la fois de savoir qu’elle était toujours en vie.

« Comment va-t-elle ? A-t-elle demander de mes nouvelles ? »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: You're alive... Kiara & Peter Jeu 23 Juil - 2:05

You're alive...
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
J'hausse vaguement les épaules à tes paroles. Je ne savais pas trop si c'était ça, ils auraient pu vérifier que j'étais bien mort, ils n'étaient pas stupides à ce point quand même, si ? Moi je pensais surtout car je risquerais de foutre le boxons dans les cellules là-bas, car s'ils t'auraient touchés, ça aurait très très mal fini. Mais mieux valait sans doute que je n'ai pas été avec toi, car je savais pas réellement ce qui avait fait de toi tout ce temps. J'avais bien ma petite idée qui était en rapport avec le sexe, et j'espérais vraiment que je me fasse des films mais dans ce monde...Une fille aussi jolie que toi, cela donnait des idées et franchement, s'ils avaient passé ces mois sans rien tenter avec toi, c'était presque qu'il y avait un pépin. Mais je préférais faire l'ignorant car j'en serais malade et je voudrais y aller pour les tuer, me connaissant cela finirait comme ça. Tuer des animaux, car oui pour mois ces types étaient des animaux, c'était pas un souci. Je m'en moquais de tuer des cannibales, cela ferrait même du bien à ma conscience de tuer des êtres pareils car cela pourrait sauver des gens. Ma fois. Je finis par ajouter :

« Je sais pas. Moi j'pense surtout qu'ils ont jugés que j'avais rien sur les os du coup que j'allais plus être un prisonnier inutile. Mais bref on s'en fiche. J'ai pas envie d'y repenser et toi non plus je suppose.. » Ouais, mieux valait ne pas parler de cette horrible expédition, de ce moment terrible qui avait été notre séparation. Maintenant on était à nouveau ensemble et on s'en sortirait, on vivrait comme on l'avais fait auparavant et ce serait parfait. J'aurais de toute manière tout fait pour te récupérer, même à aller me faire prisonnier là-bas, dans la zone. Je ne voulais pas partir sans toi de cette région et maintenant que tu étais là, on allait un peu s'éloigner, déjà car nous ne trouvions plus de nourriture ici et qu'il valait mieux s'éloigner des problèmes.

Après avoir donc été interrompus par ce foutu rôdeur qui avait bien compris mon agacement par mes tirs net et précis, tu avais souhaité m'aider à faire la ronde de la ferme abandonnée. Tu me faisais sourire, comme d'habitude. Tu voulais te montrer forte qu'importe les circonstances. Tu avais vraiment changé car je me souviens encore de la petite Kiara égoïste et râleuse que j'avais rencontrée chez l'Mentor. Faut dire que t'avoir dit tes quatre vérités autant par moi que l'Mentor, cela t'avais quand même fait réfléchir. Pis au final, cela n'avait pas été pour rien puisque tu n'aurais pas survécu sans ça. Un faible sourire se dessine à nouveau, alors que j'attrape ta taille pour te faire asseoir sur un vieux sofa qui était poussiéreux mais confortable, il me servait bien pour dormir la nuit. Je m'assieds à tes côtés, quand même content de t'entendre dire que tu me voulais prêt de toi après tout ce temps. J'avais toujours eu peur que tu ne veuilles plus de moi, si je te retrouvais. Peur que tu m'en veuilles, que tu sois en colère après moi pour t'avoir abandonné autant de temps. Mais tu ne faisais rien de tel.
« Tu serais presque romantique à dire ça comme ça. De toute façon je t'aurais pas quitté, faut pas rêver. » Ajoutais-je en laissant un petit sourire aussi discret qu'adorable, se dessiner en coins. Je glisse ma main sur la tienne pour l’entrelacer en laissant aller ma tête contre ton épaule, tout en soufflant légèrement à ta question.

« Elle survit. Toujours aussi tarée mais elle s'en sort. Ouais elle a failli elle aussi m'exploser le crâne en sachant que t'avais été kidnappé comme ça. Elle m'a dis : « T'es vraiment qu'un gamin sans cervelle, c'pourtant pas compliqué de s'occuper d'une fille ». Fin du grand Alliyah quoi. » Dis-je levant les yeux au ciel, laissant mes bras t'encercler pour que tu puisses t'installer contre moi et dormir un peu. Je voyais bien que tu étais affaiblie. Tu avais terriblement maigri, tes joues c'étaient énormément creusées et j'arrivais encore plus à faire le tour de ton corps qu'avant. Je pouvais même sentir tes côtes sous ton pull. Je devais trouver de quoi te requinquer, et moi aussi par l'occasion.
« Demain, on ira en direction du Nord, on devrait avoir plus de chance d'être en sécurité et d'avoir de quoi manger, car ici c'est la pénurie... » Soupirais-je en ayant tellement des crampes à l'estomac par la faim que je les comptais presque chaque jours.

« Bref, dort un peu, je reste là. Promis, je n'aurais pas les mains baladeuses et promis je m'en vais pas. » Dis-je sous le ton de l'humour, car je savais qu'une fois, tu m'avais balancé une bêtise comme ça, sur les mains baladeuses. Bah quoi ! J'avais une copine des plus sexy et des plus canons, je n'allais pas garder mes mains dans mes poches quand j'avais l'occasion de les utiliser.
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: You're alive... Kiara & Peter Mer 29 Juil - 19:30



You and me forever !


Il fallait bien lui donner une raison quelconque concernant le fait que les cannibales l’avaient laissé là au lieu de l’emmener avec eux. A vrai dire, j’y étais pour quelque chose et je préférais garder cela pour moi au lieu de lui dire simplement la vérité. Je me contentais de le regarder et il fallait reconnaître qu’il m’avait énormément manqué durant ses derniers mois.

« Oublions cette histoire, le principal est que nous nous sommes retrouvés. » Lui avouais-je tout en souriant légèrement.

C’était d’une évidence, je comptais mettre cette histoire de côté et essayer de ne plus y penser même si j’avais vécu un véritable enfer là-bas. A présent, nous devions penser à notre avenir et à notre survie. De plus, j’étais prête à rester à ses côtés pour toujours, du moins, tant que nous étions tous les deux en vie. D’ailleurs, je ne m’imaginais pas de vivre sans lui et j’espérais que si nous devions mourir un jour à cause des rôdeurs ou des humains, j’aimerais être la première à partir. Après l’histoire du rôdeur, nous avions pris place sur un sofa poussiéreux mais confortable, il fallait bien l’avouer. On échangea quelques mots et Peter m’avoua que j’étais presque romantique sur le moment. C’était vrai, je me souvenais que par le passé, j’étais très romantique lorsque j’étais avec un homme dont j’étais amoureuse et aujourd’hui, avec Peter, j’étais très amoureuse de lui même si en ce moment, j’évitais de trop montrer mes sentiments à cause de mon incarcération par les cannibales.

« Il m’arrive de l’être parfois surtout quand j’aime la personne qui est en face de moi. » lui répondais-je avec un petit clin d’œil.

Il m’enlaça la main avec la sienne et il en profita pour répondre à ma question lorsque je lui demandais des nouvelles d’Alliyah. Il avait eu énormément de chance de pouvoir la voir après tout ce temps et malgré ses paroles qui me firent sourire, j’espérais que la jeune femme était en bonne santé.

« C’est certain, elle ne changera jamais. » Avouais-je avec amusement.

A présent, il était temps pour moi de dormir un peu car j’en avais grandement besoin et Peter en profita pour m’en faire part. J’acquiesçais légèrement d’un signe de tête tout en souriant suite à la petite remarque concernant les mains baladeuses. Je posais ma tête contre la sienne avant de fermer les yeux et je m’endormais assez rapidement. La fatigue était grande et j’avais besoin de me sentir protégée pour m’endormir.

Citation :
Quand j’ouvrais les yeux, je remarquais que j’étais dans une cage seule dans une pièce et je commençais à chercher Peter du regard. Ce dernier n’était pas présent et je ne comprenais pas du tout, avais-je été enlevée durant mon sommeil ? C’était impossible, pas encore une fois. La seule porte de la pièce venait de s’ouvrir et immédiatement, je reconnais un des hommes qui m’avaient enlevé la première fois.

-Alors ma belle, comme on se retrouve ?

« Non, ce n'est pas possible… »

L’homme en question entra dans la cage ou je me trouvais et je pouvais entendre des râles derrière lui. Me décalant légèrement sur son côté droit, je pouvais voir qu’il était accompagné de plusieurs rôdeurs.

« Il y a des rôdeurs derrière vous ! » Hurlais-je pour le mettre en garde.

Aucunes réponses de sa part et quand je portais mon attention sur lui, il était devenu l’un des leurs et tous se jetèrent sur moi pour commencer à me dévorer. J’hurlais dans l’espoir qu’on vienne m’aider mais c’était sans espoir.

Finalement, je me réveillais en sursaut tout en criant et en me levant du sofa. Je regardais Peter et je me passais les mains sur le visage tandis que j’étais en larmes.

« Ce n'est pas vrai... »
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: You're alive... Kiara & Peter

Revenir en haut Aller en bas

You're alive... Kiara & Peter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS-