SARA ϟ You smile in my face then rip the breaks out my car.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
Le 10/11/2016 : le forum a quatre ans & sa saison 5 est mise en place. Le 27/08/2017 : 24ème version du forum installée. Les awards & autres nouveautés sont à consulter ici.
Oh la la qu'est-ce que vouuuuus aiiiiiime !! coeurrose lele Et si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ?

Partagez| .

SARA ϟ You smile in my face then rip the breaks out my car.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

ADMINISTRATOR
avatar


- " . ' - " . ' -" . ' - " . ' -
you can beat me black and blue
every wound will shape me
every scar will build m y t h r o n e
- " . ' - " . ' -" . ' - " . ' -

× A propos du vaccin : :
Jamais entendu parler de ce vaccin.

× Âge du perso : :
Vingt-six ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie avec ce con de Dwight.

× Avant, j'étais : :
Entraîneuse de boxe, parfois moi-même sur le ring.

× Messages : :
1306

× Points de vie : :
65

× Copyright : :
MYERS. (signature), Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Emilia Clarke.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: SARA ϟ You smile in my face then rip the breaks out my car. Ven 31 Juil - 0:56

Anastasie
Sara Perceval
PRÉNOM(S) † La plupart des gens l'appelle Sara, bien que ce soit sont deuxième prénom. Anastasie est son vrai prénom, mais seul son père l'appelait ainsi, ou encore, Ana. NOM † Comme son père, Sara porte le nom de Perceval. ÂGE † La brune est âgée de vingt-sept ans depuis peu. DATE DE NAISSANCE † Elle est née le trente avril 1990, alors qu'un soleil radieux brillait dans le ciel. LIEU DE NAISSANCE † Sa ville natale se nomme Alexandria et elle se trouve au Minnesota. ANCIEN LIEU D'HABITATION † Elle y a vécue jusqu'au jour où les morts l'ont forcé en s'en séparé. ANCIEN MÉTIER † Sara était une entraîneuse de boxe et aidait souvent des hommes deux fois plus gros qu'elle à se battre convenablement, elle en n'a fait gagner plus d'un, et se retrouvait d'ailleurs parfois elle-même sur le ring. STATUT FAMILIAL † Avant, elle vivait une parfaite histoire d'amour avec son ami d'enfance qui est également son voisin d'en face, Dominik. Ils ont été séparé dès le début de l'épidémie, mais elle lui reste fidèle. ORIENTATION SEXUELLE † Elle à toujours été attirée par les hommes, bien qu'elle n'a eut qu'une seule et unique relation. QUELQUES TRAITS DE CARACTÈRE † Sara retient beaucoup de son père, lui seul l'a élevée comme à l'armée. Il lui à toujours répété qu'elle ne pouvait avoir confiance qu'en lui, que la famille c'était tout ce qui était important, qu'eux deux était tout ce qui était important. Elle n'a jamais complètement adopté la façon de pensé de son père, mais grâce à lui elle est devenue très méfiante, frôlant la paranoïa, elle ne peut pas complètement accorder sa confiance, même si elle le voulait, la seule personne à qui elle à offert ce cadeau c'est Dominik. Depuis petite, elle traîne surtout avec des garçons, et elle n'a jamais vraiment été très féminine, elle est assez garçonne dans son genre. Elle est forte, réfléchie et persévérante, surtout lorsqu'elle fait face à une situation critique. Être bien entraînée lui permet d'avoir confiance en elle et de foncer dans le tas sans être tirailler par la peur, elle agit et pense comme un soldat. Autant qu'elle peut se montré d'un sérieux monstre, il lui arrive de se détendre, et cela dévoile son côté taquin et bavard. Elle ne semble pas très approchable aux premiers abords, et elle ne se laisse pas facilement résoudre, mais au fond elle n'a rien de bien méchant. CÉLÉBRITÉ SUR L'AVATAR † Sous les traits de la magnifique Emilia Clarke. GROUPE QUE TU SOUHAITES REJOINDRE † Surprend-moi ma petite Ailou. face Ancienne captive peut-être, même si ça à dut être dur de l'attraper la petite. coquin CRÉDIT AVATAR † Swan.

e commence à manquer d'inspiration, c'est genre la quatrième fois que je me présente.... SALUUUUUT. face Donc c'est encore moi, parce que je suis une folle, aussi Fredou, Conrad et Théodore. excite Une femme cette fois, OUH LA LA ! Je suis trop sexy non ?  admire Je peuple trop en hommes c'est assez on se calme ! dispute Bref.... Je raconte n'importe quoi c'est mieux de me taire et code ok par Tyty. mdl unique

Décris ton caractère d'avant l'épidémie puis de maintenant.
C'est comme si j'avais été préparée toute ma vie pour cette apocalypse. Mon père, célèbre garde du corps au Minnesota, travaillant parfois pour la police, voyait du danger partout, un peu parano, en plus d'être trop protecteur. J'étais sa petite fille, et c'est pourquoi il m'éleva comme un soldat pour la guerre. Je n'étais donc, pas vraiment approchable, même avant l'épidémie, mon père m'avait transmis son côté méfiant, il était donc très dur pour les autres de gagner ma confiance, la plupart abandonnait, surtout que j'ai toujours été un peu trop honnête et directe. Pourtant j'étais très souriante, heureuse, et ce qui déplaisais le plus à mon père c'est que je m'entendais beaucoup plus avec les garçons, lui qui essayait tant bien que de mal de m'en protéger, ne cessant pas de me dire qu'ils briseraient tous mon cœur. Depuis, j'ai perdu un peu mon sourire, la folie qui m'habitait, et l'étincelle dans mes petits yeux. Pour le reste, c'est la même chose, mais puissance dix. Un conseil ? Ne tombe pas sur moi..
Que ressens-tu quand tu vois un zombie ? Est-ce que tu les tues ? Si oui, que ressens-tu ?
Si tu penses que je suis une de ses filles qui cris et qui s'enfuis en courant, tu te trompes. Je suis tout le contraire, je sais me battre, et les rôdeurs ne me font pas peur. Je ne suis pas idiote non plus, je sais qu'ils sont capable de m'abattre en une seule morsure, me transformant en l'une des leurs, mais c'est pas prêt d'arriver. Je ne ressens pas grand chose, ils doivent être tué, c'est eux ou moi, et le choix est bien vite fait. Ils ne sont clairement plus humains, et de toute façon, tuer des hommes ne m'est pas complètement inconnu non plus.

As-tu perdu beaucoup de proches et les pleures-tu encore ?
J'ai été séparé dès le début de l'épidémie de Dominik, je ne sais pas où il est, ou si il respire encore. J'ai voyager avec mon père pendant plusieurs mois, et même si on c'est perdu, je suis sûre et certaine qu'il est encore en vie, ces choses ne pourrons jamais l'abattre. C'est l'être qui m'est le plus chère, il a toujours pris soins de moi, et je ne sais pas ce que je serais sans lui, c'est pourquoi je ne peut pas perdre espoir, de toute façon, même un vivant n'a jamais réussis à achever mon père, les morts n'en viendrons donc jamais à bout. Du côté de ma mère, je m'en fou un peu de ce qui a put lui arriver, à elle et à son nouveau mari.
Penses-tu avoir évolué depuis le début de l'invasion ?
Pas vraiment, je ne vois pas en quoi cette fin du monde peut me faire évoluer, ce n'est pas destiné à nous faire disparaître plutôt ? En tout cas, une chose est sûre, mon père avait raison sur toute la ligne. Les êtres humains sont capable du pire. J'ai toujours été méfiante, comme mon paternel, mais j'avais toujours trouver qu'il exagérait un peu, qu'il était trop paranoïaque. Aujourd'hui je comprend ce qu'il voulait dire, ce qu'il voyait tous les jours et ce qui à fait de lui l'homme qu'il est.



Dernière édition par A. Sara Perceval le Mer 30 Mar - 21:40, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


- " . ' - " . ' -" . ' - " . ' -
you can beat me black and blue
every wound will shape me
every scar will build m y t h r o n e
- " . ' - " . ' -" . ' - " . ' -

× A propos du vaccin : :
Jamais entendu parler de ce vaccin.

× Âge du perso : :
Vingt-six ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie avec ce con de Dwight.

× Avant, j'étais : :
Entraîneuse de boxe, parfois moi-même sur le ring.

× Messages : :
1306

× Points de vie : :
65

× Copyright : :
MYERS. (signature), Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Emilia Clarke.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: SARA ϟ You smile in my face then rip the breaks out my car. Ven 31 Juil - 1:01


You smile in my face then rip the breaks out my car.

« J'veux y allez papa, c'est des gens sympas pourquoi tu crois toujours qu'ils me veulent du mal ! Tout le monde ne cache pas des armes dans leurs pantalons ! » Je vois bien qu'il n'a guère apprécier mes paroles, mais après tout, j'avais raison. Je n'avais pas beaucoup d'amis, je sortais presque jamais, mais dès que je voulais mettre le nez dehors, c'était presque la guerre entre lui et moi. Je détestais me disputer avec lui.. Je m'approche, j'essaie d'être douce, l'inquiétude s'imprime sur mon visage jeune. « J'te le promet, il est super gentil, tu n'as pas à t'inquiété. » Il ne me regarde pas vraiment, fixe le feu qui s'anime dans la cheminée, seule source de lumière pour nous éclairer dans la noirceur de la nuit qui était tombée depuis quelques heures. Je vois très bien qu'il ne me crois pas, et je ne sais même pas pourquoi j'essayais, il ne ferrait jamais confiance à un inconnu, encore moins à un de mes amis masculins qui, apparemment, étaient tous pervers et très violents dans l'âme. Parfois, je me disais que beaucoup trop de choses horribles s'étaient produites devant ces yeux, impossible de lui faire oublier. Maintenant, il ne croyait qu'en le malheur, pensant que tout le monde étaient mauvais. Je ne le contredisais pas, il y en avait, des monstres dans ce monde, et des vrais, de ceux qui foutait le feux à des écoles, brûlant vivant des enfants innocents qui avaient encore tant d'années à vivre, ou les terroristes, les violeurs, les meurtriers.. Mais non, il n'y en avait pas à chaque coins de rue, et non, je n'étais pas assez idiote pour faire confiance à des gens que je ne suis pas sûre de très bien connaître, mais il disait qu'on ne connaissait jamais complètement une personne, que tout le monde avait une face cachée qui même après des années, pouvait rester dans l'ombre. Pourtant, il le savait, c'était lui qui m'avait montrer tout ça, qui m'avais appris à être méfiante et à ne pas me laisser charmer par un beau sourire et des belles paroles lancées en l'air, mais parfois il semblait l'oublier, et j'avoue que ce manque de confiance avait le don de me vexer. « Alors bonne chance, mais ne viens pas pleurer lorsqu'il t'aura blesser, Ana. » Toujours en ne m'adressant aucun regard, il porte son verre de bourbon à ses lèvres, convaincu que mon ami n'avait que de mauvaises intentions, parlant comme si je n'avais absolument rien dit. J'avais l'impression d'avoir eu cette conversation des centaines de fois.. Je respire doucement, je n'avais pas envie qu'on se dispute, alors je reste calme, me penche vers lui et pose un baiser sur son front. « Bonne soirée, je ne rentrerais pas trop tard. » Je sors du salon doucement, je portais une longue robe noir, légère pour ces temps humides, et qui heureusement, cachait les grosses bottes que j'avais enfilées. Hors de question de passer la soirée dans des petits souliers destinés à me torturer. Je m'étais toujours dis qu'il fallait vraiment être un méchant sadique pour imaginer une chaussure aussi horrible.. J'attrape mes clefs et mon portable, je passe la porte et n'oublie surtout pas de tout verrouiller une fois sous le porche. Je me sentais toujours angoissée et un peu coupable lorsque je laissais mon père tout seul, c'était une des raisons pour laquelle je ne sortais presque jamais. Depuis le départ de ma mère, je le savais malheureux, surtout que ça n'avais pas été une séparation très pacifique, et je savais que j'étais la dernière personne qu'il lui restait, je ne voulais pas lui donner l'impression que je l'abandonnais, puisque jamais je ne ferrais la même chose que ma mère. Il le savait, puisque je lui avait dit, mais il avait peur, je le sentais, et ça, c'est ce qui causait ma culpabilité. Je secoue finalement la tête puis me tourne vers Dominik, souriante. En fait, c'était mon voisin d'en face, on était amis depuis tout petits, et en vrai, je ne savais pas pourquoi il était toujours là.. Même petits, mon père ne cessait pas de le renvoyer chez lui..

« Tu es si belle.. » Je souris doucement, remontant la bretelle de ma robe. Lui faisant dos, il ne pouvait apercevoir mes signes de faiblesses. Si mon père me voyait, il me trouverait gamine, il ne reconnaîtrait plus la fille forte qu'il avait éduqué, celle qu'il avait essayer tant bien que de mal d'éloigner d'une telle situation, mais je lui faisait confiance, on se connaissait depuis tant d'années, et jamais il ne m'avait blessée. Il était si doux et gentil, et malgré ses jours qui passent, il ne perdait jamais d'intérêt à mon égard, cherchant toujours à m'impressionner, et le plus drôle c'est qu'il réussissait toujours. Il avait passer mon épreuve, et d'ailleurs je l'avais fait patienter un long moment, étant bien la dernière qui s'offrait au premier venu. Je savais ce que je valais, et je me respectais. Aucun autre garçon n'avait attendu aussi longtemps, et il n'avait même pas été impatient, m'avouant souvent que même si il devait attendre une éternité, ça en valait la peine. C'était un grand romantique après tout. « Arrête de faire ça, tu sais que je dois rentrer. » Je le regarde brièvement au-dessus de mon épaule, enroulé das les draps de son lit, mais laissant son torse aux muscles discrètement dessiné à découvert, baignant dans la lumière des chandelles qu'il avait précieusement installé un peu partout sur les meubles de sa chambre. Il souriait aussi en coins, visiblement amusé, il adorait me complimenter, puisqu'il savait que cela me gênait, et c'est justement ce qui l'amusait tant. Il se redresse, plaçant délicatement sa main dans mon dos, poussant mes cheveux ondulés de mon épaule. « Je te trouve magnifique.. » Il souffle ces mots à mon oreille, d'une voix douce, je sens ses lèvres chaudes contre ma peau. Je ferme les yeux, j'étais faible et je fondais sous ses mots. « Reste avec moi, Sara.. » Je rigole doucement, me tourne vers lui, frôle ses lèvres des miennes, posant ma main sur son torse. Il tente de m'embrasser, mais je le refroidit, pinçant ces côtes. « Je ne peux pas, gourmand. » Il retombe sur les oreillers, passe les mains sous sa tête, me tirant la langue. « Démone. » Je souris à nouveau, me penchant pour attraper l'une de mes robustes bottes. Je ne voulais pas partir, dormir avec lui n'étais pas une idée qui me déplaisait, mais je devais retourner chez moi pour mon père, il le savait et ne me le reprochait jamais, une des nombreuses choses que j'aimais chez lui. Il était si parfait, et j'avoue que parfois cela arrivait à me faire peur, même si en même temps, ça me comblait de bonheur. Mon paternel ne cessait pas de me dire que les gens bons, ça n'existait pas, que la plupart des personnes dans les rues ne faisait que porter des masques, et que c'est pour ça que je croyais que les monstres existaient, mais qu'ils ne vivaient pas dans chaque personne que je croisais. Je ne voyais que du bon chez Dominik... et si j'avais été assez idiote pour tomber dans le panneau ? Et si il cachait quelque chose ? J'enfile ma deuxième botte, me levant ensuite du matelas. Je cherche mes clefs un moment avant de m’apercevoir qu'il les avaient attraper, les laissant tourner doucement autours de son doigt. Il avait toujours ce petit sourire à la commissure des lèvres, ce qui à le don de faire s'envoler toutes mes inquiétudes. « Tu ne me donnes pas de bisous avant de partir ? » Je retrouve mon sourire, m'approche de lui et pose mes lèvres contre les siennes, un geste plutôt innocent qui se termine en un long baiser langoureux. Je me permet de tirer le bras vers mes clefs, mais il fait exprès pour me faire tomber contre lui. « Okay.. » Je m'approche de nouveau de ses lèvres, soufflant contre celles-ci la suite de mes mots. « Tu as gagné, je reste. » Premièrement surpris, un grand sourire s'imprime sur son visage, et plus rusée que lui, j'attrape mes clefs, me redressant. « Démone ! » répète-il avant de rire. « Moi aussi je t'aime ! » Je quitte la chambre après lui avoir rendu son sourire joueur, me disant ensuite, une fois devant sa porte, qu'il ne me restait plus qu'à affronter mon père..

C’était une soirée de novembre comme toutes les autres. Une petite neige tombait tranquillement, embellissant le paysage déjà recouvert de son manteau blanc. Qu’est que je pouvais adorer cette saison. Sous les lumières de Noël précieusement installé au-dessus de nos têtes, on se promenait dans la ville depuis un bon moment déjà. La nuit était tombée, et comme toujours mon père m’avait fortement conseillé de rester à la maison, mais depuis un moment j’avoue m'être un peu éloigné de ses sages paroles et par la même occasion, du ring. Un peu rouillée, mais ne regrettant pas ma décision, je passais de plus en plus de temps avec Dominik qui était toujours aussi gentil et attentionné, mais je n’attendais pas moins de lui. Un chocolat chaud entre mes mains couvrit de mitaines, on prenait doucement la direction de la maison, riant, et comme à son habitude, il ne me laissait pas une seule seconde de répit, toujours après moi. Attrapant une de mes mèches brunes il me regarde en souriant. « J’aime quand tu fais tes cheveux comme ça. » Toujours un compliment en poche pour me faire fondre une nouvelle fois. « Pas moi, je passe au moins vingt minutes à me battre avec eux à chaque fois. » Et toujours une réplique en réserve pour faire éclater la petite bulle rose dans laquelle il aimerait bien m’emprisonner. Pourtant nos rires sont bien sèchement étouffés lorsque nous arrivons devant sa demeure. La porte laissait discrètement paraître un entrebâillement, et la voiture garé devant, elle, nous confirmait que des gens s’y étaient bien aventurer. Ce n’était pas surprenant, vu le quartier dans lequel nous habitions, vivant plus qu’aisément, pourtant, j’étais surprise par cette méthode peu discrète, mais ils avaient tout de même passé les serrures et le système d’alarme. Moyennement débile, conclu-je alors. Je passe instinctivement une main à ma taille, où mon Colt ne se trouvait malheureusement pas. Quand je disais que je m’étais éloigné de mon père, je ne rigolais pas, mais me disant premièrement que ce n’était que des amateurs habiles de leurs mains, je ne crois pas utile de courir chez mon père qui pourrait certainement s’en débarrasser à l’aide de son petit doigt. Je n’étais pas de ce genre-là, j’étais de celles qui aimaient bien prouver que les hommes n’étaient pas les tout puissants de ce monde. Jugeant la situation bien en mains, et espérant qu’ils ne soient pas trop nombreux, je pénètre dans la maison, faisant légèrement craquer le plancher à l’entrée, mais vu la grandeur de cette maison personne ne devait s’en être vraiment rendu compte. Je ne perds pas de temps, m’armant du tisonnier de la cheminée. Le salon était déjà dans une pagaille incomparable, et plusieurs choses semblaient avoir disparues. Dominik attrape plutôt la pelle, un peu moins efficace mais qui peut rapidement assommer d’un coup bien placé. Je m’arrête, pose ma main sur le torse du brun pour l’arrêté. Un d’entre-eux fouillait les armoires de la cuisine, semblant être seul. Je pose un pied sur le carrelage, mais ne peut allez jusqu'au bout de mon intention, comme un deuxième nous surprend par derrière, frappant Dominik d’une matraque électrique. Il tomba sur le sol, tremblant encore sous le choc de l’arme de son agresseur. Munis d’une capuche et d’un bandeau qui cachait la plus grande partie de son visage, ne pouvant qu’apercevoir maigrement ses yeux, il m’est impossible d’imprimer son allure dans mon esprit. Empoignant mon tisonner fermement, je le fixe d’un air de défis, lui montrant que je n’allais pas être facile à battre, même si cela faisait un moment que je ne m’étais pas proprement battu, de toute façon il n’avait pas besoin d’en être conscient. Je remarque bien que ce n’est pas un habituer du face à face, surement vicieux, du genre à être celui qui tirais dans le dos. J'écarte donc rapidement sa matraque, et d’un coup de poing en plein nez je le fais reculer de quelques pas. Le tisonner atterrit dans ses côtes et il gémit, l’arme se permet une deuxième fois, au niveau de ses genoux ce qui le fait perdre son équilibre. D’un coup de pied, je le débarrasse de son bâton électrique, atterrissant en un bruit sourd contre le grand tapis du salon. J’arrive assez facilement à le maintenir contre le sol, arrachant le bandeau qui le protégeait d’une description bien détailler aux policiers grâce ma mémoire photographique. Son visage se déforma pourtant légèrement, mes poings s’élevant et s’écrasant contre celui-ci sans gêne, animé d’une rage et d’une force à laquelle il ne pensait surement pas faire face. « Sara » dit une voix familière mais d’un ton qui n’était pas très habituel. Je me fige, et toujours assise sur un des agresseurs, je me retourne. Un homme tenait de son gros bras Dominik par le cou, une arme contre sa tempe. Ma victime a donc le temps de reprendre le dessus, m’envoyant une décharge électrique qui me fit tomber sur le côté. Je ne peux être totalement consciente de la suite des événements, mais je crois le voir relâcher le brun en le poussant au sol, sortant ensuite, un gros sac sur l’épaule tel un père-noël crasseux, suivis d’un deuxième qui traînait le double, et du vicieux, qui en me regardant, rattacha doucement son bandeau sur son visage en sang. Il remit sa capuche et suivit ses deux acolytes, semblant très fier de son coup, alors que je tombais dans les vapes..

« Ana, réveille-toi ! » Dans mon lit, j’hausse un sourcil, me tournant dans mes couvertures. Comme d’habitude, il était sens dessus dessous, à croire que je me battais avec mes draps durant la nuit. Je grommelle, pose mon oreiller sur ma tête, étant une grande dormeuse. Pourtant, mon père ne semble pas rigoler, mais ce n’était pas comme si il était du genre à faire des blagues. Il ouvre mes rideaux brusquement puis tire sur mes couvertures. Le froid remplace désagréablement mon petit lit chaud et confortable. Je me redresse en colère. « Arrête papa ! » Les cheveux en bataille et à moitié endormie, je le regarde tourner mon sac de sport à l'envers et faire tomber son contenue sur le sol, y mettant plutôt tous les vêtements qui lui tombait sous la main. « Lève-toi ! » Laissant mon sac de sport tranquille, il s’approche de moi et m’attrape les deux bras, m’extirpant du matelas assez vite merci et sans aucune difficulté. « On part, habille-toi. » Il sort de ma chambre et me laisse en pyjamas, debout et sonnée, ne comprenant rien du tout à ce réveil matinal et brutal. J’entends du bruit en bas, je passe une main sur mon visage et dans mes cheveux avant de le retrouver à la cuisine. « Putain qu’est qui se passe, tu fais quoi ? » Il glissait maintenant tout le contenue de nos armoires dans un sac à poubelle. Il me lance un regard et semble être fou de rage à ma vue, certainement puisque je n’ai pas enfilé un jeans comme il me l’avait demandé. « Bon, comme tu voudras. » C’est tout ce qu’il me dit avant de lancer les vivres sur son épaule, m’attrapant et faisant de même avec moi, un geste auquel je ne m’attendais pas. Je n'en était pas encore consciente, mais mon père était bel et bien entrain de me sauver la vie. Étant méfiant et voyant le mal en chaque personne qu’il croisait, il ne pouvait simplement pas passer par-dessus la nouvelle d’un possible malade inconnu qui serait atteint de symptômes inquiétants. Il me fit embarquer dans son pickup et mis les sacs à l’arrière, montant sans perdre une seule minute du côté conducteur, et ne me laissant même pas le temps d’analyser la situation n’y même de comprendre ce qui se passait. C’est alors qu’au loin j’aperçue, elle aussi en pyjamas, la maigrichonne de voisine d’à côté se venger sur le pauvre chien de Martin, celui qui habitait derrière chez elle. Elle le détestait et régulièrement on pouvait l'entendre crier sur le clébard qui venait toujours faire pipi sur son terrain, rendant sa pelouse irréellement verte, parsemer de cercles jaunes. Elle fouillait dans son ventre ouvert, dégustant les organes de l’animal et se lichant même les doigts après le repas, snob même en zombards. Choquée sous cette vision d’horreur, je me tourne vers mon père qui démarrait déjà la voiture, je commençais doucement à comprendre son énervement et son impatience, même si tout cela me semblait bien irréel sur le coup. Une seule chose me vint instinctivement en tête, même si tout ce qui se passait autours de moi était pur folie, et que j'avais peine à y croire. Dominik est la deuxième personne après mon père à qui je tiens le plus sur cette planète, et assise à côté de mon paternel il ne manquait plus qu'une personne pour calmer la panique qui naissait doucement en moi. Comme par magie, il apparaît dans le rétroviseur, s'étant échapper de sa demeure. Debout derrière le pickup qu'il doit reconnaître comme étant celui de mon père, et moi je reconnais le regard qu'il y porte. Il semble effrayer et au moins autant inquiet que moi. Je sors ma tête par la fenêtre et mon père pèse violemment sur l’accélérateur, comme pour m'empêcher de lui crier quoi que ce soit, lui aussi sûrement conscient de la présence du brun. Malgré à quel point cela pouvait être cruel, cela ne m’étonne pas qu’il ne s’arrête pas pour l’embarquer, sachant que le laisser derrière nous devait faire son affaire et pas qu’à moitié, lui qui essayait de nous séparer même lorsque je n’avais que huit ans. Les larmes se mettent à couler alors que je m’éloigne de Dominik et que la chaos s’installe doucement autours de lui. Je n’avais même pas idée à quel point cette scène serait dur à oublier..

Assise dans la boîte du pickup de mon père, je découpe à l’aide d’un couteau un morceau d’une pomme que je porte ensuite à ma bouche. Depuis quelques jours on ne mangeait plus que ça, de quoi me dégoûter de ce fruit pour un bon moment, mais c’était toujours mieux que de mourir de faim. Arrêté en pleins milieu d’un champ de pommiers plutôt tranquille et dormant à la belle étoile, ce n’étais pas désagréable d’être choyer de ce petit moment de répit, et heureusement que ce printemps donnait la force à ces pauvres arbres de pondre des pommes pour nous, puisque voilà quelques mois que nous avions quitté Alexandria, une première pour moi, et nos réserves s’épuisaient un peu trop rapidement à mon goût. Soudain, des grognements virent pollué cette havre de paix et ce silence relaxant, ce qui a le don de me mettre en colère, épuisée de cet éternel course contre la montre, de ces combats, de fuir pour vivre. J’abandonne ma pomme et fixe le rôdeur qui s’avançait vers moi. Fermant un œil, je vise, puis lance mon couteau tâché de jus sucré d’une bonne force, ce plantant directement dans le crâne de la pourriture que cet homme était devenu. « Putain, ferme ta gueule. » Il tombe tête première contre le sol, ce qui a pour effet de laisser se glisser ma lame encore plus profondément dans son crâne sous son propre poids. Celle-ci se montre alors le bout du nez à l’opposé du point de rencontre que je lui avais ordonnée, ce qui me fait sourire. Je sors un nouveau couteau et découpe un deuxième morceau de pomme, nettement plus joyeuse que tout à l’heure. Pourtant, mon père ne tarde pas à me rejoindre, brisant à nouveau le silence que je venais à peine de remettre en place. Il était partit il y a à peu près une heure pour chercher la maison des personnes qui autrefois s’occupaient de cette endroit aujourd'hui abandonnée. « J’ai trouvé de l’essence dans l’un des tracteurs, des céréales protéinés, trois livres, une hache et des antidouleurs. » Ces pommes en valait le coup après tout, les agriculteurs étaient plus armées que nous, ceux qui vivaient en ville, quoi qu’avec mon père on ne manquait pas d’armes, mais ça ce n’était dût qu’à sa paranoïa, et pas beaucoup de gens avait la chance, ou la malchance cela dépendait des jours et de la circonstance, d’être élevé par un parent un peu trop prudent, voir même, à l’extrême. « Montre les livres ? » Il me les tend, et tout en finissant ma pomme, je les survole rapidement après m’être délecté de chacune de leurs quatrième de couverture. Je n’étais pas vraiment bouquin, pas que je n’aimais pas lire, mais plutôt parce que je n’avais jamais vraiment eu le temps de me poser, j’avais toujours quelque chose de plus important à faire. « Je reviens, il y avait d’autre tracteurs plus loin, plus d’essence serait pas de refus » J’hoche de la tête, quittant à peine le livre que je tenais entre mes mains des yeux. « Mh » fais-je simplement discrètement, étant loin de me douter que c’était la dernière chose que je dirais à mon père avant un bon moment. À peine était-il partit, s’effaçant au loin, que des grognements me sortent de ma lecture. Comme je vous le disais, je n’ai jamais le temps de me poser pour ouvrir un bouquin. Je saute du camion, faisant face à trois de ces monstres. Le premier reçu mon deuxième couteau entre les deux yeux, avant que je puisse me pencher pour récupérer le premier. Je plante ma lame dans l’œil du prochain, qui ouvrit la bouche à la vue de mon avant-bras qui ne put malheureusement pas croquer. Une fois au sol, j’aplatis son crâne du derrière de ma botte, m’assurant ainsi de son éternel repos. Sortant mon arbalète, je laisse une flèche quitté l’arme pour abattre le troisième. Pensant en être venu à bout, et me disant qu’il serait plus prudent de bouger lorsque mon père reviendrait, je me penche pour récupérer ma flèche et mon couteau, tout les deux souillés d’une bouillis peu appétissante de cervelle en décomposition. Surprise. Me redressant, je vois s’approcher une bonne quinzaine de rôdeurs, et malgré mes aptitudes, je savais pertinemment que sans mon père, je ne pourrais tous les abattre. Regardant à gauche puisque d’autres grognements chatouillaient mon oreille, je me rends compte qu’ils avaient amenés des copains. « Fuck ! » Je prends mes jambes à mon cou, gaspillant ma dernière fusée de détresse pour que ces débiles ne me suivent pas. La lumière rouge jaillit entre mes mains alors que je cours en direction de mon père, je lance ensuite la fusée de toutes mes forces vers les dévoreurs d’hommes qui se jettent rapidement dessus, mais deux d’entre eux s’acharnent à vouloir me bouffer. Tant pis, je dois trouver mon père. Je les laissent me suivre, courant entre les pommiers tout en regardant autours, alarmée. Je ne voyais mon père nulle part. « Papa ! » Je panique et peine à respirer, et ce n’était pas la course qui alarmait mon cœur et mes poumons. Je cours, et pourtant, je ne trouve aucune maison, arrivant au bord d’une route déserte. La nuit tombait, j’avais perdue beaucoup de ce que nous avions amassé avec mon père, et j’étais seule. Tout ça me fit presque oublier les deux affamés qui me suivaient depuis tout à l’heure, ne s’épuisant pas une seule minute. Le premier me surprit par derrière, manquant de prêt mon épaule avec ces dents crasseuses qui ne firent que claquées entre elles, et heureusement. Je tombe contre les feuilles, recule jusqu'au centre de la route pour gagner du temps. Pow Pow ! Deux balles quittent ensuite mon Colt, arrêtant une bonne fois pour toute leurs estomacs insatiables. « Trois. » C’est tout ce que j’arrive à dire ; le nombre de balles restantes dans mon arme, couchée en plein milieu d’une longue route sans fin alors que les étoiles s’installaient dans le ciel. Me voilà seule.

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________

_- -_
I HATE YOU SO MUCH & I THINK
MY HEART DIDN'T GET THE MEMO
WE ARE LIKE SUN AND RAIN
I wanna fight but I can't contend
Every time I run, I keep on falling
I keep on  f a l l i n g  on  y o u





Dernière édition par A. Sara Perceval le Jeu 13 Aoû - 5:57, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: SARA ϟ You smile in my face then rip the breaks out my car. Ven 31 Juil - 11:15

on dit quand même bienvenu dans ton cas de multi comptes?

lol
allez bienvenue à Anastasie
au plaisir de lire ses exploits, elle a l'air d'avoir un sacré caractère
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Certainement pas !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21975

× Points de vie : :
425

× Copyright : :
© schizophrenic (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: SARA ϟ You smile in my face then rip the breaks out my car. Ven 31 Juil - 11:25

Emilia en bruuuune excite Je te l'avais pas dit par MP alors: c'est un super choix coquin
Re-re-re-re-re-bienvenue chez toi yeux

_________________
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
Revenir en haut Aller en bas

GRAPHISTE
avatar



Our home, our rules, respect them or
Bitches receive stitches
Trolls receive eighty-sixes

Stick around if you’re housebroken
Can’t hold your shit, hold your tongue, you got to go
Should you choose to react like an imbecile
You’ll in turn be treated so


× A propos du vaccin : :
OUI

× Âge du perso : :
38

× Localisation (+ avec qui) :
Partout et nul part.

× Avant, j'étais : :
Militaire.

× Messages : :
6307

× Points de vie : :
61

× Copyright : :
FRIMELDA ( Avatar ) - SWAN ( + Signature + gifs signature ) - TUMBLR ( Gif profil )

× Avatar : :
Tom Hiddleston

× Et ton p'tit pseudo ? : :
SWAN

WANNA SEE MORE ?

http://swanlive.livejournal.com/

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: SARA ϟ You smile in my face then rip the breaks out my car. Ven 31 Juil - 13:20

OMG, t'es dingue toi ! face
Re-Re-Re-Re avec ce nouveau qui promet un max aussi choupette !
Puis Emilia quoi ... 05

_________________
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


- " . ' - " . ' -" . ' - " . ' -
you can beat me black and blue
every wound will shape me
every scar will build m y t h r o n e
- " . ' - " . ' -" . ' - " . ' -

× A propos du vaccin : :
Jamais entendu parler de ce vaccin.

× Âge du perso : :
Vingt-six ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie avec ce con de Dwight.

× Avant, j'étais : :
Entraîneuse de boxe, parfois moi-même sur le ring.

× Messages : :
1306

× Points de vie : :
65

× Copyright : :
MYERS. (signature), Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Emilia Clarke.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: SARA ϟ You smile in my face then rip the breaks out my car. Ven 31 Juil - 14:56

Je sais, mais je peux pas résister. excite mdl
Merci beaucoup à vous trois. leche coquin coeurrose
mouton lalala lapin

_________________

_- -_
I HATE YOU SO MUCH & I THINK
MY HEART DIDN'T GET THE MEMO
WE ARE LIKE SUN AND RAIN
I wanna fight but I can't contend
Every time I run, I keep on falling
I keep on  f a l l i n g  on  y o u



Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: SARA ϟ You smile in my face then rip the breaks out my car. Ven 31 Juil - 18:06

Je crois que la formule c'est (re)bienvenue avec ce nouveau personnage ^^
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


- " . ' - " . ' -" . ' - " . ' -
you can beat me black and blue
every wound will shape me
every scar will build m y t h r o n e
- " . ' - " . ' -" . ' - " . ' -

× A propos du vaccin : :
Jamais entendu parler de ce vaccin.

× Âge du perso : :
Vingt-six ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie avec ce con de Dwight.

× Avant, j'étais : :
Entraîneuse de boxe, parfois moi-même sur le ring.

× Messages : :
1306

× Points de vie : :
65

× Copyright : :
MYERS. (signature), Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Emilia Clarke.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: SARA ϟ You smile in my face then rip the breaks out my car. Ven 31 Juil - 18:58

Haha, merci beaucoup. hinhin coeurrose

_________________

_- -_
I HATE YOU SO MUCH & I THINK
MY HEART DIDN'T GET THE MEMO
WE ARE LIKE SUN AND RAIN
I wanna fight but I can't contend
Every time I run, I keep on falling
I keep on  f a l l i n g  on  y o u



Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar


#We have a fast car, we want a ticket to anywhere. Maybe we make a deal. Maybe together we can get somewhere.
Anyplace is better.


***

#Nothing could kill me like you do. You're going straight to my head and I'm heading straight for the edge. I pick my poison and it's you.♥️



JovousaimeFort:
 

× Âge du perso : :
17 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Sur les routes de Californie, partageant une magnifaïque jeep cyan aux côtés de Nikolaï et Alixen

× Avant, j'étais : :
Un collégien turbulent

× Messages : :
2619

× Points de vie : :
25

× Copyright : :
©popgun (vava) - ©Popgun & ©Merenwen (gifs) - ©MACFLY (sign)

× Avatar : :
Chandler Riggs

× Et ton p'tit pseudo ? : :
PopGun

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: SARA ϟ You smile in my face then rip the breaks out my car. Ven 31 Juil - 22:17

Spoiler:
 

J'ai rien à ajouter de plus. Je crois que tout est dit.
Ah si, re-bienvenue. 8D
bed douche sxbd tank

_________________

You're oxygen and i'm dying to breathe
Sometimes, you have to drop the old to catch the new

ChipsMan:
 
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


- " . ' - " . ' -" . ' - " . ' -
you can beat me black and blue
every wound will shape me
every scar will build m y t h r o n e
- " . ' - " . ' -" . ' - " . ' -

× A propos du vaccin : :
Jamais entendu parler de ce vaccin.

× Âge du perso : :
Vingt-six ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie avec ce con de Dwight.

× Avant, j'étais : :
Entraîneuse de boxe, parfois moi-même sur le ring.

× Messages : :
1306

× Points de vie : :
65

× Copyright : :
MYERS. (signature), Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Emilia Clarke.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: SARA ϟ You smile in my face then rip the breaks out my car. Ven 31 Juil - 22:21

Oh my goood. prosterne mdl
Merci bien sale gosse. leche cogne
feu douche cannibale

_________________

_- -_
I HATE YOU SO MUCH & I THINK
MY HEART DIDN'T GET THE MEMO
WE ARE LIKE SUN AND RAIN
I wanna fight but I can't contend
Every time I run, I keep on falling
I keep on  f a l l i n g  on  y o u



Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: SARA ϟ You smile in my face then rip the breaks out my car. Sam 1 Aoû - 14:44

Rebienvenuuue excite
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


- " . ' - " . ' -" . ' - " . ' -
you can beat me black and blue
every wound will shape me
every scar will build m y t h r o n e
- " . ' - " . ' -" . ' - " . ' -

× A propos du vaccin : :
Jamais entendu parler de ce vaccin.

× Âge du perso : :
Vingt-six ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie avec ce con de Dwight.

× Avant, j'étais : :
Entraîneuse de boxe, parfois moi-même sur le ring.

× Messages : :
1306

× Points de vie : :
65

× Copyright : :
MYERS. (signature), Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Emilia Clarke.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: SARA ϟ You smile in my face then rip the breaks out my car. Sam 1 Aoû - 17:27

Merciii. excite

_________________

_- -_
I HATE YOU SO MUCH & I THINK
MY HEART DIDN'T GET THE MEMO
WE ARE LIKE SUN AND RAIN
I wanna fight but I can't contend
Every time I run, I keep on falling
I keep on  f a l l i n g  on  y o u



Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: SARA ϟ You smile in my face then rip the breaks out my car. Sam 1 Aoû - 20:17

Rebvienvenue et bon choix pour l'avatar, j'aime beaucoup Emilia bril
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


× A propos du vaccin : :
.

× Âge du perso : :
.

× Localisation (+ avec qui) :
.

× Avant, j'étais : :
.

× Messages : :
7097

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
Minako

× Avatar : :
Jared Leto

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Morphine

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: SARA ϟ You smile in my face then rip the breaks out my car. Sam 1 Aoû - 20:55

sexy lady pour ce nouveau personnage Smile

rebienvenue parmi nous I love you je valide le code !
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: SARA ϟ You smile in my face then rip the breaks out my car. Sam 1 Aoû - 21:46

Tu peux y arriver collègue nouvelle ! (ou pas) *Se sent seul*
Bonne chance pour la fin de te fiche ahah Smile
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


- " . ' - " . ' -" . ' - " . ' -
you can beat me black and blue
every wound will shape me
every scar will build m y t h r o n e
- " . ' - " . ' -" . ' - " . ' -

× A propos du vaccin : :
Jamais entendu parler de ce vaccin.

× Âge du perso : :
Vingt-six ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie avec ce con de Dwight.

× Avant, j'étais : :
Entraîneuse de boxe, parfois moi-même sur le ring.

× Messages : :
1306

× Points de vie : :
65

× Copyright : :
MYERS. (signature), Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Emilia Clarke.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: SARA ϟ You smile in my face then rip the breaks out my car. Dim 2 Aoû - 3:40

Merci beaucoup à vous quatre. yeux
Je sais Emilia est trop jouliiie. bril

_________________

_- -_
I HATE YOU SO MUCH & I THINK
MY HEART DIDN'T GET THE MEMO
WE ARE LIKE SUN AND RAIN
I wanna fight but I can't contend
Every time I run, I keep on falling
I keep on  f a l l i n g  on  y o u



Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Certainement pas !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21975

× Points de vie : :
425

× Copyright : :
© schizophrenic (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: SARA ϟ You smile in my face then rip the breaks out my car. Jeu 13 Aoû - 23:17


_________________
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: SARA ϟ You smile in my face then rip the breaks out my car.

Revenir en haut Aller en bas

SARA ϟ You smile in my face then rip the breaks out my car.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: DON'T BE SCARED :: WHO ARE YOU ? :: FINISHED-