{FLASHBACK} The rabbit War #Alixen | Finitõ.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
Le 10/11/2016 : le forum a quatre ans & sa saison 5 est mise en place. Le 27/08/2017 : 24ème version du forum installée. Les awards & autres nouveautés sont à consulter ici.
Oh la la qu'est-ce que vouuuuus aiiiiiime !! coeurrose lele Et si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ?

Partagez| .

{FLASHBACK} The rabbit War #Alixen | Finitõ.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

ADMINISTRATOR
avatar


I'M SUPPOSED TO CARE ?
Maybe this time I can be strong
Maybe this time I can go far



× A propos du vaccin : :
Je connais quelqu'un de vacciné et ça n'a pas vraiment l'air d'être une partie de plaisir... Ça sera sans moi.

× Âge du perso : :
Vingt-neuf ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
À Bodie.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2243

× Points de vie : :
42

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: {FLASHBACK} The rabbit War #Alixen | Finitõ. Sam 29 Aoû - 15:52


Alixen x Fredricksen
The rabbit War between two idiots
Just one more time before I go, I'll let you know that all this time I've been afraid wouldn't let it show. Nobody can save me now, no.. Nobody can save me now. Stars are only visible in the darkness, fear is ever-changing and evolving, and I, I can poison the eyes, and I, I feel so alive. Nobody can save you now. The king is crowned. It's do or die! The only sound is the battle cry.

Je pouvais entendre ces petits pas contre les feuilles mortes, délicatement enrobé dans une fine couche de glace. Il n’y avait qu’un délicat tapis de neige sous les miens, et il faut dire qu’on n’était pas en pleine canicule. J’estimais qu’on était en mi-Novembre, et je me demandais bien ce qu’un lapin pouvait foutre en dehors de sa tanière en ce temps si de l’année, mais peu importe, je remerciais qui conque était responsable de ce petit miracle. Cela faisait un bon dix minutes que j’attendais le bon moment pour l’attraper, inutile de faire fuir le seul gibier qu’il y avait à cent mille à la ronde, et il faut dire qu’armé comme j’étais, plus préparé pour du gros gibier qu’autre chose, je devais être sûr de mon coup avant de frapper, j’étais bien décidé à me l’offrir comme dîner, enfin quelque chose de plus ou moins décent et bon à faire griller. Il n’était pas très gros, mais il boucherait bien un petit creux. S’arrêtant finalement au beau milieu d’une petite plaine, je reste camouflé entre les arbres dégarnis, observant l’animal. J’avais déjà l’eau à la bouche, et rien n’aurait pu me faire détourner les yeux de mon futur repas bien mérité, et c’est pourquoi je ne me rendu point compte de la présence d’une autre personne, juste en face de moi, elle aussi camouflée entre les arbres et surement tout aussi concentrée sur la proie pour me remarquer moi. Ainsi, on plonge au même moment, finissant presque tête contre tête, et laissant filer le lapin à toute vitesse entre nous deux. Je fais quelques pas dans sa direction, mais il avait déjà réussis à s’engouffrer dans le reste de la forêt. Je serre les dents, même mon estomac semble se mettre en colère, grondant. Je m’énerve, lançant ma machette contre le sol. S’enfonçant dans la terre froide, elle reste droite comme un pique, bien dirigée par son propriétaire. Je me tourne vers la brune, la foudroyant du regard. Bien entendu c’était de sa faute, elle avait fait fuir la seule chose de potable qu'il y avait dans ce trou, à moins qu’elle se plaise bien à mâcher des feuilles mortes. « Putain ! Mais qu’est que t’as fait ?! Bordel, t’es imbécile ou quoi ! » À l’aide de deux de mes doigts, je frappe ma tempe quelques fois, lui faisant bien comprendre à quel point je pouvais la trouver stupide. « Je mange quoi maintenant ! Bordel, j’ai jamais vu une stupide pareil j’te jure ! » Je me retourne, essayant de me calmer, même si à ce moment précis, j’avais qu'une seule envie, et c'était bien de péter une sale coche de mongole. Une chance qu'il n'y avait rien ici à lui balancer par la tête, parce que si nous étions dans une maison, j’aurais surement jeter tout ce qui avait le malheur de me passer sous la main dans sa direction.

J'avais une faim de loup, je n'avais rien manger depuis trop longtemps maintenant, et en plus de me faire un mal de chien, cela me ralentissait, je ne pouvais plus courir aussi longtemps, aussi vite, je ne frappais plus aussi fort et j'étais moins attentif, de plus que ce froid n'aidait en rien à améliorer ma condition. Par chance, en temps de neige, les rôdeurs étaient moins nombreux, quelques uns étaient surement congeler quelque part dans le nord, et c'était tant mieux, mais cela ne les ralentissaient pas assez pour qu'on puissent se permettre de baisser notre garde, ou de fermer l’œil sans aucune arme entre les mains juste au cas où. Maintenant c'était fichu, le dîner était maintenant bien loin devant nous, et bonne chance pour trouver une autre petite bête qui aurait curieusement décidé de se montrer le bout du nez en pleine hiver. Non, on ne retrouvais jamais une tel opportunité, et visiblement, vu la chance qu'il y avait qu'une autre personne suive le même gibier que moi, elle n'avait pas pris mon partie, alors je devais me faire à l'idée ; pas de petite viande délicieuse pour le dîner ce soir, que du vent et une petite brune sans cervelle sur la carte du menu. En vrai, je commençais à paniquer un peu, je pourrais tuer pour un peu de nourriture, même celle-là, pendant ne serait-ce qu'une fraction de seconde, j'ai bien aimer l'idée de ma machette entre ces deux yeux, et ce n'était pas moi d'agir ainsi, normalement je faisais seulement croire que j'en était capable, mais en réalité je savais que non, que peu importe à quel point je voulais changer, il y avait toujours cette petite part de douceur en moi, et ça, c'était une bonne façon de se faire tuer et puis c'est tout. Je respire un bon coup. Optimise, optimise, optimise. Je sens l'air frais entré dans mes poumons avant que la chaleur de mon corps ne les enveloppe à nouveau tel une grosse couverture douce. Je trouverais autre chose.

- CODE PAR MYERS -

_________________

_- -_
IN MY HEART, IN THIS COLD HEART
I  C A N  L I V E  O R  I  C A N  D I E
Did you ever f i g h t  it ? All of the p a i n
So much power, running through my veins
All my life, I've been playing games
Bleeding, I'm b l e e d i n g
It tears my apart





Dernière édition par Fredricksen A. Hardwick le Mer 4 Mai - 0:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar


Monsters under my bed. Monsters inside my head. I don't know when they'll leave. But they say that they're here to stay.


LUXEN:
 


è_é:
 

× A propos du vaccin : :
En route pour le faire même si elle ne croit pas en ce vaccin.

× Âge du perso : :
17 ans

× Localisation (+ avec qui) :
En route pour rejoindre les Sauveurs avec Luke & Niko, actuellement à Yoyo

× Avant, j'étais : :
collégienne et fille de pasteur dévouée

× Messages : :
1183

× Points de vie : :
26

× Copyright : :
Avatar : merenwen ; sign by lizzou

× Avatar : :
Madison Davenport

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Merenwen

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} The rabbit War #Alixen | Finitõ. Sam 5 Sep - 20:03

 
The rabbit WarFredricksen & Alixen
Jour après jour luisait un soleil pâle impuissant. Les tiraillements de son ventre guidaient ses pas à travers le tapis blanc de neige. Et sa faim – une faim qui vous brûlait et vous rongeait, tel un maître insatiable. Rien ne bougeait ce mois-là, le paysage restait figé comme un diorama incolore et sans vie. L'air froid lui mordait les joues et lui pinçait les oreilles. L'herbe givrée et blafarde crissait sous ses pas alors qu'elle s'enfonçait dans la forêt. Quelque chose finit par bouger dans l'obscurité, à la lisière du bois et elle distinguait près d'un arbre un lapin, le museau frémissant. Un sourire éclaira le visage de la brune à la vue de son futur repas. Enfin ! Une occasion rare qu'elle n'était pas prête de laisser filer. Cela faisait des heures et des heures, qu'elle cherchait quelque chose à se mettre sous la dent ayant épuisé son stock de nourriture qu'elle avait volée à droite et à gauche.

Étant planquée derrière la belle cachette que lui offrait les arbres, elle calait silencieusement son arme contre sa ceinture. Sa faucille n'était pas du tout faite pour un animal si petit. Cette fois-ci Alixen allait devoir utiliser ses petites mains pour l'attraper et l'achever avec son arme. Elle ne quittait pas des yeux le lapin, attendant patiemment le bon moment pour surgir de sa cachette. Après ce qui lui sembla une attente interminable, la boule de poil sembla assez à sa portée pour l'avoir du premier coup. Alors, la brune plongeait certaine d'attraper son repas. Cependant, c'était sans compter la présence d'un homme qui avait plongé lui aussi, en même temps qu'elle. Résultat, le lapin s'enfuyait sans qu'elle puisse avoir le temps de faire quoi que ce soit. Grinçant des dents de mécontentement, la brune se relevait rapidement. Sérieusement ? Comment quelqu'un pouvait être aussi con franchement ? Ses yeux se dirigeaient vers le nouveau venu lui jetant un regard noir alors qu'elle croisait ses bras, pas du tout impressionnée par l'inconnu. Mais, elle n'était pas au bout de ses peines, l'inconnu commença à l'insulter et rejeter la faute sur elle. Évidemment... Les hommes tous les mêmes... Même pas capable de reconnaître leurs propres erreurs.

- Moi qu'est-ce que j'ai fait ?! Tu t'es vu un peu ? Je n'ai jamais vu quelqu'un d'aussi gauche ! Je l'aurais largement attrapé si tu n'avais pas été là !

Elle l'avait presque eu, ce lapin de malheur. Son plan se serait déroulé à la perfection, si lui aussi n'avait pas plongé en même temps qu'elle. Franchement, quelles étaient les chances qu'une telle chose se produise ? Et voilà que maintenant, il se plaignait ! C'était la meilleure !

- Je pense que tu es assez grand pour savoir te débrouiller tout seul. Et je t'interdis de me parler comme ça ! Ne me prends pas responsable pour tes propres conneries !

Pour qui se prenait-il pour la traiter ainsi ? Sans doute pour un de ces adultes qui prennent tous les autres de hauts et surtout les plus jeunes qu'eux, se croyant meilleurs que tout le monde. Il fallait qu'il redescende un peu et qu'il apprenne que dans la majorité des cas, c'est plutôt les plus jeunes qui sont les plus malins. Et cela, Alixen comptait bien lui apprendre. Alors qu'elle semblait s’avancer vers l'inconnu, elle s’arrêta à mi-chemin, son idée bien en tête.

- Et je pense que de nous deux le plus idiot, c'est bien toi. Ce n'est pas très intelligent de jeter son arme à terre en face d'une personne que tu ne connais pas, d'autant plus si c'est pour ensuite l'insulter ...

En disant ses mots, elle faisait courir ses doigts effilés sur le manche de la machette qui était enfoncée dans la terre, un sourire espiègle dessiné sur ses lèvres alors qu'un regard provocateur se logeait dans ses yeux bleus. Vraiment pas intelligent... Une erreur, qu'elle, ne se serait jamais permise de faire. Il fallait vraiment être idiot pour faire une telle chose, d'autant si son premier but avait été de l'impressionner, de lui faire peur. Même pour un excès de colère, ceci n'était pas admissible. De plus, c'était surement lorsque l'on était le plus en colère, que l'on faisait le plus d'erreurs. Alix le savait elle-même c'était parque la haine avait enveloppée tout son corps qu'elle avait fini par tuer deux hommes, ceux qui avaient assassiné son père. Quelque part c'était une erreur, mais ce n'était pas pour autant qu'elle le regrettait. Jamais, elle ne regretterait.
   

Whataya Want From Me
© sumptuous reign.

_________________
My shallow heart's the only thing that's beating;
I'M WALKING DOWN THE LINE THAT DIVIDES ME SOMEWHERE IN MY MIND ON THE BORDER LINE. OF THE EDGE AND WHERE I WALK ALONE. READ BETWEEN THE LINES. WHAT'S FUCKED UP AND EVERYTHING'S ALRIGHT. CHECK MY VITAL SIGNS TO KNOW I'M STILL ALIVE.
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


I'M SUPPOSED TO CARE ?
Maybe this time I can be strong
Maybe this time I can go far



× A propos du vaccin : :
Je connais quelqu'un de vacciné et ça n'a pas vraiment l'air d'être une partie de plaisir... Ça sera sans moi.

× Âge du perso : :
Vingt-neuf ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
À Bodie.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2243

× Points de vie : :
42

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} The rabbit War #Alixen | Finitõ. Mar 29 Sep - 16:37


Alixen x Fredricksen
The rabbit War between two idiots
Just one more time before I go, I'll let you know that all this time I've been afraid wouldn't let it show. Nobody can save me now, no.. Nobody can save me now. Stars are only visible in the darkness, fear is ever-changing and evolving, and I, I can poison the eyes, and I, I feel so alive. Nobody can save you now. The king is crowned. It's do or die! The only sound is the battle cry.

Okay, peut-être que j’y étais allé un peu fort, mais ce n’était pas de ma faute, c’était mon estomac. Plus vide que ça tu meurs, et littéralement. Dès l’instant où j’avais posé les yeux sur cette petite chose -bien qu’elle était mignonne- j’avais eu l’eau à la bouche et dans les airs j'avais perçu l’odeur de sa petite chaire grillée… Il y avait une chance sur mille qu’une personne soit au même endroit que moi en même temps, et se rende compte de la présence du même petit animal. Je souffle, ouvrant ensuite la bouche pour lui présenter des excuses, mais bien rapidement, elle refoula mes belles paroles bien loin, trop loin, et cela avant même qu’une seule cyclable ne s’y échappe. Alors bravo, j’étais tombé sur un sale caractère presque aussi chiant que le mien, vraiment, Dieu m’en voulait. Déjà, le lapin n’aurait pas rassasié ma faim, il l’aurait seulement calmé quelques heures tout ou plus, alors je ne me voyais pas du tout partager ses maigres petits morceaux, encore moins maintenant qu’elle venait de m’imploser au visage son caractère prononcé. Aussitôt, je me remets en colère, impossible de faire marche arrière maintenant, elle avait nourrit la bête et la bête en voulait toujours plus. « Moi qu'est-ce que j'ai fait ?! Tu t'es vu un peu ? Je n'ai jamais vu quelqu'un d'aussi gauche ! Je l'aurais largement attrapé si tu n'avais pas été là ! » Moi qui pensais lui dire que je m’étais emporté et que ce n’était la faute de personne en fin de compte, que c’était le destin et que le destin s’amusait un peu trop à se foutre de nous, en fin de compte… Rien n’avait changé, mais j’avais bien l’intention de vider mon sac et de passer mes nerfs d’affamé sur la brune qui se permettait elle aussi, le destin allait être servit. J’éclate de rire, passant une main devant mes lèvres, espiègle, comme si je m’en voulais de rigoler, tournant la tête vers la gauche avant que mes yeux ne s’accroche de nouveau au regard enflammé de la jeune femme, prenant un ton qui voulait tout dire. « Awww, pauvre petite chose. Tu as des problèmes de confiance en toi? Tu as besoin que je te dise que tout iras bien et que tu es la meilleure? » Oui, je la prenais pour une imbécile, et oui, je jouais avec le feu, mais tant pis, c’était amusant, et Dieu sait que j’en avais besoin après cette déception. Après tout, si elle était pour passer ses nerfs sur moi, ce qu’elle était bien partit pour faire, je n’allais pas me gêner moi non plus. « Je pense que tu es assez grand pour savoir te débrouiller tout seul. Et je t'interdis de me parler comme ça ! Ne me prends pas responsable pour tes propres conneries ! » Je lève les yeux au ciel, elle était sérieuse là? Vraiment? Elle se rendait compte au moins que cette foutue boule de poil était un putain de miracle durant une telle période de l’année au moins? Et que les vivres ne se trouvaient pas comme ça? Surtout dans ce coin perdu de l’état… « Mais t’es stupide ou quoi? Tu trouves ça drôle peut-être? La bouffe ne court pas les rues j’te rappelle, y’a juste des putains de cannibales qui en veulent à nos culs, alors NON j’sais pas c’que j’pourrais bien trouver, ce putain de rongeur était surement la seule chose potable à des kilomètres à la ronde! Et j’te parle comme j’veux, tu te prends pour qui? La Reine Elizabeth? » J’en croyais pas mes oreilles, et puis quoi encore! C’est pas ma mère, putain de bordel de merde.

Comme si je n’en avais pas assez vu, elle décide de s’aventurer près de ma machette, glissant les doigts contre le manche. Si elle essayait de me faire peur, c’était raté, elle arrivait seulement à me mettre de plus en plus en colère, ce n’était que provocation à mes yeux. Je n’avais pas peur pour ma vie, oh ça non, surtout pas vu la taille et les petits bras de mon adversaire, mais personne ne touchait à ma machette, et je dis bien personne. Je serre les poings, et mes dents suivent le même rythme. Pourtant, je ne fais rien que je pourrais regretter, il fallait être plus malin qu'elle. Je pensais rarement avant d'agir, j’étais du genre impulsif, oui parce que souvent la colère était plus puissante que ma bonne conscience et que tout le reste d’ailleurs. Malgré que cette brune sache comment me faire fulminer, je décide de ne pas lui sauter à la gorge, même si ce n’était pas l’envie qui manquait, puis laisse mes jointures blanchis de force redevenir d’une teinte rosée. Je me tourne vers elle, m’avançant tranquillement, un plan d’attaque se traçant dans mon esprit, oui et tout cela pour une machette, mais mine de rien, elle était la seule à ne jamais me faire faux bond. « Écoute, j’suis vraiment désolé, j’me suis emporté.. J’ai pas mangé depuis un bout et j’imagine que c’est ton cas aussi, déjà personne ne pouvait prévoir qu’on suivait tous les deux la même bestiole… » Maintenant assez proche pour que la situation puisse de nouveau m’être en main, je change de de masque, passant du gars sympa au meurtrier sanguinaire et sans pitié. « … mais une chose est sûre… » Je la pousse d’un coup sec pour qu’elle s’éloigne de mon arme, laissant également de côté ma voix douce, empruntant un ton grave et sèche comme l’était ma gorge en ses temps froid. « Cette lame est beaucoup trop belle et lourde pour toi. » Attrapant de nouveau mon arme et la délogeant de la terre froide, je passe quelque coup de main contre celle-ci comme si le seul fait que la brune y ait laissé glisser ses petits doigts quelques secondes sur larme y auraient laissé un microbe dégoûtant comme signature. Cette fille se prenait vraiment, mais alors vraiment beaucoup trop au sérieux, et le pire c’est qu’elle se croyait dur comme fer. Si elle était tombée sur quelqu’un de beaucoup moins aimable que moi, elle aurait surement finit en rondelle, et Dieu sait que des beaux salops ils y en n’a, surtout maintenant que l’apocalypse s’est déclaré. Plus de règles, plus de justice, et certains en profitait pour se laisser allez. « J’te conseille de faire un peu moins la fière à l’avenir, tu sais que tu aurais pu tomber sur bien pire que moi, et heureusement je ne suis pas capable du pire, parce que crois-moi, il y en n’a qui n’aurais pas hésité une seule seconde à faire de toi un poupée gonflable ma jolie. » Peut-être que ça ne ressemblait pas à ce que c’était réellement, mais je la conseillais vraiment, et même mon air sérieux ne pouvait surement pas la convaincre du bon vouloir de mes paroles. Elle me tapait sur les nerfs, mais je ne lui souhaitais pas le pire quand même, et vu comment elle agissait, cela ne m’étonnerait pas, tristement, qu’un beau jour elle tombe sur un monstre, pire que moi, pire que ces cannibales qui nous courent après jours et nuits. Pire que tout, et qui lui ferrais vivre… Dieu sait quoi, mais des choses beaucoup plus atroces que ce qu’elle a dû vivre ces dernières années de survie et d’éternel combat contre la mort et ces fidèles soldats à moitié mort.

- CODE PAR MYERS -

Spoiler:
 

_________________

_- -_
IN MY HEART, IN THIS COLD HEART
I  C A N  L I V E  O R  I  C A N  D I E
Did you ever f i g h t  it ? All of the p a i n
So much power, running through my veins
All my life, I've been playing games
Bleeding, I'm b l e e d i n g
It tears my apart





Dernière édition par Fredricksen A. Hardwick le Mer 4 Mai - 0:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar


Monsters under my bed. Monsters inside my head. I don't know when they'll leave. But they say that they're here to stay.


LUXEN:
 


è_é:
 

× A propos du vaccin : :
En route pour le faire même si elle ne croit pas en ce vaccin.

× Âge du perso : :
17 ans

× Localisation (+ avec qui) :
En route pour rejoindre les Sauveurs avec Luke & Niko, actuellement à Yoyo

× Avant, j'étais : :
collégienne et fille de pasteur dévouée

× Messages : :
1183

× Points de vie : :
26

× Copyright : :
Avatar : merenwen ; sign by lizzou

× Avatar : :
Madison Davenport

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Merenwen

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} The rabbit War #Alixen | Finitõ. Dim 22 Nov - 16:05

 
The rabbit WarFredricksen & Alixen
Des jours et des jours... Presque des semaines... Autant de temps passé sans plus jamais croiser personne. Tellement qu'elle aurait presque finit par croire que l'hiver en plus des zombaques aurait eu raison des derniers survivants. Mais cela serait se montrer égocentrique de penser une telle chose et plutôt déprimant. Alixen avait beau embrasser la solitude, elle ne verrait pas l'intérêt de continuer dans un monde où les humains n'étaient plus. Mais finalement, en fin de compte, cela ne lui aurait pas dérangé de ne plus croiser personne encore un petit temps, maintenant qu'elle était face à ce type. Ce type qui en plus d'avoir fait enfuir son repas, n'était - pour rester polie - qu'un idiot finit. Elle le placerait facilement dans le top dix. En plus, il se permettait de se foutre littéralement de sa gueule. A son tour, elle décidait d'agir aussi hypocritement que lui.

- Non merci, je le sais déjà. Pas besoin qu'une autre personne me le dise. Mais merci quand même d'avoir proposé !

Ponctuant ses paroles de son plus beau faux-sourire. Non, ses paroles étaient loin de la stricte vérité. Elle n'en pensait pas un mot, mais se lançait dans le merveilleux jeu qu'était la provocation. La brune ne se pensait pas être la meilleure mais n'avait encore moins des problèmes de confiance en soi. De son point de vue, croire qu'on était le meilleur, était le meilleur moyen d'entraîner sa propre mort. Alixen n'avait pas du tout envie que la stupidité soit la raison qui entraînera sa mort. Mourir en héros n'était pas non plus dans ses projets, parce que mourir en héros voulait dire mourir pour une ou plusieurs personnes. Ce qui ne lui ressemblait pas du tout. Pour cela il faudrait qu'elle s'attache à quelqu'un et c'est la chose qu'elle évite absolument de faire. Elle ne veut plus perdre, elle ne veut plus être faible alors à chaque nouvelle rencontre, elle ne montre que ce qu'il y a de plus mauvais en elle.

- Nan, elle est trop vieille. La pauvre, elle a déjà du se faire bouffer par ses gardes à l'heure qu'il est.

Il semblait que la jeune Alix voulait aller de plus en plus loin dans son jeu de la provocation, car au-delà d'user ses mots, elle passait désormais à l'action trouvant en la machette de l'inconnu, une occasion de lui faire une petite leçon. Qui semblait fonctionner apparemment aux premiers abords, au vu de ses excuses. Des paroles avec lesquelles, elle était d'accord, mais ce n'était pas pour autant, que la jeune fille s'attendrissait et lui pardonnait. Un soupir s'échappa de ses lèvres alors qu'elle roulait des yeux. Cet instant où elle avait légèrement baissé sa garde suffit pour qu'elle se retrouve poussé par l'homme. Comment avait-il osé ? Il allait le regretter c'est sûr. Son sang semblait battre dans ses tempes, pourtant les nouvelles paroles qui lui parvint aux oreilles lui arracha un rire. Sa réplique était tellement pitoyable... Puis comme si elle n'en avait pas assez entendu, il se permettait de lui donner des prétendus conseils.

- Je suis déjà tombée sur pire que toi. Résultat : je les ai tués. Alors, je vais te donner un conseil à mon tour. Ne t'avères pas de poser une nouvelle fois tes sales pattes sur moi !

Non, elle n'avait pas du tout digérer, le fait, qu'il l'a pousse et de s'être fait en quelque sorte berné. Mais c'est vrai, qu'elle peut encore tomber sur pire que lui, il y'a toujours pire, surtout en ces temps. Pourtant, ce n'était pas pour autant, qu'elle devait vivre dans la peur, craindre tout le monde, rester terrée, déjà qu'elle n'était pas comme ça lorsqu'elle était tout ce qu'il y avait de plus innocent, alors maintenant encore moins. Autant se donner la mort que de vivre dans la peur.

Un son proche, bien trop proche, la tira de ses pensées. Alixen se décala juste à temps pour éviter la mâchoire d'un rôdeur qui s'était approché dans son dos. Ce dernier n'eut pas le temps d'attaquer de nouveau, qu'elle lui tranchait la tête à l'aide de sa faucille, en se retournant vivement. Malheureusement, en regardant autour d'elle, elle se rendit compte qu'il n'était pas le seul zombaque dans le coin car ,tres resurgissaient des bois un par un, tout autour d'eux.

- Putain, c'est pas vrai...

Les deux avaient été trop absorbés par leur dispute, qu'ils ne s'étaient pas rendu compte de tout le boucan qu'ils créaient, rameutant surement tous les rôdeurs du quartier.
   

Whataya Want From Me
©️ sumptuous reign.


Spoiler:
 

_________________
My shallow heart's the only thing that's beating;
I'M WALKING DOWN THE LINE THAT DIVIDES ME SOMEWHERE IN MY MIND ON THE BORDER LINE. OF THE EDGE AND WHERE I WALK ALONE. READ BETWEEN THE LINES. WHAT'S FUCKED UP AND EVERYTHING'S ALRIGHT. CHECK MY VITAL SIGNS TO KNOW I'M STILL ALIVE.
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


I'M SUPPOSED TO CARE ?
Maybe this time I can be strong
Maybe this time I can go far



× A propos du vaccin : :
Je connais quelqu'un de vacciné et ça n'a pas vraiment l'air d'être une partie de plaisir... Ça sera sans moi.

× Âge du perso : :
Vingt-neuf ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
À Bodie.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2243

× Points de vie : :
42

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} The rabbit War #Alixen | Finitõ. Lun 7 Déc - 17:56


Alixen x Fredricksen
The rabbit War between two idiots
Just one more time before I go, I'll let you know that all this time I've been afraid wouldn't let it show. Nobody can save me now, no.. Nobody can save me now. Stars are only visible in the darkness, fear is ever-changing and evolving, and I, I can poison the eyes, and I, I feel so alive. Nobody can save you now. The king is crowned. It's do or die! The only sound is the battle cry.

Je passe doucement mes doigts contre la lame aiguisé de ma machette en souriant légèrement, plutôt fier de mon coup. Ouais, plusieurs fois je m’étais foutu dans la merde dans l'unique et honorable but qu'était de récupérer mon arme, mais c’était comme un automatise maintenant, je n’y pensais même plus. Je m’étais attaché à ce putain de bout de métal -il fallait bien que je m’attache à quelque chose vu qu'aujourd'hui la mort courait derrière chacun d’entre nous et qu’une vie était si facilement emporté. Au moins, ma machette ne pouvais pas mourir, elle n’était pas vivante alors ça réglais le problème. À ce jour, je ne l’avais pas encore égaré et tous ceux qui avaient tenté de me la prendre c’était fait bouffer les tripes par les rôdeurs. Non, une mort rapide d’un geste précis du bras auquel était attachée ma lame, c’était trop facile et pas assez marrant, aussi. Alors je les ligotais et je faisais assez de bruit pour que quelques rôdeurs et potes à eux se ramènent me faire un beau spectacle. Ça serait parfait avec un peu de pop-corn en plus mais de nos jours on ne pouvait plus se permettre de jouer aux princesses. Bizarrement, la jeune brune ne semblait pas l’avoir compris, pas encore du moins, mais bientôt, je l'espère, elle comprendrait. Peut-être durant ces dernières minutes, mais avec un peu de chance elle s’en sortirait avec quelques neurones en plus. Je l’entends rigoler d’une oreille peu attentive, ne me vexant pas le moindre du monde, puisque pour moi c’était plus une façon peu subtile de cacher la honte qu’elle ressentait en ce moment face à l'attrape dans laquelle elle venait de tomber qu'autre chose. En vrai, j’avais presque cru que mon petit manège ne marcherait pas, elle n’avait pas semblé vraiment convaincu par mon jeu d’acteur, je devais le perfectionner un peu d’ailleurs. Si j’avais su que jouer la comédie me serait aussi utile plus tard j’aurais accepté les cours de théâtres, mais non moi j’avais choisis les cours d’art. À quoi ça me servait aujourd'hui? Même avec les cours je dessinais toujours comme un pied… Ça avait été une perte de temps totale, mais ce n’est pas comme si j’aurais pu prévoir une apocalypse de zombie, c’était digne d’un film ces conneries… Je finis par sortir de la contemplation de ma lame et le bref flashback de mon adolescence, laissant mon bras armé retombé le long de mon corps. Je n’étais plus tellement agressif, comme si cette petite victoire me suffisait, et même si ils ne semblaient pas sincères, mes conseils l’étaient. Elle semblait pourtant l’avoir assez mal pris. J’hausse les épaules, plutôt désintéressé et ne prenant pas ses paroles aux sérieux tout de suite. Je ne l’imaginais pas vraiment capable de venir à bout de moi, alors pire que moi? Je me rappelle ensuite qu'il ne fallait pas se fier à l’apparence, souvent trompeuse. Si elle disait la vérité, je pouvais parier qu’ils l’avaient tous sous-estimé comme je suis en ce moment même en train de le faire. Je me redresse donc légèrement, restant sur mes gardes et prêt à utiliser ma machette furtivement si elle m’y poussait.

Pourtant, aussitôt fait, mes muscles se détendent à nouveau alors que je pouffe de rire sans pouvoir m’en empêché face à la réplique qui suivit. Non… Elle ne pouvait pas être sérieuse. Je secoue la tête, un sourire amusé s’immisçant à la commissure de mes lèvres brièvement avant qu’une expression sérieuse ne s’imprime à nouveau sur mon visage. Je pose une main sur ma poitrine, comme choqué. « Mon Dieu… pardonnez-moi, madame… J’accepterais le châtiment que vous choisirez, mon acte est impardonnable, ma Reine. » Je m’incline avant de rigoler à nouveau. Ce n’était pas croyable… mais plutôt marrant, et vu les derniers jours horribles que je venais de passé à me battre pour faire taire mon estomac qui me tirait sans cesse, ça faisait un bien fou de rire un peu, elle était d’un divertissement, cette petite, encore mieux que ces télé-réalités stupides qu’on nous passait à la télé et où les femmes se tiraient par les cheveux sans cesse et se bitchais mutuellement. Je ne devais pourtant pas me réjouir de sitôt, puisque mon amusement se coinça dans ma gorge sèchement lorsqu'un rôdeur manqua de prêt le cou d’Elizabeth -quoi? Je ne connaissais pas son prénom alors autant la baptiser moi-même. Elle s’était rendu compte de sa présence avant que je ne puisse l’avertir, lui coupant la tête d’un mouvement fluide à l’aide de sa faucille. C’était plutôt classe, la faucille, mais rien ne détrônerait jamais la machette. Je lui accordais une deuxième place bien mérité, mais avec tout ça, j’en avais presque oublié que les rôdeurs pouvaient nous tomber dessus d’une minute à l’autre, et qu’en plus, on faisait un bruit de fou en se criant dessus, et moi qui venait tout juste de rire à gorge déployé… Le froid les ralentissais sensiblement, depuis que l'hiver était tombé, j’en voyais de moins en moins, mais il ne fallait pas pour autant baisser sa garde -ces salopards nous tombaient toujours dessus lorsqu'on s’en attendait le moins, et cette situation le prouvais, notamment. Je jette un regard rapide autours de nous, voyant ces potes sortir d’entre les arbres et doucement nous entourés. Shit… J’aurais bien voulu lui tourner le dos, lui faire confiance et me dire qu’elle n’était pas assez stupide pour me planter un couteau dans le crâne alors qu’elle avait besoin moi, vu le nombre de rôdeurs qui s’approchaient, mais voilà que je la sous-estimais encore. Elle pourrait tout aussi bien faire de moi de la viande fraîche, et alors qu’ils seraient trop occuper à me bouffer les entrailles pour se préoccuper d’elle, la brune filerait sans demander son reste. Hors de question de faire offrande de mon corps à ces bouffeurs de cervelle pour qu’elle puisse sauver son petit cul de princesse ; si je devais mourir ici, c’était en la regardant droit dans les yeux et la laissant se faire bouffer avec moi. Égoïste? Peut-être un peu. « Tu vas rester là à me dévorer du regard jusqu'à ce qu’on te bouffe jusqu'à la couronne où te décidé à me proposer une bref alliance, Elizabeth? » Je plisse les yeux, méfiant et sur mes gardes. Ce n’était pas mon genre de tirer dans le dos, j’étais peut-être un gros con quand je le voulais, mais pas à ce point, et si je pouvais éviter une mort humaine je le faisais, mais si elle avançait ne serait-ce que d'un pas dans ma direction en un geste brusque, c’est elle qui servirait de repas froid pour que je puisse foutre le camp vite fait, bien fait.

- CODE PAR MYERS -

Spoiler:
 

_________________

_- -_
IN MY HEART, IN THIS COLD HEART
I  C A N  L I V E  O R  I  C A N  D I E
Did you ever f i g h t  it ? All of the p a i n
So much power, running through my veins
All my life, I've been playing games
Bleeding, I'm b l e e d i n g
It tears my apart



Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar


Monsters under my bed. Monsters inside my head. I don't know when they'll leave. But they say that they're here to stay.


LUXEN:
 


è_é:
 

× A propos du vaccin : :
En route pour le faire même si elle ne croit pas en ce vaccin.

× Âge du perso : :
17 ans

× Localisation (+ avec qui) :
En route pour rejoindre les Sauveurs avec Luke & Niko, actuellement à Yoyo

× Avant, j'étais : :
collégienne et fille de pasteur dévouée

× Messages : :
1183

× Points de vie : :
26

× Copyright : :
Avatar : merenwen ; sign by lizzou

× Avatar : :
Madison Davenport

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Merenwen

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} The rabbit War #Alixen | Finitõ. Lun 14 Déc - 14:22

 
The rabbit WarFredricksen & Alixen
L'habit ne fait pas le moine et bon nombre de survivant qu'elle avait croisé ne semblaient pas l'avoir compris. Tout comme cet homme qui se trouvait devant elle, il ne paraissait pas la croire du tout. On l'avait toujours sous-estimée, faisant confiance à son visage d'ange. Alixen n'allait pas s'en plaindre, c'était d'ailleurs grâce à cela qu'elle avait réussi à s'en sortir aussi bien jusqu'à maintenant. Elle en avait profité de ces personnes qui avaient abaissé leur garde face à son apparence innocente et cela sans une once de remords. C'était la voie qu'elle avait choisi d'emprunter. Une méthode de survie qui ne l'avait jamais caché jusqu'à présent. Et elle continuera sans doute longtemps ainsi jusqu'à pénurie de survivants sans doute.

Elle allait le tuer, non mais vraiment. La brune n'était jamais tombée sur quelqu'un d'aussi agaçant que lui. Même elle n'était pas aussi chiante. Puisque oui, la petite avait conscience qu'elle pouvait se montrer quelques fois agaçante, bon ok, la majorité du temps à vrai dire. Mais elle, elle le faisait exprès si on pouvait dire ça comme ça. Après à vous de juger si c'est pire ou pas. Cependant, une chose plus enquiquinante l'attendait. Un rôdeur… Puis deux… Trois… Peut être même une dizaine ? Toutes ces créatures affamées prêtes à tout pour obtenir un morceau de chair fraiche. La cantine était ouverte et nos deux survivants étaient les pièces du chef. Ils étaient clairement dans le caca. C'était comme si toutes les merdes ne cessaient de s'enchaîner les unes après les autres aujourd'hui. Elle se disait bien que les derniers jours avaient été un peu trop calme pour que ça puisse durer plus longtemps. Dire que s'il n'avait pas fait fuir son repas, elle serait tranquillement en train de bouffer son lapin au coin d'un délicieux feu de bois. Puis elle était certaine que de tous les deux c'était lui qui avait le plus attiré les rôdeurs.

C'est vrai que l'idée de le jeter en pâture aux rôdeurs en le poussant pour pouvoir prendre les jambes à son coup, par la suite, a rapidement traversée l'esprit d'Alixen. Et elle l'aurait fait sans problème et avec grand plaisir. Seulement en y réfléchissant bien cette tactique ne lui garantissait pas à cent pour cent d'arriver à s'en sortir. Elle aurait tant voulu répondre à sa proposition qu'il se mettait le doigt dans l'oeil, cependant très peu de possibilités s'offraient à elle et ça la faisait bien chier de l'admettre, mais une alliance avec le jeune homme était ce qu'il y avait de mieux à faire.

- Je pense que je n'ai pas trop le choix malheureusement… Et mon nom c'est Alix. C'est beaucoup moins long qu'Elizabeth, ça te fera économiser ta salive que tu gaspilles si inutilement.

Parce que oui franchement, il lui taperait sans doute moins sur le système s'il se la fermait lui avec ses surnoms débiles et son humour plus que discutable. Après un dernier regard méfiant à ce dernier, la brune lui tourna le dos pour affronter les rôdeurs qui avançaient dangereusement vers eux. Ce n'était pas très aisé pour Alixen de se concentrer pleinement dans sa tâche. Avec l'enquiquineur de première derrière elle, elle ne pouvait s'empêcher de rester sur ses gardes aussi envers lui. Déjà qu'elle accordait rarement sa confiance aux gens, même à ceux qui ne feraient même pas de mal à une mouche alors envers lui, ce n'était même pas la peine d'y penser. Mais si elle voulait s'en sortir vivante, elle devait prendre sur elle et lui accorder moins d'attention pour que ses ripostes soient plus rapides et mortelles.

La première vague arrivait, deux créatures se trouvant en tête du cortège s'élançaient vers elle. Sans hésitation aucune, elle levait sa faucille et découpaient les deux crânes d'un seul mouvement. Les deux rôdeurs se retrouvaient au sol, ils grognaient encore, le reste de la horde se trouvait encore à distance raisonnable. Alixen piétinait leur tête jusqu'à que ces dernières éclatent. Elles finissaient en bouillie dans un mélange de sang et de cervelles. Il y en avait partout, sur sa faucille, ses chaussures et le reste se trouvait au sol. Une sensation d'invincibilité l'envahissait, prenant du plaisir à piétiner ces crânes et voir leurs contenus se répandre au sol.

- Tu t'en sors ou bien tu as besoin de cours ?

La jeune brune ne lui jetait cependant pas un regard. D'autres créatures arrivaient, mais elle était tout à fait prête, les attendant de pied ferme. Et oui peut être qu'elle y prenait un peu trop de plaisir. Après la mort de son père, elle avait pris rapidement gout au sang. Tuer des zombies, se défouler sur eux était devenu son échappatoire. Une façon de tenir, une façon de continuer sans s'écrouler. Sa tête restera haute tant que d'autres s'écrouleront. Finalement, peut être qu'elle avait l'allure d'une certaine reine, mais évidemment pas de la reine Elizabeth.
   

Whataya Want From Me
©️ sumptuous reign.


Spoiler:
 

_________________
My shallow heart's the only thing that's beating;
I'M WALKING DOWN THE LINE THAT DIVIDES ME SOMEWHERE IN MY MIND ON THE BORDER LINE. OF THE EDGE AND WHERE I WALK ALONE. READ BETWEEN THE LINES. WHAT'S FUCKED UP AND EVERYTHING'S ALRIGHT. CHECK MY VITAL SIGNS TO KNOW I'M STILL ALIVE.
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


I'M SUPPOSED TO CARE ?
Maybe this time I can be strong
Maybe this time I can go far



× A propos du vaccin : :
Je connais quelqu'un de vacciné et ça n'a pas vraiment l'air d'être une partie de plaisir... Ça sera sans moi.

× Âge du perso : :
Vingt-neuf ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
À Bodie.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2243

× Points de vie : :
42

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} The rabbit War #Alixen | Finitõ. Mer 6 Jan - 2:22


Alixen x Fredricksen
The rabbit War between two idiots
Just one more time before I go, I'll let you know that all this time I've been afraid wouldn't let it show. Nobody can save me now, no.. Nobody can save me now. Stars are only visible in the darkness, fear is ever-changing and evolving, and I, I can poison the eyes, and I, I feel so alive. Nobody can save you now. The king is crowned. It's do or die! The only sound is the battle cry.

La jeune brune fait décidemment le bon choix, et à contrecœur visiblement, mais c’était au moins cela ; on avait rien à manger mais on ne se fera pas bouffer non plus. Un doux sourire victorieux étire donc mes lèvres. Je ne la croyais pas stupide alors d’un côté son choix ne m’étonnais pas, mais je la croyais aussi capable du pire. Ces yeux ne reflétaient en aucun cas la peur maintenant que je m’y attardais plus longuement, elle semblait en confiance et d’après-moi elle en avait vu et fait beaucoup, et rien de bien élégant, alors elle n’aurait en aucun cas mon entière confiance. Normalement j’arrivais à assez bien cerner les gens et celle-ci, même si au départ je m’en suis mépris, j’ai bien l’impression que je dois m’en méfier et rester, en tout temps, sur mes gardes. Sur ce, après avoir conclu une trêve temporaire de la guerre qui s’animait entre nous deux depuis que cette sale bestiole c’était enfuit par sa faute, elle se retourne et me fouette presque le visage de ces cheveux bruns. Elle se nommait donc Alix ? C’était assez étrange comme prénom et je ne l’avais encore jamais entendu, mais je trouvais que ça lui allait plutôt bien, sans même vraiment savoir pourquoi. « Très bien, Elizabeth » répondis-je un peu provocateur malgré-moi. Je n’allais certainement pas abandonner ce surnom, il lui allait beaucoup trop bien. C’est ensuite à mon tour de lui tourner le dos, la voyant s’élancer sur les rôdeurs qui se trouvaient de son côté, sa faucille en main. Ils s’approchaient bien dangereusement de moi également et nous avions perdu assez de temps comme ça avec nos conneries respectives ; j’assumais pleinement le fais que la moitié voir le trois-quarts de ce que je pouvais dire étaient des conneries.

C’est donc ainsi que je fais face à une femme plutôt jolie, enfin qui l’était surement avant de devenir ce monstre baveux, aux longs cheveux blonds. Je grimace en sentant un léger picotement se réveiller dans ma gorge et j’en finis donc rapidement, tranchant sa tête d’un coup de machette bien dirigée, et que je passe au prochain -un homme qui semblait avoir à peu près mon âge mais qui aurait bien voulu être plutôt de l’âge d’Alix vu son affreux mohawk d’un orange flamboyant qui avait miraculeusement bien survécu à la transformation de son propriétaire. Je repousse premièrement un troisième rôdeur qui s’approchait d’un peu trop près à l’aide d’un coup de pied puis plante mon énorme lame sous la mâchoire du rôdeur à la coupe douteuse, la voyant traverser sa langue et son palais puis s’enfoncer tout droit dans sa matière grise. Le sang coule contre ma main armée et ces yeux montent au ciel lorsque je retire mon arme. Il tombe et je peux finalement m’occuper du cas du troisième. « Tu t'en sors ou bien tu as besoin de cours ? » J’entends les paroles de la brune mais je n’ai pourtant pas le temps de lui répondre. C’est d’un coup rapide et pas très bien placé que j’achève l’adolescent maigrichon qui s'élançais de nouveau vers moi, coupant une partie de son crâne et cela, même pas en ligne droite, passant du haut de son oreille à la moitié de son front de l’autre extrémité. Cela fait pourtant son effet et le morceau de tête glisse à l’opposé du corps. « Encore en vie ? » répondis-je finalement en lui lançant un bref regard, même si j’essayais de ne jamais vraiment la quitté des yeux, essuyant de ma manche en grande partie le sang qui m’avait éclabousser au visage. « Triste nouvelle » ajoute-je en souriant, bottant la tête à la chevelure orange qui claquait toujours des dents d’un bon coup de pied. Le prochain rôdeur s’y emmêle stupidement les pieds et tombe face contre terre, ce qui me facilite considérablement le travail ; d’un coup de talon bien placé, je lui éclate le crâne contre la boue, me disant que je devrais encore les nettoyer, combien de fois je devrais enlever de la cervelle sèche de mes lacets ? Je souffle mais ne m’y attarde pas puisque beaucoup trop de rôdeurs sont maintenant posté devant, alors que du côté d’Alix ça s’était calmé. Je me recule doucement puis me retrouve juste à côté d’elle. Je tourne la tête dans sa direction, serrant ma machette et un peu méfiant. « T’as une brillante idée, l’experte ? » Ils étaient beaucoup trop pour deux maintenant ; prenant un peu trop plaisir à abattre les rôdeurs on en attirait visiblement encore plus.. Bordel, on formait vraiment la pire équipe encore jamais vu.

- CODE PAR MYERS -

_________________

_- -_
IN MY HEART, IN THIS COLD HEART
I  C A N  L I V E  O R  I  C A N  D I E
Did you ever f i g h t  it ? All of the p a i n
So much power, running through my veins
All my life, I've been playing games
Bleeding, I'm b l e e d i n g
It tears my apart



Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar


Monsters under my bed. Monsters inside my head. I don't know when they'll leave. But they say that they're here to stay.


LUXEN:
 


è_é:
 

× A propos du vaccin : :
En route pour le faire même si elle ne croit pas en ce vaccin.

× Âge du perso : :
17 ans

× Localisation (+ avec qui) :
En route pour rejoindre les Sauveurs avec Luke & Niko, actuellement à Yoyo

× Avant, j'étais : :
collégienne et fille de pasteur dévouée

× Messages : :
1183

× Points de vie : :
26

× Copyright : :
Avatar : merenwen ; sign by lizzou

× Avatar : :
Madison Davenport

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Merenwen

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} The rabbit War #Alixen | Finitõ. Mar 12 Jan - 8:12

 
The rabbit WarFredricksen & Alixen
Comment avait-elle pu espérer un seul instant, que le seul fait de donner son nom allait lui éviter de se faire appeler Elizabeth ? Evidemment, cela aurait été trop beau pour être vrai… Mais elle ne releva pas. Peut-être qu'en agissant ainsi, il allait finir par se lasser lui-même. Après tout ce n'était que de la provocation, si elle n'y répondait pas, logiquement il devrait arrêter, non ? Valait mieux, car déjà ça, ça demandait un effort surhumain à Alixen, elle qui était toujours la première quand il fallait répondre aux provocations, même quand elle sait très bien qu'il faut arrêter. Cependant, là tout de suite, elle devait cesser de s'étaler sur le sujet. Ils n'avaient effectivement pas le temps pour de telles futilités. Le buttage de zombaques les attendaient. Sa nouvelle activité préférée depuis le début de l'épidémie. Enfin, non, pas le début, mais pas loin non plus. C'était dangereux, mais c'était ce qui rendait cette occupation d'autant plus excitante, en plus de pouvoir se défouler à souhait. Ce qui était beaucoup moins excitant par contre, c'était le fait que les rôdeurs étaient de plus en plus nombreux. Elle qui pensait qu'à eux deux, ils arriveraient à y parvenir à bout, elle n'en était plus aussi sûre désormais. Mais elle refusait de crever aux côtés de cet homme. Ce serait vraiment triste et carrément déprimant qu'il soit le dernier visage qu'elle verra. Qu'il soit la personne avec qui elle vivra ces derniers instant. Oh le cauchemar, mon dieu ! D'ailleurs, lorsqu'il mit un peu de temps pour lui répondre, elle avait espéré secrètement qu'il était en train de se faire bouffer. Malheureusement, comme elle s'en doutait, ce ne fut pas le cas.

Elle venait de rêver, ou demandait-il vraiment de ses conseils ? La brune n'aurait jamais pensé une telle chose possible. Certes, elle se doutait bien qu'il était un peu beaucoup idiot. Mais elle pensait qu'il aurait eu trop de fierté pour s'en remettre à ses idées. C'est vrai que sa toute première réflexion, ce ne sera pas celle qui le réjouira. Au contraire et apparemment cela devait lire sur le visage de la jeune adolescente, car elle remarquait qu'il resserrait son arme un peu plus. Il n'était pas impossible qu'un sourire sournois ait traversé les lèvres d'Alix. Heureusement, une autre idée lui vint en tête et rentrait plus dans le cadre de leur alliance, dans l'optique qu'elle ne lui fera pas de crasse. Enfin, pas à proprement parler...

- A part, celle de te jeter en pâturage ? Ouais, ouais que j'en ai une. J'espère juste pour toi que tu sais grimper aux arbres et que tu n'as pas le vertige…

Ou plutôt, elle espérait qu'il ne sache pas grimper. Comme ça, il restera là comme un con et se fera bouffer ou sinon il se mettra à courir et se fera poursuivre par les rôdeurs. Dans les deux cas, cela assurait à la brune de s'en sortir de son côté. Rapidement et sans attendre sa réponse, elle coinça sa faucille dans son dos, à l'intérieur de son jean et se mit à escalader un arbre qui ne se trouvait pas loin d'eux. Alix avait choisi celui qui lui semblait le plus simple pour grimper. Ce n'était pas la première fois qu'elle en escaladait. Et dans tous les cas, il fallait toujours scrupuleusement bien choisir son arbre, de façon à pouvoir facilement monter de branche en branche jusqu'à pouvoir gagner un minimum de hauteur pour n'être plus à la porter des rôdeurs.  En somme faut un arbre assez costaud, avec des branches assez larges pour pouvoir y rester installé un certain bout de temps. Car les zombaques, c'est persistant et ça met un sacré bout de temps avant de se casser après avoir vu et sentit de la bonne chair humaine. Il lui est déjà arrivé de devoir attendre au moins trois quatre jours, au sommet d'un arbre avant de pouvoir en descendre. Heureusement, à ce moment-là, elle avait de quoi tenir. Malheureusement, ce n'était pas le cas présent. C'est vrai, qu'il y avait toujours l'option insectes. Asticots, chenilles et tout l'attirail. Et s'il pouvait avoir un nid dans cet arbre, ce serais le jackpot.
   

Whataya Want From Me
© sumptuous reign.

_________________
My shallow heart's the only thing that's beating;
I'M WALKING DOWN THE LINE THAT DIVIDES ME SOMEWHERE IN MY MIND ON THE BORDER LINE. OF THE EDGE AND WHERE I WALK ALONE. READ BETWEEN THE LINES. WHAT'S FUCKED UP AND EVERYTHING'S ALRIGHT. CHECK MY VITAL SIGNS TO KNOW I'M STILL ALIVE.
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


I'M SUPPOSED TO CARE ?
Maybe this time I can be strong
Maybe this time I can go far



× A propos du vaccin : :
Je connais quelqu'un de vacciné et ça n'a pas vraiment l'air d'être une partie de plaisir... Ça sera sans moi.

× Âge du perso : :
Vingt-neuf ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
À Bodie.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2243

× Points de vie : :
42

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} The rabbit War #Alixen | Finitõ. Sam 16 Jan - 3:18


Alixen x Fredricksen
The rabbit War between two idiots
Just one more time before I go, I'll let you know that all this time I've been afraid wouldn't let it show. Nobody can save me now, no.. Nobody can save me now. Stars are only visible in the darkness, fear is ever-changing and evolving, and I, I can poison the eyes, and I, I feel so alive. Nobody can save you now. The king is crowned. It's do or die! The only sound is the battle cry.

Pourquoi le début de sa réplique ne me surprend pas? Parce que je m’y attendais. Forcément, j’étais bien au courant que cette idée lui trottait dans la tête vu son caractère, puisque j’y avais pensé aussi. Ce qui me surprend surtout, c’est le reste de ces paroles. Je n’y avait pas du tout pensé, et je trouvais cela plutôt intelligent, le seul problème c’est que je ne savais pas grimper aux arbres, je ne l’avais jamais fait et alors que je la vois sélectionner un arbre et commencer à grimper comme si elle le faisait tous les jours pour s’amuser, je panique légèrement. Elle ne m’aiderait certainement pas, bien sûr que non, elle aimerait bien que je reste au sol, que j’essaye de m’enfuir au mieux et que je finisse par me faire bouffer. Au lieu de rester perché là un bon moment elle pourrait même peut-être descendre tout de suite et filer puisqu'ils se pousseraient tous pour avoir un morceau. Même si on ne dirait pas, je n’étais pas vraiment athlétique et je n’avais jamais fait partit d’une équipe de sport, ça ne m’avait jamais vraiment intéressé. Je n’étais pas non plus du genre intellectuel, bien que je me débrouillais de ce côté quand même, non, moi c’était plutôt les tâches manuels mon truc. Pourtant, cet épidémie à eut le mérite de me mettre plus ou moins en forme ces deux dernières années, et j’étais beaucoup plus dur à tuer qu’on pouvait le croire également. C’est pourquoi je tente ma chance sur un arbre aléatoire après avoir glisser contre ma ceinture. Je ne sais pas vraiment comment m’y prendre et j’avais à peine pris deux pieds de hauteur quand je réalise que c’était vraiment un mauvais choix. Je saute en bas et repousse un rôdeur d’un bon coup de coude, n’ayant pas mon arme avec moi pour lui régler mon compte et n’ayant pas non plus le temps de la récupéré. Je devais monté à un arbre et vite, la brune devait déjà relaxer sur une branche et moi je cherchais toujours un arbre. J’en sélectionne un autre, plus robuste même un peu plus que celui d’Alix, et c’était mieux d’être le bon puisque je n’avais plus le temps de me balader. Je suis forcé de donner des coups de pieds et je peine à rester accroché au tronc d’arbre, un attrape ma botte gauche et me déchausse même. Je grogne mais la lui laisse, me disant que je pourrais la récupéré une fois qu’ils se seraient dispersés. Au moins ce n’était pas ma botte droite, manquerait plus que je perdes mes armes aussi ! C’est donc une botte en moins que je réussis finalement à m’installer sur une branche et que je souffle, posant mon front contre le tronc de l’arbre et permettant enfin à mon cœur de se calmer.

Ce n’est que là que je remarque que je suis à deux arbres de la brune et que je souffle en le réalisant. Je me retourne et lui fait à demi-dos, faisant gaffe pour ne pas tomber. Ça serait bien con que je glisse après tous les efforts que j’ai donnés pour me hisser ici. Je grimace et tente de retirer deux échardes de mon pouce, mais je n’arrive pas à les saisir avec mes gros doigts. Concentré, le bout de ma langue se coince à la commissure de mes lèvres et je me penche légèrement au-dessus de l’action. Je finis par en retiré une et je me redresse en souriant. « AH ! J’t’ai eue ! » J’abandonne pour la deuxième, de toute façon, j’avais tout mon temps pour l’enlever, les rôdeurs ne partiraient pas de sitôt. Je lance un regard en direction de la brune en me disant que ce serait long, très long… Je plisse ensuite les yeux, elle avait l’air assez jeune en fait. Sur le coup je lui avais facilement donné dix-huit ans, et même là c’était un minimum. Bordel, je me méfiais carrément d’une gamine, mais qui sait ce dont les gens sont capable depuis que les morts marchent… Je regarde un peu en bas en grimaçant, je ne voyais plus ma botte, j’avais l’air intelligent avec un seul soulier, en plus il faisait froid et je sentais déjà mes orteils regretté le cuir de ma chaussure. Ce n’était pas super non plus pour réchauffer, mais vu que j’avais trouvé des gros bas de laine une semaine plus tôt j’étais bien, ça avait au moins le mérite d’être étanche. « Alors comme ça tu faisais partie des scouts avant ou quelque chose du genre? » Ouais, c’est la seule chose que je trouve à dire, et je fixe toujours les rôdeurs qui tirent les bras vers moi en grognant en bas. On allait passer de longues heures ici alors autant faire la conversation pour passer le temps, même si ça ne m’étonnerais pas qu’elle ne me réponde même pas. J’étais plutôt doué pour me faire la conversation à moi-même de toute façon, alors peu importe, en plus c’était un bon moyen pour faire parler l’autre finalement. Peut-être que je n’arriverais jamais à totalement changer -je n'étais pas très bavard avant mais je n’aimais pas les silences, c’est stressant et embarrassant- peut-être qu’elle n’avait pas complètement changer elle non plus? À moins qu’elle ait toujours été ainsi, je ne connaissais rien de son passé et des mauvais parents il y en avait, et souvent ça donnait des enfants un peu… Enfin, comme Alix. Si c’était le cas, l’apocalypse n’a sûrement rien arranger, bien au contraire.

- CODE PAR MYERS -

_________________

_- -_
IN MY HEART, IN THIS COLD HEART
I  C A N  L I V E  O R  I  C A N  D I E
Did you ever f i g h t  it ? All of the p a i n
So much power, running through my veins
All my life, I've been playing games
Bleeding, I'm b l e e d i n g
It tears my apart



Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar


Monsters under my bed. Monsters inside my head. I don't know when they'll leave. But they say that they're here to stay.


LUXEN:
 


è_é:
 

× A propos du vaccin : :
En route pour le faire même si elle ne croit pas en ce vaccin.

× Âge du perso : :
17 ans

× Localisation (+ avec qui) :
En route pour rejoindre les Sauveurs avec Luke & Niko, actuellement à Yoyo

× Avant, j'étais : :
collégienne et fille de pasteur dévouée

× Messages : :
1183

× Points de vie : :
26

× Copyright : :
Avatar : merenwen ; sign by lizzou

× Avatar : :
Madison Davenport

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Merenwen

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} The rabbit War #Alixen | Finitõ. Dim 17 Jan - 18:59

 
The rabbit WarFredricksen & Alixen
Elle n'y croyait pas, il ne savait pas grimper aux arbres. Il était temps que la chance lui sourit enfin. Franchement, elle en avait marre que tout lui tombe dessus aujourd'hui. Que tous les malheurs s'abattent sur elle, en même temps. Le karma diront certains. Sauf que ça faisait plusieurs jours qu'elle n'avait rien fait à personne. Aucune crasse, aucune nourriture volée. Mais détrompez-vous Alixen ne s'était pas adoucit, non, non, bien au contraire, c'est juste qu'elle n'avait croisé le chemin d'aucun survivant ces derniers temps. Jusqu'à maintenant. Et évidemment, il avait fallu qu'elle tombe sur un survivant chiant et pire qu'obstiné. Il ne voulait pas crever, non. Ne pouvait-il pas lui faire plaisir en se laissant bouffer par des rôdeurs ? Pour la laisser se casser tranquille ? Aller, un ultime geste avant de mourir. Juste un petit sacrifice, c'est trop demandé ?

C'est vrai que c'était assez drôle de le voir tenter de grimper aux arbres. Avec la musique du Benny Hill Show Theme, en fond sonore, cela aurait été parfait. Pourquoi n'avait-elle pas penser à se débusquer une bonne vieille caméra qui fonctionne encore, lors de ses périples ? C'est vraiment dommage. Tant pis, elle seule aura le privilège d'avoir assisté à cette scène tordante. Ce qui était moins drôle par contre, c'est qu'il avait finit par réussir à se hisser du haut d'un arbre. Bon, ce n'était pas maintenant que la chance avait décidé de la rejoindre. Elle soupira de déception, posant son dos contre le tronc et croisant les bras. C'était trop injuste quoi. Maintenant, elle se retrouvait contrainte de passer des heures et des heures pas loin de lui, à devoir le supporter. Bon, pour l'instant elle ne s'en plaignait pas, il semblait assez calme, à faire elle ne savait quoi. Mais il fallait croire qu'il ne pouvait pas rester silencieux très longtemps, car soudainement il s'exclama, tel un gamin. La brune jeta un regard en sa direction afin d'essayer de deviner quelle en était la raison. Cependant, c'est sur son regard qu'elle tomba. Elle haussa ses sourcils, l'air de demander qu'est ce qu'il regardait comme ça. Finalement, il décida de reconcentrer son regard plus en dessous vers les rôdeurs qui n'attendaient qu'une chose, qu'un des deux se casse la gueule pour leur servir de repas. Personnellement, Alixen n'avait pas l'intention d'être sur le menu du jour. Puis si elle en éprouvait le besoin, la jeune adolescente avait tout ce qu'il fallait dans son sac pour être sûre de ne pas se retrouver en-bas. Des cordes. Des cordes qu'elle utilisait dans des situations comme celle-ci et quand elle se retrouve à devoir piquer un petit somme dans un arbre. Pour ne pas tomber durant son sommeil, elle s'attachait toujours avant à une branche, soit celle au-dessus de laquelle où elle est installée, soit celle où elle est placée. Tout dépendait de la hauteur à laquelle, elle se trouvait et de la distance qui la séparait des rôdeurs. Bref, le fait est-il que pour l'instant, elle en avait pas besoin. Il faisait encore jour et elle espérait ne pas devoir passer la nuit ici, ou du moins avec lui à quelques arbres d'elle. Quoi que, à cette distance de lui, elle ne se sentait pas en danger, elle pourrait carrément piquer un petit somme sans rien craindre de lui. Vu la difficulté dont il a fait preuve pour grimper à un arbre, il ne se risquerait surement pas jouer les tarzan afin de la rejoindre.

- Quelque chose du genre.

En réalité, il était très loin du compte, mais on va dire qu'avoir été une fervente catholique s'en rapprochait ? Avec le bénévolat et la vente de cookies aux portes à portes, c'était un peu la même chose, si on excluait évidemment les promenades en foret, les feux de camps et tous ces petits trucs de scout qui en faisaient partit. La seule raison pour laquelle, elle savait si bien grimper aux arbres, c'est que dans le Montana, niveau activités, il y en avait pas des masses. Donc à part les parties de cache-cache, de corde à sauter, d'élastique, de chats perchés… Il n'y avait pas grand-chose à faire pour des enfants. Et surtout pour une fille de pasteur. Mais bon, tout ça elle allait éviter de le raconter. SI cela se sachait, elle perdrait toute crédibilité.

- Mais toi tu n'étais définitivement pas un scout à ce que je vois. Pourtant, t'en a bien la tête !

Il fallait se l'avouer, il avait la tête de l'emploi ! Pas qu'il soit un fervent serviteur, loin de là sinon il aurait eu la gentillesse de se sacrifier évidemment. Mais elle n'avait aucun de mal à s'imaginer une version de lui plus jeune, avec un uniforme de scout qui lui irait si bien à la peau, elle en était certaine.
   

Whataya Want From Me
© sumptuous reign.

_________________
My shallow heart's the only thing that's beating;
I'M WALKING DOWN THE LINE THAT DIVIDES ME SOMEWHERE IN MY MIND ON THE BORDER LINE. OF THE EDGE AND WHERE I WALK ALONE. READ BETWEEN THE LINES. WHAT'S FUCKED UP AND EVERYTHING'S ALRIGHT. CHECK MY VITAL SIGNS TO KNOW I'M STILL ALIVE.
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


I'M SUPPOSED TO CARE ?
Maybe this time I can be strong
Maybe this time I can go far



× A propos du vaccin : :
Je connais quelqu'un de vacciné et ça n'a pas vraiment l'air d'être une partie de plaisir... Ça sera sans moi.

× Âge du perso : :
Vingt-neuf ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
À Bodie.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2243

× Points de vie : :
42

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} The rabbit War #Alixen | Finitõ. Mer 20 Jan - 3:01


Alixen x Fredricksen
The rabbit War between two idiots
Just one more time before I go, I'll let you know that all this time I've been afraid wouldn't let it show. Nobody can save me now, no.. Nobody can save me now. Stars are only visible in the darkness, fear is ever-changing and evolving, and I, I can poison the eyes, and I, I feel so alive. Nobody can save you now. The king is crowned. It's do or die! The only sound is the battle cry.

Je me sentais bien stupide de lui avoir demandé ça, mais rendu là je ne savais pas de quoi j’aurais pu parler d’autre. Sa réponse me surprend un peu d’ailleurs, je m’étais attendu à autre chose, peut-être même un silence. Pour une fois je n’avais pas été agressif n’y sarcastique, s’en était peut-être la raison. En même temps c’est moi qui avait commencé à lui gueuler par la tête, peut-être qu’elle n’avait que répondu à mon caractère. Je secoue la tête puis fronce les sourcils, fixant toujours les rôdeurs. Non, c’était une petite peste, y’avais rien à redire. Je n’avais pas l’intention de relancer la discussion, peut-être que c’était mieux si on restait silencieux finalement. Je n’avais pas envie d’apprendre à la connaître, ou de me rendre compte que finalement elle est juste un peu trop facilement irritable. J’avais l’habitude de voir du bien chez tout le monde avant, ou presque, enfin j’essayais en tout cas, aujourd’hui c’était tout le contraire. Je préférais de loin me dire que tout le monde n’étais plus que cendre, et je voulais également qu’ils pensent cela de moi aussi. C’était beaucoup plus facile comme ça. Il y avait la solitude et le fait que je ne pouvais donc, me fier à personne et même ne pas m’étonner si on me fait des crasses, mais je n’avais jamais vraiment eu un besoin social très élevé même quand j’étais petit. J’ai toujours été bien mieux avec mon petit moi-même, et même que j’avais toujours la flemme quand exceptionnellement je sortais. Je préférais pourtant de loin me faire un tas d’ennemis plutôt que de m’attacher à chacune des âmes sensibles que je croise et risquer de les perdre. On ne savait jamais si le lendemain nous était donné, tout pouvais arriver, et il fallait être idiot pour penser que souffrir physiquement c'était pire qu'être blessé mentalement. Voilà pourquoi je choisissais de plutôt recevoir quelque coup sur la gueule. Pourtant, même si j’avais décidé de faire le muet, c’est la brune qui relance la discussion et, foutaise, elle casse complètement mon plan ; elle m’intrigue et je lève les yeux vers elle. C’était une insulte? Ou elle était sérieuse? Je grimace finalement, perdu entre la curiosité et les questions qui se bousculent dans ma tête. « Pourquoi tu dis que j’ai une tête de scout? » J’hausse un sourcil, maintenant on était deux à raconter des conneries. Je fixe de nouveau les rôdeurs, gardant une expression froide et un ton neutre, presque désintéressé, mais je ne l’étais pas vraiment. Je voyais un homme frêle se casser les dents sans ciller en tentant de mâchouiller le tronc de l’arbre sur lequel j’étais installé, ses yeux jaunes fixer droit sur moi. Je grimace à nouveau avant de poursuivre. « C’vraiment pas mon truc pourtant, comme t’as pu joliment le constater, ça a dû être vachement sexy d’ailleurs. » Bien évidemment j’étais sarcastique et sa devais se sentir dans ma voix. Finalement je me retourne à nouveau et relève le col de mon manteau en laine noir, repliant le cou pour cacher ces oreilles, puis je camoufle mes mains dans mes poches. J’avais presque l’air d’un homme respectable dans ce truc -si on ne regardait pas tout ce qui le souillait vu le dégommage de zombies de quelque minutes plus tôt- mais c’était le plus chaud que j’avais trouvé dans les environs. Il ne faisait pas tellement froid, mais il faut dire qu’en bas lorsque tu bougeais c’était beaucoup moins pire qu’installé sur une branche congelé et en hauteur. « T’es peut-être du genre singe hyperactif comme gamine mais c’pas mon cas. Enfin, avec ces foutus rôdeurs on s’en fou bien de ce qui est mon genre ou le tiens, j’suis quand même monté dans ce putain d’arbre à cause d’eux. » lance-je finalement plus froidement, d’un ton sèche et agacé. Non mais c’est vrai, y’en n’avais marre de ces gueules béantes qui bouffe tout ce qui bouge et qui ne sont jamais rassasié, qui ne se fatigue jamais et qui… bordel. Je ferme les yeux et pose le derrière de mon crâne sur le tronc de l’arbre, un vent froid mais assez doux siffle dans mes oreilles qui captent pourtant toujours le son morbide des dents qui se frotte contre l’écorce sans arrêt plus bas, soufflant. Au moins j’aurais quelques heures de répit, si Elizabeth et moi on ne passait pas notre temps à se disputer comme en bas bien entendu. Ce n’était quand même pas con de grimper dans les arbres. Si t’as de quoi te tenir au chaud c’est même moins stupide que de t’abriter dans une maison, notamment lorsque tu es seul comme moi, puis l’été c’est encore mieux, tu peux te camoufler dans les feuilles et des connards peuvent passer en bas sans même te remarquer… Fallait juste faire gaffe pour ne pas tomber, dans le fond. Alors que sur terre, des rôdeurs pouvaient venir te rendre visite quand il voulait et sans être invité, ou pire, des gens qui ont bien toute leurs têtes mais qui te veulent rien de bien jolie. Je remercie donc la petite mentalement pour ce petit conseil, même si elle ne voulait certainement pas me conseiller à la base, plutôt me voir crever oui.

- CODE PAR MYERS -

_________________

_- -_
IN MY HEART, IN THIS COLD HEART
I  C A N  L I V E  O R  I  C A N  D I E
Did you ever f i g h t  it ? All of the p a i n
So much power, running through my veins
All my life, I've been playing games
Bleeding, I'm b l e e d i n g
It tears my apart



Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar


Monsters under my bed. Monsters inside my head. I don't know when they'll leave. But they say that they're here to stay.


LUXEN:
 


è_é:
 

× A propos du vaccin : :
En route pour le faire même si elle ne croit pas en ce vaccin.

× Âge du perso : :
17 ans

× Localisation (+ avec qui) :
En route pour rejoindre les Sauveurs avec Luke & Niko, actuellement à Yoyo

× Avant, j'étais : :
collégienne et fille de pasteur dévouée

× Messages : :
1183

× Points de vie : :
26

× Copyright : :
Avatar : merenwen ; sign by lizzou

× Avatar : :
Madison Davenport

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Merenwen

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} The rabbit War #Alixen | Finitõ. Mar 26 Jan - 16:43

 
The rabbit WarFredricksen & Alixen
Elle soupira, en haussant les épaules en réponse à la question du jeune homme. Depuis quand devait-on répondre à ce genre de question ? Il avait une tête de scout, un point c'est tout. Il n'y avait rien à expliquer de plus, aucun débat à perdurer. C'est comme quand les gens de la paroisse de son père, n'arrêtaient pas de répéter qu'Alix avait une bouille d'ange. Elle n'avait jamais cherché à savoir pourquoi. Sûrement, parce que par simple esprit de logique on pouvait déduire que c'était probable que les gens pensent ceci, car avait ce visage innocent accompagné de ses jolies yeux bleus. Ce visage innocent, qu'elle utilise désormais à des fins mesquins. Certains survivants étaient encore assez naïfs pour immédiatement faire assez confiance à une gamine pour l'intégrer à leur groupe, les yeux fermés. C'était à se demander comment certains arrivaient encore à subsister

- Tu m'étonnes.

Il n'était pas doué le pauvre. Il semblait avoir autant de grâce qu'un chameau. Rien qu'à voir comment il avait galéré pour monter dans son arbre. Donc ouais pour le côté sexy, on repassera. Au moins, il en avait conscience, c'était déjà ça. Rien n'était plus qu'énervant de se retrouver à parler avec des personnes qui n'admettaient pas qu'ils étaient mauvais dans tel ou tel chose. Et l'air de rien c'est fréquent ces énergumènes-là, même s'ils font partis de ceux qui se font bouffer les premiers.

- Ah ben tu pouvais bien rester sur la terre ferme, hein. Tu aurais peut-être réussit à creuser un passage souterrain, qui sait ? Puis, tu peux toujours descendre, ils semblent vouloir t'accueillir à bras ouverts.

Un léger rictus éleva le coin de ses lèvres. Franchement, elle avait bien le droit de se foutre un peu de sa gueule. Son agacement était tout de même risible. C'est vrai quoi, de quoi il se plaignait à la fin ? En l'écoutant parler, on aurait dit qu'il venait d'accomplir l'effort le plus pénible de toute sa vie. Ok, il pouvait bien se plaindre des rôdeurs, et cela pouvait être compréhensible. Mais se plaindre d'avoir été obligé de monter dans un arbre, c'est un peu abusé quand même. Par contre, ce qui était enclin à la faire sourire, c'était qu'il semblait croire à une pseudo hyperactivité de la part de la brune. Personnellement, elle ne se qualifierait pas comme tel, ni aujourd'hui, ni avant, surtout pas avant. Elle avait beau avoir commencé à monter dans les arbres pour s'amuser avant l'apocalypse, mais il n'était pas question qu'elle se salisse. Si elle retrouvait une tâche sur une de ses petites robes,  c'était terminé. Puis, maintenant, elle en avait rien à faire du tout. Et heureusement, car en ces temps rares sont les personnes qui peuvent s'offrir le luxe de se trimballer tout propre sur eux avec des vêtements impeccables. Il y a un moment où tu es obligé de choisir entre resté propre ou te défendre pour sauver sa peau. Non parce que se battre et en sortir avec seulement une goutte de sang sur la joue et un costume toujours impeccable, il n'y avait qu'à la télévision ou dans les livres qu'on pouvait voir cela. Autant dire que les vêtements d'Alix ne payaient pas bonne mine, entre tâches de sang séchés, trace de boue et des trous par-ci par là… Leurs affreux états ne la dérangeait pas plus que cela du temps qu'ils la tenaient assez au chaud, mais il est vrai que si elle tombait par miracle sur des vêtements pas trop sales, elle ne dirait pas non. Cependant, ça a toujours été loin de ses premières priorités lorsqu'elle trouvait un magasin pas complètement dévalisé ou qu'elle fouillait dans les affaires de survivants, sans leur accord et derrière leur dos évidemment. Et l'option laver ses vêtements à l'aide de l'eau de la rivière du coin n'était même pas quelque chose d'envisageable pour Alixen. De une, en hiver l'eau était complètement gelée et glaciale et donc c'est quelque chose de complètement d'impensable. De deux c'est carrément une perte de temps de devoir les laisser sécher. De trois, être à côté d'une rivière, c'est être à découvert soit des zombies, soit des survivants. Donc, vivons bien, vivons sales.
   

Whataya Want From Me
© sumptuous reign.

_________________
My shallow heart's the only thing that's beating;
I'M WALKING DOWN THE LINE THAT DIVIDES ME SOMEWHERE IN MY MIND ON THE BORDER LINE. OF THE EDGE AND WHERE I WALK ALONE. READ BETWEEN THE LINES. WHAT'S FUCKED UP AND EVERYTHING'S ALRIGHT. CHECK MY VITAL SIGNS TO KNOW I'M STILL ALIVE.
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


I'M SUPPOSED TO CARE ?
Maybe this time I can be strong
Maybe this time I can go far



× A propos du vaccin : :
Je connais quelqu'un de vacciné et ça n'a pas vraiment l'air d'être une partie de plaisir... Ça sera sans moi.

× Âge du perso : :
Vingt-neuf ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
À Bodie.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2243

× Points de vie : :
42

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} The rabbit War #Alixen | Finitõ. Lun 1 Fév - 2:51


Alixen x Fredricksen
The rabbit War between two idiots
Just one more time before I go, I'll let you know that all this time I've been afraid wouldn't let it show. Nobody can save me now, no.. Nobody can save me now. Stars are only visible in the darkness, fear is ever-changing and evolving, and I, I can poison the eyes, and I, I feel so alive. Nobody can save you now. The king is crowned. It's do or die! The only sound is the battle cry.

Je roule des yeux en reposant ma tête contre le tronc de l’arbre face à la réplique d’Alixen. Pourtant, je ne devrais pas me plaindre puisque j’avais eu ce que je voulais. Je l’avais provoqué exprès, souvent ça sortait tout seul, mais là j’aurais bien pu commencer à déblatérer sur tout et rien comme si elle ne m’avait pas menacé quelques minutes plutôt et qu’elle ne souhaitait pas intérieurement -pas si secrètement que ça finalement- que je tombe et me fasse bouffer une bonne fois pour toute. Elle était timbrée la petite, quand même, qu’est qu’elle avait bien pu voir ou subir pour devenir comme ça? Là était la question. À moins qu’elle torturait déjà des rats et des chats pour rigoler avant tout ça, comme le faisait Michael Myers, avant qu’il n’ait le courage d’assassiné froidement sa famille et de bercer sa petite sœur sur le perron les mains encore pleine de sang chaud. Je frisonne puis secoue la tête. « Haha. Trop drôle. J’arrive plus à respirer tellement tu me fais rigoler. » Je me tourne vers elle, une expression terriblement ennuyé sur le visage, puis je détourne de nouveau le regard en poursuivant. « C’est une offre à prendre en considération mais… non merci. T'en rêve beaucoup trop. Toi en revanche tu peux te faire plaisir hein, on se revoit en Enfer ? » Je disais ça mais je ne lui voulais pas réellement de mal, et encore moins la mort, même si elle est peut-être sincère en me disant que je pouvais tout aussi bien sauter et du coup, lui foutre la sainte paix. Pourtant, avec le temps, j’avais su me montrer convainquant même lorsque je clamais l’opposer même de mes réelles pensées. C’était nécessaire. Avant la mort ne nous attendait pas à chaque coins de rue, et littéralement parlant, et perdre un proche ça n’arrivait pas à chaque semaine. J’avais perdu ma mère, plus tôt que je l’aurais dut, et c’était une mort injuste, elle ne le méritait pas et j’aurais préféré qu’elle nous quitte une fois beaucoup plus vieille et apaisée dans un doux sommeil. Quand je me promenait dans les couloirs de l’hôpital je pouvais croire que tout le monde le vivait mais ce n’était pas le cas. Aujourd'hui ça l’est, aussi triste que cela peut être, et vu qu’il y a déjà les rôdeurs pour nous emmerder, on n’a pas besoin en plus de perdre une à une les personnes qu’on croise sur notre route. Certains l’ont pas encore compris mais une fois qu’ils auront trop perdu ils finiront tous comme moi ; terriblement seul jusqu'à la mort, ou, ils mourront avant en essayant de protégé leurs proches. Personnellement je n’avais jamais rien eu contre la solitude, même que j’avais toujours été plutôt solitaire, j’imagine que ceux qui avait besoin de la présence des autres pour être comblé devait vivre tout cela d’une façon beaucoup plus douloureuse. On devait pourtant s’y habituer avec le temps, non?

Je souffle finalement avec humeur et retire mon sac de mes épaules. Il ne contenait pas grand chose, j’avais encore un peu d’eau mais je n’avais plus rien à manger. Une chance que c’était le moins important des deux. Je serais en ce moment même en pleine dégustation de cuisses de lapin si cette gamine n’aurait jamais existé, cela dit. Mais non, il fallait que je sois perché dans un arbre, une botte en moins et crevant de faim. Alléluia. Je finis par mettre la main sur ma flasque et je souris en la secouant, puisque j’entends et sens bien qu’il me reste encore un peu d’eau de vie. Je l’ouvre et en prend une gorgée avant de tendre le bras et le flacon vers la jeune brune, mais repliant celui-ci quelque secondes plus tard. « Ah ! Trop loin et trop jeune. » Je penche la tête de nouveau en arrière pour engloutir une nouvelle gorgée. « Trop innocente ! » chantonne-je presque d’une façon dramatique. Je la regarde ensuite en perdant mon air joyeux, j’hausse même un sourcil. « Enfin, pas si innocente que ça la petite, qui rêve de jeter des pauvres gars en bas des arbres et qui souhaite juste que je me fasse bouffer les tripes. » Je rigole un peu et range ma flasque en tapotant mon sac. J’en gardais pour plus tard. Ça ne remplissait pas l’estomac mais ça faisait un peu diminuer la sensation de faim. Sans la regarder, je décide de lui poser une question qui me trotte depuis quelques minutes dans la tête. « T’as quel âge ou juste? Quatorze ans? T’es genre, encore un foetus et tu décapites des gens avec une faucille. » Je secoue la tête et dit tout cela tout en remettant mon sac sur mes épaules, m’installant confortablement -enfin le plus confortable qu’on peut être le cul contre de l’écorce d’arbre- et croisant les bras, plutôt de bonne humeur, et c’était d’ailleurs curieux vu la situation dans laquelle nous étions, mais c’était tout moi. C’était un peu comme une échappatoire. Je me défilais de la peur et de la douleur, en remplaçant tout cela par de la colère et une joie euphorique et déplacé, des petites choses bien banales pouvaient me mettre de bonne humeur. Peut-être que je cherchais un peu trop les points positifs, et ça marchait puisque je ne déprimais que très peu. En vrai, j’étais un putain de génie, et bordel que je m’aimais la gueule, parfois.

- CODE PAR MYERS -

_________________

_- -_
IN MY HEART, IN THIS COLD HEART
I  C A N  L I V E  O R  I  C A N  D I E
Did you ever f i g h t  it ? All of the p a i n
So much power, running through my veins
All my life, I've been playing games
Bleeding, I'm b l e e d i n g
It tears my apart



Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar


Monsters under my bed. Monsters inside my head. I don't know when they'll leave. But they say that they're here to stay.


LUXEN:
 


è_é:
 

× A propos du vaccin : :
En route pour le faire même si elle ne croit pas en ce vaccin.

× Âge du perso : :
17 ans

× Localisation (+ avec qui) :
En route pour rejoindre les Sauveurs avec Luke & Niko, actuellement à Yoyo

× Avant, j'étais : :
collégienne et fille de pasteur dévouée

× Messages : :
1183

× Points de vie : :
26

× Copyright : :
Avatar : merenwen ; sign by lizzou

× Avatar : :
Madison Davenport

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Merenwen

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} The rabbit War #Alixen | Finitõ. Dim 7 Fév - 18:00

 
The rabbit WarFredricksen & Alixen
Alixen porta son regard en dessous d'elle. Ils n'étaient pas beaux ces rôdeurs avec leurs grandes gueules béantes. Cependant, les voir ainsi avec leurs bouches ouverte, lui donne une petite idée d'activité à pratiquer pour faire passer le temps. Elle commença donc à arracher des petits bouts d'écorce de la branche sur laquelle elle se trouvait, à défaut d'avoir des cailloux sur elle. Cela aurait été beaucoup mieux avec des cailloux. Bon, la prochaine fois qu'elle prévoira de se réfugier dans un arbre, elle fera sa petite réserve. Tout en continuant sa petite séance d'arrachage d'écorces, elle reporta son regard vers l'anti-scout, en arquant un sourcil de par ses paroles.

- Je pense être obligée de décliner aussi. Je n'ai pas très envie d'avancer trop nos retrouvailles. Par contre, toi t'as l'air hyper pressé alors que l'on ne s'est même pas encore quitté.

Un sourire narquois sur le coin de ses lèvres, elle se re-concentra sur sa petite activité. La brune était en train de se tuer les ongles au travail, mais peu lui importait. Qui désormais allait encore se plaindre de s'être cassé un ongle ? Personne de bien intelligent, en tout cas. De toute manière, ses ongles étaient déjà en bien piteux état, grimper aux arbres ne laissait pas sans séquelles. Il fallait faire des sacrifices quelques fois. Bref, elle finit par avoir assez de bouts d'écorces pour pouvoir commencer les festivités. Un par un, elle commença à jeter les petits bouts en direction des gueules béantes des rôdeurs. Elle se demanda même si elle arriverait à les faire s'étouffer comme ça, si elle visait juste. Est-ce que c'était seulement possible ? Ces choses-là défiaient désormais toute science. Mais elle finit par se dire que ce serait trop facile. Puis encore une fois, des pierres auraient été beaucoup mieux. Un lance-pierre aussi maintenant qu'elle y pensait. Lorsqu'elle descendra de là, il faudra qu'elle en trouve un. Par contre, elle n'avait aucune idée d'où elle pourrait en trouver, mais vu qu'en nichant son nez dans les affaires de survivants lorsqu'ils ont le dos tournés, elle arrive à tomber sur tout et n'importe quoi. Un jour elle avait même trouvée des genouillères dans le sac de quelqu'un alors à côté de ça un lance-pierre ça doit être facile à dénicher. Mais en attendant, il fallait se contenter des moyens du bord. Puis sans lance-pierre, elle se débrouillait assez bien quand même, elle arrivait à viser quelques bouches. Au moins, c'était divertissant, car il fallait avouer la réaction de certains zombies était tout simplement amusante. Il y en avait un qui semblait croire que de la bouffe tombait du ciel alors qu'un autre semblait ne pas comprendre ce qui se passait.

Lorsqu'elle en avait fini avec son petit stock d'écorces, du coin de l'oeil elle s'aperçut qu'il y avait du mouvement du côté du jeune homme. Alix jeta un coup d'oeil vers lui et le regretta presque. Elle se serait bien abstenue de le voir se foutre de sa gueule en tendant son flacon en sa direction pour le replier sans qu'elle fasse le moindre mouvement tout en chantonnant. La brune roula des yeux en soupirant bruyamment.

- Ah, ah, ah. C'est tellement drôle que j'en ris à m'en péter les bretelles…

Le temps allait être long. Très long. Elle espérait que le fameux flacon ne renfermait pas un alcool très fort. Car si c'était pour se coltiner un mec idiot, elle devrait le supporter bourré… Ca allait l'agacer très vite. Quoi que… Qui dit bourré, dit perte de l'équilibre. Finalement, elle était prête à supporter quelques minutes de pures supplice pour avoir un résultat satisfaisant.

- Faut bien faire passer le temps. Y a pas grand chose à faire malheureusement lorsque l'on est perchée au-dessus d'un arbre.

La preuve, elle en était venue à jeter des trucs sur les trucs qui grognaient en dessous d'eux, pour s'occuper. Mais pour une fois, il ne disait pas que des conneries. Alix n'avait plus rien d'innocent. C'était un pauvre mec, il l'avouait lui-même elle n'allait pas le contredire. Et oui elle n'aurait rien contre à ce qu'il tombe par mégarde et qu'elle puisse par conséquent se tirer de là en toute vitesse. Par contre, sa question la surprit un peu. Pourquoi voulait-il connaitre son âge ? A quoi ça lui servait au juste ?

- Et demi. Quatorze ans et demi. Et alors ? Les temps ont changés. L'âge ne veut plus rien dire, je me débrouille dix mille fois mieux que certaines personnes vachement plus âgées que moi. Et je suis certaine que le foetus pourra te botter les fesses, à toi.

Elle leva ses deux sourcils en signe de défi. Franchement, depuis que le monde était devenu un vrai chaos. L'âge n'était plus vraiment important. Au contraire, les gamins pouvaient se montrer les plus cruels, surtout s'ils n'ont plus de figures parentales ou autoritaires, dans de tels cas, les limites disparaissent bien rapidement.
   

Whataya Want From Me
© sumptuous reign.

_________________
My shallow heart's the only thing that's beating;
I'M WALKING DOWN THE LINE THAT DIVIDES ME SOMEWHERE IN MY MIND ON THE BORDER LINE. OF THE EDGE AND WHERE I WALK ALONE. READ BETWEEN THE LINES. WHAT'S FUCKED UP AND EVERYTHING'S ALRIGHT. CHECK MY VITAL SIGNS TO KNOW I'M STILL ALIVE.
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


I'M SUPPOSED TO CARE ?
Maybe this time I can be strong
Maybe this time I can go far



× A propos du vaccin : :
Je connais quelqu'un de vacciné et ça n'a pas vraiment l'air d'être une partie de plaisir... Ça sera sans moi.

× Âge du perso : :
Vingt-neuf ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
À Bodie.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2243

× Points de vie : :
42

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} The rabbit War #Alixen | Finitõ. Dim 14 Fév - 2:27


Alixen x Fredricksen
The rabbit War between two idiots
Just one more time before I go, I'll let you know that all this time I've been afraid wouldn't let it show. Nobody can save me now, no.. Nobody can save me now. Stars are only visible in the darkness, fear is ever-changing and evolving, and I, I can poison the eyes, and I, I feel so alive. Nobody can save you now. The king is crowned. It's do or die! The only sound is the battle cry.

Elle était drôle, la petite. Le pire, c’est que j’avais carrément l’impression de me regarder dans la glace, d’être face à mon moi femme… et gamine. Ok c’était quand même tordu. Quoi qu’il en soit, elle était chiante, mais bien amusante. Elle savait bien répliquer. C’était satisfaisant d’avoir le dernier mot, c’est vrai, mais vu la situation ça l’aurait moins été. Pour vue qu’elle marche au moins quelques heures, que l’attente ne soit pas d’un ennui mortel. En plus d’être coincé ici, et avec Alixen, manquerait plus que le silence ne me fasse perdre la tête et sauter pour de bon. Lorsque j’étais seul, je n’avais rien contre le silence, c’était mon pote même, mais à deux c’était terriblement malaisant, tout simplement. En plus, ce n’était pas comme si on avait autre chose à faire de plus intelligent que de s’engueuler, hein. Je pouffe donc de rire, lui faisant toujours dos et les bras croisés. « Oh t’inquiètes pas pour ça petite, j’aurais tout fait pour te rejoindre le plus tard possible, j'aurais négocier avec la grande faucheuse un long moment. » C’était rien contre elle, mais j’étais mieux seul. C’était plus prudent, on ne pouvait jamais, ou presque, faire confiance aux autres, pas totalement en tout cas, et on pouvait encore moi l'accorder à la brune. Les gens ont changé, depuis le début de tout ça, la plupart son devenu que des gros cons. Seul, on ne s’occupait que de soi-même, on n’avait pas à s’inquiéter pour les autres et on n’avait pas constamment cette boule désagréable au creux du ventre, naquis d’une puissante peur qui ne partait pas, non, pas avant que tu ne perdes tout ce que tu as, pas avant que ton pire cauchemars ne se réalise. Il ne fallait pas espérer que ça n’arriverait pas, c’était inévitable. Sois tu perdais, sois c’était toi qui mourrait, et les autres qui perdait. On laissait tous des personnes derrière-soi, et un beau jour il ne resterait plus personne, tout simplement. On se battait tous, mais on savait pertinemment où cela nous mènerait à la fin de la partie ; nulle part. Certains ne se l’avouaient pas, fermait les yeux, continuais d’espéré, mais c’était que des conneries, des belles histoires et des belles paroles, des bêtises pire que ces contes qu’on raconte, ou qu’on racontait plutôt, aux enfants. Alixen était la preuve bien tangible qu’ils n’y avaient plus d’illusions pour eux non plus, que personne n’échappait aux effets que vivre dans ces temps causaient, tout le monde changeait, et pas tout le temps d’une agréable manière.

J’avais rangé ma flasque mais ce n’était pas l’envie qui manquait de la finir, sauf que ça ne se trouvait pas dans tous les dépanneurs maintenant, beaucoup de gens échappait quelques heures à tout ça de la même manière que moi, et l’attente allait être longue, très longue… « Ah, ah, ah. C'est tellement drôle que j'en ris à m'en péter les bretelles… » Je fronce les sourcils, sortant de mes pensées sombres, et heureusement d’ailleurs. Je la pointe du doigt, la tête légèrement penché par en arrière. « Mais c’est ma réplique ça ! Écris les tiennes, la gamine. » Elle m’énervait, bordel, comment une peste pareil pouvait autant me ressembler? Ce n’était pas possible. Je souris pourtant en coin mais grimace, commençant déjà à avoir mal au cul. Pourquoi je ne traînais pas un petit cousin avec moi ? Ça aurait été bien utile. Je passe une main dans mes cheveux et bouge un peu, ce n’était pas la première fois, et pas la dernière non plus, que j’allais être inconfortable. Le confort ça n’existait plus, en tout cas, c’était rare. Il n’y avait pas de place pour les caprices, plus aujourd'hui. Je n’ai pas le temps de m’ennuyer à nouveau qu’Alixen réplique assez brutalement à une simple question qui n’avait rien d’offusquant, enfin, pas à mon avis. « Relaxe, ninja-fœtus, c’était juste une question, nah de Dieu. Les femmes, tous les mêmes ! » Je rigole un peu et me retourne. Ça n’avait pas été lancé pour la blesser, c’était plus une petite blague mais vu son caractère elle pourrait très bien le prendre mal sans que cela ne m’étonne vraiment. « T’es pas la première gosse débrouillarde que j’ai croisé, la plus chiante, peut-être… » Je lui adresse un clin d’œil rapide et souris un peu. Bah quoi? Fallait se dire les vrais choses. Elle était culottée, en plus de ça. Comment elle avait pu survivre aussi longtemps? Elle semblait dure et habile face aux rôdeurs, mais elle restait frêle, petite et jeune. Je ne l’imaginais pas capable de faire le poids face à des grosses brutes réellement malveillantes, mais elle semblait le penser, elle. Peut-être qu’elle n’avait pas croisé le pire qu’il pouvait y avoir, d’ailleurs il y avait toujours pire, ou peut-être qu’elle n'avait croisé que des débiles, sur qui ces petits yeux de chiens battus auraient pu faire effet, même sur moi ça avait presque marché. « Tu devrais apprendre à fermer ta grande gueule, par contre, Alixen, ou tu vas finir par te faire tuer. » C’était sorti d’une façon un peu brutale, mais ça n’avait rien de méchant. C’était un conseil des plus honnêtes qui soit. C’était une peste, elle avait surement volée, peut-être tuée, mais ça restait une gamine et même si je pourrais lui dire le contraire, je ne resterais pas de marbre si elle tombait de son arbre, elle.

- CODE PAR MYERS -

_________________

_- -_
IN MY HEART, IN THIS COLD HEART
I  C A N  L I V E  O R  I  C A N  D I E
Did you ever f i g h t  it ? All of the p a i n
So much power, running through my veins
All my life, I've been playing games
Bleeding, I'm b l e e d i n g
It tears my apart



Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar


Monsters under my bed. Monsters inside my head. I don't know when they'll leave. But they say that they're here to stay.


LUXEN:
 


è_é:
 

× A propos du vaccin : :
En route pour le faire même si elle ne croit pas en ce vaccin.

× Âge du perso : :
17 ans

× Localisation (+ avec qui) :
En route pour rejoindre les Sauveurs avec Luke & Niko, actuellement à Yoyo

× Avant, j'étais : :
collégienne et fille de pasteur dévouée

× Messages : :
1183

× Points de vie : :
26

× Copyright : :
Avatar : merenwen ; sign by lizzou

× Avatar : :
Madison Davenport

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Merenwen

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} The rabbit War #Alixen | Finitõ. Ven 4 Mar - 13:58

 
The rabbit WarFredricksen & Alixen
Alixen aurait fait la même. Tout comme lui, elle comptait bien rejoindre les cieux le plus tard possible. Même si elle ne faisait pas partie des survivants qui croyaient en la possibilité que tout redeviennes comme avant, elle voulait quand même continuer à se battre pour sa vie. Il n'y avait que les lâches pour vouloir en finir le plus rapidement possible. La brune avait surement trop de dignité pour tout abandonner. Et c'était surement la seule chose qui la poussait à continuer d'avancer. Evidemment, lorsqu'elle avait perdue son père, cela avait été très difficile de poursuivre son chemin. Elle avait voulue en finir, la douleur était trop importante. Elle aurait même préféré que ceux qui avaient tué son père, fassent de même avec elle. Cependant, elle s'était ressaisie se disant que si elle ne se battait pas pour sa vie, les assassins de son père auraient tout gagné. A défaut de cela, elle a redressé la tête, cherché à retrouver la trace des deux hommes et s'est assuré qu'ils ne soient plus de ce monde.

La jeune adolescente fit mine de réfléchir devant son reproche. Alors qu'elle avait juste envie de sourire sournoisement devant ce pointage de doigt.

- Mouais, bof, bof, hein. Puis admettons que je t’ai volé ta réplique, au moins je l’ai améliorée en la rendant un brin plus… Intelligente ? Sois-en reconnaissant.

Instinctivement, elle lui tira la langue. Une vieille habitude de sa tendre enfance, qu’elle n’avait pas encore tout à fait réprimer. Chassez le naturel, il revient au galop, comme on le dit si bien. Non, mais, oh. En plus, ce n’était certainement pas lui qui l’avait inventé sa réplique.

Juste une question ? Mouais, elle ne l’avait pas interprétée ainsi. Cela avait sonné comme un reproche à ses oreilles. Cependant, les paroles qui suivirent la firent sourire. Loin de l’offusquer, cela l’amusait plutôt.

- Heureuse de l’apprendre. Ceci est un vrai honneur.

Avec un sourire glissé sur le clin de ses lèvres, elle lui accorda une théâtrale révérence. Enfin, aussi théâtrale que l'on pourrait faire perché sur un arbre, alors que l'on doit faire attention à ne pas perdre l'équilibre. Cela serait vraiment dommage de se retrouver dans les bras des zombaques après tant d'effort pour leur échapper. Et si elle voulait imiter le jeune homme, elle pourrait même dire, ‘après avoir dû grimper dans cet arbre'.

Néanmoins, toutes plaisanteries s'envolèrent face à sa remarque brutale. Là, il n'allait tout de même pas lui sortir que c'était une simple remarque et là rien de méchant là-dedans… Sinon c'était vraiment la prendre pour la reine des connes… Puis, pourquoi elle l'écouterait, d'abord ? Oh grand jamais, elle ne fermera sa grande gueule, même si ça ne pouvait que lui apporter que des ennuis d'agir comme elle faisait. Le pire, c'est qu'elle en avait très bien conscience. Mais elle ne pourrait pas changer une seconde fois. Surtout, qu'elle avait plus perdue lorsqu'elle était loin de l'ouvrir que maintenant.

- Oh, j’en connais un qui devrait en faire de même !

Alixen lui répondit sarcastiquement pour ensuite lui tourner le dos, fulminant, en croisant les bras. Il n’énervait, c’est incroyable… Qu’est ce qu’il avait de la chance, de s’être trouvé sur un autre arbre que le sien… Elle l’aurait bien fait regretter ses propos sinon.

- Puis tu te ferais bien chier si je n’avais pas cette si grande gueule !
   

Whataya Want From Me
© sumptuous reign.

_________________
My shallow heart's the only thing that's beating;
I'M WALKING DOWN THE LINE THAT DIVIDES ME SOMEWHERE IN MY MIND ON THE BORDER LINE. OF THE EDGE AND WHERE I WALK ALONE. READ BETWEEN THE LINES. WHAT'S FUCKED UP AND EVERYTHING'S ALRIGHT. CHECK MY VITAL SIGNS TO KNOW I'M STILL ALIVE.
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


I'M SUPPOSED TO CARE ?
Maybe this time I can be strong
Maybe this time I can go far



× A propos du vaccin : :
Je connais quelqu'un de vacciné et ça n'a pas vraiment l'air d'être une partie de plaisir... Ça sera sans moi.

× Âge du perso : :
Vingt-neuf ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
À Bodie.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2243

× Points de vie : :
42

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} The rabbit War #Alixen | Finitõ. Jeu 17 Mar - 1:12




ONLY IDIOTS CAN BE INVOLVED IN A RABBIT WAR

ALIXEN & FREDRICKSEN | Carry on my wayward son, there'll be peace when you are done. Lay your weary head to rest, don't you cry no more. Carry on, you will always remember. The center lights around your vanity.




Elle avait du culot, ça il fallait bien lui accorder, mais peut-être que c’est grâce à ce caractère qu’elle arrive à faire face à tout ce bordel. Sans ça, peut-être qu’elle partirait en courant lorsqu’elle tomberait sur des rôdeurs, et peut-être qu’elle aurait finit par se faire bouffer, au bout de quelques semaines à peine. Sauf que je n’en savais rien, que je ne voulais pas -ou ne devais pas, plutôt- en savoir plus, et que j’étais peut-être complètement à côté de la plaque. Je secoue la tête et fronce les sourcils vu la réponse de la jeune brune, je grimace même un peu et détourne le regard en me disant qu’on allait très certainement se taper sur les nerfs mutuellement jusqu’à ce que les rôdeurs se décident à aller voir ailleurs si on y est. « C’est pas parce que c’est sortie de ta bouche que sa la rend plus intelligente, au contraire même. » Je lâche finalement un rire léger puis mes yeux se posent sur mon pied déchausser, j’agite de nouveau mes orteils en grimaçant et regarde en bas, j’espérais vraiment pouvoir la récupérer..

« Heureuse de l’apprendre. Ceci est un vrai honneur. » Je roule des yeux, la tête toujours vers le bas. Ça ne m’étonnait pas du tout d’elle ; bien entendu qu’Alixen était amusé d’apprendre que d’autres gosses comme elle m’avait cassé les pieds, ou encore qu’elle était la pire de tous. Elle me donnait vraiment des envies de meurtres, et tant mieux. Je n’avais pas besoin d’une gamine faible et pleurnicharde, j’avais besoin de tout le contraire ; et voilà que naquis Alixen. Si elle avait été plus vieille et un tant soit peu fiable elle aurait été parfaite comme coéquipière, mais malheureusement j’aurais bien trop peur qu’elle me tranche la gorge dans mon sommeil celle-là. Suivit de ces mots une révérence un peu maladroite, vu l’endroit où elle était perchée, ce qui me fait hausser un sourcil bien haut, bien qu’un sourire et qu’un air joueur en suivis. « Les Reines s’incline maintenant ? J’savais pas, mais c’est vrai que j’suis pas comme les autres. Enfin, ça me touche droit au cœur. » Je pose une main contre mon torse, là où se trouve l’organe moteur, toujours souriant.

Ma réplique n’avait rien eu de bien méchant, même que ça n’avait été qu’un simple conseil, bien qu’il pouvait paraître comme tout autre chose. Je ne suis donc pas plus choqué que cela lorsqu’elle s’énerve à son tour, alors que pour ma part je suis redevenu plus ou moins calme ; je ne l’étais jamais complètement mais c’était un début. Je lève de nouveau les yeux vers elle mais me montre un peu moins agressif. « Change pas de sujet gamine ! Et t’es de loin la pire de nous deux. » C’était peu dire. Je ne croyais pas humainement capable d’être plus énervant que moi je l'étais et pourtant, la brune m’avait bien démontré que j’étais loin du compte, très loin même. Elle me lance une autre pique puis croise les bras, boudeuse. Avec ça, et la grimace de tout à l’heure, on se rendait compte qu’elle était vachement jeune, alors qu’au sol tout à l’heure, face aux rôdeurs, elle avait eu l’air beaucoup plus mature. Peut-être qu’elle avait ces heures.

Je souffle doucement, fixant toujours la jeune adolescente de mes yeux clairs. « Fait pas ta gamine. Tu t’es jamais fait remettre à ta place ? » Ça expliquerait bien des choses, mais plus particulièrement son sale caractère. « C’est un brave conseil qui pourrait te sauver la vie. Tu vas finir par tomber sur des gens vraiment mauvais qui n’hésiterons pas à te faire sérieusement regretter tes paroles, ou même d'être né, tout simplement. » Je ne voyais pas pourquoi elle se sentait invincible. Elle avait peut-être eu de la chance jusqu’ici, la preuve ; elle était tombée sur moi, quelqu’un qui paraît dangereux mais qui dans le fond ne l’est pas du tout, et ça c’est pas bon. Ça lui met des idées dans la tête qu’elle ne devrait normalement pas avoir, elle se sent puissante alors qu’elle ne peut tout simplement pas l’être autant qu’elle le crie haut et fort.

J’arrête pourtant d’y penser lorsqu’un objet brillant autours de son cou me fait plisser les yeux l’espace d’un instant. Je n’ai qu’à étirer simplement le cou pour me rendre compte que le pendentif était en forme de croix. Sans savoir la bonne et importante raison pour laquelle elle portait cela, je ne peux m’empêcher de rigoler. « Oh et, madame je peux tuer qui je veux quand je veux, tu devrais peut-être penser à enlever cette croix, j’crois pas vraiment que ton cher Dieu accepte les meurtrières sanguinaires dans son p’tit paradis. » C’était assez loufoque comme image, je ne la croyais pas croyante, je n’en connaissais pas beaucoup d’ailleurs, voir.. aucun. La seule référence que j’avais c’était les films et les religieux étaient tous représenté comme des timbrés.


CODE PAR MYERS

_________________

_- -_
IN MY HEART, IN THIS COLD HEART
I  C A N  L I V E  O R  I  C A N  D I E
Did you ever f i g h t  it ? All of the p a i n
So much power, running through my veins
All my life, I've been playing games
Bleeding, I'm b l e e d i n g
It tears my apart





Dernière édition par Fredricksen A. Hardwick le Mer 6 Avr - 23:49, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar


Monsters under my bed. Monsters inside my head. I don't know when they'll leave. But they say that they're here to stay.


LUXEN:
 


è_é:
 

× A propos du vaccin : :
En route pour le faire même si elle ne croit pas en ce vaccin.

× Âge du perso : :
17 ans

× Localisation (+ avec qui) :
En route pour rejoindre les Sauveurs avec Luke & Niko, actuellement à Yoyo

× Avant, j'étais : :
collégienne et fille de pasteur dévouée

× Messages : :
1183

× Points de vie : :
26

× Copyright : :
Avatar : merenwen ; sign by lizzou

× Avatar : :
Madison Davenport

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Merenwen

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} The rabbit War #Alixen | Finitõ. Mar 22 Mar - 19:12

 
The rabbit WarFredricksen & Alixen
- Je n'ai jamais dit que c'était parce qu'elle sortait de ma bouche, qu'elle était plus intelligente. C'est juste ma version qui est un peu plus recherchée que la tienne.

Alixen était chiante, ça elle l'accordait, mais elle n'était pas pour autant narcissique. Sinon, il serait bien probable qu'elle s'insupporterait elle-même. En changeant, elle ne s'était pas non plus imprégnée de tous les défauts du monde.. Il y a une limite tout de même. Déjà que ça n'a pas été facile au début. Entre les fois où elle s'était mise à regretter les mauvaises choses qu'elle avait fait, les autres fois où elle n'était pas allée au bout de certains braquages ou encore lorsqu'elle s'était mise à s'excuser pour ces derniers, sa vraie nature revenant au galop. Encore aujourd'hui, la jeune adolescente trouvait qu'il y avait encore de « l'amélioration » à faire.

Mais pour le coup, ça ne l'étonnait qu'à moitié qu'elle se retrouvait en tête de classement des gamins les plus chiants que cet idiot avait croisé. Peut-être bien qu'elle se serait offusquée si cela n'avait pas été le cas. Avec tous les efforts qu'elle fait, franchement…

- Non c'est juste une preuve de plus que ta reine Elizabeth, tu vas devoir la chercher ailleurs. Je suis bien certaine que t'en trouvera d'autre qui porteront ce titre mieux que moi.

Oh que oui, qu'il n'était pas comme les autres, mais dans le mauvais sens. Pas du sens, à être complimenté pour cela. Mais pas non plus, dans le sens à être mis au bucher pour cela. Y'avait plus agaçant. D'ailleurs, il venait de dire qu'elle était pire que lui. Cependant, du côté d'Aix, cette dernière n'était pas encore tout à fait convaincue qu'elle était la plus agaçante des deux. Donc elle se contenta de hausser les sourcils face à cette réplique, sans rien ajouter d'autre.

- Disons que généralement, je ne laisse pas le temps aux gens de me remettre à ma place.

Jusqu'à présent… C'était bien la première fois qu'elle se retrouvait coincée avec quelqu'un qui veuille lui faire la morale. De plus, il n'était pas le mieux placé pour la lui faire. Lui il le prendrait comment si elle, une gamine, commençait à lui faire la morale à lui aussi, hein ?

- Je n'en doute pas une seule seconde, mais je sais et saurais me débrouiller.

Pour la première fois, sans doute, elle ne partait pas au quart de tour, ne le défiait pas non plus. Juste un air déterminé s'était affiché sur son visage. Pas question qu'elle se fasse avoir par le genre de type qui ont tué son père. Justement, cela faisait partit des raisons pour lesquelles était devenue celle qu'elle était aujourd'hui. Mais ces pensées furent interrompus par le regard insistant de son voisin, pas du tout discret pour un sou.

- Tu veux des lunettes peut-être ?

Non mais qu'est ce qu'il regardait comme ça ?! Elle espérait que ce n'était pas ce qu'elle pensait… Ce serait très culotté quand même et très incommodant. Et... Son pendentif, en forme de croix.. Ah, oui… Évidemment. Ce collier fait tellement partit d'elle qu'il lui arrive d'en oublier la présence. Cette croix c'est tout ce qui lui reste de son père. Machinalement, Alixen passa sa main dessus, mais elle se reprit rapidement.

- Ce n'est pas parce que j'ai cette croix que je crois en Dieu. Comme toi, ce n'est pas parce que tu portes ce manteau, que tu es un gentleman pour autant. C'est… Ce n'est qu'un vulgaire accessoire rien de plus.

Son ton était beaucoup plus froid qu'il ne l'aurait dû. Pas que la brune s'était décidée à se calmer, mais elle aurait dû agir moins sur la défensive, moins se braquer afin qu'il y'ai plus de chance qu'il pense que ce pendentif n'avait aucune signification pour elle. Elle devait vraiment s'améliorer.

- Bon, si je te dis que j'ai peut-être une solution pour que tu récupères ta chaussure, tu me donnerais quelque chose en échange ou pas ?

C'est ce qu'Alix avait choisi de faire, changer de sujet rapidement. Et la botte perdue avec son propriétaire ne cessant d'y jeter des coups d'oeil depuis qu'ils étaient perchés dans leurs arbres, était une très belle occasion. Pour une fois, elle n'avait pour idée de lui donner une « astuce » à la con du genre, saute dans le tas et tu verras si t'en ressors vivant avec ta botte. Non, elle avait vraiment sa petite idée, tout à fait réaliste, mais il ne faut pas rêver, elle ne l'aidera pas gratuitement, sans rien en échange. Les temps sont durs par les temps qui courent… Puis, en comptant aussi, qu'IL avait fait fuir SON casse-croute.
   

Whataya Want From Me
© sumptuous reign.

_________________
My shallow heart's the only thing that's beating;
I'M WALKING DOWN THE LINE THAT DIVIDES ME SOMEWHERE IN MY MIND ON THE BORDER LINE. OF THE EDGE AND WHERE I WALK ALONE. READ BETWEEN THE LINES. WHAT'S FUCKED UP AND EVERYTHING'S ALRIGHT. CHECK MY VITAL SIGNS TO KNOW I'M STILL ALIVE.
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


I'M SUPPOSED TO CARE ?
Maybe this time I can be strong
Maybe this time I can go far



× A propos du vaccin : :
Je connais quelqu'un de vacciné et ça n'a pas vraiment l'air d'être une partie de plaisir... Ça sera sans moi.

× Âge du perso : :
Vingt-neuf ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
À Bodie.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2243

× Points de vie : :
42

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} The rabbit War #Alixen | Finitõ. Mer 6 Avr - 23:39




ONLY IDIOTS CAN BE INVOLVED IN A RABBIT WAR

ALIXEN & FREDRICKSEN | Carry on my wayward son, there'll be peace when you are done. Lay your weary head to rest, don't you cry no more. Carry on, you will always remember. The center lights around your vanity.




Je laisse un long, très long soupir quitter mes lèvres lorsque la brune répliqua. S’entendait-elle parler? On dirait bien que non, vu les conneries qu’elle me sort sans cesse. Je ne trouve même pas utile de lui répondre, certes je n’étais pas du genre à économiser ma salive, surtout pas lorsque je me retrouvais en face de gens comme Alixen, mais là c’était pire que ça. Je me contente donc de lui démontrer sans aucune gêne qu’elle m’exaspère en soufflant bruyamment ; c’était peut-être la laisser gagner dans un certain sens, mais qu’il en soit ainsi, je n’étais pas ici, perché en haut de cet arbre, pour disputer une quelconque guéguerre avec une gamine de quatorze ans, j’étais là parce qu’il y avait des putains de rôdeurs qui en voulaient à ma chair rose et qui en plus, détenais en otage ma pauvre petite botte sans défense.

C’est évaché contre ma branche comme si je me trouvais dans un fauteuil moelleux que je pose l’arrière de mon crâne lâchement contre le tronc de l’arbre sur lequel s’appuyait le haut de mon dos, casant l’angle de mon cou. Je fixe les branches nues et ce paysage macabre et triste que représente cette saison hivernal, silencieux, oubliant presque la présence des rôdeurs sous mes pieds ; on entendait si souvent ce bruit lugubre que fait les mâchoires en se frappant les unes contre les autres qu’il finissait par être aussi futile que le chant d’un oiseau ou le craquement de vieilles planches de bois sous nos pas. « Non c'est juste une preuve de plus que ta reine Elizabeth, tu vas devoir la chercher ailleurs. Je suis bien certaine que t'en trouvera d'autre qui porteront ce titre mieux que moi. » Je retrouve mon sourire et laisse tranquillement ma tête rouler contre l’écorce pour lever les yeux vers la gamine colérique. Je souris en coin, presque un air sadique sur le visage. « J’suis pas si sûr de ça moi, j’pense pas qu’il soit possible que quelqu’un en ce bas monde puisse porter ce prénom mieux que toi. » En même temps, pourquoi le prenait-elle si mal? Il fallait s’assumer dans la vie. « Disons que généralement, je ne laisse pas le temps aux gens de me remettre à ma place. » Cette fois je pouffe de rire, fixant de nouveau le ciel gris et qui n’inspirait rien de très joyeux ; un vrai putain de ciel d’apocalypse. « Ah oui, j’oubliais, en plus d’être princesse t’es invincible ! Dis donc, t’en as de la chance toi. » Je parlais presque comme si je m’adressais à un enfant de cinq ans, comme si elle était pire que ridicule. En même temps, je disais ça, mais je n’allais pas baisser ma garde pour autant, c’est ce qu’elle voulait après tout, c’est ce qui faisait qu’elle arrivait, surement, très souvent à paumer des types dans mon genre, des types dix fois plus pire que moi, ou encore des gens qui n’avaient jamais rien fait de mal. Toujours les yeux vers le ciel, je lâche un bref hm, pas très convaincu, suite aux dernières déblatérations de la jeune femme, l’air totalement désintéressé.

Loin de moi cette intention, elle semble prendre mon regard d’une tout autre manière, alors que je ne m’intéressais qu’à son pendentif qui, miraculeusement, s’était emparé quelques secondes d’un des rares rayons de soleil qui réussissaient à se frayer un chemin au travers des nombreux nuages orageux. Une grimace déforme ainsi mon visage lorsqu’elle me propose des lunettes. C’était assez dégoûtant, merci. Elle pouvait facilement passer pour dix-huit ans, mais même à ça… « Mais… ark? T’es un putin de fœtus bordel de merde, tu penses quoi là? Je fais pas dans la pédophilie, très peu pour moi. » Un peu gêné par sa remarque, je détourne à nouveau le regard, voir même un peu choqué. Je frisonne légèrement à cette idée tordue et plonge mes mains froides dans mes poches, poches d’un manteau qu’elle critique d’ailleurs par la suite. Je fronce les sourcils mais ne la regarde toujours pas. « Ça, t’en sais foutrement rien. Tu m’connaît pas, la gamine. Tout ce que tu sais c’est c’que moi j’te permet bien d’voir. » Je roule des yeux, fixant un autre arbre plus loin et lui tournant presque le dos par la même occasion. « Mouais, j’en doute, mais si tu l’dis. J’en ai rien à foutre de ton pendentif à la con de toute façon. » Braqué? Un peu, en même temps elle avait quand même insinué que je matais son petit corps de bambin à peine remis de sa phase potelée.

J’hausse pourtant un sourcil à sa proposition, d’ailleurs je n’étais pas contre un changement de sujet moi non plus. Mes poings se serrent dans mon manteau alors que je laisse quelques minutes s’écoulées, un peu méfiant, mais après tout, qu’avais-je à perdre? L’écouter ne m’engageait à rien et surtout pas à mettre son plan en marche si il était bien foireux dans le genre ; de toute façon j’allais la récupérer, que ce soit maintenant ou plus tard lorsque les rôdeurs s’en iront. « Et qu’est que tu veux, ou juste? T’as vu la taille de mon sac? À part un peu de vodka qui brûlerait ta peau de porcelaine pré-pubère j’vois pas ce que j’ai d’intéressant à t’offrir. » De toute façon, même en tant d’apocalypse, il était hors de question que je fournisse un gamin en alcool, même si il pouvait s’en trouver lui-même. Les gamins, c’était con, et je n’allais certainement pas être responsable de sa mort, ou celle de n’importe lequel d'entre eux qui reste en vie, parce que leurs cerveaux son trop petits pour comprendre qu’alcool et zombie ne s’accordent pas particulièrement.


CODE PAR MYERS

_________________

_- -_
IN MY HEART, IN THIS COLD HEART
I  C A N  L I V E  O R  I  C A N  D I E
Did you ever f i g h t  it ? All of the p a i n
So much power, running through my veins
All my life, I've been playing games
Bleeding, I'm b l e e d i n g
It tears my apart





Dernière édition par Fredricksen A. Hardwick le Mer 4 Mai - 0:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar


Monsters under my bed. Monsters inside my head. I don't know when they'll leave. But they say that they're here to stay.


LUXEN:
 


è_é:
 

× A propos du vaccin : :
En route pour le faire même si elle ne croit pas en ce vaccin.

× Âge du perso : :
17 ans

× Localisation (+ avec qui) :
En route pour rejoindre les Sauveurs avec Luke & Niko, actuellement à Yoyo

× Avant, j'étais : :
collégienne et fille de pasteur dévouée

× Messages : :
1183

× Points de vie : :
26

× Copyright : :
Avatar : merenwen ; sign by lizzou

× Avatar : :
Madison Davenport

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Merenwen

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} The rabbit War #Alixen | Finitõ. Ven 15 Avr - 22:10

 
The rabbit WarFredricksen & Alixen
La jeune adolescente fit comme si elle n'avait pas entendu le long soupir. Il pouvait soupirer tant qu'il voulait… Au moins, elle lui avait cloué le bec. Et entre les soupirs et les remarques de l'homme, elle préférait largement ses soupirs… Ses petites oreilles souffraient bien moins ainsi et lui en remerciait. Cependant, quelques minutes après ce fut à elle de ne plus chercher à répliquer. Histoire d'éviter de continuer de renchérir sur le sujet du pseudo prénom qu'il lui avait accordé. Pourquoi continuer de gaspiller sa salive pour quelque chose d'aussi futile ? Il allait finir par se laisser de sa reine Elizabeth, c'est certain. À moins qu'il soit le genre de gros mais vraiment très gros lourd. Et dans ce cas-là, elle se demandait bien qu'est ce qu'elle avait fait pour s'être retrouvé avec un individu pareil…

- Ah de reine je passe donc à princesse ? Ce sera quoi après ? Le valet de chambre ? Faudrait peut-être te décider.

Elle leva les sourcils en le regardant. Qu'il la prenne donc pour une gamine, si ça lui plaisait… La brune n'avait pas à se justifier sur ce sujet et sur aucun sujet d'ailleurs. Elle n'avait pas à lui dire qu'en réalité, il était le premier à qui elle se confrontait vraiment. Les autres survivants qu'Alixen avait croisé n'avais justement pas eu le temps de la remettre en place car le temps qu'ils découvrent son vrai visage, elle était déjà loin avec leurs affaires. La jeune adolescente ne cessait de profiter de sa bouille enfantine pour jouer les petites filles innocentes. Généralement, ça marchait bien… Mais combien de temps cela durera ? Avec le temps, la brune remarquait bien que les survivants se faisaient de plus en plus méfiants.

Mais là c'était à son tour de se méfier, de son regard. De l'endroit vers lequel il était orienté. Comment aurait-elle pu deviner que ce n'était seulement que le petit et discret pendentif qui attirait l'attention de l'homme ?

- Comme tu viens de le dire je ne te connais pas. Tu pourrais très bien en être un.

Alix n'en déblatéra pas plus. Elle n'était pas non plus super à l'aise sur le sujet même si elle en montrait rien. La réaction de son voisin l'aidant beaucoup sur ce fait, un sourire moqueur traversa même ses lèvres. Au moins, grâce à sa remarque il ne s'attarda pas plus que ça sur le sujet du pendentif et ça elle en était bien contente. Mais pour être sûre qu'ils ne reviennent pas sur ce sujet, elle lui en proposait un autre. Sa botte. Ou tout simplement, miracle, la brune était prête à l'aider, en échange d'un petit quelque chose. Chose tout simplement normale en les temps qui courent. Et, oh, surprise, il rétorqua qu'il n'avait pas grand chose sur lui… Ouais c'est ça… On l'a fait pas à elle.

- Tu ne vas pas me faire croire que tuas juste de la vodka dans ton sac… Tu dois quand même avoir un truc qui traîne…

La jeune adolescente pouvait se satisfaire de peu. Au pire même la vodka, elle pourrait l'accepter comme échange. Pas pour en boire non. Loin d'elle cette idée complètement irréfléchie et stupide. Mais elle pourrait en garder pour soigner quelques petites blessures qu'elle pourrait se faire par le futur ou sinon l'échanger. Faire du troc avec d'autres survivants, tous les moyens étaient bons. Après un soupire elle décida de lui révéler son plan. De toute manière, il ne pourra pas l'exécuter sans le matériel qu'il n'avait sans doute pas mais qu'elle, oui.

- Toutes les bottes sont censées avoir une espèce de languette au dos. Grace à ça et à du fil de fer, tu peux tout à fait la récupérer du haut de ton arbre. T'as déjà fait une pêche aux canards ?
   

Whataya Want From Me
© sumptuous reign.

_________________
My shallow heart's the only thing that's beating;
I'M WALKING DOWN THE LINE THAT DIVIDES ME SOMEWHERE IN MY MIND ON THE BORDER LINE. OF THE EDGE AND WHERE I WALK ALONE. READ BETWEEN THE LINES. WHAT'S FUCKED UP AND EVERYTHING'S ALRIGHT. CHECK MY VITAL SIGNS TO KNOW I'M STILL ALIVE.
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


I'M SUPPOSED TO CARE ?
Maybe this time I can be strong
Maybe this time I can go far



× A propos du vaccin : :
Je connais quelqu'un de vacciné et ça n'a pas vraiment l'air d'être une partie de plaisir... Ça sera sans moi.

× Âge du perso : :
Vingt-neuf ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
À Bodie.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2243

× Points de vie : :
42

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} The rabbit War #Alixen | Finitõ. Mer 4 Mai - 0:58




ONLY IDIOTS CAN BE INVOLVED IN A RABBIT WAR

ALIXEN & FREDRICKSEN | Carry on my wayward son, there'll be peace when you are done. Lay your weary head to rest, don't you cry no more. Carry on, you will always remember. The center lights around your vanity.




Toujours dans la même position, les yeux vers le ciel et les mains dans les poches, je soupire à nouveau, roulant des yeux à sa réplique. Elle avait vraiment, toujours, quelque chose à dire sur tout? Ça commençait à être vachement agaçant, ça faisait longtemps que je n’avais pas rencontré aussi têtue qu’Alixen, elle faisait exprès d’être aussi fatigante? Ou elle était comme ça, même avant tout ça? Ça pouvait toujours être cette nouvelle vie qui l’avait rendue désagréable, la petite, peut-être qu’elle laissait la colère prendre le dessus, comme moi. Je ne devrais peut-être pas me poser ce genre de questions mais c’est plus fort que moi, malheureusement, sauf que tant qu’elles restaient dans ma tête il n’y avait, finalement, pas vraiment de mal à ça. Je finis donc par balayer l’air d'une de mes mains, agacé et chassant ces mauvaises questions qui ne cessaient plus de revenir trotter dans mon crâne. « Reine, princesse, quel différence? Les deux décrivent à la perfection ton petit caractère de toute façon, Elizabeth. » Je n’étais pas sur de comprendre pourquoi mes petits surnoms la dérangeait autant, après tout, elle devait bien le savoir qu’elle était comme ça, pourquoi elle n’acceptait pas qu’on lui dise? Ahhh, les gamins.

J’évitais son regard depuis qu’elle avait émit cette remarque déplacée qui me mis très mal à l’aise, mon caractère plutôt timide d’antan reprenant les commandes. Dieu, que j’aurais aimé pouvoir effacer ce Fredricksen, mais ça ne marchait malheureusement pas comme ça, et il ne cessait de revenir à la surface, qu’importe combien je gaspillais d’énergie pour étouffer sa présence au plus profond de moi-même. Je tourne que légèrement la tête vers elle, comme pour mieux projeter ma voix dans sa direction, ne la regardant toujours pas et voyant simplement son petit sourire joueur en biais. « Ouais bah désolé mais non. » Mes paroles se font beaucoup plus sèches qu’elles ne l’étaient auparavant, malgré à quel point elle pouvait jouer avec mes nerfs depuis le début. Ça c’était tout simplement pas un sujet qui me donnait envie de rire, même si je savais que ce n’étais pas vrai. Je voulais qu’elle pense que j’étais un salopard, que je pourrais lui faire mal si j’en avais vraiment envie, mais ça, ce n’est pas du tout une impression que j’avais eu envie de donner.

D’ailleurs, je lui suis reconnaissant d’avoir changé assez rapidement de sujet, mais pas seulement, elle proposait également une solution pour ma botte égaré, et bien que je savais qu’une fois les rôdeurs dispersé je pourrais la récupéré, mes orteils me criaient de trouver quelque chose pour conclure l’échange. La nuit tomberait bientôt, et mon pied n’aimait pas ça du tout, en haut d’un arbre on ne pouvait pas vraiment faire du feu, ou trouver une position qui ne l'exposerait pas au vent frais de ce mois de novembre. Malheureusement, même si la petite ne semblait pas me croire sur parole, je n’avais vraiment rien à lui proposer. « Pourquoi j’te mentirais putin? J’te donnerais certainement pas mon arme, et encore moins ma machette, rien que pour une botte à la con, et j’me serais pas autant énervé contre toi après que t’ais fait fuir ce lapin de mes deux si j’avais des réserves de bouffe ! » Tant pis si j’avais un mauvais caractère, j’étais pas là pour faire ami-ami avec elle, bien au contraire, je faisais mon possible pour rester le plus neutre qui soit avec elle, il ne fallait pas que je creuse, que j’apprenne pourquoi elle est comme ça, que j’ai de la peine pour elle, il fallait qu’elle reste une petite peste insolente, même si j’avais peine à croire qu’elle n’était que ça, mais ça c’était encore l’ancien moi qui parlait, et lui il pouvait allez se faire foutre.

Son plan n’était pas con, en plus de ça, et même si je me rends compte que je ne pourrais pas l’exécuter, j’ai le réflexe de regarder si mon autre botte avait bien la petite languette dont elle parlait, regardant ensuite en bas pour visualisé le fil le fer se glisser entre les rôdeurs et récupérer mon soulier manquant. Ça pourrait marcher, c’était ça le pire. Elle n’était pas stupide, la petite. Après tout, le coup de l’arbre aussi c’était bien pensé, elle en avait entre les deux oreilles, et ça, même si c’était plutôt impressionnant, je devais le garder en tête, parce qu’elle était peut-être jeune, mais elle pourrait facilement m’avoir si je baissais un peu trop ma garde…


CODE PAR MYERS

_________________

_- -_
IN MY HEART, IN THIS COLD HEART
I  C A N  L I V E  O R  I  C A N  D I E
Did you ever f i g h t  it ? All of the p a i n
So much power, running through my veins
All my life, I've been playing games
Bleeding, I'm b l e e d i n g
It tears my apart



Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar


Monsters under my bed. Monsters inside my head. I don't know when they'll leave. But they say that they're here to stay.


LUXEN:
 


è_é:
 

× A propos du vaccin : :
En route pour le faire même si elle ne croit pas en ce vaccin.

× Âge du perso : :
17 ans

× Localisation (+ avec qui) :
En route pour rejoindre les Sauveurs avec Luke & Niko, actuellement à Yoyo

× Avant, j'étais : :
collégienne et fille de pasteur dévouée

× Messages : :
1183

× Points de vie : :
26

× Copyright : :
Avatar : merenwen ; sign by lizzou

× Avatar : :
Madison Davenport

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Merenwen

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} The rabbit War #Alixen | Finitõ. Sam 21 Mai - 16:59

 
The rabbit WarFredricksen & Alixen
On pouvait lui expliquer qu'est ce qu'il avait avec les surnoms ? En quelques heures, il lui en avait déballer elle ne savait combien… Malgré, qu'il semblait en avoir pleins en réserve, il paraissait bien que reine Elizabeth était son préféré. C'était vraiment n'importe quoi, en plus elle n'était même pas anglaise, ni bourgeoise et encore moins une vieille peau ! Elle soupira, vivement qu'elle se casse loin, très loin d'ici, que les rôdeurs se barrent et qu'elle ne le revoie plus jamais.

Alixen ne voyait pas l'intérêt de poursuivre sur le débat de savoir si oui ou non son voisin d'arbre était un pédophile ou pas. Ok, sa réaction la faisait doucement rire mais la brune n'était pas autant à l'aise sur le sujet non plus, donc tout était en sa faveur de repartir sur quelque chose d'autre avant qu'elle aussi donne l'impression d'être assise sur sa casquette. Mais finalement peut-être qu'elle aurait dû rester sur ce sujet et même le faire chier sur ça car elle n'aimait pas du tout la façon dont il lui avait répondu.

- Putain mais t'as cinq ans ou quoi ?! Moi ?! Je l'ai fait fuir ? Tu t'es pas vu ? T'as autant de grâce qu'un éléphant ! C'est toi qui l'a fait fuir, oui ! Le lapin, il t'a vu déboulé il a eu la peur de sa vie, le pauvre ! Oh et puis tu sais quoi ? Ta botte tu peux aller te la mettre bien profond, j'en ai rien à foutre ! Et si t'as cru que j'allais t'aider gratuitement comme ça sans rien en échange, surtout après avoir fait fuir ma bouffe, tu t'es mis le doigt dans l'oeil !

Elle se braquait totalement. Il avait quel âge pour remettre ce sujet sur le tapis ? Surtout qu'il avait tout à fait tort et cela bizarrement il n'arrivait pas à le voir. Il ne savait pas grimper aux arbres, il semblait être dépourvu de toute agilité alors évidemment que le lapin avait fui, il avait eu le temps de le voir abouler le con. Elle était vraiment pressée de ne plus voir sa tronche à l'autre et surtout ne plus écouter ses conneries. La brune bien décidée à ne plus lui reparler, ni même lui adresser un quelconque regard, décida de faire ses petites affaires de son côté, au vu de la nuit qui risquait de bientôt tomber. Prudemment, Alixen retira son sac à dos et le posa à côté d'elle afin de prendre une corde, qu'elle noua d'abord autour de sa taille puis tout aussi précautionneusement, se leva doucement, une main sur le tronc afin de se soutenir un minimum. Elle savait qu'au moindre faux-pas, les zombaques n'en feront qu'une bouchée d'elle. Elle était certaine que lui il n'attendait que ça, qu'elle se fasse bouffée. Mais elle ne lui fera pas ce plaisir, oh ça non, jamais. Une fois totalement redressée, elle leva les bras afin d'attacher l'extrémité de la corde autour de la branche au-dessus d'elle. Après s'être assurée que les noeuds étaient bien serrés en tirant dessus, elle se rassit, tournant complètement le dos à l'autre.
   

Whataya Want From Me
© sumptuous reign.

_________________
My shallow heart's the only thing that's beating;
I'M WALKING DOWN THE LINE THAT DIVIDES ME SOMEWHERE IN MY MIND ON THE BORDER LINE. OF THE EDGE AND WHERE I WALK ALONE. READ BETWEEN THE LINES. WHAT'S FUCKED UP AND EVERYTHING'S ALRIGHT. CHECK MY VITAL SIGNS TO KNOW I'M STILL ALIVE.
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


I'M SUPPOSED TO CARE ?
Maybe this time I can be strong
Maybe this time I can go far



× A propos du vaccin : :
Je connais quelqu'un de vacciné et ça n'a pas vraiment l'air d'être une partie de plaisir... Ça sera sans moi.

× Âge du perso : :
Vingt-neuf ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
À Bodie.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2243

× Points de vie : :
42

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} The rabbit War #Alixen | Finitõ. Mar 7 Juin - 17:03




ONLY IDIOTS CAN BE INVOLVED IN A RABBIT WAR

ALIXEN & FREDRICKSEN | Carry on my wayward son, there'll be peace when you are done. Lay your weary head to rest, don't you cry no more. Carry on, you will always remember. The center lights around your vanity.




Apparemment elle prend plutôt mal ma réplique, celle-ci se veut tout aussi désagréable que j’avais pu l’être quelques secondes plus tôt, mais je ne le prends pas pour moi, après tout on se gueulait dessus depuis un moment déjà, c’était rien de nouveau. Un sourire sur mes lèvres s’élargit à mesure que celle-ci s’énerve. Si j’avais cinq ans? Régulièrement, j’étais un grand gamin dans l’âme, c’est peut-être pour ça qu’on n’arrêtait pas de se taper sur la tête tous les deux d’ailleurs, mais je savais être un bon chasseur, et des lapins j’en avais attrapé des dizaines avant celui-là. Je vivais principalement dans les forêts aujourd’hui, je faisais des petits tours en ville lorsque c’était vraiment nécessaire mais je n’y restais jamais très longtemps. Je n’avais jamais pensé grimper aux arbres, je m’en pensais incapable, mais il y a bien des choses dont je me pensais incapable avant tout ça, avant les zombies, comme fracasser des crânes à l’aide d’une machette ou abattre à l’aide d’une balle entre les deux yeux. Aujourd’hui c’était rendu mon quotidien. Ne jamais sous-estimé la puissance et l’influence que pouvait avoir l’instinct de survie sur l’humain. Je pense qu’on l’avait tous compris maintenant. « T’aimerais bien, oui, mais j’ai attrapé plus d’une p’tite bête avec cette machette et ma grâce d’éléphant, tu sauras. » Je fais tournoyer l’arme dans ma main comme je le fais si bien, lançant ensuite un nouveau regard dans la direction de la brune. « J’t’ai jamais demander de m’aider gratuitement p’tite peste. J’m’en fou d’ma botte, qu’elle reste où elle est va, les zombaques mange pas d’cuir. » Cette fois je détourne le regard, posant à nouveau ma tête contre le tronc de l’arbre dans lequel j’étais perché, ma machette posé contre mes cuisses et ma main toujours accroché au manche comme si quelqu’un pouvait me l’arracher à tout moment, alors que d’où j’étais c’était pas loin de l’impossible.

Elizabeth reste muette, visiblement boudeuse. Je ne rajoute donc rien, l’écoutant s’installer à l’aide de sa corde, fixant plutôt le ciel au loin qui tournait au rose orangé. Le soleil se couchait tranquillement et l’air devenait de plus en plus froide. Je ne pouvais pas dormir, contrairement à Alixen qui elle était attachée à son arbre et donc n’avait pas grande chance de tombé. Il faudra que je pense à m’en trouver une si je veux commencer à vivre comme un paresseux. Ça serait plutôt bête de tomber d’un arbre et de se caser la nuque comme un con alors qu’il y a partout des grogneurs pour te bouffer tout cru. Je penche un peu la tête en fixant mon pied qui me picote déjà légèrement alors que je le vois de moins en moins clairement. Malheureusement je n’avais rien du tout pour le couvrir et aucune position où il serait à l’abrit et qui ne serait pas trop dangereuse est envisageable, alors il devra souffrir un bon coup et tenir jusqu’à ce que les rôdeurs ne se disperses, c’est-à-dire dans surement quelques longues heures encore.

C’est ce que je pensais en tout cas, pourtant, son Dieu devait bel et bien être avec nous ce soir, vu qu’un énorme bruit d’explosion vint faire tourner toutes les têtes des rôdeurs sous nos deux arbres alors qu'il ne faisait noir que depuis deux heures maximum. Ceux-ci se déplacèrent déjà vers l’endroit qui éclairait les alentours de ses grandes flammes, fumant comme un bon steak sur le barbecue. Je lance un regard en bas, ma botte enfin libre, et je fixe ensuite Alixen, sur mes gardes. Je parie qu’elle était prête à me la prendre rien que pour se venger de toutes les conneries que je lui avais balancer par la tête ces dernières heures. C’était une gamine après tout. Alors c’est rapidement et en tombant presque de mon arbre que je me déplace vers le bas, posant pieds sur la branche se trouvant à quelques pieds sous moi. C’est de celle-ci que je me laisse enfin tomber au sol, enfilant en vitesse ma botte et laissant s’échapper un léger soupir de bien-être, même si celle-ci était un peu froide et beaucoup plus sale que sa jumelle. « À plus la princesse-chasseuse, n’attend pas trop longtemps ton carrosse ! » Je pouvais me permettre de lui lancer une nouvelle et dernière pique, celle-ci étant toujours à détacher les nœuds de sa corde. Peut-être qu’il y avait un avantage, finalement, à mon petit sac léger qui n'en contenait pas. D’ailleurs, je peux déjà m’éloigner dans la nuit, prendre un peu d’avance sur elle afin de m’assurer que cette dernière ne me retrouverait pas et donc ne me ferais pas de crasse. D'après-moi elle en mourrait d’envie, peut-être même qu’elle mourrait d’envie de me tuer, et même si elle était une gamine il m’arrivait d’être vulnérable puisque comme tout le monde il fallait que je me repose de temps en temps, et d’ailleurs je dormais presque debout en ce moment même, alors vivement que je trouve un endroit plus ou moins sécuritaire où je pourrais enfin fermer les yeux quelques heures…


CODE PAR MYERS

_________________

_- -_
IN MY HEART, IN THIS COLD HEART
I  C A N  L I V E  O R  I  C A N  D I E
Did you ever f i g h t  it ? All of the p a i n
So much power, running through my veins
All my life, I've been playing games
Bleeding, I'm b l e e d i n g
It tears my apart



Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar


Monsters under my bed. Monsters inside my head. I don't know when they'll leave. But they say that they're here to stay.


LUXEN:
 


è_é:
 

× A propos du vaccin : :
En route pour le faire même si elle ne croit pas en ce vaccin.

× Âge du perso : :
17 ans

× Localisation (+ avec qui) :
En route pour rejoindre les Sauveurs avec Luke & Niko, actuellement à Yoyo

× Avant, j'étais : :
collégienne et fille de pasteur dévouée

× Messages : :
1183

× Points de vie : :
26

× Copyright : :
Avatar : merenwen ; sign by lizzou

× Avatar : :
Madison Davenport

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Merenwen

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} The rabbit War #Alixen | Finitõ. Mar 14 Juin - 13:26

 
The rabbit WarFredricksen & Alixen
Il avait attrapé plus d'une petite bête, lui ? L'ayant aperçu dans le feu de l'action, elle avait du mal à le croire. Des petites bêtes blessées qu'il avait dû attraper, oui… Non mais qu'est ce qu'elle devait pas entendre, franchement… Et voilà qu'il faisait l'intéressant en tournoyant sa machette dans sa main ! La brune soupira d'exaspération. Quelles étaient les chances, qu'elle tombe sur un individu pareil franchement ? Combien restait-il de mec comme lui sur cette terre encore ? Très peu, elle espérait !

Une explosion sérieusement ? Alors qu'elle venait tout juste de s'installer ? C'est une blague ? Alors qu'elle devrait être heureuse d'être enfin débarrassée de ces rôdeurs, c'était tout le contraire. À une dizaine de minutes près, elle aurait pu partir comme ça directement avant même que le mec n'ait le temps de le réaliser. Mais non, voilà que c'est lui qui se retrouvait sur la terre ferme bien avant elle. Avec sa grâce inexistante, il en allait de soit. Et ça, ça la frustrait tellement qu'Alixen mettait bien plus de temps que d'habitude pour se détacher de ses cordes, que d'habitude. Elle voulait tellement se presser, qu'elle faisait n'importe quoi et elle s'énervait.

- À jamais le crapaud !

Avant qu'il s'en aille, Alix réussit à lui balancer une petite bouteille d'eau vide qui traînait dans son sac, sur le crâne du jeune homme. La brune n'avait pas pu se résoudre à le laisser partir comme ça sans qu'elle ne puise venger un minimum sur lui. Il l'avait tellement fait chié depuis le départ, qu'elle était obligée de lui balancer un truc à la gueule. Il avait bien de la chance que ce soit qu'une bouteille en plastique vide qui s'était trouvée entre ses mains. Elle aurait tellement voulu pouvoir atterrir en bas avant lui… Pour sûr qu'elle aurait pris sa botte et l'aurait brûlée ou bien jetée dans une rivière quelconque.

Malheureusement, ses plans de vengeances furent réduits à néant. Alix arriva à se détacher totalement, au moins cinq bonnes minutes après le départ de l'homme à la grâce d'éléphant. Une fois, les pieds sur le sol la jeune adolescente partit dans la direction opposée à l'autre. Elle aurait très bien le traquer dans le but de lui faire une crasse mais la seule idée de se retrouver une nouvelle fois coincée avec lui dans un quelconque endroit, suffisait à lui en dissuader. Ces quelques heures lui avaient largement suffis. Plus jamais. Alix se contentera de ne plus jamais avoir à le recroiser. Cette seule idée de ne plus revoir sa gueule et ne plus à avoir écouter ses surnoms à la con, suffisait à la satisfaire. La brune ne tarda pas à se casser. Elle devait se dépêcher, on ne savait jamais que d'autres rôdeurs débarquent en voulant se diriger vers l'explosion. Rapidement, elle enroula la corde qu'elle avait jetée par terre en descendant de l'arbre et la rangea dans son sac. Une perte de temps de plus. Peut-être aurait-elle dû finalement rester dans son arbre. Surtout que la nuit était tombée, elle était déjà tranquillement installée, sécurisée par ses cordes. Elle aurait pu dormir dans cet arbre jusqu'au petit matin. Oui, elle aurait pu mais c'était risqué. Maintenant que quelqu'un savait où elle était, elle préférait se mettre à marcher toute la nuit durant jusqu'à être assez loin de sa position actuelle.
   

Whataya Want From Me
© sumptuous reign.


FIN

_________________
My shallow heart's the only thing that's beating;
I'M WALKING DOWN THE LINE THAT DIVIDES ME SOMEWHERE IN MY MIND ON THE BORDER LINE. OF THE EDGE AND WHERE I WALK ALONE. READ BETWEEN THE LINES. WHAT'S FUCKED UP AND EVERYTHING'S ALRIGHT. CHECK MY VITAL SIGNS TO KNOW I'M STILL ALIVE.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: {FLASHBACK} The rabbit War #Alixen | Finitõ.

Revenir en haut Aller en bas

{FLASHBACK} The rabbit War #Alixen | Finitõ.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS :: RPS TERMINÉS-