LOST IN TRANSLATION (ft Zippora)
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome. Quelques bugs/décalages à attendre sous Firefox.
Le 10 novembre 2016, le forum a fêté ses quatre ans !! A cette occasion, sa saison 5 a été mise en place. bril Et le 12/06/2017, sa version vingt-trois réalisée par Morphine est installée. Toutes les nouveautés sont à découvrir ici. coeurrose
Oh la la qu'est-ce que vouuuuus aiiiiiime !! coeurrose lele Et si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ?

Partagez| .

LOST IN TRANSLATION (ft Zippora)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.


We could be more:
 

× A propos du vaccin : :
Jamais entendu parler.

× Âge du perso : :
38 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, avec Zippora et Tybalt.

× Avant, j'étais : :
Flic.

× Messages : :
1298

× Points de vie : :
54

× Copyright : :
© lux aeterna (avatar), © schizo' (code signature).

× Avatar : :
Andrew Lincoln le BG.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: LOST IN TRANSLATION (ft Zippora) Mar 1 Sep - 22:14

 
Zippora & Leandro
 
ONE BY ONE. HOLLOW HEROES SEPARATE. AS THEY RUN. YOU'RE SO COLD. KEEP YOUR HAND IN MINE. WISE MEN WONDER WHILE STRONG MEN DIE.

Plus une seule goutte d'eau. Ils n'en ont plus une seule. Cela ne choque-t-il que lui ? Et, à moins d'espérer un miracle, ils ne tiendront plus longtemps à cette allure-là. Sans compter qu'ils n'ont pratiquement plus de bouffe, très peu de médicaments et les munitions se font rares, elles aussi. Ils sont dans un sacré pétrin. Ils n'ont pas assez d'essence pour quitter le Nevada et, paradoxalement, pas assez de vivres pour rester ici éternellement. Ni même quelques jours, en fait. Leandro espère qu'en allant dans un magasin voisin, dans une ancienne école, un ancien lycée ou quelque chose, il trouvera quelque chose ... de quoi les faire tenir plus longtemps. De quoi les maintenir en vie. Certains membres du groupe se sont déjà décidés à partir de leur côté et ne sont jamais revenus les mains vides. Pas vraiment, quoi. L'ancien flic refuse de passer une journée de plus les bras croisés, à attendre que le temps passe, que l'eau de pluie devienne totalement potable, que la bouffe apparaisse devant eux. Les miracles n'existent pas. Et ce n'est pas en attendant bien sagement dans cette maison qu'ils avanceront. Le sommeil n'étant plus vraiment du côté de Leandro depuis bien longtemps, il est très tôt lorsqu'il se réveille - ou en tout cas est extirpé de son semi-sommeil -. Le soleil est à peine levé, il croise quelques regards mais certains dorment encore. Sans doute pas très profondément, c'est le lot de tous les survivants de l'apocalypse. Son arme étant, de jour comme de nuit, coincé entre sa chemise et son pantalon, Leandro n'a qu'à enfiler sa veste, lorsqu'il est debout pour être paré. Toutes les tâches matinales d'autrefois n'ont plus lieu d'être ... c'est un gain de temps précieux, mais une perte considérable en ce qui concerne leur hygiène.

L'accès à l'eau chaude est un privilège, et l'était déjà autrefois en fait. Mais, là où il vivait, ce n'était en rien une chance, c'était ... normal. Ça ne l'est plus, Leandro se rappelle à peine de la dernière fois où il a eu la chance de se prélasser sous une douche. Cela date de la zone, en fait. Mais cela lui semble déjà si lointain ... A coup sûr, les souvenirs ne tarderont pas à être définitivement effacés de sa mémoire. Un peu comme toute sa vie d'autrefois. Quel goût a un hamburger chaud tout juste distribué au fast-food du coin, déjà ? A quel point est-il délicieux de boire un soda frais et encore pétillant ? Il ne s'en rappelle plus vraiment, pour la simple et bonne raison que tout cela n'est plus. Ce ne sont que de vagues souvenirs, enfouis au plus profond de son esprit. C'est mieux ainsi, les ressasser n'apporterait rien de bon, rien d'autre qu'une vive nostalgie. Cela ne pourrait pas aider ce foutu groupe à s'en sortir. Leandro préfère rester focalisé sur leur survie à tous, et en particulier sur la sienne et celle de Zippora. Il ne pourra pas dire le contraire : c'est pour la jeune femme qu'il est encore là. Et, égoïstement, beaucoup pour lui aussi. Il ne l'avouera jamais mais il sait pertinemment qu'il sombrerait dans la folie s'il venait à se retrouver seul ... en particulier s'il perdait Zippora. Elle est la raison pour laquelle il n'est pas encore complètement fou, aussi insensé cela puisse-t-il paraître.

Parmi tous les autres survivants, Leandro la repère vite. A ses yeux, elle ne passe pas inaperçue, d'autant plus qu'elle est l'une des rares à être éveillée à cette heure si matinale. Insomnie ou tour de garde ? Leandro lui-même n'est pas au courant. Il fait en sorte de ne pas tout savoir, tout diriger et tout superviser pour ne pas donner l'impression d'être le leader de quoi que ce soit. Si leader il y a, ce n'est pas lui : il ne peut pas l'accepter. Même s'il donne parfois l'impression d'aller dans ce sens-là, certes ... « Zippora ! Je sors, tu viens avec moi ? » Rien de trop aimable, rien, non plus, de trop sec. Sans réellement savoir pourquoi, il tient à ce qu'elle vienne avec lui aujourd'hui. Ils y passeront sans doute la journée et il veut la convaincre, en même temps que lui-même, que c'est à la fois pour avoir deux bras supplémentaires et pour lui permettre de sortir un peu. Qui croira ça, hein ? Elle, il l'espère. « Si on part maintenant, on pourra être revenu pour le milieu d'après-midi. Avec un peu de chance, on aura de quoi tenir un peu avec nous. » Avec un peu, voire beaucoup de chance. Il ne sait pas si le vent tournera en leur faveur mais ils en ont vraiment vraiment besoin. L'une des voitures qu'ils ont récupérées de la zone leur permettra de faire un aller-retour vers une ville voisine, en espérant qu'ils trouvent aussi de l'essence, histoire de pouvoir avancer encore un peu. Tous ensemble.

 
code par SWAN - gifs tumblr

_________________
I have finally seen the light, and realized what you mean.
I can't get these memories out of my mind, and some kind of madness has started to evolve. And I, I tried so hard to let you go, but some kind of madness is swallowing me whole.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: LOST IN TRANSLATION (ft Zippora) Mer 2 Sep - 16:53


leandro&zippora
 just have to move the bats out of your head

Tu n'avais pas dormi de la nuit, comme depuis des mois en somme. Tu étais pourtant épuisée, puisant dans tes dernières ressources jour après jour. Mais c'était tout bonnement plus fort que toi, tu n'arrivais pas à fermer les yeux aussi longtemps. Car, involontairement, à l'instant même où tu te laissais endormir, des images du passé te revenait en flèche, comme des épines te tiraillant le crâne. Des images qui t'empêchaient alors de dormir, te perturbant jusqu'à ce que l'aube arrive. Tu n'en demeurais pas défaitiste pour autant, la fatigue ne te posant pour le moment aucun problème. Jusqu'au jour où tu t'écrouleras de faiblesse.
Mais il n'en était encore rien, et il ne fallait pas te focaliser sur demain mais sur l'instant présent. Le groupe n'était pas au meilleur de sa forme, et ça se comprenait. Vous veniez de vivre de dures épreuves, il vous fallait vous en remettre. Mais du temps, vous en manquiez énormément, vous ne pouvez vous permettre d'attendre qu'il passe sans rien faire, comme si tout ce dont vous aviez besoin vous serez offert. Non, vous ne pouviez compter que sur vous-même, certains du groupe comptant plus sur les autres que sur eux-mêmes d'ailleurs. Ceux qui se bougeait pour aller chercher de quoi manger et survivre, c'était toujours les mêmes – et tu en faisais partie. Non pas que tu te sentes d'un courage héroïque à toute épreuve, mais tu savais que tu deviendrais folle à rester le cul vissée par terre, à attendre Dieu ne sait quoi. Et puis, lui, il faisait bien entendu parti de ceux qui partait, toujours. Leandro. Il était rare qu'il reste sans rien faire et, comme depuis le début, tu avais pris la fâcheuse habitude de le suivre, où qu'il aille. Tu étais toujours derrière lui, car c'était le seul endroit où tu te sentais réellement en sécurité. Et puis, tu avais cette impression. L'impression que si tu le laissais seul, si tu l'abandonnais, il partirait en vrille et tu ne pourrais plus rien pour lui. C'est juste inconcevable, tu ne pouvais tout simplement pas le laisser aller dans ses tourments les plus profonds. Tu lui devais la vie, tu le savais pertinemment, alors être là pour lui était le minimum à faire.
Il se réveille alors, du moins il décide à se lever. Tes yeux sont toujours portés en sa direction, inconsciemment, veillant secrètement sur lui. Tu savais que Leandro n'avait nul besoin de toi pour assurer sa sécurité. Il se débrouillait mieux que personne quand il s'agissait d'abattre du rôdeur. Non, tu savais que le plus dangereux pour Leandro, c'était lui-même. Son regard croisa alors le tien, un sourire discret s'esquissant automatiquement sur ton visage. Ainsi, il te proposa de venir avec lui. Une question sans en être une, car la réponse fut évidemment positive. Tu ne pris pas la peine de répondre, te contentant de vite te lever pour enfiler ta veste, cette même veste qui te servit d'oreiller. Tu ne savais trop pourquoi il tenait à ce que tu viennes, mais tu t'en fichais, réellement. Tant qu'il t'acceptait encore dans ses pattes, ça t'allait à merveille. Et puis, tu ne te voyais pas vraiment rester seule avec le reste du groupe toute une journée. Aucune personne de la zone ne t'avait jusqu'alors causé du tord, non, mais tu n'accordais tout de même ta confiance à personne. Tu n'étais pas encore prête à le faire, et tu t'en sortais très bien ainsi. Leandro te suffisait amplement.

« Ça me va, si je reste enfermée ici une minute de plus je risque de devenir folle. » À ces mots, tu te levas d'une traite, rejoignant en quelques pas Leandro près de la sortie. Tu ne pris avec toi que ton revolver et ta machette, chacun accrochés à ta ceinture. Laisser tes affaires, tu n'aimais pas tellement ça, mais tu n'avais pas vraiment le choix. Et puis, comme il te l'avait assuré, c'était une courte mission, un simple aller-retour. Avec un peu de chance – grand optimiste que tu es – vous ne croiserez la route d'aucun mordeur, ou alors très peu. Tu n'étais pas en forme, pas assez pour les affronter aujourd'hui. Alors, peut-être qu'en croisant les doigts, cette journée sera bonne. Peut-être même trouverez-vous de bonnes rations, de l'essence surtout, histoire de quitter au plus vite ce coin.
Le jour se levait à peine, et déjà vous preniez place en voiture, Leandro au volant. Faute d'avoir le permis. Ça semblait quelque peu dérisoire, c'est vrai, mais mourir d'un accident de voiture en plein apocalypse zombie, ça serait bien plus dérisoire encore. Tu posas alors habituellement tes pieds par dessus la boite à gants, profitant du trajet pour sortir la machette de son fourreau et l'affûter. Autrefois, tu appréciais tant les trajets en voiture, ne serait-ce que pour poser ta tête contre le carreau et regarder cet agréable paysage défiler devant tes yeux. Mais à présent, dehors, il n'y a plus rien de beau à voir. Rien de plus que les infectés, avec comme arrière plan une perpétuelle obscurité. Tu grattas alors avec ta minable pierre sur la lame de ton arme, en sachant pas parfaitement t'y prendre. C'était juste pour dire de t'occuper l'esprit, tout au plus. Pour combler ce soudain silence, aussi, qui venait de s'installer entre vous. C'était étrange, regrettable même, mais ces derniers jours, tu ne trouvais rien à dire à Leandro. Tu n'arrivais plus à converser avec lui, comme tu le faisais pourtant si bien avant. Plus rien ne sort, du moins plus rien n'ose sortir. Seulement, il n'a jamais été aussi renfermé, ça n'est donc pas le moment pour lui tourner le dos. Tu n'as tout simplement pas le droit de lui faire ça. Alors, hésitante, tu réussis tout de même à tourner ta tête en sa direction, te permettant de l'observer un moment. « Est-ce que ça va ? » Tu en connais plus d'un qui t'aurait baffer pour une question aussi idiote. Si ça allait ? Bien entendu que non, il suffisait de le regarder pour le deviner. Mais cette stupide banalité était bien la seule chose que tu parvins à sortir, que tu trouvas pour rétablir un semblant de contact avec lui.
©clever love.
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.


We could be more:
 

× A propos du vaccin : :
Jamais entendu parler.

× Âge du perso : :
38 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, avec Zippora et Tybalt.

× Avant, j'étais : :
Flic.

× Messages : :
1298

× Points de vie : :
54

× Copyright : :
© lux aeterna (avatar), © schizo' (code signature).

× Avatar : :
Andrew Lincoln le BG.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: LOST IN TRANSLATION (ft Zippora) Ven 4 Sep - 17:44

 
Zippora & Leandro
 
ONE BY ONE. HOLLOW HEROES SEPARATE. AS THEY RUN. YOU'RE SO COLD. KEEP YOUR HAND IN MINE. WISE MEN WONDER WHILE STRONG MEN DIE.

La réponse de Zippora est positive, ce qui n'étonne pas vraiment Leandro. Dans la zone déjà, elle l'accompagnait souvent. Et maintenant ... il ne voit pas comment sa réponse pourrait être différente. Après tout, rester enfermé ici relève de la torture. C'est, certes, plus sûr que de sortir à tout bout de champ mais il n'empêche que c'est insupportable. La plupart des survivants du groupe sont des loques, déprimés, les yeux rouges de fatigue et les corps désespérément maigres, décharnés. La seule chose qu'ils peuvent faire pour s'en tirer serait de sortir de là, de trouver des vivres. Malheureusement 1) ça ne se fait pas tout seul et 2) cela reste compliqué. Il faut fouiner, aller au bon endroit, ne pas se faire attraper par les rôdeurs aussi. C'est risqué, mais vital. Leandro ne s'imagine pas rester une seule seconde plus. Il a besoin de s'éloigner un peu de tous ces gens, et de tenter sa chance aussi. L'idée que Zippora l'accompagne ne lui déplaît pas. Bien au contraire, il en est soulagé. Aussi étrange et invraisemblable cela puisse-t-il paraître, il a besoin d'elle. Et puis, pour camoufler le tout, il n'aura qu'à dire que c'est plus sûr d'y aller à deux, hein ? Sans rien dire, Leandro laisse Zippora se préparer. Il se contente d'un hochement de tête, lorsqu'elle lui dit qu'elle risque de devenir folle si elle reste ici une minute de plus. Qu'aurait-il pu dire de plus, de toute façon ? Rien, strictement rien. Et comme il n'est pas un adepte des babillages incessants, intempestifs et on ne peut plus inutiles, il préfère se taire et ne rien ajouter. Sans compter que certains dorment encore, autour d'eux. Parler plus que ça, à voix haute ou à voix basse, pourrait les réveiller. S'ils peuvent se reposer encore un peu, autant les laisser en profiter. Avec un peu de chance, ils finiront par retrouver des forces et être assez énergique pour partir en virée. Leandro en doute fortement, certains préfèrent ne pas prendre de risques et rester ici. Qui peut les blâmer ?

Ils sont dans leur droit et ils n'ont pas tout à fait tort non plus. Mais la survie du groupe dépend de ceux qui sortent, ça ne fait pas un doute. Très vite, Leandro se retrouve dans la voiture, côté conducteur. Zippora s'installe à ses côtés, et il démarre. La sensation qui le prend aux tripes, lorsqu'il commence à voir le paysage défiler devant lui est grisante. Elle lui redonne un peu d'énergie ... un peu. Si peu, en fait, que ce n'est pas visible. Il faut dire que, depuis le temps, Leandro a érigé un mur d'impassibilité devant lui. Les seuls moments où il se permet de l'abaisser, c'est quand il est en train de se défouler, d'extérioriser toute la rage qui est la sienne. Il en a besoin, de ces instants de pure liberté, de ces moments intenses et libérateurs. Zippora y a déjà assisté et ça n'est jamais beau à voir. Mais c'est ce qui lui permet d'être encore là aujourd'hui, de ne pas être devenu complètement fou à l'heure actuelle. Sans ça, il aurait déjà craqué. Pété un câble pour de bon. Mieux vaut éviter d'en arriver là, n'est-ce pas ? « Et bien ... ça va. » Qu'aurait-il pu dire d'autre ? La question est un peu stupide, oui, mais elle part d'un bon sentiment. Zippora ne cherche qu'à entamer la conversation. Leandro n'en est pas un grand fervent mais il ne va pas se contenter de cette réponse et espérer d'elle qu'elle n'essaye pas d'aller plus loin. Pas aujourd'hui. « Et toi ? » Un rictus passe vaguement sur son visage, un tic nerveux qu'il ne maîtrise pas sur le coup. Pas de l'agacement, non, ce n'est pas ça. Rien d'autre qu'un tic qui ... survient quand il n'est pas à son aise. Il ne l'est plus souvent, soit. Mais dans ce cas précis, c'est plus que ça ... Il se force à lui parler. Zippora est une bonne personne et il s'en voudrait très certainement de l'envoyer paître sans plus de cérémonie.

Elle aussi traverse une phase - c'est bien plus que ça en réalité - difficile. Elle aussi a perdu, à coup sûr, des êtres chers. Elle aussi a traversé l'enfer pour en être là aujourd'hui. Leandro ne parvient pas bien souvent à être un tant soit peu agréable avec elle mais il fait des efforts pour s'améliorer. Vraiment. Les résultats ne sont pas visibles parce que peu nombreux mais ils sont là quand même ... Parfois. Quand il s'en donne les moyens, quand il s'y met à fond. C'est le cas aujourd'hui, Zippora est chanceuse. Il faut dire que, ces temps-ci, il a d'autres chats à fouetter. D'autres préoccupations que sa rage constante et son envie permanente de tout envoyer chier. De buter des rôdeurs. Peut-être même n'en auront-ils pas à tuer, aujourd'hui. Et ce n'est pas si mal, ils ont d'autres objectifs beaucoup plus importants pour eux et le groupe. « L'idéal serait qu'on soit rentrés pour la fin de journée mais s'il le faut on restera sur place. » Ce qu'il veut surtout dire par là, c'est qu'il ne veut pas qu'ils rentrent bredouille. Ils doivent à tout prix trouver quelque chose. De la bouffe, de l'eau. Dans l'idéal, de l'essence aussi. Et des médicaments. Mais l'eau et la nourriture sont prioritaires. Par-dessus tout, c'est de cela dont ils ont besoin. En tout cas, pour l'instant, Leandro conduit un peu au hasard. Il aimerait pouvoir éviter d'aller dans un village qu'ils ont déjà fouillés mais ils ne sont pas partis assez loin pour ça ... Les gars de la zone ont déjà dû attendre celui qui commence à se peindre sous leurs yeux. Mais ils n'ont pas le choix. Ils vont devoir fouiller encore plus ... Ou tenter leur chance dans une ville plus grande. « Si on ne trouve rien ici, on pourra essayer de faire un tour à Tonopah, il doit bien rester quelque chose là-bas. » Croisons les doigts pour qu'ils n'aient pas à en arriver là surtout ...

 
code par SWAN - gifs tumblr

_________________
I have finally seen the light, and realized what you mean.
I can't get these memories out of my mind, and some kind of madness has started to evolve. And I, I tried so hard to let you go, but some kind of madness is swallowing me whole.

Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Plutôt crever que de faire ce foutu vaccin !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21380

× Points de vie : :
347

× Copyright : :
© lux aeterna (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: LOST IN TRANSLATION (ft Zippora) Mer 14 Oct - 15:02

RP archivé suite à la suppression de Zippora. coeurrose

_________________
en présence très réduite jusqu'au 9 août
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: LOST IN TRANSLATION (ft Zippora)

Revenir en haut Aller en bas

LOST IN TRANSLATION (ft Zippora)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS-