Luke&Nikolaï- Deux ans sans se voir et déjà tu veux te battre ? [SUJET TERMINE]
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome. Quelques bugs/décalages à attendre sous Firefox. Les admins sont actuellement absentes jusqu'au 25 juillet mais vous pouvez toujours contacter Aileen par MP en cas de question !
Le 10 novembre 2016, le forum a fêté ses quatre ans !! A cette occasion, sa saison 5 a été mise en place. bril Et le 12/06/2017, sa version vingt-trois réalisée par Morphine est installée. Toutes les nouveautés sont à découvrir ici. coeurrose
Oh la la qu'est-ce que vouuuuus aiiiiiime !! coeurrose lele Et si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ?

Partagez| .

Luke&Nikolaï- Deux ans sans se voir et déjà tu veux te battre ? [SUJET TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

MARGINAUX
avatar



× A propos du vaccin : :
Non , peut-être un jour.

× Âge du perso : :
16 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Yosemite, avec Luke et Alixen.

× Avant, j'étais : :
Collégien

× Messages : :
808

× Points de vie : :
13

× Copyright : :
Lux aeterna

× Avatar : :
Colin Ford

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Mekhaï

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Luke&Nikolaï- Deux ans sans se voir et déjà tu veux te battre ? [SUJET TERMINE] Sam 3 Oct - 20:38

Je passais une main dans mes cheveux avant de frotter mon bras sur mon front. Il ne faisait pas très chaud cet hiver mais par chance je ne me situais pas non plus dans l’état le plus froid des Etats-Unis enfin de ce qu’il en reste ce qui était plutôt vivable. Enfin vivable… Autant que ce foutu monde pouvait l’être. J’étais en train de tailler un bout de bois plus par ennui que par réelle défense, il n’y avait rien à faire, tout était calme et justement c’est ce qui représentait la raison pour laquelle nous y restions. En revanche, la nourriture, elle, ne coulait pas à flot mais c’était un peu partout pareil. Je me demandais alors ce que devaient bien faire mon père et Enzo, et où pouvaient-ils bien se trouver. Bon sang, je donnerais n’importe quoi pour être près d’eux mais au jour d’aujourd’hui je ne savais même pas s’ils étaient encore en vie. Je soupirais avant de me lever puis de m’étirer. J’allais finalement prendre mon sac que je mettais à mon épaule avant de bien vérifié que mon arme était rechargée et que mon couteau était à ma taille. On est jamais trop prudent et si je pouvais dégommer un ou deux rôdeurs, je pourrais effacer mon ennui quelques instants. Car à mes yeux, une ou deux de ces créatures représentaient un divertissement ou une occupation, j’avais bien changé là-dessus. Car à l’époque, je me serais littéralement pissé dessus rien qu’en en voyant un à vingt mètres de moi. Mais j’avais plus envie de dégommer un maximum de ces pourritures qu’autre chose. Je prévenais mes camarades alors que l’un d’eux me proposait de m’accompagner, proposition que je déclinais avant de passer le fil de fer nous servant d’alarme de domicile. Le pire c’est que cette astuce fonctionnait bien et heureusement, il ne manquerait plus que ces conneries pensent à dévier nos pièges. Imaginez le bordel après ?! J’avançais dans les bois à la recherche d’une cabane, d’une ferme ou d’un truc du genre. Il doit bien y en avoir dans le nevada non ? Aucune idée. Je restais cependant prudent sur toute la marche, concentré sur le moindre petit bruit, une branche qui craquerait autre part que sous mes pieds et pan, je dégainais. Et s’il était vivant et bien je lui ferai mon adorable petite tête d’enfant mignon et il sera charmé par mon incroyable mignonneté. Comment ça, ça ne se dit pas ? C’est mes pensées je dis ce que je veux !  J’apercevais alors la fin des arbres et donc le signe qu’il y aurait peut-être des habitations, tant mieux j’en avais marre de marcher et j’allais user plus qu’elles ne l’étaient mes vieilles baskets. Et puis cette balades m’avaient vachement creusé l’appétit, alors je priais vraiment pour ne pas rentrer bredouille et qu’on m’annonce que nous allions encore manger une bestiole grillée ou un truc du genre. C’était bon mais j’avais presque plus envie de trouver un vieux sachet de riz ou des conserves. Il ne fallait pas trop rêvé non plus et pourtant je gardais cet espoir bien en tête. J’apercevais alors en arrivant à l’orée de la forêt une vieille maison de campagne solitaire et visiblement totalement abandonné. Autant dire que j’étais presque heureux de cette trouvaille d’une part car j’allais peut-être y trouver de la nourriture et d’une autre car mon groupe et moi allions sans doute pouvoir nous y installé un moment. Ça sera toujours plus confortable qu’un sol de forêt et plus sécurisant, non pas que je juge nos superbes boites de conserve façon chien de garde. Alors que je m’avançais non sans rester très prudent de la bâtisse, j’entendais des bruits étranges. Instinctivement je dégainais mon arme tout en fixant la maison. Ce n’est qu’en étant suffisamment proche que je remarquais une personne tenant une sorte d’arc. Je crois bien j’en suis pas sûr mais ça y ressemblait. Je remarquais en continuant de m’approcher qu’il s’agissait d’un garçon et que celui-ci était assez jeune. Et merde, il suffisait que cette maison soit à lui pour que toute mon expédition tombe à l’eau. Mais peut-être que s’il était seul nous pourrions le convaincre de nous rejoindre et de nous prêter sa maison. Je continuais de m’approcher tout en baissant mon arme pour ne pas paraitre menaçant tout en avançant lentement, peut-être à la même vitesse que ces débiles de rodeurs.


Dernière édition par Nikolaï L. Harrison le Ven 25 Déc - 18:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar


#We have a fast car, we want a ticket to anywhere. Maybe we make a deal. Maybe together we can get somewhere.
Anyplace is better.


***

#Nothing could kill me like you do. You're going straight to my head and I'm heading straight for the edge. I pick my poison and it's you.



JovousaimeFort:
 

× Âge du perso : :
17 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Sur les routes de Californie, partageant une magnifaïque jeep cyan aux côtés de Nikolaï et Alixen

× Avant, j'étais : :
Un collégien turbulent

× Messages : :
2612

× Points de vie : :
5

× Copyright : :
©popgun (vava) - ©Popgun & ©Merenwen (gifs) - ©MACFLY (sign)

× Avatar : :
Chandler Riggs

× Et ton p'tit pseudo ? : :
PopGun

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Luke&Nikolaï- Deux ans sans se voir et déjà tu veux te battre ? [SUJET TERMINE] Sam 3 Oct - 22:45

Deux ans sans se voir et déjà tu veux te battre ?
Nikolaï & Luke
Someone is going to tell you to get used to this. That feeling of being scared and sad. They're going to say it'll be better when you learn to ignore it. Don't listen to them. Hold on to it, remember it... Don't let yourself forget it. It's too easy to lose.

Cela faisait quoi ? Plusieurs mois déjà qu'il planchait sur cet arc de fortune ? Essayant avec tant de bien que de mal de se souvenir du peu qu'on lui avait enseigné sur le sujet pour se tailler un arc qui, cette fois-ci tiendrait la route ? Ce coup-ci, Luke avait été bien plus doux et minutieux en sculptant le bois, aussi espérait-il que tout cet amour qu'il avait si durement transmis dans ce putin d'arc à la con, allait se voir et se faire ressentir. L'ancien ayant cassé dès la première utilisation, à son plus grand désarroi. Il ne se voyait clairement pas reperdre trois mois de sa courte vie à tendre jour à près jour un fucking morceau bois pour lui donner une courbure souple en espérant que celui-ci ne lui claque pas encore une fois entre les doigts. Bon, il est vrai qu'il n'arrêtait pas de râler et de se plaindre que cela était long et fastidieux, mais dans le fond cela lui permettait de s'échapper du quotidien, de passer le temps. L'ambiance chez les anciens captifs était étouffante, morbide et malsaine. Cela était tout bonnement insupportable pour le garçon qui n'hésitait plus à prendre ses distances pour s'occuper de ses propres affaires personnelles et par la même occasion se vider la tête de toutes ces conneries.

Il en était donc arrivé là, assit sur des boites à outils vides dans une grange lugubre à quelques minutes de marche de leur campement à fixer un petit morceau d'os de lapin au bout d'une de ses flèches faites maisons. A première vue, elle ne payait pas grande mine, mais Luke la considérait comme une valeur sure, pas comme l'arc qui lui, ne donnait réellement pas envie d'être pris en main. Mais au diable l'esthétique ! Si celui-ci se révélait être efficace, il s'en fichait royalement ! Quelques dernières retouches et tout était en place, les essais pouvaient enfin recommencer. N'ayant à sa disposition que trois malheureuses flèches, autant dire que Luke passait plus de temps à aller les récupérer qu'à s'entraîner au tir. Mais l'arc semblait bien fonctionner alors le moral était là... Cela était si rare qu'il fallait bien en profiter.
***
Luke ne l'avait pas entendu arriver, peut-être était-il trop concentré sur sa cible inexistante ou peut-être n'avait-il tout simplement plus une si bonne ouïe que ça. Dans tous les cas, les faits étaient là : une silhouette à la drôle de dégaine était apparue, menaçant sa vie. Et qui disait menace, rimait avec extermination. C'est sans réfléchir, qu'il modifia l'angle de tire pour venir reporter la pointe de sa flèche sur la chose qui s'approchait de lui. Tout s'était passé si vite que Luke n'avait eu qu'une fraction de seconde pour réaliser que la chose en question était humaine, vivante. Une fraction de seconde, pour éviter l'irréparable et ainsi détourner le tire. La flèche partant à une vitesse affolante pour terminer sa course contre l'un des murs de la grange, volant en éclat à quelques mètres à peine du jeune garçon qui venait de faire son entrée. Il s'en était fallu de peu. Un peu plus et Luke aurait refroidi un type sans même savoir ce qu'il était venu faire ici. Même s'il se doutait bien que ses intentions n'était clairement pas légitime ou de bonnes augures. Avait-il fait le bon choix en l'épargnant...? Seul le temps pourra nous le dire.

« Tu bouges plus d'un poil... » Commença-t-il froidement en déposant doucement son arc sur le sol, une main tendue dans sa direction. Il venu saisir le couteau à sa ceinture, totalement rouillé et qui menaçait de se casser à la moindre utilisation, avant de se redresser. Utiliser son arc défectueux dans cette situation ne l’aurait pas mis à son avantage et il le savait très bien. « T'es tout seul ? Qu'est-ce que tu fais ici ? » Demandât-il en prenant soin de jeter quelques coups d’œils nerveux tout autour de lui, se sentant alors soudainement observé. « Je te donne dix secondes pour t'expliquer. Ni plus, ni moins. » Luke s'en contre balançait s'il était blessé, amoché ou flippé par la mort qui venait vraisemblablement de lui frôler les roubignoles. Il en était désolé, mais pas tellement. Ce qu'il voulait c'était des explications, des réponses à ses questions. Les gosses, c'était les pires, les plus fourbes et les plus imprévisibles. Autant dire qu'il s'y connaissait bien en la matière vu tous les subterfuges dont il avait dû user depuis le début de l'épidémie pour s'en sortir indemne. Enfin, sans trop de morceaux en moins on va dire... Luke ne baissait pas sa garde, il restait implacable, froid, distant et prêt à intervenir au moindre mouvement qu'il jugerait de trop " louche " ou " menaçant ", ne se rendant même plus compte à quel point c'était lui, le plus hostile des deux. Mais ce con avait vraiment failli lui provoquer une crise cardiaque !


© Gasmask

_________________

You're oxygen and i'm dying to breathe
Sometimes, you have to drop the old to catch the new

ChipsMan:
 


Dernière édition par Luke Harrison le Mer 7 Oct - 20:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar



× A propos du vaccin : :
Non , peut-être un jour.

× Âge du perso : :
16 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Yosemite, avec Luke et Alixen.

× Avant, j'étais : :
Collégien

× Messages : :
808

× Points de vie : :
13

× Copyright : :
Lux aeterna

× Avatar : :
Colin Ford

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Mekhaï

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Luke&Nikolaï- Deux ans sans se voir et déjà tu veux te battre ? [SUJET TERMINE] Dim 4 Oct - 13:20

On ne savait jamais réellement sur quoi nous pouvions tomber lorsque nous partions en expédition et le risque était toujours grand mais avec le temps, nous apprenions à prendre certaines précautions, à repérer certaines choses et à mieux nous défendre. C’est sûr que je peux l’affirmer pour bien des survivants, passer du temps dehors nous change et nous transforme. Je me trouve vraiment poète n’est-ce pas. Mais c’était vrai, je n’étais plus le trouillard d’autrefois et heureusement, si je passais ma vie à avoir peur alors à quoi cela servait-il de survivre et puis, je grandissais, je me musclais comme la totalité des adolescents et je savais mieux me défendre. Si je pouvais en revanche resté constamment seul, je ne saurais le dire mais j’étais en mesure de me débrouiller et de faire face à bien des risques. Je pourrais sans peine m’occuper de quelques rodeurs ou à peu près faire face à d’autres survivants si tant est qu’il ne souhaite pas me dépouiller ou encore simplement m’éliminer. Je n’étais malheureusement pas dieu et donc encore moins indestructible, si seulement la vie serait plus simple ! Mais je crois que c’était trop demandé, un semblant de paix. Je quittais la forêt pour m’approcher de cette bâtisse que j’avais immédiatement remarquée. J’espérais juste qu’elle ne soit pas habitée et encore moins infesté, histoire que je suis dire que cette journée aura été une bonne journée et pas un jour comme un autre dans un monde totalement partie en vrille. Cependant, comme un semblant de bonheur ne peut-être que de courte durée, je remarquais que quelqu’un était déjà présent et armé d’un arc, ou à un truc pour tirer des flèches car en soi, ça ne ressemblait pas à grand-chose. Enfin tant que l’on peut se défendre, inutile de se plaindre non ? Bref, de toute façon, je n’étais pas là pour débattre de l’esthétique de l’arme d’une personne qui chercherait peut-être à me tuer ou que je devrais abattre. Je détestais faire cela à un humain mais maintenant, plus rien n’avait de valeur. Cependant je remarquais à sa carrure et à sa taille que la personne à qui j’ai à faire devait avoir environ mon âge. J’avançais lentement pour ne pas l’effrayer ou le surprendre et me retrouver avec un poumon perforé par une flèche. Ça serait assez con en y pensant. Je fus cependant surpris de voir son arc se pointé vers moi et tout se passa si vite que je n’eus même pas le temps de bouger et seulement de relever mon arme près à tirer si celui-ci posait une autre flèche. La flèche par chance se dirigea contre le mur de la grange. La tension venait de grimper alors que nous pointions chacun nos armes l’un contre l’autre. Bon, l’approche gentille c’est raté. L’adolescent me disait alors de ne plus bouger d’un poil en pointant son couteau vers moi. Il se foutait de moi, il avait beau être vive c’était moi qui avait l’avantage même si justement, le fait d’avoir cette position de force me poussait à ne pas tirer. Ma vie n’était pas directement menacée donc à quoi bon ? Quoi que son ton froid commençait à m’énerver d’autant plus qu’il avait l’air de vouloir donner les ordres, toutefois je lu montrais que je n’étais pas directement hostile en rangeant mon arme. « Comme tu le vois, oui je suis seul. » Je le regardais dans les yeux après tout, je n’avais rien à cacher et s’il m’emmerdait je lui casserais la gueule. Sympa. « Bon primo, déjà si tu pouvais arrêter de me menacer ça serait bien sympa, et secundo à ton avis je fou quoi proche d’une ferme. Je voulais venir voir si je pouvais pas récupérer des trucs, je savais pas qu’elle était déjà habité. » Je tentais de garder un air sûr de moi tout en espérant qu’il ne lui vienne pas à l’esprit de vouloir m’attaquer. Je ne le quittais d’ailleurs pas des yeux, une impression de déjà-vu me gagnait depuis que je l’avais aperçu. J’avais l’impression de l’avoir déjà vu quelque part et de le connaitre, ses yeux bleus m’étaient familiers mais c’était impossible. Je savais bien à qui cela me faisait penser mais cette personne était morte, ce n’était qu’une coïncidence, une fâcheuse coïncidence à moins que je l’ai déjà rencontré auparavant.  « Après dis toi que si j’avais voulu te tirer une balle entre les deux yeux, je l’aurais fait bien avant que tu me remarque donc détend toi, j’te veux pas de mal. » Je soupirais préférant passer outre cette sensation de déjà vu, je ne pouvais pas baisser ma garde face à lui, il était jeune et avait une bonne gueule, il devait sans doute avoir les même tactiques de fourberie que moi. Mais vraiment cette sensation ne me quittait pas…
Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar


#We have a fast car, we want a ticket to anywhere. Maybe we make a deal. Maybe together we can get somewhere.
Anyplace is better.


***

#Nothing could kill me like you do. You're going straight to my head and I'm heading straight for the edge. I pick my poison and it's you.



JovousaimeFort:
 

× Âge du perso : :
17 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Sur les routes de Californie, partageant une magnifaïque jeep cyan aux côtés de Nikolaï et Alixen

× Avant, j'étais : :
Un collégien turbulent

× Messages : :
2612

× Points de vie : :
5

× Copyright : :
©popgun (vava) - ©Popgun & ©Merenwen (gifs) - ©MACFLY (sign)

× Avatar : :
Chandler Riggs

× Et ton p'tit pseudo ? : :
PopGun

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Luke&Nikolaï- Deux ans sans se voir et déjà tu veux te battre ? [SUJET TERMINE] Dim 4 Oct - 14:46

Deux ans sans se voir et déjà tu veux te battre ?
Nikolaï & Luke
Someone is going to tell you to get used to this. That feeling of being scared and sad. They're going to say it'll be better when you learn to ignore it. Don't listen to them. Hold on to it, remember it... Don't let yourself forget it. It's too easy to lose.

Ce type n'avait pas bronché une seule seconde quand la flèche lui avait frôlé les mirettes et autant dire que son sang-froid glaça immédiatement celui de Luke. Il avait beau essayer de l'intimider de le menacer, il restait toujours aussi... Implacable, distant et imperturbable. Il était dangereux, c'était tout ce que Luke parvenait à lire en lui et cela ne faisait que renforcer ce sentiment d'insécurité qui grimpait en lui vitesse grand V. Il avait baissé sa garde bien trop rapidement, trop facilement. Soit il se pensait suffisamment fort pour se le permettre, soit il avait un plan derrière la tête, soit c'était un idiot. Luke aurait clairement préfère qu'il s'agisse d'un idiot, mais dans la façon dont il se tenait et se comportait avec lui, Luke comprit rapidement que le manque de confiance chez lui n'était pas son soucis numéro majeur. Et merde... Il manquait plus que ça. Tomber sur un type de son âge mais en version 2.0. Luke ne se sentait pas de se battre maintenant, il ne s'était pas encore totalement remis de ces longs mois de privation et d'angoisse qu'il avait passé dans cette cage. S'ils en venaient aux mains, il était quasiment sûr que Luke perdrait cette partie...

« Bah j'en sais rien, c'est pour ça que je demande. » Répliqua-t-il, alors que le garçon n'avait pas même terminé de s'expliquer. « Parce que j'ai l'air de vivre ici ducon ? » Lui fit-il remarquer d'un petit mouvement de tête agacé, écartant légèrement ses avant-bras pour appuyer un peu plus ses propos. Il ne portait absolument rien sur lui, ci ce n'était que son foutu poncho troué qui le protégeait à peine du froid. Autour de lui la pièce était vide, comme ravagée par le temps. A ses yeux, il était pourtant évident qu'il ne vivait pas ici. Mais tous les survivants ne devaient pas avoir son sens de l'observation qu'il qualifierait d'exceptionnel, ou pas. Sur un point Luke ne pouvait le contredire : s'il avait voulu le tuer, il l'aurait fait bien avant qu'il ne remarque sa présence. Plus agacé par ses propos que rassuré, Luke détourna quelques secondes le regard pour lâcher un juron, baissant finalement sa garde pour passer une main sur ses paupières lourdes de fatigue. « Écoute... Je sais pas ce que tu cherches exactement. Mais y'a plus rien ici. J'ai déjà regardé dans tous les coins. Ça a du être fouillé et refouillé, ok ? Comme la plupart des endroits... Et j'ai absolument rien sur moi. » Dans cette dernière phrase, il essayait de lui faire subtilement comprendre que cela ne servirait à rien de se mettre sur la gueule pour récupérer l'équipement de l'autre. Même s'il fallait bien avouer qu'une lueur d’intérêt était venue éclairer son regard bleu arctique quand le garçon avait mentionné son arme à feu. Ô Dieu qu'il aurait aimé l'avoir cette arme... Pour le moment, il n'était pas en position de pouvoir la convoiter, aussi préférait-il ne rien ajouter. Il fallait se montrer patient et attendre qu'il baisse également sa garde. Luke avait réellement besoin d'une arme à feu et si ce gars pouvait le lui apporter... Qu'il en soit ainsi. Ça ne serait pas la première fois qu'il condamne un survivant en lui volant son équipement. C'était sa survie, contre celles des autres.

Dans sa façon de parler et de tourner ses phrases, Luke ressentait une drôle de sensation. Comme si cela ne lui était pas totalement étranger. En fait, à peine avait-il haussé la voix que Luke avait ressenti le besoin de le contredire, le besoin de l'emmerder voir même d'aller le cogner pour les enseigner les bonnes choses de la vie. Quelque chose chez lui l'énervait terriblement, mais l’obsédait également au plus haut point. Tellement, que Luke ne savait plus quoi penser de cette fameuse rencontre. C'est après une longue réflexion que l'évidence le frappa de plein fouet : il s'agissait de son frère et à en juger par sa taille il devait s'agir de Nikolaï... Nikolaï... C'est après avoir envisagé cette possibilité qu'il parvint alors à lire sur ses traits, rattacher de vieux souvenirs qu'il avait de lui pour les lier à ce nouveau visage, plus vieux, plus mature. Mais c'était impossible... Impossible. Vince lui avait dit qu'il était mort. Mort... Mort ! Il ne pouvait tout simplement pas être ici, en face de lui, en chair et en os. Son père ne lui aurait jamais menti sur quelque chose d'aussi grave, il ne pouvait même pas le concevoir. Mais pourquoi tous les éléments présents en face de lui semblaient mener droit à Kaï... ? A quel point Luke était-il en train de devenir fou ? Cet adolescent était-il au moins réellement là devant lui ? Ou bien en était-il arrivé au point de voir des fantômes ? Luke se parlait tout seul depuis plus d'un an, peut-être avait-il finalement fini par passer le second cap, qui le poussait à se créer des amis imaginaire. Bordel...

« Je.. Je sais pas ce que tu fais loin de ton groupe ou même si t'en as un mais... Tu devrais faire gaffe... T'es au courant qu'y a des cannibales qui rôdent dans le coin ? » Il continuait d'essayer de lui parler comme si de rien n'était, comme s'il parlait à une véritable personne. De toute manière, il n'y avait personne d'autre sur les lieux. Personne ne pourra donc être au courant de sa démence passagère s'il se révélait que cet adolescent ne soit que le fruit de son imagination fleurissante. « Je m'appelle Luke. Et...Et toi... ? » Un léger sourire angoissé venu étirer ses traits fatigués. Luke n'en pouvait plus d'attendre, il voulait savoir. Il voulait en avoir le cœur net. Dans le fond, il espérait de tout cœur que la réponse soit Nikolaï, mais en même temps... Il aurait été bien plus simple qu'il ne s'agisse de "personne", d'un adolescent lambda avec qui il n'avait aucun lien. L'attente était insupportable, si bien qu'il venu porter sa main gauche et estropiée jusqu'à sa joue pour venir se la gratter nerveusement, comme à chaque fois que quelque chose le rendait anxieux.


© Gasmask

_________________

You're oxygen and i'm dying to breathe
Sometimes, you have to drop the old to catch the new

ChipsMan:
 


Dernière édition par Luke Harrison le Dim 4 Oct - 18:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar



× A propos du vaccin : :
Non , peut-être un jour.

× Âge du perso : :
16 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Yosemite, avec Luke et Alixen.

× Avant, j'étais : :
Collégien

× Messages : :
808

× Points de vie : :
13

× Copyright : :
Lux aeterna

× Avatar : :
Colin Ford

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Mekhaï

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Luke&Nikolaï- Deux ans sans se voir et déjà tu veux te battre ? [SUJET TERMINE] Dim 4 Oct - 17:20

J’avais manqué de mourir, c’est sûr et certain mais je parvenais à garder un certain sang-froid. Je n’étais pas surhumain ou autre, au contraire à l’intérieur mon cœur battait la chamade et j’étais totalement sur mes gardes mais la règle numéro un du bon survivant selon Nikolaï était de ne jamais montré ses faiblesses. Et pour ça, j’étais doué d’autant plus que s’il m’avait tué au moins il m’aurait épargné d’autres jours de la même éternelle et dangereuse routine. L’autre garçon semblait lui aussi être adepte de la technique puisqu’il essayait de m’intimider mais que ça ne marchait pas. En même temps, si je devais m’enfuir pour si peu dès que quelqu’un se montre un tantinet agressif, je passerais mes journées à détaler comme un lapin et ce n’était pas mon genre ou plutôt ça ne l’était plus. Je montrais cependant au jeune homme en face de moi que je ne lui voulais pas nécessairement du mal en rangeant mon arme dans son étui, le menacer d’aller pas arranger la situation, enfin moi personnellement ça me stresserait et puis une certaine distance nous séparait encore donc quand bien même il lancerait une offensive je n’étais pas sans arme et j’aurais le temps de me défendre. Et puis qui vivra verra comme on dit. Je restais toujours aussi stoïque lorsqu’il me répliquait de façon sèche à ma réponse, oui j’étais seul car de toute façon je ne vois pas vraiment où j’aurais pu planquer quelqu’un dans la grange. Un sniper à la limite à l’orée de la forêt mais nous n’en avions pas dans le groupe et d’ici à la bas, il n’y avait pas des masses de planque. Je la jouais ensuite franc jeux avec lui, en lui disant que cette endroit m’intéressait principalement car je prévoyais de venir faire mon pilleur et y prendre quelque ressource sans savoir qu’elle était habitée. Je n’étais pas le genre à prendre toute les affaires des autres, si c’était à lui alors je lui laisserais d’autant plus qu’il avait l’air seul. Ce n’est pas comme-ci j’étais sans rien et puis sans le savoir, je ne parvenais pas à être hostile envers lui. Certes sa façon de parler et son attitude m’exaspérait au plus haut point pourtant quelque chose me disait de ne pas lui faire de mal. Peut-être son visage qui ne m’était pas si inconnu que cela. « J’en sais rien, j’te connais pas tu peux vivre où tu veux je m’en fou» Je croisais les bras tout en lui faisant tout de même remarqué que si jamais j’avais voulu l’éliminer, j’aurais eu un nombre innombrable d’occasion de le faire et pourtant il était encore debout sur ses deux jambes, c’est bien que je n’en voulais pas à sa vie. Ma justification semblait fonctionner, à moins qu’il ne cherche à se débarrasser de moi, aucune idée mais il me disait qu’il n’y avait plus rien ici et que lui n’avait rien pour moi. « D’accord si tu le dis ça doit être vrai et t’inquiète, je ne prévoyais pas de te racketter tes petites affaires. » Qu’avait-il l’air d’avoir sur lui qui pouvait m’intéresser ? Il avait son chapeau, pas vraiment mon style, son poncho ? J’avais ma veste et son arc ? Je ne savais même pas m’en servir donc au final le mieux à faire allait surement être de faire demi-tour et pourtant… Je ne pouvais m’empêcher d’être perturbé sur son visage m’étant réellement familier. Et le pire était que je savais clairement à qui ses traits me faisaient penser, il suffisait simplement de voir le brun en face de moi avec trois ans de moins, un visage plus rond et les cheveux plus court et c’était la copie conforme de Luke. Pourtant c’était impossible Luke était mort, d’autant plus que si ça avait été lui, il m’aurait sans doute reconnu, quoi que j’ai tout de même changé. Malgré tout, même si je me disais que c’était impossible, je ne parvenais pas à me détacher de cette idée… Luke vivant… En y repensant je n’avais jamais eu de réelle preuve de sa mort, peut-être nous avait-il vraiment laissé tomber après la mort d’Aidan ou comme moi avait-il dû fuir ? Je me perdais tellement dans mes pensées que ma garde était devenue inexistante. C’est mon interlocuteur qui me tira de mes pensées non pas avec une attaque surprise mais simplement en m’avertissant qu’un groupe de cannibales rôdait dans le coin. Pas très rassurant surtout quand on sait que notre campement était facilement détectable par des hommes. « Ah ouais ? Non je savais… On va pas trop resté dans le coin alors. » C’est vrai que c’était flippant, des gens qui en mangeait d’autres… Moi je ne pourrais pas manger de l’humain même si jamais ça sentait bon. J’étais cependant surpris du changement d’attitude du jeune garçon, seulement je ne m’attardais pas sur cette pensée en l’entendant se présenter. Mes oreilles venaient-elles de me jouer un tour ou bien j’avais bien entendu. Bêtement je répétais son prénom : « L-Luke ? » Pour le coup j’avais perdu toute mon assurance. Alors j’étais bien face à mon frère… Luke était vivant… Cette phrase résonnait dans mon esprit mais je n’arrivais pas à l’imprégner. « Je suis… Nikolaï » Je disais cela autant comme une présentation que comme une révélation et pourtant je ne savais pas comment réagir. J’étais trop chamboulé ce qui était rare mais il s’agissait de mon frère. Même si à l’époque nous n’avions pas la meilleure entente et que nous nous disputions énormément, il était mon frère et j’avais été peiné de croire en sa mort. Mais alors il avait survécu. Je me reculais d’un pas n’y croyant pas mes yeux, et pourtant me voir à court de mot était chose rare. « Luke… » Et soudainement je réalisais vraiment sortant de cette torpeur dans laquelle j’étais tombé tout en m’approchant de lui rapidement pour observer son visage de plus près et m’assurer que je n’hallucinais pas. Je devais avoir l’air d’un crétin pour lui mais c’était tellement étrange de l’avoir pensé mort et de le revoir. « T’es vivant… »
Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar


#We have a fast car, we want a ticket to anywhere. Maybe we make a deal. Maybe together we can get somewhere.
Anyplace is better.


***

#Nothing could kill me like you do. You're going straight to my head and I'm heading straight for the edge. I pick my poison and it's you.



JovousaimeFort:
 

× Âge du perso : :
17 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Sur les routes de Californie, partageant une magnifaïque jeep cyan aux côtés de Nikolaï et Alixen

× Avant, j'étais : :
Un collégien turbulent

× Messages : :
2612

× Points de vie : :
5

× Copyright : :
©popgun (vava) - ©Popgun & ©Merenwen (gifs) - ©MACFLY (sign)

× Avatar : :
Chandler Riggs

× Et ton p'tit pseudo ? : :
PopGun

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Luke&Nikolaï- Deux ans sans se voir et déjà tu veux te battre ? [SUJET TERMINE] Mer 7 Oct - 21:16

Deux ans sans se voir et déjà tu veux te battre ?
Nikolaï & Luke
Someone is going to tell you to get used to this. That feeling of being scared and sad. They're going to say it'll be better when you learn to ignore it. Don't listen to them. Hold on to it, remember it... Don't let yourself forget it. It's too easy to lose.

Il venait de le dire. De le confirmer. Il s'agissait bel et bien de Nikolaï. Il n'était pas en train de délirer, il était là en face de lui, à quelques mètres à peine. Son frère. C'était lui bordel... Il ne l'avait pas reconnu car la dernière image qu'il avait gardé de lui était celle d'un frère en état de choc, qui n'arrivait pas à comprendre ce qui se passait et qui n'osait pas lever la tête pour affronter la réalité. Aujourd'hui... C'était différent. Il était totalement différent et cette différence le mettait mal à l'aise, comme si... Comme s'il ne connaissait plus la personne debout en face de lui. Pétrifié, il se retrouva alors incapable de bouger le moindre petit doigt. L'arme qu'il tenait dans sa main droite tomba lourdement sur le sol tandis que son frère s'avançait à grandes enjambées vers lui. Nikolaï avait trouvé cette force de faire le premier pas... Cette force d'affronter l'inconnu tandis que Luke lui, n'osait plus bouger, plus respirer. Oui, il se contentait de retenir son souffle pendant que son jeune frère l'inspectait au centimètre près. C'est après plusieurs secondes qui lui avait semblé être des heures qu'il finit par réagir. D'un bras hésitant, mais qui se voulait pourtant réconfortant, il venu étreindre son frère fortement contre lui. Il n'avait pas besoin de l'observer plus longtemps pour savoir qu'il s'agissait de Nikolaï. Il voulait juste y croire et ne plus se poser de questions. Il était avec son frère, son petit frère et c'était tout ce qui comptait.

« Ohh.... » lâcha-t-il faiblement dans un petit souffle qui sonnait plus comme une plainte sanglotante, sa gorge s'étant totalement resserrée sous l'émotion. Tout se bousculait dans sa tête si bien qu'il ne savait plus par quoi commencer. Il avait tellement de choses à lui dire, à lui avouer et pourtant rien n'arrivait à sortir clairement de ses lèvres tremblantes. Il ne parvenait tout simplement pas à savoir ce qui était le plus important à lui annoncer en premier lieu. S'informer de sa santé ? Lui demander s'il allait bien... ? Non. Bien sûr que non... Ce n'était pas le plus important. Luke savait qu'il n'allait pas bien, qui pourrait aller bien dans un foutoir pareil...? Personne. A part peut-être ces putins de cannibales qui avaient manqué de peu de se nourrir sur sa chair. « Je t'aime, tellement... » Lui murmura-t-il avec difficulté, de chaudes larmes n'ayant pas traînées pour venir brouiller sa vision et inonder par la même occasion la veste en cuir âbimée de son jeune frère. « Tellement... Je t'aime tellement Nikolai... » Il se répétait et pourtant, il aurait pu le lui dire mille fois sans qu'il ne se lasse une seule seconde. Il ne lui avait jamais dit et il l'avait toujours regretté. Il n'allait pas rater cette occasion unique de se rattraper, il ne pouvait plus continuer à vivre avec de tels regrets sur la conscience. L'étreinte se resserrait un peu plus à chacun de ses mots, Luke avait conscience que son frère allait finir par manquer d'air s'il continuait ainsi, mais il s'en foutait. Il le tenait et à présent il ne le lâcherait plus. « Papa m'a dit que tu étais mort... Mort... Mais tu l'es pas. Tu l'es pas... Vous m'avez tous horriblement... Manqué. » A ce moment précis, Nikolaï représentait son seul pilier. La chose qui l'empêchait de chuter tant les forces qui habitaient ses jambes semblaient le quitter à petit feu. Il était épuisé et toutes ces émotions dévoraient généreusement ses dernières ressources. Ou alors était-ce le choc qu'il traversait difficilement et qu'il ne parvenait à surmonter qui le faisait tourner de l’œil. Dans le deux cas, il ne se sentait pas bien... Vraiment pas bien.


© Gasmask

_________________

You're oxygen and i'm dying to breathe
Sometimes, you have to drop the old to catch the new

ChipsMan:
 
Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar



× A propos du vaccin : :
Non , peut-être un jour.

× Âge du perso : :
16 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Yosemite, avec Luke et Alixen.

× Avant, j'étais : :
Collégien

× Messages : :
808

× Points de vie : :
13

× Copyright : :
Lux aeterna

× Avatar : :
Colin Ford

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Mekhaï

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Luke&Nikolaï- Deux ans sans se voir et déjà tu veux te battre ? [SUJET TERMINE] Ven 9 Oct - 21:30

Luke… J’avais Luke devant mes yeux et pourtant je n’arrivais pas à y croire, à prendre conscience que mon grand-frère était encore en vie, qu’il n’était pas devenu l’un de ces monstres ou qu’il n’avait pas fini avec une balle entre les deux yeux. Non il vivait et se tenait devant moi, toujours la même tête mais avec quelques années de plus et toujours un caractère de cochon. Pourtant il paraissait aussi tellement différent, plus mature, plus fatigué mais aussi plus fort. Il l’avait toujours été mais maintenant il avait presque l’air adulte, je ne savais pas ce qu’il avait vécu mais comme moi, ce monde l’avait changé. J’étais heureux de le voir devant moi c’est certain mais j’étais en état de choc, un bon état de choc et ce n’est qu’en entendant l’arme de mon frère tombé sur le sol que je revenais, bordel ! Luke était en vie et moi je ne bougeais pas ! Je m’avançais vers lui rapidement pour l’observer, m’assurer que c’était bien lui et pas un autre Luke ressemblant exactement à mon frangin. Je disais n’importe quoi mais c’était tellement surprenant, tellement impossible et pourtant il était bel et bien là. Je fus cependant surpris lorsqu’il me prit dans ses bras, restant d’abord stoïque mais surtout mal à l’aise. Les gestes de tendresse n’était pas mon fort avant et encore moins depuis qu’on se retrouvait obligé d’exploser des cervelles et pourtant, cela me touchait et me rendait heureux car cette personne m’avait terriblement manqué. D’abord hésitant, je relevais mon bras dans son dos avant de moi aussi l’étreindre comme il se doit. Ce moment je n’y croyais plus et il me tombait dessus tellement subitement que j’en étais chamboulé et que mon cerveau ne devait plus suivre la cadence. L’expression être long à la détente prenait tout son sens avec moi. Je voulais que ce moment dur des heures, car tout semblait se passer si vite dans ma tête, par où commencé, quoi lui dire ou quoi faire ? Lui demander ce qu’il lui était arrivé, ce qu’il faisait là, s’il allait bien, s’il voyageait seul, ce qui lui était arrivé, qu’il m’avait manqué, m’informer de sa santé et tellement d’autre question. Mais qu’était le plus important ? Quels seraient les bons mots à dire en premier, ceux dont nous nous souviendrons surement longtemps. Je resserrais un peu plus mon étreinte en l’entendant me dire qu’il m’aimait, ces mots que jamais nous n’aurions prononcé par le passé et pourtant je l’ai regretté car malgré nos disputes, que je l’aimais et je l’avais vraiment regretté. Il me le répétait même et je l’entendais pleurer tandis que ses larmes coulaient sur ma veste tandis que moi je tentais de me retenir. Non pas pour sauver les apparences mais j’avais fini par devenir un mur en développant une certaine carapace émotionnelle qu’il brisait en un instant. Je ne pouvais pas me dissimuler. « Moi aussi… je t’aime tellement… Tellement… » Si dans notre ancienne vie on m’avait dit que je lui dirais un jour ces mots j’aurais ri aux éclats, j’étais vraiment con. Malgré que je tente de me contenir, une larme coula le long de ma joue avant que je ne l’efface d’un revers de poignet. Je ne voulais plus le lâcher, au fond de moi je crois que je craignais que Luke ne fût qu’un mirage, peut-être étais-je évanoui quelque part en train de rêver une dernière fois ? Qui sait… J’entendais les mots qu’il me disait, notre père lui avait dit que j’étais mort… Je le comprenais, j’avais subitement disparu pendant une bataille contre des rôdeurs. Que penserait-il si je lui disais… « C’est normal… Tu… » Je me coupais cependant dans ma phrase en réalisant quelque chose, Luke était face à moi mais il venait surtout de me dire qu’il avait été en contact avec notre père. « Attends… Tu as vu papa ? » Ce qui m’intéressait surtout c’était de savoir s’il vivait encore ou non car du coup, je supposais qu’ils devaient voyager ensemble maintenant mais surtout de savoir s’il allait bien. « Il va bien? Et Enzo ?! » C’était tellement cela qui me préoccupait tant car plus grand encore que mes regrets vis-à-vis de mes deux grands-frères c’était envers mon cadet que j’en avais. Et si je pouvais le revoir et m’excuser, je me mettrais à genoux sur le champ loin de me douter de la triste vérité.  Mais à cet instant précis Luke représentait toujours mon principal intérêt même si je commençais presque à croire en un bonheur peut-être impossible. « Euh Luke tu vas bien ? » Je commençais cependant à m’inquiéter en le voyant devenir tout blanc après m’être légèrement reculé… J’espérais que ce changement de teint n’était que le fruit de mon imagination car il avait réellement mauvaise mine.
Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar


#We have a fast car, we want a ticket to anywhere. Maybe we make a deal. Maybe together we can get somewhere.
Anyplace is better.


***

#Nothing could kill me like you do. You're going straight to my head and I'm heading straight for the edge. I pick my poison and it's you.



JovousaimeFort:
 

× Âge du perso : :
17 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Sur les routes de Californie, partageant une magnifaïque jeep cyan aux côtés de Nikolaï et Alixen

× Avant, j'étais : :
Un collégien turbulent

× Messages : :
2612

× Points de vie : :
5

× Copyright : :
©popgun (vava) - ©Popgun & ©Merenwen (gifs) - ©MACFLY (sign)

× Avatar : :
Chandler Riggs

× Et ton p'tit pseudo ? : :
PopGun

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Luke&Nikolaï- Deux ans sans se voir et déjà tu veux te battre ? [SUJET TERMINE] Mar 13 Oct - 20:18

Deux ans sans se voir et déjà tu veux te battre ?
Nikolaï & Luke
Someone is going to tell you to get used to this. That feeling of being scared and sad. They're going to say it'll be better when you learn to ignore it. Don't listen to them. Hold on to it, remember it... Don't let yourself forget it. It's too easy to lose.

Quel soulagement Luke avait-il pu ressentir quand son frère lui répondit qu'il l'aimait également. C'était comme si en une phrase, en un seul petit mot, il venait de retirer toutes les craintes qu'il portait depuis si longtemps sur sa conscience. Son frère l'aimait encore malgré le fait qu'il ne soit pas revenu vers eux... Nikolaï ne connaissait pas la vraie raison de sa disparition et pourtant il semblait la comprendre, à sa plus grande stupeur. « Ça va. Ça va. Dé... Désolé... Je m'assoie juste deux secondes. » lacha-t-il faiblement avant de se retirer totalement de son frère pour venir s’asseoir lourdement sur le sol, une main mollement tendue dans sa direction pour lui faire comprendre de rester à l'écart, qu'il gérait la situation. D'un revers de la manche, il venu essuyer les dernières larmes chaudes qui coulaient encore le long de ses joues rosées. Ô que son estomac pouvait le faire souffrir le martyr à se moment précis avec ces foutues crampes incessantes... Il serait prêt à tout pour un simple morceau de pain rassi ou même boire un litre entier d'eau sans être obsédé par la quantité qu'il ingérerait. La captivité, en plus de le rendre complètement parano, n'avait fait que puiser et vider ses maigres ressources. Mais Luke ne comptait pas emmerder son frère avec ses petits soucis personnels, pas pour le moment du moins. Il devait répondre à ses questions, le plus simplement, rapidement et clairement possible. « J'ai retrouvé papa dans la zone 51. On... A pas vraiment eu le temps de parler. Il allait bien, mais il est arrivé le soir où... La zone a été attaqué. » Il passa sa main légèrement tremblante sur son visage avant de lâcher un petite rire angoissé :  « J'ai juste eu le temps de lui dire que je le détestais... Pour vous avoir laissé mourir, toi, maman... Et Enzo. Désolé Nikolaï... Je suis tellement con... Con... Putin... » Comment pouvait-il lui annoncer autrement la mort de leur frère ? Il ne voyait pas d'autres alternatives que lui annoncer cash et pourtant le doute persistait : fallait-il lui donner un semblant d'espoir ? L'espoir n'était-ce pas la dernière chose qui maintenait les survivants en vie ? Bien sûr que si... « Mais... Comme tu es encore en vie... Peut-être... Alors peut-être qu'Enzo et maman le sont aussi. Et qu'il s'est juste trompé... Ou, qu'il m'a menti... ? Non... J'en sais rien. Je sais pas, je sais plus... » Pourquoi son père lui aurait-il mentit sur un sujet aussi sensible ? Ça n'avait aucun sens et pourtant Nikolaï était là. Putin... Il ne comprenait plus ce qui se passait. Peut-être que malgré le réalisme de la scène, Luke s’inventait un petit frère pour essayer de soulager sa conscience lourde de remords ? « Papa était pas avec nous, dans les cages. Donc, il doit être quelque part, à nous chercher. Ou alors il est... » Il laissa sa phrase en suspend, car selon Luke il était inutile de prononcer le mot pour que son jeune frère, qui n'était plus si jeune que ça, ne le comprenne.

Luke avait également de nombreuses questions à lui poser, mais il voulait avant tout prendre le temps de répondre à toutes celles de son frère. Il voulait le faire passer avant lui, lui faire comprendre que maintenant... Maintenant il était là. Il allait surveiller ses arrières et il était hors de question que quelqu'un lève la main sur lui. Car même si Luke n'avait pas posé la question, tout comme lui, des gens avaient dû s'en prendre à son frère, à ses vivres, son équipements... C'était une chose totalement inévitable de nos jours. Il espérait juste que les dégâts qu'il avait subit et enduré ne soient pas aussi gros et irréparables que ceux qu'il portait lui, au fond de son cœur. « Je peux... Je veux pas refaire la même erreur avec toi Nikolaï... Je t'ai perdu une fois, pas deux. On reste ensemble. » Il plongea son regard fatigué dans le sien, lui faisant bien comprendre qu'il ne le laisserait plus tomber quoi qu'il arrive. La seule chose qu'il craignait, c'était que son frère le rejette, pour une raison ou une autre... Comme il avait rejeté leur père... Sans aucune raison valable.


© Gasmask

_________________

You're oxygen and i'm dying to breathe
Sometimes, you have to drop the old to catch the new

ChipsMan:
 
Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar



× A propos du vaccin : :
Non , peut-être un jour.

× Âge du perso : :
16 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Yosemite, avec Luke et Alixen.

× Avant, j'étais : :
Collégien

× Messages : :
808

× Points de vie : :
13

× Copyright : :
Lux aeterna

× Avatar : :
Colin Ford

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Mekhaï

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Luke&Nikolaï- Deux ans sans se voir et déjà tu veux te battre ? [SUJET TERMINE] Jeu 15 Oct - 22:11

J’aimais Luke… J’avais du mal à croire que moi-même j’avais pu prononcer ces mots aussi sincèrement mais je l’avais fait. Il était mon frère et même si j’avais jusqu’à maintenant cru qu’il ne faisait plus partie de ce monde, je n’avais jamais cessé de l’aimer et de justement regretté de ne jamais lui avoir dit. Mais à l’époque, je ne pensais pas que tout changerait si rapidement, cependant je sais que même si on me ré offrait une vie normale, je dirais à chacun de mes proches que je les aime… En même temps ce n’est tellement pas moi d’exprimer mes sentiments, et pourtant actuellement avec mon grand-frère c’était venu si simplement. Mais il était vivant !  Tant de question venait pourtant chambouler mon esprit, pourquoi était-il partit, qu’avait-il fait et tant d’autre mais aucunes, ne valait le fait de briser cet instant magique. Seulement, je le voyais bien pâle et cela m’en inquiétait immédiatement. J’aurais bien aimé qu’il ne me tombe pas dans les bras et qu’il tienne sur ses jambes. Je me mis alors à farfouiller dans mon sac en le voyant s’asseoir pour en chercher une bouteille en plastique dont le contenue ne payait pas de mine, mais même si l’eau que je lui tendais n’avais pas la qualité que ce qu’on l’on buvait autrefois, il ne fallait pas faire le difficile et je lui conseillais de boire un coup… En revanche même si j’aurais bien aimé lui donner quelque chose à grignoter je n’avais pas grand-chose sur moi, en fait je n’avais rien puisque le but de cette expédition était justement d’en trouver. « Tiens bois… » J’étais inquiet mais en même temps je venais à peine de le revoir, je ne voulais pas que tout disparaisse aussi vite, j’en avais même presque oublié notre conversation précédente.  Seulement, c’est lui-même qui me fit y repenser en répondant à mes précédentes questions. J’apprenais alors qu’il avait retrouvé notre père dans la zone 51 mais qu’il était arrivé le soir où la zone avait été attaquée. J’étais content d’apprendre qu’ils avaient bien réussi à atteindre leur objectif mais pas forcément plus rassuré de les savoir dans la nature encore livré à eux même… « Ah… » Je ne le coupais alors qu’il continuait son récit m’expliquant qu’il n’avait eu que le temps de lui dire qu’il le détestait… Mais pourquoi donc ? Je comprenais mieux en me souvenant du coup que Luke n’avait sans doute jamais su avant de revoir notre père pour la mort de maman et la mienne n’avait pas du arrangé les choses. Je n’étais pas tellement étonné que mon père lui ai annoncé mon décès car je sais qu’il ne m’aurait jamais laissé s’il m’avait pensé en vie en revanche le dernier nom me choqua, figeant mon visage dans une expression de stupeur. Je ne bougeais plus, je ne parlais plus, je n’avais plus la moindre réaction si ce n’est mes jambes qui se mirent à trembler avant que je ne tombe à genoux. J’avais retrouvé un frère mais j’en apprenais la mort d’un autre… Pas Enzo, j’avais tellement tant espéré le revoir que jamais je n’avais envisagé qu’il soit mort et cela me brisait. Je ne pleurais pas, je ne montrais pas la moindre réaction si ce n’est cette même stupeur que je dissipais aussitôt en l’entendant me dire qu’Enzo et maman était peut-être encore en vie… « Ils ne le sont pas… La seule raison pour laquelle je vis encore c’est parce que j’ai fui Luke, je les ai laissé affronter un groupe de rôdeur pour me sauver moi. J’ai été trop faible. Maman ne l’aurait pas fait et tu le sais et Enzo… » Je serrais les poings, je m’étais promis de ne plus souffrir des décès que je rencontrerais sur mon chemin mais jamais je n’aurais pensé apprendre celui d’Enzo. « Est-ce que tu sais comment il est… Enfin… » Comment il est mort ? Pourquoi cette phrase ne sortait pas ? Peut-être parce que j’avais peur d’apprendre qu’il avait souffert ? Ou que personne n’en savait rien ou bien que je ne voulais pas réaliser. « Dans les cages ? » Reprenais-je ensuite pour me changer les idées mais surtout car je ne comprenais pas. Je ne savais rien du parcours de mon frère mais pourquoi aurait-il été dans des cages ? Je préférais parler de cela que de la probable mort de notre père même si je ne comptais pas abandonner l’espoir de le revoir… Les retrouvailles de Luke en était la preuve, il ne faut jamais perdre espoir car même dans ce monde de dingue tout est possible. Je souriais en l’entendant me dire qu’il ne voulait pas refaire cette erreur, car il ne me perdrait pas une seconde fois ce qui me touchait. « C’est sûr, je ne te quitte plus ! » Luke n’avait pas l’air en forme, du moins, moins que moi en apparence et pourtant je sentais encore de la volonté dans sa voix. « Je veux rester avec toi c’est sûr, t’es mon frère hors de question que je sois loin de toi maintenant... » C’est sûr il allait être prioritaire sur tout le monde. Mon grand-frère, plus personne ne lui fera du mal… J’espérais juste qu’il n’avait pas trop souffert durant ces trois ans… « Je peux te poser une question ? » J’hésitais un peu, je ne voulais pas trop remuer le couteau dans la plaie mais je devais savoir. « Pourquoi… Pourquoi t’es jamais revenu ? »
Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar


#We have a fast car, we want a ticket to anywhere. Maybe we make a deal. Maybe together we can get somewhere.
Anyplace is better.


***

#Nothing could kill me like you do. You're going straight to my head and I'm heading straight for the edge. I pick my poison and it's you.



JovousaimeFort:
 

× Âge du perso : :
17 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Sur les routes de Californie, partageant une magnifaïque jeep cyan aux côtés de Nikolaï et Alixen

× Avant, j'étais : :
Un collégien turbulent

× Messages : :
2612

× Points de vie : :
5

× Copyright : :
©popgun (vava) - ©Popgun & ©Merenwen (gifs) - ©MACFLY (sign)

× Avatar : :
Chandler Riggs

× Et ton p'tit pseudo ? : :
PopGun

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Luke&Nikolaï- Deux ans sans se voir et déjà tu veux te battre ? [SUJET TERMINE] Ven 16 Oct - 9:15

Deux ans sans se voir et déjà tu veux te battre ?
Nikolaï & Luke
Someone is going to tell you to get used to this. That feeling of being scared and sad. They're going to say it'll be better when you learn to ignore it. Don't listen to them. Hold on to it, remember it... Don't let yourself forget it. It's too easy to lose.

Quand son frère lui tendit une bouteille d'eau en plastique à moitié vide, Luke eu un léger moment d'hésitation avant d'accepter son offre. Non pas qu'il n'en avait pas envie ou besoin, disons simplement qu'il ne voulait pas déjà piquer dans ses maigres réserves. Il savait à quel point cette ressource était rare et précieuse pour tous les survivants. L'eau brunâtre à l'intérieur de la bouteille ne payait certes pas grande mine, mais Luke n'allait pas faire sa fine bouche, bien au contraire, il comptait la savourer comme il se devait de le faire. Il s'accorda donc une petite gorgée avant de la rendre à Nikolai. Un arrière goût terreux lui arracha une discrète moue de dégoût qu'il s'empressa de cacher au risque de vexer son frère. « Je tuerais pour du coca... Merci Kaï. » Un petit rire s'échappa de ses lèvres, bien vite amoindri par la fatigue qui le fit longuement soupirer. Penser à des petits plaisirs tels que la nourriture et les boissons bien sucrées avait toujours eu le don de le faire déprimer. Si on lui avait dit plus tôt que ça serait la fin du monde, il ne se serait pas privé de toute cette malbouffe délicieuse. Au moins, il aurait pu en profiter avant qu'il ne soit trop tard.

La réaction de Nikolaï fut des plus attristantes, en fait à travers sont frère il se revoyait lui au début de l'épidémie, avec Aidan. Comme si les rôles s'étaient inversés. Aidan avait toujours été là pour lui, plus que pour Nikolaï ou Enzo et à présent c'était au tour de Luke d'être là pour Nikolaï, d'en prendre soin. De sa main droite, non estropiée, il venu le saisir à l'épaule. Assez fortement pour le sortir de sa torpeur qui le rongeait à petit feu mais avec la dose suffisante de douceur pour que le mouvement soit réconfortant et non agressant. Nikolaï n'y croyait pas, à cette possibilité qu'Enzo soit encore en vie, comme Luke n'avait pas cru Aidan quand celui-ci lui avait dit que les parents reviendraient. Et pourtant ils étaient bien revenus non... ? Parfois même l'improbable arrivait. « Nikolaï... Écoutes-moi. Tu n'es pas faible. Ok ? On a chacun... Notre façon de réagir aux épreuves qui se dressent à nous. Parfois nos réactions craignent, je te l'accorde... Et parfois non... » Luke n'était absolument pas en train de le juger. En fait, il s'en foutait royalement que Nikolaï se soit enfuit ou non, ça ne changeait absolument rien à ses yeux. Son frère restait son frère. S'il ne s'était pas enfuit peut-être aurait-il pu aider son groupe... Ou au contraire mourir, avec tous les autres. Aussi son acte n'était-il pas aussi vain qu'il s'évertuait à le croire. « Il est peut-être en vie. Je suis très sérieux. » Il pencha légèrement la tête pour plonger son regard dans celui de Nikolaï, plus fermé que jamais. « Regarde toi, t'es en vie. Je suis en vie. Papa est en vie. J'ai arrêté de croire ce qu'on pouvait me dire et à partir de maintenant, je juge que par ce que je vois vraiment. Et on sait pas ce qu'y s'est vraiment passé là-bas. Il a très bien pu s'enfuir, se cacher, survivre... Ça ne veut pas forcément dire qu'il n'est... Plus là. » Il ressentait la profonde culpabilité de son frère et cela lui faisait mal. Mal de voir qu'il se croyait fautif de la mort d'Enzo, car même s'il se sentait responsable de lui, c'était à leur père de s'en occuper. C'était à lui que revenait la lourde charge de les maintenir tous les deux en vie. Et comme il l'avait fait remarqué à leur père lors de leur retrouvaille explosive, ceux qui avait réussi à s'échapper de son sillage avait réussi à survivre. Aussi, se disait-il intérieurement que si Enzo avait pu être séparé de leur père...  Peut-être avait-il eu davantage de chances de s'en sortir. C'était cru, mauvais et pourtant si véridique... Luke n'était pas resté avec Vince et était encore en vie. Nikolaï, n'était pas resté avec lui et était en vie. Les autres ? Qui sait ce qu'ils étaient devenus aujourd'hui... Luke devait lui dire... « Si... Si tu n'étais pas parti... On se serait peut-être jamais retrouvé Nikolaï. Dans la panique, on a tendance à faire des choses... Qu'on regrette par la suite. Mais on peut pas les changer. C'est trop tard. Il faut juste... Accepter. Et faire en sorte d'apprendre de nos échecs et pas refaire les mêmes erreurs plus tard. T'es pas le seul à avoir merdé. Je me suis chié.... Des dizaines et dizaines de fois... Je les compte même plus. Tout ce qu'on peut faire maintenant... C'est arranger les choses, au maximum. Ensemble. Ok ? Ensemble... » Luke ne savait pas comment Enzo était soi-disant mort, son père ne lui avait rien dit sur le sujet. Il avait été très évasif et c'était peut-être pour cette raison que Luke avait perdu confiance en cette figure paternelle qu'il respectait autrefois tant. Luke avait de l'espoir de retrouver son jeune frère. Peut-être s'était-il passé quelque chose de semblable avec lui et Aidan ? Oui... Enzo devait être en vie, quelque part.

Quand il rebondit sur son histoire de cages, Luke retira sa main de son épaule, se rappelant alors de ces longs mois de captivité entassés tels de vulgaires bétails affamés. Que cela avait-il pu être éprouvant... Terrifiant même. Mais également si... Enrichissant. On dit que ce qui ne tue pas rend plus fort et Luke avait su tirer de cette épreuve une certaine sagesse qu'il n'aurait sans doute jamais acquise en restant bien au chaud dans la zone 51. Sagesse qui s'était faite ressentir il n'y avait de cela même pas quelques secondes, quand il avait tenté de rassurer son frère. En fait, c'était pendant cette période difficile qu'il avait compris que le nombre était une force et non une faiblesse. Pas comme tous ces survivants qu'il avait pu croiser lors son périple et qui s'étaient entêtés à lui faire croire l'inverse. « Tu te souviens de quand je t'ai parlé d'un groupe de cannibales... ? » Lui demanda-t-il doucement, comme pour lui laisser le temps de se faire à l'idée qui allait suivre. Ça n'avait rien de drôle ou d'héroïque à raconter. Ils avaient pu s'enfuir, mais à quel prix ? Combien de survivants y étaient passés ? Combien avaient disparu pour servir de repas à des connards cannibales... ? Luke avait arrêté de compter au bout du premier mois tant la cage dans laquelle il se trouvait avait été épuré des plus savoureux. « Je pense... Que c'est eux qui ont attaqué la zone... Des cages, des réserves, tu peux appeler ça comme tu préfères... Je sais même pas comment on a fait pour rester en vie tout ce temps... » murmura-t-il dans sa barbe, comme s'il se rendait compte à quel point il avait eu de la chance de s'en sortir. « Je... Je souhaitais si fort que ce soit mon voisin Nikolaï... » Admis-t-il non sans un certaine honte, détournant son regard de celui de son frère au risque de le voir le juger. Qu'il ne constate que Luke n'était en réalité qu'un monstre égoïste et sans cœur. Il parlait des erreurs qu'il avait pu commettre à la pelle ? Nombreuses étaient celles qu'il avait commises dans cette fameuse cage. « Je priais tellement pour que ce soit lui qui se fasse chopper par ces types et pas moi... Tous les deux jours, ils en prenaient un... Et on le revoyait plus... On le revoyait plus Kaï. C'était fini... Je voulais pas finir comme ça... Je voulais pas... Mourir de cette façon. » Peut-être aurait-il du lui cacher ça, mais à quoi bon ? Cacher la vérité ne signifiait pas le mettre encore plus en danger qu'il ne l'était déjà ? Si... Et Luke n'aurait clairement pas apprécié qu'on lui cache des choses aussi importantes pour sa soi-disant protection. Comme si leur âge avait vraiment quelque chose à voir avec leur capacité à encaisser les mauvaises nouvelles. Luke avait vu autant, voire plus, d'adultes craquer sous ces mêmes mauvaises nouvelles. L'âge n'avait absolument rien à voir là dedans, bien au contraire et Nikolaï était fort. Il pouvait encaisser toutes ces informations qu'il lui balançait au visage. Il en était convaincu, il avait foi en son frère, même s'il ne l'avait pas revu depuis deux ans. Plus jamais il ne lui mentirait, c'était terminé les cachotteries de bas étages. Nikolaï ne mourra pas à cause de la connerie de Luke, c'était hors de question.

Relevant une de ses jambes pour s'appuyer sur son genou à l'aide de son coude, il déposa doucement sa tête contre son poing avant d'observer Nikolaï lui confirmer qu'ils resteraient ensemble. C'était si... Agréable de pouvoir échanger aussi facilement avec une personne que l'on avait pas vu depuis une éternité, comme s'ils ne s'étaient en réalité jamais séparé. Luke l'aimait, de façon plus que démesurée. Jamais, au grand jamais il n'aurait pensé pouvoir éprouver autant d'amour envers son jeune frère. Et pourtant les faits étaient là : Luke l'avait retrouvé et s'y était totalement soudé après seulement deux minutes. Son frère représentait à présent toute sa vie, toute sa force. Luke s’apprêtait à le reprendre dans ses bras, car une fois de plus ne serait pas de trop, quand il lui posa une question. Question qui le coupa immédiatement dans son élan fraternel. Pourquoi n'était-il pas revenu... Bien sûr qu'il se posait la question... « J'ai essayé. » Répondit-il, dans un premier temps. Sans vraiment savoir par ou commencer. S'il devait s'excuser pour ne pas avoir tenu sa promesse de revenir avec Aidan ou s'il devait lui dire ce qu'il s'était passé, en détail, sans omettre les passages les plus... Éprouvants. Lui dire qu'on l'avait empêché de revenir vers eux n'était sans doute pas la chose qu'il voulait entendre, car cela sonnait bien trop comme une mauvaise excuse plus que comme une véritable justification. Aussi optât-il pour la vérité, une nouvelle fois : « On... S'est battu. » Luke avait beau se forcer à ne pas revisualiser la scène, car celle-ci avait été dure à oublier et pourtant, les images revenaient d'elles-mêmes. « Avec Aidan, on s'est battu dans une rue, peu de temps après être sorti. C'était de ma faute. J'ai pas voulu le croire quand il disait que les parents reviendraient... Qu'ils étaient encore en vie. Puis tu sais comment il est Aidan. Carré-carré, on rigole pas avec ce qu'il dit... » Ajouta-t-il, un petit sourire triste sur le bord de ses lèvres tremblantes, ne se rendant même plus compte qu'il parlait de son frère comme s'il était toujours en vie. « Il était persuadé qu'ils reviendraient et il a eu raison... Mais comme un con j'ai insisté, j'ai fait le connard... Encore et encore... On s'est donc battu et des survivants sont intervenus, en pensant que je me faisais attaquer par un zombie ou je sais pas trop quoi... Je sais plus... » Le sourire triste qu'il arborait précédemment se changeait peu en peu en une moue désolé, frôlant la dévastation. Il s'en voulait terriblement et en reparler de la sorte ne faisait qu'accentuer ce sentiment de culpabilité qu'il pensait pourtant enterré depuis bien longtemps. Il avait eu tord de croire qu'il pourrait un jour se pardonner pour ce qu'il lui avait dit et fait ce jour là. Si seulement pour une fois il avait juste fermé sa grande gueule et écouté son frère... Il serait peut-être là, à leur côté. « Ces connards l'on tué. Aussi facilement que ça. Sans réfléchir, sans observer. Sans s'excuser. Un coup et c'était fini. » Ses poings se resserrèrent tant la colère se mettait à bouillonner en lui. Il revoyait le corps d'Aidan gisant à ses côtés, un profonde entaille dans le crâne... Un véritable cauchemar... Un cauchemar si soudain... Sortant de ce silence morbide dans lequel il s'était inconsciemment enfermé, il venu essuyer énergiquement du revers de sa manche les quelques larmes qui avait refait leurs apparitions dans les coins de ses yeux, avant de reprendre d'un ton plus sec et sans aucune aucune émotion apparente : «  Ils m'ont embarqué avec eux. J'ai rien pu faire. Tu comprends, il venait de sauver un enfant de la mort. Alors ils en avaient la charge. Quand j'ai réussi à me casser et revenir vers vous, vous étiez plus là. Y avait plus personne. C'était trop tard. Je suis désolé. » Il avait évité le regard de son frère sur la fin de son speech, n'ayant clairement pas la force d'affronter ses regards. C'était bien trop dur à admettre, s'il fallait en plus qu'il subisse le jugement de son frère, Luke aurait craqué, de nouveau. « J'ai pas pu buter ces enculés. Mais si je les recroises aujourd'hui, leur sort est tout tracé. » Son regard été passé de la tristesse pure à la noirceur la plus totale. Ce regard qui en disait long sur les intentions d'un survivant. « J'les bute.» Luke n'en avait plus rien à foutre de tuer des gens. Il en avait refroidit un certains nombres pour ne plus éprouver de remords à ce niveau là. Disons que les personnes qu'il avait descendu le méritaient toutes plus ou moins, certaines plus que d'autres, certes. Mais quelle différence cela faisait-il vraiment de nos jours ? Des connards, il y en avait tellement qui parcouraient la terre. Un de plus ou un de moins, ça se changeait rien, absolument rien ou au contraire... Ça permettait à d'autres survivants plus compatissants que lui de ne pas à subir leur sadisme et ça... C'était le plus important. « Tu t'en veux pour t'être enfui et les avoir abandonné ? Je m'en veux pour être resté et avoir condamné Aidan. J'aurais dû disparaître bien plus tôt. Peut-être qu'il serait pas mort par ma faute. »


© Gasmask

_________________

You're oxygen and i'm dying to breathe
Sometimes, you have to drop the old to catch the new

ChipsMan:
 
Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar



× A propos du vaccin : :
Non , peut-être un jour.

× Âge du perso : :
16 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Yosemite, avec Luke et Alixen.

× Avant, j'étais : :
Collégien

× Messages : :
808

× Points de vie : :
13

× Copyright : :
Lux aeterna

× Avatar : :
Colin Ford

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Mekhaï

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Luke&Nikolaï- Deux ans sans se voir et déjà tu veux te battre ? [SUJET TERMINE] Lun 19 Oct - 0:36

J’étais vraiment inquiet pour mon frère qui était vraiment devenu pâle, je craignais alors qu’il ne me fasse un malaise et le pire était que j’étais totalement impuissant à la scène, la seule chose que je puisse faire était de lui sortir une bouteille d’eau boueuse entamée. Elle ne payait pas de mine mais c’était tellement appréciable dans les circonstances actuelles que personne ne se plaignait d’en avoir sous la main. Luke mit du temps à la prendre, peut-être n’en avait-il pas envie ou bien celui-ci devait hésiter pour une quelconque raison mais quoi qu’il en soit, quand bien même il aurait refusé je l’aurais forcé à la prendre. Je n’étais peut-être pas l’ainé mais quoi qu’il en soit, pour le coup j’allais être autoritaire même après cinq minutes. Je fus donc satisfait de le voir boire un peu, même simplement une gorgée mais c’était déjà ça et si son état ne s’arrangeait pas je trouverais autre chose, je devrais peut-être vérifier qu’il ne fasse pas de fièvre, j’avais encore d’ancien médicament trouvé dans une pharmacie il y’a quelque semaine. Je les gardais pour le jour où j’aurais quelque chose d’important à soigner mais s’il était malade je n’hésiterais pas à lui en donner. Je souriais en l’entendant me parler de coca ce qui me rappela de nombreux souvenirs. A l’époque, je ne jurais que par le coca, que je buvais constamment au grand damne de ma mère qui avait tout fait pour tenter de me faire diminuer la dose mais rien à faire, j’aimais tellement ça. « Et moi donc ! » Je souriais en me rappelant de nombreuses batailles avec mes frères pour le dernier verre et  à l’époque on en avait presque à volonté alors maintenant qu’il s’agissait d’une denrée très rare, que serait prêt à faire les hommes ? Je ressentais alors un pincement au ventre à la pensée de bonne chose  à boire ou manger ce qui était rare à présent.

L’annonce de Luke sur la mort d’Enzo m’attrista au plus haut point, j’avais profondément envie de pleurer en sentant cette lourde peine s’abattant et pourtant rien ne sortait, j’étais tellement habitué à voir des gens mourir et pourtant savoir qu’il s’agissait de mon petit frère, c’était tellement… Dur. J’aurais tout donné pour le revoir et pourtant j’apprenais que c’était impossible, moi qui avait songé de nombreuses fois à nos retrouvailles. J’étais stoïque, même si je sentais que mes jambes allaient céder. Je sentais alors la main de Luke venir me saisir à l’épaule me sortant de cette sombre torpeur dans laquelle je venais de me plonger me faisant alors posé mon regard noisette sur lui. Un regard qui devait en dire long sur mes sentiments et sur ce que je ressentais au fond de moi. Ma mère disait toujours que je parlais avec mes yeux, c’était sans doute vrai, ou bien me connaissait-elle trop bien… Luke tentait de me convaincre qu’Enzo était encore en vie et pourtant je n’y croyais pas. J’avais beau venir de retrouver mon ainé, il venait sans le savoir de briser la seule chose qui m’avait fait garder espoir tout au long de mon périple.  Je ne voulais plus y croire pour ne plus me faire de faux espoirs, au moins si jamais un jour je tomberais sur lui sans m’y attendre, je ressentirais le même bonheur que celui que j’avais ressenti en reconnait Luke et dans le cas où je ne le reverrais jamais, j’y serais préparé… J’avais expliqué à Luke que la seule raison pour laquelle j’étais en vie malgré les dires de notre père, c’était que j’avais été lâche et que j’avais fui. Fui seul, sans penser aux conséquences et en y laissant mon petit frère. Pourtant si je n’avais pas été égoïste, j’aurais pu le prendre avec moi et peut-être qu’il serait encore en vie si nous avions continué le chemin ensemble. Et si j’étais tout simplement resté avec eux, j’aurais peut-être pu le protéger… J’avais pourtant promis à Aidan de veiller sur lui avant qu’il ne parte pour sa première et dernière expédition. Mais avec des si on pourrait refaire le monde, hélas ça ne marche pas ainsi. Luke essayait alors de me réconforter en me disant que je n’étais pas faible car chacun réagissait de façon différentes aux différentes épreuves et parfois bien mal. Il avait raison mais il n’arrivait pas à me retirer cette culpabilité que je trainais avec moi depuis ma lâche fuite. J’observais alors le regard de Luke qui semblait vraiment croire que notre benjamin était encore en vie, et son regard contenait beaucoup de volonté ou du moins de franchise, il y croyait sincèrement alors que le mien restait fermé. Je crois bien que si je me lâchais Luke devrait faire face à un torrent d’émotion. Il me prenait ensuite pour exemple, c’est vrai au fond Enzo aussi avait pu s’enfuir, se cacher, être recueilli par de bonnes personnes un peu comme moi et vraisemblablement comme Luke qui se tenait devant moi. Je ne savais pas vraiment pas quoi penser, je savais au fond de moi que ce qu’il disait était vrai et cohérent mais…Cela serait vraiment trop beau. Un léger sourire apparut sur mon visage quand il exposait le fait que je ne l’aurais sans doute peut-être jamais retrouvé si je n’avais pas fui. C’est vrai qu’actuellement, j’étais vraiment heureux d’être avec lui. « T’as raison ! Ensemble.» répondis-je alors qu’il tentait de me remonter le moral. J’étais toujours peiné mais ce qui était fait était fait et je n’allais pas pouvoir vivre dans le passé dorénavant nous serions ensemble, deux Harrison était au moins réuni ce qui semblait représenter un espoir. D’une certaine manière, Luke était parvenu à me faire presque oublier mes pensées moroses lorsqu’il évoqua des cages. Pas que j’oublie mais je voulais en savoir plus sur mon frère ou plutôt sur son parcours. « Oui. » répondis-je lorsqu’il évoquait le début de notre conversation lors de son avertissement sur les cannibales rodant dans la région. J’écoutais ce qu’il avait à me dire avec une énorme attention, alors c’était ces dits foutus cannibales qui avaient probablement dévasté la zone 51. Je ne comprenais d’abord pas ou plutôt je ne voulais pas comprendre ce qu’il m’expliquait mais au fur et à mesure de son explication je me rendais à l’évidence. Mon ainé avait été séquestré par ces monstres et … Avait chaque jour durant un certain temps craint d’être le prochain… Cela avait dû représenter une grande torture psychologique telle que je ne pourrais l’imaginer. Je serrais les poings… Mon frère avait été traité comme du vulgaire bétail et malgré ses explications, je ne pouvais que ressentir une certaine compassion pour lui. Soyons honnête à sa place j’aurais espéré que n’importe qui se fasse dévorer à ma place, c’est ce qu’on appelle l’instinct de survie. « Tout le monde aurait souhaité pareil… Moi le premier. » Ajoutais-je en tentant de le rassurer. Ce n’était pas mon point fort mais c’était tellement vrai. « J’suis tellement heureux que ça n’est pas été toi, heureusement… Je n'imagine même pas ce que tu as dû vivre et si je pouvais je leur ferais payé ce qu'ils t'ont fait!»

Je réalisais que le chemin que Luke avait traversé n’avait pas été simple et peut-être pire que les épreuves que j’ai vécu et pourtant, j’en avais aussi que j’aurais souhaité oublié. Je déposais à mon tour ma main sur son épaule avant que je ne lui confirme que nous resterions ensemble. Il allait falloir me tuer pour me séparer de lui car je savais que je n’obtiendrais sans doute pas la chance de le retrouver deux fois. Luke représentait maintenant cette raison d’avancer que j’avais perdu et rien ne changerait cela cependant j’avais cette question à poser qui me travaillait pourquoi n’était-il pas revenu le jour où il était parti avec Aidan. J’apprenais qu’il s’était battu car Luke ne voulait pas croire que nos parents étaient en vie. Je me rappelle qu’Aidan se montrait optimiste contrairement à Luke. « C’est vrai … » Ces deux mots étaient nostalgiques, Aidan était le meneur, souvent de force et détestait qu’on lui tienne tête ce qui causait énormément de disputes entre nous car j’avais horreur de ça pourtant à cette époque j’étais d’accord avec lui. Sacré Aidan… Pourtant au jour d'aujourd'hui j'aurais tant aimé l'entendre me donner des ordres... Je m’imaginais alors assez bien la scène car je sais aussi que quand Luke avait une idée en tête, il ne l’avait pas ailleurs et à peu près la scène. Je ne comprenais cependant pour le moment pas en quoi cela avait un rapport avec le départ de Luke, ce n’était tout de même pas lui l’assassin ? Je ne parvenais pas à y croire et pourtant cette pensée effleura l’espace d’une seconde mon esprit. Non bien sûr que non, il m’expliquait ensuite que des survivants étaient intervenus et l’on… tué. Je savais maintenant la vérité et je crois bien que je préférais ne pas savoir. Mes poings se resserraient à nouveau, je crois que si j’avais eu ces personnes en face de moi, je les aurais abattus d’une balle entre les deux yeux sans la moindre once de pitié. Seulement en voyant les larmes coulées des yeux de Luke me firent presque disparaitre la colère, bien-sûr j’avais envie de pleurer et même de vomir rien que d’imaginer qu’Aidan était mort pour rien sans aucune raison et j’avais presque envie de tirer sur tout ce qui bougeraient vivant ou mort rien que pour me défouler mais Luke lui, avait besoin de moi et vivait encore, il devait rester ma priorité absolue. Le pire devait être pour Luke d’avoir dû voyager avec eux, les tueurs de notre grand frère et malheureusement pour lui de revenir dans notre maison à présent vide… je ne disais d’abord rien, je voyais que Luke ressentait lui une certaine culpabilité couplée à une grande haine. Je fus choqué d’entendre ce que Luke pensait, qu’il aurait dû disparaitre pour que peut-être qu’Aidan vive. « T’as pas à t’excuser, t’y es pour rien dans la mort d’Aidan, c’est rien que la faute de ces fils de… » Je me mordais le poing signe que je ressentais une violente colère. « Mais ne redis jamais devant moi que t’aurais dû disparaitre non c’est faux, tu aurais dû garder espoir pour nos parents mais qui peut t’en vouloir de l’avoir l’espace d’un instant perdu puisque tu avais à moitié raison, maman n'est pas revenue... Si j’avais été plus courageux, j’aurais été avec Aidan, si je l’avais été Enzo serait avec moi… Tu sais je crois que j’arrêterais jamais de m’en vouloir et je sais que ça sera pareil pour toi… Mais … » Voilà que je me retrouvais à faire une morale du même genre que celle que j’avais reçu un instant plus tôt. Mais il semblerait que lui comme moi avions la même vision de nous-même et pourtant le même soutien l’un envers l’autre. J’attrapais son bras et sans le prévenir je le tirais vers moi, posant mon front sur ses épaules et serrant ses vêtements. Une scène qui aurait sans doute ému notre défunte mère et un acte qui me faisait du bien. Je n’arrivais pas à relâcher mais cela me faisait déjà un effet de légèreté, comme si nos peines ne faisaient qu’un mais que nos épaules devenaient plus fort à deux. « Tu l’as dit maintenant on est ensemble alors… heureusement que tu es là, tu me redonne une raison de me battre. » Je ne le lâchais pas, je ne me reconnaissais tellement plus en cette instant. « Alors sois fort pour moi comme je le serais, car toi, je ne supporterais pas de te perdre une nouvelle fois, compris? » Je m’étais reculé d’un pas posant ma main sur sa nuque pour le regarder dans les yeux, c’était presque comme-ci j’attendais une promesse, chose qu’il ne fallait jamais faire tant survivre était difficile. « Tous les deux ! » Je regrettais tellement de ne pas avoir eu cette relation à l’époque. Maintenant s’il fallait que je le motive et bien je le ferais mais je ne laisserais plus dire ce genre de chose.
Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar


#We have a fast car, we want a ticket to anywhere. Maybe we make a deal. Maybe together we can get somewhere.
Anyplace is better.


***

#Nothing could kill me like you do. You're going straight to my head and I'm heading straight for the edge. I pick my poison and it's you.



JovousaimeFort:
 

× Âge du perso : :
17 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Sur les routes de Californie, partageant une magnifaïque jeep cyan aux côtés de Nikolaï et Alixen

× Avant, j'étais : :
Un collégien turbulent

× Messages : :
2612

× Points de vie : :
5

× Copyright : :
©popgun (vava) - ©Popgun & ©Merenwen (gifs) - ©MACFLY (sign)

× Avatar : :
Chandler Riggs

× Et ton p'tit pseudo ? : :
PopGun

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Luke&Nikolaï- Deux ans sans se voir et déjà tu veux te battre ? [SUJET TERMINE] Jeu 29 Oct - 21:59

Deux ans sans se voir et déjà tu veux te battre ?
Nikolaï & Luke
Someone is going to tell you to get used to this. That feeling of being scared and sad. They're going to say it'll be better when you learn to ignore it. Don't listen to them. Hold on to it, remember it... Don't let yourself forget it. It's too easy to lose.


Contrairement à Luke, Nikolaï n'y croyait pas, à cette possibilité que leur frère Enzo ait pu survivre et d'un sens, il ne pouvait pas le lui reprocher. Nombreuses étaient les fois où Luke avait été trop terre à terre. Jusqu'au jour où il avait compris que l'espoir... L'espoir était la seule chose qui lui permettait de se lever tous les matins pour affronter la triste réalité du monde extérieur. A quoi bon continuer de se battre si ce n'était que pour passer une nouvelle journée à chercher de la nourriture et tuer des rôdeurs ? Une journée de plus à errer sans rien attendre de plus de la vie. Luke ne voulait plus vivre comme cela, c'était terminé. Grâce à Nikolaï, il pouvait commencer à reconstruire un semblant de vie familiale et ne comptait pas passer à côté de cette chance qu'on lui offrait. Seulement... Luke avait du mal à reconnaître son frère. Quand il était parti avec Aidan, il avait laissé derrière lui deux de ses frères, apeurés et qui tentaient avec tant de bien que de mal d'accepter la réalité alors que maintenant... Toute cette faiblesse semblait avoir disparu, pour ne laisse place qu'à de la colère. Oui... Son frère ne semblait rien ressentir d'autre que de la rage, par rapport à tout et envers tout le monde, y compris lui-même. Cette constatation attrista de plus bel Luke, qui regardait son frère serrer les poings au fur et à mesure où il racontait ses malheurs. Il observait discrètement ses réactions quand il parlait de ces personnes qui avait pu de loin ou de prêt lui faire du mal... Il aurait aimé lui poser cette simple question : « que s'est-il passé pour que tu sois aussi en colère », mais avait trop peur de sa réaction... Ou peut-être même de sa réponse ? Tout comme lui, il avait dû traverser des épreuves qui l'avait changé, petit à petit. Son frère ne voulait plus rien laisser paraître et il pouvait le comprendre, mais se renfermer ainsi n'était pas la solution. Oublier que l'on peut être triste, mettre de côté ces sentiments tels que la compassion et la tristesse n'était pas la chose à faire... Ce genre de choses s'oubliaient si rapidement. C'était le meilleur moyen pour devenir ce que Luke avait trop longtemps été : l'ombre de lui-même ou encore un monstre au cœur de pierre. « Peut-être oui... Peut-être qu'ils le pensaient tous... Sans doute même. Mais c'est pas quelque chose qu'on devait montrer, ou dire. Il suffisait de se mettre à dos les personnes de la même cage pour vivre un véritable enfer. Enfin... Quelque chose d'encore pire que ce que c'était déjà. » Un silence, une réflexion. Il se remémorait douloureusement les moments dans la cage. C'était à la fois pénible et enrichissant et c'était peut-être ça le plus terrifiant... Luke avait vraiment pu tirer quelque chose de cette séquestration, quelque chose de pas si mauvais et si inutile que ça...Finalement. « Mais c'est fini. » Soupira-t-il doucement, comme pour essayer de chasser toutes ces images macabres qui revenaient peu à peu dans son esprit et qu'il aimerait bien oublier pour de bon. « Toi tu t'es pas fait avoir, c'est le plus important. C'est le plus important... »

Quand Nikolaï lui dit qu'il voudrait faire payer ça à ceux qui les avaient enfermé, il ne pu s'empêcher de lâcher un léger rire. Il ne se moquait pas de son frère, non loin de là, il l'imaginait juste se poster en face d'eux, pour se mettre à les insulter de tous les noms. Et tout ça pour quoi ? Pour sortir son pauvre frère anorexique d'une cage de fer ? C'était drôle. Ou alors... C'était l'humour de Luke qui commençait à virer vinaigre. Ou alors il rigolait à chaque fois que l'occasion se présentait, aussi maigre et inexistante soit-elle. Car cela faisait bien longtemps qu'il n'avait pas rigolé. Depuis la zone 51 en fait... Et dire que fut un temps où il ne cherchait qu'à la quitter, lui reprochant des centaines de défauts... Aujourd’hui il donnerait beaucoup pour pouvoir y retourner, pouvoir y vivre ne serait-ce qu'une journée de plus. Y emmener Nikolaï et le présenter à toutes ces personnes qu'il a connu là-bas et qui lui ont permis de retrouver le goût de la vie. Maebh, Lenny, Noah, Auregan, Abbygail... Qu'étaient-ils tous devenus... ? Si Luke était persuadé que certains comme Noah ou Lenny avaient survécu de part leur force de caractère, Maebh quant à elle... Devait déjà sans doute reposer sous terre depuis un long moment... Quoi qu'il en soit, il ne voulait pas laisser court à l'imagination de son frère sur ce qu'il avait pu endurer dans ces cages, aussi ne tarda-t-il pas à dédramatiser la chose par un fait totalement décalé : « ... Tu sais ce qui était vraiment horrible... ? C'était pour aller aux toilettes. Sérieux... Je te passe les détails mais... bordel... » Cela ne pouvait être qu'un détail insignifiant et pourtant... Pourtant on ne se rendait pas compte à quel point il était difficile de se réduire à partager ces moments d'intimités avec tous les captifs d'une cage. Sa pudeur avait juste été rayé de la surface de la terre. Et encore, par rapport à la gente féminine, il n'avait pas à se plaindre...

Encore une fois et devant l'histoire d'Aidan, Nikolaï ne laissa rien transparaître. Cela ne servait pourtant à rien de lui mentir car dans ses yeux, Luke pouvait voir toute la tristesse qu'il tentait désespérément de garder enfermé au plus profond de lui. Pour être franc, Luke ne comprenait même pas pourquoi il se retenait autant devant lui... Après tout, ils étaient frères non ? N'étaient-ils pas là l'un pour l'autre ? Pour se soutenir et partager leurs peines? La rendre plus supportable à deux ? Dans l'histoire, Luke avait plus l'impression d'être un fardeau pour son jeune frère que son aîné fort sur lequel il pouvait compter. Mais c'était ainsi, Luke avait gardé trop de choses en lui et ce depuis le début. Maintenant qu'il avait la possibilité de l'extérioriser sans crainte de jugement ou de coup bas il n'allait pas se retenir. A son tour Nikolaï tentait de lui remonter le moral et pourtant ça ne marcha pas une seule seconde, car certaines choses étaient depuis bien trop longtemps ancrées dans sa conscience. Tellement, que même les plus douces et rassurantes paroles de son frère ne pourraient rien y faire. C'était un fait, Luke aurait du agir autrement, aurait du disparaître plus tôt, ou aurait juste pu fermer sa gueule. Cette fois-ci, il ne referait pas la même erreur qu'avec Aidan. Au lieu de contredire une nouvelle fois son frère, il se contenta de lui sourire, faussement et tristement. « T'as raison. On peut malheureusement pas changer ce qu'on a fait. Mais on peut encore choisir ce qu'on va faire. » C'était terriblement dur à admettre, Luke souffrait tellement en disant ces quelques mots, mais il devait le faire... Comment pourrait-il protéger son frère s'il était incapable d'avancer avec ce qu'il avait pu faire ? Il était inutile de pleurer les morts, mieux fallait-il rire avec les vivants pendant qu'ils l'étaient encore...

Entendre son frère dire qu'il était devenu « sa raison de se battre » était sans doute la plus belle chose qu'y soit. Surtout que ce sentiment était totalement réciproque. A partir de maintenant Nikolaï représentait absolument tout à ses yeux. Il ne laissera plus personne lever la main sur lui et ce, tant qu'il sera capable de se battre. Resserrant un peu plus l'étreinte fraternel qu'ils étaient en train de s'échanger, Luke laissa s'échapper un léger soupire de soulagement entrecoupé par de petits reniflements. Dire qu'il était heureux à ce moment précis serait un euphémisme. Luke était en train de revivre, tout simplement. Attrapant à son tour la nuque de son frère de sa main non mutilé, il plongea son regard dans le sien, plus déterminé que jamais. « Je te promets- Qu'on restera ensemble. Pas moyen que j'te perde une deuxième fois Kaï. J'te l'promets putin. ». On dit que les promesses sont à bannir par les temps qui courent, mais Luke était sûre de pouvoir la tenir. Il se devait de la tenir. Il ne laissera pas un autre de ses frères mourir à cause de lui, ou à cause de sa faiblesse. Luke deviendra encore plus fort, pour aider Nikolaï... C'était une promesse. Ne pouvant terminer cela que sur une nouvelle étreinte, il venu de nouveau le saisir contre lui, avant de lui donner une légère tape dans le dos.

Luke avait beaucoup parlé, mais pas suffisamment écouter son frère. Lui aussi avait des tas de questions à lui poser, sur ce qu'il a fait avant tout cela ou comment il l'avait fait. Pourtant il savait que cela pouvait être douloureux pour Nikolaï, aussi se reteint-il. Préférant de loin aborder un nouveau sujet totalement différent, plus léger et qui ne déterrera pas avec lui de mauvais souvenirs enfouis, tout du moins il l'espérait : « T'es avec un groupe ? Ils sont comment ? ». Une question, sortie tout naturellement après ces échanges pourtant si poignants. Luke aurait pu rester encore longtemps dans les bras de son frère à se laisser aller, mais il ne pouvait pas se le permettre. Il devait se montrer fort comme il l'avait toujours été lorsqu'il voyageait seul. Son frère devait être sa force et non sa faiblesse, même si souvent la limite entre ces deux choses n'étaient séparées que d'un simple pas. « On t'a appris à te servir de ton beretta ? Et tu sais te servir d'un arc ? Enfin à quelque chose qui y ressemble ? Ne le critique pas trop. J'ai eu vachement de mal à le faire... Il est moche je te l'accorde, mais il fonctionne ! Même si a mon avis, il va pas durer longtemps... Tu veux l'essayer ? » Se baissant légèrement pour récupérer son couteau rouillé qu'il avait fait tomber sur le sol, il venu le glisser entre son jean et sa ceinture avant de reprendre son arc en main pour le tendre à Nikolaï, suivit d'une flèche. « Et Kaï »  Commença-t-il doucement en reposant son regard dans le sien « Si tu veux me parler de quelque chose en particulier... Hésite pas ok ? » Par là, il sous entendait très clairement les coups durs qu'il avait pu traverser, seul. Mais pas n'importe quels coups durs. Luke, avait été confronté de nombreuses fois à des survivants bien plus âgés et forts que lui. Qui lui ont fait des choses... Qu'il n'avait pas forcément voulu. Mais personne n'avait été là pour s'interposer, pour le protéger. Même quand il avait été attaquer avec Fredricksen, celui-ci n'avait pas réussi à lui éviter ça. Alors il se doutait bien que son frère avait pu tomber sur ce genre de survivants lui aussi. Il ne lui souhaitait pas, mais Luke resterait à l'écoute, quoi qu'il arrive.



© Gasmask

_________________

You're oxygen and i'm dying to breathe
Sometimes, you have to drop the old to catch the new

ChipsMan:
 
Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar



× A propos du vaccin : :
Non , peut-être un jour.

× Âge du perso : :
16 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Yosemite, avec Luke et Alixen.

× Avant, j'étais : :
Collégien

× Messages : :
808

× Points de vie : :
13

× Copyright : :
Lux aeterna

× Avatar : :
Colin Ford

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Mekhaï

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Luke&Nikolaï- Deux ans sans se voir et déjà tu veux te battre ? [SUJET TERMINE] Jeu 12 Nov - 21:17

Je ne parvenais malgré tout pas à y croire, qu’Enzo soit encore en vie. Luke avait raison dans son raisonnement, nous nous pensions mutuellement mort et pourtant nous nous étions finalement retrouvés d’une façon des plus hasardeuses. Mais pourtant, je ne parvenais pas à me dire seulement que notre plus jeune frère pouvait être lui aussi quelque part en train de survivre, peut-être à la recherche de notre père comme je l’avais et je l’étais encore. Peut-être était-ce car je gardais encore de lui cette image de jeune garçon fébrile et constamment apeuré, encore une fois la même dernière image que Luke devait avoir de moi. Au fond, c’était comme-ci l’histoire devait se répéter obligatoirement, mais nous n’étions pas dans un vrai conte de fée mais bien dans un cauchemar sans fin. Maintenant je n’avais plus peur bien au contraire, enfin beaucoup moins car quiconque n’a plus peur se retrouvera mort sous peu, la précaution restait notre meilleur arme pour faire face aux différentes menaces, pour faire face à ce qui à gâcher bien des vies. Je ne ressentais pourtant plus de mélancolie mais plutôt de la colère vis-à-vis de la tournure des événements, de ce qui a fait la propagation du virus sans savoir de quoi il s’agit. Pourtant le destin avait à nouveau mit mon grand-frère sur ma route et me ressentait vivre. J’avais un nouvel objectif autre que celui de survivre simplement pour vivre un jour de plus dans cet enfer. Pour Luke, je sais d’ores et déjà que je serais prêt à continuer, car c’est ce qu’il me manquait, une nouvelle raison de vivre après avoir perdu l’espoir de revoir notre père.  Quoi qu’il en soit, il fallait que je vois le positif pour faire face à la nouvelle du décès de mon petit frère, mon père était encore en vie et était déjà entré en contact avec Luke, il le refera bien à nouveau ? J’en avais appris plus sur le passé de Luke qui avait vêcu des choses tout simplement horrible, il avait passé un certain temps dans des conditions épouvantables dans lesquelles sa vie était menacée à chaque instant, enfin … Encore plus qu’à l’extérieur du moins. Je tentais de le rassurer, de lui dire que n’importe qui aurait préféré voir son voisin partir en premier si cela assurait notre instinct de survie. C’est horrible à dire mais on le pense tous et moi le premier, j’aurais eu les même pensées que lui. « Je vois… » Je crois que même en m’imaginant je ne pouvais même pas deviner un quart de ce qu’il avait dû vivre et c’est ça le plus horrible. Il avait ajouté que c’était fini, c’est sûr que je ne le laisserais pas se faire prendre une seconde fois, pas de mon vivant du moins. Je n’étais cependant pas forcément d’accord sur le fait que le plus important était que je ne me sois pas fait prendre. Là tout de suite si on m’offrait la possibilité d’avoir traversé les épreuves à la place de Luke, je le ferais mais est-ce que j’aurais tenu sans craquer ? Je tentais d’être hermétique au monde extérieur mais jusqu’à quel point ? J’ajoutais en revanche que si j’en avais la possibilité, j’aimerais tant faire payer ceux qui lui ont fait du mal. Je fus surpris de le voir rire, je ne comprenais pas réellement pourquoi. Je sais que je n’étais pas forcément le plus impressionnant mais avec une arme à feu, une bonne précision et un bon plan, on fait des miracles. Ah moins qu’il ne rit pour autre chose, j’avais peut-être raté un épisode entre temps ? Peut-être cherchait-il simplement à détendre l’atmosphère quoi qu’un peu tendu suite à ce joli partage de souvenir ? J’écoutais ensuite avec intérêt ce qui avait été vraiment horrible… Aller aux toilettes… C’est vrai que cela ne devait pas avoir été pratique, il est vrai que je ne m’imaginerais pas faire mes besoins au milieu d’autre personne mais avait-il eu au moins le choix ? Non même pas… Ça n’a l’air pourtant que d’un petit détail et pourtant, en me mettant à la place des captifs, cela devait être insupportable mais j’imagine qu’il faut le vivre pour comprendre. "Oh ... "

Maintenant une seule chose était sûr, les frères Harrison était réuni et nous resterions ensemble et pour toujours, jusqu’à ce que la mort nous sépare. Comme un mariage mais en mieux… Je souriais en ayant cette pensée mais je le faisais disparaitre aussitôt quand j’apprenais l’histoire d’Aidan, ses derniers instants, son altercation avec Luke. Je crois que finalement je n’aurais pas voulu savoir, je n’en tenais pourtant pas rigueur à Luke mais remuer cette vieille plaie mal cicatrisée était plus dur que ce que j’avais pensé. C’était plus simple de se dire que notre ainé était mort tué par des survivants sans en savoir la raison, maintenant que j’avais les détails, je savais tout ce qu’il s’était passé et cela me faisait mal, mal de me dire qu’il n’est pas mort pour son matériel, pas mort pour ses provisions et pas en protégeant Luke mais simplement car une bande d’idiot l’ont pris pour un rôdeur. Je tentais une nouvelle fois de ne rien laisser transparaitre, d’une part pour moi car je ne voulais pas être faible et relâché toutes ces émotions que je contiens mais aussi pour Luke,  pour ne pas l’accabler de ma peine et en ajouté encore plus à sa culpabilité déjà énorme. Il n’avait pas besoin de cela et moi, je n’avais pas besoin de pleurer, mais combien de chose pourrais-je encore accumulé avant de craquer ? Je tentais au contraire de lui remonter le morale, je voyais bien que c’était sans grand succès mais il entendait mes mots et que ça fonctionne ou non, au moins il savait qu’à mes yeux il n’avait aucune raison de s’en vouloir. Mais je savais aussi que se pardonner soi-même était le plus dur, surtout lorsque l’on se considère comme le coupable.  Lorsque je le voyais me sourire, je savais bien que c’était faux. Je n’étais pas devin et je ne le connaissais peut-être par cœur mais comme moi ces yeux parlaient pour lui et je voyais bien que la peine ne partait pas de son regard. Mais que pouvais-je faire quand moi-même je n’arrivais pas à me retirer pratiquement les mêmes idées de la tête à mon égard. Il se sentait responsable pour Aidan d’une façon et moi d’Enzo d’une autre, deux histoires différentes mais dont la culpabilité reste identique. J’avouais à mon frère qu’il était devenu ma raison de me battre, de continuer à vivre jour après jour dans ce monde alors que j’avais déjà songé à lâchement tout arrêté, maintenant qu’il était là c’était même impensable. Je lui avouais cependant que je ne supporterais pas de le perdre une nouvelle fois, j’avais déjà dû faire son deuil une fois alors je voulais qu’il me promette de se battre pour moi. C’était peut-être égoïste mais je le ferais équitablement pour lui en retour. On était ensemble maintenant, cette idée me réjouissait et même si la situation n’était pas des plus joyeuses dans cette tendre étreinte, je ne pouvais m’empêcher de sourire car nous serions tous les deux. Mon sourire s’agrandissait réellement et sincèrement lorsqu’il me le promettait, nous ne serions pas séparés deux fois et rien que ça, suffisait à me rendre ma joie avant de lui offrir une nouvelle étreinte moins triste et plus vive. J’étais tout simplement heureux.

Je fus surpris lorsque Luke me posa des questions, j’en avais presque oublié ma propre vie et mon petit groupe actuel. Petit groupe dans lequel je ne me sentais plus tellement à ma place bien que les deux membres restants soient adorables. « Oui je suis avec un groupe… Ils ne sont pas forcément les plus fort mais ils m’ont tout de suite bien accueilli » Il est vrai que je devais une fière chandelle à chacun des membres de ce groupe ou du moins de ce qu’il restait du groupe qui aujourd’hui n’était plus rien. Nous avions subi une attaque qui avait totalement décimé nos rangs, nous n’étions plus que trois et bientôt il serait deux. Je savais déjà avant de rencontré Luke que je n’allais pas tarder à me séparer d’eux, il comptait pour moi mais ils avaient leur objectif, se rendre vers le sud en espérant plus de sureté alors que moi, je préférais rester encore dans la région même si j’espérais à la base retrouvé mon père. Finalement j’avais mon frère ! Je jetais un coup d’œil à mon arme que j’avais auparavant braqué sur lui lorsqu’il me demanda si je savais m’en servir. « J’me débrouille pas mal oui. » J’avais appris avec l’un de mes défunts camarades mais aussi sur le terrain et je devais avouer que j’avais une bonne précision sans doute car je ne tremblais pas comme une feuille à l’approche d’un rôdeur. Je me concentrais ensuite sur son arc assez peu esthétique mais qui avait tout de même failli me toucher avec une flèche. « Non j’ai jamais eu l’occasion d’en faire… » Je ne quittais pas l’arme à distance que mon frère avait semble-t-il fabriqué de ses dix doigts. « Pourquoi pas ! » disais-je avec enthousiasme lorsqu’il me proposait de l’essayer, autant j’allais être une calamité mais qui ne tente rien n’a rien comme on dit. J’attrapais donc l’arc qu’il me tendait ainsi qu’une flèche que j’observais avant de reposer son regard sur lui lorsqu’il m’appela. Je lui souriais légèrement lorsqu’il me disait que si je voulais lui parler de quelques choses en particulier je ne devrais pas hésité. Après tout lui m’avait parlé de son histoire mais moi très peu de la mienne. « Tu sais Luke, je pourrais te parler de tellement de personne que j’ai rencontré et que j’ai vu mourir, c’est sans doute une des choses les plus durs que j’ai du traversé et que j’ai encore du mal à surmonté. » Je tendais l’arc en jetant un regard à mon frère même si je le tenais assez mal. « On le tient comme ça ? » Je suivais ses quelques conseils en remarquant que malgré la faible beauté de cette arme, un arc semblait assez facile à porter. « Je ne te dirais rien de nouveau si je te dis que les hommes peuvent parfois être horrible… » Je baissais la tête en pensant à une personne en particulier que j’ai rencontré peu de temps après avoir perdu mon père et qui avait profité de moi et de ma naïveté, dans tous les sens possible. Cet homme qui encore aujourd’hui me terrifierait si je venais à le croiser mais que j’espére plus tout qu’il soit si pieds sous terre. Je n’en avais jamais parlé à personne mais je sentais que je pouvais bien en parler à Luke. « J’ai… Avant de rencontrer mon groupe, voyagé avec une personne horrible, il me protégeait mais ce n’était jamais gratuit. » Je restais vague pourquoi lui dire que parfois il m’interdisait de manger, qu’il m’interdisait quand il était de mauvaise humeur même d’ouvrir la bouche et que d’autre fois, il profitait. Suite au conseil de Luke pour mieux tenir l’arc, je tendais la flèche en visant un endroit précis mais je ne le faisais visiblement pas assez puisqu’elle n’atteignit pas sa cible s’écrasant un peu plus loin sur le sol.
Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar


#We have a fast car, we want a ticket to anywhere. Maybe we make a deal. Maybe together we can get somewhere.
Anyplace is better.


***

#Nothing could kill me like you do. You're going straight to my head and I'm heading straight for the edge. I pick my poison and it's you.



JovousaimeFort:
 

× Âge du perso : :
17 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Sur les routes de Californie, partageant une magnifaïque jeep cyan aux côtés de Nikolaï et Alixen

× Avant, j'étais : :
Un collégien turbulent

× Messages : :
2612

× Points de vie : :
5

× Copyright : :
©popgun (vava) - ©Popgun & ©Merenwen (gifs) - ©MACFLY (sign)

× Avatar : :
Chandler Riggs

× Et ton p'tit pseudo ? : :
PopGun

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Luke&Nikolaï- Deux ans sans se voir et déjà tu veux te battre ? [SUJET TERMINE] Lun 30 Nov - 21:19

Deux ans sans se voir et déjà tu veux te battre ?
Nikolaï & Luke
Someone is going to tell you to get used to this. That feeling of being scared and sad. They're going to say it'll be better when you learn to ignore it. Don't listen to them. Hold on to it, remember it... Don't let yourself forget it. It's too easy to lose.

Il était donc dans un groupe. Et a priori, il s'agissait de "gens sérieux", du moins dans la mesure du possible. Car de nos jours il n'existait plus vraiment de bonnes personnes à proprement parler. A cette nouvelle, Luke laissa un petit sourire se dessiner au coin de ses lèvres. Baissant légèrement la tête pour venir reposer son avant-bras gauche sur le manche de son couteau rouillé bien attaché à sa ceinture, il replongea ensuite son regard dans celui de Nikolaï. Ce n'était pas si grave que cela, qu'ils ne soient pas les meilleurs survivants du monde, tant qu'ils faisaient de leur mieux et qu'ils ne mettaient pas les gens de leur groupe en danger, c'était le plus important. « Tu voudras rester avec eux ? Ça me dérange pas... Je suis avec des anciens de la zone 51, on a perdu pas mal de monde depuis, mais je sais qu'on peut leur faire confiance, à eux. Certains seront partant pour nous rejoindre. Ça fait longtemps qu'on est dans le coin et les ressources commencent vraiment à manquer. » Il disait surtout cela pour avoir l'avis de Nikolaï. Maintenant qu'ils étaient ensemble, il était évident que l'un d'eux aller devoir quitter son groupe et en aucun cas Luke ne forcerait Nikolaï à abandonner son ancien groupe s'il ne le voulait pas. Luke aimait ces gens qu'il avait rencontré dans la zone, la liste serait bien trop longue pour tous les citer, mais s'il devait choisir entre eux et son frère... Il n'aurait aucune hésitation : son frère passerait à présent avant tout et tout le monde. « Ça m'a fait bizarre... La première fois que j'ai tiré avec une arme, une vraie. Je pensais pas m'y faire, c'était lourd, ça faisait mal au bras, au doigt... Et pourtant... » continua-t-il dans un long soupire « Il me manque tellement mon beretta... Ne serait-ce que pour ressentir ce sentiment de sécurité, à l'avoir dans un holster à porter de main. Au lieu de ça ? Un arc foireux. Ahah » Tendant l'arc en direction de Nikolaï, il fut tout de même ravi que celui-ci se décide à l'essayer. Qui sait, peut-être se découvrirait-il une soudaine passion pour le tir à l'arc ? Luke n'y croyait pas vraiment, surtout vu les conditions dans lesquels il allait tirer pour la première fois... Mais le fait de pouvoir lui faire partager quelque chose, qu'il ne connaissait pas, lui apportait une certaine joie. Comme si après toutes ces années d'absences... Ils arrivaient encore à faire des choses ensembles, naturellement, partager des choses... Il aurait pensé cela impossible et pourtant, il étaient en train de le faire, là tout de suite. Quelques minutes çà peine après leurs retrouvailles, leur complicité était donc à ses yeux totalement inébranlable.

« Alley » se contentât-il de dire un nouveau sourire aux lèvres, après que Nikolaï s'empare de l'arc en question pour montrer un peu ses talents d'archerie à Luke. Si on respectait les consignes de bases, ce n'était pas si dur que ça de tirer correctement surtout si comme il le dit, il savait déjà se débrouiller avec un fusil. Certains points se ressemblaient pas mal, notamment la posture à adopter. « Ouais. Utilise pas forcément la force de tes bras. Ça se passe dans le dos, au niveau des trapézoïdes, tes omoplates à peut près...là. » De son doigt, il venu dessiner une zone qui englobait un petit espace sous la nuque de Nikolaï et entre ses deux omoplates. « Tu places ta main gauche à 45° degrés comme ça... Et tu tiens pas l'arc. Faut que ta main serve de cale, ça t'évitera de trembler inutilement. Dé-serre bien tes doigts pour être sur de pas le tenir. L'arc t’échapperas peut-être une fois que tu tireras, mais c'est pas grave, au contraire.» Tout en lui donnant ses conseils, Luke ajustait petit à petit la tenue de son frère pour la rendre la plus optimale possible. « Écartes un peu plus les pieds et reste droit, faut éviter de se pencher en avant ou en arrière. Ça faussera la direction du tir. Faut essayer de ressembler à un T, en gros... Ouais là. » Les morts... C'était un peu le sujet numéro un entre survivants, le fameux sujet qui revenait sans cesse dans les discussions. C'était triste, Luke aussi avait également connu son lot de malheur, mais c'était ainsi. Luke n'avait pas autant de regret pour eux que la mort d'Aidan ou de sa mère. En fait, il avait été triste pour ces gens, ces "amis de passage", il avait pleuré, puis s'était relevé. Toujours. Car il fallait toujours avancer et ne pas s'attacher à des gens plus que nécessaire. Luke était également conscient que ce genre de chose ne se contrôlait pas forcément et il devait être l'un des premiers à se merder là dessus, mais il fallait essayer... Lutter contre ce besoin constant de s'entourer de gens pour ne pas être seul. « Tu vas réussir à le surmonter. Je me fais pas de soucis. T'es fort Niko... T'es fort... On a tous vécu ça. C'est pour ça qu'il faut se serrer les coudes. Ensemble y a pas de raison qu'on surmonte pas ces épreuves.»

Voir son frère aussi peiné était terriblement douloureux. En fait, Luke ne pensait pas pouvoir autant partager la peine d'une personne... Mais c'était Nikolaï et d'un sens, heureusement qu'il arrivait à le faire, à le comprendre. Sur un point, Luke était d'accord avec lui, ils avaient beaucoup de choses à se dire, à se raconter. Mais le lieu n'était peut-être pas propice à cela. Ce n'était pas sûr et Luke ne voulait pas relâcher totalement sa garde, même s'il fallait bien l'avouer, depuis que Nikolaï avait fait son entrée, Luke était devenu totalement vulnérable. « Encoche la flèche sur la corde et tiens la entre ton index et ton majeur. Après, tu chopes la corde avec tes trois doigts et surtout au niveau de la première phalange. Tu pousses bien ton coude gauche vers l'extérieur sinon tu vas douiller, la corde risquerait de frotter en passant. Et crois-moi... Même si l'arc n'a pas beaucoup de puissance, t'as pas envie qu'elle frotte... Vraiment pas. Ahah. Sauf si t'as envie de ressembler à un vieux dalmatien. Une fois que tu le sens... T'as plus qu'à tendre pour venir placer ta main dans le coin de ta lèvre et hop, c'est gagné... Ah ! Et quand tu lâches, évite d'écarter ta main, fais la légèrement glisser en arrière pour éviter de dévier inutilement le tir. Genre tu te caresses la joues tu vois, pas la peine d'aller trop loin non plus, genre sous l'oreille ça suffit. »

Les bras croisés sur son torse, Luke l'écoutait attentivement. Et même s'il pouvait donner l'impression inverse en le surchargeant de conseils en tout genre, il restait attentif à ce que Niko lui racontait. Il ne savait pas exactement de quels "services" il parlait pour être protégé par cet homme, mais étrangement... Luke se faisait sa propre idée du bordel, ayant lui-même eu affaire à ce genre de personne. Il avait espéré que son petit frère soit épargné, mais il ne l'avait pas été, personne ne l'avait été et surtout pas les plus jeunes, les plus faibles, les plus influençables. Restant un moment silencieux pour bien le laisser terminer, Luke ne tarda pas à passer l'une de ses mains derrière sa propre nuque. Il ne savait pas réellement quoi dire, car même s'il avait posé la question... Il n'avait pas réfléchit à la réponse qu'il allait lui fournir. Pourtant, il fallait dire quelque chose, ne pas le laisser trop longtemps dans l'attente après cette confession douloureuse : « Je vois... J'ai... Connu quelque chose de similaire. Plusieurs fois même. C'est ce que j’appelais être là au mauvais endroit, au mauvais moment. Pour me rassurer peut-être, je sais pas... Mais ça n'arrivera plus. Et si ton mec n'est pas mort et qu'on le recroise... Ce que je ne souhaite pas forcément, on fera ce qui sera nécessaire. On s'occupera de son cas ensemble. » Une nouvelle promesse ? Oui, peut-être. Car à présent, les ennemis de Nikolaï étaient ses ennemis. Par contre, la cousine de cette réplique ne s'appliquait pas du tout : les amis de Nikolaï n'étaient en aucun cas ceux de Luke. Trop parano, trop méfiant... Luke ne se contentait jamais de croire ce que les gens racontaient sur telle ou telle personne. Il en prenait compte bien sûr, mais ne se laissera pas berner ou même influencer par de belles paroles. Même si celles-ci viendraient de son frère. Les gens devaient acquérir sa confiance comme Luke devait acquérir celle des autres avant qu'une certaine "amitié" s'installe. C'était comme ça.

« Reste pas trop longtemps en position. Plus tu restes, plus tu te fatigues et plus tu vas trembler. Y a des arcs qui sont fait pour le tir de précision et avec lesquels tu peux rester plus longtemps, comme les arcs à poulies. Prendre le temps qu'il faut pour bien viser tout ça, tout ça... Avec ça, c'est plus quelque chose d'instinctifs. » A force de le bombarder de conseils, Luke allait finir par l'ennuyer ou l'endormir c'était évident, aussi préféra-t-il l'observer, silencieusement. Scrutant avec minutie et discrétion si Nikolaï prenait en compte ses remarques ou non. La flèche fila rapidement, Luke ne savait pas exactement où son frère visait, mais sans doute pas là où la flèche avait terminé sa course effrénée. En soit, ce n'était pas tant le résultat qui comptait, mais plus la pose qu'il avait réussi à adopter. « C'est pas mal du tout ça, petit frère. » Un sourire doux quoi que légèrement moqueur et il se dirigea sans plus attendre vers la flèche au sol. « J'avoue... Que c'est pas forcément super drôle au début, mais une fois que t'as chopé le truc de la pose et qu'il te reste plus qu'à prendre des repères pour viser toujours au même endroit, c'est vraiment jouissif. Une fois que tu gères ces deux choses, suffit juste de refaire le même mouvement, encore et encore. Et je peux te dire que toucher sa cible avec un arc, c'est beaucoup plus réjouissant qu'avec une arme à feu. Peut-être déjà parce que ça te défonce pas à moitié des tympans... Puis la discrétion, c'est un atout de taille. Mais bon... Comme on me l'a répété des dizaines et des dizaines de fois, un arc pourra pas me sauver la vie à chaque fois bla bla bla. Et j'ai envie de leur dire, un fusil non plus ! » Comment ça Luke râlait comme une petite vieille mécontente de ne pas avoir pu faire sa partie de scrabble du dimanche avec la voisine ? Ce n'était pas de sa faute si on avait ébranlée sa petite fierté personnelle et que depuis ce jour, il gardait une certaine rancœur envers Noah. Le principal concerné. « Bon... On... Fait quoi... Maintenant ? »



© Gasmask

_________________

You're oxygen and i'm dying to breathe
Sometimes, you have to drop the old to catch the new

ChipsMan:
 
Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar



× A propos du vaccin : :
Non , peut-être un jour.

× Âge du perso : :
16 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Yosemite, avec Luke et Alixen.

× Avant, j'étais : :
Collégien

× Messages : :
808

× Points de vie : :
13

× Copyright : :
Lux aeterna

× Avatar : :
Colin Ford

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Mekhaï

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Luke&Nikolaï- Deux ans sans se voir et déjà tu veux te battre ? [SUJET TERMINE] Ven 25 Déc - 18:43

Je lui parlais de mon groupe actuel, mon petit groupe que j’évitais un peu de plus en plus chaque jour ne me sentant plus du tout à ma place depuis l’assaut que nous avions subi de nombreuse semaine plus tôt réduisant nos troupes à trois. Ils ne souhaitaient plus rester dans cette région, il pensait qu’ailleurs ils auraient plus de chance mais moi je ne voulais pas abandonner. Je n’y croyais plus et pourtant j’espérais encore tomber sur mon père, je me disais qu’il ne pouvait être ici au Nevada. Je ne savais pas encore que c’est mon grand frère que j’allais retrouvé ici. Je fus surpris lorsque Luke me demanda si je souhaitais rester avec eux… Lui était des gens de la zone 51, cette fameuse zone que je n’avais jamais atteint mais que j’aurais aimé connaitre. Luke n’avait pas tort sur un point, les ressources dans le coin commençait à manquer, la preuve étant que tous les survivants se jetait sur les dernières maisons pas encore piller causant encore plus de conflit. « Honnêtement non… Ce n’est pas mon premier groupe, je ne suis jamais resté bien longtemps avec les mêmes personnes et ça faisait un moment que je songeais à partir seul… C’est aussi pour ça que je me faisais mes propres stocks. Ca me dérange pas pour tes camarades de la zone par contre… » Je n’étais pas sauvage et les amis de Luke… Non ils n’étaient pas mes amis non plus, mais j’acceptais de m’en faire un avis avant de refuser. Je restais cependant évasif pour mon propre groupe, je ne voulais pas réellement devoir expliquer à Luke que la personne du groupe avec qui je m’étais le plus rapproché avait fini par mourir sous les dents de rôdeur qui lui ont bien rapidement extirpé les tripes du ventre. On se passera bien de ce genre de détail même s’il n’y avait rien d’étonnant là-dedans. De plus, je ne voulais pas forcer Luke à quitter son groupe et ces gens avec qui il a vécu toute sorte de chose. Moi je ne m’attachais pas vraiment au groupe, j’avais plus l’habitude de les quitter du jour au lendemain ne laissant qu’un petit mot et les provisions ne m’appartenant pas en guise d’excuse. J’étais comme ça, mais je savais que pour Luke ça serait différent. Il allait devenir mon point d’accroche à long terme, c’est pour ça que je n’hésiterais pas une seule seconde à le suivre peu-importe où il ira. Je lui parlais ensuite de mon arme, ou plutôt de mes compétences de tir. Je ne voulais pas me vanter, mais j’avais une assez bonne précision et je me débrouillais pas mal. Je l’écoutais me parler de sa sensation la première fois qu’il a tiré avec une arme. « C’est vrai, ça m’a même fait mal au bras. J’ai détesté ça. Maintenant je ne pourrais plus bouger sans le savoir prêt de moi » Je souriais de manière gêné lorsqu’il me disait que son beretta lui manquer, ce sentiment de sécurité qu’il lui procurait pour ne se retrouver qu’avec un arc foireux. Sans hésité, j’attrapais mon beretta avant de le retourner pour lui tendre sans hésiter. « Tiens… Si tu veux mon arme prend là, je m’en sers rarement alors je peux te la filer ? » Ça venait de bon cœur et ça c’était une preuve d’amour car en général, celui qui posait la main sur mon beretta finissait assez mal. Finalement nous en venions à parler de son arc ou plutôt il me proposait d’essayer le sien que j’avais donc attraper. Je sentais que ça lui faisait plaisir et au fond même pour moi c’était toujours bon de savoir utiliser un arc.  Autant dire que même si j’avais accepté sans aucun conseil mon premier tir allait être une véritable catastrophe. J’écoutais chaque mot qu’il me disait attentivement de façon à adopter les bons gestes. Je sentais son doigt me montrer où j’allais devoir concentrer la force. Dans les omoplates ? Je ne sais même pas faire ça. Mais je m’exécutais, plaçant ma main à 45° degrés, relâchant l’arc pour que ma main serve de calle et je desserrais mes doigts. Ça faisait quand même beaucoup à retenir. Je laissais tout de même Luke corrigé ma posture comme s’il était mon professeur. Finalement après sa multitude de conseil je semblais avoir adopter une position convenable pour mon professeur improvisé. « C’est bon ? » Tout en me plaçant j’avais commencé un peu à parler avec Luke, enfin lui m’avait parlé me faisant comprendre que si j’avais des choses à lui dire sur mon histoire je pouvais. Je lui avais surtout parlé des morts, c’était la chose la plus dur à surmonter mais surtout qui ne nous quittais jamais. Voir des gens mourir, c’est devenu aussi habituel que de se nourrir ou encore de tomber malade. Luke aussi devait l’avoir connu. Pour ma part je tentais de rester insensible à tout ce qui touchait au décès. J’avais la sensation de moins souffrir même si c’était faux, ça me bouffait juste de l’intérieur mais ça, j’étais le seul à le savoir. De toute façon, à chaque nouvelle mort j’ai toujours été capable de me relever. En revanche, Luke lui allait devoir rester en vie car je ne supporterais pas son décès à lui, il le devait resté parmi les vivants sinon je ne lui pardonnerais pas…. De me laisser. « Mais oui » concluais-je lorsqu’il disait que je finirais par le surmonter car j’étais fort. Je faisais tout pour en tout cas. « Ensemble tout sera plus simple » Je lui souriais, simplement et sincèrement. Après seulement quelques minutes je ne m’imaginais même plus le quitter ne serait -ce que cinq minutes.  Je lui demandais cependant des conseils quant à la manière de tenir la flèche. Le tir à l’arc était bien plus compliqué que ce que je m’étais toujours imaginé. Je ne sais même pas comment les archers font pour penser à tous ces détails au moment de tiré une flèche ? Au moins un couteau ou une arme à feu, c’était quand même plus simple. J’avais noté soigneusement chacun de ses détails et ma posture semblait vraiment plus ressembler à quelque chose contrairement à avant. Je lui parlais en même temps de mon histoire, de cette homme qui avait un jour croiser ma route pour totalement gâcher ma vie sans doute autant que les rôdeurs l’ont fait. Je restais vague mais je pense que Luke comprenait. Si c’était le cas j’espérais que rien de tel ne lui soit arrivé et s’il ne comprenait pas réellement tant mieux pour lui. C’était encore douloureux et il devait bien le remarquer puisqu’il n’insista pas tant que ça. Je restais concentré sur mon arc ne regardant même plus mon frère. « Oui… » Me contentais-je de répondre. Bizarrement, je comprenais pourquoi Luke s’était senti aussi mal en ressassant son propre passé car moi-aussi, cela m’était encore douloureux. « On est ensemble maintenant, le passé n’a plus d’importance, c’est seulement notre avenir qui compte » Je hochais de la tête quand il me reprenait par la suite, en me disant de ne pas trop rester en position pour ne pas me fatiguer et ne pas trembler. C’est vrai que je ressentais déjà une certaine pression dans mes bras. Et je tirais finalement ma flèche mais celle-ci n’atterrissait pas là où je l’aurais souhaité. Mais je n’étais pas étonné, c’est en pratiquant qu’on apprend et l’arc ne faisait pas exception. Je levais les yeux au ciel lorsqu’il me dit que ce n’était pas mal. « Si tu le dis ‘grand frère’ » C’était presque comique pour moi de l’appeler comme ça, on aurait toujours dit que nous avions le même âge voir que j’étais le plus âgé. Mais au fond ça me faisait plaisir. Je riais en entendant le petit discours de Luke sur les plaisirs de l’arc et la survie avec ce genre d’arme. « Aucune arme n’est une valeur sûre, mais le prend pas mal, j’préfère mon arme à feu. » Peut-être parce que je n’avais jamais été minutieux ou que je n’aimais pas changer mes habitudes ? Aucune idée. « Toujours en train de râler toi à ce que je vois » J’avais toujours le sourire aux lèvres. C’était quoi cette sensation que je ressentais, elle ressemblait au bonheur. Quelque chose que je semblais avoir oublié depuis longtemps. « Faudra que j’aille prendre le reste de mes affaires… » J’avais l’impression de prévoir un déménagement en réalité alors que simplement, je prenais une nouvelle direction sur ce chemin sinueux qu’était mon destin.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Luke&Nikolaï- Deux ans sans se voir et déjà tu veux te battre ? [SUJET TERMINE]

Revenir en haut Aller en bas

Luke&Nikolaï- Deux ans sans se voir et déjà tu veux te battre ? [SUJET TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS :: RPS TERMINÉS-