[FLASHBACK] NO MERCY | Thomas.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
Le 10/11/2016 : le forum a quatre ans & sa saison 5 est mise en place. Le 27/08/2017 : 24ème version du forum installée. Les awards & autres nouveautés sont à consulter ici.
Oh la la qu'est-ce que vouuuuus aiiiiiime !! coeurrose lele Et si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ?

Partagez| .

[FLASHBACK] NO MERCY | Thomas.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.

× A propos du vaccin : :
il commence toujours à en entendre parler, et ce n'est vraiment pas dans ses projets.

× Âge du perso : :
45 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
Vient de quitter les sauveurs, seul.

× Avant, j'étais : :
Mercenaire à la retraite (la plupart du temps).

× Messages : :
900

× Points de vie : :
62

× Copyright : :
© schizo (avatar), © schizo' (code signature).

× Avatar : :
Brad Pitt.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: [FLASHBACK] NO MERCY | Thomas. Jeu 8 Oct - 0:01

 
Thomas & Iwan
 
ONE BY ONE. HOLLOW HEROES SEPARATE. AS THEY RUN. YOU'RE SO COLD. KEEP YOUR HAND IN MINE. WISE MEN WONDER WHILE STRONG MEN DIE.

Y a pas à dire : y a rien de mieux qu'être un peu seul. Pour réfléchir, se recentrer et se détendre. Peu importe à quel point Tyler et lui se rassemblent, il arrive toujours un moment où l'ancien mercenaire a envie d'avoir un peu de solitude. Un petit moment rien qu'à lui. D'ailleurs, il est prêt à mettre sa main à couper qu'il en va de même du côté de la jeune femme. Franchement, ça paraît logique, non ? Ils s'entendent bien tous les deux. Voire même très - trop ? - bien. Mais voilà ... cela ne peut pas leur faire grand mal que de se séparer un peu. Iwan ne se fait pas de soucis pour Tyler, c'est une grande fille et elle serait capable de venir à bout d'une horde de rôdeurs à elle toute seule. Surtout qu'ils ont réussit à choper et à faire griller un lapin, en début d'après-midi. Met délicat qu'ils n'ont pas savouré à sa très juste valeur mais ils crevaient la dalle, les deux bougres. Depuis combien de temps n'ont-ils pas eu droit à un vrai repas ? A un peu de répit ? Inutile de s'attarder sur le 'depuis combien de temps n'ont-ils pas pu prendre de douche ?' Ce serait ridicule, dégueulasse et un peu trop douloureux pour Iwan. Il préfère penser au lapin, au goût qu'il lui semble avoir encore sur le bout de la langue. C'était très ... fade au final. Peut-être pas assez cuit aussi. Mais ni Tyler ni lui n'avaient la patience d'attendre plus longtemps que ça cuise. Iwan est habitué à vivre dans des conditions désastreuses, à manger ce qui lui tombe sous la main - et il l'était d'ailleurs encore plus y a quelques années, quand il bossait encore - mais ça ne fait pas pour autant de lui un sur-homme. Comme tout le monde, il a faim. Et il crève la dalle quand ce besoin primitif n'est pas rapidement satisfait. Quoi que la faim est devenu une thématique très subjective. Avoir faim, il ne sait presque plus ce que c'est. En tout cas, le fait d'être seul le satisfait vraiment. Il peut vagabonder à sa guise, s'arrêter dans une maison quelconque pour s'arranger dans un lit - même sale ça lui va - sans pour autant y faire une sieste. Il peut aussi siffloter sans que Tyler lui gueule dessus parce que ça l'emmerde.

En bref, il peut faire ce qu'il veut. Absolument tout. Enfin ... presque. Les rôdeurs sont toujours un problème et les survivants encore plus. Il reste sur ses gardes, garde l'oreille tendue et un œil attentif sur les environs. Il veille aussi à ne pas être plus bruyant que nécessaire. Si quelqu'un débarque pas loin, il l'entendra ou le verra. A l'inverse, il sait être discret voire même très discret. Ses pas sont légers malgré sa carrure, il veille à ne pas marcher là où il pourrait faire un bruit infernal avec ses rangers noirs plus en très bon état. Son pantalon aux motifs militaire tient le choc, bien qu'il le porte depuis trop longtemps pour oser s'en souvenir. Sans parler de son tee-shirt blanc qui a plus viré au gris, à présent. Il fait chaud et Iwan n'a pas pris sa veste avec lui, il l'a laissé au refuge qu'ils ont trouvé, avec Tyler. Ils n'y resteront pas, les deux n'aimant pas être statiques. Ils finiront par en bouger mais, pour l'instant, c'est leur point de rendez-vous. Ils avaient besoin de ça avec cette journée qui ... OK. Bruits de pas à moitié étouffés. Iwan tend d'autant plus l'oreille, essaye de déterminer d'où ils proviennent. Et de qui. Vivant ou mort-vivant ? Vivant, c'est certain. Aucun grognement ne vient avec et Iwan distingue nettement les deux, notamment parce que ceux-là sont précipités et non pas lents ni traînants. Ce n'est pas un rôdeur. Iwan lève son arme, tend son flingue devant lui à hauteur de son visage. Un pas sur le côté et il se retrouve face au dit survivant qui allait, d'un instant à l'autre, tourner. Iwan l'en interrompt, l'arme destiné à étouffer dans l'oeuf toute envie de rébellion. Mais ce type, il le connaît. « Tiens, j'te connais toi. » Il a l'air neutre alors que, à l'intérieur, ça bout. Thomas = Joseph. Joseph. Abasourdi, estomaqué, Iwan baisse son arme. Non, il n'est pas devenu trop faible pour tuer un type, un gamin en l'occurrence. Il est juste face à un fantôme. Un fantôme qui en appelle un second, beaucoup plus douloureux. Joseph.

 
code par SWAN - gifs tumblr

_________________
In the mean time, I'm dreamin' of tearin' you apart.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] NO MERCY | Thomas. Ven 9 Oct - 0:30


NO MERCY
Iwan & Thomas

Thomas dormait dans l'une des chambres de cette maison qu'il avait trouvé avec Peter. Qui était Peter ? Un jeune homme de 28 ans qu'il avait rencontré il y a plusieurs semaines de cela, à vrai dire, c'était le premier qu'il rencontrait depuis plusieurs mois et qui n'avait pas tenté de le tuer et Thomas commençait à croire que les types dans son genre n'existaient plus. Le monde n'était pas le seul à avoir changé, les survivants aussi. Ils étaient tous devenus beaucoup plus méfiants les uns que les autres, certains étaient prêts à tout pour survivre, ils s'amusaient de votre naïveté, de vos faiblesses, ils usaient même parfois de la corde de la sensibilité en vous faisant croire qu'il vous considère comme un des membres de leur défunte famille, tout ça pour quoi ? Pour mieux vous amadouer et obtenir ce qu'ils veulent. Vous vous réveillez un beau matin sans arme, sans le stock de nourriture que vous aviez car cette personne en qui vous aviez défavorablement accordé votre confiance a disparu avec tout ce qu'il vous restait. Cette même personne qui n'hésitera pas à vous tuer afin de pouvoir sauver sa peau. Thomas avait bien eût du mal à accepter cela, devoir autant se méfier des survivants que des foutus rôdeurs alors qu'ils étaient bel et bien tous dans la même galère, lui qui accordait sa confiance plutôt facilement avant ce chaos, il s'était fait avoir de nombreuses fois et cela lui avait servi de leçon. Les seules personnes à qui Thomas accordait sa confiance étaient mortes à l'heure qu'il est.

« THOMAAAS ! » le cri de Peter le réveilla brutalement, le bruit de certains objets se brisant sur le sol, le peu de cadres encore accroché au mur qui allèrent rejoindre ces objets brisés. Thomas ne perdit pas une seule seconde et se leva aussitôt du lit, il attrapa son arme qu'il rangea dans son étui ainsi qu'un de ses couteau qu'il garda en main avant de descendre rapidement les escaliers. Peter luttait contre une de ces saloperies qui avait réussi à rentrer dans la maison. « LA PORTE, PUTAIN ! » Le regard de Thomas se posa aussitôt sur cette porte qui était grande ouverte et où il aperçut une dizaine de rôdeurs prêts à rentrer, ni une ni deux, le jeune garçon courût vers celle-ci et la claqua au nez de ces zombies. Il resta derrière la porte afin de leur bloquer le passage tout en regardant autour de lui dans l'espoir d'apercevoir quelque chose qui pourrait l'aider à la bloquer, il sentit ces rôdeurs déterminés à rentrer en essayant de forcer sur cette porte mais Thomas rassemblait toute ses forces pour la laisser fermé. Après un long cri de douleur, Peter vint finalement à bout du seul et unique rôdeur qui avait réussi à entré, celui-ci s'écroula au sol tandis que le regard de Thomas vint se poser sur l'homme qui lui faisait face, ou plutôt, vers sa main qui était posé sur son bras. Peter fixa longuement, un regard vide qui voulait tout dire : il avait été mordu. Ils savaient tous les deux ce que cela signifiait et qu'il n'avait aucune manière de s'en sortir une fois mordu par ces ordures. Thomas resta un moment à le fixer aussi, secouant légèrement la tête de gauche à droite sans cesser de bloquer cette porte, les grognements des rôdeurs derrière la porte devenaient de plus en plus intenses et Thomas avait de moins en moins de force. « Pars. Je vais les retenir. » dit Peter d'une voix tremblante comme s'il réalisait peu à peu qu'il avait atteint à point de non retour. Le jeune Cohen resta de longues secondes sans bouger, il savait que c'était la dernière fois qu'il le voyait et il n'avait pas le choix, il devait partir. « Je suis désolé, Peter. » Bien que ce n'était pas de sa faute, Peter restait l'une des rares personnes qu'il avait rencontré et avec qu'il était resté de longues semaines. Thomas prit une grande inspiration et se mit à courir en direction des escaliers tandis que la porte s'ouvrit brutalement, laissant ainsi entrer ces rôdeurs qui ne tarda pas à s'attaquer à Peter, ce dernier tenta de se débattre bien qu'il savait qu'il ne pouvait plus s'en sortir désormais. Une fois à l'étage, Thomas ferma la porte derrière lui, il se dépêcha de saisir son sac qu'il enfila sur ses épaules et passa par la fenêtre de la chambre, il marcha délicatement sur le toit avant de se laisser tomber sur le toit du garage qui était légèrement plus bas, réduisant l'espace entre le sol et lui ainsi que la brutalité de la chute, il se dirigea au bout du toit et se laissa tomber dans le jardin derrière la maison. Ses jambes ne résistent pas au choc et Thomas finit complètement allongé au sol, il eût le temps de se rattraper à l'aide de ses mains afin de limiter les dégâts, il se redressa subitement et jeta un coup d’œil derrière lui, plus précieusement vers la fenêtre où il aperçut ces rôdeurs savouraient leur festin. Ce que ressentait Thomas ? Est-ce qu'il était triste ? Bien évidemment, mais malheureusement, ce genre de scène était devenue une horrible habitude pour lui et pour les survivants, ce genre d'incident faisait désormais partie de leur cruel quotidien. Mais Thomas s'était fait à cette idée, à l'idée de voir des personnes mourir, des personnes détestables comme des personnes adorables. Il avait appris à ne pas laisser ses émotions l'envahir s'il voulait survivre et aussi à ne plus s'attacher aussi facilement qu'il pouvait le faire auparavant. Oui cette misérable vie l'avait endurci.

Il devait se dépêcher et déguerpir d'ici au plus vite sans quoi, Peter se se serait « sacrifié » pour rien, oui il s'était sacrifié. Il aurait très bien pu en finir sur le champ mais non, il avait préféré faire diversion afin que Thomas ait le temps de s'enfuir et de rester en vie. Thomas resta quelques courtes secondes à regarder ces rôdeurs qui avaient obtenus exactement ce qu'ils voulaient, un regard rempli de rage et de haine, il serra les dents et se remit sur pieds avant de courir et de traverser plusieurs jardins des maisons voisines. Après plusieurs minutes, Thomas sortit de l'un de ces jardins et regarda derrière lui, fixant la maison dans laquelle il avait passé plusieurs jours. Ils avaient décidé de partir d'ici quelques jours mais, comme d'habitude, les choses avaient mal tournés. Le jeune homme regarda dans la direction opposé et commença à marcher rapidement, la destination ? Il en avait aucune foutu idée. Une maison où il pourrait resté une journée ou deux, un endroit bien isolé où il ne risquerait rien... Cela faisait des semaines que Thomas n'avait pas été seul et il fallait qu'il reprenne cet monstrueuse habitude.

Après quelques minutes de marche, un homme -presque sortit de nul part- surgit devant lui. Le coeur de Thomas s'emballa et un énorme sentiment de panique l'envahit rapidement, par réflexe, il se recula de quelques pas avant de se rendre compte que cette personne tenait une arme pointé droit sur lui ce qui lui fit faire lever légèrement les mains au ciel, comme pour prouver par ce geste qui n'était pas dangereux bien qu'il savait pertinemment que certains survivants tireraient malgré tout. Son regard quitta cet arme afin de pouvoir identifier la personne en question, un sentiment bizarre envahit alors Thomas. Cette sensation plus qu'étrange d'enfin revoir un visage qui lui était familier car oui cet homme il le connaissait, et un nom lui vint subitement en tête : Joseph. Cet homme était Iwan Graber, le père de ce petit garçon dont Thomas s'était occupé avant que tout cela dégénère. « Tiens, j'te connais toi. » Il lui ôta les mots de la bouche, Thomas baissa les bras lorsque ce dernier baissa finalement son arme. « Oui, on se connaît. » confirma t-il en respirant un bon coup, il avait eût de la chance d'être retombé sur un survivant -du moins, un survivant qui ne tirait pas sur tout ce qu'il bougeait- et non sur un rôdeur qui aurait très bien pu le tuer avant même qu'il ait le temps de sortir ne serait-ce qu'une arme pour se défendre. « Et vous m'avez fait peur. » ajouta t-il tout en tentant de se remettre de ses émotions, comme s'il se parlait à lui même bien qu'il parlait bel et bien à Iwan. Il déposa l'une de ses mains sur son cœur qui avait adopté un rythme plus rapide toujours en fixant l'homme qui lui faisait face.



Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.

× A propos du vaccin : :
il commence toujours à en entendre parler, et ce n'est vraiment pas dans ses projets.

× Âge du perso : :
45 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
Vient de quitter les sauveurs, seul.

× Avant, j'étais : :
Mercenaire à la retraite (la plupart du temps).

× Messages : :
900

× Points de vie : :
62

× Copyright : :
© schizo (avatar), © schizo' (code signature).

× Avatar : :
Brad Pitt.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] NO MERCY | Thomas. Mer 14 Oct - 17:06

 
Thomas & Iwan
 
ONE BY ONE. HOLLOW HEROES SEPARATE. AS THEY RUN. YOU'RE SO COLD. KEEP YOUR HAND IN MINE. WISE MEN WONDER WHILE STRONG MEN DIE.

Des survivants, Iwan en a croisé un paquet depuis le début de l'épidémie. Des hommes, des femmes. Des adultes, des adolescents, des enfants. Des petits, des grands, des gros, des maigres - surtout des maigres, d'ailleurs -. Mais les fantômes se font plus rares. Et par 'fantômes' il entend bien sûr ces personnes qui ont fait partie de ce quotidien, jadis. Qu'il a connus alors que le monde tournait encore à peu près rond. Les fantômes se font rares parce qu'ils sont, pour la plupart, morts. D'ailleurs, Iwan ne se fait pas trop d'illusion et ne part pas du principe qu'il finira par en rencontrer. Des amis, il en avait quelques uns. Mais pas à propos desquels il se souciait réellement. Ce qui importe, à présent, c'est de survivre. Avec Tyler, de préférence. Et ce qui importe, aussi, c'est d'éventrer, d'éviscérer, les putains de survivants qui partent en couilles beaucoup trop souvent. Iwan ne peut pas laisser vivre des crétins qui profitent de la situation pour satisfaire leurs plus bas instincts. En tant que mercenaire, des vies, il en a pris. Alors, tuer un survivant ça ne l'effraie pas. Bien au contraire, il y prend de plus en plus de plaisir ... Mais il ne tue pas au hasard, il fait toujours en sorte de vérifier s'ils sont réellement en position de force par rapport à d'autres. Qu'ils pillent, violent, tuent, torturent, Iwan les met tous au même niveau. Les degrés de ce qu'il leur fait varie. Il aura plus de mal à se contenir face à un violeur que face à un voleur, la différence est énorme et il serait stupide de prétendre le contraire. Il ne se prend pas pour un justicier ou un 'super-héros', il est loin, très loin, de pouvoir entrer dans une catégorie ou l'autre. Cela dit, il ne peut concevoir l'idée de laisser des personnes faibles au prise avec des connards qui se croient tout permis. Il ne pourrait vivre avec l'idée de savoir tout cela, et de ne rien faire pour les contrer. Alors il cherche, il fouine et quand cela devient nécessaire, il tue. Aucun cas de conscience ne se pose à lui, au contraire il trouve cela on ne peut plus juste, comme méthode.

Il s'est tout de même donné quelques principes : ni les femmes, ni les enfants ne peuvent devenir sa cible personnelle. Il est déjà arrivé qu'il croise des femmes volant des affaires à des survivants plus ou moins normaux. Il ne lui a rien fait, à part une petite frayeur de rien du tout. Mais il ne pourrait quand même pas en frapper une ou, pire, en tuer une. Idem pour les enfants. Cela irait à l'encontre total de ses principes et Iwan n'est pas encore assez cinglé pour en arriver là. Bien que perdu dans ses pensées, l'ancien mercenaire repère sans mal les bruits de pas qui se font entendre. Y a un type, là. Et il ne lui faut pas longtemps pour réaliser que ce n'est en rien un rôdeur. Il ne laisse rien au hasard et décide de le menacer avant d'être menacé. Cela ne veut pas pour autant dire qu'il va appuyer sur la gâchette et heureusement ; il n'est pas aussi impulsif et crétin que cela. De toute évidence, il a visiblement bien fait de ne pas agir de manière aussi soudaine qu'irréfléchie. Il se retrouve face à un type. Jeune. Visiblement effrayé. Et au visage qui ne lui est pas inconnu. Pas du tout. L'association se fait très rapide, dans la tête d'Iwan. Et quelques secondes suffisent pour qu'il baisse son arme, après avoir mis le doigt sur cette familiarité. Ce mec, il le connaît en effet. Thomas, parce que c'est son prénom, l'a reconnu lui aussi et il le fait savoir. Juste avant de préciser qu'il lui a fait peur. Ah ? « Vraiment ? » La voix qui parvient jusqu'aux oreilles d'Iwan est pathétique. Il a l'air... absent. Ailleurs. Perdu. Logique, c'est l'ancien baby-sitter de son fils qu'il a en face de lui. Son fils qui repose désormais six pieds sous terre, ou peut-être un peu moins puisqu'il a creusé la tombe lui-même. Iwan range aussitôt son arme à sa place, mais garde son couteau avec lui.

Ce n'est pas parce qu'il connaît ce type qu'il lui fait instantanément confiance. Il ne lui fera pas de mal mais il ne veut rien laisser au hasard, et ne pas lui laisser l'occasion de le prendre par surprise. Sait-on jamais. Et puis, on sait jamais hein : il pourrait très bien ne pas être seul, ou être poursuivi par des rôdeurs. Bref, les possibilités sont trouvables à l'infini et Iwan ne peut pas se permettre de prendre un quelconque risque. Il n'a pas survécu jusqu'ici pour qu'un tel truc arrive. Ce serait ridicule, et infiniment risible. « C'était le but, en même temps. » Le but n'était pas nécessairement de lui faire peur à lui mais bien à la personne, qui qu'elle soit, qui allait arriver à sa hauteur d'un instant à l'autre. Le hasard a voulu mettre Thomas sur sa route, et Iwan lui cracherait bien à la gueule si un représentant du Hasard se présentait à lui. Franchement, c'est se foutre de sa gueule ! C'est quoi le but ? Chercher à le repentir ? Essayer de lui faire réaliser des erreurs qu'il a pu commettre dans sa vie ? Lui, en tout cas, ne compte pas faire quoi que ce soit de ce genre. Et s'il peut partir au plus vite loin, trèèès loin de Thomas, il le fera. Cela ne lui ressemble pas mais rien, dans ces retrouvailles, n'est normal ou habituel. « T'es tout seul ? » Iwan jette un regard par-dessus l'épaule de Thomas, essayant d'étouffer la douleur qui s'est emparé de son être depuis qu'il n'a plus qu'un seul prénom en tête : Joseph. Ce n'est pas le moment de jouer les faiblards. Il doit se montrer fort et... Fuir au plus vite. Peut-être pas la réaction la plus mature et la plus virile qui soit mais Thomas n'est pas obligé de le savoir. Et Thomas ne doit surtout pas lui poser de questions sur son fils. Iwan risquerait de péter un câble pour de bon.

Et il ne veut pas faire de mal à ce type. Il a toujours été sympathique avec lui et Joseph l'appréciait réellement. Il ne mérite pas de se faire buter dans d'atroces souffrances. Et, d'ailleurs, il ne mérite pas tout ce qui a pu lui arriver avant d'en arriver là, à cet instant précis. Iwan ne saurait dire exactement ce qui a pu lui arriver, mais il peut faire des hypothèses. Et, d'ailleurs, en le détaillant du regard, il remarque vite à quel point il est maigre. Et sale. Et couvert de sang par-ci par-là. C'est le lot quotidien des survivants, qui vivent dans les rues, dans les maisons et immeubles désaffectés, et qui n'ont plus accès à l'eau chaude comme autrefois. Dire que c'était facile et que c'est maintenant devenu une aubaine rare et précieuse... Heureusement, Iwan y est habitué : combien de fois a-t-il été en mission suicide ? Mission qui ne comprenait pas, dans le lot, douches et repas quotidiens. Enfin, là n'est pas la question. « Et ben, j'sais pas d'où tu sors mais ça n'avait pas l'air fameux. » Iwan fronce les sourcils, achève de repousser au plus profond de son esprit toutes les pensées - et elles sont nombreuses - qui concernent son fils. Ne pas penser à Joseph, ne surtout pas penser à lui. Et pitié, faites que Thomas ne l'interroge pas sur son absence. Avec un peu de chance, il devinera tout seul et aura la décence de ne pas toucher un mot à ce propos. Il ne manquerait plus que ça, tiens ... Iwan se rappelle que Thomas était sympathique, il est impossible qu'il soit devenu un crétin de base, n'est-ce pas ? L'apocalypse a des effets incroyables sur le monde et sur les gens, mais pas à ce point. Thomas n'était qu'un étudiant, à l'époque. Un étudiant innocent et dévoué à ses études et à son travail. A moins que ce ne soit qu'une idée qu'il s'était fait de lui, à l'époque. Allez savoir.

 
code par SWAN - gifs tumblr

_________________
In the mean time, I'm dreamin' of tearin' you apart.
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


- " . ' - " . ' -" . ' - " . ' -
you can beat me black and blue
every wound will shape me
every scar will build m y t h r o n e
- " . ' - " . ' -" . ' - " . ' -

× A propos du vaccin : :
Jamais entendu parler de ce vaccin.

× Âge du perso : :
Vingt-six ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie avec ce con de Dwight.

× Avant, j'étais : :
Entraîneuse de boxe, parfois moi-même sur le ring.

× Messages : :
1306

× Points de vie : :
65

× Copyright : :
MYERS. (signature), Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Emilia Clarke.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] NO MERCY | Thomas. Mar 10 Nov - 18:07

Rp archivé suite au départ de Thomas. coeurrose

_________________

_- -_
I HATE YOU SO MUCH & I THINK
MY HEART DIDN'T GET THE MEMO
WE ARE LIKE SUN AND RAIN
I wanna fight but I can't contend
Every time I run, I keep on falling
I keep on  f a l l i n g  on  y o u



Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] NO MERCY | Thomas.

Revenir en haut Aller en bas

[FLASHBACK] NO MERCY | Thomas.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS-