Trop nombreux - Flashback.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome. Quelques bugs/décalages à attendre sous Firefox.
Le 10 novembre 2016, le forum a fêté ses quatre ans !! A cette occasion, sa saison 5 a été mise en place. bril Et le 12/06/2017, sa version vingt-trois réalisée par Morphine est installée. Toutes les nouveautés sont à découvrir ici. coeurrose
Oh la la qu'est-ce que vouuuuus aiiiiiime !! coeurrose lele Et si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ?

Partagez| .

Trop nombreux - Flashback.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Trop nombreux - Flashback. Ven 14 Déc - 20:02


« NOOOOOOOON.» Un bruit sourd résonnait dans ma tête, je revoyais toute la scène à chaque instant de solitude. Les restes de John étendus sur le sol. Ces personnes qui devraient être mortes, foncer sur moi. Mes larmes qui coulaient et mon visage qui refusait de bouger. Ce fut sans doute la pire scène qui m'était donnée de voir. Ce jour-là j'ai perdu une partie de moi-même. Je voyais ma vie avec cet homme, je voyais un avenir et peut-être même des enfants. Quel sera mon futur maintenant ? Pourquoi me l'avoir enlevé ? Où se trouve-t-il maintenant ? Des milliers de questions sans réponse se baladent dans ma tête à peine les yeux ouverts. Si seulement elle se contentait d’être présentes que dans la journée, non, elles hantent mes nuits sous forme d’images. Je ne veux pas mourir avant d’avoir retrouvé ma sœur, c’est la seule chose qui me pousse à avancer.

J’avais quitté le camp depuis un bon moment déjà et l’heure de rentrer était proche. Sara Pourquoi étais-je partie faire un tour ? Pour retrouver un peu de confort dans cette vie sauvage bien-sûr. Je n’ai jamais été habituée au luxe, mais delà me retrouver à l’état animal. Chercher de maison en maison de quoi me faire un brin de toilette, ou encore trouver de quoi manger. Non mais vous y croyez-vous ? Je regrette le temps où il suffisait d’aller dans une zone commerciale. Je ne me plains plus pour une limite de consommation ou pour un shampoing qui ne me correspondrait pas, je prends ce qu’il y a où il y a. C’est le retour au Moyen-âge, c’est moi qui vous le dis. Je n’apprécie pas cette vie, je l’échangerai bien contre une autre, mais aujourd’hui on est tous à mettre dans le même sac.
Couteau à la main, j’arpentais les ruelles. Sans nervosité, je visitais tous lieux qui pourraient m’apporter de la nourriture ou quoi que ce soit d’autres. J’avais déjà trouvé un tube de dentifrice et une brosse à cheveux à la pharmacie du coin. La dernière fut plantée dans la tête d’un zombie, autant dire qu’elle était inutilisable après ça. Finalement, il y avait une épicerie dans ce coin paumé ! Entrant dans ce qui semblait être un endroit dévasté, je pus constater qu’il ne restait plus rien à manger. Et merde ... Heureusement pour moi, ma gourmandise s'est envolée au moment même où j'ai vu mes premiers cadavres.

Je fis un brièvement tour, quand j’entendis des grognements. Des rôdeurs trainaient dans le coin. La peur, exaltations, les souvenirs, tout y été à l’approche de ces monstres. De nouveau à la sortie du magasin, il n’y avait pas un zombie, mais une dizaine approchant à ma droite et trois à ma gauche. Ils étaient trop nombreux pour moi, je ne suis pas non plus une héroïne de film d’action. Assez douée au jeu de fléchettes, sans réfléchir, mon couteau de cuisine atterrit dans la tête d’un de mes ennemis. Je m’avançais vers le deuxième et le troisième afin de les décapiter, même si la tête reste vivante, il y a peu de chance qu’elle me suive. Opération réussie avec succès. Je pensais avoir le dessus, mais débutante dans ce domaine et trop naïve, je fis un face à face avec l’un d’entre eux en me retournant. Je peux vous affirmer que le regard sanglant d’un rôdeur et plus qu’effrayant. Il avança sa mâchoire affamée vers moi, réflexe inévitable, ma lame s’inséra entre ses dents. N’ayant pas la force d’un athlète de haut niveau le poids de son corps me fit tomber sur le sol. « Put-ain … ». Je déteste ces cadavres ambulants. Leur apparence, leur odeur de décomposition & surtout leur faim inépuisable de chair fraiche. Avec toute la force dont j’étais capable, j’appuyais mon couteau vers l’intérieur de sa mâchoire, sa tête fut sectionnée en deux. Couverte de sang, ce liquide rouge ornait plus que mon couteau, il était sur moi. Mais il y en avait pas assez pour masquer mon odeur, la quantité était insuffisante pour devenir invisible. A cet instant, j’espérais de l’aide, surtout que d’autres arrivaient. Sans Sarah je n’étais pas assez forte pour les vaincre, j’aimerai tant que ma sœur soit là.

Dans une altercation, ma jambe fut ouverte par un morceau de verre qui trainait sur le sol. Il manquait plus que ça, j’étais une proie facile à présent. Cette blessure me rappelait celle de John, ne pouvant plus aller bien loin, il était mort ainsi. Je pensais finir comme lui. Je n’osais pas retirer le morceau de verre incrusté dans ma chair par peur que mon sang se déverse encore plus. Rampant de toutes mes forces, j’essayai de rejoindre l’épicerie. Elle était un abri dont je ne pouvais pas me passer à cette heure. Je ne pouvais crier le prénom de Sarah, elle était trop loin pour entendre mon appel à l’aide, ce qui n’était pas le cas des rôdeurs. Alors que la nuit commençait à tomber à nouveau, je pensais vraiment finir comme mon prince.


Dernière édition par Toni L. Mahoney le Lun 17 Déc - 9:35, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Trop nombreux - Flashback. Dim 16 Déc - 15:33

« Tieeeens… enfoiré. » Lançais-je alors que je venais de planter férocement ma machete dans le crâne d’un rôdeur qui me suivait. Je comptais au début le laisser déambuler dans les rues cependant ce dernier me suivait depuis trop longtemps et j’en avais eu marre. Je ne pouvais me reposer tranquillement sans qu’il vienne me faire chier avec ses cris horribles et sa puanteur qui se sentait à des kilomètres à la ronde. La force de mon coup avait ouvert sa tête en deux et cette dernière, dans une mini explosion, était tombée de chaque coté de son corps. Je souriais alors que je faisais face à d’autres rôdeurs qui avaient sentis mon odeur. J’avais deux solutions. Courir pour les distancer ou alors les affronter et être tranquille. je choisissais la seconde, comme souvent, et venais alors à la rencontre de se groupuscule de mort vivant, les abattant sans aucun scrupule à l’aide de ma machette et d’une barre de fer que je venais de trouver. Le combat fut facile, comme s’il avait été chorégraphié par un pro pour le tournage d’un film d’action. J’esquivais certains pour venir en planter d’autres, e frappant un certains nombre pour les déséquilibré, me frayer un chemin et tuer ceux du fond, revenant terminer ceux de devant que j’avais laissé tranquille. Presque trop facile, je souriais alors en voyant le carange effectué avant de reprendre rapidement la route, la nuit n’allant pas tarder à tomber, il me fallait trouver rapidement un coin pour me reposer et passer la nuit.

Marchant dans les rues, j’entendis soudainement des cris rauques de rôdeurs se trouvant dans le coin, certainement une rue ou deux sur ma gauche. D’après le nombre, ils avaient l’air nombreux et surtout, assez excités. D’habitude, ils ne lâchaient pas de cris de la sorte, aussi fortement, seulement s’ils avaient trouvés de la chair fraiche. Se pouvait-il qu’un survivant soit dans le coin et pourchassé par ces êtres venus du fin fond des enfers ? Je le pensais et c’est pourquoi je me mis à presser le pas pour retrouver la dite personne et l’aider dans cette galère. Courant dans les rues de la ville, je me rapprochais des rôdeurs que je voyais trainer non loin de moi. Slash… ma machette fendit l’air et décapita le premier venu. Slash… cette dernière s’abattait violemment sur le crâne d’un second et d’un troisième. Ils avaient l’air obnubiler par quelque chose et ne se souciaient même pas de moi qui pouvais alors aisément remonter dans leur rang et les tuer un par un. Je ne pouvais voir ce qu’il se passait à une dizaine de mètre devant moi mais ils se dirigeaient tous vers une petite épicerie. Je continuais mon carnage et, voyant que j’allais avoir du mal à arriver à temps, je rangeais ma machette et sortis mes deux beretta. Un dans chaque main, je visais les têtes et tirais, les balles se logeant directement dans les crânes en décompositions, certaines traversant même ces derniers pour se loger dans un second crâne. Double head shot. Je souriais et avançais donc, envoyant des coups de pieds circulaire en pleine tête pour casser les cervicales de mes victimes tout en tirant les autres balles, prenant soin tout de même à ne pas tout vider.

Réduisant considérablement les rangs des rôdeurs, je rangeais mes beretta dans mes cuissardes prévues à cet effet et attrapais la barre de fer que j’avais pu trouver quelques minutes plus tôt. Fracassant les têtes avec ces dernières, je la prenais en main comme un javelot et la lança en avant pour embrocher deux rôdeurs qui se penchaient vers une jeune femme trainant le pas, prêt à la dévorer. La lance fendit l’air avec une force et une rapidité qui, en embrochant les deux rôdeurs, les firent décoller de leur place pour tomber plusieurs mètres au loin de la jeune femme. Je souriais, comptant d’avoir réussi mon coup pour une fois. je courais vers la jeune brune et l’attrapais vivement, la redressant, je passais un de ses bras autour de mon cou, un de mes bras se logeant sur sa taille et la souleva pratiquement pour l’amener dans l’épicerie qu’elle essayait tant bien que mal de rejoindre. Une fois dedans, sans dire un mot, je la posais sur le sol et barricadé les entrées pour éviter que les rôdeurs présents dans les autres rues ne viennent nous nuire. Soufflant, je venais à la rencontre de la jeune femme. « J’ai cru que j’allais arriver en retard… Je m’appelle Daemon, enchanté. Puis-je voir ? » Lui dis-je, me présentant, en pointant sa jambe qui était entrain de saigner. Il fallait la soigner tout de suite et par chance il me restait quelques petits produits désinfectant et des bandages pour cela.
Revenir en haut Aller en bas

Trop nombreux - Flashback.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS-