things aren't always what they seem to be (ft Faith)
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome. Quelques bugs/décalages à attendre sous Firefox.
Le 10 novembre 2016, le forum a fêté ses quatre ans !! A cette occasion, sa saison 5 a été mise en place. bril Et le 12/06/2017, sa version vingt-trois réalisée par Morphine est installée. Toutes les nouveautés sont à découvrir ici. coeurrose
Oh la la qu'est-ce que vouuuuus aiiiiiime !! coeurrose lele Et si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ?

Partagez| .

things aren't always what they seem to be (ft Faith)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.

× A propos du vaccin : :
Merci mais non merci.

× Âge du perso : :
33 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, chez les sauveurs.

× Avant, j'étais : :
Guitariste à temps partiel.

× Messages : :
2453

× Points de vie : :
15

× Copyright : :
© schizophrenic (avatar), © schizo' (code signa).

× Avatar : :
James Franco le beau gosse.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: things aren't always what they seem to be (ft Faith) Dim 3 Jan - 11:28

 
Faith & Naël
 
ONE BY ONE. HOLLOW HEROES SEPARATE. AS THEY RUN. YOU'RE SO COLD. KEEP YOUR HAND IN MINE. WISE MEN WONDER WHILE STRONG MEN DIE.

Naël n'aurait jamais pensé devenir un jour le genre de mec à supporter deux gonzesses en même temps pendant des mois. Résultat des courses, c'est exactement là qu'il en est aujourd'hui. Une seule voiture, trois personnes. Une gamine/adolescente rebelle et une grande gueule qui ne le supporte pas. Il faut dire qu'il en joue, qu'il fait tout pour lui taper sur les nerfs et la faire sortir de ses gonds. C'est drôle, de la voir furax. C'est drôle, quand elle ne se contrôle pas. Faith ne le supporte pas mais, en même temps, elle est toujours là plus d'un an plus tard. Près de lui, près de Clarke. Il l'aurait juré capable de fuir une nuit, pendant que la blonde et lui dormaient. Pour ne plus avoir à supporter ses répliques cinglantes et le silence bien trop régulier de Clarke. Mais non, elle est toujours là. C'est que, dans le fond, elle doit se sentir bien avec eux deux. Plus vivante que jamais. Peut-être plus à sa place qu'elle ne l'ait jamais été. Il faut dire que Naël lui-même n'avait pas trouvé la zone à son goût. Certes, c'était un endroit sécurisé et sécurisant, mais tout de même. Ils sont mieux sur les routes, rien que tous les trois et survivant à tout prix. Naël devrait recevoir un Prix Nobel pour tenir le coup alors même qu'il est entouré par deux folles furieuses qui veulent sa mort plus encore que les rôdeurs. Il est pas trop mal dans son genre, emmerdeur, pas toujours très responsable, taquin, un grand enfant, mais là n'est pas la question. La question est de savoir comment ils font, tous les trois, pour se supporter les uns les autres. Ce n'est jamais simple mais, paradoxalement, ce n'est pas si compliqué.

Après tout, il leur suffit de continuer à rouler presque perpétuellement. Ne s'arrêter que pour se ravitailler ou se reposer. Ne s'arrêter que lorsque la situation l'exige. C'est-à-dire très souvent. Malheureusement. Clarke le désirant sans oser / vouloir le dire et Naël ne voulant pas rouler une seconde de plus sans s'être posé, ils ont tous les trois entrepris l'invasion d'une maison sur leur route. Plutôt coquette mais pas extravagante. En bon état bien que sale et les sols couverts de poussière. Aucun incident à déplorer à l'intérieur ou à l'extérieur, les lieux étaient vides de toute trace de vie, humaine comme morte-vivante. Autant dire qu'ils ont eu là une chance extraordinaire et inhabituelle. La journée se terminant et le soleil se couchant, ils ont chacun trouvé leur place, sur le sol, sur un lit vide, sur un canapé poussiéreux, et ont pu se reposer. Après avoir tout sécurisé et tout piégé, bien sûr. S'ils ne font pas de bruit, aucun rôdeur ne devrait débarquer sans préavis. Quant aux survivants, c'est un peu plus délicat. Mais un fil à peine visible relié à quelque chose qui fera du bruit s'il est touché fera amplement l'affaire. La chance ne fait pas tout mais elle devrait leur accorder quelques heures de répit et de repos bien méritées. Et ils ont eu raison de compter là-dessus ; c'est sans incident que la nuit s'écoule. Et tout est toujours dans le même état lorsque Naël ouvre les yeux. Bien. Ce n'est pas tout ça, mais ils ont du pain sur la planche. Ils ne peuvent pas se permettre d'attendre que le soleil se couche de nouveau avant de partir à la recherche de vivres.

Et puisque la maison est sécurisée, Clarke pourra rester là. Dit comme ça, cette affirmation peut paraître affreuse mais ce n'est que la réalité : ce sera un poids en moins. Elle ne peut pas tuer de rôdeurs et, de toute façon, Naël ne la laisserait pas. Faith et lui-même doivent se débrouiller et fouiner les maisons alentours. Avant de partir à la recherche de Faith, justement, Naël jette un coup d’œil par la fenêtre. Il n'a pas pris le temps de regarder plus en détails ce qui se trouve autour d'eux la veille mais, maintenant, il peut le dire : il leur faudra sans doute prendre la voiture. Mais, d'abord, ils trouveront bien une ou deux maisons à fouiller intégralement. Puisque la chance semble être de leur côté pour l'instant, ils auraient tort de ne pas en profiter. Même s'il ne faut pas s'imaginer que tout laisser reposer là-dessus est suffisant. Non, ils vont devoir faire beaucoup d'efforts et rester sur leurs garde. Où qu'ils aillent et où qu'ils soient, la menace est toujours présente. Beaucoup trop. Naël remet le rideau en place avant de s'étendre en baillant - silencieusement, pour son plus grand malheur - avant de partir à la recherche de Faith. Lui a investi le canapé en un temps record, sans chercher à savoir où Faith et Clarke allaient. Il avait besoin de repos et, en effet, il s'est écroulé comme une masse à l'instant même où sa tête s'est posée sur l'accoudoir du canapé. « Faith ?! » Prend-il le risque de demander, ce qui pourrait lui éviter d'avoir à refaire tout le tour de la maison. Avec un peu de chance, cela ne réveillera pas Clarke. Juste Faith. Parce que c'est elle qu'il doit voir.

 
code par SWAN - gifs tumblr

_________________
Maybe it wasn't meant to be, not at all.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: things aren't always what they seem to be (ft Faith) Dim 3 Jan - 20:30

 
Faith & Naël
 
ONE BY ONE. HOLLOW HEROES SEPARATE. AS THEY RUN. YOU'RE SO COLD. KEEP YOUR HAND IN MINE. WISE MEN WONDER WHILE STRONG MEN DIE.

Le bonheur d'investir la baraque abandonnée sans avoir à souffrir le moindre retour de situation est indescriptible. Certes la maison ne paie pas de mine, elle est poussiéreuse et on dirait que de la nourriture a été laissée hors du frigo depuis trop longtemps (ce qui est sans doute le cas, mais je dois avouer ne pas avoir le courage d'ouvrir l'objet qui n'a pas été relié à l'électricité depuis bien trop longtemps), mais c'est un cinq étoiles en comparaison à la voiture qui commence à se faire trop petite pour nos trois égos en constante friction. Enfin ... si je veux être absolument juste, il faut avouer que ce n'est pas Clarke qui pose problème, puisqu'elle passe le plus clair de son temps dans un mutisme qui ne s'interrompt que pour demander ces pauses qui lui sont vitales. Le problème principal, c'est le combo gagnant Naël et moi-même. Une fois dans la maison, la priorité première est de la sécuriser ; de s'assurer qu'elle ne sera attaquée ni par les rôdeurs, ni par des survivants mal intentionnés. Et il faut dire que ceux-ci ne manquent pas, notre seul avantage résidant dans l'immensité du territoire dans lequel on se trouve. Oh America... Sans surprise, Naël investit le canapé gris de poussière sans demander son reste, et je me retiens à grand peine de lui asséner une remarque cinglante, telle une baffe verbale. Je suis crevée, mais j'arrive à maintenir le silence. Parce que je remarque bien qu'il est à bout de forces, et que même s'il m'insupporte, je dois reconnaître qu'il m'est plus utile quand il est en forme. Même s'il semble incapable de l'être tout en restant silencieux. Je pince les lèvres en remarquant qu'il ne reste que le lit, le sol, Clarke et moi. Je soupire bruyamment et pointe le matelas vieilli du doigt, ne laissant d'autre choix à Clarke que de le prendre. Je doute qu'elle aurait eu l'idée de se mettre au sol, de toute façon, mais je ne veux pas attendre de le découvrir...je suis d'humeur altruiste. Pas du tout, mais bon ... j'ai déjà dormi dans des endroits plus inconfortables qu'un sol sale. J'arrive même à dénicher un duvet que j'utiliserai comme pseudo matelas de fortune...c'est donc que tout n'est pas perdu !

Les autres dorment déjà, mais moi, pas moyen de fermer l’œil. Remarque, le sol, c'est pas un lit king size. Quand Naël se met à marmonner dans son sommeil, c'en est trop pour moi et je décide de trouver un autre coin pour tenter de dormir tranquille. L'odeur de pourriture qui émane de la cuisine étant trop forte, je finis par me poser dans ce qui fût, à une époque, une chambre de nouveau-né. Là, couchée en position fœtale entre le berceau et la table à langer, dans le silence le plus complet, je finis par sombrer dans un sommeil sans rêves. Un sommeil agité, pourtant, parce que je me réveille avec une douleur au creux de mon poignet, signe que j'ai dû me battre avec un être imaginaire, me frappant la main contre le landau. Je grimace, les muscles du dos endoloris par la position que j'ai adoptée à même le sol. Ça va être du joli, aujourd'hui. Je me lève avec lenteur, tentant d'émerger avant que les autres ne me mettent de mauvaise humeur. Et par les autres, c'est clair que je veux dire Naël.

Dans la chambre, rien de bien utile, un hochet et quelques langes...autant dire que cela ne nous servira à rien. J'observe mon reflet dans le miroir un instant, cerné mais un peu moins fatigué que la veille. C'est ça la vie, maintenant. Dormir et survivre. Trouver à manger ... voler. Dépouiller des maisons vides. Une vie de nomade. « Faith ?! » Je sursaute bien qu'il ait chuchoté. Je mords ma lèvre, dans un dilemme intérieur. J'aurais voulu rester dans le calme encore un peu, ne serait-ce que quelques minutes de plus. Seule, pour une fois. Mais la solitude, dans ce monde, c'est la mort. Et je ne veux pas mourir. « J'arrive. » J'ai chuchoté. Sans doute que l'adolescente dort encore, et elle en a bien besoin. J'aimerais mieux qu'on ne la réveille pas...mais je sais pas si on en sera capables. Silencieuse, je m'attache les cheveux avec le bandana, je récupère mon sac à dos et retourne dans le salon. J'y découvre Naël qui semble m'attendre sans avoir le courage de fouiller la maison. « Tu me cherches ? » Le ton est neutre, mais à voir son regard, il a quelque chose en tête.

 
code par SWAN - gifs tumblr
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.

× A propos du vaccin : :
Merci mais non merci.

× Âge du perso : :
33 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, chez les sauveurs.

× Avant, j'étais : :
Guitariste à temps partiel.

× Messages : :
2453

× Points de vie : :
15

× Copyright : :
© schizophrenic (avatar), © schizo' (code signa).

× Avatar : :
James Franco le beau gosse.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: things aren't always what they seem to be (ft Faith) Lun 11 Jan - 23:03

 
Faith & Naël
 
ONE BY ONE. HOLLOW HEROES SEPARATE. AS THEY RUN. YOU'RE SO COLD. KEEP YOUR HAND IN MINE. WISE MEN WONDER WHILE STRONG MEN DIE.

En se réveillant, Naël réalise vite qu'il n'a pas le moins du monde pris la peine de s'inquiéter pour Faith et Clarke, la veille. Il s'est contenté de s'effondrer comme une masse sur le canapé et, suite à cela, le reste du monde n'a plus eu la moindre importance. Il a toujours été du genre à pouvoir dormir n'importe quand, dans n'importe quelles circonstances et à peu près de partout. Le fait est que l'apocalypse n'a pas changé grand chose à cela, même s'il dort toujours d'un sommeil un peu plus léger. C'est toujours plus sûr, en effet ... Se faire attaquer en pleine nuit ne doit guère être chose rare. Ce n'est donc qu'au réveil que Naël "s'inquiète" pour ses deux compagnes de route. Il repère vite Clarke, profondément endormie sur un lit une pièce. La preuve que, finalement, elle ne reste qu'une adolescente, pas vraiment faite pour la survie post-apocalyptique. C'est sur ses pensées qu'il part à la recherche de Fait, celle qu'il doit véritablement trouver. Ils n'ont plus beaucoup de stock et il serait vraiment nécessaire de le renflouer ne serait-ce qu'un peu. Il ne met pas longtemps à la retrouver. Enfin, c'est plutôt elle qui le retrouve. Puisqu'elle se dit prête à le rejoindre, il retourne d'où il venait, c'est-à-dire le salon. Il reste, la plupart du temps, un crétin de renom mais il n'en oublie pas pour autant les conventions d'usage. Alors, il l'attendra sagement ici jusqu'à ce qu'elle daigne venir à lui. Il se doute qu'elle n'est pas en train de se refaire une beauté, ce n'est pas son genre et la situation s'y prêtent plus vraiment. Il faut dire ce qui est : ils ne sentent pas franchement bons, portent des vraiment défraîchis qui ne leur ont jamais appartenu, ils n'ont plus de quoi se refaire une beauté, ils ont des valises sous les yeux ... Mais c'est comme ça. Et c'est loin de faire partie de leurs priorités. Naël peut, sans aucun doute, s'estimer heureux d'être tombé sur une fille comme Faith, qui a conscience de cela. Mais, bien sûr, il ne lui dira jamais. Et il ne le dira à personne d'autre. C'est son petit secret. A lui et à lui seul.

Elle débarque en un rien de temps, presque reposée. Alors que c'est loin d'être le cas ; elle ne doit pas avoir dormi longtemps. Depuis qu'ils ont été contraints de quitter la zone, ils ne dorment plus beaucoup, en toute logique. « Ouais. » Il se retient de la taquiner sur le fait que sa question est parfaitement inutile ; et que sa réponse en est très logique. Il devine, à l'expression de son visage, que ce n'est pas le moment. C'est drôle, parce qu'il n'a jamais été un type très ... empathique. Au contraire, en fait. Il n'a jamais été le genre de personne à éprouver quoi que ce soit pour qui que ce soit. Alors, deviner les émotions des autres, c'était encore moins son truc. Pourtant, depuis qu'il traîne exclusivement avec Faith et Clarke, il a appris à déceler certaines indications. Sur les traits de leur visage, sur leur manière de se tenir, sur ... Tout, en fait. Il sait quand Faith est de bonne ou de mauvaise humeur - en même temps, elle fait partie de la seconde catégorie la plupart du temps alors, forcément, ça aide -. Mais bref, ils n'ont pas de temps à perdre. Maintenant qu'elle est là, il doit lui faire part de ses projets. « Je pensais qu'il faudrait vraiment qu'on aille faire de petites emplettes. On peut laisser Clarke dormir et lui poser un mot quelque part. » Histoire qu'elle ne s'inquiète pas, en se réveillant. Même si, jamais, oh grand jamais, elle ne pourrait leur dire si elle venait à s'inquiéter. Elle n'est pas ce genre de personne, elle non plus. « A moins que tu préfères rester là avec elle. » Parce qu'il est hors de question que lui reste là. Comme Faith doit s'en douter - parce qu'elle le connaît maintenant -, il n'aime pas faire du sur place. Et dans leur situation, ils ne peuvent pas vraiment se permettre de se tourner les pouces. Il faut toujours trouver quelque chose à faire, chercher de la bouffe, chercher de l'eau, bref trouver de quoi survivre. Et il n'est pas une personne inactive, il n'en a jamais été une. Et cela n'est pas près de changer. « Mais je pense que ce serait mieux d'y aller à deux. » Pourquoi ? Parce qu'il veut la faire chier ? Non, pas son genre.

 
code par SWAN - gifs tumblr

_________________
Maybe it wasn't meant to be, not at all.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: things aren't always what they seem to be (ft Faith) Mar 2 Fév - 13:39

 
Faith & Naël
 
ONE BY ONE. HOLLOW HEROES SEPARATE. AS THEY RUN. YOU'RE SO COLD. KEEP YOUR HAND IN MINE. WISE MEN WONDER WHILE STRONG MEN DIE.

La nuit que j'ai passée n'était pas fameuse, mais en comparaison avec ce que cela aurait pu être, c'était digne d'un cinq étoiles. Un toit, et nous sommes toujours vivants au matin. Et par vivants je veux dire humains. Ce sont les plus grandes aspirations de ma vie actuelle : rester en vie et qu'ils le soient aussi, les deux énergumènes avec qui j'ai pris la route. Aurais-je pu partir, si je le voulais ? J'aurais pu, mais je n'en ai pas envie. Enfin ça, je ne le dirai jamais, et puis c'est vrai qu'ensemble, nos chances de survivre sont plus grandes. Même si pour cela il faut s'engueuler en presque continu ... je serais probablement devenue complètement cinglée, si j'étais partie seule dans mon coin. « Tu me cherches ? » « Ouais. » Je vois bien qu'il se retient (à grand peine mais j'admire momentanément l'effort) de faire une blague à deux francs cinquante, et cela me conforte dans un sentiment de mauvaise humeur latente. Pas franchement exposée mais bien présente. Il doit connaître cet air ; je commence à avoir l'impression, après autant de temps passé sur les routes, qu'il ne s'en lasse pas. Et moi je suis parfaitement incapable de résister avec calme à ses piques, ce qui m'énerve d'autant plus. « Je pensais qu'il faudrait vraiment qu'on aille faire de petites emplettes. On peut laisser Clarke dormir et lui poser un mot quelque part. » J'ai un hochement de tête. Il a beau être immature et agaçant au possible, je ne peux nier qu'il fait de son mieux et que ce qu'il propose a une certaine logique. Mon estomac est vide ; presque tout autant que nos maigres provisions. Et Clarke nous ralentirait, aussi acharnée soit-elle. « A moins que tu préfères rester là avec elle. » J'ai un regard inquisiteur et le fixe. Moi ; rester là ? Et le laisser jouer au kamikaze suicidaire ? Ce serait un aller direct pour Zombieland, ça. On perdrait la voiture ; on le perdrait lui ... non. Hors de questions qu'il aille seul. Et hors de question que je reste dans mon coin comme une femme au foyer. Je secoue la tête et lance d'un ton acide : « Rêve.» Il ne me laisse pas poursuivre et je me masse les tempes, prête à attaquer une contre-argumentation du tonnerre contre Monsieur je ne pense pas aux conséquences de mes actes. « Mais je pense que ce serait mieux d'y aller à deux. » J'ouvre de gros yeux et la phrase que j'avais savamment choisie pour lui clouer le bec se noie dans ma bouche sans que je n'aie l'occasion de la lui servir. Tiens donc ... nous serions donc d'accord, pour une fois ? Mmh, fait chier. Je hoche la tête, bien trop orgueilleuse pour le dire à haute voix, qu'il a raison. Non, ça me brûlerait le larynx de le dire. Le larynx et la fierté. Je remets le sac en place sur mes deux épaules, et sors de quoi écrire un mot à Clarke. « On doit lui laisser une arme, aussi. » Elles sont rares, mais on ne peut pas la laisser sans rien. Autant la jeter en pâture aux morts-vivants ou aux survivants mal intentionnés.  « Qu'elle puisse se défendre, si besoin. Ou se tuer en cas de morsure. » Je chuchote la deuxième partie de ma phrase, réalisant à quel point cela peut paraître froid d'exposer ainsi les faits. À vrai dire, j'espère que l'on ne doive jamais en arriver là. Mais je me suis promise de me le faire, si d'un coup j'étais infectée. C'est le plus rationnel, même si cela peut paraître...sans cœur.

Ne tenant pas plus que cela à m'épancher sur le sujet, je laisse la lettre et l'arme en évidence proche de l'adolescente endormie et me tourne vers Naël, d'un air décidé. « Tu viens ? ... j'ai faim. Alors le plus vite on aura fait nos emplettes, le mieux je me porterai. » Je le regarde, le laissant ouvrir la marche. C'est lui qui a les clés et je doute qu'il me laisse conduire aussi rapidement alors autant jouer la carte de l'honnêteté. « Tâche juste de ne pas faire l'irresponsable, d'accord ? » Autant demander à un ours de danser des claquettes, mais qui sait ... peut-être qu'il a envie de m'épargner aujourd'hui ? ... non, ce serait trop rêver, ça.
 
code par SWAN - gifs tumblr
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.

× A propos du vaccin : :
Merci mais non merci.

× Âge du perso : :
33 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, chez les sauveurs.

× Avant, j'étais : :
Guitariste à temps partiel.

× Messages : :
2453

× Points de vie : :
15

× Copyright : :
© schizophrenic (avatar), © schizo' (code signa).

× Avatar : :
James Franco le beau gosse.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: things aren't always what they seem to be (ft Faith) Jeu 4 Fév - 15:01

 
Faith & Naël
 
ONE BY ONE. HOLLOW HEROES SEPARATE. AS THEY RUN. YOU'RE SO COLD. KEEP YOUR HAND IN MINE. WISE MEN WONDER WHILE STRONG MEN DIE.

Naël fait des efforts, c'est juré. En continu. Tant qu'il en est capable. Ce n'est peut-être pas suffisant pour Faith, mais c'est bel et bien le cas ; impossible de contredire cet état de fait. Mais il n'en reste pas moins Naël Warrens, le gamin, l'irresponsable, le blagueur. Lui, il est capable de rire sur tout, de faire des blagues sur tout. Ce n'est pas le cas de Faith - loin de là, même -, mais elle doit bien s'y être habitué maintenant. Il le faut, pour sa santé mentale. Parce que Naël n'est pas prêt de changer, peu importe tous les efforts qu'il met en oeuvre pour que leur cohabitation se passe bien. Enfin, ce n'est pas ce qui les empêche de se prendre la tête en quasi permanence. Faut dire que si Naël est trop laxiste, Faith est un peu trop ... coincée du cul ? Ouais, un truc dans le genre. Une chance qu'il ne l'ait pas dit à voix haute, elle pourrait l'écorcher vif pour ça. En attendant, il croit comprendre, deviner à son expression qu'il lui a cloué le bec là. Et il doit mettre tous ses fameux efforts en oeuvre pour ne pas sauter en l'air comme un gamin, en riant comme un trou du cul. Mais il est fier de lui, putain. Ce n'est pas tous les jours que l'on peut se vanter de clouer le bec à Faith Monroe, croyez-le bien. D'ailleurs, s'il avait un calendrier à sa portée, Naël aurait probablement fait une croix dessus à cette date précise. Mais quelle est-elle, cette date, hein ? Sa voiture elle-même a perdu le fil, la pauvre vieille. Soudain redevenu sérieux - aussi sérieux puisse-t-il être - Naël hoche la tête aux affirmations de Faith. Pour sûr qu'ils doivent lui laisser une arme. Il affiche un air grave, l'espace de quelques secondes ; il sait à quel point c'est risqué de la laisser seule. Mais ils n'ont pas le choix. En plus de les ralentir, Clarke pourrait d'autant plus mettre sa vie en danger, dehors. Alors ils n'ont pas le choix. Et il laisse volontiers Faith se charger du petit mot à rédiger et de l'arme à laisser en évidence avec. Cela réduira-t-il peut-être le sentiment de culpabilité qui le taraude d'ores et déjà. Putain qu'elles l'ont changé, ces deux-là.

Mais l'air grave de Naël a tôt fait de se cacher derrière son masque insouciant habituel. Faith ne l'apprécie guère, mais lui s'en fiche. Il n'est pas là pour lui plaire, après tout. Même s'il la regretterait vachement s'il lui arrivait quelque chose ou si elle fuyait loin de Clarke et lui - mais hors de question, bien sûr, de lui en faire part. « Je suis là, je suis là. » Il se retient de faire de grands gestes, se contente, à la place, d'afficher un sourire. Comme d'habitude. Il la rejoint sans plus attendre, conscient qu'elle pourrait le frapper, pour le faire se bouger. Surtout qu'elle a faim. Et une femme qui a faim ... Ce n'est jamais très rassurant. Autant qu'il se bouge. Un peu. Rien qu'un peu. En possession des sacro-saintes clés de sa voiture adorée, Naël prend les devants et double Faith. C'est donc lui qui ouvre la porte de la maison, elle qui la referme ; à moins qu'elle ne s'en occupe pas mais ce serait étonnant. Un air outré sur le visage, les yeux exorbités et la bouche légèrement entrouvertes il se tourne vers elle à mi-chemin de la voiture. IRRESPONSABLE ?! « Irresponsable ... moi ... ?! Je ... Tu me déçois Faith. » Il ferme brièvement les yeux, secoue la tête de droite à gauche. Oh, nul doute qu'elle n'appréciera pas son trait d'humour ... mais depuis quand cela lui importe-t-il, à Naël ? Il explose vite de rire, incapable de rester sérieux plus longtemps et, les talons de nouveau tournés, reprend son chemin. Nul doute qu'elle finira par devenir folle, la Faith. Et Naël sera le seul à pouvoir s'en vanter les mérites - si tant est que l'on puisse prendre les choses ainsi. Il monte à bord de la voiture le premier et, une fois le moteur en route, ouvre la fenêtre côté passager. Il se penche pour observer Faith, presque très loin de là. « BOOOOON. Tu te dépêches ?? J'ai faim, moi aussi ! » Ça y est, elle doit regretter d'être venue avec lui. Elle ne doit plus avoir qu'une envie : faire demi-tour et rentrer dans la maison. Mais même pour Naël, ce serait emmerdant ; qui pourrait-il faire chier après ?

 
code par SWAN - gifs tumblr

_________________
Maybe it wasn't meant to be, not at all.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.



Dernière édition par Naël S. Warrens le Sam 6 Fév - 15:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: things aren't always what they seem to be (ft Faith) Sam 6 Fév - 15:06

 
Faith & Naël
 
ONE BY ONE. HOLLOW HEROES SEPARATE. AS THEY RUN. YOU'RE SO COLD. KEEP YOUR HAND IN MINE. WISE MEN WONDER WHILE STRONG MEN DIE.

Je me vois dans l'obligation d'avouer que mister Warrens m'a surprise, et ce dès le matin. Pas besoin d'argumenter pendant des heures sur le fait que je ne vais rester assise tranquillement à regarder Clarke dormir pendant que lui va sans doute se mettre en danger, d'une part, et faire n'importe quoi de l'autre. Non ; je suis une femme d'action. Et c'est quand je vais le lui dire en lui assénant un commentaire bien acide qu'il me prend de court, disant qu'il préférerait que nous allions les deux. ... Bien. Ça me va. Même si le voir se réjouir de façon démesurée parce que je n'ai rien à lui répondre me donne envie de le désintégrer du regard. Certes, je ne sais pas par quel miracle il s'est retenu de faire une danse de la joie en plein hall d'entrée (parce que je le vois bien, que ses yeux pétillent et qu'il retient difficilement un large sourire victorieux ; et j'ai fini par la connaître. la bestiole) ... certes, dans le vocabulaire Naëlien cela reviendrait à faire un effort de coexistence digne de l'un des douze travaux d'Hercule. Je le sais, au fond. Mais là, en superficie ... je suis juste terriblement agacée. Probablement parce que moi aussi, j'aurais voulu dormir sur un matelas ou un canapé. Mais moi, je n'ai eu droit qu'à la moquette.

Efficace, j'écris le mot pour Clarke. Quelque chose comme "Reste ici, voici une arme ... reste en vie. On est partis faire les courses mais on revient." Faire les courses ... Il y a quelques années de cela, faire les courses équivalait à se pointer au Walmart et tout mettre dans un caddie, pour ensuite tout payer avec notre jolie carte bleue. Maintenant, cela veut dire piller, ou chasser, ou tuer pour ne pas se faire tuer. Quelle vie merveilleuse nous vivons. Alors que je lui dis de se dépêcher, voilà qu'il me dépasse et sort, me laissant le soin de refermer la porte. Je vérifie que le poignard soit bien en place si d'un coup je devais m'en servir contre un mort vivant répugnant, et c'est le cas. Il m'est avis que je devrais retenir quelques pulsions meurtrières envers mon compagnon de route... Je lui demande donc, sincère et absolument pas mal-intentionnée, de ne pas faire l'irresponsable. Sérieusement ... à quoi je pensais, en disant cette phrase ? Qu'il dirait Yes Ma'am et partirait en toute tranquillité ? Nooon. Ce serait mal le connaître.

Il se fige et se retourne. Manquait plus que ça. « Irresponsable ... moi ... ?! Je ... Tu me déçois Faith. » Je pince les lèvres en observant Monsieur-j'ai-fait-l'école-du-rire dans sa prestation de premier de classe. Il doit avoir pour stratégie de jouer au plus con pour avoir le dessus sur ma santé mentale ; je ne vois pas d'autre explication possible. J'avais dit que je n'étais pas d'humeur ? ... je ne le suis pas. Sans doute que je n'ai jamais vraiment été du matin ; pas sans café. Et autant dire que le café, par les temps qui courent ... on peut se le foutre où je pense. J'ai un soupir en le voyant qui s'explose de rire, probablement fier de sa blague... Sans doute qu'il s'estime drôle à s'en péter les bretelles, qui sait ? ... Il ne mérite même pas de réponse, que je tente de me dire. À moi d'avoir le dessus ... de rester calme, posée. À moi d'être l'adulte quoi, comme d'habitude.

Mais voilà qu'il m'ignore déjà et je crois y voir un signe de Dieu. Peut-être que ... « BOOOOON. Tu te dépêches ?? J'ai faim, moi aussi ! » Aaah, non. Ça reste ce bon vieux Naël, après tout...je ne sais pas ce que j'espérais. Réprimant un vague sourire qui naissait sur mes lèvres (quand je disais qu'il me rendrait cinglée, je n'avais pas si tord que cela !), j'accélère le pas.  « Rhoo ça va, ça va, je viens !! » En moins de temps qu'il n'en faut pour râler, me voilà assise à ses côtés. Je ferme la portière, met la ceinture de sécurité, et me mets à tapoter nerveusement sur mes cuisses. « Démarre, tu veux bien ? » Je n'aime déjà pas l'idée de laisser Clarke seule, alors si on pouvait se dépêcher, ce serait toujours ça de pris. Je mords ma lèvre et réalise à quel point un peu de musique, ne serait-ce que ces trucs commerciaux qui passaient à la radio et que je détestais, me manque. Cela comblerait le silence ; ou ses blagues douteuses. J'ai un regard dans sa direction, puis je regarde de nouveau la route, au loin. « ... il y avait des maisons, pas loin. On commence par là ? »

 
code par SWAN - gifs tumblr
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.

× A propos du vaccin : :
Merci mais non merci.

× Âge du perso : :
33 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, chez les sauveurs.

× Avant, j'étais : :
Guitariste à temps partiel.

× Messages : :
2453

× Points de vie : :
15

× Copyright : :
© schizophrenic (avatar), © schizo' (code signa).

× Avatar : :
James Franco le beau gosse.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: things aren't always what they seem to be (ft Faith) Dim 7 Fév - 22:30

 
Faith & Naël
 
ONE BY ONE. HOLLOW HEROES SEPARATE. AS THEY RUN. YOU'RE SO COLD. KEEP YOUR HAND IN MINE. WISE MEN WONDER WHILE STRONG MEN DIE.

Sur bien des points, Naël est stupide, irréfléchi et irresponsable. C'est un fait. Un fait indéniable et qu'il ne cherche même plus à cacher. En fait, il n'a même jamais chercher à le cacher. C'est ce qui l'est, ainsi qu'il est constitué et ainsi qu'il évolue depuis toujours. Autant dire que personne ne pourra le changer, même s'il sent déjà les effets, sur lui, de l'apocalypse et de la survie au jour le jour. Il essaye de mettre cette évolution, ces changements, de côté comme il peut. Hors de question, pour lui, de céder et de devenir une autre personne. Il ne veut pas être comme tous ces gens pessimistes, qui survivent au lieu de vivre, qui ne sourient plus, qui ne rient plus. Non, il conserve la certitude que ce n'est pas ainsi qu'il leur faut vivre, ou survivre voyez cela comme vous le voudrez. Alors, Faith, il essaye de la dérider un peu. De même avec Clarke. Cela n'a jamais fonctionné, et cela ne fonctionnera probablement jamais mais, au moins, il aura essayé. Et il n'aura pas perdu la personne qu'il est au plus profond de lui bien que, indéniablement, la surface n'est plus tout à fait la même. Pas sur certains points essentiels quoi qu'il en soit. Il sourit, l'air idiot, lorsque Faith rentre dans la voiture en se plaignant de le voir aussi pressé. Ben quoi ? Il a bien le droit d'avoir faim, lui aussi, non ? Elle disait à peu près la même chose il y a peu de temps, pourquoi pas lui ? Et, peu après, elle se "plaint" de nouveau parce qu'elle veut qu'il démarre. Ah, ces femmes. Naël ne les comprendra donc jamais. Enfin, Faith est un spécimen à part, il faut le dire. « Je démarre, je démarre. » Maintenant qu'elle lui a fait part de son impatience, il prend encore plus son temps. Il aime bien, l'emmerder. Parce qu'il n'y a rien de plus amusant que de se prendre la tête avec la Monroe. Enfin, sauf quand lui-même est à bout de patience ce qui, cela va de soit, n'arrive que très rarement. Il sait conserver son calme, Naël. Sauf lorsque la situation ne s'y prête pas et qu'il constate avec désarroi que la vie des deux personnes avec qui il traîne est en jeu. Et ne parlez pas d'attachement, il refuse de voir ce qu'il entretient vaguement avec Faith et Clarke ainsi. Ce serait suicidaire, à ses yeux.

Tout en démarrant la voiture, Naël commence à siffloter. Il sait, ou en tout cas il devine, que Faith n'apprécie guère cela. Pour autant, il ne voit aucune raison de changer ses bonnes vieilles habitudes. D'autant que, comme déjà dit, il adooore tout particulièrement lorsqu'elle s'énerve. Ce qui arrive très, très souvent, il faut le dire. A croire qu'elle ne peut pas le supporter mais qu'elle reste tout de même en sa présence. Allez comprendre ... « Ouais, on peut faire ça. Ce serait bien de trouver une supérette aussi. » Il voit exactement de quelles maisons elle parle alors, sans plus attendre, Naël appuie sur l'accélérateur. Il ne veut pas aller trop vite même s'il sait qu'il ne risque rien, ou pas grand chose, mais il ne veut surtout pas gaspiller le peu d'essence qu'il leur reste. Ce serait bien d'en trouver, aussi. En plus de la bouffe, de l'eau ... Cela fait beaucoup à fouiller et à chercher mais ils n'ont pas le choix. Et puis, quoi qu'en pense et en dise Faith, ils forment une fine équipe tous les deux. Ils sont efficaces, ils sont malins et toujours très bien organisés. Enfin, ça, c'est dans la mesure où Naël ne change pas leurs plans sans la prévenir, ce qui est régulier. Trop au goût de la jeune femme d'ailleurs. « Il y a encore un peu de quoi manger dans le sac de Clarke il me semble, non ? » Faith doit savoir ça mieux que lui. Ou pas, d'ailleurs. Mais Naël ose espérer que c'est le cas, il aimerait en avoir la confirmation avant de traîner pour de bon. « Parce qu'avec tout ce qu'il nous faut, je pense qu'il nous faudra la journée au moins. » Naël ne peut masquer le sourire qui étire ensuite ses lèvres ; oh qu'il est content. Et Faith, elle, va le détester. Au moins autant qu'elle détestera l'idée de devoir le supporter toute une journée alors qu'ils ne sont que tous les deux. Pas de Clarke pour se mettre en eux avec ses silences presque apaisants.

 
code par SWAN - gifs tumblr

_________________
Maybe it wasn't meant to be, not at all.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: things aren't always what they seem to be (ft Faith) Dim 14 Fév - 22:27

 
Faith & Naël
 
ONE BY ONE. HOLLOW HEROES SEPARATE. AS THEY RUN. YOU'RE SO COLD. KEEP YOUR HAND IN MINE. WISE MEN WONDER WHILE STRONG MEN DIE.

Il n'y a pas à dire, si en termes de caractères j'aurais difficilement pu tomber plus bas (après tout, on est pratiquement tout le temps sur une longueur d'onde tout à fait opposée), en termes d'efficacité je dois avouer être bien tombée. Parce que j'ai beau râler et lui faire ses blagues dignes de carambars (alors qu'il a bien la trentaine voyez-vous ça), à deux, on forme une belle équipe. Y'a pas mieux pour se forger des provisions et survivre à l'apocalypse. Seulement c'est ça le problème ... je perds foi en un retour en arrière possible ; je vois difficilement un avenir autre que celui de garder la tête hors de l'eau et ne pas se faire bouffer par les morts vivants. J'entre à la va-vite dans sa voiture — probablement le seul être pour lequel il parvienne à éprouver de l'affection ? ... bon, je suis sévère. Je l'ai vu, parfois, avec Clarke... — et lui demande de démarrer. C'et un peu comme si dès le moment où j'ouvre la bouche pour demander quelque chose poliment il s'évertuait à en faire tout le contraire, justement. Avec ce sourire que j'arracherais bien, par moments. On dirait que rien ni personne n'est capable de lui enlever son putain de sens de l'humour à deux dollar cinquante.

Et voilà qu'il siffle. Je retiens un gémissement rageur et fixe plutôt l'horizon, accoudée à la portière. Plus vite on sera partis et plus vite on sera revenus. Et peut.être qu'il tentera de faire parler Clarke, ce qui me fichera un peu la paix. Je pince mes lèvres, m'entêtant dans un mutisme qui ne me ressemble pas. À croire que j'ai vraiment mal dormi. Tentant d'ignorer la mélodie qu'il me met insidieusement dans la tête, je lui propose de commencer par le pâté de maisons le plus proche. Une courte distance, quand on est en voiture...et j'ose espérer que nous sommes bien les seuls, dans le coin. Humains et humanoïdes en décomposition.  « Ouais, on peut faire ça. Ce serait bien de trouver une supérette aussi. » J'ai un vague hochement de tête. Pourquoi pas Walmart, aussi ? Je mords ma lèvre pour ne pas trop sourire à mon cynisme intérieur ... 'faut dire qu'il en loupe des bonnes parfois, Naël, à force de me saouler. Il ne peut apprécier la véritable âme d'humoriste qui se cache en mon sein, par moments. N'empêche, j'apprécie la vitesse à laquelle il roule. J'essaie déjà d'imaginer tout ce que l'on pourrait découvrir de fantastique dans un bled aussi perdu ... parce que c'est justement dans ce genre d'endroit que des cinglés cachent des caves remplies de conserves pour survivre en cas d'hiver nucléaire. Avec un peu de chance, on en trouvera encore. 'Suffit qu'ils aient été transformés en bouffeurs de cerveaux il y a quelques années et on a notre chance.

« Il y a encore un peu de quoi manger dans le sac de Clarke il me semble, non ? » Naël me sort de ma réflexion et je le regarde avec surprise. « Euh...» Je réfléchis un peu, tentant de me remémorer le contenu du sac de l'adolescente. C'est pas comme si elle me laissait le fouiller, mais j'ai dû lui subtiliser un tampon l'autre jour. Oui, car se procurer de quoi survivre en période de massacre utérin alors que vous fuyez les zombies, c'est franchement compliqué. « Oui. Au moins jusqu'à demain, peut-être plus. Je sais pas si elle se rationne, en ce qui concerne ses trouvailles.» Disons qu'au moins, elle crèvera pas la dalle, si on revient pas tout de suite. Mais elle tiendrait pas long, sans nous alors je préférerais retourner vers elle aussi tôt que possible. C'est qu'après autant de temps dans le même espace commun, on finit par s'attacher un peu. Malgré tout ce qu'on veut bien faire croire. « Parce qu'avec tout ce qu'il nous faut, je pense qu'il nous faudra la journée au moins. » Le pire dans tout ça, c'est qu'il a raison. N'empêche je m'enfonce dans le siège. Merde. On dirait que cela le réjouit, en plus. À voir l'immense sourire qui s'étale d'une oreille à l'autre. Je maugrée. « Sérieux ... tu le perds jamais, ton sourire à deux balles ? » La question est sincère, même si je n'ai pas été capable d'enlever le ton acide de ma voix. Il en devient révoltant. Fatiguant. Crevant. Parce que s'il sourit comme ça, c'est qu'il va me rendre la vie impossible ; je le vois d'ici. Je connais la bête. Bon, c'est vrai, je ne suis pas l'innocence en personne ; j'ai mes défauts. Celui de partir rapidement en vrille, par exemple. D'être vaguement à cheval sur l'organisation et la sécurité. Que voulez-vous ... peut-être une déformation professionnelle ? J'en sais rien et je m'en contrefous. Tant que ça marche ! Et jusqu'ici, ça a marché. Le fait est que Naël est un électron libre qui aime beaucoup trop improviser et moi je n'aime pas la façon qu'il a de choisir la méthode la plus YOLO pour partir à l'aventure. Ce n'est pas un jeu vidéo ici, c'est la vie réelle. Il n'y a pas dix bonus vie avant le game over... Et j'ai pas envie de le voir se transformer en bouffeur de cerveau, même si ça me brûlerait le larynx de le dire à haute voix. Je préfère qu'il reste dans l'ignorance la plus totale de ce fait, il risquerait de prendre la grosse tête et de chanter un hymne à la victoire pendant les trois siècles à venir.

« On ferait mieux de fouiller ensemble les baraques. Ça irait plus vite et c'est mieux de ne pas être seul en cas d'attaque. » Certains diraient que je suis autoritaire, mais le fait est que j'aime bien avoir un petit plan d'attaque en tête ; une façon de contrôler la situation en somme. Et puis comme ça on peut aussi sécuriser le coin et ne pas se retrouver seul, dos au mur, contre un agresseur ou un zombie potentiel. À croire qu'être femme au vingt-et-unième siècle, avant l'Apocalypse, ça avait du bon pour forger un bon système défensif.

 
code par SWAN - gifs tumblr
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.

× A propos du vaccin : :
Merci mais non merci.

× Âge du perso : :
33 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, chez les sauveurs.

× Avant, j'étais : :
Guitariste à temps partiel.

× Messages : :
2453

× Points de vie : :
15

× Copyright : :
© schizophrenic (avatar), © schizo' (code signa).

× Avatar : :
James Franco le beau gosse.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: things aren't always what they seem to be (ft Faith) Sam 20 Fév - 11:58

 
Faith & Naël
 
ONE BY ONE. HOLLOW HEROES SEPARATE. AS THEY RUN. YOU'RE SO COLD. KEEP YOUR HAND IN MINE. WISE MEN WONDER WHILE STRONG MEN DIE.

Faith a du mal avec sa personnalité, ça il l'a bien compris. En même temps, elle ne fait rien pour s'en gâcher. En sa présence, elle est toujours sur la défensive, tendue, acerbe et râleuse au possible. Et il ne fait rien pour changer cela, pour s'améliorer en sa présence. Il reste lui-même quoi qu'il arrive et quoi que Faith en pense. Pourquoi devrait-il changer pour elle ? Il est bien comme il est, même s'il a bien conscience d'aller parfois trop loin. Mais c'est comme ça. Il est qui il est. Et Faith est qui elle est. Naël essaye de la dérider, tout en sachant parfaitement que c'est une cause perdue ; mais il ne veut pas s'avouer vaincue. On ne pourra pas ajouter "pas aussi vite" parce que cela fait quand même déjà un bon moment qu'ils traînent ensemble, tous les deux. Un bon moment qu'il essayent de se supporter l'un l'autre tout en campant sur leurs positions et leurs positions. Naël a très souvent l'impression que c'est lui, qui rencontre le plus de facilités à vivre en la présence de Faith. Parce que, dans le fond, elle l'amuse plus qu'elle ne l'énerve. La voir râler est drôle. La voir l'apostropher parce qu'il a de nouveau pris des risques inconsidérés le fait rire. Après, c'est à ses risques et périls ; Faith peut être une vraie tigresse quand elle le veut. C'est-à-dire la plupart du temps. Le jeune homme sait aussi être sérieux ... parfois. Et en particulier lorsque cela concerne directement la survie de Clarke ... ou celle de Faith. « Parfait. » Clarke tiendra donc jusqu'à demain, et eux seront rentrés avant, en fin de journée fort probablement. La blonde sera toujours là-bas, de toute façon. Elle n'est pas du genre à partir seule en excursion, sur un coup de tête ou parce qu'elle ne les voit pas revenir.

C'est une aubaine pour eux, parce qu'on ne sait jamais sur quoi on va tomber. Ils pourraient tout autant se retrouver au milieu d'une horde, ou coincés dans une baraque inaccessible. Mais pour l'heure, il faudrait déjà qu'ils arrivent jusqu'à ces baraques. Naël roule à vitesse normale, rien ne sert de se presser ou d'aller trop lentement. La juste vitesse suffit amplement. Alors qu'il vient de lui faire part du fait qu'ils en auront au moins pour la journée, Naël n'est pas étonné de l'entendre parler de son sourire à deux balles. Il lui pose problème, celui-là. Depuis le début. Plutôt que de le perdre et de s'offusquer de sa réflexion, Naël sourit de plus bel, plus largement même. Elle va le tuer. Mais c'est justement ce qui peut être drôle, non ? Non ? Pas du tout ? Tant pis. « Et le tien, tu ne l'arbores jamais ? » Répond-il du tac-au-tac. C'est vrai quoi, il ne la voit pas bien souvent sourire, pour ne pas dire jamais. Elle préfère râler, grimacer et l'incendier pour ses conneries plutôt que de profiter un tant soit peu de ce qu'ils ont, de la chance qu'ils ont d'être encore en vie. Alors, certes, ils vivent dans des conditions déplorables mais ne faut-il pas trouver le meilleur dans le peu qu'ils possèdent ? C'est la façon de voir les choses de Naël en tout cas. Et si Faith n'est pas capable d'en arriver là, tant pis pour elle. Mais vivre dans le pessimisme n'a jamais aidé personne. Même si, Naël en a bien conscience, il est clairement dans des extrêmes. Il prend des risques parfois insensés, souvent suicidaires. Mais lui, au moins, il vit. Et il est incapable de rester sérieux plus longtemps alors il va falloir qu'il songe à s'ôter toutes ces idées de sa tête pour partir sur un sujet plus ... à même de lui ressembler.

Et ce n'est pas en écoutant ce que Faith a à lui dire qu'il y arrivera. Elle a toujours le mot pour être sérieuse, pour s'aventurer sur des terrains ennuyeux comme pas permis. Leur survie en dépend, certes, mais il faut aussi savoir se dérider et profiter de chaque instant. Pour autant qu'il le sache, chacun d'entre eux pourrait être le dernier. « Ça me va. » Maintenant que c'est dit, qu'ils sont d'accord sur le plan à suivre, Naël doit à tout prix changer l'ambiance de la voiture. Il a perdu son sourire, maintenant, et il ne peut pas l'accepter. Tout en gardant les yeux fixés droit devant lui, sur la route qui défile, il fouille dans le vide-poche de son côté. De là, il en sort une pochette pleine de CDs. Depuis qu'ils sont hors de la zone, Naël n'a plus trouvé l'occasion de s'en servir, mais il a comme l'impression que c'est le moment ou jamais. Il est temps de le partager avec l'une de ses compagnes de voyage, dans l'espoir fou que cela lui permettre de se détendre un peu. Et d'arrêter de penser à ce qui les attend aujourd'hui. Il coince le volant avec son genou, se retrouvant ainsi dans une position étrange mais temporaire. Cela lui permet de libérer ses mains, qui feuillettent la pochette. Il trouve vite son bonheur, dans un cri pas très masculin mais de joie pure. Une fois la pochette de nouveau rangée, il glisse un CD dans la fente prévue à cet effet, entre Faith et lui. Quelques secondes plus tard, la musique Highway to hell de AC/DC se déclenche. Et la voix de Naël ne tarde pas à suivre. « Livin' easy, lovin' free. Season ticket on a one way ride askin' nothin', leave me be. » Faith va le tuer. Mais ils seront bientôt arrivés, son calvaire sera de courte durée ... Ou pas.

 
code par SWAN - gifs tumblr

_________________
Maybe it wasn't meant to be, not at all.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: things aren't always what they seem to be (ft Faith) Mar 1 Mar - 10:35

 
Faith & Naël
 
ONE BY ONE. HOLLOW HEROES SEPARATE. AS THEY RUN. YOU'RE SO COLD. KEEP YOUR HAND IN MINE. WISE MEN WONDER WHILE STRONG MEN DIE.

Il semblerait que je ne sois plus capable de penser autrement que de façon rationnelle et (selon Naël) pessimiste. C'est simplement que j'ai à peu près tout perdu, depuis que les morts se sont remis à marcher. Mes parents ; Priam ; Diego ; Gabriel ... Et que je refuse que cela arrive de nouveau, c'est pourquoi je suis aussi exigeante envers moi-même et les autres. Parce que je préfère survivre. Parce que je me dit, naïvement, qu'on finira bien par trouver un moyen de les tuer tous une bonne fois pour toutes. Parce que j'ai envie d'y croire, mais que je n'en ai pas la force, alors je me contente de survivre. Avec discipline ; c'est ça qui m'as permis d'arriver à la zone 51 en toute sécurité ; seule. Mais ça, l'autre abruti et son sourire niais, il n'est pas capable de l'entendre. Il peut pas comprendre. Non, pour lui la vie est une fête, sans doute, Apocalypse ou pas. Tandis que moi je ne me vois pas faire la folle tout en risquant de me faire bouffer par un être en décomposition.

Quand je mentionne son rictus qui m'agace tant, il ne peut s'empêcher de sourire encore plus largement. Comme si sa mission sur cette terre était de me mettre de mauvaise humeur en continu. Pour sûr qu'il y parvient, en plus ! « Et le tien, tu ne l'arbores jamais ? » Gnagnagnagnagnagnagna. Je le fusille du regard, en silence. Nah, je l'arbore pas. Pas quand on est censés partir à la chasse aux bonnes affaires à deux. Et puis là, c'était gratuit ; j'ai déjà souri en leur présence. Je suis juste pas Little Miss Sunshine à la moindre occasion comme semble l'être mon acolyte. Je préfère donc glisser sur un terrain moins à même de nous guider vers la Troisième Guerre Mondiale... quelque chose de sérieux, c'est vrai, mais de vital. Surtout avec le kamikaze qui m'accompagne. Bien que je sois persuadée qu'à un moment ou à un autre il va craquer son slip et partir à l'assaut de morts-vivants en mode Rambo...Au moins j'aurais essayé. Et je pourrai ensuite l'engueuler en toute innocence. Pourtant, M. Warrens accepte, sans plus de négociations. Ce qui est étrange, remarque. Mais je ne dis rien de plus, préférant me concentrer sur le paysage désolé d'un pays qui était à mes yeux, à une époque qui me paraît terriblement lointaine désormais, l'un des plus beaux du monde.

La voiture fait un soubresaut quand Naël se met à feuilleter ce qui semble être une pochette remplie de CDs. Mais en presque une année à rouler avec, jamais il n'a sorti ce probable trésor du vide-poche, alors je me dis que ce doit être autre chose. Je me retiens de lâcher un juron, curieuse malgré tout, et me penche pour tenir le volant et nous empêcher de filer dans le décor. C'est un très bon conducteur, mais je ne fais pas du tout confiance à son genou pour nous sauver d'un crash. Et il a beau dire que je suis chiante, c'est justement parce que je tiens à nos vies. Son cri victorieux me fait hausser un sourcil. On dirait littéralement un gamin heureux. Mais en l'occurrence, cela ne m'énerve pas ; cela éveille plutôt ma curiosité. Après tout, penchée comme je suis pour pouvoir tenir le volant, je n'arrive pas à voir ce qu'il fait. Qu'est-ce qu'il va encore nous inventer, là ... ?

Je retrouve ma position de passagère peu de temps après et le regarde, l'air interrogateur. Il a bien mis un CD dans la radio de la voiture ? ... C'est une blague de mauvais goût ? De toute façon ce mec est insondable puisqu'il sourit toujours en toute circonstance. Je le fixe donc en silence, dans l'attente. Je jure que s'il nous met Ilona je le butte. Me demandez pas pourquoi il aurait un CD d'Ilona dans sa voiture ; j'ai appris à ne plus pouvoir m'étonner de rien avec lui. Sauf qu'il suffit des premiers riffs de guitare de mon groupe préféré pour que je lâche toute agressivité non-verbale à son égard. Highway to Hell. Oh putain. Oh putain il pouvait pas choisir mieux. Je ... je serais presque capable de lui sauter dans les bras, sauf que je ne vais pas le faire car j'ai un minimum de réputation à garder, moi. Un léger sourire se forme sur mes lèvres et je ferme les yeux. Transportée. Et puis je retiens un petit ricanement parce que s'il voulait me faire chier, là, c'est raté. Cette musique, ça fait depuis des lustres que je l'ai pas écoutée. Mais ça ne change rien ; je m'en souviens comme si c'était hier. Du concert où j'avais forcé mon fiancé à aller ; des fois où je le chantais à tue-tête en attendant que la centrale nous envoie une mission. « Livin' easy, lovin' free. Season ticket on a one way ride askin' nothin', leave me be. » S'il croit que je vais m'offusquer, il se trompe royalement. J'étais la reine du karaoké, quand j'étais encore assez insouciante pour y aller. Et puis ... c'est AC/DC. Je ne peux me permettre d'insulter ce groupe fabuleux en l'ignorant. « Asking nothing, leave me be... Taking everything in my stride... Don't need reason, don't need rhyme...Ain't nothin' that I'd rather do » Je le regarde, d'un air de défi. Mec, si tu crois que je vais me dégonfler, tu peux oublier. Ça, c'est ma chanson. Et puis la route est déserte, alors quoi de mieux que cet hymne à l'Enfer pour une situation pareille ?


 
code par SWAN - gifs tumblr
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.

× A propos du vaccin : :
Merci mais non merci.

× Âge du perso : :
33 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, chez les sauveurs.

× Avant, j'étais : :
Guitariste à temps partiel.

× Messages : :
2453

× Points de vie : :
15

× Copyright : :
© schizophrenic (avatar), © schizo' (code signa).

× Avatar : :
James Franco le beau gosse.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: things aren't always what they seem to be (ft Faith) Dim 6 Mar - 15:24

 
Faith & Naël
 
ONE BY ONE. HOLLOW HEROES SEPARATE. AS THEY RUN. YOU'RE SO COLD. KEEP YOUR HAND IN MINE. WISE MEN WONDER WHILE STRONG MEN DIE.

Faith est une rabat-joie. Ni plus, ni moins. Elle tire toujours la tronche. Oui, toujours. Faut bien que, du coup, Naël relève le niveau et, de son côté, mette de l'ambiance. La voiture serait trop silencieuse s'il la fermait. Leur survie serait bien terne s'il ne souriait pas en permanence et ne lâchait pas sans arrêt des blagues vaseuses, et complètement merdiques. Tant pis si ça ne plaît pas à Faith, il l'emmerde. Non mais. Elle ne va quand même pas le faire changer plus qu'il ne l'est déjà ; s'il veut sourire tout le temps, il le fait et puis c'est tout. Il faut apprendre à l'accepter comme il est aussi. Même si, il peut le comprendre, ce n'est pas simple tous les jours. Elle ne répond pas à la pique qu'il lui retourne en échange et Naël continue, du coup, d'aborder un large sourire et un air victorieux. Ce n'est pas tous les jours que l'on peut se vanter de clouer le bec à la grande Faith. A la Faith nationale. A Faith la pessimiste. Au cours de ces derniers mots, Naël a eu maintes et maintes fois de lui trouver une multitude de surnoms ... Tous lui vont merveilleusement bien. Mais tous ne sont pas appréciés par la jolie demoiselle, du coup il les garde pour lui. Un brin timbré peut-être, mais pas suicidaire non plus. Comme toujours, dans sa tête, Naël passe du coq à l'âne. Alors qu'il songeait à tous les surnoms si bien portés par son ... "amie", il songe soudain au fait qu'il a très envie d'écouter de la musique. Et, attention, pas n'importe laquelle ! C'est sans plus se soucier de la route qu'il se penche sur le côté et se met à fouiner dans le vide-poche de la portière.

Il croit comprendre, en se relevant, que Faith tenait le volant - alors qu'il le gérait très bien avec son genou, hein ! - mais il ne lui en tient pas rigueur. Il faut dire qu'il est pleinement concentré sur sa trouvaille. Laquelle ne fera peut-être pas plaisir à la jeune femme ... mais encore une fois : tant pis. C'est sa voiture, c'est lui qui est derrière le volant, alors ce sont ses règles. Et puis c'est tout. Un brin surexcité, Naël chante les premières paroles dès qu'elles se font entendre ... et est plus que surpris d'être bientôt suivi par Faith. A ce niveau-là, ce n'est même plus de la surprise en fait. C'est du choc. Du choc à l'état pur. La route déjà perdue de vue, il tourne la tête dans sa direction et la regarde fixement, toute trace de sourire envolée. Il a les yeux exorbités, et il ne sera pas très difficile à la brune de comprendre pourquoi. Elle vient vraiment de chanter AC/DC ... ?! Sérieusement ?! Naël redescend bientôt sur Terre, parce que le refrain vient de s'immiscer entre eux et qu'il se remet à chanter à tue-tête. En même temps que Faith, qui semble connaître toutes les paroles. C'est étonnant, mais Naël ne veut pas se laisser prendre à un quelconque piège. Ce n'est pas lui qui oubliera les paroles le premier ... et ce n'est pas non plus Faith. Parce que, jusqu'à ce que la chanson s'arrête d'elle-même, ils sont bel et bien deux à hurler plus qu'à chanter, dans l'habitacle de la voiture qui n'a peut-être, finalement, jamais entendue autant de bruit. Un miracle. Voilà ce que c'est.

La seconde chanson est sur le point de se lancer mais Naël se précipite sur la radio avant. Il ne l'arrête pas, il se contente d'appuyer sur le bouton pause. Avant de se tourner vers Faith ; il faut qu'ils parlent. « Tu connais AC/DC par cœur ... Vraiment ? » Question bête sans doute, étant donné qu'il vient de l'entendre beugler chacune des paroles, mais il est encore sous le coup de cette découverte. Impossible de se montrer plus intelligent. Quoi que. Il peut peut-être faire un effort. « Le moins que l'on puisse dire, c'est que je suis surpris. » Il ne va pas lui dire parce qu'elle pourrait lui faire une crise de nerfs ici et maintenant mais il l'imaginait plus écouter ... Et bien, les chansons qui passaient toujours à la radio. Aïe. Il imagine la claque qu'elle pourrait lui foutre pour avoir oser proférer de telles accusations injustifiées. Parce que, visiblement, elle a de très très bons goûts niveau musique. Tout le respect qu'il a pour elle semble amplifié tout à coup. Mais ça non plus, faudra pas lui dire. Sait-on jamais, elle pourrait prendre la grosse tête. Ou l'envoyer sur les roses. Ou les deux en même temps. « Et bien je mettrai ce CD plus souvent alors. » ... Et il ose déjà imaginer la tête que fera Clarke quand il appuiera sur play. A tous les coups elle finira par les tuer tous les deux. Ce serait drôle de la voir dans un état de rage avancé ... Même si ce ne serait pas la première fois.

 
code par SWAN - gifs tumblr

_________________
Maybe it wasn't meant to be, not at all.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: things aren't always what they seem to be (ft Faith) Dim 10 Avr - 23:54

 
Faith & Naël
 
ONE BY ONE. HOLLOW HEROES SEPARATE. AS THEY RUN. YOU'RE SO COLD. KEEP YOUR HAND IN MINE. WISE MEN WONDER WHILE STRONG MEN DIE.

Étrangement – mais ça me crèverait de l'avouer à haute voix ! – ces quelques minutes à brailler en chœur ou en compétition avec Naël me font un bien fou. J'arbore même un sourire distrait aux lèvres, pour le coup. Ce fameux sourire qu'il me reproche de ne jamais montrer. Mais il pause la musique et je me mets à froncer les sourcils, dans l'incompréhension. Je m'apprête à lui demander si c'est sa nouvelle méthode de torture (lancer quelqu'un en lui mettant sa chanson fétiche pour ensuite arrêter cruellement le lecteur CD) mais il me coupe immédiatement. « Tu connais AC/DC par cœur ... Vraiment ? » Je le regarde, incrédule. Ça veut dire quoi, ce 'vraiment' qu'il accentue un peu trop ? Je ne pose pas la question, persuadée de ne pas en apprécier la réponse. « Le moins que l'on puisse dire, c'est que je suis surpris. » Je pince mes lèvres. Non, sérieux, ça veut dire quoi ? Le sourire fugace a disparu de mes lèvres. On dirait qu'il fait exprès. « Et pourquoi donc tant de surprise hein ? »  Sur la défensive, comme c'est souvent le cas. Oui enfin bon je n'ai jamais prétendu être parfaite et ne jamais lancer de moi-même les hostilités. Et j'aime pas du tout le sous-entendu que je perçois dans sa phrase. Il me prend pour qui ? Une midinette qui écoutait Taylor Swift en boucle en chialant après les mecs ?? C'était tellement prévisible venant de lui ! C'est clair comme de l'eau de roche : il ne me connaît pas. Et il pourra me traiter de chiante autant qu'il le voudra, pour le coup c'est lui qui aura tort.

« Et bien je mettrai ce CD plus souvent alors. » Je sursaute et hausse un sourcil en le regardant. ...Il est sérieux ? Je le fixe mais ma tension redescend d'un cran quand je percute ce que cela veut dire. Pouvoir écouter de la musique. De la vraie musique. Pas des mélodies dans ma tête ; pas mon harmonica ... Un vrai CD avec de vrais instruments et un vrai groupe. Putain j'en aurais presque les larmes aux yeux. Ce qui est profondément débile, j'en conviens. Je lâche donc un petit ricanement.  « Avec ça Clarke nous détesterait pour de bon. » Déjà qu'elle est entièrement enfermée dans son mutisme la plupart du temps, n'aidant parfois qu'à désamorcer quelques engueulades bien gamines, je n'ose pas imaginer ce qui se passerait si nous lui offrions la même scène que nous venons de jouer : les deux adultes qui assurent sa protection en train de beugler à l’unisson sur du rock des années septante au lieu de s'entretuer... Pour sûr qu'elle nous haïrait. Et pour de bon. Parce que si devoir assister à nos engueulades intergalactiques doit être chiant, nous entendre chanter à tue-tête plus fort que Bon Scott doit être pire. Et là, je me mets à rire. Sans doute les nerfs qui lâchent ; ou le manque de sommeil, à choix. « Après tout ce temps dans un silence morbide c'est maintenant que tu sors ce trésor ?! » Je le regarde et repars à rire de plus belle. Nan mais putain... Quel con ! Le fou-rire me prend, surtout que je me trouve stupide de ne jamais avoir osé fouiller dans ce que je considère être ses affaires. Pourtant cela m'est arrivé de conduire, aussi. Si proche et pourtant si loin de ce paradis musical. Est-ce qu'il garde cela depuis que la fin du monde est arrivée ? Ou bien l'a-t-il trouvé dans la zone ? Dans l'un de nos raids ? Je ne peux m'empêcher d'être curieuse. C'est que l'on a peut-être trouvé un vague terrain d'entente, tous les deux. Vague. « Bon vas-y balance. Il y a quoi d'autre comme groupes ??? » Oui parce que maintenant qu'il m'a lancée, je veux savoir. Il a commencé avec AC/DC, ce qui veut dire que ses goûts musicaux ne sont pas aussi douteux que sa personnalité n'aurait pu le laisser paraître. Qu'est-ce qui se cache dans son coffret d'Ali-Baba ? Nirvana ? Aerosmith ?? OH ! Guns'N'Roses ??? Mes yeux brillent et je ressens une pointe d'excitation qui ne m'a plus effleurée depuis trop longtemps. Un peu comme une gamine le matin de Noël qui tente de découvrir quel sera son cadeau en secouant l'emballage.

 
code par SWAN - gifs tumblr
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.

× A propos du vaccin : :
Merci mais non merci.

× Âge du perso : :
33 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, chez les sauveurs.

× Avant, j'étais : :
Guitariste à temps partiel.

× Messages : :
2453

× Points de vie : :
15

× Copyright : :
© schizophrenic (avatar), © schizo' (code signa).

× Avatar : :
James Franco le beau gosse.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: things aren't always what they seem to be (ft Faith) Jeu 14 Avr - 11:01

 
Faith & Naël
 
ONE BY ONE. HOLLOW HEROES SEPARATE. AS THEY RUN. YOU'RE SO COLD. KEEP YOUR HAND IN MINE. WISE MEN WONDER WHILE STRONG MEN DIE.

Ben quoi ?! Il a bien le droit d'être surpris, non ?! Ce n'est pas tous les jours que l'on découvre que sa meilleure pire ennemie a des goûts musicaux fabuleux. En fait, il ne s'est jamais posé la question, il ne s'est jamais non plus demandé ce qu'elle pouvait bien écouter, autrefois. Qu'elle écoute du rap, du jazz, ou bien de la country, ça n'arrangeait pas leurs affaires ... Il comprend, à sa question presque rhétorique, qu'elle est un peu surprise de le voir avoir une telle réaction. BEN QUOI ?! C'est normal, non ? De son côté, elle avait bien dû imaginer les pires inepties et horreurs vis-à-vis de lui et ses goûts. Il le sait, elle n'a pas besoin de le dire ou, pire, d'essayer de lui mentir. « Mais quoi ?! J'ai plus le droit d'être surpris maintenant ?! » A tous les coups elle va finir par le frapper mais tant pis, il s'y est habitué le pauvre malheureux. D'ailleurs, s'il l'avait pu il aurait même forcé le trait et aurait fait une tête en mode triple menton et gros yeux. Mais il conduit, et quand bien même il n'y a pas vraiment d'obstacles sur la route pour l'heure, il ne veut pas plus les mettre en danger qu'il ne le fait déjà d'habitude. Et puis, sa voiture ne survivrait pas à un accident alors il la ménage. En vérité, c'est surtout sur elle qu'il veille, oui oui. Bon emballé c'est pesé, il mettra ce CD plus souvent. Et d'autres, aussi, mais elle n'a pas besoin de tout savoir, si ? Un ricanement échappe à Faith et Naël en hausse les sourcils de surprise. Bordelou, mais qu'est-ce qui est en train de se passer, là ? Il n'a pas l'habitude de la voir exprimer autre chose que de la colère, aussi est-il carrément sur le cul quand elle explose de rire. Oh. Bordel. A cette allure-là, le ciel va leur tomber sur la tête. Sans blaguer.

« Mais non, je suis sûre qu'elle finira même par chanter à tue-tête avec nous. » Encore abasourdi, Naël n'est pas capable de faire plus mordant. C'est à son tour de ricaner quand elle enchaîne, parlant de silence morbide et de trésor caché. Allez, elle exagère un peu. Le truc c'est que c'était son trésor caché à lui, un truc qu'il n'a, il est vrai, jamais partagé avec ses compagnes d'infortune. « Restons sur le fait que je l'ai sorti maintenant, tu veux. » Un sourire ironique brièvement jeté dans sa direction et il regarde de nouveau la route. Ouh la, mais il veut se faire tuer ou quoi ? Déjà qu'elle était de mauvais poil en partant de leur refuge tout à l'heure, et il ne fait rien pour l'arranger. Ahah, la blague. Ce n'est pas son genre du tout ; jamais il ne fera quoi que ce soit pour la calmer alors qu'elle est énervée contre lui. Au contraire, cela l'amuse tellement qu'il est toujours prêt à forcer le trait et l'agacer un peu plus, toujours plus ... La question suivante de Faith survient et Naël se met à fouiner dans le vide-poche de la portière. De toute façon, maintenant qu'elle sait tout, autant sortir le grand jeu ... Il en extirpe donc une pochette, contenant pas mal de CDs, qu'il lui tend. « Tout est là. Ce sont mes bébés, prends-en soin. » Quelque chose lui dit que, de toute façon, Faith est du genre à prendre soin de tels oeuvres d'art. L'instinct. Un trait que Naël ne pensait même pas avoir ... Comme quoi, tout est possible. « Fouille donc. » Maintenant que c'est entre ses mains, elle ne risquait pas d'agir différemment, mais bon ... Et ce qu'elle découvrira dedans devrait dépasser ses attentes. Parce qu'il n'y en a pas pour tous les goûts, ce n'est que du bon vieux rock dans la même trempe qu'AC/DC. Et comme Faith a l'air fan de tout ça ... Lui, en tout cas, a hâte de la voir s'extasier devant Led Zeppelin, Arosmith, Alice Cooper, etc, etc ...

 
code par SWAN - gifs tumblr

_________________
Maybe it wasn't meant to be, not at all.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: things aren't always what they seem to be (ft Faith) Mer 4 Mai - 11:18

 
Faith & Naël
 
ONE BY ONE. HOLLOW HEROES SEPARATE. AS THEY RUN. YOU'RE SO COLD. KEEP YOUR HAND IN MINE. WISE MEN WONDER WHILE STRONG MEN DIE.

« Mais quoi ?! J'ai plus le droit d'être surpris maintenant ?! » Je me contente de lever les yeux au ciel, bien consciente qu'il fera à peu près tout pour m'agacer aujourd'hui. Il devait avoir un Doctorat en Chiantologie ou je ne sais quoi, autrefois. Je me retiens de céder à mon instinct premier (c'est-à-dire l'envoyer chier en bonne et due forme), simplement parce que j'ai envie d'en savoir plus. Que dis-je ? J'ai besoin d'en savoir plus. De feuilleter les CDs ; de me faire rêver. Mais plutôt crever que de le dire clairement, il serait capable de m'en priver juste pour le simple bonheur de me voir suppliante. Ça, jamais.

L'ironie de la situation me saute finalement aux yeux et j'explose de rire, dans un éclat qui nous surprend, moi la première. Mais rien que de voir ça tête, au Naël, franchement ça n'a pas de prix ! Et me voici repartie de plus belle, en ayant presque les larmes aux yeux, quelque chose qui ne m'était pas arrivée...depuis des lustres. Putain c'que ça fait du bien. J'vais juste pas le lui dire ; plutôt crever. « Mais non, je suis sûre qu'elle finira même par chanter à tue-tête avec nous. » Il a l'air abasourdi, le Naël. Et le voir perdre de sa superbe comme ça...ça fait plaisir. Eh, je ne suis qu'humaine ! Je hausse un sourcil, entre deux ricanements. Sérieusement ... il y croit ? Cela m'étonnerait grandement. Disons que je me verrais plus facilement rouler une pelle à un mort vivant que d'imaginer Clarke se laisser emporter avec nous ... ce qui n'est pas près d'arriver. Mais eh ! Sait-on jamais ... je ne vais pas commencer à prendre des paris ; ce qui est en train de se passer aujourd'hui est suffisamment cocasse pour que je me dise que tout est possible, finalement. Quand je fais remarquer qu'il aurait quand même pu nous sortir ce trésor plus tôt, voilà que l'enfoiré se met à ricaner. Je pince mes lèvres en le regardant, figée. Avec la désagréable sensation qu'il se fout de ma gueule. Ce qui, vous remarquerez, n'est pas si inhabituel que cela. « Restons sur le fait que je l'ai sorti maintenant, tu veux. » Je le regarde, prête à relancer l'offensive. Naël Warrens et son putain de ton suffisant qui m'énerve plus que de raison. C'est toujours comme ça, avec lui. On est toujours sur le fil du rasoir, tantôt bien tantôt provocateurs ; incapables de se la fermer un moment. C'est un peu comme si c'était ce qu'il aime le plus faire, ce con. Ce que je voudrais pouvoir lui arracher son putain de sourire à deux balles, là ! Je serre le poing, secouant la tête. Non, ça ne vaut pas la peine. J'vais pas lui faire ce plaisir.

J'essaie de dévier, dans une zone plus neutre. Oui, qu'a-t-il d'autre comme musiques ? « Tout est là. Ce sont mes bébés, prends-en soin. » J'ai un air ironique. Ses bébés ? Tiens donc il a l'instinct paternel lui maintenant ? Une lueur moqueuse passe dans mes yeux mais je tais la provocation, comprenant bien où il veut en venir. « T'inquiète pas, va. Si je suis tout à fait capable de t'écorcher vif, je vais pas me défouler sur ces objets bien trop précieux et incapables de se défendre. » Un léger sourire anime mes lèvres et franchement, pour une journée qui a si mal commencé, le Naël devrait arrêter de se plaindre en disant que je suis trop grinche. Mais après tout, les mauvaises langues diraient que c'est comme ça que nous fonctionnons...à se tirer dessus à tout va. Mais à la fin de la journée, je reste quand même avec eux et lui pareil.

Je porte la pochette contenant tout un univers musical comme s'il s'agissait du Saint Graal. Et, ma foi, c'est un peu le cas. Car, n'en surprenne les plus sceptiques, je suis une grande amatrice de musique. Principalement ces vieux groupes de Hard Rock. Mes mains tremblent d'excitation et j'en oublie ma méfiance habituelle ; mon attitude constamment sur le qui-vive. Là, devant le nom de ces groupes, je suis dans un espace hors du temps ; hors de l'Apocalypse. Mes doigts parcourent les CDs, rapide ; respectueuse. Le Naël, il m'aura jamais vue aussi silencieuse aussi longtemps. Probablement qu'il va faire une rupture d'anévrisme devant tant de surprise. Chaque nom que je lis est un délice à mes yeux ; un souvenir agréable d'une vie autrefois normale. Putain ... ça fait longtemps. Y'a du Led Zep' ; Aerosmith ; beaucoup de noms que je connais et d'autres un peu moins ... mais tout ce que j'aime. Je referme la pochette en un geste quasi-religieux. « ...T'as des bons goûts en matière de musique. Étonnamment. » Oui bon hein faut pas non plus espérer un changement drastique de personnalité, je suis bien incapable de lui faire un compliment sans rajouter de pique à mes mots. Mais pourtant je ne dis que la plus stricte vérité. Et quelque part, j'aurais presque préféré qu'il ait des CD de Taylor Swift histoire que je puisse bien me foutre de sa gueule. Cela n'irait pas avec le personnage ; c'est vrai. Mais d'un autre côté, je dois bien avouer que ça me fait plaisir de découvrir – une fois n'est pas coutume ! – que nous avons un point commun. Un vague, très vague, terrain d'entente. « Pourquoi ne pas avoir sorti ça plus tôt ? » Je récidive, posant la question franchement cette fois-ci. C'est vrai quoi ... s'il était persuadé à ce point là que ça nous ferait chier (moi principalement), cela aurait été typique de sa part de sortir l'artillerie lourde dès que possible ! Je le regarde, réalisant que ce mec et son insouciance maladive restent un mystère malgré le temps que l'on passe à s'engueuler tous les deux.



 
code par SWAN - gifs tumblr
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.

× A propos du vaccin : :
Merci mais non merci.

× Âge du perso : :
33 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, chez les sauveurs.

× Avant, j'étais : :
Guitariste à temps partiel.

× Messages : :
2453

× Points de vie : :
15

× Copyright : :
© schizophrenic (avatar), © schizo' (code signa).

× Avatar : :
James Franco le beau gosse.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: things aren't always what they seem to be (ft Faith) Ven 13 Mai - 20:30

 
Faith & Naël
 
ONE BY ONE. HOLLOW HEROES SEPARATE. AS THEY RUN. YOU'RE SO COLD. KEEP YOUR HAND IN MINE. WISE MEN WONDER WHILE STRONG MEN DIE.

Il savait Faith facilement capable de le mettre à bout de nerfs, il découvre maintenant qu'elle aussi capable de le surprendre. Il ne s'attendait pas à ce qu'elle ait d'aussi bons goûts musicaux. Et, pour couronner le tout, la voilà qui se met à rire ... Ouais, franchement, on va au-delà de la surprise là. Et s'il lui en fait part pour ce qui est de la musique, il se garde bien de lui faire savoir que la voir rire a de quoi le mettre sur le cul. La connaissant un petit peu maintenant, il sait à quoi s'attendre au niveau de ses réactions. Et s'il ose faire une réaction sur le sujet, il peut être sûr de ne jamais voir une telle situation se reproduire ... autant dire qu'il a tout intérêt à la boucler. Et, pour une fois, c'est son intérêt - leur intérêt - qu'il suit, et pas ses vieilles habitudes de relou. Étonnement, Faith ne rebondit pas sur certains sujets fâcheux - et tout particulièrement sur celui qui concerne la sortie des CDs aujourd'hui et aujourd'hui seulement -. Au lieu de cela, elle se contente de passer à tout à fait autre chose ; le contenu même de cette petite boîte. Il l'autorise à fouiner dedans, ne serait-ce que pour la satisfaction de ne plus l'entendre crier un certain temps et aussi un peu pour lui faire plaisir à elle, il faut bien l'avouer. « Bien, c'est l'essentiel. » Et le pire, c'est qu'il le pense vraiment, ce crétin. Il pense vraiment qu'il est préférable qu'elle l'écorche vif plutôt qu'elle ne blesse ces pauvres CDs. En même temps, il l'en imagine très mal capable maintenant qu'il sait à quel point elle peut aimer la bonne musique ... ce serait un sacrilège, pour l'un comme pour l'autre. Quelques secondes, vite devenues des minutes, s'écoulent pendant lesquelles Faith est trop occupée à regarder dans les CDs en sa possession pour dire quoi que ce soit. Du coup, le silence qui règne dans la voiture est complet, et Naël ne peut plus faire disparaître son sourire de crétin satisfait. Ben quoi, il a bien le droit d'être fier de lui, non ?! Pour une fois qu'ils parviennent tous les deux à avoir une discussion à peu près civilisée, cela s'entretient. Sa fouille terminée, elle lui fait savoir à quel point il a de bons goûts, et il doit bien avouer se sentir flatté pour le coup. Voilà un terrain sur lequel ils ne peuvent pas se disputer - en théorie -. « C'est réciproque, c'est réciproque. » Il aurait pu dire un truc du genre "je sais, je sais" mais cela n'aurait fait que raviver l'habituelle verve de Faith. Autant dire qu'il a plutôt intérêt à la boucler et à accepter le compliment tel qu'il vient plutôt que d'en rajouter une couche ...

Parce que, après tout, ce serait dommage de gâcher un tel moment, vous ne trouvez pas ? Pour une fois qu'ils parviennent à s'entendre plus ou moins sur un sujet, qu'ils discutent sans hausser le ton ... ah ben, visiblement, c'en est déjà fini de cette entente. Faith vient de relancer les hostilités, et Naël sait que cela ne peut pas bien finir. S'il ne répond pas, elle s'agacera. S'il répond, elle s'agacera. Bon ben, autant dire les choses comme elles lui viennent et il avisera ensuite ... Selon la réaction de Faith. Qui sait, peut-être qu'elle saura le surprendre pour la énième fois aujourd'hui ? « Pffff tu as le don de gâcher les moments de flatterie toi ... » OK, OK, mauvais choix. Naël a passé assez de temps avec elle pour savoir que c'est exactement le genre de répliques qu'elle n'aime pas. Ce n'est pas de sa faute à lui si elle n'a aucun humour franchement. Mais autant se rattraper là, tout de suite avant qu'elle n'ait le temps de s'énerver, de monter en pression et de le lyncher. « Euhm ... je disais donc : je ne les ai pas sortis parce que je n'y avais pas pensé plutôt, tout simplement. » Rajoute-t-il donc aussitôt, en espérant ne pas voir danser des flammes dans les yeux de Faith ; elle pourrait bien, en effet, l'écorcher vif ici et maintenant. Peu importe qu'il soit en train de conduire. Peu importe qu'ils soient tous les deux en direction du premier endroit qui pourra, potentiellement, leur apporter de quoi bouffer/boire. Bon et sinon il devrait peut-être en rajouter un peu dans ses explications ; il finira par s'y perdre mais tant pis, il aura au moins essayé. « Quoi qu'il en soit, maintenant c'est fait et on va pouvoir se défouler autrement qu'en gueulant l'un sur l'autre. » Ouais, enfin, il n'est pas sûr que sa théorie tiendra la route. Et puis même s'ils parvenaient à trouver un tel compromis et à accorder leurs violons de cette façon, il y en a une autre qui les remplacerait ... Clarke. Parce qu'il l'imagine se mettre, elle aussi, à chanter. Surtout que, toutes ces vieilles chansons, il y a de fortes chances pour qu'elle ne les connaisse même pas ... alors si elle ne se renfrogne pas dans un coin - plus que d'habitude s'entend - elle risque fort de leur en faire baver pour oser mettre de la musique sans demander son avis. Ils peuvent toujours essayé, cela dit. « Je pense que c'est un bon deal ... Non ? » Maintenant, il n'a plus qu'à espérer, soit que Faith le surprenne et le prenne bien, soit qu'ils arrivent bientôt à destination. L'un ou l'autre, il s'en contentera. Il le fait toujours.

 
code par SWAN - gifs tumblr

_________________
Maybe it wasn't meant to be, not at all.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Plutôt crever que de faire ce foutu vaccin !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21102

× Points de vie : :
171

× Copyright : :
© shiya (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: things aren't always what they seem to be (ft Faith) Lun 6 Juin - 14:30

RP archivé suite à la suppression de Faith. coeurrose

_________________
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: things aren't always what they seem to be (ft Faith)

Revenir en haut Aller en bas

things aren't always what they seem to be (ft Faith)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS-