A little present | Abby ❤
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome. Quelques bugs/décalages à attendre sous Firefox.
Le 10 novembre 2016, le forum a fêté ses quatre ans !! A cette occasion, sa saison 5 a été mise en place. bril Et le 12/06/2017, sa version vingt-trois réalisée par Morphine est installée. Toutes les nouveautés sont à découvrir ici. coeurrose
Oh la la qu'est-ce que vouuuuus aiiiiiime !! coeurrose lele Et si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ?

Partagez| .

A little present | Abby ❤

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

MARGINAUX
avatar


#We have a fast car, we want a ticket to anywhere. Maybe we make a deal. Maybe together we can get somewhere.
Anyplace is better.


***

#Nothing could kill me like you do. You're going straight to my head and I'm heading straight for the edge. I pick my poison and it's you.



JovousaimeFort:
 

× Âge du perso : :
17 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Sur les routes de Californie, partageant une magnifaïque jeep cyan aux côtés de Nikolaï et Alixen

× Avant, j'étais : :
Un collégien turbulent

× Messages : :
2612

× Points de vie : :
5

× Copyright : :
©popgun (vava) - ©Popgun & ©Merenwen (gifs) - ©MACFLY (sign)

× Avatar : :
Chandler Riggs

× Et ton p'tit pseudo ? : :
PopGun

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: A little present | Abby ❤ Sam 16 Jan - 23:26

a little present
feat. Abbygail & Luke


   grande icone  grande icone
 
Si Luke participait aujourd'hui encore à une nouvelle sortie de réapprovisionnement, c'était avant tout car il ne pouvait pas laisser Nikolaï sortir seul. Enfin ce n'est pas qu'il ne pouvait pas, c'est qu'il ne voulait pas. Il n'avait pas retrouvé son frère, pour finalement le laisser courir dans la nature, avec des gens dont il ignorait tout et dont il n'avait pas du tout confiance. C'était impensable, alors il prenait sur lui et attrapait son courage à deux mains pour faire face une nouvelle fois au monde extérieur. Ainsi, il n'oublierait pas ce que cela procurait de tuer un rôdeur. Car il était trop facile d'oublier, à l'intérieur de ces beaux murs, à quoi ressemblait la réelle menace qui planait sur eux. Quoi qu'il en soit, la sortie fut des plus fructueuses et s'était passée sans aucun accrochage. Personne n'avait été mordu, ou abattu ce qui faisait de cette expédition une victoire totale. C'est triomphant que le groupe passa une fois de plus le portail du camp, accueillit comme toujours par des sourires et des soupires de soulagement. Pour une fois, Luke ne resta pas aider les survivants à décharger la voiture, leur nombre déjà sur place étant largement suffisant pour les ressources qu'ils avaient pu ramener. De plus, Luke avait autre chose de prévu. Quelque chose qu'il était pressé d'accomplir depuis qu'il l'avait finalement trouvé.

A grandes enjambées, il arriva dans leur maison qui pour une fois transpirait la tranquillité. Rare étant ces moments de calme au vu du nombre de personne vivant sous ce toit. Peut-être devenait-il appeler cela une chance ou alors une coïncidence, dans les deux cas, cela n'allait pas empêcher Luke de se jeter sous une bonne douche bien mérité. Cette fois-ci, il comptait faire les choses dans l'ordre et ainsi mettre toutes les chances de son côté pour un effet de surprise plus qu'agréable. C'était du moins, ce qu'il espérait, avec Abbygail il fallait se préparer à tout et surtout au pire. Du genre : se prendre une critique sur la couleur inadaptée des serviettes sur une table dressée exprès pour une soirée en romantique. Détail pensez-vous ? Détail déterminant vous répondra t-elle : ce sont les petits détails qui rendent les choses merveilleuses. Luke allait donc travailler tout cela aussi durement que possible pour éviter... De se prendre un mur. « Puis au pire... Je l'emmerde hein ! » laissa-t-il déjà échappé alors que l'eau tiède détendait ses muscles encore crispés de la sortie. Voilà qu'il ne s'était même pas encore présenté devant elle qu'il sentait déjà venir les remarques désobligeantes, aussi avait-il pris l'habitude de déverser sa futur colère avant, évitant ainsi de tout lâcher devant la rousse et ainsi échapper une millième dispute inutile. Même si, ne nous le cachons pas, ils allaient sans doute se mettre sur la gueule. C'était comme un petit rituel obligatoire... Comme quand Luke salue Maebh le matin en se levant, en plus... Familier dira-t-on.

Un fois séché et habillé, Luke saisit l'objet de toutes ces folies avant de se diriger non sans hésitations vers l'antre du Diable. Dans ses mains se tenait donc un petit présent à l'intention d'Abbygail. Il s'agissait ni plus ni moins d'une montre Carl F. Bucherer de couleur beige-orangé (car Luke savait bien l'importance qu'Abbygail portait autrefois aux marques de ses vêtements).  Une petite perle de l'esthétique dégotée dans la zone industrielle où ils étaient allés chercher des ressources le matin même. Luke n'aurait jamais eu l'argent pour lui offrir un tel présent, une chance pour lui les 49,000$ nécessaire pour l'obtenir pouvait aujourd'hui être remplacé par le courage d'affronter des rôdeurs et cela, il n'en manquait pas. Pourquoi lui avoir ramené un tel cadeau ? Très bonne question. Depuis le temps qu'ils se connaissaient et au vu des dernières années qu'ils venaient tout juste de traverser, personne ne lui avait sans doute souhaité son anniversaire. Luke comptait donc rattraper ces années là, tout simplement. Il était bien sûr conscient que la fameuse date de sa naissance était dans plusieurs mois si ce n'était plus, mais avait-il au moins l'assurance de vivre jusque là pour prendre le risque d'attendre et lui donner le jour même en main propre ? Non... Bien sur que non. C'est pour cette raison qu'il était venu dans son repaire exprès pour lui offrir sa trouvaille du jour. Mais à sa grande surprise, la AbbyCave était déserte. Luke n'avait pas pris la peine de toquer, voulant clairement lui faire une surprise en débarquant là-dedans à l'improviste, mais il fallait croire que le destin était contre lui et son idée. Descendant à petites foulées les marches qui menaient jusqu'à la pièce principale, il marcha jusqu'au centre de la pièce avant de lâcher un long et puissant soupire.

Avoir fait tout cela pour finalement ne pas la croiser ? C'était hors de question, il n'allait pas abandonner aussi facilement. L'effet de surprise n'avait pas marché certes, cela ne voulait pas pour autant dire que le reste ne marcherait pas non plus, tout du moins il l'espérait. Avançant doucement pour s'asseoir sur ce qui devait sans doute lui servir de lit, il resta un moment dubitatif devant ce vieux matelas, se disant que cette bête là était un peu raide pour le dos d'Abbygail. « Ouah... On sent même les ressorts... » se murmura-t-il à lui même dans un petit rire moqueur, imaginant alors Abbygail se tourner dans tous les sens dans l'espoir de trouver une position dans laquelle on ne sentirait pas trop ces fameux ressorts. Une image pour le moins comique qui lui étira un fin sourire sur les lèvres. Luke se moquait, mais elle au moins avait une chambre et un lit à elle toute seule. Chose que Luke avait perdu au moment même où il avait invité Bonnie à les rejoindre. Depuis cette fameuse décision, qu'il ne regrettait pas bien sûr, ses nuits étaient réellement devenues... Un cauchemar. Oh oui... Bien trop nombreuses étaient les nuits qu'il avait du passer dans le canapé du salon... Dans un long soupire, il venu poser le petit paquet sur ce qui devait lui servir de table de nuit avant de passer une main sur ses cervicales en bouillie.

Luke espérait de tout cœur que la montre lui plaise, il n'avait jamais été doué pour faire des cadeaux et à vrai dire... C'était le premier qu'il offrait à quelqu'un. Malheureusement les premières expériences chez lui, avait toutes tendance à être foireuses, pour ne pas dire totalement catastrophiques. Aussi appréhendait-il déjà la réaction d'Abbygail avec une certaine nervosité. Les magasins de luxe avaient été les premières cibles des pilleurs au début de l'épidémie et pourtant il avait eu le choix entre deux modèles encore intacts, si ce n'était qu'une petite nappe de poussière sur le cadrant. Luke connaissant bien Abbygail, la vraie Abbygail. Il savait pertinemment que derrière ce côté princesse qu'elle s'évertuait d'arborer se cachait une fille simple qui aimait également sauter dans la boue quand aucun regard n'était poser sur elle. En exagérant la chose bien sûr. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'il avait opté pour quelque chose d'un peu plus décontracté et sportif, qu'une montre bijoux, mais dont la beauté s'accorderait parfaitement à celle d'Abbygaïl. Évidemment, Luke avait également pris la montre bijoux au cas où celle-ci ne lui plairait pas. Disons qu'une solution B était toujours préférable avec elle, ainsi il pourrait... Réagir rapidement et non pas rester les bras ballant comme le dernier des cons devant une Abbygail mécontente. La montre bijoux était en quelque sorte une solution de repli en cas de débordement de l'ennemi.

Cela devait bien faire dix bonnes minutes qu'il patientait sur le lit d'Abbygail et la fatigue commençait à le gagner peu à peu. Ou avait-elle bien pu passer ? Et si elle était avec ce type... Nathan, si sa mémoire ne lui faisait pas défaut. Qu'il pouvait le détester lui et sa tête de petit con arrogant prétentieux. Si quelqu'un ne lui inspirait clairement pas confiance dans cette zone, c'était bien lui. Voir Abbygail passer du temps avec avait le don de l'exaspérer. Pourquoi fallait-il toujours qu'elle accorde sa confiance à ce genre d'individu ? Luke avait beau se dire qu'elle était assez grande pour choisir qui avait le privilège d'obtenir sa confiance, autant se disait-il qu'elle commençait à l'accorder au premier venu, dans la mesure où celui-ci faisait plus qu'un mètre quatre-vingt et possédait des yeux clairs. Basculant tout son corps en arrière pour venir s'allonger de tout son long sur le dos, il regarda le plafond d'un regard vide avant de fermer les yeux quelques secondes. Luke était fatigué et penser à tout cela l'épuisait davantage. Il avait suffisamment de problème et d'angoisse pour s'en créer de nouveaux avec des choses aussi insignifiante que ce Nathan. Luke s'accorda donc une petite minute de repos bien mérité. Une main sur son torse, il sombra doucement et inconsciemment dans un profond sommeil, oubliant par la même occasion la principale raison de sa venue ici.

made by guerlain for bazzart

_________________

You're oxygen and i'm dying to breathe
Sometimes, you have to drop the old to catch the new

ChipsMan:
 
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


LIKE A QUEEN WEARS A CROWN

we'll take the world to its feet
& m o v e m o u n t a i n s
- ⋆ ' ⋆ . - ⋆ ' ⋆ . -

× A propos du vaccin : :
Je suivrais Ophelia, peu importe sa décision.

× Âge du perso : :
20 ans & toutes mes dents !

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, à Yosemite avec Ophelia.

× Avant, j'étais : :
Reine, bitches.

× Messages : :
1374

× Points de vie : :
101

× Copyright : :
MYERS. (signature) & wicked game (avatar)

× Avatar : :
Nicola Peltz.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: A little present | Abby ❤ Mar 19 Jan - 7:09


Luke x Abbygail
A Little Present for You
Just one more time before I go, I'll let you know that all this time I've been afraid wouldn't let it show. Nobody can save me now, no.. Nobody can save me now. Stars are only visible in the darkness, fear is ever-changing and evolving, and I, I can poison the eyes, and I, I feel so alive. Nobody can save you now. The king is crowned. It's do or die! The only sound is the battle cry.

Ça n’avait pas été reposant aujourd’hui. Bien que beaucoup de gens dans cette zone dirait le contraire, puisqu’il faut dire qu’il y a un tas de tâches qui sont deux fois plus emmerdante que la mienne, je n’ai pas particulièrement apprécié ma journée et je l’ai trouvé longue. Peut-être parce que je savais que Luke sortait aujourd'hui et qu’à chaque fois j’avais peur qu’on nous dise qu’il lui était arrivé quelque chose là-dehors. Je me demandais bien pourquoi il s’obstinait à sortir ce petit con, mais s’il ne le faisait pas je lui reprocherais surement aussi. Ça me plaisait quand même un peu, mais seulement quand il revenait les mains pleines de provisions. Bien entendu je ne lui adressais souvent pas un seul regard lorsque moi et Nathan on venait chercher ce que le groupe avait rapporté pour les triés et tout noter, hors de question qu’il sache que je m’en faisais autant pour lui. En même temps c’était quand même compréhensible, il y a plus de deux ans de cela il avait disparu et j’avais bien cru qu’il était mort, bien que je n’avais pas trouvé son cadavre comme j’avais trouvé celui de son grand frère. Lui et Niko ils étaient tous ce qu’il me restait désormais, et je ne voulais pas les perdre. J’avais perdu mes parents, mes amis, et Simon aussi, alors je refusais d’ajouter à la liste leurs deux noms. Enfin, tout ça pour dire que cela m’empêche de passer du bon temps et d’oublier que je suis en train de bosser. Le brun a d’ailleurs remarqué que je n’étais pas trop d’humeur, alors il est resté silencieux et ennuyant. Je suis donc ravie de quitté sa demeure après qu’il m’ait dit qu’il pouvait se charger du reste, et je me dirige vers la bibliothèque. J’ignore la trentenaire qui me salue avec un grand sourire comme à son habitude agaçante et je plonge directement dans les rangées, j’avais finis le dernier livre que j’avais emprunté et du coup je venais en chercher un nouveau. Il n’y avait pas grand-chose d’autre à faire pour passer le temps et relaxer ici, la plupart du temps je lisais ou je dessinais, enfin dans les moments où je n’avais pas besoin de gueuler après les gamins qui se baladent dans la maison et me pourrissent la vie. Je m’en étais d’ailleurs plaint auprès de Nathan qui m’avait proposé de venir dans leur maison, mais j’avais gentiment refusé. Ça m’avait quand même fait un peu flipper. Il savait que j’avais dix-neuf ans au moins? En plus ce n’est pas comme si il manquait de femmes, la moitié du camp est à ses pieds. C’est vrai qu’il était plutôt beau gosse, mais je savais qu’avec quelqu'un comme ça je m’ennuierais à mourir. J’avais besoin de quelqu'un comme Simon. Je grimace en repensant à lui mais je secoue rapidement la tête et me ressaisie. Après ce n’est pas comme si j’avais envie de quitter Niko et son stupide frère, même si j’étais toujours en colère contre celui-ci, et que tous les orphelins qu’il avait ramené me faisait royalement chier.

J’arrête de ruminer lorsque je pose mes doigts contre la reliure d’un livre au titre intéressant ; Outlander, il me semble en avoir déjà entendu parler. Je le tire puis lis le résumé. Je souris, satisfaite et intéressée, et je vais rapidement apporter l’ancien roman à la blonde à l’avant de la maison, puis elle note le nouveau et je peux enfin sortir. Je lis déjà les premières lignes en me rendant à l’Orphelinat Harrison puis entre dans la maison, pencher sur mon livre, mais lorsque je plonge dans le silence presque troublant dans lequel celle-ci est anormalement plongée, je relève rapidement la tête et referme les pages de mon livre. J’hausse un sourcil tout en refermant la porte de l’entrée et je retire ensuite mes souliers. Quelle sensation magique bon Dieu… Il n’y avait aucun bruit, c’était plus silencieux que dans une église. Où tout le monde était donc passé? Rien à foutre, moi je dis, tant qu’ils restent là où ils sont en ce moment encore longtemps, pour toujours pourquoi pas, mais ça serait trop beau. Je passe à la cuisine me prendre une pomme que je croque avant de descendre au sous-sol énergiquement et nouvellement de bonne humeur, pensant être seule. Pourtant, mon sourire se fane lorsque j’aperçois la chevelure brune de Luke contre mon oreiller, je manque presque de recracher ma bouchée. Comment il avait aucun respect, ce con ! Déjà, il pollue ma maison, ensuite il fricote avec l’autre sauvage et maintenant il pique des petits sommes dans mon lit pourrit ?! Ok, je le détestais à mort et si c’était un humain je l’aurais déjà étranglé, mais il n’en restait pas moins qu’aussi maudit soit-il il était à moi et cette petite pute ne dormirait pas dedans. Déjà qu’il descendait constamment malgré l’affiche explicite contre la porte qui menait à mon espace personnelle… Je lance mon livre contre le lit, croque la pomme et la coince entre mes dents, le poussant du lit qui grince. Il tombe face contre terre, mais tant pis, de toute façon il y avait du tapis alors il ne se ferait pas trop mal, puis après la fois où je l’avais envoyé à l’hôpital et qu’il avait presque perdu son œil à cause d’une roche lancée avec un peu trop de rage, il devrait le savoir que c’est dangereux de me mettre en colère et pourtant, pourtant il à cette manie de toujours faire le con. « Tu te crois où là, la belle au bois dormant? T’as confondu mon lit avec celui de l’autre timbrée ou quoi? » Bordel, moi qui pensait que j’aurais la paix pendant minimum une heure et que je pourrais lire un peu tranquille… « Qu’est que tu fou encore en bas? Me semblait que tu savais lire, Ekul. » Je fronce les sourcils en apercevant une montre contre ma table de chevet puis je pouffe de rire en la prenant. Je l’observe un peu avec un sourire espiègle. « Jolie, mais un peu trop féminin pour toi, non? Enfin, j’dis ça, mais depuis quelque temps t’as bien l’air d’essayer d’avoir les cheveux aussi long que moi… » Putain en plus c’était une Bucherer, où il avait décoté ça? Depuis quand il aimait ce style de truc? Elle était foutrement belle comme si ce n’était pas assez. Je garde pourtant cela pour moi et je lui jette un regard, prenant un air choquée. « Luke, tu n’aurais pas quelque chose à confesser? Tu sais je ne vais pas te juger si tu as décidé de… de faire partie de l’autre équipe. » Je rigole un peu et la lui balance, quand même intriguée. C’était bizarre… Il ne pouvait tout de même pas porter ça… et si il le faisait je ne le connaissais définitivement plus. Luke? Qui ça? Je connais pas de Luke, moi.

- CODE PAR MYERS -

_________________

 
Y O U S H O W E D  M E
THAT I WAS WORTH IT
_ - _ - _ - _ - _ - _ - _ - _
She was t o o q u i e t, or she was t o o l o u d
She was too sensitive, or too cold-hearted
She HATED with every fiber of her being
or she L O V E D  with all her heart ♥


Dernière édition par Abbygail Sanders le Dim 14 Fév - 5:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar


#We have a fast car, we want a ticket to anywhere. Maybe we make a deal. Maybe together we can get somewhere.
Anyplace is better.


***

#Nothing could kill me like you do. You're going straight to my head and I'm heading straight for the edge. I pick my poison and it's you.



JovousaimeFort:
 

× Âge du perso : :
17 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Sur les routes de Californie, partageant une magnifaïque jeep cyan aux côtés de Nikolaï et Alixen

× Avant, j'étais : :
Un collégien turbulent

× Messages : :
2612

× Points de vie : :
5

× Copyright : :
©popgun (vava) - ©Popgun & ©Merenwen (gifs) - ©MACFLY (sign)

× Avatar : :
Chandler Riggs

× Et ton p'tit pseudo ? : :
PopGun

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: A little present | Abby ❤ Jeu 21 Jan - 1:44

a little present
feat. Abbygail & Luke


   grande icone  grande icone
 
C'est d'une violence sans nom que Luke fut arraché de son sommeil profond et réparateur, chutant alors lourdement et de tout son long sur le sol sans pour autant parvenir à se rattraper à quelque chose de stable, emportant avec lui la lampe posée sur la table de nuit. Vu de l'extérieur, la scène devait être plutôt pathétique, car même si cela s'était déroulé à une vitesse affolante pour le garçon, la réalité était toute autre. On aurait juste dit un paresseux qui perdait l'équilibre de sa branche, tout en tentant vainement de se rattraper à des objets environnants dans de larges mouvements de bras pour finir sur le ventre, le quatre pattes écartés et le cul en l'air. Son premier vrai réflexe, une fois à terre, fut de dégainer son couteau toujours à sa ceinture, prêt à éliminer la chose qui venait de s'en prendre à lui. Jusqu'à ce que le voile soit enfin levé et qu'il ne découvre que cette chose qui lui voulait tant de mal n'était autre qu'une Abbygail debout à ses pieds, l'air sérieusement agacée, comme à son habitude.  « Putin de..Bord... Mais c'est quoi ton PUTIN de problème à toi ?! » Détendant la poigne ferme qu'il entretenait autour du manche de son couteau, il venu le rabattre nerveusement dans son étui avant de s'aider de la table de nuit pour se relever, ne supportant pas d'être autant en position de faiblesse devant la rousse. Quelle frayeur... Un peu plus et Luke se serait pissé dessus avec toutes ces conneries, pourquoi ne savait-elle pas être douce, ne serait-ce qu'une fois dans sa vie ? Ça serait trop en demander ? Il fallait bien croire que oui... En plus d'avoir raté son effet de surprise et s'être fait prendre lui-même au dépourvu, voilà qu'elle tenait déjà dans ses mains son cadeau, le critiquant sans même savoir de quoi il s'agissait. A l'horrible vue de cette scène, tout son visage se décomposa instantanément. Si elle ne lui laissait pas le temps de respirer, il allait vraiment finir par faire une syncope... Il en était même à deux doigts. Putin, mais qu'il pouvait regretter d'être venu ici... Elle n'en ratait jamais une pour l'enfoncer n'est-ce pas ? Pour le mettre mal à l'aise ou pire : briser tous ses plans avec une facilité déconcertante. C'était plus fort qu'elle et pourtant Luke revenait à la charge à chaque fois. Il fallait se faire une évidence : Luke devait avoir un petit côté maso pour en redemander autant. « La seule timbrée que je vois ici, elle est en face de moi !! Donc non, je pense pas m'être gouré de lit ! » Gueula-t-il à plein poumons avec aberration, agrémentant ses paroles d'un grand mouvement de bras qui n'avait pas réellement de signification particulière, si ce n'était que pour extérioriser sa puissante frustration. Quand Abbygail parlait de la timbrée du coin, elle devait sûrement sous-entendre Bonnie, mais Luke ne voulait pas en parler au risque de s'énerver pour de bon. Le brun était encore sous le choc de ce dur réveil et cela pouvait clairement se ressentir dans sa façon de se comporter. Il avait tellement de choses à lui reprocher qu'il ne savait même pas par quel bout attaquer. Nerveusement, il passa une main sur ses paupières encore lourde de fatigue avant de reprendre, plus calmement :  « Mais t'es au courant que j'ai failli avoir une crise cardiaque là ? T'aurais eu ma mort sur ta conscience, je suis sérieux. J'espère que tu t'en rends bien compte ? » Une fois de plus Luke en faisait des tonnes, mais que pouvait-il faire d'autre si ce n'était que se lamenter devant la cruauté sans limite d'Abbygail ? Rien... Il ne pouvait absolument rien faire que subir, la voilà la triste réalité.   « Putin... » Soupira-t-il finalement en basculant légèrement sa tête vers l'arrière, une main sur son torse et l'autre posé sur sa hanche en position de repos.

Que voulait-elle qu'il lui réponde concernant le message sur sa porte ? La première fois que Luke l'avait vu, il avait du se faire violence pour ne pas y ajouter une petite touche perso qui aurait fait volé en éclat le peu de menace qui s'en dégageait déjà. Alors qu'il sache lire ou non, là n'était pas là question.  « Fais un joli dessin à côté de tes petites menaces bidons pour effrayer les pigeons ? Ça me gave de lire, pi ça marchera peut-être mieux, qui sait ? Enfin, faudrait-il déjà que tu saches dessiner autre chose qu'un petit cœur ou un petit papillon trop mignon. » Un sourire, moqueur à souhait. Qui fut bien vite effacé par un visage horrifié devant l'acte barbare de la rousse. Était-elle au moins au courant du prix de cette petite merde ?! Bon il ne l'avait pas payé certes... Mais il avait quand même mis ses fesses en péril juste pour lui ramener, alors elle pourrait au moins faire l'effort de ne pas la balancer comme s'il s'agissait un vieux bibelot sans importance. Il la rattrapa de justesse, après l'avoir fait sauté à deux reprises consécutives entre ses mains maladroites, tout en laçant de petits jurons de peur qu'elle se ne fracasse sur le sol. Venant la serrer contre son torse comme s'il s'agissait de son enfant, l'air toujours aussi choqué, il n'arrivait clairement plus à suivre le raisonnement de la rousse qui enchaînait les réflexions les unes après les autres. Oui Luke n'était pas parfait, mais de là à lui trouver des défauts toutes les minutes, cela relevait du talent, vraiment !  « Peut-être parce que c'est pas pour moi ? » Se défendit-il comme il le pouvait sans vouloir lui dire directement qu'il s'agissait d'un cadeau pour elle, au risque de tourner fleur bleue. Si elle la critiquait déjà cette pauvre montre, cela n'était peut-être pas une bonne idée de lui offrir en fin de compte... Qui sait comment elle pourrait réagir, enfin Luke avait sa petite idée là dessus... Sans doute en se foutant de sa gueule, mais à force, il en avait pris l'habitude et cela ne l'atteignait plus vraiment.

Luke ne releva même pas la remarque de qui s'en suivit, celle concernant ses cheveux. Ils étaient tellement nombreux à lui faire la réflexion que cela commençait réellement à lui courir sur le haricots. Mais qu'est-ce qu'il s'en foutait lui, de la longueur de ses cheveux. Il ne comptait pas tuer des rôdeurs à l'aide de son physique de mannequin inexistant, alors qu'est-ce qu'on s'en foutait? Au moins, on ne le confondait pas avec les autres gamins faiblards du camp qui était tous bien propre sur eux. Bon, on pouvait le confondre avec les autres gamines peut-être, mais au moins il arrivait à se créer une pseudo-identité... Puis il trouvait ça cool lui, ça lui donnait un petit air de Tarzan, ou d'Obi-wan Kenobi... Mais il était inutile de mentir, si Luke les avaient aussi longs, c'était également parce qu'il ne voyait pas vraiment qui pourrait lui couper... Abby ? Pas confiance. Elle lui crèverait un œil avec les ciseaux vu sa délicatesse légendaire. Son frère ? Ce n'était pas que Luke n'avait pas confiance en lui, mais juste que le plus jeune n'avait jamais été très doué pour tout ce qui était travaux manuels... S'il s'en chargeait, Luke avait plus de chance de finir le crâne rasé qu'avec une coupe dite acceptable. Et ça, c'était hors de question... Il les aimait ses cheveux, puis il emmerdait profondément tous ces gens qui ne les aimaient pas. Après tout, on ne pouvait pas plaire à tout le monde. Seulement voilà, ses cheveux ne semblaient pas être la seule chose qui dérangeait Abbygail, car bien vite celle-ci lui demanda... S'il n'avait pas changé de bord ? « Quoi ? N.. Non ! Mais où tu vas chercher ça encore bordel ? Tu t'emmerdes au point de te monter des films ma pauvre ! Sors un peu de ta caverne ! C'est pas parce que je dors avec Niko que forcément... Ouais, non. Oublies.»  Relever se détail, dans cette situation n'était pas forcément la meilleure chose à faire. En fait, parler de où il dormait en général n'était pas un sujet à aborder, pas avec Abbygail.  « Je vois même pas pourquoi je cherche à me justifier. En tout cas toi, je vois que tu perds pas le Nord. »  avec Nathan, aurait-il pu ajouter, mais ne trouvait pas nécessaire de le faire tant la chose était évidente aux yeux de tous. Lui lançant un léger regard de dénis, il finit par remuer doucement la tête comme pour essayer de chasser toutes ses pensées négatives et revenir à la raison de sa présence ici. Car oui, à la base, il était là dans le but de faire une surprise à Abbygail. Surprise qui était bien vite tombée à l'eau avec toutes ces histoires à deux ronds...

Aussi vite qu'elle avait pu apparaître, sa colère disparu ne laissant place qu'à une gêne étrange. Luke baissait légèrement la tête, jouant nerveusement avec la montre entre ses doigts fins. C'était ridicule et pourtant il ne voyait vraiment pas comment le la lui donner. L'assurance, ce n'était pas quelque chose qui lui manquait en temps général, surtout avec Abbygail. Pourtant, cette fois-ci il était complètement dépassé, désarmé. Qu'allait-il faire si jamais elle ne l'acceptait pas ? Si elle ne l'aimait pas ? Luke se braquerait définitivement, c'était évident. En fait, il s'était déjà braqué, en quelque sorte, sentant bien arrivé l'énorme claque émotionnel. Mais il ne s'était pas donné tout ce mal pour abandonner si près du but, après tout, il s'agissait d'un cadeau d'ami, offert à un autre ami. Pourquoi stressait-il autant de savoir si cela allait lui plaire ?  « C'est... C'est pour toi. »  Avoua-t-il à demi voix, timidement. Tendant de nouveau la montre vers Abbygail, il venu par la suite croiser les bras pour les empêcher de se balader n'importe comment et ainsi trahir sa nervosité. Même si de par sa posture tendu, il n'était pas difficile de le voir.  « Joyeux anniversaire en avance, ou en retard. J'en sais rien. Je l'ai trouvé ce matin... Je me suis dis que ça pourrait te faire plaisir... J'ai vu que la tienne ne marchait plus... »  Luke se doutait bien que si Abbygail gardait une montre défectueuse, ce n'était pas par simple besoin de conservation, mais plus... Car il s'agissait d'un objet fort sentimentalement. Aussi ne préféra-t-il pas s'aventurer sur ce terrain sinueux au risque de vraiment faire remonter des souvenirs douloureux à la rousse. Ils s'engueulaient souvent, pour ne pas dire tout le temps, mais cela restait innocent, passager. Du moins du côté de Luke. Jamais il ne blesserait Abbygail volontairement, il l'aimait bien trop pour la voir souffrir et s'en voudrait terriblement pour cela...  « Tu peux en faire ce que tu veux. »  Mentit-il éperdument pour essayer de rendre ce présent banal et sans importance, comme s'il offrait souvent des choses à n'importe qui. Il ne manquerait plus qu'elle se sente privilégié. Même si en soit, c'était le cas. Car d'aussi loin que ça lui revenait... Cela devait bien être la première fois qu'il offrait un tel cadeau à une personne extérieure à sa famille. Même si aujourd'hui, Abbygail faisait entièrement partie de sa nouvelle famille.

made by guerlain for bazzart

_________________

You're oxygen and i'm dying to breathe
Sometimes, you have to drop the old to catch the new

ChipsMan:
 
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


LIKE A QUEEN WEARS A CROWN

we'll take the world to its feet
& m o v e m o u n t a i n s
- ⋆ ' ⋆ . - ⋆ ' ⋆ . -

× A propos du vaccin : :
Je suivrais Ophelia, peu importe sa décision.

× Âge du perso : :
20 ans & toutes mes dents !

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, à Yosemite avec Ophelia.

× Avant, j'étais : :
Reine, bitches.

× Messages : :
1374

× Points de vie : :
101

× Copyright : :
MYERS. (signature) & wicked game (avatar)

× Avatar : :
Nicola Peltz.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: A little present | Abby ❤ Sam 30 Jan - 1:34


Luke x Abbygail
A Little Present for You
Just one more time before I go, I'll let you know that all this time I've been afraid wouldn't let it show. Nobody can save me now, no.. Nobody can save me now. Stars are only visible in the darkness, fear is ever-changing and evolving, and I, I can poison the eyes, and I, I feel so alive. Nobody can save you now. The king is crowned. It's do or die! The only sound is the battle cry.

Je ne peux pas m’empêcher de rire devant la chute mémorable de Luke, qui tombe toujours avec autant de style que dans le temps. Le pauvre, il ne s’aidait pas du tout. Ça réaction n'a d'ailleurs que pour effet de me faire rire un peu plus. Il me montrait que mon geste l’avait énervé et c’était mon but, alors tout le monde y trouvais son compte, si on ne faisait pas gaffe au brun bien entendu mais ça, ce n’était pas très difficile à faire, je passais ma vie à ne pas faire gaffe à lui. Je ne réponds rien puisqu'il savait pertinemment c’était quoi mon problème, ce qui avait toujours été mon fichu problème ; lui. Avec le temps, il devrait normalement me connaître plutôt bien maintenant, en fait je crois qu’il le savait bien que je m’énerverais, à chaque fois il le savait mais il le faisait pareil, à croire qu’il aime me voir tout le temps à bout et en prendre pleins la gueule. « La seule timbrée que je vois ici, elle est en face de moi !! Donc non, je pense pas m'être gouré de lit ! » Je grimace puis replie mon bras, croquant dans ma pomme d’un air complètement détachée, c’était pas la première fois qu’il me traitait de timbrée et surement pas la dernière non plus, et il m’en fallait plus pour me blessée, de plus que c’était Luke qui les disaient, alors il fallait pas vraiment le prendre au sérieux. « Ouh… T’es dur là, j’ai presque sentit quelque chose au fond de mon p’tit cœur. » Je souris même en coin, un peu puisque je suis plutôt fière de mes paroles mais aussi, et surtout, puisque je savais pertinemment qu’il avait compris à qui j’avais fait allusion. Je la chasse pourtant assez rapidement de mon esprit, celle-là. Rien à foutre de toute façon, Luke avait toujours eu des goûts qui laissaient à désirer en femmes, c’était horrible. Je ne devrais même pas être surprise, cette fille lui avait donné un peu d’attention alors bien entendu ce con bat des cils comme une princesse de Disney devant son beau prince. Enfin, peu importe, si il aime les sauvages qu’il se serve, mais qu’il ne vienne pas pleurer quand elle l’aura mordue ou qu’elle aura coupé le reste des doigts de sa main déjà foutue. Finalement, je ne l’avais pas du tout sortie de mes pensées, mais vu que Luke s’excite encore concernant sa chute je porte de nouveau mon attention sur lui comme il le souhaite tant et retrouve un sourire malicieux. « Fait pas comme si ça te choquait, ça serait pas la première fois que j’ai presque ta mort sur la conscience, j’ai eu le temps de me faire à l’idée et je me suis déjà pardonnée pour quand je pourrais possiblement te tué dans le futur. » Pff, quel femme il faisait. Je n’arrivais pas à croire que cette chose sortait et était actuellement plutôt bon devant la menace et les rôdeurs. Il tombait d’un lit et il pleurait, si je ne le connaissais pas –non, si je ne l’avais pas vu de mes propres yeux- je ne l’aurais jamais cru capable d’abattre une mouche, mais après tout, il avait toujours été comme ça. Il en faisait des tonnes avec rien du tout, je lui avais fait bien pire comme conneries, on s’entend….

En y repensant, mon sourire s’élargit, mais Luke décide de gâcher mon plaisir en insultant ma façon de dessiner, et cette fois je ne le prends pas du tout en rigolant. Je plisse les yeux et le fixe, le feu dans le regard, j’avance même d’un pas pour ajouter de l’effet à mon petit manège. C’était beaucoup plus efficace que des mots. Je reste une bonne dizaine de seconde dans cette position, et je finis même par serrer ma pomme à en faire blanchir mes jointures, après quoi je la croque à nouveau furieusement –cette pauvre pomme elle n’avait rien fait. Je tourne ensuite la tête et regarde par les petites fenêtres du sous-sol qui donnait sur les pétunias violettes des voisins, j’avais déjà vu plus magnifique comme vu mais tant pis, c’était déjà mieux que de regarder le brun. Je boudais, et j’avais bien décidé de resté silencieuse et de l’ignorer jusqu'à ce qu’il ne parte. Me traiter de timbrée? Ça passe. Mais insulter mes dessins? Il allait souffrir ce petit, il allait…. souffrir. Voilà que je plissais à nouveau les yeux, cherchant la parfaite vengeance. Le pire c’est que je savais que je dessinais bien, et je ne lui avais même pas montré beaucoup de mes croquis. Il en avait peut-être vu quelque uns en regardant par sa fenêtre avec ces longues vues, ce petit pervers glauques et… Je m’arrête et tourne de nouveau le regard vers Luke lorsqu'il dit que ce n’est pas pour lui. Bah alors? Je grince presque des dents lorsque je crois faire un lien. Il allait l’offrir à Bonnie? Il abusait ! Ils se connaissaient depuis même pas trente minutes et le pauvre était déjà prêt à faire sa demande en mariage ! Je n’ose pas demander à qui elle est destinée, puisque j’étais bien proche d’explosée. En plus, j’avais choisis que je boudais, alors je n’allais pas lui adresser la parole, pas pour l’instant en tout cas, et il savait pertinemment que j’étais une experte dans ce domaine, je lui avais souvent montré mes talents et ça avait à tous les coups porté fruit. Où il avait trouvé ça, en plus? Durant sa sortie ce matin? Ce con sortait même pas pour aider le camp mais pour trouver des présents stupides et beaucoup trop élégant pour une fille comme Bonnie. Non mais il l’a seulement vue? Je parie que ça ne lui plaira pas, pire, qu’elle ne connaît même pas Bucherer. Pfff. J’en avais presque de la peine pour lui, presque, parce que je lui en voulais trop pour ça.

Je sors pourtant de ma fulmination lorsque Luke essaye de se défendre, et qu’il s’enfonce un peu plus. Il le faisait exprès ou quoi? C’était tellement facile de se foutre de sa gueule, tellement facile qu’on n’avait même pas à ouvrir la bouche pour le faire ; il le faisait gentiment pour vous. Je souffle finalement puis roule des yeux. « Relaxe Lucie, c’est pas parce que je les insulte que je les aiment pas tes cheveux. » En fait, c’était même tout le contraire. J’avais cette manie de démontrer mon affection à l’aide d’une violence plutôt déconcertante, on n’arrivait donc que très peu à différencier ce que j’aimais et ce que je n’aimais pas. Pourtant pour moi c’était évident, et ce n’est pas comme si j’allais perdre mon temps à m’étaler. Rien à foutre qu’ils ne comprennent pas ce que je veux sous-entendre parfois, ou que personne ne voit ce que je dis à l’envers. Ils ont juste à deviner. « Je vois même pas pourquoi je cherche à me justifier. En tout cas toi, je vois que tu ne perds pas le Nord. » Je plisse de nouveau les yeux et le fixe. Il ne m’avait pas fallu bien longtemps pour comprendre à qui il faisait allusion, lui, puisque c’était mon truc de parler sans vraiment tout dire, changeant les mots et faisant de mes dires des devinettes. « Ah, parce que toi tu as le droit de courir après les sauvages mais moi je dois sagement resté dans mon sous-sol pourrie et attendre que tu t’ennuies et vienne me voir comme une vieille femme? » Je parle plutôt sèchement, puisque avec tout ça il avait réussis à m’énervée pour de vrai, et Bonnie… c’était un sujet sensible. En vrai il n’y avait absolument rien entre moi et Nathan, je ne savais pas de son côté mais du mien c’était limpide ; je ne l’aimais pas de cette manière. Sauf que si le penser dérangeait Luke je n’allais pas gâcher son plaisir, bien au contraire.

Un silence s’installe ensuite et je le vois qui baisse le regard et joue avec cette stupide montre moche et grosse et… splendide. Je ne tarderais surement pas à le foutre dehors à coup de pied au cul si il ne se décidais pas à sortir bientôt ou bien à dire quelque chose. Il n’allait quand même pas me demander des conseils, j’espère? Ça ne m’étonnerait même pas de lui. Il n’avait aucune classe, c’était rien qu’un petit con énervant et… « C'est... C'est pour toi. » Pardon? Je manque de m’étouffer. J’avais bien entendu ou c’était encore une de ces blagues plus mauvaises que sa coupe de cheveux? Il tend pourtant l’objet devant moi et j’hésite à la prendre, pensant qu’il replierait le bras avant que je puisse l’atteindre, se mettant à rigoler. En vrai ça m’aurais blessée, plus que mes dessins, en fait ça m’avait plus vexée qu’autre chose, mais ça, ça… ça aurait été purement diabolique, cruel et tout simplement méchant. Ça aurait été mon genre, mais ce n’était pas quelque chose que je réservais à Luke, que je ne détestais pas vraiment même si je le criais partout où j’allais. Je lui faisais bien des sales coups et je lui gueulais dessus dans 90% des cas, mais je ne voulais jamais réellement le blesser, même si parfois ça c’était produit. Pourtant je m’excusais lorsque je me rendais compte que j’étais allez trop loin. J’attrape pourtant la montre et il croise les bras, je suis un peu surprise et sans mot, c’est comme si j’attendais toujours qu’il me dise qu’il se foutait de ma gueule. « Joyeux anniversaire en avance, ou en retard. J’en sais rien. Je l'ai trouvé ce matin... Je me suis dit que ça pourrait te faire plaisir... J'ai vu que la tienne ne marchait plus... » Je le fixe et je m’empêche d’hausser un sourcil puisque je savais qu’il le prendrait mal. Rah, putain, il essayait de me faire chialer ou quoi? Petit merdeux, pas besoin de ramener Simon dans tout ça en plus. Je ne lui en avais jamais parlé d’ailleurs, en fait je n’en avais jamais parlé à personne, je n’étais pas du genre à m’ouvrir, mais il y avait bien eu quelques exceptions. Le brun n’en faisais pas partit, bien que parfois je lui ai presque tout raconté je que j’avais, et ce que j’ai toujours, sur le cœur. Je souris un peu, fixant l’objet que je tenais entre mes mains. Je ne savais pas vraiment comment réagir, je n’aimais pas lorsque le mur tombait, mais ça me touchais beaucoup trop pour que je fasse comme si de rien n’était, comme à mon habitude. Une chance que Luke était là pour gâcher ce beau moment. Je roule des yeux et reprend le même air. Je devais vraiment lui apprendre à parler aux femmes, c’était catastrophique. Je pose ma pomme contre ma table de chevet puis m’avance en lui tendant à nouveau. « Tu me l’attache? » Je n’étais pas une incapable, mais c’était ma façon de lui dire que j’appréciais son cadeau et que je l’acceptais aussi. J’aurais l’air stupide avec deux montres mais elles étaient maintenant toutes les deux importantes à mes yeux.

- CODE PAR MYERS -

_________________

 
Y O U S H O W E D  M E
THAT I WAS WORTH IT
_ - _ - _ - _ - _ - _ - _ - _
She was t o o q u i e t, or she was t o o l o u d
She was too sensitive, or too cold-hearted
She HATED with every fiber of her being
or she L O V E D  with all her heart ♥
Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar


#We have a fast car, we want a ticket to anywhere. Maybe we make a deal. Maybe together we can get somewhere.
Anyplace is better.


***

#Nothing could kill me like you do. You're going straight to my head and I'm heading straight for the edge. I pick my poison and it's you.



JovousaimeFort:
 

× Âge du perso : :
17 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Sur les routes de Californie, partageant une magnifaïque jeep cyan aux côtés de Nikolaï et Alixen

× Avant, j'étais : :
Un collégien turbulent

× Messages : :
2612

× Points de vie : :
5

× Copyright : :
©popgun (vava) - ©Popgun & ©Merenwen (gifs) - ©MACFLY (sign)

× Avatar : :
Chandler Riggs

× Et ton p'tit pseudo ? : :
PopGun

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: A little present | Abby ❤ Dim 14 Fév - 17:03

a little present
feat. Abbygail & Luke


   grande icone  grande icone
 
Jamais une seule de leur discussion ne s'était passée en douceur. Pas une seule fois. A croire qu'ils étaient condamnés à se mettre sur la gueule jusqu'à la fin de leurs jours. Même avec Maebh, Luke arrivait aujourd'hui à avoir des discussions plus ou moins posées, chose qui n'avait pas été gagné d'avance au vu de leur rencontre pour le moins mouvementée, mais comme quoi... Rien n'était impossible. Luke arrivait à réparer ses erreurs avec tout le monde, sauf avec Abbygail. « Ouh… T’es dur là, j’ai presque sentit quelque chose au fond de mon p’tit cœur. »  A son tour Luke eu un petit sourire en coin, tout aussi faux et exagéré que le ton qu'avait utilisé Abbygail pour répliquer à sa moquerie. C'est d'une succession de petits mouvements vifs de la tête qu'il laissa transparaître toute sa mauvaise foi, un simple - ah. ah. ah. - pouvant retranscrire à merveille le sarcasme dont il faisait preuve. « Parce que tu as un cœur toi ? Première nouvelle ! ». La balle était renvoyée. Oui, qu'elle pouvait l'énerver quand elle agissait de la sorte... Et pourtant, il ne pouvait plus s'en passer. A croire que cela lui manquerait vraiment si elle venait un jour à se calmer. Non en fait, il en était convaincu, ça lui manquerait terriblement, Abbygail lui manquerait affreusement... Soupirant doucement avant de laisser un vrai sourire amusé prendre place sur ses lèvres, il venu passer une main lasse sur ses paupières encore lourdes de fatigue. Depuis toujours, Abbygail avait ce don de lui faire vivre un grand huit émotionnel, le faire passer de la colère, à la gêne, au fou rire en moins de quelques secondes avec une grande facilité. Cela pouvait être perturbant, mais Luke ne faisait-il pas endurer la même chose aux gens qu'il côtoyait ? Bien sûr que si et Maebh pouvait bien le confirmer. C'était peut-être pour ça finalement que les deux s'entendaient si bien depuis toutes ses années. Ils étaient bien plus proche et similaire qu'ils ne voulaient bien l'admettre. « Ouais ouais... Va y, fais ta maligne, mais t’arriveras pas à me faire gober ça. Le jour où tu l'auras vraiment ma mort sur ta conscience, j'espère que tu te pardonneras pas aussi vite. J'avoue que ça me ferait chier. Un peu. » Rire de la mort n'était pas une habitude chez lui, surtout depuis que celle-ci était devenue le commun de tous les survivants. En fait, il n'aimait pas en parler, même sur le ton de la rigolade, cela était beaucoup trop... Présent dans sa vie pour qu'il puisse ainsi prendre le sujet à la légère.

En critiquant ses dessins, Luke voyait bien qu'il venait de toucher une corde sensible. Qu'il était alors délicieux de la voir se braquer de la sorte. Elle ne lui avait rien répondu et rien qu'avec ce silence, Luke se sentait... Puissant. Une douce impression de victoire l'envahissait à mesure des secondes, laissant cette sensation d'exaltation, liée au fait d'avoir battu le maître des sarcasmes à son propre petit jeu, gonfler sa poitrine... Luke jubilait intérieurement. Lâchant un petite rire cristallin en l'observant s'écarter un peu plus de lui pour s'acharner contre cette pauvre pomme, Luke se rassit doucement sur le bord du lit sans pour autant la lâcher du regard. Si la rousse s'était muré dans un silence morbide durant de longues minutes, son retour au combat fut des plus détestable. « Relaxe Lucie, c’est pas parce que je les insulte que je les aiment pas tes cheveux. » Faisant disparaître instantanément son sourire pourtant si sincère pour ne laisser qu'une grimace déformer son visage, Luke détourna rapidement les yeux. « M’appelle pas Lucie. » Pire que vexant, ses propos étaient rabaissant, mais il ne l'avait pas dit fort et cela s'était fondu à merveille dans le flot de paroles d'Abbygail. Luke s'était tout simplement braqué, à son tour, comme il avait l'habitude de le faire dès que quelque chose ne lui plaisait pas. Peut-être devrait-il finalement songer à les couper ses cheveux. C'est vrai qu'ils devenaient vraiment longs depuis quelques semaines... Luke n'était déjà pas l'exemple même de la virilité alors s'il se laissait pousser ainsi la tignasse, nul doute qu'il pourrait faire concurrence aux autres filles du camp pour savoir qui monterait sur le podium de miss Angel Camp. Malgré tout, c'était de bonne guerre. Luke avait critiqué ses dessins et Abbygail s'était défendu en s'attaquant à ses cheveux. Même s'il fallait bien admettre que tout ce qui touchait à son physique avait tendance à le blesser, même venant d'Abbygail qu'il connaissait particulièrement bien.

« Ah, parce que toi tu as le droit de courir après les sauvages mais moi je dois sagement resté dans mon sous-sol pourri et attendre que tu t’ennuies et vienne me voir comme une vieille femme? » La tension devenait palpable et Luke ne savait plus sur quel pied danser. Il avait beau essayer de se contenir pour ne pas exploser, le comportement plus qu'agaçant et déplacé d'Abbygail commençait réellement à l'insupporter. Pourquoi fallait-il toujours que ça se termine ainsi ? Pourquoi ne pouvait-ils pas juste... Passer un bon moment ensemble ? Sans parasiter leur échange, suffisamment rare comme ça, par des piques plus inutiles et blessantes qu'autre chose. Même si Luke se forçait à descendre assez régulièrement la voir, les moments qu'ils passaient ensemble étaient de plus en plus espacé, aussi devraient-ils en profiter au maximum... Luke voulait en profiter lui, car il savait bien que cela ne durerait pas. Arrivera bien un jour où ils devront retourner survivre à l'extérieur. Et tout ce confort dans lequel ils commençaient à prendre leurs marques disparaîtra du jour au lendemain. En s'en prenant subtilement à Nathan, Luke savait très bien qu'il recevrait le revers de sa gifle et par ailleurs, il ne lui fallu pas bien longtemps pour en apercevoir la couleur. Cinglante comme jamais, Luke ne pouvait rien dire, car même si elle s'en prenait indirectement à Bonnie, Luke l'avait cherché. Il était clair que ce n'était pas à lui de décider, pour elle, des gens qu'elle devait côtoyer... Et Luke voulait donc également qu'elle ne se mêle pas de qui il côtoyait. Malgré tout, la rousse avait réussi à le faire culpabiliser en se rabaissant elle-même de vieille femme. Cela était bien la dernière des conneries à lui sortir. Elle avait eu tant de petits amis rien qu'à leur ancienne école qu'il ne comprenait même pas comment elle osait lui sortir une telle absurdité. La vieille femme des deux, c'était plutôt Luke. « Je vois pas de quoi tu parles... Mais c'est pas ce que j'ai voulu dire Abby... Tu sais quoi ? Fais ce que tu veux, ça ne me regarde pas après tout. T'as raison. » Dire à Abbygail qu'elle avait raison était l'un des moyens les plus sûr que Luke connaissait pour passer à autre chose. Depuis le temps,  il l'avait bien enregistré : se battre avec elle sur des sujets importants ou non, revenait toujours déterminer lequel des deux avait "réellement" raison et même quand ce n'était clairement pas le cas, Abbygail terminait toujours victorieuse. Ou devrait-on plutôt dire que Luke abandonnait toujours ? A quoi cela servait-il de se battre pendant des heure contre quelqu'un qui pensait de toute manière avoir la science infuse ? Abbygail avait raison, à point c'est tout. Fin de la discussion. Luke savait prendre sur lui et s'admettre aussi facilement vaincu pouvait même la mettre un peu plus hors d'elle, dans les deux cas Luke était victorieux, à sa manière. « Je peux pas être partout... » continua-t-il doucement comme pour donner une justification à ses passages de plus en plus rares dans la cave. « Je fais ce que je peux Abby. » Après sa dispute avec Nikolaï, voilà qu'il ne manquerait plus qu'Abbygail lui reproche également de la laisser tomber. Mais comment pouvait-il faire pour leur donner à tous de son temps quand il se démenait déjà à la tâche pour leur assurer d'être bien tous en sécurité ? Aucun ne semblait s’apercevoir du mal que Luke se donnait et ça le blessait. Détournant le regard pour se relever du lit, il se contenterait donc de lui laisser le cadeau avant de s'éclipser, s'entant bien que sa présence ne se faisait plus désirer. Quitte à choisir entre s'engueuler avec Abbygail et faire une sieste, son choix allait être très vite fait. D'autant plus qu'au vu de la tournure des choses, sa montre ne serait sans doute pas la bienvenue. Abbygail semblait remontée plus que jamais pour une raison qui lui était totalement obscur et Luke avait des choses à faire. Autant gagner du temps des deux côtés en écourtant cette dispute qui n'avait même pas lieu d'exister.

Alors qu'il attendait patiemment de se faire refouler à grand coup de pied au cul, Abbygail finit par reprendre parole et contre toute attente, son cadeau sembla lui plaire. Même si elle ne lui avoua pas directement, Luke pouvait bien le lire en elle. Notamment car toute l'animosité qu'elle portait à son égard semblait s'être évaporée et d'autre part car elle lui demanda de l'attacher. Autrefois cela aurait pu lui sembler totalement insignifiant et pourtant, cela le mis légèrement mal à l'aise. Durant une fraction de seconde, Luke se demanda même si elle s'adressait bien à lui. Un peu plus et Luke se serait retourné pour voir si quelqu'un d'autre n'était pas entré dans la pièce sans qu'il ne s'en rende compte. Malgré tout, il ne pouvait s'empêcher d'être agréablement surpris, heureux que son présent soit aussi bien accueillit. Il ne savait même pas comment il aurait pu le prendre si elle lui avait dit qu'elle la trouvait laide. Sans doute serait-il parti en fulminant, sans ajouter un mot avant de la balancer dans la première poubelle qui aurait croisé sa route... Ne se laissant pas désirer plus longtemps, il attrapa les deux morceaux du bracelet pour les entourer doucement autour du poignet d'Abbygail. « Tu me dis si c'est trop serré... Là ? Ça va ?» s'inquiéta-t-il en attachant tendrement le bracelet avec grande précaution, les yeux toujours bien braqué sur ce qu'il était en train de faire. Écartant légèrement ses doigts pour les laisser filer doucement le long de la main d'Abbygail, il reporta finalement son regard rassuré dans le sien : « Elle est jolie... Je trouve qu'elle te va bien. » En l'ayant aperçue dans le magasin, Luke l'avait immédiatement visualisé autour du poignet d'Abbygail et il fallait bien avouer que cela rendait encore mieux en vrai que dans son imagination. Il ne restait plus qu'à espérer qu'elle y fasse attention et surtout, qu'elle ne la perde pas dès la première semaine... Détachant ses doigts du bord des mains d'Abbygail, Luke se laissa doucement approcher pour l'entourer de ses bras, l'enfermant dans un cocon de sécurité qu'il espérait être partagé. Qu'il pouvait s'inquiéter de leur santé, à tous. Savoir qu'ils pourraient disparaître du jour au lendemain lui faisait terriblement peur. Il n'était d'ailleurs pas bien difficile de le voir dans son changement radical de comportement. Plus protecteur que jamais, Luke avait pris la mauvaise habitude d'épier leur moindre faits et gestes et à être constamment derrière eux, à les surveiller. Cela avait d'ailleurs agacé son frère qui ne s'était pas retenu de lui faire comprendre son mécontentement avec violence... C'est en repensant à Nikolaï qu'un profond soupire s'échappa de ses lèvres. Resserrant tendrement son étreinte autour d'Abbygail, il laissa l'une de ses main se glisser dans son dos, remontant ainsi avec lenteur jusqu'à l'arrière de sa tête. Luke avait perdu Aidan, Enzo, sa mère et sans doute son père, mais il ne perdrait pas Nikolaï, ni Abbygail. Car même si elle n'avait jamais fait officiellement partie de la famille, elle occupait une place considérable dans son cœur.

Avec douceur, il venu se décoller totalement d'elle, la libérant ainsi de son emprise pour le moins envahissante. Même s'ils finissaient tous par lui en vouloir, cela n'était pas si grave, tant qu'ils étaient en vie... Être apprécié étant devenu totalement optionnel à ses yeux. Se laissant déporter doucement jusqu'à la table de billard qui se trouvait à quelques mètres d'eux, Luke était bien décidé à rester encore quelques minutes supplémentaires en sa précieuse compagnie. « T'as quelque chose de prévu cet aprem ? Ou bien t'es prête à te prendre une raclée au billard si sévère que tu t'en souviendras toute ta vie ? » De cette façon, il voulait également se faire pardonner de ne pas être aussi présent qu'il aimerait l'être. Comme pour Nikolaï. Luke avait conscience de cela, mais encore une fois, il n'y pouvait pas grand chose. A vrai dire, le brun avait déjà un programme pour le reste de la journée. S'il avait pu lui rende visite aussi longtemps, c'était uniquement car bon nombre de survivants s'étaient présentés au portail le matin même pour décharger la voiture à sa place. Sans quoi, il n'aurait sans doute pas eu le temps de faire un détour aussi prolongé par l'antre de la rousse. Mais maintenant qu'il y était... Autant en profiter un maximum, au pire on lui fera une réflexion désobligeante à ce sujet puis la vie reprendra son cours normal. «... Parce que je suis bon joueur et que j't'aime bien, je vais la jouer gaucher. Ça te laissera peut-être une chance de pas te taper trop la honte. Ou pas. »

made by guerlain for bazzart

_________________

You're oxygen and i'm dying to breathe
Sometimes, you have to drop the old to catch the new

ChipsMan:
 


Dernière édition par Luke Harrison le Mar 5 Avr - 20:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


LIKE A QUEEN WEARS A CROWN

we'll take the world to its feet
& m o v e m o u n t a i n s
- ⋆ ' ⋆ . - ⋆ ' ⋆ . -

× A propos du vaccin : :
Je suivrais Ophelia, peu importe sa décision.

× Âge du perso : :
20 ans & toutes mes dents !

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, à Yosemite avec Ophelia.

× Avant, j'étais : :
Reine, bitches.

× Messages : :
1374

× Points de vie : :
101

× Copyright : :
MYERS. (signature) & wicked game (avatar)

× Avatar : :
Nicola Peltz.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: A little present | Abby ❤ Mar 5 Avr - 7:52




I HAVE FOUND A LITTLE PRESENT ONLY FOR YOU

LUKE AND ABBYGAIL | Don't ever feel that you're alone ; I'll never let you down, I'll never leave you dry. Don't fall apart, don't let it go. Carry the notion, carry the notion back to me.




Même si, vu de l’extérieur, on pourrait bien facilement s'être convaincu du contraire, ça venu me faisait plaisir, certes je l’avais trouvé à roupiller dans mon lit telle la belle au bois dormant, mais ce n’est pas comme si ça ne m’avait pas fait plaisir de le pousser en bas de cet engin préhistorique. M’énerver contre lui avait toujours été un peu ma façon de lui montrer que je l’appréciais, ça pouvait paraître étrange mais c’était comme ça. Peut-être que ça m’énervait un peu que malgré tout il comptait autant pour moi, ça me terrorisait, même, puisque cela le rendait tout puissant ; très facilement, trop même, il pouvait donc me blesser, il l’avait déjà fait d’ailleurs, moi aussi très certainement, mais je savais que ce n’était pas son but comme ce n’avais jamais été le mien. De toute façon, même si on se lançait des piques sans arrêt, j’arrivais toujours, ou presque, à passer un bon moment en sa compagnie et j’espérais qu’il en était de même de son côté.

« Parce que tu as un cœur toi ? Première nouvelle ! » J’ouvre simplement la bouche, signe que ces mots ne m’ont pas plu du tout, mais je ne les garde pas en tête très longtemps puisqu’ils ne les pensaient pas. Il savait pertinemment qu’il y avait un cœur, très très loin, enfouit au plus profond de moi-même, je lui avais permis de le voir quelque fois, et même si je passais le plus clair de mon temps à l’embêter je m’étais toujours bien occupé de lui, je ne lui avais jamais tourné le dos quand il avait besoin de moi et dans le fond tout ce que je demandais c’était un peu d’attention de sa part -peut-être que j’avais envie qu’il se souvienne de moi, aussi, telle une brûlure au fer rouge qui ne peut s’effacer. Si j’étais ennuyante, si je n’avais pas eu le réflexe de le pousser de ce lit, se rappellerait-il de moi autant qu’il le fait aujourd’hui? Autant qu’il le fera demain matin lorsqu’il se réveillera et qu’il aura mal au bras? Je souffle finalement puis pose ma main sur son épaule, le poussant un peu. « Bâtard ! Avec toi comme ami c’peut-être mieux comme ça ! » Je reste sérieuse quelques secondes mais un léger sourire vient pourtant décorer mes lèvres à la dernière minute, bien qu’il eut une vie de trop courte durée vu les mots que Luke prononça par la suite et qui rendait ma réplique précédente un peu plus sincère que prévu, finalement. S’attaquer à mes dessins c’était bas, alors je n’avais qu’à faire aussi bas en ridiculisant sa crinière. Lorsqu’on ouvre la porte il ne faudrait pas s’étonner que quelqu’un en profite et surtout que moi j’en profite. On ne m’attaquait pas sans le regretter amèrement, je m’en assurais, d’ailleurs ça avait eu son effet chez lui, ce qui fut plutôt satisfaisant. « M’appelle pas Lucie. » C’est ce qu'il marmonne dans sa barbe imaginaire, se braquant comme un gamin à qui on aurait volé sa statuette de Superman. Je souris un peu plus, croisant mes bras. « D’accord, Luna. » Je l’agaçais, mais sa coupe me plaisait bien, en vrai. Je trouvais que ça le vieillissait, qu’il semblait plus mature ; peut-être qu’il l’était, en même temps. Mine de rien, trois années avaient passées, et nous avions grandis, nous étions plus les gamins d’antan, surtout vu les événements qu’on avait été forcé de traverser pour être tous les deux ici aujourd’hui, il était impossible de garder un semblant d’innocence après cela. Je m’approche et en un geste plutôt tendre je pose ma main sur sa tête, laissant glisser mes doigts le long de ses mèches brunes qui pendaient maintenant jusqu’à sa mâchoire. « Laissez-les comme ça, Luke, ils sont bien. » J’évite son regard, laissant ses cheveux tranquilles et croisant de nouveau les bras. Je le connaissais et je savais qu’il n’avait jamais vraiment été à l’aise face aux piques que je lançais et qui concernaient plus particulièrement son physique et bien que lui clouer le bec après avoir insulté mes dessins pouvait être agréable je n’aimais pas pour autant le voir tout boudeur, je ne voulais pas non plus qu’il le prenne au premier degré et se précipite sur des ciseaux en sortant d’ici ; ce serait bien son genre. En plus de me déplaire je saurais que c’est en partie de ma faute alors au finale je serais perdante, de plus que même si sa coupe me déplaisait il n’avait pas à les couper pour moi, ou à cause de moi, j'aimais que mon avis compte autant pour lui, mais en même temps je trouvais que c'était triste qu’il ne soit pas capable de vivre pour lui et pas pour les autres, après, je ne changerais rien chez lui, si un jour il devait se lever et me dire qu’il s’en foutait ça me blesserais, mais… c’est compliqué, passons à autre chose. Je souffle à nouveau, je pensais trop. Je souris donc à nouveau et croise son regard. « Je cherchais justement quelqu’un avec qui me faire les ongles, après tu pourras t’en séparer si tu veux. » Je rigole doucement et le pousse à nouveau, rire qui se transforme ensuite plutôt en un sourire sincère et joyeux. On ne s’était pas beaucoup vu ces derniers jours et il m’avait manqué…

Mais bien entendu, on ne pouvait pourtant pas passer un seul moment sans que cette Bonnie ne soit remise sur le plateau. Bon, d’accord ; c’était moi qui en avait parlé, mais je m’étais tout simplement défendu. Il n’aimait pas Nathan, je l’avais compris, mais comme je l’avais dit, je n’allais pas rester enfermée dans ce sous-sol pourri pour l’éternité à attendre qu’il se libère ; Nathan avant du temps pour moi, lui, et en plus il pouvait bien parler Luke, alors qu'il avait ramené tous les orphelins possibles dans cette maison qui était à la base notre maison, à nous et Nikolaï, et pour couronner le tout il en culbutait une ! Ce qui m’énervait le plus c’est qu’il faisait comme si de rien n’était, comme si j’étais assez stupide pour n’avoir rien vu du tout ; il me prenait pour qui? Je pensais qu’il me connaissait mieux que cela. « Je vois pas de quoi tu parles... » Les bras toujours croisé, je fixe la petite fenêtre du sous-sol alors qu’un bref rire s’échappe dans ma gorge, horriblement sarcastique et débordant de rage contenue. « Mais c'est pas ce que j'ai voulu dire Abby... Tu sais quoi ? Fais ce que tu veux, ça ne me regarde pas après tout. T'as raison. » Je reste toujours muette, il me donnait raison mais dans ce cas avoir raison c’était pas ce dont j’avais envie. Bizarrement, je ne souhaitais pas du tout qu’il n’en ait rien à faire et qu’il ne s’en mêle pas. « Je peux pas être partout... Je fais ce que je peux Abby. » Je fronce subtilement les sourcils, ma colère étant légèrement ébranlé, mais je fais de mon mieux pour rester sur mes positions. « Je sais, de toute façon j’en ait rien à foutre, fait ce que tu veux. Ma vie ne tourne pas autour de toi. » J’aurais voulu être plus sèche que cela mais je m’en contenterais. Je ne pensais pas du tout ce que je venais de dire, mais ce n’étais pas rare que je mentais pour camoufler ce qu’il y avait réellement au fond de moi-même ; une profonde tristesse et un sentiment d’abandon, même si je savais qu’il était sincère de son côté et qu’il faisait réellement de son possible, sauf que ce n’était pas suffisant, pas pour moi.

Même si j’aurais pu l’étrangler, ou peut-être pleurer, voir même, les deux, il y a quelques secondes de cela, tous ces sentiments négatifs et refoulés pour la plupart s’envolent lorsqu’il m’avoue que cette montre était pour moi, qu’elle était, en fait, un présent. Je tends le poignet dans sa direction, souriante, et le laisse me l’attacher près de celle de Simon, légèrement plus imposante comme elle se trouvait à être plutôt pour garçon. Une fois cela fait, je replie le bras, l’admirant quelques secondes avant le lever les yeux vers le brun. Il s’avance doucement vers moi et m’enlace doucement et sans aucune gêne. S’il ne l’avait pas fait je n’aurais surement pas posé ce geste, mais on aurait dit qu’il avait lis dans mes pensées ; c’est tout ce dont j’avais besoin. Je souris un peu puis ferme les yeux, posant à mon tour mes mains au creux de ses omoplates alors que ma tête glisse naturellement contre son cou qui irradie de chaleur.

Ce petit moment n’avait pas été déplaisant et curieusement j’ai eu l’impression qu’il en avait besoin lui aussi, je ne m’en serais pas séparé tout de suite mais je le laisse pourtant faire, le suivant des yeux jusqu’à la table de billard. Je souris en coin, devinant où il voulait en venir, ces mots ne font que confirmer mes pensées, d’ailleurs. Je m’avance également, attrapant la queue de billard la plus en état. « Ne parle pas trop vite… » S’avait-il seulement à qui il avait affaire? Pathétique. Personne ne faisait perdre Abbygail Sanders, jamais. Je pousse le triangle au milieu de la table et rassemble les billes à l’intérieur, les pêchant dans les poches autours de celle-ci, après quoi je retire l’objet de plastique, le balançant sur le lit et me penchant pour commencer la partie. «... Parce que je suis bon joueur et que j't'aime bien, je vais la jouer gaucher. Ça te laissera peut-être une chance de pas te taper trop la honte. Ou pas. » Je ne fais que sourire brièvement en coins alors que je frappe violemment la bille de tir contre le triangle parfait que formaient celles colorés, empochant déjà quatre d’entre elles. Je pose la queue contre le sol, m’y accotant et souriant grandement. « Alors toujours aussi confiant, l’pro ? » Foutre la honte à Luke et briser sa mince estime de soi? Rien de mieux pour me remonter le moral !


CODE PAR MYERS

_________________

 
Y O U S H O W E D  M E
THAT I WAS WORTH IT
_ - _ - _ - _ - _ - _ - _ - _
She was t o o q u i e t, or she was t o o l o u d
She was too sensitive, or too cold-hearted
She HATED with every fiber of her being
or she L O V E D  with all her heart ♥


Dernière édition par Abbygail Sanders le Ven 15 Avr - 1:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar


#We have a fast car, we want a ticket to anywhere. Maybe we make a deal. Maybe together we can get somewhere.
Anyplace is better.


***

#Nothing could kill me like you do. You're going straight to my head and I'm heading straight for the edge. I pick my poison and it's you.



JovousaimeFort:
 

× Âge du perso : :
17 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Sur les routes de Californie, partageant une magnifaïque jeep cyan aux côtés de Nikolaï et Alixen

× Avant, j'étais : :
Un collégien turbulent

× Messages : :
2612

× Points de vie : :
5

× Copyright : :
©popgun (vava) - ©Popgun & ©Merenwen (gifs) - ©MACFLY (sign)

× Avatar : :
Chandler Riggs

× Et ton p'tit pseudo ? : :
PopGun

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: A little present | Abby ❤ Jeu 7 Avr - 21:43



A LITTLE PRESENT
Angels Camp, JUILLET 2016, 13:00 pm

Luna. Elle venait réellement de le surnommer Luna... Mais comment... Comment faisait-il pour réussir à la supporter et ce depuis la plus tendre enfance ?! Un grand mystère qui resta sans doute sans réponse. Sa réplique l'avait tellement blessé qu'il se contenta de l'ignorer, préférant de loin jouer la carte de la surdité plutôt que celle de la réplique cinglante. Jeter de l'huile sur le feu n'était pas son genre, du moins, ça ne l'était plus depuis bien longtemps... Ne se privant pas du plaisir de pouvoir lâcher un petit rictus, Luke venu détourner le regard avec colère, passant son pouce sur la lèvre inférieur avant de faire quelques pas dans la pièce. S'acharner contre elle pour lui faire entendre raison ne servirait à rien, il devait juste prendre sur lui, encore une fois. Plus il s'énerverait sur ses piques et plus elle continuerait de le titiller là-dessus, ce n'était un secret pour personne. C'était décidé, quand il repartirait d'là, il fera un petit détour par la salle de bain. Il devait bien y avoir une paire de ciseaux qui traînait quelque part dans l'un des tiroirs. Son physique avait toujours été sa corde sensible, qui aurait pu penser qu'il se souciait autant de l'image qu'il renvoyait aux gens et ce même en temps d'apocalypse, mais il n'avait qu'à regarder Nikolaï... Il était parfois difficile de s'imaginer que Luke soit réellement l’aîné des deux et même s'il ne le montrait pas, ça l'attristait au plus haut point. Abbygail le savait mieux que quiconque et pourtant elle continuait de remuer le couteau dans la plaie, inlassablement. Il est vrai que Luke l'avait cherché, mais à force d'entendre des critiques sur telle ou telle partie de son corps, on finit par y croire, même si cela n'était pas forcément le cas. Mais après tout... Il ne s'agissait que de cheveux, ça repoussait alors quel risque prenait-il en les coupant ? Aucun. Il allait donc rafraîchir un peu tout ça sous les conseils non-avisés et blessants d'Abbygail. « Laisse les comme ça, Luke, ils sont bien. » Au simple contact de la main d'Abbygail le long de sa chevelure brune, son cœur rata un battement, peut-être même un deuxième sous l'effet de surprise procuré par le compliment qu'elle venait de lui lâcher. Ces mots, ces gestes... Luke en restait de marbre, presque suspicieux. D'une part car ce geste avait été totalement inattendu, mais également car ces mots détonnaient cruellement de tout ce qu'elle avait pu dire auparavant. « Ok » fut sa seule réponse, ce mot étant sorti d'entre ses lèvres d'une façon bien fantomatique, dénué de toutes émotions particulières. Il était si rare de la voir ainsi que cela en était presque dérangeant, gênant. Déportant à son tour son attention sur autre chose, Luke venu rapidement s'éclaircir la gorge avant de jouer nerveusement de ses mains, trouvant l'ambiance particulièrement... Pesante. Mais peut-être se faisait-il des films, encore une fois.
~
« Je sais, de toute façon j’en ait rien à foutre, fait ce que tu veux. Ma vie ne tourne pas autour de toi. » Pour qui se prenait-elle à lui répondre de la sorte ? L'avait-il agressé verbalement pour recevoir telles critiques ? Pas le moins du monde... Alors oui, Luke resta plusieurs secondes stoïque devant ce qui venait de se passer. Pourquoi fallait-elle qu'elle se sente toujours obligée de tout gâcher en beuglant de la sorte. Luke se montrait sincère, avenant et c'était d'une bonne grosse claque dans sa face qu'on le remerciait. « Quelle belle reconnaissance que voilà. » lâcha-t-il avec sarcasme d'un seul souffle. C'en était trop. Après tout ce qu'il faisait, pour elle, pour eux... On lui crachait à la gueule la moindre de ses erreurs, qui n'en était même pas une à ses yeux. « Bien sûr que ta vie ne tourne pas autour de moi, comme la mienne ne tourne pas autour de toi Abbygail ! », il ne voyait même pas d'où elle sortait un truc pareil, mais s'était senti obligé de répliquer tant cela l'avait heurté, espérant à son tour lui faire ressentir la même douleur perforante infligée par ces simples mots. « Tu sais que j't'apprécie... Énormément... » avoua-t-il avec difficulté, laissant son regard filer quelques secondes avant de reprendre : « ...Mais ça veut pas dire pour autant qu'on est marié. Donc va falloir qu'tu t'détendes. » Lui devenait peut-être complètement parano avec le temps mais, au moins il avait échappé à la folie. Pas comme Abbygail qui a priori en souffrait terriblement. « Encore une fois, t'as raison, tu devrais sortir de ta cave un peu plus souvent, parce que ça t'rend complètement maboule. J'vois même pas pourquoi tu m'agresses comme ça. Et si t'as un truc à m'dire, dis le moi franchement. Joue pas aux charades avec moi, parce que perso ça m'gave et c'est une perte de temps. Et moi du temps, bah j'en ai pas à perdre avec ces conneries, avec ces gamineries. » Il s'était pourtant juré de ne pas répondre, de ne pas relancer un débat inutile sur les relations qu'ils entretenaient ou non avec les autres habitants du camp. Car là était bel et bien l'origine du sujet de la dispute non ? Bonnie, Nathan... D'un mouvement de main, Luke venu balayer l'air devant lui, chassant de son esprit ces deux noms du mieux possible, sachant pertinemment qu'y penser maintenant ne serait que plus dangereux. Luke était venu ici dans l'unique but de lui faire un cadeau et regardez où ils en étaient arrivés... S'écartant un peu plus d'Abbygail comme si rester à ses côtés devenait de plus en plus chose difficile, Luke venu se masser nerveusement les paupières avant d'ajouter d'un nouveau soupire agacé : « Nan mais, t'sais quoi, moi aussi j'en ai rien à battre en fait. Alors laissons tomber. Ça m'gave. Tu m'gave putin... J'ai pas envie d'me prendre la tête avec ça maintenant. »
~
La partie venait à peine de commencer que Luke regrettait déjà ses petites provocations. La défaite risquait d'être cuisante au vu de l'ouverture de jeu qu'elle venait de lui offrir. Une chance pour sa petite personne, Luke avait plus d'une corde à son arc. Abbygail était peut-être très douée avec une queue de billard entre les doigts, Luke lui était suffisamment fourbe et débrouillard pour s'en sortir ou du moins, éviter de s'taper trop la honte avec un score complètement minable. « Alors toujours aussi confiant, l’pro ? » Ah oui, elle le prenait comme ça, vraiment ? Qu'il en soit ainsi. Laissant un large sourire étirer ses lèvres, Luke venu s'emparer à son tour d'une queue de billard, bien décidé à lui faire regretter ses mots. « Dans mon jargon, on dirait qu't'as les bourses bien pleines, mais sinon... J'appelle ça : la chance du débutant. » Dit-il d'un ton léger avant de continuer sa ronde autour de la table en sondant calmement les possibilités qui s'offraient à lui. Autant dire qu'elles étaient nombreuses à voir lesquelles seraient les plus accessibles. Rapidement, son dévolu sur porta sur l'une d'entre elles et tout aussi prestement, Luke venu poser sa main droite sur le tapis du billard. Même si cela compromettrait ses tirs, il tiendrait parole en jouant de son autre main. Après tout ce n'était pas comme s'il tenait réellement à mettre en évidence sa main estropiée pour viser... Trois petites secondes de concentration et il laissa la queue de billard filer entre ses doigts pour faire rentrer sa première boule de billard dans un léger claquement sourd. Après un furtif coup d’œil en direction d'Abbygail, il se remis en quête d'une autre petite boule colorée à rentrer et autant dire que Luke ne se fit pas attendre bien longtemps avant de rentrer à nouveau l'une d'entre elles. « Respire... » Commença-t-il un sourire moqueur sur les lèvres. « Je sens ta terreur de là. Tout va bien se passer j'te l'promet. Si je mets la troisième, j'ai l'droit à un nouveau compliment de ta part et un sincère, bien évidement... » A fanfaronner de la sorte, sont échec sur sa troisième action ne fut une surprise pour personne. Même pas pour lui qui, dans une légère moue boudeuse de contrariété, venu plaquer la queue de billard contre son torse. Une bien maigre compensation de ce qu'il aurait pu avoir s'il ne s'était pas précipité de la sorte sur son troisième tir. Décidément, la confiance et l'assurance n'apportaient jamais rien de bon.  « C'est ma façon à moi, de t'dire qu'en fait, j'en voulais pas. Tout était parfaitement calculé. Après tout, si je les rentrais toutes d'un coup, tu ne pourrais jamais jouer et donc, t'améliorer. De rien. » Dit-il un sourire narquois sur les lèvres avant de se reculer de quelques pas, passant une nouvelle fois derrière Abbygail tout en restant dans les parages bien décidé à venir lui taper dans l'coude dès qu'elle serait sur le point de jouer. Fourbe et lâche ? Luke n'a entendu personne dire que c'était interdit. Tout ce qui comptait était le résultat.

© 2981 12289 0

_________________

You're oxygen and i'm dying to breathe
Sometimes, you have to drop the old to catch the new

ChipsMan:
 
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


LIKE A QUEEN WEARS A CROWN

we'll take the world to its feet
& m o v e m o u n t a i n s
- ⋆ ' ⋆ . - ⋆ ' ⋆ . -

× A propos du vaccin : :
Je suivrais Ophelia, peu importe sa décision.

× Âge du perso : :
20 ans & toutes mes dents !

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, à Yosemite avec Ophelia.

× Avant, j'étais : :
Reine, bitches.

× Messages : :
1374

× Points de vie : :
101

× Copyright : :
MYERS. (signature) & wicked game (avatar)

× Avatar : :
Nicola Peltz.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: A little present | Abby ❤ Lun 2 Mai - 2:00

Rp archivé.

_________________

 
Y O U S H O W E D  M E
THAT I WAS WORTH IT
_ - _ - _ - _ - _ - _ - _ - _
She was t o o q u i e t, or she was t o o l o u d
She was too sensitive, or too cold-hearted
She HATED with every fiber of her being
or she L O V E D  with all her heart ♥
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: A little present | Abby ❤

Revenir en haut Aller en bas

A little present | Abby ❤

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS-