{FLASHBACK} Excuse me, are you an angel or something? #Iseul.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome. Quelques bugs/décalages à attendre sous Firefox.
Le 10 novembre 2016, le forum a fêté ses quatre ans !! A cette occasion, sa saison 5 a été mise en place. bril Et le 12/06/2017, sa version vingt-trois réalisée par Morphine est installée. Toutes les nouveautés sont à découvrir ici. coeurrose
Oh la la qu'est-ce que vouuuuus aiiiiiime !! coeurrose lele Et si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ?

Partagez| .

{FLASHBACK} Excuse me, are you an angel or something? #Iseul.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

ADMINISTRATOR
avatar


# W I L L H O O D
Funny you're the broken one
but I'm the only one who
needed saving.

♥ ♥ ♥ :
 

× A propos du vaccin : :
Un vaccin... T'es drôle ! C'est que des conneries.

× Âge du perso : :
Trente-quatre ans, et toujours aussi sexey.

× Localisation (+ avec qui) :
Je me promène sur les routes de la Californie avec Desmond, Rebekah et Anna.

× Avant, j'étais : :
Sportif professionnel ; quarterback des San Francisco 49ers, équipe de la NFL (national football league).

× Messages : :
3811

× Points de vie : :
286

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Jensen Ackles.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: {FLASHBACK} Excuse me, are you an angel or something? #Iseul. Mar 26 Jan - 6:35


Iseul x Conrad
Excuse me, are you an angel or something?
Just one more time before I go, I'll let you know that all this time I've been afraid wouldn't let it show. Nobody can save me now, no.. Nobody can save me now. Stars are only visible in the darkness, fear is ever-changing and evolving, and I, I can poison the eyes, and I, I feel so alive. Nobody can save you now. The king is crowned. It's do or die! The only sound is the battle cry.

Il n’était pas tôt, mais il n’était pas trop tard non plus. J’estimais qu’on était en début d’après-midi, et comme resté assis à ne rien faire toute la journée n’avait jamais été vraiment mon fort j’avais décidé d’aller me promener un peu aux alentours sans vraiment de but précis, sans compter mon envie de me dégourdir les jambes. J’adorais ce nouvel endroit, c’était grand et chacun s’occupait de soi, ce qui veut dire que je n’avais pas de responsabilité, si je ne compte pas Desmond comme une responsabilité. C’était le plus beau des paradis selon-moi. Cette zone où avait résidé Aileen et beaucoup d’autres avaient peut-être été bien aussi mais je doutais fort que ça valait cet endroit. Le pire c’est que Desmond n’avait même pas envie d’être ici, alors qu’on était bien installé et qu’on avait la paix, ce n’était pas ce qu’il avait toujours voulu? J’avoue qu’en hiver il faudra mieux s’organiser mais ce n’est pas comme si on était à Washington. J’ai toujours vécu en Californie et il se trouve qu’on est pas si loin que cela de San Francisco, il ne fera donc pas vraiment plus froid que chez moi en hiver et de toute mon enfance j’ai vu seulement la neige tombé une fois et je peux vous dire qu’on en avait pas reçu vingt centimètres non plus. Je savais que je ne devais pas m’habituer, puisque l’ancien groupe d'Aileen prouvait bien que même si on trouve parfois quelques jours de répits les rôdeurs sont toujours à l’extérieur et ils ne partiront pas de sitôt. C’est pourquoi je comptais bien profiter de ce parc pendant qu’il était toujours debout, je m’étais promener un peu dans toute les directions mais j’essayais plus vers l’ouest aujourd'hui, ça avait l’air plus montagneux par là-bas mais je pouvais toujours faire demi-tour, et de toute façon ce n’est pas un peu d’exercices qui me ferrait du tort bien au contraire. Pourtant ce n’est pas les montagnes qui me font changer de direction. C’est une odeur sucrée que je n’avais pas eu le plaisir d’humer depuis longtemps. Je fronce donc les sourcils et je me dirige vers l’odeur qui ressemblait bien à celle des tartes aux pommes de ma mère. Bien que délicieuse, je me demandais bien d’où cela pouvait venir, à ce que je sache on n’avait pas de pâtisserie dans le coin et si il y en avait une j’aurais été le premier à m’y ruer. Tristement c’était seulement typique des genres de rêves que je pouvais faire quand j’ai commencé à comprendre que le monde d’avant était définitivement une époque révolue, dire qu’avant je pensais que c’était ça un cauchemar ; penser trouver une belle tarte chaude quelque part et se réveiller avec du pain brûlé et de l’eau… Aujourd'hui je savais ce que c’était un vrai cauchemar.

Je marche donc entre les arbres et je finis par apercevoir une fumée grise tournoyer dans le ciel, s’élevant du sol. Je fronce les sourcils et je fonce dans cette direction, de plus en plus curieux. Je ne tarde pas à rejoindre la source de l’odeur et c’est en poussant contre deux buissons que je tombe face à face avec une femme un peu maladroitement. Je suis presque atterrit dans sa casserole et je me sens un peu mal à l’aise sur le coup, j’ai l’impression d’avoir envahis son espace personnelle d'un coup alors que je ne la connais pas et que je ne l’ai jamais vu. « Oh… » Je m’étais peut-être un peu emballé en même temps, on aurait presque dit que je voulais lui sauter dessus ou l’attaquer vu la façon brusque avec laquelle je suis débarqué, c'est pourquoi j'ai un petit mouvement de recul. J’aurais peut-être pris aussi le temps de m’excuser si elle ne faisait pas cuire quelque chose qui sentait aussi bon. Ce n’était pas une tarte aux pommes mais c’était bien des pommes chaudes qui mijotaient, je n’avais aucune idée de ce qu’il y avait d’autre et visuellement ça n’avait pas l’air très succulent mais ça sentait si bon… « C’est quoi? Ça sent super bon! T’as trouvé ça où? » Je devrais peut-être me calmer quand même, la pauvre elle devait se sentir carrément agressée, c’était juste des pommes. Relaxe Conrad. Je lui adresse donc un sourire un peu mal à l’aise. « Désolé, je te connais pas, tu me connais pas et j’atterris comme ça en d’agressant presque… » J’hausse un sourcil à mes propres paroles, comme si ça aiderait ça. Je secoue la tête et fronce les sourcils. Je devrais peut-être me taire, lui prendre la casserole et partir en courant? Non quand même pas… Je me force à ne pas rire avec moi-même, je devais déjà lui faire assez peur comme ça. « …mais c’est quoi? » Bon… C’était un peu plus humain, avec chance elle était sympa. Elle semblait sympa. Elle avait un petit visage mignon et délicat, en plus elle semblait bien propre, je me sentais presque tout petit avec mes vêtements un peu crasse et mes cheveux qui se perdaient certainement dans tous les sens vu le vent qui faisait aujourd'hui. Je passe donc rapidement une main contre ma tête pour les replacer un peu, sans vraiment y penser sérieusement, un peu comme si c'était un réflexe nerveux.

- CODE PAR MYERS -

_________________

- ⋆ ' ⋆ . - ⋆ ' ⋆ . - ⋆ ' ⋆ . - ⋆ ' ⋆ . -
I didn't want to give you
the one last part of m y s e l f
THAT I COULDN'T TAKE BACK
but then I  r e a l i z e d  it was already yours
& it had been since the very  b e g i n n i n g
'-_ i t  d r o v e  m e  m a d _-'
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Excuse me, are you an angel or something? #Iseul. Jeu 28 Jan - 3:49

Attentivement, je me mis à faire du feu avec des pierres. Comme je n'étais pas pressée, je n'avais pas besoin d'utiliser le peu d'allumette qu'il me restait. J'avais laissé malencontreusement mon feu s'éteindre en m'absentant plus longtemps que prévu. Ce qui n'était pas très prudent de ma part, mais je n'étais pas encore bien habituée à pouvoir réutiliser le même feu tout le temps. Les étincelles avec les pierres, avec les bonnes sortes de pierre, étaient faciles à faire. C'était de faire devenir les dites étincelles des flammes qui étaient plus compliqué. Du vent, mais pas trop, du combustible, mais pas trop. J'avais fini quelques pages du Monstre de Frankenstein, alors j'en avais un peu. Quelques minutes plus tard, j'avais réussi. Je mis des branches puis des morceaux de bois un peu plus gros, allant ensuite chercher de l'eau au point le plus près de mon cher chez moi. Je la mis à bouillir, me mettant ensuite à couper des pommes. Je gardais la pelure, cela allait faire plus d'éléments nutritifs et aujourd'hui, c'était toujours bon d'en avoir un surplus. La compote allait devenir plus rosée, mais elle allait être mangeable et c'était tout ce qui importait. Cela allait être un peu chiant d'enlever les pelures après, mais bon, niveau horaire, j'étais vraiment très libre depuis quelque temps (ces dernières années en réalité).

Les buissons pas très loin de ma tente se mirent à faire du bruit. Surprise, je me relevais rapidement. Naturellement, je pensais que c'était une attaque d'un rôdeur. Que personne dans le parc ne s'en serait rendu compte soit étrange, mais je ne pris pas le temps d'y penser, dégainant mon couteau. C'était humain. Je ne bougeais pas, attendant de savoir ce qu'il voulait. Aux moindres mouvements suspects, il allait se retrouver avec un couteau dans le corps ; nouvel accessoire mode de la saison. Il recula, posant des questions sur ce qui était encore en train de mijoter ; un pas de plus de sa part et il n'y aurait plus rien eu sauf des cris de douleur à cause de l'eau bouillante et de frustration parce que c'était mes pommes. Il s'excusa avant que j'aille eu le temps de lui répondre... et reposa ensuite la question. Il voulait vraiment le savoir. Depuis quand n'avait-il pas mangé ? Ou lavé ? Bon, ça ne comptait pas. C'était moi qui y faisait très attention, il ne semblait pas être plus pire que la plupart des autres que j'avais croisé. Je rangeais mon couteau, j'allais bien voir ce qui allait arriver par la suite.

— Des pommes en train de cuire. dis-je. Comme s'il ne le voyait pas et ne le sentait pas. J'avais bien le droit de me moquer de lui un peu avec son arrivée un peu particulière, et qu'il tenait vraiment à savoir ce que je faisais. Je n'étais pas non plus obligée de lui dire quoi que ce soit. C'était mon coin à moi et il n'avait pas vraiment cogné avant d'arriver. J'allais tout de même profiter de cette compagnie involontaire. — Je comptais en faire de la compote. lui transmis-je l'information. Rien de bien impressionnant. Ce qui se conservait assez bien, j'avais trouvé des pots maçons, j'allais donc en profiter pour pouvoir conserver ceci plus longtemps que si je les laissais en état de pomme, par cette chaleur, elles n'allaient pas rester fraîches bien longtemps. Je n'avais pas trouvé de farine pour faire des chaussons ou une tarte. Pas même de la laitue pour faire une salade. J'étais déjà chanceuse d'avoir trouvé des pommes dans cette cave, encore potables, je n'allais pas trop en demander. — Je les ai trouvé dans une cave d'une maison qui semblait être abandonnée depuis peu. J'en avais conclu qu'il y avait eu des personnes ayant un ou des pommiers, qui n'avaient pas pu revenir après s'être fait un stock de pommes. À moins que ce ne soit leur réserve. Je n'avais pas cherché à savoir pourquoi. Je m'étais servie et puis j'étais partie. Je n'aurais pas voulu faire une rencontre que j'aurais regretté. Et voilà, j'avais répondu à toutes ses questions. — Autre chose ? Juste au cas. — Ce n'était pas ta cave ? Je ne le pensais pas, il se serait sûrement ''présenté'' autrement, mais le demander était plus prudent. Il pouvait toujours mentir, c'était vrai.
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


# W I L L H O O D
Funny you're the broken one
but I'm the only one who
needed saving.

♥ ♥ ♥ :
 

× A propos du vaccin : :
Un vaccin... T'es drôle ! C'est que des conneries.

× Âge du perso : :
Trente-quatre ans, et toujours aussi sexey.

× Localisation (+ avec qui) :
Je me promène sur les routes de la Californie avec Desmond, Rebekah et Anna.

× Avant, j'étais : :
Sportif professionnel ; quarterback des San Francisco 49ers, équipe de la NFL (national football league).

× Messages : :
3811

× Points de vie : :
286

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Jensen Ackles.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Excuse me, are you an angel or something? #Iseul. Ven 5 Fév - 7:40


Iseul x Conrad
Excuse me, are you an angel or something?
Just one more time before I go, I'll let you know that all this time I've been afraid wouldn't let it show. Nobody can save me now, no.. Nobody can save me now. Stars are only visible in the darkness, fear is ever-changing and evolving, and I, I can poison the eyes, and I, I feel so alive. Nobody can save you now. The king is crowned. It's do or die! The only sound is the battle cry.

J’avais l’air d’un affamé. En vrai, j’avais toujours eu l’air d’un affamé. Lorsque j’étais petit c’était presque une question qui revenait quotidiennement ; mais on te nourris chez toi pauvre garçon? C’était presque une insulte pour ma mère que je gardais au fourneau vingt-quatre heures sur vingt-quatre, une chance qu’elle aimait bien cuisiner. Sauf qu’il était, bien entendu, évident qu’elle était beaucoup trop gentille et que moi j’étais beaucoup trop capricieux. Il y a tellement de chose qui me manque, et si j’évite de penser à ma famille et aux amis que j’ai perdus, la bonne bouffe n’est pas loin sur le haut de cette longue liste. Il y en n’a qui rêve de bonnes douches chaudes, comme elle très certainement, mais moi si j’avais à choisir entre une douche et une tarte… Même que la question ne se posait même pas. Alors bien entendu, j’avais immédiatement été attiré par cette douce odeur qui me rappelait que de bons souvenirs, et j’étais débarquer d’une façon plutôt impolie et imposante, sauf que je n’aurais pas pu faire autrement. Alors que je joins mes mains et que j’avance légèrement la tête pour observer le contenue de la casserole, curieux, la jeune asiatique me répond que ce sont des pommes qui cuisent. J’hausse un sourcil malgré-moi, j’avais l’air d’être stupide à ce point, la langue pendu et bavant presque, ou elle était tout simplement du genre à se foutre de la gueule des gens sans raison? C’est vrai que je n’avais pas croisé beaucoup de gens agréables ici, mis à part certains que je connaissais déjà, et que j’aurais préféré ne jamais recroiser, cela dit, je n’avais encore adressé la parole à presque personne et quand je l'avais fait, ça n'avait pas été très concluant n'y agréable. Tout le monde s’ignore, ou presque, et font leurs petites affaires, c’est d’ailleurs une des choses que j’apprécie de cet endroit, mais j’avais complètement oublié ce léger détail lorsque j’étais débarqué. Je grimace donc en reculant d’un pas à contrecœur, pensant que je ferais mieux de partir. Mon estomac me bouderait certainement pour ça, mais étant gourmand ou pas, ma vie passait bien entendu avant tout le reste, même si parfois il m’arrivait d’hésité pendant une fraction de seconde, mais je reprenais toujours mes esprits assez rapidement, normalement.

« Je comptais en faire de la compote. » Je m’arrête dans ma lancée, moi qui étais justement sur le point de trouver une excuse bidon pour filer aussi vite que j’étais arrivé, je me ravise. Peut-être que c’était seulement une blague? Elle était du genre humour sec peut-être? Ça se peut bien, j’avais toujours eu de la difficulté avec ce genre de blagues, je ne savais jamais si je devais rigoler ou le prendre au sérieux, c'était trop compliqué pour être drôle et c’était si facile de se mettre les pieds dans les plats. « Je les ai trouvé dans une cave d'une maison qui semblait être abandonnée depuis peu. » J’hoche pensivement de la tête, en me disant que je devrais penser à sortir plus souvent. Peut-être que je tomberais sur des trucs intéressants à me mettre sous la dent moi aussi ? Sauf que je ne savais pas comment faire de la compote, ça avait l’air bien simple mais si j’essayais je savais pertinemment que ça ne sentirait pas aussi bon et que ça goûterait tout sauf des pommes, et cela sans même savoir comment j’aurais fait pour en arriver à un tel résultat. Ma mère était pâtissière et j’avais passé une bonne partie de mon enfance devant son comptoir à la regarder faire, mais mon truc à moi c’était de déguster. Une chance que j’ai toujours été une vraie boule d’énergie puisque j’aurais très certainement finit petit gros. « Autre chose ? » Je relève finalement la tête et cligne des yeux, pendant quelques secondes je m'étais perdu sur la lune. « Mh? Eh... Non. » Je mourrais d’envie de m’asseoir et de lui faire un grand sourire pour qu’elle m’en passe juste un peu, juste une petite bouchée de rien, mais je n’étais pas tout à fait convaincu. Elle était sympa ou pas? Je n’ai pas le temps d’y penser plus longtemps, puisqu'elle me pose à nouveau une question. « Ah, non ! » Question bizarre. Une idée me vient finalement en tête et je renchéris sans lui laisser le temps de me répondre. « Mais… Si elles étaient à moi tu m’en donnerais un pot dit? Parce que ma réponse peut facilement changer. » Je lui demande ceci avec un grand sourire. Bah quoi ? Qui ne tente rien n’a rien. En plus, impossible de manquer les pots maçons disposés près d’elle. « Si tu veux, je peux te donner quelque chose en échange. » Certains dans le camp faisait ce genre de marcher, peut-être qu’elle serait partante? Je ne l’imaginais pas vraiment charitable au point de m’en donner sans rien demander en retour, et même si elle l’aurait fait je me serais sentis mal et je lui aurais apporté quelque chose au final, la nourriture était beaucoup plus rare et précieuse qu’avant, après tout.

- CODE PAR MYERS -

Spoiler:
 

_________________

- ⋆ ' ⋆ . - ⋆ ' ⋆ . - ⋆ ' ⋆ . - ⋆ ' ⋆ . -
I didn't want to give you
the one last part of m y s e l f
THAT I COULDN'T TAKE BACK
but then I  r e a l i z e d  it was already yours
& it had been since the very  b e g i n n i n g
'-_ i t  d r o v e  m e  m a d _-'
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Excuse me, are you an angel or something? #Iseul. Lun 8 Fév - 22:37

Oups. Ce dernier ne semblait pas bien prendre quand on se foutait de sa gueule. Oups. Trop tard. Je n'allais pas m'excuser, c'était lui qui était arrivé comme ça. J'étais dans mon coin, alors, j'aurais pu l'abattre à la place. Ce n'était rien quelques mots. Lui qui avait commencé à bouger, sûrement pour pouvoir partir, s'arrêta, ne pipant mot, je pus continuer de parler. Il hocha la tête. Okay, niveau réaction il me donnait l'impression d'être un rôdeur ou presque. Pas tant que ça, mais, c'était bizarre pour quelqu'un qui m'avait semblé à manger tout de suite ce qui sentait bon sans pouvoir attendre. Il essayait de se rattraper, en ne bougeant pas ? Il le faisait d'une mauvaise façon, j'avais un peu peur de le retrouver suspendu par les dents à ma gorge ou n'importe où d'autre. Avec ma question, il réagit un peu plus. Ouf ! Pas de futur marcheur à éliminer. Je m'étais un peu emportée, mais je trouvais le contraste assez drôle. Pas drôle à s'en péter les bretelles, mais étrange drôle. Il ne voulait pas savoir autre chose. Tant mieux, car je ne savais pas trop quoi lui dire de plus. Sauf peut-être lui expliquer comment faire pour qu'il puisse s'en faire ensuite. En mode donner un poisson va le nourrir une fois, mais lui montrer comment pêcher va le nourrir le restant de sa vie.

Je verrais bien. Je tournais un peu les pommes pour ne pas qu'elles collent dans le chaudron, et parce qu'il fallait aussi le faire pour la recette, contente qu'il ne soit pas partie à ma recherche après mon invasion dans le sous-sol. Ou pas hein. Quand il se réveillait, il ne faisait pas semblant. Sa réponse pouvait changer. J'eus un sourire, tentant bien que de mal de ne pas rire. Soit il aimait vraiment les pommes, soit il avait vraiment faim (les deux aussi étant probable). Lui en donner un pot en échange. Je ne savais pas trop. Une cuillère sans problème. Un pot, c'était une assez grosse quantité pour quelqu'un que je ne connaissais pas. Bien que son offre soit assez intéressante. — Peut-être. Pas oui, mais pas non. C'était mieux que rien. J'avais une autre question à lui poser avant. Je préférais être un peu prudente plutôt que d'accepter sans savoir à quoi m'attendre.— T'as quoi à offrir ? demandais-je, avant de vraiment accepter. S'il n'avait rien d'intéressant, je refuserais et je garderais mon pot. De toute façon, ce n'était pas prêt tout de suite. C'était environ trente minutes, et là ça devait faire dix minutes plus au moins que ça cuisait. Calculer le temps sans montre n'était pas idéal. Savoir l'heure je m'y étais habituée avec le soleil, mais les minutes c'était autre chose. Je n'avais qu'à brasser une fois de temps en temps, et ça serait de la compote quand ça serait prêt. Pas très compliqué. Quand ça serait assez mou, texture compote, je pourrais le retirer du feu (que je ne pouvais pas vraiment contrôler, les aléas d'un vrai feu et non pas d'un rond mais je me plaignais pas, c'était intéressant... et j'avais du feu et de quoi manger. Certains aujourd'hui ne devaient pas avoir autant).

Bref, s'il avait quelque chose de bien à me proposer, je n'allais pas lui faire le coup de lui montrer à pêcher (cuisiner), j'allais garder ses services. Sinon, s'il se montrait tout de même insistant, j'allais faire une professeure de moi, et lui montrer le b.a.-ba de la compote de pommes question de ne pas m'en faire voler ensuite. Ma tente n'était pas vraiment sécurisée, je n'avais pas d'électricité pour faire fonctionner l'alarme. — Iseul. me présentais-je. Autant faire les choses biens malgré tout, nous étions dans le même camp et on se recroiserait probablement. Je tendais la main sans trop savoir s'il faisait encore ça. J'avais rencontré certaine personne qui trouvait ça trop vieux jeu aujourd'hui, et d'autre qui ne voulait pas toucher quelqu'un pour éviter de se faire tirer la main et abattre par la même occasion. Je ne m'en faisais pas pour ça, bien que j'aurais dû pour plus de sécurité. M'enfin, je prenais cette chance, ne pensant pas qu'il me ferait quelque chose. Nous n'étions pas au milieu de nulle part, n'importe qui pouvait arriver, passer à côté (être attiré par l'odeur comme lui), et sans connaître tous ceux dans le coin, je ne pensais pas qu'ils voudraient un meurtrier à Yosemite, les rôdeurs c'était bien assez. Je savais très bien que tout le monde ne pensait pas comme moi. En plus des rôdeurs, il fallait aussi se méfier des humains ; les traces que j'avais trouvé lors de la disparition de mon frère et ma sœur le montraient bien tout comme certaines rencontres que j'avais fait.
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


# W I L L H O O D
Funny you're the broken one
but I'm the only one who
needed saving.

♥ ♥ ♥ :
 

× A propos du vaccin : :
Un vaccin... T'es drôle ! C'est que des conneries.

× Âge du perso : :
Trente-quatre ans, et toujours aussi sexey.

× Localisation (+ avec qui) :
Je me promène sur les routes de la Californie avec Desmond, Rebekah et Anna.

× Avant, j'étais : :
Sportif professionnel ; quarterback des San Francisco 49ers, équipe de la NFL (national football league).

× Messages : :
3811

× Points de vie : :
286

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Jensen Ackles.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Excuse me, are you an angel or something? #Iseul. Mer 17 Fév - 9:52


Iseul x Conrad
Excuse me, are you an angel or something?
Just one more time before I go, I'll let you know that all this time I've been afraid wouldn't let it show. Nobody can save me now, no.. Nobody can save me now. Stars are only visible in the darkness, fear is ever-changing and evolving, and I, I can poison the eyes, and I, I feel so alive. Nobody can save you now. The king is crowned. It's do or die! The only sound is the battle cry.

Ça me semblait être une bonne idée, et j’étais plutôt fier d’y avoir pensé. En même temps, c’était la moindre des choses. Elle ne me connaissait pas, alors je ne vois pas pourquoi elle ne profiterait pas de mon petit faible ; le capricieux qui me servait d’estomac. Je ne lui en voulais pas, aujourd’hui c’était de cette manière qu’on fonctionnait, qu’on survivait. Chaque miettes de pain et chaque gorgée d’eau comptait, alors impossible pour qui que ce soit de ne pas prendre soins précieusement de ces ressources. Je lui propose donc de lui donner quelque chose en retour, pour que nous soyons tous les deux gagnants dans cette histoire, mais lorsqu'elle me demande ce que j’ai à offrir, je me sens tout d’un coup bien stupide d’avoir eu cette idée. Je n’avais rien à lui donné, je ne traînais pas grand-chose, la plupart de mes affaires avaient une signification spéciale pour moi, alors peu importe à quel point je voulais des petits plats chauds et bons, je ne lui refilerais jamais. De toute façon, ce n’était rien de vraiment intéressant, à part peut-être des munitions, mais j’avais que des cartouches à carabine, puis je n’avais pas vraiment envie de les donner. Je pense donc un moment, silencieux pendant de longues secondes. J’ai finalement une autre idée et j’espérais qu’elle soit plus intelligente que la première. « De quoi tu as besoin? Je n’ai rien de vraiment intéressant, alors je peux tout simplement allez chercher ce que tu veux. » Bon, je ne qualifierait pas cela d’intelligent, c’était même un peu fou de lui proposer de sortir du camp, risquer ma vie -oui puisqu'on ne savais jamais quand ces choses nous tomberaient dessus, ou déciderait de nous piéger- rien que pour un peu de bouffe digne de ce nom. Sauf qu’en ce moment je l’avoue, je suis plus intrépide qu’avant, puisque j’ai l’impression que je n’ai plus rien à perdre. Il y a Desmond, mais je sais qu’il s’en remettrait si je perdais la vie, il l’a toujours fait, c’est un grand garçon, de toute façon. En fait, je me cherche une nouvelle raison de vivre, pour l’instant je me contente d’empêcher Desmond de faire trop le con, même si à côté il m’arrive de faire des bêtises aussi.

J’hausse un sourcil et revient sur terre lorsque la jeune femme ouvre de nouveau la bouche. J’avoue que sur le coup je n’avais pas bien compris, mais vu qu’elle tend la main je suppose qu’elle se présentait. Je n’avais jamais entendu ce prénom auparavant, ce n’était clairement pas américain, alors que le mien l’était à 100%. Je tends la main à mon tour, un geste qui me paraît normal mais qui est devenu un peu étranger. Maintenant lorsqu’on croise des gens on lève nos pistolets pour dire bonjour, et c’est censé être tout à fait normal… « Conrad. » J’accompagne cela d’un sourire, plus puisque je me sens obligé de le faire qu'autre chose. Ce n’était rien contre elle, je n’arrivais tout simplement plus à sourire très sincèrement, ces derniers temps. Je relâche ensuite sa petite main, poursuivant la conversation même si j’avais bien compris qu’elle n’était pas très bavarde, comme fille. « T’étais chef ou quelque chose dans ce genre, avant? » Autant savoir à quoi j’ai affaire. J’allais quand même me frotter au rôdeur pour payer, alors sa compote avait intérêt à être foutrement délicieuse. En tout cas, ça sentait vraiment bon. Elle pouvait toujours mentir, c’est vrai, sachant que j’étais plutôt intéressé par ces petits plats, mais je verrais bien en goûtant si elle ment ou pas, et même si elle mentirait je m’en fiche royalement, tant que c’est bon. Pour le coup j’en avais rien à foutre qu’elle me manipule, j’avais juste envie de quelques petits plaisirs, je ne demandais pas la lune non plus. Je devrais peut-être me contenter de profiter de cet endroit, rien demander de plus, mais maintenant j’étais curieux, et si je pouvais me permettre quelques bons repas au bout du compte, rien n’avait vraiment d’importance après ça. Ce n’est pas comme si je pouvais tomber tous les jours sur quelqu'un qui sait bien cuisiner, avant il y avait des bons restaurants à chaque coins de rues, mais aujourd'hui on mangeait ce qu’on trouvait, peu importe son goût, tout ce qui importait c’était que ça nous remplisse l’estomac et calme un peu notre faim quelques heures.

- CODE PAR MYERS -

_________________

- ⋆ ' ⋆ . - ⋆ ' ⋆ . - ⋆ ' ⋆ . - ⋆ ' ⋆ . -
I didn't want to give you
the one last part of m y s e l f
THAT I COULDN'T TAKE BACK
but then I  r e a l i z e d  it was already yours
& it had been since the very  b e g i n n i n g
'-_ i t  d r o v e  m e  m a d _-'
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Excuse me, are you an angel or something? #Iseul. Lun 22 Fév - 22:38

Mauvais commencement dans notre arrangement : il n'avait rien à m'offrir. Il me proposa autre chose de presque aussi bien. — Plein de choses qui doivent être moisies... dis-je. Je n'allais pas lui cacher, ce que je voulais vraiment risquait d'être impossible à chercher. — Blé, lait, œuf, couscous... me mis-je à rêvasser. Ah la belle époque où il y avait des supermarchés. À faire rêver n'importe qui. L'auto-suffisance à l'époque, enfin il y avait de ça quelques années, ce n'était pas tout le monde qui y arrivait. La grande majorité des personnes se rendaient dans un magasin, achetait, sans trop savoir comment faire de même. J'en faisais partie. Sauf pour quelques trucs, mais, je ne savais pas comment faire du blé mais je faisais mon pain une fois de temps en temps. Me reprenant, je secouais la tête, me baissant ensuite pour prendre le seul livre que je n'avais pas brûlé au fur et à mesure que je le lisais. — Des plantes comestibles. fut ensuite rajouté, afin de rendre le tout plus facile pour lui. L'impossible ça serait bien, mais je savais à quel point c'était difficile de trouver ce que je voulais vraiment après tout ce temps. Je lui tendais le livre sur la survie en forêt, afin qu'il puisse avoir des exemples. J'essayais de tout mémoriser pour ne pas avoir à m'arrêter afin de le regarder à chaque fois que je voyais une fleur ou une baie par exemple. Mais c'était assez difficile de voir toutes les différences. Je comptais expérimenter ensuite. Voir ce qui était bon ensemble ou pas. Je n'avais vraiment cherché à faire ceci, même durant mes années de voyage de découverte culinaire. Enfin, pas en Californie où les plantes de toutes sortes devaient être bien différentes de certaines contrées plus éloignées où j'avais été. J'avais évité les États-Unis, connaissant assez bien leur habitude y vivant. Elle savait très bien qu'il y avait des plats typiques d'un bout à l'autre, mais elle trouvait moins exotique que ceux venant de l'autre côté de l'océan ou encore plus bas que la Californie. — Si t'es sage, tu vas même pouvoir me servir de cobaye sur ce qui est bon ou pas. Parce que mes goûts et les siens ne devaient pas se ressembler, alors deux avis ne pouvaient que m'aider. Je le savais, je donnais des ordres à quelqu'un que je ne connaissais presque pas. Peut-être qu'il allait le prendre mal, ou pas. Je n'étais pas pour toujours tourner sept fois ma langue dans ma bouche avant de parler.

Il me demanda ensuite ce que j'étais avant. — Cuisinière. répondis-je. Pas chef, pas encore. C'était dans mes ambitions, mais je n'étais pas encore assez expérimentée pour ça à l'époque. Puis bon, avoir autant de responsabilités comme gérer une cuisine au complet ne m'enchantait guère à ce moment. Je n'avais jamais été très ambitieuse. Aujourd'hui, ma plus grosse ambition était de rester en vie, oh, de retrouver ma sœur et mon frère aussi. La norme et un défi. Certain devait vouloir devenir le nouveau président de ce monde. Essayer de trouver un remède aux rôdeurs ou encore de tous les éliminer. On pouvait clairement me dépasser niveau ambition. Enfin, ce n'était pas non plus un concours. Si c'était le cas, je n'étais pas au courant. Ce qui n'était pas plus mal, ce serait assez stupide comme compétition. Bref, qu'il soit rassuré, cette compote allait être bonne. Je ne savais pas pas encore si j'allais lui faire goûter, il ne m'avait encore rien donné. — Et toi ? Peut-être qu'en le sachant je pourrais avoir d'autres idées sur comment il pourrait m'être utile outre la recherche. Ça me faisait bizarre de penser ça envers un humain. C'était un échange de bons procédés, mais tout de même. Je m'assieds finalement, ne comptant pas rester là debout. Conrad ferait bien ce qu'il voudrait, mais moi je comptais me reposer un peu. Je n'étais pas fatiguée, mais rester debout comme un piquet ne servait à rien. Aux nombres de fois où il fallait rester debout, comprendre courir ou marcher d'un bon pas, profiter de la joie d'avoir les fesses par terre, je ne comptais pas rater ça. Peu importe si à même le sol ce n'était pas ce qu'il y avait de plus confortable. Je ne comptais pas laisser ma compote sans surveillance avec lui dans le coin. Je ne voudrais pas qu'il me la pique. Je la brassais une nouvelle fois, regardant ensuite le ciel pour voir combien de temps il restait à sa cuisson.
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


# W I L L H O O D
Funny you're the broken one
but I'm the only one who
needed saving.

♥ ♥ ♥ :
 

× A propos du vaccin : :
Un vaccin... T'es drôle ! C'est que des conneries.

× Âge du perso : :
Trente-quatre ans, et toujours aussi sexey.

× Localisation (+ avec qui) :
Je me promène sur les routes de la Californie avec Desmond, Rebekah et Anna.

× Avant, j'étais : :
Sportif professionnel ; quarterback des San Francisco 49ers, équipe de la NFL (national football league).

× Messages : :
3811

× Points de vie : :
286

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Jensen Ackles.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Excuse me, are you an angel or something? #Iseul. Ven 4 Mar - 7:04


Iseul x Conrad
Excuse me, are you an angel or something?
Just one more time before I go, I'll let you know that all this time I've been afraid wouldn't let it show. Nobody can save me now, no.. Nobody can save me now. Stars are only visible in the darkness, fear is ever-changing and evolving, and I, I can poison the eyes, and I, I feel so alive. Nobody can save you now. The king is crowned. It's do or die! The only sound is the battle cry.

Elle semble d’accord. Tant mieux, puisque sans ça, il n’y avait pas d’arrangement qui tenait et cette journée aura, au final, été aussi merdique que je l’avais prédit, peut-être même un peu plus, vu les fausses joies. Elle me site une petite liste, mais ces choses sont soit impossible à dénicher, soit vraiment dur à trouver, en tout cas j’en trouverais pas dans le coin. J’avais compris, en gros, ce qu’elle cherchait : de quoi cuisiner, des choses plutôt sophistiqué de préférence. Bon, ça ne serait pas du gâteau, puisque la plupart des choses comestibles sont aujourd'hui pourrîtes, comme elle l’a si bien dit, mais lorsqu'on veut, on peut, et je voulais vraiment que ça marche. « Des plantes comestibles. » J’hausse un sourcil. Ça je ne me mit attendait pas, en plus j’y connaissais rien moi, en plante. Heureusement, j’ai à peine le temps de me dire que c’était mal foutu, tout ça, qu’elle me tend un livre. Je l’observe un peu et le retourne. Mon Dieu, j’avais l’impression que cela faisait des années que je n’avais pas tenu un livre entre mes mains, ça remontait très certainement à l’Université dans mon cas. Je l’ouvre et le feuillette un peu, attentivement, attrapant seulement quelques mots en cours de route. C’était plutôt bien détaillé et il y avait des images, j’allais m’en sortir -enfin je l’espérais. Ça serait pas de bol de l’empoisonné en lui rapportant des mauvaises plantes, n’empêche que je ne l’imaginais pas assez bête pour ne pas repasser derrière-moi, après elle s’y connaissait surement bien mieux que moi, aussi. Je lève les yeux du livre lorsque la jeune femme m’adresse de nouveau la parole. Un sourire étire mes lèvres face à ces mots. J’avais l’habitude de servir de cobaye pour ma mère, ça ne serait rien de nouveau. Bien qu’avec elle j’essayais plutôt des nouvelles pâtisseries, et qu’Iseul me ferrait surement goûté à des choses que je ne connaissais pas du tout, vu le livre qu’elle venait de me refilé. J’étais bien décidé à en apprendre plus sur elle, d'ailleurs, même si celle-ci n’était pas très bavarde. J’arrivais parfaitement à animé une conversation, de toute façon. « Je veux bien ! » Je referme doucement le livre, plutôt enthousiasme.

Elle était cuisinière, alors. Bon, ça se rapprochait sensiblement à l’idée que je m’étais fait et de toute façon, l’important c’était qu’elle s’y connaisse en cuisine, qu’elle sache faire des bons petits plats. En même temps, j’imagine que dans les conditions d'aujourd'hui ça ne serait pas aussi simple qu’avant, mais elle semble déterminée. Je m’installe également au sol, à sa suite, regardant un peu le contenue du chaudron, curieux. Ça sentait trop bon, il me fallait vraiment faire preuve de sang-froid pour me montrer polis et civilisé, si j’écoutais la partie sombre de moi-même je serais surement déjà partie avec la compote, et elle m’aurait très certainement tiré dessus -en tout cas elle m’aurait pas laissé partir gentiment sans rien faire, je ne la connaissais pas mais j’étais persuadé qu’elle avait du caractère. « Et toi ? » Je souris un peu plus, elle avait le don de poser les bonnes questions ! La nourriture et, maintenant, ma carrière. En bref, les deux choses que j’ai toujours le plus apprécié de la vie, même les femmes ne battaient pas ça et se méritait donc une troisième place. « J’étais sportif professionnel, je jouais au football. Je sais pas si tu t’y connais, mais j’étais dans l’équipe des San Franciso 49ers, ils font partis de la NFL, la ligue nationale de football. » Je reste souriant et enjoué, à chaque fois que je parlais de football je m’emportais un peu et même après ces dernières années plutôt dures, je n’avais en aucun cas perdu ma passion pour ce sport, ou les étoiles qui pétillent dans mes yeux lorsque j’y pense ou que j’en entend parler, qui persistent depuis mon plus jeune âge. Elle s’en foutait peut-être, mais bon, elle avait posé la question, après tout. Peut-être plus par politesse que par intérêt, mais peu importe. « Ça me manque beaucoup d’ailleurs. Le terrain, les matchs, l’entraînement, mes coéquipiers… J’imagine que pour toi c’est plus les supermarchés qui te manquent. N’empêche qu’ils figurent dans plusieurs de mes rêves aussi, ceux-là. » Je rigole un peu, et de bon cœur. Ça faisait du bien, vu les dernières semaines. Avoir su que rencontrer quelqu'un de nouveau me changerait autant les idées, je ne serais pas resté terré la plupart du temps dans notre petit camp, à moi et Desmond. D'ailleurs, parlant de lui, je pensais lui demander de m’accompagner lorsque je sortirais pour Iseul. Il râle s’en cesse qu’il veut partir de ce camp, j’imagine que ça lui ferrais plaisir de mettre ces plans à exécution, même si c’est pour quelques heures seulement et qu’au finale on revient au bercail.

- CODE PAR MYERS -

_________________

- ⋆ ' ⋆ . - ⋆ ' ⋆ . - ⋆ ' ⋆ . - ⋆ ' ⋆ . -
I didn't want to give you
the one last part of m y s e l f
THAT I COULDN'T TAKE BACK
but then I  r e a l i z e d  it was already yours
& it had been since the very  b e g i n n i n g
'-_ i t  d r o v e  m e  m a d _-'
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Excuse me, are you an angel or something? #Iseul. Jeu 24 Mar - 2:58

Conrad accepta. Bon, tant mieux, en espérant que ses recherches soient fructueuses autant pour lui que pour moi. Varier ce que je pouvais cuisiner était bon pour le corps et pour mon envie de tout mettre à la casserole, et de voir le résultat. Pas très recommandé, il était vrai. Tout n'était pas bon. — Des bleuets, ou un lapin ça peut marcher aussi. J'avais le droit de continuer de rêver un peu. Il n'avait pas à se fier qu'à ce qu'il y avait là-dedans, à moins que ce soit dans la section ne pas manger. Je n'avais pas envie de mourir d'empoisonnement, la menace des rôdeurs me suffisait amplement. Je ne voulais pas non plus finir en rôdeuse. De manière bien superficielle, je ne pouvais accepter de finir en quelque chose qui ressemblait à ça. Bon, je savais que j'allais pourrir et que les vers allaient me manger. Sauf que je voulais pas marcher en plus et manger les autres pour qu'ils mettent encore plus de laideur ici. Ouais, je sais, il y devait y avoir d'autres raisons, mais devenir aussi laide, non merci. Je n'étais pas très modeste, c'était logique en quelque sorte. Taire ce que je pensais à ce sujet était probablement mieux. À moins de le sortir avec humour. Si ceci n'était pas encore disparu de la surface de la planète. Bien que la situation soit très grave, même plus que ça, nous n'étions plus durant les premiers jours, les premiers mois, et la première année. Il fallait se rendre compte que c'était rendu notre façon de vivre. Malheureusement. Alors, y aborder un peu d'humour pouvait toujours être utile. Le seul point positif que je voyais à notre époque était que je ne voyais pas trop comment cela pourrait être pire. Que le virus se transmette aux animaux ? Au peu qu'il restait, ça ne serait plus vraiment une menace. Je ne le souhaitais pas non plus. Tout ne pouvait que s'améliorer. Un jour, ces rôdeurs allaient tous mourir par nous. Je ne savais pas dans combien de temps, mais quelques milliards ça ne devaient pas être si long que ça à tuer... bon, je voyais un peu trop positivement, mais c'était toujours mieux que de penser à un monde où il n'y avait que des rôdeurs ayant contaminés tout le monde.

Penser au monde d'avant c'était mieux, peu importe si on n'allait plus jamais le revoir. J'étais cuisinière, il était joueur de football professionnel. Ce n'était pas un métier auquel on pensait tout de suite en rencontrant quelqu'un. Enfin, il était vrai que je pensais rarement aux sports en général. Sans grande surprise, l'équipe dont il faisait parti ne me disait rien. — J'ai arrêté de vraiment m'intéresser aux sports après le lycée quand j'ai arrêté d'être cheerleader. Qui encourageait, entre autre, les joueurs de football américain, ou de basketball. Donc, je ne connaissais pas l'équipe dont il faisait parti. Il aurait parlé de celle dont il faisait parti au lycée, j'aurais été plus au courant. Ce n'était pas très grave. Peut-être parce que je ne considérais pas le football américain comme important. Lui, il en ferait-il toute une histoire ? À voir. — Surtout les marchés... mais oui. J'avais toujours préférés en faire plusieurs pour trouver des aliments plus frais. Le contact avec les marchants, les dégustations de toutes sortes. Pour ma cuisine personnelle. Au resto, on avait affaire à des fournisseurs. Autant de la ville, des alentours ou encore au niveau international.

Je tournais une nouvelle fois les pommes, enfin le mélange entre compote et pomme, me retournant ensuite vers Conrad. — Ça fait longtemps que tu es ici ? demandais-je. Connaissait-il des coins inusités ? Des endroits à voir ? Autant en profiter pour faire du tourisme gratuit. Ça me gênait pas. J'avais je ne savais pas trop combien de morceaux de vêtements dans mes affaires qui en étaient de marques. Sans oublier les lunettes de soleil que j'avais.
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


# W I L L H O O D
Funny you're the broken one
but I'm the only one who
needed saving.

♥ ♥ ♥ :
 

× A propos du vaccin : :
Un vaccin... T'es drôle ! C'est que des conneries.

× Âge du perso : :
Trente-quatre ans, et toujours aussi sexey.

× Localisation (+ avec qui) :
Je me promène sur les routes de la Californie avec Desmond, Rebekah et Anna.

× Avant, j'étais : :
Sportif professionnel ; quarterback des San Francisco 49ers, équipe de la NFL (national football league).

× Messages : :
3811

× Points de vie : :
286

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Jensen Ackles.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Excuse me, are you an angel or something? #Iseul. Sam 9 Avr - 4:58




EXCUSE ME, ARE YOU AN ANGEL OR SOMETHING?

ISEUL AND CONRAD | Carry on my wayward son, there'll be peace when you are done. Lay your weary head to rest, don't you cry no more. Carry on, you will always remember. The center lights around your vanity.




Bon, ce n’était peut-être pas la peine d’essayer de sympathiser, elle en avait tout bonnement rien à faire. Je ne pouvais pas l’en blâmer pourtant ; qui était encore assez stupide pour se soucier des autres ? Pour accorder ne serait-ce qu’une once de sa confiance ? Moi, apparemment. Enfin, je l’étais, puisque cette ère était bel et bien révolue, je n’avais seulement pas pris encore l’habitude d’être aussi platonique avec quelqu’un de bel et bien vivant, à chacune de ses paroles j’avais l’impression de recevoir une bonne gifle en pleine figure. Peut-être que je me faisais des idées, que je ne captais pas de la bonne manière ces signaux, ou alors peut-être était-ce le simple fait que je n’avais pas l’habitude de ce genre de comportement, il y avait les gens hostiles et ceux qui étaient sympas, rarement j’avais croisé des personnes qui n’en avait tout simplement rien à foutre. Même si une part de moi-même se sentait un peu vexé, l’autre ne pouvait qu’admirer sa façon de vivre dans ce nouveau monde ; ou peut-être était-elle ainsi même avant le réveil des morts et ce cauchemar sans fin. Je ne pouvais pas m’empêcher de me le demander, mais bien entendu je garde cette question pour moi-même, ou pour plus tard, même si je doutais qu’on approfondisse cette relation plus qu’il ne le fallait un de ces jours. Non, c’était purement professionnel ; je voulais profiter de sa cuisine? Ça n’allait pas du tout être gratuit et certainement pas par simple bonté. Elle devait bénéficier de cette alliance elle aussi, elle voulait en ressortir tout aussi gagnante, si ce n’est pas plus, que moi. J’hoche donc simplement de la tête, ayant compris le genre de chose qu’elle voulait que je lui rapporte pour un peu de nourriture bien apprêté, un peu moins enthousiasme. « Je t’apporterais le mieux que je trouverais. » J’étais d’ailleurs, un homme de parole, et j’étais loin d’être du genre à profiter des gens, alors elle n’avait aucun souci à se faire de ce côté-là. Je lève un peu le livre entre nous. « Ça te va si je te l’emprunte quand je ferais des petites balades à l’extérieur du camp? » Sans ça, j’étais complètement perdu, et quitte à lui apporter des plantes autant lui en ramener des consommables et, cela, autant que je le pouvais, au lieu de bourrer mon sac de choses qu’elle jettera par-dessus son épaule à la seconde même où elle les verrait.

Lorsqu’elle avait montré un semblant d’intérêt pour ma personne j’avais tout de suite retrouvé un semblant de sourire ; obligé vu le sujet que j’abordais pour répondre proprement à sa question. En soit, ce qui m’avait toujours passionné et ce qui me passionnerait toujours, mais ça n’avait pas l’air de l’intéressée vraiment, le football. En temps normal ça m’aurait peut-être freiné mais je commençais doucement à m’habituer à ces réactions peu concernées. Bien que le fait que le centre de ma vie était quelque chose d’insignifiant à ces yeux était concertant, un autre point me choquait même un peu plus. Elle, cheerleader ? J’avais du mal à le croire, je ne l’imaginais pas du tout du genre à se trémoussée dans une petite jupe rouge sur un terrain, enthousiasme et souriante. Iseul était tout le contraire d’enthousiasme et souriante, l’asiatique était calme, trop même, et me disais à peine quelques mots, le moins qu'il était possible pour se faire comprendre. En même temps, je n’étais plus du tout le même qu’au lycée, enfin, peut-être qu’il m’en restait quelques miettes -restons honnête- mais j’avais évolué, beaucoup aussi maintenant que notre vie à tous avait été brutalement chambouler sans crier gare ; je finis donc par me dire que c’est ce qui l’a fait changer autant, elle aimait peut-être un peu plus la vie avant, mais ce n’est visiblement plus le cas et qui peu l’en blâmer? Il n’avait rien de bien dans le fait de vivre, aujourd’hui. Malgré-tout, je reste sur mes positions ; il serait beaucoup plus cohérent de l’imaginer comme étant la fille timide et brillante qui ne se fait pas trop remarquer et qui se cache la plupart du temps derrière ces gros bouquins. D'ailleurs, avec toutes ces conneries, sa dernière phrase n’avait été qu’un vague murmure à mon oreille inattentive, mais comme mon silence ne semble pas la contrarier et qu’une quelconque réponse n’était, vraisemblablement, pas attendu, je me dis que ce n’était pas nécessaire de la faire répéter.

Quelques secondes de silence s’étirent avant qu’elle ne m’adresse à nouveau la parole. J’hausse doucement les épaules, calculant rapidement dans ma tête, mais j’avais depuis longtemps perdu le compte des années, des mois et des semaines. « Peut-être un mois ou deux… et toi ? » C’était simple comme conversation mais ça changeait, ça calmait. Desmond n’avait rien de calme, cette vie n’avait rien de calme, plus maintenant… Pour l’instant il y avait Yosemite, certes, mais ça n’allait pas durer, ça ne durait jamais, alors même si en premier lieu je ne m'étais pas sentit vraiment à l’aise, je finis par me surprendre à trouver la situation agréable et relaxante, ce qui ne pouvait que me faire beaucoup de bien, en fin de compte.


CODE PAR MYERS

_________________

- ⋆ ' ⋆ . - ⋆ ' ⋆ . - ⋆ ' ⋆ . - ⋆ ' ⋆ . -
I didn't want to give you
the one last part of m y s e l f
THAT I COULDN'T TAKE BACK
but then I  r e a l i z e d  it was already yours
& it had been since the very  b e g i n n i n g
'-_ i t  d r o v e  m e  m a d _-'
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Excuse me, are you an angel or something? #Iseul. Lun 9 Mai - 20:50

Désolée du temps pris :/

L'odeur des pommes en train de bouillir était de plus en plus alléchante et j'avais bien hâte qu'elles finissent de cuire. Je n'étais peut-être pas aussi accro à la nourriture que semblait l'être Conrad (j'aimais surtout en faire), mais je commençais à avoir faim et à avoir hâte d'y goûter. Tout comme d'avoir des nouveaux ingrédients, avec mon nouvel épicier préféré (c'était aussi le seul, mais ce n'était qu'un détail). Épicier qui pourrait avoir le droit de venir chercher le livre quand bon lui semblait. — Bien sûr. C'était logique et naturel. Je ne tenais pas à grand-chose dans ma tente et si je partais, je risquais d'amener mon sac à dos, il n'y aurait donc rien à voler outre quelques trucs que j'aimerais bien garder. J'espérais tout de même que le vol ne se faisait pas entre survivants à Yosemite, nous étions tous dans la même galère. Je savais que c'était une vision bien utopique de ma part, mais il n'avait aucun intérêt à me voler, sinon il n'aurait pas de nourriture à laquelle il semblait être bien attaché. Je pouvais être sévère comme ça. — J'sais pas où j'vais le mettre, mais il va être visible. promettais-je. Je n'avais pas trop de chose, ça devrait aller. — Quelque part entre ma télé et mon divan. Tente de luxe. Ou pas. La mienne était bien normale. Point de télé et de divan, juste une blague, comme ça. Blague, le mot était fort, plus une tentative d'humour. C'était sorti sans que je sache trop pourquoi, ça m'arrivait régulièrement. Il fallait bien prendre les choses à la légère, malgré les jours sombres de notre époque. Peut-être pas pour toutes les situations et n'importe quand, mais il fallait bien continuer de rire un peu quand il n'y avait pas de rôdeurs dans le coin. Parce que les attirer, ce n'était pas vraiment ce que je souhaitais le plus. Moins je les voyais, mieux je me portais.

La conversation dériva sur le avant, sujet ô combien douloureux et inévitable, et nous avions découvert un point commun : le football américain. Chose dont il doutait me concernant. — Il me manque la mini jupe et les pompoms, mais je l'étais. répétais-je, puisqu'il ne semblait pas me croire. Rien ne l'y obligeait, je pouvais très bien avoir inventé mon histoire de cuisinière. Que je sache cuisiner une compote de pomme lui semblait être suffisant. La plupart du temps, je ne voyais pas trop l'intérêt de mentir. C'était trop compliqué pour rien. J'étais capable de mentir quand il le fallait, de modifier quelques détails, mais souvent la vérité il n'y avait rien de mieux. Tout le monde pouvait en profiter, personne ne pouvait vérifier tous les détails en quelques secondes sur les réseaux sociaux ou sur internet à présent. Elle était loin l'époque où je mentais à mes parents pour expliquer pourquoi j'étais si fatiguée (pas un entraînement plus, surtout une autre fête où j'étais restée beaucoup trop tard), je ne pourrais jamais savoir si mes parents l'avaient soupçonné.

Il n'était pas à Yosemite depuis très longtemps, ou si. Un ou deux mois au même endroit, c'était énorme pour certains qui bougeaient tout le temps. — À peu près pareil moi aussi. dis-je, fronçant des sourcils. Je ne savais pas trop. Sans calendrier c'était assez difficile. Je pouvais compter et noter le nombre de lune en cas de besoin, pour un rendez-vous par exemple (moins fréquent qu'avant), mais la plupart du temps, je ne trouvais pas ça très utile. Les à peu près m'allait. Bon, il était vrai qu'à Boston c'était plus facile avec les quatre saisons de percevoir la différence. Ici, et bien, il faisait beau et chaud à peu près tout le temps. M'enfin, par chance, il y avait toujours quelques accros au temps qui le savaient, calculaient, le notaient ou n'oubliaient pas. Je ne pouvais pas dire comment ils faisaient.

Je m'occupas une nouvelle fois de la compote, elle était terminée. Il n'y avait qu'une méthode pour savoir si elle était assez molle et onctueuse. Je me relevais, allant chercher un bol et une spatule qui étaient un peu plus loin. Je mis deux cuillerées de ma cuillère en bois dans le bol, lui tendant ensuite la spatule. Je n'avais pas d'autres sortes de couverts avec moi. Le comble pour une ancienne cuisinière, mais les petites cuillères et les fourchettes, je les perdais rapidement. Enfin, je n'arrivais jamais à en garder, elles s'évaporaient comme par magie. De manière plus vraisemblable, je les perdais ou je les oubliais à cause de leur taille. — Y'a toujours la pelure de la pomme, je dois les enlever ensuite, mais sois honnête. Je ne pensais pas avoir perdu la main, mais recevoir des compliments ne faisait jamais de mal. La recette était facile à faire, mais on ne savait jamais.
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


# W I L L H O O D
Funny you're the broken one
but I'm the only one who
needed saving.

♥ ♥ ♥ :
 

× A propos du vaccin : :
Un vaccin... T'es drôle ! C'est que des conneries.

× Âge du perso : :
Trente-quatre ans, et toujours aussi sexey.

× Localisation (+ avec qui) :
Je me promène sur les routes de la Californie avec Desmond, Rebekah et Anna.

× Avant, j'étais : :
Sportif professionnel ; quarterback des San Francisco 49ers, équipe de la NFL (national football league).

× Messages : :
3811

× Points de vie : :
286

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Jensen Ackles.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Excuse me, are you an angel or something? #Iseul. Jeu 26 Mai - 7:46




EXCUSE ME, ARE YOU AN ANGEL OR SOMETHING?

ISEUL AND CONRAD | Carry on my wayward son, there'll be peace when you are done. Lay your weary head to rest, don't you cry no more. Carry on, you will always remember. The center lights around your vanity.




Heureusement, elle accepte que j’emprunte son livre lorsque je me déciderais à sortir du camp pour chercher quelques trucs à lui rapporter, mais je ne vois pas pourquoi elle aurait refusé, à moins qu’elle soit d’accord pour me faire à manger même si je lui trouvais des choses qui n’étaient pas comestibles. Je n’allais quand même pas sortir, risquer ma vie et me fendre le cul en quatre pour trouver des choses sans, au final, obtenir mes petits plats chauds tant attendus. « Quelque part entre ma télé et mon divan. » Je lève alors les yeux du livre, fixant la jeune asiatique, un peu choqué. Elle venait de faire une blague? Une blague pas mauvaise du tout en plus de ça. Eh bah, peut-être avait-elle quelques surprises en réserve, finalement, peut-être qu’elle gardait tout pour elle, qu’elle était timide. Ça ne me dérangeait pas, au contraire, les timides étaient souvent les plus gentils d’entre tous, et je n’étais pas du genre à juger, ou sélectionner mes amis selon un code de préférences, j’allais vers tout le monde et plus particulièrement ceux qui étaient seuls et dans leurs coins. J’avais l’habitude d’intégrer ce genre de personnes à l’école, parce que je n’aimais pas qu’ils soient mis à l’écart, surtout que dans la majorité des cas c’étaient pour des raisons plus stupides les unes que les autres, mais Iseul était différente, elle semblait bien dans sa solitude, ma présence ne changeait pas grand-chose, je pourrais ne pas être là qu'elle serait tout aussi bien -le mieux qu’on peut allez en pleine apocalypse on s’entend- si ce n'est pas mieux, même. Un léger sourire étire doucement mes joues et mes yeux pétillent subtilement, amusé sincèrement par ces mots, mais me sentant beaucoup trop calme -ce qui était une sensation plutôt étrange vu l’hyperactivité qui m’obligeait à être constamment en mouvement, surexcité comme une puce depuis mon plus jeune âge- et n’ayant pas encore le cœur à rire aux éclats, penchant la tête vers l’arrière, comme j’avais l’habitude de le faire normalement. Beaucoup moins ces dernières années, et encore plus depuis quelques mois…

Je ne pensais pas qu’elle mentait concernant son passé, seulement c’était une des dernières choses dont j’aurais cru Iseul capable. Ça ne lui ressemblait tout simplement pas, à première vue, puisque après tout je ne la connaissais pas vraiment et d’ailleurs le fait qu’elle ait été pom-pom girl prouvait bien que je ne savais pas grand-chose, que c’était surtout l’image qu’elle projetais qui me permettait de me faire une idée à propos d’elle pour l’instant. Je ne réponds rien et donc elle enchaîne en m’informant qu’elle était ici depuis à peu près aussi longtemps que moi, même si elle semble plus ou moins incertaine, après tout c’était normal, j’avais, tout comme elle, été approximatif, je ne comptais pas les jours, c’était beaucoup trop compliqué et en plus c’était une perte de temps vu que ça ne servait plus à grand-chose d'être au courant de la date, de se situer dans le temps, parfois c’était déjà assez difficile comme ça de se situer sur la carte, alors non merci, je n’étais pas partant pour compliquer d’avantages les choses. Ça ne me surprenait pas qu’on ne se soit pas croisé avant d’ailleurs, cet endroit était vaste et grand après tout.

L’asiatique se concentre ensuite un peu plus sur ces pommes et j’en viens à comprendre que celle-ci était fin prête. Je ne pensais pas qu’elle me ferait tout de suite goûter, alors je suis mitigé, me situant quelque part entre l’excitation et la frustration. Je me sentais à nouveau gamin, devant la table des desserts, tentant d’attraper quelque chose de mes petites mains mais me faisant taper sur les doigts assez rapidement merci. Ma mère avait compris lorsque j’étais très jeune qu’il fallait constamment me surveiller si on ne voulait pas que tout disparaisse constamment de la table. Je suis donc plutôt surpris lorsqu’elle me tend une spatule, spatule que je prends avec hésitation, comme si j’avais peur que ça soit une mauvaise blague, même si elle pouvait très facilement remarquer que je n’attendais que ça. Je prends ensuite mon temps, comme si c’était un moment décisif dans ma vie, comme si cette simple bouchée avait le pouvoir de tout changer. « Mh. » C’est tout ce que je lui lance comme première réponse. J’avais presque oublié le goût des pommes depuis tout ce temps, et même si ce n’étais pas mon fruit préféré et que je savais que ce n’étais surement qu'une illusion, c’était la meilleure compote que je n’avais jamais goûté. « Marvelous. Éloigne ça de moi avant que je le chope et que je parte en courant. » C’était une blague, bien entendu, je ne ferais jamais ça, mais ce n’était pas l’envie qui manquait, ça n’avait rien de méchant, c’était même un compliment venant de moi, elle le comprendrait surement.


CODE PAR MYERS

_________________

- ⋆ ' ⋆ . - ⋆ ' ⋆ . - ⋆ ' ⋆ . - ⋆ ' ⋆ . -
I didn't want to give you
the one last part of m y s e l f
THAT I COULDN'T TAKE BACK
but then I  r e a l i z e d  it was already yours
& it had been since the very  b e g i n n i n g
'-_ i t  d r o v e  m e  m a d _-'
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Excuse me, are you an angel or something? #Iseul. Jeu 2 Juin - 4:14

Quoi ? Pourquoi Conrad me regardait comme ça ? J'avais un truc entre les dents ? J'étais si décoiffée que ça ? Ah, ce que j'avais dit, si je me fiais au sourire qu'il fit. Je ne pensais pas que cela lui ferait cet effet. Il était si rare que ça d'entendre des petites blagues ? Je n'en savais rien et il y avait beaucoup plus important. C'était le moment critique. Un ''mh'' fut dit. Et la consécration ensuite (j'exagérais peut-être un peu). Je souris, contente de ne pas avoir perdu la main. Je n'avais jamais eu l'impression que je l'avais perdu, mais me le faire confirmer était toujours bien mieux. — Parfait. J'éloignais le tout, tout en riant. Je voulais en garder pour moi. Ça devrait me faire des collations ou des desserts pour les prochains jours. Tout engloutir en une seule fois n'était pas dans mes préférences. Dans une autre époque, il y avait de ça quelques années, ça ne m'aurait pas dérangé. Là, c'était plus compliqué. J'aimais toujours autant cuisiner, encore plus puisque je le faisais moins souvent, mais, justement, comme les occasions étaient moindre, j'essayais de profiter de ce que je faisais le plus longtemps possible. Un stock, sans frigidaire. Faudrait essayer de creuser dans le sol et de garder le tout au frais. Enfin, de ce que je savais, le sol était plus frais. Il n'y avait qu'à aller dans un sous-sol ou une cave pour s'en rendre compte. Il faudrait creuser. Donc toucher à de la terre. Et me salir. Ce que je détestais. J'allais attendre que quelqu'un d'autre penser à cette idée. Quoi ? J'avais bien le droit de vouloir rester propre le plus possible. Aujourd'hui, c'était très inutile et un détail des plus inconvénients, mais je n'arrivais pas toujours à me contrôler sur ce point. J'étais moins pire qu'au début, mais j'étais loin de vouloir me rouler dans la boue volontairement.

Je revins de ma tente, me réinstallant par terre. — Oh... et si tu vois de l'alcool... Je ne complétais pas ma phrase, elle était assez facile à comprendre. Il ne fallait pas avoir un diplôme en sociologie pour la continuer. C'était une suite logique. Ça faisait bien longtemps que je n'avais pas confondu le pichet avec la baignoire. Pas que la gueule de bois me manquait, plutôt la sensation après avoir commencé à boire. Tout comme pour le blé, le lait, les œufs, je rêvais en couleur. L'alcool de partout devait être toute disparue à l'intérieur de plein de personnes. En cas de fin du monde, se saouler me paraissait être une action appropriée. Certes, il y avait de très grande chance pour qu'il garde l'alcool pour lui s'il en trouvait, je le savais. Sauf que de ne pas lui demander serait stupide puis bon, à ce qu'il paraissait, des personnes n'aimant pas l'alcool existait. Ce qui n'avait jamais été mon cas. Je me demandais encore comment j'avais pu me rendre en cours, après avoir passé une partie de la nuit à faire la fête, et à trop boire. Et pourtant, aujourd'hui, j'étais encore jeune. — Du savon, shampoing... J'étais en train de lui faire une liste d'épicerie. M'enfin, tout ce qu'il trouvait d'utile en somme. Il fallait bien s'entraider (quand j'étais surtout l'heureuse élue de l'entraide, il était vrai).
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


# W I L L H O O D
Funny you're the broken one
but I'm the only one who
needed saving.

♥ ♥ ♥ :
 

× A propos du vaccin : :
Un vaccin... T'es drôle ! C'est que des conneries.

× Âge du perso : :
Trente-quatre ans, et toujours aussi sexey.

× Localisation (+ avec qui) :
Je me promène sur les routes de la Californie avec Desmond, Rebekah et Anna.

× Avant, j'étais : :
Sportif professionnel ; quarterback des San Francisco 49ers, équipe de la NFL (national football league).

× Messages : :
3811

× Points de vie : :
286

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Jensen Ackles.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Excuse me, are you an angel or something? #Iseul. Mer 8 Juin - 4:07




EXCUSE ME, ARE YOU AN ANGEL OR SOMETHING?

ISEUL AND CONRAD | Carry on my wayward son, there'll be peace when you are done. Lay your weary head to rest, don't you cry no more. Carry on, you will always remember. The center lights around your vanity.




Heureusement elle ne prend pas mon commentaire de la mauvaise manière, c’était à mon tour de la faire sourire, ce qui agrandit sensiblement le mien. J’avais toujours aimé voir sourire les autres, même avant j’allais constamment vers les gens qui étaient seuls dans leurs coins tristes pour leur remonter le moral et cela malgré le fait que je ne les connaissais pas. J’étais comme ça, un grand joyeux. Enfin, normalement je l’étais, peu de chose arrivait à me faire perdre complètement mon sourire, mais ce qu’avait fait Aileen était beaucoup trop gros pour que je le cache dans ma petite boîte au fond de moi-même comme je le faisais normalement, ça faisait trop mal, alors même si je ne le voulais pas -et bien entendu que je ne le voulais pas, qui aimait souffrir?- ça me submergeait malgré moi. Je me demandais même si j’allais un jour réussir à passer par-dessus tout ça, si j'allais réussir à guérir. Ça me semblait totalement impossible pour le moment, en tout cas.

Iseul attrape la compote face à ma menace et disparaît dans sa tente, quelques secondes passent, un doux silence s’installe et c’est tout ce qu’il me faut pour perdre à nouveau le peu de joie que j’avais emmagasiné depuis que je me trouvais en sa présence. Elle revient ensuite, me déballant de nouveaux trucs qu’elle aimerait que je lui apporte. J’hoche doucement de la tête, pas plus enthousiasme que ça. « D’acc, j’comprend, tout c’qui peut être utile en somme. J’verrais avec mon ami et j’te reviens là-dessus. On ira surement dans les prochains jours, j’t’avertirais. » Je lui souris un peu, plus par politesse qu’autre chose. « J’te demanderais bien d’me faire goûter à des plats de ton pays mais bon, aujourd’hui on bouffe s’qu’on trouve » plaisante-je ensuite même si c’était plus dépriment qu’autre chose, pour nous deux, pas pour les mêmes raisons parce que elle, elle aimait être derrière les fourreaux alors que de mon côté j’aimais plutôt être devant les plats, mais dans les deux cas c’était triste. « Hâte de passer à ton resto " on mange c’que j’trouve " en tout cas. » Je laisse s’échapper un petit ricanement, me relevant ensuite. Je ne voulais pas la déranger plus longtemps qu’il ne le fallait, elle ne me connaissait pas après tout et je sentais qu’elle avait besoin, enfin qu’elle appréciait plutôt, sa solitude. On était bien différent sur ce point en tout cas. De toute façon, je ne tarderais pas à la revoir, comme je savais que Desmond sauterait au plafond -ou aux arbres dans notre cas- lorsque je lui dirais que je veux sortir -pas partir donc peut-être qu’il sautera pas si haut que ça finalement- lui qui se plains sans cesse de cet endroit pourtant paisible et calme. À croire qu’il aimait courir et avoir des zombies au cul.. En fait c’était juste Aileen qui l’énervait à propos de Yosemite, si elle n’était pas là il serait bien content d’être ici, au moins autant que je l’étais. Je ne me voilais pas la face après tout, la Zone avait tombé et c’était bien la preuve que ça ne pouvait pas durer ce genre de refuge. « Tu restes ici? Je risque de prendre du temps à te trouver si tu bouges… » Ce parc était immense après tout, et j’étais quand même bien satisfait de notre petite entente qui me remontais un peu le moral, même si dans l’histoire Iseul était plus gagnante que moi, alors je n’avais pas envie qu’elle disparaisse comme ça, même si après Aileen difficile de faire confiance à une inconnue -encore quelque chose que la blonde aura changer chez moi, mais peut-être que c’est pour le meilleur-, j’allais donc y croire lorsque je le verrais de mes propres yeux.


CODE PAR MYERS

_________________

- ⋆ ' ⋆ . - ⋆ ' ⋆ . - ⋆ ' ⋆ . - ⋆ ' ⋆ . -
I didn't want to give you
the one last part of m y s e l f
THAT I COULDN'T TAKE BACK
but then I  r e a l i z e d  it was already yours
& it had been since the very  b e g i n n i n g
'-_ i t  d r o v e  m e  m a d _-'
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Excuse me, are you an angel or something? #Iseul. Lun 20 Juin - 20:53

Conrad ne semblait pas être très enthousiasme face à ma demande envers l'alcool. Je devais trop lui en demander. J'étais comme ça, je n'avais pas un très bon sens des mesures. — Okay. dis-je. Je n'avais rien de plus à rajouter. Je n'allais lui dire de partir tout de suite, je n'avais aucune autorité sur lui. Je n'allais pas non plus lui dire de faire ça seul. Tant qu'à tous les deux ils ne voulaient pas de trop grosses portions, je voulais qu'il m'en reste assez pour quelques repas et quelques conserves si possible, il pouvait y aller à dix s'il le souhaitait. Ça me ferait même plaisir de pouvoir cuisiner pour plusieurs personnes. Même avant, quand je devais cuisiner seulement pour moi, je n'étais pas tout le temps motivée. Je ne m'abaissais pas à acheter des plats congelés déjà tout prêts. Les miens étaient faits par moi quand cuisiner pour moi me bottait plus. De temps à autre je mangeais aussi des repas tout prêts pris ailleurs, mais le congelé non merci. Puis bon, la plupart du temps, je trouvais ce que je faisais vraiment meilleur que ce que je pouvais acheter. Ma tête allait très bien, tout comme mes chevilles ; les trois étaient parfaites en somme. Pas comme la phrase de Conrad que j'avais bien trop suivant entendu. — Je suis américaine alors... t'en as sûrement déjà mangé beaucoup de mets américains. me moquais-je. Il ne voulait sûrement pas se montrer raciste ni méchant, mais... cela commençait comme ça. Et ensuite, ça pouvait grimper jusqu'au retourne dans ton pays. Pays qui était la Chine bien souvent et non pas la Corée, puisque tous les asiatiques se ressemblaient après tout. Oui, j'en avais entendu de toutes les sortes.

Je souris ensuite, avec le nom de mon futur resto. C'était arrivé, j'en avais enfin un à moi... bien que je n'aurais jamais pensé que ce soit un dans ce genre. — Je reste ici... j'attends de voir si je retrouve pas mon frère et ma sœur. Cela faisait quelques semaines, je croisais les doigts, les orteils et tout ce qui pouvait être croisés. C'était sûrement très, trop, optimiste de ma part, mais je ne pouvais juste pas croire qu'ils pouvaient mourir comme ça. Ou m'abandonner, avoir décidé de ne pas me chercher. Je ne savais pas où ils étaient, ni leur état, mais ils étaient vivants. Je l'aurais senti s'ils étaient morts, l'espérais-je. Je ne savais pas trop si ce genre de sentiment était réel, ça ne m'était jamais arrivé, sauf que je n'avais rien d'autre à quoi me raccrocher. — Si tu vois un grand noir et une indienne plus petite que moi... Je le disais à je ne savais pas trop combien de personnes. Description bizarre comme ça, mais nous étions tous les trois adoptés. C'était facile à deviner avec ce que j'avais dit. Frère, sœur, noir, indienne... j'expliquerais au pire. Comment je pouvais me douter qu'ils se dirigeaient vers Las Vegas ? Je les cherchais en direction contraire. Un jour, peut-être, j'allais changer de direction et eux aussi. Je ne pensais pas les voir vers Las Vegas et eux pensais me voir là-bas puisque cela allait avec ma personnalité. On se connaissait trop bien, pour une fois, cela nous faisait du tord.
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


# W I L L H O O D
Funny you're the broken one
but I'm the only one who
needed saving.

♥ ♥ ♥ :
 

× A propos du vaccin : :
Un vaccin... T'es drôle ! C'est que des conneries.

× Âge du perso : :
Trente-quatre ans, et toujours aussi sexey.

× Localisation (+ avec qui) :
Je me promène sur les routes de la Californie avec Desmond, Rebekah et Anna.

× Avant, j'étais : :
Sportif professionnel ; quarterback des San Francisco 49ers, équipe de la NFL (national football league).

× Messages : :
3811

× Points de vie : :
286

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Jensen Ackles.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Excuse me, are you an angel or something? #Iseul. Mar 5 Juil - 6:03




EXCUSE ME, ARE YOU AN ANGEL OR SOMETHING?

ISEUL AND CONRAD | Carry on my wayward son, there'll be peace when you are done. Lay your weary head to rest, don't you cry no more. Carry on, you will always remember. The center lights around your vanity.




« Je suis américaine alors... t'en as sûrement déjà mangé beaucoup de mets américains. » Shit, moi qui avait seulement voulu être sympa, je m’étais mis les pieds dans les plats et bien que je me débrouillait relativement bien socialement parlant -normalement- j’avais toujours l’impression de dire la mauvaise chose avec elle, ou peut-être que je me trompais, mais en tout cas c’est ce qu’elle me laissait croire, n’ayant visiblement pas vraiment apprécié mon erreur sur ses origines, sûrement parce que ce n’étais pas la première fois qu’on la croyait venir d’ailleurs et qu’elle devait dire -ou répété plutôt- qu’elle était en fait bien américaine. Sauf que ça n’avait rien de méchant, je n’avais jamais eu aucun problème avec les asiatiques, pourquoi j’en aurais? Elle ne me connaissait pas si elle pensait cela -mais en vrai ça prouvait justement qu’elle n'en savait que très peu sur moi, on se parlait que depuis une heure tout ou plus après tout- puisque j’avais toujours été très ouvert d’esprit, même un peu trop, parfois. « Oh, je vois. Tant pis alors. » Je lui souris même si j’étais maintenant -et de nouveau- légèrement mal à l’aise, mais qu’est que je pouvais lui dire de plus? De toute façon, elle verrait d’elle-même que je ne suis pas ce genre de personne et que je suis même à l’opposé totale, si on était pour se parler régulièrement.

Notre entente conclut, je me lève finalement de terre, la regardant maintenant de haut. Elle me confirme qu’elle resterait ici, et tant mieux, sinon bonne chance à moi pour la retrouver, m’avouant ensuite qu’elle cherchait son frère et sa sœur. Je grimace légèrement, me rappelant que je ne savais pas non plus ou se trouvait le mien. Je commençais à perdre un peu espoir, même si j’avais revu Rebekah, que j’étais avec Desmond et que j’avais passé un moment avec Aileen. C’était plus que la plupart des gens, j’avais eu de la chance, certaine personne n’avait revu personne de leur entourage et c’était bien triste. Tout cela pour dire que j’espérais qu’elle les retrouverait. Je lui offre un sourire compatissant, cette fois. « Je ne sais pas non plus où est mon frère.. J’espère que tu les retrouveras, en tout cas. » N’y même ma mère, d’ailleurs, ou mes coéquipiers du football, ils me manquaient tous terriblement mais la seule chose que je pouvais faire c’est espérer qu’ils s’en étaient sorti comme moi. Je pouvais avoir mal autant que je le voulais, le monde ne reviendrait pas comme avant pour autant, je le savais depuis un moment maintenant. Je devais dire adieu aux matchs de football, aux soirées entre amis et à la cuisine de ma mère également. Rien n’était plus pareil maintenant, je m’y étais adapté, assez rapidement même, parce que je n’avais jamais été très capricieux ou prince, même si je me faisais beaucoup d’argent avant. C’était trop facile de prendre la grosse tête et heureusement ça n’avait pas été mon cas. « Si tu vois un grand noir et une indienne plus petite que moi... » Je fronce très légèrement les sourcils, prenant quelques secondes avant de comprendre -oui je ne traitais pas toujours l’information à la vitesse de l’éclair, malheureusement, et j’avais toujours été comme ça. « Je te le dis » finis-je alors pour elle, lui souriant à nouveau.

Je glisse ensuite les mains dans mes poches, me disant que si je ne rentrais pas vite à mon propre campement Desmond me ferrait à nouveau une scène, mais heureusement j’avais une bonne nouvelle pour lui calmer les nerfs et pour le dégourdir aussi un peu, passer ces journées le nez dans ce fichu bouquin de blagues pourrîtes lui ramollissait la cervelle. « Bon alors j’y retourne, je reviendrais surement demain, prend soins de toi. » Ne sait-on jamais. Même si on était -normalement- en sécurité, ou alors relativement, il fallait s’attendre à tout, de nos jours. Je me tourne ensuite un peu, lui pointant la direction qui menait à notre petite installation. « Si tu as besoin de quelque chose je suis qu’à une vingtaine de minute de marche par là-bas, on a deux hamacs tu le manquera pas. » Certainement pas, avec toutes les conneries que Des c’était amusé à ajouter comme ce système pour récupérer l’eau de pluie ou ce poster de chien qui sortait de je ne sais trop où. Je ne la connaissais pas et peut-être qu’elle ne me faisait pas confiance, peut-être même que lui dire où j’étais c’était prendre des risques, mais elle était toute seule et je m’en voudrais si quelque chose lui arrivait et que je ne lui avais pas proposer de me rejoindre en cas de problème. Comme j’ai dit, ne sait-on jamais.


CODE PAR MYERS

_________________

- ⋆ ' ⋆ . - ⋆ ' ⋆ . - ⋆ ' ⋆ . - ⋆ ' ⋆ . -
I didn't want to give you
the one last part of m y s e l f
THAT I COULDN'T TAKE BACK
but then I  r e a l i z e d  it was already yours
& it had been since the very  b e g i n n i n g
'-_ i t  d r o v e  m e  m a d _-'
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.

× A propos du vaccin : :
Merci mais non merci.

× Âge du perso : :
33 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, chez les sauveurs.

× Avant, j'étais : :
Guitariste à temps partiel.

× Messages : :
2543

× Points de vie : :
73

× Copyright : :
© hedgekey (avatar), © schizo' (code signa).

× Avatar : :
James Franco le beau gosse.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Excuse me, are you an angel or something? #Iseul. Lun 22 Aoû - 18:47

RP archivé suite à la suppression d'Iseul. coeurrose

_________________
Maybe it wasn't meant to be, not at all.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Excuse me, are you an angel or something? #Iseul.

Revenir en haut Aller en bas

{FLASHBACK} Excuse me, are you an angel or something? #Iseul.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS-