Save the piñata
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome. Quelques bugs/décalages à attendre sous Firefox.
Le 10 novembre 2016, le forum a fêté ses quatre ans !! A cette occasion, sa saison 5 a été mise en place. bril Et le 12/06/2017, sa version vingt-trois réalisée par Morphine est installée. Toutes les nouveautés sont à découvrir ici. coeurrose
Oh la la qu'est-ce que vouuuuus aiiiiiime !! coeurrose lele Et si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ?

Partagez| .

Save the piñata

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Save the piñata Dim 31 Jan - 8:09

Amethyst ∞ Leandro
I'm trying, but I'm gone through the glass again. Just come and find me. Somebody. Someone.
Je sais pas depuis combien de temps j'avance. Plusieurs nuits et jours. Trop à mon humble avis Combien de kilomètres ai-je parcourus depuis cette nuit fatidique ? Aucune idée. J'ai couru, marché, rampé mais j'ai continué d'avancer, le regard toujours en arrière. Constamment. William est-il sur mes pas ? Me rattrapera-t-il ? Me retrouvera-t-il ? Les questions qui tournent sans cesse en boucle dans mon esprit. Je ne m'arrête pas sauf pour me poser quelque instants. Reprendre des forces, me reposer, chercher un point d'eau, quitte à récolter la rosée du matin sur les buissons qui s'offrent à moi. Chercher des fruits sauvages, ce qui en restent, ce qui n'ont pas été déjà raflés. J'ai beau tenter de m'accrocher, de garder la tête hors de l'eau, je commence à patauger, à me noyer lentement. La fatigue, la faim, la soif. Toutes ses choses du quotidien qui étaient déjà source d'angoisse, sont devenues pires. Pires car je dois me démerder toute seule, en trouver toute seule. William n'est plus à pour dégommer des écureuils ou autres petits animaux qui ont la malchance de le croiser. Non, plus là, personne n'est plus là. La solitude commence à me peser, m'enrôler dans la plus sombre des angoisses. Face à moi, que du vide. Personne à qui parler et du danger tout autour. Etre autant sur mes gardes va me rendre folle voir parano. Le moindre bruissement de feuilles me donne des sueurs froides et des palpitations. Toujours là à me demander ce qui va me tomber sur la gueule. Si ses putains de cannibales m'ont retrouvé, si ses putains de zombies m'ont senti ou entendu. Le bordel, un bordel sans nom. Hésitante, je me retrouve entre une plaine dégagée et une forêt dense. Quel chemin prendre ? Lequel sera le mieux ? Le plus sécurisé ? Putain. Mon cerveau marche à vive allure. Je n'ai pas pour habitude de prendre les décisions, William les prenait pour nous et je le suivais sans me poser de questions. Enfin, je le contredisais mais plus pour la forme que par pure conviction. Juste histoire de le faire chier sauf qu'aujourd'hui, je n'ai personne à faire chier à par moi-même. Un pas en avant, un pas en arrière, je n'arrive pas à me décider, à peser le pour et le contre. Putain. Putain. Je m'énerve toute seule contre moi-même comme une belle idiote à pas savoir où aller. Allez Amethyst, ressaisis-toi. Qu'aurait fait William ? Qu'aurait-il choisi ? Je sais pas. Je sais plus. Suivons l'instinct, ouais, c'est ça, faisons ça. Ma dégaine s'enfonce dans la forêt d'un pas hésitant. La forêt, c'est bien, je serais pas facilement repérée. La forêt c'est bien, je pourrais semer d'éventuels ennemis en courant entre les arbres. Mais je peux très bien aussi me faire prendre dans un piège. Oh et puis merde, je continue ma route.

A peine quelque minutes plus tard, je regrette amèrement ma décision. Décision de merde. Mon pied se pose sur un tas de feuille sans y faire plus attention et là, tout part trop vite. Un bruit de cordes qui se frottent se fait entendre et ensuite, le drame. Mon pied se fait prendre par les cordes et le monde se retrouve rapidement sens dessus-dessous. Littéralement. Me voilà pendue par le pied par cette putain de corde à la con, la tête à l'envers. Je ravale mon envie d'hurler sous la douleur de ma cheville aussi serrée par cette maudite corde et me dit pour me calmer que tout ira bien. Suffit juste que je défasse le nœud coulant comme j'ai déjà vu William le faire quand il chassait. Sauf que non, bien-sûr que non, le ciel veut s'amuser, se divertir en se foutant de ma figure. Au moindre de mes mouvements pour me libérer, des clochettes retentissent. Niveau discrétion, j'ai l'award. Youhou. Je tente le tout pour le tout et tente du mieux que je peux de me libérer dans un tintement de clochettes. Le mieux est de me libérer pour foutre le camp rapidos. Effort vain, je n'arrive pas à dé-serrer le nœud coulant, ce salaud est trop bien serré et mes forces déjà diminuées ne suffisent pas. Sans parler de la gravité et des mes abdos non existants qui ne m'aident pas. FAIS CHIER. Du coin de l'oeil, je vois une ombre en mouvement, j'arrête tout pour tourner le visage vers elle. Un attroupement de zombie qui marche tranquillement vers moi, sûrement attirés par le boucan que je fais. PUTAIN. Dans un désespoir angoissé, je me secoue dans tous les sens pour me libérer, m'aidant de mon poids mais non. Bien-sûr que non. Maigre comme un clou, rien ne se passe à part faire gueuler les clochettes. BORDEL. Les zombies approchent et se retrouvent au dessous de ma tête, leur bras qui se tendent vers la mienne de tête. L'un des zombie arrive à attraper ma queue de cheval et tire dessus comme si j'allais m'ouvrir comme une pinata. CONNARD. Ma main se saisit de ma machette pour la lui enfoncer dans le crâne sauf qu'il s'effondre sur le sol sans me laisser le temps de la récupérer. Décidément, c'est bien mon jour de chance. Les cheveux enfin libérés, je profite pour coincer ma queue de cheval hors de leur portée pendant qu'ils m'entourent, leurs mains me frôlant presque. Si j'étais plus grande de quelque centimètres, ils m'auraient déjà manger la figure. Merci ma petite taille. Mais pour le reste, je suis dans la merde, là, suspendue comme une pinata, à leur merci. Tout est une histoire de temps maintenant, de quand la corde se rompra d'elle-même. Je vais mourir comme une sombre idiote. Les larmes me montent aux yeux. Je veux pas mourir maintenant, pas comme ça.  
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


IN THE MIDDLE OF THE NIGHT, WHEN THE ANGELS SCREAM, I DON'T WANT TO LIVE A LIE THAT I BELIEVE. TIME TO DO OR DIE.


We could be more:
 

× Âge du perso : :
38 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, avec Zippora et Tybalt.

× Avant, j'étais : :
Flic.

× Messages : :
1244

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
© lux aeterna (avatar), © schizo' (code signature).

× Avatar : :
Andrew Lincoln le BG.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Save the piñata Jeu 4 Fév - 11:49

 
Amethyst & Leandro
 
ONE BY ONE. HOLLOW HEROES SEPARATE. AS THEY RUN. YOU'RE SO COLD. KEEP YOUR HAND IN MINE. WISE MEN WONDER WHILE STRONG MEN DIE.

Leandro a maintenant compris une chose à propos de Zippora : elle n'aime pas qu'il sorte - que ce soit au beau milieu de la nuit ou en pleine journée - sans la prévenir au préalable. Si cela l'agace profondément, il a donc fait l'effort, aujourd'hui, de lui en faire part avant de quitter la petite cabane qu'ils ont investie, quelques jours auparavant. Il faudra sérieusement qu'ils songent à la quitter, elle est toute faite de bois, et ils sont loin d'être à l'abri d'une attaque, vivante ou morte-vivante. Elle ne les protège pas assez, et c'est le moins que l'on puisse dire. C'est dans l'espoir de trouver de la bouffe, et pourquoi pas une voiture, et pourquoi pas de l'essence, et pourquoi à boire, que Leandro est sorti aujourd'hui. Même pas pour se défouler, il n'en ressent pas le besoin. Pas pour l'instant, quoi qu'il en soit. Cela viendra d'ici une semaine, peut-être moins, peut-être plus. Pour l'heure, ils ont des besoins plus urgents, comme trouver quelque chose à bouffer avant de finir tous les deux évanouis sur le sol en bois de leur petite cabane. Bon, Leandro ne se sent pas encore sur le point d'en arriver là mais sait-on jamais. On n'est jamais trop prudents, il en sait quelque chose ... Ou pas. Sa fidèle hache à la main, un large couteau de cuisine accroché à sa ceinture, Leandro évacue les lieux et marche pendant quelques minutes. Pendant un moment en fait, mais il est tout à fait incapable de mettre des nombres clairs là-dessus. Qu'importe. Il sait qu'il retrouvera son chemin, de toute façon. Il a un sacré bon sens de l'observation à présent, et ce où qu'ils soient. Resté sur ses gardes, Leandro observe chaque arbre, est à l'affût de chaque bruit. Il est hors de question qu'il se fasse prendre par surprise être humain ou pas.

D'ailleurs, dans le cas où il croiserait un survivant mal intentionné, il a toujours son python dans son colt. Il n'y a plus que deux balles dedans alors, s'il pouvait éviter de les utiliser, cela l'arrangerait fortement. Lorsqu'un bruit semblable à des clochettes parvient à ses oreilles, Leandro croit d'abord avoir rêvé. Mais, alors qu'il s'est figé, le bruit se reproduit. Plus insistant, cette fois. Et forcément plus vrai. L'ancien flic prend une profonde inspiration avant de décider de la marche à suivre. Il va se la jouer discrète déjà, ça c'est sûr. A pas feutrés, il avance en direction de ce qu'il pense être l'origine du bruit. Il n'a pas la moindre foutue idée de ce que cela peut bien être mais il a tôt fait de remarquer qu'il n'est pas le seul à être "attiré" dans cette direction. Bordel, c'est quoi cette merde ? A sa gauche, à quelques mètres de là, des rôdeurs. Ils ne semblent pas l'avoir remarqué lui, sans doute trop occupé à filer ce qui pourrait être une potentielle proie pour eux. Quand les rôdeurs semblent ralentir, Leandro se cache derrière un arbre et se redresse juste assez pour voir par-dessus la branche qui lui masque la vue. Le spectacle qui se joue devant lui est ... Hors norme. Une femme est suspendue dans les airs, la tête en bas et les pieds fermement accrochés à une corde. ... OK. Leandro plisse les yeux, et à force d'observation, il croit reconnaître Amethyst. Elle était dans la zone, elle aussi. Et puis elle a disparu comme bon nombre d'autres personnes et Leandro ne l'a plus jamais revu. Il doit bien avouer qu'il avait totalement oublié son existence jusqu'à aujourd'hui ... Pas par méchanceté, mais par nécessité. Mieux vaut oublier jusqu'à l'existence de tous ceux qui ont disparu. Et puis ... ce n'est pas comme s'ils avaient jamais été proches, tous les deux. Bien au contraire.

Mais l'heure n'est pas à la réflexion et à la tergiversion. Leandro doit réfléchir à ce qu'il va faire. Et vite. Pour plein de raisons, il sait qu'il ne peut pas juste la laisser là et repartir de là où il vient comme si de rien était. Pour sa conscience déjà bien entamée, et pour le risque que le bruit qu'elle fait peut occasionner. La cabane où ils vivent n'est pas loin ; attirer des rôdeurs dans cette direction serait stupide de sa part. « Bordel. » Dans quoi s'est-il encore fourré ? Il va vraiment risquer sa vie pour ... cette fille ? Faut croire que ouais. Déjà, Leandro s'est levé en faisant le plus de boucan possible : branches secouées, branches écrasées, et, finalement, branches lancées dans leur direction. Bien. Cela a eu l'effet escompté : les rôdeurs l'ont repéré et viennent maintenant vers lui. Pas vraiment adepte du "j'attends qu'on vienne me bouffer tranquillou". Fidèle à lui-même, Leandro s'élance en avant en se retenant de justesse de hurler comme un dératé. Un rôdeur s'écroule. Puis un autre. Et encore un autre. Il a perdu le compte. Comme toujours, c'est la rage qui parle pour lui. Il a de la chance de ne pas s'être encore fait mordre, celui-là. Il n'était qu'une petite dizaine, ce qui n'est en soit pas grand chose, mais si l'ancien flic est bien sûr d'une chose c'est qu'ils ne seront pas seuls. Ils ne vont pas tarder à ramener leurs copains et ils auront intérêt à s'être cassés. Tous les deux. « T'as eu le temps de comprendre le fonctionnement de ce putain de piège ? » Faut bien qu'elle serve à quelque chose, elle aussi. Elle ne peut pas se contenter de rester la tête en bas en imaginant qu'on va la sauver et la sortir du pétrin dans lequel elle s'est elle-même fourrée.

 
code par SWAN - gifs tumblr

_________________
I can't get these memories out of my mind, and some kind of madness has started to evolve. And I, I tried so hard to let you go, but some kind of madness is swallowing me whole.
I have finally seen the light, and realized what you mean.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Save the piñata Dim 21 Fév - 10:36

Amethyst ∞ Leandro
I'm trying, but I'm gone through the glass again. Just come and find me. Somebody. Someone.
Franchement, c'est quoi cette situation de merde ? Y'a vraiment que moi pour me retrouver dans un bordel pareil, dans une position aussi délicate que ridicule. Je me maudis de ma stupidité et de mon incapacité à me sortir d'affaire. Putain. Dans le genre useless, je suis vraiment la championne, faut le dire, faut le dire. Bonne qu'à rester en vie si y'a une tierce personne qui veille sur mes fesses. Sauf que là, je suis toute seule. Sauf que là, personne ne viendra sauver mon cul bordé de nouilles. Je n'avais jamais réellement songé à ma mort mais trouver la mort, perchée comme une piñata, c'est ce que j'appelle une mort conne. Désespoir en cause, je m'agite en tentant toujours de dénouer le nœud coulant mais rien n'y fait. Mes tentatives inutiles ne servent qu'à alerter plus de zombies encore vu le boucan que je fais. Que devais-je faire ? M'arrêter ? Laisser le temps m'avoir à l'usure ? Je me sens paumée, incertaine de la bonne manière de me tirer de cette situation, si toute fois, il y en a une. La seule qu'il pourrait y avoir, c'est qu'une tierce personne passe et choisisse de me venir en aide. Autant dire ce que ce n'est pas tout à fait gagné. Rare sont les personnes qui viennent en aide à une autre en ces temps de dèche. Sauf si c'est un cannibale et qu'il me voit comme un morceau de jambonneau à braiser. Un frisson me parcourt l'échine alors que cette pensée fait son chemin lentement. Putain. Pas de cannibales. J'en avais déjà assez chier avec eux pour en subir une couche à nouveau. Je me retrouve ici, là, à hésiter entre espérer qu'une personne me vienne en aide et que personne ne me trouve.

Au loin, un bruit de branches qui se secouent et se cassent se fait entendre. Sûrement un zombie ? Encore des zombies qui viennent étoffer le groupe qui se dandinent sous ma tête, les dents qui claquent. Sauf qu'une branche manque de me rendre borne et attire mon attention. Depuis quand un zombie peut balancer un projectile ? Depuis jamais. Ma tête se tourne vers la direction du projectile et paf. Je me prend une branche dans le front. Aie. Ma parole, on me vise moi ou les débiles morts-vivants ? Une silhouette se tient au loin, fonçant dans le tas, légèrement sonnée par la branche prise en pleine poire, je plisse les yeux un instant pour pouvoir voir clairement le lanceur de branches. Oh. Putain. Sa. Mère. Je le reconnais de suite, en une fraction de seconde. Leandro. Impossible d'oublier son visage, sa façon de foncer dans le tas avec cette sorte de rage nichée dans les iris. L'homme qui pouvait me faire me pisser dessus à la zone 51. Sur le coup, je ne sais plus si je dois m'estimer heureuse ou plus malchanceuse. Qu'allait-il advenir de moi ? Déjà qu'il me faisait flipper à la zone, même quand William était à mes côtés, alors aujourd'hui, toute seule. Néanmoins, il vient à mon secours et libère la voie, c'est qu'il n'a pas de mauvaise attention, non ? Bwah. Foutu pour foutu, on verra bien. Sa voix me sort de ma léthargie et me fait même sursauter. Le fonctionnement ? Ah oui. Oui. « Ouaip, piège d'chasseur, j'connais. Le nœud coulant emprisonne ma cheville, il est trop serré pour l'défaire. Faut l'couper … enfin … sans me trancher la cheville, si possible » C'est évident, j'avais pas réellement besoin de le dire. Même si les zombies sont zigouillés, je me sens toujours aussi stressée, sûrement la présence de Leandro et la peur que j'avais de lui qui me remonte. Peur qui me pousse à dire que de la merde, faut croire. « J'ai ma machette coincée dans l'crâne d'un des zombies. C'devrait faire l'affaire » M'enfin, vu le tas de zombies à terre, faudrait chercher et nous sommes dans l'urgence « Quoique, hein, la hache que t'as d'vrait suffir aussi » Putain. Amethyst, arrête d'être aussi crétine ! Il a de quoi couper une corde, qu'est-ce-que t'as à parler de ta putain de machette ? C'est tout moi ça, parler pour rien dire sous la pression. Mon index tremblant pointe derrière lui, superbe performance. Bravo Amethyst, t'as pas l'air stupide à trembler. « Y'en a d'autres qui vont pas tarder à s'ramener, ils arrivent … Enfin … loin d'moi l'idée d'te foutre la pression, hein ! J'veux dire … enfin … C'comme tu l'sens. J'suis pas pressée ... Enfin, j'veux pas non plus dire qu'j'veux rester perchée. Bref, on s'comprend, hein ? » Je me sens gauche et conne. J'essaie de prendre des pincettes, pas trop l'énerver en rectifiant ma connerie légendaire et surtout pas lui faire croire que je lui fous la pression pour qu'il me libère. Moi, foutre la pression à Leandro ? C'est du suicide. Je veux garder ma cheville intacte et puis ma vie aussi, d'ailleurs. Il l'a capté, hein ? Putain. Faites que oui. Non, le mieux, je ferme ma gueule et voilà.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


IN THE MIDDLE OF THE NIGHT, WHEN THE ANGELS SCREAM, I DON'T WANT TO LIVE A LIE THAT I BELIEVE. TIME TO DO OR DIE.


We could be more:
 

× Âge du perso : :
38 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, avec Zippora et Tybalt.

× Avant, j'étais : :
Flic.

× Messages : :
1244

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
© lux aeterna (avatar), © schizo' (code signature).

× Avatar : :
Andrew Lincoln le BG.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Save the piñata Mar 1 Mar - 14:47

 
Amethyst & Leandro
 
ONE BY ONE. HOLLOW HEROES SEPARATE. AS THEY RUN. YOU'RE SO COLD. KEEP YOUR HAND IN MINE. WISE MEN WONDER WHILE STRONG MEN DIE.

Leandro pourrait bien faire demi-tour et se barrer de là sans demander son reste. Mais il ne le fait pas. Au lieu de cela, il s'élance bel et bien en avant, un semblant de plan mis au point en un rien de temps. Sa conscience lui joue rarement des tours, mais il sait que ce serait le cas là, s'il la laissait crever sans rien tenter. Faut bien qu'il fasse quelque chose. Loin de lui l'envie d'être hanté par une mort supplémentaire. Il finirait par ne plus le supporter, même si cela lui semble encore très lointain. Il ne connait pas grand chose d'elle, juste son prénom et le fait qu'elle semblait l'éviter dans la zone. Faut dire qu'il n'a jamais rien fait pour la ménager, la p'tite. La voir terrifié en sa présence était presque jubilatoire à une époque. Et par moments. Parce qu'à d'autres, il s'en foutait comme de sa première dent perdue. Quoi qu'il en soit, il ne peut pas se barrer. Surtout maintenant, il est trop engagé. C'est foutu pour lui. Il s'élance donc en avant, tout en écoutant la réponse de la jeune femme qui ne tarde pas. Elle semble en savoir pas mal sur ce piège et c'est sans doute ce qui lui sauvera la vie. Elle a de la chance, ce ne devrait pas être trop compliqué de la tirer de là. Un dernier rôdeur s'écroule, avant que Leandro s'élance sur le côté. Son regard fait plusieurs allers et retours sur le sol avant de repérer la fameuse machette d'Amethyst. Celle qui est coincée dans un crâne pourri. Leandro la récupère à grands renforts de muscles, et lui donne sans plus attendre. C'est pas tout ça mais il aura grand besoin qu'elle veille sur ses arrières pendant qu'il essaiera d'en finir avec ce putain de noeud. Et puis, faut bien qu'elle serve à quelque chose aussi. Leandro ne sait toujours pas pour quelle raison précisément il s'est décidé à lui venir en aide mais maintenant que c'est fait ... Il va aller jusqu'au bout. « Si y en a que je vois pas et qui s'approche de trop près, je compte sur toi pour le buter ... » Faut bien qu'il explique pourquoi il lui a refilé sa hache même si cela peut sembler relativement évident au premier abord. Et puis, ce serait con qu'elle s'imagine qu'il se contentera de lui redonner sa chance avant de se barrer. Elle pourrait bien paniquer et en attirer encore plus. Au moins, maintenant, les choses sont claires. A peu près, quoi.

« ... ou me prévenir. » Pas qu'elle a pas l'air maligne, hein ... Mais presque. Tout ce dont Leandro se rappelle d'elle, c'est qu'elle semblait prête à faire un arrêt cardiaque en sa présence. Ce qui n'est pas de très bonne augure maintenant qu'ils pourraient être cernés en un rien de temps par une horde de rôdeurs. « Maintenant, parle-moi et concentre-toi. » Leandro et son tact légendaire. C'est surtout que, en vrai, il ne veut pas l'entendre déblatérer des conneries à tout va. Elle a l'air d'avoir besoin de parler, peut-être parce qu'elle est stressée il n'en sait rien. Mais lui, ça ne l'arrange. Il veut juste qu'elle la ferme, pendant qu'il s'occupe de la corde et puis qu'ils se barrent chacun de leur côté. C'est quand même pas trop demandé, si ? Quoi qu'il en soit, Leandro n'a pas de temps à perdre. Il a laissé un rôdeur un peu plus loin, qui tardera pas à arriver à leur hauteur - qui sait, peut-être qu'Amethyst aura le cran de s'en occuper -, et d'autres pourraient bien débarquer à tout moment. Autant dire qu'ils manquent de temps. Tous les deux. Parce que, maintenant, Leandro est quasiment dans la même merde qu'elle. Et sa propre sécurité dépendrait presque de celle de la brune. Pas de temps à perdre. Tout en essayant d'accorder un peu de sa confiance à celle qui a toujours la tête en bas, Leandro se met sur la pointe des pieds et s'attaque à la corde d'un coup de hache bien placé. Il ne touchera pas sa cheville, elle peut en être certaine. Mais la position n'est pas des plus confortable et il a bien du mal à atteindre la corde. Ce n'est pas aussi simple que cela en l'air. Peu importe à quel point il est grand, il doit mettre en place tous ses efforts pour réussir son objectif. Lequel risque de prendre un peu de temps parce qu'il ne peut pas toucher la corde avec autant de force qu'il le faudrait. Une petite dizaine de coups devraient faire l'affaire ... avec un peu de chance. Mais Amethyst ne semble pas être la fille la plus chanceuse qui soit et c'est également son cas. Alors il va devoir redoubler d'efforts et puis c'est tout.

 
code par SWAN - gifs tumblr

_________________
I can't get these memories out of my mind, and some kind of madness has started to evolve. And I, I tried so hard to let you go, but some kind of madness is swallowing me whole.
I have finally seen the light, and realized what you mean.
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


IN THE MIDDLE OF THE NIGHT, WHEN THE ANGELS SCREAM, I DON'T WANT TO LIVE A LIE THAT I BELIEVE. TIME TO DO OR DIE.


POUR LE PLAISIR:
 

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21067

× Points de vie : :
153

× Copyright : :
© schizo (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Save the piñata Sam 14 Mai - 17:24

Rp archivé suite à la suppression d'Amethyst. coeurrose

_________________
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Save the piñata

Revenir en haut Aller en bas

Save the piñata

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS-