The forgiveness is one of the golden rules within a family. [Amethyst]
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
Le 10/11/2016 : le forum a quatre ans & sa saison 5 est mise en place. Le 27/08/2017 : 24ème version du forum installée. Les awards & autres nouveautés sont à consulter ici.
Oh la la qu'est-ce que vouuuuus aiiiiiime !! coeurrose lele Et si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ?

Partagez| .

The forgiveness is one of the golden rules within a family. [Amethyst]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: The forgiveness is one of the golden rules within a family. [Amethyst] Dim 21 Fév - 17:56

Marwan & Amethyst
When the links are broken, the path will be long to retie them.
Le destin était définitivement contre moi et ce n'était pas pour arranger mon subconscient qui était en pleine ébullition à force de se frotter à un mur. Est-ce que j'allais enfin retrouver ma fille ? Peut-être était-elle morte et que je perdais tout simplement mon temps à chercher un cadavre parmi tant d'autre. Il y avait cependant un petit problème à l'équation finale, mon instinct me disait clairement que j'étais sur une piste solide qui me valait le coup de continuer. Erreur ou bon conseil ? Croyez-moi, il est rare que je me trompe là-dessus, mais il ne saura tarder où je saurai enfin si oui ou non je pourrai renouer des liens avec elle ou si c'est avec son cadavre que je parlerai. Je suis pas à l'aise, loin de là, mais il le doit, c'est ma dernière chance, si je ne la trouve pas je partirai de mon coté et j’arrêterai de gâcher mon temps dans des recherches qui ne serviraient à rien.

Continuant de vagabonder à travers une petite bourgade au sein de la Californie, là où le soleil tapait assez fortement, l'épuisement pouvait se faire ressentir. Une légère sueur fila à l'anglaise sur mon front pour atterrir sur mon oreille alors qu'un long soupir s'extirpa au même moment de mes lèvres. Une bonne douche, voilà ce qu'il me fallait pour retirer ce poids des épaules que je supportai depuis quelques années en ne sachant pas mes enfants en sécurité. Oui, je suis resté dans le passé concernant cette histoire et je ne pourrai pas m'en retirer avant de voir le corps de l'un d'eux. Il n'y a pas plus borné que moi et ça restera ainsi, je n'abandonnerai pas...du moins pas aujourd'hui. L'endroit était déserte, quelques voitures brûlées se trouvaient sur le bas-coté de la route principale, je pris soin de passer par devant pour m'y arrêter et me mettre à fouiller assez rapidement la première. Passant du coffre à l'avant, je ne vis rien hormis du sang séché sur les sièges. Rien d’intéressant. Continuant mon petit bout de chemin, je me stoppa devant la seconde avant d'entendre un bruit, celui d'un poids tapant contre une vitre. Qu'est-ce.....Des bouts de verres cédèrent et vinrent se percuter à mon dos et mes bras. Tentant de me reculer au plus loin, je manqua de trébucher sur le trottoir en voyant au moins quatre zombies se relever petit à petit pour se mettre en quête de nourriture. L'un d'eux avait un visage décomposé, une mâchoire détachée de son visage ne pendant probablement que sur un ligament, la langue pendant vers le bas. " La nature n'a pas été cool avec toi...je vais t'arranger ça." Je suis pas comme ça, j'aime rendre service et ce pauvre zombie devait probablement en faire fuir plus d'un et puis il est dégueulasse, j'aime pas les personnes dégueulasses. Faisant tourner le manche de ma batte dans la paume droite de ma main, je leva cette dernière dans le même élan avant de lui asséner un coup puissant qui décrocha la tete sèchement, l'envoyant valser dans une poubelle à proximité. " Un point..." Prenant aussitôt la pose d'un joueur de baseball dans le but de faire un home-run avec la tete du second qui ressemblait plus à un crane sans aucune peau. " IL EST LA...." Qui ? Moi ? Qui sont ces types ? Je n'eus le temps de me retourner ou même de souffler un seul coup que des coups de feu se mirent à retentir, filant en ma direction à en juger les trois autres zombies tombant à la renverse alors que de nombreuses giclées de sang tachèrent l'intérieur de la boutique de fleur juste derrière. .

Mes réflexes me poussèrent à m'abaisser aussitôt le premier coup de feu partit afin de me réfugier derrière la carrosserie de la caisse. Un long et douloureux mal de bras me prit au même moment, quelque chose coulant sur mon tissu pour finir par éclabousser le sol. Apportant mon regard vers le bras gauche, je constata rapidement que l'enculé ayant tiré la première rafale venait de me toucher au bras et à en juger la douleur j'ai bien peur que la balle ne soit pas ressortit. Il est toujours préférable d'avoir un foutu médecin sous le bras. Lançant injure sur injure, je resta assis tout en tentant de contenir le flot de sang s'échappant de ma plaie. Je vais les tuer...non, je vais les étriper. Ma batte à coté de moi fut prisonnier d'un pied se posant sur le manche, une botte noir. Soupirant par exaspération, je releva finalement le regard pour croiser celui d'un type, surement la trentaine, son MP5 braqué sur moi. " Comme on se retrouve...on t'a cherché jour après jour sans réussir à te mettre la main dessus. Et voilà que tu t'offres à nous en te pointant ici." Un léger froncement de sourcil en réfléchissant où j'ai pu croiser cette tete de con. Hmmm...des pillards ? Il faut dire que j'en ai vu un paquet depuis le début de l'épidémie. " Tu vas payer pour la mort d'Emy et Jason, ça tu peux me croire. Mais avant on n'a besoin de te faire souffrir comme il se doit." Jason ? Emy ? Un petit rictus faible s'échappa d'entre mes lèvres. " Je vois. Sacrée garce cette Emy, je dois admettre qu'elle m'a donné du pain sur la planche, bien plus que Jason. Je regrette juste de ne pas l'avoir sauté." La copine de Jason, celle qui est morte d'une balle en plein cœur avant de revenir à la vie pour dévorer son copain prisonnier dans un garage. Enfin, c'est de l'histoire ancienne, ils sont morts et je vais me charger de réunir le couple avec les deux pillards quitte à ce que je meurs également. Autant faire un strike non ?

Le poing de l'un des types vint toucher ma jouer, mon visage bascula vers la droite alors qu'un filet de sang éclaboussa le trottoir. Un autre coup sur mon bras gauche me fit pousser un léger cri de douleur suivi d'un juron arrogant et provocateur. " J'ai été plus doux avec ta mère...fais-en de même bordel." Mais un second coup vint frapper ma plaie avant qu'un cri ne se fasse entendre. Omnibulé par la situation, l'un des types venait d'oublier que je n'étais pas la seule menace. Détournant aussi vite que je pu mon regard vers le premier pillard à ma droite, je mis un point d'honneur sur la raison de ce cri. Un zombie dont les jambes étaient détachées du corps venait de mordre la cheville de ce dernier, le second pillard tenta au mieux de séparer son pote du cadavre. Utilisant le peu de force qui me restait dans les bras, j'attrapa ma batte et me leva à l'aide de la carrosserie pour venir me planter dans le dos du second pillard qui était loin de se douter de la situation dans laquelle il venait de se foutre en oubliant le danger récurent de ce monde. J'étais bien loin d’être en possession de toute mes capacités, mais j'utilisa ce que j'avais encore pour venir donner un coup de batte dans les cotes du pillard qui vint s'écraser au sol en se tenant le flanc, souffrant, hurlant de douleur en se demandant qu'est-ce qui venait de se passer. Il se devait de me faire face pour comprendre ce qu'est la vraie souffrance, pour voir la mort en face. Le retournant sur le dos avec mon pied, je me positionna au-dessus de lui afin de mettre ma batte sur son cou. " Je...je crois qu'il est temps que tu te rendes compte d'une chose." Mes forces me quittaient de plus en plus, je le ressentais que ça soit dans mes jambes comme dans mes bras, il me fallait à tout prix abréger ce moment. Levant le bras, j'asséna un premier coup sur le visage du pillard pour lui décrocher un morceau de peau, un second pour commencer à le défigurer sérieusement, le sang commençant à ruisseler sur son visage. La vue du sang ne me faisait strictement rien et je lui faisais d'ailleurs part de ça en continuant à le battre à mort. Je fini par éclater son crane sur le sol, son œil gauche sortant de son orbite tenu par un simple nerf alors que son cerveau était au final une simple bouillie sur le sol. J'aurai tellement voulu continuer à m'acharner sur ce petit enfoiré de mes deux, mais je mis un genoux à terre involontaire.

La lumière du jour commençait petit à petit à se faire remplacer par une obscurité encore hésitante grâce à ma simple force intérieure. Pas maintenant, je me devais de continuer et me mettre au moins à l'abri le temps de récupérer des forces. Je compta faiblement jusqu'à trois avant de me relever grâce à ma batte dont je posa le bout sur le béton. Par où ? Un endroit pouvant me servir d'abri, vite. Tournant mon regard autour de moi, je vis des boutiques et quelques habitations au loin. Le meilleur choix était une boutique. Titubant en longeant les structures, je me sentis encore plus faible lorsque je posa une main sur la porte d'un immeuble servant de cabinet de médecine. Mes yeux se fermèrent à ce moment avant que je ne trouve la force de les ouvrir à nouveau et de pousser le battant de la porte qui ne s'ouvrit pas. Le premier coup d'épaule droite se heurta à une porte plus ou moins solide, c'est seulement au bout du troisième qu'elle s'ouvrit à la volée. Je me ramassa la gueule en première sur le sol, faible, au bout. Me relevant à nouveau, je ferma la porte avec mon pied avant de me diriger vers la première salle où se trouvait une chaise. Je tomba dans une petite cuisine équipé servant probablement pour la pause repas des employés du cabinet. Personne. Déposant ma batte sur la table à ma gauche, je tenta de tourner la chaise de façon à ce que je puisse me mettre assis, mais je trébucha à nouveau, j'en pouvais plus. Allongé sur le sol de la cuisine, ce fut le trou noir ensuite.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Certainement pas !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21815

× Points de vie : :
293

× Copyright : :
© schizo (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: The forgiveness is one of the golden rules within a family. [Amethyst] Sam 26 Mar - 12:26

RP archivé suite à la suppression de Marwan. coeurrose

_________________
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
Revenir en haut Aller en bas

The forgiveness is one of the golden rules within a family. [Amethyst]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS-