Hi, we're the assholes family | Alixen, Rebekah & Graham.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome. Quelques bugs/décalages à attendre sous Firefox. Les admins sont actuellement absentes jusqu'au 25 juillet mais vous pouvez toujours contacter Aileen par MP en cas de question !
Le 10 novembre 2016, le forum a fêté ses quatre ans !! A cette occasion, sa saison 5 a été mise en place. bril Et le 12/06/2017, sa version vingt-trois réalisée par Morphine est installée. Toutes les nouveautés sont à découvrir ici. coeurrose
Oh la la qu'est-ce que vouuuuus aiiiiiime !! coeurrose lele Et si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ?

Partagez| .

Hi, we're the assholes family | Alixen, Rebekah & Graham.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

ADMINISTRATOR
avatar


I'M SUPPOSED TO CARE ?
It matters how it ends.
'Cause what if I never love again ?


Fredou knows best :
 

× A propos du vaccin : :
Je sais pas de quoi tu parles et j'm'en fou.

× Âge du perso : :
Vingt-neuf ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
À Bodie.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2183

× Points de vie : :
57

× Copyright : :
MYERS. (signature) & MORPHINE ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Hi, we're the assholes family | Alixen, Rebekah & Graham. Mar 8 Mar - 4:32


HI, WE'RE THE ASSHOLES FAMILY
FRED, ALIXEN, REB & GRAHAM ⋆ Carry on my wayward son, there'll be peace when you are done. Lay your weary head to rest, don't you cry no more. Carry on, you will always remember. The center lights around your vanity.





Je le laisse doucement s’approcher, serrant le manche de ma machette. Dès qu’il est assez prêt, je lui tranche la tête d’un geste fluide et habile. Ça faisait maintenant partit de mon quotidien, ce n’était même plus étrange de le dire, ça faisait longtemps que je ne pensais plus à ma vie d’avant. Ça ne servait plus à rien, c’était bel et bien fichu, aujourd'hui, rien n’arrêterait les rôdeurs, et bien que plusieurs d’entre nous se battent avec acharnement, on va tous finir à la même place ; six pieds sous terre, sur laquelle vagabonderont ces choses pour l’éternité. J’étais optimiste aujourd’hui, ma parole. Non, en vrai, j’étais surtout en colère, une des raisons principales qui me faisait sortir du camp de Bodie. Bien que les missions ne se faisaient pas rare et que j’avais masse de rôdeurs a buter durant celles-ci, je sortais quand même. Être prêt d'Ellyn m’apaisait, au moins autant que ça m’agaçais. Depuis qu’on avait trouvé un groupe, j’en profitais pour sortir seul de temps en temps, puisque lorsqu'on était que tous les deux je ne pouvais pas la quitter des yeux. Certes, il y avait que des enfoirés là-bas, mais on savait tous, pour la plupart, s’occuper de nos affaires. Je ne m’étais pas fait d’ennemis, n’y d’amis, je préférais me faire petit. Dans les deux cas, c’était des risques en plus à prendre, surtout que dans ce genre d’endroit, c’était préférable de ne pas trop se faire remarquer. Il n’y avait pas de règle -tout ce qu’on avait à faire c’était suivre De La Vega- et plusieurs d’entre-eux étaient bien capables de coup bas, c'était pas vraiment sécuritaire. La plupart s’amuse du mal des autres, ce n’était pas mon cas, mais m’entourer de ce genre de personne m’était bénéfique dans le sens où il m'était presque impossible de m’attacher à quelqu'un d’autre. J’avais la paix, un toit pour dormir la nuit, des vivres… Que demander de plus? C’était parfait pour moi, mais pas pour Ellyn. C’était le seul problème, mais je ne pouvais pas la laisser et elle tenait à me coller au basque. Je détestais me sentir responsable d’elle, responsable de sa sécurité, mais pire d’entre tout ; je détestais me rendre compte que je m’étais attaché à elle, que si elle venait à mourir… Je souffle bruyamment, ce qui avait finalement beaucoup plus ressembler à un grognement qu’autre chose, m’élançant sur un nouveau rôdeur qui finit tout aussi bien amoché que l’ancien. Sa mâchoire s’ouvrait et se refermait toujours, même si il ne semblait pas se rendre compte qu’il n’avait plus d’estomac. Je recule de quelques pas, la poussière de la terre sèche sous mes pieds s’élève autours de moi, puis je me donne un élan, bottant la tête au loin de toute mes forces. C’était défoulant.

J’avais marché un bon kilomètre maintenant, et la tête m’avait suivi durant tout mon petit voyage, du moins jusqu'à ce que j’arrive au bas d’une colline. Je monte, planifiant de faire une petite pause une fois en haut de celle-ci. Seulement, mes plans sont chamboulés lorsque je vois trois silhouettes humaines au loin. Putain, qu’est qu’ils espéraient trouver en venant dans un coin aussi perdu? Ils avaient entendu parler de Bodie? Je roule des yeux, enfilant ma capuche et descendant de la petite montagne, faisant tournoyer ma machette dans ma main droite, après quoi je la range et troque ma lame pour mon pistolet. Ne sait-on jamais. Je charge, retirant la sécurité, prêt à faire feu s’il le fallait, même si ils étaient trois contre un ; ça allait toujours être plus palpitant qu’abattre des rôdeurs. Je plisse les yeux, m’assurant qu’aucune arme n’était pointée dans ma direction. J’aurais surement dû faire demi-tour, informé le premier connard que je croiserais et qui était de garde en ce moment qu’on avait des invités, mais j’avais plutôt décidé de prendre la décision la plus stupide et dangereuse, c’est toujours ce que je faisais de toute façon, il ne fallait pas s’étonner. Doucement, leurs corps se dessinent de plus en plus distinctement. Je m’aperçois qu’ils sont deux femmes et un seul homme, puis je m’attarde aux armes qu’ils avaient en main, m’arrêtant sur celle qui traînait une faucille. Non…

Bah putain. C’était bien Elizabeth. Enfin, Alixen. Elle avait grandit, la morveuse. J’hausse ensuite un sourcil, me demandant ce qu’elle foutait avec ces deux-là. Soit ils étaient des Bouddhas vivants pour avoir décidé de la prendre en charge ; il fallait bien du courage pour la supporter, soit ils étaient tout aussi cons qu’elle, ou encore, ça pouvait toujours être des imbéciles à qui elle avait servi son baratin, attendant le bon moment pour les dépouillés. Elle avait toujours sa petite bouille d’ange trompeuse. C’était plus prudent de m’attendre au pire, c’est pourquoi je sers d’avantage mon arme, sur mes gardes, même si j’essaye de paraître décontracter. Un sourire s’étire sur mes lèvres lorsque je vois le regard de la jeune femme changer, venant très certainement de me reconnaître elle aussi. « Eh bah dit donc, qui aurait cru que tu survivrais tout ce temps, gamine. » Très sincèrement, avec l’attitude qu’elle avait la première fois que je l’ai rencontré, je ne m’attendais pas à la revoir, du moins, pas vivante en tout cas. Pas que ça m’aurait fait plaisir, seulement, j’étais persuadé qu’elle allait finir par se faire tuer, avec ces conneries. J’étais plutôt content de voir qu’elle s’en était tirée finalement, enfin pour l’instant, peut-être que jouer à la petite fille innocente marchait mieux que je ne le pensais. « Non seulement, t’es en vie, mais en plus, tu t’es fait des potes ! Qui l’eut cru ? T’as pas perdu ton temps Elizabeth. » J’ai toujours mon petit sourire joueur, bien que je suis prêt à descendre l’un d’eux s'ils font un pas de plus dans ma direction ; bien entendu, ça n’avait effet que sur les deux personnes qui accompagnait Alixen ; elle était agaçante à souhait, n’hésiterait pas à me faire de sales coups, mais je ne lui ferrais jamais de mal pour autant. Gardant une distance respectable entre eux et moi, je lance un regard dans leurs directions à tous les deux, m’attardant sur la grande brune que je regarde d’haut en bas, plissant à nouveau les yeux ; celle-ci ne m’inspirait rien de bon.


CODE PAR MYERS

_________________

_- -_
I HAVEN'T MADE IT EASY ON YOU
I ' M  S O R R Y  F O R  T H A T
You were by my side when I needed a friend
You made me laugh, you made me dance
Tou told me I would find love again
A N D I H A V E W I T H Y O U





Dernière édition par Fredricksen A. Hardwick le Sam 17 Déc - 18:55, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar


Can you feel my heart? I'm scared to get close, And I hate being alone. I long for that feeling, To not feel at all. The higher I get, The lower I'll sink. I can't drown my demons, They know how to swim.


LUXEN:
 


è_é:
 

× A propos du vaccin : :
En route pour le faire même si elle ne croit pas en ce vaccin.

× Âge du perso : :
17 ans

× Localisation (+ avec qui) :
En route pour rejoindre les Sauveurs avec Luke & Niko, actuellement à Yoyo

× Avant, j'étais : :
collégienne et fille de pasteur dévouée

× Messages : :
1159

× Points de vie : :
30

× Copyright : :
Avatar : merenwen ; sign by lizzou

× Avatar : :
Madison Davenport

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Merenwen

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Hi, we're the assholes family | Alixen, Rebekah & Graham. Dim 20 Mar - 20:34

 
 
Hi, we're the assholes familyFredricksen, Alixen, Rebekah, Graham
Naviguer sans but, ou plutôt sans avoir de destination précise, cela avait toujours été le cas d'Alixen. Lorsque l'on n'a personne à retrouver, à chercher, le seul but qu'il peut bien avoir dans ce monde, c'est de survivre. Donc maintenant qu'elle avait deux compagnons de route, elle se contentait de les suivre généralement sans faire d'histoire. Cela devait bien être une des seules choses sur laquelle elle ne chipotait pas, d'ailleurs. Même si il est vrai, que cela n'avait pas toujours été le cas. Notamment, au tout début, durant les premiers jours. La raison ? Le manque de confiance. Bon, elle ne leur voue toujours pas une confiance aveugle, à l'heure qu'il est mais il y'a du progrès. Elle qui accordait déjà assez difficilement totalement sa confiance à quelqu'un, après l'épisode des cannibales, cela n'a pas vraiment amélioré les choses. En est-il que désormais Alixen savait très bien que Rebekah et Graham n'avaient pas de mauvaises intentions à son égard. Franchement, elle se plaisait bien à leurs côtés, à braquer les survivants qui avaient le malheur de se retrouver sur leurs chemins. Il ne lui arrivait pas souvent de se joindre à des gens sans intention de leur jouer un mauvais tour quand ils s'y attendent le moins. La preuve ça ne faisait que la deuxième fois. Et il faut croire que quand elle se décide à ne plus se la jouer louve solitaire, elle choisit très bien ses compagnons de route.

D’ailleurs, une silhouette se dessina au loin. Tiens, tiens ? L’inconnu semblait les avoir déjà repéré et pourtant il avait toujours le courage ou la naïveté, au choix, de continuer à s’avancer vers eux. Fallait pas être très malin pour se diriger vers un groupe de trois personnes lorsque l’on est tout seul, en les temps qui courent.. La plupart retournerait sur leurs pas. Ce n’était pas Alixen qui allait s’en plaindre, de toute façon. Au contraire, ça tombait bien, elle commençait à s’ennuyer à ne faire que marcher, sans cesse. Tuer des zombies, c’était devenu presque trop facile alors lorsqu’ils croisent la route d’humains ça excite un peu plus les esprits.

- Tiens, je crois qu’il y’a quelqu’un qui veut nous tenir compagnie.

Loin d’y voir une menace, Alix adopta un ton amusé en s’adressant à ses deux compagnons de route pour finalement reporter à nouveau son regard vers le nouveau venu. Enfin, nouveau venu… Son visage ne lui était pas si inconnu que ça maintenant qu’elle le voyait de plus près. Tiens, le mec qui ne savait pas grimper aux arbres… Super. Il fallait croire que la terre se faisait de plus en plus petite à force que les zombaques se font des petits plaisirs sur les derniers survivants restants. Après Luke, voilà que c’est cet idiot qui se retrouvait sur son chemin. Ce sera le tour de qui après ? Manquerait plus qu’elle retombe sur les survivants dont elle s’était jouée en utilisant sa bouille angélique et à qui elle avait volé les vivre dès qu’ils avaient eu le malheur d’abaisser leurs gardes. Le beau capharnaüm que ce serait…

- Encore vivant ? Faut croire que les miracles existent encore. Me concernant, la personne ou la chose qui me fera quitter ce monde, n’est pas encore née. C’est aussi simple que cela.

Un léger sourire se dessina sur le coin de ses lèvres. En voilà un qui n’avait pas l’air d’avoir changé. Le même genre de piques qu’autrefois qui émanait de sa bouche. Et sa faculté à en rajouter une nouvelle couche encore. Toujours inépuisable. Ça amusait la brune plus que ça ne l’agaçait. Après avoir passée toutes ces heures coincée sur un arbre à côté du sien, elle pouvait endurer toutes ses piques et ses paroles désormais.

- Et toi, t’as toujours trouvé personne qui soit capable de te supporter ?

C’était plus une manière déguisée de savoir si ils devaient s’attendre à voir d’autres personnes débarquer avec lui plutôt qu’une pique. Non, en fait, c’était un retour de pique calculé. Cela faisait des années et pourtant il y tenait au petit surnom débile qu’il lui avait donné, au grand désespoir d’Alixen. Mais ça aussi, elle avait appris à passer au-dessus. Lui faire une remarque là-dessus, le pousserait plus à continuer qu’autre chose. De toute manière, son attention n’était plus focalisée sur la jeune brune mais plutôt sur Rebekah et Graham. Dont il avait l'air de se méfier et il avait bien raison.

No more stop signs, speed limit. Nobody's gonna slow me down. Like a wheel gonna spin it. Nobody's gonna mess me around. Hey Satan, paid my dues.
© idyllic prince.

_________________
My shallow heart's the only thing that's beating;
I'M WALKING DOWN THE LINE THAT DIVIDES ME SOMEWHERE IN MY MIND ON THE BORDER LINE. OF THE EDGE AND WHERE I WALK ALONE. READ BETWEEN THE LINES. WHAT'S FUCKED UP AND EVERYTHING'S ALRIGHT. CHECK MY VITAL SIGNS TO KNOW I'M STILL ALIVE.
Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar



Love that hurts Our love is difficult
Conreb

I love U guy's:
 

× A propos du vaccin : :
Avec ou sans, on va tous y rester de toute manière...

× Âge du perso : :
33 ans mais elle préfére se dire qu'elle n'a jamais passer la trentaine

× Localisation (+ avec qui) :
A la villa avec Conrad et sa petite famille ( Graham, Alixen, Emily & Desmy.)

× Avant, j'étais : :
Officiellement Détective privée, officieusement mercenaire & arnaqueuse. Aujourd'hui survivante peu recommandable.

× Messages : :
5215

× Points de vie : :
122

× Copyright : :
Schizophrenic(avatar) & XynPapple(signature)

× Avatar : :
Lauren Cohan le canon !

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Hi, we're the assholes family | Alixen, Rebekah & Graham. Sam 2 Avr - 9:31


❝ Hi we're the assholes family ❞
-Fred & Alixen & Graham & Rebekah -
Savoir s'entourer des bonnes personne, facilite la survie.  
Elle porta le goulot de sa bouteille d'eau a ses lèvres et but une gorgée d'eau. Le liquide qui lui coula dans la gorge était tiéde voir presque chaud, mais tant pis. Si au début cela l'avait gêner, maintenant elle ne s'en formaliser plus, elle pourrait même boire de l'eau chaude si elle n'avait que ça.  Elle tendit ensuite sa bouteille vers ses compagnon de route et la rangea quand ceux ci eu but un peu aussi. Depuis quelques temps, elle ne voyagait plus qu'avec Graham, son éternelle compagnon de pillage, mais aussi avec une gamine qui n'était même pas encore majeure : Alixen. Ils avaient rencontrer la jeune fille au bord d'une autoroute, celle ci avait eu le grand de vouloir les piller, et c'est grace a ce cran et son insolence que Rebekah avait fait en sorte de laisser cette gamine en vie. Et aussi grace au groupe des trois pauvre type qui était passer au moment où tout aurait put dérapper. Et depuis Alixen les suivaient sans jamais broncher. Sans vraiment le vouloir, la brune avait fini par s'attacher aussi a cette gamine. Elle s'était déjà attacher depuis longtemps a Graham, et maintenant il y avait Alixen. Qu'elle voyait un peu comme Bonnie, cette gamine qu'elle avait perdue il y a longtemps. Elle aurait tout donner pour revoir ne serais-ce qu'un instant Bonnie, mais avait fini par se faire a l'idée qu'elle était surement morte et que c'était comme cela. Mais maintenant il y avait Alixen et la gamine faisait mine de rien un bien fou a Rebekah, c'était un peu sa petite soeur de substitution.  Et même si, même avec la brune ils appliquer leurs régles "on ne parle pas du passé" Rebekah commencait petit a petit a percer a jour la gamine. Déjà grace a son pendentif en forme de croix, elle avait très vite compris que la gamine était ou avait était croyante. Tout comme le père de Rebekah l'avait était. Aujourd'hui la brune aux yeux vert se demandait ou était passer ce fichu dieu, elle aurait deux mots a lui dire.  Si elle le croisait, elle lui parlerait du pays a ce fichu vieux barbue. Oh il devait bien s'amuser lui tout là-haut a regarder ses pauvres petit humains essayer de survivre a cette horrible épidémie.   Enfin Rebekah avait arrêter de croire en dieu depuis un moment, et puis elle avait vendue son âme au diable depuis un moment maintenant. D'ailleurs il lui donnait déjà un avant goût de l'enfer avec l'état du monde actuel.  Enfin, elle avait fini par s'y habituer et maintenant qu'elle avait un petit groupe, c'était plus supportable. Même s'ils ne parlaient pas tout le temps, même si au final elle ne les connaissaient pas tant que cela,  a l'heure actuelle, elle avait besoin d'eux pour ne pas virer barjot.

Ils marchaient depuis des heures et des heures sans parler, ils n'en avaient pas besoin de toute façon, et puis faire trop de bruit c'était dangeureux, ils le savaient tout les trois très bien. Bien qu'ils étaient surement plus dangeureux tout les trois qu'une horde de zombie. Elle regarda Alixen quand celle ci brisa le silence pour dire que quelqu'un arrivait dans leurs directions, puis posa les yeux sur la silouhette en question. En effet, un homme s'approchait d'eux. Courage pour s'approcher d'un groupe de trois personne alors qu'on est seul. Surtout que de nos jours on sais jamais sur qui on va tomber.  Quand l'homme fut face a eux, les trois survivant s'arrêtairent.  Rebekah se mit a détailler le beau brun tout en l'écoutant parler a Alixen, qu'il appella Elizabeth.  Le brun semblait en bon état, pas de blessure apparante, il ne semblait pas mort de faim, ni de peur, il semblait même assez propre pour quelqu'un qui survit dehors comme les autres. Rebekah se mit tout de suite a suspecter un groupe voir un camps en le regardant. Il n'était pas assez "amocher" pour être dehors seul a survivre comme il le pouvait. Elle posa une main sur sa hanche, en faite c'était une feinte, elle avait la main sur son couteau, prête a dégainé au cas où les intentions de l'homme était mauvaise. Elle restait cependant très calme, elle écoutait les piques que l'homme échangait avec Alixen, jetant de temps en temps des petit coup d'oeil a Graham pour voir comment il réagissait. Puis elle remarqua que l'homme la détaillait de la tête au pieds. Comme elle l'avait fait sur lui avant. Elle se mit a le regardait en chien de failliance. Oui elle se méfiait de lui, et lui semblait aussi se méfié d'elle, et il avait raison d'ailleur de se méfier. La brune était surement la plus vicieuse des trois personnes qu'il avait en face de lui, même s'il ne le savait pas encore. Combien de personne s'était fait avoir par la brune aux yeux vert. Beaucoup lui donnait le bon dieux sans conféssion, il faut dire que sa belle gueule l'aidait beaucoup. Elle eu un petit sourire narquois sur les lèvres avant de lacher  «Je sais pas d'où tu viens toi, mais il doit pas y avoir beaucoup de femme là bas vue comme tu me regarde. »Elle avait toujours sa main sur sa hanche, enfin son couteau, et le serra un petit peu, elle se tenait vraiment prête en cas d'attaque. Elle avait un mauvais présentiment, et jusqu'à là son instinct ne l'avait pas beaucoup trompée.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.


_________________
I CAN'T CONTROL
THIS LOVE
Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar




A la recherche du respect:
 

× Âge du perso : :
27 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Californie avec la villa

× Avant, j'étais : :
Professeur d'histoire au collège

× Messages : :
375

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
Invité (Bazzart)

× Avatar : :
Nate Buzolic

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Mekhaï

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Hi, we're the assholes family | Alixen, Rebekah & Graham. Dim 10 Avr - 22:20

Hi, We're The Assholes Family

Fredericksen x Alixen x Rebekah x Graham


J’avancais au fil de mes pas, sans savoir réellement vers où nous allions, ni quelle serait notre prochaine destination. C’était à peu près la composition principale de toutes nos journées lorsque l’on enlève évidemment le fait de devoir régulièrement éliminer des rôdeurs. Cependant ma vie avait repris un sens sans que je ne m’en rende compte. Je n’étais à la fois plus le même et toujours le même. Paradoxalement, j’avais changé le jour où mon fils s’était fait assassiné mais je redevenais celui que j’étais. Rebekah et Alixen était devenu ma raison de vivre, j’avais envie de les protéger. Elles étaient les seules exceptions jusqu’à présent ayant été capable de traverser mon mur bétonné me séparant de mes émotions. Cependant, je ne redevenais pas le gros nounours que j’étais autrefois. Au contraire, mon attachement à ce groupe devenait ma force. Je me montrais encore plus dangereux et imprévisible quand il s’agissait de les protéger une ou l’autre. Et oui même pour Alixen avec qui les débuts avaient été particulièrement difficile. Mais si nous étions encore tout deux vivants et en presque bonne santé, c’était que nous étions parvenus à trouver un terrain d’entente. En revanche, si l’on me demandait, je n’en avais tout simplement rien à faire d’elle. Sauvons les apparences tout de même. Je me plaisais et m’habituait cependant à cette vie à leur côté, à braquer tous les passants et éliminer tous les rôdeurs. Je finissais presque par croire que cela ne changerait pas tout en le craignant. Nous vivions trop dangereusement pour que notre vie reste stable.

J’avais immédiatement remarqué cette silhouette se dessiner au loin. J’avais comme ce détecteur depuis que les morts revenaient à la vie pour nous dévorer nous forçant à être constamment sur nos gardes. En voyant la personne qui se trouvait être un homme s’approcher de nous, je constatais aussi qu’il était bien vivant et… Pas très malin pour se jeter dans la gueule du loup. Ou courageux mais il avait intérêt d’avoir une bonne arme s’il comptait s’en prendre à nous ou même nous survivre. « Tant mieux, je commençais presque à m’ennuyer ! » répondis-je mon éternel sourire excité et presque cruel aux lèvres. Je m’ennuyais de simplement marcher, un peu d’humain à dévaliser c’était bien plus excitant. Je ne quittais donc pas l’inconnu du regard en le distinguant de plus en plus. Brun, d’à peu près ma carrure, bien entretenu enfin mieux que moi mais dans les limites de ce que ce monde nous permet. Cet homme m’intriguait d’autant plus que j’avais rapidement constaté qu’il connaissait Alixen lorsqu’il s’adressa à elle et qu’elle lui répondit. Ils avaient l’air de bien s’entendre mais cela ne suffisait pas à me détendre. Au contraire ma main serra ma batte que j’avais attrapé en le voyant arrivé. Je souriais tout de même en entendant les répliques qu’Alixen lui renvoyait. Rien qui ne m’étonnait mais c’était toujours drôle à entendre. J’avais tout de même relevé ma batte sur mon épaule pour frapper plus rapidement si nécessaire et rappeler à ce mec que nous étions là et que sa survie ne dépendant pas que d’Alixen. Je pouffais une nouvelle fois de rire lorsque Bekah le remit à sa place lorsqu’il l’observa. Rien de bien étonnant. Je jetais tout de même un œil à Rebekah pour savoir de quelle manière agir. Je restais méfiant face à lui, d’une part car on ne savait rien sur lui mais que son assurance laissait supposer une grande confiance et d’une autre car je soupçonnais un groupe à proximité. J’espérais juste ne pas être pris en embuscade. « On peut savoir qui tu es sinon au lieu de faire les jolis cœurs. » Je n’avais pas mis d’agressivité dans ma voix reprenant mon éternel sourire joueur. Je ne m’inquiétais pas énormément de la situation au contraire. Jamais je ne montrais de faiblesse. « Tu le connais vraiment Alixen ? Il a l’air d’avoir de bonnes armes sinon… » disais-je laissant sous-entendre que son arme m’intéressait. Je laissais le choix à Alixen par respect pour elle et ne me cachait pas devant l’homme que ça lui plaise ou non. J’étais à ce moment-là loin de me douter que je finirais par m’entendre avec.


©Pando

Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


I'M SUPPOSED TO CARE ?
It matters how it ends.
'Cause what if I never love again ?


Fredou knows best :
 

× A propos du vaccin : :
Je sais pas de quoi tu parles et j'm'en fou.

× Âge du perso : :
Vingt-neuf ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
À Bodie.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2183

× Points de vie : :
57

× Copyright : :
MYERS. (signature) & MORPHINE ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Hi, we're the assholes family | Alixen, Rebekah & Graham. Dim 10 Avr - 23:42


HI, WE'RE THE ASSHOLES FAMILY
FRED, ALIXEN, REB & GRAHAM ⋆ Carry on my wayward son, there'll be peace when you are done. Lay your weary head to rest, don't you cry no more. Carry on, you will always remember. The center lights around your vanity.





Elle n’avait pas du tout changé... et ça ne peut qu’alimenter un peu plus mon sourire, même si je savais pertinemment que ce sentiment n’était pas réciproque et même si on aurait tendance à penser que je démontre plutôt de l’amusement ce n’était pas le cas ; j’étais sincèrement content de voir qu’elle s’en était sortie, puisqu’avec son caractère j’avais, d’antan, été persuadé qu’elle ne serait pas de ce monde encore longtemps ; peut-être était-elle plus maline que je ne l’aurais cru, perché du haut de cet arbre il y a deux ans de cela. D’ailleurs, elle était toujours aussi confiante, sûre et certaine du fait qu’elle pouvait venir à bout de n’importe lequel d’entre nous, que cette chose soit vivante ou morte. « Apparemment y’a juste les têtes de cons qui savent survivre. » Je m’incluais là-dedans, bien évidemment, avec elle et ces deux compagnons, qui depuis mon arriver ont des airs franchement mauvais qui ne m’inspiraient rien de bon, en plus qu’Elizabeth n’avait pas hésité une seule seconde avant de me répondre aussi vilement que je l’avais moi-même fait ; elle ne jouait donc pas un double jeu, et comme cela semblait amuser ces parents adoptifs je me dis qu’ils s’en foutent un peu, même qu’ils en étaient habitués, ou peut-être qu’il l’encourageaient à continuer sur ce chemin également, à suivre leurs traces, bien qu’elle avait choisis cette route dangereuse bien avant eux… ou pas. Je ne connaissais pas tant que ça Alixen, au fond, qui ils étaient pour elle et si elle les connaissait avant de me connaître moi.. Ce n'était pas des choses auxquels je saurais répondre avec certitude. « Et toi, t’as toujours trouvé personne qui soit capable de te supporter ? » Je souris, penchant légèrement la tête sur le côté, accordant de nouveau mon attention à la plus jeune et chassant les quelques questions qui me martelaient la tête quelques secondes plus tôt. « Qu’est qui vous fais dire que ce n’est pas plutôt le contraire, votre altesse ? » Je n’irais pas jusqu’à dire que nos piques m’avaient manqué, ou qu’elle m’avait manqué, mais… Disons seulement que sa présence n’étais pas désagréable, pour le coup.

Bien que mes retrouvailles avec Alixen m’avait rendu le sourire, je grimace à la réplique de son amie -ou peu importe qui elle était- qui apparemment, est plutôt narcissique. Je détestais ce genre de personne, elle était jolie c’est vrai, mais le fait qu’elle le savait et le criait haut et fort la rendait beaucoup moins attirante. J’essaye de rester confiant même si cette réplique était loin de me mettre à l’aise, je n’en avais pas l’habitude -vieilles histoires qui font qui je suis, ou qui j’étais plutôt, l’obligent. Je ne fais que lui adresser une sourire exagérément faux et débordant d’un agacement profond. « J’veux pas te vexer mais t’es pas vraiment mon genre, te fais pas trop de faux espoirs. » Je tourne ensuite directement le regard vers le troisième de la bande, il semblait bien s’amuser alors que je ne voyais pas vraiment ce qu’il y avait de drôle dans cette conversation, c’était plus embarrassant qu’autre chose, enfin, pour moi uniquement, apparemment. « On peut savoir qui tu es sinon au lieu de faire les jolis cœurs. » J’hausse un sourcil, restant pourtant aimable même si il était le pire des trois, d’après-moi, Alixen avait vraiment toucher le gros lot, et on parlait pas d’argents, on parlait de gros enfoirés. Je pense quelques secondes et il a le temps de se tourner vers Alixen et lui avouer librement son envie de me foutre une balle entre les deux yeux pour récupérer mes armes. Mon pistolet, je n’en avais rien à foutre, mais je ne peux m’empêcher de serrer les mâchoires à la simple image représentant ce gros con avec entre les mains ma précieuse machette. Certes, une arme à feu était utile et ça me ferrais un peu chier de la perdre, mais ma lame c’était autre chose. Je me détends pourtant et revêtis à nouveau mon sourire, sauf que cette fois il n’était pas sincère, me disant qu’ouvrir les hostilités se retournerais contre moi -c’était peut-être stupide de soudainement devenir prudent lorsqu’il était question de perdre ou non ma machette, alors qu’avec ma vie je jouais constamment, mais c’était comme ça. Je place de nouveau la sécurité de mon arme et la range, sortant ma machette, si quelqu’un faisait un pas de trop dans ma direction, la première tête qui tomberais serait celle de l’homme, même si je finis par perdre la mienne en retour, au moins je ne serais pas mort en vain après tout ce temps, si Alixen finissait avec ma machette ça me dérangeait plus ou moins, qu’elle en prenne soins par la suite n’était pas de mon ressors puisque je serais mort et en paix ; je l’espère, qui sait ce qui vient lorsqu’on est plus?

Je bouge doucement pour que personne ne pense que je leur voulais du mal… pour l’instant. Je souris toujours aussi grandement, fixant le brun. « Eh bien… De La Vega risque fort bien de t’apprécier. » Je n’avais pas particulièrement envie qu’ils se joignent au groupe de Bodie, je n’avais pas non plus envie qu’Alixen se retrouve dans un tel endroit mais de toute façon c’était son choix et pas le mien, je n’étais pas responsable d’elle, mais c’était mieux si je la jouais pote, avec eux, du moins le temps qu’on arrive au village, après j’imagine qu’on se croiserait mais rien ne nous obligerait à discuter plus que les missions ne nous l’exigeraient peut-être parfois.


CODE PAR MYERS

_________________

_- -_
I HAVEN'T MADE IT EASY ON YOU
I ' M  S O R R Y  F O R  T H A T
You were by my side when I needed a friend
You made me laugh, you made me dance
Tou told me I would find love again
A N D I H A V E W I T H Y O U





Dernière édition par Fredricksen A. Hardwick le Sam 17 Déc - 18:59, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar


Can you feel my heart? I'm scared to get close, And I hate being alone. I long for that feeling, To not feel at all. The higher I get, The lower I'll sink. I can't drown my demons, They know how to swim.


LUXEN:
 


è_é:
 

× A propos du vaccin : :
En route pour le faire même si elle ne croit pas en ce vaccin.

× Âge du perso : :
17 ans

× Localisation (+ avec qui) :
En route pour rejoindre les Sauveurs avec Luke & Niko, actuellement à Yoyo

× Avant, j'étais : :
collégienne et fille de pasteur dévouée

× Messages : :
1159

× Points de vie : :
30

× Copyright : :
Avatar : merenwen ; sign by lizzou

× Avatar : :
Madison Davenport

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Merenwen

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Hi, we're the assholes family | Alixen, Rebekah & Graham. Mar 19 Avr - 0:04

 
 
Hi, we're the assholes familyFredricksen, Alixen, Rebekah, Graham
C'est vrai qu'Alixen commençait aussi à s'ennuyer.. C'était plus que lassant de marcher sans cesse, sans rien faire d'autre. Tuer des rôdeurs devenait peu à peu une routine qui l'exaltait de moins en moins et s'en était sûrement de même pour ses compagnons de route. Alors, quand ils croisaient un ou plusieurs survivants sur leur chemin, cela leur redonnait directement le sourire. Ils n'étaient pas du tout du genre à s'inquiéter de la présence d'une tierce personne. Pourquoi se sentir en danger alors qu'ils formaient à eux trois un trio phénoménal ?  

La jeune adolescente ne releva pas plus que ça la réponse de Fredricksen, se contentant juste de hausser légèrement les épaules. Il avait raison, les têtes de cons c'est ce qui tenait le plus longtemps. Mais ce n'était pas pour autant qu'elle allait l'avouer à haute voix. Au lieu de ça, elle chercha à savoir discrètement si des compagnons à lui se trouvaient dans le coin. Cependant, la réponse du brun ne lui rapporta rien du tout, ce qui la frustra légèrement.

- Oh monsieur, est un être solitaire qui ne supporte pas les autres ? Que c'est triste !

Une fausse moue, traversa son visage tandis qu'elle avait pris un ton plaignant de manières très exagéré. Elle ne le connaissait pas beaucoup, mais il n'allait en aucun cas lui faire croire qu'il ne supportait que sa petite personne… Non il avait tellement besoin de gaspiller sa salive de façon totalement inutile, qu'il lui fallait absolument quelqu'un à ses côtés. À moins qu'il arrive à s'enjailler à parler tout seul. Après tout, chacun son truc…

Alixen ne put s'empêcher d'esquisser un léger sourire face à la remarque de Rebekah. Il devrait avoir l'habitude maintenant, que certain de ses regards soient mal interprétés… Il y a peut-être un moment où il devrait commencer à se poser des questions, le petit. Parce que ce n'était pas l'adolescente qui avait eu l'esprit mal placé lorsqu'elle avait cru par le passé qu'il avait eu le regard baladeur…

- Oh tu fais ce que tu veux. Mais oui, je le connais. Malheureusement…

Bon elle ne le connaissait pas tant que ça, non plus.. Et heureusement sans doute. Le petit moment passé perchés sur leurs arbres lui avaient largement suffis. Et aujourd'hui était sans doute l'occasion rêvée de se venger un peu de toutes ses remarques désobligeantes et de la boule de poils qui lui avait échappé par sa faute. Rancunière ? Elle ? Peut-être un peu. À l'idée de cette petite possibilité de vengeance, elle regardait le survivant un air faussement angélique sur le visage. Alixen aurait pu se contenter de répondre à Graham qu'elle le connaissait, sans rien ajouter d'autre. Seulement, le « malheureusement » qui avait suivi donnait sans doute le feu vert à son compagnon pour faire ce qu'il voulait. Défendre quelqu'un, ne faisait pas partit de ses qualités. Même si, elle aurait pu peut-être le faire. Car l'air de rien elle avait appliqué un des « conseils » du jeune homme qui avait été d'apprendre à fermer sa grosse gueule. Oh oui, elle l'avait fermé lorsqu'elle avait été capturée par ces satanés cannibales. La brune avait bien remarqué qu'il ne fallait pas trop se faire remarquer si elle ne voulait pas se faire bouffer.

- C’est qui « De La Vega » ?

Il ne lui avait pas adressé la parole mais Alixen ne put s'empêcher de poser la question. Sa curiosité la titillant légèrement. Il énonçait son nom comme si ils étaient censés le connaître. Elle ne savait pas si c'était le cas pour Rebekah et Graham mais elle, elle ne le connaissait pas. Bon ce n'était pas non plus comme si elle se donnait la peine de retenir de chaque nom qui avaient été évoqués en sa présence ou bien même ceux des survivants qu'elle avait croisés depuis le début de l'épidémie. Pourquoi s'encombrer la tête avec des choses si futiles ?

No more stop signs, speed limit. Nobody's gonna slow me down. Like a wheel gonna spin it. Nobody's gonna mess me around. Hey Satan, paid my dues.
© idyllic prince.

_________________
My shallow heart's the only thing that's beating;
I'M WALKING DOWN THE LINE THAT DIVIDES ME SOMEWHERE IN MY MIND ON THE BORDER LINE. OF THE EDGE AND WHERE I WALK ALONE. READ BETWEEN THE LINES. WHAT'S FUCKED UP AND EVERYTHING'S ALRIGHT. CHECK MY VITAL SIGNS TO KNOW I'M STILL ALIVE.
Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar



Love that hurts Our love is difficult
Conreb

I love U guy's:
 

× A propos du vaccin : :
Avec ou sans, on va tous y rester de toute manière...

× Âge du perso : :
33 ans mais elle préfére se dire qu'elle n'a jamais passer la trentaine

× Localisation (+ avec qui) :
A la villa avec Conrad et sa petite famille ( Graham, Alixen, Emily & Desmy.)

× Avant, j'étais : :
Officiellement Détective privée, officieusement mercenaire & arnaqueuse. Aujourd'hui survivante peu recommandable.

× Messages : :
5215

× Points de vie : :
122

× Copyright : :
Schizophrenic(avatar) & XynPapple(signature)

× Avatar : :
Lauren Cohan le canon !

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Hi, we're the assholes family | Alixen, Rebekah & Graham. Mar 17 Mai - 13:22


❝ Hi we're the assholes family ❞
-Fred & Alixen & Graham & Rebekah -
Savoir s'entourer des bonnes personne, facilite la survie.  
La brune laisser l'adolecente et le nouveau venue discuter, ou plutot se lancer des piques. Comme s'ils étaient des amis de plus ou moins longue date.Enfin Rebekah reconnue bien Alixen dans sa façon de répondre au brun face  a elle. Cette gamine avait beaucoup de cran et de répondant, et Rebekah adorait cela. C'était surement une des choses qui l'avait fait s'attacher si vite a la jeune femme. Mine de rien elle s'y était beaucoup attacher, elle la voyait un peu comme une seconde Bonnie, la jeune femme qu'elle avait perdu il y a longtemps et qu'elle avait vue comme une petite soeur ou une fille. Aujourd'hui Alixen était un peu comme la petite soeur de Rebekah de ce fait, elle s'était en quelque sorte auto-promis de toujours veiller sur elle. Elle faisait toujours en sorte qu'Alixen n'ai pas faim ou soif, et surtout qu'elle ne soit pas en danger. Quitte a risquer sa vie ou même mourire de faim ou de soif pour elle. Rare était les personne pour qui Rebekah ferait cela,comme la brune aux yeux vert était de nature égoïste. Elle était égoïste de part l'éducation qu'elle avait reçut. Dans son enfance et le début de son adolescence elle avait toujours eu ce qu'elle désiré aussi vite qu'elle le demandait. Elle était donc très vite devenue un peu pouri gaté, et on le voyait encore un peu danzs son comportement qu'elle était égoïste et avait était gâté.  Elle n'intervint tout d'abord que pour soulever le fait qu'il la fixer. Un regard visiblement mal interpreté de part la réponse du brun qui lui dit qu'elle n'était pas son genre. Ce qu'elle pouvait avoir horreur d'entendre cela. Elle ne l'entendait que rarement, étant de nature assez charismatique et très seductrice elle avait souvent les personne qu'elle désiré. Mais il arrivait parfois ce genre de chose le "je ne veux pas te vexé mais tu n'ai pas mon genre" quel coup pour son égo. Si bien qu'elle se tut, laissant l'homme avec qui elle voyagait depuis longtemps parler de tuer l'homme face a eux, pour récupéré ses armes. Mais avant tout, de plus ou moins  demander  a  Alixen s'il avait le droit. Elle fit un signe de ne pas bouger vers Graham quand l'adolescente lui dit de faire ce qu'il voulait. L'inconnue avait parler d'un homme. Et Alixen l'interrogea de manière curieuse. La brune posa rapidement les yeux sur l'adolescente pour s'assuré qu'elle soit a une distance raisonable de l'inconnue, et enleva la mains de sur son couteau pour faire quelques pas vers le brun face au trio. Elle se posta devant lui et  posa ses yeux dans ceux du brun maintenant face a elle. Ses grand yeux vert était une de ses armes favorite. Elle avait souvent entendu les gens dire qu'on s'y noyait vraiment facilement. Alors elle l'utiliser, après tout pourquoi avoir des armes naturelle si on ne les  utilise pas ? Elle pencha très légérement la tête sur le côté gauche et d'une voix emprunt de sensualité  se mit a l'interoger un peu  «Ne t'en fait pas, personne ne te tuera ici. A moins que tu ne le cherche.»Pendant qu'elle avait dit cela, elle avait lacher un instant l'inconnue des yeux, pour poser un regard sur Graham, pour lui faire comprendre de rester sage. Elle connaisait le tempérament un peu sanguin du brun. Elle ne tenait pas a faire une effusion de sang ici. Même si elle n'avait rien contre le fait de faire une bonne tuerie de temps en temps, l'inconnue avait parler d'un certain "De la Vega" ce qui signifier qu'il avait un groupe. Et donc qu'ils n'était peut-être pas loin. Une fois dit elle posa a nouveau les yeux dans ceux du brun face a elle. «On peut savoir qui est ce De la vega ? C'est le chef de ton groupe ? » Elle arqua légérement un sourcil. Elle savait qu'elle prennait un risque a être si prés de l'homme qu'elle ne connaissait absolument pas, et qui si ca se trouve était peut-être un fou furieux pret a la tuer d'un geste et a n'importe quel moment. Mais elle connaissait bien Alixen et Graham et savait que si l'inconnue tentait quoique ce soit pour lui faire du mal, ils  la défendrait. Elle avait cette assurance, elle leurs faisait pleinement confiance. Et elle n'avait pas peur, Rebekah n'avait peur de personne, du moins la personne dont elle avait toujours eu peur n'était plus de ce monde depuis longtemps.  Elle fit un mince sourire au brun. Elle essayait de le mettre un peu en confiance, lui montrer qu'elle ne lui voualit aucun mal. Il ne la connaissait pas du tout, donc ne savait pas que même quand le brune  disait cela, et en réalité surtout quand elle disait ne pas vouloir vous faire du mal, il fallait se méfier d'elle.  «Parle nous un peu de ton groupe. T'en fait pas, on est que trois, c'est pas a trois qu'on va attaquer un groupe complet qui est surement armés et protéger. On est surement pas tout net dans notre tete mais pas suicidaire.»Dit elle d'un ton qui se voulait amuser. Elle avait confiance en elle, cela se voyait et se ressentait.  Elle faisait souvent cela, et sa prestance naturel l'aider grandement dans ce genre de cas.  La brune était une séductrice, elle se sortait de presque toute les situation en jouant sur charme.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.


_________________
I CAN'T CONTROL
THIS LOVE
Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar




A la recherche du respect:
 

× Âge du perso : :
27 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Californie avec la villa

× Avant, j'étais : :
Professeur d'histoire au collège

× Messages : :
375

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
Invité (Bazzart)

× Avatar : :
Nate Buzolic

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Mekhaï

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Hi, we're the assholes family | Alixen, Rebekah & Graham. Jeu 7 Juil - 12:49

Hi, We're The Assholes Family

Fredericksen x Alixen x Rebekah x Graham


Je ne savais pas qui était cet homme ni d’où il sortait mais j’avais immédiatement vu son équipement. La seule chose qui me retenait actuellement de dégainer mon arme et de lui tirer une balle entre les deux yeux, c’était simplement le fait que l’adolescente qui nous accompagnait le connaissait. Je ne tenais pas forcément à me mettre à dos la jeune femme en tuant un proche et finir par devoir la tuer ou me faire décapiter. La réplique de mon binôme me fit rire mais je devais bien avouer que notre interlocuteur avait du répondant quoi que prendre le risque de froisser Rebekah dans un moment pareil pour lui n’était pas forcément très intelligent. Quoi que connaissant la jeune femme, elle semblait plus en position de méfiance qu’en position offensive. J’ajoutais cependant l’envie de savoir son identité, c’était au moins le minimum quand on vient à l’encontre d’un groupe d’inconnue, même si la façon sarcastique de le lui demander laisser pour le moment sous-entendre qu’il était à mes yeux sur une corde raide. J’avais alors ensuite avouer sans gêne à Alixen mon désir de le tuer s’il ne représentait pas quelqu’un d’important pour elle principalement pour ses armes… Il en avait des intéressantes et j’étais un pilleur. Forcément l’apat du gain me tentait. Et je devais aussi avouer ne plus vouloir voir sa gueule d’ange. Un sourire apparut sur mon visage lorsqu’Alixen me donna son feu vert. J’avais besoin de tuer, de le tuer lui, l’ignorant venu directement se jeter dans la gueule du loup. Je n’attendais que ce signal pour poser ma main sur mon holster attrapant mon beretta. Je ne comprenais alors pas pourquoi il continuait bêtement de sourire alors que j’allais le tuer. Simplement. C’est alors que sa phrase interrompit tout mouvement de ma part. Qui était ce fameux De La Vega qui allait m’apprécier. J’arquais un sourcil redevant méfiant lâchant mon arme.

Alixen fut la première à poser la question ce qui m’évita de le faire moi-même. Je ne quittais maintenant plus ce mec du regard qui m’avait l’air d’avoir plus de valeur que je ne le pensais, s’il avait un groupe avec lui. Je ne répondais pas au regard de Rebekah. Je n’étais pas idiot au point de buter un mec avouant presque avoir un groupe et quand bien même j’aurais voulu le faire, je l’aurais fait. Je n’étais pas d’une très bonne humeur et aujourd’hui, je ne voulais pas recevoir d’ordre même si elle ne pensait pas mal. Chacun ses bons et mauvais jours. Je n’étais plus d’aussi bonne humeur qu’au début, un peu agacé et curieux. Un sentiment partagé. J’écoutais les interrogations que Rebekah faisait à ce mec quant à De La Vega. Je reprenais mon sourire observant l’homme et surtout ses mains pour veiller à ce qu’il ne s’en prendre pas à notre camarade. Rebekah le rassurait quant à son groupe disant qu’on ne les attaquerait pas. « Il n’a pas peur qu’on s’en prenne à son groupe, il ne nous en aurait pas parler sinon. » J’avais bien compris le petit jeu de ce mec. Je ne pensais même pas qu’il avait des attaches envers ces camarades ou alors il savait que ces camarades était dangereux. Je restais méfiant. « Il sait simplement que cela lui offre une porte de survie et il a raison. Bien joué » ajoutais-je directement à son encontre. Il n’était pas idiot.


 
©Pando

Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


I'M SUPPOSED TO CARE ?
It matters how it ends.
'Cause what if I never love again ?


Fredou knows best :
 

× A propos du vaccin : :
Je sais pas de quoi tu parles et j'm'en fou.

× Âge du perso : :
Vingt-neuf ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
À Bodie.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2183

× Points de vie : :
57

× Copyright : :
MYERS. (signature) & MORPHINE ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Hi, we're the assholes family | Alixen, Rebekah & Graham. Dim 24 Juil - 6:43


HI, WE'RE THE ASSHOLES FAMILY
FRED, ALIXEN, REB & GRAHAM ⋆ Carry on my wayward son, there'll be peace when you are done. Lay your weary head to rest, don't you cry no more. Carry on, you will always remember. The center lights around your vanity.





Je n’aurais pas dû m’attendre à plus de la part de la jeune femme, son feu vert ne m’étonne pas du tout et pourtant, en quelque sorte, ça m’atteint un peu. La seule raison pour laquelle elle ne m’avait pas pillé c’est parce que je n’étais pas un idiot fini, parce que je m’étais forgé un caractère depuis le temps, sans ça je serais sur sa longue liste de victimes. Alors que la brune prend un air angélique et innocent, je pose mon imposante machette contre mon épaule et je la fixe droit dans les yeux, la tête légèrement penchée vu sa grandeur, un sourire mauvais s’étirant sur mes lèvres. Si j’avais peur? Bien entendu, je n’avais pas encore perdu complètement la tête, mais je n'allais certainement pas leur offrir cette satisfaction. Depuis longtemps je m’étais promis de mourir la tête haute, honorablement -ou partiellement, en tout cas- mais je n’allais certainement pas crever en lâche, pas après tout ce temps. Ça, c’était une promesse que je m’étais fait il y a longtemps de cela, mais mon heure n’était pas encore venu, et ce type n’était pas ma faucheuse. Me croyait-elle vraiment aussi stupide? J’avais une grande gueule et la tête en l’air, mais si j’avais été stupide je ne serais plus de ce monde aujourd’hui. Alors je redresse la tête, souriant toujours à pleine dent, fixant désormais l’homme qui avait la main contre son arme à feu, prêt à m’abattre, prononçant le nom De La Vega. Ce mot magique, dans le camp comme ailleurs, apparemment. Celui-ci range son arme et je ne perds pas mon sourire, mais mon cœur se calme un peu, lui qui s’affolait dangereusement dans ma poitrine. Elizabeth est la première à poser la question à mille dollars, mais je la regarde, une grimace naissante au visage. Je ne lui ferrais jamais de mal, mais j’étais prêt à lui faire peur, très peur même, s’il le fallait vraiment pour qu’elle range bien profond son attitude de gamine écervelée. Elle voulait jouer, la petite ? J’étais plus que partant. Si elle était pour rejoindre Bodie, je ne pouvais pas me mettre de l’avoir dans mon ombre, elle qui se croit tout permise, alors qu’il y a longtemps que j’aurais pu l’abattre si je l’avais vraiment voulu. Mon expression devient glaciale, plus qu’il ne l’a jamais été, et je ne servais pas ce regard à n’importe qui, plus sérieux que jamais, aussi, ce qui n’arrivait que très peu, moi qui préférais jouer au con joyeux, sauf que je savais également jouer la carte de la colère, si il le fallait, et là, il le fallait, pour qu’elle comprenne une bonne fois pour toute -ou qu’elle y croit dur comme fer- que je n’étais pas le genre de type avec qui elle pouvait s'amuser, plus aujourd’hui. Sauf que ce n’était n’y l’endroit, n’y le moment, j’étais en position de faiblesse, mais je me promis de la remettre à sa place brutalement si elle se mettait à nouveau dans mes pattes. M’insulter ? Je pouvais l’accepté, même que ça me passait six pieds par-dessus la tête, mais je prenais les menaces de mort beaucoup plus au sérieux.

J’en oublie même de lui répondre, à la gamine, c’est la femme plus âgée qui s’avance alors. Je détourne finalement le regard alors qu’à nouveau une grimace étire mes lèvres et les traits de mon visage. La brune s’avance en secouant presque les hanches, la bouche en cœur, secouant ces paupières comme si j’allais soudainement perdre mes moyens. Elle ose même tenter de me rassurer comme si j’étais une pauvre petite fille à couettes qui tremblaient devant son homme. Qui l’était, bien entendu, on le voyait dès qu’il posait les yeux sur elle. J’avais passé ma vie à regarder les gens, à vivre dans mon coin en spectateur de la vie des autres, j’en avais appris un tas de choses. Je le note dans un coin de ma tête, sachant que cette information pourrait m'être utile dans le futur, alors que mon regard se porte à nouveau sur la brune qui me pose la même question que l’adolescente derrière-elle, celle que j’aimerais bien m’mépriser au point d’être capable de la laissé crevée, mais je n’étais pas haineux, je ne l’avais jamais été, mon cœur débordait de bonnes intentions, d’affection contenu, il tendait les bras vers qui venait, mais au final c’était lui qu’on piétinait. J’aimerais bien changer, je m’efforce de le faire depuis des années, sauf qu’il fallait bien que je l’accepte ; je ne pouvais pas changer cela, c’était qui j’étais, c’était les fondations d’un tout et sans elles tout s’écrouleraient. C’est donc avec une certaine répugnance que je me recule de deux pas -oui parce que je ne l’aimais pas du tout celle-là, elle prenait les hommes pour des cons, elle pensait pouvoir tout avoir en secouant le bassin ou en écartant les cuisses? Ça marchait peut-être avec cet idiot, mais elle se prendrait carrément un mur de pierre, avec moi. « Parle nous un peu de ton groupe. » Je penche la tête sur le côté, toujours la machette contre l’épaule, retrouvant mon sourire, portant ensuite mon regard sur le petit groupe au complet. « T’attaquer à eux? J’aimerais bien voir ça ! » Je me déplace, comme si je voulais la laisser passer par une porte la première, voulant faire mon gentleman. « Mais allez-si, faites-vous plaisir ! » Je me redresse et souris toujours plus. « Ils vont vous massacrer… » dis-je ensuite comme si ils n’avaient rien de spéciales, comme si ils étaient tout en bas de la chaîne alimentaire, de petites fourmis qu’on pouvait écraser d’un pas. Je me déplace doucement, tournant autour d’eux tranquillement, comme s’ils étaient mes proies. « Sauf que tu as du caractère, et un léger penchant vers la cleptomanie, ils aimeront.. » dis-je alors que je passe à côté du grand aux cheveux pâles. Mes yeux se portent sur Alixen et je perds légèrement mon sourire. « L’emmerdeuse que tu es y sera comme un poisson dans l’eau ! » Je lui sers à mon tour un magnifique sourire sarcastique et un regard plus glaciale que jamais. Je la contourne ensuite et fait de nouveau face à la brune narcissique. « Et toi, j’te l’promet, y’auras pleins d’idiots qui fonderont devant tes beaux petits yeux verts dès que tu battras des cils devant eux » finis-je en beauté en prenant une voix ridicule, comme si elle était à peiner, dans l’histoire. Je la contourne aussi, de retour à ma position initiale. « Bon, alors on se bouge ou pas ? De La Vega risque de pas être là, si on traîne trop, et si le boss est pas là, on vous mangera tout cru. Ça fait longtemps qu’on a pas vu de la viande fraîche par ici… » Mon sourire mauvais me reviens alors que je me veux légèrement flippant, mais il fallait bien les préparer à ce qu’il les attendait là-bas. Je tourne les talons, levant ensuite la main à l’intention du seul homme de leur bande. « Oh et, le cleptomane, j’sortirais pas cette arme si j’étais toi. On aime bien les têtes de cons, mais les lâches qui tirent dans le dos, un peu moins. » En réalité, ils en auraient rien à foutre si ils me retrouvaient mort, parce que je ne m’était lié d’amitié avec personne d’entre-eux, mais ce n’était pas plus mal si ils le pensaient… Sauf qu’effectivement, si il était du genre lâche, à faire des coups sous la table, il était vrai qu'il ne survivrait pas très longtemps dans l'arène qu'était Bodie...


CODE PAR MYERS

_________________

_- -_
I HAVEN'T MADE IT EASY ON YOU
I ' M  S O R R Y  F O R  T H A T
You were by my side when I needed a friend
You made me laugh, you made me dance
Tou told me I would find love again
A N D I H A V E W I T H Y O U





Dernière édition par Fredricksen A. Hardwick le Sam 17 Déc - 19:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar


Can you feel my heart? I'm scared to get close, And I hate being alone. I long for that feeling, To not feel at all. The higher I get, The lower I'll sink. I can't drown my demons, They know how to swim.


LUXEN:
 


è_é:
 

× A propos du vaccin : :
En route pour le faire même si elle ne croit pas en ce vaccin.

× Âge du perso : :
17 ans

× Localisation (+ avec qui) :
En route pour rejoindre les Sauveurs avec Luke & Niko, actuellement à Yoyo

× Avant, j'étais : :
collégienne et fille de pasteur dévouée

× Messages : :
1159

× Points de vie : :
30

× Copyright : :
Avatar : merenwen ; sign by lizzou

× Avatar : :
Madison Davenport

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Merenwen

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Hi, we're the assholes family | Alixen, Rebekah & Graham. Mer 27 Juil - 11:52

 
 
Hi, we're the assholes familyFredricksen, Alixen, Rebekah, Graham
Ces deux congénères étaient tout aussi intéressée qu’elle de savoir qui était cette fameuse personne dont le nouvel arrivant venait de mentionner. Était-ce au moins une personne réelle ou simplement un leurre pour pouvoir se tirer de ce merdier dans lequel il s’était mis en les approchant. Les attirer dans un piège pour pouvoir ensuite filer à l’anglaise. Au moins là, il aurait fait preuve d’intelligence car au moment-même où Alix avait donné son consentement à Graham pour qu’il puisse faire ce dont il avait envie, la vie de son ancien camarade d’arbre était sur un pied d’escale. Dans les deux cas comme venait de le dire le brun, la mention d’un certain groupe lui assurait la survie. Lorsque son regard se reporta à nouveau sur elle, il était tout à fait menaçant et son expression glaciale. Sous cet affront Alixen plissa les yeux, lui rendant son regard glacial et menaçant. Un échange silencieux mais dont la tension pouvait clairement se ressentir. La brune comptait ne pas se laisser démonter par lui, ni même faire preuve d’une quelconque couardise. Elle n’avait pas peur de lui. Elle n’avait peur de personne.

L’adolescente devint plus tendue lorsqu’il se mit à tourner autour d’eux. Alix détestait cela. Détestait cette sensation d’être la proie exposée au vautour qui est en train de tournoyer autour d’elle. C’était tout à fait désagréable. Elle ne le quittait pas des yeux de sorte à se tenir prête si il se mettait à les attaquer. Prête à dégainer sa faucille.

- Contente de l’apprendre. Merci de me donner un ticket droit vers le paradis alors.

Alixen se montrait fière comme un pou d’être une emmerdeuse. Elle l’assumait complètement et ça ne la blessait pas du tout d’entendre des autres le dire, bien au contraire. A son tour, elle lui offrit un sourire sarcastique. Avec tout ça, la jeune femme était curieuse de partir à l’encontre de ce fameux groupe qui avait l’air tout à fait intéressant. Mais pas pour autant le genre à faire copains comme cochons avec eux. Cela avait plutôt l’air d’être tout le contraire et c’est cela qu’appréciait Alix. Aucun risque d’avoir une quelconque attache pour aucun d’eux. Tout ça, c’est du pain bénit pour elle.

Les lâches qui tirent dans le dos ? Une description qui correspondait bien à Alix, enfin si on excluait le mot lâche, même si la remarque ne lui était apparemment pas adressée. Après tout, l’arme favorite de l’adolescente était toujours rangée dans son dos, montrant ainsi qu’elle n’avait pas du tout l’intention de s’en servir. Pour l’instant, du moins. Pas qu’elle soit réticente à s’en servir, bien au contre, mais la faucille étant un objet assez encombrant il fallait l’avouer, elle préférait ne pas s’amuser à la sortir et la ranger, un millier de fois. Puis comme la brune le pensait un peu plus tôt, elle ne se sentait pas menacée par le survivant, surtout quand elle sait pertinemment que ses deux compagnons la défendraient au besoin. La brune n’était normalement pas du genre à laisser les autres la défendre car elle savait très bien le faire toute seule mais tout dépend des situations qui pouvaient se présenter. Il n’y avait aucun doute à avoir sur le fait que de loin Alixen préférait se défendre toute seule et n’avoir besoin de personne.


No more stop signs, speed limit. Nobody's gonna slow me down. Like a wheel gonna spin it. Nobody's gonna mess me around. Hey Satan, paid my dues.
© idyllic prince.

_________________
My shallow heart's the only thing that's beating;
I'M WALKING DOWN THE LINE THAT DIVIDES ME SOMEWHERE IN MY MIND ON THE BORDER LINE. OF THE EDGE AND WHERE I WALK ALONE. READ BETWEEN THE LINES. WHAT'S FUCKED UP AND EVERYTHING'S ALRIGHT. CHECK MY VITAL SIGNS TO KNOW I'M STILL ALIVE.
Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar



Love that hurts Our love is difficult
Conreb

I love U guy's:
 

× A propos du vaccin : :
Avec ou sans, on va tous y rester de toute manière...

× Âge du perso : :
33 ans mais elle préfére se dire qu'elle n'a jamais passer la trentaine

× Localisation (+ avec qui) :
A la villa avec Conrad et sa petite famille ( Graham, Alixen, Emily & Desmy.)

× Avant, j'étais : :
Officiellement Détective privée, officieusement mercenaire & arnaqueuse. Aujourd'hui survivante peu recommandable.

× Messages : :
5215

× Points de vie : :
122

× Copyright : :
Schizophrenic(avatar) & XynPapple(signature)

× Avatar : :
Lauren Cohan le canon !

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Hi, we're the assholes family | Alixen, Rebekah & Graham. Dim 14 Aoû - 11:50


❝ Hi we're the assholes family ❞
-Fred & Alixen & Graham & Rebekah -
Savoir s'entourer des bonnes personne, facilite la survie.
L’homme se mit a leurs tourner autour. Elle avait horreur de cela, elle avait l’impression d’être de retour dans la mafia, quand un ennemi de son père venait essayer de l’impressionner. Elle avait déjà vécu cela, quand elle était jeune. Elle avait souvent était la cible des parrains de famille adverse, mais son père lui avait toujours dit de ne jamais montrer sa peur. Elle avait toujours appris a mettre son masque de fer sur son visage. Elle ne suivait même pas le brun du regard, elle le laisser tourner autour d’eux, s’il voulait les impressionner, qu’il essaye. Il ne savait vraiment pas a qui il avait affaire. Et surtout il faisait l’erreur de répondre vraiment à leurs questions. Il leurs parlait de son groupe, comme s’il voulait les attiré dedans. Il ne savait pas sur quelle pente glissante il venait de s’engager. Il ne fallait pas être bête pour voir que ces trois là n’étaient pas vraiment fait pour un groupe. Il ne le savait pas, mais il avait fait entrer des personne vraiment dangereuse dans un groupe qui d’après ces dires était dangereux aussi. Elle lui fit un grand sourire narquois quand il lui promis que beaucoup des hommes du groupes fonderait quand elle bâterait des cils. Un très léger rire amuser franchi les lèvres de la femme quand il parla de vite y aller pour avoir une chance de voir le chef, sinon ils les mangeraient tout crut. Décidément il les sous-estimé plus qu’elle ne le pensait. Elle fit donc quelques pas en avant «Alors allons y qu’es ce que tu attend ? Arrête d’essayer de nous impressionner c’est raté. On se grouille, j’ai toujours rêver de rencontrer Zorro»Dit elle d’un ton assez moqueur alors qu’elle se mit a marcher dans une direction qu’elle espéré la bonne. Elle avait vue sur la carte qu’il y avait une vieille ville dans cette direction, c’était peut-être le QG du groupe. Si c’était le cas de toute façon ils seraient tombé dessus avec ou sans l’homme qui venait de leurs en parler. «Je suppose que c’est par là bas ? Sur la carte qu’on a vue y’a pas longtemps c’était indiquer qu’il y avait une vieille ville dans cette direction»Dit elle a l’adresse de l’inconnue en faisant un mouvement de tête dans la direction ou elle supposer qu’il y avait cette fameuse ville.«Oh et faudra penser a nous dire ton nom, histoire de savoir qui accuser de notre venue si ca part en couille» Dit elle en riant légèrement. Bien sur c’était une boutade, même si c’était vrai elle voulait savoir le nom de cet homme qui l’intriguer. Cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas croiser un homme qui était indifférent a son charme.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.



_________________
I CAN'T CONTROL
THIS LOVE
Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar




A la recherche du respect:
 

× Âge du perso : :
27 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Californie avec la villa

× Avant, j'étais : :
Professeur d'histoire au collège

× Messages : :
375

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
Invité (Bazzart)

× Avatar : :
Nate Buzolic

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Mekhaï

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Hi, we're the assholes family | Alixen, Rebekah & Graham. Mer 26 Oct - 18:36

Hi, We're The Assholes Family

Fredericksen x Alixen x Rebekah x Graham


Une question subsistait maintenant dans nos esprits, qui était ce De La Vega. Je n’avais jamais entendu parler de cela et pourtant, la façon dont en avait parlé le brun en face de nous laissait suggérer qu’il s’agissait potentiellement de quelqu’un d’important. Bien entendu, je n’étais pas dupe et j’avais très bien compris que le brun avait placé ses mots dans l’unique but de survivre en sachant que le doute lui offrirait un ticket de survie. Il n’empêche qu’il avait réussi et c’est bien dans le bénéfice du doute que je m’étais retenu de loger une balle dans sa tête. Je voyais très bien aussi qu’il voulait être plus effrayant qu’il ne l’était en cherchant à nous intimider et notamment Alixen. Ou s’il le faisait naturellement et bien sa gueule d’ange l’empêchait tout simplement d’avoir l’air impressionnant à mes yeux. Il faut dire que rien ne m’impressionnait car je n’attendais que le pire de ce monde. Ne le quittant pas des yeux comme un chien de chasse prêt à bondir sur une proie qu’il a repérer, je dévisageais le type alors qu’il ne répondait pas à Alixen et d’abord pas à Rebekah. Je n’étais cependant pas un homme de patience et s’il croyait que sa nouvelle carte lui accorderait la vie, il allait falloir répondre ou dans le cas contraire, je pourrais tout aussi bien l’abattre et continuer ma vie de nomade avec un mystère en plus sur les bras. Je restais silencieux et observateur, suivant chacun de ses mouvements, chacune de ses actions. C’est alors qu’il prit la parole, remettant quelque peu Rebekah à sa place en disant que son groupe allait nous massacrer. Il faut dire qu’à trop croire qu’elle impressionnait tous le monde, Rebekah se surestimait bien qu’elle ait un sens de la survie hors pair. Et le pire c’est que je le croyait. Son groupe fait de survivant de la même trempe que nous m’offrait une toute nouvelle vision du monde. Alors les survivants sans foi ni loi étaient plus nombreux que je l’avais imaginé. L’homme avait commencé à se déplacer autour de nous, sans que je ne le quitte du regard, un sourire aux lèvres dissimulant bien mon air intrigué. Oui celui que je croyais comme un con, était finalement plus malin et intéressant que je l’imaginais. Il ne cherchait même pas à nous attirer dans un piège, il nous prévenait presque. J’arquais un sourcil lorsqu’il vint me parler en premier, vantant mon caractère et ma cleptomanie. « Tu n’as encore rien vu. » rétorquais-je tout simplement. Le tuer, le torturer, le dépecer, je pensais à tellement de choses que je pourrais lui faire en cet instant simplement pour qu’il descende de son piédestal. Il continuait son petit chemin passant à chacun d’entre nous. Lorsqu’il proposa de partir rejoindre son groupe car il ne fallait pas rater De La Vega, s’en était trop. « Je pense que tu peux arrêter de vouloir nous impressionner, on dirait un gamin de sept ans en quête de reconnaissance parce qu’il a trouvé un groupe cool. » Agréable ? Je l’étais toujours, honnête plutôt. Pourtant ce gars en face de moi, je ne le détestais pas. Mais il fallait qu’il sache face à qui il avait à faire notamment lorsqu’il insinua que j’étais un lâche qui tirait dans le dos. J’en souriais en rajoutant même sur un ton narquois « Parce que même si ton boss n’est pas là et qu’on se retrouve face à une bande de cons dans ton genre et qu’on doit en crever, on ne partira pas seul et crois moi car c’est une promesse, tu quitteras ce monde avant nous. Que ça plaise ou pas à tes petits camarades, que ce soit en face ou dans le dos. Y a pas de règles dans la survie chez moi. » Les choses étaient clairs au moins, mais j’avais plus l’impression que notre conversation s’orientait vers un petit jeu de tacle verbale plutôt que dans de vrais menaces. De toute façon, je ne craignais pas la mort, je ne me suicidais pas mais l’idée de rejoindre Connor et Jenny m’enchantait tout autant. Mais si l’envie leur prenait de se débarrasser de nous, je pense qu’il perdrait beaucoup de tête. « Allons-y du coup. » Il avait attisé notre curiosité à tous et n’avait pas su nous impressionner. Peut-être voulait-il vraiment nous ajouter à son groupe, après tout il était homme intelligent et avait du voir des qualités en nous. Qui sait ce qui se passait dans sa tête.

 
©Pando

_________________

   

    This will never end cause I want more !More, give me more, give me more !  
    «TIf I had a heart I could love you. If I had a voice I would sing. After the night when I wake up. I'll see what tomorrow brings.»
   
   
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


I'M SUPPOSED TO CARE ?
It matters how it ends.
'Cause what if I never love again ?


Fredou knows best :
 

× A propos du vaccin : :
Je sais pas de quoi tu parles et j'm'en fou.

× Âge du perso : :
Vingt-neuf ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
À Bodie.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2183

× Points de vie : :
57

× Copyright : :
MYERS. (signature) & MORPHINE ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Hi, we're the assholes family | Alixen, Rebekah & Graham. Mar 3 Jan - 2:15


HI, WE'RE THE ASSHOLES FAMILY
FRED, ALIXEN, REB & GRAHAM ⋆ Carry on my wayward son, there'll be peace when you are done. Lay your weary head to rest, don't you cry no more. Carry on, you will always remember. The center lights around your vanity.





Ils semblaient tous penser que je tentais de les impressionner, alors qu’en réalité, j’essayais seulement de les prévenir, mais je n’allais certainement pas insister. Ils n’étaient pas mon problème et s’ils décidaient de faire les cons à Bodie eh bien qu’il en soit ainsi ! Cela ne me ferait rien du tout d’apprendre leurs morts, même que je ne m’en rendrais surement pas compte. Bon, j’ambitionnais un peu, quand même. Je savais pertinemment que cela ne me ferais pas rien d’apprendre que la petite c’est faite abattre finalement, mais je n’allais certainement pas péter un câble non plus. Si je pouvais abattre en retour l’homme ou la femme en question, discrètement et si l’occasion se présentait, il est vrai que je n’hésiterais pas, mais pour l’heure il était plus facile et beaucoup plus pratique aussi de me raconter des conneries. Alors que je m’étais mis en marche vers Bodie, la machette sur l’épaule, j’hausse celles-ci lâchement à leurs réponses, n’écoutant qu’à moitié. Si ils proclamaient que je ne les avais pas impressionné, c’était de même de mon côté. Je les savais dangereux, certes, il faudrait être con pour ne pas s’en être rendu compte, mais je n’étais certainement pas impressionné. Des gens comme ça n’avait rien du tout d’impressionnant, ils n’étaient pas courageux, ils n’avaient rien du tout pour eux. Ils étaient lâches. Qu’ils tirent dans le dos ou non. Ils prenaient le chemin le plus facile, tout simplement, même si ils criaient haut et fort qu’ils n’avaient peur de personne, qu’ils étaient forts. Je préférais mourir que de m’agenouiller devant ce genre de survivants, alors c’est bien calmement que je leur avais fait dos, que je leur avais permis de me tirer dans le dos à tout moment. Je ne faisais confiance qu’à ma tête de con. « Pas besoin de gaspiller votre salive. J’en ai rien à foutre de ce que vous pensez de moi ou de mon groupe. Je vous ai dit ce qui en est, je vous apporte là-bas et après c’est chacun pour soi. Si vous voulez vous faire tuez après c’est votre affaire. » Je suis beaucoup moins sympathique mais je n’essayais pas de tenir tête à aucun d’entre eux, en réalité je m’étais simplement lassé de cette rencontre et j’avais hâte de pouvoir retourner à mes occupations. Alors comme pour clore cette discussion agaçante et inutile, je crache par terre puis me met à siffler gaiement, continuant ma route comme si je n’avais pas trois inconnus armés et dangereux au cul. C’était qu’une illusion puisque je n’étais pas du tout détendu, mais si j’étais pour mourir aujourd’hui ça n’allait certainement pas être en suppliant. De toute façon, la route vers Bodie n’était plus très longue maintenant.

Arrivé au camp, j’explique brièvement la situation aux gardes auxquels je n’adressais que très peu la parole, demandant au passage si le chef était toujours là. C’était la première fois que je ramenais des gens au camp et certainement la dernière fois aussi. Ce n’était pas vraiment mon genre et c’est pourquoi on paraît surpris lorsque je marche parmi les vieilles maisons à la tête d’un petit groupe de nouveaux, moi j’étais seulement quelqu’un qui faisait son travail et qui se fermait la gueule, mais c’est surtout eux qu’on regarde. Comme je leur avais dit, on les traite comme de la viande fraîche, comme si ils étaient trois gros poulets alléchant balancé sur mon épaule et qu’ils pensaient tous en ce moment même à un moyen de tuer rapidement leurs voisins pour espérer profiter de la viande blanche et fraîche, beaucoup trop rare de nos jours. Sauf que les règles étaient les règles ; De La Vega prenait toutes les décisions ici. Son refuge était facilement distinguable alors je ne me fatigue pas à la leur signaler. Encore une fois, j’explique la même situation à deux gardes avant de me retourner vers eux pour la première fois depuis de longues minutes. J’avais retrouvé mon sourire joueur mais cela n’était pas grâce à eux, enfin qu’en partit. « Eh bien, bonne chance à vous et à jamais, j'espère ! » Je soulève un chapeau imaginaire et le remet ensuite sur ma tête avant de m’éloigner. Ils n’étaient désormais plus mon problème et je ne savais même pas pourquoi au début j’avais fait d’eux mon affaire, mais bon, peut-être que je gagnerais des points en plus vis-à-vis des hauts placés et ce n’était pas plus mal. J’avais besoin de ça, maintenant qu’Ellyn était avec moi et que la plupart des gens ne voulaient pas d’elle ici. Si on la tolérait c’était bien parce que je filais toujours droit ici et que je n’avais encore jamais fait de problème, je le savais, et donc ça ne me ferais pas de mal au final, maintenant que j’y pense. Je m’éloigne donc et je ne me retourne pas. De toute façon, Alixen avait maintenant deux coéquipiers, malsains certes, mais il ne fallait pas s’attendre à mieux. Espérons seulement qu’ils fassent bonne impression, puisque dans le cas contraire ils seraient sur le camp abattus et bientôt je verrais un de ces cons, la faucille de la petite entre ces mains sales.


CODE PAR MYERS

_________________

_- -_
I HAVEN'T MADE IT EASY ON YOU
I ' M  S O R R Y  F O R  T H A T
You were by my side when I needed a friend
You made me laugh, you made me dance
Tou told me I would find love again
A N D I H A V E W I T H Y O U



Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Hi, we're the assholes family | Alixen, Rebekah & Graham.

Revenir en haut Aller en bas

Hi, we're the assholes family | Alixen, Rebekah & Graham.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS :: RPS TERMINÉS-