NOAH&LUCY ≈ it's been a long day, without you my friend
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
Le 10/11/2016 : le forum a quatre ans & sa saison 5 est mise en place. Le 27/08/2017 : 24ème version du forum installée. Les awards & autres nouveautés sont à consulter ici.
Oh la la qu'est-ce que vouuuuus aiiiiiime !! coeurrose lele Et si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ?

Partagez| .

NOAH&LUCY ≈ it's been a long day, without you my friend

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: NOAH&LUCY ≈ it's been a long day, without you my friend Ven 11 Mar - 14:16

It's been a long day
“It's been a long day without you, my friend, And I'll tell you all about it when I see you again, We've come a long way from where we began, Oh, I'll tell you all about it when I see you again”
L
ucy passa la tête hors de la tente pour observer l'état du ciel et fronça les sourcils. Une goutte lui tomba sur le nez et la rouquine ne put que grimacer, un frisson lui parcourant l'échine. Il n'allait pas tarder à pleuvoir des cordes, vu les nuages qui s'amoncellaient au dessus du parc Yosemite, et Noah n'était pas encore revenu de sa balade – Lucy était devenue une experte en euphémismes depuis le début de l'apocalypse, et plus encore à chaque fois que son meilleur ami disparaissait pour une période de temps indéterminé et qu'elle n'était jamais complètement certaine qu'il allait revenir. L'idée même lui était insupportable, aussi était-il plus simple de prétendre qu'il n'était pas en train de risquer sa vie au milieu d'un troupeau de zombies pour assurer leur survie. Il ne lui était encore que rarement arriver d'incidents réellement dangereux, mais le doute subsistait malgré tout dans l'esprit de l'Américaine. Etouffant un soupir, elle rentra à nouveau dans le petit habitat qui la protégeait des intempéries, et se laissa tomber sur le tas formé par son sac de couchage, les fesses les premières. Dressée sur son séant, raide comme un poteau, les mains accrochées à ses genoux, elle guettait le bruit d'un retour en fanfare et craignait celui d'une tempête. D'ici peu, elle risquait de s'embourber dans son humeur maussade. Dans son esprit, elle cataloguait toutes les raisons parfaitement valables qui expliqueraient un contretemps dans la mission du blond, mais cela ne l'aidait pas vraiment à se calmer, puisqu'à chaque scénario sans danger, elle trouvait une alternative qui risquait la vie de Noah.
P
our se changer les idées, la jeune femme se mit à faire du tri dans les petits objets métalliques qu'elle amassait depuis qu'ils s'étaient installés ici. Cela insupportait au militaire mais Lucy avait développé la malencontreuse habitude d'entasser pleins de trucs inutiles, comme si elle allait découvrir dans ces bouts de ferrailles ou les innombrables tuyaux en plastique quelque chose qui révolutionnerait leur existence. N'empêche, continuait-elle de répondre d'un enthousiasme feint, si elle trouvait un jour une perfusion ou des tubes herméthiques, cela pourrait se prouver utile. Désormais en tailleurs, elle jetait d'un côté la ferraille rouillée, de l'autre celle qui avait encore de la valeur – à ses yeux, tout étant désormais relatif. Peut-elle pourraient-ils en faire une arme, ou un pot, ou un outil, ou une décoration... Dans tous les cas, c'était mieux que l'inactivité chronique qui s'emparait d'elle depuis que leur emplacement dans le parc était à peu près sécurisé, et qui lui rappelait chaque fois avec davantage de force qu'elle ne pourrait probablement plus jamais jouer à League of Legends. Souvent, elle se retrouvait, manette à la main, à tripoter les touches avec les gestes de l'habitude, le regard dans le vide et l'esprit quelques années dans le passé. Elle avait alors l'impression d'avoir des boursoufflures sous les yeux et dans le cœur, tandis que les larmes remontaient le long de sa trachée, larmes qu'elle ravalait fièrement et cachaient sous un sourire et une blague. Mieux valait donc occuper ses mains et son esprit. Bientôt, elle fut prise dans la mécanique automatique du geste répétitif. Tu prends un truc dans le tas – tu regardes le truc dans tes doigts – c'est rouillé, tu jettes à droite, c'est en bon état, tu jettes à gauche – et tu recommences. Mieux valait s'abrutir de la sorte que de rêver au passé révolu. Tu prends un truc dans le tas – tu l'observes – tu jettes à droite, la pile la plus grosse, tu pousses un soupir – et tu recommences. Mieux valait s'assourdir, se focaliser sur le bruit faible des gouttes de pluie sur la toile tendue. Tu prends – tu jettes un œil – tu balances – et tu recommences. Mieux valait ne pas craindre que Noah et Auregan ne reviennent pas de cette balade, que la pluie les inondent, que les zombies les mangent.
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas

GRAPHISTE
avatar



Our home, our rules, respect them or
Bitches receive stitches
Trolls receive eighty-sixes

Stick around if you’re housebroken
Can’t hold your shit, hold your tongue, you got to go
Should you choose to react like an imbecile
You’ll in turn be treated so


× A propos du vaccin : :
OUI

× Âge du perso : :
38

× Localisation (+ avec qui) :
Partout et nul part.

× Avant, j'étais : :
Militaire.

× Messages : :
6304

× Points de vie : :
61

× Copyright : :
FRIMELDA ( Avatar ) - SWAN ( + Signature + gifs signature ) - TUMBLR ( Gif profil )

× Avatar : :
Tom Hiddleston

× Et ton p'tit pseudo ? : :
SWAN

WANNA SEE MORE ?

http://swanlive.livejournal.com/

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: NOAH&LUCY ≈ it's been a long day, without you my friend Lun 28 Mar - 19:08

it's been a long day, without you my friend
Il frappe. La pluie noie chacun de ses pores. La rage inonde ses veines. Sa lame tranche, découpe et achève les morbacs. Les morts tombent un à un alors qu’il se fraie un chemin jusqu’au petit sentier. Le blond inspire et expire, luttant pour garder la forme et tenir le choc. Ils sont plusieurs encore à se traîner en claudiquant, à baver, râler et tendre leurs mains rongées par les vers, leurs ongles rendus longs et crochus par leur maigreur. Ces bestioles squelettiques, bouts de viande périmées faméliques. Il les explose avec rage, sa lame creusant leurs cervelles molles et gâtées. Une fine pellicule de sueur coule sur son épiderme souillé de terre et de crasse. Il se fout de sa condition pittoresque, tant que les cadavres paient. Qu’ils paient pour leurs simples existences diffamatoires. Ces créatures blasphèmes. L’impulsion l’encourage un peu plus à chaque pas, chaque coup, l’adrénaline le plonge dans une transe qui n’en termine pas. Si bien qu’il lui faut plusieurs minutes avant de réaliser qu’il n’y en a plus un seul autour de lui. Les morts juchent le sol, propageant leurs putrides intérieurs organiques sur le goudron noirci. Il inspire une nouvelle fois, ses poumons recrachent et expirant l’air infecte , le recyclant éternellement. D’un pas lourd, le survivant se précipite ensuite vers le petit bâtiment.

Lucy a un toc. Toujours le même. Cette image s’incruste dans ses rétines et se nichent dans sa mémoire. Le blond ouvre la porte en grand, soufflant et souriant malgré lui. Le survivant entend malgré lui un léger tintement lorsqu’il entrouvre la porte. Noah plisse les yeux, faisant volte-face énergiquement. Sa main droite agrippe la lame à sa ceinture, balançant cette dernière entre les deux yeux d’un cadavre solitaire.

« - … Pff, qu’en y en a plus, y en a encore, grommelle-t-il en se traînant jusqu’au cadavre pour retirer sa lame.

Par réflexe, il nettoie cette dernière à l’aide de son jean avant de la ranger dans sa ceinture. Le blond se détourne à nouveau, fixant les nombreuses étagères. Lucy à un toc, toujours le même. Il s’en souvient, car il voit chaque jour sa meilleure amie l’effectuer. Ce tout petit geste. La petite rousse ne s’en lasse jamais. Le blond balance l’inutile des étagères, alors que plusieurs gouttes de pluie s’échouent de sa crinière trempée. Et lorsqu’il trouve son bonheur, un sourire victorieux étire ses lippes fines.

---

Le chemin du retour se fait silencieux. Une chance pour eux. Même si la jauge d’essence se vide de plus en plus, le jeune homme se retrouve rapidement au camp avec les autres. Et c’est sans attendre qu’il rejoint la tente de sa frangine de cœur. Une fois planté devant, il hésite un instant, grattant le tissu pour l’alerter de sa présence. Ca le désolerait de la surprendre en bonne compagnie, il jurerait l'avoir grillée en train de mater une petite brune trois jours plus tôt.

- Eh, la rousse, t’es dans le coin ? J’ai un truc pour toi ! » balance-t-il en grattant la toile plus fort.

La pluie ne cesse toujours pas et ses pieds s'enfoncent dans l'herbe boueuse, mais c'est bien le dernier de ses soucis.

FICHE PAR SWAN.

_________________


Dernière édition par Noah G. Campbell le Jeu 10 Nov - 7:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: NOAH&LUCY ≈ it's been a long day, without you my friend Jeu 7 Avr - 21:09

It's been a long day
“It's been a long day without you, my friend, And I'll tell you all about it when I see you again, We've come a long way from where we began, Oh, I'll tell you all about it when I see you again”
L
a pluie grossit et bientôt, le parc de Yosemite n'est plus qu'un océan de boue. Les petites gouttes ont fait place aux larmes de crocodile que le Ciel feint de verser sur le sort des pauvres créatures qui se battent pour leur survie. L'îlot paradisiaque, habituellement secoué par la vie et l'espoir qui tente de reprendre ici et d'enflammer les cœurs aigris par de longs mois de course à la survie, est d'un calme terrifiant. Tout le monde s'est réfugié sous leurs abris – tentes récupérées par chance au détour d'un magasin sportif ou improvisées à l'aide de baches et de piquets, hamacs transformés en paravent pour l'occasion, cabanes et tippi pour les plus aventureux. Seule dans la sienne, Lucy ignore sciemment le silence qui s'abat autour d'elle. Elle feint de ne pas être hyper-consciente du fait que la tente voisine est vide, que le seul bruit qui parvient à ses oreilles est l'écho régulier des gouttes de pluie qui s'écrasent sur la toile hermétique de sa maison éphémère. Elle refuse de se laisser bercer par la mélodie des intempéries, ce qu'elle fait pourtant avec joie quand elle sait Noah en sécurité. Elle pourrait inviter la jolie brune qu'elle a repéré depuis un moment déjà, à venir écouter la mélodie monotone de la pluie. Elle adore ça. Elle lui proposerait de se coller tout contre elle, sous l'édredon troué dans lequel elle se saucissone pour dormir. Elle ferait semblant que la requête est innocente, elle verrait le rouge des joues de la jeune femme, et ça lui ferait valser les papillons dans le ventre. Un petit sourire se dessinerait sur ses lèvres. Au lieu de cela, elle s'obstine à trier de la ferraille, ses mains de plus en plus tendues sur les petits objets qu'elle attrape. Chaque fois qu'elle en lance un dans son tas, son jet se fait un peu plus violent.
E
lle doit retenir le sanglot qui menace d'exploser, elle le coince dans sa gorge. Ca fait mal. Elle déteste la peur, l'angoisse qui continue de l'étreindre. Une partie d'elle voudrait s'habituer à ce quotidien, ne plus s'en faire, ne plus souffrir autant chaque fois que quelqu'un à qui elle tient s'éloigne et se met en danger. Parce que ce monde est dangereux, et qu'elle ne se souvient plus vraiment de la sensation de tranquillité absolue. Mais l'autre partie d'elle se souvient que cette peur et cette douleur sont ce qui font qu'elle est toujours humaine, qu'elle peut toujours regarder les gens dans les yeux et sourire sincèrement malgré tout. Elle préfère cela à l'inhumanité qu'elle a vu briller dans les yeux de certains survivants, cette lueur pernicieuse qui semble envahir leur être à force de cotoyer les zombies et de flirter avec la mort. Elle respire fort, et elle recommence. Ses yeux las suiventn le mouvement machinal. Le bruit de chaque goutte de pluie se brouille, devient un brouaha, un fond sonore indistinct. Tant et si bien que lorsqu'un grattement se fait entendre, elle ne l'entend tout d'abord pas. Elle croit que c'est son imagination. Et puis quand ça s'intensifie, elle saute sur ses pieds, partagée entre l'envie de courir ouvrir à Noah et la peur sensée qu'il ne s'agisse pas de son meilleur ami. « Eh, la rousse, t'es dans le coin ? » Un rire soulagé secoue Lucy qui se précipite pour ouvrir au grand blond, penché pour atteindre l'ouverture de la petite tente qu'elle habite. « J'ai un truc pour toi ! » Elle se jette à son cou, un large sourire aux lèvres. « Putain vous en avez mis du temps ! » Elle est toute mouillée, maintenant, c'est malin. Elle bat en retraite à l'intérieur de son abri et invite le militaire à en faire de même, trop heureuse de le voir et trop désireuse de le garder sous la main pour se soucier de l'eau qu'il va apporter dans la tente. Elle n'a même pas fait attention à la dernière information qu'il lui a balancé avant qu'elle ne lui saute dessus comme une sauvage. « Je t'entendais pas avec la pluie, » ment-elle pour ne pas avoir à lui dire l'état dans lequel elle était quelques minutes auparavant, « t'as dit quoi ? » Elle s'installe à même le sol pour ne pas mouiller sa couchette, et invite d'un geste cérémonieux Noah à en faire de même. Son sourire ne la quitte plus.
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas

GRAPHISTE
avatar



Our home, our rules, respect them or
Bitches receive stitches
Trolls receive eighty-sixes

Stick around if you’re housebroken
Can’t hold your shit, hold your tongue, you got to go
Should you choose to react like an imbecile
You’ll in turn be treated so


× A propos du vaccin : :
OUI

× Âge du perso : :
38

× Localisation (+ avec qui) :
Partout et nul part.

× Avant, j'étais : :
Militaire.

× Messages : :
6304

× Points de vie : :
61

× Copyright : :
FRIMELDA ( Avatar ) - SWAN ( + Signature + gifs signature ) - TUMBLR ( Gif profil )

× Avatar : :
Tom Hiddleston

× Et ton p'tit pseudo ? : :
SWAN

WANNA SEE MORE ?

http://swanlive.livejournal.com/

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: NOAH&LUCY ≈ it's been a long day, without you my friend Dim 17 Avr - 15:45

it's been a long day, without you my friend
Le grand blond passe ses mains sur ses cheveux trempés pour les mettre en arrière, tandis que la toile de la tante s’ouvre, dévoilant une petite rousse survoltée qui lui fonce déjà dessus pour le prendre dans ses bras. Ca lui prend aux tripes à chaque fois, cette joie non feinte, ce soulagement qu’il ressent lorsqu’elle s’agrippe autour de son cou. Elle est définitivement la sœur qu’il n’a jamais eu. Le blond lui rend volontiers son étreinte, se forçant à ne pas la serrer trop fort dans ses bras. Lorsqu’elle se détache de lui pour l’inviter à entrer dans son entre, l’ancien militaire tente tant bien que mal de frotter ses rangers dans l’herbe pour éviter de salir son petit coin privé. Il sait qu’elle met toujours un point d’honneur à se construire un petit nid douillet. Lucy en a besoin plus que tout au monde. Sa solitude est primordiale, et il a toujours tout fait pour qu’elle puisse en disposer encore un maximum. Même dans ces conditions.

« - Que j’ai un truc pour toi, répète-t-il volontiers en lui lançant un petit sourire presque enfantin. Ca a pas été évident mais …

Le jeune homme ferme la tante derrière lui, se calant aussi bien que possible dans le petit espace. Il doit s’agenouiller et se dépatouiller pour défaire son sac et le poser devant lui.

- Attends … souffle-t-il en ouvrant la fermeture lentement pour éviter de la casser. C’est dans le fond, je voulais éviter que ça se brise en cas de chute.

Noah enfonce sa main à l’intérieur, son coude toujours visible alors qu’il agite les doigts. Il sent l’objet du bout de ses doigts et l’agrippe en hésitant un moment.

- … Tu vas me trouver stupide … commence-t-il en riant nerveusement. Je sais pas ce qui m’a pris. Je te vois parfois faire cette petite mimique avec tes doigts et … Quand j’ai vu cette boutique, j’ai tout suite accouru à l’intérieur.

Pas sans devoir tuer des morts, mais ça, il évite de le lui dire. Noah préfère l’épargner de ce qu’elle sait déjà plutôt que de l’affliger verbalement d’une évidence qui l’angoisse jour après jour. Sa réaction en le voyant en est bien la preuve. Il retire sa main du sac, sortant une manette. Une simple manette. Mais il l’a toujours vu, cette simple mimique. Ses doigts qui pianotent dans le vide. Ils n’ont plus d’écran, plus d’électricité, mais le symbole représenté par ce simple petit objet l’avait frappé. Il sait que ça lui manque.

- Je t’avais dit que c’était stupide », conclut-il en lui tendant l’objet.


FICHE PAR SWAN.

_________________


Dernière édition par Noah G. Campbell le Jeu 10 Nov - 7:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: NOAH&LUCY ≈ it's been a long day, without you my friend Sam 30 Avr - 1:43

It's been a long day
“It's been a long day without you, my friend, And I'll tell you all about it when I see you again, We've come a long way from where we began, Oh, I'll tell you all about it when I see you again”
U
n cœur qui bat, fort, à tout rompre, ça peut vouloir dire pleins de choses. Dans le monde apocalyptique dans lequel Noah et Lucy vivaient depuis de trop longs mois, c'était avant tout synonyme d'une vie dont la préciosité se faisait de plus en plus évidente. Dans la petite tente dans laquelle ils s'installaient désormais, ce tambourinement cardiaque était une marque de soulagement et de joie. Se mêlant au rythme irrégulier des gouttes de pluie qui continuaient de tomber, de plus en plus dru, du ciel mécontent, le cœur de la rouquine faisait des bonds pour montrer au blond combien sa propriétaire était soulagée de son retour. Le sourire dont elle ne se défaisait plus en était une autre preuve, ainsi que les gestes affectueux qu'elle avait toujours réservé à son meilleur ami. Avec une soudaine insouciance, elle poussa les deux tas de feraille dans un coin de l'abri, ne s'offusquant pas le moins du monde que l'un des deux s'écroule. Les yeux pétillants, elle fixait Noah, secouant inconsciemment son tee-shirt qui était mouillé suite au calin qu'ils avaient échangé.
« T'
aurais pas du te donner de mal, » murmura-t-elle quand il lui avoua à demi-mot qu'il avait du se battre pour mettre la main sur le cadeau. Mais son excitation enfantine et communicative prouvait probablement aux yeux du blond que le jeu en valait la chandelle, que ses efforts allaient être récompensés. Ses mots ne reflétaient absolument pas son état d'esprit et elle avait terriblement envie de savoir ce qu'il lui avait rapporté de sa dernière expédition. En général, ce genre de cérémonie n'avait lieu que lorsque quelqu'un mettait la main sur un objet particulièrement précieux et utile pour la survie du groupe. Mais quelque chose dans l'attitude du géant, peut-être aussi le fait qu'ils soient juste tous les deux, qu'il ne soit pas accompagné d'Auregan ni de Peter ou de Clarice, qu'elle n'est pas aperçu la tête de Fred en lui ouvrant, lui faisait croire qu'il s'agissait là d'autre chose. C'était un truc affectif, un truc entre eux. Ca faisait du bien avant même qu'elle sache ce que c'était. L'idée même qu'il ait voulu faire un geste pour elle était plus qu'agréable.
L
ucy commençait presque à trépigner d'impatience, ses genoux se soulevant comme les ailes d'un petit papillon de nuit, tandis qu'elle suivait des yeux les gestes précautionneux de Noah. « Tu vas me trouver stupide, » commence-t-il et la rouquine secoue la tête. S'il y a bien une chose qu'elle ne ferait jamais, c'est le trouver stupide. Elle n'était pas sa meilleure amie pour rien, elle ne lui vouait pas une confiance aveugle pour rien. Elle se joint à lui dans son rire, soudainement nerveuse elle aussi. Il faisait tant de cérémonie de ce petit geste qu'elle se sentit rougir et elle tendit la main vers lui pour lui taper l'avant-bras d'un air joueur. « Bon, t'arrête de dire des bêtises oui ? Donne moi le truc ! » s'exclama-t-elle, comme si c'était un dû, pour détendre l'atmosphère. Sa curiosité était à son apogée lorsqu'il finit par extraire son long bras du sac à dos et un petit cri suraigu, d'un type qu'il ne l'avait probablement presque jamais entendu produire, échappa à l'Américaine. A nouveau, elle s'accrocha au cou du militaire, un large sourire aux lèvres avant de se jeter sur l'objet sans plus se soucier de son ami – du moins, pour les dix secondes que lui prirent l'examen de l'objet. Il était si familier. Si étranger. Comme un souvenir. Un petit nœud se forma dans son estomac et elle releva le regard vers Noah.
S
es iris floutées par les larmes qui menaçaient sévèrement de glisser sur ses joues, comme des gouttes de pluie à l'intérieur de la tente, elle lui sourit du fond du cœur. « Merci le moche, » rigola-t-elle. Elle jeta un nouveau coup d'oeil à la manette, qui avait naturellement prit place entre ses mains. Son pouce se plaça instinctivement sur le bouton Start et elle caressa les mécanismes d'un air absent. « Je comprends mieux pourquoi vous avez mis du temps. C'était une question de vie ou de mort. » Elle se moquait, mais dans le fond, elle était vraiment heureuse qu'il ait pensé à elle ainsi. Se réinstallant plus confortablement, la manette ne quittant plus le foyer du creux de ses paumes, Lucy releva son nez vers son ami d'un air joueur. « T'as ramené quoi d'autre, alors ? » Comme souvent, elle attendait un récit à la fois détaillé et bref. Noah avait toujours su comment lui communiquer ses aventures sans trop entrer dans les détails... morbides.
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas

GRAPHISTE
avatar



Our home, our rules, respect them or
Bitches receive stitches
Trolls receive eighty-sixes

Stick around if you’re housebroken
Can’t hold your shit, hold your tongue, you got to go
Should you choose to react like an imbecile
You’ll in turn be treated so


× A propos du vaccin : :
OUI

× Âge du perso : :
38

× Localisation (+ avec qui) :
Partout et nul part.

× Avant, j'étais : :
Militaire.

× Messages : :
6304

× Points de vie : :
61

× Copyright : :
FRIMELDA ( Avatar ) - SWAN ( + Signature + gifs signature ) - TUMBLR ( Gif profil )

× Avatar : :
Tom Hiddleston

× Et ton p'tit pseudo ? : :
SWAN

WANNA SEE MORE ?

http://swanlive.livejournal.com/

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: NOAH&LUCY ≈ it's been a long day, without you my friend Mer 4 Mai - 19:18

it's been a long day, without you my friend
Elle est si impatiente qu’il a envie de faire traîner les choses. Il adore la faire tourner en bourrique. La petite rousse se tortille sur place et le presse d’un ton presque enfantin, lui arrachant un sourire mesquin. Il en fait tout un cinéma pour deux raisons, l’emmerder d’une part et, surtout, parce qu’il espère qu’elle ne sera pas déçue. Ce petit geste qu’elle fait tout le temps, peut-être l’avait-t-il simplement mal interprété ? Quoi qu’il en soit, il fait durer le suspense autant pour la charrier que pour s’épargner un éventuel flop. Noah note encore son changement de comportement radical avec Lucy. Quelques heures plus tôt, il avait revêtu le masque du leader autoritaire, cette foutue trouille au ventre en prime. Cette peur de perdre quelqu’un, cette angoisse de retrouver le camp dévasté à son retour, ou encore la peur de faire une terrible erreur de jugement, de mettre tout le groupe d’expédition en péril et de ne plus pouvoir revenir au camp que la queue entre les jambes, comme un foutu chien galeux et incompétent. Mais l’éclat dans le regard de sa petite protégée lui arrache toutes ses pensées morbides. La rouquine explose littéralement de joie, bondissant à nouveau pour s’accrocher à son cou. Et là revoilà, cette foutue crampe au cœur. Ce soulagement terrible qui l’empoigne à la gorge lorsqu’elle s’agrippe à lui comme on s'empare d'une bouée de sauvetage. Sa sœur de cœur s’empare rapidement de la manette pour jouer avec les différents boutons, sous l’œil inexpert de Noah. Il n’a jamais vraiment joué aux jeux vidéo, fait qu’il regrette un peu maintenant. Il peut difficilement discuter de sa passion avec Lucy. Il note les perles humides qui s’accrochent désespérément aux coins de ses yeux, mais ne fait rien. Elle a trop de fierté malgré son cœur de guimauve.

Et lui ? Il est juste heureux comme un couillon.

« - Derien, poil de carotte, qu’il rétorque à ses gratifications.

Non sans se prendre une blague cinglante en pleine gueule, ça le fait marrer. Mais pas autant que d’habitude. Sa morosité a toujours autant de mal à le quitter. Il a hâte de faire un tour avec Auregan pour se changer les idées, mais être ici avec Lucy le comble tout autant, tout simplement. Il n’imagine même pas ce qui lui arriverait si Lucy n’était plus là pour égayer ses journées et l’insulter à tout bout de champ au coin d’une tante. Encore une fois, y a cette putain de douleur qui lui grimpe jusqu’à la glotte, et il se racle la gorge pour la faire partir. Comment lui dire ? Il est épuisé, effondré par l’échec de la zone et ces trois foutues années. Les choses ne s’arrangent pas, elles empirent. Les rations se font de plus en plus dures à trouver, toutes les sources commencent à s’épuiser. Avec la zone, il avait une chance de perdurer sans trop de difficulté, malgré les divers dangers. Mais là … Le camp Yosemite est certes très vaste, mais bien plus dangereux. Ils n’ont plus d’autres barrières que ces arbres ou ces haies.  Ils sont revenus pratiquement bredouilles, et il va devoir retourner en forêt pour chasser. Malgré la douleur dans sa nuque et la fatigue dans ses membres, malgré le brouillard dans son esprit. Ils doivent tous se nourrir. Et il est hors de question qu’il laisse tomber qui que ce soit, qu’un membre du groupe n’ait pas sa part ce soir. Mais il sourit, et c'est plus un stigmate qui n’atteint pas vraiment son regard. Ses dents toutes dévoilées, il se prépare à lui raconte n’importe quoi. Les aspects les plus absurdes, tout en lui épargnant les plus glauques. Peter a encore failli crever.

- Peter a tenté de se la jouer Lara Croft, entre un camion et un toit. C’était absurde.

Y avait des zombies en dessous, il a dérapé, l’un d’eux lui a choppé le pied. Si j’avais pas été là pour leur tirer dans le crâne, il était cuit.


- Il était pendu comme un con pendant plusieurs minutes avant de monter, je crois qu’il a pris du gras. Tu trouves pas qu’il a pris du gras ? se moque Noah gentiment en haussant un sourcil.

On a pas croisé un seul survivant pendant notre séjour, je crois bien que y a de moins en moins de monde.

- C’était très calme, ajoute-t-il très positivement, toujours en éludant ses véritables pensées.

Les boutiques étaient pratiquement toutes pillées.

- On a fait le tour de deux trois épiceries, forcément, les fruits étaient pourris, mais y avait des boites de conserve. Périmés depuis seulement quelques semaines. Un vrai miracle !

Ca suffit pas, on tiendra jamais avec ces merdes.

- Des légumes et des patates douces, y faut de la viande, je vais chasser avant la tombée de la nuit. On aura un repas complet.

C’est fou comme tout change, quand on voit le verre à moitié plein.

- Et toi, ta journée ? » demande-t-il finalement pour éviter de s’éterniser sur le sujet. Il sait très bien qu’elle va râler en apprenant qu’il repart dans peu de temps.



FICHE PAR SWAN.

_________________


Dernière édition par Noah G. Campbell le Jeu 10 Nov - 7:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: NOAH&LUCY ≈ it's been a long day, without you my friend Mar 17 Mai - 16:45

It's been a long day
“It's been a long day without you, my friend, And I'll tell you all about it when I see you again, We've come a long way from where we began, Oh, I'll tell you all about it when I see you again”
C
a l'a toujours fait rire, la Lucy, la lueur un peu perdue dans le regard de Noah dès qu'elle fait une référence à son monde, son univers, ses jeux. C'est la même expression qui s'inscrit désormais dans ses yeux clairs quand il regarde l'objet qu'il a rapporté à son amie, cet intérêt un peu perplexe. Mais, une fois n'est pas coutume, le petit rire que cela arrache à la rousse est teintée de tristesse. Tristesse pour elle, mélancolie d'un passé révolu, d'un souvenir qui s'éloigne davantage chaque jour, d'une joie simple qu'elle ne croit plus possible. Parfois, elle a même l'impression que ça n'a jamais été réel, pas plus que la vie confortable, l'électricité ou l'eau courante. Mais surtout, tristesse pour lui, pour eux plutôt. Tristesse de ne jamais pouvoir réellement partager avec celui qu'elle considère désormais comme son frère, sa famille, la chose qui représentait sa raison de vivre avant tout ça. Il n'aura jamais de véritable accès à son univers.
E
lle, par contre, elle a un accès inédit à son monde à lui. Le monde de la survie. Un accès qu'elle aurait préféré ne pas avoir, bien qu'il lui ait permis de faire sa connaissance, d'enfin connaître un être humain qu'elle aime sans complications. Son nouveau jouet dans les mains, Lucy s'installe un peu plus confortablement pour écouter le récit du grand blond. Elle tente de ne pas faire attention aux accents douloureux dans sa voix. Elle tente de garder le sourire malgré l'envie pressante de le prendre dans ses bras, de lui assurer que tout ira bien. Elle en sait rien, que tout ira bien. Son rôle à elle, c'est d'essayer d'alléger la tête du militaire, de le sortir de l'incessant quotidien de la guerre contre la mort. Elle ricane à l'évocation de Lara Croft, ça sonne comme une tentative de plus de la part de Noah d'essayer de rentrer dans son monde à elle d'une drôle de façon. Mais d'imaginer Peter dans les costumes hyper-sexualisés de Lara, ça la fait sourire sincèrement, pendant quelques secondes, avant que la peur à l'idée que le bourru se fasse prendre à son jeu, un de ces quatre, n'abaissent le coin de ses lèvres. Elle retrouve son expression neutre. Les yeux fixés sur son meilleur ami, Lucy l'écoute sagement, comme une enfant. Ses pouces naviguent d'une touche à l'autre, comme si elle s'imaginait à la place de Peter. L'enchainement pour grimper sur un mur lui revient naturellement. « Faut faire gaffe à ce qu'il grignote pas trop, le con, » répond-elle comme si ils avaient une seule miette à gacher dans ce genre de comportement alimentaire. Ses iris chocolat s'abaissent sur le sol de la tente. C'est une bonne chose, que ce soit calme ? Une mauvaise chose ? Elle sait plus. Ca veut dire pas de rôdeurs, ça veut dire pas d'emmerdeurs non plus, mais ça veut aussi dire personne à sauver, à ramener. Plus d'humanité. Lucy a jamais été fan des humains, mais la perspective de leur non-existence ne la réjouit pas tant que ça. La mention d'épiceries et de boîtes de conserve la ramène à elle, et elle sourit du faux sourire des fausses victoires. « Cool ! Je vais voir si je peux en faire un truc sympa, si tu veux. J'peux demander des conseils à Iseul, » ajoute-t-elle dans un demi-sourire. Iseul, la jolie asiatique qui a élu domicile à quelques mètres de leur groupe. Iseul, la jolie jeune femme qu'elle a enfin osé aborder après l'incendie. Iseul, le crush innocent, inconscient, inutile. Un petit rappel, un petit espoir ; ils restent humains. Lucy perd cependant très vite le vague sourire qui flottait sur ses lèvres quand Noah lui annonce qu'il quitte à nouveau le camp pour partir chasser. Il a beau lui demander comment sa journée à elle s'est passé, elle n'est pas dupe.
« C
omment ça, avant la tombée de la nuit ?! Ca peut pas attendre demain ? On mangera pas beaucoup ce soir, c'est pas grave, j'ai pas faim, mais faut que tu te reposes ! Vous avez passé j'sais pas, quatre heures dehors là ! » Un court silence lourd règne entre eux avant qu'elle baisse les yeux. Elle sait très bien qu'il partira quoi qu'elle dise. Elle sait très bien qu'il a raison de vouloir partir, qu'il peut pas nourrir tout le monde avec trois boites de conserve et qu'il est incapable de ne pas vouloir le mieux pour le groupe et de faire le nécessaire, à ses dépends. « Tu pars avec qui ? » ajoute-t-elle dans un chuchotement défaitiste. Des fois, elle voudrait apprendre à chasser, à faire quelque chose, à être utile à Noah. Elle voudrait être à ses côtés, lui porter main forte. Elle se souvient du jour où ils se sont fait attaquer, juste avant d'atteindre la Zone, et elle peut pas s'empêcher de se dire qu'elle devrait toujours être prêt de lui pour prendre les balles perdues. Elle supporterait pas qu'il meure.
© Starseed


Dernière édition par Lucy Williams le Jeu 10 Nov - 12:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

GRAPHISTE
avatar



Our home, our rules, respect them or
Bitches receive stitches
Trolls receive eighty-sixes

Stick around if you’re housebroken
Can’t hold your shit, hold your tongue, you got to go
Should you choose to react like an imbecile
You’ll in turn be treated so


× A propos du vaccin : :
OUI

× Âge du perso : :
38

× Localisation (+ avec qui) :
Partout et nul part.

× Avant, j'étais : :
Militaire.

× Messages : :
6304

× Points de vie : :
61

× Copyright : :
FRIMELDA ( Avatar ) - SWAN ( + Signature + gifs signature ) - TUMBLR ( Gif profil )

× Avatar : :
Tom Hiddleston

× Et ton p'tit pseudo ? : :
SWAN

WANNA SEE MORE ?

http://swanlive.livejournal.com/

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: NOAH&LUCY ≈ it's been a long day, without you my friend Mer 8 Juin - 21:02

it's been a long day, without you my friend
Au moins, il y arrive. A provoquer ces légers tressaillis de sourire au coin de ses lèvres fines. A lui déclencher des fous rires. A lui donner un petit moment de joie dans sa journée morose. Ils ont tous des journées lugubres. Mais édifier leur quotidien est justement plus important que jamais. Noah éclate de rire lorsqu’elle fait référence aux grignotements intensifs de Peter.  Mais la discussion se rembrunit rapidement lorsqu’il allègue son nouveau départ. Il pince ses lippes fines, lui offre un air penaud et tente tant bien que mal de se prohiber, du moins, sa posture est dissuasive. Mais il ne pipe mot, grimaçant légèrement tout en tombant le menton. Il savait qu’elle se rebifferait comme ça. Est-ce qu’il peut seulement lui en vouloir ? Non, pas à elle, jamais. Lucy n’a jamais fait un pas de travers. Il a beau fourrager dans sa mémoire, elle a toujours extrêmement bien agi, extraordinairement bien réagi.  A tel point que ça en devient inquiétant. Un jour, elle explosera sûrement, dégainant toute sa rage mieux qu’il dégaine son flingue. Après l’agacement dont elle fait preuve, elle se reprend pourtant rapidement. Noah attend la suite, et la question vient.

Ploc, ploc, ploc.

« - Je sais pas encore … fait-il en fronçant les sourcils.

Ploc, ploc, ploc.


Il a une idée. Une idée qui lui déplaît fortement. Mais ce n’est pas ce qui lui plaît à lui, qui compte réellement. Mais plutôt les perceptions de Lucy à l’égard de toutes ces expéditions trop risquées qu’ils font sans elle. Dehors, la pluie cesse petit à petit de massacrer la tante à coup de ‘ploc’ répétitifs. Et le survivant soupire longuement, levant ses rétines vers sa petite protégée. En coin dégagé, il aura plus de chance de la surveiller. Son astuce pour créer des pièges pourrait lui être utile, même s’il a l’habitude, aider Lucy à se sentir utile pourrait arranger la situation.

- … Tu veux venir ? demande-t-il finalement, une pointe de doute transperçant tout de même son timbre.

Ca le fait flipper de l’imaginer dans ce décors funèbre, entre les arbres, sans de réelles capacités pour se défendre ni esquiver les menaces. Mais apprendra-t-elle seulement s’il la couve à ce point ? L’idée l’angoisse, mais il sait que les meilleurs choix ne sont pas toujours ceux qu’on préfère. Il ne doit pas être hypocrite, il doit la laisser décider d’elle-même.

- Tu peux dire non. », qu’il ajoute bien plus de conviction.

Un peu trop, même.



FICHE PAR SWAN.

_________________


Dernière édition par Noah G. Campbell le Jeu 10 Nov - 7:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: NOAH&LUCY ≈ it's been a long day, without you my friend Ven 1 Juil - 18:21

It's been a long day
“It's been a long day without you, my friend, And I'll tell you all about it when I see you again, We've come a long way from where we began, Oh, I'll tell you all about it when I see you again”
L'intensité des reproches que Lucy adresse à Noah pourrait faire croire à un scénario inhabituel. Elle pourrait presque faire oublier que c'est en fait répétitif, qu'elle s'énerve tous les trois jours, qu'elle le laisse systématiquement partir, qu'elle se ronge le frein machinalement en attendant le retour du groupe, qu'elle dessine son sourire avec les pinceaux de l'habitude quand elle le voit franchir les grillages qui protègent vaguement le parc de Yosemite. Que le serrement d'inquiétude logé au creux de son cœur ne disparaît jamais. Il monte, il descend, selon la proximité, le but de la mission, qui accompagne le blond. Mais il ne disparaît jamais.
On ne s'habitue pas à affronter la mort.
Elle s'accroche un peu trop fort à la manette toujours logée au creux de ses mains. Cet indice du moment de joie partagé il y a quelques instant se fait oublier, de même que leurs rires, faibles mais réels. La discussion continue, les mots s'égrènent parmi la litanie monotone des impacts de goutte de pluie sur la tente. Il sait pas, ça veut dire qu'il est pas sur d'avoir les meilleurs. Lucy inspire doucement, sans bruit. Elle ferme presque les yeux en passant en revue l'état des troupes, qui pourrait, qui voudrait y aller. La plupart doivent être encore fatigués de la précédente escapade, plus longue de prévue, et n'auront pas envie de ressortir immédiatement. Ils ne font pas tous preuve de la même abnégation que Noah. La rouquine, parfois, elle voudrait qu'il soit moins altruiste, son blond de meilleur ami.
Les mots tombent, inattendus.
Le cœur de Lucy s'immobilise. La pluie semble arrêter de tomber. Si elle était poète, Lucy dirait que même le vent a arrêté de souffler. Ca, c'est pas habituel. Les iris marron de la femme remontent sur le militaire, traquent la malice, la moquerie, le piège sur ses traits fins. Mais il rajoute une phrase de précaution et le cœur de Lucy tombe dans son estomac. S'il fait son protecteur, c'est qu'il est lui, qu'il est sérieux. « Oui. » Le mot s'échappe d'entre la prison de son doute. Il court comme s'il avait peur d'être ravalé par l'hésitation, dévale la pente de sa langue rapeuse pour atterrir, s'écraser dans les tympans atterrés de Noah. « Oui, oui oui, j'veux venir avec toi. » Elle rajoute, un peu plus sure d'elle – enfin, le ton de sa voix est un peu plus sur. Son cœur balance toujours, ses entrailles se tordent sous l'assaut de la peur. Elle a jamais poussé pour participer aux expéditions quand Noah le proposait pas – ce qui arrivait rarement, mais qui arrivait suffisamment pour qu'elle garde la certitude qu'il savait malgré tout estimer sa valeur. Elle a trop de conscience de leur lien, du fait que l'inquiétude du blond pour elle pourrait suffire à les mettre en danger, du fait que sa propre envie de bien faire pourrait la pousser aux limites du raisonnable. Mais elle va pas dire non à ce genre de proposition. « C'est qu'une sortie chasse, ça va pas durer plus longtemps que nécessaire et on va pas aller dans des zones trop risquées, » ajoute-t-elle le souffle court. Elle sait pas si c'est pour convaincre Noah qu'il a eu raison de lui faire cette offre, ou pour se persuader qu'elle a bien fait d'accepter.
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas

GRAPHISTE
avatar



Our home, our rules, respect them or
Bitches receive stitches
Trolls receive eighty-sixes

Stick around if you’re housebroken
Can’t hold your shit, hold your tongue, you got to go
Should you choose to react like an imbecile
You’ll in turn be treated so


× A propos du vaccin : :
OUI

× Âge du perso : :
38

× Localisation (+ avec qui) :
Partout et nul part.

× Avant, j'étais : :
Militaire.

× Messages : :
6304

× Points de vie : :
61

× Copyright : :
FRIMELDA ( Avatar ) - SWAN ( + Signature + gifs signature ) - TUMBLR ( Gif profil )

× Avatar : :
Tom Hiddleston

× Et ton p'tit pseudo ? : :
SWAN

WANNA SEE MORE ?

http://swanlive.livejournal.com/

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: NOAH&LUCY ≈ it's been a long day, without you my friend Sam 10 Sep - 17:57

it's been a long day, without you my friend
La boule au ventre. Il a comme un  goût amère de regret qui souille ses papilles dès qu'il propose à la rouquine de l'accompagner pour une expédition. Aussi minime soit-elle, la simple idée de mettre Lucy en danger l'angoisse. Mais il doit bien avouer qu'il n'appartient qu'à elle de contrôler ses faits et gestes. Et l'écarter ainsi de chaque mission est loin d'être la meilleure idée du siècle. Lucy a besoin de renforcer ses capacités à gérer une situation angoissante. Elle-même l'ignore et évite de sortir de son cocon. Et un jour, il pourrait ne pas être là pour la protéger. Lui, ou d'autres.  

« - Oui, c'est une petite mission, il affirme, non pas pour la rassurer mais pour la tenir au courant.

Mais même l'acte le plus anodin peut devenir dangereux.

- Mais, je dois quand même te prévenir, la forêt est un endroit vicelard et on va devoir y passer pour chasser le gibier. Alors reste bien à côté de moi et garde tes deux oreilles attentives, ok ?


Le blond se redresse, prêt à sortir de la tante, avant de lever son index en l'air.

- Si un truc dérape, on pars immédiatement. Inutile de précipiter les choses, il faut qu'on y ailler petit à petit, ok ? Je t'attends dehors avec le matériel.

Maintenant qu'il a dit ce qu'il avait à lui dire, Noah lui adresse un clin d’œil ponctué d'un petit sourire complice. Ce sera eux deux et personne d'autres. Il lui doit bien ça !

----

Il attend, sagement, nerveusement. La pluie a cessé d'affliger les survivants à présent en dehors de leurs tentes. Un brin de soleil éclaire légèrement sa crinière blonde et ponctue l'effet glaçant ded ses iris opales. Noah inspire longuement, profitant d'une quiétude éphémère et d'une rareté devenue peu supportable. C'est toujours la même chose, chaque petit moment de solitude devient salvateur. Il a toujours été ainsi, au détriment de ses proches. Proches qui à son grand soulagement, n'ignorent pas l'affection qu'il  leur porte. Il imagine facilement Auregan aller de tente en tente pour vérifier si chaque survivant se porte bien, avec cet éternel besoin de se sentir utile pour chacun. Ils partagent parfaitement cet état d'esprit. Et c'est pour ça que tout marche toujours aussi bien entre eux. Même s'il a hâte de la retrouver à la fin de la journée pour profiter d'un moment de solitude avec elle, l'idée de passer du temps avec Lucy motive le survivant. La perspective de lui apprendre deux trois petits tours de passe-passe lui donne même le sourire. Il a toujours aimé se montrer pédagogue. Lorsqu'une crinière rousse apparaît enfin, le blond se lève et l’accueille avec ce même sourire large et avenant.

- Prête à planter tes flèches, cupidon ? »

D'un geste de la main, l'ancien militaire lui ébouriffe la crinière.
Attendant ses protestations veines avec un air de malice dans le regard.


FICHE PAR SWAN.

_________________


Dernière édition par Noah G. Campbell le Jeu 10 Nov - 7:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: NOAH&LUCY ≈ it's been a long day, without you my friend Mar 11 Oct - 13:12

It's been a long day
“It's been a long day without you, my friend, And I'll tell you all about it when I see you again, We've come a long way from where we began, Oh, I'll tell you all about it when I see you again”
E
lle est dans sa tente, à quatre pattes, à fouiller le minuscule espace. Comme s'il y avait le moindre risque qu'elle rate quelque chose, elle continue à ratisser chaque centimètre carré de son logement, frénétique. Elle a dit oui, Lucy, oui avec les yeux qui brillent et le cœur qui bat et les mains qui tremblent, et maintenant elle sait plus. Elle sait plus si elle a bien fait. « Allez, Lulu, arrête ça maintenant. » Elle se parle à elle-même, doucement. Elle se force à arrêter de bouger dans tous les sens, la fuite dans le sur-place. Elle inspire doucement et elle se redresse, ouvrant lentement la fermeture éclaire de sa tente. Un soleil amical a remplacé la pluie battante, comme pour l'encourager. Elle respire un peu plus simplement à cette vue ; et surtout, elle se calme complètement quand ses yeux clairs se posent sur la silhouette fière de Noah. Elle se souvient, avec la soudaineté de la certitude, à quel point elle lui fait confiance. Un sourire orne désormais ses lèvres fines et elle s'extrait de là, Lucy, pour rejoindre son meilleur ami. Elle referme rapidement le petit abri, vérifiant malgré tout d'un dernier regard circulaire qu'elle n'a rien oublié. La manette qu'il lui a offert quelques minutes auparavant trône sur son petit oreiller gris. Elle a hésité à la prendre avec elle, mais elle ne voulait pas risquer de la perdre. Et, la perdre, ça ressemblait un peu trop à la peur de ne pas revenir. Avec un hochement vif de la tête, elle pivote vers Noah.
« Eeeh ! » Avec un rire et une protestation enfantine, elle tente vaguement d'empêcher Noah de la décoiffer. Mais c'est sans grande conviction ; et puis, de toute façon, sa crinière rousse n'est plus vraiment domptée depuis des mois. Elle pourrait presque se faire des dreadlocks tellement c'est le bordel sur le haut de son crâne. C'est à cause des jolis yeux d'Iseul qu'elle a recommencé à soigner un tout petit peu son apparence. « Let's go ! » Elle a les yeux rieurs, l'enthousiasme dans les veines. Elle secoue ses pieds enfermés fermement dans ses Doc, elle fait des étirements comme si elle savait exactement ce qu'elle faisait, elle tourne la tête vers le militaire avec une moue malicieuse. Et puis, dans la complicité de leur amitié, ils sont partis. Un frisson parcourt son échine quand ils franchissent les grillages qui séparent Yosemite du reste du monde. Quand ils pénètrent dans la forêt, le soleil ne les atteint plus directement et un vent frais danse dans les feuilles. Ca donne une atmosphère toute particulière à l'endroit. Lucy chuchote : « On chasse pas ici du coup ? Il n'y a plus rien, ou c'est trop dangereux ? » Elle reste alerte, les sens en éveil. Ca lui paraît étrange, au premier abord, que la forêt ne soit qu'un passage et pas leur but : c'est pas ici, normalement, qu'il y a du gibier ? « On cherche quoi, au juste ? » rajoute-t-elle après une courte seconde. C'est peut-être la peur, peut-être l'excitation, mais elle tient pas trop en place. Elle préfère des consignes exactes plutôt que suivre à l'aveugle Noah. Même si elle lui fait absolument confiance. C'est plutôt à elle qu'elle se fait pas confiance.
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas

GRAPHISTE
avatar



Our home, our rules, respect them or
Bitches receive stitches
Trolls receive eighty-sixes

Stick around if you’re housebroken
Can’t hold your shit, hold your tongue, you got to go
Should you choose to react like an imbecile
You’ll in turn be treated so


× A propos du vaccin : :
OUI

× Âge du perso : :
38

× Localisation (+ avec qui) :
Partout et nul part.

× Avant, j'étais : :
Militaire.

× Messages : :
6304

× Points de vie : :
61

× Copyright : :
FRIMELDA ( Avatar ) - SWAN ( + Signature + gifs signature ) - TUMBLR ( Gif profil )

× Avatar : :
Tom Hiddleston

× Et ton p'tit pseudo ? : :
SWAN

WANNA SEE MORE ?

http://swanlive.livejournal.com/

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: NOAH&LUCY ≈ it's been a long day, without you my friend Mar 1 Nov - 18:47

it's been a long day, without you my friend
Il en revient pas. Il en revient vraiment pas d'avoir fait une connerie pareille. Noah inspire longuement en vérifiant le magasin de son flingue pour la énième fois. Non mais quelle putain d'hérésie.

« - 'chier, qu'il crache entre ses lippes légèrement gercées par le manque d'hydratation.

C'est vraiment la meilleure, ça. A court de plan, le voilà qui décide d'opter pour la solution la plus merdique : Mettre Lucy en danger. Ok, il exagère, dramatise et extrapole. Mais il doit se faire à cette nouvelle situation, la rouquine n'a jamais couru de risques inutiles en quatre ans, et certainement même depuis toujours. Et c'est à lui que revient la lourde tâche de la faire sortir d'une nouvelle coquille. Il a su briser la première, et pas la moindre. Sa peur du monde, dans tous le sens du terme. Et encore, les progrès ne sont visibles qu'avec certains cas. Soit pas des masses. Le blond fronce les sourcils en vérifiant qu'il a bien mis des cartouches dans son sac et sa ceinture, une arbalète dans son dos puis jette un coup d’œil à la lisière des bois. Il a choisi un coin isolé où les rôdeurs sont quasiment inexistants, mais où les accès sont praticables et nombreux en cas de besoin. Un bien comme mal, et vice versa. Une petite voix le sort soudainement de ses songes et l'oblige à lever ses opales vers une minuscule rousse sautillante. Ca, ça lui arrache un sourire franc. Faudrait qu'elle lui dise d'où elle pompe toute cette énergie, même factice. Lui, il a l'impression d'avoir vieilli de dix ans d'un coup. Quel âge ça lui fait déjà ? Bientôt 38 piges. Aïe. Il est homme avant d'être ancien militaire. Et tout est dans le mot. Foutu de temps qui passe.

- Eehhh ! Je fais en agitant la main et en imitant ses manières. Je joins les gestes aux paroles en sautillant sur place.

C'est ce que le Noah de tous les jours, celui pour qui tout roule, fait en général. Je m'arrête et accroche mes doigts aux lanières de mon sac, baisse les yeux au fur et à mesure qu'elle approche, attaque sa crinière et lui lance une petite vanne pour jouer le rôle du parfait frangin trop lourd. Le survivant lui fait ensuite signe de l suivre, tout en vérifiant son arsenal. Ca le rassure de voir qu'elle a pensé à tout.

- Non, pas ici, il lui répond en avançant pour entrer dans la forêt. Garde bien ton flingue à portée de mains, surtout. Tu te souviens de nos cours de tire ?

Oui, parce qu'ils ont quand même exploré ce sujet. Tout le monde y est passé. Noah a même une pensée douloureuse pour Luke, ce gosse qu'il a perdu de vue après l'explosion de la zone 51. Un bon moment, donc. Il ne sait même pas s'il est toujours vivant. Il n'a eu vent que de quelques rumeurs, et a toujours fait mouche. L'angel Camp en est l'exemple parfait. Une bande de pillards et une traînée de cadavres ... Ce petit avorton lui manque vraiment bien plus qu'il ne l'aurait imaginé. Et ça l'emmerde, de se soucier d'autant de mondes en même temps.  Le blond relève la tête, réalisant que Lucy attend une réponse de sa part depuis bien deux minutes. Il espère qu'il avait l'air constipé de celui qui réfléchit trop lentement. La fatigue, c'est la meilleure excuse.

- On voit si on trouve du gibier pour pouvoir nourrir tout le monde. Donc en gros, on cherche soit une grosse bestiole, soit plusieurs petites. Le tout, c'est de surtout pas faire de bruit, murmure Noah en guettant le moindre mouvement. Si tu vois un rôdeur, préviens-moi. On doit les tuer à mains nues, je m'en chargerai. Faut aussi utiliser le moins de balles possibles pour éviter de les attirer et d'effrayer le gibier, on va commencer par trouver les pièges que j'ai installé hier. On les repère grâce aux cordelettes accrochées aux branches. »





FICHE PAR SWAN.

_________________
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: NOAH&LUCY ≈ it's been a long day, without you my friend Mar 10 Jan - 15:55

It's been a long day
“It's been a long day without you, my friend, And I'll tell you all about it when I see you again, We've come a long way from where we began, Oh, I'll tell you all about it when I see you again”
« Hmhm. » Lucy hoche la tête et murmure son assentiment quand Noah confirme l'impression qu'elle avait. « Oui, bien sur, » ajoute-t-elle pour rassurer le grand blond, tout en se remémorant les gestes qu'il lui a enseigné. Vérifier que la sécurité a été désactivée, viser, respirer, tirer, ne pas se laisser surprendre par l'impact du coup de feu sur la cible et sur soi. C'est ce dernier point surtout qui lui a posé problème lors de leurs cours. Ayant joué des heures à des jeux vidéos lui ayant enseigné des détails techniques à propos d'armes diverses et variées, elle a pourtant réalisé la différence essentielle que représentait le fait de physique, personnellement, intimement, tirer un pistolet. Secouant doucement ses cheveux roux, Lucy continue à suivre Noah, attendant la suite des explications. Le silence du militaire ne la gêne pas, ne la questionne pas. Elle a l'habitude de sa présence, et elle sait que la discrétion est mère de sureté, surtout dès que l'on quitte l'enclos vaguement sécurisé du campement de Yosemite. Elle se sent bien à ses côtés, malgré le vrombissement dans son ventre qui lui indique que la peur est toujours là. Ca aussi, c'est paradoxalement agréable. Ca lui rappelle qu'elle est encore vivante, que son instinct de survie fonctionne toujours. Elle garde les yeux alertes et essaie d'avoir le pas léger, en s'inscrivant dans le sillage de Noah. Elle tend l'oreille, tente de comprendre le langage de la nature. Elle retient un petit soupir en se maudissant pour la millième fois de ne pas avoir appris pleins de petits faits utiles quant à la survie en milieu hostile, avant, dans ce passé lointain où elle avait un accès illimité à l'Internet et à sa connaissance infinie. Elle se maudit, songeant aux milles choses que son cerveau a retenu à propos d'univers fictifs, à propos de recettes de noodles, à propos de composants chimiques, à propos de langages informatiques, à propos de gouvernements louches. Mais elle n'a pas pris la peine de s'interroger quant aux bêtes qui peuplent les bois des différents Etats d'Amérique. Elle n'a jamais été fascinée par les qualités nutritives des plantes sauvages. Elle n'a pas étudié avec un soin obsessionnel la géographie du pays et les effets des saisons sur les courants d'eau et les vallées. Si elle avait su que l'apocalypse arrivait, elle aurait été prête. Mais elle a toujours été convaincue qu'elle avait le temps de mourir et de ressuciter plusieurs fois avant que ce ne soit le cas. Elle a toujours été convaincue qu'elle vivrait sa vie accrochée à un écran. Elle a toujours été convaincue que la seule apocalypse possible de son vivant serait de type technologique, et qu'elle possèderait l'arme ultime au bout de ses dix doigts.
Elle avait tort.
Elle resserre les doigts sur sa ceinture, sent la forme lourde de l'arme à feu qu'elle a pris avant de quitter Yosemite. « Ok, » murmure-t-elle entre ses dents en cochant des cases visuelles virtuelles : petit gibier, gros gibier. Puis elle écoute les consignes de sécurité de Noah, un sourire visqueux collé de travers sur ses lèvres. Elle ne dit rien, ne souligne pas le fait qu'elle sait ces choses-là, qu'elle n'a pas survécu quatre ans à ses côtés sans connaître l'ABC du survivant. Elle sourit seulement, parce qu'elle sait que cela le rassure, qu'il a besoin de s'accrocher à quelque chose de certain pour ne pas immédiatement faire demi-tour et la ramener en sureté dans la minute qui suit. Au lieu de s'attarder là-dessus, elle laisse sa main s'attarder sur l'épaule de l'homme et s'éloigne légèrement de lui afin de vérifier les arbres alentours. Ses yeux ne sont pas habitués à fouiller la verdure, à distinguer les branches des arbres. Et elle doit toujours faire attention à son pas, à sa discrétion. Elle devrait travailler cela, de retour au camp.
Mais elle finit par repérer une cordelette avec quasi-certitude, et elle doit prendre sur elle pour ne pas lacher une exclamation de victoire et appeler Noah à ses côtés immédiatement. En quelques pas, elle a rejoint le militaire. « Hey, j'en ai trouvé un ! » chuchote-t-elle d'un air excité. Impossible que la joie enfantine, pure, ne se transmette pas de suite à son ami. Impossible qu'il reste impassible et effrayé quand elle lui sourit ainsi, qu'elle peine à tenir en place, qu'elle brille de fierté. Elle espère seulement qu'il saura profiter autant qu'elle de ce moment entre eux deux, trop rare ces derniers temps, et qu'il mesurera l'ampleur de son influence sur elle. Elle pointe du doigt l'arbre, et la cordelette qui se détache, blanche sur le fond vert sombre, un peu trop haute pour qu'elle ne puisse l'atteindre.
© Starseed
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas

GRAPHISTE
avatar



Our home, our rules, respect them or
Bitches receive stitches
Trolls receive eighty-sixes

Stick around if you’re housebroken
Can’t hold your shit, hold your tongue, you got to go
Should you choose to react like an imbecile
You’ll in turn be treated so


× A propos du vaccin : :
OUI

× Âge du perso : :
38

× Localisation (+ avec qui) :
Partout et nul part.

× Avant, j'étais : :
Militaire.

× Messages : :
6304

× Points de vie : :
61

× Copyright : :
FRIMELDA ( Avatar ) - SWAN ( + Signature + gifs signature ) - TUMBLR ( Gif profil )

× Avatar : :
Tom Hiddleston

× Et ton p'tit pseudo ? : :
SWAN

WANNA SEE MORE ?

http://swanlive.livejournal.com/

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: NOAH&LUCY ≈ it's been a long day, without you my friend Dim 29 Jan - 16:06

it's been a long day, without you my friend
Ils explorent. Pour la première fois, ils sont à égalité sur le terrain. Malgré l'angoisse de Noah, ce dernier réalise à quel point il avait besoin de ça. D'un simple petit moment avec sa meilleure amie pour souffler. Pour prendre l'air, la distance. L'ancien militaire sans une pointe de culpabiliter germer dans sa caboche alors que la rouquine continue l'exploration. Il l'a trop délaissée depuis quelques temps. En vérité, après les retrouvailles avec Augeran, il a été occupé à diviser son temps pour les deux jeunes femmes. Est-ce que Lucy lui en veut ? Il l'ignore, mais il comprendrait. Le survivant jauge l'espace de ses émeraudes claires, renifle et inspire goulûment l'air frais. Il est doué à ce petit jeu, mais c'est Lucy qui repère la première une proie coincée dans l'un des pièges.

« - Eh ! Bien joué, s'exclame le blond en approchant d'un ai enjoué. C'est déjà ça de gagner pour ce soir.

La perspective d'un vrai repas remonte toujours le moral des survivants. Le simple fait de voir le visage rayonnant de de Lucy lui met du baume au cœur. Le trentenaire se redresse, lève un bras et agrippe le gibier qu'il détache grâce à son couteau de chasse. La carcasse est encore tiède. Noah tend l'énorme lièvre aux oreilles pendantes à bout de bras, tout en soupirant.

-Pauvre bestiole …

Le besoin de se nourrir pour poursuivre ne l'empêche de ressentir quelque chose en voyant la carcasse inanimée de l'animal. Noah l'attache à son épaule, laissant pendre le cadavre pour pour pouvoir continuer tout mouvement.

- Y nous en faudrait encore deux ou trois de cette taille pour pouvoir faire la soirée … Tiens, tu veux parier ? Moi je te dis qu'on va choper pleins d'écureuils ! C'est eux qui survivent le mieux. T'en dis quoi ? Sourit l'ancien militaire en rangeant sa lame.

C'est simple, paisible. Il se détend légèrement, sans pour autant abandonner la prudence. Toujours sur le qui-vive et l’œil aux aguets, Noah reprend les vieilles habitudes avec Lucy. Pourtant, des questions le démangent. Depuis quand n'ont-ils pas eu une vraie conversation sérieuse ? Une éternité. Noah renifle, la main toujours près de son arme accrochée à sa ceinture. Il va bien falloir qu'il se lance, au bout d'un moment. Parce qu'il a besoin de savoir. Il a besoin de souffler.

- Dis, j'peux te parler sérieusement ?... » Demande-t-il finalement, les sourcils froncés et l'air grave.


FICHE PAR SWAN.

_________________
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: NOAH&LUCY ≈ it's been a long day, without you my friend Mar 7 Fév - 9:02

It's been a long day
“It's been a long day without you, my friend, And I'll tell you all about it when I see you again, We've come a long way from where we began, Oh, I'll tell you all about it when I see you again”
C'est l'enthousiasme dans l'air qui fait vibrer ainsi leurs sourires, cet enthousiasme tranquille dans la sûreté de leur amitié, cet enthousiasme qui les a fait continuer tous les deux quand l'espoir semblait mort, disparu, perdu dans les limbes d'un passé révolu. Malgré la peur constante et l'attention toujours éveillée dans un coin de l'œil, les deux compagnons profitent d'un rare instant de quiétude, un joyau rien qu'à eux au milieu du champ de bataille permanent. Lucy secoue la tête un peu trop énergiquement, disproportionnément fière de sa trouvaille ; mais c'est ainsi qu'elle s'y prend pour cacher la tristesse obscure qui l'envahit de plus en plus, ainsi qu'elle fonctionne. Elle garde en elle, au bout de ses angoisses, les dents noirs qui grignotent son existence. Elle partage ce trop plein de positif, ce sourire qui ne faillit jamais, ces yeux qui regardent avec une confiance sans fin. Elle offre tout ce qu'elle possède à cet homme qui lui a redonné foi en l'humanité, qui la force à accepter que tout n'est pas tout à fait pourri : il en est la preuve vivante. Alors elle lui donne tout ce qu'elle peut dans l'espoir qu'il puise dans son énergie afin de lui donner de l'énergie, qu'il trouve en elle les ressources qui font que lui la motive à son tour.
Elle observe Noah détacher le lapin avec des gestes abiles, témoins s'il en fallait de son adresse et de son savoir faire. Sans vraiment le réaliser elle tend les doigts vers la carcasse et touche le poil dru ; la chaleur relative qui émane encore du corps sans vie la surprend. Elle met prestement fin au contact, ses sourcils roux froncés, ses yeux clairs fixés sur l'animal. Elle déglutît difficilement. Elle n'avait jamais vu leurs repas comme des animaux, jamais vraiment, n'avait pas fait le lien entre les morceaux de viande partagés entre leurs bouches avides et les images poétiques des dessins animés de son enfance. "Pauvre bestiole..." Répète-t-elle absentément.
Elle se force à détourner le visage, relève ses pupilles noirs sur son meilleur ami. "C'est pas hyper agile, les écureuils? Ils se prennent à ce genre de piège?" Elle sourit, imaginant les rongeurs contourner les appâts laissés ça et là par les chasseurs. Mais son ventre gargouille et lui rappelle la nécessité qui existe à trouver quelque chose, n'importe quoi, même l'adorable Pan Pan. Elle hausse les épaules pour elle et se remet à chercher du regard les pièges laissés par Noah et Fred. La voix de son meilleur ami la retient d'avancer de quelques pas supplémentaires. Elle lève le menton pour observer le visage de Noah, et son expression soudain sérieuse qui va de paire avec le ton qu'il a utilisé. "Euh, oui bien sur," répond-elle, sourcils froncés et mine soucieuse.
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Certainement pas !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21941

× Points de vie : :
404

× Copyright : :
© schizophrenic (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: NOAH&LUCY ≈ it's been a long day, without you my friend Sam 11 Mar - 18:48

RP archivé suite au départ de Lucy. I love you

_________________
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: NOAH&LUCY ≈ it's been a long day, without you my friend

Revenir en haut Aller en bas

NOAH&LUCY ≈ it's been a long day, without you my friend

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS-