home is where the heart is + jackson/alycia
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
Le 10/11/2016 : le forum a quatre ans & sa saison 5 est mise en place. Le 27/08/2017 : 24ème version du forum installée. Les awards & autres nouveautés sont à consulter ici.
Oh la la qu'est-ce que vouuuuus aiiiiiime !! coeurrose lele Et si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ?

Partagez| .

home is where the heart is + jackson/alycia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: home is where the heart is + jackson/alycia Dim 20 Mar - 17:43

home is where the heart is
Il n’avait pas été facile de les convaincre. Ca avait même été un enfer. Mais quand Ethan avait baissé sa garde, elle n’avait pas hésité une seule seconde à s’infiltrer dans la brèche, mettant en place une stratégie pour que les hommes puissent le porter à tour de rôle, aidé de la couverture de survie. Le voyage avait été pénible et plus personne n’avait prononcé un mot. Ethan avait parcouru les derniers kilomètres, le visage de Jackson ballotant sur son épaule, sans râler une seule fois, les sourcils froncés entre frustration et fatigue. Elle avait conscience d’en avoir bien trop demandé mais elle ne pouvait pas se résoudre à le laisser là pour mort, au milieu de la forêt. Aussi la blonde n’insiste pas quand après avoir déposé le corps inanimé sur un des lits de l’infirmerie, Ethan repart sans dire un mot. A vrai dire, elle en est même soulagée, n’ayant aucune envie de lui expliquer comment elle connaissait cet inconnu sorti de nulle part, ni toute son histoire personnelle. Elle n’en avait d’ailleurs parlé à personne depuis qu’elle était arrivée ici, se contentant des grandes lignes sans rentrer dans les détails. Deux parents morts depuis le début de l’épidémie, beaucoup de fuite, peu de repos. Sa formation d’infirmière avait fortement fait pencher le poids dans la balance pour qu’on la laisse rester ici et profiter du camp sans trop approfondir l’interrogatoire. Les personnes qualifiées en soins médicaux se font de plus en plus rares et elle sait ses compétences précieuses. Suffisamment pour qu’un groupe d’hommes butés accepte de céder à ses demandes, en pleine forêt, même si elle sait pertinemment que la décision du chef d’expédition n’a rien à voir avec sa formation professionnelle. Les sentiments sont bien plus complexes, surtout quand on a l’impression de pouvoir s’éteindre du jour au lendemain, de devoir profiter de chaque instant pour tisser des liens avec les autres, avant qu’il ne soit trop tard. Tout ça avait des airs d’instinct de survie. Mais elle ne pouvait pas lui reprocher, elle-même était rentrée dans son jeu même si ses sentiments restaient au point mort.

Seule dans l’infirmerie avec Jackson, elle prend un instant pour reprendre son souffle et retirer sa veste aux imprimés militaires qu’elle dépose sur une couchette adjacente. Il a l’air tellement paisible comme ça. Comme endormi, parti vers des rêves agréables, loin de l’horreur de ce monde. Elle s’assoit au bord de son lit, entreprenant de défaire les lacets de ses chaussures crottées avant de le couvrir. Les gestes sont presque mécaniques alors qu’elle se lave les mains avec application, relève ses cheveux en queue de cheval. Prendre sa température. Vérifier sa tension. Son pouls est plus régulier, lui laissant échapper un soupir de soulagement. Il avait dû tomber dans les pommes à force de déshydratation, peut-être d’une hypoglycémie. Mais il s’en remettrait. Il fallait qu’il s’en remette. L’infirmière méthodique installe une perfusion sous-cutanée, piquant l’intérieur de son coude avec le cathéter. On lui reprochera sûrement de gâcher du matériel pour une personne inconnue du camp mais tant pis, elle accepte de prendre le risque sans même penser aux conséquences. Les soins les plus nécessaires enfin terminés, elle s’interrompt quelques secondes, attrapant une compresse humide et fraîche pour la passer sur son front. « Jackson … Pourquoi est-ce que t’es parti ? » Les mots lui échappent dans un mur alors qu’elle se pince les lèvres, tentant de ravaler les larmes qui inondent ses yeux et brouillent sa vue. Mais le mal est déjà fait et pour la première fois depuis plus de six mois, elle pleure. Quelques gouttes seulement qui viennent couvrir ses joues et qu’elle essuie du revers de la main, inspirant profondément.

Il n’y avait plus qu’à attendre et c’est sûrement le plus pénible quand on veut vraiment que quelque chose fonctionne. Il fallait qu’il se réveille, il le fallait. Sans quoi elle ne pourrait pas continuer à avancer. Pas après avoir perdu encore quelqu’un entre ses mains. Aussi, elle trouve place sur la couchette d’à côté, s’y allongeant, la veste militaire pliée en boule pour lui servir d’oreiller. Son regard ne quitte pas le visage endormi de Jackson. Elle ne se rend même pas compte de ses paupières qui se ferment lentement alors qu’elle plonge dans un demi-sommeil.
(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: home is where the heart is + jackson/alycia Dim 20 Mar - 23:06


Home is where the heart is

Alycia & Jackson

Le bruit d'une lame qui se plante dans la cervelle d'un rôdeur, un frisson parcourant son corps et le craquement des branches lorsqu'il chuta. Voici les seuls souvenirs de Jackson. Après ce dernier geste désespéré, sa vue s'était floutée et il s'était laissé sombrer dans ce néant qui en était presque devenu apaisant. Un vrai moment de répit dans un monde qui était devenu éreintant. Le jeune Wilde avait toujours eu un mental d'acier, mais pour la première fois depuis le début de l'épidémie, il baissait les bras. Son corps carencé ne tenait plus le coup. Sa solitude était devenue pesante, même s'il aimait proclamer haut et fort qu'il resterait seul jusqu'au bout. Bien sûr, il avait tenté de se greffer à des groupes, mais cela s'était toujours soldé par des échecs. Pourtant, la survie en groupe était bien plus "supportable", mais son cerveau bien trop buté avait du mal à l'assimiler pleinement. Il avait préféré se voiler la face en se disant que la solitude était la meilleure solution. Voilà où cela l'avait mené : à un point de non-retour. L'envie de se battre encore une fois avait laissé place à un ras-le-bol général.

Dans les vapes et face contre terre, il entendit malgré tout des bruits de pas près de lui. Ses doigts se resserrèrent instinctivement autour du manche de son couteau. C'était des rôdeurs, probablement. Ceux qui allaient signer son arrêt de mort et mettre fin à quatre années de survie assez tumultueuses. Mais quand des voix humaines se firent entendre, Jackson voulut réagir, leur dire de foutre le camp et de le laisser ici. Ces inconnus allaient sûrement le dépouiller de son arme, de ses quelques vivres et de sa maigre trousse de secours. Un butin, malgré tout L'apocalypse avait décidément ruiné toute once d'humanité chez les survivants. Mais aucun mot ne franchit les lèvres du jeune homme et aucun geste ne pouvait prouver qu'il ne se laisserait pas faire. Son corps ne répondait plus. Jackson était déjà parti bien trop loin pour réagir, pour laisser son instinct de survie intervenir une dernière fois.

Quelle fut donc sa surprise lorsque, quelques heures plus tard, il ouvrit ses yeux et découvrit qu'il n'était plus dans cette clairière maudite, mais bien à l'abri et couvert dans un lit douillet ! Il mit de longues secondes à retrouver pleinement ses esprits. Son corps était lourd, ses muscles douloureux, mais les frissons qui parcouraient son être avaient, quant à eux, disparu. C'était un confort qu'il avait pleinement oublié. Il se redressa légèrement et posa ses yeux sombres sur son bras droit, où l'on avait planté un cathéter, auquel une perfusion était rattachée. Jackson ne comprenait plus rien et forcément, cela attisait davantage sa méfiance. Au fil des années, il était presque devenu paranoïaque, au point de ne plus avoir confiance en quiconque. D'un geste brusque, il arracha sa perfusion, réprimant un grognement de douleur et se fichant complétement du sang qui coulait. Pour cause, il venait à peine de s'apercevoir qu'il n'était pas seul dans la pièce, preuve qu'il était encore bien sonné. Instinctivement, il porta sa main à la ceinture de son jean où se trouvait son couteau. Mais il trouva l'étui vide, ayant laissé son arme fétiche bien au chaud dans le crâne d'un zombie. Il lâcha un juron, mais très vite, son regard sombre se posa sur un lot d'outils médicaux. Se levant doucement - pour ne pas faire de bruit et pour ne pas tomber - il finit par empoigner un scalpel. Ainsi armé, il se tourna vers la silhouette, les yeux plissés, tentant de combattre ce vertige qui l'animait. La silhouette était féminine. Il avança jusqu'à son lit, mais quand il fut en mesure de voir son visage, Jackson se décomposa aussitôt. Elle avait un visage d'ange et des cheveux blonds comme les blés. Tout lui rappelait cette fille. Cette fille qu'il avait perdu quatre ans auparavant et qui s'avérait être sa plus grosse perte, avec celle de son frère. Non. Cela ne pouvait pas être possible. Cela ne pouvait pas être elle. Pas après tant d'années. Pas dans de telles conditions. Peut-être était-il en train d'halluciner ? Peut-être que, dans un excès de folie, il revoyait tous les fantômes de son passé ? Il avait l'occasion de s'enfuir et pourtant Jackson restait là, planté en plein milieu, le bras en sang et l'air hébété. Il avait besoin de savoir. Un simple prénom s'échappa de ses lèvres :

Alycia ? - Il tendit fébrilement une main vers elle, mais stoppa rapidement son geste, laissant son bras retomber le long de son corps. Ses doigts se resserrèrent sur son scalpel alors que son regard s'anima d'une lueur de méfiance -  ça ne peut pas être toi...
© HELLOPAINFUL
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: home is where the heart is + jackson/alycia Lun 21 Mar - 0:11

home is where the heart is
Son sommeil est agité et difficile. Comme à chaque fois qu’elle ferme les yeux, les premières images qui lui viennent sont sanglantes et dérangeantes. Il lui faut de longues minutes avant de trouver un peu de calme, sa respiration s’apaisant alors qu’elle ne s’installe plus confortablement sur le lit. L’excursion l’avait épuisé, tout comme les nombreuses émotions qui l’ont traversé au cours de cette journée. Ses jambes sont encore engourdies des près de vingt kilomètres qu’ils avaient parcourus dans des conditions difficiles, en grande partie par sa faute même si elle jugeait ce mal nécessaire et refuserait de revenir dessus. C’était la bonne décision à prendre. Le grognement qu’il émet ne la réveille même pas, se contentant de respirer plus profondément avant de replonger dans ses rêves autour des événements traumatisants de sa survie. Elle aurait aimé pouvoir imaginer ce que ça aurait été si elle avait pu sauver son père, sa mère. S’ils avaient pu rejoindre Angel’s Camp tous ensemble, partager la même maison. Mais cette utopie n’apparaissait jamais dans ses cauchemars. Un nouveau bruit métallique vient troubler son sommeil. Ses paupières tressautent doucement avant qu’elle ne parvienne à ouvrir les yeux.

Il lui faut quelques secondes pour comprendre ce qui se passe et réagir à l’appel de son prénom. Son regard se lève vers l’homme qu’elle a sauvé aujourd’hui. Il n’est plus couché et aussitôt, elle pense à son état de santé, au fait qu’il devrait rester allongé pour reprendre des forces. Son affirmation la glace jusqu’au sang alors qu’elle remarque enfin le scalpel qu’il tient fermement. Sa perfusion a été arrachée et pend au bout de la poche qu’elle a installé et c’est peut-être ce qui l’inquiète le plus, avant le fait qu’il la menace à l’arme blanche et semble ne pas la reconnaître. Dans son envie de le sauver, elle n’avait même pas envisagé l’hypothèse qu’en quatre ans, il avait pu perdre la tête. Que la survie ait pu le changer du tout au tout. La blonde se redresse lentement sur la couchette, cherchant son regard. Elle lève les mains en signe de paix, la gorge nouée. Ses yeux se remplissent à nouveau de larmes et il lui faut faire preuve d’un effort considérable pour ne pas fondre en sanglots immédiatement. « Jackson …. » Elle chuchote à peine, l’articulation est difficile alors qu’elle tente de chasser le voile trouble qui couvre sa vue. Elle tente de rester aussi calme que possible. Inspire. Expire. Lentement. Ne pas céder à la panique maintenant. Ne pas alerter les autres ou il pouvait être certain qu’il serait mis immédiatement à la porte. « C’est moi. Alycia. Alycia Hawkins. Tu travaillais au bar de mes parents. On était dans le même lycée à San Francisco. » Elle essaye de faire le point dans sa tête alors qu’elle se lève. Lentement, un geste après l’autre pour ne pas risquer de le brusquer. Lui répéter les éléments de leur vie passée lui semble être la seule chose cohérente à faire à ce moment-là. Comment pourrait-elle savoir tout ça si elle n’était pas vraiment elle-même comme il semblait le croire ? « Tu étais inconscient dans la forêt et on t’a ramené ici. Tu es déshydraté et en hypoglycémie. Tu as sûrement la tête qui tourne et c’est normal, il faut que tu restes sous perfusion. » Elle inspire profondément, les mains toujours en l’air. Un pas, rien qu’un pas. C’est ce qu’elle fait dans sa direction, le risque qu’elle prend sans le quitter un seul instant du regard. « Jackson s’il-te-plait. C’est moi, Alycia. » A ces mots, les larmes montent à nouveau à ses yeux et elle ne peut retenir l’une d’entre elles de s’échapper et de rouler sur sa joue. Elle tend une main vers lui, en direction de la sienne. Mais pas celle dans laquelle il serre toujours l’objet tranchant. Parce qu’elle veut se convaincre qu’il ne lui fera pas de mal, qu’il ne va pas l’égorger dans un excès de folie. C’est sûrement un risque compte tenu des circonstances mais elle décide de le prendre, d’écouter son cœur plutôt que sa raison pour une fois. Elle effleure à peine sa main du bout des doigts, cherchant une accroche, n’importe quoi, pour ne pas flancher définitivement. « Je sais que tu ne me feras pas de mal. » Sa voix est plus ferme et assurée que l’image qu’elle doit renvoyer, les yeux rouges et gonflés de larmes, les mains et les lèvres tremblantes.
(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: home is where the heart is + jackson/alycia Lun 21 Mar - 22:46


Home is where the heart is

Alycia & Jackson

La jeune femme s'était redressée et Jackson l'avait observé sous toutes ses coutures. Tout montrait qu'il était sur ses gardes : sa main tenait fermement son arme de fortune, sa mâchoire était serrée, son corps était raide, rassemblant ses quelques forces pour être prêt à bondir. Au cas où. Pourtant, la blonde semblait inoffensive. Ses mains étaient levées et son regard semblait dénué de toute envie combative. Plus il l'observait et plus le jeune Wilde était troublé. Tout en elle lui rappelait Alycia. Jackson avait décidément du mal à retrouver ses esprits, à se dire que non, il ne rêvait pas, mais qu'il était bien dans la réalité. Ces quatre dernières années, il avait perdu tout espoir de retrouver les Hawkins. Il les avait même cru morts. Se retrouver ici, devant Alycia, semblait donc bien trop gros pour ce jeune homme qui ne croyait pas au hasard, au destin ou aux miracles. Pourtant, quand elle prononça son prénom et qu'elle évoqua leur passé commun au sein du bar familial, la main de Jackson se mit à trembler brièvement. "Réveille-toi !" finit-il par lâcher entre ses dents, se parlant à lui-même afin de se persuader une nouvelle fois qu'il était dans un mauvais rêve. Mais quand elle se leva, il redressa son scalpel et lança avec froideur "Ne bouge pas !". Il n'avait pas peur d'elle, c'était plutôt de lui qu'il avait peur. Peur de ce qu'il était devenu. Peur de ce qu'il pouvait faire par instinct de survie. Jackson n'avait pas tué que des zombies. Un homme était tombé entre ses mains. C'était accidentel, une bagarre qui avait mené sur une mauvaise chute. C'était même de la légitime défense. Mais depuis ce jour, le jeune homme se voyait comme un monstre.

La voix de la jeune femme le fit sortir de ses pensées. Elle lui expliquait comment elle l'avait trouvé, lui donnant même les raisons de ce tournis incessant. Mais Jackson avait seulement retenu le "on" qu'elle avait énoncé. Elle n'était donc pas seule ici. Le jeune homme tourna la tête, regardant par la fenêtre afin de guetter toute présence étrangère. Mais la nuit était tombée, renforçant ce sentiment de méfiance. Il reporta rapidement son regard sur elle quand il la vit avancer vers lui. Elle allait finir par se prendre un coup de scalpel ! Mais quand il croisa son regard clair, embué par les larmes, un souvenir du passé lui revint en tête, brusquement et brutalement. Il avait déjà vu Alycia en larmes. Il avait déjà croisé ce regard, un soir, alors qu'il était retourné dans le bar après avoir oublié son téléphone. Ils étaient encore de simples adolescents. Alycia avait subi une peine de coeur et avait attendu d'être seule pour craquer. Seulement, Jackson s'était mis sur son chemin. Leurs regards s'étaient croisés et un long silence s'était imposé. Le jeune homme avait été incapable de dire quoique ce soit, mais son regard en avait dit long. Aujourd'hui, la situation se représentait. Et cela fut un électrochoc pour lui. Les larmes de la jeune femme atténuèrent la folie qui s'était immiscée dans le regard noir de Jackson. Elle avança de nouveau et tendit une main vers lui, ses doigts effleurant sa peau. Il avait fini par oublier la douceur de ces gestes. Les nouvelles paroles de la demoiselle le firent pleinement réagir. Il ne lui ferait pas de mal ? Vraiment ? De sa main libre, il attrapa le bras d'Alycia, l'attirant brusquement contre lui. Son bras droit s'enroula autour de la nuque de la jeune femme, la lame du scalpel étant dangereusement proche du cou de cette dernière. Mais contre toute attente, Jackson jeta l'arme à terre et passa ses bras autour d'elle, non pas pour l'agresser mais pour l'étreindre fortement. A cet instant, il avait seulement besoin d'un tel contact. Sentir la chaleur de son corps contre le sien sembla l'ancrer à la réalité. Elle avait su atteindre son point faible. Elle savait qu'il ne lui ferait pas de mal. Elle l'avait toujours su. Et cela avait fini par le ramener à la raison. Elle était bel et bien là devant lui. Alors qu'il la garda contre lui, il chuchota à son oreille : "Excuse-moi, Aly. " Il s'en voulait d'avoir agi de cette manière, d'avoir montré les parties les plus sombres de son être. Ils restèrent un long moment l'un contre l'autre, avant qu'il ne s'éloigne légèrement d'elle, s'appuyant légèrement sur le lit. "Je n'arrive pas à croire que tu sois là devant moi. Après tant d'années, j'avais fini par me dire que je ne te reverrai sûrement jamais plus." Leur "séparation" est un sujet bien sensible, dans le sens où Jackson avait mis beaucoup de temps pour se remettre de cet abandon. S'il savait toute la vérité. S'il savait que tout était parti d'un mauvais timing. Mais cela était bien trop tôt pour en parler, il était encore bien trop sonné. Posant sa main sur celle d'Alycia, toujours dans le but de garder cet ancrage, il regarda alors autour de lui :"Où sommes-nous ?"
© HELLOPAINFUL
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: home is where the heart is + jackson/alycia Mar 22 Mar - 11:45

home is where the heart is
Toute cette situation pourrait tourner mal, elle le sait bien à la façon dont il s’adresse à elle. Mais elle refuse de croire que le Jackson qu’elle a connu a définitivement disparu sous cette folie et sous cette méfiance qu’elle perçoit chez lui. Elle veut s’en assurer, qu’il ne tentera pas de la tuer dans un mouvement impulsif, qu’il saura revenir à lui. Que ce monde ne l’a pas changé pour toujours. Et ses espérances trouvent enfin une réponse quand ses doigts se referment sur son avant-bras et qu’elle se sent attirer en avant, se laissant faire sans hésiter une seule seconde. Elle en oublie même la lame si près d’elle dans cette étreinte. Ca n’a plus d’importance puisqu’elle sait qu’il ne s’en servira pas contre elle. Le scalpel tombe au sol dans un bruit métallique alors qu’elle passe ses bras autour de sa taille, le serrant aussi fort qu’elle peut contre elle. Sa tête s’enfouit dans son cou alors qu’elle tente à nouveau d’étouffer ses larmes. Elle entend à peine ses excuses, lui laissant échapper un petit rire. Pas parce qu’il semble reconnaître ses torts. Mais pour ce surnom, qu’elle n’a plus entendu depuis des mois. Elle a refusé catégoriquement que quiconque l’appelle ainsi ici, ce diminutif la rappelant bien trop à sa vie passée, à tous ceux qu’elle avait perdu. Mais dans la bouche de Jackson, il sonne comme la plus douce des mélodies. « C’est rien, ça va. » Elle pouvait même parfaitement comprendre à quel point il avait pu être déboussolé, dans un lieu inconnu, perfusé, dans ce monde où on ne sait jamais à quoi s’attendre. Cette étreinte ne vient que confirmer que tout ça est réel, qu’elle n’est pas en train de rêver, le premier rêve qui ne ressemble pas à un cauchemar depuis des mois et qui pourrait venir la tromper. Mais non, tout ça est très réel même si ça lui semble encore trop beau. Elle le laisse s’éloigner, essuyant ses larmes du revers de la main avant de hocher doucement de la tête. Elle ne sait pas quoi dire, une part d’elle ne souhaitant que lui demander pourquoi dans ce cas il n’était pas revenu chez ses parents, pourquoi il avait choisi de partir sans eux. Mais ce n’est définitivement pas le moment. Aussi elle choisit de se taire pour ne pas risquer d’aller trop loin, osant à peine soutenir son regard.

Sa question la replonge dans la réalité, l’éloigne des douleurs du passé et c’est peut-être exactement ce qu’il lui fallait pour ne pas repartir dans les larmes une nouvelle fois. « Ca s’appelle Angel’s Camp. C’est … c’est comme avant ici. On a des fruits, des légumes, de l’eau, de l’électricité. Tout le monde a un toit sur la tête. On a même du matériel médical. C’est presque trop beau pour être vrai. » Elle rit doucement en serrant sa main dans la sienne. Elle avait eu du mal à y croire quand l’expédition d’Ethan l’avait ramené ici et qu’on lui avait fait le tour de la petite ville. Elle se souvenait encore de sa première douche Première véritable douche en 4 ans, avec de l’eau chaude en prime. Si on lui avait dit, il y a 4 ans qu’une douche aurait pu lui manquer à ce point, elle en aurait ri à gorge déployée. La poignée de la porte de l’infirmerie grince, attirant immédiatement son attention alors qu’elle se redresse sans lâcher la main de Jackson pour autant. Son regard se porte rapidement sur le scalpel toujours au sol qu’elle recouvre de sa chaussure en tentant de maîtriser les nombreux tremblements qui secouent encore son corps sous le coup de l’émotion. Ethan apparaît dans l’entrée, un plateau dans les mains, la mine fatiguée et préoccupée. Elle ne loupe pas son regard qui s’arrête sur leurs mains liées et qui tente de soutenir celui de Jackson. « Je me suis dit que tu devais avoir faim. » Elle hoche doucement de la tête alors qu’il dépose le plateau fumant sur une des tables de l’infirmerie. Leur regard se croisent encore une fois mais elle ne baisse pas les yeux. Elle n’a pas à s’excuser de quoi que ce soit, ni à lui expliquer pourquoi ses yeux sont rouges et gonflés alors qu’il ne l’a jamais vu verser une larme en plus de six mois. La blonde relâche doucement la main du brun pour les passer dans les poches arrière de son jean. «  Tout va bien ? » Ce type avait un flair à faire peur. Elle était sûre qu’il avait deviné qu’elle cachait quelque chose sous son pied. Mais la situation risquait de dégénérer s’il venait à le découvrir et elle n’avait aucune envie de ça. « Tout va bien, merci. » Une voix sans appel, pas un sourire. Elle espère que ça sera suffisant pour le faire partir. Et heureusement, c’est le cas puisqu’après de longues secondes de silence à se regarder en chiens de faïence, il finit par quitter la pièce.

Elle ne peut retenir un soupir de soulagement, ramassant aussitôt le scalpel pour le mettre dans le bac du matériel à stériliser. « Tu devrais t’allonger Jackson, rester debout renforce les vertiges. » Elle revient vers lui, des compresses et un cathéter propre dans son emballage sur un petit plateau de métal, son sérieux médical ayant retrouvé sa place sur ses traits. « Il faut que je te remette ta perfusion. C’est juste un soluté isotonique glucosé à 5%. » Elle commence à s’affairer et préparer son matériel avant de lever les yeux au ciel, laissant échapper un soupir, un léger sourire se dessinant sur ses lèvres en se rendant compte de son jargon médical incompréhensible. « De l’eau très très sucréé. En gros. Ca va t’aider à te remettre sur pied. » A ce stade de déshydratation et de carence, un simple bon repas ne suffirait pas à le requinquer et elle ne voulait prendre aucun risque. Elle attend son accord avant de pratiquer le geste médical, jetant un coup d’œil au plateau apporté par Ethan. Un petit pain blanc, de la ratatouille, du maïs et un brownie dans son emballage sous vide qui avait dû être compliqué à obtenir. « On partage si tu veux. J’ai pas très faim de toute façon. » C’était un luxe de pouvoir prononcer ces mots, elle s’en rend compte au moment où ils franchissent ses lèvres, alors qu’elle prend doucement son avant-bras ensanglanté entre ses doigts, commençant à le nettoyer avec une compresse humide.
(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: home is where the heart is + jackson/alycia Lun 28 Mar - 22:12


Home is where the heart is

Alycia & Jackson

Il avait suffi d'une étreinte. Une simple étreinte pour ramener Jackson à la réalité. Pour lui montrer qu'Alycia était bien réelle. La chaleur de son corps contre le sien, la douceur de sa peau et son parfum étaient des preuves irréfutables, qui ne pouvaient que ramener Jackson sur le droit chemin. Il fallait croire que le destin lui faisait un cadeau en remettant la jeune femme sur sa route, même si le jeune Wilde savait que ces retrouvailles allaient tout bouleverser. Lui qui consentait à rester seul, de peur de s'attacher, voyait ici le retour d'une personne très proche. Sur quoi cela allait-il mener ? Il était encore bien trop tôt pour y penser. Après un long instant où ils restèrent dans les bras de l'un et de l'autre, le jeune homme la relâcha à contre-coeur. Il craignait qu'en rompant le contact, elle ne disparaisse, tel un mirage en plein désert. Il lui faudrait sûrement quelque jour pour réellement accepter la présence d'Alycia. Il jeta un bref regard sur le scalpel, honteux d'avoir pensé à lui faire du mal, mais il reporta rapidement son regard sur elle, silencieux. Il vint essuyer du bout des doigts l'une des larmes qui perlait encore sur sa joue, un léger sourire allant même se dessiner brièvement sur les lèvres du brun. Il était incapable de se rappeler la dernière fois où il avait ressenti une telle joie. Longtemps, probablement, puisqu'il avait fini par oublier ce que c'était.

Après cet instant émotion, il était désormais important de comprendre la situation. Et la première question de Jackson fut l'endroit où il se trouvait. Il regarda par la fenêtre, dans l'espoir d'avoir quelques détails qui lui permettraient de mieux comprendre, mais l'obscurité était grandissante et son esprit était bien trop brouillé pour y voir clair. Il se fia simplement aux paroles d'Alycia, hochant la tête à sa réponse. Angel's Camp ? Voilà un lieu qui portait bien son nom et qui correspondait bien à la demoiselle. Il fronça néanmoins les sourcils quand elle lui annonça tout ce qu'ils pouvaient trouver ici. De l'électricité, de l'eau chaude, de la nourriture... Du confort, tout simplement. Jackson redoutait grandement ces petits paradis sur Terre, dans le sens où ceux-ci annihilaient pleinement l'instinct de survie présent chez chaque humain. Les habitants de ces camps se complaisaient dans leur petite vie, prenaient goût à cette sécurité. Mais du jour au lendemain, tout pouvait disparaître. Et dans ces cas-là, il fallait se réhabituer - ou s'habituer tout court - à un monde qui échappait à tout contrôle, où tout n'était qu'horreur, sang et mort. Il sortit de ses pensées, haussant les épaules et répondant simplement : "Oh je vois ! Un vrai camp cinq étoiles, tout simplement." Sa main se lia à celle d'Alycia, son regard toujours fixé sur elle. Alors qu'il comptait lui demander depuis combien de temps elle se trouvait ici, la porte se mit à grincer. Très vite, Jackson se redressa, droit comme un piquet, de nouveau sur ses gardes. Sa main ne lâchait cependant pas celle d'Aly, peut-être pour garder les pieds sur Terre et ne pas avoir à sauter sur le nouvel arrivant, tel un ermite sauvage. Il observa du coin de l'oeil le pied d'Aly qui se posa sur le scalpel, sûrement dans le but d'éviter un scandale qui pourrait mettre Jack à la porte du camp. Un jeune homme entra alors, plateau en main. Et très vite, Jackson sentit le regard de ce dernier sur lui, sur sa main liée à celle de la jeune femme. Il ne fallait pas être bête pour comprendre le lien qui unissait ce jeune homme à la belle blonde. Encore une chose que Jackson ne comprenait pas. Il avait du mal à se dire que l'on pouvait aimer dans une telle situation. Etait-ce vraiment sincère ou une simple envie de se raccrocher à quelqu'un, un peu par désespoir ? Quoiqu'il en soit, Jackson se sentait mal. Pour autant, il ne cilla pas, ne lâcha pas le regard du nouveau venu. Alycia lâcha sa main, ce qui semblait être la meilleure solution et Jackson ne dit plus un mot. S'il se faisait oublier, c'était pas mal. Ne connaissant rien de l'endroit et des gens qui vivaient ici, il valait mieux se faire discret, même s'il se doutait que la jeune femme avait une place importante ici. Les infirmières ne couraient plus les rues, malheureusement. Après s'être assuré que tout allait bien, qu'Alycia et le jeune homme échangèrent des regards qui en disaient long, ce dernier sortit enfin. Jackson posa alors un regard interrogateur, dans l'espoir qu'elle lui dise qui il était et ce qu'il faisait ici. Si Jack restait ici, il se doutait qu'il ne s'en ferait pas forcément un ami. Mais la demoiselle avait laissé place à l'infirmière. Une infirmière qui lui somma de reprendre place sur le lit. Il murmura : "Oui, chef !", une expression qu'il lui lâchait souvent, avant. Il se réinstalla sur le lit, l'observant manipuler le matériel pour lui remettre la perfusion qu'il avait arraché. Quand elle sortit son jargon médical, Jackson arqua un sourcil, attendant des explications plus abordables pour lui. Il hocha la tête pour lui montrer qu'elle avait son aval. De toute façon, il avait une pleine confiance en elle. Alors qu'il l'observait faire, elle lui proposa de partager son plateau-repas. Proposition qu'il refusa d'un léger signe de tête : "C'est gentil, merci, mais je suis incapable d'avaler quoique ce soit. Tu devrais aller le partager avec ton copain. Je pense qu'il en serait plus que ravi." Jackson essayait toujours d'arranger les choses, de faire en sorte que tout le monde trouve son compte dans l'histoire. Il n'était pas certain que l'inconnu avait un quelconque lien avec son sauvetage, mais si c'était le cas, Jack lui était redevable. " Je ne bougerai pas d'ici de toute façon. Ce n'est pas comme si je comptais faire un marathon" Et s'il passait son temps à dormir, il ne serait sûrement pas la meilleure compagnie. Quoiqu'il en soit et peu importe le temps qu'il restait, il voulait profiter de chaque minute avec la jeune femme. Alors qu'elle nettoyait son bras avec une compresse, Jackson décida de poser une question risquée : "Et tes parents ? Ils sont ici aussi ?". Il craignait le pire, bien sûr, mais tant qu'elle ne lâcherait pas les mots fatidiques, Jackson continuerait de croire en la bonne santé des parents Hawkins. Ce couple avait pris une place énorme dans le coeur du jeune homme. Ils l'avaient sorti d'une mauvaise passe, lui avaient fait confiance, là où beaucoup lui avait tourné le dos. Il y avait peut-être d'autres moments pour discuter de cela. Mais l'instant était propice aux confidences. Ils étaient seuls. Ce qui risquait de ne pas durer.
© HELLOPAINFUL
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: home is where the heart is + jackson/alycia Lun 4 Avr - 22:13

home is where the heart is
Elle aurait aimé ne pas voir ce moment privilégié être interrompu par l’arrivée d’Ethan. Pouvoir expliquer à Jackson où ils sont, ce qu’il y a à gagner à rester ici, plutôt que de parcourir en vain ce monde dévasté. Mais ce n’est sûrement pas le bon instant pour le faire, il est trop pour envisager la possibilité qu’il reste ici et accepte de … De quoi exactement ? De survivre avec elle, parce que ça la rendait heureuse d’avoir quelqu’un à qui elle tient à ses côtés ? Elle avait l’impression d’être une égoïste profonde de penser à ce genre de choses alors que les soucis étaient bien plus graves que celui d’une relation tirée tout droit d’un autre monde qui semble avoir disparu depuis des décennies. Jackson ne lui devait rien et la perspective de le voir partir aussi vite qu’il était réapparu dans sa vie la détruisait d’avance. Alors elle choisit de se raccrocher à ce qu’elle connaît et ce qu’elle maîtrise à savoir ses gestes de soins. Et il en a besoin, elle n’a même pas besoin de pousser plus loin l’auscultation pour le voir. Pour ça au moins, elle peut faire quelque chose de concret et c’est ce sur quoi elle se concentre à présent, à peine la porte refermée.

Un bref sourire traverse ses lèvres face au surnom qu’il utilise avec elle. Il y a quelques années, elle n’aurait pas perdu une occasion de lui balancer un chiffon à la figure pour lui faire ravaler l’ironie dont il usait parfois avec elle. Ils auraient sûrement fini par se chamailler, comme d’habitude, jusqu’à ce que quelqu’un finisse par leur rappeler qu’il faut se remettre au boulot. A l’époque, ces moments là l’agaçaient au plus haut point. Jamais elle n’aurait pensé dire un jour que la simplicité de ses petits conflits du quotidien lui manquerait à ce point. Elle reprend ses gestes méthodiques, humidifiant la compresse d’eau fraîche à défaut de sérum physiologique à volonté, tapotant du désinfectant à l’endroit où l’aiguille avait fait une mauvaise sortie de sa peau. Elle ne peut retenir une grimace quand il l’invite à aller partager son repas avec son « copain ». Un terme qui la rebute plus qu’autre chose. « Ethan n’est pas mon copain. » Elle ne s’étend pas sur le sujet parce qu’elle-même ne sait pas comment qualifier leur relation. Il l’avait sorti de la forêt et l’avait ramené jusqu’à Angel’s Camp sans réfléchir une seconde aux possibles conséquences. Quand est-ce que tout avait basculé ? C’était compliqué à dire. Mais il était tellement simple d’oublier l’extérieur, d’oublier l’horreur du monde et de se plonger dans la douceur de vivre tout simplement qu’elle avait cédé et avait fini dans ses bras. Pour se sentir vivante une nouvelle fois, pour se prouver qu’elle n’avait pas peur. Pourtant ça n’avait pas été une grande réussite. Ethan était un garçon au bon fond, mais ça ne suffisait clairement pas à combler le vide en elle.

Elle hausse des épaules quand il lui rappelle qu’il n’est pas prêt de se faire la malle. Mais la jeune femme n’avait aucune envie de rejoindre le reste du camp en le sachant ici. « Tu dois rester sous observation au moins pour la nuit. Tu es resté évanoui un moment. » Il n’y aurait aucune contre-indication à le laisser seul pour quelques heures, pourtant Alycia ne se gêne pas pour arranger les recommandations médicales à sa guise, pour cette fois-ci. Elle n’avait pas à se justifier de vouloir profiter de ces retrouvailles. Du moins c’est ce dont elle tente de se persuader, bien qu’elle ait choisi de cacher ses véritables motivations à rester auprès de lui, par pudeur peut-être. Elle enfile des gants neufs, prépare l’aiguille stérile quand la question qu’elle redoutait le plus finit par franchir les lèvres de Jackson. Elle retient sa respiration quelques secondes, croisant à peine son regard alors qu’elle se fige sur place. Mais bien vite, elle la met de côté, du moins pour l’instant. « Je préfère ne pas te piquer sur le même bras, on va limiter le risque infectieux. Tu ne t’es pas raté en tout cas, tu vas avoir un beau bleu de toxico demain. » Un sourire triste traverse ses lèvres alors qu’elle dépose son matériel sur son ventre, faisant le tour du lit avec la perfusion. Il fallait qu’elle le lui dise. Il le fallait. Pourtant les mots ne sortent pas, coincés dans sa gorge serrée. L’infirmière se rassoit, se concentre et pique sa peau d’un geste sûr et précis, guidé par l’habitude. Elle sécurise la perfusion d’un bout de sparadrap, n’osant pas encore affronter son regard, même si elle ne sait que trop bien qu’il attend une réponse. Ses parents l’appréciaient énormément, surtout son père qui a toujours su voir ses qualités derrière le jeune homme rebelle qu’il était. De longues minutes s’écoulent encore dans un silence lourd alors qu’elle nettoie et range le matériel avant d’enfin venir s’asseoir sur son lit, son dos touchant ses côtes sans qu’elle ne se sente plus gênée que ça de ce contact léger. Au contraire, il lui permettait de garder contact avec cette réalité encore incroyable à ses yeux, de se persuader qu’elle n’avait pas rêvé cette journée. « Mes parents ne sont pas ici. Ils sont morts. » Les mots lui font l’effet d’une bombe. Si elle sait que c’est une réalité, elle ne l’a encore jamais prononcé à haute voix. Elle pose ses coudes sur ses genoux, avant de perdre son visage entre ses mains. Il n’y a même plus de larmes à verser, seulement la lassitude d’une situation qui la dépasse. « Le diabète de mon père a dégénéré au début de l’épidémie. Ma mère … on s’est fait attaquer et elle n’a pas survécu. » Les mots sortent machinalement de ses lèvres, sans aucune émotion, comme si elle se contentait de relater des faits extérieurs, qu’elle n’aurait pas vraiment vécu. Mais au bout de quelques secondes de silence, elle ne peut retenir un violent sanglot qui la secoue toute entière, étouffant ses pleurs incontrôlables dans ses mains.

(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: home is where the heart is + jackson/alycia Jeu 7 Avr - 23:54


Home is where the heart is

Alycia & Jackson

Ils avaient beaucoup de choses à se dire. Quatre années à rattraper. Jackson ignorait encore quelle serait sa situation durant les semaines à venir, mais il comptait profiter au maximum de la présence d'Alycia. Cela était peut-être mauvais pour eux deux. Peut-être que la séparation sera douloureuse ? Ou peut-être n'y aura-t-il pas de séparation ? Le jeune homme était perdu. Sa volonté de rester seul, coûte que coûte, était sérieusement entachée par le retour d'Aly dans sa vie. Si cela avait été une personne lambda, la situation aurait été claire comme de l'eau de roche: il serait parti. Mais Aly... c'était Aly. Cette fille avait toujours eu une place énorme dans les pensées de Jackson. Depuis toujours. Et encore plus depuis qu'il l'avait perdue. Peut-être l'avait-il dans la peau, bien plus qu'il ne le pensait. Enfin, là n'était pas la question. Sans compter qu'un grand brun avait fait son apparition dans l'infirmerie et les regards qu'ils s'étaient lancés avaient mis Jackson sur la piste du fameux "copain". Ce fut la raison pour laquelle il arqua un sourcil quand Alycia lui affirma qu'Ethan "n'était pas son copain". Il haussa simplement les épaules, n'essayant même pas d'en savoir davantage sur le sujet. Dans tous les cas, cela resterait un mystère pour Jackson. Et puis, cela ne le regardait pas, n'est-ce pas ?

Par la suite, il lui proposa de rejoindre les siens, lui rappelant qu'il n'irait pas loin dans l'état dans lequel il était. Jackson ne voulait pas se débarrasser d'elle. Au contraire. Mais il n'avait pas envie de la mettre dans une situation délicate envers les autres habitants du camp. Après tout, Jackson était un inconnu. Et donc un être potentiellement dangereux. Il ne voulait pas mêler Alycia à de telles histoires. Mais il avait oublié à quel point elle était butée puisqu'elle refusa, estimant qu'il devait rester sous observation. Il lâcha, d'un ton léger : "Tu parles ! Tu veux rester avec moi, avoue-le !". C'était une boutade, bien sûr. Mais une belle part de vérité se cachait derrière cette plaisanterie. Jackson se surprenait lui-même : cela faisait bien longtemps qu'il n'avait pas eu le ton aussi léger, l'envie de taquiner quelqu'un. Il reporta son regard sur la demoiselle qui s'apprêtait à le piquer de nouveau. Le jeune Wilde ne trouva pas meilleur moment pour demander où étaient les parents Hawkins. En la voyant se figer sur place, éviter son regard et détourner sa question, Jackson sentit cet horrible pressentiment devenir confirmation. Il ne cessait de la regarder, secouant la tête et murmurant, quand elle évoqua un bleu de toxico : "Pas grave, j'ai connu pire." L'atmosphère était désormais bien lourde, la tension était palpable. Pourtant, Aly garda tout le sang-froid nécessaire pour mener à bien les soins du jeune homme. Elle était tout simplement fascinante. Jackson la remercia, puis l'observa nettoyer et ranger le matériel, le tout dans un silence détonnant. Lui-même n'osait plus dire un mot. Il savait déjà la réponse à sa question, mais l'entendre serait totalement différent. Les Hawkins, c'était un peu sa famille de coeur. Ils lui avaient apporté bien plus que ses propres parents, bien plus que ces familles d'accueil qui l'avaient vainement gardé. M. Hawkins lui avait apporté cette autorité qui manquait dans la vie de Jackson. Il avait su le remettre à sa place quand il le fallait, il avait su le féliciter puis lui redonner confiance. Mme Hawkins, quant à elle, était la touche de douceur. Elle était celle qui se souciait quand Jackson était pâlichon ou trop maigrichon. Tous ces souvenirs heureux étaient désormais douloureux pour le jeune Jackson. Il avait fallu qu'une épidémie ruine la vie stable qu'il avait enfin réussi à construire. Il sortit rapidement de ses pensées quand Alycia prit place à ses côtés. Ses yeux sombres se reposèrent sur elle, alors qu'elle lâcha la phrase fatidique. Ils étaient morts. M. et Mme Hawkins étaient morts. La tristesse vint à envahir Jackson, ses yeux devinrent humides même si les larmes ne vinrent pas à couler. Son coeur était bien trop rude pour cela. "Aly..." fut sa simple réponse. Que répondre à cela ? Que dire ? Les paroles seraient vaines dans tous les cas. Cela ne les ramènerait pas. Il écouta les paroles de la belle blonde, horrifié et sonné. Les sanglots soudains de la jeune Hawkins sortirent Jackson de son hébétude. Très vite, il passa ses bras autour d'elle et l'attira tout contre lui, la serrant fortement pour lui apporter tout son réconfort. Il déposa un baiser sur son crâne, puis murmura enfin : "Je suis désolé." Ses mots étaient à double-sens. Il était désolé de la perte des parents Hawkins. Et il était désolé de ne pas avoir été là pour l'aider à affronter tout cela. Les regrets et la culpabilité étaient désormais des sentiments dominants chez Jackson. Et comme si cette annonce avait été un déclic, le jeune homme ne put s'empêcher de revenir sur ce qu'il s'était passé, le soir où ils s'étaient perdus de vue : "Je n'aurai pas dû te laisser partir seule ce fameux jour. J'aurai dû venir avec toi. Comme il était convenu. On serait partis, toi, tes parents et moi. Je ne dis pas que ma présence aurait changé quelque chose pour eux, mais, merde, j'aurais été là. Pour toi. Pour eux. J'ai été incapable de leur rendre tout ce qu'ils avaient pu faire pour moi... Tout ça à cause d'un mauvais timing." Ce soir-là, alors qu'il s'était rendu au domicile familial des Hawkins, Jackson s'était senti abandonné par cette famille. Mais à force, il avait fini par comprendre qu'ils avaient voulu sauver leur peau. Il ne savait pas que tout était histoire de quelques minutes. Quelques minutes qui auraient pu tout changer.
© HELLOPAINFUL
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: home is where the heart is + jackson/alycia Jeu 14 Avr - 12:29

home is where the heart is
Prononcer ces mots lui fait l’effet d’un coup de poignard. Un de plus dans cette longue survie à laquelle elle peine bien des fois à trouver un sens. Ceux qu’elle aimait le plus ont disparu, elle n’a même pas pu enterrer sa mère proprement. Toutes ses valeurs se sont peu à peu dispersées et aujourd’hui, il lui semble parfois n’avoir plus rien à quoi se raccrocher pour continuer à avancer. L’arrivée de Jackson de cette lente agonie sonne comme une phare en pleine tempête, une bouée à laquelle s’accrocher. Peu importe le mal qu’il a pu lui faire en ne revenant pas les chercher alors qu’elle avait attendu pendant des heures. Tout ça devait être mis de côté, il n’y avait plus de place aux rancœurs, pas dans ces conditions quand recroiser quelqu’un qui a compté pour vous est si rare. Et puis Jackson … ce n’est pas n’importe quel étranger de sa vie d’avant. Il y avait toujours eu quelque chose d’incroyablement agaçant chez lui, cette façon de se taquiner sans arrêt, parfois en dépassant les limites, à se chercher constamment. Pourtant, il ne s’était jamais rien passé entre eux malgré toutes les années passées ensemble, derrière le comptoir du bar de ses parents. Mais elle mentirait de dire qu’elle n’y avait jamais pensé. Comme on pense à une idée folle en la trouvant séduisante avant d’aussitôt l’éloigner parce qu’elle semble complètement surréaliste.

Tant qu’elle n’avouait à personne que ses parents étaient morts, la réalité était moins lourde à porter. Un peu comme si ça n’avait pas vraiment eu lieu puisqu’elle était la seule à savoir. Comme si il y avait encore une chance dans l’imaginaire des gens pour que la famille puisse être réunie et que ça lui suffisait à tenir le cap, à ne pas s’effondrer comme elle le fait à présent. Impuissante face à ses propres larmes, bien plus faible qu’elle ne veut bien se l’avouer. Pourtant la jeune femme sait bien qu’elle ne doit pas être la seule dans cette pièce que cette nouvelle touche. Son père avait toujours considéré Jackson comme un membre de sa famille dans un certain sens. Il lui avait donné l’opportunité de s’en sortir et s’était attaché à lui sortir la tête de l’eau dans les moments difficiles. Elle sursaute en sentant ses bras autour d’elle, ne tardant pas à appuyer sa tête contre son torse. Les sanglots restent incontrôlables malgré tout mais elle ne cherche pas à les arrêter. Elle les retient depuis bien trop longtemps. La tendresse de son baiser contre sa peau met un peu de baume sur sa peine. Une douceur d’un autre monde, qui n’existe presque plus dans cet univers qui semble tout droit tiré d’un mauvais film d’horreur. La jeune femme reprend lentement sa respiration, ne cherchant pas à se défaire de ses bras. Leur chaleur est apaisante et elle soupire une nouvelle fois. Il n’avait pas à s’excuser. Il était trop tard pour les regrets et pour la culpabilité. Il fallait avancer à présent, est-ce qu’ils avaient seulement un autre choix. La blonde se redresse quand il commence à évoquer ce mauvais souvenir. La douleur lui semble aussi vive qu’à ce moment précis où elle avait compris qu’il ne viendrait pas. Qu’il l’avait sans doute orienté vers ses parents pour ne pas s’encombrer d’un poids supplémentaire. Elle ne voulait pas en parler maintenant, pas quand elle craquait pour la première fois en plus de six mois, ses émotions à fleur de peau. Un mauvais timing … elle ne peut retenir un léger rire jaune avant d’essuyer ses yeux gonflés de larmes. Elle ne voulait pas entendre ses excuses ou ses justifications. Ca n’avait aucun sens. Et puis rien de ce qu’il pourrait dire ne changerait le passé alors à quoi bon ? « Mais t’as préféré partir tout seul et nous abandonner. » Elle n’était pas capable d’entendre qu’il avait vraiment essayé de les rejoindre, que tout ne s’était joué qu’à quelques minutes. La jeune femme se redresse, faisant quelques pas dans l’infirmerie, les mains sur les hanches, les yeux rivés sur le sol. « Excuse-moi, je voulais pas … C’est juste que … Les choses sont comme elles sont, on pourra pas les changer. Ca sert à rien de parler de tout ça. » L’estomac noué, elle jette un regard à son plateau repas, laissant tomber l’idée d’avaler quelque chose ce soir. Elle devrait pourtant, on ne sait jamais ce que la nuit peut nous réserver et il pourrait bien être son dernier repas chaud si un drame venait à arriver. Mais à force de passer du temps ici, elle commençait à se faire à l’idée de cette sécurité, de la constance des lieux et ses instincts de survie s’effaçaient peu à peu malgré elle. La blonde s’assoit sur le lit adjacent, retirant ses chaussures encore crottées de l’expédition d’aujourd’hui avant de s’allonger, observant Jackson. « Evite les regrets inutiles et ne pars plus. » Un bref sourire étire ses lèvres alors qu’elle tend la main dans sa direction. Il lui faudra encore un moment pour digérer toutes ces informations mais elle refuse d’imaginer qu’en ouvrant les yeux demain matin, il aura mis les voiles à nouveau.


(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: home is where the heart is + jackson/alycia Lun 25 Avr - 23:15


Home is where the heart is

Alycia & Jackson

Les Hawkins étaient morts. Pour la première fois depuis le début de l'apocalypse, Jackson était mis devant le fait accompli : les personnes qu'il connaissait et appréciait le plus n'étaient plus de ce monde. Pourtant, quand il posait son regard sombre sur la belle blonde, il trouvait cette énergie pour ne pas flancher. Elle avait perdu ses parents. Elle était comme lui : orpheline, lâchée dans un monde bien trop rude, sans plus aucuns repères familiaux. Il devait se montrer là pour elle, être un repère, l'épaule sur qui elle pouvait s'appuyer. Même si elle avait dû faire d'autres connaissances, des amis et plus si affinités, ils étaient les rescapés de leur ancienne vie. Et cela, personne ne pouvait leur enlever ce lien indéfectible. La gardant tout contre lui, il la laissa éclater. Elle retenait ses larmes depuis bien trop longtemps visiblement. Jackson le sentait au plus profond de son être. Il se contenta d'être silencieux, lui offrant son soutien au sein de ce baiser, de ses bras qu'il posait autour d'elle, de ses doigts frôlant sa peau. C'était un moment suspendu dans le temps, où douceur et tendresse étaient les maîtres mots. C'était se mettre sur pause, s'écartant brièvement de la dureté de leur monde. Mais au lieu de profiter de leurs retrouvailles, de tenter d'établir un semblant de "normalité", il avait fallu que Jackson ouvre sa bouche. A croire qu'il était incapable de se taire. Il pensait pourtant bien faire en lui énonçant ses regrets : le fait de ne pas avoir été là pour elle, pour ses parents. Le fait d'avoir pris un peu trop de temps à chercher son frère, au détriment des Hawkins. Un vrai quiproquo s'était installé et ce n'était visiblement pas ce soir que cela allait se régler. En entendant son rire, Jackson la relâcha et la regarda d'un air interrogateur. "Mais t’as préféré partir tout seul et nous abandonner." Ces simples mots furent comme un coup de poignard. Avait-il bien entendu ce qu'elle venait de dire ? Lui "reprochait"-elle de les avoir abandonner ? Lâchement, tel un vrai fuyard ? Le jeune homme fronça les sourcils, visiblement déconcerté par l'affirmation de la demoiselle : "Mais qu'est-ce que tu ra..." Il s'arrêta en plein dans sa phrase, l'observant faire les cent pas dans la salle. Il valait mieux se taire. Jackson serrait les dents, se contenant pour ne pas exploser, pour ne pas cracher son venin et montrer à quel point l'abandon des Hawkins avait rouvert une cicatrice chez le jeune Wilde. Même après quatre ans... La voix d'Alycia le ramena sur Terre. Il tentait de garder une expression neutre, mais dans son regard se lisait l'incompréhension et une pointe de rancoeur. Il reprit ses paroles, presque avec ironie : "ça ne sert à rien de parler de tout ça ? Si tu le dis..." Il haussa les épaules et baissa la tête, comme pour montrer que la discussion était close. C'était mieux comme cela. Il reprit place dans le lit, observant du coin de l'oeil Alycia qui s'allongeait dans le lit à côté. En entendant ses paroles, Jackson tourna la tête vers elle. Ne plus partir ? C'était difficile à concevoir, lui qui détestait ces coins de "paradis" qui vous endormaient dangereusement. Ses yeux se dirigèrent ensuite vers la main qu'elle tendait, marquant un temps d'hésitation. Jackson était réputé pour être quelqu'un de buté, de très rancunier. Mais cette fois-ci, il lâcha un soupir presque inaudible et vint attraper sa main, murmurant alors : "Je vais essayer." Cela fonctionnait aussi bien pour les regrets inutiles que pour l'éventuel départ du brun. Il la regarda une dernière fois et lança : "Bonne nuit, Aly..." Et sur ces mots, il serra la main de la blonde puis ferma les yeux, ne tardant pas à se laisser tomber dans les bras de Morphée.

La nuit ne fut cependant pas de tout repos. Il s'éveilla à plusieurs reprises, essoufflé, le coeur battant, l'esprit occupé par ces cauchemars qu'il faisait sans cesse. Mais à chaque fois la respiration d'Alycia le ramenait à la réalité, lui montrait qu'il était en sécurité. Pour une fois. Alors il se recouchait, sereinement. Jusqu'à la prochaine fois. Ce ne fut qu'au petit matin, alors que le soleil commençait à peine à se lever, que Jackson prit la peine de se lever. Ce n'était pas encore la grande forme, mais il se sentait déjà mieux. Il avait repris quelques couleurs et ne semblait plus être un mort-vivant sur pieds. Il retira délicatement sa perfusion, gardant néanmoins le cathéter, afin d'éviter une autre catastrophe, puis finit par descendre du lit. Il jeta un regard vers Alycia qui dormait encore. Elle semblait presque... paisible. Il n'avait pas envie de la réveiller. Pour l'instant, du moins. Il prit donc la peine de visiter lui-même l'infirmerie, ayant l'impression de tomber sur le Graal quand il ouvrit la porte de la salle d'eau. Il alluma la lumière et fut presque abasourdi de voir de l'eau s'écouler du robinet. Mais le plus gros choc fut lorsqu'il releva la tête et aperçut son reflet dans le miroir. Il avait les joues creusées, un regard fou, une chevelure bien longue et une barbe digne de Robinson Crusoé. Un vrai sauvage. Il détourna le regard et se contenta de faire un brin de toilette, en attendant d'avoir mieux. Il reprit son exploration, arrivant à une petite pièce où seule une table, un placard et quatre chaises s'y trouvaient. Le jeune homme s'arrêta un instant, observant par la fenêtre ce qu'il se déroulait. Il commençait à y avoir du mouvement, preuve qu'il était temps de mettre son nez dehors. Il attrapa le paquet de biscuits qui trônait sur la table et revint dans la salle principale, lâchant d'un ton claironnant : "Debout là-dedans ! J'ai amené le petit-déj' du champion !" Oui, bon, comme réveil, il y avait mieux...
© HELLOPAINFUL
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Certainement pas !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21941

× Points de vie : :
404

× Copyright : :
© schizophrenic (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: home is where the heart is + jackson/alycia Lun 6 Juin - 14:22

RP archivé suite à la suppression de Jackson & Alycia. coeurrose

_________________
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: home is where the heart is + jackson/alycia

Revenir en haut Aller en bas

home is where the heart is + jackson/alycia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS-