THIS IS A CALL TO SOLIDARITY (Emily, Ezeckiel)
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome. Quelques bugs/décalages à attendre sous Firefox.
Le 10 novembre 2016, le forum a fêté ses quatre ans !! A cette occasion, sa saison 5 a été mise en place. bril Et le 12/06/2017, sa version vingt-trois réalisée par Morphine est installée. Toutes les nouveautés sont à découvrir ici. coeurrose
Oh la la qu'est-ce que vouuuuus aiiiiiime !! coeurrose lele Et si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ?

Partagez| .

THIS IS A CALL TO SOLIDARITY (Emily, Ezeckiel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

ZOMBIE
avatar



× Âge du perso : :
Je n'ai point d'âge.

× Localisation (+ avec qui) :
De partout.

× Avant, j'étais : :
Un être humain.

× Messages : :
891

× Points de vie : :
17

× Copyright : :
©Morphine.

× Avatar : :
Zombie.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Selon ton bon vouloir ... ça va de "zombaque" à "zonzon" en passant par ... "rôdeur"..

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: THIS IS A CALL TO SOLIDARITY (Emily, Ezeckiel) Jeu 31 Mar - 14:50

Ordre de jeu : dans l'ordre indiqué dans le titre, en n'oubliant pas le maître du jeu, après chaque post d'Ezeckiel. coeurrose
Infos en + : merci de ne pas laisser plus d'une semaine passer avant d'y répondre. Ça évitera de bloquer le sujet. Pour faire plus simple, vous pouvez faire entre 500 et 600 mots maximum sans problème, et ne faites surtout pas trop long. Wink
Le rp se déroule dans la réalité à une date pas spécifiée (histoire de ne bloquer l'histoire de personne). Sachez, cependant, qu'il se déroule en Californie, quelque part entre le parc de Yosemite et la ville fantôme de Bodie (un entre-deux de vos camps respectifs).
Le RP peut donc avoir un impact sur les personnages et le jeu.
THIS IS A CALL TO SOLIDARITY


Quatorze heures. Le soleil fait une timide apparition derrière les nuages, permettant à toute personne dans les alentours de voir clairement autour de lui.
La petite ville devant laquelle vous vous trouvez (et qui s'apparente plus à un village), a été assiégée il y a un moment déjà. Les maisons sont en ruines mais sont surtout complètement abandonnées. Tout comme de nombreuses voitures qui traînent ça et là.
Pas de cadavres dans les alentours, probablement parce que les quelques personnes mortes dans le coin ont été définitivement anéanties ... Ou alors parce qu'elles se sont relevées et sont à la recherche de chair fraîche.

Pour l'un d'entre vous plus que pour l'autre, la situation s'avère compliquée. Vous êtes là sans doute parce que vous êtes à la recherche de vivres ; mais Emily se retrouve dans une situation délicate.
En effet, une horde te maintient, sur le toit d'une maison vide. Tu y étais entrée dans l'espoir de trouver des vivres, et tu te retrouves maintenant à son sommet sans issue. Derrière la fenêtre qui se trouve derrière toi - et qui t'a menée jusqu'ici dans ta fuite -, des rôdeurs grattent, essayent de passer. En vain, pour l'instant, mais combien de temps le verre tiendra-t-il ? Et en bas, sous tes pieds, vers l'entrée de la maison, se trouvent aussi un nombre assez conséquent de rôdeurs.
Autrement dit, tu es coincée. Tu peux envisager plusieurs solutions mais trouver, à chaque fois, une raison pour ne pas le faire : ta vie est sur la sellette.

Quant à toi, Ezeckiel, tu es arrivé ici pour les mêmes raisons. Et tu ne tarderas pas à repérer la horde de rôdeurs qui essayent d'entrer dans la maison ou, en tout cas, d'attraper la personne qui se trouve sur son toit.
A toi de voir si tu lui viendras en aide ou si tu en profiteras pour faire tes propres emplettes, les rôdeurs du coin étant tous occupés actuellement.

CONTRAINTES : trouvez tous les deux le moyen d'insérer, dans votre dialogue ou dans votre récit, une phrase en provenance directe de ce poème, à mettre en italique.


Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar



× Âge du perso : :
21 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Californie - Dans un groupe dans lequel elle n'a pas forcément sa place

× Avant, j'étais : :
Lycéenne

× Messages : :
292

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
Bazzart (wolfgang)

× Avatar : :
Danielle Campbell

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Mira

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: THIS IS A CALL TO SOLIDARITY (Emily, Ezeckiel) Ven 1 Avr - 12:28

« I will survive with or whithout music »
Take me to church
Zeke & Milly
« Le monde entier me déteste… » Affirmais-je à moi-même, coincée comme une idiote dans le pire endroit au monde. Bon, les pires endroits au monde se multipliaient de jour en jour, mais dans l’instant présent, je me fichais pas mal de ce que vivaient les autres. Soupirant, je m’étais allongée sur le dos, contre les tuiles d’un toit, des écouteurs dans les oreilles. Je les avais pris dans la chambre d’un adolescent quand je cherchais de la nourriture. C’était typiquement ce genre de situations qui faisaient que depuis la mort de mon père, je savais qu’il me restait très peu de temps à vivre… Quand la pluie étalant ses immenses traînées, d'une vaste prison imite les barreaux, il ne me restait plus qu'à admirer ma dernière prison, mon couloir de la mort. Oui, les rôdeurs gémissant de la douleur de la famine qui grinçait à la fenêtre et ceux entourant la maison ne suffisaient pas, la pluie s’ajoutait à mon malheur. Croisant mes doigts entre eux, déposant mes mains sur mon ventre, j’avais totalement abandonné. A quoi bon ?

« Take me to church
I'll worship like a dog at the shrine of your lies
I'll tell you my sins so you can sharpen your knife
Offer me that deathless death
Good God, let me give you my life »


Je chantais moi-même les paroles de la chanson que je connaissais bien, en dépit de ne pas avoir pu trouver des piles neuves pour ce mp3 qui datait d’au moins mille ans. Mais, bien que je fusse à l’aube de ma fin, j’espérais encore dans mon fort intérieur retrouver un jour des piles et pouvoir entendre de nouveau de la musique dans mes oreilles. La mort aurait pu paraitre plus acceptable dans ces conditions. Est-ce que se battre servait encore à quelque chose ? Je commençais à en douter sérieusement. Mais je n’avais pas envie d’errer comme ceux qui voulaient ma mort, ma chair et peut-être même mes os. Faisant l’effort de regarder le ciel, ce dernier paraissait féérique, irréel. De fines gouttes d’eau tombaient sur mon visage, mais le ciel semblait dégagé et le soleil brillait. Avant de mourir, je verrais peut-être un arc-en-ciel. C’était incroyable avec quelle rapidité, parfois, l’être humain pouvait accepter la situation, même si cette dernière était synonyme d’horreur.

En même temps, non. Mon père avait donné son âme au diable seulement pour que je puisse conserver la mienne. Il s’était donné la mort, seulement pour que je puisse vivre. Ce serait moi qui l’abandonnerais cette fois si je ne faisais rien pour m’en sortir. A l’aide d’une pierre que j’avais dans mon sac à dos, j’essayais de délier les tuiles pour en créer une défense, tenter quelque chose pour les bloquer. J’avais bien pensé un moment sauter sur le toit d’à côté, mais je risquais de me rompre le cou. Demander de l’aide si jamais quelqu’un passait serait imprudent. Soit la personne en profiterait pour simplement faire ses courses, soit il me tuerait à distance pour être « gentil ». Inutile de prendre ce risque. Du moins c’est ce que je pensais.





© Starseed


hrpg:
 

_________________

love is killing me
Tu n'as aucune idée de ce que je suis capable pour toi, te garder et te protéger.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: THIS IS A CALL TO SOLIDARITY (Emily, Ezeckiel) Sam 2 Avr - 1:31

« What doesn't kill you make you stronger »
We are alive
Zeke & Milly
Ce n'est pas la première fois depuis que nous sommes à Yosemite que je vais loin du camp sans la compagnie d'Aileen. Pourtant, comme à chaque fois que je m'éloigne de la jeune femme, je ne cesse d'imaginer le pire, de me dire qu'en mon absence, le passage d'une horde rasera le camp dans lequel nous sommes et que par mon absence, je ne pourrais venir en aide à Aileen à temps et, en rentrant dans les ruines de ce qui était notre chez nous, dans le meilleur des cas je ferais face à son corps, errant sans vie à la recherche d'un repas humain, au sein d'une horde de zombies qui se mettent à geindre opiniâtrement, quand ils ont repérer un vivant. Elle sait bien que j'ai ce petit soucis à chaque fois qu'il est nécessaire de faire des récoltes et, le ressentant elle me rassure. Elle sait se défendre, elle sait que faire si l'on se retrouve loin l'un de l'autre pour une durée inconnue. On a notre code, notre façon de faire pour se retrouver si le besoin s'en faire ressentir, alors je ne dois pas m'en vouloir quand je m'en vais, en tout cas pas quand je reviens le sac plein de vivres. C'est une fois encore, l'objectif de cette sortie, ramener dans notre camping-car de quoi se nourrir, se soigner au besoin et pourquoi pas un peu de loisirs, un bouquin par exemple ? Je ne cracherais pas sur de la musique, j'ai toujours un mp3 dans mes affaires, mais les pîles qui fonctionnent ne sont plus légion, alors je doute de pouvoir mettre la main dessus. Bon, déjà concentration sur la route, faudrait pas se faire renverser, dans un monde dont le premier danger est la survie contre les nombreuses vagues de l'armée zombie.

J'ai eu vent qu'un village non loin de Yosemite pourrait encore receler quelques belles trouvailles, alors avec un minimum de précaution, autant tenter le loup, tant que l'on ne se fait pas mordre par ce dernier. Armée d'une hache de pompier et d'un sac sur le dos vide, le sac, pas le dos hein, j'avance avec prudence vers cette bourgade. Ne voulant prendre le risque de me faire repérer dans les rues avec les bruits de mon véhicule, j'ai pris le temps de le dissimuler, espérant qu'un chercheur de trésors ne passera pas par là, avec l'idée de partir sur le dos de ma moto. Bon, ça aussi c'est peu probable étant donné que la clé est dans ma poche, mais on ne sais jamais. De toute manière, je ne suis pas certain qu'il restera assez de carburant pour un long trajet, alors s'il ne fait pas attention à ce détail, l'inconnu potentiel pourrait ne pas aller bien loin. Puis, c'est à la façon des ninjas des temps anciens, vraiment très anciens, que j'avance, cherchant les rares pénombres, mais jugeant rapidement que cela n'est pas nécessaire, n'entendant ni ne voyant le moindre zombie. Peut-être que cette ville a été rasé de ses habitants aussi bien morts que vifs. Ce qui serait une aubaine dans un sens. Certes, s'il faut abattre un rôdeur je le ferais. S'il faut tuer un autre survivant pour que je sois toujours en vie à la fin de la journée, je le ferais aussi, mais si je peux éviter de tuer qui ou quoi que ce soit, c'est bien mieux alors.

Finalement, cette paix prend fin quand j'aperçois un premier mordeur non loin de moi. Par chance, il est seul. Deux choix s'offre à moi. Je peux faire un détour, ignorer la présence de cet ancien humain et poursuivre ma route. Je peux aussi faire mon possible pour m'approcher de lui en silence et le tuer, abréger les souffrances de l'homme qu'il était avant de se faire avoir à son tour. Je réfléchis, jauge du danger dans la zone et finalement, je me dirige à pas de loup vers ma cible, posant lentement la hache sur le sol pour glisser dans ma main droite un petit couteau, semblable à celui que j'ai offert à Aileen lors de notre rencontre. Le temps ralentit toujours dans une situation de cet acabit. Surtout quand le flair du monstre lui permet de sentir votre présence et qu'il se retourne pour vous faire face. Heureusement, ils ne sont pas les plus malin au monde et seul, ne sont pas un danger réel tant que l'on est prêt au combat. Preuve en est que malgré cet imprévus, la lame s'enfonce dans la boîte crânienne du zombie, qui cesse ses mouvements et tombe. Je reste accroupis quelques instants, puis finalement je range le couteau, ramasse la hache et reprend la suite de l'exploration.


© Starseed
Revenir en haut Aller en bas

ZOMBIE
avatar



× Âge du perso : :
Je n'ai point d'âge.

× Localisation (+ avec qui) :
De partout.

× Avant, j'étais : :
Un être humain.

× Messages : :
891

× Points de vie : :
17

× Copyright : :
©Morphine.

× Avatar : :
Zombie.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Selon ton bon vouloir ... ça va de "zombaque" à "zonzon" en passant par ... "rôdeur"..

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: THIS IS A CALL TO SOLIDARITY (Emily, Ezeckiel) Ven 15 Avr - 14:42

Ordre de jeu : dans l'ordre indiqué dans le titre, en n'oubliant pas le maître du jeu, après chaque post d'Ezeckiel. coeurrose
Infos en + : merci de ne pas laisser plus d'une semaine passer avant d'y répondre. Ça évitera de bloquer le sujet. Pour faire plus simple, vous pouvez faire entre 500 et 600 mots maximum sans problème, et ne faites surtout pas trop long. Wink
Le rp se déroule dans la réalité à une date pas spécifiée (histoire de ne bloquer l'histoire de personne). Sachez, cependant, qu'il se déroule en Californie, quelque part entre le parc de Yosemite et la ville fantôme de Bodie (un entre-deux de vos camps respectifs).
Le RP peut donc avoir un impact sur les personnages et le jeu.
THIS IS A CALL TO SOLIDARITY


Quelques minutes supplémentaires de marche suffisent à Ezeckiel pour arriver à proximité de la maison dans laquelle s'était aventurée Emily.
D'ailleurs, celle-ci est toujours coincée sur son toit, à court de solution. Et, malheureusement, à court de temps. Derrière Emily, d'ailleurs, la vitre semble sur le point de céder à l'insistance des rôdeurs ... Une fissure est désormais visible et le bruit qu'elle fait montre bien qu'elle ne tardera pas à ne plus être d'aucune utilité. Absolument aucune.

Il ne tient donc plus qu'à Ezeckiel - ou à un miracle, allez savoir - pour lui venir en aide, pour trouver un moyen ou un autre de libérer le passage à l'étage, en bas, où quoi que ce soit du moment qu'Emily puisse descendre.

Mais dans les conditions actuelles de survie, comment faire confiance à une parfaite inconnue ? Quand bien même elle est coincée là-haut ... rien ne dit qu'elle ne cherchera pas à causer du tort à Ezeckiel.
La confiance est difficile à accordée mais, parfois, elle vaut le coup d'être donnée aveuglement. Vraiment.

CONTRAINTES : chacun de vous doit insérer dans son texte une citation en provenance de ce site (la première page uniquement).
A mettre en italique.


Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar



× Âge du perso : :
21 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Californie - Dans un groupe dans lequel elle n'a pas forcément sa place

× Avant, j'étais : :
Lycéenne

× Messages : :
292

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
Bazzart (wolfgang)

× Avatar : :
Danielle Campbell

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Mira

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: THIS IS A CALL TO SOLIDARITY (Emily, Ezeckiel) Mar 26 Avr - 22:42

« I will survive with or whithout music »
Take me to church
Zeke & Milly
Mes ongles semblaient préférer rentrer dans ma propre chaire que de creuser dans ce toit et ces dalles qui pourraient devenir une arme de fortune. Malgré le travail au préalable effectué à la pierre, cette bâtisse semblait être plus résistante que moi ou les rôdeurs mêmes. Les tuiles ne pouvaient être délogées… Mon soupir fut suivi d’un triste son strident qui me fit écarquiller les yeux, quelle était cette plainte familière et d’où venait-elle ? « Merde ! » Le mot était partit tout seul et il s’était envolé aussi vite qu’il était apparu. Ce n’était ni la politesse ni la grossièreté qui pourrait venir à mon aide. Là, sous mes yeux d’enfants, se dessinaient une belle fissure face à la fenêtre qui était sensée me sauver la vie. Enfin, la sauver… Me protéger tout du moins des habitants mordants qui se trouvaient à l’intérieur de cette maison. Fouillant subreftivement dans mon sac à dos, j’hésitais. Devais-je tenter de sacrifier mon tube de glue pour ces monstres ? Non, ce tube était là au cas où je me blesserai. Mon dieu, faite que je ne dois jamais expliquer à personne pourquoi c’était une trousse médicale d’urgence. « Merde… » Répétais-je comme une prière murmurée à un Dieu dont je ne connais rien et dont je ne croyais pas. A qui pouvais-je donc communiquer ? Ces morts qui me tendaient les bras ? Mais leurs prières de m’embrasser avec eux dans le flambeau du septième enfer ne me disait rien jusqu’à maintenant. Alors, contrairement à ma première pensée furtive, il me fallait essayer le tout pour le tout, appeler de l’aide !

« A l’aide ! Je suis petite et mignonne, je sais me faufiler ! Je suis mieux qu’un outil ou une boite de conserve ! S’il vous plaît ! Quelqu’un ! »

Même un appel à l’aide à pleins poumons était marqué par un certain langage sarcastique avec moi. A croire que depuis la fin du monde, j’étais incapable de tenir une conversation en gardant un sérieux immuable. Agitant les bras à la manière d’un aveugle qui cherchait à attirer quelqu’un dans son sillage sans le voir, je commençais à perdre espoir. Personne ne répondait à cet appel venant d’un toit entourés de cadavres en décompositions. Qui voudrait répondre à cela ? J’aurai pu être Angelina Jolie que personne n’aurait levé le petit doigt. La beauté, l’intelligence, la fourberie ou même l’humour n’étaient plus à prendre en compte pour sauver quelqu’un. On préférait prendre des risques pour un allié de poids. Alors si une personne comme Pierce passait par là, il ne viendrait pas jouer le prince charmant en quête de délivrer la pauvre demoiselle en détresse.

Pourtant, en bas, dans le premier pas vers la mort, des tas de personnes jouaient au prince, seulement, la finalité ne me plaisait toujours guère. Ma pierre à la main, dans un geste de frustration, je ne pouvais m’empêcher de la jeter lourdement sur le troupeau de moutons noirs qui bêlaient de façon des plus désagréables.

« Stupide hobbit joufflu ! »

Il fallait croire que je visais aussi bien avec une arme à feu au bout de mon bras qu’avec une pierre à la main. Catastrophée, je constatais que j’avais fait tomber un rôdeur à terre. Je n’avais jamais eu à tuer de rôdeurs jusqu’à maintenant et j’observais stoïque la scène. Un soupir de soulagement étrange s’échappa de ma gorge lorsque ce dernier se remit à remuer. Quelle étrangeté que même dans cette situation, j’osais craindre pour les défunts qui remuaient alors que je risquais à mon tour de rejoindre leur groupe.






© Starseed


hrpg:
 

_________________

love is killing me
Tu n'as aucune idée de ce que je suis capable pour toi, te garder et te protéger.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: THIS IS A CALL TO SOLIDARITY (Emily, Ezeckiel) Jeu 5 Mai - 1:26

« What doesn't kill you make you stronger »
We are alive
Zeke & Milly
C’est calme, mais genre vraiment trop calme à mes yeux. Ce n’est pas que je ne sois pas ravi à l’idée de faire une fouille sans faire une rencontre de type zombie. Surtout que j’en ai vu un. J’en ai vu un et je l’ai tué. Cependant, cela ne me rassure pas vraiment, parce que j’ai tendance à croire que dès l’instant ou un zombie est dans une zone, les chances qu’il soit seul sont plus mince qu’une brindille, alors je reste sur mes gardes, guettant le moindre signe des rôdeurs aux alentours. J’ai promis à Aileen que je reviendrais toujours de mes aventures et je ne compte pas rompre cette promesse aujourd’hui, bien au contraire. C’est d’ailleurs pour cette raison que je prends tant de précaution et que si un zombie est isolé, je dois saisir l’occasion pour l’abattre, car un zombie qui erre peut en attirer un second et ainsi de suite et on obtient une horde. Les hordes étant ce qui se fait de pire dans ce monde, après la pénurie de beurre de cacahuètes. Une horde peut détruire un groupe entier en quelques minutes, qu’importe la taille du groupe, ou la cohésion entre ses membres. Quand une masse compact de rôdeurs approche de votre position, s’il n’est pas trop tard la seule solution est de tout abandonné sur place et de prendre la fuite le plus vite possible. Par chance, les probabilités de croiser la route d’une cohorte aussi imposante de marcheurs, sont infime et de fait, je ne devrais pas avoir de soucis pour le chemin de retour pour Yosemite.

Enfin ça, c’est en temps normal, quand je suis le seul survivant dans la zone et que rien ne m’oblige à perdre du temps. Quand je peux récolté le nécessaire et ensuite prendre la poudre d’escampette. Sauf que voilà, les choses ne sont jamais ce qu’elles devraient être et on se retrouve bien souvent à devoir faire face à un scénario que l’on apprécie guère. Dans le cas présent, c’est celui de faire le choix entre venir à l’aide à une personne dans une mauvaise posture, ou bien faire comme si de rien n’était et poursuivre sur sa route. J’ai bien entendu son appel, je ne suis pas encore à ce point fou. Seulement dois-je vraiment le faire ? Je ne sais rien d’elle, rien de ce qu’il pourrait se faire si je prenais la décision d’agir. Bon c’est sûr que pour un sos, on fait plus crédible, mais malgré le choix douteux des mots, je ne serais pas moi si je ne tentais pas au moins une reconnaissance. Tant que je ne suis pas en danger immédiat, je peux observer la scène pour voir les chances que j’ai d’atteindre mon but, alors j’avance. J’avance et je vois ce que je craignais y’a deux minutes.

Ils sont une vingtaine. Du moins, entre ceux que je vois à l’entrée du batîment et ceux qui semblent faire face à la femme sur le toit, bien que ceux-là je suis incapable de les voir. Je vois pas vraiment la demoiselle non plus cela dit. Je devine au mieux une silhouette, mais je n’ai pas de jumelles dans mon sac magique pour faire un zoom sur le spectacle. Alors je fais quoi ? Ce n’est pas avec ma hache que j’irais bien loin, j’en abattrais plusieurs c’est sûr, je l’ai déjà fais avec une moins bonne arme, mais réussir une fois ne veut pas dire que l’on peut réussir deux fois. Je pourrais aussi faire du bruit, en faire venir vers moi et courir pour les semer, puis une fois qu’ils auront bien avancés, prendre un autre chemin pour revenir sur mes pas et entrer dans la maison afin de rejoindre l’inconnue du toit. Décision prise et puisqu’il faut faire du bruit, je cri en direction du groupe zombie.

Hey vous là, mon père m'a appris que la peur est toujours constante, mais que l'accepter te rend plus fort. Alors je n’ai pas peur de vous. Je vais vous attirer, vous allez venir et je vais revenir sauver votre repas qui attend en haut…

Ouais bon, on a sans doute fait mieux, mais pour être sûr de les faire venir vers moi, je prends la hache pour taper sur ce qui m’entoure, espérant ainsi réussir à les attirer rapidement.

Hrp:
 

© Starseed
Revenir en haut Aller en bas

ZOMBIE
avatar



× Âge du perso : :
Je n'ai point d'âge.

× Localisation (+ avec qui) :
De partout.

× Avant, j'étais : :
Un être humain.

× Messages : :
891

× Points de vie : :
17

× Copyright : :
©Morphine.

× Avatar : :
Zombie.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Selon ton bon vouloir ... ça va de "zombaque" à "zonzon" en passant par ... "rôdeur"..

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: THIS IS A CALL TO SOLIDARITY (Emily, Ezeckiel) Mer 18 Mai - 11:22

Ordre de jeu : dans l'ordre indiqué dans le titre, en n'oubliant pas le maître du jeu, après chaque post d'Ezeckiel. coeurrose
Infos en + : merci de ne pas laisser plus d'une semaine passer avant d'y répondre. Ça évitera de bloquer le sujet. Pour faire plus simple, vous pouvez faire entre 500 et 600 mots maximum sans problème, et ne faites surtout pas trop long. Wink
Le rp se déroule dans la réalité à une date pas spécifiée (histoire de ne bloquer l'histoire de personne). Sachez, cependant, qu'il se déroule en Californie, quelque part entre le parc de Yosemite et la ville fantôme de Bodie (un entre-deux de vos camps respectifs).
Le RP peut donc avoir un impact sur les personnages et le jeu.
THIS IS A CALL TO SOLIDARITY


Que Emily soit d'ordinaire chanceuse ou pas, aujourd'hui, elle a de quoi faire. Certes, elle n'est pas dans la meilleure des postures - bien au contraire - mais son appel à l'aide a été entendu. Et quelqu'un est venu.

De là où elle se trouve, elle ne loupera rien du spectacle qui se joue devant elle.
De là où elle se trouve, elle ne peut pas faire grand chose. Si ce n'est ... surmonter sa peur, son appréhension et se décider à en exterminer un ou deux, elle aussi. Avec les tuiles qui sont sous elle, avec tout ce qu'elle peut trouver. C'est-à-dire pas grand chose, mais c'est déjà ça.

Qu'elle se décide ou non à le faire, il va falloir faire vite : la vitre, derrière elle, est sur le point de céder pour de bon, libérant le passage aux rôdeurs qui ont pris la peine de s'aventurer dans la maison.
Vite et bien. Toujours.

CONTRAINTES : Insérez dans votre texte une phrase des paroles de la chanson Stay de Kygo (paroles avec la traduction ici).
A mettre en italique.


Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Plutôt crever que de faire ce foutu vaccin !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21102

× Points de vie : :
171

× Copyright : :
© shiya (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: THIS IS A CALL TO SOLIDARITY (Emily, Ezeckiel) Lun 6 Juin - 14:29

RP archivé suite à la suppression d'Ezeckiel. coeurrose

_________________
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: THIS IS A CALL TO SOLIDARITY (Emily, Ezeckiel)

Revenir en haut Aller en bas

THIS IS A CALL TO SOLIDARITY (Emily, Ezeckiel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS-