[FLASHBACK] haunting memories ft. Ezeckiel
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome. Quelques bugs/décalages à attendre sous Firefox.
Le 10 novembre 2016, le forum a fêté ses quatre ans !! A cette occasion, sa saison 5 a été mise en place. bril Et le 12/06/2017, sa version vingt-trois réalisée par Morphine est installée. Toutes les nouveautés sont à découvrir ici. coeurrose
Oh la la qu'est-ce que vouuuuus aiiiiiime !! coeurrose lele Et si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ?

Partagez| .

[FLASHBACK] haunting memories ft. Ezeckiel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Plutôt crever que de faire ce foutu vaccin !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21102

× Points de vie : :
171

× Copyright : :
© shiya (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: [FLASHBACK] haunting memories ft. Ezeckiel Ven 1 Avr - 20:00

Haunting memories

Bordel mais qu'est-ce qu'elle est en train de faire ? Qu'est-ce qui lui a pris de dire oui, d'accepter cette invitation ? Elle aurait mieux fait de dire non, ou de ne pas répondre du tout pour mieux partir de son côté. Au lieu de cela, la voilà qui marche aux côtés de ce mec qu'elle ne connaît que depuis quelques minutes à peine. De ce mec qui vient de lui sauver la vie, et à qui elle vient elle-même de sauver la vie. C'est pathétique. Elle est pathétique. Incapable de survivre seule. Incapable de s'en sortir face à quelques malheureux rôdeurs pourtant si lents. Le deal est pourtant simple : elle vise leur tête, et le tour est joué. Mais avec une pelle, ce n'est pas aussi simple que l'on pourrait l'espérer. Pour atteindre le cerveau, il faut cogner. Cogner encore et encore, jusqu'à ce que le crâne ne soit plus que poussières. Une poussière particulièrement dégueulasse, cela va sans dire. Elle n'y est donc pas parvenue. Trop faible pour donner autant de coups de pelle que nécessaire. Trop éreintée pour, ne serait-ce que continuer à espérer, y arriver. Et il est arrivé. Il lui a donné ce couteau, et cela lui a paru tellement plus simple de frapper le rôdeur venu se joindre à eux de manière inopportune. Son instinct lui avait soufflé, dans un premier temps, de le laisser se faire bouffer, de prendre ses affaires et de se tirer sans demander son reste. Mais il y a quelque chose, dans cette rencontre et dans les yeux de ce mec, qui l'en a empêché. Qui l'a empêché d'agir comme la lâche qu'elle aurait pu devenir si facilement. En un claquement de doigts, en un acte dénué de tous sentiments humains. Oh, elle aimerait en être déjà à ce stade-là. Elle aimerait en être au point où elle ne bronche pas quand elle massacre le crâne de l'une de ces choses ou quand elle tue un survivant croisé sur sa route, directement ou indirectement. C'est tellement plus simple de lâcher prise, de laisser ses plus bas instincts prendre le dessus sur tout le reste. Mais elle ne l'a pas fait. Et, à l'heure actuelle, elle en est encore à se demander pourquoi. Elle ne devrait pas lui faire confiance. Pas aussi facilement. Après tout, qui lui dit qu'il n'est pas en train de la mener droit dans un guet-appens ? A cette pensée, les doigts de la jeune femme serrent un peu plus fort encore le manche du couteau qu'il lui a filé. Elle ajuste sa vitesse de marche pour être un tout petit peu en retrait par rapport à lui.

De cette façon, elle peut voir son épaule et tout mouvement qu'il pourrait effectuer. De cette façon, elle a le sentiment de garder un semblant de contrôle sur la situation. Autant dire que c'est dérisoire mais nécessaire à son bien-être. Nécessaire pour qu'elle ne devienne pas complètement folle là, tout de suite. Elle n'a pas ouvert la bouche depuis un sacré bout de temps, depuis qu'elle a accepté sa requête complètement cinglée, à vrai dire. Et elle n'a pas très envie de le faire. Mais ce n'est pas ce que lui demande sa tête, son instinct de survie qui la pousse désormais à se méfier de tout et de tout le monde. De lui, en particulier. C'est un mec. Et qui est capable de dire ce qu'ils ont dans la tête, hein ? Pas grand monde, et certainement pas elle. A mesure qu'ils avancent en direction de la destination qu'il a brièvement présenté, les rouages du cerveau d'Aileen fonctionnent à toute vitesse. Elle se demande encore ce qu'elle fout avec lui, donc. Mais elle se demande aussi où ils vont, et elle ne peut pas s'empêcher d'être sur la défensive. Elle n'est pas franchement en état de courir dans le sens inverse pour le semer, tout comme elle ne serait pas en état de se défendre si quelque chose venait à arriver. Alors il faut qu'elle essaye d'en apprendre plus. Il faut qu'elle travaille jusqu'à ce qu'il avoue ses véritables intentions. « Combien de personnes ? » Elle ne sait pas s'il en a conscience, s'il peut l'entendre dans la façon dont sa question est tournée, mais beaucoup de choses se jouent là, tout de suite : et elle serait prête, s'il le fallait, à user de toutes ses dernières forces pour se débarrasser de lui d'une façon ou d'une autre si cela lui semblait nécessaire à sa survie. Elle n'est pas égoïste, ni même adepte des meurtres sanglants, mais elle tient à sa vie. Et plus elle avance dans la direction indiquée, plus le signal d'alerte se déclenche, dans sa tête. Demi-tour, demi-tour, demi-tour, ... Pendant qu'il en est encore temps. Pendant qu'elle a encore un tant soit peu l'impression d'être en possession de ses moyens et d'avoir entre ses mains à elle sa vie. Qui sait combien de temps cela durera ? Après tout, elle ne sait rien de ce qu'il attend. Rien, si ce n'est qu'elle est en train de s'y faire amener par un type qui lui a sauvé la vie. C'est un bon début, mais ça ne suffit pas. Pas pour Aileen.



_________________
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] haunting memories ft. Ezeckiel Lun 18 Avr - 20:31

« What doesn't kill you make you stronger »
We are alive
Zeke & Aileen
Je ne sais pas si cela est vraiment une bonne idée, du moins, une part de moi réfléchis à ce doute, car je ne sais rien au fond de cette personne. Certes, elle était en danger, mais ça n'en fait pas une sainte pour autant. Ce n'est pas parce que l'on croise la route d'une personne qui, visiblement, survie seule et est en difficulté, que sa situation est réelle et non simulée. Cela pourrait très bien être un piège, ses camarades attendant dans l'ombre le moindre signe de sa part, pour fondre sur nous. C'est con, j'en ai bien conscience, mais le monde d'aujourd'hui n'est plus celui d'hier. Je sais que j'étais dans la même situation quelques temps plus tôt, lorsque le groupe de Stéphanie m'a sauvé la vie, alors qu'ils auraient très bien pu m'achever d'une balle dans la tête, pour m'offrir ce que je voulais, sans oser le dire à voix haute. J'ai eu une seconde chance, l'occasion de voir qu'aussi pourris que soit le monde, il peut encore valoir le coup que l'on se batte pour le défendre. C'est sans doute pour cela que je suis venu en aide à cette inconnue. Pour rendre ce que l'on m'a offert, faire en sorte qu'elle puisse aussi avoir le droit à une seconde chance. L’inquiétude que j'ai est normal, mais au fond, elle ne doit pas devenir paranoïa. Dans le pire des cas, on sais se défendre, mais ce serait dommage de recourir aux armes à cause d'un sauvetage.

On est une vingtaine actuellement.  Toi tu es seule, mais j'imagine que tu as un nom quand même non ? Faudrait pas que je présente un fantôme à ma chef.

Une petite plaisanterie, histoire de briser la glace qui pourrait être un frein à notre progression. On ne deviendra pas les meilleurs amis du monde, ça ne veut pas dire pour autant qu'il ne faut pas être amical durant les quelques journées que nous passerons ensemble. Après tout, on ne sais jamais ce qui peut se produire par la suite, qui sait si plus tard, ce n'est pas moi qui sera de nouveau en danger et elle qui viendra à mon secours ? Encore que pour cela, il faudrait que je fasses bonne impression, sinon dans ce cas de figure, elle pourrait tout aussi bien ne rien faire et offrir à la mort l'occasion de faucher mon âme. Remarque, ce n'est pas parce que je suis sympa avec elle, que forcément elle bougera le petit doigt pour éviter à mon corps de devenir le menu des rôdeurs. On verra bien si l'avenir donne l'occasion d'avoir une réponse à cette question, ou non. Pour l'heure, nous avançons encore et toujours, puis finalement je fais signe d'arrêt à ma nouvelle camarade, me retournant pour lui faire face, m'assurant auparavant qu'aucun zombie ne se trouve dans notre champ de vision, puis lui adresse de nouveau la parole, cette fois avec un visage sérieux.

Même si ton passage dans le groupe n'est qu’éphémère j'ai besoin de savoir deux trois informations à ton sujet, je suis désolé par avance si cela te dérange. Pas besoin de détails, pas si tu ne veux pas les donnés, simplement oui ou non au moins s'il te plaît. Combien de rôdeurs tu as tué depuis le début ? Bon d'accord là il faut pas oui ou non, mais j'ai également besoin de savoir si tu as déjà dû abattre un survivant ? Plusieurs ?

Autant la première n'est pas une question qui semble difficile à répondre, du moins selon mon point de vue. Autant la seconde peut par contre être assez dérangeante, car plusieurs raisons peuvent nous pousser à mettre à mort un autre survivant. Une agression par exemple. Et si avant de croiser ma route, Aileen a eu à faire à d'autres vivants, bien moins cléments et qui lui ont tout prit, ce qui pourrait expliquer son état de fatigue.  Ou un simple accident, trop de zombie, un mouvement dans son dos, une réaction qui dépasse la réflexion et un coup qui frappe trop rapidement pour le retenir. Tellement de possibilités, une réponse sera-t-elle donnée pour autant ?

© Starseed
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Plutôt crever que de faire ce foutu vaccin !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21102

× Points de vie : :
171

× Copyright : :
© shiya (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] haunting memories ft. Ezeckiel Mar 19 Avr - 22:37

Haunting memories

La situation est compliquée à gérer pour Aileen, quand bien même elle semble ne pas être en mauvaise posture. Elle est, certes, très faible et son corps donne l'impression de pouvoir la lâcher à tout moment, mais elle n'est plus seule. Quelqu'un lui a sauvé la vie. Quelqu'un s'apprête à refaire cela en lui permettant d'entrer temporairement dans son groupe, en lui offrant aussi de quoi survivre un peu plus longtemps. Elle hésite encore, les doutes sont toujours bien là, ancrés dans sa tête. Mais elle sait qu'elle n'a pas le choix. Si elle veut s'en sortir, il faut qu'elle le suive, il faut qu'elle accepte de lui faire un tant soit peu confiance. Plus facile à dire qu'à faire, alors qu'elle a l'impression de pouvoir se faire attaquer à tout moment. Il ne fait pourtant pas un seul geste dans sa direction, il se contente de répondre à sa question, et de surenchérir de son côté. Elle voit bien qu'il ne cherche pas à la mettre mal à l'aise en l'assommant d'interrogations en tout genre. Mais elle ne peut s'empêcher de déplorer la situation, le fait qu'elle soit obligée de tenir une conversation. D'abord parce qu'elle est faible et que chaque mot prononcé lui semble être une torture et ensuite parce qu'elle ne sait toujours pas quoi penser de lui. Du coin de l’œil, elle l'observe en permanence, pas persuadée pour autant d'être discrète. Mais désireuse de ne pas le lâcher une seule seconde ; sait-on jamais. « Aileen. Je m'appelle Aileen. » Sa réponse est déjà un quasi miracle en soit, alors elle ose espérer qu'il ne s'attendait pas à ce qu'elle rigole à sa plaisanterie. Elle n'en a même pas sourit ; pas la force, pas l'envie non plus. Elle n'aurait pas pu mieux faire que cela. Et il lui demande encore de parler puisqu'il lui annonce bientôt vouloir obtenir quelques informations à son sujet. En soit, elle le comprend parfaitement ; elle est elle-même très méfiante donc elle ne peut pas l'en blâmer.

Mais tout cela ne l'empêche pas, de son côté, de ruminer. Et de désespérer à l'idée d'avoir à lui parler de son parcours, ou de quoi que ce soit d'autre s'en apparentant. Tout ce qu'elle veut, c'est se rouler en boule dans un coin et dormir des jours entiers en se sentant assez en sécurité pour cela. Ce qu'elle devrait parvenir à faire dans son groupe, sans pour autant quitter son couteau ... Juste au cas où. « Combien de rôdeurs ? Qui t'a donné l'idée d'une telle question ? » Elle est ... ébahie, qu'il ait pu lui demander un truc pareil. Pour le reste de sa petite tirade, elle essaye de l'oublier pour l'instant. Et peut-être même de l'oublier tout court s'il l'y autorise. Elle aimerait bien ne pas avoir à revenir dessus si cela est possible. Mais il est peut-être temps qu'elle modère un peu ses propos, plutôt que de passer pour la pire des garces ... « Tu comptes, toi, peut-être ? » Avouez que c'est assez bizarre comme principe et comme question. Aileen ne tient aucun compte vis-à-vis des rôdeurs. Du côté des survivants, ce n'est pas tout à fait - voire pas du tout - la même chose. Sur cela, ils doivent être tous les deux d'accord - ce qui en fait au moins un, un bon début -. Mais elle ne veut pas avoir à y répondre. Elle ne veut pas se sentir obligée de s'expliquer. Et, très franchement, elle préfère aller se laisser crever/bouffer dans un coin plutôt que d'avoir à en toucher un seul mot. Alors elle essaye de noyer le poisson comme elle peut et peut-être que, avec un peu de chance, il laissera couler en comprenant que c'est un sujet tabou. Un sujet atrocement tabou. « Toi, comment tu t'appelles ? » Et ce n'est pas seulement un moyen de le tenir à distance de certains sujets sensibles, c'est aussi parce qu'elle doit pouvoir mettre un prénom sur son visage. C'est comme ça, ne cherchez pas à comprendre.



_________________
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] haunting memories ft. Ezeckiel Sam 30 Avr - 23:18

« What doesn't kill you make you stronger »
We are alive
Zeke & Aileen
Moi aussi, j'ai eu le droit à la chance de répondre à ces quelques questions… Enfin la chance, c'est un terme bien relatif, qui diffère totalement d'une personne à l'autre. D'un point de vue personnel, sachant que sans l'intervention du groupe de Stéphanie, je n'aurais jamais retrouver la force de me battre et je serais mort comme un moins que rien, sur la route, par la fatigue, ou parce que des zombies auraient finalement réussi à avoir leur dû en me dévorant à petit feu, me changement lentement en l'un des leurs, pour qu'à mon tour je me délecte de la chair d'un survivant abandonnant la lutte contre la survie. Heureusement ce n'est pas le cas et je respire avec mes deux poumons l'air à mesure que le temps passe. Toujours est-il donc qu'à mon réveil, sous la surveillance de deux membres du groupe, j'ai discuté avec Stéphanie, surpris par ses questions, mais y répondant avec franchise. Enfin pas exactement, je ne tenais pas encore de compte exact, donc j'ai imaginé en être à une douzaine environ, ce qui en soit est déjà pas mal, voir trop aux yeux de certains. Cependant, ce n'était pas la question la plus compliquée. Dans un sens, je n'ai encore tué personne, du moins aucun survivant, donc en soit ce n'est pas dur de dire aucun. Sauf que l'idée même de tuer un être vraiment vivant me fait froid au dos. Je sais pourtant que je risque de devoir le faire un jour, que ce n'est dans la nature de personne, mais qu'il faudra probablement que je fasse ce choix pour sauver ma vie.

Aileen ? C'est sympa, t'es ma première Aileen. Moi c'est Ezeckiel, Ezeckiel Livingston. Je suis pas vraiment originaire du coin, donc j'espère que tu ne m'en voudras pas si on ne tombe croise pas un centre commercial, un cinéma, ou je ne sais ce que tu pourrais apprécier mademoiselle Aileen.

Ezeckiel qui se la joue Marcus avec son humour bon enfant, alors que la fin du monde est proche et que les morts ne le sont pas, tant que leur tête est encore intact. Bon au pire il fera prendra la fuite à la jeune femme, au mieux ce sera quand même bien compliqué de lui faire avoir confiance en moi, mais bon qui vivre verra non ? Au moins maintenant ce n'est plus juste mademoiselle, l'inconnue, la jeune femme, c'est Aileen et c'est un premier pas non négligeable dans la situation actuelle. Je me voyais assez mal revenir au camp et la présenter à la chef en disant mademoiselle sans identité. Cela dit, ce n'est pas absolu que ce prénom soit vraiment le sien, tout comme elle ne peut savoir si Ezeckiel est vraiment mon prénom, mais bon on a déjà un nom à donner au visage de l'autre et c'est déjà pas mal.

Je sais que ce n'est pas une question simple ou agréable, voir même carrément dérangeante et je comprends que tu n'apprécie pas l'idée d'y répondre. Ce n'est pas de moi, c'est de la chef de mon groupe. J'ai aussi eu le droit à ce questionnement lorsqu'ils m'ont sauvés la vie. Je ne comptais pas encore, du moins pas précisément, maintenant oui je t'avoue que je le fais. Je suis à vingt-trois zombies tués. Je pense à ceux qu'ils étaient avant et… Je me dis que ça fait vingt-trois personnes que j'ai libéré d'une errance cannibale.

Un brin de sincérité dans la voix, en espérant qu'Aileen le comprenne ainsi, car cette fois pas de mauvaise blague, ni de question détournée, simplement l'occasion de se dévoiler un peu à ses yeux, croisant les doigts mentalement pour qu'elle le saisisse et ainsi, lui fasse au moins un peu confiance, ou en tout cas, qu'elle m'accorde une certaine crédibilité.
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Plutôt crever que de faire ce foutu vaccin !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21102

× Points de vie : :
171

× Copyright : :
© shiya (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] haunting memories ft. Ezeckiel Jeu 5 Mai - 17:36

Haunting memories

C'est vrai que la situation est vraiment bizarre. Le jeune homme, aux côtés d'Aileen, qui essaie de meubler le silence et elle qui répond par des phrases aussi courtes que possible ; c'est bizarre, c'est le moins que l'on puisse dire. Elle essaye pourtant de faire un effort pour ne pas se montrer trop désagréable - après tout il vient quand même de lui sauver la vie et il s'apprêter à réitérer cet état de fait -, mais c'est peine perdue. C'est plus fort qu'elle, elle est obligée d'être sur la défensive. Et ses questions n'aident pas à la détendre ; quoi que rien ne pourrait y parvenir, nul doute là-dessus. Il se présente à son tour, et Aileen se contente de hocher la tête. La blague d'Ezeckiel qui suit reste également sans réponse. Elle n'esquisse pas non plus le moindre sourire. Elle sait, pourtant, qu'il essaye de bien faire, mais c'est plus fort qu'elle. Là aussi. Elle aurait pu lui préciser qu'il est également le premier Ezeckiel qu'elle croise de toute sa vie. Que c'est joli, comme prénom. Et qu'elle le remercie pour avoir dit de même avec son propre prénom. Elle aurait pu, mais elle ne le fait pas. Parce qu'elle est faible, sur le plan physique. Et concernant le plan psychique, et bien c'est tout à fait autre chose ; elle n'est justement pas faible, et ne veut surtout pas s'y essayer. S'il veut discuter, qu'il le fasse avec les autres membres de son membre. Mais qu'il ne s'attende pas à ce qu'elle rit à ses blagues, réponde à chacune de ses questions et se montre gentille en plus d'être polie. C'est triste à dire, mais elle n'a aucune envie d'en arriver là. Et elle sait que ce n'est pas la fatigue et la faim qui la font penser ainsi, c'est juste ce qu'elle s'est laissée devenir au fil des semaines. La perte de Conrad, la perte de ses parents, la perte de sa petite sœur, les enfoirés de survivants. La solitude aussi.

A une toute autre époque, il lui aurait peut-être été envisageable de parler plus longuement avec lui. Elle aurait peut-être même pu le trouver sympathique, qui sait. Mais en l'occurrence, elle ne parvient à se mettre rien d'autre en tête que l'idée qu'il pose trop de questions. Des questions qu'elle n'est pas sûre d'apprécier. Oh, elle en comprend le sens et l'utilité, mais ce n'est pas pour autant qu'elle a envie de lui apporter satisfaction en lui répondant. Ce qui la met dans une position fortement désagréable puisqu'elle sait qu'elle ne s'en sortirait pas seule. Et qu'il pourrait bien décider de la larguer là, et adieu tout espoir de survie et rétablissement ... « Vingt-trois ... » répète-t-elle doucement comme si elle essayait de faire une comparaison avec sa propre expérience. Sauf qu'elle n'a pas la moindre idée du nombre de rôdeurs qu'elle a tués ... Les trois premiers, elle les a comptés. Et puis, au fil de ses péripéties, elle a perdu le compte. Elle a lâché l'affaire. « Je ne sais pas combien j'ai tué de rôdeurs. » Ajoute-t-elle un peu plus fort, puisque c'est bel et bien à Ezeckiel qu'elle s'adresse cette fois-ci. Et pour ce qui est des survivants, il n'est pas obligé de savoir. Elle n'a aucune envie de lui expliquer le pourquoi du comment, alors s'il pouvait s'en contenter et accepter d'en rester là, elle apprécierait beaucoup. Parce qu'elle risquerait de vite se retrouver dans l'embarras, sans issue de secours. « T'es avec ce groupe depuis combien de temps ? » Une solution comme une autre : le faire parler pour qu'il oublie sa question ou, en tout cas, passe à autre chose. Elle en a besoin. Vraiment.



_________________
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Plutôt crever que de faire ce foutu vaccin !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21102

× Points de vie : :
171

× Copyright : :
© shiya (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] haunting memories ft. Ezeckiel Lun 6 Juin - 14:29

RP archivé suite à la suppression d'Ezeckiel. coeurrose

_________________
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] haunting memories ft. Ezeckiel

Revenir en haut Aller en bas

[FLASHBACK] haunting memories ft. Ezeckiel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS-