Alyssa Wood ▬ God Bless America
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
Le 10/11/2017 : le forum a CINQ ans & sa saison 6 est mise en place. Nouveautés à découvrir ici (le tout accompagné d'un recensement au passage obligatoire).
ON VOUS AIME TEEEELLEMENT !! coeurrose lele Si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ? (Ouais on vous achète et alors ? /PAAN/)

Partagez| .

Alyssa Wood ▬ God Bless America

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Alyssa Wood ▬ God Bless America Sam 9 Avr - 22:11

Alyssa A. Wood
PRÉNOM(S) † Alyssa, Andrea. NOM † Wood. ÂGE † 25 ans. DATE DE NAISSANCE † 21 juin 1991. LIEU DE NAISSANCE † Sacramento. ANCIEN LIEU D'HABITATION † Phoenix. ANCIEN MÉTIER † étudiante en comptabilité. STATUT FAMILIAL † en couple. ORIENTATION SEXUELLE † hétérosexuelle. CÉLÉBRITÉ SUR L'AVATAR † Kaya Scodelario. GROUPE QUE TU SOUHAITES REJOINDRE † http://img10.hostingpics.net/pics/141916Noah14.png CRÉDIT AVATAR † wiise.



Alurs, alors ! Déjà, bonjour à toutes et à tous ! Sur les internets, on me nomme GLaD0S, je suis une petite miss de 21 piges qui vient de la belle Bretagne. J’ai connu le forum via un partenariat ! Je pense me connecter un peu tous les jours, mais niveau Rp, ce serait 1 ou 2 par semaine, tout dépendant de mon travail à l’école et pendant mes stages ! Je suis étudiante en formation pour devenir Habilleuse et ce métier est juste génial ♥
Code validé par Fredou.

Décris ton caractère d'avant l'épidémie puis de maintenant.
Avant l’épidémie, Aly était une jeune femme assez réservée, discrète, voire même effacée. Elle préférait la compagnie du vent et des arbres à celle des autres humains. Elle était très proche de sa famille, les plaçant toujours en premier sur sa liste des priorités. Sérieuse, elle travaillait dur pour atteindre ses objectifs. Sans doute dû au métier de son père, elle s’était donné pour mission de protéger sa petite soeur face aux aléas de la vie. Elle se maudit d’ailleurs toujours de ne pouvoir être sûre qu’elle soit en sécurité. Amoureuse et en couple avant tous ces événements, elle reste fidèle à celui qu’elle aime tant qu’elle ne sait pas ce qui lui arrivé. Elle n’a pas pu faire son deuil ne sachant pas s’il est toujours vivant ou non. Le fait qu’elle ait passé tant de temps seule face à la nature lui a apprit à se servir du sens du vent pour contourner les groupes de rôdeurs ou d’humains, mais ça lui a également été utile pour chasser des animaux qui ont été épargnés par tous ces drames.
Avec tout ce qui s’est passé, elle s’est révélée être un leader, bien qu’elle déteste ce mot. Les gens qui voyagent avec elle sont comme sa famille, pour elle, c’est son devoir de les protéger et de leur assurer un certain confort. Elle fait comme elle peut, mais n’hésite pas à se reposer sur les gens de son groupe, refusant nettement qu’on la nomme comme “chef” ou quoique ce soit dans cet esprit. Elle ne veut pas décider à leur place et leur demande toujours leur avis afin que les décisions soient prises en accord avec ce que tout le monde pense. Puis bon, elle n'en a pas la carrure, du moins, physiquement. Elle a également développé un certain recul sur la situation, considérant tout ce qui est rôdeur ou rôdeur en devenir comme menace à éliminer. C’est de là qu’elle tient son sang-froid. Menace = à abattre. Après les événements de la Zone 51, elle est méfiante envers les autres groupes d’humains et ne craint pas de devoir sortir les crocs ou les armes pour défendre son clan. Au final, elle est assez brute de décoffrage, ne s’accordant pas de futilité comme la sympathie, comme elle a pu le faire au début de cette “ aventure “, sa méfiance la rendant plus désagréable que gentillette. Son côté tout-doux, elle le réserve à Eduardo, quand elle le retrouvera, si elle le retrouve...
Que ressens-tu quand tu vois un zombie ? Est-ce que tu les tues ? Si oui, que ressens-tu ?
Du dégoût. Puis de la colère, mêlée à la peur. L’instinct de survie qui active tous les gyrophares dans sa tête. Elle ne les tue qu’en cas de nécessité, quand ils représentent un risque majeur pour elle et son groupe. Quand elle doit passer à l’acte, c’est encore du dégoût qu’elle ressent, puis du soulagement. La peur de se faire mordre est devenue tellement habituelle qu’elle n’y fait plus trop attention, mais elle pèse tout de même dans un coin de son estomac. Au fur et à mesures, elle a appris à ne plus ressentir de pitié pour ces choses et n’hésite plus à éclater la cervelle de ceux qui rôdent ou de ceux qui ne tarderont pas à le devenir.

As-tu perdu beaucoup de proches et les pleures-tu encore ?
Concernant sa famille elle ne sait pas. Elle espère que non. Elle n’a juste aucune nouvelle de sa famille ou de son petit ami, puisqu’absente lorsque l’épidémie s’est déclenchée et a emporté un maximum de personnes.. Elle prie pour qu’ils soient en sécurité ou, qu’ils n’aient, au moins, pas “tourné”.
Cependant, elle a perdu un bon nombre des gens qui ont fait un bout de chemin avec elle. Bien que certains aient pu survivre à la Zone 51, elle a tout de même été la personne à tirer une balle entre les deux yeux de ceux qui étaient devenus rôdeurs, non sans regret et remords de n’avoir pu les protéger. Elle ne les pleure pas, cependant. Elle a bien compris que ça ne servait à rien, puisque c’est devenu un quotidien. Mais ils gardent une place privilégiée dans son coeur.
Penses-tu avoir évolué depuis le début de l'invasion ?
Oui. Elle est devenue plus dure envers elle-même et plus réticente envers les autres. Elle s’est révélée être une meneuse, mais ne l’assume pas entièrement. Et elle n’aurait jamais imaginé pouvoir abattre autant d’êtres. A tel point, qu’elle commence à devenir de plus en plus insensible.
Son but, cependant, est resté le même : retrouver sa famille et son petit-ami, Eduardo.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Alyssa Wood ▬ God Bless America Sam 9 Avr - 22:30


God bless America

« Là, tu prends bien appui sur tes jambes. Surtout, tu ne retiens pas ta respiration, pose-la. Vise. Garde ton calme et tout ira bien. »
Un bruit de détonation se fait entendre et des oiseaux s’envolent de leur perchoir.
«  Allez. On recommence. La prochaine fois sera la bonne, ma chérie. »
Elle grimace et baisse son arme. Le fusil est lourd et lui a fait mal à l’épaule, elle se la masse.
«  Lâche pas, Aly. Tiens, je vais te montrer. »
L’homme, son père, lève son arme et vise la bouteille posée à quelques mètres de là. Il ne prend que quelques secondes pour viser et l’explose, dans un bruit effroyable de verre brisé et de détonation.
«  C’est pas compliqué ! Il faut que tu prennes ton temps, chérie. »
Elle grimace encore et replace son arme, visant du mieux qu’elle le pouvait. Son père, Billy, un policier de Sacramento s’était mis en tête de lui apprendre à se servir d’armes à feux. Parce qu’un jour, elle aura besoin. Il le sait mieux que personne, les rues ne sont pas sûres. Même chez soi, nous ne sommes pas à l’abri, vu tous ces criminels qui se baladent. God Bless America. C’est important à ses yeux que sa fille puisse se défendre quand il est absent pour défendre la veuve et l’orphelin de ses voyous qui sont trop nombreux à son goût. Alors, il a prit les devants et s’est donné pour mission d’apprendre à la prunelle de ses yeux comment se défendre. C’est un devoir. Alyssa n’a qu’une dizaine d’années lorsqu’il lui met une arme entre les mains. Un fusil de petit calibre qu’il lui a offert pour son anniversaire. Comme son père lui avait offert quand il avait son âge. Alors, elle lève le canon de son arme et porte son regard vers sa cible, elle tire. Elle touche sa cible. Fière, elle se tourne vers son géniteur, un grand sourire aux lèvres.
Les armes à feu, une affaire de famille. Ils sont tous policiers, de père en fils et ce n’est pas parce que Billy n’a pu avoir que des filles que ça l’empêchera de partager cette passion qui est la sienne. La cadette, Megan, qui n’a que huit ans, sera la prochaine à apprendre. Mais pour le moment, elle est trop jeune, selon lui. Ça ne plaît pas trop à leur mère, mais tant qu’elles s’en servent uniquement sous la surveillance du papa, tout va bien.
Mais là n’est pas l’unique passion du policier et qu’il aimerait transmettre à sa famille, le reste plaisant beaucoup plus à Maman Rachel. En effet, dès qu’il a un week-end de libre, il emmène toute la petite famille en balade qui a tôt fait de se transformer en randonnée, prévoyant tentes, matos d’escalade et tout le tintouin. Alyssa adore tous ces moments passés avec son père dont elle est très proche, elle ferait tout pour le rendre fier. C’est une des raisons pour lesquelles elle a commencé à prendre des cours d’escalade et ça, elle adore. Comme tous les enfants, elle aime crapahuter dans les rochers, alors apprendre à se dépasser pour monter toujours plus haut et sentir le vent sur son visage ou la pierre sous ses doigts, ça la ravit. En grandissant, elle partait souvent avec Billy pour tâter des rochers du pays. Elle est agile et adroite, grimpant à une vitesse propre aux enfants de son âge ayant appris les rudiments de l’escalade relativement tôt.
Adolescente, elle partait parfois seule pour dompter les accrocs des monts des parcs nationaux, campant aux sommets pour profiter du paysage. Elle aimait ça, le calme, la solitude et pouvoir se couper du monde pour apprécier la beauté de son pays qu’elle aimait profondément.
Même pour ses examens, au lycée, elle allait grimper pour réviser ses cours, surplombant les forêts et les déserts. L’ambiance apaisante de cette tranquillité silencieuse lui permettait de se retrouver avec elle-même et de se calmer, pour être suffisamment concentrée pour travailler ses concours et ses exam’. Elle était une élève moyenne, mais comme elle ne nourrissait pas de desseins exceptionnels, elle s’en contentait. Tout ce qu’elle voulait, c’était un travail tranquille qui lui permettrait de pouvoir s’éclipser quand elle le voulait pour aller crapahuter dans la nature.
Elle était assez solitaire, mais pas asociale, elle avait son groupe d’amis au lycée, mais sortait rarement faire la fête. Groupe d’amis qui, comme elle, avait une certaine passion pour les armes à feu et se retrouvaient souvent pour de chouettes parties d’airsoft dans la nature ou dans des bâtiments désaffectés. L’arme de prédilection d’Aly ? Un fusil de précision. Elle aimait se planquer dans un coin pour éliminer ses adversaires qu’elle prenait grand soin de viser dans la lunette de son arme factice.
Ses hobbies et sa caractère solitaire ne l’ont pas empêchée de rencontrer Eduardo, un jeune étudiant latino. Lui aussi nourrissait cet amour pour la nature et pour la géographie de la Californie. Mais ce n’était pas au goût de tout le monde. Non. Billy n’était pas vraiment très heureux que l’homme qui fasse vibrer le coeur de sa fille soit un fils d’immigrés mexicains et il ne manquait pas une occasion pour le rappeler à Alyssa.

« Je sors ! J’ai rendez-vous avec Ed. Je ne rentrerai pas très tôt, Bill. »
« Aly. Faut qu’on parle. »
« Sérieux, P’pa ? Pas maintenant, je dois y aller. Je suis déjà en retard… »
« Tu sais bien que je n’aime pas que tu vois ce.. ce garçon. »
« Pourquoi, hein, pourquoi ? »
« Je te l’ai déjà dit. Je ne suis pas sûr qu’il soit très … fréquentable. »
« Oh mon dieu. Tu t’entends parler ? Pourquoi il ne serait pas fréquentable ? Il est américain. Il est né ici, Bill. »
« Non, ce n’est pas ça… Je ne l’aime pas, c’est tout. »
« J’aimerai bien savoir en quoi ? Il n’a jamais rien fait de mal, il étudie pour devenir avocat, il ne traîne pas avec des gens peu fréquentables. Il est gentil et il prend soin de moi. Ca te suffit pas ?! »
« C’est pas ça Alyssa. »
« Alors, c’est quoi ? C’est parce qu’il est latino, c’est ça ? T’as peur qu’il me pique mon boulot, ou celui d’un autre américain bien sous tout rapport ? Ou devrais-je dire blanc sous tout rapport, hein, c’est ça ? » lâche-t-elle acerbe.
« Arrête. »
« Tu me les brises, Bill. Tu me les brises. » Et elle s’en va en claquant la porte, sautant dans sa voiture pour qu’il ne la retienne pas. « Putain. », siffle-t-elle entre ses lèvres.

Ses rapports avec son père s’étaient dégradés au fil du temps. Sans doute avait-il peur de perdre sa fille chérie, sans doute était-il plus fermé d’esprit qu’il ne saurait l’admettre lui-même. Elle détestait ça. Eduardo et elle avaient des projets. Son université était à Phoenix et celle que visait la brunette aussi, ils avaient donc prévu d’emménager ensemble quand elle serait acceptée là-bas. Mais elle ne comprenait pas la réticence de son père vis-à-vis de son petit-ami. Elle lui avait pourtant dit que son père était journaliste et sa mère professeur des écoles, comme Rachel, sa propre mère, mais ce n’était pas suffisant. Visiblement le fait qu’il aide des associations non plus. Mais Alyssa l’avait bien compris. Eduardo ce serait appelé Edward et aurait été blanc, il n’y aurait pas eu de problèmes. Billy avait beau le cacher, il laissait bien trop souvent s’échapper des phrases borderlines racistes à l’encontre des gens de couleur, faisant beaucoup trop d’amalgames entre les gens qu’il arrêtait et les autres, qu’il croisait dans la vie de tous les jours.


Ah, l’université. Les cours en amphi’, la masse de devoirs et le job à mi-temps pour pouvoir payer son loyer et la nourriture. C’était dur, mais faisable et de toutes manières, maintenant qu’Aly et Ed’ vivaient ensemble, tout leur semblait rose. Amoureux comme au premier jour, les seules disputes qu’ils avaient pu avoir ne faisaient que nourrir un peu plus l’amour qu’ils se portaient. Mais les choses n’étaient pas si belles que ça. Les gens tombaient malades. Le nombre d’étudiants au campus diminuait de jours en jours et même les professeurs commençaient à manquer. Même le patron d’Alyssa l’avait appelée pour lui dire qu’elle ne devrait pas revenir travailler car il était malade depuis quelques jours et qu’il avait fermé le magasin. Le bon côté des choses, c’est qu’elle pouvait enfin se permettre de prendre une dizaine de jours de repos pour aller randonner et grimper les rochers de la Forêt Prescott, au nord de la ville. Elle avait proposé à Eduardo de partir avec elle, mais il était soucieux, sa mère était malade et il préférait rentrer à Sacramento pour veiller sur elle, vu le temps libre qu’ils avaient devant eux. Elle lui avait proposé de l’accompagner, mais il l’avait serrée dans ses bras et lui avait dit qu’il se débrouillerait et qu’elle pourrait partir sereine en balade, ça ne devrait pas être très grave après tout, juste une mauvaise fièvre. Foutu virus de la grippe, tout le monde l’attrapait et il préférait la savoir en sécurité, loin de ces microbes, en forêt. Mais il ajouta que si elle ne se sentait pas bien, elle n’aurait qu’à l’appeler et il viendrait la chercher, même si la route était longue.
Elle l’embrassa et le serra longuement dans ses bras, comme si elle le voyait pour la dernière fois. Puis, quand sa voiture quitta le parking et disparut au bout de la rue, elle rentra pour préparer son matériel. Tente, couvertures, réserves de nourriture, piolet - au cas où- puis toute une panoplie de mousquetons, de cordes et tout ce qu’il fallait pour grimper en tout sécurité. Vint son tour pour quitter le domicile et rouler en direction de Prescott. Elle abandonna son véhicule sur un parking en bordure de la forêt et s’enfonça dans les bras bienveillants des arbres. Elle passa finalement une quinzaine de jours là-bas. Pas de nouvelle de la part d’Eduardo, bonne nouvelle ? Elle lui envoyait parfois quelques messages pour lui dire qu’elle allait bien et lui demander si lui, ça allait aussi, mais elle n’avait pas de réponse. Cependant, ça ne l’inquiétait pas, elle mettait ça sur le compte du réseau capricieux de la forêt. Quand elle se décida enfin à quitter le calme apaisant du parc national, elle remonta dans sa voiture. Bien que ça fasse un bien fou d’être loin de toute civilisation, elle avait quand même envie de rentrer chez elle et retrouver la ville, prendre une bonne douche et dormir dans un vrai lit.
Sur la route, toujours personne, du moins, jusqu’à ce qu’elle arrive à Phoenix. Et là… Catastrophe. Que s’était-il passé ?! Des véhicules vides bloquaient les périphériques sur des kilomètres. Ça sentait mauvais. Le fuel, une odeur de brûlé immonde et une autre odeur qu’elle n’arrivait même pas à identifier, un genre de pourriture. Elle tenta d’autres routes, plus étroites, mais tout aussi jonchées de cadavres de pick-ups et autres voitures. A nouveau, elle regarda son téléphone. Il n’y avait toujours pas de réseau et c’était vraiment… bizarre. Surtout le fait que… ce soit vide. Vide et silencieux. Elle gara sa voiture sur le bas-côté et sortit. Pas âme qui vive. Phoenix était quand même une très grande ville et très animée, même en temps de grosses chaleurs. C’était louche. Très. Trop. Heureusement, la maison qu’elle occupait se situait en bordure de la ville, là où ça coûte moins cher, donc, elle fera le trajet à pieds. Elle récupéra son sac et son matériel, veillant à ne rien laisser de valeur dans son véhicule. Elle attacha son piolet à sa ceinture et vérifia si son pistolet se trouvait dans la boîte à gants. Non. Elle avait du le laisser chez elle. De toutes manières, elle devait récupérer des affaires propres et il fallait qu’elle comprenne ce qu’il se passait ici. Tout ça ressemblait beaucoup trop à ces films catastrophes qu’ils adoraient regarder, Eduardo et elle. Elle traversa plusieurs pâtés de maisons et était à mi-chemin quand elle croisa enfin quelqu’un. Il était debout, immobile. Le dos tourné à elle et semblait regarder le soleil. Ah ! Enfin quelqu’un qui pourra lui expliquer ! Elle s’approcha en l’interpellant. Mais les bruits qu’il émettait n’étaient pas rassurant. Bordel. Pourquoi n’avait-elle pas son Beretta ?! Elle posa la main sur son piolet, le détachant de sa ceinture. Son père l’avait toujours prévenue - et élevée comme ça - méfie-toi des inconnus. Mais quand il se retourna, elle vit l’horreur. Ses vêtements étaient couverts de sang et son visage… son visage. Etait-ce encore un visage ? Plus elle s’approchait, plus elle pouvait voir que ses traits n’étaient pas, ou plus, humains.
« Monsieur…? »
Il grogna encore et commença à s’approcher d’elle, en claudiquant. C’est là qu’elle vit que sa jambe était cassée et salement : l’os du tibia ressortait et faisait plier la jambe d’une manière … atroche. Urg. Ew. Berk. Elle eut un mouvement de recul, mais lui continuait de s’approcher, accélérant le pas, du moins autant que ses membres mutilés lui permettaient.
Elle tint son piolet à deux mains, le pointant vers lui.
« Je suis armée ! Reculez ! »
Mais il ne répondit qu’en grognant. Elle tremblait. L’homme défiguré avait ses dents qui apparaissaient au travers de sa joue droite absente et il les claquait. C’est quoi cette horreur ?! Elle recula, mais il se mit à courir, sa jambe pliant salement, pourtant il tenait toujours debout. Figée sur place, elle écarquilla les yeux et se prépara à frapper avec son arme de fortune. Il arriva à sa hauteur et sa puanteur lui donna un haut le coeur. Mais elle se reprit. Elle avait vu suffisamment de films pour savoir qu’il ne lui voulait pas du bien, alors elle leva son piolet et quand il fut suffisamment proche elle frappa. Le bruit des os se brisant de façon … consternante lui arracha un cri de dégoût et de terreur. Pourtant, ça ne l’arrêta pas, il cherchait à l’attraper. Alors, elle frappa, encore et encore, pour finir par le frapper à la tempe alors qu’il tentait de l’attraper. Il s’effondra dans l’instant, dans un râle affreux.
« C’est quoi ce délire ?! Putain de merde de putain… »
C’était moins une. Un peu plus et il l’attrapait, mais vu la détermination de cette… chose, il ne venait pas lui faire un câlin. Elle tremblait et, encore sous le choc, elle se mit à courir, sans s’arrêter jusque chez elle. Fort heureusement, elle n’en croisa pas d’autre. Son quartier était vide. Il n’y avait plus de voiture dans les allées et les maisons étaient marquées de croix rouges peintes avec des sigles qu’elle ne comprenait pas. Elle rentra chez elle et jeta ses affaires sur son lit, fouillant dans le fond de son placard pour sortir son revolver et sous son lit pour en sortir le fusil que son père lui avait offert, il y a de ça une dizaine d’années déjà. Dans son sac, elle y mit toutes les munitions qu’elle avait en stock, plus quelques vêtements, de quoi se soigner si jamais elle venait à se blesser et bourra ce qu’il restait comme place avec de la nourriture. C’était donc ça la raison du départ précipité de toute la ville ? Ces choses ?! Hallucinait-elle ? Est-ce qu’une des racines qu’elle avait mangé lui avait provoqué des hallucinations ?! Puis, elle réalisa. Elle. Elle venait de tuer quelqu’un. Mais était-ce encore un “quelqu’un” ? Il avait l’aspect d’un être humain, mais le reste… Ses blessures… Son visage à moitié arraché et ses membres mutilés.. Il n’était pas humain, c’est pas possible. C’est impossible. Elle tremblait toujours. Il fallait qu’elle parte. En restait-il ? Forcément. Il n’était pas le seul dans ces rues, elle en était persuadée. Il fallait qu’elle se casse et vite. Faire comme tous les autres. Elle passa aux toilettes et prit une douche vite fait, pour enfiler des vêtements confortables, puis attrapa son sac, son pistolet dans la poche, le piolet à la ceinture et le fusil dans le dos. Il fallait qu’elle aille à Sacramento. Est-ce qu’Eduardo allait bien ? Et Billy, Rachel et Megan ? Elle priait pour qu’ils soient sains et saufs.
Elle se dépêcha de retrouver sa voiture et vérifia ce qui lui restait comme essence. Assez pour rejoindre la prochaine ville, voire plus. Mais pas assez pour aller jusqu’à Sacramento. Elle démarra et conduit plus vite qu’elle ne l’avait jamais fait auparavant. Direction, la Californie. Mais quelque chose lui disait qu’elle ferait mieux d’éviter les coins trop habités. Prendre la route direction Los Angeles lui semblait trop dangereux, puis, de toutes manières, les autoroutes sont bloqués. Elle prendrait les petites routes, quitte à devoir faire des haltes dans des patelins paumés. Ce qui lui semblait plus logique serait de passer par Kingman, contourner Las Vegas, longer la Vallée de la Mort et passer par le Parc Yosemite pour arriver par l’Ouest. C’était faisable, mais il faudrait qu’elle fasse le plein entre temps.


Sur la route, elle ne croisa pas âme qui vive. Du moins. Ces choses avaient l’air vivantes, mais sa mésaventure lui disait que s’approcher pourrait être dangereux. Elle avait des munitions, mais pas suffisamment pour les gaspiller sur des trucs qui n’attentaient pas directement à sa vie. La solitude, qu’elle aimait auparavant, se faisait pesante. Elle donnerait tout pour croiser une âme vivante, qui ne cherche pas à attenter à sa vie en lui arrachant la jugulaire pour finir dévorée par ces choses pourrissantes. Elle en avait trop vu sur le bord des routes. Des enfants. Des femmes. Des hommes. Des cadavres coincés dans des habitacles de voitures accidentées qui s’agitaient pour sortir de leur prison de métal plié. Elle ne s’arrêta pas. Jamais. Elle dormait peu, impossible de fermer l’oeil quand elle s’accordait une pause. La nuit… La nuit, c’était le pire. Tous les bruits, les bruissements de feuilles, le vent qui faisait bouger des débris et des déchets au sol, tout ça la faisait sursauter, craignant qu’un de ces rôdeurs ne viennent l’emporter avec lui dans sa maladie et son errance éternelle. Elle s’était arrêtée plusieurs fois pour siphonner le carburant de véhicules vides de tout occupant ou pour faire le plein dans des stations aussi désertes que le désert dans lequel elle s’était enfoncée. En toutes logiques, cet endroit déjà vide de vie, d’ordinaire, devrait être plus ou moins sans danger. Mais qui dit désert, dit un néant total de civilisation. Alors quand elle s’est arrêtée dans cette station service où un véhicule était garé devant les pompes à essence, elle devint méfiante. Vivants ou morts ? Et s’ils étaient vivants, comment la percevraient-ils ? Combien seraient-ils ? Elle laissa son sac dans sa voiture, qu’elle verrouilla. Ses vivres se faisaient rares et elle n’avait pas bu d’eau depuis quelques jours, bien qu’elle ait su l’économiser au maximum.
Elle s’approcha de la porte principale, surveillant les vitrines au cas où elle apercevrait quelque chose ou quelqu’un. Sa main serrait son revolver, tremblante. Puis, elle poussa la porte. La cloche tinta et elle se figea. Elle avait entendu des bruits de voix qui s’étaient tues dès lors que cette foutue cloche trahit sa présence. Des chuchotements et un type se pointa devant elle, qui avait braqué son arme sur lui. Quand elle vit qu’il était vivant, elle la baissa et soupira de soulagement.
« Des humains. Des vivants… J’y crois pas… »
Elle s’appuya, dos contre la porte et d’autres vinrent rejoindre l’homme, des vivres pleins les bras.
« Je… Vous êtes les premiers vivants que je croise. Est-ce que… »
L’homme lui fit un signe en direction de son arme à feu. Elle la rangea immédiatement. « Pardon. On n’est jamais trop prudents. »
« Vous êtes seule ? »
« Oui… »
« Où est-ce que vous allez ? »
« Sacramento. Et vous ? »
« Nous avons un campement dans les roch… » La femme qui avait ouvert la bouche se prit un coup de coude. « On peut pas lui faire confiance. Elle est armée. Et si… » « Tu vois bien qu’elle est seule.. » « Pourquoi Sacramento ? »
« Je viens de là-bas.. Je veux retrouver ma famille.. »
« Tu vois.. Elle n’est pas dangereuse.. » « Vous avez trouvé ça où ? » demanda l’homme en parlant des armes de la jeune femme.
« C’est à moi… » Ils se regardèrent. « Mon père était policier. Il m’a toujours dit que ça me servirait.. J’aurais aimé qu’il se trompe… »
Ils sourirent et lui firent signe d’approcher. « Vous êtes venue en voiture ? » « Oui.. » « Un véhicule de plus ne serait pas négligeable. » « Peut-on lui faire confiance …? » Ils se tournèrent les uns vers les autres et parlèrent à voix basse, pour se concerter. Puis, l’homme se tourna vers Alyssa. « On vous laisse le bénéfice du doute. Vous pouvez vous joindre à nous. Une voiture,  des armes et des bras en plus nous seraient utiles. » Il s’arrêta et fit signe aux membres du groupe de repartir dans le magasin. « Je doute que Sacramento soit une bonne destination. Il paraît que ça a été un carnage là-bas. » Elle resta estomaquée et baissa la tête. « Ma famille… » « Comptez-les comme morts. S’ils ne le sont pas, ils voudront vous bouffer. » « Vous savez ce qu’il se passe, vous… ? » « Vous ne savez pas … ? » « Non… ? » « Les morts se réveillent pour bouffer les vivants. Ceux qu’ils mordent finissent par mourir. Et tous ceux qui meurent deviennent comme eux. » Une femme se mord la joue et tournent les talons. « Nous avons tous perdu quelqu’un de cher ici. Alors je doute que votre famille soit encore de ce côté-ci de la barrière. »
Son cœur se brise. « Vous avez faim, soif ? Allez vous servir. Il ne faudrait pas que vous nous creviez entre les bras pendant votre sommeil. Vous avez une sale gueule, il faut soigner votre santé, sans quoi vous deviendrez comme eux. N’oubliez surtout pas ça. »
Elle hoche la tête et suit cet homme. Il semble être le leader de ce petit groupe. Il y a deux jeunes filles entre dix-sept et vingt ans, trois femmes et lui. Ils sont six, enfin, sept maintenant. Mais d’après ce qu’il lui explique, ils sont plus dans un campement dans le désert. Un campement fortifié, d’après eux. Mais, les vivres se font rares et il faudra sans doute déménager plus au nord. Alyssa n’aura qu’à reprendre la route à ce moment-là, pour rejoindre Sacramento, si elle le veut vraiment.
Ils dévalisèrent entièrement le magasin, prenant tout ce qui était mangeable, plusieurs vêtements, de l’eau, beaucoup d’eau et remplirent des bidons d’essence. Puis, ils montèrent tous dans leurs véhicules, lui, monta avec Alyssa, gardant ses armes à ses pieds, pour être sûr qu’elle ne tente rien qui puisse leur porter préjudice. Ils ne se faisaient pas confiance, mais voyant qu’elle était seule, ils n’allaient pas la laisser mourir dans le désert. Enfin, ils verront avec les autres, au campement.
Celui-ci était situés à quelques dizaines de kilomètres au nord, encastré dans des rochers. Tout était surveillé et protégé. En tout, ils devaient être une quinzaine. Alyssa resta avec eux un certain temps, presque un an, finalement. Elle gagna leur confiance en les aidant à s’approvisionner et en leur montrant quelques astuces qu’elle avait découvert pendant ses randonnées et ses escapades d’escalade. Au final, elle devint un atout majeur de l’équipe. Peu savait se servir d’une arme à feu et personne n’avait vraiment de notions de survie. Les seuls qui en avaient, c’était parce qu’ils regardaient Man Vs Wild, d’après leur leader. Comme quoi, la télé…
Elle s’était attachée à ces gens, mais gardait toujours à l’esprit qu’elle devait retrouver sa famille. Même si elle se doutait qu’ils avaient du faire comme elle et partir loin des villes.
Au mois de Juin 2014, ils reçurent un message radio plein d’espoir. La Zone 51 était un endroit sécurisé. Et ils n’étaient pas très loin. Eux qui ne savaient pas trop quelle direction prendre pour quitter cet endroit sec et aride avaient enfin trouvé une destination où ils étaient sûrs d’être en sécurité. Et une lueur d’espoir s’alluma dans le cœur d’Alyssa. S’ils avaient reçu ce message peut-être qu’Eduardo et le reste de sa famille l’avaient aussi intercepté. Il fallait qu’ils y aillent. Et puis, qui dit vivants, dit vivres, eau, nourriture… lits ? Un peu de répit. Enfin. L’espoir les animait. C’était comme voir le bout du tunnel. Ils avaient pu le vérifier, le désert était pauvre en zombie, que ce soit parce qu’il soit… désert ou à cause de la chaleur qui devait certainement dessécher les chairs putrides des rôdeurs.
Alors, ils ont repris la route, réunissant leurs affaires, ils sont partis en direction de cet Eldorado.
La route fut plus courte que ce qu’ils s’étaient imaginé. Arrivés là-bas, ils furent accueillis avec des gardes armés, leurs armes confisquées pour le bien de cette nouvelle communauté, ainsi que les véhicules. Toutes leurs possessions furent référencées et ils furent dirigés vers les habitations qui leur avaient été désignées. Chacun du se rendre utile, alors Alyssa rejoint les forces armées qui gardaient leur havre de paix, ses aptitudes avec les armes à feu et ses capacités de survie étant bien plus utiles dans leurs rangs. Qu’est-ce que son père aurait été fier d’elle.. Les rondes étaient d’un ennui total, parfois ils abattaient des rôdeurs qui s’approchaient un peu trop, mais rien n’était trop dangereux. Ils pouvaient enfin souffler, sans craindre pour leur vie.


Du moins… Du moins, c’est ce qu’ils croyaient. Mais qui dit humains, dit idiots. Ce foutu scientifique, ou pseudo-scientifique, chercher en herbe, avait capturé un rôdeur en croyant pouvoir le guérir. Stupide erreur. Il s’était fait tuer et avec lui, une vague de meurtres avait submergé cet Eldorado. Les bombes, d’abord, puis ces enlèvements. La panique générale. Les gens qu’Alyssa avait rencontré au début de son périple étaient tous décédés, avaient tournés et elle avait du en abattre. Tout comme tant d’autres. Des femmes, des enfants, qui, la veille, jouaient insouciants. La zone 51 était une no-go zone pour elle. Elle avait récupéré ses armes et s’était enfuie, non sans prendre de quoi survivre quelques jours. Cependant, sans véhicule, elle n’irait certainement pas très loin. Heureusement pour elle, elle n’était pas seule. Ils étaient un petit groupe qui avait réussi à fuir sans se faire attraper par les rôdeurs ou par ces humains qui ne se comportaient pas forcément mieux qu’eux. Elle préférait partir et mettre ces survivants en sûreté. Mais où ? En tout cas, il fallait quitter le Nevada. L’hiver approchait à grands pas et même s’il est moins dur que dans l’Est, il n’en est pas moins mortel si l’on ne se prépare pas suffisamment à l’affronter.
Ils ont marché longuement. Au final, c’était une chance que de partir en plein hiver. Le soleil tape moins fort. Le froid est dur à affronter, mais moins que le soleil que le désert connaît en plein été. Aly’ a prit la décision de se diriger vers Sacramento et son groupe a suivi, ne sachant pas trop où ils pourraient aller de toutes manières. Et comme sa famille n’était pas à la Zone 51, elle s’est dit qu’ils avaient du trouver un autre havre de paix en chemin. Mais les jours étaient durs. Ils avaient tous faim, soif. Certains étaient malades, trop épuisés pour continuer sur leurs jambes et le moral des troupes était au plus bas. Ils avaient une mine affreuse. C’est alors qu’Aly eut une idée de génie. Le Parc Yosemite. Elle le connaissait relativement bien, puisqu’elle avait pour habitude d’y aller avec sa famille quand elle était plus jeune. Elle savait que la forêt leur fournirait de quoi manger et un endroit sûr où il ne devrait pas y avoir trop de rôdeurs. De plus, le temps pressait. Leur petit groupe avait perdu les plus faibles et ils avaient du leur tirer une balle dans le crâne avant qu’ils ne tournent. D’une petite dizaine, ils n’étaient plus que cinq et la géographie de la région n’aidait pas vraiment leur avancée. Il fallait crapahuter dans les montagnes, descendre les vallées. Mais au moins, il y avait de quoi manger. Ils arrivaient à chasser, Alyssa connaissait les plantes qui étaient comestibles et savait comment purifier l’eau qu’ils trouvaient. Il ne faudrait pas tomber malade. Pas maintenant.
Ils mirent quelques mois à se retrouver au Parc Yosemite. C’était dur de continuer à avancer et parfois, ils devaient prendre plusieurs jours pour se reposer car leurs corps amaigris ne tenaient pas la cadence.
Mais quand ils atteignirent leur destination, ce fut le soulagement. Ils rencontrèrent d’autres groupes d’humains, mais restèrent méfiants envers eux, le souvenir de la Zone 51 encore trop profondément ancré en eux. Parfois même, ils retrouvaient des gens qu’ils croyaient morts et quand ceux-ci leur expliquèrent la situation de la Zone après les incidents, Alyssa et son groupe ne furent que soulagés de savoir qu’ils avaient pu éviter ça, même s’ils eurent des pertes parmi eux.
Ils se sont installés pas loin du Lac June où ils y croisent parfois d’autres survivants.

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.



Dernière édition par Alyssa Wood le Sam 9 Avr - 23:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

THE END IS NEAR
avatar


#We have a fast car, we want a ticket to anywhere. Maybe we make a deal. Maybe together we can get somewhere.
Anyplace is better.


***

#Nothing could kill me like you do. You're going straight to my head and I'm heading straight for the edge. I pick my poison and it's you.♥️



JovousaimeFort:
 

× Âge du perso : :
17 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Sur les routes de Californie, partageant une magnifaïque jeep cyan aux côtés de Nikolaï et Alixen

× Avant, j'étais : :
Un collégien turbulent

× Messages : :
2620

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
©popgun (vava) - ©Popgun & ©Merenwen (gifs) - ©MACFLY (sign)

× Avatar : :
Chandler Riggs

× Et ton p'tit pseudo ? : :
PopGun

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Alyssa Wood ▬ God Bless America Sam 9 Avr - 22:36

Mah qué bienvenue officiellement sexey ! diego coeur2
La petite fiche éclair qui fait plaisir !

Hâte de la voir évoluer en rp ! lele

_________________

You're oxygen and i'm dying to breathe
Sometimes, you have to drop the old to catch the new

ChipsMan:
 
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


And in that moment, i swear we were infinite
Conreb

× A propos du vaccin : :
Avec ou sans, on va tous y rester de toute manière...

× Âge du perso : :
33 ans mais elle préfére se dire qu'elle n'a jamais passer la trentaine

× Localisation (+ avec qui) :
En vadrouille avec Conrad

× Avant, j'étais : :
Officiellement Détective privée, officieusement mercenaire & arnaqueuse. Aujourd'hui survivante peu recommandable.

× Messages : :
5999

× Points de vie : :
66

× Copyright : :
Lux Aeterna(avatar) & EXORDUIM. (signature)

× Avatar : :
Lauren Cohan le canon !

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Alyssa Wood ▬ God Bless America Sam 9 Avr - 22:37

Bienvenue officiellement !
Comme déjà dit très bon choix !

_________________
★She is angry with the whole world. And you will make him pay  ★
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Alyssa Wood ▬ God Bless America Sam 9 Avr - 22:38

Bienvenue yeux !
Citation :
ANCIEN LIEU D'HABITATION † Phoenix.
Pierce aussi était à Phoenix (oui je sais c'est une grande ville et tout le monde se connaît pas), mais quand même diego !
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Alyssa Wood ▬ God Bless America Sam 9 Avr - 22:58

Welcome ! coeur
personnage au top, hâte de voir Alyssa à l'oeuvre cuty
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Alyssa Wood ▬ God Bless America Sam 9 Avr - 22:59

Merci beaucoup tout le monde ♥
Pierce, y a moyen de creuser ça ! :D
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Alyssa Wood ▬ God Bless America Sam 9 Avr - 23:22

Bienvenu parmi nous Miss Phoenix (Ben oui, il y a toujours une élection de miss et Kaya Scodelario bave bave bave ...donc pour moi ça sera Miss Phoenix merci, au revoir xDDDD )
Ah Ah !!! Plus sérieusement si j'y arrive....bonne chance pour ta fiche et ta future validation je l'éspère au plaisir de te croiser IRP d'ailleurs Wink
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Alyssa Wood ▬ God Bless America Sam 9 Avr - 23:24

Hihi, merci beaucouuuup ♥
Au plaisir de te croiser inRP également !
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Alyssa Wood ▬ God Bless America Dim 10 Avr - 0:03

On a déjà miss Kansas, Cain xD Chacun son coin :p

Bon choix Yosemite et Kaya Smile
Bienvenue et bon courage pour la suite parmi nous, futur coupine! love you
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Alyssa Wood ▬ God Bless America Dim 10 Avr - 0:15

Cucul toé lele

Bienvenue parmi nous !!!

Très bon choix & bon courage pour la suite de ta fichette I love you
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


KEEP YOUR HEART STRONG

we'll take the world to its feet
& m o v e m o u n t a i n s
- ⋆ ' ⋆ . - ⋆ ' ⋆ . -

× A propos du vaccin : :
Je suivrais Ophelia, peu importe sa décision.

× Âge du perso : :
20 ans & toutes mes dents !

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, à Yosemite avec Ophelia.

× Avant, j'étais : :
Reine, bitches.

× Messages : :
1485

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
MYERS. (signature) & SWAN (avatar)

× Avatar : :
Nicola Peltz.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Alyssa Wood ▬ God Bless America Dim 10 Avr - 8:23

Bon bah premièrement bienvenue. coquin J'ai pas eu le temps tu as été trop rapidos. yerk Kaya c'est un excellent choix. bril Tu as une assez longue biographie mais sérieux elle est très plaisante à lire. yeux Hâte de voir la potite Alyssa en action (d'ailleurs ce prénom est juste trop bo huhu) ! Amuse-toi bien chou. coeur2
Te voilà validé(e) !


Abbygail Sanders, Admin

Félicitations, tu rejoins le groupe Yosemite !

Tu peux dès maintenant te lancer dans l'aventure Bornienne :

→ Lance-toi dans le RP en t'amusant ici ou cherche des partenaires de jeu par !
→ Recense ton avatar en postant dans ce sujet.
→  Prends connaissance du système de points et ce qu'il implique par ici.
→ Viens poster tes fiches de liens et de RPs.
→ Crée tes propres scénarios ou de simples liens qui pourraient t'être utiles.
Vote régulièrement pour gagner des points et nous faire connaître ! De même en postant sur Bazzart et PRD
→ Et surtout amuse-toi !



_________________

YOU S H O W E D ME THAT I
WAS WORTH IT, VALUABLE
_ - _ - _ - _ - _ - _ - _ - _ - _
She was t o o q u i e t, or she was t o o l o u d
She was too sensitive, or too cold-hearted
She HATED with every fiber of her being
or she L O V E D  with all her heart
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Alyssa Wood ▬ God Bless America Dim 10 Avr - 11:16

Merci pour tout ces compliments et ces messages de bienvenue ♥
Au plaisir de toutes et tous vous croiser en RP :D
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Certainement pas !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
22590

× Points de vie : :
172

× Copyright : :
© lux aeterna (avatar), © schizo' (code signa), © skairipa (gif profil).

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Alyssa Wood ▬ God Bless America Dim 10 Avr - 11:35

Bienvenue en retard chatooon bril
Je plussoie pour le choix d'avatar, et le pseudo aussi qu'est vachement cool excite

Et bienvenue à Yosemite, c'est là-bas qu'il y a les meilleurs huhu
sort

_________________
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
Revenir en haut Aller en bas

I SEE OPPORTUNITIES
avatar



× Âge du perso : :
21 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Californie - Dans un groupe dans lequel elle n'a pas forcément sa place

× Avant, j'étais : :
Lycéenne

× Messages : :
296

× Points de vie : :
2

× Copyright : :
Bazzart (wolfgang)

× Avatar : :
Danielle Campbell

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Mira

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Alyssa Wood ▬ God Bless America Dim 10 Avr - 21:31

Bienvenue en retard duck

_________________

love is killing me
Tu n'as aucune idée de ce que je suis capable pour toi, te garder et te protéger.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Alyssa Wood ▬ God Bless America Lun 11 Avr - 16:35

Avec un peu de retard, bienvenue sur Born string Kaya, ex Zone 51, Yosemite :inlove:
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Alyssa Wood ▬ God Bless America

Revenir en haut Aller en bas

Alyssa Wood ▬ God Bless America

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: DON'T BE SCARED :: WHO ARE YOU ? :: CLOSED-