Biodiversity, My Ass ▬ ft. Graham.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome. Quelques bugs/décalages à attendre sous Firefox.
Le 10 novembre 2016, le forum a fêté ses quatre ans !! A cette occasion, sa saison 5 a été mise en place. bril Et le 12/06/2017, sa version vingt-trois réalisée par Morphine est installée. Toutes les nouveautés sont à découvrir ici. coeurrose
Oh la la qu'est-ce que vouuuuus aiiiiiime !! coeurrose lele Et si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ?

Partagez| .

Biodiversity, My Ass ▬ ft. Graham.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Biodiversity, My Ass ▬ ft. Graham. Lun 11 Avr - 23:59

       
Biodiversity, my Ass.

       Graham & Alyssa Into The Wild.


Musique Maestro ♫  

« Ah parce que t'en as pas ras-le-bol de bouffer du lapin, toi ? » « Si.. » «  Bah alors. » « Mais pourquoi tu tiens tant à y aller seule … ? C'est dangereux… »
Alyssa hausse les épaules, continuant de nouer la corde entre ses mains.
«  Tu crois que je suis pas au courant ? Ça ira. Je les connais ces montagnes. Je sais où trouver des biches dans le coin. Ça ne devrait pas prendre plus d'une journée. Deux, grand max. Après, faudra vous inquiéter.  »
« Il n'y a pas que ça qui nous inquiète, Alyssa. Si tu pars, ça veut dire que tu emmènes des armes avec toi, nous aurons moins de bras et de munitions pour nous défendre si des rôdeurs ou des humains nous tombent dessus. »
Elle hausse un sourcil et soupire, posant son ouvrage, elle se saisit de son fusil à pompe et le lance en direction de l'homme. «  Tu sais où sont les munitions.  » Elle récupère les bolas qu'elle était en train confectionner, n'ayant pas d'arme de jet silencieuse, elle du se creuser la tête pour trouver un moyen d'intercepter le gibier sans trop de bruit. Il ne faudrait pas qu'elle attire les rôdeurs ou des curieux qui erreraient aux alentours.
Finalement, elle se lève, fourrant les bolas qu'elle avait tressé dans ses poches. Elle renvoie un regard noir vers un de ses compagnons de route qui la jugeait lourdement, mais en silence. Elle attrape son piolet, le fixe à sa ceinture, puis elle vérifie la présence et le nombre de chargeurs dans ses poches. Trop peu. Deux chargeurs, sans compter celui incomplet, déjà dans son Beretta. Il faudra faire attention et utiliser au minimum ses réserves. De toutes manières, elle ne compte pas vider son chargeur sur la pauvre biche que fera leurs prochains repas.
Elle attrape quelques barres vitaminées dans la réserve et va remplir une gourde d'eau, puis elle attrape son sac qu'elle lance sur son dos. « Je reviendrai, vous en faites pas. » Elle leur sourit puis s'éclipse, s'enfonçant dans la forêt. Plus au nord, à quelques heures de marches de là, il y a une clairière où viennent paître des troupeaux assez conséquents de cervidés, c'est assez aisé de trouver un animal blessé et/ou mal en point. Il suffirait simplement de se comporter comme n'importe quel autre prédateur et de saisir l'instant pour faucher une biche dans sa course. Là, les bolas trouveront leur utilité.

Comme dit précédemment, il lui fallut quelques heures pour accéder à la vallée, pas plus de quatre, cependant. Le soleil déjà haut dans le ciel, il réchauffe la prairie de ses doux rayons et les animaux au beau pelage ocre se remplissaient l'estomac sans se douter de la présence de la jeune femme. Elle se cache parmi les herbes hautes, scrutant la population animale à la recherche de LA biche. Et elle en aperçoit une qui est un peu à l'écart, traînant une patte abîmée. Parfait. Elle se redresse sur ses jambes et démêle un bola qui avait trouvé le moyen de faire des nœuds dans sa poche. Bien que ça fasse un certain nombre d'années qu'elle n'avait pas eu d'écouteurs à s'emmêler dans les poches, les bolas de fortune qu'elle assemblait pour chasser remplissaient parfaitement ce foutu désagrément.
Sitôt l'arme en main, elle se glisse, veillant à se servir du sens du vent pour que la bête ne sente pas sa présence. Plus que quelques mètres. 10. 9. 8. 7. 6. 5. 4. La biche lève la tête. Il est temps. Alyssa se redresse, comme un ressort et lance ses bolas qui s'envolent, sifflant dans les airs pour venir s'enrouler autour des membres postérieurs de l'animal. Malgré le fait qu'il ait tenté de fuir, il s'étale et se débat, tentant de se défaire de l'emprise de l'arme. Le troupeau, affolé s'est enfuit dans un grondement sourd et dans des cris de peur. La biche s'agite et beugle comme elle peut, appelant sans doute ses pairs à l'aide. Mais Alyssa est rapide, elle approche la bête et lui saute dessus, couteau dans la main, pour l'immobiliser. Mais elle ne se laisse pas faire, alors pour éviter de se faire éjecter par la biche, elle lui plante sa lame dans la gorge, à plusieurs reprises. Enfin, le corps tressaillant de sa proie s'immobilise. Aly' descend et lui ouvre l'abdomen pour vider l'animal, afin qu'elle soit plus simple à transporter. Parce que bon, une biche, ce n'est pas un chevreuil, ça pèse un poids assez conséquent et la brune n'a pas la carrure pour porter seule un tel animal sur son dos. L'odeur qui se dégage de l'ouverture béante est insupportable et découper les organes pour les sortir de leur cachette provoque des haut-le-cœurs à la jeune Californienne. Mais elle ne se laisse pas faire et vire un maximum de viscères. Enfin, elle attache les membres postérieurs de la biche à une corde et commence à la traîner derrière elle.
Elle a conscience que le retour ne va pas être aisé. Que l'odeur de cet appât ambulant risque de la foutre dans une situation pas possible, mais il faut ce qu'il faut pour nourrir ses troupes. Puis, la demoiselle n'est pas sans ressource. Elle a toujours son piolet à la ceinture et son Beretta pour l'aider si elle se retrouve face à face avec des rôdeurs affamés. Bien qu'elle redoute plus de rencontrer un autre genre de prédateurs. Plus classiques. Des gloutons ou des pumas qui sont, certes rares, mais bien présents dans cette région du Parc. Rares étaient les rôdeurs dans cet endroit reculé, mais des cadavres de touristes perdus ou de survivants qui n'avaient pas si bien survécus que cela peuvent toujours vadrouiller à la recherche de quelque chose pour se nourrir.

La route est épuisante, surtout avec une telle masse à traîner, du coup, la brunette s'octroie une pause dans les rochers, planquant la bête pour que son odeur n'attire pas de potentiels charognards. Cependant, elle n'a pas été suffisamment prudente et elle a commencé à piquer du nez. Elle se réveille en sursaut en attendant des bruits peu ragoutant. Elle se redresse sans un bruit pour voir des rôdeurs dans un sale état qui s'approchaient. Certains avaient déjà trouvé la biche et se bousculaient pour s'en nourrir. Elle détache son piolet et rampe en marche arrière, voyant bien que sa proie avait fait diversion. Mais, elle avait également mal choisi son endroit pour se poser. Elle n'a aucun moyen de s'échapper sans faire de bruit ou sans faire de mouvements brusques qui attireraient l'attention de la horde se pressant vers elle. Rapidement, elle analyse la situation. Combien sont-ils ? Putain.
Une quinzaine. Le gros de la troupe est derrière, mais une demi-dizaine de rôdeurs rongeaient ce qu'il restait de la carcasse. Elle se retourne, mais l'espace entre les marcheurs et elle est trop réduit pour qu'elle ne s'échappe par la voie des cieux – aka grimper au rocher – il lui faudrait se battre. Dire qu'elle avait promis à ses compagnons d'infortune qu'il ne lui arriverait rien. Enfin. Tant qu'elle ne se fait pas mordre, tout va bien. Non ?
Elle s'approche de ceux trop occupés à manger pour se préoccuper d'elle et décoche un coup dans la tête du premier venu à l'aide de son piolet, lui éclatant le crâne dans un bruit monstrueux. Les autres se redressent, il faut réagir vite. De la chair fraîche, rien de tel pour exciter ces saloperies. Alors elle en décoche des coups, mais ils sont nombreux, trop. Elle enjambe les cadavres de ceux dont elle a abrégé l'errance et se met à courir, descendant la pente. Putain. Mais combien sont-ils ?! C'est pas sa proie qui a attiré tout ce beau monde, c'est pas possible… Si ?
Elle sort son Beretta et tire sur ceux qui s'approchent trop d'elle. Elle est coincée. Autant les abattre pour ne pas risquer de finir comme eux. Mais le bruit des détonations les attire d'autant plus.
Merde.
Merde.
MERDE.



code par SWAN - gif tumblr
Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar




A la recherche du respect:
 

× Âge du perso : :
27 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Californie avec la villa

× Avant, j'étais : :
Professeur d'histoire au collège

× Messages : :
375

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
Invité (Bazzart)

× Avatar : :
Nate Buzolic

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Mekhaï

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Biodiversity, My Ass ▬ ft. Graham. Mar 10 Mai - 20:58

Se changer d’air, souffler un peu, s’éloigner de ce foutu camp avant de leur faire tous sauter la cervelle les uns après les autres. C’était parfois nécessaire pour avancer, aller mieux et se retenir de buter tous ces enfoirés de Bodie. Je faisais partie de ces gens et je ne valais peut-être pas mieux qu’eux mais lorsque j’en regardais certain, je revoyais en eux les assassins de Jenna et Connor, ceux qui m’ont rendu ainsi, ceux qui m’ont à jamais retiré ma femme et mon fils. C’est pourquoi régulièrement, je prenais un fusil d’assaut avec un silencieux, une mitraillette que j’attachais à ma ceinture et mon fidèle couteau de chasse. J’aurais bien prit en plus mon éternel batte métallique mais je ne pouvais pas me surcharger, étant donné que le but de cet équipement et de cette sortie était d’aller chasser. Je n’étais pas expert en la matière et je ne ramenais pas une dizaine de cadavres mais je parvenais en général à ramener une bonne bête en éliminant au passage quelques rôdeurs.

Je n’étais jamais vraiment aller jusqu’à ce site mais même si chasseur n’était pas mon métier, je savais que je pourrais au moins ramener un animal, histoire de pouvoir préserver surement notre place, à Rebekah, Alixen et moi. Une sorte de contribution. On m’avait assuré qu’il n’y avait jamais de rôdeur dans la zone où la nature avait su garder ses droits mais toutefois, je restais toujours plus ou moins sur mes gardes. On n’est jamais trop prudent dans ce monde de brute. J’avançais donc d’un pas prudent toujours à l’affut du moindre mouvement, vivant ou mort, animal ou humain. Rien ne m’échapperait. C’est alors que j’entendais un grognement ne m’étant pas inconnu. Non il n’était pas sauvage et ne venait pas d’une bête. Ce râle rauque et faible provenait de morts revenus à la vie. Si au moins je n’en avais entendu qu’un ou deux, je ne me serais pas forcément inquiété mais il y’en avait vraiment beaucoup pour que je puisse me permettre de faire la mariole. Immédiatement je m’agenouillais dans un buisson mon couteau à la main, à l’affut du moindre mouvement. C’est alors que j’apercevais une jeune femme sur un rocher, elle devait être du même âge qu’Alixen. En réalité, sa silhouette me faisait même penser à l’adolescente que j’avais pris sous mon aile. « Bordel ! » marmonnais-je seul. La jeune femme était bloquée et entouré d’une vingtaine de rôdeur. Rien de bien insurmontable à plusieurs mais seul, c’était une autre paire de manche.

J’aurais alors pu m’enfuir en courant sans la moindre hésitation, après tout c’était le problème de cette gamine si elle s’était retrouvé dans cette situation mais j’avais le cœur plus héroique. Il m’arrive parfois d’avoir l’air gentil mais je me disais juste que la jeune femme devait connaitre les lieux vu le cadavre de biche étendu sur le sol et que si je l’aidais elle m’aiderait probablement à ramener quelque chose.  Cependant, elle commença alors à se bouger en s’approchant de ceux occupé à se nourrir pour décocher un coup de piolet dans le crâne d’un des rôdeurs. Pas mal la technique. Les autres se redressent tandis qu’elle se met à courir s’approchant dangereusement d’une pente. Bordel, il fallait que je tombe sur une horde la seule fois où je m’éloigne du camp. Elle commença alors à tirer sur les plus proche d’elle mais l’effet que cela provoqua fut l’inverse de la sauver. Au contraire, elle attirait même ceux ne l’ayant pas vu vers elle. Je soupirais en plaçant le manche de mon arme contre mon épaule plaçant mon œil dans le viseur. Je commençais vraiment à en avoir marre de me retrouver en position de sniper, si je pouvais vivre ma vie tranquille sinon ? Je tirais sur l’un des rôdeurs juste derrière elle prenant le risque de lui éclater le crâne à elle. Foutue pour foutue non ? Par chance pour la jeune femme c’est bien le rôdeur qui s’écroula dans une explosion de sang atterrissant sur son visage. Je continuais dans ma lancée en tirant encore sur deux autres avant d’être finalement repéré par un rôdeur. « MERDE !» C’est alors que je sortais de mon buisson en courant pour tirer encore deux balles dans deux rôdeurs proches de moi avant de crier à la jeune femme. « Derrière toi ! Ne me surveille pas ! » C’était normal qu’elle soit étonné de me voir sortir de nulle part mais qu’elle n’en oublie pas de survivre.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Biodiversity, My Ass ▬ ft. Graham. Jeu 7 Juil - 21:04

       
Biodiversity, my Ass.

       Graham & Alyssa Into The Wild.


Musique Maestro ♫  
Erreur. Grosse erreur. Elle n'aurait pas du dégainer. Ses munitions se faisaient rares et elle les gaspillait pour quoi ? Pour attirer encore plus de rôdeurs à elle. Alors qu'elle aurait pu se tailler en courant et en se frayant un chemin à coups de piolet. Mais elle avait paniqué. Elle avait réagi sous le coup de l'impulsion, de la peur. Parce que se réveiller pour voir des rôdeurs à ses pieds, c'est… le pire cauchemar de tout un chacun, à présent. Rien de pire que voir la mort au pied de son lit, n'est-ce pas ? Son cœur avait fait un bond tel qu'elle a laissé toutes ses habitudes et sa prudence derrière elle. Mais elle se ressaisit. Elle les voit s'approcher, s'exciter, son Beretta se fait maigre, alors elle le range, elle inspire profondément et … le crâne du rôdeur derrière elle explose, aspergeant son visage d'une douche de sang froid et pourri. Une détonation avait précédé l'implosion. Il y a quelqu'un d'autre. Un temps de relâche. D'étonnement. De surprise. Elle se retourne, lance un regard  circulaire à la recherche de l'individu, mais elle se reprend vite. Deux autres errants s'écroulent sous les coups de l'inconnu caché, Alyssa n'hésite plus et elle s'extirpe de l'étau qui se resserre autour d'elle. Les bruits de l'arme à feu ont détourné l'attention de la horde et même si certains tentent encore leur chance auprès de la jeune femme. Mais visiblement, l'aide venue de nulle part rejoint Lyssa dans la merde dans laquelle elle s'est embourbée. Cette aide est un il. Un homme que les marcheurs éternels ont visiblement réussis à faire sortir de son trou. Le temps presse. Elle tourne la tête et aperçoit le jeune homme qui s'extirpe d'un buisson pour fuir à son tour. Elle se mord l'intérieur de la joue. Encore, se foutre dans la merde seule, ça peut aller. Mais embarquer quelqu'un d'autre avec elle ? Ca pèse lourd sur sa conscience. Elle le fixe. Mais reviens vite à la réalité quand il s'adresse à elle. « Derrière toi ! Ne me surveille pas ! » Elle secoue la tête et se retourne, piolet en main, prête à arracher des mâchoires. D'un court, mais fort mouvement de bras, elle désolidarise le crâne du rôdeur prêt à lui fondre dessus de sa mâchoire. Un long râle et il s'écroule. Alyssa, elle, s'éclipse, elle se glisse entre les rôdeurs, échappant à leurs griffes en décomposition ou en défonçant leur crâne fragile.
Son sauveur ?
Elle jette un regard en arrière et scrute les rôdeurs qui ont abandonné sa poursuite. Par contre, son sauveur, lui est en mauvaise posture. Et elle ne peut pas le laisser seul. Pas quand c'est à cause d'elle qu'il se retrouve là. Elle ralentit et fait volte-face. Sa main se resserre autour du manche. Elle analyse. Plusieurs rôdeurs se traînent vers elle. Peu. Le reste du groupe se focalise sur le jeune homme armé. Il y en a une grosse dizaine, voire même une quinzaine. Elle aurait du économiser ses munitions… Ou même garder son fusil. Quelle idée de l'avoir laissé à ses comparses… surtout sous le coup de l'énervement. Elle grince des dents. Sera-t-elle égoïste ? Le laissera-t-elle dans la merde ?
La réponse est non.
Jamais Alyssa ne ferait ça. Même s'il s'agit d'un inconnu.
Mais c'est dangereux. Revenir et foncer dans le tas, c'est dangereux. Ce qu'il faudrait ? Récupérer son sauveur par un côté et l'aider à se frayer un chemin, puis partir, tous les deux.

« - HEH, interpelle-t-elle le jeune homme, Essaye de partir par l'est, vers la crevasse. Je te rattrape. »

Elle recule, observant toujours la scène, puis, elle détale, dévalant la pente pour la contourner. L'endroit est montagneux, vive la géographie de la Californie. Il y a des étendues d'herbes, mais surtout bon nombre de dénivellements, des rochers qui crèvent les plaines et des petites crevasses entre eux. Comme des montagnes à petite échelle. Et c'est une bonne nouvelle pour eux. Enfin, surtout pour Alyssa. Elle les connaît bien ces plaines. Il y a toujours le risque d'avoir un rôdeur qui surgisse, mais, elle sait comment dompter ces rochers. Elle se glisse dans une fente et crapahute en direction du jeune homme, le plus silencieusement possible. Arrivée à sa hauteur, elle grimpe sur le rocher et s'extirpe de là. Les rôdeurs ont entouré le jeune homme, ou du moins, il semble en mauvais posture, mais il a pu se rapprocher de l'endroit qu'elle lui avait indiqué. A son tour d'entrer en jeu et de faire la sauveuse. Elle dégaine son Beretta et éclate le crâne d'un rôdeur à proximité du jeune homme. Le bruit ayant perturbé le reste de la troupe, ils se désintéressent un instant de lui. Elle en profite alors pour sauter vers lui et lui attraper le bras et le tirer vers elle.

« - Viens par là et prépare-toi à courir. »
Elle l'attire à nouveau à elle par un mouvement impulsif et elle se met à courir, direction les rochers.
« - Il y a des rochers partout, prends garde à ne pas te blesser. »

Et elle saute par-dessus un trou. Les rôdeurs ne pourront pas suivre, il y a trop de dénivellements et ils n'ont pas les facultés physiques pour courir et crapahuter à ce point-là. C'est aussi pour cela que l'on n'en trouve normalement pas par ici.
Alors qu'ils sont maintenant loin du groupe de rôdeurs, Alyssa ralentit, puis, elle se tourne vers ce type. Loin d'être sympa, elle le remercie tout de même, parce que sans son intervention… Elle ne sait pas ce qui aurait pu advenir d'elle. Elle s'en était sortie grâce à lui, en soi…

« - Merci… D'être intervenu et de t'être mis en danger pour moi.  »
Elle lui sourit tout de même et lui tend la main.
« - Moi c'est Alyssa. Et toi ? »



code par SWAN - gif tumblr
Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar




A la recherche du respect:
 

× Âge du perso : :
27 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Californie avec la villa

× Avant, j'étais : :
Professeur d'histoire au collège

× Messages : :
375

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
Invité (Bazzart)

× Avatar : :
Nate Buzolic

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Mekhaï

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Biodiversity, My Ass ▬ ft. Graham. Ven 8 Juil - 19:01

Clairement la jeune femme s’était foutu dans un sacré merdier. Déjà se retrouver dans une situation comme la sienne n’engagait rien de bon mais en plus, elle avait les mauvais réflexes. Utiliser une arme à feu alors que la moitié sont occupés à manger de la biche. Mais voilà qu’elle leur avait tiré dessus et qu’ils étaient tous sur lui. Dans un élan héroïque et d’intérêt j’avais pris la décision de lui porter main forte. Après tout, je n’avais rien à perdre. Si je parvenais à abattre le rôdeur la menaçant, tant mieux elle vivrait et si je la tuais et bien soit, je ferais demi-tour et ne m’attarderait pas ici. Dans tous les cas, elle était en danger et ne vivrait pas bien longtemps. Je tirais ensuite deux autres balles lui libérant un peu de chemin bien que pas assez. Je n’aurais pas assez de munition pour abattre la horde au sniper plutôt silencieux mais si je sortais ma mitraillette, c’est toute la région qui sera ameuté.  Toutefois, la jeune femme en profita pour s’extirper légèrement de ce petit cercle se resserrant autour d’elle. Cependant, je ne pouvais pas rester plus longtemps dans mon buisson, les rôdeurs les plus proche m’avait entendu malgré le silencieux atténuant le bruit. Je sortais alors rapidement en abattant encore quelques-uns. Mais mes munitions n’étaient pas illimitées. Heureusement pour moi, j’étais un homme plein de ressources.  Cependant la jeune femme sans doute surprise, ne me quittait alors plus des yeux oubliant presque par qui elle était enterré. Dans l’action, je parvenais à les garder à une certaine distance avant de clairement la reprendre lui disant de ne pas me surveiller et de regarder derrière elle, un mort s’approchant dangereusement d’elle pour lui dévorer les artères. Heureusement pour son cou, elle parvint à se débarrasser de son aillait en lui explosant le crâne. Celle-ci parvint alors à se débarrasser de certains pour s’enfuir.

De mon côté les choses se gatait. J’abattais un rôdeur d’un coup de crosse dans le crâne avant de retirer ma veste d’entourer le cou de deux d’entre eux et de les trainer en entier avant de les abattre à coup de pieds me permettant de courir à quelque mètre et d’accrocher approximativement ma veste à ma taille. Je pu alors attraper mes deux pieux en bois que je garde toujours sur moi en cas de prise d’otage ennemi. Je les attrappais et je les enfonçais d’un côté de leur crâne les récupérant de l’autre dans plusieurs d’entre eux. Mais j’étais humain et j’avais un souffle, et le mien commençait à me fatiguer. Mon fusil vidé de munition ne me sert à rien et je commençais à me résoudre à l’usage de ma mitraillette. En soit, je savais que je n’étais pas en danger mais la jeune femme ne le savait pas et celle-ci revint m’aider. Pas si ingrate la jeune au final. « Quoi ? » disais-je en l’entendant m’interpeller ne tournant qu’une seconde la tête vers elle histoire de ne pas quitter des yeux mes ennemis. « Ok » C’était parti. J’éliminais alors les rôdeurs avec de plus en plus de mal, en esquivant quelques un mais fonçant dans le tas jusqu’à la zone indiqué par la jeune brune. L’un de mes pieux en bois se brisa définitivement dans le crâne de l’un des revenant. « Merde !»  Le nombre de rôdeur ne diminuait pas et je me résignais à en revenir à mon dernier recours quand je reçu une nouvelle aide de celle que j’avais sauvée auparavant payant ainsi sa dette envers moi. Je profitais du moment d’inattention des zombies pour reprendre ma course les bousculant simplement et cessant le combat m’épuisant plus qu’autre chose. Je ne craignais pas la mort mais j’aimerais l’éviter. Elle m’attrapa alors le bras me tirant vers elle et m’informant de me préparer à courir. « Je devrais m’en sortir » lorsqu’elle m’avertit de présence de rocher. Pourquoi pas après tout, au moins les rôdeurs serait ralenti voir stopper.

Je sautais alors par-dessus le trou à sa suite en me lançant dans une fuite ou nous étions presque sûr d’être sauvé à moins d’une mauvaise blague et que d’autre nous attendent de l’autre côté.  Une fois hors de danger la jeune femme s’arrêta pour me remercier. J’en profitais pour la détailler plus amplement sans pour autant insister, simplement pour enregistrer son visage. Elle était plutôt jolie jeune femme. « De rien, il faut savoir se mouiller un peu si on ne veut pas l’extinction totale de l’humanité » Je tentais de mettre un peu d’humour et de paraitre sympa. Je n’étais pas forcément méchant de fond. Elle me souriait et me tendait la main avant de se présenter. Je fus surpris mais je la lui serrais. Généralement, je faisais la bise aux femmes mais soit, je la serrais d’une bonne poigne sincère avant de me présenter à mon tour. « Graham » J’observais alors les paysages rocailleux avant d’ajouter. « Ça t’arrive souvent de te mettre en danger comme ça où c’est occasionnel ? » Je souriais encore tentant de lancer la conversation. « Je ne connaissais pas le coin mais je m’abstiendrais à l’avenir. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Biodiversity, My Ass ▬ ft. Graham. Sam 30 Juil - 18:39

       
Biodiversity, my Ass.

       Graham & Alyssa Into The Wild.


Musique Maestro ♫

« - De rien, il faut savoir se mouiller un peu si on ne veut pas l’extinction totale de l’humanité »

Elle se détend et lâche un léger rire en secouant la tête.  « C'est vrai, c'est vrai. »

Ils se serrent la main, son sauveur s'appelle Graham et visiblement, il est surpris du geste de la demoiselle. Ne croyait-il pas qu'elle allait lui taper la bise ? Le monde a changé. Qui embrasse la joue d'un inconnu maintenant ? On ne voit pas où se trouvent les mains et un contact aussi rapproché est… dangereux pour les personnes qui s'y risquent. Un coup de couteau dans l'abdomen et c'est fini. Non, Alyssa préfère la distance, la prudence de voir les mains de son interlocuteur, mais surtout, de base, n'apprécie pas les contacts, tout court. Puis même, c't'un garçon manqué cette fille.
Puis, il la charrie. Elle hausse les sourcils et sourit, lâchant un long soupir. La brunette se passe la main sur le visage et arrête son geste aussitôt, dégoûtée dès lors qu'elle comprend qu'elle a des morceaux de chair et du sang séché, mais pourri sur les doigts. Elle fait une mine dégoûtée et s'essuie sur son pantalon. Il faut vraiment qu'elle aille prendre un bain, c'est juste plus possible.
« - Alors, non. Normalement, non. Mais là… Elle grimace et secoue la tête, parce qu'en fait, même elle comprend pas cette foutue imprudence, j'dois vraiment être sur les rotules, je me suis endormie d'un coup. Donc oui, c'est occasionnel..»

« - Je ne connaissais pas le coin mais je m’abstiendrais à l’avenir. »

« - Ah non, mais d'habitude, y a personne. Pas un rôdeur. Mais depuis assez récemment, j'en vois de plus en plus, ça ne me dit rien qui vaille. » Elle fronce les sourcils et prend un air concerné. La sécurité du campement pourrait être menacée. Ils étaient là depuis bien trop longtemps déjà. Trop longtemps sans bouger, entre les feux, les chasses, la bouffe, le bruit, la vie. Tous les ingrédients parfaits étaient réunis pour attirer le rôdeur affamé. Bon sang. C'est trop demandé un an de répit ? Visiblement… Mais la prudence refait surface et la frappe d'un coup, elle regarde Graham avec un brin de suspicion, étudiant son attirail, ses vêtements, s'il porte ou non des sacs, combien. En gros, s'il a l'air d'être un nomade.

« - Je ne t'ai jamais vu dans le coin, à comprendre 'au campement dans Yosemite' Et t'as pas l'air d'être un nomade. Tu viens d'où ? Pardon. Je ne voulais pas demander ça. Mais vu c'que tu trimballes avec toi, t'as forcément un campement, je me trompe ? »

Assez du manque de prudence, elle devra faire attention à l'avenir. Déterminer s'il est digne de confiance ou si elle va devoir l'abandonner dans un coin du parc immense. Elle a payé sa dette, après tout. S'il s'en sort n'est plus de son ressort. Ils pourraient même se séparer ici-même et ne plus jamais se revoir. Qu'importe. Il l'avait sauvée, elle lui en est reconnaissante, ça s'arrête là.
Mais maintenant, quoi ? Elle lui dit ' Salut ' et elle tourne les talons ? Non. Puis, elle se sent tellement sale qu'elle ne parvient pas à prendre de décision correcte. Elle sait que les lacs sont nombreux dans cette partie du parc : c'est en partie pour cette raison que les troupeaux de cervidés pullulent. Et elle crève d'envie de pouvoir se débarrasser des restes de chair en décomposition et du sang puant de ces abrutis errants.

« - Tu as peut-être des gens à rejoindre, non ? Je… » Son ventre, capricieux, vient lui signaler que son estomac est particulièrement vide et elle se maudit d'avoir laissé son gibier aux mains des rôdeurs. Il doit bien lui rester des trucs à grignoter dans son sac, mais rien de folichon. Dans les lacs, il serait peut-être possible d'attraper du poisson ? Qui sait.
« Tu sais quoi ? J'ai faim. Toi aussi, peut-être ? Puisque ces saloperies m'ont piqué ma bouffe pour les jours à venir, il va falloir qu'on se débrouille. Il y a des lacs pas loin et à deux, on aura plus de chance d'attraper de quoi se remplir le ventre. »

Elle lui sourit. Elle se méfie de lui, mais quoi de mieux que faire un truc ensemble pour voir s'il est digne de confiance. Au pire, elle irait seule, au moins, elle n'ira pas seule… ? Oui, non peut-être quand même que quelque chose de pire que ça pourrait arriver, mais 'Lyssa croit en la bonté humaine – un peu – et ne peut se résoudre à croire qu'un type l'ayant sauvée au péril de sa vie puisse la lui mettre à l'envers ensuite. C'est pas logique et c'est tellement contraire à tout ce qu'elle croit possible.
Bien que plusieurs fois déjà, par le passé, elle se soit vue requestionner ses à-priori.



code par SWAN - gif tumblr
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Plutôt crever que de faire ce foutu vaccin !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21395

× Points de vie : :
388

× Copyright : :
© lux aeterna (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Biodiversity, My Ass ▬ ft. Graham. Ven 23 Sep - 19:15

RP archivé suite à la suppression d'Alyssa. coeurrose

_________________
en présence très réduite jusqu'au 9 août
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Biodiversity, My Ass ▬ ft. Graham.

Revenir en haut Aller en bas

Biodiversity, My Ass ▬ ft. Graham.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS-