{FLASHBACK} All I ever wanted was for you to be happy | Luke.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
Le 10/11/2016 : le forum a quatre ans & sa saison 5 est mise en place. Le 27/08/2017 : 24ème version du forum installée. Les awards & autres nouveautés sont à consulter ici.
Oh la la qu'est-ce que vouuuuus aiiiiiime !! coeurrose lele Et si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ?

Partagez| .

{FLASHBACK} All I ever wanted was for you to be happy | Luke.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

ADMINISTRATOR
avatar


KEEP YOUR HEART STRONG

we'll take the world to its feet
& m o v e m o u n t a i n s
- ⋆ ' ⋆ . - ⋆ ' ⋆ . -

× A propos du vaccin : :
Je suivrais Ophelia, peu importe sa décision.

× Âge du perso : :
20 ans & toutes mes dents !

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, à Yosemite avec Ophelia.

× Avant, j'étais : :
Reine, bitches.

× Messages : :
1426

× Points de vie : :
35

× Copyright : :
MYERS. (signature) & faust (avatar)

× Avatar : :
Nicola Peltz.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: {FLASHBACK} All I ever wanted was for you to be happy | Luke. Lun 9 Mai - 7:49




ALL I EVER WANTED WAS FOR YOU TO BE HAPPY

LUKE AND ABBYGAIL | I've been lookin' at the stars tonight & I think ; Oh, how I miss the bright sun. I'll be a dreamer 'til the day I die, and they say ; ohhh, how the good die young. I just want to be alive while I'm here.





C’était une nuit plutôt fraîche mais très agréable, je ne serais pas sortie sans ça. Je tourne la tête vers la porte de ma chambre alors que plusieurs éclats de rire se font à nouveau entendre. Bon Dieu, ce qu’ils pouvaient être bruyants. Je secoue doucement de la tête, regardant à nouveau devant moi et ne pouvait pas m’empêcher de sourire discrètement. Au moins, Luke et Nikolaï semblaient bien s’amuser, et ce n’était pas plus mal. Il fallait bien profiter des avantages que nous offrait ce camp, après tout j’étais bien consciente qu’on ne pourrait pas rester ici pour toujours. Un jour, il y aurait d’autres humains, envieux de ce que nous avons, qui détruiront tout, trop de rôdeurs d’un seul coup pour foutre à terre nos défenses, ou un débile qui se pensera plus intelligent que le reste d’entre nous mais qui au final causera notre perte à tous, comme ce fut le cas à la Zone 51. Ne restait plus qu’à espérer que cette fois ça tienne un peu plus longtemps, je m’étais habituée au calme et au confort, alors l’idée de tout perdre me faisait peur, encore plus de me retrouver à nouveau à l’extérieur, peut-être même complètement seule… L’explosion à la Zone m’avait déjà séparé de Luke, peut-être qu’on se retrouverais tous les trois séparés à nouveau, et peut-être que la vie ne se sentira pas assez généreuse pour nous réunir une nouvelle fois.

Je chasse ces pensées de ma tête en inclinant la tête vers l’arrière, laissant glisser du vin rouge le long de ma gorge. Je grimace, vu l’arrière-goût dégueulasse que celui-ci me laisse en bouche. Bien entendu, le plus vieux des deux frères avait réussi qu’à ramener le moins chic et le plus mauvais vin que je n’avais encore jamais goûté. C’était bien tout lui, ça ! J’étire le bras, posant la bouteille vide au trois quart contre le rebord de ma fenêtre ouverte, attrapant mon vernis à ongle lilas puisque je considérais avoir assez attendu pour que la première couche que j’avais plus tôt appliqué soit sèche. J’avais déjà vu mieux comme vernis, on voyait qu’il était vieux et il n’en restait qu’à peine, mais j’avais eu envie de cette couleur et que de toute façon je ne croyais pas trouver bien mieux de sitôt. J’applique donc une nouvelle couche avec attention, agitant ensuite mes orteils colorés, satisfaite. Je dépose à nouveau le petit pot, le troquant contre ma bouteille que je porte à ma bouche, grimaçant une nouvelle fois. Je la dépose elle aussi, attendant d’être à nouveau assez désespérée pour avaler volontairement une goutte de plus de ce vin pourri.

Je porte donc mon attention sur les maisons en face de la mienne, installée contre le petit toit de la terrasse d’en avant, celui-ci se trouvant à être tout juste en-dessous de la fenêtre de ma chambre. Depuis que je l’avais découvert, je venais régulièrement ici lorsque j’en pouvais plus de cette maison et ces gosses, pour être seule un peu, reposer ma tête qui roulait sans cesse à cent mille à l’heure, ou lorsque j’avais besoin de penser, tout simplement. J’observais le voisinage ou encore les étoiles, lorsque le ciel était dégagé et qu’il faisait nuit. Tout le monde semblait endormi, mais il y avait toujours quelques gardes qui se promenaient dans les rues de temps en temps, s’assurant que tout allait bien. Je suis d’ailleurs des yeux un grand brun plutôt costaud, aux cheveux longs, ceux-ci lui frôlant les épaules par moment. Je pourrais reconnaître cette crinière parmi une centaine, c’était Jeff, l’aîné de Nathan. Je passais beaucoup de mon temps chez les garçons, et pourtant j’avais l’impression que son grand frère ne se posait jamais une seule seconde, d’ailleurs nous n’avions même pas échangé un seul mot depuis que j’étais arrivé ici, même que je ne me rappelle même pas avoir un jour entendu sa voix.

Je sursaute, regardant derrière-moi, lorsque j’entends ma porte s’ouvrir. Je porte une main à mon cœur, regardant Luke apparaître sur le seuil celle-ci. « Bon Dieu Luke, ça te tentais pas de te casser la gueule ou je sais pas? Tu m’as foutu la trouille ! » C’était comme ça que je saluais les gens, oui. Je me calme légèrement, glissant une de mes mèches blondes derrière mon oreille et haussant un sourcil en le regardant s’avancer. Un sourire se dessine au coin de mes lèvres lorsque je me dis qu’il devait être complètement bourré, mais je ne fais pas de commentaire. Surprenant? Peut-être un peu, j’avoue, normalement je ne ratais pas une seule occasion propice pour le taquiner, mais dans le moment présent j’étais, même si ça peu paraître un peu bizarre, contente qu’il se soit permis de décompresser le temps d’une soirée. Il était toujours occupé après-tout. Soit il était à l’extérieur, soit il s’occupait des provisions, ou courait derrière un des mioches qui s’était établit ici. « Qu’est que tu fou ici? » finis-je par poser, toujours un peu amusée par son allure, me demandant pourquoi il avait quitté les autres jeunes en bas.


CODE PAR MYERS

_________________

YOU S H O W E D ME THAT I
WAS WORTH IT, VALUABLE
_ - _ - _ - _ - _ - _ - _ - _ - _
She was t o o q u i e t, or she was t o o l o u d
She was too sensitive, or too cold-hearted
She HATED with every fiber of her being
or she L O V E D  with all her heart ♥️
Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar


#We have a fast car, we want a ticket to anywhere. Maybe we make a deal. Maybe together we can get somewhere.
Anyplace is better.


***

#Nothing could kill me like you do. You're going straight to my head and I'm heading straight for the edge. I pick my poison and it's you.♥️



JovousaimeFort:
 

× Âge du perso : :
17 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Sur les routes de Californie, partageant une magnifaïque jeep cyan aux côtés de Nikolaï et Alixen

× Avant, j'étais : :
Un collégien turbulent

× Messages : :
2613

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
©popgun (vava) - ©Popgun & ©Merenwen (gifs) - ©MACFLY (sign)

× Avatar : :
Chandler Riggs

× Et ton p'tit pseudo ? : :
PopGun

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} All I ever wanted was for you to be happy | Luke. Mar 31 Mai - 3:48

ALL I EVER WANTED WAS FOR YOU TO BE HAPPYA quatre pattes dans la salle de bain de l'étage de la colocation, Luke déglutissait bruyamment le maigre contenu de son estomac étriqué qui ne contenait pour l'heure en majeure partie qu'un vin rouge de piètre qualité. Pour leur défense, il fallait bien admettre que le choix n'avait pas été bien grand. Nikolaï et lui n'avaient pas joué les fines bouches lors de leur sortie ravitaillement soirée. Les premières bouteilles d'alcool à portées de main, ils l'avaient pris sans réfléchir, se disant que cela ferait bien l'affaire. Après tout, le résultat était le même non ? Être joyeux par la boisson et en oublier tous leurs soucis. M'enfin il fallait croire que là, Luke avait poussé le bouchon un peu trop loin et surtout un peu trop vite. Ou peut-être était-ce le mélange d'alcool et de médicaments qui jouait sur sa soudaine fragilité ? Il n'en savait absolument rien, c'était la première fois qu'il buvait autant. Tout ce qu'il savait, c'est qu'il allait mal. Heureusement, Luke avait pris soin de refermer à clé la porte derrière lui, espérant que cela suffise à limiter au maximum la propagation de ces bruits répugnants qui s'échappaient des toilettes depuis déjà plusieurs longues secondes. « wehuu... Bordel... » Se plaint-il d'un ton lasse, la tête toujours penchée au dessus de la cuvette et les bras entourant le siège comme l'on enlacerait un ami de longue date, un sourire de soulagement sur les lèvres. Putin qu'est-ce qu'il pouvait détester vomir... Mais bon Dieu ! Que ça faisait un bien fou sur le coup. D'une inspiration profonde, il finit par se redresser difficilement, hésita un instant, puis tira la chasse d'eau en visant à côté du bouton avec son doigt à la première tentative, ce qui l'obligea a réitérer le mouvement de façon un peu plus déterminé. « Je vous libère ! » pouffa-t-il alors que le tourbillon d'eau clair venait emporter dans ses conduits l'alcool pré-digéré de son estomac.

Luke s'était absenté de la soirée pour quelques minutes, son excuse ayant été de simplement soulager sa vessie. Nul doute que les autres avaient compris son petit manège et attendaient impatiemment son retour pour le chambrer sur le sujet. Peu désireux de débouler en plein milieu d'une session d'action vérité gênante, Luke prit le temps de se nettoyer un peu le visage, rinçant par la même occasion les quelques résidus de bile qui lui donnait encore un goût terriblement répugnant dans la bouche. S'appuyant quelques secondes sur le rebord de l'évier, Luke laissa sa tête retomber légèrement, profitant de ces quelques minutes de calme pour respirer un bon coup. Cette soirée n'avait pas été une mauvaise idée. Même si la plupart des rires étaient forcés, cela faisait du bien à tout le monde. Du moins, Luke l'espérait... Notamment pour Nikolaï qui n'arrêtait pas d'en baver depuis la mort de Danny. Une succession de malheur qui dégradait petit à petit l'état mental de son jeune frère dont il avait pris l'entière responsabilité. Mais Luke n'y pouvait rien, ne parvenait pas à l'aider correctement et cela le frustrait au plus haut point. Relevant la tête vers le miroir face à lui, il resta un moment immobile à s'observer, silencieusement, sans réellement savoir pourquoi il se tenait encore debout seul dans cette pièce alors que tout le monde tentait de se détendre dans le salon. Ou du moins, presque tout le monde. D'un soupire, Luke sortit de la salle de bain en éteignant la lumière derrière lui. C'est d'un estomac léger qu'il s'approchant à pas de loup de la chambre d'Abbygail. Il lui avait fallut du temps avant de s'habituer à la nouvelle disposition des chambres. Disons simplement que Luke avait pris pour habitude de se rendre à la cave pour voir la blonde et non à l'étage. Mais maintenant que son ancienne chambre était habité par Malaury... Autant dire que Luke n'y foutait plus les pieds. Adieu billard de ses rêves... Quelle tristesse cela était. D'un mouvement énergiquement, il poussa la porte pour s'y engouffrer sans prendre la peine de s'annoncer. Plus les jours passaient et plus Luke s'autorisait certaines libertés dans cette maison qu'il considérait aujourd'hui comme la sienne. Un pied. Il lui avait suffit de passer un pied pour que Luke ne se fasse déjà engueuler par Abbygail.

Un sourire aux lèvres, le brun s'engagea dans la pièce partiellement plongée dans l'obscurité. Pourquoi était-il ici, alors que tous les autres étaient en bas à discuter ? Car il se faisait du soucis pour son amie d'enfance. Parce qu'il ne voulait pas la laisser seule toute la soirée à broyer du noir en solo sur il ne savait sur quels sujets morbides et déprimants. Il voulait être là pour eux, mais aussi pour elle. Il l'entendait lui parler, mais pourtant, n'arrivait pas à savoir d'où provenait sa voix. « ...A...Abby..? » Murmura-t-il anxieusement d'un ton inquiet en observant chaque recoin de la chambre vide d'un regard paniqué, avant d’apercevoir sa silhouette par la fenêtre. Pour le coup, Luke avait dû paraître louche à chercher désespérément dans la pièce où pouvait bien se cacher la blonde. Comme si cela était du genre d'Abbygail de jouer à cache-cache... « Alors là... J'te retourne la question ! Qu'est-ce que tu fous là, toute seule ? » Répliqua-t-il de son ton grognon habituel avant de s'approcher de la fenêtre en remontant les manches de sa chemise. « J'bien compris t'sais... Qu'tu refusais d'aller à la fête. Et j'ai rien contre ça. J'dirais même...Très bien !» beugla-t-il à moitié en tentant désespéramment de passer par cette petite fenêtre dans l'unique but de la rejoindre. Et ne nous le cachons pas mais, un vieillard de plus de quatre-vingt dix ans se serait mieux débrouiller que lui pour s'extirper de cet enfer. «...Dans ce cas, c'est la fête qui va venir à t-- » Sans avoir le temps de terminer sa phrase de fêtard, Luke perdit l'équilibre au moment même où il était enfin parvenu à s'extraire de la maudite fenêtre, s'étalant majestueusement -ou non- aux côtés d'Abbygail. Manquant de justesse de s'écraser sur elle, voir même de l'emporter à son tour dans sa chute, Luke laissa un long gémissement filer d'entre ses lèvres. Son coude gauche cogna violemment contre le toit et son avant bras semblait être passé à la rappeuse à fromage, mais mis à part ces quelques dégâts collatéraux, Luke semblait être en un seul morceau, à son plus grand étonnement. Lui qui n'avait plus pour habitude de s'en sortir avec tous ses membres. « Toi. » Finit-il enfin sa phrase, un large sourire sur les lèvres, tandis qu'un petit rire se mit à naître dans le fond de sa gorge. A présent allongé sur le dos et surtout après s'être niqué le coccyx, Luke s'accorda une petite minute de repos en s'allongeant sur ce toit peu confortable, mains reposées sur son torse. « J'ai mal. » Précisa-t-il sans pour autant réussir à s'arrêter de rigoler.
© 2981 12289 0

_________________

You're oxygen and i'm dying to breathe
Sometimes, you have to drop the old to catch the new

ChipsMan:
 
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


KEEP YOUR HEART STRONG

we'll take the world to its feet
& m o v e m o u n t a i n s
- ⋆ ' ⋆ . - ⋆ ' ⋆ . -

× A propos du vaccin : :
Je suivrais Ophelia, peu importe sa décision.

× Âge du perso : :
20 ans & toutes mes dents !

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, à Yosemite avec Ophelia.

× Avant, j'étais : :
Reine, bitches.

× Messages : :
1426

× Points de vie : :
35

× Copyright : :
MYERS. (signature) & faust (avatar)

× Avatar : :
Nicola Peltz.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} All I ever wanted was for you to be happy | Luke. Mar 28 Juin - 22:51




ALL I EVER WANTED WAS FOR YOU TO BE HAPPY

LUKE AND ABBYGAIL | I've been lookin' at the stars tonight & I think ; Oh, how I miss the bright sun. I'll be a dreamer 'til the day I die, and they say ; ohhh, how the good die young. I just want to be alive while I'm here.





Un sourire naquit sur mes lèvres, oubliant rapidement la peur que Luke avait pu me faire en arrivant, le voyant me chercher dans la chambre comme un débile. Il n’avait même pas besoin de dire quoi que ce soit, je savais déjà qu’il y avait un peu trop d’alcool dans son sang, mais ce n’était pas plus mal, ça risquait d’être drôle de le voir comme ça, et rire me ferrais le plus grand bien. J’aurais pu rejoindre les autres en bas pour ça, mais je n’en avais pas eu envie, sur le coup. Je préférais qu’ils restent ensembles, comme je ne m’entendais pas avec tout le monde ici et que j’étais plus du genre à gueuler sur tout le monde qu’autre chose. La preuve, à la seconde où j’avais été mise au courant de la présence du brun je lui avais beugler par la tête, bien que ça avait rapidement passé. C’est donc plutôt souriante que je secoue la main pour lui montrer que je suis dehors, rigolant en le voyant s’approcher en ne disant pas grand-chose de très cohérent. Le con essaye ensuite de passer par la fenêtre, renversant presque mon vernis et ma bouteille, je les retire de justesse et le regarde tenter pitoyablement de me rejoindre sur le petit toit, ce qui ne me fait pas arrêté de rire au contraire, comme celui-ci s’écrase et se fait même mal. Je secoue la tête en replaçant mes choses sur le bord de la fenêtre maintenant qu’il était passé et qu’ils étaient hors de danger, je l’espérais en tout cas. Je me penche ensuite légèrement au-dessus de sa tête, lui qui était maintenant allongé sur le dos. Je retire délicatement les mèches brunes qui tombent dans ces yeux alors qu’il se plains de ces blessures. Je rigole doucement avec lui, rire qui se transforme doucement en un grand sourire qu’on ne voyait plus très souvent sur mon visage aujourd’hui, mais depuis l’Angels Camp peut-être un peu plus fréquemment. Il avait dérangé le calme apaisant dont je profitais depuis tout à l’heure mais j’étais tout de même contente de sa petite visite. « Bien entendu que ça fait mal, crétin, c’est du bardeau. » Mes yeux s’égarent sur ses bras, où il c’était blesser, et je me dis que je devrais surement proposer de rentrer pour désinfecter ces plaies, mais j’étais bien ici, avec lui, et j’avais envie d’en profiter encore un peu. Alors au lieu de proposer de rentrer, je le tire vers moi, posant sa tête sur mes cuisses pour le regarder sans me torde le cou, continuant de repousser doucement les mèches qui voulaient masquer son regard bleu comme l'océan. Je ne voyais pas tellement bien ces yeux clairs comme il faisait noir dehors, et qu’il n’y avait qu’une lampe de chevet allumé à l’intérieur de la chambre pour nous éclairer, mais je connaissais Luke depuis longtemps maintenant, je savais exactement comment ils étaient et je pouvais très bien me les imaginé. « Alors, vous faites pas trop de bêtises en bas? » Je demandais cela, mais je savais que c’était peu probable que la réponse soit négative. Une bande de jeunes et quelques bouteilles de vins périmés ne faisait jamais bon ménage, mais tant qu’ils s’amusaient bien c’était le principal. Surtout Nikolaï, après la mort de son amie, je le savais beaucoup plus instable qu’il ne l’était déjà et je savais que ça inquiétait Luke tout comme ça m’inquiétais moi. Je ne la connaissais pas beaucoup Dylan, mais c'était horrible ce qui c'était passé et bien que je n'étais pas particulièrement proche de la brune -et même que je n'avais pas été très enjouée à l'idée qu'elles nous rejoignent dans la maison elle et sa soeur- ça me touchait, comme ça avait touché tout le monde après tout, il faudrait avoir un coeur de pierre pour ne rien ressentir face à cette tragédie et bien que j'aimais prétende parfois que c'était mon cas ce n'était qu'une belle mascarade. « Tu réussis à changer les idées de Niko? » demande-je ensuite sans pouvoir m’en empêcher, passant mes doigts dans les cheveux bruns du garçon que je considère depuis longtemps comme mon frère. Bien qu’il soit un peu plus jeune que moi, je l’avais toujours vu d’une manière différente. Comme si il était mon jumeau, et que Nikolaï était notre petit frère, celui dont on devait prendre soins ensemble quoi qu'il arrive. Si il y avait un sujet où on s'entendait c'était bien lui, on pensait de la même manière, on voulait tout les deux son bien, c'est peut-être ce qui nous rapprochait autant d'ailleurs.


CODE PAR MYERS

_________________

YOU S H O W E D ME THAT I
WAS WORTH IT, VALUABLE
_ - _ - _ - _ - _ - _ - _ - _ - _
She was t o o q u i e t, or she was t o o l o u d
She was too sensitive, or too cold-hearted
She HATED with every fiber of her being
or she L O V E D  with all her heart ♥️
Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar


#We have a fast car, we want a ticket to anywhere. Maybe we make a deal. Maybe together we can get somewhere.
Anyplace is better.


***

#Nothing could kill me like you do. You're going straight to my head and I'm heading straight for the edge. I pick my poison and it's you.♥️



JovousaimeFort:
 

× Âge du perso : :
17 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Sur les routes de Californie, partageant une magnifaïque jeep cyan aux côtés de Nikolaï et Alixen

× Avant, j'étais : :
Un collégien turbulent

× Messages : :
2613

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
©popgun (vava) - ©Popgun & ©Merenwen (gifs) - ©MACFLY (sign)

× Avatar : :
Chandler Riggs

× Et ton p'tit pseudo ? : :
PopGun

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} All I ever wanted was for you to be happy | Luke. Mer 29 Juin - 22:47

ALL I EVER WANTED WAS FOR YOU TO BE HAPPY« Ouais bah j'aime pas ça. » maugréa-t-il à demi voix quand Abbygail lui expliqua la raison de toute ses peines. « Non mais, quelle idée aussi franchement. On pourrait râper du fromage là-dessus sérieux. C'est pratique si tu décides de faire soirée jambon-emmental sur ton toit, mais à part ça, bah ça sert à rien, à part faire chier son monde ! » Continua-t-il comme si son cerveau avait eu un énorme bug sur le mot Bardeau et qu'il ne parvenait plus à passer à un autre sujet. Il fallait tout de même voir le bon côté des choses, durant ce petit monologue, les deux avaient eu le temps de s'installer confortablement sur le fameux toit. Tout du moins Luke, qui s'était docilement laissé entraîner par la blonde pour reposer sa tête confortablement sur ses cuisses. « Bardeau en plus... C'est quoi ce mot sérieux. Ba---rdeau mon cul. J'me demande comment le gars a trouvé ça. C'comme le mot salade ou encore réverbère. Une grand mystère... » Termina-t-il finalement avant de laisser un petit soupire s'échapper de ses lèvres toujours étirées d'un sourire niais et satisfait. Pliant le bras d'où provenaient les picotements, Luke inspecta tout de même l'étendu des dégâts en silence. Les griffures n'étaient pas bien profondes et se mêlaient à merveille avec les nombreuses autres imperfections et cicatrices qui ornaient aujourd'hui son corps avec disgrâce. « J'espère qu'un zombie est jamais venu faire soirée jambon-emmental ici... » Il ne manquerait plus que le toit où ils étaient confortablement installé ne soit infesté de toutes ces saloperies. M'enfin, la pluie avait bien du nettoyer tout ça un jour ou l'autre... Portant ses lèvres jusqu'à ces petites plaies gonflées pour venir les humidifier à l'aide de sa langue, Luke s'immobilisa peu de temps après.  « J'espère vraiment pas...» répéta-t-il en réalisant ce qu'il venait de faire. Car si tel était bien le cas, Luke venait tout juste de... Lécher du sang de zombie ? Si l'idée lui déplaisait fortement, un rire légèrement angoissé s'extirpa tout de même de sa gorge enrouée. Que sa tête pouvait tourner...

« Si tu considères que faire une compétition de lancer de croquettes pour chat avec l'air du nez c'est pas faire trop de bêtises... Alors oui. On fait pas de bêtises. » basculant un peu plus la tête en arrière pour avoir tout le loisir de plonger son regard dans celui d'Abbygail, Luke venu lui offrir un fin et beau sourire innocent. « Et... J'dois bien avouer que Maebh à un sacré talent pour ça. J'sais pas si c'est dû à ses narines qui ont le bon diamètre ou qui épousent à merveille la forme des croquettes pour un maximum de puissance, mais dans tous les cas, elle cache bien son jeu. » baratina-t-il sur le même ton de la moquerie, le torse légèrement animé par un nouveau rire naissant. Après tout le mal qu'il s'était donné pour rassembler les gens dans le salon, voir que les choses se passaient globalement bien avait au moins eu le mérite de soulager un peu le brun. Ils avaient besoin de ce genre de moment, oublier juste quelques minutes le bordel qu'était devenu le monde. Pire qu'une drogue, à la moindre occasion qui se présentait à lui, Luke fonçait sans réfléchir. S'il y avait un moyen de se déconnecter de la réalité, il ne le refusait jamais. Fuir, c'était ce qu'il faisait de mieux ces derniers temps. Fuir la réalité, fuir les responsabilités, fuir les conflits... Oui, jamais Luke n'avait été aussi lâche et faible qu'il ne l'était aujourd'hui, après l'incident de la cafétéria.

Quand Abbygail enchaîna sur l’inquiétude qu'elle portait pour Nikolaï, Luke perdit peu à peu son sourire. L'alcool lui avait permis jusque là de planer et de rire de tous les sujets, mais son frère... C'était une sacré douche froide à chaque fois qu'il ressortait dans une conversation. Peut-être était-ce son instinct protecteur de grand frère qui voulait ça... Il l'ignorait totalement. Tout ce qu'il savait c'était que tout comme lui, Abbygail y tenait énormément, mais que tout comme lui, elle ne parvenait pas à lui remonter le moral. « Absolument pas. » Souffla-t-il avec sincérité, fermant doucement les yeux devant cette triste réalité, appréciant un peu plus de cette façon les caresses d'Abbygail. Luke ne savait même pas s'il parviendrait un jour à remonter le moral de Nikolaï tant celui-ci semblait être au plus bas depuis quelques temps. Si les choses s'étaient arrangées lors de leurs retrouvailles et leur arrivée à Angel's Camp... Il fallait bien admettre que ce camp et ses pouvoirs avait également leurs propres limites. « On se force tous, mais pour certains, ça se voit plus que d'autres... » se contenta-t-il de murmurer, remuant doucement la tête de désespoir. Ce qui s'était passé avec Dylan et Danny était triste et si Luke avait été présent pour enterrer Danny, il n'avait pas pu épauler Nikolaï lors du suicide de Dylan. A cela, il s'en voulait. Mais le destin en avait voulu ainsi, avec la prise d'otage de la cafétéria, les choses s'étaient enchaînées un peu trop vite et Luke était resté impuissant bien trop longtemps, allongé à regarder les jours défilés par la fenêtre de l'infirmerie. « Je t'avoue... Que je sais plus vraiment quoi faire. Je peux rien faire. Je peux pas ramener Dylan à la vie, Danny non plus. J'arrive déjà pas à rester en vie moi... Alors les autres... J'ai tellement peur qu'il fasse une connerie. » murmura-t-il d'un ton vide et monotone comme si les remords qui le rongeaient avaient finalement eu raison de son optimisme. « Et toi, comment tu te sens ? » s'inquièta-t-il en rouvrant doucement les yeux pour pencher légèrement la tête dans sa direction. S'autorisant à détailler son visage sans la moindre gêne, espérant silencieusement que la réponse à sa question soit tout aussi franche que ses propres propos.
© 2981 12289 0

_________________

You're oxygen and i'm dying to breathe
Sometimes, you have to drop the old to catch the new

ChipsMan:
 
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


KEEP YOUR HEART STRONG

we'll take the world to its feet
& m o v e m o u n t a i n s
- ⋆ ' ⋆ . - ⋆ ' ⋆ . -

× A propos du vaccin : :
Je suivrais Ophelia, peu importe sa décision.

× Âge du perso : :
20 ans & toutes mes dents !

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, à Yosemite avec Ophelia.

× Avant, j'étais : :
Reine, bitches.

× Messages : :
1426

× Points de vie : :
35

× Copyright : :
MYERS. (signature) & faust (avatar)

× Avatar : :
Nicola Peltz.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} All I ever wanted was for you to be happy | Luke. Jeu 7 Juil - 19:49




ALL I EVER WANTED WAS FOR YOU TO BE HAPPY

LUKE AND ABBYGAIL | I've been lookin' at the stars tonight & I think ; Oh, how I miss the bright sun. I'll be a dreamer 'til the day I die, and they say ; ohhh, how the good die young. I just want to be alive while I'm here.





Je fronce les sourcils lorsque Luke se met à parler de bardeau sans s’arrêter, un demi-sourire au coin des lèvres. C’était bizarre de le voir dans cet état, l’apocalypse ne laissait pas vraiment place au plaisir normalement, mais tant mieux si grâce à ce camp il avait réussi à rire un peu malgré les récents et les plus anciens événements aussi. On s’en rappelait pour toujours, peu importe combien de temps nous séparait d’eux. C’était comme le souvenir horrible de la mort de mes parents, je sentais toujours le couteau qui avait mis fin à la vie de mon père entre mes mains et les images me hantaient. Je ne pensais pas qu’un jour elles pourraient disparaître. C’était mon premier contact avec ce nouveau monde et il avait été brutal, horrible, et je ne sais pas ce que j’aurais fait si Luke n’aurait jamais vécu à côté. D’ailleurs celui-ci blablatait toujours sur le matériau que constituais le toit et c’est pourquoi je me dois de poser ma main contre sa bouche, me disant que c’était la seule façon de le faire s’arrêter mais également d’écouter ce que j’avais à dire. « Luke ? » demande-je comme si je voulais en fait lui dire mais qu’est que tu fou bordel ? Je secoue doucement de la tête, me permettant de rire à mon tour. Je retire doucement ma main de sa bouche, toujours pencher au-dessus de sa tête. « Tu as vraiment trop bu toi » poursuivis-je sans m’arrêté de rire, portant à nouveau ma main à ces cheveux alors que celui-ci inspectait ces plaies. Elles étaient petites mais ça ne les empêchait surement pas d’être douloureuses, sauf que c’était peut-être horrible de dire ça mais il avait connu bien pire… Il sortait tout juste de l’infirmerie d’ailleurs, encore. Ce con voulait me tuer et il le ferait certainement un jour. Ne faisait-il jamais un peu attention à lui ? M’étant perdu dans mes pensées quelques secondes, j’en sors brusquement lorsque le brun sous moi pose sa langue sur les blessures contre son bras. Je lui tape le front en grimaçant. « Luke ! T’es dégueulasse ! » Qu’est que je disais plus tôt ? Ce con ne faisait jamais attention à lui. Je doutais fortement de sa théorie sur les rôdeurs et leurs soirées jambon-emmental sur les toits puisqu’ils étaient beaucoup trop débile pour monter jusqu’ici, mais ce toit restait sale et pleins de bactérie, et lui venait d’y foutre sa langue comme un débile profond, mais je ne devrais pas être surprise depuis le temps…

Une chance qu’il avait une histoire tout aussi débile à me raconter pour me faire sourire à nouveau puisque sur le coup mon côté protecteur avait pris le dessus. Après tout je devais faire tout le boulot avec lui, même Nikolaï avait ce côté suicidaire et stupide, et le pire dans tout ça c’est que Luke trouvait le moyen de le lui reprocher alors qu’il était exactement pareil. « Vous êtes fou, mais je suis contente que vous vous amusez bien. Tu ne veux pas y retourner tu es sûr ? » J’avais été contente de sa petite visite mais je ne voulais pas gâcher le reste de sa soirée. Je ne me voilais pas la face, je savais que ce camp ne pourrait pas durer éternellement et on ne savait jamais quand celui-ci tomberait, il fallait donc profiter de chaque instant. Bien trop vite à leur goût ils retomberaient tous sur terre et par ma faute Luke le fit plus vite que ces camarades. Je grimace légèrement en voyant son sourire disparaître, m’en voulant un peu d’avoir posé cette dernière question, mais je n’avais pas pu m’en empêcher. Sa réponse n’arrangea pas les choses, d’ailleurs. On s’engageait sur une conversation plus ou moins sérieuse, alcool ou pas. Je l’écoute parler, les sourcils froissés sous l’inquiétude et caressant toujours ces cheveux bruns comme pour le rassurer en quelques sortes. « J’ai peur aussi… mais il fera pas ça, il pourra pas parce qu’on est là et qu’on prendra soins de lui. » Je le gardais à l’œil depuis le drame, tout comme Luke et tout comme tout le monde d’ailleurs. « ll a juste besoin de temps. » On tenait tous à lui et bien qu’il avait mal il devait se rendre compte qu’il n’avait pas tout perdu, qu’on était tous là. C’est vrai qu’il était facile de se dire que pour l’instant on l’était mais que du jour au lendemain on pouvait tous disparaître un après l’autre sans crier gare comme l’avait fait les sœurs Coolidge, j’y pensais moi-même régulièrement même si j’essayais de rester positive -sans grand succès parfois. « Et toi, comment tu te sens ? » Mes yeux se posent de nouveau sur le brun, ma main s’immobilisant entre ces mèches, surprise de sa question à laquelle je ne m’attendais pas. Je lève les yeux et regarde droit devant moi, quelques secondes de silence s’étirent avant que je ne reprenne mes caresses dans ces cheveux et que je me décide à répondre. « Je m’inquiète pour Nikolaï.. » avoue-je avant de baisser à nouveau les yeux vers lui. « …et pour toi aussi, tête de con. Toujours. » Je lui souris un peu avant de poursuivre. « Mais sinon ça va. » Mon sourire persiste même si il était moins sincère après les dernières paroles que j’avais prononcé. Heureusement j’étais une bonne actrice et depuis des années je jouais la comédie pour camoufler la peine que je cachais au fond de moi. Ne voulant pas qu’il pose plus de question je décide de retourner la conversation vers lui. « Et toi, a part tout ça… Ça va? » Il venait tout de même de perdre un œil, et bien qu’il essayait d’être le grand frère fort devant le plus jeune pour montrer l’exemple et pour surtout qu’on ne pense pas à lui mais bien à Niko, je ne l’oubliais pas, moi, et je savais que ça n’avait pas dû être plaisant, que ce n’était pas plaisant même encore aujourd’hui, et que c’était très perturbant comme expérience. Je reprends mes caresses, toujours pour le rassurer, voulant qu’il se confie à moi, l’alcool sera peut-être mon amie, du coup…


CODE PAR MYERS

_________________

YOU S H O W E D ME THAT I
WAS WORTH IT, VALUABLE
_ - _ - _ - _ - _ - _ - _ - _ - _
She was t o o q u i e t, or she was t o o l o u d
She was too sensitive, or too cold-hearted
She HATED with every fiber of her being
or she L O V E D  with all her heart ♥️
Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar


#We have a fast car, we want a ticket to anywhere. Maybe we make a deal. Maybe together we can get somewhere.
Anyplace is better.


***

#Nothing could kill me like you do. You're going straight to my head and I'm heading straight for the edge. I pick my poison and it's you.♥️



JovousaimeFort:
 

× Âge du perso : :
17 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Sur les routes de Californie, partageant une magnifaïque jeep cyan aux côtés de Nikolaï et Alixen

× Avant, j'étais : :
Un collégien turbulent

× Messages : :
2613

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
©popgun (vava) - ©Popgun & ©Merenwen (gifs) - ©MACFLY (sign)

× Avatar : :
Chandler Riggs

× Et ton p'tit pseudo ? : :
PopGun

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} All I ever wanted was for you to be happy | Luke. Sam 9 Juil - 4:35

ALL I EVER WANTED WAS FOR YOU
TO BE HAPPY

••• Quand Abbygail plaça doucement l'une de ses mains sur ses lèvres dans le but de le faire taire, Luke encore sous l'emprise de l'alcool pris quelques secondes pour s'arrêter, continuant de déblatérer pour laisser sa voix s’étouffer à la manière d'un decrescendo au creux de sa paume. C'est en remontant son regard fatigué et intrigué sur son amie qu'il avait pu lire son incompréhension. S'il avait pu, il lui aurait dit que ça allait, mais la main toujours présente devant sa bouche l'empêchait de s'exprimer. Et comme Luke n'avait pas encore prévu d'étaler sa bave sur la main de la blonde, il préféra garder le silence. Arrêt assez imprévu qui lui fit légèrement tourner de l’œil. Qu'il pouvait être fatigué... ! Alors qu'il se faisait la réflexion silencieuse, Abbygail venue dire à haute voix sa pensée : il avait trop bu... « Je crois aussi... » Avoua-t-il à demi-voix pour repartir dans un nouveau petit rire avant de tourner légèrement la tête, prenant place un peu plus confortablement sur ses cuisses. Malgré le fait que sa joue était à présent écrasée comme une vieille crèpe contre la blonde, Luke resta dans cette position sans rien ajouter, fermant même quelques instants les yeux pour profiter pleinement ce moment de calme qu'elle lui offrait. L’anecdote de Maebh semblait avoir eu l'effet escompté, si bien que Luke se joignit à nouveau et avec grand plaisir au rire si communicatif d''Abbygail. Finalement, l'opération ne se déroulait pas si mal que ça, la blonde semblait prendre du bon temps, même si elle n'avait pas voulu se joindre aux autres dans le salon...

Vu le taux d'alcool qui coulait actuellement dans son sang, Luke se contenta de remuer doucement la tête, fronçant les sourcils en signe de désaccord pur et simple. Il n'avait pas envie de bouger, il était trop mal pour ça de toute manière, son estomac commençait à refaire des siennes et sa gorge continuait de lui donner cette mauvaise impression de se boucher au fil des minutes... « J'vais rester là encore un peu... S'tu veux bien. J'suis bien là...» Très clairement, le brun ne se voyait pas jouer de nouveau les acrobates pour repasser par cette foutue fenêtre, vu l'effort que ça lui avait demandé tout à l'heure, nul doute que le deuxième passage serait aussi piètre que le premier, si ce n'était pire. Luke ne lui ferait pas l'honneur de lui offrir une nouvelle et pitoyable prestation de son jeu d'acteur d'homme bourré. De toute manière, Luke avait la flemme. Oui, même à lui, ça lui arrivait de vouloir se la jouer larve malade. « J'suis bien là... » Répéta-t-il dans un profond soupire, l’œil toujours clos et le visage serein, comme libéré de tout sentiment négatif. Depuis bien longtemps, Luke était bien. Seulement, le sujet de Nikolaï ne tarda pas à tomber sur le tapis, apportant avec lui sont lot d'inquiétudes et de frustrations. Abbygail avait beau lui dire qu'elle doutait qu'il aille aussi loin dans son chagrin, Luke lui, n'en était pas aussi sûr. Si l'idée du suicide lui avait déjà traversé l'esprit, pourquoi pas son frère ? Pourquoi pas Abbygail ? Tous étaient passés par là. Car il s'agissait du chemin de la facilité... « Et quand on sera plus là ? » demanda-t-il d'une voix neutre, ne laissant pas la place à une possibilité quelconque que l'un d'eux reste en vie au bout du compte. Sans doute avait-il besoin de temps comme la blonde le suggérait. Mais ne rien faire, n'était pas une solution, Luke avait tenté la fameuse technique dite de l'autruche et à part accentuer davantage les conflits, cela n'avait servit à rien. Alors oui, il laissera Nikolaï respirer, prendre le temps de faire son deuil, mais sera toujours derrière lui pour le pousser au cul. Lâchant un nouveau soupire, Luke venu doucement se gratter la joue avant de reprendre sur le même temps monotone : « ça va aussi ». Abbygail ne semblait pas vouloir parler d'elle, ce qui ne donnait clairement pas envie à Luke de s'étaler sur sa vie au risque de paraître lourd. Tout comme elle, il se contenta de répondre le minimum syndical, assurant que tout allait bien, comme si cela pourrait être vrai. « Tu t'es jamais demandée ce qui se passerait ? Une fois mort ? J'y pense tout le temps ces derniers temps... » avoua-t-il à demi voix, ne parvenant tout simplement plus à retomber dans cette jovialité dans laquelle il était arrivé. Misère... Lui qui était venu remonter le moral d'Abbygail, il s'y prenait vraiment comme un manche.
© 2981 12289 0

_________________

You're oxygen and i'm dying to breathe
Sometimes, you have to drop the old to catch the new

ChipsMan:
 
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


KEEP YOUR HEART STRONG

we'll take the world to its feet
& m o v e m o u n t a i n s
- ⋆ ' ⋆ . - ⋆ ' ⋆ . -

× A propos du vaccin : :
Je suivrais Ophelia, peu importe sa décision.

× Âge du perso : :
20 ans & toutes mes dents !

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, à Yosemite avec Ophelia.

× Avant, j'étais : :
Reine, bitches.

× Messages : :
1426

× Points de vie : :
35

× Copyright : :
MYERS. (signature) & faust (avatar)

× Avatar : :
Nicola Peltz.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} All I ever wanted was for you to be happy | Luke. Lun 1 Aoû - 5:42




ALL I EVER WANTED WAS FOR YOU TO BE HAPPY

LUKE AND ABBYGAIL | I've been lookin' at the stars tonight & I think ; Oh, how I miss the bright sun. I'll be a dreamer 'til the day I die, and they say ; ohhh, how the good die young. I just want to be alive while I'm here.





Je souris en le voyant qu'il ne voulait pas bouger, bien que cela ne m’aurait pas dérangé qu’il les retrouve au salon, ça me faisait un peu plaisir que celui-ci ait décidé de resté un peu, puisqu’après tout je n’avais que très peu de temps avec lui. Luke se sentait obligé de s’occuper de tout le monde dans cette maison, en plus de sortir pour aider tous les gens du camp -et ce n’était pas un défaut au contraire, je n’allais jamais lui reprocher d’être aussi bon, seulement, je n’allais pas me mentir ; cela gobait tout le temps qu’on pourrait passer ensembles, et ces temps-ci j’avais surtout envie d’être prêt de lui et son frère. Le camp était rassurant, comme endroit, et j’avais décidée d’oublier ce qui rôdait à l’extérieur parce que c’était plus facile comme ça. Sans, bien entendu, penser que cela durerait pour toujours. J’avais juste envie de profiter du temps calme qu’il me restait ici. Seulement, après ce qui c’était produit, je me rendais à nouveau compte que la vie était trop courte et que même ici nous n’étions pas totalement à l’abris et j’étais d’ailleurs très loin de mes peines, malheureusement… J’hoche donc de la tête, poursuivant mes caresses. « Ça me va » lui répondis-je simplement. Suivis un long silence plutôt apaisant. C’était le genre de moment auxquelles tu t’accrochais lorsque tout tournait mal, lorsque tu n’avais plus envie de te battre. Certains jours -voir la plupart d’entre eux- c’était ce qui te donnais le courage de te lever le matin et de mettre un pied devant l’autre. C’est ce qui t’empêchait de tout abandonné, de marcher tout droit vers les rôdeurs et de les laissé t’emporter quelque part qui, je l’espère, est beaucoup moins douloureux que la Terre peut l'être.

C’était agréable, mais rare était les moments où j’arrivais à m’arrêter de penser complètement, et en ce moment un sujet m’inquiétait plus que les autres : Nikolaï. Je savais que tout le monde s’inquiétais pour lui aussi, mais je savais aussi que seul Luke comprendrait vraiment ce que je pouvais ressentir. Ils étaient une famille, ils étaient tout ce qu’il leur restait de celle-ci, en tout cas, mais ma famille à moi c’était la leur et ça l’avait toujours été. Alors je me sens forcée de brisé le silence, de parler de sujets fâcheux et de plomber l’ambiance, mais c’était tout moi, ça. Le brun devrait en être pleinement conscient depuis le temps qu’il me connaissait. D’ailleurs, je me pensais pessimiste, pour le coup, mais je me rends compte que celui-ci l’est tout autant, si ce n’est pas plus. Je me crispe légèrement lorsqu’il me répond, confirmant que ma tentative pour le rassurer avait lamentablement échoué. Je prends quelques secondes pour digérer la chose et surtout me reprendre, parce que ce n’était pas le temps de fondre en larme ou de paniquer, Luke était là et je me devais d’essayer de le rassurer autant de fois qu’il le faudrait, du mieux que je le pouvais, en tout cas. J’attrape l’une de ces mains, le regardant droit dans les yeux alors que mon autre main se fige entre ces mèches brunes. « Pour l’instant on est là, le futur ne nous appartient pas… Mais j’ai bien l’intention de vous garder en vie, même si vous faites constamment exprès pour y passer à chaque fois que j’ai le dos tourné.. » Ce n’était pas drôle, mais je me permets de sourire en coin, optant maintenant pour l’humour noir, espérant qu’il cesse d’être aussi négatif, lui qui était tout joyeux -plus qu’il ne l’avait été depuis un moment d’ailleurs- en arrivant ici.

« Ça va aussi » dit-il ensuite, me mentant tout aussi bien que je l’avais fait plus tôt, mais ça ne changeait pas de nos bonnes vieilles habitudes. On avait toujours évité ce genre de discussion, comme si nous avions peur de déranger l’autre alors qu’on savait pertinemment, bien au fond, que ça ne serait jamais le cas. Il fallait toujours que ça soit lorsqu’on explosait, lorsqu’on en pouvait plus, et ce n’était jamais très jolie… Tout ce qu’on emmagasinait sortait enfin, après des mois, et parfois ça pouvait être dur à entendre et surtout à digérer. J’hoche doucement de la tête, même s’il se doutait que je n’en croyais pas un seul mot, tout comme il n’avait certainement pas cru les miens. « D’accord, mais si tu as besoin de parler je suis là. » Je lui souris doucement alors que ma main glisse toujours entre ces longues mèches, maintenant dépourvu de tous les petits nœuds qui les emmêlaient plus tôt. Heureusement, cela semble faire son effet, puisqu’il s'ouvre enfin légèrement, me posant une question qui le hantait de plus en plus souvent ces derniers temps, d’après ces dires. J’entrelace doucement nos doigts et pense un instant, puisque bien entendu je m’étais déjà posé cette question, surement beaucoup plus souvent que Luke puisque même avant tout cela je n’avais jamais été très heureuse… « J’aime croire qu’on trouve la paix, après la mort. » Ça c’était la version optimiste, la version des plus beaux jours. « Ou alors peut-être qu’on disparaît, qu’on s’efface, tout simplement… » poursuivis-je, légèrement pensive et regardant au loin dans la nuit sombre. Quelques secondes plus tard, je baisse à nouveau les yeux vers Luke. « Dans tous les cas, ça ne peut pas être plus pire que ça l’est ici… Et pourtant on s’accroche tous à la vie, parce qu’elle vaut la peine d’être vécu malgré-tout, même encore aujourd’hui. » Est-ce que je croyais réellement à ces mots? Ce soir, peut-être, parce que c’était une belle soirée -même si la conversation devenait de plus en plus déprimante. Après tout, Luke était en vie -et plus ou moins en un seul morceau- et Niko aussi, mais durant les jours plus sombres, il m'arrive de me dire, moi aussi, qu'il serait plus facile d'abandonner...


CODE PAR MYERS

_________________

YOU S H O W E D ME THAT I
WAS WORTH IT, VALUABLE
_ - _ - _ - _ - _ - _ - _ - _ - _
She was t o o q u i e t, or she was t o o l o u d
She was too sensitive, or too cold-hearted
She HATED with every fiber of her being
or she L O V E D  with all her heart ♥️
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: {FLASHBACK} All I ever wanted was for you to be happy | Luke.

Revenir en haut Aller en bas

{FLASHBACK} All I ever wanted was for you to be happy | Luke.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS :: RPS TERMINÉS-