[FLASHBACK] WE'RE RUNNING OUT OF TIME (Gideon & Naël)
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
Le 10/11/2016 : le forum a quatre ans & sa saison 5 est mise en place. Le 27/08/2017 : 24ème version du forum installée. Les awards & autres nouveautés sont à consulter ici.
Oh la la qu'est-ce que vouuuuus aiiiiiime !! coeurrose lele Et si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ?

Partagez| .

[FLASHBACK] WE'RE RUNNING OUT OF TIME (Gideon & Naël)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

ZOMBIE
avatar



× A propos du vaccin : :
C'est trop tard pour ça, mon cher.

× Âge du perso : :
Je n'ai point d'âge.

× Localisation (+ avec qui) :
De partout.

× Avant, j'étais : :
Un être humain.

× Messages : :
915

× Points de vie : :
1

× Copyright : :
SWAN

× Avatar : :
Zombie.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Selon ton bon vouloir ... ça va de "zombaque" à "zonzon" en passant par ... "rôdeur"..

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: [FLASHBACK] WE'RE RUNNING OUT OF TIME (Gideon & Naël) Mer 18 Mai - 11:46

Ordre de jeu : dans l'ordre indiqué dans le titre, en n'oubliant pas le maître du jeu, après chaque post de Naël. coeurrose
Infos en + : merci de ne pas laisser plus d'une semaine passer avant d'y répondre. Ça évitera de bloquer le sujet. Pour faire plus simple, vous pouvez faire entre 500 et 600 mots maximum sans problème, et ne faites surtout pas trop long. Wink
Le rp se déroule dans la réalité alternative, quelque part dans le Sud des Etats-Unis. Le lieu exact, ainsi que la date précise ne sont pas spécifiés, puisqu'il s'agit d'un flashback sans réelle concordance avec les histoires & parcours des personnages.
Le RP ne peut donc pas avoir d'impact sur les personnages et le jeu.
WE'RE RUNNING OUT OF TIME


Un bar. Quelle idée d'aller dans un bar quand l'épidémie est en train de décimer toute la population des Etats-Unis d'Amérique ? A vous de nous dire ce que vous faites là-bas, tous les deux.

Mais vous y êtes - Naël y est même tranquillement installé devant le bar depuis quelques heures -, c'est l'essentiel. Dehors, la situation est encore très floue. Les informations - télévisées et à la radio - parlent d'une maladie peu commune, insistent pour que tous restent chez eux.

Mais vous êtes téméraires, et vous le regretterez peut-être après la journée peu ordinaire que vous allez passer ...
Si vous êtes encore là pour regretter quoi que ce soit, s'entend.



Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] WE'RE RUNNING OUT OF TIME (Gideon & Naël) Dim 5 Juin - 16:46


the kids are all wrong
the story's all off

– FALL OUT BOY.


Faut qu’tout le monde reste chez soi. Les consignes de sécurité seront distribuées bientôt, et les secours viendront pour évacuer les villes. En attendant, rien de mieux à faire que de se barricader chez soi, loin de tout potentiel risque d’infection. Tu parles. Rester enfermé au ranch une seule minute de plus lui avait été impossible. Depuis que Lisbeth et son nouveau mari étaient arrivés pour récupérer Zola, la mauvaise ambiance crevait les plafonds. Le O’Creary avait pensé qu’ils repartiraient bien rapidement, trouveraient un coin où aller se terrer, et lui foutraient une bonne fois pour toute la paix. Au lieu de ça, ils avaient trouvé plus rassurants de rester non loin de celui qui savait survivre — sûrement une foutue idée de Lisbeth, d’après ce qu’il avait pu entendre des quelques disputes qui avaient déjà secoué le couple. Comme si jouer à la nounou avec la fille de c’type pendant plusieurs mois n’avait pas été suffisant, maintenant fallait aussi qu’il baby-sitte les parents. La bonne blague.

Et aujourd’hui, ça l’avait gavé. Aujourd’hui, il les avait laissés s’prendre le chou dans la cuisine, et il avait claqué la porte derrière lui. Zola avait bien tenté de le poursuivre, mais il lui avait ordonné d’veiller à ce que rien n’arrive à ces deux abrutis. À croire que la gamine avait plus d’instinct de survie que son père et sa belle-mère réunis ; elle n’avait pas protesté  et s’était retirée à l’intérieur du ranch, alors que l’ancien homme de main avait pris son pick-up pour rouler jusqu’au bar le plus proche. Les apparents zombies n’étaient visiblement pas encore arrivés jusque là — ou du moins, il n’en avait pas encore vu l’ombre d’un seul. Le temps pour aller savourer un bon whisky n’était donc pas encore complètement révolu.

Il rentre dans le bar, sans se soucier des quelques regards qui peuvent passer sur son visage fermé. Visiblement, il n’est pas le seul à avoir eu cette foutue bonne idée d’un verre d’alcool pour tout arranger. Le barman est encore fidèle à son poste, et le verre ne met pas longtemps avant d’atterrir devant l’ancien tueur à gage, assis au comptoir. Le type à côté de lui n’a pas l’air de se soucier plus que lui de ce qui peut se passer à l’extérieur, et du foutoir dans lequel le monde est apparemment plongé. Et les yeux de Gideon se perdent sur les bouteilles alignées à l’arrière du bar, alors qu’il tourne lentement son whisky dans sa main. Qu’est-ce qu’il avait à perdre, à être ici ? Après tout, dans les circonstances actuelles où se trouvait le monde, c’était pas certainement pas ce verre-là qui le tuerait.
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


can you even see what you're fighting for? bloodlust and a holy war.

× A propos du vaccin : :
Merci mais non merci.

× Âge du perso : :
33 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, chez les sauveurs.

× Avant, j'étais : :
Guitariste à temps partiel.

× Messages : :
2679

× Points de vie : :
85

× Copyright : :
© schizo (avatar), © schizo' (code signa).

× Avatar : :
James Franco le beau gosse.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] WE'RE RUNNING OUT OF TIME (Gideon & Naël) Jeu 9 Juin - 11:26

We're running out of time

Quand on connaît la situation de Naël, on peut se demander ce qu'il fout dans un bar. Et bien, la raison est simple : il est là pour regarder les infos. La radio de sa voiture seule ne lui suffit plus. Il a aussi besoin de regarder et de voir de ses propres yeux. Il n'est pas déçu. Il a appris des choses qu'il n'avait pas encore entendues sur cette merveilleuse - mais mystérieuse - épidémie. Déjà, qu'elle ne semble pas se transmettre par l'air ce qui lui permettra d'aller un peu de partout sans se montrer aussi méfiant. Il ne sait pas exactement - voire pas du tout - ce dont il s'agit et comment cela se propage. Les seules informations qu'il a - et qu'il avait déjà finalement - ce sont les conséquences. L'état de rage dans lequel cela nous pousse. La fièvre, la mort. A la télé, comme à la radio, ils n'en disent finalement pas beaucoup. La seule différence entre les deux, c'est qu'à la télé, c'est qu'il y a des images. Des flashs plus ou moins rapides, mais aussi de longs reportages, de journalistes qui prennent des risques pour informer la population. Il ne sait pas s'il est effrayé, il ne sait pas s'il appréhende la suite des événements. En fait, pour faire simple : il ne sait pas du tout ce qu'il pense de tout cela. Des conseils sont donnés, mais il n'a pas vraiment envie de les suivre.

S'enfermer chez lui, il ne le peut pas puisqu'il vit dans sa voiture. Vivre dans la peur, il ne sait pas faire, ce n'est pas dans son caractère. Du coup, il ne se sent pas moins en sécurité qu'avant, où qu'il soit. Là, dans ce bar, il ne suspecte pas que quelque chose pourrait mal finir. Il est derrière le comptoir, à siroter dans son verre de whisky et il se sent très bien. Les images qui défilent sous ses yeux ne l'effraient pas, ils ont pour seul effet de lui faire se poser plein de questions. Mais celles-ci restent dans un coin de sa tête pour l'instant ; plutôt que de s'inquiéter pour rien, il préfère attendre et voir. C'est son credo, et rien ne le changera. A côté de lui, un type vient de s'installer. Et Naël ne peut s'empêcher de sourire en constatant qu'il a l'air d'en avoir au moins autant à foutre que lui, de tout ce qui se passe dehors. Enfin, ce n'est même pas tout à fait ça, mais on n'en est pas loin. « Un bon vieux match de football américain serait bien mieux apprécié que leur diarrhée verbale. » Lui, y aller un peu trop ? Non, pas du tout. Enfin, peut-être un peu quand même. Mais il est comme ça Naël, il ne croit que ce qu'il voit. Et son intuition lui dit que son voisin est plus ou moins dans le même état d'esprit que lui ... à moins qu'il ne se trompe totalement, ce qui ne serait pas étonnant en soit.



_________________
Maybe it wasn't meant to be, not at all.
Revenir en haut Aller en bas

ZOMBIE
avatar



× A propos du vaccin : :
C'est trop tard pour ça, mon cher.

× Âge du perso : :
Je n'ai point d'âge.

× Localisation (+ avec qui) :
De partout.

× Avant, j'étais : :
Un être humain.

× Messages : :
915

× Points de vie : :
1

× Copyright : :
SWAN

× Avatar : :
Zombie.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Selon ton bon vouloir ... ça va de "zombaque" à "zonzon" en passant par ... "rôdeur"..

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] WE'RE RUNNING OUT OF TIME (Gideon & Naël) Dim 19 Juin - 20:52

Ordre de jeu : dans l'ordre indiqué dans le titre, en n'oubliant pas le maître du jeu, après chaque post de Naël. coeurrose
Infos en + : merci de ne pas laisser plus d'une semaine passer avant d'y répondre. Ça évitera de bloquer le sujet. Pour faire plus simple, vous pouvez faire entre 500 et 600 mots maximum sans problème, et ne faites surtout pas trop long. Wink
Le rp se déroule dans la réalité alternative, quelque part dans le Sud des Etats-Unis. Le lieu exact, ainsi que la date précise ne sont pas spécifiés, puisqu'il s'agit d'un flashback sans réelle concordance avec les histoires & parcours des personnages.
Le RP ne peut donc pas avoir d'impact sur les personnages et le jeu.
WE'RE RUNNING OUT OF TIME


Pour un bar, et en ce début de soirée, c'est quand même étrangement calme. Les quelques personnes qui discutent le font sur un ton très calme - presque des chuchotements - et le barman semble laver le même verre depuis de très longues minutes, trop perdu dans ses pensées pour en avoir conscience. Beaucoup ont les yeux rivé sur l'écran accroché au-dessus des bouteilles alignées, derrière le comptoir. Et pour cause ... Sur celui-ci, les informations télévisées. Les nouvelles viennent des quatre coins du pays, et rien n'est bien réjouissant.

On parle de virus, on parle de milliers de morts, on parle de supposés-morts qui se relèvent. Bref, c'est terrifiant.
Gideon, Naël, vous êtes sans doute vous aussi focalisés sur cela. A moins qu'autre chose n'attire votre attention ? Pour l'instant, cela ne peut être autre chose que votre discussion, et il serait peut-être préférable pour vous deux qu'il en reste ainsi ...



Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] WE'RE RUNNING OUT OF TIME (Gideon & Naël) Lun 18 Juil - 7:38


the kids are all wrong
the story's all off

– FALL OUT BOY.


Y avait pas à dire : traîner dans les bars du coin, ça n’avait jamais été sa tasse de purée. Trop de monde, même lorsque le monde en question se résument à deux péquenauds assis sur des tabourets. Trop de raffut, trop de types qui s’prennent pour des héros à siroter un whisky à la fin de leur train-train quotidien. Il préférait la bouteille qu’il avait chez lui, et ce que le confort de son intérieur pouvait lui assurer : le silence et la tranquillité. Pouvoir se lever et aller continuer ses travaux sans se poser de questions, faire les choses au rythme qu’il voulait sans avoir à payer l’addition. Et surtout, surtout, n’avoir personne pour se mêler de ses oignons.

Pourtant, la phrase que le type assis à côté de lui balance n’est pas pour l’irriter plus que ça. Lisbeth et son abruti de nouveau mari ont déjà mis la barre trop haute pour qu’une simple apostrophe dans un bar ne l’énerve. À dire vrai, il y voyait peut-être même l’occasion de se changer un peu les idées — après tout, on fait avec ce qu’on a. Alors il hoche la tête, brièvement, jetant un regard furtif vers l’écran. « Et j’ai jamais porté ce sport dans mon cœur, alors croyez bien qu’c’est pas peu dire. » Y avait-il seulement un sport qu’il pouvait réellement affirmer porter dans son cœur ? La question n’était cependant pas là, et ses yeux restaient néanmoins attirés par les informations macabres que les journalistes diffusaient sur l’écran de télé. « Ils croient quoi, qu’rester là à regarder c’te foutu écran va faire un miracle ? » C’est de regarder autour de lui qui lui fait grommeler ça. Les gens restent terrifiés, les yeux rivés sur la télé. Le cœur visiblement enrayé, à espérer que subitement, tout s’arrange. Il a l’impression que la réalité ne filtre pas dans tous les esprits — et un instant, il se demande si le sien a bien intégré la nouvelle. Pourtant, le stress ne vient pas. Ces nouvelles atroces sont diffusées en boucle depuis quelque temps déjà, et il n’y a rien qui pourrait présager une quelconque amélioration. Il semble que prier ne serve plus à rien, et les croyants ont du souci à se faire : si leur Dieu existe, pour laisser un tel merdier arriver sur Terre, c’est visiblement que de ses fils, il n’en a pas grand-chose à faire.

Il porte son whisky à ses lèvres, en absorbe une gorgée. Bien malgré lui, son regard fermé est attiré vers le poste de télé. Et ça lui fait juste secouer la tête, doucement, désespérément. Quel merdier.


hors jeu :
 
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


can you even see what you're fighting for? bloodlust and a holy war.

× A propos du vaccin : :
Merci mais non merci.

× Âge du perso : :
33 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, chez les sauveurs.

× Avant, j'étais : :
Guitariste à temps partiel.

× Messages : :
2679

× Points de vie : :
85

× Copyright : :
© schizo (avatar), © schizo' (code signa).

× Avatar : :
James Franco le beau gosse.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] WE'RE RUNNING OUT OF TIME (Gideon & Naël) Ven 22 Juil - 12:50

We're running out of time

Au point où ils en sont, Naël ne sait pas encore trop penser de tout cela. Doit-il y croire ? Foncer là-dedans tête baissée et laisser toutes les émotions qui l'accompagnent l'envelopper ? Pour l'instant, il choisit de garder ses distances. Ces putains de médias ne sont pas les moins bien informées, mais ils sont surtout ceux qui ont le plus de pouvoirs sur eux. Et s'ils essayaient juste de créer la panique ? Et s'ils empiraient les informations de sorte à créer une atmosphère tendue ? Il ne reste pas fermé à l'idée que tout cela soit vrai - comment le pourrait-il quand de telles images leur parviennent ? - mais il garde tout de même ses distances. Et, il doit l'avouer, il préférerait voir autre chose sur l'écran que ... ça. C'est lamentable, comme ils sont tous scotchés à la télé. Et la phrase que vient de lui balancer le type à ses côtés est tellement vraie. Naël sourit. « Je crois bien, ouais. » Il tourne la tête, observe les autres personnes présentes dans le bar. Il dit vrai : ils ont tous le regard rivé sur les informations. Et le barman aussi, maintenant qu'il les a servis. Le son est monté suffisamment fort pour que tout le monde entende, et chacun respecte un silence quasi religieux. Bordel, c'est à n'y rien comprendre. « Comment on en est arrivé là au juste ? J'ai l'impression qu'hier encore, on pouvait vivre normalement sans être bombardé d'images comme celles-là. » La vérité, c'est que Naël vit en décalage complet avec le reste du monde. Dans sa voiture, il n'y a que la radio qui puisse l'informer sur l'actualité. Il passe souvent dans des bars, mais c'est la première fois qu'il voit des personnes aussi ... lobotomisées. Parce que c'est exactement ce qu'elles ont l'air d'être. Naël, sans réfuter totalement l'hypothèse que tout cela soit vrai, préfère garder les pieds sur terre. Et ne pas se laisser influencer trop vite. « Espérons que tout ça se tasse vite. » Enfin, si tant est que cela soit possible bien sûr. Mais c'est difficile de voir les choses autrement quand on est habitué à voir des faits divers particulièrement macabres aux nouvelles. De toute évidence, ça n'a rien à voir avec un simple fait divers cette fois. Mais Naël est un éternel optimiste, et il veut croire de toutes ses forces que ce n'est qu'une question de temps avant que tout ne revienne à la normale. Comment pourrait-il en être autrement ? Des épidémies, l'humanité en a repoussé. Cette fois-ci ne peut pas être si différente des autres.




Spoiler:
 

_________________
Maybe it wasn't meant to be, not at all.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] WE'RE RUNNING OUT OF TIME (Gideon & Naël) Lun 14 Nov - 6:52


the kids are all wrong
the story's all off

– FALL OUT BOY.


Contre toute attente, le type installé à ses côtés ne lui courait pas encore sur le système. Bien au contraire de cela, même, il se prenait à hocher la tête à ses mots — subrepticement mais sincèrement. Ils semblaient être les seuls à ne pas écouter. Les seuls à être assez fous pour briser le silence que la peur avait installé, et échanger quelques mots futiles au milieu de ce qui semblait être un début d’apocalypse. « Un jour, un type s’est rendu compte que tous les visages collés sur les postes de télé pourraient peut-être servir à quelque chose. Il a eu la merveilleuse idée d’inventer le journal télévisé, et il a ouvert la porte à tous les enfoirés qui ont compris que le pouvoir passe par la peur, et qu’ils n’avaient qu’à utiliser ce nouveau jouet pour la répandre comme une traînée de poudre. » Il cala son verre sans se soucier des quelques regards réprobateurs qui avaient pu se tourner vers eux. Il se fichait bien de ce que tous ces abrutis lobotomisés pouvaient penser de son point de vue. Les faits restaient les mêmes : leurs gros nez étaient vrillés vers le poste de télévision, et leurs oreilles buvaient toutes les paroles que les présentateurs crachaient sans interruption, pour prétendument « tenir les gens au courant de la situation ».

Aux derniers mots de son passager compagnon d’infortune, l’homme haussa les épaules. Il n’avait pas nécessairement l’impression que les choses allaient s’arranger dans les prochains jours — ni même les prochaines semaines. À dire vrai, l’étrange sentiment que les choses n’allaient faire qu’empirer lui tiraillait les tripes depuis que tout avait commencé. Ce truc était une machine infernale lancée à pleine vitesse, et il ne semblait rien être que les forces de l’ordre ou les médecins puissent faire pour enrayer la catastrophe. À moins que ce truc ne s’arrête brusquement de lui-même, par miracle, rien ne semblait disposé à venir les sauver. À en juger par leurs yeux globuleux, tous attendaient un vaccin qui aurait tiré le monde de ce fâcheux mauvais pas. Un vaccin en lequel, pour sa part, il ne croyait pas. Le monde avait bien cherché ce qui lui arrivait. Et aujourd’hui semblait simplement être arrivée l’heure de payer.

À sa gauche, un tabouret se tire. Mais alors qu’il ne comptait pas prêter plus d’intérêt au nouvel arrivant que celui n’en méritait, ce fut une petite voix familière qui le tira de ses pensées. « Heureusement qu’t’es pas bien dur à trouver. » Ses yeux se posent sur Zola, alors qu’il fronce les sourcils. « Qu’est-ce que tu fais là ? » Le ton gronde doucement dans le fond de sa gorge, tandis qu’il la toise. Elle ramène ses cheveux en une queue de cheval haute, haussant les épaules avec nonchalance. « Beth me faisait chier. Forcément, papa était encore dans son camp. Alors j’ai juste décidé de sortir faire un tour. » Quand tous les médias disaient expressément de rester chez soi, bien évidemment. « Reste à la maison, tu comprends pas ? » « Si tu t’inquiétais pour ma sécurité, tu me laisserais pas toute seule avec eux. Ils se crèveraient un œil avec une fourchette. » Elle ne peut s’empêcher de sourire à sa propre remarque. Ses traits à lui restent impassibles, tandis qu’il éloigne son verre de lui. Le barman lui jette un coup d’œil, et il lui fait signe de se resservir. Les nerfs un peu plus en pelote, et une franche envie de quitter l’endroit s’emparant de lui.

À ses côtés, elle se penche vers l’avant. Elle a aperçu l’inconnu avec lequel il discutait lorsqu’elle est entrée, et elle ne peut pas s’empêcher de le saluer. Un rapide signe de la main, un petit sourire simple mais enjoué. « Salut. » Qu’elle relève le nez vers l’ancien homme de main, tandis que celui-ci reprend son verre nouvellement rempli. « C’est qui ? Un ami à toi ? » Ses yeux se vrillèrent sur l’écran, alors qu’il portait son whisky à ses lèvres. Pas vraiment l’intention de répondre. Pas l’envie, non plus. Et elle ne met pas bien longtemps à le remarquer, se penchant à nouveau pour regarder l’homme, son éternel sourire au coin des lèvres, ignorant la présence du O’Creary entre eux. « Vous vivez dans le coin ? »


hors jeu :
 
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


can you even see what you're fighting for? bloodlust and a holy war.

× A propos du vaccin : :
Merci mais non merci.

× Âge du perso : :
33 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, chez les sauveurs.

× Avant, j'étais : :
Guitariste à temps partiel.

× Messages : :
2679

× Points de vie : :
85

× Copyright : :
© schizo (avatar), © schizo' (code signa).

× Avatar : :
James Franco le beau gosse.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] WE'RE RUNNING OUT OF TIME (Gideon & Naël) Jeu 17 Nov - 19:48

We're running out of time

L'écran, Naël le regarde à peine. Du coin de l'oeil tout au plus. Il ne sait franchement pas quoi penser de tout ça mais, fidèle à ses habitudes et à sa personnalité, il tâche de rester aussi optimiste que la situation le permet. Visiblement, ce n'est pas le cas de tout le monde ici. Il suffit de regarder les visages tournés en direction de la télé, les oreilles grandes ouvertes et les yeux exorbités face au discours du présentateur. Lui, bien à l'abri dans son bâtiment et derrière son bureau, se contente de montrer images sur images. « C'est joliment dit. » C'est vrai, sa formulation est très bien trouvée ; Naël n'aurait pas pu passer là-dessus sans rien en dire. Habituellement, il n'a pas ce genre de pensée. Il se fiche finalement fort peu de ce que font les autres de leur quotidien. Il se fiche aussi pas mal - pour ne pas dire totalement - des politiques et de leurs magouilles incessantes. C'est justement parce qu'il sait à quel point la société est pourrie jusqu'à la moelle qu'il en reste à distance autant que possible. Alors, non, ça ne l'étonne pas. Et finalement, il n'en pense pas moins. Il se garde juste habituellement de dire ce genre de choses tout haut. Ça ne dérange pas son voisin d'infortune, et c'est assez rafraîchissant, il faut le dire. Alors que la conversation semble se tasser, une jeune fille fait irruption. L'air plus curieux que jamais - il faut dire que c'est nettement plus intéressant que la télé qui diffuse les mêmes informations en boucle depuis trop longtemps -, Naël écoute la discussion qui suit d'une oreille attentive. Il ne regarde que brièvement dans sa direction ... enfin, jusqu'à ce qu'elle se penche vers lui. Là, il s'autorise à lui prêter plus d'attention. Il boit une gorgée de son verre, alors que la première question lui étant adressée fuse. « Et bien ... On peut dire ça, oui. » C'est, en réalité, beaucoup plus compliqué que ça. Il vit dans le coin ... et en même temps pas vraiment. C'est dans sa voiture qu'il passe le plus clair de ses journées et de ses nuits. Il est dans le coin pour l'instant, mais pourra très bien être à des centaines de kilomètres d'ici quelques jours. Enfin, en ce moment il évite de trop bouger avec ce qui se passe. Il est pragmatique, mais pas non plus suicidaire. « Je m'appelle Naël au fait. » Il vient de réaliser qu'il ne s'est toujours pas présenté. C'est quand même la moindre des choses. Leur discussion n'est finalement pas très profonde mais tout de même, c'est plus agréable de mettre un nom sur un visage. Et puis ça lui évitera, dans les prochaines minutes, de se référer mentalement à "lui" ou "elle". « Et vous êtes ? » Lance-t-il, laissant la fin de sa phrase en suspens. Nul doute qu'il aura bientôt une réponse ... et à propos de ces deux-là.




Spoiler:
 

_________________
Maybe it wasn't meant to be, not at all.
Revenir en haut Aller en bas

ZOMBIE
avatar



× A propos du vaccin : :
C'est trop tard pour ça, mon cher.

× Âge du perso : :
Je n'ai point d'âge.

× Localisation (+ avec qui) :
De partout.

× Avant, j'étais : :
Un être humain.

× Messages : :
915

× Points de vie : :
1

× Copyright : :
SWAN

× Avatar : :
Zombie.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Selon ton bon vouloir ... ça va de "zombaque" à "zonzon" en passant par ... "rôdeur"..

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] WE'RE RUNNING OUT OF TIME (Gideon & Naël) Dim 20 Nov - 14:47

Ordre de jeu : dans l'ordre indiqué dans le titre, en n'oubliant pas le maître du jeu, après chaque post de Naël. coeurrose
Infos en + : merci de ne pas laisser plus d'une semaine passer avant d'y répondre. Ça évitera de bloquer le sujet. Pour faire plus simple, vous pouvez faire entre 500 et 600 mots maximum sans problème, et ne faites surtout pas trop long. Wink
Le rp se déroule dans la réalité alternative, quelque part dans le Sud des Etats-Unis. Le lieu exact, ainsi que la date précise ne sont pas spécifiés, puisqu'il s'agit d'un flashback sans réelle concordance avec les histoires & parcours des personnages.
Le RP ne peut donc pas avoir d'impact sur les personnages et le jeu.
WE'RE RUNNING OUT OF TIME


Tous les trois, assis au bar. Vous êtes trop occupés à discuter pour vous rendre compte que la télévision vient de s'arrêter. Le présentateur a poussé un dernier hurlement en regardant derrière ce qui devait être le cameraman, et la suite n'a été faite que de grésillements. Ils ont volontairement coupé la transmission.
A présent, tous ceux qui étaient focalisés sur l'écran ont les yeux grands ouverts. L'un d'eux décide de partir quelques secondes après seulement. Il doit rentrer chez lui, auprès de sa famille. Il doit partir d'ici et se mettre en sécurité.

Il se précipite sur la porte, l'ouvre en grand ... et un type à la bouche ensanglantée et aux yeux vides de tout expression lui saute dessus. Il a le temps de le mordre à l'épaule, avant qu'un autre mec vienne l'aide. A deux, il pousse le sauvage hors du bar, et referme la porte derrière lui.

La suite, c'est à vous de l'écrire. Vous entendez des grognements, comme des griffures contre le bois de la porte. Vous êtes tout à fait conscient, aussi, de la souffrance qui secoue le pauvre mec mordu. Quelle sera votre réaction ? Que déciderez-vous de faire dans une situation pareille ?



Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] WE'RE RUNNING OUT OF TIME (Gideon & Naël)

Revenir en haut Aller en bas

[FLASHBACK] WE'RE RUNNING OUT OF TIME (Gideon & Naël)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS-