A kind gesture can reach a wound that only compassion can heal ~ Théo
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome. Quelques bugs/décalages à attendre sous Firefox.
Le 10 novembre 2016, le forum a fêté ses quatre ans !! A cette occasion, sa saison 5 a été mise en place. bril Et le 12/06/2017, sa version vingt-trois réalisée par Morphine est installée. Toutes les nouveautés sont à découvrir ici. coeurrose
Oh la la qu'est-ce que vouuuuus aiiiiiime !! coeurrose lele Et si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ?

Partagez| .

A kind gesture can reach a wound that only compassion can heal ~ Théo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: A kind gesture can reach a wound that only compassion can heal ~ Théo Dim 29 Mai - 22:14



Kind gesture can  heal

“The best way to not feel hopeless is to get up and do something. Don’t wait for good things to happen to you. If you go out and make some good things happen, you will fill the world with hope, you will fill yourself with hope.”

Marcher, fuir , courir, surtout ne pas s'arrêter, toujours avancer. Voilà ce qu'elle s'était mis en tête depuis qu'elle s'était échappée de ce camp de tarés il y a de ca un moment déjà. Elle les imitait, eux qui vivaient plutôt bien dans ce monde, eux qui errent de partout sur le sol sans but précis.Elle les imitait, et elle le faisait bien. A force elle avait finit par les comprendre, par se sentir proche voir semblable à eux. Elle se voyait des leurs.

Elle avait marché tout droit, longtemps, trop longtemps et sans but précis. Elle était arrivée près d'un parc boisé, immense et remplit de montagnes. C'était beau mais elle ne le voyait pas. Elle n'était plus capable de voir la beauté encore présente sur cette terre. Elle reprit sa route, ne prêtant attention à ce qui l'entourait que dans l'unique but de trouver quelque chose à se mettre sous la dent. Manger à sa faim de nos jours était devenu difficile et assez rare. Surtout lorsque l'on s'appelle Meredith et que l'on partage tout ce que l'on possède avec quiconque se disant dans la besoin. Forcément, ca aide pas à la survie. Mais elle s'en foutait, Meredith, elle les aidait de toute façon. Parce qu'au moins elle faisait quelque chose pour eux. Elle n'était pas totalement morte.

Traçant sa route le long des arbres, entre les fourrés, elle finit par entendre un bruit qui la sortie de sa recherche sans fin. Un craquement, plus loin, mais sans aucun autre signe de rôdeur. La rouquine sortit son couteau et le serra devant elle, s'approchant doucement de la zone d'où venait le bruit. Le plus lentement possible elle s'approcha de l'arbre qui semblait cacher quelqu'un ou quelque chose et en fit le tour pour voir apparaître un homme qui  se précipita un peu plus loin pour se cacher dans les fourrés. N'ayant pas la force ni l'envie de lui courir après, et surtout soulagée que ce ne soit pas un rôdeur, elle soupira un grand coup et rangea sa lame avant de regarder autour d'elle. Personne ne semblait les suivre ou même les observer. Elle s'approcha alors doucement de la planque de l'inconnu, apercevant des marques rouges sur les feuilles au sol. Il était donc... blessé? "Euh... Monsieur? Excusez moi, je voulais pas vous faire peur... Vous pouvez sortir, vous ne craignez rien." Elle s'approcha un peu plus mais l'homme ne semblait pas vouloir sortir. "Monsieur... Je... Je m'appelle Meredith  et il y a du sang, juste là, par terre. Si vous êtes blessé laissez moi au moins vous aider." Pas de réponse. Elle soupira à nouveau en s'asseyant par terre. Elle se souvenait de comment elle réussissait à amadouer tous les petits chats du quartier lorsqu'elle était enfant. Elle passait des heures, assise sans bouger avec quelques croquettes, jusqu'à ce que finalement, leur petites truffes décident de se pointer. Alors elle ouvrit son sac et en sortie une barre protéinée en la tendant dans la direction de l'homme. "Vous avez faim? Tenez, c'est pour vous. Vous devez prendre des forces si vous êtes blessé." L'individu refusant toujours de sortir de sa planque, elle balança la barre dans sa direction pour qu'il puisse au moins manger quelque chose et s'adossa à un arbre. "Bon, en attendant que vous vous décidiez, je vais attendre ici. Au cas où vous changeriez d'avis, on sait jamais..." Elle n'était pas pressée, elle n'avait rien d'autre à faire de toute façon et nul part où aller. Cet homme avait besoin d'elle et elle attendrait le temps qu'il faudrait pour lui prouver sa bonne foi. Même si cela devait la perdre dans ce parc en plein milieu de la nuit, seule et sans abris.


Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


TO THE MOON AND THE SKY ABOVE
All that pain, misery & loneliness,
it just made him k i n d.

◦'-.◦'-.◦'-.◦'-.◦'-.'◦

× A propos du vaccin : :
Personne ne s'approchera de moi avec une aiguille avant que je sache ce que c'est exactement.

× Âge du perso : :
Le résultat de la racine carré de 1521. Bonne chance.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, au camp des sauveurs, avec Ambroisie.

× Avant, j'étais : :
Chercheur dans le domaine de la psychologie et des neurosciences. Je m'intéressais notamment aux tueurs en série.

× Messages : :
1236

× Points de vie : :
106

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Benedict Cumberbatch.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: A kind gesture can reach a wound that only compassion can heal ~ Théo Sam 4 Juin - 4:32




IT'S A WOUND THAT ONLY COMPASSION CAN HEAL

MEREDITH & THÉODORE | Carry on my wayward son, there'll be peace when you are done. Lay your weary head to rest, don't you cry no more. Carry on, you will always remember. The center lights around your vanity.




Qu’est que j’avais bien pu faire pour tomber sur quelqu’un comme lui? Je faisais le bien pourtant, tout le temps, j’aidais quand je le pouvais et quand je savais que ce n’étais pas dangereux pour moi. Étais-ce faire preuve d’égoïsme? N’étais-ce pas normal de vouloir survivre, même si ce monde est encore plus brutal et cruel qu’il ne l’était avant? Voilà encore une preuve que la religion n’est que l’invention d’âmes perdues en quête d’une quelconque explication, ou d’une excuse, alors qu’il n’y en avait pas, ce monde était injuste, tout simplement. « J’le redirait pas trente fois, donne-moi ton sac le monstre, ou j’te l’prend moi-même et tu risques d’pas aimer. » Je me plie à nouveau alors qu’il frappe une deuxième fois son pied contre mes côtes avec force et pourtant je refusais de lui donner tout ce que je possédais, je n’étais pas une grosse brute mais je n’étais pas non plus un lâche, plus maintenant en tout cas. « Non ! » Son visage se déforme sous la rage et il se penche, tirant contre mon sac et tentant de me l’arracher, me frappant toujours plus fort, mais je n’abandonne pourtant pas, même si ça faisait mal et que je n’en pouvais plus. Ces poings tombaient sur mon visage et bientôt il m’assommerait, partirait avec mon sac, avec tout ce que j’ai, et je me retrouvais seul, battu et sans rien. Ça ne servait à rien de frapper en retour, je ne savais pas frapper, même si on avait tenter de m’apprendre, c’était pas dans mes gênes, j’avais toujours été fait pour penser, réfléchir, et c’est ce que je fais d’ailleurs, même si les coups tombent comme de la pluie, martelant chaque partie de mon corps et rendant ma respiration de plus en plus douloureuse. Si je voulais être capable de m’en sortir, il fallait que je réplique, qu’une seule fois mais à la bonne place, et je n’aurais qu’une seule chance. C’est un couteau sous la gorge que je m’immobilise finalement et complètement, si on ne compte pas ma main droite qui tente discrètement de rejoindre ma dague, et l’homme me sourit, ayant un air franchement mauvais. « On fait moins le ma- » Il ne put jamais terminer cette phrase, tout ce qui sortait maintenant de sa bouche était incompréhensible, baignant dans le sang qu’il crachait malgré-lui, ma dague bien planté de part et d’autre de son cou. À chaque fois, je n’avais aucune idée de comment j’arrivais à faire de tels choses, ça se faisait tout seul, je n’avais même pas vu ma main partir, je ne l’avais même pas sentis bouger et pourtant c’était bien mes doigts qui tenaient le manche de l'arme qui le saignait jusqu’à la mort. Son corps retombe lourdement sur le mien alors que j’ouvre la bouge, ayant presque plus peur que lorsque celui-ci vivait et me brutalisait. Je le pousse nerveusement, récupérant ma dague et regardant autours de moi avant de partir furtivement.

Je ne vais pas bien loin, épuisé. Tous les membres de mon corps me criaient de m’arrêter, c’est d’ailleurs ce que je fais quelques mètres plus loin, m’installant au pied d’un arbre. Je sentais mon cœur battre à tout allure. Je regarde mes mains tremblantes et pleines de sang, et nerveusement j’essuie ma dague à l’aide de quelques feuilles. Un bruit me fait ensuite relever la tête, je suis paniquer et je fixe autours de moi de mes petits yeux apeurés. Une tête rousse me fait me relever et me cacher derrière un arbre en vitesse, celle-ci étant trop proche pour que je puisse tenter de fuir sans qu’elle ne me voie, dans l’immédiat je n’avais pas tellement envie de faire dos à une inconnue, aussi petite et frêle soit-elle. Je l’observe de mon œil valide alors que l’autre commençait déjà à enfler, réduisant considérablement ma vue, alors que c’était l’un de mes seuls atouts. Mes mains toujours tâchées de sang se posent, tremblantes, contre l’écorce de l’arbre qui me cache partiellement de la nouvelle survivante qui me faisait face. Elle semblait gentille, elle avait un visage doux et des traits fins, mais ça ne voulait absolument rien dire, elle pouvait très bien cacher une pistolet derrière son dos et de la mesquinerie derrière son sourire d'ange. Je détourne quelques secondes le regard lorsque celle-ci lance une barre dans ma direction. Elle tentait de me faire sortir de ma cachette, elle s’assit même à quelques pas de moi, disant vouloir attendre. Pourquoi faisait-elle cela? Pour m’aider? Je pensais que ce genre de personnes avaient depuis longtemps tous été assassinés. Un jour ou l’autre, tu tombes sur les mauvaises personnes et ça finit mal et un jour ça sera mon tour. Je reste silencieux un long moment, gardant ma lame dans ma main droite, celle si se serrant autour du manche de mon arme avec force -autant de force que je le pouvais, puisque ce n’était pas un secret que je n’étais pas un homme très svelte. Je n’avais jamais mis les pieds dans une salle de gym et je ne faisais pas un travail qui en demandait beaucoup à mes bras, j’avais toujours trouver le physique insignifiant, il l’était dans le monde d’avant après tout, alors j’avais passé ma vie à muscler ce que j’avais entre les deux oreilles, plutôt. Voilà que je ne voyais déjà plus d’un seul œil. Je porte ma main gauche à ma blessure et grimace, celle-ci me faisant atrocement souffrir, même si ce n’était vraiment pas la première fois que j’enflais du visage, tristement. « Vous.. Vous êtes médecin ? » demande-je alors d'une voix incertaine. Si vous êtes blessé laissez-moi au moins vous aider, avait-elle dit, mais elle semblait jeune pour être spécialisé, peut-être était-elle à la fin de ces études avant que tout ne commence, ou peut-être qu’elle était observatrice tout comme moi, qu’elle mentait, utilisant cette excuse pour que je m’approche comme une souris à laquelle on tend du fromage, n’attendant que le moment où le piège se refermerait sur moi.


CODE PAR MYERS

_________________

◦ ' - . ◦ ' - . ◦ ' - . ◦ ' - . ◦ ' - . ' ◦
w e  a r e  b u r i e d  i n
B R O K E N  D R E A M S
The stars choose their lovers, save my soul
Is it fair, or is it fate ? No one knows..
it h u r t s just the same
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: A kind gesture can reach a wound that only compassion can heal ~ Théo Mar 14 Juin - 17:34

[quote="Meredith A. Larsen"]


Kind gesture can  heal

“The best way to not feel hopeless is to get up and do something. Don’t wait for good things to happen to you. If you go out and make some good things happen, you will fill the world with hope, you will fill yourself with hope.”

Ce n'était pas la première fois qu'elle croisait quelqu'un qui se trouvait être effrayé par elle. La méfiance sans doute qui s'était installée dans ce monde depuis quelques années lui paraissait inconnue. Jamais elle ne s'était méfie de quiconque. Et Le monstre qu'il lui avait ruiner tout ce qui restait de sa vie n'avait rien changé à ca. Meredith ne se méfiait de personne, à part de lui sans doute. Non, elle préférait croire. Croire en un restant d'humanité, une certaine nature de l'être humain qui vise à la coopération et l'entraide. Alors à chaque fois qu'elle en croisait un, d'être humain, elle s'arrêtait un peu; même si, vu sa mine décharnée et tiraillée par la fatigue, elle comprenait la fuite de certains. Certains comme l'homme qui venait de fuir sous ses yeux et qui semblait être mal en point. Vu de là, il avait l'air couvert de sang et ne risquait pas de courir bien longtemps s'il ne la laissait pas l'aider. Enfin c'est ce qu'elle se disait. A aucun moment la rouquine n'aurait osé imaginer que ce soit le sang de quelqu'un d'autre que l'inconnu aurait pu tuer avec plus ou moins de sang froid. De toute façon elle n'arrivait jamais à évaluer qui que ce soit avant de pouvoir voir leurs yeux. Parce que les yeux ne mentent pas, eux.  Alors jusqu'à ce qu'elle n'ai la preuve du contraire, elle allait simplement présumer qu'il était innocent et mal en point.

Mais elle savait que si elle s'approchait une nouvelle fois, le brun allait à nouveau s'enfuir et il faut dire que Meredith n'était plus vraiment d'humeur pour une partie de cache cache. C'est donc tout naturellement qu'elle finit par s'asseoir, adossée à un arbre, attendant qu'il se décide enfin à pointer le bout de son nez vers elle. S'il ne répondait pas et ne venait pas, il était sûr qu'elle ne pourrait pas l'aider; ce qui la rendrait triste mais surtout impuissante face à la situation. Et même si elle aurait aimé attendre ici aussi longtemps qu'il le faudrait elle savait qu'il y avait une limite à tout ca parce que la nuit ne s'arrêterait pas de tomber simplement pour qu'une petite inconsciente puisse satisfaire son besoin d'aider autrui. Non, la nuit n'attendait pas. Alors elle regarda la lumière du soleil filtrer à travers les feuillages, espérant que la nuit ainsi que ses camarades les rôdeurs tardent un peu à venir quand, finalement, elle entendit le son de sa voix. Elle sourit d'abord, heureuse d'obtenir une réponse puis soupira, rassurée par le son de cette voix qui indiquait qu'il n'était certainement pas à l'agonie. Après tout, depuis le temps qu'ils étaient là tous les deux, chacun d'un côté de ce buisson, il aurait très bien pu mourir en se vidant de son sang qu'elle n'en aurait jamais rien su s'il n'avait pas osé ouvrir la bouche.

C'est donc doucement que Meredith se redresse, tentant de l'apercevoir derrière la végétation. "Non, pas médecin non. Je suis... enfin j'étais infirmière avant... tout ca. Bref, dites moi ce qui vous arrive, j'ai sans doute de quoi vous aider. Je repars tout de suite après, c'est promis, mais laissez moi vous aider, si vous saignez vous risquer une infection..."Une infection entre autres choses oui. De toute façon qui ne risquait rien aujourd'hui? Elle posa ses affaires au sol et se releva, jetant son couteau et sa machette à terre avec le reste de ses biens. "Regardez, je laisses toutes mes affaires ici, armes comprises et je viens jeter un coup d'oeil à votre blessure, ok?" Elle attendit alors quelques secondes avant d'avancer dans sa direction pour finalement se retrouver face à l'étranger. Meredith lui souri, heureuse qu'il ne partent pas en courant, heureuse d'enfin pouvoir le voir en face à face. Elle l'observa ensuite un instant, son attention portée sur son visage enflé puis lui tendit une main douce pour l'aider à se relever. "Venez, on va regarder ca de plus près." Observant le brun de plus prêt et voyant le sang qui couvrait ses mains, elle prit soudain peur pour lui. "Oh, non, attendez! Vous êtes blessé ailleurs qu'au visage? Dites moi où vous avez mal, je ne veux pas risquer quoi que ce soit en vous relevant si vous êtes salement blessé..." Parfois, elle ne se rendait simplement pas compte que toute son inquiétude envers les gens pouvait eux même les inquiéter un peu plus. Ce n'était pas ce qu'elle voulait, elle n'en avait pas l'intention, mais parfois elle s'inquiétait un peu trop.



Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


TO THE MOON AND THE SKY ABOVE
All that pain, misery & loneliness,
it just made him k i n d.

◦'-.◦'-.◦'-.◦'-.◦'-.'◦

× A propos du vaccin : :
Personne ne s'approchera de moi avec une aiguille avant que je sache ce que c'est exactement.

× Âge du perso : :
Le résultat de la racine carré de 1521. Bonne chance.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, au camp des sauveurs, avec Ambroisie.

× Avant, j'étais : :
Chercheur dans le domaine de la psychologie et des neurosciences. Je m'intéressais notamment aux tueurs en série.

× Messages : :
1236

× Points de vie : :
106

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Benedict Cumberbatch.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: A kind gesture can reach a wound that only compassion can heal ~ Théo Lun 4 Juil - 19:12




IT'S A WOUND THAT ONLY COMPASSION CAN HEAL

MEREDITH & THÉODORE | Carry on my wayward son, there'll be peace when you are done. Lay your weary head to rest, don't you cry no more. Carry on, you will always remember. The center lights around your vanity.




Moi qui pensait être en sécurité, ici, du moins partiellement. Finalement, peut-être que c’était une mauvaise idée de rejoindre ce groupe, bien que les murs étaient agréables et aussi indépendants soit les membres. Je ne pouvais pas toujours me cacher dans ma grotte, parfois il me fallait descendre, trouver quelque chose à manger, quelque chose à boire. D’ailleurs vu cette vilaine rencontre je n’avais rien dans les mains et pourtant j’avais envie de retourner rapidement à ma cachette, même si j’avais cette faim qui me tiraillait. Je n’avais jamais été très gourmand, un peu de nourriture m’allait amplement et même que depuis que les morts marchaient parmi nous et que les humains n'étaient pas mieux que ces animaux sauvages qu’on enfermait dans des cages comme des bêtes de foire, mon appétit avait considérablement diminuer, mais qui n’avait pas perdu un peu de poids depuis tout cela ? Seulement dans mon cas, ça n’aidait pas du tout, moi qui avait toujours été fragile, grand certes, mais élancé, rendant le travail pour les grosses brutes comme celle que je venais d’abattre encore plus facile qu’il ne l’était déjà. Cette barre me faisait de l’œil, du coup, mais j’avais beaucoup trop peur pour tendre la main et l’attraper. Je ne faisais déjà que très peu confiance, alors après cette attaque c’était encore pire. Pourtant elle avait l’air gentille, remplis de bonne volonté, sauf que les apparences étaient trompeuses, je le savais depuis longtemps maintenant. Petite bouille angélique ou pas, cette femme peut-être tout aussi horrible que l’homme de tout à l’heure, il ne fallait pas la sous-estimer. J’avais survécu à beaucoup d’accrochages -et j’en était le premier surpris- mais je ne me sentais pas du tout, pour l’instant, de devoir me battre à nouveau. J’avais juste envie de me poser, de souffler, d’attendre que les bleus disparaissent d’eux-mêmes. D’ailleurs, c’est ce que je fais. Je me retourne, posant mon dos contre l’écorce et me laissant tombé contre le sol frais. Je ne peux m’empêcher de laisser s’échapper un long soupir de soulagement. Mes membres étaient fatigués, j’avais cruellement besoin de repos mais ce n’était n’y l’endroit, n’y le moment, malheureusement.

« Non, pas médecin non. Je suis... enfin j'étais infirmière avant... tout ça. » Je tourne légèrement la tête vers l’inconnue qui me répond finalement. Infirmière ? Ça expliquait son jeune âge mais les connaissances qu’elle se disait posséder, j’aurais dû y penser. Si elle mentait, elle savait y faire. Je ne savais toujours pas si je pouvais lui faire confiance, croire en ce qu’elle me disait seulement, mais je n’étais pas en état de fuir. Je tourne de nouveau la tête vers elle, la voyant au travers d’un buisson déposer ses affaires et deux couteaux contre le sol, me montrant qu’elle était désarmée, sauf qu’elle pouvait toujours en dissimuler sur elle et c’est pourquoi je sers toujours plus ma dague alors qu’elle finit par s’approcher, prenant peut-être mon silence pour un oui. Elle se retrouve donc rapidement en face de moi, me souriant. Un beau sourire qui collait parfaitement avec l’image qu’elle projetait depuis tout à l’heure mais qui pouvait toujours être mensongère. Je reste toujours silencieux, mes yeux filant de sa main à son visage quelques fois, hésitant et tremblant presque devant cette inconnue qui semblait pourtant inoffensive. Ça pouvait paraître stupide puisqu’en temps normal j’aurais pu me défendre contre elle plutôt facilement, je dirais, si on ne tient en compte que nos gabarits respectifs, mais pour l’instant je me sentais vulnérable, plus qu’à l’habitude, et la peur ne s’était toujours pas estompé, mon cœur n’avait pas eu le temps de se calmer, m’empêchant de ne pas paniquer devant cette possible nouvelle menace. « Oh, non, attendez ! » Je ne m’étais toujours pas décidé à lui faire confiance, à lui tendre la main, mais elle ne semblait pas s’y attarder, s’inquiétant sur mon sort plus qu’il ne le faudrait. On ne se connaissait pas, après tout, alors pourquoi en avait-elle quelque chose à faire de mon état ? Je considère quelques secondes ces paroles, mais ne la quittant pas des yeux, je passe ma main libre contre mon torse comme pour m’assurer que je n’avais pas de blessures importantes, comme si je n’avais pas été présent lorsqu’il m’avait frappé alors que j’étais le principal concerné. « J’ai reçu des coups dans les côtes » l’informe-je finalement, me rendant ensuite compte que tout le sang que j’avais reçu pouvait lui laisser croire que j’étais blessé plus sérieusement que je ne l’étais réellement. « Il voulait prendre mes affaires… » Ma main semblait plus tôt confiante contre mon arme mais celle-ci tremblait maintenant alors que je me rappelais la gorge que j’avais transpercé sans savoir comment j’avais pu faire, sans m’en rendre compte, ayant même eut l’impression pendant un cours instant que ce n’était pas moi qui l’avait arrêté, que quelques secondes seulement, le sang chaud s’étant mis rapidement à couler contre mes doigts.


CODE PAR MYERS

_________________

◦ ' - . ◦ ' - . ◦ ' - . ◦ ' - . ◦ ' - . ' ◦
w e  a r e  b u r i e d  i n
B R O K E N  D R E A M S
The stars choose their lovers, save my soul
Is it fair, or is it fate ? No one knows..
it h u r t s just the same
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: A kind gesture can reach a wound that only compassion can heal ~ Théo Ven 29 Juil - 21:48



Kind gesture can  heal

“The best way to not feel hopeless is to get up and do something. Don’t wait for good things to happen to you. If you go out and make some good things happen, you will fill the world with hope, you will fill yourself with hope.”

Meredith n'était pas bien vieille ni vraiment expérimentée que ce soit dans son métier ou dans la vie en général. Et si elle aimait énormément l'un comme l'autre il faut bien avouer qu'elle  a perdu les deux au fil du temps. Alors si elle ne peut pas conserver et protéger sa vie et son amour pour celle ci, elle peut au moins continuer de faire ce pourquoi elle a été formée : sauver des vies et aider les gens en le apportant sourire et tendresse. D'ailleurs, si ce n'était pour les autres elle n'aurait sans doute plus sourit depuis quelques temps déjà... Alors en voyant cet inconnu couvert de sang et tellement effrayé elle ne pu s'empêcher de se sentir comme obligée de faire quelque chose pour lui. Bien sur, il en était le seul décisionnaire et était le seul à avoir le dernier mot là dessus mais tout de même, il était un peu stupide de souffrir seul dans son coin alors qu'elle pouvait l'aider si facilement. Mais cette méfiance qui s'était encrée en chaque être humain encore vivant sur cette planète était devenue plus forte que tout désormais et la crainte dépassait bien souvent la raison.

C'est donc tout naturellement et avec autant de calme et de douceur qu'il lui était encore possible de donner qu'elle tenta de faire sortir le jeune homme de sa cachette. Tentative qui s'avéra être un échec. Changement de technique donc pour la petite rouquine qui ne s'avouait jamais vaincue aussi rapidement. S'il ne voulait pas sortir alors elle viendrait à lui doucement. Et quand aux risques de surprendre, d'effrayer un homme armé et blessé elle s'en foutait pas mal. Au diable sa santé à elle si elle pouvait avoir, ne serait-ce que la plus petite chance de l'aider.  Alors elle déposa ses armes une à une puis son sac avant de s'avancer. Et si pas une seule seconde elle n'avait eu peur en s'avançant vers lui elle fût subitement prise de panique en voyant son état. Depuis qu'il n'y avait plus d'hôpitaux et que le matériel médical se faisait rare il était tellement simple de succomber des suites d'une simple blessure; et depuis tout ca elle avait tendance à paniquer beaucoup plus aussi. Ainsi, en voyant le sang dont il était recouvert elle se mit à imaginer les pires choses qui auraient pu lui arriver. Artère fémorale tranchée? Non, il le sang ne semblait pas venir de là et puis, il aurait eu bien plus de mal à s'enfuir en premier lieu. Fracture ouverte alors? Non, tous ses membres semblaient fonctionner comme ils étaient censés le faire. Et heureusement d'ailleurs car s'il y avait bien quelque chose qui ne manquait pas de lui faire tourner de l'oeil c'était bien les fractures ouvertes. Les os n'étaient pas supposés se plier et encore moins se retrouver à l'extérieur du corps... Vu la quantité de sang ce n'était certainement pas une hémorragie interne bien que celle-ci ne soit pas totalement à exclure. Quant aux fractures de la cage thoracique, elles étaient beaucoup plus probables en écoutant l'explication du brun.

Tentant donc de garder, ou plutôt de retrouver son calme elle prit une grande inspiration, gonflant ses poumons au maximum, expirant en fermant les yeux une seconde. Lorsqu'elle les rouvrit enfin ce fût pour retrouver ce pauvre homme complètement terrorisé et crispé. La rouquine s'accroupie alors face à lui et posa ses mains sur celle de celui qu'elle essayait d'aider, la serrant légèrement comme pour lui faire comprendre qu'il n'était pas seul, comme pour l'apaiser un peu et peut être aussi lui faire lâcher cette arme qui n'aidait en rien le diagnostique. "Tout va bien maintenant, il n'y a personne d'autre ici... Vous ne risquez plus rien à présent." Dit-elle de la voix la plus douce possible. Elle lui sourit à nouveau avant de reprendre. "Maintenant j'ai besoin de vérifier que vous n'avez rien d'autre. Il est possible que vous ayez quelques côtes cassées..." Elle glissa ensuite sa main dans la poche de son manteau pour en sortir une pièce de tissu qu'elle utilisa pour essuyer les mains de son nouveau patient, toujours avec le maximum de précautions pour ne pas l'effrayer. "Vous voulez bien me dire votre nom?" Règle numéro un, toujours appeler son patient par son nom afin de la rassurer. Mais ca encore, c'était bien plus facile lorsqu'on pouvait le lire sur une feuille avant même de le rencontrer...



Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


TO THE MOON AND THE SKY ABOVE
All that pain, misery & loneliness,
it just made him k i n d.

◦'-.◦'-.◦'-.◦'-.◦'-.'◦

× A propos du vaccin : :
Personne ne s'approchera de moi avec une aiguille avant que je sache ce que c'est exactement.

× Âge du perso : :
Le résultat de la racine carré de 1521. Bonne chance.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, au camp des sauveurs, avec Ambroisie.

× Avant, j'étais : :
Chercheur dans le domaine de la psychologie et des neurosciences. Je m'intéressais notamment aux tueurs en série.

× Messages : :
1236

× Points de vie : :
106

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Benedict Cumberbatch.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: A kind gesture can reach a wound that only compassion can heal ~ Théo Jeu 1 Sep - 4:42




IT'S A WOUND THAT ONLY COMPASSION CAN HEAL

MEREDITH & THÉODORE | Carry on my wayward son, there'll be peace when you are done. Lay your weary head to rest, don't you cry no more. Carry on, you will always remember. The center lights around your vanity.




Mon corps se fige un instant alors que ma main se crispe contre mon arme que rien n’y personne ne pourrait me dérober, à laquelle je m’accroche comme si ma vie en dépendait et dans un sens c’était peut-être un peu le cas, en même temps je me trouvais en la présence d’une inconnue, pas seulement quelqu’un que je ne connaissais pas beaucoup, quelqu’un que je n’avais carrément jamais vu et j’étais dans la pire des postures possible, plus handicapé que je ne le suis déjà à la base, les coups ayant endoloris et fatigué mon corps, sans oublier le fait que je ne pouvais distinguer les traits de son visage qu’avec l’aide d’un seul de mes deux yeux, l’autre étant depuis quelques minutes déjà totalement poché et très certainement violacé. J’arrive pourtant à étudier sa réaction et chacun de ces gestes avec attention, tentant de trouver une faille, un indice, une preuve qu’elle ne me disait pas toute la vérité, mais je n’en trouve malheureusement pas. Elle semblait sincèrement bouleversée par mon état, elle semblait inquiète, mais pourquoi ? Ça, je n’en avais pas la moindre idée. J’avais arrêté de croire qu’il y avait encore du bon chez les humains de ce nouveau monde, déjà avant j’avais du mal à le discerner chez les gens qui m’entouraient, mais dans ce temps je n’en avais pas grand-chose à faire, les mots et les insultes ça ne m’atteignait aucunement et la solitude avait toujours été quelque chose de profondément apaisant pour moi, mais aujourd’hui c’était différent, aujourd’hui on voulait s’en prendre à ma vie. Si j’avais déjà reçu des coups ? Oh ça oui, bien qu’avec l’âge ça se produisait de moins en moins fréquemment, mais la raison était aujourd’hui bien différente…

Je suis toujours perdu dans mes pensées lorsqu’elle pose ses mains sur les miennes pour une raison qui m’échappe également, je lisais toujours l’inquiétude et le désir d’aider au travers de son expression mais ces gestes ne les reflétaient en rien à mes yeux ; je détestais qu’on pose la main sur moi, qu’on entre dans ma bulle, je me sentais toujours affreusement mal à l’aise, c’était déroutant. C’est pourquoi je m’apprêtais à la repousser gentiment, mais je me rappelle ensuite de mon état… Comment pourrait-elle m’aider, me soigner, si je refusais qu’elle me touche ? C’est donc à contrecœur que je me laisse faire, mais n’étant pourtant pas capable de me détendre une seule seconde et n’entendant même pas ce qu’elle me disait très clairement, trop concentré à penser et à sentir ces mains contre les miennes qui était forcément très dérangeantes et désagréable. Je sursaute presque lorsqu’elle sort quelque chose de sa poche, ayant premièrement cru qu’elle s’armerait, mais c’est un inoffensif bout de tissus qui habille sa main et qu’elle utilise pour retirer le sang des miennes. Je ne lui facilite pas tellement la tâche, moi qui refuse obstinément de poser mon arme. Je ne pouvais tout simplement pas m’y résoudre, je ne pouvais pas, ou alors mon cœur succomberait sous une peur trop intensive pour lui. Heureusement que la rouquine n’était pas brusque, étant très délicate et rendant le touché moins désagréable qu’il pouvait l’être habituellement puisqu’il était finalement qu’un simple frôlement. Il m’était arrivé dans ma vie d’être pris par surprise, me retrouvant alors subitement coincé entre deux gros bras qui m’étouffaient pendant trop longtemps, et la sensation ne me quittait plus pendant des heures après ça, étirant sans cesse des grimaces d’inconforts sur mes lèvres.

Finalement, la voix de la jeune femme me parvient aux oreilles et je lève un peu les yeux, tentant de me concentrer sur autre chose que mon inconfort et ses potentielles mauvaises intentions, ce qui était presque inhumain dans mon cas, j’avais pris l’habitude de me plonger dans une seule équation à la fois. « Théodore » répondis-je simplement même si, encore une fois, je n’arrivais pas à comprendre le bien-fondé de ces gestes, mais de toute façon, mon prénom ne lui servirait pas à grand-chose, n’étant pas une donnée très importante dans l’immédiat, selon-moi. Mes mains partiellement nettoyées, je peux enfin respirer lorsque le contact entre nous est brisé, remarquant alors le jolie petit bijou à diamant glissé à son annulaire droit. Sans aucune gêne et toujours en quête de vérité, je me montre indiscret comme j’avais si souvent l’habitude de le faire avant. « Vous êtes fiancée ? » lui demande-je en retour, sachant que si j’avais mis la main sur une corde sensible ou alors un quelconque sentiment, elle m’ouvrirait la porte et me laisserait la voir tel qu’elle est vraiment. En principe, en tout cas, fallait-il seulement trouver où sensible se cachait chez elle, chaque personne était différente mais il y avait bien toujours une faille, même chez les humains de la pire espèce. C’était ma façon à moi de me défendre ; attaqué directement entre les deux oreilles de mon adversaire, faire mal là où des pansements n’y pouvaient absolument rien.


CODE PAR MYERS

_________________

◦ ' - . ◦ ' - . ◦ ' - . ◦ ' - . ◦ ' - . ' ◦
w e  a r e  b u r i e d  i n
B R O K E N  D R E A M S
The stars choose their lovers, save my soul
Is it fair, or is it fate ? No one knows..
it h u r t s just the same
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Plutôt crever que de faire ce foutu vaccin !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21395

× Points de vie : :
388

× Copyright : :
© lux aeterna (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: A kind gesture can reach a wound that only compassion can heal ~ Théo Ven 9 Déc - 16:31

RP archivé suite à la suppression de Meredith. I love you

_________________
en présence très réduite jusqu'au 9 août
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: A kind gesture can reach a wound that only compassion can heal ~ Théo

Revenir en haut Aller en bas

A kind gesture can reach a wound that only compassion can heal ~ Théo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS-