SAM ϟ if i had wings like noah's dove i'd fly the river to the one i love.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
Le 10/11/2016 : le forum a quatre ans & sa saison 5 est mise en place. Le 27/08/2017 : 24ème version du forum installée. Les awards & autres nouveautés sont à consulter ici.
Oh la la qu'est-ce que vouuuuus aiiiiiime !! coeurrose lele Et si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ?

Partagez| .

SAM ϟ if i had wings like noah's dove i'd fly the river to the one i love.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

ADMINISTRATOR
avatar


FIGHT UNTIL THE WAR IS WON

I'm going to spread a message of
l o v e a n d k i n d n e s s
I'm not going to give up
_ - _ - _ - _ - _

× A propos du vaccin : :
Fraîchement vacciné. Effets secondaires → baisse de température corporelle, prunelles plus claires, manque de concentration.

× Âge du perso : :
quarante-deux ans.

× Localisation (+ avec qui) :
Angels Camp, avec Maebh et le petit Liam.

× Avant, j'étais : :
J'ai déjà été moine, fleuriste, et plus récemment j'étais docteur en botanique.

× Messages : :
599

× Points de vie : :
28

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Misha Collins or my husband.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: SAM ϟ if i had wings like noah's dove i'd fly the river to the one i love. Mar 12 Juil - 2:00

Ledzep Samandriel Price
PRÉNOM(S) † Tu vas rire, c'est certain. Mon père était fan de rock depuis son plus jeune âge, il avait une guitare dans les mains avant même de savoir marcher, et il en a fait son métier, alors bien entendu il c'est sentit forcé de me donné ce prénom ridicule, qui n'en est même pas un au final, qu'est Ledzep, surnom du groupe de hard rock populaire Led Zeppelin, mais on me surnommait plutôt Lez. J'ai donc, pendant quelques années, été connu sous ce prénom, mais lorsque mes parents se sont séparé ma mère m'a renommé, me permettant ainsi de vivre une vie normal. Elle aimait l’originalité elle aussi, donc à six ans je me nommait maintenant Samandriel, Sam pour les intimes. NOM † Je suis né en tant que Campbell, mais rapidement ma mère m'a fait offrande de son propre nom, Price, et j'en suis bien content. ÂGE † J'ai quarante-deux ans, si j'ai bien compter toutes les bougies sur mon dernier gâteau d'anniversaire imaginaire. DATE DE NAISSANCE † Normalement, j'aurais du naître en juin 1974, mais je n'en avait apparemment pas envie. Je me suis seulement décidé le premier juillet de la même année. LIEU DE NAISSANCE † J'ai vu le jour sous le ciel de Chicago en Illinois, alors que mon père donnait un concert à quelques kilomètres de là. ANCIEN LIEU D'HABITATION † J'ai vécu quelques années en Thaïlande et je suis né sur la route entre deux concerts de mon père, mais je considère le Dallas au Texas comme va ville natale, puisque j'y est grandit et que j'y suis d'ailleurs revenu suite à mon voyage en Asie. ANCIEN MÉTIER † C'est compliqué, j'ai beaucoup papillonné. Lorsque j'étais plutôt jeune je n'avais pas grand chose de concret en tête et je ne rêvais pas de faire de grandes études, mais j'avais bien des passions, entre autre : médité. C'est pourquoi je me suis finalement envolé vers la Thaïlande et que je suis devenu moine, en fervent défenseur de Bouddha. Malheureusement, après sept années en Asie, j'ai du revenir auprès de ma mère et je suis donc devenu un simple fleuriste pendant plus ou moins neuf ans durant les études qui me permit d'obtenir mon doctorat en botanique. STATUT FAMILIAL † Veuf, ma femme ne voulait plus de ce monde, même avant qu'il devienne ce qu'il est aujourd'hui. Je suis en paix et j'ai accepté son choix, bien que cet événement a presque été à l'origine ma propre perte. ORIENTATION SEXUELLE † Dans ma vie j'ai seulement eu deux aventures, Natasha, et ma femme Caroline. Je suis pourtant une personne qui fait preuve d'une grande ouverture d'esprit, aucun homme ne m'a jamais donner envie de rien pour l'instant, je penche plus vers la pansexualité qu'autre chose. QUELQUES TRAITS DE CARACTÈRE † Je suis de ces gens toujours souriant, je suis généreux, j'aide et j'aime mon prochain. Je crois que la charité et la bonté fait partie de tout les cœurs qui soient, certain n'arrive simplement pas à l'exploiter comme je le fais. Je suis un partisan passionné de Bouddha et je médite régulièrement. Les conflits font partis des choses que je déteste le plus, ainsi lorsque cela se produit proche de moi je quitte l'endroit sans un mot, ce n'est pas nécessaire et c'est extrêmement désagréable. J'accepte tout le monde et je dénigre personne, n'essaye pas de me mettre en colère, tu perdras ton temps. Les paroles blessantes et méchantes ne m’atteignent pas et je n'y répondrais jamais. Je ne suis pas quelqu'un de violent, je suis un pacifiste et j'entraînerais qui voudra bien me suivre. Cela ne veut pourtant pas dire que je me laisserais faire, je peux paraître inoffensif mais, j'en suis le premier surpris, j'ai des réflexes félins et tu pourrais donc bien rapidement te retrouver sans oreilles si tu t'en prend à moi. CÉLÉBRITÉ SUR L'AVATAR † La joulie bouille de Misha Collins dans du papier cadeau rouge. GROUPE QUE TU SOUHAITES REJOINDRE † Je vais où le vent me porte et je n'ai jamais eu de destination très précise. Ayant été moine et ayant également vécu par moi-même la misère, je ne demande que très peu et me contente du minimum pour survivre. Je ne dis pourtant pas non à un petit lit, à quatre murs et un toit lorsqu'il me l'est offert. Je loge donc à l'Angels Camp depuis un certain temps et j'aide d'ailleurs à y rapporté des vivres et des armes en rechange, participant aux sorties dès que l'occasion se présente. L'avantage, c'est que je peu reprendre mes séances de méditations beaucoup plus normalement et fréquemment, comme dans le bon vieux temps et c'est d'ailleurs quelque chose dont j'aurais du mal à me séparer si le camp tombe un jour, possibilité que je n'écarte pas. CRÉDIT AVATAR † Sevenways

Aucun. Respect. I knoooow. J'ai presque nommé ce petit Lucifer, je vais allez en Enfer maintenant c'est sûr.. woof Bravo Misha. face Bien entendu, tout est de sa faute! Il à trop une bouille choute je pouvais pas le laisser sur le bord de la route. sniff Bref, je dis encore que des conneries, alors bijouuuur pour la sixième fois et j'espère la dernière.  coquin Pour de vrai pour de vrai, hein.. laugh Toi arrête de venir sur mes fichettes pour le codeuh.  dieu  coeur2 

Décris ton caractère d'avant l'épidémie puis de maintenant.
J’étais quelqu’un de calme, de posé. Je savais ce que je devais faire, pourquoi j’étais ici. Tout ce dont j’avais envie c’était d’aider les autres, de faire naître des sourires. Je ne jugeais pas et je pardonnais, puisqu’il ne fallait pas demeurer dans le passé, n’y rêver du futur, il fallait concentrer notre esprit dans le moment présent. Je vivais dans la sérénité. J’étais conscient de la mort, de la douleur, de la vieillesse, mais je laissais tout simplement le temps filer. Chaque jour je faisais ce que je pensais être le mieux, je pratiquais le bénévolat et je déposais régulièrement de l’argent pour aider diverses organismes de charité. Je vivais, tout simplement, et tout étais beaucoup plus simple dans ce temps-là. Je ne me posais pas de question, je savais profondément que tout ce que je faisais était bien. Il m’est arrivé de croisés des gens pas toujours bien intentionnés, mais je ne répondais en aucun cas aux attaques, qu’elles soient verbales ou bien physiques, puisque je me savais gagnant dans tout cela. J’appelle sage celui qui, tout innocent qu’il est, supporte les injures et les coups avec une patience égale à sa force.

Aujourd’hui tout ce que je peux faire, c’est partagé mes repas et ce que je trouve avec les gens que je croise. Me priver n’est pas ce qui me dérange le plus, tant que j’ai de quoi subsister je suis bien. Ce que je déteste le plus c’est que si ce n’est pas des morts qui m’entourent ce sont, pour la plupart, des gens malhonnêtes. Avant j’étais si bien entourés, et sans le temps de médité il m’arrive de trouver la patience beaucoup plus difficile à puiser. Ce n’est pas mon confort qui me manque, ou cette sensation satisfaisante dans notre estomac lorsque tu finis un bon repas, non, c’est le calme, la bonté. Je savais bien qu’il y avait des gens mauvais dans ce monde, mais à croire que j’étais coincé dans cette Enfer qu’avec de ces gens-là. Aujourd’hui je ne suis plus aussi confiant, je me pose beaucoup de questions. J’essaye toujours de faire le bien, mais parfois je me demande si seulement survivre est bien. Je me sens seul et abandonné, et je déteste cette nouvelle version de la vie. Je fais du mieux que je peux pour être optimiste et que le monde change autours de moi sans que je suive le mouvement, et j’évite le plus possible ceux qui se prennent pour les nouveaux Dieux. Nous ne pouvons pas choisir qui doit vivre et mourir, et je reste persuadé que par l’évolution des actes, celui qui dépouille est dépouillé à son tour. Il m’est arrivé de me défendre, mais j’essaye toujours d’évité cela par tous les moyens possibles, et je ne tue jamais, enfin, j’essaye de poser des gestes dans l’unique but d’être dans la capacité de filer. Ce n’est pas à moi de les châtier, je crois au karma et je suis persuadé que tout nous retombent un jour ou l’autre sur la tête, et puis si la haine répond à la haine, où la haine finira-t-elle?
Que ressens-tu quand tu vois un zombie ? Est-ce que tu les tues ? Si oui, que ressens-tu ?
Je ne ressens qu’une tristesse froide me traverser de toute part, je déteste être forcés de les éliminés, c’est une corvée qui me perce le cœur. Ils sont peut-être dangereux, et revenants, mais ils restent l’ombre de personnes comme vous et moi, des personnes qui étaient bien vivantes avant tout ça. Ils avaient des parents, des amis, et peut-être même des enfants, à qui ils manquent, s’ils sont seulement toujours en vie. J’essaye de me dire que je les aide simplement à trouver la paix, mais ça n’efface pas complètement la culpabilité que je ressent malgré-tout. J’essaye de me dire aussi que je n’ai pas le choix, mais comment je peux dire cela alors que je me suis répété tout au long de ma vie le contraire ? On a toujours le choix. Quel que soit le nombre de saintes paroles que vous lisez, que vous prononcez, quel bien vous feront-elles si vos actes ne s’y conforment pas ? J’ai choisis de survivre, au dépendant des autres parfois et j’en paye le prix. Lorsque qu’ils ne sont pas trop proche, trop nombreux, je ne m’arrête pas pour les abattre, je le fais seulement quand c’est nécessaire, même si parfois je me dis que si ce n’est pas moi qui met fin à cela ce sera quelqu'un d’autre, mais le pire c’est de me dire que si je l’avais abattu tout de suite peut-être que la liste de ses victimes auraient été moins longues. En vrai je suis tiré de tous les côtés, moi qui étais si stable avant, je me retrouve complètement déstabilisé. Aucun chemin me parait être le bon, et malheureusement ils n’étaient pas illimités, bien au contraire… Comment puis-je savoir ce que je dois faire lorsque tout ce que je peux faire semble engendrer de lourdes conséquences ou pire, être purement et tout simplement mauvais?

As-tu perdu beaucoup de proches et les pleures-tu encore ?
J’ai perdu ma femme quelques années avant l’épidémie, et mes parents ne faisaient déjà plus partit de ce monde non plus. Donc tout ça a emporté mes amis, tous ou presque faisait partit de mon groupe de méditation, d’autre était des collègues, quelques bons amis m’avaient toujours suffit. Je ressens leur manque, c’est extrêmement douloureux, mais je ne les pleure pas, puisque ça m’apaise de me dire qu’ils n’ont pas à affronter tout cela, qu’ils reposaient sereinement, les souhaités à mes côtés, dans ce monde devenu encore plus cruel qu’il ne l’était déjà auparavant serait faire preuve d’égoïsme. Entre le ciel et la terre, il n’y a qu’une demeure temporaire. La solitude ne me dérange pas même si j’apprécie la compagnie. J’aurais simplement aimé qu’ils aient une fin paisible et dépourvue de cette souffrance ignoble, puisqu'ils ne le méritaient absolument pas.
Penses-tu avoir évolué depuis le début de l'invasion ?
Je n’ai pas beaucoup changé, en vrai. Ça en surprend plusieurs, d’ailleurs. Je ne suis pas de ceux qui pensent que pour survivre à tout cela il faut se montrer sans cœur et inhumain. Celui qui est maître de lui-même est plus grand que celui qui maître du monde. Ils ont tort et j’en suis la preuve vivante. J’aide les autres et je partage le peu que je trouve sans aucune hésitation. Je ne me demande pas s’il le mérite réellement, s’il a commis des choses horribles afin d’être assis à mes côtés, ou s’ils me veulent du mal, puisque j’ai toujours été optimiste, et même si la plupart des survivants que je croise me déçoivent, je préfère toujours me dire que celui-ci sera différent des autres. La seule chose qui est différent, c’est la sensation que mon âme n’est plus aussi pure qu’elle l’était avant. Je n’avais jamais été violent de toute ma vie, je n’avais jamais fait de mal à personne. Peu sont les survivants qui ont gardé une trace de notre rencontre, mais il y en a, peut-être même que certains en sont mort, s’étant vider de leur sang. Normalement je n’aurais jamais essayé de régler cela moi-même, par mes propres moyens, mais malheureusement il n’y a plus de force de l’ordre, il n’y a plus de juge et de prison. Je n’ai pas appris à réagir dans ces situations, personne ne m’a dit ce que je devais faire… J’ai peut-être également perdu un peu de la stabilité que j’avais avant. Je me pose des questions que je ne me posais jamais avant. Ai-je pris le bon chemin ? Bonne est l’action qui n’amène aucun regret et dont le fruit est accueilli avec joie et sérénité. Avais-je commis des erreurs? Aurais-je du agir autrement? La situation avait changé je ne savais pas vraiment comment réagir, alors je m’efforçais tout simplement de faire ce que je pensais être juste, bon.



Dernière édition par L. Samandriel Price le Mer 20 Juil - 4:44, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


FIGHT UNTIL THE WAR IS WON

I'm going to spread a message of
l o v e a n d k i n d n e s s
I'm not going to give up
_ - _ - _ - _ - _

× A propos du vaccin : :
Fraîchement vacciné. Effets secondaires → baisse de température corporelle, prunelles plus claires, manque de concentration.

× Âge du perso : :
quarante-deux ans.

× Localisation (+ avec qui) :
Angels Camp, avec Maebh et le petit Liam.

× Avant, j'étais : :
J'ai déjà été moine, fleuriste, et plus récemment j'étais docteur en botanique.

× Messages : :
599

× Points de vie : :
28

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Misha Collins or my husband.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: SAM ϟ if i had wings like noah's dove i'd fly the river to the one i love. Mar 12 Juil - 2:16


if i had wings like noah's dove i'd fly the river to the one i love.

FEBURARY 1955.
lafayette, indiana (usa).

First Letter ☆ Luther.
When I was young, I had a dream, and he came true. Mon cher fils, tu liras cette lettre lorsque tu seras grand, lorsque les années auront passées et que tu m’auras oublié. Tu auras surement demandé de nombreuses fois à ta mère pourquoi tu n’avais pas de papa, pourquoi tes amis en avait et que toi tu n’avais qu’une maman. Peut-être que tu m’en veux aujourd’hui et peut-être que mes mots n’y changeront rien, mais je tenais à t’expliquer pourquoi. Pourquoi je ne suis pas là avec toi, pourquoi je suis loin, pourquoi tu n’as pas de papa. Il faut d’abord que tu saches que je n’ai jamais souhaité que tu sois loin de moi et que je ne suis pas partit parce que je ne t’aimais pas, au contraire. Tu es mon seul enfant et tu me viens d’une femme beaucoup trop bien pour moi. Je te regarde aujourd’hui et je te vois qui perçoit le monde d’une innocence pure. Je te sens heureux, puisque tu ne comprends pas, pas totalement. Tu ne me connais pas tellement, peut-être que ta mère ne parle pas de moi et peut-être qu’elle le fait de temps en temps, peut-être que tu n’as pas vraiment envie d’en savoir plus sur qui je suis, mais pour comprendre il te faudra le lire. Mes mots tu en ferras ce que tu veux après ça, puisqu’ils t’appartiennent maintenant, qu’ils t’ont toujours appartenu. Il faut savoir que j’ai toujours vécu pour une seule chose, la musique. J’ai vécu pour ta mère lorsque je l’ai trop tard rencontré, et ensuite pour toi, lorsque tu es venu au monde, mais lorsque j’étais jeune tout ce que j’avais c’était ma guitare. Je rêvais d’une foule qui criait mon nom, qui fredonnait la musique que j’avais composé, je rêvais d’être connu du monde entier. Tu le sais peut-être déjà, mais tout cela est arrivé, alors que tout le monde m’avait toujours dit que ce n’était que des rêves de gamins, que je devais grandir et me diriger vers une vocation sérieuse, une vraie vocation, puisque le chemin artistique n’en était pas un. Aujourd’hui il y a la foule, on connaît mon nom et on fredonne mes chansons, mais tout cela à commencer dans le garage de mes parents, lorsque je n’avais qu’une vingtaine d’année. Alors mon fils lorsque tu grandiras, lorsque tu auras des rêves, quels qu’ils soient, sache que je suis derrière toi, sache que tout est possible lorsqu’on le veut vraiment… Sache que le monde t’appartient et que personne, sauf toi, n’est maître de ta vie, que tu l’écris comme tu le veux. Sache également que je crois en toi. J’ai réussis, mais cela ne veut pas dire que tous les jours étaient roses et beaux, il y aura des moments durs, des moments où tu voudras tout abandonné, mais je sais que tu es fort, Ledzep, je le sais et j’espère que tu le sais aussi, mon enfant.


SEPTEMBER 1970.
jefferson city, missouri (usa).

Second Letter ☆ Bessie.
Your mother, she was the most beautiful woman I have ever seen. Je commençais à peine à être connu lorsque je l’ai rencontré, ta mère. Je m’en rappelle comme si c’était hier. On se promenait depuis quelques mois déjà, on s’arrêtait à quelques endroits et doucement on commençait à parler de nous, tout est allez très vite. Je pense que ce concert à marquer le début de ma carrière et de l’avenir des musiciens talentueux qui m’accompagnaient. Nous n’avions jamais joué devant autant de gens et aucun de nous s’étaient attendu à une salle aussi pleine. Je parle là d’à peine trois cent personnes, ce qui me paraît ridiculement petit maintenant que je me suis produit de nombreuses fois devant plus de vingt-mille personnes. Elle était là, tout près de la scène et juste devant moi. Tu n’y croiras surement pas, mais ta mère à un jour été rebelle et fougueuse, ta naissance à changer beaucoup de choses, elle est devenue une mère et aujourd’hui elle s’occupe de toi, mieux que je ne l’aurais jamais fait, ne l’oublie jamais. Elle dansait les bras dans les airs avec une amie à elle, mais je ne pouvais détacher mes yeux d’elle. Tu as ces grands yeux bleus et ces cheveux d’un brun doux, il lui arrivait aux épaules et étaient rebelles, comme le sont les tiens, tous en l’air lorsque tu te réveilles le matin. Une tignasse qui reflétait très bien son caractère, et le tiens également, toi qui ne tient pas en place. T’ai-je vu une seule fois assis et calme depuis ta naissance? Tu crois peut-être que le coup de foudre n’est qu’une légende, mais ce soir-là j’ai su qu’elle changerait ma vie, que c’était elle et personne d’autre. Elle n’avait que dix-neuf ans, mais elle savait déjà ce qu’elle voulait, et ce qu’elle désirait le plus au monde c’était de vivre, tout simplement, vivre pleinement. Sur scène j’ai toujours eut cette assurance et cette énergie alors que la musique vibrait à mes oreilles, qu’elle m’emportait ailleurs, mais en réalité j’ai toujours été très réservé, timide et doux, tout le contraire de ta mère qui n’arrêtait pas une seule minute. Parfois je me demande si tu ne retiens pas que d’elle, je la vois tellement en toi. Bessie m’a suivi presque sans aucune hésitation, elle voulait voir le monde et le monde nous l’avons vu ensembles. Les années sont passé, les journées n’étaient pas toujours les meilleurs mais nous étions heureux, et plus les jours passaient et plus les salles devenaient grandes. J’ai réalisé à quel point nous étions devenus importants lorsque notre mariage, un an plus tard, a fait la une des journaux, mais ce n’était rien du tout si on compare cette nouvelle au mouvement que tu as créé lorsque la presse à appris que Bessie te portait…


OCTOBER 1980.
memphis, tennessee (usa).

Last Letter ☆ Ledzep.
We were in love but sometimes love isn't enough. Ils t’aimaient presque plus que moi, mon fils, mais comment faire autrement? Si tu étais une boule d’énergie inépuisable en présence de gens que tu connaissais bien, tu avais pris l’habitude de rougir et de te cacher derrière-moi lorsqu’un inconnu se présentait à toi, et ça tu le retiens bien de moi. Tu étais déjà une rock star et la foule te réclamais constamment depuis le jour où tu étais monté accidentellement sur scène. Tu venais à peine de commencer à marcher et tout ce que tu voyais c’était papa, il n’était qu’à quelques pas et tu ne savais pas pourquoi il ne s’occupait plus de toi depuis quelques heures qui te paraissaient être des années. Tu as donc relâché la main de ta mère et tu as couru vers moi, fonçant contre ma jambe, et heureusement que le spectacle était fini depuis quelques minutes déjà. Tu as fait rire la foule cette nuit-là, et c’est à ce moment que tu t’es rendu compte qu’il y avait plus de gens que tu n’en avais encore vu en même temps juste à ta gauche et tout de suite tu t’es caché, rouge comme une tomate. Tu savais comment t’y prendre pour qu’on parle de toi, en tout cas. Je t’es pris dans mes bras, et je t’es dit de faire coucou, mais tu t’es à nouveau caché dans mon cou. Pourtant avec le temps c’est devenu une sorte de rituel, et tu as bien finis par faire coucou à la foule et même à sourire, à parler dans le micro. Tu concluais toujours nos spectacles à ta manière et si tu as eu peur au début, tu as fini par adoré. J’ai bien cru que tu étais destiné à être sur une scène, tout comme moi. Je rêvais de t’apprendre à jouer de la guitare, je te voyais déjà devenir quelqu’un de grand. Sauf que ce n’étais pas une vie pour un petit garçon, pas selon ta mère. Tu grandissais et elle se rendait doucement compte que tu n’allais jamais avoir une vie normale, que je n’allais jamais abandonner la musique et qu’elle ne pouvait d’ailleurs pas me demander une telle chose, qu’elle le savait d’ailleurs lorsqu’elle m’avait épousé, qu’elle savait que la musique était une partie de moi-même sans laquelle je n’étais plus qu’une ombre. Les problèmes ont commencé doucement à s’immiscé. Nous nous étions déjà disputé, mais jamais aussi fréquemment, aussi violemment, mais nous ne nous aimions pas moins pour autant. J’ai ouvert les yeux lorsque le pire est arrivé. Une dispute avait éclaté et tous les deux dans la chambre de cette grande suite d’hôtel nous t’avions laissé à tes dessins animés avec un paquet de réglisses rouges, paquet à l’origine d’ailleurs de cette dispute stupide. Tu es tombé sur quelque chose qu’il n’aurait pas fallu que tu touches, qui n’aurait pas dû être là. Je ne sais pas si t’as mère a, même encore aujourd’hui, réussis à trouver la force de me pardonné mais pas moi, en tout cas. Heureusement tu n’en garde aucune séquelle, mais ça a sonné votre départ que je n’ai pas contesté, bien qu’il m’a brisé. Maintenant tu vis quelque part une vie tranquille et je sais que je n’aurais pas pu choisir meilleure mère pour toi. Tu sais tout maintenant, mais avant de conclure cette dernière lettre il y a une dernière chose que je veux que tu saches, mon fils. Si cette famille est séparée ce n’est en aucun cas ta faute, ce n’est d’ailleurs la faute de personne, personne de vivant, en tout cas, c’est la vie qui en a choisis ainsi. N’en veux pas à ta mère, et ne t’en veux surtout pas à toi. Tu peux m’en vouloir, à moi, d’avoir choisis la musique, de ne pas être capable de m’en séparé, je m’en veux moi aussi pour ça et pour beaucoup de choses. Pourtant, je t’aime, plus que tout au monde, et j’aime ta mère, plus que je n’ai jamais aimé, vous êtes dans chacune de mes chansons et dans chacun de mes gestes. Ton départ m’a peiné, mais si je devais tout recommencé je ne changerais rien, puisque tu es ce que j’ai fait de plus beau et ce dont je suis le plus fier, même si tu n’y crois peut-être pas, alors que je suis ici en tourné et pas avec toi. Je pense à toi, à chaque seconde de chaque minute de chaque heure que je passe sur Terre, et j’aime à penser que tu penses aussi à moi, parfois.

with love, your father


JUNE 1991.
san antonio, texas (usa).

Road Trips ☆ 17 ans.
I don't need much, only some friends and many roads. Le feu était immense, d’énormes branches formaient un tipi dans lequel il s’animait, et tous assis autour du spectacle, sur chacun de nos visages un sourire s’épanouissait. Je lève les yeux au ciel où dans ce coin du Texas, les étoiles nous étaient magnifiquement visibles. Il y en avait des milliers au-dessus de nos têtes, tout était parfait. Je n’étais pas du genre très surexcité, mais je ne souriais pas moins devant les bêtises que mes copains pouvaient faire. Deux s’étaient mis à danser près du feu, alors qu’il tomberait d’une minute à l’autre et qu’on ignorait toujours si ce serait à sa gauche, ou à sa droite. Alors que je les observais s’agiter près du feu, autours des rires que cela procurait aux autres, je vois Natasha s’avancer vers moi. Elle portait toujours de longues robes qui volaient au vent, épaisse et lourde comme une plume, dans lesquelles on pouvait déceler juste assez discrètement les courbes de son corps féminin. Ces longs cheveux blonds bouclaient dans le bas, elle les rassemblait si souvent en deux tresses dans lesquelles elle tortillait des tissus de couleurs, mais ce soir ils étaient libres comme le vent. Elle ne quittait d’ailleurs jamais son fin bandeau tressé bleu comme le ciel en journée qui ornait le contour de sa tête blonde. Entre ses doigts, fumait l’herbe du paradis dans du papier parchemin, un fin filet gris s’en échappait, l’imbibant d’une odeur qui la culpabiliserait, et bientôt moi aussi. Elle s’installe contre le tronc d’arbre sur lequel j’étais moi-même installé, puis souriant, elle me tend l’herbe fraîchement tordu et rassembler en un petit cylindre, que je prends entre mes doigts sans hésitation. J’en avais déjà un peu trop prit, mais je ne pouvais rien refuser à Natasha, elle m’envoûtait comme l'aurait fait une sirène, sans même ouvrir la bouche pour me bercer d’une douce voix magique ; elle n’en avait pas besoin. Tirant sur le papier, je me plonge dans son regard vert émeraude, et fautive, du rouge délavé tachait la sclérotique de ses yeux pourtant si beaux malgré ça. Les miens devaient tout autant prouver mon être surchargé de fumer magique, mais cela ne semblait pas la déranger plus qu'à moi. Les grosses branches finissent par s’effondrer, faisant se pousser les deux danseurs débutants, me faisant sursauté. À sa gauche, donc. Je me mets à rigoler, à la suite de la blonde qui me prit ensuite par la main, m’attirant plus loin. Certains nous avait vu nous éloigné, et les petits sourires moqueurs, les sous-entendus et les plaisanteries du lendemain nous le confirmait d’ailleurs. Ce n’était pas parfait, enfin selon le point de vu d’un cinéaste américain, mais pour moi ce l’était, et je n’aurais pas pu partager ce moment avec une plus belle femme que Natasha…  C’est à l’arrière d’une combi Volkswagen jaune poudre et blanche que je suis devenu un homme, enroulé dans un sleeping bag et surplombé de lumières oranges, accroché en l’honneur de l’halloween qui approchait. Je me souviens avoir eu les pieds totalement congelés par le vent frais de cet automne, le feu n’étant plus près de nous pour nous réchauffer, mais rassurez-vous ce n’est pas la seule chose dont je me souviens de cette nuit…


DÉCÈS DU CÉLÈBRE GUITARISTE LUTHER CAMPBELL D'UNE OVERDOSE

L'HÉRITAGE COMPLET REVIENT AU SEUL FILS DE CAMPBELL ; CES DEUX DERNIÈRES FEMMES FONT UN SCANDAL

LES TROIS FILLES DE CAMPBELL AVOUENT AVOIR EU UN PÈRE ABSENT ET ALCOOLIQUE

LA MAISON DE MALIBU VENDU ! LEDZEP SE CACHE TOUJOURS



MAY 2000.
pai, thaïland (asie).

I am coming back ☆ 26 ans.
I was living my dream, but other dreams was waiting for me. Tout ce que j’avais de lui c’était quelques mélodies et trois courtes lettres dans lesquelles il m’expliquait ce dont je ne pouvais me rappeler. Je n’avais pas grand-chose finalement, et je ne le connaissais pas vraiment, non plus, mais lorsque j’ai appris qu’il avait quitté ce monde j’ai tout de même sentit une boule se formé dans mon estomac et mon cœur s’alourdir un peu plus dans ma poitrine. Il était loin de moi, et c’était déjà assez douloureux comme ça, avait-il vraiment besoin de partir aussi tôt ? Il n’avait que cinquante-quatre ans, cris sans cesse la presse à scandales. Je le savais accro à beaucoup de choses, l’alcool, la musique, mais ce qui nous avait séparé c’était bel et bien son penchant pour la drogue, et encore une fois elle nous avait séparé un peu plus en faisant s’arrêter son cœur de battre. Si sa mort m’affectait autant, je n’osais même pas imaginer dans quel état était ma mère que j’avais laissé seule à l’autre bout du monde, elle qui l’avait tant aimé, qui ne c’était jamais remarié, je doutais même qu’elle ait seulement posé les yeux sur un autre homme. Elle me souriait mais je la savais triste, profondément malheureuse, sauf qu’elle ne regrettait rien, elle non plus, puisqu’elle citait presque les mots de mon père.  Si je devais tout recommencé je ne changerais rien, puisque tu es ce que j’ai fait de plus beau et ce dont je suis le plus fière. J’ai pris le premier avion que j’ai vu, abandonnant tout ce que j’avais construit en Thaïlande. Je ne savais pas si j’allais pouvoir y revenir un jour, d’ailleurs. Là-bas j’avais trouvé la paix et la sérénité, mais le passé m’avait rattrapé. Il y avait des choses dont je devais maintenant m’occupé, puisque si ma mère disait vrai, Luther m’avait légué tout ce qu’il possédait, tout. Qu’est que j’allais bien pouvoir en faire? Je n’avais pas besoin de tout ça, j’avais appris à vivre dans la pauvreté, d’offrandes et avec le minimum nécessaire pour subsister. Assis dans un petit banc, coincé avec un couple un peu trop démonstratif à ma gauche, je tourne la tête vers le petit hublot près de moi. Il faisait nuit et on n’y voyait pas grand-chose, mais je n’arrivais pas à dormir, pensant à beaucoup trop de choses en même temps. J’avais l’impression d’avoir changé complètement d’univers, de planète… Pourquoi m’avait-il tout donné? Aux dernières nouvelles, il avait également trois filles, cadeau de sa deuxième femme, mais le pire c’était sa troisième épouse qui, pour des raisons beaucoup moins valorisantes que la précédente, ne cessait plus de nourrir les journalistes d’histoires pitoyables, passant pour la pauvre femme qu’il avait jeté à la rue, qui avait tout perdu parce qu’elle avait été idiote de marié un homme sans cœur, aux fausses promesses qui n’avaient plus que de vieilles histoires à radoter. Elle laissait croire qu’elle était une victime dans l’histoire, alors que je l’imaginais bien être la cause des trop nombreuses piqûres sur le bras de mon père qui l’avait emporté. Tout le monde la connaissait comme étant horriblement capricieuse, c’était une croqueuse d’or, elle n’aimait probablement pas tellement le défunt guitariste puisqu’elle ne parlais que de cette histoire d’argent, pas peiné pour le moindre du monde d’être aujourd’hui veuve. Je ne me sentais donc pas du tout coupable d’hérité de la demeure dans laquelle elle habitait, de laquelle elle c’était fait jeté et où elle avait très certainement pourri la vie à mon père durant ces deux dernières années de vie, mais mes demi-sœurs c’était autre chose… Elles aussi, Luther était leur père, même si elles disaient qu’il avait été indigne et absent. Je n’y croyais pas, puisque je savais que ma mère ne me mentirait pas ; elle m’avait toujours dit que mon père m’aimait honnêtement et énormément, qu’il s’était toujours bien occupé de moi, je pouvais le vivre dans ces yeux, elle ne mentait pas. Je me sentais mal et pourtant j’avais également une envie folle de sourire jusqu’à ce que mes joues craques, même qu’il me démangeait de rire à gorge déployé, comme si j’avais obtenu une quelconque victoire tant attendue. Je ne pouvais pas m’empêcher de les détester et de les jalouser, bien au fond de moi-même, puisqu’elles avaient connu notre père et pas moi. Quelque chose que j’avais réussis à apaiser, en Thaïlande, après de nombreuses séances et heures de méditation, mais apprendre qu’elles étaient privées de son héritage m’avait prouvé que ces sentiments haineux, négatifs et néfastes ne m’avaient jamais quitté, même à des centaines de kilomètres de tout ça. J’en avais honte, mais je ne pouvais me mentir à moi-même, je ne l’avais jamais fait. Je ne méritais peut-être pas d’être là-bas, en Asie, peut-être que je n’en étais pas digne, après tout. Je savais, en tout cas, que tout ce qu’il m’avait donné irait, en majorité, à des œuvres de charité, et le reste sera envoyé directement dans le compte en banque de ma mère afin qu’elle puisse vivre aisément pour le restant de ces jours, elle le méritait bien. Je n’en voulais pas un seul sou, je ne voulais pas célébrer ma victoire puisque je ne voulais pas que cela en soit une, et de toute façon le luxe ne m’avait jamais attiré, c’était quelque chose de terriblement destructeur. Tout ce que je voulais c’était vivre en paix, mais cette nouvelle avait tout changé… Je me questionnais, maintenant, et je ne savais plus ce que je voulais ou même qui j’étais…


JANUARY 2005.
dallas, texas (usa).

It was the good days ☆ 31 ans.
I thought that everything would be fine now.

À RÉÉCRIRE :
 


DECEMBER 2012.
dallas, texas (usa).

The begin of the end ☆ 38 ans.
Then, everything I've built was falling apart. J’ai cru être témoin d’une avalanche, d’une avalanche qui m’a englouti, un peu plus chaque jour jusqu’à ce que je n’arrive plus à respirer. Étais-ce un miracle, que mon cœur ai pu supporter tout ce qui était arrivé? Ou peut-être plus une mauvaise blague.. Et le pire, c’est que ce n’était pas finis, loin de là, beaucoup de neige encore tomberait, m’enterrant un peu plus, sachant que j’étais encore en vie. Même moi, je ne savais pas comment je faisais pour respirer. À chaque bouffé d’air je me le demandais. Aujourd’hui je n’avais plus rien, plus rien sauf April, et sans elle j’aurais finis sous les ponts avec pour seul compagnie les sans-abris de la ville, je le savais pertinemment. Oh et il y avait Batman, mon caméléon. C’était son idée, ce prénom, la brune nouvellement blonde avait toujours des blagues aussi mauvaises que dans le temps. Batman, un super-héros, comme si cette chose, semblant plus stupide que ces pattes, pouvait changer quoi que ce soit au chaos qu’était devenu ma vie, mais au moins il était là, lui. Tout allait bien, pourtant, si bien. J’avais une femme, elle portait notre petite fille, j’avais ma mère, April et l’équilibre qui m’avait toujours aussi bien qualifié… Une douce soirée de septembre, ma mère s’endormit pour ne plus jamais se réveiller, dans son lit et d’une crise cardiaque, à peine âgé de cinquante-six ans, à peine plus vieille que mon père lorsqu’il m’avait quitté, sept ans plus tôt. Ça avait été une épreuve épouvantable à traverser et mon mariage en a beaucoup souffert d’ailleurs. J’avais toujours été l’optimiste, celui qui aidait ma femme à passer au travers de ces moments sombres, elle qui avait toujours été terriblement dépressive… Miraculeusement, l’amour a vaincu et notre couple allait de mieux en mieux, j’ai même cru qu’il avait été nécessaire qu’il se brise presque pour qu’on se rende compte de ce qui n’allait pas, de ce qui n’était pas tout à fait équilibré. Elle est tombée enceinte et encore une fois j’ai cru aveuglément que mes problèmes étaient derrière-moi, mais voilà que le pire est arrivé ; Caroline a souffert d’une fausse couche et ne s’en est jamais réellement remise, jamais. C’est pourquoi elle aussi m’a quitté il y a presque une année de cela. Volontairement, elle a dit au revoir à ce monde puisqu’elle ne pouvait plus y vivre, qu’elle y étouffait, et maintenant c’était moi qui n’y trouvait plus mon air. « Tu as faim? » demande-je au petit animal posé sur mon épaule qui fixait lassement l’écran colorée devant nous. « Tu as raison, c’est bizarre, elle devrait être rentré depuis une bonne heure… » Je ne pouvais plus vivre dans notre appartement, à moi et Caroline, je l’avais quitté sans même avoir quelque part où resté, mon sac de voyage sur le dos qui me rappelait les années où je me promenais avec celui-ci, jeune et insouciant, avec ma bande d’amis que j’avais depuis longtemps perdu de vu… April avait refusé que je traîne dans les rues et depuis je n’avais plus quitté son canapé, elle m’avait libéré des armoires et m’avait même permis de sortir ma statue de gros bonhomme, comme elle aime dire, de mon sac. Je passais mes journées devant la télé, à parler seul -ou à Batman si vous préférez, mais cette chose réagit moins à ce que je lui dis que ma statue- et depuis peu je dormais même dans son lit, puisqu’il était libre tout simplement. Puisque son précédent copain s’étant plains de ma présence elle l’avait foutu dehors à coup de pied au cul. Je me sentais d’ailleurs très mal pour ça, mais April m’obligeait à me taire à chaque fois que je lui proposais de partir pour qu’elle puisse vivre normalement, elle n’avait pas à faire tout ça… Mais elle y tenait, et ce n’est pas comme si je pouvais la contredire, la brune avait toujours été celle qui menait, ayant un caractère beaucoup plus prononcé que le mien, qui était comparable à celui de mon caméléon depuis quelques mois… « Lasagne? » Je lance un regard vers mon animal de compagnie qui ouvre paresseusement la bouche comme pour l’étiré, me regardant comme si j’étais ce qu’il avait vu de plus ennuyant et banal de toute sa vie. « Lasagne. » Je ferme la télé et me lève alors que Batman tombe dans la poche de mon t-shirt pour y dormir. Je prends un petit plat congelé du frigidaire et l’ouvre, le mettant au micro-onde et me retournant en entendant la porte de l’appartement s’ouvrir. April semble épuisée et ces boucles blondes lui tombent dans les yeux, qu’elle porte toujours aux épaules d’ailleurs. « Me dit pas que tu te fais encore une de ces foutus lasagnes, Sam ! Tu cherches vraiment à devenir un petit gros ou quoi ? » J’ignore presque complètement sa remarque, maintenant habitué de vivre avec elles plus que jamais. « Pourquoi tu arrives aussi tard ? » demande-je alors. Elle retire sa veste, poussant les portes coulissantes qui menait à la chambre et la balançant contre le lit défait, déposant son sac duquel dépassait sa blouse blanche et retirant ses boucles d’oreilles. « J’en sais rien, c’est la folie dehors, on dirait qu’il y a la peste, ou je sais pas, dans le coin et que tout le monde veut quitter la ville en même temps. » Elle retire son haut puis poursuit en retirant maintenant son jeans. « J’ai eu un mal fou à revenir de l’Université, c’était pénible ! J’ai juste envie d’un bain chaud. Comment t’as fait pour tenir toutes ces années ? » Sa voix s’égare vers la salle de bain alors que je retire ma petite lasagne du micro-onde et que je la transverse dans une assiette, ne tardant pas à entendre l’eau coulé. « Il reste du vin? » demande-t-elle de la salle de bain. Je fronce les sourcils en l’attrapant et en me demandant ce qui pouvait bien agiter autant la ville en cette soirée de décembre. « Ça ne t’inquiètes pas? » lui demande-je finalement alors que je l’ai rejoint, la bouteille de vin et un verre à la main. Elle entre dans la baignoire et je ferme l’eau, lui passant l’alcool et celle-ci se sert un verre en haussant les épaules, paraissant beaucoup plus paisible dans l’eau chaude et la mousse qui sentait les roses. « Comment vas Batman? » Elle lance un regard vers la poche qui portait visiblement le petit animal. « Il s’est couché après m’avoir dit que la lasagne c’était une excellente idée. » La jeune femme reste silencieuse un instant avant de sourire largement, ce qui me faire sourire à mon tour plus subtilement, par contre. Je sors ensuite de la salle de bain, fermant un peu la porte et allant chercher mon assiette. Je sors par la fenêtre pour manger contre le petit escalier qui nous servait un peu de balcon. Effectivement même notre petite rue était agitée et tout le monde semblait pressé… Qu’est qui pouvait bien leur faire aussi peur ?


C’est plus tard dans la soirée qu’on apprit ce qui se passait réellement et April n’en était pas loin avec sa théorie sur la peste. Un virus se propageait dangereusement et ils avaient décidé de ne plus laissé personne sortir de la ville. Bien entendu les gens se révoltaient, du coup. S’il y avait beaucoup d’autos dans les rues plus tôt, ce sont maintenant des cris de protestations qui nous fit nous réveillé dans les alentours de minuit. Je sentais Batman qui c’était enfouit sous mon chandail en quête d’un peu plus de chaleur et à ce moment mon amie décida finalement de se renseigner. On était beaucoup mieux dans notre ignorance... Je ne l’avais jamais vu ainsi, pragmatique et sérieuse, aux airs de soldat, ça ne lui ressemblait pas du tout. C'est d'ailleurs la dernière fois, aussi, qu'elle fut aussi terre à terre, malgré tout ce qui suivit. Elle rappela même son frère à qui elle n’avait pas parlé durant des années, lui qui l’avait harcelé toute la nuit au sujet de l’épidémie. Étant dans les forces armées, il était au courant des mises en place et aussi des failles, il nous donna rendez-vous et c’est à la halte qu’on se fit deux sacs bien remplis et que je suivis la brune dans son plan fou, parce que de toute façon je n’avais nulle part où allez, personne d’autre que je pouvais suivre, et qu’elle ne m’aurait jamais laissé le choix d’en faire autrement de toute façon. Je prends conscience de l’ampleur de la chose une fois qu’on se retrouve dans les rues qui avaient une tout autre allure que normalement. Des familles effrayées chargeaient des voitures de bagages, d’autres fuyaient à pieds et les cris des gens près des grilles nous venaient même jusqu’ici, un fond sonore qui n’avais rien de rassurant, j’avais presque peur de me promener dans les rues sur lesquelles je marchais depuis que j’avais six ans. Je n’avais aucune idée de l’endroit où on allait, n’y même si on arriverait à passer les barrières, en fait je ne savais rien du tout, mais j’avais toute confiance en April et je savais que quoi qu’il advenait on était ensembles et c’était tout ce qui comptait.

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________

I AM NOT FRAGILE
&  I T   W I L L   F E A R   M E
Don't you want to take a leap of faith?
I will love the light for it shows me the way,
yet I will endure the darkness because it
*--_ s h o w s m e t h e s t a r s _--*


Dernière édition par L. Samandriel Price le Sam 4 Fév - 16:39, édité 33 fois
Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar


#We have a fast car, we want a ticket to anywhere. Maybe we make a deal. Maybe together we can get somewhere.
Anyplace is better.


***

#Nothing could kill me like you do. You're going straight to my head and I'm heading straight for the edge. I pick my poison and it's you.♥️



JovousaimeFort:
 

× Âge du perso : :
17 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Sur les routes de Californie, partageant une magnifaïque jeep cyan aux côtés de Nikolaï et Alixen

× Avant, j'étais : :
Un collégien turbulent

× Messages : :
2619

× Points de vie : :
25

× Copyright : :
©popgun (vava) - ©Popgun & ©Merenwen (gifs) - ©MACFLY (sign)

× Avatar : :
Chandler Riggs

× Et ton p'tit pseudo ? : :
PopGun

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: SAM ϟ if i had wings like noah's dove i'd fly the river to the one i love. Mar 12 Juil - 3:49

lele lele lele diego yerk viens bed sexbed sxbd sxbd sxbd derriere derriere douche derrieredeux derrieredeux bave

Bonnasse. Rebienvenue 8D
lele

_________________

You're oxygen and i'm dying to breathe
Sometimes, you have to drop the old to catch the new

ChipsMan:
 
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


FIGHT UNTIL THE WAR IS WON

I'm going to spread a message of
l o v e a n d k i n d n e s s
I'm not going to give up
_ - _ - _ - _ - _

× A propos du vaccin : :
Fraîchement vacciné. Effets secondaires → baisse de température corporelle, prunelles plus claires, manque de concentration.

× Âge du perso : :
quarante-deux ans.

× Localisation (+ avec qui) :
Angels Camp, avec Maebh et le petit Liam.

× Avant, j'étais : :
J'ai déjà été moine, fleuriste, et plus récemment j'étais docteur en botanique.

× Messages : :
599

× Points de vie : :
28

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Misha Collins or my husband.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: SAM ϟ if i had wings like noah's dove i'd fly the river to the one i love. Mar 12 Juil - 4:25

Marchie le rat. diego
sxbd sxbd coeur2

_________________

I AM NOT FRAGILE
&  I T   W I L L   F E A R   M E
Don't you want to take a leap of faith?
I will love the light for it shows me the way,
yet I will endure the darkness because it
*--_ s h o w s m e t h e s t a r s _--*
Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar



× Âge du perso : :
21 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Californie - Dans un groupe dans lequel elle n'a pas forcément sa place

× Avant, j'étais : :
Lycéenne

× Messages : :
293

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
Bazzart (wolfgang)

× Avatar : :
Danielle Campbell

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Mira

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: SAM ϟ if i had wings like noah's dove i'd fly the river to the one i love. Mar 12 Juil - 9:07

Ce nouveau personnage à l'air cool yeux re-bienvenue chez toi duck

_________________

love is killing me
Tu n'as aucune idée de ce que je suis capable pour toi, te garder et te protéger.
Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar




A la recherche du respect:
 

× Âge du perso : :
27 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Californie avec la villa

× Avant, j'étais : :
Professeur d'histoire au collège

× Messages : :
399

× Points de vie : :
22

× Copyright : :
Invité (Bazzart)

× Avatar : :
Nate Buzolic

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Mekhaï

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: SAM ϟ if i had wings like noah's dove i'd fly the river to the one i love. Mar 12 Juil - 9:43

Re bienvenue lele ce nouveau personnage m'a l'air cool diego

_________________

   

    This will never end cause I want more !More, give me more, give me more !  
    «TIf I had a heart I could love you. If I had a voice I would sing. After the night when I wake up. I'll see what tomorrow brings.»
   
   
Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar


Monsters under my bed. Monsters inside my head. I don't know when they'll leave. But they say that they're here to stay.


LUXEN:
 


è_é:
 

× A propos du vaccin : :
En route pour le faire même si elle ne croit pas en ce vaccin.

× Âge du perso : :
17 ans

× Localisation (+ avec qui) :
En route pour rejoindre les Sauveurs avec Luke & Niko, actuellement à Yoyo

× Avant, j'étais : :
collégienne et fille de pasteur dévouée

× Messages : :
1202

× Points de vie : :
112

× Copyright : :
Avatar : merenwen ; sign by lizzou

× Avatar : :
Madison Davenport

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Merenwen

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: SAM ϟ if i had wings like noah's dove i'd fly the river to the one i love. Mar 12 Juil - 10:18

bril bril
OH Rebienvenue diego diego
Il est bien partit pour être un nouveau personnage de malade lui lele woof

_________________
My shallow heart's the only thing that's beating;
I'M WALKING DOWN THE LINE THAT DIVIDES ME SOMEWHERE IN MY MIND ON THE BORDER LINE. OF THE EDGE AND WHERE I WALK ALONE. READ BETWEEN THE LINES. WHAT'S FUCKED UP AND EVERYTHING'S ALRIGHT. CHECK MY VITAL SIGNS TO KNOW I'M STILL ALIVE.
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Certainement pas !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21975

× Points de vie : :
425

× Copyright : :
© schizophrenic (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: SAM ϟ if i had wings like noah's dove i'd fly the river to the one i love. Mar 12 Juil - 11:51

Re-bienvenue mon p'tit lapin lele lele
Bon courage avec cette nouvelle fifiche hinhin

calin calin viens viens sxbd sxbd hug hug

_________________
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: SAM ϟ if i had wings like noah's dove i'd fly the river to the one i love. Mar 12 Juil - 13:44

Re-bienvenue toi I love you
bon courage avec ta fichette excite
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


FIGHT UNTIL THE WAR IS WON

I'm going to spread a message of
l o v e a n d k i n d n e s s
I'm not going to give up
_ - _ - _ - _ - _

× A propos du vaccin : :
Fraîchement vacciné. Effets secondaires → baisse de température corporelle, prunelles plus claires, manque de concentration.

× Âge du perso : :
quarante-deux ans.

× Localisation (+ avec qui) :
Angels Camp, avec Maebh et le petit Liam.

× Avant, j'étais : :
J'ai déjà été moine, fleuriste, et plus récemment j'étais docteur en botanique.

× Messages : :
599

× Points de vie : :
28

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Misha Collins or my husband.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: SAM ϟ if i had wings like noah's dove i'd fly the river to the one i love. Mar 12 Juil - 17:47

Merci mes p'tits canards.  duck
Pleins de luuuuuve sur vous touuus.  bril  bril
sxbd bed bighug coeur2
mouton

_________________

I AM NOT FRAGILE
&  I T   W I L L   F E A R   M E
Don't you want to take a leap of faith?
I will love the light for it shows me the way,
yet I will endure the darkness because it
*--_ s h o w s m e t h e s t a r s _--*
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: SAM ϟ if i had wings like noah's dove i'd fly the river to the one i love. Mer 13 Juil - 9:58

MISHOUETTTTEEEEEE !!! excite lele

Rebienvenue !!

*se remet à faire des bbey comme ça pour son retour sans pression aucune et puis part*
Revenir en haut Aller en bas

MEMBRE EN OR
avatar


You are my only exception...
Conreb

I love U guy's:
 

× A propos du vaccin : :
Avec ou sans, on va tous y rester de toute manière...

× Âge du perso : :
33 ans mais elle préfére se dire qu'elle n'a jamais passer la trentaine

× Localisation (+ avec qui) :
En vadrouille avec Conrad, Anna et Desmond

× Avant, j'étais : :
Officiellement Détective privée, officieusement mercenaire & arnaqueuse. Aujourd'hui survivante peu recommandable.

× Messages : :
5661

× Points de vie : :
230

× Copyright : :
Schizophrenic(avatar) & ASTRA (signature) Skairipa ( Crackship)

× Avatar : :
Lauren Cohan le canon !

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: SAM ϟ if i had wings like noah's dove i'd fly the river to the one i love. Mer 13 Juil - 12:22

Ouuuuuh la grosse bêtise ! coquin
Encore un million de fois bienvenue !

_________________
❝ All of me love all of you❞ ‘Cause all of me Loves all of you Loves your curves and all your edges All your perfect imperfections Give your all to me I’ll give my all to you You’re my end and my beginning Even when I lose I’m winning ‘Cause I give you all... of me And you give me all... of you
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: SAM ϟ if i had wings like noah's dove i'd fly the river to the one i love. Mer 13 Juil - 21:45

yeux yeux
C'est par où pour épouser Misha ? excite lele huhu
Bon courage pour finir ta fiche, le personnage est déjà super intéressant coeurrose
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: SAM ϟ if i had wings like noah's dove i'd fly the river to the one i love. Jeu 14 Juil - 19:26

misha. yerk yerk yeux sxbd
t'es perf comme ça. lele lele (as always, tu m'diras diego )

rebienvenue chez toi, hâte de lire l'histoire du monsieur. bril I love you I love you
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


FIGHT UNTIL THE WAR IS WON

I'm going to spread a message of
l o v e a n d k i n d n e s s
I'm not going to give up
_ - _ - _ - _ - _

× A propos du vaccin : :
Fraîchement vacciné. Effets secondaires → baisse de température corporelle, prunelles plus claires, manque de concentration.

× Âge du perso : :
quarante-deux ans.

× Localisation (+ avec qui) :
Angels Camp, avec Maebh et le petit Liam.

× Avant, j'étais : :
J'ai déjà été moine, fleuriste, et plus récemment j'étais docteur en botanique.

× Messages : :
599

× Points de vie : :
28

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Misha Collins or my husband.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: SAM ϟ if i had wings like noah's dove i'd fly the river to the one i love. Ven 15 Juil - 0:29

SI VOUS AIMEY MISHA C'EST QUE VOUS ÊTES PARFAAAAITS. mouton
Merci tout le monde, je vous fait tous des beybeys. lele sxbd coeur2

_________________

I AM NOT FRAGILE
&  I T   W I L L   F E A R   M E
Don't you want to take a leap of faith?
I will love the light for it shows me the way,
yet I will endure the darkness because it
*--_ s h o w s m e t h e s t a r s _--*
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: SAM ϟ if i had wings like noah's dove i'd fly the river to the one i love. Ven 15 Juil - 14:53

Ca vend du rêve puissamment yerk
Rebienvneue à la maison lele
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


FIGHT UNTIL THE WAR IS WON

I'm going to spread a message of
l o v e a n d k i n d n e s s
I'm not going to give up
_ - _ - _ - _ - _

× A propos du vaccin : :
Fraîchement vacciné. Effets secondaires → baisse de température corporelle, prunelles plus claires, manque de concentration.

× Âge du perso : :
quarante-deux ans.

× Localisation (+ avec qui) :
Angels Camp, avec Maebh et le petit Liam.

× Avant, j'étais : :
J'ai déjà été moine, fleuriste, et plus récemment j'étais docteur en botanique.

× Messages : :
599

× Points de vie : :
28

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Misha Collins or my husband.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: SAM ϟ if i had wings like noah's dove i'd fly the river to the one i love. Sam 16 Juil - 1:01

Merci bien chère enfant. lele lele coeur2
Team SPN ftw. siffle coeur2

_________________

I AM NOT FRAGILE
&  I T   W I L L   F E A R   M E
Don't you want to take a leap of faith?
I will love the light for it shows me the way,
yet I will endure the darkness because it
*--_ s h o w s m e t h e s t a r s _--*
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: SAM ϟ if i had wings like noah's dove i'd fly the river to the one i love. Dim 17 Juil - 15:17

Encore bienvenue!!!! pompom
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


FIGHT UNTIL THE WAR IS WON

I'm going to spread a message of
l o v e a n d k i n d n e s s
I'm not going to give up
_ - _ - _ - _ - _

× A propos du vaccin : :
Fraîchement vacciné. Effets secondaires → baisse de température corporelle, prunelles plus claires, manque de concentration.

× Âge du perso : :
quarante-deux ans.

× Localisation (+ avec qui) :
Angels Camp, avec Maebh et le petit Liam.

× Avant, j'étais : :
J'ai déjà été moine, fleuriste, et plus récemment j'étais docteur en botanique.

× Messages : :
599

× Points de vie : :
28

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Misha Collins or my husband.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: SAM ϟ if i had wings like noah's dove i'd fly the river to the one i love. Mar 19 Juil - 5:25

Merciii. coeur

_________________

I AM NOT FRAGILE
&  I T   W I L L   F E A R   M E
Don't you want to take a leap of faith?
I will love the light for it shows me the way,
yet I will endure the darkness because it
*--_ s h o w s m e t h e s t a r s _--*
Revenir en haut Aller en bas

GRAPHISTE
avatar



Our home, our rules, respect them or
Bitches receive stitches
Trolls receive eighty-sixes

Stick around if you’re housebroken
Can’t hold your shit, hold your tongue, you got to go
Should you choose to react like an imbecile
You’ll in turn be treated so


× A propos du vaccin : :
OUI

× Âge du perso : :
38

× Localisation (+ avec qui) :
Partout et nul part.

× Avant, j'étais : :
Militaire.

× Messages : :
6307

× Points de vie : :
61

× Copyright : :
FRIMELDA ( Avatar ) - SWAN ( + Signature + gifs signature ) - TUMBLR ( Gif profil )

× Avatar : :
Tom Hiddleston

× Et ton p'tit pseudo ? : :
SWAN

WANNA SEE MORE ?

http://swanlive.livejournal.com/

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: SAM ϟ if i had wings like noah's dove i'd fly the river to the one i love. Mer 20 Juil - 6:55

MISHMISH.
Puis c't'avatar que tu portes est tellement awesome. yerk
Bienvenue sur Born et amuse-toi bien !

_________________
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


FIGHT UNTIL THE WAR IS WON

I'm going to spread a message of
l o v e a n d k i n d n e s s
I'm not going to give up
_ - _ - _ - _ - _

× A propos du vaccin : :
Fraîchement vacciné. Effets secondaires → baisse de température corporelle, prunelles plus claires, manque de concentration.

× Âge du perso : :
quarante-deux ans.

× Localisation (+ avec qui) :
Angels Camp, avec Maebh et le petit Liam.

× Avant, j'étais : :
J'ai déjà été moine, fleuriste, et plus récemment j'étais docteur en botanique.

× Messages : :
599

× Points de vie : :
28

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Misha Collins or my husband.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: SAM ϟ if i had wings like noah's dove i'd fly the river to the one i love. Mer 20 Juil - 7:56

laugh Marchie. coeur2

_________________

I AM NOT FRAGILE
&  I T   W I L L   F E A R   M E
Don't you want to take a leap of faith?
I will love the light for it shows me the way,
yet I will endure the darkness because it
*--_ s h o w s m e t h e s t a r s _--*
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: SAM ϟ if i had wings like noah's dove i'd fly the river to the one i love.

Revenir en haut Aller en bas

SAM ϟ if i had wings like noah's dove i'd fly the river to the one i love.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: DON'T BE SCARED :: WHO ARE YOU ? :: FINISHED-