Do you want a condom ? • Dwayne H. Taggart
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
"Vous allez finir par vous aimer les uns les autres, bordel de merde ?"
Le forum a fêté ses quatre ans le 10 novembre 2016 !! bril bril bril Du coup, sa cinquième saison est mise en place. Toutes les nouveautés sont à découvrir ici, avant d'être plus amplement consultées par . DU LOVE. coeurrose
Oh la la qu'est-ce que vouuuuus aiiiiiime !! coeurrose lele Et si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ?

Partagez| .

Do you want a condom ? • Dwayne H. Taggart

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité


MessageSujet: Do you want a condom ? • Dwayne H. Taggart Jeu 4 Aoû - 0:26


Do you want a condom ?

« Baby I'm preying on you tonight, hunt you down eat you alive just like animals. »
feat Dwayne H. Taggart

C'est quand même pas simple, d'avoir un peu d'intimité. Faut dire que Matthew s'inquiète pas mal pour elle. En fait... Il se fait même carrément un sang d'encre. A chaque fois qu'elle le laisse une heure ou deux pour aller faire un petit tour de repérage ou qu'elle se colle au ravitaillement, elle a droit à toutes les règles de sécurité qu'il lui répète depuis trois ans. < Va pas trop loin, va pas dans les grandes rues, reste à couvert, passe pas devant les fenêtres, quand tu rentres quelque part vérifie d'abord qu'il y a une sortie pour pas rester bloquée, et reviens en vie. > Cette fois, et c'était de plus en plus fréquent, elle avait encore eu droit au traditionnel < Talkie Walkie. Pas de négociation. > Alors elle n'avait pas négocié. Elle avait prit un des talkie walkie et avait fini par partir après qu'il ait vérifié que son 9mm était bien chargé. Enfin un peu d'air. Mais d'un autre côté ça lui plaisait que quelqu'un puisse s'occuper d'elle comme ça, et s'inquiéter pour elle. A aucun moment elle ne s'était sentie seule, en danger ou déprmée. C'était plutôt étrange comme sensation, mais bon. Sa mère était dans un autre pays et elle n'avait personne d'autre d'aussi important que Matthew ici.

C'était son tour d'aller voir les environs pour trouver quelque chose à se mettre sous la dent, donc. Elle était partie une fois prête et avait marché pas loin d'une demi heure avant de tomber finalement sur ce qui semblait être une petite station essence. Aucun signe de rôdeur à l'horizon, ni de vivants d'ailleurs, pas de voiture dans les environs, la jeune femme s'avança en sortant néanmoins son couteau. Elle avançait à pas de loup, gardant un oeil averti sur les environs, mais la route semblait déserte. Elle fit le tour du bâtiment... Règle numéro 5, check. Deux sorties. Elle retourna vers l'avant et se plaqua contre le mur, jetant un coup d'oeil à l'intérieur. Il ne semblait rien y avoir, tout était silencieux. Elle frappa trois coups à la vitre poussiéreuse et attendit... Mais rien. Aucune réaction. Un peu de sa crainte s'envola, mais elle n'était pas rassurée pour autant. Elle prit une profonde inspiration et finit par ouvrir la porte, laissant la lumière du jour s'introduire brutalement dans l'espace. Trois étagères, avec plusieurs choses comestibles ou non qui pourraient éventuellement être utiles. Encore fallait-il que ça ne soit pas périmé... Elle se dirigea naturellement vers le comptoir pour vérifier que rien n'était caché derrière et pu commencer tranquillement sa fouille.

Elle approcha d'un premier rayon et ramassa un pack de quatre petits pots pour bébé, ainsi qu'un sachet de bonbons qu'elle ouvrit aussitôt pour en manger un. Elle continua à avancer et sourit en coin en voyant une boîte de capotes. Elle la prit et l'examina, en pensant à la tête que Matthew pourrait tirer si jamais elle laissait malencontreusement le paquet dépasser de son sac en lui disant que, bon, on sait jamais, elle pourrait peut-être rencontrer quelqu'un ? "Il va hurler..." dit-elle pour elle-même en ricanant légèrement. Elle rangea le paquet dans son sac avec un petit sourire malicieux et reprit sa recherche mais n'eut pas le temps de la poursuivre bien longtemps. Elle entendit soudain un bruit à l'extérieur et son premier réflexe fut d'aller derrière le comptoir pour s'y planquer. Elle sortit son 9mm et retira aussitôt la sécurité, gardant tout de même le canon au sol. Elle tendit l'oreille, écoutant. A peine 3 minutes après sa propre arrivée, c'était louche. Soit l'inconnu qui venait d'arriver détruisait toutes les probabilités de chance que deux personnes se croisent à si peu d'intervalle et dans un tel contexte, soit il l'avait vu entrer et s'était décidé à la rejoindre pour x ou y raison.

Même si la seconde option était la plus probable, Blake resta planquée au cas où ce soit la première qui prime. Elle aperçu, à travers quelques lattes défoncées du comptoir, des jambes grandes et musclées pénétrer le halo de lumière qui éclaircissait la salle et son coeur rata un bond. Elle crevait d'envie d'appeler Matt, par le talkie walkie. Mais non... Elle pouvait s'en sortir sans lui. Si ça se trouve ce type allait prendre quelques trucs sur les rayons et se tirer. Si ça se trouve il était totalement inoffensif. Si ça se trouve il ne savait même pas qu'elle était là et dans cinq minutes il serait partit... Et puis soudain la voix d Matt résonna dans sa tête. < Surtout tu fais pas confiance aux inconnus et tu les tiens en joue la première, ça te donnera l'avantage. > Bon... Elle prit une nouvelle inspiration et se redressa soudainement en pointant son arme sur la montagne de muscles qui lui faisait face. Et pour les armoires à glace, qu'est-ce qu'il avait dis déjà ? Ah ben rien, c'est con ça. Mais Blake était bonne actrice et ne montra aucune once de peur ou d'inquiétude, sa voix douce mais ferme s'éleva aussitôt. "Les mains sur la tête, je veux les voir. Pas de geste brusque ou t'auras même pas le temps de te transformer avant de toucher terre." le menaça-t-elle.

Elle avait peur, son coeur battait la chamade, mais ses paroles étaient limpides et elle ne tremblait pas. Son doux visage semblait paisible et habitué, et ses yeux clairs détaillaient chaque détail de la tenue de l'inconnu afin de déterminer ce qu'il avait ou pouvait avoir comme arme. Elle les reposa ensuite sur le visage de l'homme. Quelque chose la tracassait et elle devait mettre ça au point. L'endroit était désert quelques instants avant qu'elle n'y mette les pieds, elle entrait dedans et à peine trois minutes après ce type arrivait de nulle part. "Depuis combien de temps t'es là ?" demanda-t-elle en fronçant les sourcils. D'un autre côté, elle se déplaçait lentement et méthodiquement, comme le lui avait appris Matthew, vers la porte arrière qui était proche du comptoir, sans quitter des yeux l'homme en face d'elle et sans écarter le canon de lui. De deux choses l'une : premièrement elle n'avait pas vérifié si ladite porte était ouverte et venait juste de s'en rendre compte, et deuxièmement elle serait sans doute incapable de tirer sur quelqu'un. Mais ça, il n'était pas obligé de le savoir, n'est-ce pas ?

PSYBORG
Revenir en haut Aller en bas

Invité


MessageSujet: Re: Do you want a condom ? • Dwayne H. Taggart Ven 5 Aoû - 9:16


Do you want a condom ?

« Baby I'm preying on you tonight, hunt you down eat you alive just like animals. »
feat Blake Daniels

Il n’arrive pas à croire qu’il lui fasse un coup pareil. Encore ! Ca fait deux fois en l’espace d’un mois et c’est déjà deux fois de trop. Dwayne donne un coup de pied rageur dans un caillou qui file rebondir contre un tronc bordant la route qu’il emprunte. Il connait les routes entourant Bodie par cœur maintenant. Si certains pourraient trouver ça bien, pourraient se dire que c’est un avantage stratégique incontesté, lui commence simplement à se dire que c’est le signe qu’il devrait se tirer. Avec ou sans Neal. Mais il regrette cette pensée rancunière presque aussitôt et sent quelque chose remuer dans son estomac. La culpabilité commence déjà à faire son œuvre, rongeant peu à peu la colère qu’il éprouve à l’égard de son salaud de frangin. Dwayne tente de se persuader que Lincoln ne lui aurait jamais fait un coup pareil mais c’est faux. Lincoln aussi l’envoyait mourir quand une fille jouait les farouches et refusait qu’il les regarde s’envoyer en l’air. Il le fichait dehors sans sommation tout en continuant effrontément de lui assurer de temps à autre qu’il ne laisserait jamais passer une fille avant lui. Selon lui, ça aussi c’est un problème lié à leur trop longue présence dans la ville fantôme. Les gonzesses commencent à vouloir l’exclusivité, à avoir leurs préférences. Et comme Neal a une plus grosse gueule que la sienne et leur fait peur, elles répondent toujours que c’est lui qu’elles préfèrent quand il leur demande de choisir. Dwayne trouve ça totalement dégueulasse. Ila  bien essayé de se défendre mais tout ce qu’il y a gagné, c’est un sale coup dans la tempe quand Neal a perdu patience. Il a bien essayé de le lui rendre et de lancer une bagarre qui le soulagerait et empêcherait son frangin de sauter sa connasse, mais il n’en a pas eu l’occasion. Le temps qu’Hunter se redresse, que le voile gris qui passait devant ses yeux se dissipe, Neal avait déjà verrouillé la porte de la baraque de laquelle il l’avait évacué. Le pire, c’est qu’un type avait été témoin de la scène. Un type que le trentenaire n’aimait pas des masses en prime… Une saleté d’enfoiré boiteux à qui il manquait des dents et qui s’était permis de glousser comme une couillon en le regardant donner de grands coups de poings dans la porte close. Dwayne avait été tenté de lui casser la gueule pour sa peine, mais avait renoncé pour deux raisons. Déjà parce que le type était en train de pisser et qu’on n’attaquait pas un mec qui avait la queue à l’air. C’était sale et pas réglo. Deuxièmement parce qu’il sentait l’émotion le gagner et qu’il savait que s’il se mettait à chialer devant lui, sa réputation serait ternie pour de bon. Alors, ravalant sa bile et ses larmes de frustration, Dwayne s’était éloigné en promenant son majeur sur le décor.

Et depuis, il marche sans réel but, avec son couteau de chasse pour seule arme, sans ravitaillement. Il est parti comme il était au moment où Neal l’a foutu dehors sans vergogne. C’est imprudent et stupide, il le sait. En même temps, il se dit que ça fera les pieds à Neal. Quand son frangin réalisera qu’il a mis les voiles par sa faute, il va être furieux mais en même temps, il va certainement se culpabiliser. Et il aura raison de le faire parce que si quoi que ce soit lui arrive, ça ne pourra être que de sa faute ! Peut-être que ça lui servira de leçon et qu’il ne le virera plus à l’avenir. C’est en tout cas là-dessus que compte Dwayne. Une petite voix essaie bien de lui faire comprendre que ça aussi c’est stupide et qu’il va sûrement simplement prendre une double raclée pour son acte de rébellion, mais tant pis. C’est fait maintenant de toute manière. Et puis il est encore trop agacé pour faire demi-tour. Sans compter qu’il a son petit égo. Neal l’a repoussé ? Parfait ! Il ne va certainement pas venir ramper à ses pieds comme une chienne en chaleur. « J’aime mieux crever » marmonne-t-il en frissonnant.  Les températures ont commencés à sacrément retomber et il est sorti avec un simple pull élimé sur le dos. Sa colère l’a tenu au chaud jusque là et chaque fois que le vent souffle un peu, sa sueur se glace et le fait frissonner. S’il attrape la crève, ce sera la faute de Neal et il ne se privera pas pour le lui faire savoir. De fil en aiguille, il se met à repenser à Angela et la pneumonie qu’elle a contractée quelques jours avant que le monde parte en couilles. Il se demande s’il peut attraper une pneumonie lui aussi par ce temps et avec le peu de fringues qu’il a sur le dos. Dwayne tente de se convaincre que c’est impossible, mais le doute commence à s’insinuer en lui… Bientôt, il commence à faire porter son regard de plus en plus souvent par-dessus son épaule, dans la direction où se trouve Bodie.
Peut-être que Neal a déjà compris la leçon après tout. Peut-être qu’il regrette déjà profondément de l’avoir humilié et fichu à la porte comme une malpropre. Peut-être qu’il est en train de sillonner les routes entourant la ville pour lui remettre la main dessus, le cœur serré par l’angoisse… Ou les poings serrés par la colère, en s’imaginant déjà les lui coller en pleine poire à plusieurs reprises.

Il en est là de ses pensées lorsque son regard est attiré par une station essence, à plusieurs dizaines de mètres devant lui. Peut-être qu’il ferait mieux de s’arrêter là et d’attendre que Neal vienne le récupérer. Il a déjà visité les lieux. Aux dernières nouvelles, il n’y a pas grand chose d’intéressant à récolter là-bas si ce n’est deux ou trois conneries qui encombrent les sacs. Mais aujourd’hui, il n’a pas de sac et il pourra utiliser ce qu’il voudra sur place pendant quelques heures. Du moins, Dwayne estime que c’est le temps qu’il lui reste à passer en solitaire. Il ne veut même pas envisager la possibilité que son frère ne parte pas à sa recherche immédiatement après avoir tiré son coup, ne serait-ce que pour lui raconter ses exploits. « Et quand il verra qu’j’ai disparu, il voudra forcément me mettre la main dessus » tente-t-il de se rassurer à voix haute. Fort de cette pensée, il accélère un peu son allure. Mais à peine a-t-il fait quelques pas qu’il remarque du mouvement. Lentement, sans quitter des yeux la silhouette qui s’avance discrètement en direction de la station, il se dissimule derrière une voiture désossée depuis des lustres.
Il vient à peine de se dissimuler lorsque le visage de la brune se tourne dans sa direction, glissant sur lui sans le voir. « Salut ma belle » chuchote-t-il, se fendant d’un sourire ravi. C’est toujours plaisant de croiser une demoiselle par les temps qui courent, et ça l’est d’autant plus quand elle semble seule… Celle-là a l’air jeune en prime. Mais Dwayne sait que ce détail peut être à double tranchant. Soit elle va d’emblée lui faire confiance et chercher à se reposer sur lui, soit elle va se révéler être une saloperie de teigne rebelle insupportable. Mais Hunter estime qu’après le coup que lui a fait Neal, le karma aura certainement décidé de lui être favorable. Alors sans plus tergiverser, dès qu’il voit la gamine pénétrer dans la station, il lui emboite le pas, accélérant son allure jusqu’à trottiner.

En dix minutes, il est sur place. Il vérifie un peu son allure avant de franchir la porte, espérant qu’elle ne soit pas du genre nerveuse, à tirer sur tout ce qui bouge. Ca lui ferait mal de se faire blesser ou tuer par une conne de gamine paniquée. Mais cette idée ne suffit pas à lui faire remettre tout son plan à exécution. Il faudrait au moins un tank pour le dissuader de tenter un coup. Non. Mauvais exemple. Il lui faudrait à tout prix s’approcher. Il a toujours rêvé de foutre les pieds dans un tank… Mais pour le moment, c’est dans une simple station service qu’il pénètre précautionneusement. Il connaît les lieux et il sait que la porte arrière est condamnée. N’avoir qu’une pote de sortie est toujours risqué, mais dans le pire des cas il se jettera au travers de la vitre. Ce ne serait pas la première fois qu’il y serait réduit et les autres fois, ça lui a plutôt bien réussi. Il a échappé à ses poursuivants et il ne s’est pas retrouvé avec les entrailles dans les godasses ou défiguré par les éclats de verres. Ca lui paraît donc être un bon plan !
Tous ses sens en alerte, Dwayne tente de repérer la gamine, l’air de rien. C’est qu’il veut jouer les surpris quand elle apparaitra et ne doit pas avoir l’air de la chercher. Il a remarqué que c’est mieux à présent. Avant, les filles adoraient qu’il les prenne en chasse dans les rues, qu’il leur tourne autour sans approcher, les fixe avec un air qu’elles qualifiaient de mystérieux et emprunt de danger (des conneries, y a rien de mystérieux à vouloir baiser). Aujourd’hui, c’est dangereux et suivre quelqu’un est le meilleur moyen pour s’attirer son mécontentement et se prendre une bastos… Bref ! Il cherche la fille mais c’est elle qui le trouve le premier et pour le coup, le surprend pour de bon.    
« Les mains sur la tête, je veux les voir. Pas de geste brusque ou t'auras même pas le temps de te transformer avant de toucher terre » le prévient-elle, le visage fermé. Soit elle est bonne comédienne…soit c’est une de ces pestes qui pensent tout savoir sur tout et vont lui pourrir sa journée… Quoi qu’il en soit, Dwayne lève immédiatement les mains. « J’suis pas armé » se défend-t-il tout de suite, espérant que ça fera redescendre la tension d’un cran. Pour elle en tout cas, parce que de son côté, tout ça n’est qu’un jeu. Un jeu qui pourrait salement tourné mais, hey, on a rien sans rien. « Depuis combien de temps t'es là ? » le questionne encore la brunette, se déplaçant dans l’espace réduit de la station poussiéreuse pour s’orienter vers l’arrière boutique sans le quitter des yeux. Maline petite salope… Mais pas suffisamment pour avoir fait le tour du bâtiment avant d’y pénétrer. « Bah j’viens d’entrer… Vous m’avez vu, non ? » Jouer les innocents, ça le connaît et il s’est toujours révélé crédible dans ce rôle. Ca lui a permis de passer à côté d’un tas de corrections depuis l’enfance et d’éviter pas mal d’embrouilles par la suite, que ce soit avec la gente féminine, ses frangins ou la flicaille. Dans le Nouveau Monde, ça lui avait également déjà servi pour se tirer de sales situations…ou en provoquer. « J’me suis fait dépouiller hier. J’voulais juste…trouver de l’eau. Y avait peu d’chances que c’t’endroit soit pas dévalisé mais… Fallait que j’t’ente le coup, pas vrai ? » Un gars de sa corpulence qui se fait dépouiller, ça allait sans doute la rassurer un peu, non ? Et il avait un beau bleu sur le côté du visage pour corroborer ses dires. Merci frangin ! « J’veux juste boire un peu et…et ensuite je pars. J’suis pas armé » répéta-t-il, les bras toujours en l’air, en essayant de trouver le parfait équilibre entre peur et assurance. Il ne fallait pas qu’il ait l’air d’être un trouillard non plus. Ce ne serait pas trop crédible vue sa corpulence, mais il devait donner l’air d’être au bout du rouleau et inquiété par le flingue braqué sur lui.
Il vit le regard de la jeune femme dévier vers le couteau qu’il arborait à la hanche, sagement rangé dans son étui. « C’est tout c’que j’ai. Et vous l’avez dit vous-même, le temps que j’essaie de l’attraper : vous m’aurez déjà fait sauter la cervelle. J’veux pas d’emmerdes, d’accord ? Juste boire. Vous avez de l’eau ? Vous ou vos amis » lui demande-t-il en faisant mine de jeter un coup d’œil aux alentours pour débusquer d’autres survivants. Avec de la chance, elle trahira leur présence. Il est certain qu’elle est seul (peut-être en éclaireuse) mais mieux vaut être prudent.


PSYBORG
Revenir en haut Aller en bas

Invité


MessageSujet: Re: Do you want a condom ? • Dwayne H. Taggart Sam 6 Aoû - 19:20


Do you want a condom ?

« Baby I'm preying on you tonight, hunt you down eat you alive just like animals. »
feat Dwayne H. Taggart

C'était rare qu'elle parte sans Matthew, et c'était la première fois qu'elle se retrouvait dans une situation pareille. Elle détaillait l'homme face à elle, pas seulement pour les armes, bien qu'elle ait remarqué le couteau à sa taille, mais aussi pour juger de ce qu'il disait et de ce qu'il semblait représenter. Il n'avait pas l'air bien méchant mais les apparences sont trompeuses, la preuve avec le propre compagnon de route de Blake. Si le Caulfied semble froid et distant avec n'importe qui, il est en fait adorable et très joueur quand on le connait comme Blake le connait. Alors qui dit que cet homme, en face d'elle, avec son allure de gros nounours rassurant, n'est pas en fait un grizzli affamé prêt à sortir les griffes ? Il était arrivé un peu trop silencieusement et s'était arrêté un peu trop longtemps. Il avait un bel hématome sur le côté du visage, qui corroborait ses dires, mais quelque chose clochait. Un type de sa taille, de son envergure, pouvait-il vraiment se faire dépouiller ? Par un petit groupe, peut-être. Alors ils lui auraient tout pris sauf ce couteau et l'étui qui va avec ? Peu importe. Ce gros nounours avait l'air loin d'être con. Dans ces paroles comme dans ces gestes, il avait tout d'un manipulateur d'excellence. Mais d'un autre côté, peut-être que c'était juste elle qui se faisait des films tordus ? Pourquoi Matthew n'est jamais là quand elle en a besoin ?

"Mes "amis" ont de l'eau mais je suis la seule qui te donnera quelque chose ici." répondit-elle calmement, sans prendre la peine de le vouvoyer. Elle releva légèrement son arme vers le plafond, sans retirer la sécurité pour autant et sans quitter l'homme du regard. D'un geste simple elle fit glisser la bretelle de son sac pour qu'il atterrisse au sol. Elle plia un genou, le posant à terre, gardant l'autre prêt à bondir en cas de besoin et ouvrit son sac. Il semblait y avoir quelques trucs dedans mais rien de bien transcendant, en tout cas une bouteille d'eau dépassait effectivement et un bout de ce qui semblait être un talkie walkie, donc soit elle était vraiment seule et c'était juste en prévision, soit elle était avec quelqu'un et il était, au maximum, entre 20 et 30 minutes de marche d'ici. Elle sortit une bouteille d'eau entamée et se redressa. "C'est tout ce que j'ai sur moi. Tu peux la garder." Elle sembla hésiter une seconde mais finit par s'approcher de lui pour lui tendre la bouteille, le canon de son arme pointé vers le plafond. Si Matthew était là, nulle doute qu'il fumerait de la tête. Elle le savait pourtant, qu'elle faisait n'importe quoi. Mais elle ne pouvait s'empêcher de voir de façon optimiste. Et si cet homme s'était vraiment fait dépouiller ? Et si il avait vraiment soif ? Et si ça faisait presque 24h qu'il n'avait pas bu ? Elle ne dirait rien à Matthew, c'était impensable. Il pourrait hurler pendant une heure de peur qu'elle ne comprenne pas le message. Et si elle s'était faite tuer, et si elle était tombée sur des zombies, et si ci, et si ça, et nianiania. Bref.

Peut-être aurait-elle dû l'écouter ? Elle n'avait pas envie de se méfier de tout le monde, c'était le travail du pilote ça. Alors cet homme, qui semblait perdu et qui avait besoin d'aide, elle avait envie de l'aider. Un léger sourire s'était même installé sur ses lèvres, effaçant toute trace d'insensibilité du début. En tendant cette bouteille d'eau à l'inconnu, elle lui tendait la main, quelque part, comme elle aimerait qu'on la lui tende si elle était dans le besoin. Et Matthew... Matthew aurait sûrement déjà tiré dans le tas. En parlant de Matthew, le talkie walkie grésilla pendant un instant. Elle crû entendre son nom, suivit d'un "où" et devina que le pilote s'inquiétait sûrement un peu. Sa tête tourna une seconde vers son sac laissé un peu en arrière, effaçant son sourire pour laisser place à une petite moue désapprobatrice. Si elle avait été cachée pour x ou y raison, il aurait violé sa couverture. Heureusement qu'elle n'était pas entourée de zombies... D'ailleurs, en parlant d'entourage, elle sembla se souvenir qu'elle n'était pas seule et tourna de nouveau ses yeux bleus vers l'homme, s'apprêtant à le voir boire. La vie était devenue tellement difficile, tellement chaotique, il était rare de trouver des gens en qui avoir confiance. Pourtant le duo en avait rencontré, mais tout était tombé à l'eau, comme d'habitude, et ils avaient fini par lâcher l'affaire à l'idée de trouver un groupe solide dans lequel s'intégrer. A contrario, Blake ne s'imaginait pas une seule seconde survivre ici sans Matthew. Alors c'est presque avec compassion qu'elle reposa les yeux sur l'homme qui lui faisait face. Cet homme qui était là seul. Du moins, ici... Parce qu'elle n'écartait pas totalement l'hypothèse qu'il soit un vulgaire menteur.

PSYBORG
Revenir en haut Aller en bas

Invité


MessageSujet: Re: Do you want a condom ? • Dwayne H. Taggart Mer 10 Aoû - 12:59


Do you want a condom ?

« Baby I'm preying on you tonight, hunt you down eat you alive just like animals. »
feat Blake Daniels

Est-ce qu’elle va marcher ou pas ? Est-ce qu’elle va baisser sa garde en même temps que son arme et lui laisser l’occasion de prendre le contrôle de la situation ? Dwayne espère que oui. Sans prévoir de lui sauter dessus pour la violer/tabasser/tuer, il préfèrerait que la petite brunette arrête de pointer son arme dans sa direction. Un accident est vite arrivé et crever comme ça, ce serait vraiment la honte. Et puis il ne veut pas que Neal culpabilise trop non plus de l’avoir fait partir.
Il sent le regard de la jeune femme le jauger et se doute qu’elle est en train de prendre une décision. Il espère que le résultat de ses réflexions abondera dans son sens mais n’arrive pas à savoir ce qu’elle pense. Il voit ses méninges travailler mais est incapable de prévoir la suite des évènements. Va-t-elle lui demander de partir ? Ce serait prendre le risque qu’il la prenne par surprise à la sortie. Va-t-elle lui demander de se retourner ou de s’attacher quelque part pour pouvoir prendre la fuite elle-même ? Va-t-elle baisser son arme, lui proposer à boire et lui parler de son chat Mistrigri, mort quelques temps après les évènements ? A moins qu’elle ne cherche à gagner du temps en attendant que sa petite bande débarque… Pour le coup, ça l’emmerderait vachement.
« Mes "amis" ont de l'eau mais je suis la seule qui te donnera quelque chose ici » finit-elle par lui répondre, avant de décider de lui faire confiance. Enfin plus ou moins, puisqu’elle garde l’arme dans sa main et son regard braqué comme l’était le canon sur son visage. Brave petite. La gamine a même l’air disposée à lui fournir un peu d’eau. C’est presque trop beau pour être vrai… Sauf que Dwayne est certain que ça l’est. Sans doute parce qu’il a toujours eu beaucoup d’égo et se figure que, s’il peut mentir et tromper son monde, les autres ne sont pas assez forts pour la lui faire à l’envers. Dwayne se demande même si elle a vraiment des amis quelque part dans le coin… Est-ce qu’elle a dit ça pour le dissuader de tenter quoi que ce soit, pour l’impressionner ? Est-ce qu’elle se comporte comme ces animaux qui gonflent leurs poils ou se dressent sur leurs deux pattes pour paraitre plus imposants qu’il en le sont en réalité ? Est-ce que la gamine s’invente des alliés pour qu’il ne tente rien ? Le trentenaire prend le pari que ce soit le cas. Qui laisserait une gamine dans son genre servir d’éclaireuse ? Ces choses là se font par paire normalement… A moins d’être imprudent, ou vraiment trop peu nombreux. A moins que le groupe avec lequel elle se promène soit composé de vieillards et d’enfants ? Dans ce cas, elle serait effectivement la plus à même de partir en reconnaissance…

Dwayne baisse un peu les mains, s’assurant tout de même de les garder en évidence. Il observe la jeune femme s’accroupir pour fouiner dans son sac et se retient de trop s’appesantir dessus. Il ne veut pas avoir l’air trop curieux, même s’il aimerait savoir ce qu’elle transporte exactement… De l’eau en tout cas, c’est évident. Et il lui semble avoir repéré une antenne. Une antenne de talkie ? De téléphone satellite ? A moins qu’il s’agit d’autre chose. N’empêche, ce détail l’amène à revoir toutes ses hypothèses… « C'est tout ce que j'ai sur moi. Tu peux la garder. » Alors qu’il s’attend à ce qu’elle la lui jette, la petite brune se rapproche de lui pour la lui remettre en mains propres, sans pointer son arme dans sa direction, l’imprudente. S’il veut agir, c’est maintenant. La désarmer ne serait pas bien difficile. Il pourrait l’amener à lâcher son arme et s’occuper d’elle à mains nues, ou lui prendre l’arme pour la retourner en quelques secondes contre elle et mettre un terme définitif à son existence. Mais Dwayne repousse très vite cette idée. C’est qu’elle lui plait bien cette petite… Elle a ce petit truc qui l’intrigue.
« Vous m’sauvez la vie » s’entend-t-il donc répondre en attrapant la bouteille, gardant l’autre encore quelques secondes dans les airs, avant de s’en servir pour dévisser le bouchon. Et cette conne trop confiante va même jusqu’à lui sourire. Elle a un joli sourire, y a pas à chier.
Le grand brun porte la bouteille à ses lèvres et en avale une longue goulée qui lui fait du bien. Même s’il en marche pas depuis aussi longtemps qu’il le lui a dit, ça fait quand même du bien. Et pendant qu’il remet ça, il entend du bruit en provenance du sac de l’adolescente. Il y jette un coup d’œil soupçonneux puis redonne très vite son attention à l’adolescente. Dwayne capte alors une moue désabusée sur ses traits et son sourire s’élargit encore… Il est certainement bel et bien tombé sur une ado rebelle… Mais en rébellion contre les siens. C’est absolument parfait ! Lorsqu’elle se retourne vers lui, il continu d’afficher un sourire et essuie ses lèvres d’un revers de la main. Poussant un lourd soupir contenté, il reprend la parole. « La vache, ça fait du bien ! Merci. C’est rare d’croiser des gens encore capable de partager » lui fait-il remarquer, essayant d’établir un lien de confiance avec elle. Un genre de : c’est nous deux contre le monde maintenant, t’as vu ma poule ? Et puis on a beau dire, la flatterie ne mène pas nulle part, au contraire… Et les ados et vieilles peaux en crise de la quarantaine sont les plus facile à convaincre en général.
Dwayne rebouche la bouteille et la tend à la jeune femme, armé de son plus charmant sourire. Celui qui, il en a parfaitement conscience, lui attire souvent les œillades amourachées de la gente féminine. Elle lui a proposé de la garder mais il lui propose de boire un coup si ça lui chante et préfère de toute façon jouer les types un peu mal à l'aise face à tant de générosité. « J’m’appelle Hunter » lui glisse-t-il en attendant qu’elle se présente à son tour. « J’suis bien content d’être tombée sur v…sur toi » fait-il mine de se corriger « même si j’trouve pas hyper prudent que tu te balades toute seule. »
Il sait ce qui va suivre. Elle va se braquer, lui sortir le discours habituel de la fille agacée qu’on la pense trop jeune pour faire quoi que ce soit. Ce qui lui permettra très peut-être au passage d’en apprendre un peu plus sur ses fameux ‘amis’ dont elle a précédemment parlé…        



PSYBORG


Dernière édition par Dwayne H. Taggart le Mar 23 Aoû - 13:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité


MessageSujet: Re: Do you want a condom ? • Dwayne H. Taggart Jeu 11 Aoû - 22:52


Do you want a condom ?

« Baby I'm preying on you tonight, hunt you down eat you alive just like animals. »
feat Dwayne H. Taggart

Qu'en est-il des mensonges et de la réalité ? Alors que la tromperie dominait le monde lorsqu'il faisait semblant de tenir encore debout, qu'en est-il d'un monde en pleine apocalypse ? Là où la différence entre les hommes ne peut même plus se faire par les sentiments puisque le plus mauvais de ces êtres n'est même plus celui qui ressemble le plus à un monstre. Alors qu'en est-il de ce petit bout de femme qui se tient devant cette montagne de muscles et de barbe ? Avec son air innocent, sa voix douce, son regard si beau qu'il pourrait envoûter d'un battement de cils ? Et qu'en est-il de cet homme, à l'allure tellement banale, aux mots si bien alignés, aux questions indirectes qui prouvent un peu trop de malice et de fourberie ? L'homme avait accepté l'eau, Blake avait pourtant tourné la tête pendant quelques secondes au son du talkie walkie, mais il n'avait rien fais. Il n'en avait pas profité pour lui sauter dessus, il restait calme, poli. Trop poli. Et Blake gardait son petit sourire sur les lèvres, comme une adolescente, qu'elle n'était pourtant plus depuis longtemps, naïve et crédule.

"Hunter... Enchantée. Je m'appelle Blake." Elle lui aurait peut-être serré la main, dans d'autres circonstances, mais elle n'en fit rien. Elle ne s'approchait même pas de lui, en fait. Elle était sur le point de se laisser amadouer, elle était sur le point de ranger son arme, elle était sur le point de croire. Et puis il sortit ces quelques mots, qui reposaient exactement la même question indirecte qu'un peu plus tôt : "[...] même si j’trouve pas hyper prudent que tu te balades toute seule.". Un peu trop insistant. Qu'essayait-il donc de savoir ? Peu importe. Elle ne voulait pas d'effusion de sang. Elle pourrait le viser de nouveau, prendre son talkie walkie et appeler Matthew pour qu'il s'occupe de lui. Après tout, un gars de l'armée avait beaucoup plus de chance qu'elle de réussir son coup. Et il en sortirait sûrement même des informations intéressantes, voir autre chose, qui sait ? Mais elle n'en fit rien, une fois de plus. Mais à la place, elle recula lentement, refusant de ce fait de reprendre la bouteille d'eau. Elle ramassa son sac d'une main et le posa sur le comptoir pour le refermer. Maintenant, elle voulait s'en aller.

Alors que son talkie walkie grésillait encore dans son sac, laissant transparaître la même voix qu'un peu plus tôt, son sourire glissa sur le coin de ses lèvres. "Effectivement, ça serait vraiment trop stupide de me laisser seule." laissa-t-elle planer dans le vide. Sous-entendu, menace ou simple information volontairement prévue pour foutre le doute ? Vérité, peut-être ? En tout cas elle s'amusait visiblement à jouer sur les mots de l'homme qui lui faisait face. Le problème, c'est qu'il se tenait entre elle et la sortie. Plus elle observait la balafre sur la joue de l'homme, et moins ça l'inspirait. Peut-être était-elle juste parano et peut-être que la méfiance constante de Matthew lui montait à la tête, mais il y avait autre chose. Une impression. De plus en plus mauvaise. Ca ne collait pas. La peau de cet homme paraissait abîmée, dure, mais certainement pas asséchée, ni même fatiguée. Et personne n'aurait redonné une bouteille encore à moitié pleine s'il avait eu du mal à en trouver pendant une journée, et donc une nuit, entière. Dépouillé, mais encore armé de son couteau, avec une simple balafre sur la joue. Faudrait peut-être qu'elle écoute Matthew plus souvent, il est peut-être pas si psychopathe de paranoïa que ça en fait quand elle prend la peine de faire un peu d'observation.

Mais si le jeune homme pouvait facilement se battre et les défendre tous les deux, à ce moment même il n'était pas là. A la petite brune de faire donc comme à son habitude, de ruser. Elle garda donc son petit air innocent, posant ses yeux clairs sur lui. "Et si tu venais avec moi ? On a de l'eau, de la nourriture, de quoi se défendre... Tu pourrais nous être utile, et puis..." Elle prit un petit air gêné, comme si la suite de ses paroles pouvaient éventuellement la faire rougir avant de hausser les épaules. "Ça fera pas de mal, un nouvel homme dans les rangs. Vu les sales gueules qu'on se tape, tu vas te trouver des copines rapidement..." Elle passa sa main libre derrière sa nuque, comme une gamine qui viendrait de dire son premier gros mot, tout en usant la flatterie comme il l'avait fait un peu plus tôt. "Enfin je sais pas si ça t'intéresse hein, mais... Enfin... C'est aussi comme ça qu'on a réussi à en recruter quelques uns, alors..." Tout portait à croire qu'elle disait la vérité. Son talkie walkie dans son sac, ses vivres, le fait qu'elle soit plutôt propre et bien habillée, qu'elle semble aussi confiante envers les inconnus, aussi généreuse. Si jamais elle se trompait et que cet homme était celui qu'elle pensait qu'il était au début de leur conversation, alors il ne bouderait pas pour un simple petit mensonge, hum ?

Leur camp n'avait ni femmes ni armes à gogo mais ils avaient vraiment de la nourriture, de l'eau, et s'il était seul et sans ressource il ne devrait pas se faire prier. A moins qu'il soit un menteur et qu'ils entrent tous les deux dans un jeu dangereux, jusqu'à voir celui qui serait le meilleur. Si jamais Hunter décidait de la suivre, Matthew tirerait la tronche et se méfierait de lui sûrement pendant longtemps, le provoquerait même, mais si jamais cet homme, ce semblant de guerrier, décidait de la suivre, ça pourrait être une aide pour eux. Elle n'en avait même pas parlé à Matthew mais puisqu'ils n'avaient pas réussi à s'intégrer dans un groupe sans que ça ne parte en banane, pourquoi ne ferait-il pas leur propre groupe ? Mais encore fallait-il que son idée soit en adéquation avec les dessins cachés - ou non - de l'inconnu qui lui faisait face. Dans tous les cas, le but premier était de sortir de là. Et il bloquait la sortie. Dehors, elle n'aurait aucun mal à le semer, mais là, elle était coincée, et elle n'était pas sûre d'être capable de tirer sur un homme si jamais ça tournait mal. Alors première étape : sortir de la station essence.

PSYBORG
Revenir en haut Aller en bas

Invité


MessageSujet: Re: Do you want a condom ? • Dwayne H. Taggart Mar 23 Aoû - 14:38


Do you want a condom ?

« Baby I'm preying on you tonight, hunt you down eat you alive just like animals. »
feat Blake Daniels

Blake. Est-ce que c’est un surnom qu’elle s’est donné ? Il n’a jamais entendu ce prénom avant aujourd’hui et a du mal à l’associer au charmant minois face à lui. Mais lui ne s’appelle pas vraiment Hunter alors si elle vient de lui mentir, ça les rend quittes. De toute façon, le trentenaire ne s’attarde pas très longtemps là-dessus. Alors qu’il lui sert un sourire qu’il veut encourageant, il la voit reculer d’un pas. Ca ne l’arrange pas beaucoup. Ca le vexe même un peu parce qu’il pensait vraiment qu’elle allait lui manger dans la main… Mais Dwayne est loin de désespérer. Il sait qu’il parviendra à ses fins. Ca prendra le temps que ça prendra, mais il arrivera à convaincre la brunette de lui faire confiance. Il ignore encore à quoi elle pourra bien lui servir et ce que gagner sa confiance pourra lui apporter, mais à présent qu’il s’est fixé cet objectif, il compte bien le suivre. Il a du temps à tuer et est du genre obstiné…
« Et si tu venais avec moi ? On a de l'eau, de la nourriture, de quoi se défendre... Tu pourrais nous être utile, et puis... Ça fera pas de mal, un nouvel homme dans les rangs. Vu les sales gueules qu'on se tape, tu vas te trouver des copines rapidement... »
Il laisse échapper un petit rire flatté, avant d’hausser modestement une épaule. Peut-être qu’il a mal interprété le geste de l’adolescente en réalité. Peut-être qu’elle ne doute pas de lui mais a simplement préféré prendre ses distances parce qu’il lui plait. Dwayne a eu plus d’une occasion de remarquer que les filles ont tendance à adopter une attitude fuyante face aux mecs qui leur plaisent. Alors que lui fixe une fille qui lui a tapé dans l’œil, quand la situation est inversée, il remarque que la nana en question le mate à la dérobée et détourne le regard quand il la surprend… Ca lui paraît complètement bizarre mais c’est comme ça qu’elles font quasiment toutes. Elles jouent les inaccessibles jusqu’à ce qu’il approche et leur sorte le grand jeu. Putain d’chieuses…
« Enfin je sais pas si ça t'intéresse hein, mais... Enfin... C'est aussi comme ça qu'on a réussi à en recruter quelques uns, alors... » ajoute encore la dénommée Blake, confirmant une fois encore qu’elle ne voyage pas en solo mais appartient à un groupe. Un groupe comprenant des hommes et des femmes à priori.
L’idée d’aller à leur rencontre ne lui plait évidemment pas. Il n’a pas envie de rejoindre un nouveau camp, même si Neal le fait particulièrement chier ces temps-ci. Mais il est curieux. Et puis qui sait ce que ce groupe pourrait lui apporter ? Mais ce que Dwayne sait aussi, c’est qu’à lui tout seul, il ne pourra pas faire grand chose. Bien sûr, il pourrait se laisser guider par Blake jusqu’à eux, leur accorder quelques heures de son temps et puis leur fausser compagnie pour aller prévenir les gars de Bodie et fomenter une attaque. Mais ce plan est bourré de failles et dangereux. Est-ce qu’il a vraiment envie de prendre des risques ? Pas vraiment…

Hunter arbore une moue pensive, réfléchissant à la proposition de la jeune femme. Faisant mine de triturer nerveusement la bouteille d’eau qu’elle lui a remis, il finit par passer une main dans ses cheveux bruns. « J’sais pas trop… J’voudrai pas paraître vexant…, surtout après ce que tu as fais pour moi, mais… Enfin j’te connais pas Blake » se défend-t-il avant de baisser les yeux vers la bouteille.
C’est seulement à cette seconde que, se glissant dans la peau de son personnage, il envisage la possibilité qu’elle se soit foutu de sa gueule et qu’il soit lui-même en train de se faire avoir. Et si elle avait glissé quelque chose dans l’eau ? Si tout ça était un piège ? S’il était le putain de dindon de la farce ? Si son groupe l’avait envoyée seule à la station service justement pour l’amadouer et lui donner l’impression d’être en position de force ? Et si Blake était un vulgaire appât et lui l’imbécile de gibier ? Putain que ça le ferait chier de s’être fait avoir si facilement ! Il mériterait de s’prendre une balle entre les deux yeux. Se faire avoir par une adolescente à la con ? Tss…
Il relève finalement les yeux vers Blake et la fixe un moment en silence, essayant d’étudier les traits de son visage juvénile pour tenter d’y déceler quelque chose d’incriminant. Mais tout ce qu’elle lui renvoie, c’est un sentiment similaire de méfiance.
« J’sais que beaucoup d’gens pensent que la force est dans l’nombre et qu’un gros groupe est plus à-même de survivre à une situation comme celle-ci mais… ‘fin j’ne suis pas certain. Plus de monde, ça veut dire plus de bruit, ça veut dire plus de risques, plus de personnalités avec lesquelles s’adapter. Tu vois c’que j’veux dire ? Ca veut dire plus de conflits internes et plus de faiblesse... » lui demande-t-il en allant s’appuyer à une des nombreuses étagères métalliques formant les allées de la station service. Il croise les bras sur sa poitrine, se donnant un air nonchalant, même si son regard ne quitte pas Blake une seule seconde et que ses sens restent en alerte. Il doute qu’elle lui ait tendu un piège à cause de la manière dont s’est déclenché son talkie tout à l’heure, mais on n’est jamais trop prudent. « J’ai déjà appartenu à un groupe. Au début, c’est ce qui semblait le mieux à faire et…et… Ca a été une très mauvaise expérience » conclut-il en esquissant une grimace supposée attendrir la jeune femme et éveiller sa curiosité. La grimace du type avec un passé torturé. Elle fait souvent mouche celle-ci. Surtout quand il renifle juste après, pousse un lourd soupir à fendre l’âme et s’excuse. Et il fait toutes ces choses là. « Désolé » lâche-t-il donc, dans un raclement de gorge émotionné, avant d’adresser un sourire triste à la jeune femme. Va-t-elle mordre à l'hameçon et lui poser des questions ? « J’suis un peu fatigué… J’marche depuis des jours et… Enfin bref. J’sais pas si j’suis prêt à intégrer un groupe ou pas… Vous êtes établis ou en mouvement ? » la questionne-t-il ensuite, l’air de rien.      



PSYBORG
Revenir en haut Aller en bas

Invité


MessageSujet: Re: Do you want a condom ? • Dwayne H. Taggart Sam 27 Aoû - 16:42


Do you want a condom ?

« Baby I'm preying on you tonight, hunt you down eat you alive just like animals. »
feat Dwayne H. Taggart

La petite invitation de Blake n'avait pas été acceptée, dommage. Le jeune homme refusa, bien que poliment, pretextant qu'il ne la connaissait pas, et c'était tout à fait légitime. S'en suivit d'ailleurs ce qui sembla être un regard inquiet vers la bouteille, juste après ses dernières paroles. Un petit sourire amusé s'installa alors sur les lèvres de la jeune femme, qui ne dit absolument rien mais qui n'en pensa pas moins. Il faudrait être sacrément stupide pour gâcher de l'eau en l'empoisonnant par les temps qui courent. Et encore plus stupide pour croire que quelqu'un gâcherait de l'eau pour empoisonner ou droguer un parfait inconnu apparemment sans armes ni provisions. Blake se garda bien de laisser filtrer ses pensées mais le discret sourire qui s'était installé sur ses lèvres pouvaient éventuellement trahir son amusement face à la situation. "Y a pas de soucis, je peux comprendre. Les débuts ont été difficiles mais on est plus ou moins organisé maintenant, et puis c'est bien de pouvoir compter les uns sur les autres..." Tu parles. Le seul intérêt que Blake voyait à un groupe, c'est que le temps que les autres se fassent bouffer elle pouvait se faire la belle avec Matthew.

Elle avait du mal à croire aux paroles de cet homme. Un gars tout seul qui manque d'eau et de nourriture depuis quelques heures et qui refuse l'adhésion à un groupe, ne serait-ce que pour gratter un peu de provisions et repartir, c'était impensable. Soit ce type était un crétin pas fini, soit il mentait depuis le début. Oh, dans un cas comme dans l'autre elle ne lui en voudrait pas, la vie était devenue difficile et elle même commençait à étaler son mensonge à la manière d'une parfaite petite histoire du soir. Mais cet homme était loin d'être stupide. Ou alors il cachait très bien son jeu. Elle n'avait pas envie de lui faire aveuglement confiance mais elle n'avait pas non plus envie de continuer à le garder en joue. L'ambiance devenait pesante et Matthew allait s'inquiéter si elle ne rentrait pas. Elle le suivit du regard lorsqu'il alla s'appuyer sur une des étagères et dans sa tête toutes les possibilités de soudaine agressivité se dessinèrent. Il aurait rapidement et simplement fait d'attraper un objet ou de renverser les étagères ou quoi que ce soit qui pourrait la déstabiliser... Non, stop. Il fallait qu'elle arrête de penser comme Matthew. Elle n'était pas Matthew.

Du coup ce n'est pas comme Matthew qu'elle réagit, mais comme elle-même. Le visage attristé et désolé de l'homme ne fut pas sans conséquences puisqu'elle soupira à tout ça. Qu'allait-elle faire, bon sang ? Il venait de poser une question, et elle ne savait pas comment répondre. Mentir, encore ? Qu'elle dise l'un ou l'autre il ne trouverait personne de toute façon puisqu'ils n'étaient que deux. Et puis même si elle avait réellement été avec un gros groupe, elle aurait pu mentir et dire l'inverse de ce qui était. Il n'aurait aucun moyen de s'assurer du contraire. Bon sang, elle allait faire quelque chose de complètement dingue et si Matthew savait ça il serait fou, mais tant pis. "On est établi." mentit-elle encore. Au pire si il ne mentait pas, il avait déjà refusé son invitation donc c'était pas un problème, et s'il avait menti il chercherait peut-être un groupe inexistant. Largement de quoi laisser le temps au duo militaire de prendre de la distance, quoi. Tout ce qu'elle espérait c'est que son mensonge ne se retourne pas contre elle au point qu'elle finisse trop loin pour pouvoir contacter Matthew avec le Talkie Walkie. Elle était déjà à la limite.

Elle joua alors le tout pour le tout, ignorant les petites voix de son ami qui résonnait encore de ses consignes dans sa tête. Elle finit par approcher d'un pas et leva son arme vers le plafond, remettant la sécurité devant les yeux de l'homme pour ensuite la ranger à sa ceinture. "Je vais y aller maintenant, ils vont m'attendre et s'inquiéter." Ca, c'était pas totalement faux. Matthew avait essayé de la contacter déjà deux fois et elle n'avait toujours pas répondu. Qu'est-ce qu'il pouvait être lourd parfois... Mais elle comprenait. Mais il était lourd quand même ! "Fais attention à toi." Elle laissa un blanc de quelques secondes s'installer puis s'avança lentement. Son visage respirait la tranquillité et et la sérénité, mais son coeur battait la chamade. Elle ne savait pas de quoi était capable cet inconnu, elle prenait le risque, mais il était de toute façon proche de la porte de sortie et elle devrait lui faire face à un moment ou à un autre si elle voulait s'en aller. Le braquer aurait été mauvais, dangereux et stupide pour eux deux, tenter de sortir par derrière lui montrerait l'inquiétude qu'elle avait et qu'elle cachait si bien depuis le début, ce qui était hors de question. Il ne restait plus qu'une solution. Lui passer devant, alors qu'il était toujours adossé à l'un des rayons, et taper un sprint une fois dehors. En cas d'urgence, évidemment.

PSYBORG
Revenir en haut Aller en bas

Invité


MessageSujet: Re: Do you want a condom ? • Dwayne H. Taggart Mer 14 Sep - 19:30


Do you want a condom ?

« Baby I'm preying on you tonight, hunt you down eat you alive just like animals. »
feat Blake Daniels

Contrairement à ce qu’il espère, elle ne rebondi pas vraiment et n’a pas l’air d’acheter son petit numéro d’homme au passé trouble. Bon… C’est un peu chiant. En même temps, il aurait dû s’en douter. Depuis qu’il a croisé al route de la gamine, elle ne réagit pas souvent comme il le voudrait… Ca fait partie du jeu. C’est ce qui rend les interactions avec le reste du commun des mortels si intéressant. Sinon, il y a surement bine longtemps que Dwayne aurait retourné son arme contre lui-même. Dégommer des zombies a perdu de son intérêt, faire l’amour est toujours plaisant mais un peu rébarbatif, il n’a plus accès aux drogues et l’alcool se raréfie… Bref : ce monde craint vraiment. S’il ne peut plus jouer au chat et à la souris et avoir un interlocuteur un tant soit peu imprévisible : franchement, ça ne vaut même plus el coup de se lever le matin.
« Y a pas de soucis, je peux comprendre. Les débuts ont été difficiles mais on est plus ou moins organisé maintenant, et puis c'est bien de pouvoir compter les uns sur les autres... »
Ca l’agace. Les gens qui comprennent. Les gens qui disent se mettre à votre place et compatir à votre peine, bla bla bla. Elle comprend que dalle. Et puis cette histoire de pouvoir compter les uns sur les autres, sincèrement, c’est risible. Mais Hunter reste dans son personnage. L’homme qu’il incarne aujourd’hui est du genre à comprendre et être désolé et empathique lui aussi. Donc il ravale le sourire narquois qui cherche à percer ses lèvres et les remarques cinglantes qu’il pourrait lui sortir. Il arbore à la place une petite moue contrite de circonstances, baissant un instant les yeux parce que ça s’y prête plutôt pas mal.
 
Le grand brun perçoit du mouvement de son côté. Elle s’approche. Gardant la tête basse encore quelques instants, il fait mine de ne rien voir. En réalité bien sûr, il se prépare à agir. Ou plutôt, à réagir selon les gestes qu’elle décidera d’avoir. Et vu qu’elle est un poids plume et qu’il fait pratiquement deux mètres, si elle tente quoi que ce soit d’un ton soit peu audacieux, il ne donne pas cher de sa peau…
Et si elle ne tente rien, peut-être que lui va s’y mettre. Il ne sait pas encore tout à fait ce qu’il compte faire et comment opérer. Est-ce qu’il a envie de jouer avec elle un peu plus ouvertement ? Est-ce qu’il a envie de la suivre, d’en apprendre plus pour lui jouer un sale tour et réserver un sort funeste à ses compagnons de route ? A moins qu’il ait plutôt envie de rejoindre Neal et les autres…    
Mais dans ce cas, toutes ses manœuvres précédentes n’auront servi à rien. Et c’est dommage, non ? Sans compter qu’il a bien envie de s’amuser un peu. Bien envie surtout de passer sa frustration sur quelqu’un…quelqu’un du beau sexe de préférence. C’est à cause d’une gonzesse qu’il se retrouve dans cette saleté de station service après tout ! Si la fille n’avait pas demandé à Neal de le dégager, si elle n’avait pas refusé un plan à trois, Hunter n’en serait pas là !
« Je vais y aller maintenant, ils vont m'attendre et s'inquiéter. Fais attention à toi. »
Sa décision est rapidement prise.
« Oh… Déjà ? » feint-il de s’attrister devant le départ de la jeune femme. « J’veux dire… Je n’veux pas suivre une inconnue jusqu’à son campement parce que ce serait une manœuvre assez risquée et tout ça, mais…si j’apprenais à la connaître un peu, les choses pourraient être différentes, pas vrai ? » tente-t-il de l’amadouer, lui servant son sourire le plus innocent possible, continuant de lui barrer la croute, l’air de rien. « Tu es si pressée que ça ? Tu as ton talkie, tu pourrais prévenir tes amis que tu t’attardes un peu. Dans le but de possiblement recruter quelqu’un. Non ? Tu peux leur donner ta localisation et leur proposer de nous rejoindre. Plus on est de fous… Et puis ça serait bénéfique à tout l'monde, nan ? J'viens de me faire dépouiller, j'ai plus rien et toi....tu as l'air de dire que ton camp pourrait abriter quelques âmes supplémentaire dans mon genre. »     



PSYBORG
Revenir en haut Aller en bas

Invité


MessageSujet: Re: Do you want a condom ? • Dwayne H. Taggart Lun 19 Sep - 17:24


Do you want a condom ?

« Baby I'm preying on you tonight, hunt you down eat you alive just like animals. »
feat Dwayne H. Taggart

C'est marrant comme il fait tout de suite beaucoup plus armoire à glace lorsqu'il se tient pile devant vous, ce gars. Alors qu'elle s'apprêtait à sortir, il se dressa devant elle de toute sa hauteur - ou du moins c'était l'impression qu'elle ressentait, petite, minuscule, comme un insecte - lui bloquant ainsi le passage. Elle releva automatiquement la tête pour pouvoir le regarder, un peu surprise. Elle avait prévu ou tout blanc, ou tout noir : ou qu'il la laisse passer, ou qu'il l'attaque. Pas juste qu'il lui bloque le chemin comme ça. Peut-être était-il moins dangereux que ce qu'elle avait pensé ? Peut-être que les petites voix prudentes dans sa tête ne faisaient que de lui murmurer des bêtises et qu'elle devenait simplement paranoïaque avec le temps ? Entre les zombies et les humains, il y avait franchement de quoi. Ou peut-être que cet étrange petit pressentiment qui tiraillait son estomac n'était pas anodin et devait être écouté. Comment se faire une réelle idée ? Juste et objective ? Elle aurait pu y réfléchir et éventuellement accepter l'idée de prendre le risque d'intégrer quelqu'un au groupe, si seulement ce groupe avait existé. Il avait refusé une première fois, tant mieux, mais il était en train de revenir sur ses positions et lui donnait même plein d'arguments pour qu'elle reste et qu'elle revoit sa proposition. Lunatique, le gars.

Inutile de se mentir à elle-même, elle commençait à vraiment avoir peur. Un bon petit zombie aurait été le bienvenu à ce moment, histoire de détourner l'attention et de filer, mais évidemment c'est toujours quand on a besoin de ces saloperies qu'elles sont portées disparues. La jeune femme allait donc devoir se sortir toute seule de là. Elle rendit son sourire à celui qui se prénommait Hunter et hocha la tête. "Ouais, je peux leur demander de venir, si ça peut te rassurer." Elle fit glisser son sac sur le côté et en sortit son talkie-walkie. Elle savait déjà ce qu'elle devait faire pour s'échapper de cette station service. Ce qu'elle aurait dû faire. "Par contre va falloir sortir de là, parce que ça capte pas à l'intérieur." dit-elle d'un air faussement blasé. Elle n'avait qu'une envie : sortir et prendre ses jambes à son cou. Le pire dans tout ça, c'est qu'elle culpabilisait de se sentir aussi mal. Si ça se trouve ce gars n'avait réellement aucune mauvaise intention et elle se montait la tête toute seule. Ou si ça se trouve elle avait entièrement raison de se méfier d'un gars de près de deux mètres de haut qui lui barrait la seule porte de sortie et qui était beaucoup trop gentil pour être vrai dans un contexte apocalyptique comme celui-ci. Ouais... Ca devait être ça.

Assez joué. Elle aurait dû écouter Matthew dès le début. Ne pas se fier aux inconnus. Elle était satisfaite de lui avoir donné de l'eau, et elle recommencerait si c'était à refaire, mais ça aurait dû s'arrêter là. Là, il se montrait un peu trop insistant et elle se sentait prise au piège comme un vulgaire rat entre cette porte à l'arrière et cette armoire à glace devant elle. Elle était armée, lui non, alors qu'attendait-elle ? Pourquoi restait-elle bloquée comme ça ? Pourquoi ce type n'avait-il pas dis oui dès le départ plutôt que de dire d'abord non avant de revenir sur sa décision de façon si... Gentiment imposante ? Qu'on soit logique, s'il avait voulu sortir il ne lui aurait pas barré la route. Pourquoi tant de questions sur un mouvement aussi anodin ? Dans d'autres circonstances elle ne se serait même pas posé la question. Mais là elle était seule, sans Matthew, dans une petite station service. Elle allait peut-être faire la bêtise de sa vie et s'en prendre à un innocent mais tant pis. Elle préférait prendre le risque et agir la première plutôt que de se faire avoir comme une bleue. "Attends, je prends encore un truc." Elle se décala sur l'étagère qui était près de l'homme, comme si elle avait vu quelque chose d'intéressant, prenant ainsi un petit mètre de distance.

Mais une fois sa main levée vers le rayon, elle plongea aussitôt sur le M9 qui était accroché à sa ceinture et elle le pointa vers le type en se tournant face à lui, les deux mains bien en position. C'était le moment ou jamais d'appliquer les cours de Matthew. Que l'homme ait eu le temps, ou pas, de réaliser ce qui arrivait, elle retira aussitôt la sécurité. Mais aucun coup ne partit. C'est sa voix qui s'éleva dans l'air et non une détonation. Elle aurait été incapable de tirer sur quelqu'un de toute façon. "J'sais pas à quoi tu joues mais ça m'plait pas du tout. T'as pas franchement la tronche d'un mec qui s'fait dépouiller facilement et t'es même pas foutu d'être cohérent dans tes propos. Alors je vais te le dire une fois, et gentiment. Tu sors, et tu t'éloignes. Lentement et calmement." Sa voix était toujours aussi douce, paradoxalement avec ses paroles dures, mais elle était ferme, et beaucoup plus franche. A chaque fois qu'elle partait en raid toute seule il arrivait une couille, mais elle continuait à vouloir ne rien dire à Matthew et à continuer. Qu'est-ce qu'elle essayait de se prouver, bordel ? C'était lui le militaire, pas elle, alors pourquoi était-elle incapable de juste accepter cette protection qu'il lui apportait ? Terminé. Elle allait se débarrasser de ce type et elle ne quitterait plus le pilote. "Bouge." ordonna-t-elle. La boule dans son ventre devenait de plus en plus grosse et désagréable et ça la rendait malade de ne pas savoir si c'était à cause de sa culpabilité à "agresser" un homme innocent ou si c'était simplement son instinct qui lui hurlait de fuir.

PSYBORG
Revenir en haut Aller en bas


ADMINISTRATOR
IN THE MIDDLE OF THE NIGHT, WHEN THE ANGELS SCREAM, I DON'T WANT TO LIVE A LIE THAT I BELIEVE. TIME TO DO OR DIE.


POUR LE PLAISIR:
 

►As-tu trouvé un bon pour le vaccin ? :
  • Non

►Âge du perso :
31 ans, bientôt 32.
►Où je me situe et avec qui :
en Californie, sur le camp de Yosemite, et plus particulièrement j'y suis avec Ezeckiel et tout le reste du groupe.
►Avant, j'étais :
serveuse dans un bar.
►Messages :
18838
►Points de vie :
822
►Copyright :
© schizo' (avatar), © schizo' (code signa)
►Avatar :
Kristen Bell.
►Et ton p'tit pseudo ? :
Schizophrenic.

MessageSujet: Re: Do you want a condom ? • Dwayne H. Taggart Sam 5 Nov - 14:49

RP archivé suite au départ de Blake. coeurrose

_________________
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Do you want a condom ? • Dwayne H. Taggart Aujourd'hui à 20:19

Revenir en haut Aller en bas

Do you want a condom ? • Dwayne H. Taggart

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: Cemetery :: Vieux rps-