Journal de bord d'Ellyn
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
Le 10/11/2017 : le forum a CINQ ans & sa saison 6 est mise en place. Nouveautés à découvrir ici (le tout accompagné d'un recensement au passage obligatoire).
ON VOUS AIME TEEEELLEMENT !! coeurrose lele Si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ? (Ouais on vous achète et alors ? /PAAN/)

Partagez| .

Journal de bord d'Ellyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

HIT AS HARD AS LIFE
avatar



× A propos du vaccin : :
Non - Ellyn n'a pas croisé la route des sauveurs, et dans tous les cas elle ne leur ferait pas confiance.

× Âge du perso : :
32 ans

× Localisation (+ avec qui) :
à Bodie

× Avant, j'étais : :
Assistante de direction

× Messages : :
504

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
Dakini

× Avatar : :
Jennifer Morrison

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Sugar`Dream

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Journal de bord d'Ellyn Jeu 6 Oct - 11:08

This is my life, sit down and listen

Décembre 2012, Springfield, Illinois, là où tout bascule
Je me suis réveillée ce matin d'hiver, aux côtés de Bryan, comme d'habitude. Il faisait très froid. Mon fiancé ne tarda pas à se lever à son tour, nous étions prêts à partir travailler. Nous habitions Springfield. Nous sommes montés dans la voiture et avons quitté la résidence dans laquelle nous vivions, en direction du travail. C'est une fois arrivés dans le centre de la ville que nous avons entrevus ce qu'il se passait. Il y avait des voitures de police partout, des gens qui couraient, qui criaient, qui pleuraient, bref, c'était l'apocalypse et nous n'avions toujours pas compris ce qu'il se passait. Je tremblais, de tout mon corps, mais je fus choquée par ce que je voyais. Des morts, déchiquetés, partout, comme s'ils avaient servi de repas à une bête sauvage. Mais les morts se relevaient et s'en prenaient aux vivants.

Je pensais faire un cauchemar, j'allais très certainement me réveiller sous peu. Bryan m'attrapa par le bras et me poussa vers la voiture. Il démarra en trombes et m'indiqua que nous allions nous rendre à l'hôpital, nous y serions certainement plus en sécurité qu'ici, à la merci de ces créatures.
Les portes se refermèrent juste après que nous ayons pu nous introduire dans le bâtiment. Il n'y avait plus que quelques personnes. Des gens, comme nous, mais aussi des médecins et des infirmières. Nous leur avons expliqué que le centre ville était infesté. Bryan craignait que les rôdeurs n'arrivent bientôt jusqu'ici. A priori, nous étions en sécurité, ils ne pourraient pas s'introduire. Je cherchais à joindre mes parents et ma soeur, mais sans succès. Je me demandais si la situation était plus calme de leur côté. Je sombrais dans la panique. Bryan me somma de me calmer, de garder mon sang-froid, mais j'en étais tout simplement incapable.

Plusieurs jours passèrent, nous étions toujours cloîtrés ici, et c'était d'ailleurs l'endroit le plus sure de la ville je pense. Quelques membres du groupe se sont aventurés dehors, dont mon fiancé, pour voir si les choses s'amélioraient et pour nous trouver de quoi manger. J'avais sympathisé avec une infirmière. Elle était inquiète elle aussi, terrorisée à l'idée de ne pas revoir son mari et sa petite fille desquels elle n'avait plus de nouvelles. Visiblement, il était trop dangereux de quitter l'hôpital, les rôdeurs étaient beaucoup trop nombreux, et nous ne disposions pas d'armes nous permettant de les tuer. Au fur et à mesure que le temps passait, de nouveaux survivants se joignaient à nous. J'essayais de discuter un peu avec chacun, créer des liens, après tout il semblait que nous devions cohabiter encore un bon moment. Nous perdîmes des camarades lors des expéditions, je craignais chaque fois pour la vie de celui qui aurait du être mon mari.

Au fil des jours, Bryan devenait méchant et violent. J'aimais passer du temps à la bibliothèque de l'hôpital, avec Candice mon amie infirmière. Il ne supportait pas que je m'éloigne de lui. Je pleurais constamment, je ne le supportais plus. Un jour, je lui fis part de mon angoisse quant à mes parents, voilà bientôt 1 an que je n'avais pas de leurs nouvelles. Il pêta littéralement les plombs, me demandant si j'étais suffisamment stupide pour penser qu'ils avaient survécu. Je pensais que jamais je parviendrais à me remettre de sa haine. Lorsque je sortais de l'hôpital sans lui, accompagnée d'autres membres du groupe, il me battait à mon retour. Il craignait que je ne m’amourache d'un autre, c'est vrai que la situation était propice...

Un jour, alors qu'il leva la main sur moi pour la énième fois, ce fut le drame. L'un des hommes du groupe, Fred, lui adressa une correction dont il ne se releva pas. Bryan était mort. Je n'aurais pu à subir cette homme que je côtoyait depuis un an, qui me dénigrait et me frapper depuis plus de douze mois. Fred m'en avait débarrassée. Bien évidemment, il se fit mettre à la porte par le reste du groupe, considéré comme trop dangereux. Je décidais de le suivre, après tout, je lui étais redevable. Je n'avais d'ailleurs pas bien compris ce qui l'avait poussé à agir de la sorte. Il est très discret, ne parle jamais de lui, voire même un peu distant.


Juin 2014, arrivée à la Zone 51
Mon arrivée à la Zone 51 fut à la fois une bonne chose et encore une autre source de traumatisme. J'y suis arrivée grâce à Fred, encore et toujours, c'est lui qui m'a conduite ici parce que je ne supportais plus la vie à l'extérieur. J'avais tellement peur, j'étais tellement mal, j'avais besoin de murs, de me sentir protégée. Lorsque nous étions dehors, il faisait de son mieux pour me maintenir à flots, pour me protéger et me nourrir, mais ça ne me semblait pas suffisant. Nous sommes donc arrivés ici, après avoir entendu un message radio nous informant de l'existence de cette communauté. Je fus prise d'un grand espoir d'atteindre cet endroit, et surtout de ne pas faire de bêtises. Nous ne savions quasiment rien de cette zone, il aurait pu s'agir d'un traquenard, mais j'insistais pour prendre le risque. A contre cœur Fred m'emmena donc jusque là, m'avertissant néanmoins qu'il ne resterait pas avec moi. J'aurais voulu avoir les deux. La Zone et lui, mais c'était impossible il en serait incapable, même pour moi. La vie en communauté, recevoir des ordres, tout ça n'était pas fait pour lui.

En arrivant, je fus accueillie par une femme. Après avoir remercié Fred, je fus conduite à l'infirmerie pour passer au contrôle médical. Il n'était plus question de faire marche arrière. Il avait promis de revenir me voir régulièrement, je savais qu'il tiendrait sa parole, j'espérais juste que la vie lui permettrait de le faire... Consciente qu'il s'agissait peut être de la dernière fois que je le voyais, je me laissais conduire auprès d'Auregan, l'un des médecins du campement. Auregan, c'est certainement l'une de mes plus belle rencontre ici. Une femme douce et accueillante, qui se voulait rassurante. Elle m'a écoutée, elle m'a rassurée, elle a fait tout ce qui était en son pouvoir lors de cet entretien de contrôle pour me mettre à mon aise. Il fallait que j'accepte de prendre un nouveau départ, avec tous ces gens que je ne connaissais pas.

J'ai finalement réussi à m'intégrer à cet endroit, je m'y sentais bien. J'étais chargée de la gestion des stocks, à la réserve. C'est d'ailleurs grâce à ça que j'ai rencontré Luke, ce p'tit gars tout jeune qui était déjà débrouillard et très intelligent. Il avait compris que, attendrie par son jeune âge, il pourrait obtenir des ressources facilement avec moi. Je ne peux pas lui en vouloir, c'était bien de sa part de profiter de cette occasion. Il y a eu Leandro aussi, ce mec était un peu taré, mais il n'était pas foncièrement méchant.

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.



Dernière édition par Ellyn C. Hopkins le Dim 20 Nov - 9:48, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas

HIT AS HARD AS LIFE
avatar



× A propos du vaccin : :
Non - Ellyn n'a pas croisé la route des sauveurs, et dans tous les cas elle ne leur ferait pas confiance.

× Âge du perso : :
32 ans

× Localisation (+ avec qui) :
à Bodie

× Avant, j'étais : :
Assistante de direction

× Messages : :
504

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
Dakini

× Avatar : :
Jennifer Morrison

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Sugar`Dream

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Journal de bord d'Ellyn Jeu 6 Oct - 14:46

Again and again.

Juin 2015, L'explosion de la Zone 51
Je crois pouvoir dire sans la moindre hésitation que ce fut le pire jour de ma vie lorsque la Zone 51 a été prise par les rôdeurs. Je n'avais que deux options : fuir et sauver ma peau ou rester et espérer survivre afin de pouvoir tout reconstruire. J'ai opté pour la première option, la deuxième étant bien trop risquée. Mon monde venait de s'écrouler. J'avais fondé tellement d'espoir sur cet endroit, que je me suis sentie anéantie. J'ai donc pris la fuite, avec quelques personnes, mais nous avons très vite été séparés. J'ai continué à marcher, seule, sans savoir où j'allais, et c'est là quee je suis tombée par miracle sur Fred. Moi qui pensais ne jamais le revoir, j'étais la plus heureuse du monde. Je fus tellement soulagée de le voir, face à moi. Je savais qu'il était capable de s'en sortir seul en pleine nature, mais je ne pouvais m'empêcher de craindre qu'il rencontre de mauvaises personnes ou qu'il se fasse tuer par une horde de mordeurs. Tout était tellement imprévisible dans ce monde... Heureusement, il s'en est sorti, et nous avons repris notre chemin, ensemble, comme avant. Il m'a appris à chasser et à me battre, bien que je n'étais pas encore prête pour tout ça. Certains ont de plus grosses facultés d'adaptation que d'autres, même si ce n'est foncièrement facile pour personne. Il marchait en direction d'un camp, Bodie, dont je n'avais jamais entendu parler. Je n'avais d'autre option que de le suivre, ne voulant plus être séparée de lui. Et puis, qui dit campement dit obligatoirement des murs pour nous protéger, alors c'était tout bénef pour moi.


Septembre 2015, Californie
Les jours étaient longs et la vie était dure. Fred prenait sur lui et faisait attention à ne pas me froisser. Il prenait soin de moi et était très conciliant. J'ai conscience aujourd'hui des nombreux efforts qu'il a fait avec moi. Il aurait pu en avoir plus qu'assez et m'abandonner, surtout que je ne lui facilitais pas les choses. J'étais un sacré boulet pour lui en y repensant. J'étais bonne à rien, mis à part à trembler, pleurnicher et me plaindre. Une vraie chieuse capricieuse. J'ai néanmoins appris, grâce à lui à survivre. Chasser, faire du feu, me servir de mes armes. Ce sont des choses que je n'ai pas mises en pratique tout de suite, trop terrorisée pour ça. Nous avons tenu le coup, nous avons passé l'hiver 2015 et une bonne partie du printemps dehors, tous les deux. C'était vraiment difficile et ça me semblait être ce qui s'approchait le plus de l'enfer. J'ai fini par faire des efforts pour ne plus être un poids mort pour mon ami, je lui devais bien ça. J'ai donc pris sur moi, arrêté de ronchonner et de pleurer. De toute façon, avais-je vraiment le choix ? Plus les jours passaient et plus on se rapprochait de Bodie, j'espérais que ce cauchemar était sur le point de se terminer, mais je n'étais malheureusement pas au bout de mes peines.

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.



Dernière édition par Ellyn C. Hopkins le Dim 20 Nov - 9:50, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas

HIT AS HARD AS LIFE
avatar



× A propos du vaccin : :
Non - Ellyn n'a pas croisé la route des sauveurs, et dans tous les cas elle ne leur ferait pas confiance.

× Âge du perso : :
32 ans

× Localisation (+ avec qui) :
à Bodie

× Avant, j'étais : :
Assistante de direction

× Messages : :
504

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
Dakini

× Avatar : :
Jennifer Morrison

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Sugar`Dream

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Journal de bord d'Ellyn Jeu 6 Oct - 14:48

Everybody can change

Mai 2016, Bodie
Ca y est, nous étions enfin arrivés à destination. Bodie, un camp sécurisé et déjà peuplé de quelques personnes. Les gens d'ici étaient quasiment tous des guerriers, il y avait beaucoup de militaires. J'ai eu énormément de mal à trouver ma place, et je crois ne pas encore avoir réussi à la trouver. J'étais LE boulet du groupe. Celle qui ne sert à rien, celle à qui on s'en prend, le vilain petit canard quoi. Beaucoup disaient que je ne faisais pas d'efforts car je refusais catégoriquement de sortir. En fait, j'en étais incapable. J'étais mentalement épuisée et je ne me sentais pas à la hauteur. A force d'être rabaissée quotidiennement, je ne parvenais pas à remonter la pente. Fred savait que je n'étais pas à ma place ici et ce que je subissais, mais je faisais tout pour amoindrir les choses afin qu'il ne s'en mêle pas. Ca risquerait de lui porter préjudice, et je ne pouvais pas me permettre qu'il en arrive aux extrêmes. Alors j'encaissais. Ici, j'ai rencontré des personnes comme Rebekah ou Pierce qui ne me portaient pas dans leur cœur. Le pire, c'était lui en fait. Ce type est tout simplement infect. A côté de ça, j'ai trouvé Mikhaila, une femme en or qui en avait gros sur la patate aussi. Elle me comprenait et m'aidait à tenir le coup.


Novembre 2016, le déclic, là où tout bascule.
Un jour, je me suis retrouvée seule avec Pierce, à la rivière. Il m'avait ordonné de l'aider à remplir les bouteilles d'eau. J'étais venue avec lui, et je crois que c'est la pire entrevue que j'ai eu avec lui. Ses paroles étaient dures, mais finalement, ça m'a servi. Je l'ai laissé seul, là, avec ses bouteilles, et je suis partie. J'ai quitté le camp quelques heures, histoire de me prouver à moi-même et aux autres par la même occasion que je n'étais pas incapable de m'en sortir seule. J'ai marché longtemps avant de croiser le moindre rôdeur. J'étais terrifiée, mais je n'avais pa le choix. Et là, je les ai trouvés. Entrain de dévorer un homme mort. Je ne me suis pas laissée démonter, il fallait que je le fasse. Je les ai appelés, et comme je l'avais prévu ils sont venus vers moi. Je les ai massacrés, un par un, avec ma dague. J'avais tellement de haine à évacuer que je fus prise d'une force dont j'ignorais l'existence. Je me suis défoulée sur eux, les ai tués avec violence. Ils n'étaient pas très nombreux, peut être cinq ou six. Mais seule face à eux, j'ai eu une once d'hésitation. De toute façon, je ne voulais plus vivre comme ça, planquée et critiquée. J'avais un trop plein à évacuer. Finalement, quand j'en eus terminé avec eux, j'en voulais encore. J'étais fatiguée de ce combat auquel je n'étais pas habituée, mais ça s'était avéré nécessaire et bénéfique. J'ai continué à marcher, et j'en ai trouvé d'autres, j'ai donc recommencé. Je venais de me prouver que j'en étais capable, que je pouvais me battre et survivre. J'avais déjà fais un pas vers la nouvelle Ellyn lors de l'attaque à l'Angels Camp. Je m'étais proposée pour participer, mais je n'étais pa le premier choix des gens qui m'ont emmenée avec eux. D'ailleurs, ce jour-là, mon binôme s'est fait tuer sans que je le vois et je me suis retrouvée en mission avec un imposteur. J'ai néanmoins réussi la missionn puisque je suis revenue auprès de mon groupe les mains pleines.

Aujourd'hui, je ne peux pas dire que je suis une guerrière, mais je n'ai plus peur, ou moins. J'ai toujours une certaine appréhension, mais je sors et je me bats.

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Journal de bord d'Ellyn

Revenir en haut Aller en bas

Journal de bord d'Ellyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: DON'T BE SCARED :: LOG BOOK-