Carolyn - Nothing will ever be the same
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
Le 10/11/2017 : le forum a CINQ ans & sa saison 6 est mise en place. Nouveautés à découvrir ici (le tout accompagné d'un recensement au passage obligatoire).
ON VOUS AIME TEEEELLEMENT !! coeurrose lele Si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ? (Ouais on vous achète et alors ? /PAAN/)

Partagez| .

Carolyn - Nothing will ever be the same

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Carolyn - Nothing will ever be the same Ven 7 Oct - 19:48

Carolyn J. Stevens
PRÉNOM(S) † Carolyn, Jenna NOM † Stevens ÂGE † 34 ans DATE DE NAISSANCE † vingt-sept février 1983 LIEU DE NAISSANCE † Sacramento, CalifornieANCIEN LIEU D'HABITATION † San Francisco ANCIEN MÉTIER † Conseillère en assurances STATUT FAMILIAL † Célibataire ORIENTATION SEXUELLE † Hétérosexuelle CÉLÉBRITÉ SUR L'AVATAR † Katheryn Winnick. GROUPE QUE TU SOUHAITES REJOINDRE † Yosemite. CRÉDIT AVATAR † Kettricken.



Je suis de retour, pour vous jouer un mauvais tour... Non ? Ah bon d'accord  malade. Donc je suis toujours celle qui se cache aussi derrière Ellyn Hopkins, j'ai toujours vingt-cinq ans et j'aime toujours The Walking Dead  saut. J'habite en France, en Région Parisienne et je me connecte au moins une fois par jour.  code validé par Aileenoutte. .

Décris ton caractère d'avant l'épidémie puis de maintenant.
Aussi étrange que cela puisse paraître, je suis restée à peu près la même depuis le début de l'épidémie. J'ai toujours été indépendante, c'est d'ailleurs pour cela que je suis sans attaches depuis plusieurs années. J'ai appris à me débrouiller seule et à ne faire confiance qu'à moi-même, et je pense que c'est un aspect de ma personnalité qui va m'aider à traverser cette épreuve inattendue. Je me méfie beaucoup des autres, je ne m'attache pas facilement et je n'accorde pas rapidement ma confiance. Néanmoins, j'aime rencontrer de nouvelles personnes. Je ne m'en fais pas forcément des amis, ou alors pas tout de suite, mais je ne me désintéresse pas de ceux qui m'entourent. Je suis très têtue et je veux toujours avoir le dernier mot. J'ai raison même quand j'ai tort, il faut le savoir. Je suis plutôt patiente et je ne m'énerve pas facilement. Je relativise beaucoup, par contre, quand je me mets en colère il vaut mieux ne pas être dans les parages. J'essaye de voir le bon côté des choses, constamment.

Depuis le début de l'épidémie, je cherche une raison rationnelle à tout ça, mais je n'en trouve pas. J'essaye d'être optimiste et de me dire que le monde va changer. Je ne suis pas naïve au point de croire que la vie va reprendre son cours, je sais que cette épreuve nous changera à jamais. Cependant, je ne peux m'empêcher de croire que les choses vont se tasser, qu'il faut simplement faire preuve de courage et de patience. J'ai beaucoup voyagé seule, mais j'ai aussi erré quelques temps avec un petit groupe de trois personnes. Malheureusement, j'ai perdu leur trace. Je me suis éloignée du campement de fortune que nous occupions pour chercher à manger, et à mon retour ils n'étaient plus là. Je n'ai pas été déçue puisque je n'attends rien de personne. J'ai une certaine appréhension envers les autres. M'étant fait briser le cœur il y a deux ans, je ne leur fais aucun cadeau. Bien sûr, je suis un être humain, il m'arrive d'avoir des coups de blues et de craquer. Dans ces cas là, je préfère m'isoler pour pleurer un bon coup, j'ai trop de fierté pour le faire en public.
Que ressens-tu quand tu vois un zombie ? Est-ce que tu les tues ? Si oui, que ressens-tu ?
Bien évidemment que je tue ces morts-vivants, je ne vais quand même pas leur offrir ma chair sur un plateau d'argent. Je n'éprouve aucun plaisir à le faire, mais il le faut pour survivre. Au début, j'avais peur d'eux. C'est normal, ce n'est pas une situation naturelle. Aujourd'hui, c'est un réflexe. Je tue ceux qui se mettent en travers de mon chemin, mais pas que. Je tue tous ceux que je croise, le but étant de les empêcher de mordre des morts (ou des vivants), il faut les erradiquer.

As-tu perdu beaucoup de proches et les pleures-tu encore ?
Je n'ai pas de proches. Je n'ai plus de famille, et je ne me suis pas fait d'amis depuis l'épidémie. Je n'ai pas de nouvelles de mes amis d'avant. Je prie chaque jour pour eux, pour qu'ils s'en sortent. Je doute de croiser de nouveau leur route un jour. J'ai parfois le sentiment d'être une fille sans cœur, vide de toute émotion. C'est faux, je cache seulement bien mon jeu..
Penses-tu avoir évolué depuis le début de l'invasion ?
J'ai muri, oui surement. J'ai appris à devenir un peu égoïste aussi. Je dois sauver ma peau avant celle des autres. Je ne sais pas ce que l'avenir me réserve, ni combien de temps je vais encore rester en vie, mais je dois me protéger.



Dernière édition par Carolyn J. Stevens le Ven 7 Oct - 22:25, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Carolyn - Nothing will ever be the same Ven 7 Oct - 19:50


Nothing will ever be the same

Je suis née le vingt-sept février de l'année mille neuf cent quatre vingt trois à Sacramento en Californie. Je suis la petite dernière d'une famille de trois enfants. J'ai un frère et une sœur plus âgés que moi. D'aussi loin que je me souvienne, je n'ai jamais été très proche des membres de ma famille. J'ai toujours été plutôt solitaire et renfermée. J'étais néanmoins plus proche de mon frère que de ma sœur, se montrant plus protecteur avec moi qu'avec elle. A l'école, j'étais une élève lambda, dans la moyenne. Je n'étais ni la première ni la dernière de ma classe, je me contentais de travailler suffisamment pour avoir des notes correctes et que mes parents me fichent la paix avec ça. Ma passion à moi c'était le dessin. J'étais dans mon monde, toujours une feuille et un crayon à la main, à reproduire tout ce que je voyais. Je n'avais pas beaucoup d'amis, je trouvais les enfants méchants entre eux. Dès toute petite, j'avais déjà une vision très claire de la race humaine. Bien que je ne fasse pas partie d'une bande d'amis, je savais me défendre et me faire respecter. Je n'étais pas insociable non plus, au contraire, je ne refusais jamais d'apporter mon aide si je le pouvais ou de discuter avec les autres, mais je n'étais pas du genre à me rendre aux goûters d'anniversaires ou à jouer à la poupée avec des copines. Mes parents n'ont jamais compris pourquoi je m'isolais de la sorte alors que les autres enfants jouaient tous ensemble. Je me sentais mieux seule avec moi-même en fait.

En grandissant, ma vie sociale s'améliora un peu. C'est au lycée que je fis la connaissance de ma meilleure amie, Betty. Nous sommes restées longtemps très proches, nous étions inséparables car elle était comme moi, on se comprenait. Nous partagions une passion commune pour le dessin, et c'est donc souvent que nous nous retrouvions pour dessiner et partager ensemble nos œuvres. Nous aimions beaucoup nous rendre dans les musées, voir des expositions de peintures. Ca nous suffisait amplement. Nous nous sommes perdues de vue à la fin du lycée quand ses parents ont décidé de déménager du côté de Philadelphie. Nous nous étions promis de nous appeler très souvent, et de nous revoir. C'était le cas au début, allant chez l'une et chez l'autre lors des vacances scolaires, puis la vie a fait que nous avons arrêté. Elle avait un petit ami, avait poursuivi dans des études de droit, bref nous n'avions plus le temps. J'ai beaucoup souffert intimement de la perte de ma plus chère amie. J'ai fais des études dans les banques et assurances, allez savoir pourquoi. La vie à la maison se passait bien. Mon frère et ma sœur avaient volé de leurs propres ailes, il ne restait plus que mes parents et moi. Je ne leur ai jamais posé le moindre soucis, j'étais plutôt sage comme fille. Je passais un peu plus de temps avec eux, au fond je les aimais très fort, mais je ne savais pas leur dire.

Lorsque j'eus dix-huit ans, je fus amoureuse pour la première fois. Il s'agissait d'un camarade de classe avec qui j'avais de nombreux points communs, notamment le dessin. Nous sommes restés ensemble deux ans, avant de décider d'aller nous installer à San Francisco. Il avait son frère là bas et voulait s'en rapprocher. Mes parents me laissèrent partir, me demandant simplement de les appeler et de venir les voir régulièrement, ce que je fis, au début. Le temps passait, et mes visites à Sacramento s'espacèrent de plus en plus. J'avais trouvé un boulot, j'appelais régulièrement mais je ne rendais visite à mes parents qu'une fois par mois. J'appris que mon père était gravement malade. Je décidais donc de rentrer chez mes parents plus souvent pour profiter de lui au maximum. Bien que je sois indépendante, ma famille comptait tout de même beaucoup pour moi. J'avais dix-neuf ans quand mon père décéda. Ce fut un choc. Je venais de quitter mon petit ami, c'était vraiment une période difficile. Son frère que nous avions rejoint à San Francisco avait perdu son emploi, du coup il était venu squatter chez nous. La vie à trois fut compliquée à supporter, il buvait et entrainait mon boyfriend dans sa chute. Ni une, ni deux, je fis mes valises et décidais de vivre de mon côté. Pendant ce temps, ma sœur emmena ma mère vivre avec elle, à New York. Nous essayions de nous voir régulièrement. Mon frère habitait aussi dans leur coin, il ne manquait plus que moi. A vingt-deux ans, je décidais de me rapprocher de ma famille et m'envola vers New York où ma sœur, agent immobilier m'avait déniché un superbe appartement.

J'étais devenue plus sociable, quoi que mon côté ours ressortait parfois. Je travaillais dans un gros groupe d'assurances New Yorkais. Je sortais régulièrement avec mes collègues, ma mère m'avait demandé de faire un effort pour m'ouvrir aux autres et profiter de ma jeunesse. C'est dans cette entreprise que j'ai rencontré l'homme auquel je fus mariée durant sept ans. Au début, nous nous voyions régulièrement après le travail. Bars, restaurants, cinémas, autant de sorties qui nous ont conduits à nous rapprocher et à tomber amoureux. La vie allait bon train. J'avais vingt-cinq ans. Ma mère disait toujours que j'avais enfin trouver mon couvercle, suivant l'expression "chaque pot a son couvercle" qu'elle employait très souvent. Mon frère était marié et avait deux enfants, ma sœur également. A vingt-six ans, je tombais enceinte d'Andrew, mon mari. Nous étions les plus heureux du monde. J'arrivais presque à terme lorsque je ressentis les premières contractions. Mon mari me conduisit à la maternité où j'allais accoucher. J'avais eu une grossesse difficile. Beaucoup de fatigue et de complications qui m'ont conduite à accoucher d'un enfant mort-né. Je  pense que je ne m'en remettrais jamais. Mon conjoint était dans un état lamentable de tristesse et de déception. Il sombra dans l'alcool. Il n'était pas violent envers moi mais s'auto détruisait, il était devenu une loque humaine. Les médecins nous ont assuré qu'il ne s'agissait ni de la faute de l'un, ni de l'autre, que la vie faisait traverser cette épreuve à de nombreux parents sur cette Terre. Comment voulez-vous vous remettre d'une telle chose ? J'avais porté et aimé cet enfant durant presque neuf mois, et au moment où j'allais enfin pouvoir le serrer dans mes bras, la vie m'en a privé. Cette étape de ma vie m'a définitivement changée.

La vie avec Andrew était devenue un cauchemar. Il n'était plus jamais sobre et ne pouvait pas aller de l'avant. Il m'entrainait peu à peu dans sa chute. D'un commun accord, nous décidions de divorcer. Ma mère tomba gravement malade à son tour, les médecins pensaient que c'était en partie du au choc de mon accouchement. Et puis, elle ne s'était jamais remise du décès de mon père. Elle décéda sept mois plus tard. Il ne me restait plus que mon frère et ma sœur, desquels je n'étais pas particulièrement proche. J'étais restée à New York le temps du divorce. Une fois que la page fut tournée avec Andrew, je décidais de quitter cette ville que je considérais comme maudite et retournais vivre à San Francisco. Au début je donnais des nouvelles à mon frère et à ma sœur, puis je finis par couper les ponts. Leurs petites vies de famille me bouleversaient, ils me rappelaient ce dont j'avais été privée, du bonheur d'être mère. Je ne savais pas si je parviendrais un jour à surmonter ma peine et à concevoir un autre enfant.

J'avais vingt-neuf ans quand l'épidémie s'abattit sur notre pays, c'était fin 2012. Je fus réveillée un matin par des hurlements dans la rue. Les gens couraient et hurlaient. J'allumais la télévision, des fois que les chaines d'info locales diffusent des informations, et c'est là que je sus ce qu'il se passait. En regardant par la fenêtre de mon appartement, je vis des morts-vivants partout. Au début il ne s'agissait que de cadavres étendus sur le sol. Je fus choquée de les voir se relever. Ils avaient le visage déchiqueté et des bruits effrayants s'échappaient d'eux même, des sortes de grognements qui faisaient penser à des animaux sauvages. Il ne fallait pas rester là. En même temps, où fallait-il aller ? J'étais terrorisée et complètement perdue. Mon premier réflexe fut de prendre un sac à dos dans lequel je glissais un couteau de cuisine, et de quoi me ravitailler. Des paquets de gâteaux et des bouteilles d'eau, mais pas en trop grande quantité pour ne pas être trop chargée. Je me faufilais jusque dans le parking de mon immeuble où était stationnée ma voiture. Je ne savais pas où j'allais aller, mais il fallait à tout pris que je parte d'ici. C'est ainsi que commença ma cavale, seule, à travers les morts.

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.



Dernière édition par Carolyn J. Stevens le Sam 8 Oct - 8:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar



Justice price
Tywan

× A propos du vaccin : :
Très peu pour moi merci...

× Âge du perso : :
34 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Dans l'ombre d'Iwan

× Avant, j'étais : :
sous directrice d'une agence de publicité

× Messages : :
864

× Points de vie : :
28

× Copyright : :
Fae (avatar) Wiise (signature)

× Avatar : :
Jaime Alexander

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Carolyn - Nothing will ever be the same Ven 7 Oct - 19:51

OMG Bienvenue enfin re-bienvenue ! Magnifique choix d'avatar j'ai hâte d'en savoir plus

_________________
Cause they will run you down, down til the dark Yes and they will run you down, down til you fall And they will run you down, down til you go Yeah so you can't crawl no more♛ by wiise
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.

× A propos du vaccin : :
il commence toujours à en entendre parler, et ce n'est vraiment pas dans ses projets.

× Âge du perso : :
45 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
Vient de quitter les sauveurs, seul.

× Avant, j'étais : :
Mercenaire à la retraite (la plupart du temps).

× Messages : :
951

× Points de vie : :
21

× Copyright : :
© swan (avatar), © schizo' (code signature).

× Avatar : :
Brad Pitt.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Carolyn - Nothing will ever be the same Ven 7 Oct - 20:42

Non mais woof OMG QUOI ! Ce choix d'avatar de MALADE !!! bril bril
Re-bienvenue à toi yeux J'ai hâte de voir ce que tu nous réserves avec cette madame coeurrose

_________________
In the mean time, I'm dreamin' of tearin' you apart.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Carolyn - Nothing will ever be the same Ven 7 Oct - 20:44

Merci à vous deux coeur
Je vais me dépêcher pour ne pas trop faire durer le suspense alors lele
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


# W I L L H O O D
but it doesn't matter
because nobody listens

♥ ♥ ♥ :
 

× A propos du vaccin : :
Un vaccin... T'es drôle ! C'est que des conneries.

× Âge du perso : :
Trente-quatre ans, et toujours aussi sexey.

× Localisation (+ avec qui) :
J'ai n'ai plus que Rebekah. Ensemble, on vagabonde en Californie.

× Avant, j'étais : :
Sportif professionnel ; quarterback des San Francisco 49ers, équipe de la NFL (national football league).

× Messages : :
3951

× Points de vie : :
58

× Copyright : :
MYERS. (signature), SWAN (avatar), Skairipa (crackship profil)

× Avatar : :
Jensen Ackles.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Carolyn - Nothing will ever be the same Ven 7 Oct - 21:20

Rebienvenuuuuuue amourey ! bril J'adore le choix d'avatar aussi. yeux Courage avec cette nouvelle fichette ! J'ai hâte de voir ce qu'elle nous réserve cette petite. huhu coeur2

_________________

- ⋆ ' ⋆ . - ⋆ ' ⋆ . - ⋆ ' ⋆ . - ⋆ ' ⋆ . -
BURN IT ALL & START OVER
You got your peace now, but what about me?
I'd like to say I'm okay but I'm not
I can't be sober, I cannot sleep
Thought we had the time
Had our lives..
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Carolyn - Nothing will ever be the same Ven 7 Oct - 22:03

Merci Fredouuuu coeurrose coeur1 coeur2
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Carolyn - Nothing will ever be the same Sam 8 Oct - 10:16

Qu'elle est belle bril bril et puis badass lele ! Re-bienvenue ! pompom
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Certainement pas !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
22571

× Points de vie : :
164

× Copyright : :
© lux aeterna (avatar), © schizo' (code signa), © skairipa (gif profil).

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Carolyn - Nothing will ever be the same Sam 8 Oct - 12:43

Woaw. J'adooooore ce personnage ! Elle est fragile et forte à la fois puppy Elle n'a pas eu une histoire facile mais en même temps elle s'en sort toujours super bien et tout woof
Bref, jolem ! Et j'ai hâte de voir ce qu'elle va donner à Yosemite coquin Nous faudra des liens d'ailleurs yeux
Te voilà validée !


Aileen L. Blackhood, fonda'

Félicitations, tu rejoins le groupe de Yosemite !

Tu peux dès maintenant te lancer dans l'aventure Bornienne :

→ Lance-toi dans le RP en t'amusant ici ou cherche des partenaires de jeu par !
→ Recense ton avatar en postant dans ce sujet.
→ Prends connaissance du système de points et ce qu'il implique (en plus d'autres informations nécessaires à la compréhension du forum) par ici (cf INFO N°3).
→ Viens poster tes fiches de liens et de RPs.
→ Crée tes propres scénarios ou de simples liens qui pourraient t'être utiles.
Vote régulièrement pour gagner des points et nous faire connaître ! De même en postant sur Bazzart et PRD
→ Et surtout amuse-toi !



_________________
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Carolyn - Nothing will ever be the same Sam 8 Oct - 14:34

Merci bien I love you
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


× A propos du vaccin : :
.

× Âge du perso : :
.

× Localisation (+ avec qui) :
.

× Avant, j'étais : :
.

× Messages : :
7099

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
Minako

× Avatar : :
Jared Leto

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Morphine

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Carolyn - Nothing will ever be the same Dim 9 Oct - 10:24

ohmygad quel bon choix d'avatar !!! rebienvenue diego
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Carolyn - Nothing will ever be the same Dim 9 Oct - 19:35

Merci bien

Grrr peux plus mettre de smiley depuis mon tel :-(
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Carolyn - Nothing will ever be the same

Revenir en haut Aller en bas

Carolyn - Nothing will ever be the same

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: DON'T BE SCARED :: WHO ARE YOU ? :: FINISHED-