ALMODOVAR - Coma mierda, malparido.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome. Quelques bugs/décalages à attendre sous Firefox.
Le 10 novembre 2016, le forum a fêté ses quatre ans !! A cette occasion, sa saison 5 a été mise en place. bril Et le 12/06/2017, sa version vingt-trois réalisée par Morphine est installée. Toutes les nouveautés sont à découvrir ici. coeurrose
Oh la la qu'est-ce que vouuuuus aiiiiiime !! coeurrose lele Et si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ?

Partagez| .

ALMODOVAR - Coma mierda, malparido.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: ALMODOVAR - Coma mierda, malparido. Sam 22 Oct - 15:02

Fernando Almodovar
PRÉNOM(S) † Fernando Juan NOM † Almodovar Montejuado ÂGE † 41 ans DATE DE NAISSANCE † 22 avril 1976 LIEU DE NAISSANCE † Iquique, Chili ANCIEN LIEU D'HABITATION † Santiago, Chili ANCIEN MÉTIER † Vétéran du 33ième groupe de télécommunications et de détection de la IVième brigade des Forces Armées Chiliennes, reconverti dans l'éducation spécialisée STATUT FAMILIAL † Divorcé, deux putains de fois ORIENTATION SEXUELLE † Hétérosexuel CÉLÉBRITÉ SUR L'AVATAR † Pedro Pascal GROUPE QUE TU SOUHAITES REJOINDRE † Etant donné qu'il est actuellement proche de Yosemite mais que je ne sais pas combien de temps il va le rester, je ne sais pas vraiment s'il vaut mieux opter pour le groupe éponyme du parc ou pour les Marginaux.. A l'appréciation du staff ! CRÉDIT AVATAR † Odistole.



Salut le peuple, on me trouve sur internet sous le pseudo de Dads, j'ai 20 ans, et j'habite quelque part sur le vieux continent, non loin d'un endroit qui ressemble à la Louisiane. d'après Nino Ferrer. J'ai d'abord trouvé le forum sur le google connecté avant de tomber sur de nombreuses mentions de Born to be a walker sur bazzart, donc j'ai finalement sauté le pas. Je viendrais sûrement tous les jours ou presque, mais ayant besoin de pas mal de temps pour parfaire mes RP et qu'ils me satisfassent totalement, je ne pense honnêtement pas être capable d'écrire plus de deux fois par semaine, mais sait-on jamais, mon rythme de croisière sera peut-être plus rapide qu'à l'accoutumée ici. En tous cas, une chose est sûre, je n'oublierai pas de code validé par Aileenoutte.

Décris ton caractère d'avant l'épidémie puis de maintenant.
La vie n'a jamais fait de cadeaux à Fernando, mais comme il est plus du genre à agir qu'à parler, il a toujours préféré rétablir l'ordre ou la justice plutôt que se plaindre. Il est un homme profondément bon, malgré ses élans d'impulsivité et sa persévérance à toute épreuve. Fernando a le regard des hommes fiers, ce regard cynique presque méprisant mais qui malgré tout, force le respect et excite tant les femmes. Ce regard assuré cache pourtant un homme sensible, qui a horreur de l'injustice et qui est prêt à n'importe quoi pour la combattre. Son caractère n'a pas considérablement évolué du fait de l'infection, quelques-uns de ses traits de personnalité s'exprime plus intensément ou plus fréquemment qu'avant, par exemple sa détermination, sa motivation, son altruisme, son optimisme et sa soif de paix et de justice.
Que ressens-tu quand tu vois un zombie ? Est-ce que tu les tues ? Si oui, que ressens-tu ?
Quand Fernando voit un zombie, il le tue. Il ne ressent plus que de la lassitude face à leur teint grisâtre, leurs cris infernaux l'agacent plus qu'autre chose, comme cette musique que l'on a trop entendu et que l'on ne supporte plus. Il n'éprouve plus aucun remords à éclater la cervelle des infectés. Après tout, ils sont déjà à moitié morts, et comme on ne peut pas les soigner pour les ramener totalement à la vie, autant leur tracer la route vers le salut à grands coups de plomb dans la tête.

As-tu perdu beaucoup de proches et les pleures-tu encore ?
Il a tout perdu, mais contrairement à beaucoup de gens désormais, ce n'est pas l'apocalypse qui lui a tout pris, c'est la vie. D'abord son père, puis sa femme et sa fille, son boulot et sa deuxième femme. Ils avaient tous quitté sa vie avant que les morts ne se remirent à marcher. Non, le chaos actuel ne lui a fait pleurer personne, il lui a même donné de l'espoir. Vous découvrirez cela plus bas.
Penses-tu avoir évolué depuis le début de l'invasion ?
Le caractère de Fernando n'a pas fondamentalement changé depuis le début de l'infection, certains de ses traits se sont simplement plus exprimés que d'autres. Sa philosophie de vie n'a pas non plus grandement changé, même s'il prie maintenant plus régulièrement qu'auparavant. Du point de vue physique, il est clair que la sous-nutrition et l'effort constant ne font pas bon ménage, ce qui lui valut de perdre quelques kilos au début de son périple, qu'il a en partie récupéré par la suite, lui valant désormais une musculature visuellement et techniquement fort appréciable.



Dernière édition par Fernando Almodovar le Dim 23 Oct - 12:58, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: ALMODOVAR - Coma mierda, malparido. Sam 22 Oct - 15:02


Coma mierda, malparido.




Son nom ; Fernando Juan Almodovar Montejuado. Né le 22 avril 1976 à Iquique, au Chili, d’un père prénommé Ernesto, professeur d’anglais à l’université Arturo Prat, et d’une mère portant le nom de Maria, femme au foyer. Deux ans plus tôt était née Belén, une charmante petite fille aux yeux noirs et aux couettes d’ébène qui promettait à ses parents de veiller sur ce nouveau petit frère qui venait d’arriver. Seulement, il ne faisait pas bon débarquer dans le monde à cette période. Augusto Pinochet venait de mener un coup d’état, avec l’appui de l’armée chilienne, pour faire tomber le président en place, Salvador Allende, et une dictature militaire de laquelle il était le chef absolu s’était installée dans le pays. Pinochet répandait la terreur, de la Cordillère des Andes jusqu’à la pointe antarctique, le peuple chilien était soumis au culte de sa personnalité, et la jeunesse était pervertie par sa propagande. Quiconque osait, même le temps d’un instant, se mettre en travers de son chemin était immédiatement arrêté, torturé, exécuté, ou enlevé, Dieu seul sachant ce qu’il advenait de ces disparus.

La famille Almodovar Montejuado a toutefois réussi à vivre sans s’attirer de problème jusqu’en 1984, une petite Carla les aillant même rejoint en 1982. Ernesto et Maria se pliaient en apparence au régime dictatorial, mais ne le cautionnaient aucunement. Ils livraient une résistance silencieuse au sein de leur foyer pour contrer autant qu’ils le pouvaient l’endoctrinement dont leurs enfants étaient les cibles à chaque fois qu’ils passaient le pas de la porte. Seulement, au Chili, pendant la dictature militaire, les murs ont des oreilles, et tout finit un jour ou l’autre, par se savoir. C’est sans doute la raison pour laquelle, le 26 mai 1984, aux alentours de seize heures, la police a débarqué sauvagement dans la maison familiale, retournant tout sur son passage, et a abattu de sang-froid le père de famille qui se trouvait là, avant de récupérer la petite Carla alors âgée de deux ans et de quitter l’édifice comme des voleurs. Je vous laisse imaginer la stupeur et le chagrin qui ont animé Maria, Belén et Fernando, quand ils sont rentrés à leur domicile et qu’ils ont découvert le cadavre d’Ernesto criblé de balles et les larges tâches de sang dans lesquelles il baignait, en plus de la disparition de la petite dernière.

Cet événement tragique a énormément affecté le jeune garçon sur le plan psychologique. Il décrira lui-même plus tard, que « Pinochet lui a botté le cul hors de l’enfance, le forçant à se comporter comme l’homme de la maison et à penser comme un adulte, à seulement huit ans. ». Quatre ans plus tard, à seulement douze ans, lors du référendum qui visait à maintenir ou non Pinochet au pouvoir, il participa à une opération de sabotage dans l’un des bureaux de vote à Iquique. Les élections seraient quoi qu’il en soit truquées en faveur du président, alors s'il pouvait montrer à ce foutu dictateur ce que le peuple pensait vraiment de lui à travers les résultats d’au moins l'une des urnes du pays, il devait saisir cette opportunité. Contre toute attente, lui et ses complices ne se firent pas prendre, et quelle surprise que ce fut, le soir même à l’annonce des résultats, quand les urnes chiliennes ont révélé leur parole, et que Pinochet se verra rendre les armes, deux années plus tard.

Cependant, pour Fernando, voir Pinochet destitué ne représentait pas une vengeance assez juteuse. Même si le retour à la démocratie était imminent, et que meurtres et disparitions ne seraient plus une menace si grande pour la population, l’ancien dictateur restait vivant, et cela, Fernando ne pouvait l’accepter, ni le comprendre. Alors le jour de ses dix-huit ans, jour où sa mère serait légalement libérée de sa charge, il rejoignit l’armée chilienne. Pourquoi s’être orienté vers une carrière militaire ? Parce qu’en 1994, date de son engagement, Pinochet était encore le commandant en chef des armées du pays, et qu’en plus d’avoir l’espoir absurde de croire pouvoir l’approcher plus facilement et lui faire payer son crime en en commettant un autre, Fernando avait cette envie forte et démesurée de protéger ses compatriotes et d’empêcher à tout prix qu’un nouvel épisode de terreur d’origine militaire ne voit le jour. C’est donc après avoir réalisé ses classes qu'il fit son entrée dans le service de renseignement des armées qu'est le trente-troisième groupe de télécommunications et de détection, au sein de la quatrième brigade des forces aériennes chiliennes, basé à l’extrême-sud du pays, à Punta Arenas.

C’est en cette même année, 1994, qu’il fit l’agréable rencontre d’une jolie brune, d’un an sa cadette, qui deviendra sa femme deux années plus tard. Elle était chilienne, tout comme lui, mais ses parents avaient quitté le pays pour fuir la dictature quelques années avant sa naissance, et s'étaient donc établis aux Etats-Unis. Elle était la première femme dont il tombait amoureux, il l’aimait et la chérissait plus qu’il n’aurait jamais osé le faire dans ses rêves les plus utopiques. Leur complicité mêlée à la passion qu’ils entretenaient, pansait toutes ses blessures et lui faisait oublier tous ses tracas. Ses baisers, sa douceur, l’amour qu’elle lui donnait et lui inspirait, le remplissait de courage avant ses missions. Ses yeux, ses lèvres, ses seins, ses hanches, tout son être lui manquait à chaque instant qu’il passait loin d’elle, si bien qu’il se sentait plus vivant que jamais quand il la retrouvait et passait la nuit suivante à lui faire l’amour avec la plus sincère des tendresses. La vie de Fernando Almodovar se résumait au nom de cette jeune femme, son monde tournait autour d’elle. Et puis un jour de 1997, un minuscule mélange de tout ce qu’il y avait de mieux en Fernando et sa compagne vit le jour. Une petite fille. La plus belle chose que Fernando n’ait jamais faite dans sa vie. Il la chérirait toute sa vie, elle, cette toute petite fille, qui avait les mêmes yeux doux que sa mère. Quelques années plus tard, Fernando aura le bonheur de voir que les deux femmes de sa vie partagent aussi le même sourire et les mêmes mimiques. Il était un homme comblé.

Et puis il y a eu ce jour, à la fin de l’hiver 2005. Ce jour où après une mission de trois mois, il rentra dans sa maison qu’il trouva vide. Les volets étaient fermés, et toutes les affaires des deux femmes de la maison avaient disparu. Il tomba alors sur cette lettre, posée sur la table de la cuisine, écrite de la main de celle qu’il aimait depuis des années. Ce bout de papier sur lequel elle avait couché tant de reproches, sur lequel elle brisait tant de promesses. Ce même bout de papier qui fit trembler un peu plus le militaire à chaque mot que ses yeux avaient le dégoût de lire, chaque ligne lui coupant un peu plus la respiration. Son monde venait de s'écrouler, et c’est dans une rage folle qu’il saccagea tout ce qui lui tombait sous la main avant de fondre en larmes. Tous ses rêves partaient en fumée. Ses projets se transformaient en désillusions, et les images qu'il avait dans la tête ressemblaient à des mensonges. Elle venait tout juste de foutre sa vie en l'air.

Malgré sa tristesse infinie, il n’eut pas d’autre choix que de se concentrer sur le seul pilier de sa vie qui tenaient encore debout, à savoir sa carrière. Il traquait ses cibles avec plus de détermination que jamais, il investissait toute son énergie dans son travail la journée, passait sa soirée au bar, et rentrait quelques fois avec une femme qu’il chassait de son lit aussitôt le lendemain matin. Et puis un jour, en septembre 2008, il rencontra Monica. Monica prenait beaucoup soin d’elle, peut-être même un peu trop, mais ce n’est qu’après l’avoir épousé qu’il s’en est rendu compte. Cette bonne femme n’était pas véritablement amoureuse de l’homme qu’était Fernando, elle aimait l’air de grand gentleman mystérieux qu’il arbore avec tant de conviction, et surtout son uniforme, et le prestige que son grade de major lui valait. C’est pourquoi de nombreux problèmes se posèrent, en 2010, quand il fut rapatrié des suites d’une grave blessure en mission et déclaré invalide à l’effort de guerre, perdant en même temps que son travail, l'intérêt qu'il avait aux yeux de sa vénale épouse. Etre mariée à un vétéran et non plus à un officier en forme sonnait bien moins séduisant pour Monica, qui préférera divorcer quelques semaines après, des suites de la reconversion de son mari en éducateur spécialisé dans un centre de redressement, et leur déménagement à Santiago que ce nouvel emploi avait nécessité.

Cette séparation ne fut pas un réel coup dur pour Fernando, qui n’avait plus de larmes à verser après son premier divorce. Il continuera donc à exercer sa fonction dans l’éducation spécialisée, dans la capitale chilienne jusqu’au début de la fin du monde.


--

La mission évidente de Fernando au début de l’apocalypse fut de maintenir en sécurité les jeunes pensionnaires du camp de redressement dans lequel il travaillait. Seulement les zombies se multipliaient à une vitesse hallucinante dans une ville peuplée par cinq millions d’habitants, ce qui ne permit pas au camp de tenir plus de trois semaines en autarcie totale. Mais cela, Fernando ne le sait pas. Il l’ignore parce que le cinquième jour de chaos, alors que l’électricité et les communications n’étaient pas encore totalement coupées, son portable a sonné. Un numéro américain l’appelait, à en croire l’indicatif téléphonique, mais il n’a pas pu répondre à cet appel. Seulement, ce numéro américain avait laissé un message vocal. Six secondes. Six secondes c’est le temps qu’il a fallu à Fernando Almodovar pour prendre la troisième plus grande claque de sa vie.

« Papa….a ..engo …ie..o P..pa.. ….toy ..Fresno, Cali…ia po.. favo..Papa…»

L’enregistrement était dégueulasse, mais s’il y a bien deux mots que Fernando avait compris et dont il était sûr de la transcription, c’était « Papa » et « Fresno ». Il avait tenté de rappeler, mais l’autre téléphone n’émettait plus aucune tonalité. S’agissait-il de sa fille, qui l’appelait depuis Fresno pour lui demander de l’aide ? Comment serait-ce possible ? Et comment être sûr qu’il s’agissait bien de sa gamine, au téléphone, elle qu’il n’avait pas entendu depuis des années et qui devrait être, si les circonstances avaient été normales, en passe de rentrer au lycée ? Il n’avait pas la réponse à toutes ces questions, mais il a réécouté ce message autant de fois que sa batterie de téléphone le lui a permis, et plus il entendait la voix implorante de cette jeune fille, plus il était persuadé qu’il s’agissait de la sienne. Il ne lui fallut pas plus d’une minute pour prendre sa décision. Il allait partir pour les Etats-Unis, plus exactement, pour Fresno, en Californie, et là, il aurait peut-être, la chance de revoir sa fille vivante.

Mais Fresno, en Californie, c’était pas la porte à côté, et même s’il en était conscient, il était loin de s’imaginer l’ampleur de la tâche. Il passa de longs mois, tous plus difficiles les uns que les autres, à parcourir le Pérou, l’Equateur, la Colombie, de nombreux états d’Amérique centrale, jusqu’à arriver au Mexique et finalement, à la frontière américaine où il fit cap vers l’Ouest. Trois ans et demi. Il aura mis trois ans et demi pour arriver en Californie. Il est actuellement aux abords du parc national de Yosemite. Plus que quelques heures de marche le séparent de son but ultime. Sa fille, s’il s’agissait bien d’elle, est-elle encore en vie ? Se trouve-t-elle encore à Fresno ? S’ils se croisent, se reconnaîtront-ils ? Ou Fernando aura-t-il fait tout ce voyage pour rien ?





You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.



Dernière édition par Fernando Almodovar le Dim 23 Oct - 11:16, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar



Love that hurts Our love is difficult
Conreb

I love U guy's:
 

× A propos du vaccin : :
Avec ou sans, on va tous y rester de toute manière...

× Âge du perso : :
33 ans mais elle préfére se dire qu'elle n'a jamais passer la trentaine

× Localisation (+ avec qui) :
A la villa avec Conrad et sa petite famille ( Graham, Alixen, Emily & Desmy.)

× Avant, j'étais : :
Officiellement Détective privée, officieusement mercenaire & arnaqueuse. Aujourd'hui survivante peu recommandable.

× Messages : :
5309

× Points de vie : :
213

× Copyright : :
Schizophrenic(avatar) & XynPapple(signature)

× Avatar : :
Lauren Cohan le canon !

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: ALMODOVAR - Coma mierda, malparido. Sam 22 Oct - 15:06

Bienvenue ! GOD CE QUE TU ES BEAU !
Sublime choix d'avatar j'ai hâte de voir ce que va donner ce perso !

_________________
I CAN'T CONTROL
THIS LOVE
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


# W I L L H O O D
Funny you're the broken one
but I'm the only one who
needed saving.

♥ ♥ ♥ :
 

× A propos du vaccin : :
Un vaccin... T'es drôle ! C'est que des conneries.

× Âge du perso : :
Trente-quatre ans, et toujours aussi sexey.

× Localisation (+ avec qui) :
Je me promène sur les routes de la Californie avec Desmond, Rebekah et Anna.

× Avant, j'étais : :
Sportif professionnel ; quarterback des San Francisco 49ers, équipe de la NFL (national football league).

× Messages : :
3811

× Points de vie : :
286

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Jensen Ackles.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: ALMODOVAR - Coma mierda, malparido. Sam 22 Oct - 16:04

Bienvenuuuue sur Born. yeux Courage avec cette fichette & si tu as des questions n'hésite surtout pas à contacter un membre du staff. lele coeur2

_________________

- ⋆ ' ⋆ . - ⋆ ' ⋆ . - ⋆ ' ⋆ . - ⋆ ' ⋆ . -
I didn't want to give you
the one last part of m y s e l f
THAT I COULDN'T TAKE BACK
but then I  r e a l i z e d  it was already yours
& it had been since the very  b e g i n n i n g
'-_ i t  d r o v e  m e  m a d _-'
Revenir en haut Aller en bas

BODIE
avatar


"Je veux vous voir paniquer!"

× A propos du vaccin : :
Non, blwaaaaah!

× Âge du perso : :
26 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Californie, à Bodie, avec Alliyah

× Avant, j'étais : :
Miss Kansas et Ouvrière d'abattoir

× Messages : :
424

× Points de vie : :
7

× Copyright : :
The1Royal Jester

× Avatar : :
Margot Robbie

× Et ton p'tit pseudo ? : :
The1Royal Jester

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: ALMODOVAR - Coma mierda, malparido. Sam 22 Oct - 17:54

Hola! Como esta dans la casa?! diego ha ha

Bienvenue el gato loco. you

_________________
"Nothing's alright, nothing is fine. I never realized I was spread too thin, Till it was too late and I was empty within. Hungry, feeding on chaos and living in sin. No love for myself and no love for another. Don't give a fuck if I cut my arm bleeding, I'm contemplating suicide. 'Cause I'm losing my sight, losing my mind."
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: ALMODOVAR - Coma mierda, malparido. Sam 22 Oct - 19:39

Pedro yeux Bienvenue cara
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: ALMODOVAR - Coma mierda, malparido. Sam 22 Oct - 19:48

Bienvenue bril cuty cuty calin
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Plutôt crever que de faire ce foutu vaccin !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21395

× Points de vie : :
388

× Copyright : :
© lux aeterna (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: ALMODOVAR - Coma mierda, malparido. Sam 22 Oct - 21:35

Woaaaaw ce choix de fifouuuu gné J'approuve totalement yeux
Bienvenue à toi sur Born en tout cas et merci miiiille fois de nous rejoindre bril J'ai hâte d'en savoir plus sur ce que tu nous réserves coeurrose

Bon courage avec ta fifiche et comme l'a dit Conradou, n'hésite surtout pas si tu as des questions ou quoi excite excite excite

_________________
en présence très réduite jusqu'au 9 août
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

ANGELS CAMP
avatar





× Âge du perso : :
35 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Californie à l'Angels Camp avec Caïn

× Avant, j'étais : :
Employée dans un orphelinat

× Messages : :
869

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
moi (vava)/Solosand (Sign)

× Avatar : :
Kate Beckinsale

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Ju' ou Much ou le mix des deux

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: ALMODOVAR - Coma mierda, malparido. Dim 23 Oct - 0:00

Quel choix !! Mais quel choix !!!

Bienvenue parmi nous ballon

_________________
In a lust for life,
« in a lust for life,
Keeps us alive, keeps us alive » by Wiise


Revenir en haut Aller en bas

BODIE
avatar



× A propos du vaccin : :
Non - Ellyn n'a pas croisé la route des sauveurs, et dans tous les cas elle ne leur ferait pas confiance.

× Âge du perso : :
32 ans

× Localisation (+ avec qui) :
à Bodie

× Avant, j'étais : :
Assistante de direction

× Messages : :
504

× Points de vie : :
13

× Copyright : :
Dakini

× Avatar : :
Jennifer Morrison

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Sugar`Dream

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: ALMODOVAR - Coma mierda, malparido. Dim 23 Oct - 8:42

Bienvenue hearteye

_________________


Today is the day. I was scared, terrified, but time is coming to be an other one people. today I have to fight and survive. I'm ready now. © FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: ALMODOVAR - Coma mierda, malparido. Dim 23 Oct - 13:20

Wahou, quel accueil. Merci beaucoup à toutes et à tous Smile
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


in the middle of the night, when the angels scream, i don't want to live a life that i believe. time to do or die.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Plutôt crever que de faire ce foutu vaccin !

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21395

× Points de vie : :
388

× Copyright : :
© lux aeterna (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: ALMODOVAR - Coma mierda, malparido. Dim 23 Oct - 15:49

Mon dieu mais ... mais ... quelle histoire !! woof J'étais juste captivée du début jusqu'à la fin puppy Fernando est grave cool ! Et j'espère qu'il va retrouver sa fille (enfin y a intérêt !) et j'ai hâte de voir un potentiel scénario puis des retrouvailles coquin yeux
Et puis évidemment, réserve-moi des liens excite
Et puis quelques petites précisions sur le groupe : je me dis qu'en étant à Yosemite, Fernando s'assure d'avoir un camp s'il retrouve sa fille et puis il peut bien faire les allers-retours de temps en temps (parfois sur plusieurs jours of course), sans vraiment quitter Yosemite mais sans non plus y être tout le temps/totalement tu vois ? woof Enfin, tu fais comme tu veux, et tu n'hésite pas à nous mpotter si tu veux qu'il devienne un marginal bril
Te voilà validé !


Aileen L. Blackhood, fonda'

Félicitations, tu rejoins le groupe de Yosemite ! Comme dit plus haut : n'hésite surtout pas à mpotter un membre du staff si tu souhaites en changer en cours de route coeurrose

Tu peux dès maintenant te lancer dans l'aventure Bornienne :

→ Lance-toi dans le RP en t'amusant ici ou cherche des partenaires de jeu par !
→ Recense ton avatar en postant dans ce sujet.
→ Prends connaissance du système de points et ce qu'il implique (en plus d'autres informations nécessaires à la compréhension du forum) par ici (cf INFO N°3).
→ Viens poster tes fiches de liens et de RPs.
→ Crée tes propres scénarios ou de simples liens qui pourraient t'être utiles.
Vote régulièrement pour gagner des points et nous faire connaître ! De même en postant sur Bazzart et PRD
→ Et surtout amuse-toi !



_________________
en présence très réduite jusqu'au 9 août
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: ALMODOVAR - Coma mierda, malparido. Jeu 27 Oct - 14:19

Elle est belle ta petite moustache diego diego Bienvenue cuty !
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: ALMODOVAR - Coma mierda, malparido.

Revenir en haut Aller en bas

ALMODOVAR - Coma mierda, malparido.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: DON'T BE SCARED :: WHO ARE YOU ? :: CLOSED-