Cait — And I'll go talk to fill the void
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome. Quelques bugs/décalages à attendre sous Firefox.
Le 10 novembre 2016, le forum a fêté ses quatre ans !! A cette occasion, sa saison 5 a été mise en place. bril Et le 12/06/2017, sa version vingt-trois réalisée par Morphine est installée. Toutes les nouveautés sont à découvrir ici. coeurrose
Oh la la qu'est-ce que vouuuuus aiiiiiime !! coeurrose lele Et si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ?

Partagez| .

Cait — And I'll go talk to fill the void

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Cait — And I'll go talk to fill the void Sam 3 Déc - 2:05

Caitlynn Phelps Doyle
PRÉNOM(S) † Caitlynn. NOM † Sur sa carte d'identité, Phelps, celui de son ex mari. Mais quelqu'un en a encore quelque chose à foutre de ce machin ? Cait avait déjà repris son nom de jeune fille avant "tout ça" alors pourquoi changer maintenant. ÂGE † 38 ans. DATE DE NAISSANCE † 15 décembre 1977. LIEU DE NAISSANCE † Louisville, Kentucky. ANCIEN LIEU D'HABITATION † Detroit, Michigan. ANCIEN MÉTIER † Serveuse. Tu sais, Honey, la vie te donne pas toujours ce que tu veux... STATUT FAMILIAL † Divorcée, mère de trois enfants. ORIENTATION SEXUELLE † Hétérosexuelle curieuse. Elle a déjà essayé le même sexe sans pour autant y trouver un réel intérêt durable. CÉLÉBRITÉ SUR L'AVATAR † Christina Hendricks.  coeur2  GROUPE QUE TU SOUHAITES REJOINDRE † Les marginaux. CRÉDIT AVATAR † Blimey!Design.

   


   
Parler de moi ? Oh, l'horreur. Sois je la fais courte parce que je sais pas quoi dire, soit je m'étale comme du beurre fondu, et malheureusement, c'est pas à vous de choisir...
Moi c'est Laura, alias 14v24/Dayaxa/Blimey!. Trop de pseudo pour une éternelle insatisfaite qui trouve toujours quelque chose à redire ! Je viens de la région parisienne et paraît que je commence à me faire vieille avec mes 23 ans (les gueules de bois commencent à devenir coton, cimer quoi).
Je ne suis pas hyper dispo, tiraillée entre mes études de communication visuelle qui me prennent trop de temps, faire genre que je suis sociable et voir mes potes (un peu), me faire à manger parce que je crois que je ne tolère plus les conservateurs/exhausteurs de goût, regarder le plus possible de films & série, lire beaucoup pis RP aussi, de temps en temps, quand même...
Sinon, j'aime pas les tomates, je mange du chocolat tous les jours, j'adore la science-fiction et la fantasy, ma couleur préférée c'est le vert et je dois être la seule nana à avoir tué son cactus ( pleure ) code validé par Aileenoutte
   
   
Décris ton caractère d'avant l'épidémie puis de maintenant.
Samuel, mon ex mari, me disait toujours que j’étais chiante. Tu sais, parce que je râlais quand il s’enfilait encore une bière devant la tv alors que les mômes allaient rentrer et qu’il fallait encore faire à manger.  J’aimais que ma maison soit propre, Carla, la voisine, me comparait souvent à Bree Van de Camp, t’sais la rousse de la série là. Cait’ tire sur sa clope, adossée à l’évier de sa cuisine, le regard dans le vide. Elle s’est peut-être bien enfilée quelques verres de trop mais cela ne compte plus vraiment. Le mec en face d’elle, un démarcheur sûrement un peu trop gentil, un peu trop mauvais commercial, et définitivement en manque d’argent la regarde, visiblement mal à l’aise. Mais, Cait’ s’en fiche, elle est comme ça, bien trop familière avec tout le monde, surtout quand elle a bu. Elle adresse un sourire à l’homme, reprenant le fil de sa pensée. Bon, j’étais un peu maniaque des fois, mais je travaille dessus. C’est pas facile de garder une maison convenable, tu sais, avec trois mômes et un mari franchement feignant. J’ai jamais rien pu contrôler dans ma vie, sauf mon apparence et ma maison. Ca aussi, Sam me le reprochait. « T’es casse-couille à jamais être contente et à vouloir absolument que je jette mes vieux tee-shirts! » qu’il me disait. Cait’ sourit, transformant de vieux souvenirs âpres en nostalgie. Tout ça parce que je voulais qu’il file ses affaires trop petites à Emmaüs. C’est vrai quoi, il allait pas me faire croire qu’il allait retrouver ses abdos en restant devant la télé ! Il en profitait à chaque fois pour me balancer à la gueule qu’il trouvait mes jupes trop courtes et mes décolletés trop décolletés. Comme si c’était pas pour ça qu’il s’était mis avec moi ! Elle laissa échapper un rire mi-moqueur, mi-sarcastique. Elle pouvait sembler naïve, mais Cait’ était loin d’être conne. On m’a élevée comme ça, tu sais. A être une bonne fille, puis une bonne épouse et une bonne mère, tu vois ? A toujours dire oui, à jamais élever le ton. Mon père c’était un con, un peu, mais je l’aimais bien. Lui, je crois qu’il ne m’aimait pas toujours, avec ma grande bouche et ma fâcheuse manie de me retrouver dans des situations imprévues. Elle esquissa une grimace amusée, comme lorsqu’elle venait de faire une bêtise, se rappelant les dérouillées qu’elle s’était mangées, enfant. J’ai jamais été faîte pour cette vie, pour traire les vaches et chanter, un chapeau de paille sur le haut du crâne. Quand j’ai dit à mon père que je me cassais pour l’université, il m’a ri au nez en me disant que j’étais pas assez intelligente pour réussir. Ca m’a foutue en rogne, tu vois, et je suis pas rentrée à la maison pendant presque un an. Je voulais lui montrer que je pouvais y arriver. Bon je suis aussi têtue qu’une mule, ça aide pas. J’étais vraiment déterminée à réussir, à travailler dans la pharmacie ou peut-être à devenir médecin. Ca lui en aurait bouché un coin, à mon con de père, hein ? Mais bon, faut croire qu’il avait raison. Sam aussi il me le répétait souvent, que j’étais bête, alors je suppose que ça doit pas être faux. Mais, j’avais bossé tellement dur ! Elle soupire, un peu triste de ne pas avoir pu finir ses études. Mais tout ça c’est du passé, des images qui s’envolent dans les volutes de fumée qu’elle recrache. Au moins, quand il est parti, j’avais plus à entendre ses critiques toute la journée. Ca a été difficile, j’avais pas d’argent, tu sais, alors bon, il a bien fallu trouver un moyen de survivre, avec mes trois chéris. Elle lui adresse un sourire franc, croisant les bras sous sa poitrine, la faisant remonter légèrement, de façon subtil, d’un geste qui peut sembler naturel et qui pourtant a été tant travaillé. Enfin bon, je dois tellement vous ennuyer avec ses idioties ! Elle lui effleure le bras en se penchant devant lui pour éteindre sa cigarette. Vous disiez que vous vouliez me présenter quel produit déjà ? Un nouveau jus d’orange ? Cait’ écoute l’homme lui déblatérer son laïus, visiblement sûr de lui. Elle papillonne, sourit et joue avec une mèche de ses cheveux en hochant la tête, la bouche en cœur. Quand elle referme la porte derrière le commercial, elle remonte l’encolure de son tee-shirt et se frotte les mains en pendant à la suite de sa soirée. Cette soirée qui commence si bien avec 5 packs de jus d’orange à moitié-prix.

Ca, c’était Cait’, avant. Aujourd’hui, elle n’a pas énormément changé. On prend les fondamentaux de sa personnalités et on les ajuste à la situation actuelle, c’est aussi simple que cela. Personne n’a réussi à la faire changer, pas son père, pas son ex. mari. Ils lui ont insufflé des doutes, l’ont déstabilisée, mais Caitlynn reste une personne droite et fidèle à elle-même qui ne fera jamais rien de contraire à son éthique. Cependant, il se pourrait que cette notion soit particulière pour cette femme rentrant bientôt dans sa quarantième année de vie. Avant, elle arnaquait les vendeurs, usait de ses charmes pour obtenir ce qu’elle voulait et savait copiner avec tout le monde tant que cela lui permettait de payer le loyer et de manger autre chose que des pâtes. Aujourd’hui, rien n’a changé si ce n’est qu’elle a appris à amadouer les personnes solitaires douteuses et que lorsque des pâtes se trouvent dans son assiette, c’est un peu comme si c’était noël. Caitlynn n’a pas un mauvais fond, elle a juste appris à faire ce qu’il fallait pour sa survie et celle des gens qu’elle aime, à n’importe quel prix. C’est aussi un cœur d’artichaut, mais ça elle essaye de le cacher derrière des sarcasmes et de l’ironie, deux notions qui disparaissent instantanément devant les jeunes qu’elle ne peut s’empêcher de traiter comme ses enfants. Elle peut alors devenir très énervante à enlever la tâche qu’il y a sur ta joue d’un mouvement de pouce mouillé de salive. C’est également quelqu’un de très têtu et de raisonner, qui ne fonce que rarement tête baissée, préférant user de stratégie et de moyens détourner. Caitlynn obtient toujours ce qu’elle veut, ou du moins, elle déploie toujours les moyens qui y sont nécessaires. En communauté, c’est généralement la femme que tout le monde connaît parce qu’elle rit un peu fort et qu’elle n’épargne aucune blague, même déplacée, qu’elle accompagne toujours d’un sourire un brin moqueur. Il y en a toujours pour la croire un peu bêtasse, Caitlynn sait juste parfaitement rentrer dans le rôle qu’on lui a attribué toute sa vie, qu’elle a subi, peaufinant son jeu d’acteur au fil des années.
Que ressens-tu quand tu vois un zombie ? Est-ce que tu les tues ? Si oui, que ressens-tu ?
La première fois que Caitlynn a vu un zombie, elle a cru qu’elle perdait la boule. Accepter le fait qu’il y avait un problème, c’était une chose (après tout, quand les média tombent en rade un a un, que les gens tombent malades et que l’électricité vacille, ça aide un peu, n’est-ce pas ?), mais accepter que les morts reviennent à la vie…? Au début, Cait’ a eu beaucoup de mal à les accepter, elle s’est posée beaucoup de questions. Etaient-ils vraiment morts, ou bien était-ce juste des gens malades ? Lorsqu’elle a assisté à son premier réveil, elle a compris. Ces choses n’étaient plus des humains, mais des corps en décomposition qui foulaient une terre qui ne leurs appartenait plus. Alors, comme pour tout elle s’est faite une raison.

Aujourd’hui, après 4 ans d’enfer, Caitlynn ressent autant de chose en tuant un rôdeur qu’en découpant des pommes de terre : ça la fait chier. Elle préfèrerait s’en passer, mais c’est inévitable alors elle ne se pose plus aucune question et elle fait ce qu’elle a à faire, quel qu’en soit le moyen.

   
As-tu perdu beaucoup de proches et les pleures-tu encore ?
Caitlynn refuse clairement de ne serait-ce qu’envisager la chose. Lorsque tout a éclaté, ses trois enfants étaient en vacance chez leur père, à l’autre bout du pays. Elle est arrivée seulement il y a quelques mois dans la zone et elle espère plus que tout les retrouver, les revoir, même après ces longues années. L’espoir fait vivre, il paraît, et c’est clairement le moteur de Caitlynn. Lorsqu’elle sent le désespoir pointer le bout de son nez, elle se lance dans une fuite en avant. Elle ne prend pas le temps de s’arrêter, passant son temps à bouger. Rester occupée, rester concentrée pour atteindre son but : retrouver sa famille.
Quant à son père, seul survivant de sa famille, Caitlynn l’a laissé dans sa ferme du Kentucky qu’il refuse de quitter, à n’importe quel prix. Elle espère y retourner lorsqu’elle aura retrouvé sa famille, pensant que la vieille maison familial ferait un bon refuge.
Penses-tu avoir évolué depuis le début de l'invasion ?
Caitlynn a bien entendu évolué depuis le début de l’invasion. Celle-ci a réveillé des ressources insoupçonnées chez cette femme somme toute normale. Plus têtue que jamais, Caitlynn n’a pas changé les fondements de sa personnalité, elle a juste enterré les partie d’elle nocives, qui risquaient de la mettre en danger. Sans cesse sur la route, à bouger, Caitlynn n’a jamais pris le temps de se laisser aller et à vrai dire cela lui fait un peu peur, alors tout est bon pour trouver une occupation. Elle est plus froide, plus méfiante et plus manipulatrice que jamais. Elle ne montre jamais son vrai visage à la première rencontre, et n’hésite plus à endosser un rôle si cela peut la sortir d’une mauvaise passe. Il est sûrement dur de retrouver la vraie Caitlynn, d’en tout ça.
   
   


Dernière édition par Caitlynn Doyle le Sam 3 Déc - 23:59, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Cait — And I'll go talk to fill the void Sam 3 Déc - 2:06


   
I'm not as nice as you think i am.

   
Caitlynn est née dans un hôpital près de Louisville, in extremis, le 15 décembre au soir. Les années suivantes, sa mère lui raconta que ce fut un accouchement rêvé, rapide et sans douleur, alors qu’elles se reposaient sur le tapis au coin du feu. Cait a grandi dans une ferme à Bronston, Kentucky, entourée de verdures et d’animaux, dans une famille habituée à se serrer la ceinture et vivant à la dure. Son père, agriculteur cultivant principalement le maïs, était ce qu’on pouvait appeler un américain moyen du Kentucky, bigot, et attaché à des valeurs somme toute archaïques. Sa mère était malgré tout tombée amoureuse de lui, pour ce qu’elle appelait ses qualités cachées, ces traits de caractère auxquels Caitlynn n’avait été spectatrice que trop peu de fois dans sa vie. Douce, souriante et extravertie, Marsha Doyle vendait sur les marchés du coin les produits de la ferme qui ne relevaient pas de la culture du maïs et s’occupait de ce que son mari appelait « les affaires de fille ». D’elle, Caitlynn avait appris la gentillesse, l’ouverture d’esprit et l’altruisme alors que son père lui inculquait la force d’esprit, la persévérance et l’abnégation durant les longues heures qu’elle passait sur le tracteur ou dans les champs.
Cait a eu une enfance plutôt heureuse, ne commencez pas à sortir le violon. Malgré une relation chaotique avec son paternel, elle a eu la chance de grandir dans une ferme et de goûter aux plaisir simples que cela amenait comme cueillir une pomme au détour d’une balade ou faire cuir les oeufs pondus une heure auparavant. Très tôt, son père lui apprit à tirer au fusil et à défendre le territoire de la ferme. Lorsqu’elle avait atteint l’adolescence, Caitlynn n’hésitait plus à tirer à la carabine sur les voleurs arpentant leurs terres, mettant à profit les longues heures d’entrainement et de chasse auxquelles son père l’avait soumise. Une fois, elle en avait touché un à la jambe, avait soupiré en le regardant gémir au sol et l’avait emmené jusqu’à l’hôpital en le traitant de bébé. Cet ado était devenu son premier petit ami, fréquentant un autre lycée du coin.

D’un point de vue scolarité, Caitlynn n’avait pas été aussi assidue que ce qu’elle aurait voulue. Souvent réquisitionnée à la ferme par son père, il n’était pas rare qu’elle manque des jours de cours ou qu’elle loupe une super soirée, la mettant passivement en colère. Il est vrai que lorsqu’elle rentra en 10th grade, l’obtention de sa licence de conduite n’aidant pas, Caitlynn commença à se rebeller légèrement et, bien que continuant d’aider son père à chaque fois qu’il le demandait, elle débuta une série d’années durant lesquelles elle goûta à la liberté. Sa relation avec son père ne devint que plus tendue alors que sa mère la caressait régulièrement d’un regard inquiet. Caitlynn ne devint pas une ado à problème, elle se contenta de se faire ramener une ou deux fois par le shériff du coin, ami de sa mère, pour avoir bu un petit verre ou pour s’être fait prendre à trainer autour de la piscine du coin, en dehors des heures d’ouverture (il fallait dire qu’il suffisait de passer les barrières mesurant à peine 1m60, alors…). Passablement moyenne, ses notes restaient stables jusqu’à sa 12è année où elle réalisa que le milieu pharmaceutique ou celui de la médecine étaient des choses qui lui plaisaient bien. Elle n’avait jamais osé en parler à ses parents, mais son comportement changea du tout au tout. Elle arrêta ses conneries et se mit à bosser jour et nuit pour rattraper les immenses lacunes qu’elle avait accumulées au fil des années.

Après un an à bûcher comme une folle, Cait fut finalement admise à l’université du Michigan qui lui offrait une bourse, sans quoi elle n’aurait jamais pu espérer y mettre un jour les pieds. Lorsqu’elle l’annonça à ses parents, la réaction de son père fut comme une claque qu’elle se prit en pleine figure. Enfant unique, l’avenir de la ferme reposait sur ses épaules, rôle qu’elle se refusait à endosser depuis toujours. Son père la rabaissa plus bas que terre, ne croyant évidemment pas en ses capacités. Caitlynn ne se démonta pas et elle partit pour l’université en embrassant tendrement sa mère, sans un regard pour son paternel.
Sa première année se passa sans encombre. Cait ne rentra pas une seule fois chez elle cette année là, travaillant d’arrache pied pour tenter d’atteindre un niveau correct, toujours victime de ses années scolaires volatiles. Elle échangea plusieurs lettres avec sa mère sans jamais mentionner son père. Elle réussit son année de justesse.
Sa deuxième année se passa sensiblement de la même manière, avec un peu plus de socialisation ; Caitlynn commençait à faire son nid dans ce campus qu’elle connaissait maintenant comme sa poche.
En troisième année, elle rencontra Samuel, celui qui serait plus tard le père de ses enfants. A 20 ans, Caitlynn tomba éperdument amoureuse de ce mec qui ressemblait à son père par bien des aspects, ce qu’elle n’avouerait jamais. C’est précisément à ce moment là que sa vie chavira. Après tout, une erreur est si vite arrivée, surtout lorsqu’une femme est amoureuse, n’est-ce pas ? Caitlynn tomba enceinte d’un enfant non désiré qu’ils décidèrent tout de même de garder. Lorsqu’elle l’annonça à ses parents, sa mère pleura beaucoup et son père ne lui adressa qu’un seul regard, voulant clairement transmettre un « je te l’avais bien dit » acide.

Samuel et elle s’installèrent dans un tout petit appartement humide de Detroit, ville dont était originaire Samuel. De trois ans son année, Sam avait pris le temps de terminer son master en réseau & informatique qu’il commença à exercer dans une petite entreprise qui le payait mal. C’est ainsi que naquit Nathanael Samuel Doyle. Ses premières années furent heureuses, bien que dures et Caitlynn ne regretta pas un seul instant son choix. Sa vie ne prenait certes pas la tournure escomptée, mais son fils et son futur mari lui apportaient tant de bonheur qu’elle ne pouvait concevoir que cela ne dure pas toute sa vie. Ils se marièrent deux ans plus tard alors que Cait était de nouveau enceinte. Les choses s’accélérèrent alors. Avec l’arrivée d’un nouveau bout de chou, leur appartement miteux était définitivement trop étriqué. Caitlynn se trouva enfin un travail fixe dans un diner sur l’une des routes quittant Detroit, stockant de l’argent avant la naissance de sa petite fille. Ils achetèrent une vieille maison au rabais dans la banlieue de la ville du hockey sur glace. C’est alors que les emmerdes commencèrent.

Caitlynn et Samuel enchainaient les heures de travail, espérant rembourser l’emprunt qu’ils avaient effectué pour pouvoir se payer leur maison. Cette maison en lambeaux, parcourue par les courants d’air et aux moisissures apparentes. Samuel promettait toujours de réparer l’eau chaude ou de combler les joints des fenêtres mais au fil des années seulement de petites choses évoluèrent. Nath grandissait, enchainant les coups de froid, et s’occupant de sa petite sœur, Indiana, alors que ses parents se cassaient la santé pour ramener de l’argent.
Le couple de Caitlynn commença alors à chavirer. Pris par le travail, la routine, les enfants, Samuel s’enferma dans une routine « boulot, bière, télé, dodo » qui laissait Caitlynn seule pour faire tourner la maison. Sa seule excuse : le fait que son salaire était double par rapport à celui de sa femme. Les disputes s’enchaînèrent et l’ambiance à la maison se détériora petit à petit. Caitlynn prenait tout sur ses épaules et protégeait comme elle pouvait ses enfants de leur misère, de ses problèmes de couple.

Samuel et Cait tentèrent une dernière action pour sauver leur amour, et celle-ci prit la forme de Carlee, leur troisième enfant. Quelle mauvaise idée que de faire un enfant lorsque tout va mal, voilà ce que Caitlynn se dit lorsque Samuel quitta la maison, sa femme et ses enfants, 1 an et demi après la naissance de sa petite fille, se cassant avec une femme plus jeune, plus fraîche, moins chiante que Caitlynn. Sur le coup, Cait crut que son monde s’effondrait. Elle déposa ses enfants chez ses parents et dépérit dans sa maison miteuse une semaine durant.

Puis, Cait prit une décision. Il était hors de question qu’elle se pourrisse la vie pour une homme qu’elle n’aimait même plus, avec qui elle restait par habitude, par affection, pour le souvenir. Elle se retroussa les manches et sa vie changea du tout au tout. Aidée de sa meilleure amie, Maggie, mère célibataire depuis de nombreuses années, Caitlynn reprit sa vie en main et bien que sa vie ne fut pas plus facile, elle devint tout de même plus heureuse. Elle travaillait plus, dormait moins, mais la maison commença à changer, petit à petit. Aidée de ses enfants, Cait apprit à réparer la tuyauterie, à combler les trous avec de la mousse extensible et à laisser les enfants repeindre les murs avec de la peinture bon marché. Leur maison ne ressemblait certes pas à une photographie de magazine design, mais elle était accueillante, dépareillée, unique et surtout, dépourvue de courants d’air.

Cait éleva ainsi seule ses enfants durant 4 années, plus ou moins dures, mais toutes ponctuées de rire, d’investissement et d’épanouissement. Elle-même ne prenait guère de temps pour elle, à part lorsque sa tribu la quittait pour traverser le pays et passer une semaine ou un week-end prolongé avec leur père et sa pouf, comme l’appelait Maggie. Elle sortait alors, rentrait parfois accompagnée, souvent alcoolisée et ne manquait jamais de compter les heures la séparant de ses enfants.




Oui, mais seulement voilà, en cette fin d’année 2012, alors que ses enfants passaient du temps chez leur père, en Californie, tout bascula. Cait renifla devant sa télé, de nombreux mouchoirs éparpillés autour d’elle alors que les média s’épanchaient en long en large et en travers sur une épidémie de grippe hivernale, dont elle était elle-même atteinte. Lorsque vingt heures sonnèrent à la pendule, elle se saisit du téléphone posé sur le guéridon à côté d’elle et composa le numéro qu’elle connaissait par cœur. Un bip retentit et un message se fit entendre « Nous sommes désolés, mais nos services sont momentanément interrompus. Veuillez réessayer plus tard ; Si le problème persiste, merci de contacter… » Cait raccrocha, faisant disparaître le nom de son fils aîné de l’écran. Ses enfants pourront bien se passer de son coup de fil journalier pour une fois, après tout. Elle haussa les épaules et s’endormit comme une masse dans le canapé en regardant un téléfilm de seconde zone.
Lorsque le lendemain et le surlendemain le problème persista, Cait commença à s’inquiéter. Elle composa tous les numéros qu’elle connaissait et tombait inlassablement sur le même message, en boucle, alors que certaines chaînes de sa télévision grésillaient ou ne retransmettaient que de la neige. Le nez rouge, fiévreuse, elle enfila son manteau et traversa les deux blocs de maisons qui la séparaient de Maggie, en pantoufle. Elle s’échina une bonne dizaine de minutes sur la porte d’entrée, sans grand succès. Les sourcils froncés, elle s’autorisa à faire le tour et à rentrer par la porte arrière, sachant pertinemment que la clé était cachée dans le pot de magnolia.

C’est là qu’elle vit son premier zombie. Maggie, étendue sur le sol dans une marre de sang, rampant jusqu’à elle. Cait hurla, Alice, la fille de Maggie ne semblait pas être là. Elle sortie en courant, fit le chemin inverse et se barricada chez elle durant 3 bons jours, presque persuadée que tout ceci n’était que le fruit de son esprit fiévreux.
Quand sa grippe se fut décidée à partir, elle retourna chez sa meilleure amie et l’acheva d’un tir de Beretta qu’elle savait caché dans le placard sous l’escalier. Caitlynn ne comprenait rien à la situation, mais ce qu’elle savait en revanche, c’était qu’elle devait retrouver sa tribu. Elle n’hésita qu’une petite heure, arpentant en large et en travers sa cuisine. Il se passait forcément quelque chose.

Elle empaqueta ses affaires et l’aventure commença pour elle. Sans entrer dans les détails, Caitlynn traversa l’Amérique jusqu’en Californie durant un peu plus de trois ans, passant plusieurs mois en compagnie de son père, dans la ferme familiale, sa mère étant morte des années auparavant. Elle l’aida à s’organiser, puis partie chercher sa famille, un fusil de chasse sur l’épaule, se refusant à s’angoisser pour ce père intolérant, mais qui restait tout de même… son père. Elle galéra beaucoup, renonça à se déplacer en voiture plus que de raison, abandonnant les véhicules avant d’en retrouver d’autres, avec un réservoir plein. Caitlynn resta souvent seule et se mélangea, parfois, à certains groupes qu’elle finissait toujours par quitter que ce soit à cause d’une divergence de point de vue, de destination ou juste parce qu’il le fallait. Elle a assisté au bordel de l’Angels Camp, de loin, ne connaissant personne et ne se sentant en aucun cas obligée d’intervenir. Tout cela ne la concernait pas. Quand les bons de vaccination sont tombés du ciel, Caitlynn n’a pas pu s’empêcher de jurer un bon coup et de rire un peu en se demandant quel pouvait bien être ce bordel ?

Elle a évolué, durant ces années, s’est endurcie, a appris à survivre. Mais s’il y a bien une chose qui ne change pas, c’est sa volonté de retrouver ses enfants.

   
You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.

   


Dernière édition par Caitlynn Doyle le Lun 5 Déc - 22:04, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar



Justice has a price
Tywan

× A propos du vaccin : :
Très peu pour moi merci...

× Âge du perso : :
34 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Dans l'ombre d'Iwan

× Avant, j'étais : :
sous directrice d'une agence de publicité

× Messages : :
595

× Points de vie : :
36

× Copyright : :
Schizophrénic la best (avatar) Bat'phanie(signature)

× Avatar : :
Jaime Alexander

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Cait — And I'll go talk to fill the void Sam 3 Déc - 7:22

Bienvenue! J'aime bien ton choix de vava

Par contre je veux pas être pénible mais ton nom de famille est déjà prit par mon premier perso... donc si tu veux on peu essayer de parler lien de famille sinon faudra que tu le change je pense ! Voilà sorry hm

_________________
price of the justice
Tout a un prix...Et toutes les erreurs son pardonnable
Revenir en haut Aller en bas

BODIE
avatar



× A propos du vaccin : :
Non - Ellyn n'a pas croisé la route des sauveurs, et dans tous les cas elle ne leur ferait pas confiance.

× Âge du perso : :
32 ans

× Localisation (+ avec qui) :
à Bodie

× Avant, j'étais : :
Assistante de direction

× Messages : :
502

× Points de vie : :
8

× Copyright : :
Dakini

× Avatar : :
Jennifer Morrison

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Sugar`Dream

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Cait — And I'll go talk to fill the void Sam 3 Déc - 7:31

Bienvenue et bon courage pour ta fiche ! cuty

_________________


Today is the day. I was scared, terrified, but time is coming to be an other one people. today I have to fight and survive. I'm ready now. © FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Cait — And I'll go talk to fill the void Sam 3 Déc - 10:06

Bienvenue cuty
Bon choix avec Christina, elle est rare coeurrose
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Cait — And I'll go talk to fill the void Sam 3 Déc - 10:26

@Tyler : Merdum ! J'avais cherché dans les membres pourtant :/ Je changerai, ne t'inquiètes pas Wink
EDIT : Voilà ! J'espère que celui là n'est pas déjà pris...?

Merci à toutes ! coeur

& clairement Jody, on la voit jamais sur les forums haha (ce qui m'arrange fortement, pour cette fois-ci 8D)
Revenir en haut Aller en bas

ANGELS CAMP
avatar





× Âge du perso : :
35 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Californie à l'Angels Camp avec Caïn

× Avant, j'étais : :
Employée dans un orphelinat

× Messages : :
866

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
moi (vava)/Solosand (Sign)

× Avatar : :
Kate Beckinsale

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Ju' ou Much ou le mix des deux

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Cait — And I'll go talk to fill the void Sam 3 Déc - 10:51

Bienvenue parmi nous ! lele

Bonne rédaction ! pompom

_________________
In a lust for life,
« in a lust for life,
Keeps us alive, keeps us alive » by Wiise


Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


IN THE MIDDLE OF THE NIGHT, WHEN THE ANGELS SCREAM, I DON'T WANT TO LIVE A LIE THAT I BELIEVE. TIME TO DO OR DIE.


POUR LE PLAISIR:
 

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21101

× Points de vie : :
167

× Copyright : :
© schizo (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Cait — And I'll go talk to fill the void Sam 3 Déc - 11:20

Bienvenuuuuuue bril J'approuve totalement le choix d'avatar puppy
Bon courage avec ta fifiche en tout cas, j'ai hâte d'en apprendre plus sur la p'tiote coeurrose

Si tu as des questions n'hésite surtout pas à contacter un membre du staff, on aime être harcelé hinhin
Pour le nom de famille, je ne pense pas que celui-ci soit pris non, donc rassure-toi tu peux le garder coquin ballon

_________________
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
Revenir en haut Aller en bas

MARGINAUX
avatar



Justice has a price
Tywan

× A propos du vaccin : :
Très peu pour moi merci...

× Âge du perso : :
34 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Dans l'ombre d'Iwan

× Avant, j'étais : :
sous directrice d'une agence de publicité

× Messages : :
595

× Points de vie : :
36

× Copyright : :
Schizophrénic la best (avatar) Bat'phanie(signature)

× Avatar : :
Jaime Alexander

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Cait — And I'll go talk to fill the void Sam 3 Déc - 11:32

OMG tu va me détester mdr jvais passer pour la grosse chieuse (pourtant je suis pas sous Reb yerk) mais si il est déjà pris par Samandriel !

_________________
price of the justice
Tout a un prix...Et toutes les erreurs son pardonnable
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Cait — And I'll go talk to fill the void Sam 3 Déc - 11:53

Bienvenue sur Born douce enfant lele
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Cait — And I'll go talk to fill the void Sam 3 Déc - 12:09

AH NON MAIS TYLER TU CHERCHES LA XD
Je vais retourner à la pêche aux noms de famille alors... XD

Merci pour votre accueil en tous cas ! Smile
& Aileen, je viendrai vous embêter si j'ai besoin cuty
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


IN THE MIDDLE OF THE NIGHT, WHEN THE ANGELS SCREAM, I DON'T WANT TO LIVE A LIE THAT I BELIEVE. TIME TO DO OR DIE.


POUR LE PLAISIR:
 

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21101

× Points de vie : :
167

× Copyright : :
© schizo (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Cait — And I'll go talk to fill the void Sam 3 Déc - 12:50

mdl mdl
Ah bah désolée, je connais pas assez les membres /PAAN/
Du coup il me semble bien que Doyle est libre (mais peut-on vraiment me croire ? hinhin Arrow) puppy

Merci à Rebou en tout cas lele

_________________
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
Revenir en haut Aller en bas

BODIE
avatar


"Tu pense que je suis folle? Tu devrais voir ma sœur."

× Âge du perso : :
26 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Californie, à Bodie, avec Alliyah

× Avant, j'étais : :
Miss Kansas et Ouvrière d'abattoir

× Messages : :
420

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
The1Royal Jester

× Avatar : :
Margot Robbie

× Et ton p'tit pseudo ? : :
The1Royal Jester

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Cait — And I'll go talk to fill the void Sam 3 Déc - 18:20


Rousse bave
Bienvenue jolie madame! Bonne chance pour la suite!

_________________
"Nothing's alright, nothing is fine. I never realized I was spread too thin, Till it was too late and I was empty within. Hungry, feeding on chaos and living in sin. No love for myself and no love for another. Don't give a fuck if I cut my arm bleeding, I'm contemplating suicide. 'Cause I'm losing my sight, losing my mind."
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Cait — And I'll go talk to fill the void Sam 3 Déc - 23:40

Ouais, Aileen, bravo pas, hein, hahaha !

Merci Livia, belle demoiselle ! danse
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


IN THE MIDDLE OF THE NIGHT, WHEN THE ANGELS SCREAM, I DON'T WANT TO LIVE A LIE THAT I BELIEVE. TIME TO DO OR DIE.


POUR LE PLAISIR:
 

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21101

× Points de vie : :
167

× Copyright : :
© schizo (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Cait — And I'll go talk to fill the void Dim 4 Déc - 21:33

Te voilà désormais un membre à part entière de Born !

Aileen L. Blackhood a l'immense plaisir de te valider !
Félicitations, tu rejoins le groupe des marginaux

J'ai vraiment beaucoup aimé lire ta fiche puppy La façon dont tu présentes son caractère est hyper original, j'adoooore lele Et puis Cait elle gère franchement, et j'ai hâte de la faire rencontrer certains de mes persos, ça promet coquin
Amuse-toi bien parmi nous en tout cas bril

Tu peux dès maintenant te lancer dans l'aventure Bornienne :

→ Lance-toi dans le RP en t'amusant ici ou cherche des partenaires de jeu par !
→ Recense ton avatar en postant dans ce sujet.
→ Prends connaissance du système de points et ce qu'il implique (en plus d'autres informations nécessaires à la compréhension du forum) par ici (cf INFO N°3).
→ Viens poster tes fiches de liens et de RPs.
→ Crée tes propres scénarios ou de simples liens qui pourraient t'être utiles.
Vote régulièrement pour gagner des points et nous faire connaître ! De même en postant sur Bazzart et PRD
→ Et surtout amuse-toi !



_________________
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Cait — And I'll go talk to fill the void Dim 4 Déc - 21:56

Hiiiiiiiii Merciiiiiiiii yeah hearteye

Je suis contente si tu as aimé ! J'ai essayé de présenter son caractère autrement que "elle est ci et ça et puis ça...", à force c'est lassant haha.
Ce sera un plaisir de te croiser en RP, en tous cas !! puppy Hésites pas à me balancer un de tes perso 8D

En attendant, je vais aller voguer sur les forums qui me sont maintenant ouverts, gnéhéhéhéhé
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


IN THE MIDDLE OF THE NIGHT, WHEN THE ANGELS SCREAM, I DON'T WANT TO LIVE A LIE THAT I BELIEVE. TIME TO DO OR DIE.

× Âge du perso : :
25 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
Bodie, Californie, avec Livia en particulier.

× Avant, j'étais : :
femme de chambre dans un hôtel pas très prestigieux.

× Messages : :
1077

× Points de vie : :
1

× Copyright : :
© merenwen <3 (avatar), © The1Royal Jester ♥♥ (gif profil), © schizo' (code signature).

× Avatar : :
Marie Avgeropoulos

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Cait — And I'll go talk to fill the void Dim 4 Déc - 22:40

Oh oui je viendrais (aussi rapidement que possible) te demander des liens bril
(coucou, ici Aileen, flemme de rechanger de compte Arrow ange)

_________________
The world is so unpredictable. Things happen suddenly, unexpectedly. We want to feel we are in control of our own existence. In some ways we are, in some ways we're not. We are ruled by the forces of chance and coincidence.
Father did you miss me? I've been locked up a while.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Cait — And I'll go talk to fill the void Dim 4 Déc - 22:42

ahahaha, don't worry je connais bien cette flemme là Wink

JE t'ATTENDRAI JUSQU'A MA MORT DANS CE CAS excite
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


× A propos du vaccin : :
.

× Âge du perso : :
.

× Localisation (+ avec qui) :
.

× Avant, j'étais : :
.

× Messages : :
7096

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
Minako

× Avatar : :
Jared Leto

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Morphine

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Cait — And I'll go talk to fill the void Sam 10 Déc - 10:48

Une rousse sexy ! Avec un peu de retard, bienvenue I love you
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Cait — And I'll go talk to fill the void Sam 10 Déc - 13:07

Vu que c'est accompagné d'un beau compliment, le retard est excusé Wink
Merci bien beau monsieur !
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Cait — And I'll go talk to fill the void

Revenir en haut Aller en bas

Cait — And I'll go talk to fill the void

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: DON'T BE SCARED :: WHO ARE YOU ? :: CLOSED-