[TERMINÉ] Impulse. Response. Fluid. Imperfect. Patterned. Chaotic. Feat Lilou
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
Le 10/11/2017 : le forum a CINQ ans & sa saison 6 est mise en place. Nouveautés à découvrir ici (le tout accompagné d'un recensement au passage obligatoire).
ON VOUS AIME TEEEELLEMENT !! coeurrose lele Si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ? (Ouais on vous achète et alors ? /PAAN/)

Partagez| .

[TERMINÉ] Impulse. Response. Fluid. Imperfect. Patterned. Chaotic. Feat Lilou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

MEMBRE EN OR
avatar



× A propos du vaccin : :
Non. Il n'y croit pas.

× Âge du perso : :
35 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Près de Bodie, en randonnée...

× Avant, j'étais : :
Mécanicien (officiellement). Contrebandier de voitures (officieusement).

× Messages : :
1633

× Points de vie : :
25

× Copyright : :
Avatar : Moony | Signature : Ziggy Stardust

× Avatar : :
Oscar Isaac

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Sandy

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: [TERMINÉ] Impulse. Response. Fluid. Imperfect. Patterned. Chaotic. Feat Lilou Ven 6 Jan - 5:27

Charlie et Lilou
Impulse. Response. Fluid. Imperfect. Patterned. Chaotic.


« Tu vas démarrer oui ! »

Foutu… merde… C’était comme essayer de raisonner avec ma mère. Il fallait y aller d’une certaine manière sinon il y avait aucune chance pour que ça fonctionne. Je tournais désespérément la clé dans le contact, serrant les dents si fort que je savais que j’aurais mal aux mâchoires ce soir. Parfois il n’y avait rien à faire. On donnait tout ce qu’on avait mais rien ne faisait. Mais je savais que je ne pouvais pas abandonner ce projet. On y travaillait depuis plusieurs semaines déjà et nous avions travaillés comme des acharnés pour réussir. Et puis il y avait la paye à la fin. Je ne travaillais jamais pour rien. Et comme j’étais l’un des seuls à pouvoir le faire, c’était moi qu’on avait sollicité. J’aurais pu refuser, mais j’aimais bien accepter des défis de temps en temps. Mon défi, c’était de réparer cette voiture et de la faire démarrer. J’y arriverais j’en étais sûr et certain. J’arrêtais de tourner la clé et m’adossais dans le siège conducteur, sourcils froncés, essayant de penser à ce que j’avais oublié de faire. Il y avait sûrement quelque chose que j’avais oublié, sinon la voiture aurait démarré. « Oublie ça Swick, elle décollera pas cette bagnole. On a perdu notre temps. » Entendis-je dire l’un des hommes avec qui je travaillais. Je sortais en trombe du véhicule pour aller à l’avant. « Ta gueule et laisse moi de la place. » Ordonnais-je d’un ton bourru. Y’avait jamais de voiture qui m’avait résisté, elle serait pas la première. Mon partenaire se tassa, me laissant l’espace nécessaire pour travailler le moteur. Pourtant tout y était, absolument tout. Si quelque chose manquait, je l’aurais su. J’inspectais le moteur, mon regard s’arrêtant quelques secondes sur chaque élément pour s’assurer que rien ne clochait.

« T’as mit l’essence qu’on a récupéré ? » Interrogeais-je l’homme à mes côtés. « Mais oui ! Me prend pas pour un con. » Qu’il me répondit en me regardant, les bras croisés. « Je faisais que demander. » Je roulais des yeux, sachant très bien qu’il aurait pu oublier. C’était pas le crayon le plus aiguisé de la boite. Puis je tombais enfin sur le détail qui empêchait la conclusion de ce projet. Et pourtant c’était juste devant mes yeux. « Ah la petite salope. » Murmurais-je en approchant mes doigts. J’avais oublié de changer les bougies d’allumage. Normal que la voiture ne voulait rien savoir. J’intimais à mon collègue de m’apporter celles qu’on avait trouvé lors de notre dernier raid et me donnait une tape dans le front pour avoir oublié. Pourtant c’était l’une des premières choses à lesquelles j’avais pensé. J’avais tout simplement oublié de les poser… Une fois ma dernière tâche accomplie et mes doigts pleins d’huiles sortit du moteur, je retournais dans la voiture et cette fois, lorsque je tournais la clé, j’entendis le moteur grommeler pour enfin décoller. C’était comme une douce mélodie à mes oreilles. C’était peut être une vieille bagnole, mais on avait réussit à trouver tous les morceaux qui lui manquait pour arriver à la rafistoler et à la faire démarrer. J’appuyais quelques fois sur la pédale d’accélération pour finalement décider de me promener un peu dans le camp sur la vieille route de terre qui sillonnait les environs. Ça attirerait peut être quelques rôdeurs, mais qu’est-ce que j’en avais à foutre sérieusement. J’avais réussis à ramener une voiture à la vie. C’était comme la bagnole zombie.

Je roulais à basse vitesse, histoire de ne blesser personne ou de faire trop de bruit non plus. Puis je vis une silhouette un peu plus loin que je reconnus. Je m’arrêtais à côté de la femme, maintenant la voiture en position d’arrêt. « T’as envie que je te dépose quelque part ? » Dis-je pour l’interpeller, un sourire de fierté de collé sur le visage. J’étais le meilleur foutu mécano de ce camp et tout le monde le saurait. Bon, j’en profitais parce que je savais que la voiture ne m’appartenait pas. Je serais payé pour ce que j’avais fais et probablement qu’on voudrait que j’en fasse un peu plus. Mais j’avais pas l’intention de le refaire, beaucoup trop rageant et compliqué pour les pièces. J’aurais de quoi manger pour plusieurs semaines et probablement d’autres petites commodités. « J’ai réparé cette bagnole de mes blanches mains. Si t’as envie de faire un tour embarque maintenant, sinon t’auras probablement jamais une autre chance. » Parce qu’après j’allais remettre la clé à son nouveau proprio en échange de vivres et je n’aurais plus jamais l’occasion de m’assoir derrière le volant. Et même si j’aurais pu la garder, elle ne m’aurait été que de peu d’utilité. Il fallait de l’essence pour avoir une voiture et c’était presque impossible à trouver de nos jours, je préférais grandement la marche à pied. C’était plus long mais beaucoup moins compliqué.

Et puis j’étais tombé sur Lilou. Mon plan avait fonctionné encore mieux que je le pensais. Je la regardais, un sourire de scotché aux lèvres alors que je tenais le volant d’une main. On avait si peu de moment comme ça depuis 4 ans, fallait en profiter quand ça passait. Parce qu’après, c’était fort possible que je ne reçoive que de la merde. On s’habituait un peu trop rapidement à vivre dans le malheur…
Code by Silver Lungs

_________________
 
One day, you will perish. You will lie with the rest of your kind in the dirt. Your dreams forgotten, your horrors effaced, your muscles will turn to sand, and upon that sand a new god will walk, one that will never die, because this world doesn't belong to you or the people who came before.
© ZIGGY STARDUST.


Dernière édition par Charlie Swick le Sam 27 Mai - 6:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

SHIT HAPPENS
avatar



× A propos du vaccin : :
Non, il faudra trouver plus convaincant pour injecter quoi que ce soit dans le corps de la brune.

× Âge du perso : :
30 ans

× Localisation (+ avec qui) :
à Bodie

× Avant, j'étais : :
Ambulancière

× Messages : :
199

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
alice-icons

× Avatar : :
Karla Souza

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Toujours le même

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Impulse. Response. Fluid. Imperfect. Patterned. Chaotic. Feat Lilou Sam 7 Jan - 17:23


Impulse. Response. Fluid. Imperfect. Patterned. Chaotic.

- charlie — lilou -


what do you think dude ?

Lilou s'était levée tôt ce jour-là, elle avait prévu d'aller chercher du bois pour le feu qui leur permettait de faire tout un tas de choses, notamment faire cuire leur viande mais aussi faire sécher leur linge, ce qui n'était pas une mince affaire à cette période de l'année. La jeune femme avait également pris l'habitude de faire bouillir son eau avant de pouvoir la boire, afin d'éliminer un maximum de bactéries. La vie d'un survivant était composée de tout un tas de choses, et éliminer les bactéries pour limiter le risque d'infections en faisait partie. Elle avait appris ça lorsqu'elle se trouvait à la Zone 51, et bien que certains trouvaient cette idée complètement absurde, elle s'y tenait. Elle s'était composé un stock de bouteilles d'eau il y avait quelques jours, et c'était la denrée qu'elle partageait le moins avec les autres. Pourquoi ? Parce que la rivière dans laquelle elle puisait son eau était très froide, et qu'il lui était très pénible de les remplir. Elle en avait besoin pour à peu près tout. Faire cuire certaines choses, se nettoyer, et surtout s'hydrater. Elle avait attrapé un mec sur le chemin de la forêt, juste à la sortie de Bodie et ne lui avait guère laissé le choix que de l'accompagner chercher le bois. Son air froid et son côté autoritaire lui favorisaient les choses. Son charisme aussi. Lilou était le genre de femme à laquelle beaucoup ne souhaitaient pas tenir tête, depuis le temps qu'elle se trouvait ici, sa réputation était faite. Elle était capricieuse et colérique, elle s'emportait très facilement, bien qu'elle faisait tout un travail sur elle-même depuis quelques temps pour atténuer ses sautes d'humeur. Elle avait pris l'habitude de se faire respecter et, bien que tout le monde ne soit pas à ses ordres évidemment, il y avait certains faiblards qu'elle avait réussi à se mettre dans la poche. Tout le monde n'acceptait pas de lui filer un coup de main gracieusement, alors il lui arrivait parfois de troquer les bras musclés d'un homme contre quelques ressources. Ses formes féminines avantageuses l'avaient parfois conduite à se faire proposer certains services contre d'autres, mais dans ces cas là, elle montrait les dents et poussait une gueulante. La prostitution ne faisait absolument pas partie de ses coutumes, et ceux qui s'étaient risqués à y penser avaient vite déchanté.

« Magne toi Albert s'il te plaît, j'ai pas toute la journée devant moi... »

La lassitude se faisait entendre dans sa voix. Albert, c'était le prénom qu'elle attribuait, ironiquement, à tous ceux dont elle avait oublié comment ils s'appelaient réellement. Elle pensa que ce type était vraiment un mollasson et qu'elle allait devoir le secouer si elle ne voulait pas passer deux heures pour ramener trois brindilles. Elle souffla, d'impatience. Elle ne comprenait pas comment on pouvait autant manquer d'entrain et d'énergie. Elle, la pile électrique du camp, elle ne supportait pas la lenteur.

Une fois la corvée effectuée, elle avait préféré se débarrasser du boulet qu'elle s'était traîné durant quelques heures. Il l'avait certes aidée à porter les branches, mais lui avait fait perdre un temps fou. Elle avait constaté que la température ne s'était pas adoucie et, avant de repartir, avait décidé de refaire un tour par chez elle chercher une paire de gants. Elle avait prévu de partir chasser un peu, explorer de nouveaux les environ, à la recherche d'aliments secs et surtout de cigarettes dont elle allait finir par se trouver en rupture. Elle aimait savourer une petite cigarette, quotidiennement si possible, ou alors elle espaçait ce plaisir si ses trouvailles n'étaient pas fructueuses. Elle avait quitté le camp sans rien dire à personne, comme souvent. Ses escapades en solitaire lui permettaient de souffler un peu, de se recentrer sur elle-même. Elle avait emmené ses deux armes à feu avec elle, son poignard, et son sac à dos. Elle ne reviendrait pas les mains vides, mais sa crainte était toujours de ne rien trouver d'intéressant. Alors qu'elle marchait le long de la route, d'un pas soutenu pour ne pas avoir trop froid, elle vit au loin une voiture arriver. Elle ralentit son rythme et déposa instinctivement sa main sur son arme, en guise de protection. On ne savait jamais sur qui on allait tomber, il fallait donc se montrer prudent. La voiture s'arrêta à sa hauteur, elle reconnut Charlie, un type de Bodie qui semblait lui faire de l'oeil. Elle avait remarqué son sourire niais chaque fois qu'il la croisait, ça ne trompait personne, et certainement pas elle. Bien que le charme de l'homme ne la laissait pas indifférente, elle gardait son air froid et hautain. Elle pouffa intérieurement de rire à sa proposition. Comme si elle n'aurait surement pas l'occasion de monter dans cette bagnole à un autre moment, il renouvellerait à coup sûr sa proposition plus tard si elle déclinait aujourd'hui. Néanmoins, elle parviendrait bien à convaincre Charlie de transporter des choses avec elle, notamment dans la voiture si elle en avait besoin.

« Tu tombes bien, Swick, toi et ton tacot. » Elle ne pouvait s'empêcher de jouer la carte de la provocation. Elle monta silencieusement dans le véhicule. « A qui as-tu volé ce bijou ? »

code by lizzou — img/gifs by GOOGLE —  



Dernière édition par Lilou F. Del Aguila le Sam 28 Jan - 19:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

MEMBRE EN OR
avatar



× A propos du vaccin : :
Non. Il n'y croit pas.

× Âge du perso : :
35 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Près de Bodie, en randonnée...

× Avant, j'étais : :
Mécanicien (officiellement). Contrebandier de voitures (officieusement).

× Messages : :
1633

× Points de vie : :
25

× Copyright : :
Avatar : Moony | Signature : Ziggy Stardust

× Avatar : :
Oscar Isaac

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Sandy

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Impulse. Response. Fluid. Imperfect. Patterned. Chaotic. Feat Lilou Mer 11 Jan - 4:42

Charlie et Lilou
Impulse. Response. Fluid. Imperfect. Patterned. Chaotic.


J’attendais sa réponse, tapotant impatiemment des doigts contre le volant. Je savais que j’aurais du retourner la voiture à son propriétaire à l’instant où je l’avais réparé, mais il ne remarquerait probablement même pas que je me baladais avec. Et puis, j’avais bien le droit à ça non ? Une petite promenade avant d’encaisser le prix de mon dur labeur. C’était bien les seuls travaux que j’acceptais d’accomplir. Et c’était également les plus durs. J’avais réussis à trouver tout le stock dont j’avais besoin après de nombreux raids, certains plus dangereux que d’autres. Mais j’avais toujours été accompagné par d’autres survivants et j’avais réussis à ramener des trucs pour mon usage personnel. C’était pas si mal finalement, mais j’attendrais un bout de temps avant de recommencer. À moins que la personne nécessitant un véhicule ne m’offre quelque chose que je ne pouvais pas refuser.

« C’est bien la première fois qu’on me dit ça. » Je tombe bien ? Et bah merde. J’y aurais jamais cru. Non mais sérieusement. Toi et ton tacot…  « Tacot ? C’est loin d’être un tacot s’il roule ! » Je prenais un air que je voulais offensé mais qui du ressembler à un mélange de sourire et d’exaspération. Dans le fond, c’était bien un tacot. Je voulais juste protéger l’intégrité de la voiture. C’était pas une jeune vierge effarouché, mais j’avais joué juste assez de mes doigts pour qu’elle démarre, vous voyez l’allusion ? J’avais assez travaillé sur ce véhicule, il y avait aucune chance pour je laisse qui que ce soit le traiter de tacot sans répliquer. Faut pas oublier que j’étais mécano et vendeur de voiture avant toute cette merde. Si Lilou s’était présentée à mon garage, j’aurais probablement réussit à lui vendre ce tacot justement. Puis elle s’installa dans le siège passager et insinua que j’avais volé la bagnole. « Tu serais pas en train de me traiter de voleur par hasard ? Merde je me sens de plus en plus insulté. D’abord tu traites ce magnifique véhicule de tacot et ensuite tu me traites de voleur ? » Je secouais lentement la tête, regardant quelques secondes par le pare brise. « Je croyais que tu me connaissais mieux que ça. » Le meilleur comédien de ce fichu camp. Je lui souris à pleine dents et m’attaquais au bras de vitesse, faisant avancer subitement la voiture. Tout le monde ici savait que j’étais le voleur le plus sournois dans les environs. Lilou le savait et toute cette belle bande de taré. Ça commençait à être risqué pour moi d’essayer de voler subtilement mes chers compatriotes. Ils se méfiaient maintenant. Mais les gens de l’extérieur ni voyait que du feu.

« J’ai pas volé ce véhicule. C’était un travail qu’on m’a commandé. Je l’ai réparé pour quelqu’un en échange de bouffe et de médicaments. Et aussi des vêtements… » Ma veste était troué aux coudes et elle ne fermait plus. Il faisait de plus en plus froid et j’avais besoin de vêtements plus chauds. Je n’avais pas une grande résistance au froid et j’étais heureux de ne pas être coincé dans un pays nordique pendant que les zombies nous tuaient tous l’un après l’autre. « Et je pourrais savoir pourquoi je tombe bien justement ? T’avais besoin de quelque chose ? » Je roulais à basse vitesse dans le camp, admirant le paysage et attendant surtout de savoir ce dont Lilou avait besoin. Parce qu’elle ne m’aurait pas abordé de cette manière si elle n’avait pas besoin d’un service. Peut être qu’elle me plaisait et que j’acceptais volontiers de l’aider parce qu’elle me faisait de l’effet, mais y’a des choses à lesquelles on doit dire non. J’aurais été surpris par contre qu’elle me demande quelque chose d’extravagant. Ce n’était pas son genre.
Code by Silver Lungs

_________________
 
One day, you will perish. You will lie with the rest of your kind in the dirt. Your dreams forgotten, your horrors effaced, your muscles will turn to sand, and upon that sand a new god will walk, one that will never die, because this world doesn't belong to you or the people who came before.
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas

SHIT HAPPENS
avatar



× A propos du vaccin : :
Non, il faudra trouver plus convaincant pour injecter quoi que ce soit dans le corps de la brune.

× Âge du perso : :
30 ans

× Localisation (+ avec qui) :
à Bodie

× Avant, j'étais : :
Ambulancière

× Messages : :
199

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
alice-icons

× Avatar : :
Karla Souza

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Toujours le même

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Impulse. Response. Fluid. Imperfect. Patterned. Chaotic. Feat Lilou Sam 14 Jan - 8:03


Impulse. Response. Fluid. Imperfect. Patterned. Chaotic.

- charlie — lilou -


what do you think dude ?

Charlie fit mine d'être offensé par les propos de la brune lorsqu'elle parla du tacot. Néanmoins, la jeune femme savait qu'il n'en n'était rien. Elle commençait à connaitre Charlie, il était un bon comédien et aimait la taquiner. Parfois, il arrivait à la demoiselle de faire semblant de rentrer dans son jeu, d'autres elle se détendait un peu et riait avec lui, mais c'était très rare. En réalité, elle savait manier les choses. Elle voulait lui faire comprendre qu'elle n'avait rien contre lui, qu'elle l'appréciait même, après tout, elle avait besoin d'alliés ici et de gens sur qui compter. Elle avait l'impression que Swick faisait partie de ces gens. Néanmoins, sa réputation de voleur était faite, et sous ses airs sympa et plaisantin, il fallait quand même qu'elle se méfie. Depuis qu'elle avait tout perdu, elle était devenue beaucoup plus renfermée et beaucoup plus solitaire. Il lui arrivait parfois de baisser sa garde car elle avait compris qu'elle ne devait pas s'isoler, mais seulement avec les bonnes personnes, celles dont elle pourrait avoir besoin. Elle avait appris l'art de l'hypocrisie, et la plupart du temps, si elle se montrait sympathique, c'est parce qu'elle avait une idée derrière la tête. Avec Charlie, c'était un peu différent, il ne la laissait pas indifférente, mais il était hors de question de laisser paraître quoi que ce soit, afin de ne pas prendre le risque de se faire avoir et de se faire trahir.

« Te vexe pas, Swick, c'est ce qu'on appelle la plaisanterie... »

Elle leva les yeux au ciel tout en regardant la route avant de poser à nouveau son regard sur lui. Il lui expliqua comment il avait obtenu le véhicule, et Lilou ne fut pas surprise d'apprendre qu'elle n'était pas à lui. Le mécano du camp avait raison d'offrir ses services contre des ressources, c'était comme cela que ça fonctionnait désormais. Un prêté pour un rendu, rien de gratuit, ça allait de soi. Des vêtements... Ca la laissait songeuse. Effectivement, il était difficile de trouver des vêtements en bon état et à leur taille, ça ne courrait pas les rues. Et elle devait avouer que de changer de garde-robe ferait le plus grand bien à Charlie, ces derniers temps il n'était pas habillé très chaudement. Ils devaient faire attention à ce genre de détail afin de ne pas prendre le risque de tomber malade De nos jours, les maladies étaient beaucoup plus dangereuses à cause du manque de soins dont ils disposaient. La voiture repartit, vers une destination qui leur était inconnue. Il lui demanda pourquoi il tombait bien, si elle avait besoin de quelque chose. Elle aurait eu besoin de se tirer à l'autre bout du monde, mais ça n'était pas dans les clous de cet homme. Personne ne pouvait assouvir ce besoin là, ils devaient donc se contenter de ce qu'ils avaient.

Si ce véhicule avait appartenu à Charlie, elle lui aurait demandé de l'accompagner plus loin qu'elle allait d'habitude, piller des villages ou des épiceries. Cependant, étant donné que le propriétaire de la voiture devait très certainement attendre après, elle ne prendrait pas le risque de mettre Swick en difficultés. Après tout, il avait usé de son temps pour réparer la berline, il fallait que son client soit satisfait rapidement afin qu'il bénéficie des ressources convenues. Un délai trop long pouvait ruiner un accord, elle en avait bien conscience. Ainsi, elle préféra taire ce qu'elle avait en tête auparavant. Après tout, il serait toujours temps de faire appel aux services du mécano pour l'aider à trouver une caisse, la retaper pour qu'elle tourne bien, et par la suite elle pourrait parcourir plus de kilomètres sans soucis. Il fallait agir intelligemment, ne pas se montrer impatient ni trop exigeant.

« En fait, j'avais juste envie de faire un tour de bagnole, alors, te voir débarquer comme ça, je me suis dit que c'était le meilleur moyen d'assouvir cette idée. » Elle lui adressa un clin d'oeil. Elle baissait de plus en plus sa garde, il fallait qu'elle se ressaisisse. Elle avait remarqué son petit manège, ses grands sourires et ses oeillades. Pas de blague Lilou. Elle le regarda à nouveau. « C'est vrai qu'elle est plutôt pas mal pour un tacot... » Elle balaya le tableau de bord de sa main, délicatement. Auparavant, elle avait toujours aimé les voitures, et celles qui en avaient sous le capot de préférence.

code by lizzou — img/gifs by GOOGLE —  



Dernière édition par Lilou F. Del Aguila le Sam 28 Jan - 19:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

MEMBRE EN OR
avatar



× A propos du vaccin : :
Non. Il n'y croit pas.

× Âge du perso : :
35 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Près de Bodie, en randonnée...

× Avant, j'étais : :
Mécanicien (officiellement). Contrebandier de voitures (officieusement).

× Messages : :
1633

× Points de vie : :
25

× Copyright : :
Avatar : Moony | Signature : Ziggy Stardust

× Avatar : :
Oscar Isaac

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Sandy

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Impulse. Response. Fluid. Imperfect. Patterned. Chaotic. Feat Lilou Jeu 19 Jan - 5:34

Charlie et Lilou
Impulse. Response. Fluid. Imperfect. Patterned. Chaotic.


Je regardais Lilou après qu’elle m’ait rassurée en me disant que c’était qu’une plaisanterie. J’haussais un sourcil et poussais un soupir exagéré de soulagement. J’aimais bien en rajouter. En fait j’adorais ça. Certains à Bodie me détestaient pour mon attitude exagéré et mes réactions intenses et j’aimais leur en donner. Pourtant je savais très bien me contenir. Mais quand on s’amusait à trop en mettre, les gens ne percevaient jamais vraiment notre vraie réaction. Par contre, Lilou devait savoir que je faisais exprès en ce moment, pour détendre un peu l’atmosphère. « Merci de la précision, je commençais à douter de mon invitation… » Commentais-je, le regard perdu à l’horizon. La circulation était très fluide, pas de congestion à l’horizon. Blague à part, il y avait très peu de survivant dans les environs. Peut être parce que nous quittions la zone habitée pour nous diriger vers les limites du camp. Je n’avais pas l’intention de sortir de Bodie mais peut être juste un peu et puis revenir sur nos pas. Et lorsque je reviendrais, j’irais directement la livrer à son destinataire.

Lilou répondit à ma question en me disant qu’elle avait juste envie de faire un tour de voiture. Je ricanais sans vraiment savoir pourquoi. Envie de faire un tour de voiture ? Elle me faisait marcher ? Je gardais mes réflexions pour moi. C’était un bien drôle de désir à notre époque que de vouloir faire un tour de bagnole. Surtout que c’était même pas utile (ou presque). L’essence était une denrée rare et je m’étais presque étouffé une bonne dizaine de fois en siphonnant les réserves de voitures que nous avions rencontrés. C’était un boulot ingrat et j’avais presque eu peur de prendre feu plusieurs jours après l’avoir fait. Je m’étais bien nettoyé le visage, mais j’avoue être un peu parano concernant l’essence et le feu. Ayant déjà vécu de léger accident par le passé, je préfère garder ces deux éléments le plus éloigné l’un de l’autre. « Arrête. Je suis sûr que c’est parce que tu m’as vu arriver au volant de cette superbe voiture et que tu t’es dis que t’avais envie de te balader un peu avec moi. C’est ce que tout le monde se dirait alors je t’en veux pas. » Personne, absolument personne n’aimerait se balader avec moi dans une voiture alors qu’on s’éloignait de la civilisation. Sauf peut être les seuls personnes à qui je n’avais jamais rien volé ou qui arrivait à endurer mes jeux de mots tordant et mes blagues dépassés. Un vrai sac à blague. « Sérieusement, t’avais rien à me demander ? Parce que j’aurais juré que t’avais quelque chose à me demander tout à l’heure. » Quand elle m’avait dit que je tombais bien. C’était pourquoi au juste ? C’est bizarre mais j’avalais pas son envie de faire un tour de voiture.

Je la regardais passer sa main sur le tableau de bord et souris à moitié à son commentaire. « Pas mal tu dis ? Ça fait des semaines que je travaille sur cette bagnole. C’était beaucoup plus facile de les réparer avant l’épidémie. Maintenant c’est presque un miracle de mettre la main sur une batterie qui fonctionne. » Et sur des bougies, des outils fonctionnels, des freins et de l’huile encore potable. Plus j’y pensais et plus je ressentais de l’amertume à remettre la voiture à l’homme qui me l’avait commandé. Mais le paiement était beaucoup mieux que de devoir entretenir le véhicule constamment. Je posais une main sur le levier de vitesse tout en continuant de tenir le volant de l’autre et regardais Lilou, un éclair de malice dans le regard. « Elle en a sous le capot et les sièges arrières sont hyper confortables. Je les ai testé moi-même. » Je souris à pleine dents, me trouvant hilarant de placer de sous entendus aussi peu poli. Et puis quoi, j’étais peu recommandable. J’avais pas l’intention de l’agresser sur la route, allons. J’étais peut être un sale menteur, un voleur et un peu violent par moment, mais je n’avais jamais agressé une femme. Faut pas tout mettre dans le même panier. C’était juste une petite blague salace pour détendre l’atmosphère. Comme si j’avais besoin d’en rajouter pour que la femme à mes côtés sache que j’avais un intérêt pour elle. C’était peut être trop évident d’ailleurs. J’aurais du le cacher un peu plus, mais à quoi bon. J’avais plus de chance de mourir demain que de coucher avec qui que ce soit.
Code by Silver Lungs


_________________
 
One day, you will perish. You will lie with the rest of your kind in the dirt. Your dreams forgotten, your horrors effaced, your muscles will turn to sand, and upon that sand a new god will walk, one that will never die, because this world doesn't belong to you or the people who came before.
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas

SHIT HAPPENS
avatar



× A propos du vaccin : :
Non, il faudra trouver plus convaincant pour injecter quoi que ce soit dans le corps de la brune.

× Âge du perso : :
30 ans

× Localisation (+ avec qui) :
à Bodie

× Avant, j'étais : :
Ambulancière

× Messages : :
199

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
alice-icons

× Avatar : :
Karla Souza

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Toujours le même

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Impulse. Response. Fluid. Imperfect. Patterned. Chaotic. Feat Lilou Ven 20 Jan - 6:25


Impulse. Response. Fluid. Imperfect. Patterned. Chaotic.

- charlie — lilou -


what do you think dude ?

Charlie ne perdait pas une occasion de blaguer. Il prit un air rassuré lorsqu'elle lui indiqua qu'elle plaisantait. Quel clown celui-là. Elle ne réagit pas, néanmoins elle était intimement contente de passer un peu de temps en sa compagnie. Swick n'était pas le genre de mec chiant et désagréable, du moins pas avec elle, peut être qu'il en était autrement avec les autres. Il était parfois un peu lourd avec ses sous-entendus salaces, mais elle ne lui en voulait pas. Les hommes ont souvent besoin de se la jouer, de faire les intéressants afin de séduire les femmes. Tant que ses propos n'étaient pas déplacés, elle laissait courir. Lilou était fort susceptible, mais pas avec ce genre de choses. Elle prendrait très mal que quiconque se permette de la critiquer voire de la rabaisser, mais les blagues salaces ne la dérangeaient pas plus que ça, tant qu'une certaine limite n'était pas franchie. De toute façon, il fallait plus ou moins s'adapter. De plus, Charlie ne lui avait jamais manqué de respect, pas comme certains autres hommes qu'elle avait pu croiser sur le camp. La gent masculine de Bodie n'était malheureusement pas composée de gentlemen, souvent bourrus, ils ne faisaient que rarement preuve de délicatesse et de tact. Elle se souvenait d'un sale type, parti ou mort depuis plusieurs mois, elle n'en savait rien et s'en fichait éperdument, qui avait fini par se prendre un coup par la brune pour lui avoir collé une main aux fesses. Tous ceux qui ne savaient pas se tenir finissaient par s'attirer les foudres de l'espagnole.

Elle haussa un sourcil lorsqu'il lui répondit qu'il se doutait qu'elle avait été enchantée de le voir débarquer au volant du véhicule, qu'elle avait alors eu envie de se balader avec lui. Un rire ironique sortit de sa bouche.

« Redescends sur Terre, mec, réveille toi et ne prends pas tes rêves pour une réalité... Envie de me balader avec toi ? Et pourquoi avec toi plus qu'avec quelqu'un d'autre ?»

Il avait réveillé l'envie de Lilou de le taquiner. Il n'était vraiment pas désagréable ce mec. Elle hésitait entre se laisser aller, baisser sa garde le temps de ce moment en sa compagnie, ou au contraire se ressaisir et calmer ses hardeurs. Avec la brune, il fallait s'attendre à passer du chaud au froid en une fraction de seconde. Elle avait pris l'habitude d'agir de la sorte afin de déstabiliser la personne avec qui elle s'entretenait. Elle savait néanmoins que cette attitude finirait par lui jouer des tours, qu'elle ne parviendrait pas ainsi à établir de bonnes relations avec les autres, qui finiraient par se lasser de son comportement. Elle décida donc d'entrer dans son jeu et de voir où ça la mènerait avec lui. Il pouvait être un bon élément, un mec sur qui elle pourrait compter en cas de besoin. Néanmoins, sa peur de se faire trahir était toujours présente. Charlie n'était pourtant pas le genre d'homme à inspirer confiance, il avait un physique qui pouvait faire peur, avec sa barbe et son air de mafieux. Néanmoins, Lilou ne ressentait aucune angoisse lorsqu'il était dans les parages, au contraire. En réalité, elle était plutôt rassurée par son physique impressionnant justement, allez savoir pourquoi.

Il avait compris qu'elle le menait en bateau. Il avait ressenti qu'il tombait vraiment bien, mais il ne parvenait pas à déterminer ce qu'elle avait en tête, et c'était absolument normal. Elle hésita de nouveau. Jouer franc-jeu ? De toute façon, ça ne lui coûtait rien.

« J'aurais eu besoin d'une caisse pour trouver un endroit à piller, plus loin que là où je vais d'habitude. Et puis, pour pouvoir ramener plus de choses évidemment. » Elle marqua une courte pause. Peut être lui proposerait-il son aide lorsqu'il aurait ramené cette voiture à son propriétaire. « On ne va quand même pas abîmer ce bijou tout de suite, ramène le en bon état à récupère ton dû, ça sera une bonne chose pour toi. »

Elle acquiesça d'un hochement de tête. Effectivement, trouver de quoi entretenir une voiture était plus compliqué qu'il n'y paraissait. La plupart des voitures abandonnées sur le bord de la route étaient complètement obsolètes. Il n'y avait malheureusement plus grand chose à en tirer. Elle esquissa un sourire lorsqu'il évoqua le confort des sièges arrières. Ce type était un charmeur, c'était définitivement incontestable. Son sourire la fit rire. Il était même dingue.

« Je te crois sur parole, quand on voit la qualité du siège passager, j'ose même pas imaginer comment ça se passe derrière... »

code by lizzou — img/gifs by GOOGLE —  



Dernière édition par Lilou F. Del Aguila le Sam 28 Jan - 19:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

MEMBRE EN OR
avatar



× A propos du vaccin : :
Non. Il n'y croit pas.

× Âge du perso : :
35 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Près de Bodie, en randonnée...

× Avant, j'étais : :
Mécanicien (officiellement). Contrebandier de voitures (officieusement).

× Messages : :
1633

× Points de vie : :
25

× Copyright : :
Avatar : Moony | Signature : Ziggy Stardust

× Avatar : :
Oscar Isaac

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Sandy

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Impulse. Response. Fluid. Imperfect. Patterned. Chaotic. Feat Lilou Jeu 26 Jan - 5:29

Charlie et Lilou
Impulse. Response. Fluid. Imperfect. Patterned. Chaotic.


La réponse qu’elle me servit me fit éclater de rire. J’adorais me faire répondre de la sorte. S’en était presque palpitant. Surtout venant de Lilou. Elle avait du caractère et c’était ce que j’aimais le plus chez elle. Personne ne lui marchait sur les pieds à Bodie. Et c’était tant mieux. Il ne fallait laisser personne nous monter sur la tête ici, ou même partout ailleurs. Malheureusement, les femmes y goutaient depuis le retour de la sauvagerie. En fait ça avait toujours un peu été comme ça, mais il fallait sortir les griffes maintenant. Pour ma part, je n’avais jamais sous estimé personne, que ce soit une femme ou un homme. N’importe qui pouvait se transformer en véritable ennemi lorsqu’il se sentait menacé. J’avais plusieurs fois du reculer devant un autre survivant trop agressif. Des femmes autant que des hommes.

« Madame vous me blesser grandement. Je croyais être un véritable gentleman en vous proposant une balade en voiture. » Je posais ma main sur mon cœur, envoyant un regard de désespoir à la femme à mes côtés. « On ne vous a jamais apprit à ménager les hommes ? Je suis très sensible… » Sortez les violons, les mouchoirs, apportez moi mon oscar. Pourquoi je vendais des voitures au juste ? Parce que j’avais toujours détesté écouter la télé, que j’avais eu une éducation défaillante et des parents négligeant. Quelle tristesse. Une enfance gâchée. En fait je ne m’étais jamais vraiment arrêté pour penser à ça. On avait tous nos problèmes après tout. Et ceux que nous avions présentement étaient beaucoup plus préoccupants que ceux qu’on ne pouvait plus changer. J’aimais bien taquiner Lilou de la sorte, elle était l’une des seules à comprendre que je n’étais pas sérieux. Et qui répondait de plus. C’était peut être idiot mais elle n’aurait pas vraiment pu me rendre plus heureux qu’en me disant sèchement de redescendre sur terre.

Après lui avoir demandé ce qu’elle voulait, je me retournais quelques secondes pour la regarder pour ensuite regarder de nouveau devant moi. Elle semblait hésitante. Pourquoi ? Puis elle me dévoila finalement qu’elle aurait besoin d’une voiture. Moi qui venais de me jurer de ne jamais recommencer. En temps normal, je suis bon pour tenir mes promesses. À vrai dire, je ne savais pas quoi lui répondre. J’avais envie de lui proposer mon aide, mais en même temps je repensais à tout le travail que je m’étais tapé dans le dernier mois et mon enthousiasme s’estompait. C’était comme si je me mettais une gifle dans le visage. J’avais justement besoin de redescendre sur terre. Je ne pouvais pas lui réparer une bagnole pour rien. Impossible. Elle pouvait être aussi séduisante et attirante qu’elle le voulait, certaines choses demandent réflexion. Mais en même temps, elle ne m’avait pas implicitement demandé de l’aider. C’était comme une demande cachée. « Je sais où trouver des caisses, mais elles sont toutes hors fonction. Et les pièces sont de plus en plus difficiles à trouver. Beaucoup d’autres survivants cherchent les bonnes pièces et elles disparaissent à vue d’œil. » Je m’étais même battu une fois lors d’une sortie pour des pièces dans un garage avec un autre survivant. J’en étais ressortis avec un œil au beurre noir, les mains tachés de sang mais les pièces avaient finit dans mon sac à dos et l’autre homme en repas aux rôdeurs. « Si tu veux vraiment une bagnole, j’ai gardé quelques pièces à ma cabane. Pour le reste, si tu trouves ce que t’as besoin, on peut toujours s’arranger. » Quand je disais s’arranger, je voulais parler de paiement. Vivres, médicaments, bois pour le feu, etc. Il y avait des carcasses de voitures non loin de Bodie, mais si j’avais à remonter une autre bagnole, j’allais devoir le faire directement sur les lieux. Et c’était cent fois plus dangereux de faire de la mécanique dans un environnement hostile que dans un endroit sécurisé comme Bodie.

Je freinais légèrement en voyant un trou sur la route devant nous et apercevait déjà la fin du périple. J’aurais à faire demi-tour bientôt. Les limites du camp étaient à moins d’un kilomètre. Je pianotais doucement sur le volant, un sourire moqueur sur le visage. Et elle répondait à mes blagues douteuses. Je l’avais rencontré sous un bon jour j’imagine. « Tu veux savoir comment ça se passe derrière ? Je dirais que c’est plutôt cahoteux par moment. Et aussi étouffant. La climatisation ne se rend pas très bien à l’arrière. » Ça pouvait faire dans les deux sens. J’ai pas l’esprit mal tourné, c’est vous les obsédés. C’est pas comme si j’avais explicitement parlé de sexe. Avec moi les tournures de phrases étaient toujours très implicites. J’aimais parler sans vraiment avoir à m’expliquer.
Code by Silver Lungs


_________________
 
One day, you will perish. You will lie with the rest of your kind in the dirt. Your dreams forgotten, your horrors effaced, your muscles will turn to sand, and upon that sand a new god will walk, one that will never die, because this world doesn't belong to you or the people who came before.
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas

SHIT HAPPENS
avatar



× A propos du vaccin : :
Non, il faudra trouver plus convaincant pour injecter quoi que ce soit dans le corps de la brune.

× Âge du perso : :
30 ans

× Localisation (+ avec qui) :
à Bodie

× Avant, j'étais : :
Ambulancière

× Messages : :
199

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
alice-icons

× Avatar : :
Karla Souza

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Toujours le même

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Impulse. Response. Fluid. Imperfect. Patterned. Chaotic. Feat Lilou Dim 29 Jan - 10:28


Impulse. Response. Fluid. Imperfect. Patterned. Chaotic.

- charlie — lilou -


what do you think dude ?

Cette balade avec Charlie était loin d'être désagréable, et c'est d'ailleurs pour cette raison que Lilou avait accepté de monter dans la voiture avec lui. Elle le connaissait depuis quelques temps maintenant, et savait que sous ses airs dragueurs, Charlie n'était pas le pire des hommes de Bodie, au contraire. Il était débrouillard, pas comme ce boulet qu'elle avait trainé derrière elle quelques heures auparavant. Elle ne supportait pas les gens mous et ne faisait jamais preuve de beaucoup de patience. Il la taquinait, et en quelques sortes ça la mettait en valeur, chose qu'elle adorait. D'ailleurs, Charlie l'avait certainement bien compris et c'était peut être pour ça qu'il se conduisait ainsi avec la demoiselle. Elle ne put s'empêcher de rire avec lui. Elle commençait à baisser sa garde. Elle l'observa faire son cinéma et ria de nouveau. Elle se sentait bien à cet instant précis. Il pourrait presque finir par réussir à la charmer.

« Ménager les hommes ? Il manquerait plus que ça tiens. Je n'ai jamais ménagé personne, voyons Swick ce n'est pas avec toi que je vais commencer, tu t'en doutes bien... »

Elle lui adressa un clin d'oeil. Une certaine complicité était entrain de s'installer entre eux. Elle avait besoin d'alliés à Bodie, et elle devait les choisir avec soin. Charlie n'était pas une brute, il était différent des autres survivants de Bodie. Certains n'avaient pas de coeur et aucune éducation, ce n'était pas le cas du brun. Il savait se tenir et ne faisait pas preuve d'agressivité. Les habitants de Bodie avaient mauvaise réputation, Lilou le savait bien. Ils passaient pour des brutes dépourvues d'émotions. Cette réputation était plus ou moins fondée, c'était le cas de plusieurs personnes chez eux. Lilou en faisait d'ailleurs partie. Elle n'avait aucune pitié à dépouiller d'autres survivants solitaires, après tout, c'est eux ou elle. Même au sein de son propre camp, elle avait peu de scrupules. Elle avait intérêt à se préserver avant de penser au bien-être des autres. Il y avait néanmoins quelques personnes avec lesquelles elle prenait plus de gants, qu'elle n'irait pas trahir pour se faire plaisir. Charlie en faisait partie. Il y avait toujours moyen de s'arranger avec lui, il était assez flexible et arrangeant.

Il semblait songeur lorsqu'elle évoqua son besoin de trouver une voiture. Elle se doutait de ce qu'il se tramait dans sa tête. Il n'aurait pas refusé de l'aider, bien que ce soit une tâche assez longue et fastidieuse, elle en avait bien conscience. C'est d'ailleurs ce qu'il lui expliqua, et elle y avait d'ailleurs bien songé avant d'évoquer le sujet. Premier arrivé premier servi, c'était valable pour les bonnes pièces de voiture également. Il lui fit savoir qu'il avait quelques pièces en stock mais qu'elle devrait se débrouiller pour le reste. C'était compréhensible, néanmoins, elle n'y connaissait absolument rien en mécanique, ça pourrait donc s'avérer très compliqué pour la jeune femme. Elle se gratta la tête. Elle avait deux options : laisser tomber et oublier l'idée de voyager en voiture, ou accepter de chercher elle-même ce dont Charlie aurait besoin pour l'aider à retaper une voiture. Elle se doutait bien que le prix de ce service pourrait être conséquent, et ça serait tout à fait normal.

« J'me doutais bien que ça serait compliqué. Surtout que j'y connais rien en bagnoles moi, enfin en mécanique. » Elle avait déjà conduit de très belles voitures, connaissait les différents modèles, mais ne s'était jamais intéressée à ce qu'il se passait sous le capot. « On verra ça. Au pire, j'irai voir Livia, cette fille est cinglée mais elle trouve toujours l'introuvable... »

Livia était une survivante de Bodie. Lilou ne l'avait jamais vraiment appréciée, trop cinglée à ses yeux, mais elle avait récemment appris à ménager le chou et la chèvre avec elle. En effet, la blonde aux couettes disposait d'un stock incommensurables de choses en tous genres, des plus utiles aux plus farfelues. Elle trouvait toujours tout, des pièces de voiture aussi, surement. Elle le regarda de nouveau lorsqu'il parla de nouveau des sièges arrières. Elle esquissa un sourire. Ses sous-entendus la faisaient toujours sourire.

« Je rêve ou t'es entrain de me faire des avances ? »

code by lizzou — img/gifs by GOOGLE —  

Revenir en haut Aller en bas

MEMBRE EN OR
avatar



× A propos du vaccin : :
Non. Il n'y croit pas.

× Âge du perso : :
35 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Près de Bodie, en randonnée...

× Avant, j'étais : :
Mécanicien (officiellement). Contrebandier de voitures (officieusement).

× Messages : :
1633

× Points de vie : :
25

× Copyright : :
Avatar : Moony | Signature : Ziggy Stardust

× Avatar : :
Oscar Isaac

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Sandy

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Impulse. Response. Fluid. Imperfect. Patterned. Chaotic. Feat Lilou Dim 5 Fév - 6:25

Charlie et Lilou
Impulse. Response. Fluid. Imperfect. Patterned. Chaotic.


Elle m’envoya un clin d’œil après sa réplique et je roulais exagérément les yeux. Comme si je ne la croyais pas. Je savais qu’elle ne ménageait personne. Et qu’elle était bien plus intransigeante envers les autres. Est-ce que j’étais privilégié ? Pour une fois dans ma vie, c’était peut être possible. Et je sais que je fais pas pitié. Pas du tout. Je n’ai encore jamais manqué de rien. Quand on parle de nourriture, de soin et d’un toit sur la tête bien sûr. Parce que les petits luxes du passé me manquent parfois. Regarder la télé, prendre une douche chaude, manger de la pizza et bien sûr conduire une voiture à grande vitesse sur l’autoroute. Cette petite balade avec Lilou pourrait ressembler au passé. Si on oubliait qu’un mort pouvait très bien apparaitre à tout moment en se jetant sur la voiture ou qu’un survivant nous braque une carabine sur la tête pour nous piquer la bagnole. Si on oubliait ces légers détails, on aurait pu se croire dans le passé. Avant l’épidémie, j’aurais probablement invité Lilou dans un restaurant ou peut être au cinéma. Mais tout ce que j’avais à présent c’était mon sens de l’humour, cette voiture qui n’était même pas à moi et un air de tueur la moitié du temps. On pouvait bien faire ce qu’on voulait de nos cheveux et de nos barbes, le temps manquait pour s’entretenir comme on aurait pu le faire avant. Et de toute manière, le look bandit réussissait bien lors des raids. Les survivants que nous rencontrions y pensaient à deux fois avant de refuser de nous donner leurs matériels.

Je ne voulais pas lui refuser mon aide. Mais dans un sens c’était réellement compliqué de trouver les bonnes pièces pour le modèle de voiture qu’on avait décidé de réparer. C’était préférable de choisir des modèles assez génériques dont on pouvait trouver des pièces facilement car elles avaient été créés en plusieurs exemplaires. Mais même les modèles les plus communs se faisaient de plus en plus rares. Bientôt on aurait plus le choix d’abandonner ce moyen de transport. Ce serait presque une bonne idée de penser à voyager à cheval. Quand on aurait plus d’essence, on ferait comment ? Quand on trouverait plus aucuns vivres dans les environs ? Est-ce qu’on devrait quitter nos campements ? C’était trop de réflexion pour moi. Je préférais vivre au jour le jour. Je penserais à demain en temps voulu. Et qu’est-ce qui me disait que demain je serais encore là ? Peut être que demain je serais en train de me trainer les pieds avec les rôdeurs, cherchant un humain à dévorer vivant. Je gardais cette pensée pour moi. « Livia pourrait te trouver les morceaux dont t’as besoin, mais oublie pas qu’il y a toujours un prix à payer pour les services des autres. Surtout Livia. Merde elle m’a piqué une chaussure l’autre jour… C’est pas comme si elles étaient faciles à trouver en plus. » Lorsque je lui remettrais la main au collet… Au moins j’avais une paire de bottes en plus de mes chaussures. « Si tu trouves une voiture potable, t’auras qu’à me le dire. J’irai voir pour te faire un inventaire de ce que j’aurais besoin pour la remettre en bon état. Bon état… plutôt en état de fonctionner. » Je pouvais bien faire ça. Ça ne me coutait rien d’aller jeter un coup d’œil et de lui faire un inventaire. Elle aurait ensuite qu’à trouver les pièces et il ne me resterait plus qu’à les remettre en place. J’avais les outils et l’expertise, lui manquait plus qu’une voiture pas trop rouillée et assez standard pour que l’expédition ne soit pas trop compliquée. Elle pouvait s’organiser comme elle le voulait pour trouver les pièces après tout, ça ne me regardait pas.

« Te faire des avances ? Je sais pas ce que tu t’imagines, mais c’est pas du tout mon genre. Et puis c’est toi qui as commencé ! T’as vraiment l’esprit tordu. » J’allais quand même pas avouer que les sous-entendus que je lui lançais depuis tout à l’heure venait de mon esprit chaste et pur. Oui, chaste et pur. Je suis un innocent. Ah et puis quoi ? Qui ne s’intéresserait pas à Lilou ? Elle est jolie, intelligente et ne se laisse pas marcher sur les pieds. Je serais bien idiot de ne pas essayer de gagner son amitié. Ou même plus si affinité…
Code by Silver Lungs


_________________
 
One day, you will perish. You will lie with the rest of your kind in the dirt. Your dreams forgotten, your horrors effaced, your muscles will turn to sand, and upon that sand a new god will walk, one that will never die, because this world doesn't belong to you or the people who came before.
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas

SHIT HAPPENS
avatar



× A propos du vaccin : :
Non, il faudra trouver plus convaincant pour injecter quoi que ce soit dans le corps de la brune.

× Âge du perso : :
30 ans

× Localisation (+ avec qui) :
à Bodie

× Avant, j'étais : :
Ambulancière

× Messages : :
199

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
alice-icons

× Avatar : :
Karla Souza

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Toujours le même

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Impulse. Response. Fluid. Imperfect. Patterned. Chaotic. Feat Lilou Mar 7 Fév - 18:29


Impulse. Response. Fluid. Imperfect. Patterned. Chaotic.

- charlie — lilou -


what do you think dude ?

La réponse de Charlie laissa Lilou perplexe. Il n'avait malheureusement pas tort. Elle devait donc tirer un trait sur ses projets d'explorer de nouveaux horizons plus retirés de Bodie. D'ailleurs, ce n'était pas forcément plus mal. Si par malheur elle tombait en panne d'essence, elle se retrouverait coincée loin du campement et ça pourrait s'avérer problématique, voire dangereux pour elle. Après tout, elle n'avait aucune idée de ce qu'il se passait plus loin, elle n'avait aucune certitude de ne pas croiser un groupe de survivants mal intentionnés. Elle fit la moue, légèrement contrariée. Elle n'aimait pas être freinée dans ses objectifs, dans ses projets, ça avait le don de l'agacer. Elle était pourtant habituée à ces choses-là depuis le temps, mais chaque fois l'effet était le même sur son humeur.

« Laisse tomber, ça sent le plan galère à plein nez. »

Elle était têtue et capricieuse, mais pas idiote et elle avait malgré tout gardé les pieds sur Terre. Il fallait se faire une raison et faire avec les moyens du bord. Elle irait donc faire un tour plus tard, à pieds, et irait jusqu'où elle le pourrait. Peut être trouverait-elle un benêt à emmener avec elle ? Il faudrait qu'elle soit accompagnée, juste au cas où, pour s'assurer un minimum de sécurité. Elle commença à réfléchir, cherchant à qui elle pourrait faire cette proposition. Il y avait quelques boulets au camp qui étaient donc totalement exclus. Elle verrait bien, en temps voulu.

Elle tourna la tête en direction de Charlie lorsqu'il lui répondit qu'elle lui avait fait des avances la première et qu'elle avait l'esprit tordu. Ben voyons ! Elle se doutait que c'était sa façon de la taquiner, de renouveler ses avances, sans être lourd. « Ben voyons ! J't'aime bien Swick, mais me prend pas pour une idiote quand même hein ! » Elle esquissa un sourire. Elle l'avait démasqué, il n'avait qu'à assumer. La route ondoyait sous les roues de la voiture. Elle semblait apprécier ce moment, loin du camp, loin des soucis quotidiens.  « Ca m'énerve quand même cette histoire de bagnole, ça faciliterait beaucoup de choses... » Elle marqua une courte pause. Les temps étaient durs et les ressources commençaient à manquer dans les environs. Ca n'était pas fait pour la rassurer. « Quel merdier quand même... Va falloir qu'ils prévoient un plan de secours quand même, c'est pas quand on n'aura plus rien à manger qu'il faudra s'inquiéter... » Elle commençait à redevenir pessimiste. Il y avait bien un type à Bodie, cet argentin qui partait parfois plusieurs jours pour gagner sa croûte. Elle devrait songer à aller le voir et lui proposer de l'accompagner et de partager le butin. Pas sûr qu'il accepte, mais ça ne coûterait rien d'essayer de toute façon.

code by lizzou — img/gifs by GOOGLE —  

Revenir en haut Aller en bas

MEMBRE EN OR
avatar



× A propos du vaccin : :
Non. Il n'y croit pas.

× Âge du perso : :
35 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Près de Bodie, en randonnée...

× Avant, j'étais : :
Mécanicien (officiellement). Contrebandier de voitures (officieusement).

× Messages : :
1633

× Points de vie : :
25

× Copyright : :
Avatar : Moony | Signature : Ziggy Stardust

× Avatar : :
Oscar Isaac

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Sandy

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Impulse. Response. Fluid. Imperfect. Patterned. Chaotic. Feat Lilou Dim 12 Fév - 22:38

Charlie et Lilou
Impulse. Response. Fluid. Imperfect. Patterned. Chaotic.


Qu’elle exprime d’elle-même que c’était un plan quasi impossible me rassura. Pas que je ne voulais pas l’aider, mais je savais que ça aurait été encore du boulot pour moi. Et moins j’en faisais, mieux c’était. Je préférais ne pas m’embarquer dans des situations à risque de me couter cher. À voir la moue qu’elle faisait, je savais aussi qu’elle n’était pas contente. Je ne pouvais pas non plus lui offrir ça sur un plateau d’argent. Je le lui avais expliqué avec tout le réaliste de notre situation. J’aurais pu lui mentir, lui dire que ce n’était pas si compliqué et qu’il ne lui faudrait que quelques pièces pour assembler magicalement une voiture. Mais je ne voulais pas qu’elle se fasse des idées. Elle était peut être déçu, mais c’était mieux comme ça. J’avais réparé la voiture de ce mec, il allait me payer et je n’en entendrais plus jamais parler. Ça c’était ce que j’espérais qui arriverait. Pourtant je savais que je recevrais d’autres offres assez alléchantes dans les prochains jours. Il y avait de fortes chances pour que je les refuse toutes. Je ne pouvais pas tout faire pour tout le monde. J’étais probablement le meilleur mécano de ce fichu camp et les gens le savaient. Mais je n’aimais pas me salir les mains.

Je ne commentais pas la déception de ma passagère, regardant par le pare brise. Nous arriverions dans quelques minutes à la fin de la piste. Je surveillais la grande route. Je ricanais lorsqu’elle me dit de ne pas la prendre pour une idiote. Je lui lançais un regard amusé pour par la suite me concentrer sur la route. « J’te prend pas pour une idiote. J’embarque pas les idiots dans une voiture avec moi. Je les vole. » C’était direct. Et c’était le genre de chose que je ne dirais jamais à une idiote. Parce que c’était sûr et certain que je ne la volerais pas si elle savait que j’étais un voleur. Mais c’était ce que je faisais des idiots. Je me servais d’eux jusqu’à ce qu’ils ne me soient plus utiles et je leur volais tout ce qu’ils avaient. Je le faisais depuis le début de l’épidémie. C’était une technique assez facile que je perfectionnais à chaque fois. Qui soupçonneraient un homme tel que moi d’avoir de mauvaises intentions ? Pas un idiot. Lilou pouvait facilement me soupçonner par contre, je ne lui en voudrais pas. Elle avait plus de jugeote que les autres. Je savais que même si j’essayais je n’arriverais pas à lui voler un penny. Ce serait plutôt le contraire. Elle pourrait me voler et je fermerais aveuglement les yeux. Moi aussi j’avais mes défauts après tout, ou plutôt mes faiblesses.

Elle revint ensuite sur le sujet de la voiture et je serrais les dents. Je croyais qu’on en avait assez parlé. J’avais même cru que je m’en étais sauvé. Elle parla de plan de secours et je fronçais les sourcils, ne comprenant pas tout à fait ce qu’elle voulait dire. Est-ce qu’elle voulait parler de Bodie ? Elle avait peur qu’on manque de quelque chose ? « Tu veux prévoir un plan de secours ? J’en ai un depuis le début et il est bien simple. » Commençais-je. J’appuyais sur la pédale de frein, voyant la grande route apparaitre devant nous. « Lorsque je me rendrai compte qu’on commence à manque de bouffe au camp, je vais empaqueter mes choses et dégager. C’est aussi simple que ça. J’en ai rien à foutre des gens à Bodie. Ils auront qu’à se démerder s’ils veulent sauver ce camp. Moi je vais être disparu avant qu’on ne pense à regarder dans ma cabane si j’y suis encore. Je suis encore là parce que j’y trouve des avantages. Mais lorsque j’en n’aurai plus, je serai plus là. » Détaillais-je à ma compagne. À quoi ça aurait pu servir de lui mentir ? C’était vrai. Lorsque je ne verrais plus rien d’avantageux à rester à Bodie, je partirais. Que ce soit dans un autre camp ou en solitaire pendant un moment, ça ne me faisait rien du tout. J’étais plein de ressources et sans scrupule, j’arriverais à survivre sans l’assistance de personne. Lorsque la voiture fut sortit de la route de terre, je fis rapidement faire demi tour au véhicule et nous y retournâmes aussi rapidement que nous en étions sortit. Je regardais les environs le temps que je le pu avant que ma vision ne soit remplit que d’arbres à nouveau. Même si j’allais le plus lentement possible, la distance entre Bodie et la route était trop courte pour apprécier une balade en voiture.
Code by Silver Lungs


_________________
 
One day, you will perish. You will lie with the rest of your kind in the dirt. Your dreams forgotten, your horrors effaced, your muscles will turn to sand, and upon that sand a new god will walk, one that will never die, because this world doesn't belong to you or the people who came before.
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas

SHIT HAPPENS
avatar



× A propos du vaccin : :
Non, il faudra trouver plus convaincant pour injecter quoi que ce soit dans le corps de la brune.

× Âge du perso : :
30 ans

× Localisation (+ avec qui) :
à Bodie

× Avant, j'étais : :
Ambulancière

× Messages : :
199

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
alice-icons

× Avatar : :
Karla Souza

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Toujours le même

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Impulse. Response. Fluid. Imperfect. Patterned. Chaotic. Feat Lilou Dim 26 Fév - 18:49


Impulse. Response. Fluid. Imperfect. Patterned. Chaotic.

- charlie — lilou -


what do you think dude ?

Lilou n'était plus aussi joviale que lorsqu'elle était montée dans le véhicule. Elle était contrariée par cette histoire de pénurie de pièces automobiles, et la conversation autour de l'avenir de Bodie la rendait pessimiste. Elle se demandait combien de temps ils pourraient encore tenir, et ce que l'avenir lui réservait. Elle n'avait absolument pas envie de mourir, ni de faim ni de fatigue, et pourtant elle savait qu'ils devaient se battre pour survivre. Il serait grand temps qu'un miracle se produise, que ce qu'il reste du gouvernement ou de scientifiques fassent le nécessaire pour sauver le pays. Ils étaient trop nombreux face aux ressources encore disponibles, tout était beaucoup plus compliqué à trouver et ils n'étaient plus capables de produire quoi que ce soit. La brune soupira, un long soupir de désespoir. Elle jeta un coup d'oeil perplexe à Charlie lorsqu'il évoqua ce qu'il faisait aux idiots. Dans un sens, il n'avait pas tort, les survivants les moins malins étaient une proie facile pour Lilou. Elle en avait observé plus d'un qui partait chasser sans emporter toutes ses affaires, il suffisait d'attendre que la voie soit libre pour se servir gratuitement. Combien de fois avait-elle agit de la sorte ?

« C'est pas comme s'il restait de la place pour les idiots dans ce monde de toute façon... Seuls les plus malins s'en sortiront, c'est la loi du plus fort... »

Il n'était pas aisé de protéger ses biens, et c'est d'ailleurs pour cette raison que Lilou restait à Bodie. Elle avait plus ou moins confiance en ses compagnons du camp. Elle se méfiait bien entendu de certains, mais de toute façon elle ne disposait pas de grand chose. Ses objets les plus importants à ses yeux restaient constamment dans la besace qu'elle emportait partout avec elle. Néanmoins, la vie à l'extérieur était beaucoup plus risquée, un pillage nocturne était relativement simple à faire lorsqu'on faisait preuve d'ingéniosité et de discrétion. Elle était restée plusieurs mois dehors, avec son petit groupe, puis avait fini sa route seule jusqu'à la Zone 51, puis jusqu'à Bodie. Elle se souvient n'avoir dormi que quelques petites heures par nuit, tombant de fatigue, pour ne pas risquer sa peau. Elle ne renouvellerait cela pour rien au monde. Elle resta silencieuse, jusqu'à ce que Charlie lui fasse part de son plan de secours. Elle savait plus ou moins ce à quoi il faisait référence, et elle ne se trompait pas. L'homme ralentissait, signe qu'ils arrivaient en fin de parcours et qu'il était temps pour eux de faire demi-tour.

Elle acquiesça. Il avait raison et c'est bien évidemment ce qu'elle avait en tête aussi. D'ailleurs, lequel d'entre eux n'y songeait pas ? Ils ne partiraient certainement pas tous en même temps, certains seraient plus précoces que les autres, mais au final, peu resteraient à Bodie, du moins c'est ce qu'elle imaginait. « Je suis d'accord avec toi, je remballerai mes affaires aussi quand je sentirai la fin arriver. Il faudrait être fou pour rester coûte que coûte. » Et puis, il faut avouer que c'est pas comme si la cohésion et l'esprit d'équipe régnait à Bodie. Certains étaient proches de quelques autres survivants, mais c'était quand même pas la majorité. Ils se toléraient plus ou moins les uns les autres, parce qu'ils avaient tous un intérêt commun et que le nombre fait la force.  « C'est peut être pas pour la semaine prochaine, mais bon... Repartir encore seule à l'extérieur, je suis pas sure que je tiendrai le coup... » Elle marqua une courte pause. Elle paraissait forte comme ça, Lilou la battante, Lilou la tête de mule, mais au final, elle n'était pas certaine de tenir aussi longtemps seule dehors que les fois précédentes. « C'est bête, mais depuis le temps que je suis là, je me suis quand même habituée au confort et à la sécurité... J'suis pas sure de tenir plus d'une semaine dehors... » Elle n'en n'était pas là de toute façon, et peut être qu'ils se réuniraient en groupe avant de partir, mais elle n'était pas tout à fait convaincue de cela.

code by lizzou — img/gifs by GOOGLE —  

Revenir en haut Aller en bas

MEMBRE EN OR
avatar



× A propos du vaccin : :
Non. Il n'y croit pas.

× Âge du perso : :
35 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Près de Bodie, en randonnée...

× Avant, j'étais : :
Mécanicien (officiellement). Contrebandier de voitures (officieusement).

× Messages : :
1633

× Points de vie : :
25

× Copyright : :
Avatar : Moony | Signature : Ziggy Stardust

× Avatar : :
Oscar Isaac

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Sandy

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Impulse. Response. Fluid. Imperfect. Patterned. Chaotic. Feat Lilou Jeu 9 Mar - 1:52

Charlie et Lilou
Impulse. Response. Fluid. Imperfect. Patterned. Chaotic.


La loi du plus fort. Ça avait toujours été ainsi, même avant l’épidémie. Malheureusement j’y avais gouté aussi avant. On m’avait envoyé les flics pour une histoire de meurtre que je n’avais même pas fait. Dire qu’aujourd’hui j’avais de nombreuses morts sur la conscience et que je n’en avais rien à faire parce que la police avait été dilapidée. Et qu’avant, j’avais été recherché pour un meurtre que je n’avais pas commis. La police ne courait jamais après les bonnes personnes. Elle cherchait toujours à mettre derrière les barreaux les plus petits de l’échelle et faisait comme si les grosses têtes n’existaient pas. Pourtant, c’était ceux qui étaient en haut qu’il fallait arrêter, sinon les crimes continueraient toujours. C’est pour cette raison que j’ai toujours su que la police était corrompue.

« Malheureusement, faut pas être nécessairement intelligent pour être plus fort. Souvent les gros bras se retrouvent en haut de la hiérarchie sans vraiment avoir eu à penser pour se rendre là. Surtout maintenant. Certains utilisent des stratégies pour s’en sortir et d’autres utilisent leurs gros bras. » Répondis-je en sachant très bien dans quel catégorie je me situais. Je n’étais pas un gros bras. J’étais capable de me défendre, mais je n’étais pas une grosse brute. C’est quand même facile de pointer une arme contre la tempe de quelqu’un pour le menacer. Ou de le ruer de coups de batte de baseball. Souvent, c’était l’effet de surprise qui faisait tout le travail. Et aussi l’ambiance des lieux et les mots utilisés. Quand le mélange était parfait, alors on pouvait jouer à l’intimidateur. Par contre, ça prenait souvent tous les petits événements ensembles pour y arriver.

Personne ne resterait à Bodie si le bateau se mettait à couler. Je n’avais pas l’impression qu’il y avait des survivants bien fidèles au chef du campement ou qu’ils le seraient assez pour brûler avec le reste. Ou je me trompais peut être et le camp tiendrait bon encore plusieurs années. Mais avec l’ambiance qui régnait sur les lieux ces temps-ci, je commençais à me dire que de quitter avant que la bombe n’explose était probablement une bonne idée. J’allais y penser. Mais quitter pour aller où ? Rejoindre un autre camp avec des survivants tous aussi dingue ou trop faibles pour être capable de protéger leurs murs ? C’était à voir. J’aurais à aller tâter le terrain avant de faire quoi que ce soit. Je ne prenais pas de décision à la légère quand ça concernait ma survie. J’aimais bien jouer avec le hasard, mais pas pour ça. Lilou me confia qu’elle n’était pas sûre d’arriver à survivre à l’extérieur seule depuis le temps. Je pouvais comprendre parfaitement ce qu’elle voulait dire. J’étais à Bodie depuis tellement longtemps que les premiers jours je ne saurais probablement pas quoi faire. Faire une halte dans une maison abandonnée ? Trouver un petit groupe avec lequel voyager ? J’avais l’impression que je continuerais mon chemin seul pendant un certain temps. « T’as raison. On finit par s’affaiblir lorsqu’on est trop confortable pendant trop longtemps. Comme ici. C’est pour ça que je sors souvent de Bodie. Je fais des expéditions de plusieurs jours parfois. Ça me permet de me mettre à jour sur la survie en solitaire et aussi de trouver plus de vivres que si je restais dans les environs du camp. Dans les deux cas, je suis gagnant. À moins que je ne me blesse, j’aurais aucune chance de pouvoir revenir, mais je prend le risque. » Et quand on est seul, on est plus difficile à repérer. Que ce soit des rôdeurs ou des autres survivants hostiles aux étrangers. Quand on se baladait en groupe ou avec des véhicules, on signalait notre présence presque automatiquement. Et on était plus à risque de se faire attaquer. Lorsque la voiture eu fait demi-tour et fut retourné dans la forêt, je roulais un peu plus lentement pour admirer les environs. C’était toujours le même paysage, mais parfois on pouvait apercevoir quelque chose qu’on avait jamais vu en prêtant attention. Un rôdeur avec un sac sur le dos, un animal sauvage à abattre pour la nourriture, etc. On avait tout un tas de réflexes aujourd’hui. Du genre : Se surveiller constamment, ne dormir que d’un œil et ne jamais faire confiance à personne.
Code by Silver Lungs


_________________
 
One day, you will perish. You will lie with the rest of your kind in the dirt. Your dreams forgotten, your horrors effaced, your muscles will turn to sand, and upon that sand a new god will walk, one that will never die, because this world doesn't belong to you or the people who came before.
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas

SHIT HAPPENS
avatar



× A propos du vaccin : :
Non, il faudra trouver plus convaincant pour injecter quoi que ce soit dans le corps de la brune.

× Âge du perso : :
30 ans

× Localisation (+ avec qui) :
à Bodie

× Avant, j'étais : :
Ambulancière

× Messages : :
199

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
alice-icons

× Avatar : :
Karla Souza

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Toujours le même

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Impulse. Response. Fluid. Imperfect. Patterned. Chaotic. Feat Lilou Ven 24 Mar - 12:41


Impulse. Response. Fluid. Imperfect. Patterned. Chaotic.

- charlie — lilou -


what do you think dude ?

Lilou partageait le point de vue de Charlie, qui ne le partagerait pas d'ailleurs ? Pour survivre, Lilou avait du user de son bon sens et de beaucoup de réflexion. Elle n'était pas ce qu'on pouvait appeler un gros gabarit, elle avait donc du faire preuve d'adresse, de logique et de prudence pour tenir le coup jusqu'à Bodie. Bon, d'accord, au départ elle était en groupe, avec des militaires. Par la suite, elle s'était retrouvée seule avec Daniel et Gloria. Ils étaient tous trois ambulanciers, les situations à risque c'était leur quotidien. Mais une fois qu'elle fut seule, après avoir perdu sa meilleure amie et son futur époux, elle avait du se débrouiller comme une grande, jusqu'à la Zone 51. Elle avait failli finir folle d'ailleurs, raison pour laquelle elle s'était enfuie. Ce n'est pas le lieu qui l'avait rendue comme ça, mais ce qu'elle y avait vécu. Atterrir à Bodie avait très certainement été la chance de sa vie, au contact de bourreaux, il fallait qu'elle se reprenne et qu'elle tienne le coup. Si elle s'était retrouvée parmi des gens gentils, amicaux et tout ça, elle aurait sombré. Après tout ce qu'elle avait vécu, elle savait que la seule chose qui pourrait la remettre d'aplomb était de devoir se battre. C'est d'ailleurs ce qui l'a rendue aussi forte, un brin guerrière sur les bords. «  Le problème quand on n'a pas de cerveau mais que des muscles, c'est que le jour où on tombe sur plus fort que soit, on en crève. Et je pense que c'est ce qui finira par arriver à certains abrutis de Bodie... »

La belle n'avait pas pour habitude de mâcher ses mots, son franc parler la perdra surement.

Lilou hocha la tête à ses paroles. Le confort de Bodie l'avait rendue plus capricieuse. Pourtant, elle avait connu la solitude, l'inconfort de la survie à l'extérieur, le danger et avait même frôlé la mort. Mais tout ce qu'on vit s'estompe lorsque l'on retrouve un brin de confort, on s'y habitue beaucoup plus vite qu'à l'inconfort. Elle donnerait tout pour ne plus jamais devoir survivre seule. Elle n'exigeait pas un groupe composé de beaucoup de personnes, mais simplement deux ou trois, juste pour veiller les uns sur les autres lui suffiraient amplement. Elle acquiesça à ses dernières paroles. «Je sors souvent aussi, afin de ne pas perdre ni la main ni les réflexes. Et j'avoue que les excursions en solitaire permettent de ne pas avoir à partager... » lle avait ce côté un peu égoïste parfois dont elle aimerait pouvoir se séparer un peu. Elle savait qu'elle devait faire des efforts sur ses relations humaines, mais c'était encore beaucoup trop lui demander que de devenir quelqu'un d'ouvert aux autres et d'amical. « Sortir seule quelques jours, ça me va, mais à la longue, je ne suis pas sure d'avoir autant confiance en moi qu'auparavant... » Lilou était pourtant réputée pour ne s'entendre avec personne, et c'était elle qui espérait voyager en groupe si elle était amenée à quitter Bodie. C'était le monde à l'envers, elle avait l'impression de marcher sur la tête. Qui accepterait d'ailleurs de la supporter ? Pas grand monde. Tout le monde à Bodie connaissait ses travers, sa réputation, Lilou la grande gueule, Lilou la raleuse, non, elle devait vraiment songer à s'assagir avant que le pire n'arrive, sans quoi, elle le paierait cash et peut être jusqu'à la fin de ses jours.

Charlie fit demi-tour, la fin de la ballade ne tarderait pas à arriver. Ce moment passé en compagnie de Charlie fut bien agréable. Lilou se contenta de le regarder, et un sourire se dessina immédiatement sur ses lèvres, sans même qu'elle s'en soit réellement rendu compte. Cet homme n'était pas du genre à se prendre au sérieux, il prenait la vie comme elle venait et faisait de son mieux pour que tout roule, dans la mesure du possible bien évidemment.

code by lizzou — img/gifs by GOOGLE —  

Revenir en haut Aller en bas

MEMBRE EN OR
avatar



× A propos du vaccin : :
Non. Il n'y croit pas.

× Âge du perso : :
35 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Près de Bodie, en randonnée...

× Avant, j'étais : :
Mécanicien (officiellement). Contrebandier de voitures (officieusement).

× Messages : :
1633

× Points de vie : :
25

× Copyright : :
Avatar : Moony | Signature : Ziggy Stardust

× Avatar : :
Oscar Isaac

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Sandy

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Impulse. Response. Fluid. Imperfect. Patterned. Chaotic. Feat Lilou Mar 4 Avr - 0:49

impulse. response. fluid. imperfect. patterned. chaotic. Lilou & Charlie Les gros muscles s’étaient les pires. Ils se croyaient invincibles, ils faisaient chier tout le monde et ils n’avaient rien de pertinent à dire. Ils étaient utiles pour les missions sanglantes lorsqu’on avait besoin de quelqu’un sachant tout détruire qu’à la force de ses bras, mais sinon ça s’arrêtait là. Et pour info, je me considère pas comme un gros bras. Loin de là. Je préfère nettement les jeux d’esprit. Mais je ne dirais jamais non à un bon coup de poing en plein visage ou un coup de batte de baseball entre les omoplates. Ça remettrait n’importe qui sur le droit chemin. Et j’avoue que je me suis servi de cette technique plus qu’une fois. Personne n’ose me contredire lorsque je frappe derrière les genoux, c’est vraiment efficace. Et c’est encore mieux lorsque s’est derrière la tête. Malgré le fait que la plupart des gens frappés par une batte de baseball derrière la tête meurent.

« Ça finira par arriver. C’est le destin de Bodie. Être détruit par les imbéciles qui essaient de gouverner le camp. Tout le monde croit que les gros bras font la loi. Mais ils détruisent tout sur leur passage aussi, faut pas oublier. »

Les petites cervelles ne créaient rien de durables. C’était et se sera toujours le cas. Peu importe le nombre de cataclysme qui nous tomberaient sur la tête, la meilleure méthode pour survivre c’était l’égoïsme. Laissez les autres faire à leur tête, profitez de l’ignorance et enfuyez vous à toutes jambes lorsque vous sentez la merde déborder du caniveau. J’étais content tout de même que Lilou pense comme moi. Elle n’était pas du genre à se laisser marcher sur les pieds et je savais que si les choses tournaient au vinaigre, elle saurait quoi faire. Que ce soit se défendre ou s’enfuir, elle ne risquait pas de faire quelque chose de stupide. Ce que bien des survivants avaient fait pour mourir d’une mort atroce.

« T’as tout compris. » Lui répondis-je en lui faisant un clin d’œil.

Les excursions en solitaire c’était bon pour ça, ne pas partager. C’était peut être plus de travail, mais on était plus silencieux et on pouvait tout garder. Peut être qu’on pouvait transporter moins de vivre, mais tout ce qu’on avait on le gardait. De mon côté, je faisais autant de sortie accompagné que seul. Accompagné pour les plus gros morceaux (et aussi pour rendre service et en retirer des privilèges plus tard) et seul pour lorsque j’avais un endroit à visiter qui me semblait intéressant mais que je ne voulais que personne ne voit. Lilou me dit ne pas avoir autant confiance qu’auparavant pour sortir seule plus que quelques jours. Je fronçais les sourcils, me demandant ce que voulait dire le auparavant et décidais de le lui demander. Et puis quoi ? Y’a pas de tabou.

« T’étais où avant d’atterrir à Bodie ? T’es pas obligé de me répondre, je suis juste curieux. »

Je m’intéressais pas normalement au parcours des autres, mais le sien me semblait plutôt cahoteux. Je n’en connaissais que quelques bribes et encore. C’était pas assez pour que je me fasse une idée de ce qu’elle avait vécu avant d’arriver au camp. Pour ma part, je n’avais presque pas voyagé. J’étais à Bodie depuis un sacré moment déjà et je savais très bien que j’arriverais à survivre en solitaire. Je n’étais pas un homme de masse à la base. Je ne faisais que me servir du groupe pour ma propre survie, un peu comme tout le monde faisait en fait. Je pouvais bien dire que j’étais égoiste mais c’était le cas de tous aujourd’hui. Qui aurait envie de risquer sa peau pour un autre ? Ceux qui y étaient prêt à le faire étaient soit complètement cinglé, soit déjà mort. Les gentils ne survivaient pas à notre monde. Il n’y avait personne de parfait. Et s’il y avait encore de gentilles personnes, elles étaient surprotégées pour une raison ou pour une autre.
© 2981 12289 0

_________________
 
One day, you will perish. You will lie with the rest of your kind in the dirt. Your dreams forgotten, your horrors effaced, your muscles will turn to sand, and upon that sand a new god will walk, one that will never die, because this world doesn't belong to you or the people who came before.
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas

SHIT HAPPENS
avatar



× A propos du vaccin : :
Non, il faudra trouver plus convaincant pour injecter quoi que ce soit dans le corps de la brune.

× Âge du perso : :
30 ans

× Localisation (+ avec qui) :
à Bodie

× Avant, j'étais : :
Ambulancière

× Messages : :
199

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
alice-icons

× Avatar : :
Karla Souza

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Toujours le même

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Impulse. Response. Fluid. Imperfect. Patterned. Chaotic. Feat Lilou Ven 28 Avr - 10:15


Impulse. Response. Fluid. Imperfect. Patterned. Chaotic.

- charlie — lilou -


what do you think dude ?

La brune écoutait la réponse de l'homme et hocha la tête. Il n'y avait pas besoin d'être particulièrement intelligent pour se rendre compte de la véracité de ses propos, le campement de Bodie était voué à l'échec. Il y avait trop d'impulsifs que l'apocalypse avait rendu cinglés, ils étaient assoiffés de sang et ne faisaient plus la distinction entre les morts et les vivants. Ils étaient prêts à tuer tout ce qui se mettrait en travers de leur chemin. Lilou était persuadée que si, un jour, il venait à arriver malheur au chef du camp, les survivants seraient capables de s’entre-tuer pour hériter de son grade. Pas de place pour le vote à priori, seul le dernier encore en vie l'emporterait. C'était ainsi que la jeune femme voyait les choses, et elle ne pensait pas se tromper à ce sujet. Elle ne se contenterait pas d'attendre que les choses tournent mal, dès l'instant qu'elle trouverait le bon moment pour le faire, elle se tirerait et en vitesse. Il ne faudrait pas traîner ou se laisser distraire, elle devrait agir vite et sans trop se poser de questions. De toute manière, mis à part Charlie, elle n'avait que très peu de contact avec les autres, ses adieux se feraient donc rapidement et dans la plus grande discrétion. Ils étaient sur la même longueur d'onde. Elle n'excluait pas l'idée de le suivre s'il venait à s'échapper avant elle, et qu'il l'invite à en faire de même.

« Chacun pour soi de toute façon, je n'aurai aucun scrupule à laisser ces crétins dans leur merde. »

La messe était dite. Pourtant, la brune aux yeux bleus était d'une nature fidèle et loyale, mais pas dans de telles circonstances. Elle ne prendrait jamais le risque de mettre sa vie en danger, et ne laisserait pas son destin entre les mains de ces demeurés violents. Elle tourna la tête en direction de son compagnon de ballade lorsqu'il lui demanda où elle était avant Bodie. Elle sentit ses entrailles se resserrer à l'intérieur de son corps. L'avant Bodie était une période dont elle évitait de parler, à cause de la perte de Daniel et de Gloria, mais surtout de son bébé. Cette tragédie la brûlait de l'intérieur rien que d'y songer. Néanmoins, elle estimait que Charlie avait le droit d'obtenir une réponse à sa curiosité, mais qu'il n'était pas nécessaire d'entrer dans les détails, les grandes lignes suffiraient. Elle se racla la gorge, pour masquer son émotion et s'efforça de paraître naturelle et détachée.

« J'ai voyagé avec des militaires un moment avant de perdre leur trace. Je me suis ensuite retrouvée à la Zone 51, tu en as entendu parler ? » Elle marqua une courte pause. Elle avait entendu l'appel radio des premiers membres de cette Zone, mais il n'était pas garanti que tous les survivants aient eu cette occasion.  « C'était un campement très organisé et très accueillant. Je n'y suis restée que quelques jours... » Elle détourna le regard, sentant les larmes lui monter aux yeux. Elle espérait que Charlie ne remarquerait rien, bien qu'elle était intimement persuadée du contraire. Malgré tout, elle tenta de raconter la fin de son récit. Peut être aurait-il la délicatesse de ne pas poser plus de questions ? Elle n'avait jamais parlé de tout ça, à personne. La seule au courant de l'histoire de Lilou était Auregan, le médecin de la Zone. « C'était finalement pas loin de Bodie, c'est après quelques jours de marche que je suis arrivée ici. » Elle évitait le regard du barbu, ce qui n'était pas très naturel. Néanmoins, la complicité et la proximité qu'elle avait avec lui l'empêchait de croiser ses pupilles.

code by lizzou — img/gifs by GOOGLE —  



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

MEMBRE EN OR
avatar



× A propos du vaccin : :
Non. Il n'y croit pas.

× Âge du perso : :
35 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Près de Bodie, en randonnée...

× Avant, j'étais : :
Mécanicien (officiellement). Contrebandier de voitures (officieusement).

× Messages : :
1633

× Points de vie : :
25

× Copyright : :
Avatar : Moony | Signature : Ziggy Stardust

× Avatar : :
Oscar Isaac

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Sandy

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Impulse. Response. Fluid. Imperfect. Patterned. Chaotic. Feat Lilou Mer 10 Mai - 16:14

impulse. response. fluid. imperfect. patterned. chaotic. Lilou & Charlie Je souris lorsqu’elle dit n’avoir aucun scrupule à les laisser mijoter dans leur merde. J’adorais son attitude. Elle comprenait ce que je voulais dire lorsque j’affirmais vouloir quitter Bodie à la moindre situation dramatique. Je savais comment les gens du campement réagirait si jamais on se faisait attaquer ou un truc dans le genre. Nous n’étions pas organisés. Et nous étions faciles à attaquer. Je le savais, je connaissais nos points les plus faibles. J’aurais pu facilement filer en douce de Bodie, vendre les informations que j’avais sur les défenses du groupe et ne jamais revenir. Mais ça ne m’apporterait presque rien de faire ça. Et on me traquerait pour avoir été un mouchard. J’étais mieux de rester silencieux et de ne rien faire pour mettre ma vie en danger. Les deux mains sur le volant, j’observais la route qui se défilait encore devant nous. Je ne voyais pas les cabanes de Bodie encore, il nous restait quelques minutes avant d’être revenu à notre destination de départ.

« Lorsque t’auras l’intention de quitter Bodie, m’oublie pas hein ! J’suis assez utile pour un voleur. »

On sait jamais. Elle était plutôt douée dans son genre et elle ferait probablement une bonne alliée. Il faut savoir mettre les gens utiles de notre côté. Pas que je croyais que ça arriverait de sitôt, elle aurait probablement oublié que j’avais dit ça lorsque le moment viendrait. Ou l’un de nous deux serait mort. Puis lorsqu’elle répondit à ma question concernant l’avant Bodie, je sentis la curiosité m’envahir encore davantage. La Zone 51. J’en avais attendu parler, mais que des bribes venant de différentes personnes. Des voyageurs qui m’avaient parlés de l’explosion et des trucs du genre. Je n’avais jamais entendu cet appel radio et même si ça avait été le cas, je ne crois pas que j’aurais rejoins cette zone. Un peu comme ce vaccin dont on parle par les temps qui courent. Des scientifiques auraient créés un vaccin permettant de survivre à une morsure de zombie. Encore là, se ne sont que des rumeurs. Mais j’ai moi-même trouvé un bon pour un vaccin. Si vous voulez mon avis, c’est que de la merde et ils vont essayer de me lobotomiser aussitôt que j’aurais mit les pieds dans leur labo. Je crois plus à ces trucs de scientifiques et de vaccins miraculeux, c’est pas le monde dans lequel on vit.

« Ouais j’en ai entendu parler. Mais pas en détails. Disons que je sais quelle a explosé et que c’était pas jolie jolie. »

J’imagine qu’il y avait eu plusieurs morts et blessés. Une situation loin d’être agréable. Et je me trouvais chanceux de ne pas avoir vécu ce genre de chose. À Bodie c’était plutôt tranquille et à part l’attaque de l’Angels Camp (à laquelle je n’ai pas participé) il ne s’était pas passé grand-chose d’excitant. J’écoutais Lilou me parler de son court séjour dans la zone, détournant un moment les yeux de la route pour me rendre compte qu’elle évitait soigneusement mon regard. Merde avoir su, je ne lui aurais pas demandé d’où elle venait. Mais je peux pas tout savoir quand même ?

« Ça finit toujours mal quand les gens sont trop gentils. J’sais pas pourquoi, je parle par expérience. Mais à chaque fois que j’entend parler d’une place sympa, il se passe toujours quelque chose. Ils sont peut être pas assez sur leur garde. Je parle mais je connais pas grand-chose des autres camps. Je suis à Bodie depuis trop longtemps pour faire dans la diversité. »

Je voyais bien qu’elle n’avait pas envie d’aller plus loin dans les détails. Je ne savais pas ce qu’elle avait vécu là-bas dans la zone, mais elle en était restée marquée. J’étais pas idiot au point d’aller lui demander carrément ce qui était arrivé. C’était pas de mes oignons et je savais me taire quand je touchais un point sensible. Du moins avec les gens que j’appréciais. Parce que si je n’avais pas aimé Lilou, j’aurais probablement essayé de percer le secret. Au loin, on commençait à voir les cabanes de Bodie. Un signe que la balade serait bientôt terminée. Et le proprio de la bagnole attendait probablement après moi. J’imaginais bien sa tête, la fumée lui sortant des oreilles.
© 2981 12289 0

_________________
 
One day, you will perish. You will lie with the rest of your kind in the dirt. Your dreams forgotten, your horrors effaced, your muscles will turn to sand, and upon that sand a new god will walk, one that will never die, because this world doesn't belong to you or the people who came before.
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas

SHIT HAPPENS
avatar



× A propos du vaccin : :
Non, il faudra trouver plus convaincant pour injecter quoi que ce soit dans le corps de la brune.

× Âge du perso : :
30 ans

× Localisation (+ avec qui) :
à Bodie

× Avant, j'étais : :
Ambulancière

× Messages : :
199

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
alice-icons

× Avatar : :
Karla Souza

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Toujours le même

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Impulse. Response. Fluid. Imperfect. Patterned. Chaotic. Feat Lilou Ven 19 Mai - 13:52


Impulse. Response. Fluid. Imperfect. Patterned. Chaotic.

- charlie — lilou -


what do you think dude ?

Lilou avait esquissé un sourire lorsqu'il lui avait demandé de ne pas l'oublier lorsqu'elle déciderait de partir de Bodie, qu'il pourrait certainement lui être utile. Charlie était certainement celui duquel elle était la plus proche au sein du campement, elle ne s'entendait pas franchement avec les autres. Elle menait sa petite vie sans se soucier de ce qu'ils pouvaient bien penser, et savait aller les trouver lorsqu'elle en avait besoin. C'était encore une fois son côté sauvage et indépendante qui prenait le dessus. De toute façon, les bênets de Bodie ne valaient, selon elle, pas la peine de s'attarder sur eux. Certains étaient plus bêtes que méchants, et c'était surement ce qu'il y avait de pire. Ils s'acharnaient à vouloir tendre des pièges à tout le monde, mais étaient susceptibles d'être les premiers à tomber dedans… Rien de bien encourageant pour la suite. Néanmoins, pour le moment, il fallait faire avec et continuer à se méfier de tout le monde. Bien qu'elle se méfiait également de Charlie, elle avait tendance à baisser un peu plus sa garde avec lui, et peut être d'avantage après cette balade en sa compagnie. Ils semblaient sur la même longueur d'ondes, et il ferait effectivement un bon partenaire si elle devait mettre les voiles.

« T'en fais pas, Swick, tu seras le premier informé le jour où je déciderai de tailler la route... » elle lui avait adressé un clin d'oeil taquin.

Lorsqu'elle lui avait parlé de la Zone 51, il lui avait répondu qu'il en avait entendu parler, mais bien après son effondrement. C'est dommage, s'il avait entendu le message radio, ils se seraient sûrement rencontrés bien avant. Dans tous les cas, étant donné qu'elle s'était sauvée sans rien dire à personne, il aurait été délicat pour elle de le retrouver plus tard à Bodie et de devoir justifier son départ précipité. Après tout, les choses étaient mieux ainsi. Il lui expliqua son ressenti vis à vis des campements comme la Zone 51, et à en écouter ses propos, il semblait croire que la fin de la Zone était survenue après une attaque d'autres survivants. Lilou avait entendu dire qu'il y avait eu une invasion de zombies, que c'était cauchemardesque pour ceux qui s'y trouvaient. Elle avait une fois ou deux discuté avec Ellyn, la blonde un peu cruche de Bodie, qui était elle aussi là-bas, mais jusqu'à la fin.

« En fait, Ellyn m'a expliqué qu'il y a eu une invasion de mordeurs. Tout a été infesté, certains sont morts sur place alors que d'autres ont réussi à se tirer. Ca devait être complétement fou. J'ai rencontré un type une fois qui disait qu'il était planqué à quelques mètres quand c'est arrivé, les gens couraient et criaient, certains essayaient de sauver les autres et se sont fait bouffer en même temps, bref l'apocalypse dans l'apocalypse quoi... »

Heureusement pour elle, Lilou avait quitté les lieux bien longtemps avant, elle était déjà à Bodie quand c'est arrivé. Elle repensa d'ailleurs seulement maintenant à Auregan, le médecin qui l'avait prise en charge à son arrivée à la Zone. Elle était humaine comme femme, et si elle avait survécu à l'invasion, elle aurait certainement été du genre à essayer de faire de son mieux pour sauver ceux qui étaient en danger. D'ailleurs, depuis son départ, Lilou n'avait jamais su ce qu'elle était devenu. Dans tous les cas, elle s'en fichait, toujours persuadée qu'elle était la principale responsable de ce qui lui était arrivé. La voiture et ses deux passagers se rapprochaient de plus en plus de Bodie. Lilou ressentit étrangement comme une sorte de contrariété, à la fois à l'idée de rejoindre le campement, mais aussi de couper court à cet instant passé en si bonne compagnie. « Merci pour la balade, c'était bien sympa, pense à moi la prochaine fois que tu vas faire un tour...  » elle esquissa un sourire. Elle appréciait ce type de plus en plus.

code by lizzou — img/gifs by GOOGLE —  



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

MEMBRE EN OR
avatar



× A propos du vaccin : :
Non. Il n'y croit pas.

× Âge du perso : :
35 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Près de Bodie, en randonnée...

× Avant, j'étais : :
Mécanicien (officiellement). Contrebandier de voitures (officieusement).

× Messages : :
1633

× Points de vie : :
25

× Copyright : :
Avatar : Moony | Signature : Ziggy Stardust

× Avatar : :
Oscar Isaac

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Sandy

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Impulse. Response. Fluid. Imperfect. Patterned. Chaotic. Feat Lilou Sam 27 Mai - 6:41

impulse. response. fluid. imperfect. patterned. chaotic. Lilou & Charlie Et même si on avait parlé de ça sur le ton de la plaisanterie. J’espérais que ce qu’elle venait de me dire s’avèrerait vrai lorsqu’elle ou moi déciderions de partir de Bodie. Parce qu’on pouvait bien blaguer sur le sujet, mais les probabilités qu’une telle situation arrive étaient extrêmement élevés. Surtout dans un campement comme Bodie, on se le cachera pas. Un tas de cinglés, avec bien des armes, ça ne prenait qu’un élément déclencheur pour faire sauter la baraque. Et j’étais près à faire face à un tel événement, en courant le plus rapidement possible dans la direction opposée. C’était ainsi que je me préparais pour chaque situation trop dangereuse. J’étais pas idiot, jamais je me mettrais en ligne de mire. On vivait peut être dans un monde de merde, mais j’étais pas encore prêt à mourir dans d’atroces souffrances. Je préférais encore travailler comme un con à ma propre survie. Alors c’était presque rassurant de savoir que Lilou m’avertirait si elle avait l’intention de partir. Au moins il me resterait des options, partir seul ou pas. Encore maintenant, je ne savais même pas ce que je ferais. Probablement que ça me viendrait lorsqu’une situation du genre arriverait. Mais pour l’instant, je préférais profiter de la ballade. C’était rare qu’on puisse rouler à bord d’une voiture. J’en avais presque oublié la sensation. Je serrais le volant entre mes doigts, essayant de mémoriser la texture du faux cuir. C’était peut être idiot, mais quand la mécanique était une passion dans ta vie et que plus personne ne roulait à voiture, c’était plutôt pénible.

Je l’écoutais me parler de la Zone 51 avec un intérêt grandissant. Mais j’allais me contenter de ce qu’elle voudrait bien me dire pour tout de suite. J’aurais bien aimé savoir ce qui lui était arrivé là-bas, mais j’étais mieux de me taire et d’écouter. Une invasion de zombie hein ? Pourquoi est-ce que je n’étais pas surpris ? Ces foutus monstres arrivaient toujours à se faufiler partout. Personne n’était capable de contrôler totalement une zone. Même Bodie n’était pas hors de risque. Je l’avais vu l’autre jour quand j’étais de garde. Rebekah et moi avions anéantit un petit groupe de morts. Par chance, nous étions placés au bon endroit où nous aurions pu manquer cette troupe mortelle. Bodie était tout de même bien surveillé, mais on ne savait jamais quand ce genre de chose pouvait nous tomber dessus. Surtout un endroit comme la Zone 51 qui semblait tellement bien protégé. Se faire dévorer alors qu’on se croit en sécurité, c’est encore pire. On se croit protégé et nos défenses sont en dormances. C’est pour ça que j’essaie constamment de me répéter d’être toujours sur mes gardes. J’oublie parfois, mais je crois pas que personne soit capable d’être aux aguets 24 heures sur 24. Ça devient lourd à la longue.

« Y’a vraiment des failles partout… » Est la seule chose que je peux répondre à ce qu’elle vient de me dire. Elle ne l’a pas vécu personnellement, mais c’est quand même arrivé. Je peux pas dire avoir pitié ou être attristé par cet événement, mais je trouve quand même horrible que les rôdeurs soient capable de se faufiler partout. Personne n’est à l’abri. Même nous en ce moment dans la voiture. Faut que j’arrête sinon je vais devenir paranoïaque. Et c’est pas comme si je l’étais pas un peu déjà. En revenant à Bodie, j’arrêtais la voiture au même endroit où je l’avais embarqué, ne sachant pas où elle préférait que je la laisse. Je lui souris lorsqu’elle me dit de penser à elle la prochaine fois.

« Si prochaine fois il y a ! Mais j’y penserais. Prend soins de toi. » Est-ce que j’avais été crédible ? J’espérais que oui. J’avais rarement eu d’occasion pour être sympathique dans les dernières années. Et je voulais plaire à Lilou. Je voulais rarement plaire. Ou même être sincère. S’en était presque terrifiant. Après notre balade en voiture, j’espérais encore plus la revoir et surtout, qu’elle ne pense pas de mal de moi. J’étais peut être froid sur certain aspect, mais j’avais réellement essayé d’être plus ouvert avec elle. Bref, on ne sait jamais lorsqu’on reverra quelqu’un. Après tout, on peut mourir n’importe quand.
© 2981 12289 0

_________________
 
One day, you will perish. You will lie with the rest of your kind in the dirt. Your dreams forgotten, your horrors effaced, your muscles will turn to sand, and upon that sand a new god will walk, one that will never die, because this world doesn't belong to you or the people who came before.
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Impulse. Response. Fluid. Imperfect. Patterned. Chaotic. Feat Lilou

Revenir en haut Aller en bas

[TERMINÉ] Impulse. Response. Fluid. Imperfect. Patterned. Chaotic. Feat Lilou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS :: RPS TERMINÉS-